Définitions. Définitions sur le logement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Définitions. Définitions sur le logement"

Transcription

1 Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons et doit disposer d un accès indépendant sur l extérieur ou d autres parties communes accessibles de l immeuble. L utilisation en tant qu habitation ne dépend pas de sa destination primitive : les anciens logements, utilisés à des fins professionnelles sont exclus et inversement des locaux professionnels utilisés comme habitation sont pris en compte. Catégorie de logement Les quatre catégories correspondent à l usage du logement : Résidence principale : logement occupé la majeure partie de l année par un ménage ; Résidence secondaire : logement utilisé occasionnellement pour les loisirs (vacances, fins de semaine, etc.) ; Résidence occasionnelle : logement utilisé occasionnellement pour raisons professionnelles ; Logement vacant : local à usage d habitation sans occupant. Il peut être disponible pour la vente ou la location ou attribué, mais non occupé par son propriétaire. Type de logement Les logements sont distingués comme suit : Les maisons individuelles ; Les logements dans un immeuble collectif. Les petits immeubles collectifs comprennent entre 2 et 9 logements, ceux de taille moyenne entre 10 et 49 logements, tandis que les grands immeubles collectifs correspondent à 50 logements ou plus ; Les logements d un autre type : pièce indépendante (ayant sa propre entrée), logement-foyer pour personnes âgées, ferme, bâtiment d exploitation agricole, chambre d hôtel, construction provisoire, habitation de fortune, logement dans un immeuble collectif à usage autre que d habitation (usine, bureaux, commerce, bâtiment public). La qualité du parc de logement Les critères de qualité retenus sont ceux qui avaient fait l objet de l étude «Une approche de la qualité des logements» en 2002 [4]. Les défauts de qualité sont au nombre de quinze : Présence de signes d humidité sur certains murs ; Les problèmes structurels : o Fissures ouvertes ou trous dans les planchers (dans lesquels quelqu un pourrait trébucher), o Mauvais état du revêtement et de l aspect de la façade extérieure (immeuble menaçant de tomber en ruine),o Présence d infiltrations d eau, au cours des douze derniers mois, provenant de l extérieur du logement, due à un problème d étanchéité ou d isolation, o Froid dans le logement de plus de 24 heures au cours des douze derniers mois, dû à une installation de chauffage insuffisante, o Absence d eau courante, o Absence de cuisine ou d installation pour faire la cuisine ; 63

2 Les défauts d équipements : o Absence de W.-C. à l intérieur (pour les logements d une pièce, absence de W.-C. à l intérieur comme à l extérieur), o Absence de salle d eau (pour les logements d une pièce, absence d eau chaude), o Une partie des fils électriques n est ni encastrée, ni protégée par des baguettes, o Absence d équipement en prise de terre ; Les difficultés occasionnelles au cours de douze derniers mois: o Inondation dans le logement à cause de fuites d eau dans la plomberie du logement, o Problème d évacuation des W.-C., o Froid dans le logement de plus de 24 heures, dû à une panne de l installation de chauffage ; Exposition du logement médiocre. Taille du logement Deux mesures sont utilisées, le nombre de pièces d habitation et la surface habitable. Entrées, couloirs, vérandas, cuisines de moins de 12 m 2 et pièces à usage professionnel ne sont pas comptées parmi les pièces d habitation. La surface habitable comprend la surface totale du logement hors véranda et pièces à usage professionnel. Indice de peuplement du logement (ou norme d occupation) L indice de peuplement caractérise le degré d occupation du logement, par comparaison entre le nombre de pièces du logement et une norme calculée en fonction de la composition du ménage. Cette norme, arrêtée en 1968 en accord avec le ministère de l Équipement, attribue à chaque ménage : Une pièce de séjour ; Une pièce pour chaque personne de référence d une famille ; Une pièce pour chaque personne hors famille, non célibataire ; Une pièce pour chaque célibataire de 19 ans ou plus ; Une pièce pour deux enfants de moins de 19 ans, à condition qu ils soient de même sexe, sauf s ils ont tous deux moins de 7 ans ; Une pièce pour l ensemble des domestiques et salariés logés par le ménage. Il existe cependant une exception : sont exclus de la catégorie des logements surpeuplés les logements d une pièce de plus de 25 m 2 occupés par une seule personne et est considéré comme surpeuplé un logement comportant autant ou plus de pièces que la norme donnée ci-dessus mais offrant moins de 18 m 2 par personne. L indice de peuplement est ici défini comme suit : Sous-peuplement : le logement compte au moins deux pièces de plus que la norme ; Peuplement normal : le nombre de pièces du logement est égal ou supérieur d une pièce à la norme ; Surpeuplement : le logement compte au moins une pièce de moins que la norme. Loi de 1948 La loi du 1er septembre 1948 fut créée avec pour objectif de protéger les locataires contre une flambée excessive des loyers dans les grandes villes. Au sortir de la guerre, l inflation et l offre insuffisante de logements constituaient autant d obstacles à la location. La loi, qui s applique aux logements construits avant 1948, y remédia en partie en instaurant des loyers conventionnés (fixés chaque année par décret), ceci afin que même les plus démunis puissent se loger. En 2001, environ logements restent sous le régime de cette loi, dont les deux tiers à Paris. Orha Nord-Pas-de-Calais 64 Les Cahiers de l Orha - Décembre 2004

3 Définitions sur les revenus et les dépenses Euros courants/euros constants Un prix en euros courants (prix d achat d un logement, loyer, dépenses d énergie, etc.), est un prix nominal observé à un moment donné. Pour pouvoir comparer des prix sur plusieurs périodes, on corrige des effets de l inflation ; ce faisant, on exprime des prix en euros constants, c est-à-dire exprimés dans une unité monétaire dont le pouvoir d achat serait resté identique entre la période de base et la période courante. Revenus Le revenu du ménage est la somme des revenus individuels ramenés à une période de douze mois. Il s agit du revenu brut, net de cotisations sociales, avant abattement fiscal et paiement des impôts. Les revenus individuels sont collectés dans le détail, pour chaque membre du ménage et par nature de revenu. Les revenus pris en compte sont : Les salaires et traitements ; Les équivalents annuels des primes et indemnités ; Les indemnités de chômage ; Les prestations familiales ; Le revenu minimal d insertion ; Les pensions alimentaires ou non, retraites, préretraites et rentes ; Les revenus non salariaux ; Les revenus du capital immobilier ; Les revenus du capital mobilier ; Les autres prestations, autres revenus (leçons particulières, aides régulières de la famille, etc.). Ils n incluent pas les aides au logement. L aide au logement et l aide personnalisée au logement ne sont pas considérées comme un supplément de revenu mais comme une minoration de la charge financière même lorsque le ménage les perçoit directement. Décile de revenu par unité de consommation Les déciles de revenu sont les valeurs qui divisent une distribution de revenus par UC en dix classes d effectif égal. Par exemple, le premier décile correspond au niveau de revenu au-dessous duquel se situe 10% de la population régionale. Niveau de vie et unités de consommation Le niveau de vie est égal au revenu disponible du ménage divisé par le nombre d unités de consommation (UC). Le niveau de vie est donc le même pour tous les individus d un même ménage. Le nombre d unités de consommation d un ménage est la somme de coefficients de consommation affectées à chaque individu membre du ménage. Les coefficients utilisés sont ceux de l échelle OCDE : 1 pour le premier adulte du ménage ; 0,5 pour chacun des adultes suivants (personne de 14 ans ou plus) ; 0,3 pour chaque enfant du ménage (personne de moins de 14 ans). Seuil de pauvreté, ménages les plus pauvres, ménages modestes On considère que le niveau de vie d un ménage, mesuré par son revenu total par unité de consommation, est inférieur au seuil de pauvreté s il est inférieur à la demi-médiane des revenus par unité de consommation observée France entière. Les ménages dits les plus pauvres sont ceux dont les revenus sont au-dessous du seuil de pauvreté. Un ménage est considéré comme modeste lorsque son niveau de vie est supérieur au seuil de pauvreté mais inférieur au troisième décile. 67

4 Dépenses d énergie Le questionnaire de l enquête logement interroge les ménages sur les dépenses d énergie quel que soit leur statut d occupation ou le type de logement, c est-à-dire aussi bien pour le propriétaire d un pavillon individuel que pour le locataire en immeuble avec chauffage collectif. Inclure les dépenses d énergie permet ainsi d avoir une meilleure approche comptable de la masse des dépenses liées au logement, et de mieux rendre compte du niveau d effort financier des ménages. Orha Nord-Pas-de-Calais 68 Les Cahiers de l Orha - Décembre 2004

5 Définitions sur les variables financières Charge financière brute C est le coût annuel relatif au droit d occupation de la résidence principale seule, supporté par le ménage. Pour les accédants, il s agit du montant total brut, assurances comprises, des remboursements effectués au cours des douze derniers mois au titre des prêts contractés pour l achat du terrain et du logement. Pour les locataires, il s agit du loyer annuel acquitté au titre de l occupation de la résidence principale seule. Les logés gratuitement ainsi que les propriétaires non accédants ont une charge financière brute nulle puisqu ils n acquittent respectivement aucun loyer ni aucun prêt pour leur résidence principale. La charge financière brute des fermiers-métayers est elle aussi nulle, car le loyer acquitté spécifiquement pour l occupation de leur résidence principale ne peut être isolé, il est indissociable du loyer des terres et locaux à usage professionnel. Les charges collectives et individuelles, lorsqu elles peuvent être dissociées du loyer, sont exclues. Charge financière nette La charge financière nette est obtenue en soustrayant le montant annuel d aide au logement éventuellement perçue par le ménage de la charge financière brute. Lorsque le montant de l aide est supérieur à la charge financière brute, la charge financière nette est considérée comme nulle. Charge financière brute totale Il s agit de la charge financière brute, augmentée des dépenses en eau et en énergie, ainsi que des charges collectives. Charge financière nette totale Il s agit de la charge financière nette, augmentée des dépenses en eau et en énergie, ainsi que des charges collectives. Taux d effort Le taux d effort (brut ou net) est le rapport entre la charge financière (brute ou nette) et le revenu annuel total du ménage. Ces indicateurs permettent de mesurer le poids de la dépense liée à l occupation du logement sur le budget des ménages et le pouvoir «solvabilisateur» des aides. D autres calculs sont également possibles en intégrant les charges locatives ou les charges de copropriété au numérateur, ainsi que les dépenses en eau et en énergie (taux d effort brut total ou taux d effort net total si les aides au logement sont déduites). 69

6 Statut d occupation Les statuts d occupation utilisés pour les tableaux, sauf indication contraire, reposent sur les définitions suivantes : I. Propriétaires : ensemble des propriétaires de leur résidence principale, accédants ou non. Parmi ceux-ci, deux grandes classes sont retenues : A. Propriétaires non accédants : propriétaires de leur résidence principale, sans prêt immobilier en cours, B. Propriétaires accédants : accédants à la propriété de leur résidence principale ayant un ou plusieurs prêts concernant cet achat en cours de remboursement. Les accédants sont ventilés selon la date d acquisition de leur propriété : Accédants récents : ont acquis leur propriété il y a quatre ans ou moins, Accédants anciens : ont acquis leur propriété il y a plus de quatre ans ; II. Locataires : ensemble des locataires de leur résidence principale qu ils louent un logement vide ou non A. Locataires d un logement loué vide, ventilés selon le secteur de location : Locataires du secteur social : se composent des locataires HLM conventionné ou non, des locataires des autres secteurs sociaux non soumis à la loi de 1948 et des locataires d un logement soumis à la loi de 1948, Locataires du secteur libre : comprennent les locataires d un logement loué vide à loyer «libre», B. Autres locataires : incluent les sous-locataires, et les locataires en meublé, hôtel ou garni, etc. ; III. Autres cas : regroupent deux modalités : A. Fermiers-métayers, B. Logés gratuitement : logés par l employeur, par la famille, par une autre personne physique ou morale, ou à la suite d une vente en viager. NB : Le statut d occupation est une caractéristique du ménage et non de la personne de référence. Ainsi le terme «propriétaires» utilisé dans l étude signifie «ménages propriétaires de leur résidence principale». Par «propriétaire», il faut entendre qu un des habitants du logement en est le propriétaire ; cette personne n est pas forcément la personne de référence du ménage (couple vivant chez la mère veuve de l un des conjoints par exemple). À l inverse, les «locataires» incluent les ménages dont la personne de référence est propriétaire d un logement qui n est pas sa résidence principale (couple louant sa résidence principale, tout en étant propriétaire d une résidence secondaire, par exemple). Orha Nord-Pas-de-Calais 66 Les Cahiers de l Orha - Décembre 2004

7 Définitions sur les ménages Ménage, famille Un ménage est constitué de toutes les personnes habitant sous un même toit quel que soit leur lien de parenté. Il y a égalité stricte entre le nombre de ménages et le nombre de résidences principales. Une famille se compose au minimum de deux personnes, elle s entend comme un cadre susceptible d accueillir un ou plusieurs enfants : elle peut donc être constituée soit par un couple marié ou non, avec ou sans enfants, soit par une personne sans conjoint et ses enfants. Dans ce dernier cas, il s agit d une famille monoparentale. Les individus n appartenant à aucune famille du ménage sont appelés personnes isolées. Cette partition des individus composant le ménage en familles et personnes isolées engendre quatre types de ménages : Les personnes seules : «ménages d une personne» ; Les ménages de plusieurs personnes sans liens familiaux : ménages composés uniquement de personnes isolées ; Les familles monoparentales : ménages comportant au moins une famille monoparentale et le cas échéant des personnes isolées, mais ne comprenant pas de couple ; Les couples : ménages comportant au moins un couple. Personne de référence du ménage Il existe une seule personne de référence par ménage. Cette personne est déterminée en fonction de sa situation familiale (vie en couple, famille monoparentale, autre), de son sexe, de son âge et de l exercice d une activité professionnelle. Détermination de la personne de référence Le ménage est composé de... - un ou plusieurs couples mariés ou de fait, avec ou sans enfants. - À défaut de couple, il existe une famille monoparentale : une mère ou père sans conjoint avec des enfants célibataires, ces enfants étant eux-mêmes sans conjoint et sans enfants. - À défaut de couple ou de famille monoparentale. (1) Y compris les chômeurs. Soit... - Un couple. - Deux couples ou plus. - Une famille monoparentale. - Deux familles monoparentales ou plus. - Toutes les personnes du logement sont considérées comme des personnes «isolées». La personne de référence est... - le conjoint marié ou de fait. - parmi les conjoints masculins mariés ou de fait, l actif (1) le plus âgé. - la mère ou le père des enfants. - parmi les mères ou les pères des enfants, la personne active (1) la plus âgée. - parmi toutes les personnes «isolées», la personne active (1) la plus âgée ou à défaut de personne active, la personne la plus âgée. Cas particuliers : Les salariés logés chez l employeur, même s ils constituent un couple ou une famille monoparentale, ne seront jamais retenus comme personne de référence. Celle-ci est alors choisie parmi le(s) autre(s) couple(s) ou autre(s) famille(s) monoparentale(s) ou autre(s) personne(s) isolée(s) du ménage. L ascendant (grand-père, grand-mère) sans conjoint élevant seul(e) des petits-enfants ne constitue pas une famille monoparentale. Dans ce cas, l ascendant et ses petits enfants seront assimilés à des «isolés». En aucun cas, un enfant de moins de 15 ans ne peut être reconnu comme une personne de référence. 65

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons et doit disposer d un

Plus en détail

Déclaration de ressources Complément (12 mois)

Déclaration de ressources Complément (12 mois) RETRAITE DE Déclaration de ressources Complément (12 mois) Professionnel libéral (art. L. 643-7 du code de la Sécurité sociale) Salarié du régime général et du régime agricole (art. L. 353-1 et suivants

Plus en détail

Parc et statut d occupation

Parc et statut d occupation Parc et statut d occupation Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques 7 1.1 - PARC DE LOGEMENTS Le parc de logement est constitué de 33,5 millions de logements

Plus en détail

Votre déclaration de situation familiale et de ressources sur 12 mois pour ASI ou ASPA

Votre déclaration de situation familiale et de ressources sur 12 mois pour ASI ou ASPA 50637#03 Cette notice a été réalisée pour vous air à mieux compléter votre déclaration. En effet, pour l attribution certaines nos prestations : l allocation supplémentaire d invalidité, l allocation solidarité

Plus en détail

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R 2013 LUXEMBOURG : FISCALITé des personnes physiques F R Classe d impôts sans enfant Avec enfant(s) à charge Âgé d au moins 64 ans au 1 er janvier Célibataire 1 1a 1a Marié/ Partenaire 2 2 2 Séparé 1 1a

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

DES LOYERS DE PLUS EN PLUS SENSIBLES AU CADRE DE VIE Virginie CHRISTEL*

DES LOYERS DE PLUS EN PLUS SENSIBLES AU CADRE DE VIE Virginie CHRISTEL* DES LOYERS DE PLUS EN PLUS SENSIBLES AU CADRE DE VIE Virginie CHRISTEL* En 2002, en métropole, quatre ménages sur dix sont locataires de leur résidence principale. Ils occupent un logement de 68 m 2 en

Plus en détail

> GUIDE DU BAILLEUR. Votre locataire, la Caf et vous

> GUIDE DU BAILLEUR. Votre locataire, la Caf et vous > GUIDE DU BAILLEUR Votre locataire, la Caf et vous 1 Préambule Propriétaires, bailleurs, vous louez un ou plusieurs logements à des personnes allocataires d une Caf. Savez-vous que les Caf aident près

Plus en détail

Requête en réclamation d aliments (articles 205 et suivants du Code Civil)

Requête en réclamation d aliments (articles 205 et suivants du Code Civil) présentée à Requête en réclamation d aliments (articles 205 et suivants du Code Civil) Monsieur ou Madame le Juge aux Affaires Familiales TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE 21 Place Saint Pierre 55 000 BAR-LE-DUC

Plus en détail

ASSURANCE INVALIDITE-DECES ET VIEILLESSE DES PROFESSIONS LIBERALES

ASSURANCE INVALIDITE-DECES ET VIEILLESSE DES PROFESSIONS LIBERALES ASSURANCE INVALIDITE-DECES ET VIEILLESSE DES PROFESSIONS LIBERALES avril 01 Informations pratiques Informations pratiques Informations pratiques Vous trouverez dans ce dossier ce dont vous avez besoin

Plus en détail

Demande de logement. Chez: Numéro postal: Localité: à son compte Pourcentage de l activité: % Motif si inférieur à 100%

Demande de logement. Chez: Numéro postal: Localité: à son compte Pourcentage de l activité: % Motif si inférieur à 100% Guichets ouverts de 11 à 15 heures 1. Demandeur Demanderesse Demande de logement Reservé à l administration Dossier No Date: social libre Domicile Rue: Chez: Numéro postal: Localité: Tél. privé: Tél. portable:

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Inégalités de niveau de vie et pauvreté

Inégalités de niveau de vie et pauvreté Inégalités de niveau de vie et pauvreté Cédric Houdré, Nathalie Missègue, Juliette Ponceau* En 2010, le niveau de vie de la majorité de la population stagne ou baisse, après avoir faiblement augmenté l

Plus en détail

Allocations de déménagement et de loyer (ADEL)

Allocations de déménagement et de loyer (ADEL) Allocations de déménagement et de loyer (ADEL) INFORMATIONS GÉNÉRALES Statistiques voisines Périodicité Ponctualité Propriété Les allocations de déménagement et de loyer sont octroyées aux personnes quittant

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété

Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété 1. Caractéristiques et champ d application d une Assurance Immeuble : Existe -t-il une obligation d assurance? Aucun texte

Plus en détail

Demande d allocation de solidarité aux personnes âgées

Demande d allocation de solidarité aux personnes âgées Nous sommes là pour vous aider Demande d allocation de solidarité aux personnes âgées Cette notice a été réalisée pour vous aider à établir vos demande et déclaration de ressources. Pour nous contacter

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

Demande d allocation de solidarité aux personnes âgées

Demande d allocation de solidarité aux personnes âgées Nous sommes là pour vous aider Demande d allocation de solidarité aux personnes âgées Cette notice a été réalisée pour vous aider à établir vos demande et déclaration de ressources. Pour nous contacter

Plus en détail

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010 Composante du produit no 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Bien-être économique par Cara Williams Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG

Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG 2.03 Cotisations Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref L assurance-vieillesse et survivants (AVS), l assurance-invalidité (AI)

Plus en détail

Demande. d intervention sociale. 1 - le demandeur (écrire en lettres majuscules et en noir) 2 - le conjoint actuel

Demande. d intervention sociale. 1 - le demandeur (écrire en lettres majuscules et en noir) 2 - le conjoint actuel Demande d intervention sociale Confidentiel Cadre réservé au service 1 - le demandeur (écrire en lettres majuscules et en noir) actif chômeur (1) retraité autre, précisez : nom de naissance : prénom :

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Document N 09 Document de travail, n engage pas le Conseil Les allocataires du minimum vieillesse : parcours et conditions de vie

Document N 09 Document de travail, n engage pas le Conseil Les allocataires du minimum vieillesse : parcours et conditions de vie CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 22 janvier 2014 à 14h30 «Niveau des pensions et niveau de vie des retraités» Document N 09 Document de travail, n engage pas le Conseil Les allocataires

Plus en détail

Affiliation comme personne sans activité lucrative

Affiliation comme personne sans activité lucrative Pour nous, la qualité est importante Obligation de cotiser à l'avs Affiliation comme personne sans activité lucrative Etes-vous inscrit(e) comme personne sans activité lucrative auprès d une autre caisse

Plus en détail

COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015

COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015 COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015 Après avoir lu la circulaire, nous vous invitons à suivre le présent guide pour vous aider à remplir les différentes rubriques de votre (vos) formulaire(s) de

Plus en détail

Les formulaires à remplir

Les formulaires à remplir Les formulaires à remplir En plus de votre déclaration de revenus habituelle 2042, vous devrez envoyer à l administration fiscale trois formulaires cerfa supplémentaires : 1. Le Cerfa 2044-EB (statut du

Plus en détail

4. LISTE DES PERSONNES VIVANTS À LA MÊME ADRESSE (ADULTES ET ENFANTS)

4. LISTE DES PERSONNES VIVANTS À LA MÊME ADRESSE (ADULTES ET ENFANTS) (Réservé à l administration) No du dossier : Montant accordé : $ DEMANDE D AIDE FINANCIÈRE pour l année scolaire 2015-2016 1. IDENTIFICATION DE L ÉLÈVE Document confidentiel Nom de l élève : Adresse :

Plus en détail

TP 2 - M2204 FISCALITÉ DES PERSONNES PHYSIQUES

TP 2 - M2204 FISCALITÉ DES PERSONNES PHYSIQUES TP 2 - M2204 FISCALITÉ DES PERSONNES PHYSIQUES EXERCICE 1 TRAITEMENTS ET SALAIRES M. PACCOLINI a été embauché fin septembre N comme chauffeur livreur routier dans la SA DARCO Transports. Son patron lui

Plus en détail

Guide simplifié de la déclaration des revenus fonciers

Guide simplifié de la déclaration des revenus fonciers logiciel de gestion locative mais assez complêt Guide simplifié de la déclaration des revenus fonciers POUR PARTICULIERS BAILLEURS Gérer seul son bien est la solution la plus économique et Rentila.com

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 Formulaire de contact accessible sur notre site Internet www.crpcen.fr AIDES SOCIALES 2015 Cocher

Plus en détail

La vente d immeuble en l état futur d achèvement

La vente d immeuble en l état futur d achèvement La vente d immeuble en l état futur d achèvement La Vente en l état futur d achèvement (VEFA), communément appelée «achat sur plan», ce qui résume son objet, est le contrat par lequel une personne, l acquéreur,

Plus en détail

OPAH - RU de CASTELNAUDARY DOSSIER D'INFORMATION PROPRIETAIRES BAILLEURS

OPAH - RU de CASTELNAUDARY DOSSIER D'INFORMATION PROPRIETAIRES BAILLEURS OPAH - RU de CASTELNAUDARY DOSSIER D'INFORMATION PROPRIETAIRES BAILLEURS La Ville de Castelnaudary, soutenue par l Anah et le Département de l Aude, lance une Opération Programmée pour l Amélioration de

Plus en détail

LC 21 531. Le parc immobilier de la Ville de Genève comprend des logements à caractère social et, en raison

LC 21 531. Le parc immobilier de la Ville de Genève comprend des logements à caractère social et, en raison Règlement fixant les conditions de location des logements à caractère social de la Ville de Genève LC Adopté par le Conseil municipal le 8 février 009 Entrée en vigueur le 8 avril 009 Le Conseil municipal

Plus en détail

Plan d'epargne Retraite Populaire

Plan d'epargne Retraite Populaire Plan d'epargne Retraite Populaire Préparez votre retraite en bénéficiant d une fiscalité avantageuse (1) grâce au Plan d Épargne Retraite Populaire. EN BREF Le Plan d Épargne Retraite Populaire est un

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

Barème de l impôt sur le revenu

Barème de l impôt sur le revenu Refonte du barème Barème de l impôt sur le revenu Suppression de la première tranche d imposition au taux de 5,5 % Revalorisation des limites et seuils associés au barème de 0,5 % Barème applicable à l

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2008/3 12 février 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS Réunion

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA FORTUNE

L IMPÔT SUR LA FORTUNE L IMPÔT SUR LA FORTUNE Cet impôt a succédé à l'«impôt sur les grandes fortunes» (IGF) créé en 1982. Créé par la loi de finances pour 1989, il reprend les mécanismes et la philosophie de l'igf, supprimé

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

Impôts 2014. Taxe d habitation. Mairie

Impôts 2014. Taxe d habitation. Mairie Impôts 2014 Taxe d habitation Mairie La taxe d habitation 2014 est établie au nom des personnes qui ont, au 1 er janvier 2014, la disposition ou la jouissance, à titre privatif, d une habitation meublée.

Plus en détail

Affiliation comme personne sans activité lucrative

Affiliation comme personne sans activité lucrative Caisse de compensation PROMEA Ifangstrasse 8, case postale, 8952 Schlieren Tél. 044 738 53 53, 044 738 53 73 info@promea.ch, www.promea.ch Obligation de cotiser à l'avs Affiliation comme personne sans

Plus en détail

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE Le Maroc a mis en place un plan d action ambitieux dans le but de se convertir en une destination touristique attractive. Dans ce cadre, il s est doté d une législation

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

05.025 é Loi sur le nouveau régime de financement des soins

05.025 é Loi sur le nouveau régime de financement des soins e-parl 8.09.007 4: Conseil des Etats Session d'automne 007 05.05 é Loi sur le nouveau régime de financement des soins Droit en vigueur Projet du Conseil fédéral Décision du Conseil des Etats Décision du

Plus en détail

les derniers salaires qui comptent

les derniers salaires qui comptent 1Ce sont les derniers salaires qui comptent Le montant de l allocation d aide au retour à l emploi est calculé sur la base du «salaire journalier de référence» établi à partir des rémunérations perçues

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

CIRCULAIRE N 23 DETTES ET LA FAILLITE)

CIRCULAIRE N 23 DETTES ET LA FAILLITE) RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA TRIBUNAL CANTONAL COUR DES POURSUITES ET FAILLITES EN SA QUALITÉ D'AUTORITÉ CANTONALE DE SURVEILLANCE CIRCULAIRE N 23 LIGNES DIRECTRICES POUR LE CALCUL DU MINIMUM VITAL DU

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Affiliation comme personne sans activité lucrative

Affiliation comme personne sans activité lucrative Ver#m Ifangstrasse 8?Postfach?8952 Schlieren Tel. 044 738 20 70? 044 738 20 77 ak043@verom.ch?www.verom.ch Ausgleichskasse Caisse de compensation Cassa di compensatione ABC Obligation de cotiser à l'avs

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature Avantages en nature Textes de référence : Arrêté du 10 décembre 2002 relatif l évaluation des avantages en nature en vue du calcul des cotisations de sécurité sociale. Observation préalable : Afin d accompagner

Plus en détail

La Grâce de Dieu. Portraits de quartiers prioritaires de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie CAEN

La Grâce de Dieu. Portraits de quartiers prioritaires de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie CAEN Quartier situé sur la commune de CAEN 4 611 habitants en 2011, soit 2 % de la population de solida territ rités oriales ui n 2015 J La Grâce de Dieu O RVATO I RE Portraits de quartiers prioritaires de

Plus en détail

Formulaire de demande d aide financière extra-légale

Formulaire de demande d aide financière extra-légale Formulaire de demande d aide financière extra-légale pour les personnes en situation de handicap Bénéficiaire NOM, Prénom Date de naissance Assuré Conjoint Personne vivant maritalement avec l assuré Enfant

Plus en détail

Demande de location d un logement

Demande de location d un logement Siège social : Rue Trieu Kaisin 70 6061 Montignies-sur-Sambre WEB : www.lasambrienne.be TEL : 071/272.000 MAIL : info@lasambrienne.be N Entreprise 0401.661.459 RPM Charleroi Demande de location d un logement

Plus en détail

En Seine-Saint-Denis, un parc de logements diversifié pour des ménages souvent modestes

En Seine-Saint-Denis, un parc de logements diversifié pour des ménages souvent modestes ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 373 - Octobre 211 Territoire En Seine-Saint-Denis, un parc de logements diversifié pour des ménages souvent modestes Le parc de logements de Seine-Saint-Denis est diversifié.

Plus en détail

Sur. l AIDE SOCIALE A L HERBERGEMENT DES PERSONNES HANDICAPEES

Sur. l AIDE SOCIALE A L HERBERGEMENT DES PERSONNES HANDICAPEES MEMENTO Sur l AIDE SOCIALE A L HERBERGEMENT DES PERSONNES HANDICAPEES Avril 2012 Préambule Ce mémento a pour objectif d accompagner l ensemble des bénéficiaires et des partenaires en complément du Règlement

Plus en détail

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement,

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement, Ministère de l emploi, du travail et de la santé Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche,

Plus en détail

DEDUCTION FRAIS REELS/FRAIS FORFAITAIRES TABLEAU COMPARATIF IMPOT A LA SOURCE/DECLARATION

DEDUCTION FRAIS REELS/FRAIS FORFAITAIRES TABLEAU COMPARATIF IMPOT A LA SOURCE/DECLARATION DEDUCTION FRAIS REELS/FRAIS FORFAITAIRES TABLEAU COMPARATIF IMPOT A LA SOURCE/DECLARATION 2012 Données indicatives. Se reporter au guide de l administration fiscale pour toutes précisions Catégorie de

Plus en détail

Constat amiable Dégâts des eaux

Constat amiable Dégâts des eaux couv.constat 11/01/08 10:18 Page 1 Des contrats pour tous La Macif, assureur de la famille, premier en automobile et habitation, vous propose une large gamme de garanties et services, en réponse à chacun

Plus en détail

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université Dans la même collection Droit du web 2.0 Droit des assurances Droit des sociétés Droit du travail Droit de l immobilier La

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103 PARIS, le 09/07/2003 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DES ORIENTATIONS DU RECOUVREMENT DIROR LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103 OBJET : Mise en oeuvre de la nouvelle réglementation relative à l'évaluation des

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

Les Aides complémentaires non liées à la mobilité Avance Loca Pass

Les Aides complémentaires non liées à la mobilité Avance Loca Pass Les Aides complémentaires non liées à la mobilité Avance Loca Pass - Salarié(e) des entreprises du secteur privé non agricole, quelle que soit leur ancienneté et la nature de leur contrat de travail -

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Pour vous aider à financer les travaux de rénovation énergétique de votre logement L éco-prêt à taux zéro est un dispositif

Plus en détail

Évaluation de l admissibilité financière aux certificats d aide juridique

Évaluation de l admissibilité financière aux certificats d aide juridique Évaluation de l admissibilité financière aux certificats d aide juridique Version 1.1 Contenu Politique... 3 Critère du revenu... 3 Critère de l actif... 4 Définition de l unité familiale... 5 Annexe A...

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

Ma banque. Les prêts hypothécaires BCJ

Ma banque. Les prêts hypothécaires BCJ Les prêts hypothécaires BCJ Ma banque Simple et avantageux, les prêts hypothécaires BCJ. Vous pensez qu il est plus avantageux d acheter son logement que de continuer à payer un loyer à fonds perdus?

Plus en détail

GARANTIE DES LOYERS IMPAYES DETERIORATIONS IMMOBILIERES ET PROTECTION JURIDIQUE QUESTIONNAIRE D ADHESION - BAILLEUR INDIVIDUEL -

GARANTIE DES LOYERS IMPAYES DETERIORATIONS IMMOBILIERES ET PROTECTION JURIDIQUE QUESTIONNAIRE D ADHESION - BAILLEUR INDIVIDUEL - GARANTIE DES LOYERS IMPAYES DETERIORATIONS IMMOBILIERES ET PROTECTION JURIDIQUE QUESTIONNAIRE D ADHESION - BAILLEUR INDIVIDUEL - ASSUREURS **-** MGARD - Mutuelle Générale d Assurance de Risques Divers

Plus en détail

DEMANDE DE LOGEMENT. réservé au service des demandes de logements dossier n :

DEMANDE DE LOGEMENT. réservé au service des demandes de logements dossier n : Bureaux : Cité Vieusseux 1 Case postale 270 1211 Genève 28 Tél. 022/ 344 53 40 Fax 022/ 340 10 11 C.C.P. 12-1880-9 TVA No 338 182 Internet: www.schg.ch E-mail: schg@schg.ch Société Coopérative d'habitation

Plus en détail

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE FIN DE L ASSURANCE MALADIE PRIVEE POUR LES FRONTALIERS : Quelques explications Ce document, édité par le Groupement transfrontalier européen, a pour but de réunir toutes les informations que nous possédons

Plus en détail

CONSOLIDATION OFFICIEUSE

CONSOLIDATION OFFICIEUSE 30 AOÛT 2007. Arrêté du Gouvernement wallon déterminant les critères minimaux de salubrité, les critères de surpeuplement et portant les définitions visées à l article 1 er, 19 à 22 bis, du Code wallon

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

GARANTIE DES LOYERS IMPAYES DETERIORATIONS IMMOBILIERES ET PROTECTION JURIDIQUE QUESTIONNAIRE D ADHESION - BAILLEUR INDIVIDUEL -

GARANTIE DES LOYERS IMPAYES DETERIORATIONS IMMOBILIERES ET PROTECTION JURIDIQUE QUESTIONNAIRE D ADHESION - BAILLEUR INDIVIDUEL - GARANTIE DES LOYERS IMPAYES DETERIORATIONS IMMOBILIERES ET PROTECTION JURIDIQUE QUESTIONNAIRE D ADHESION - BAILLEUR INDIVIDUEL - ASSUREURS **-** MGARD - Société anonyme au capital de 11 000 000. Entreprise

Plus en détail

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL)

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) - Loi n 2010-658 du 15 juin 2010 - - Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 - - Arrêté du 29 décembre 2010 - Vendredi 11 Mars 2011

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS

PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS L hébergement chez l habitant existe depuis de nombreuses années sous différentes formes et son développement s est accentué

Plus en détail

Fiches thématiques. Patrimoine

Fiches thématiques. Patrimoine Fiches thématiques Patrimoine 2.1 Performance des placements à rendements réglementés Les actifs financiers les plus couramment détenus par les ménages sont les comptes ou livrets d épargne dont les revenus

Plus en détail

COMPTE DE GESTION DES BIENS POUR L ANNÉE... Période de gestion du... au... LA PERSONNE PROTÉGÉE LA MESURE DE PROTECTION

COMPTE DE GESTION DES BIENS POUR L ANNÉE... Période de gestion du... au... LA PERSONNE PROTÉGÉE LA MESURE DE PROTECTION Tribunal d Instance de CHÂTEAUROUX Service Tutelles des majeurs 11 rue Paul-Louis Courier B.P. 625 36020 CHATEAUROUX CEDEX Téléphone : 02 54 53 03 11 / 13 Fax : 02 54 08 44 86 COMPTE DE GESTION DES BIENS

Plus en détail

Etablir la dévolution successorale

Etablir la dévolution successorale Le recours à un notaire n est pas obligatoire mais il est souvent recommandé. Le recours devient obligatoire dans le cas d une donation, du partage d'une succession dont dépendent des immeubles, de l existence

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Par GIE Factum Publié : 29 octobre 2009 Depuis plusieurs mois, les experts-comptables et les professionnels de l assurance

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

DÉCLARATION FINANCIÈRE DE (nom du demandeur ou requérant)

DÉCLARATION FINANCIÈRE DE (nom du demandeur ou requérant) DÉCLARATION FINANCIÈRE DE (nom du demandeur ou requérant) Je suis le demandeur / requérant, dans la présente demande en vue d obtenir ou de faire modifier une ordonnance alimentaire. Voici ma situation

Plus en détail

Le Groupement National des Indépendants GNI LOCATION DE MEUBLES TOURISTIQUES

Le Groupement National des Indépendants GNI LOCATION DE MEUBLES TOURISTIQUES Le Groupement National des Indépendants GNI LOCATION DE MEUBLES TOURISTIQUES A Paris au moins 30 000 logements ont été soustraits du marché de l habitation pour être loués à des touristes. Le site Airbnb

Plus en détail

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012 Royaume-Uni Royaume-Uni : le système de retraite en 212 Le régime public comporte deux piliers (une pension de base forfaitaire et une retraite complémentaire liée à la rémunération), que complète un vaste

Plus en détail

Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments

Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments Janvier 2015 Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments (CITE, TVA à taux réduit, Eco-PTZ) INTRODUCTION La loi de finances pour 2015 introduit un certain nombre de mesures

Plus en détail

Nos bureaux sont ouverts toute l année et une équipe de 8 personnes au total vous reçoit :

Nos bureaux sont ouverts toute l année et une équipe de 8 personnes au total vous reçoit : www.grenecheimmo.fr Le Cabinet GRENECHE Immobilier est l une des plus anciennes agences de la ville d Evian et de la région, présente dans l ensemble des activités immobilières : - ventes : traditionnellement

Plus en détail

LOGEMENT. L adaptation du. aux personnes handicapées. Les aménagements possibles, les aides financières, les conseils

LOGEMENT. L adaptation du. aux personnes handicapées. Les aménagements possibles, les aides financières, les conseils direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction L adaptation du LOGEMENT aux personnes handicapées Les aménagements possibles, les aides financières, les conseils Les aménagements

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail