Transmission de patrimoine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Transmission de patrimoine"

Transcription

1 Transmission de patrimoine Les enjeux de la clause bénéficiaire du contrat d assurance-vie. Les conséquences liées à la localisation des événements : France ou autre pays de la Communauté

2 avec Marie-Hélène POIRIER Directeur Juridique et Fiscal, Swiss Life Patrick Chavalle Expert-Comptable à Valenciennes

3 Sommaire Les différents contrats d assurance-vie Pourquoi désigner un bénéficiaire? Comment effectuer la désignation? Nouvelles règles d information du souscripteur et du bénéficiaire La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences Conséquences fiscales du pays de résidence et du pays de souscription Conclusion 3

4 Les différents contrats d assurance-vie L exécution du contrat d assurance vie dépend soit de la vie, soit de la mort de l assuré à un moment déterminé On distingue les contrats d assurance En cas de décès En cas de vie Mixtes 4

5 Les différents contrats d assurance-vie Les contrats d assurance en cas de décès Assurance temporaire : Permet de garantir le décès de l assuré pendant une durée déterminée. C est une assurance de risque pur à fonds perdus. Assurance vie entière : Permet de garantir le versement des prestations prévues au contrat quelle que soit la date de survenance du décès de l assuré. 5

6 Les différents contrats d assurance-vie Les contrats d assurance en cas de vie Assurance de rente Contrat qui assure le versement immédiat ou différé (à une date déterminée) d une rente contre paiement d une prime. Les rentes sont servies tant que l assuré est vivant Le versement des rentes entraîne l aliénation du capital. Assurance à capital différé : Permet le versement d un capital déterminé si l assuré est vivant au terme d une période déterminée. Dans les contrats «modernes», il y a le plus souvent une garantie vie et une garantie décès. 6

7 Les différents contrats d assurance-vie Les contrats d assurance mixte Par un seul et même contrat, ils permettent de garantir : En cas de vie au terme + En cas de décès avant le terme Le versement à l assuré de la valeur de rachat du contrat Le versement d un capital au(x) bénéficiaire(s) Les risques garantis sont exclusifs l un de l autre. Les prestations en cas de vie et en cas de décès ne peuvent se cumuler 7

8 Pourquoi désigner un bénéficiaire? Le bénéficiaire doit être déterminé, ou tout au moins déterminable au jour de l échéance (= au décès de l assuré) A défaut : l'assurance est censée être faite sans désignation bénéficiaire le bénéfice du contrat tombe alors dans la succession du souscripteur (article L du code des assurances) sont perdus les avantages juridiques et fiscaux de l assurance vie Avantages juridiques de la désignation bénéficiaire en assurance vie Avantages fiscaux de la désignation bénéficiaire en assurance vie : 20 % au-delà de par bénéficiaire (990 I du CGI) Après les 70 ans de l assuré : franchise de (757 B) 8

9 Pourquoi désigner un bénéficiaire? Actualité : la loi du 21 août 2007 a apporté une modification à la fiscalité de l assurance vie, corollaire de l allégement des droits de succession et de donation Le prélèvement de 20 % n est plus applicable dans les hypothèses où le bénéficiaire serait exonéré de droits de mutation à titre gratuit Concrètement, il y a désormais exonération totale du prélèvement de 20 %, quel que soit le montant des primes et du capital décès, lorsque le bénéficiaire est : le conjoint survivant, ou le partenaire lié au défunt par un PACS, ou le frère ou la sœur, célibataire, veuf, divorcé ou séparé de corps, à la double condition qu il soit âgé de plus de 50 ans ou atteint d une infirmité, et qu il ait été constamment domicilié avec le défunt pendant les 5 années ayant précédé le décès 9

10 Comment effectuer la désignation? L'attribution bénéficiaire n'est soumise à aucune règle de forme particulière Elle peut notamment être effectuée par simple lettre, ou avenant, ou testament 10

11 Comment effectuer la désignation? La désignation du bénéficiaire par voie testamentaire présente l'avantage de demeurer secrète et donc d'empêcher que le bénéficiaire puisse accepter le bénéfice du contrat En effet : Il est toujours possible de changer de bénéficiaire, sauf acceptation de celui-ci Attention à l incertitude quant aux conséquences de l acceptation du bénéficiaire sur le droit au rachat du souscripteur Projet de loi en faveur des consommateurs : l acceptation du bénéficiaire serait soumise à un formalisme précis et à l accord du souscripteur 11

12 Nouvelles règles d information Loi du 15/12/2005 et arrêté du 9/2/2006 : les mentions suivantes doivent figurer dans les contrats à compter du 1/5/2006 : Le souscripteur peut désigner le ou les bénéficiaires dans le contrat et ultérieurement par avenant au contrat La désignation du bénéficiaire peut être effectuée notamment par acte sous seing privé ou par acte authentique Lorsque le bénéficiaire est nommément désigné, le souscripteur peut porter au contrat les coordonnées de ce dernier qui seront utilisées par l'entreprise d'assurance en cas de décès de l'assuré Le souscripteur peut modifier la clause bénéficiaire lorsque celle-ci n'est plus appropriée L'attention du souscripteur est attirée sur le fait que la désignation devient irrévocable en cas d'acceptation par le bénéficiaire 12

13 Nouvelles règles d information Loi du 15 décembre 2005 (suite) : «Toute personne physique ou morale peut demander par lettre à un ou plusieurs organismes professionnels représentatifs, habilités, à être informée de l existence d une stipulation effectuée à son bénéfice dans une police souscrite par une personne physique dont elle apporte, par tout moyen, la preuve du décès. «Dans les 15 jours suivant la réception de la lettre, l organisme transmet cette demande aux entreprises [d assurance] Lorsque la personne morale ou physique mentionnée audit alinéa est désignée dans une police comme bénéficiaire, ces entreprises disposent d un délai d un mois pour l informer de l existence d un capital ou d une rente garantis payables à son bénéfice» (nouvel article L du C. Ass.) 13

14 Nouvelles règles d information Arrêté du 9 février 2006 (mise en œuvre : 1er mai 2006) : Les organismes habilités sont : FFSA, GEMA et CTIP L AGIRA est l interface désignée entre ceux-ci et le public (AGIRA Recherche des bénéficiaires en cas de décès 1, rue J.Lefebvre Paris Cedex 09) 14

15 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 1. Effectuer une désignation directe ou indirecte 2. Désigner une pluralité de bénéficiaires 3. Optimiser fiscalement la transmission à plusieurs générations successives 4. «Piloter» les capitaux transmis 5. Désigner une personne morale 6. Contrat garantissant un emprunt : faut-il toujours désigner la banque? 7. Faciliter la continuation et la transmission de l entreprise : inter-complémentarités entre la réforme des successions et l assurance vie 15

16 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 1. Effectuer une désignation directe ou indirecte Désignation directe Le bénéficiaire est désigné par son nom : «Mr X» La désignation directe ne pose aucun problème, sauf celui du prédécès du bénéficiaire Conseil : Le souscripteur a intérêt à toujours désigner, outre un ou plusieurs bénéficiaires de 1 rang, un ou des bénéficiaires subséquents, encore appelés bénéficiaires subsidiaires ou en sous-ordre, pour le cas où le bénéficiaire principal ne pourrait ou ne voudrait pas profiter de la stipulation faite à son profit Désigner : «Mr X, à défaut Mme Y, à défaut mes héritiers» 16

17 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 1. Effectuer une désignation directe ou indirecte Désignation indirecte : «Mon conjoint» L assurance fait au profit du conjoint bénéficie à la personne qui a cette qualité au moment de l exigibilité En cas de divorce, et de remariage, le bénéficiaire ne sera pas le même selon qu aura été désigné: «mon conjoint» ou «Madame Martine X.» Conseil : Ne pas désigner : «mon conjoint, Martine X» Désigner : «mon conjoint, ni séparé de corps ni divorcé» 17

18 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 1. Effectuer une désignation directe ou indirecte Désignation indirecte : «Mon conjoint» La clause «mon conjoint» ne vise que le conjoint, pas le concubin, ni le «pacsé» La réforme du divorce (loi du 26 mai 2004, entrée en vigueur le 1er janvier 2005) a rendu les «donations de biens présents» entre époux irrévocables (article 1096 du code civil) ; le point n est pas tranché de savoir si la désignation bénéficiaire constitue une telle donation, ou une «donation de biens futurs», toujours révocable Conseil : même entre époux, il peut être utile d empêcher l acceptation du bénéficiaire 18

19 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 1. Effectuer une désignation directe ou indirecte Désignation indirecte : «Mes enfants nés ou à naître» Les bénéficiaires seront les enfants nés ou à naître au moment du décès de l assuré, et non pas lors de la souscription du contrat Auront cette qualité tous les enfants vivants et conçus à cette époque, y compris les enfants adoptifs, naturels ou adultérins Le mécanisme de la représentation ne joue pas : à défaut de mention, en cas de prédécès d un enfant, les petits enfants du souscripteur seront privés de tout droit au bénéfice du contrat Conseil : désigner «mes enfants, nés ou à naître, vivants ou représentés, par parts égales» 19

20 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 1. Effectuer une désignation directe ou indirecte Désignation indirecte : «Mes héritiers», «mes héritiers légaux», «mes ayants-droit» Ils reçoivent le droit au bénéfice de l assurance en proportion de leurs parts héréditaires, CAD en application des règles de la dévolution légale mais le capital n intègre pas la succession En cas de renonciation à la succession, ils conservent leurs droits au bénéfice du contrat d assurance Attention : La clause «mes ayants-droit» inclut également les créanciers 20

21 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 1. Effectuer une désignation directe ou indirecte Désignation indirecte : «Mes héritiers», «mes héritiers légaux», «mes ayants-droit» S il existe un légataire universel : «mes héritiers»: si les héritiers ne sont pas réservataires, le capital sera attribué intégralement au légataire universel si les héritiers sont réservataires, les droits du légataire universel seront limités au pourcentage de la quotité disponible (sauf si la clause précise «mes héritiers par parts égales») «mes héritiers légaux», les héritiers ab intestat recueilleront seuls le capital décès, et le légataire universel n aura rien! Les légataires à titre universel ou les légataires particuliers, ne sont pas assimilés à des «héritiers» et donc écartés du bénéfice du contrat 21

22 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 2. Désigner une pluralité de bénéficiaires Bénéficiaires cumulatifs : «Bénéficiaire pour 50 % : Mr X, à défaut ses héritiers, pour 25 % : Mlle Y, à défaut ses héritiers, pour 25 % : Mme Z, à défaut ses héritiers» Conseil : A éviter : «la moitié à mon conjoint, la moitié à mon fils» En cas de prédécès du conjoint, le fils ne percevra que la moitié dans le cadre fiscal de l assurance vie ; l autre moitié sera réintégrée dans l actif successoral. Mais on peut utilement ajouter : «en cas de prédécès de l un d eux, la totalité bénéficiera au survivant ; à défaut, mes héritiers» 22

23 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 2. Désigner une pluralité de bénéficiaires Clause plafond : «Mon conjoint à hauteur des droits de succession dont il sera redevable ; sur le solde : mes héritiers par parts égales» Clause en escalier : «Mon conjoint pour 100 % jusqu à l âge de 70 ans révolus ; mon conjoint pour 50% à partir de l âge de 71 ans, le solde de 50 % étant alors réparti par parts égales entre mes enfants nés ou à naître, vivants ou représentés ; en cas de décès de mon conjoint :.» Conseil : Intégrer l impact de l abattement de euros sur le nombre de bénéficiaires 23

24 LA REDACTION DE LA CLAUSE BENEFICIAIRE ET SES CONSEQUENCES 3. Optimiser fiscalement la transmission à plusieurs générations successives : la clause bénéficiaire démembrée L intérêt de la clause démembrée est : d organiser la transmission d un capital dans le temps entre plusieurs bénéficiaires successifs par exemple : à son conjoint, puis à ses enfants dans un cadre fiscal exceptionnel : seule la première transmission est fiscalisée or, le conjoint est exempté du prélèvement de 20 % depuis la loi TEPA Désormais, les 2 transmissions successives sont exonérées, lorsque le conjoint est usufruitier, sans limitation de montant 24

25 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 3. Optimiser fiscalement la transmission à plusieurs générations successives : La clause bénéficiaire démembrée Une première transmission est réalisée au décès du souscripteur-assuré, au bénéfice de l usufruitier. Seule cette première transmission est fiscalisée, au titre du régime fiscal de l assurance décès «l usufruitier est le seul redevable de la taxe de 20 % dès lors qu il est le bénéficiaire exclusif du capital décès. A ce titre, il bénéficie de l abattement de » (Rép. Min. Chatel et Perruchot du 9 août 2005, JOAN , BOI 7 K-1-06 du 12 janvier 2006) Or, depuis le 22 août 2007, le conjoint est exempté du prélèvement de 20 % Précautions pratiques : il convient de ne pas écarter le quasi-usufruit (seul cas prévu par la réponse ministérielle) et de bien préciser dans la clause que la compagnie d assurance remettra la totalité des sommes dues à l usufruitier, qui disposera sur cette créance monétaire d un quasi-usufruit, conformément aux dispositions de l article 587 du code civil Et l exonération de cette transmission exige que l assuré ait moins de 70 ans lors du paiement des primes (sinon, la base taxable est répartie entre usufruitier et NP selon le barème de l article 669 du CGI) 25

26 3. Optimiser fiscalement la transmission à plusieurs générations successives : La clause bénéficiaire démembrée Une seconde transmission est réalisée au décès de l usufruitier, au profit du nu-propriétaire (enfant, ou petit-enfant ou toute autre personne), en franchise de droits de succession (art et 768 du CGI) Inversement, en présence d une clause bénéficiaire classique, le conjoint perçoit une somme, qui se retrouve dans son patrimoine S il n a pas dépensé la totalité, cette somme figurera à l actif de sa succession, et ses enfants paieront à ce titre des droits de succession 26

27 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 3. Optimiser fiscalement la transmission à plusieurs générations successives : la clause bénéficiaire démembrée Exemple : capital décès : au décès du 2 conjoint : il reste Clause classique : l enfant paie des droits de succession sur Clause démembrée : l enfant perçoit en exonération de droits de succession, et a une créance de sur la succession, déductible de celle-ci 27

28 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 3. Optimiser fiscalement la transmission à plusieurs générations successives : la clause bénéficiaire démembrée Un époux démembrera la clause bénéficiaire s il souhaite procurer des revenus, après son décès, à son conjoint tout en transmettant un capital à ses héritiers Le même schéma peut être utilisé dans le souci de protéger un concubin (qui sera usufruitier), sans léser les enfants d une précédente union (nus-propriétaires) 28

29 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 3. Optimiser fiscalement la transmission à plusieurs générations successives : la clause bénéficiaire démembrée Le démembrement de la clause permet d organiser une transmission sur plusieurs générations : les enfants sont dans ce cas usufruitiers, et les petits-enfants nus-propriétaires D autres objectifs peuvent être atteints en prévoyant un usufruit temporaire ; un chef d entreprise peut ainsi désigner sa société usufruitière temporaire (30 ans maximum, art. 619 C. civ.) et ses enfants nus-propriétaires : la construction remplit l objectif d une assurance «homme-clé» et d une assurance décès 29

30 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 3. Optimiser fiscalement la transmission à plusieurs générations successives : la clause bénéficiaire démembrée Déductibilité fiscale de la créance de restitution du nu-propriétaire : Au décès de l usufruitier, l administration fiscale pourrait-elle s opposer à la déduction de la créance de restitution du nu-propriétaire en invoquant l exception prévue par l article 773, 2 du CGI concernant les dettes consenties aux héritiers? Selon l article 773, 2 du CGI : «ne sont pas déductibles les dettes consenties par le défunt au profit de ses héritiers ou de personnes interposées Néanmoins, lorsque la dette a été consentie par un acte authentique ou par un acte SSP ayant date certaine avant l ouverture de la succession autrement que par le décès de l une des parties contractantes, les héritiers, donataires et légataires, et les personnes réputées interposées ont le droit de prouver la sincérité de cette dette et son existence au jour de l ouverture de la succession» 30

31 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 3. Optimiser fiscalement la transmission à plusieurs générations successives : la clause bénéficiaire démembrée Déductibilité fiscale de la créance de restitution du nupropriétaire : La réponse est très réservée si les parties écartent le quasi-usufruit ou lorsqu une convention particulière d évaluation de la créance de restitution aura été passée entre l usufruitier et le nu-propriétaire Conseil : Il est impératif dans ces deux cas, et généralement vivement conseillé dès lors que le nu-propriétaire est héritier de l usufruitier, de faire constater dans un acte authentique ou dans un acte sous seing privé enregistré (reconnaissance de dettes, ) la créance du nu-propriétaire 31

32 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 3. Optimiser fiscalement la transmission à plusieurs générations successives : la clause bénéficiaire démembrée Précautions pratiques : La clause doit impérativement définir, au minimum : les bénéficiaires de premier, et de second (voire de troisième) rang, ainsi que l articulation entre ceux-ci; àdéfaut, des difficultés risquent de survenir en cas de prédécès de l usufruitier de premier rang notamment si le capital sera effectivement payé sous forme d un quasi-usufruit si l usufruitier est dispensé de l obligation de fournir caution (et de remploi) et de dresser inventaire qui paiera les droits et taxes si le contrat y est soumis 32

33 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 3. Optimiser fiscalement la transmission à plusieurs générations successives : la clause bénéficiaire démembrée Précautions pratiques : Exiger de faire dresser un acte notarié -ou d établir un acte sous seing privé enregistré- entre usufruitier et nu-propriétaire : dans les 6 mois du décès de l assuré afin de constater précisément la nature et le montant des droits qui leur reviennent 33

34 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 4. «Piloter» les capitaux transmis Désignation bénéficiaire avec charges ou conditions Pour être valables, les charges doivent rester accessoires Les obligations et le bénéfice du contrat sont liés L inexécution de la charge ouvre une action aux héritiers du souscripteur Les charges peuvent être révisées judiciairement à la demande du bénéficiaire (après 10 ans, si les circonstances l exigent) 34

35 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 4. «Piloter» les capitaux transmis Exemples d application : Toutes les charges susceptibles d affecter une donation peuvent être mentionnées, notamment, en vue d éviter la dilapidation : Une indisponibilité, qui doit être temporaire et justifiée «par un intérêt sérieux et légitime» Une clause d emploi, faisant obligation au bénéficiaire de réinvestir le capital reçu dans un nouveau contrat d assurance vie, ou une clause de conversion en rente Conseil : il n appartient pas à l assureur de veiller à l exécution de l obligation. Le recours à un Conseil permet de veiller à la légalité de la clause, et surtout, au respect de la volonté du disposant 35

36 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 5. Désigner une personne morale Il peut être envisagé de désigner en qualité de bénéficiaire une société : transparente fiscalement dont la gérance sera confiée à une personne de confiance les parts attribuées aux personnes que l on souhaite avantager et dont les statuts seront rédigés en fonction des objectifs retenus par le souscripteur 36

37 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 5. Désigner une personne morale Les parts pourront être démembrées afin de moduler dans le temps le versement des revenus issus du placement de ce capital. La répartition des pouvoirs entre usufruitiers et nus-propriétaires devra être adaptée aux objectifs poursuivis Au décès de l assuré, la société recevra le capital 37

38 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 5. Désigner une personne morale Pour des raisons fiscales, la désignation bénéficiaire à titre gratuit d une personne morale est à réserver : aux sociétés non soumises à l IS Lorsque la société est soumise à l IS, les capitaux décès constituent un profit taxé dans les conditions de droit commun Lorsque la société est soumise au régime de la transparence fiscale (SC, ), les capitaux décès ne sont pas imposables en tant que revenus entre les mains des associés 38

39 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 5. Désigner une personne morale Pour des raisons fiscales, la désignation bénéficiaire à titre gratuit d une personne morale est à réserver : aux souscriptions < 70 ans Les capitaux décès versés à la société sont soumis au régime des articles 990I et 757 B La société perçoit les capitaux décès, et elle est considérée comme un tiers : si l assuré avait plus de 70 ans lors du paiement des primes, celles-ci seront taxées, après l abattement de , au taux de 60 % (taux des transmissions entre non-parents ) si l assuré avait moins de 70 ans, s applique le prélèvement de 20 % au-delà d un abattement de

40 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 5. Désigner une personne morale La désignation bénéficiaire d une personne morale à titre onéreux obéit à des règles fiscales différentes : Absence de droits à acquitter sur les capitaux décès Les capitaux décès versés à titre onéreux ne sont pas soumis au régime des articles 990 I et 757 B Exemples d application : contrat d assurance garantissant un emprunt, contrat «Homme clé» Taxation au titre du résultat fiscal, mais possibilité de répartition sur 5 ans Dans les contrats Homme clé, et les contrats garantissant un emprunt, l indemnité perçue en cas de décès du dirigeant est taxable, mais ce profit peut être réparti sur l année de réalisation et sur les 4 années suivantes (article 38 quater du CGI) 40

41 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 5. Désigner une personne morale La désignation bénéficiaire d une personne morale à titre onéreux obéit à des règles fiscales différentes : Déductibilité des primes Les primes versées par une entreprise au titre des contrats Homme clé sont déductibles des résultats Les primes versées par une entreprise au titre d un contrat garantissant un emprunt sont déductibles au fur et à mesure des échéances, lorsque la souscription est imposée par le prêteur en vertu du contrat de prêt (à défaut, la déduction est globale) 41

42 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 6. Contrat garantissant un emprunt : faut-il toujours désigner la banque? Pour couvrir le risque de décès de l emprunteur, la banque peut être désignée comme bénéficiaire : en cas de décès du chef d entreprise avant le remboursement, l assureur verse directement le capital à la banque Toutefois, cette solution peut présenter de lourds inconvénients fiscaux : pour l entreprise : profit exceptionnel taxable né du remboursement anticipé du crédit par l assureur pour les héritiers du chef d entreprise : augmentation de la valeur de l entreprise et donc de l assiette des droits de succession défaut de perception d un capital dans le cadre de la fiscalité de l assurance vie 42

43 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 6. Contrat garantissant un emprunt : faut-il toujours désigner la banque? Il peut être envisagé de désigner en qualité de bénéficiaire les HERITIERS : Afin de permettre le maintien du prêt au passif de la succession, les héritiers en assurant la continuation et le remboursement 43

44 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 6. Contrat garantissant un emprunt : faut-il toujours désigner la banque? Différentes solutions pour garantir l affectation du capital décès : gage espèces : les héritiers sont désignés bénéficiaires, à charge pour eux d affecter les capitaux à un gage espèces désignation de la banque comme séquestre versement à un notaire (solution consacrée par le Conseil d Etat, qui a admis également la déductibilité des primes versées par l entreprise) La clause doit bien préciser qu il s agit de la poursuite de la garantie prévue initialement Conseil : Eviter que le capital décès ne transite par le patrimoine de l entreprise (profit exceptionnel) ou intègre directement le patrimoine des héritiers (risque pour le banquier) 44

45 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 7.Faciliter la continuation et la transmission de l entreprise : inter-complémentarités entre la réforme des successions et l assurance vie La réforme des successions et des libéralités (loi du 23 juin 2006) a ouvert de nouvelles possibilités : Couplage pacte de renonciation/assurance vie : Un héritier réservataire présomptif peut renoncer à l exercice de l action en réduction pour atteinte à la réserve, afin de donner au disposant plus de liberté pour transmettre son patrimoine Cette faculté, qui peut permettre la transmission et la sauvegarde de l entreprise, risque de rompre l égalité entre héritiers L assurance vie peut intervenir pour compléter l opération, afin de rétablir l équilibre 45

46 La rédaction de la clause bénéficiaire et ses conséquences 7.Faciliter la continuation et la transmission de l entreprise : inter-complémentarités entre la réforme des successions et l assurance vie La réforme des successions et des libéralités (loi du 23 juin 2006) a ouvert de nouvelles possibilités : Couplage donation partage/assurance vie : Leur domaine est élargi aux donations partages intergénérationnelles, ainsi qu au profit de tiers en cas de transmission d une entreprise individuelle ou exploitée sous forme de société. Ces nouvelles facultés peuvent engendrer les mêmes risques d inégalité L assurance vie peut également venir compenser les ruptures d égalité 46

47 Pays de résidence et pays de souscription: conséquences fiscales 1. Résidence à l étranger lors du paiement d un capital 2. Résidence à l étranger lors du paiement d une rente 3. Résidence à l étranger lors du décès 4. Résidence à l étranger lors de la souscription 5. Résidence à l étranger : ISF et prélèvements sociaux 47

48 Pays de résidence et pays de souscription: conséquences fiscales 1. Résidence à l étranger lors du paiement d un capital Principe : Un non-résident échappe à l impôt sur le revenu en France, sauf à raison de ses revenus de source française (: les produits versés par un Assureur vie établi en France), qui sont taxés en France Application aux produits des rachats ou des arrivées à terme en cas de vie servis à un non-résident lors du paiement (article 125 A III du CGI) : Ils sont obligatoirement justiciables des prélèvements libératoires (PL) de l article A : 35 % si le paiement intervient avant le 4ème anniversaire du contrat 15 % si le paiement intervient entre le 4ème et le 8ème anniversaire du contrat 7,50 % si le paiement intervient après le 8ème anniversaire du contrat - mais il ne bénéficie pas des abattements de ou 9 200, les non-résidents n étant pas assujettis à l IRPP 48

49 Pays de résidence et pays de souscription: conséquences fiscales 1. Résidence à l étranger lors du paiement d un capital Toutefois, l assujettissement est fortement atténué par le jeu des conventions internationales de non double imposition lorsqu il en existe entre la France et le pays de résidence, qui entraînent : soit une exonération de prélèvement libératoire un article «intérêts» donne le droit exclusif d imposer à l Etat de résidence du bénéficiaire soit un plafonnement de celui-ci un article «intérêts» prévoit que l Etat débiteur des produits peut effectuer un prélèvement à la source, variant, selon la convention, entre 10 et 20 % ce prélèvement est imputable sur l impôt sur le revenu acquitté dans l Etat de résidence, sous forme de «crédit d impôt» 49

50 Pays de résidence et pays de souscription: conséquences fiscales Application pratique à quelques pays de résidence : Imposition des intérêts en France par prélèvements libératoires Imposition des intérêts dans l Etat de résidence Convention fiscale internationale Allemagne / oui , art Belgique 15 % maximum / , art. 16 Espagne 10 % maximum / , art. 11 Grande-Bretagne / oui , art. 11 Italie 10 % maximum / , art. 11 Suisse / oui , art

51 Pays de résidence et pays de souscription: conséquences fiscales 2. Résidence à l étranger lors du paiement d une rente Principe : En droit interne, les retraites, pensions et rentes viagères de source française sont imposables en France, par une retenue à la source spécifique lorsqu elles sont servies à des non-résidents (article 182 A du CGI) Base de cette retenue : le montant net des sommes versées, déterminé selon les règles applicables en matière d IR Les rentes viagères à titre onéreux sont imposées à hauteur des % de CGI La retenue est calculée, pour l année 2007, selon le tarif à 3 tranches suivant, correspondant à une durée d un an : > < : 0 % > > : 12 % > > : 20 % 51

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie Incidences de la réforme de la fiscalité successorale Sommaire Grandes lignes de la réforme : - Exonération des successions entre époux ou

Plus en détail

LA PROTECTION DU CONJOINT

LA PROTECTION DU CONJOINT LA PROTECTION DU CONJOINT TROIS AXES DE PROTECTION La prévoyance Pension(s) de réversion des différents régimes Assurance décès Les droits successoraux ou matrimoniaux La place du conjoint dans la succession

Plus en détail

L intérêt de l assurance vie dans la fiscalité de la transmission du patrimoine.

L intérêt de l assurance vie dans la fiscalité de la transmission du patrimoine. L intérêt de l assurance vie dans la fiscalité de la transmission du patrimoine. 1 2 Principe : Les héritiers appelés héritiers réservataires, ne peuvent pas être exclus de votre succession : il s agit

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

La clause bénéficiaire démembrée

La clause bénéficiaire démembrée La clause bénéficiaire démembrée 1 Sommaire Chapitre 1 : Le démembrement du droit de propriété : Généralités Chapitre 2 : Le principe du démembrement de la clause bénéficiaire d un contrat d assurance-vie

Plus en détail

Actualités Patrimoniales

Actualités Patrimoniales SGA FINANCES Actualités Patrimoniales Gestion Privée 21/02/2008 Les avantages du contrat d assurance-vie au regard des nouvelles dispositions résultant de la loi Tepa 1 SOMMAIRE Chap.1- Rappel des principales

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Janvier 2012. Les fiches fiscalité

Janvier 2012. Les fiches fiscalité Janvier 2012 Les fiches fiscalité SOMMAIRE Fiscalité de l assurance vie et du contrat de capitalisation en cas de rachat...p. 1 Fiscalité de l assurance vie en cas de décès...p. 2 Fiscalité du patrimoine...p.

Plus en détail

OU L ASSURANCE DE LA RUINE DU CHEF D ENTREPRISE EMPRUNTEUSE ET DE SES HERITIERS

OU L ASSURANCE DE LA RUINE DU CHEF D ENTREPRISE EMPRUNTEUSE ET DE SES HERITIERS PATRIMOINE L ASSURANCE DECES EN GARANTIE D EMPRUNTS PROFESSIONNELS OU L ASSURANCE DE LA RUINE DU CHEF D ENTREPRISE EMPRUNTEUSE ET DE SES HERITIERS Il faut constater aujourd hui, qu il est pratiquement

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal

Le cadre juridique et fiscal Le cadre juridique et fiscal par François de WITT et Nathalie COT Les régimes matrimoniaux Les droits des successions L optimisation de la succession Les impôts IR, ISF, CSG L Optimisation de l impôt Les

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

La Lettre Tecnic Patrimoine n 4 Le 01 septembre 2008

La Lettre Tecnic Patrimoine n 4 Le 01 septembre 2008 La Lettre Tecnic Patrimoine n 4 Le 01 septembre 2008 www.tecnicpatrimoine.com De l optimisation de la clause bénéficiaire démembrée dans le cadre d un contrat d assurance-vie La clause bénéficiaire démembrée

Plus en détail

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 La loi de finance rectificative pour 2011, dite «réforme de la fiscalité du patrimoine», a été adoptée par le Parlement le 6 juillet

Plus en détail

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? :

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Conférence d information du Me Cécile SADELER Chambre des Notaires de Paris Existe-t-il réellement une liberté de transmettre?

Plus en détail

LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION

LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION Cette fiche a pour finalité de présenter de manière synthétique la fiscalité française en matière de droits de succession

Plus en détail

NEWSLETTER MAI 2013. Assurance vie et Droits de mutation en cas de décès : Quelle attitude adopter depuis le 20 décembre 2012?

NEWSLETTER MAI 2013. Assurance vie et Droits de mutation en cas de décès : Quelle attitude adopter depuis le 20 décembre 2012? NEWSLETTER MAI 2013 Assurance vie et Droits de mutation en cas de décès : Quelle attitude adopter depuis le 20 décembre 2012? Le 20 décembre 2012, l administration fiscale a publié au Bulletin Officiel

Plus en détail

9 ème Université Interprofessionnelle de la transmission d entreprises. Lundi 26 septembre 2011 Région Rhône-Alpes

9 ème Université Interprofessionnelle de la transmission d entreprises. Lundi 26 septembre 2011 Région Rhône-Alpes 9 ème Université Interprofessionnelle de la transmission d entreprises Lundi 26 septembre 2011 Région Rhône-Alpes Le nouvel environnement fiscal de l assurance-vie Animé par : Jean-Pierre Quatrhomme Damien

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 PREMIÈRE PARTIE LES CONSÉQUENCES FINANCIÈRES IMMÉDIATES DU DÉCÈS CHAPITRE

Plus en détail

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE (Art L 136-7-II du code de la sécurité sociale ; Art 125-0 A, 757 B et 990 I du code général des impôts; Instructions Bulletin Officiel des Impôts n 16 du 23

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 L actualité fiscale de l assurance-vie par M. Leroy Assurance vie - fiscalité L actualité fiscale de l assurance

Plus en détail

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS LA FISCALITE DES SUCCESSIONS La succession est assujettie à une fiscalité et peut générer des droits de succession. Les droits de succession sont calculés sur l actif net recueilli par chaque héritier

Plus en détail

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession?

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? 1 SOMMAIRE Les nouveautés successorales de la loi TEPA 2007 Allégement des droits de mutation à titre gratuit Assurance

Plus en détail

«Succession, comment ça marche?»

«Succession, comment ça marche?» «Succession, comment ça marche?» JARVILLE Jeudi 19 mars 2015 Serge CONSTANT Notaire à NANCY Président de la Chambre des Notaires PLAN I. Comment est composée la succession? Cela dépend de la situation

Plus en détail

Parlons Assurance-vie

Parlons Assurance-vie Parlons Assurance-vie Aléa : événement incertain lié au risque assuré par le contrat. Arbitrage : possibilité de modifier la répartition entre les différents supports de placement des primes. Arrérage

Plus en détail

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Animé par : Benoît Baron, Rédacteur en chef - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Grégoire SALIGNON Directeur de l ingénierie

Plus en détail

Assurance vie : pièges, astuces et fiscalité

Assurance vie : pièges, astuces et fiscalité Assurance vie : pièges, astuces et fiscalité Bien souscrire son contrat d'assurance vie Le 14 septembre 2009 - APAI 1- Définition de l'assurance vie 2- Fiscalité en cas de retrait (historique) 3- Fiscalité

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété Tout actif peut faire l objet d une donation. L intérêt d associer le mécanisme de la donation et celui

Plus en détail

Les évolutions fiscales de l assurance-vie. Forum de l'investissement - 15 octobre 2011

Les évolutions fiscales de l assurance-vie. Forum de l'investissement - 15 octobre 2011 Les évolutions fiscales de l assurance-vie Suppression de l avantage fiscal sur les versements Fiscalité en cours de vie du contrat Fiscalité en cas de décès Les contrats des non-résidents Sommaire Suppression

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 33 NOV - DEC 2013

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 33 NOV - DEC 2013 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 33 NOV - DEC 2013 La fiscalité de la désignation bénéficiaire démembrée Jean-Jacques Branche Chargé d Enseignement à l Université

Plus en détail

> Bien comprendre La rédaction de la clause bénéficiaire. Sommaire

> Bien comprendre La rédaction de la clause bénéficiaire. Sommaire > Bien comprendre La rédaction de la clause bénéficiaire Sommaire Assurance vie et clause bénéficiaire : de quoi s agit-il? p. 3 Quand et comment désigner un bénéficiaire? p. 5 Changer de bénéficiaire

Plus en détail

LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS

LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS NEWSLETTER -2014-02 LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS L espérance de vie actuelle de la population et le constat que les patrimoines détenus le sont par les classes

Plus en détail

Les principes fondamentaux de l'assurance-vie

Les principes fondamentaux de l'assurance-vie Les principes fondamentaux de l'assurance-vie L assurance-vie est un contrat aux termes duquel l assureur s oblige envers le souscripteur moyennant une ou plusieurs prime(s), à verser au souscripteur lui-même

Plus en détail

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit Donations, successions Droits de mutation à titre gratuit Août 2012 Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com Territorialité I. - Exonérations des droits de mutation

Plus en détail

Anticiper la transmission de son patrimoine. Vincent DELHOMEL Conseiller en Gestion de Patrimoine

Anticiper la transmission de son patrimoine. Vincent DELHOMEL Conseiller en Gestion de Patrimoine Anticiper la transmission de son patrimoine Vincent DELHOMEL Conseiller en Gestion de Patrimoine Anticiper la transmission de son patrimoine Qui? Quoi? Quand? Comment? Où? Pourquoi? Page 2 1 Quoi : Les

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

L ACCEPTATION DE LA CLAUSE BENEFICIAIRE

L ACCEPTATION DE LA CLAUSE BENEFICIAIRE L ACCEPTATION DE LA CLAUSE BENEFICIAIRE Les bénéficiaires acceptants : Un contrat d assurance vie est une stipulation faite à autrui. Au décès de l assuré, le bénéficiaire profite de cette stipulation:

Plus en détail

5, Cours F. Roosevelt - 69006 LYON - Tél 04 72 69 92 92 - Fax 04 78 93 97 53 - E-Mail b.boutin@notaires.fr

5, Cours F. Roosevelt - 69006 LYON - Tél 04 72 69 92 92 - Fax 04 78 93 97 53 - E-Mail b.boutin@notaires.fr PROTEGER LE CONJOINT SURVIVANT Testament complétant la donation entre époux 1 La donation entre époux, associée à un testament, permettra de léguer à titre particulier, et de fait de définir, du vivant,

Plus en détail

TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE

TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE Charles SANSON Conseiller en gestion de patrimoine 17 MAI 2014 SOMMAIRE La transmission du patrimoine L assurance-vie Questions / Réponses 2014 P.2 LA TRANSMISSION DU PATRIMOINE

Plus en détail

Information donateur Grands-parents Parents. Transmettez dans les meilleures conditions. Réunima EvolutionS IntergénérationS

Information donateur Grands-parents Parents. Transmettez dans les meilleures conditions. Réunima EvolutionS IntergénérationS Information donateur Grands-parents Parents Transmettez dans les meilleures conditions Réunima EvolutionS IntergénérationS La donation Un «coup de pouce financier» Parce qu elle est reconductible tous

Plus en détail

Sérénivie. Le relais de votre protection sociale. Pourquoi Sérénivie? Couverture Prévoyance La réponse Sérénivie Avantages contrat

Sérénivie. Le relais de votre protection sociale. Pourquoi Sérénivie? Couverture Prévoyance La réponse Sérénivie Avantages contrat Quelques chiffres clés Pourquoi Sérénivie? Couverture Prévoyance La réponse Sérénivie Avantages contrat Glossaire Annexe Sérénivie Le relais de votre protection sociale Aujourd hui, vous bénéficiez d une

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Présenté par Damien Corbin Responsable Régional Gestion Privée

Présenté par Damien Corbin Responsable Régional Gestion Privée Pacte Dutreil et transmission d entreprise Aspect donation/succession ISF Novembre 2014 Présenté par Damien Corbin Responsable Régional Gestion Privée Pacte Dutreil Aspect transmission Relativement récent

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE

REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE INTRODUCTION L article 11 de la LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE pour 2011 modifie l article 990I du CGI sur 3 points: 1 Modification du taux de prélèvement lorsque le montant

Plus en détail

Dossier pour réunion 6 avril 2007

Dossier pour réunion 6 avril 2007 Définition / objectif Option Capital / Rente Option Rente Produit de retraite de type «rente différée» à échéance 65 ans, Adhésion facultative 2 options à la souscription du contrat Option capital/rente

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Assurance vie et succession 23/05/2011

Assurance vie et succession 23/05/2011 Assurance vie et succession 23/05/2011 Les enjeux SOMMAIRE Le contrat d assurance vie Contrat d assurance vie dénoué et succession Contrat d assurance vie non dénoué et succession Conclusion Les enjeux

Plus en détail

L assurance-vie. Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions

L assurance-vie. Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions L assurance-vie Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions L assurance-vie Caractéristiques 3 Atouts 7 Solutions 8 2 Caractéristique du contrat d assurance-vie Un contrat d assurance- vie est un contrat en

Plus en détail

Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France

Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France Même en tant que résident belge, vous êtes concernés par cette réforme si vous possédez des biens immobiliers

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

succession Préparer sa

succession Préparer sa u Nous sommes tous concernés par les sucessions : lorsque nous héritons, lorsque nous léguons. Pour éviter d éventuels conflits, mieux vaut s y préparer! Préparer sa succession SOMMAIRE PAGES Préparer

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

Assurance vie, article 757 B du CGI et quasi-usufruit : Un mauvais mélange

Assurance vie, article 757 B du CGI et quasi-usufruit : Un mauvais mélange Assurance vie, article 757 B du CGI et quasi-usufruit : Un mauvais mélange NEWSLETTER 15 270 du 16 MARS 2015 Analyse par STEPHANE PILLEYRE Le quasi-usufruit est souvent perçu par les professionnels de

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE - OBJET : Contrat de Rente survie Base juridique Art.199 septies I 1 du code général des impôts

Plus en détail

!! "#$%&'#()!*)$!$+%%)$$#,-$!)(!*,-&(#,-$!

!! #$%&'#()!*)$!$+%%)$$#,-$!)(!*,-&(#,-$! "#$%&'#()*)$$+%%)$$#,-$)(*,-&(#,-$ &.&(()/)-($ Des abattements sont prévus sur les droits à régler en cas de donation. Ils varient selon le lien qui unit le donateur et le donataire. Dans la limite de

Plus en détail

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours)

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Le champ d application de l ISF... 4 Les personnes imposables... 4 Les biens concernés par

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 96 DU 12 NOVEMBRE 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 7 G-6-10 INSTRUCTION DU 28 OCTOBRE 2010 MUTATIONS A TITRE GRATUIT. SUCCESSIONS. PLAN D EPARGNE RETRAITE POPULAIRE

Plus en détail

1-7-2013. Les droits de l époux survivant en droit successoral allemand, français, luxembourgeois, belge et néerlandais

1-7-2013. Les droits de l époux survivant en droit successoral allemand, français, luxembourgeois, belge et néerlandais Les droits de l époux survivant en droit successoral allemand, français, luxembourgeois, belge et néerlandais Dr. Rembert Süß Institut Notarial Allemand Petit préciput, 1932 p. 2 Code civil allemand (BGB)

Plus en détail

LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION

LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION Cette fiche a pour finalité de présenter de manière synthétique la fiscalité française en matière de droits de succession et de

Plus en détail

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à :

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à : VERVANDIER Pierre-Luc - pierre-luc.vervandier@notaires.fr Réponse du Conseil supérieur du notariat à la consultation publique de la Commission européenne sur les approches possibles pour lever les obstacles

Plus en détail

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts 1 Diversifier son patrimoine. Problématiques liées au développement du patrimoine Minorer les risques Optimiser la fiscalité Développer son patrimoine

Plus en détail

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint Les régimes matrimoniaux et la protection financière du Conjoint Le jeudi 28 novembre 2013 de 18h30 à 20h30, au Château de Brindos, 1 Allée du château à Anglet Pascal SOULAINE, spécialiste de la protection

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

SwissLife Premium Lux. Contrat d assurance vie Luxembourg FR

SwissLife Premium Lux. Contrat d assurance vie Luxembourg FR SwissLife Premium Lux Contrat d assurance vie Luxembourg FR Caractéristiques GENERAL Type de contrat Clients Contrat d'assurance vie à primes libres, lié à une ou plusieurs catégories de fonds. Quel(s)

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE

FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE DEFINITION Le contrat d assurance-vie est une «enveloppe fiscale» sur laquelle on verse des fonds, destinés à un bénéficiaire uniquement en cas de décès du souscripteur. LES

Plus en détail

DROITS D AUTEUR. Préparer sa succession

DROITS D AUTEUR. Préparer sa succession DROITS D AUTEUR Préparer sa succession Tout savoir, tout prévoir Une succession en matière de droits d auteur comporte de nombreuses spécificités. Deux régimes s appliquent : d une part, le droit successoral

Plus en détail

Bien gérer son patrimoine

Bien gérer son patrimoine Bien gérer son patrimoine Yves Gambart de Lignières, 2011 ISBN : 978-2-212-54933-1 Le concubinage ou l union libre Le concubinage suppose une vie commune et une relation stable et continue entre deux personnes

Plus en détail

Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE

Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE La donation-partage est une variété particulière de donation qui permet au donateur, dans un même acte, de donner ses biens et d en faire un

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP ARKEON Pré-cotation

Plus en détail

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial -

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

SwissLife Revenus Garantis

SwissLife Revenus Garantis Les points forts Î Î Î Î Î Î Î Î Î Une solution totalement sûre pour percevoir régulièrement un revenu certain jusqu à la fin de sa vie. Aucun souci de gestion de son patrimoine financier pour l assuré.

Plus en détail

Carnet. L assurance vie et le démembrement. Juin 2012

Carnet. L assurance vie et le démembrement. Juin 2012 Carnet à Thème thème L assurance vie et le démembrement Juin 2012 L ASSURANCE VIE ET LE DÉMEMBREMENT 3 Introduction L assurance vie et le démembrement : une solution pour la transmission du patrimoine

Plus en détail

Réduction d impôt sur le revenu à raison des primes versées

Réduction d impôt sur le revenu à raison des primes versées Assurance-vie Malgré plusieurs réformes restreignant ses avantages fiscaux, l assurance-vie continue de bénéficier d un statut privilégié tant au regard de l impôt sur le revenu que des droits de succession.

Plus en détail

Avenir Épargne Retraite

Avenir Épargne Retraite Avenir Épargne Retraite Le contrat Avenir Épargne Retraite est un contrat d assurance-vie individuel à capital différé. Il offre comme garanties un capital ou une rente viagère en cas de vie du souscripteur-assuré

Plus en détail

PACTE ADJOINT AU DON MANUEL. Dès maintenant, donnez un sens à son avenir

PACTE ADJOINT AU DON MANUEL. Dès maintenant, donnez un sens à son avenir PARTICULIERS professionnels entreprises PACTE ADJOINT AU DON MANUEL Dès maintenant, donnez un sens à son avenir Mode d emploi du pacte adjoint à la donation manuelle Pour mieux comprendre le pacte adjoint

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Assurance et Epargne long terme Sommaire 2009 N 1 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire I. Loi de finances pour 2009 Revalorisation des tranches du barème de l IR 2008 et des tranches du barème de l ISF

Plus en détail

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION MAJ 23/04/12 Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION Une donation peut imposer au donataire une ou plusieurs obligations (charge), ou prévoir une résolution de l

Plus en détail

Assurance-vie et donation intergénérationnelle

Assurance-vie et donation intergénérationnelle ATELIER n 1 Assurance-vie et donation intergénérationnelle Maître Alexandre THUREL, Notaire CONTRAT D'ASSURANCE-VIE, LIBERALITES GRADUELLES ET RESIDUELLES, DROITS PARTAGES SUR LE CAPITAL, DEMEMBREMENT

Plus en détail

FIDROIT. Fidroit pour Le Cercle Invesco 2008

FIDROIT. Fidroit pour Le Cercle Invesco 2008 1 Fidroit pour Le Cercle Invesco 2008 2 Le nouvel environnement fiscal des stratégies d anticipation successorale Olivier ROZENFELD Richard CHALIER 3 Les fondamentaux REGIME MATRIMONIAL ACTIF SUCCESSORAL

Plus en détail

La donation. Les renseignements contenus. dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants

La donation. Les renseignements contenus. dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants Les renseignements contenus dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants La donation du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations,

Plus en détail

Nouvelle clause type : «mon conjoint, à défaut mes héritiers». Contourner les réticences des assureurs aux clauses à option

Nouvelle clause type : «mon conjoint, à défaut mes héritiers». Contourner les réticences des assureurs aux clauses à option Nouvelle clause type : «mon conjoint, à défaut mes héritiers». Contourner les réticences des assureurs aux clauses à option par Jean AULAGNIER 9 juillet 2014 Nous nous efforçons depuis quelques années

Plus en détail

Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions

Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions NEWSLETTER 14 195 du 27 MAI 2014 ANALYSE PAR STEPHANE PILLEYRE Une mise à jour du BOFiP en date du 9 juillet 2013 a intégré une décision

Plus en détail

L essentiel sur. L assurance vie

L essentiel sur. L assurance vie L essentiel sur L assurance vie Qu est-ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier votre capital, pour vous-même ou vos proches. A la fin

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Conférence. Le 22 mars 2007 Château de la Pioline Aix en Provence

Conférence. Le 22 mars 2007 Château de la Pioline Aix en Provence Conférence Le 22 mars 2007 Château de la Pioline Aix en Provence «Assurance-vie, contrat de capitalisation et optimisation patrimoniale» NOVALFI «Gestion Cardinale, réconcilier prudence et performance»

Plus en détail

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96)

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) G ISF SONT EXONERES Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) L'article 6 de la loi de finances pour 1996 (n 95-1346 du 30 décembre 1995 - JO du 31 décembre 1995, p. 19030 et 19031): - précise le champ

Plus en détail

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros Lettre d'information - Mai - Juin 2007 MESURES FISCALES ANNONCÉES PAR LE NOUVEAU GOURVERNEMENT Sous réserve que ces mesures soient votées par le Parlement, certaines de ces mesures seraient applicables

Plus en détail

Comment réduire votre revenu imposable? Fiscalité

Comment réduire votre revenu imposable? Fiscalité Comment réduire votre revenu imposable? Fiscalité Comment réduire votre revenu imposable? Vous cherchez à augmenter votre pouvoir d achat en réduisant vos impôts... Le système fiscal luxembourgeois vous

Plus en détail

ASPECTS FISCAUX DE LA REFORME DES SUCCESSIONS ET DES LIBERALITES. Loi du 23 juin 2006

ASPECTS FISCAUX DE LA REFORME DES SUCCESSIONS ET DES LIBERALITES. Loi du 23 juin 2006 ASPECTS FISCAUX DE LA REFORME DES SUCCESSIONS ET DES LIBERALITES Loi du 23 juin 2006 La loi de finances rectificative pour 2006 (L. n 2006-1771, 30 décembre 2006, JO 31 décembre 2006) introduit dans le

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Septembre - Octobre 2012 1 SOMMAIRE Actualité patrimoniale et juridique p. 3 Les modalités d application du Trust enfin définies (BOI-PAT-ISF-30-20-30-20121016 et BOI-ENR-DMTG-30-20121016)

Plus en détail

LA DONATION ENTRE VIFS

LA DONATION ENTRE VIFS Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA DONATION ENTRE VIFS La donation entre vifs est l acte par lequel le donateur se dépouille actuellement et irrévocablement d un bien ou d un droit au profit

Plus en détail

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital 217 5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital Les assurances vie constitutives de capital couvrent principalement l assurance mixte et ses différentes variantes. Il y a donc

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

Allianz Intergénérations

Allianz Intergénérations Allianz Intergénérations Profitez des mesures en faveur des donations et offrez à vos petits-enfants le capital qui les aidera à bien démarrer dans la vie. Pour de plus amples renseignements, votre Conseiller

Plus en détail

principales mesures du «paquet fiscal»

principales mesures du «paquet fiscal» principales mesures du «paquet fiscal» Loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat, publiée au Journal officiel le 22 août 2007. Les principales mesures en matière patrimoniale sont les

Plus en détail

Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL

Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL DOSSIER SUCCESSORAL Informations générales Actif net successoral Réserve - quotité disponible Répartition de la succession Droits de succession de Quentin COMTE Droits de succession de Elodie COMTE Droits

Plus en détail