Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation"

Transcription

1 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus médians des habitants se situent dans le 1 er décile de l Aire urbaine de Belfort Montbéliard. Ils sont constitués à 95 % de salaires et de retraites. Plus d un ménage sur deux n est pas imposable. Ancien ingénieur chez Peugeot, militant syndical inspiré par le mouvement Economie et Humanisme, créé en 1941 par le père Lebret sur la base d une philosophie de la priorité à accorder aux besoins fondamentaux, Henri Desloges vient de calculer les ressources des personnes de son entourage en situation difficile dans cette banlieue populaire de Montbéliard, pour les comparer aux différents seuils habituellement usités. Voilà ce que cela donne. Méthodes Il n est pas possible de traiter toutes les situations tant elles diffèrent. Nous proposons une référence, qui permet ensuite de faire des comparaisons, des extensions, des corrections tant du point de vue des dépenses que des recettes. La référence : Personne seule, vivant comme locataire à Grand-Charmont, début Pour appréhender les dépenses, deux méthodes sont possibles : - Méthode Globale : Les dépenses sont déterminées à partir d observations générales. En particulier, le recours à l Unité de Consommation (UC) permet de passer des dépenses d une famille à celles d une personne seule ou inversement. Selon les critères européens : 1 er adulte compte 1 UC, 2ème adulte et ado de 14 ans et plus 0,5 UC, jeunes de 6 à 14 ans 0,3 UC. - Méthode Analytique : chaque poste est chiffré à partir d observations locales et concrètes. Trois sources : - L INSEE - L Union Nationale des Associations Familiales : UNAF - L Observatoire des Inégalités.

2 2 Situations et définitions On peut distinguer 6 situations : - La survie - La pauvreté. - La décence. - L aisance. - L abondance. - L opulence. Les définitions qui suivent sont inspirées de la théorie de la satisfaction des besoins. La survie. Une personne est considérée en survie si elle ne dépense que pour 5 postes : manger, s habiller, se soigner, se déplacer avec les moyens collectifs et communiquer. Elle est supposée loger dans un centre d accueil ou sous les ponts. Ne consommer ni alcool, ni tabac, ne pas sortir, ne pas se cultiver. Les besoins primaires ne sont pas satisfaits. La pauvreté. Une personne vit pauvrement, si elle mange, boit 75cl de vin de table par semaine, fume 1 paquet de cigarettes par semaine, s habille, loge dans un T2 social, se soigne, utilise une voiture de 5 CV pour parcourir 5000km par an, regarde la télé avec un contrat téléphone, limite ses sorties. Les besoins primaires matériels sont en partie ou en totalité satisfaits mais les besoins «humanistes» ne le sont pas. La décence. Définie par l UNAF la décence correspond, dans l esprit, aux besoins primaires exprimés par le Père Lebret, fondateur d Economie et Humanisme. Peut-on considérer que la richesse commence au-dessus du niveau de la décence? Dans la société, on s attache davantage à définir la pauvreté que la richesse. Il y a là matière à réflexion. On étale dans le détail les salaires des ouvriers ou des fonctionnaires, mais l opacité s installe pour ceux des cadres ou les revenus des professions libérales. Louis Maurin écrit : Qui est riche? Qui est pauvre? La réponse est évidemment relative dans le temps et dans l espace. Commençons par les riches. A partir de quel revenu peut-on se considérer comme «riche»? Tout dépend à qui l on se compare. Bien des cadres se pensent des «classes moyennes», alors même que leurs salaires les classent parmi les 2 à 3 % des salariés les mieux rémunérés! Alternatives Economiques, n 257 janvier Quand il s agit des pauvres on s efforce de trouver des repères, quand il s agit des riches tout devient relatif!

3 3 Budgets de référence 1. Budget 1 «seuil de pauvreté» INSEE. Ce budget a été calculé selon la part des différents postes dans le budget global pour une personne seule : locataire, appartenant au 1 er quintile des revenus, (les plus bas). 2. Budget 2 : personne seule vivant pauvrement à Grand-Charmont. Ce budget est établi sur la base de la définition ci-dessus, de manière analytique, avec les remarques suivantes : Alimentation : 6 par jour, somme considérée comme minimale par le Conseil Général du Doubs pour «reste à vivre». Logement : 350 par mois, loyer et charges minimales pour un logement social T2 à Grand- Charmont Transports : coût mensuel retenu par les services des impôts pour un véhicule de 5 cv. Ce poste semble élevé mais comprend le déplacement «vacances». Santé : La somme inscrite suppose que la personne est couverte par une mutuelle correcte. Information et communication : suppose un contrat groupé, Internet, téléphone, télévision. 3. Budget 3 survie. Ne sont retenues que les dépenses «survie» avec utilisation des transports collectifs. 4. Budget 4 UNAF «décent». A été calculé globalement, sur la base des Unités de Consommation (UC), selon les critères européens : 1 er adulte : 1 UC, 2 ème adulte et ado de 14 ans et plus: 0,5 UC, jeunes de 6 à 14 ans : 0,3 UC. Les budgets moyens UNAF s établissent, par UC (personne seule) entre 1296 et 1475 par mois, selon la composition du ménage, avec une moyenne de 1350 par mois. 5. Mon budget 5 personnel. A remplir par chacun pour avis sur les autres budgets et réflexion personnelle. Budgets de référence pour une personne seule en Alimentation Tabac Alcools Logement Eau, gaz, Electricité Transports Soins personnels Entretien courant ménage Habillement Information et communication Loisirs, culture, divers Santé Budget

4 4 Quelques points de comparaison Les comparaisons peuvent être faites par rapport: - Au SMIC net, 35 heures par semaine, - Au revenu décent. - Au seuil de pauvreté. La pauvreté fait l objet d une attention mondiale et a entrainé la définition d un seuil au niveau européen mais aussi international : Est considérée comme pauvre toute personne dont les revenus sont égaux ou inférieurs à un seuil fixé à 60 % du revenu médian. Ce seuil est en France de 977 par mois en Avant que ce seuil international soit créé, la France avait fixé le seuil à 50 %, soit 814 /mois en Montant du SMIC mensuel net au : Base 100. Seuil de pauvreté Pauvreté Grand- Charmont Survie Décence SMIC (=base 100) 86* Seuil de pauvreté ** Revenu décent Lecture : * le seuil de pauvreté est situé à 86 % du Smic au 1er avril ** la pauvreté à Grand-Charmont est estimée à 5% au-dessus du seuil de pauvreté national. Quelques remarques. - La pauvreté est 5% supérieure, à Grand-Charmont, à la moyenne nationale, essentiellement à cause du loyer et des charges. - Le seuil de pauvreté national se situe à 14 % en dessous du SMIC net 35 heures. Ce qui souligne la fragilité qu impliquent toutes rémunérations inférieures au SMIC. - Les dépenses mensuelles contraintes (survie + loyer et charges) représentent à Grand-Charmont : La décence se situe à 38 % au-dessus du seuil de pauvreté et 20 % au-dessus du SMIC. - Pour survivre, une personne seule doit disposer d au moins 375 de ressources. (Aides, manche, avantages en nature, resto du cœur). Les ressources. Face à ces dépenses, les personnes qui ont un emploi sont supposées gagner, en principe et au moins le SMIC : 1130 net en avril Dans le cas d un habitant de Grand-Charmont, locataire d un T2, les dépenses de survie et contraintes représentent : 725. Il lui reste pour couvrir l ensemble des autres dépenses : 405 par mois. Si cette personne est sans emploi, avec le RSA socle et l Aide Personnalisée au Logement à son montant maximal, elle perçoit : 738 Il lui reste pour couvrir les autres dépenses : 13 par mois. L UNAF considère qu une personne vit dans la décence si elle dispose de 373 au-dessus du seuil de pauvreté.

5 5 Le cas d un couple sans enfant L approche analytique n est pas faite. Pour mesurer l écart possible entre approche analytique et globale basée sur les Unités de Consommation, la comparaison des budgets mensuels UNAF donne les écarts suivants, pour un couple sans enfant : Budget UNAF analytique : 2182 Budget UNAF global, sur la base de 1350 : 2025 écart : 8 % Dans le cas de la survie pour un couple sans enfant, on considère que le logement est indispensable. Couple ss enft Survie Pauvreté Pté Gd-Chrmt Décence Dépenses en Un couple qui n a comme ressource que le SMIC ou des revenus équivalents (retraites), «tombe» en dessous du seuil de pauvreté : il lui manque : 135 (INSEE) ou 208 (pauvreté Gd-Charmont). Il ne peut espérer «vivre décemment». - Une fois assurées les dépenses «contraintes» (survie), il dispose de 135 à 200 pour assurer l ensemble des autres dépenses. Ainsi s explique le nombre grandissant de couples qui font appel aux services sociaux. - L observatoire des Inégalités chiffre à , le nombre de personnes qui, en France, vivent sous le seuil de pauvreté à 60 %. - Le poste «loyer et charges» représente environ 35 % du budget d une personne vivant à Grand- Charmont contre 24 % en France, pour un locataire à faible revenu. En conclusion, cet essai montre : - Qu il est indispensable d être très réservé sur les idées qui circulent au sujet de la situation des personnes en difficultés, plus encore sur les jugements ou accusations qui sont portées contre elles. - Qu il est obligatoire de juger objectivement, en dehors de toute considération politique la pertinence, au regard du vivre ensemble, de certaines mesures envisagées, (salaire inférieur au SMIC) qui risquent d engendrer ce que les américains appellent «des travailleurs pauvres, pauvres.» - Alors qu en , le partage est avec la croissance l une des solutions envisagées pour amoindrir les effets de la crise, celui-ci est totalement exclu des discours officiels actuels. L Eglise de France est très discrète sur ce sujet. Le partage est pourtant au cœur de la pensée sociale de l Eglise comme l a rappelé le Pape François. Ne serait-il pas nécessaire de le remettre au goût du jour? - Dans le contexte actuel où, en France, personnes vivent sous le seuil de pauvreté à 50 %, la légitimité de la satisfaction des besoins secondaires est remise en cause. Faute de croissance, la restitution de biens aux plus pauvres pour leur permettre de répondre à leurs besoins primaires devrait être l objectif premier des chrétiens quitte à abandonner temporairement leur désir de répondre à leurs besoins légitimes secondaires.

6 6 Comment transposer dans une autre commune? Exemple : commune rurale. Personne seule. Loge dans la maison héritée des parents, fait les affouages, cultive un jardin. Référence dépenses, «vivre pauvrement» à Grand-Charmont: 1025 Recettes : 1137 soit Minimum vieillesse : Avantages en nature : 330 o Maison de la famille : 150 o Jardin, verger et élevage : 100 o Affouage : 80 Référence : seuil de pauvreté national : Recettes : 1137 soit au dessus du seuil. La personne est au dessus du budget pauvreté de Grand-Charmont. Exemple : grande ville. Personne seule. Loyer et charges :700, coût de la vie+ 20 %, Eau : + 50 %. Recettes : - RSA socle + APL : Avantages en nature : Transports publics : Désavantage en nature : o Loyer : -350 o Nourriture : -40 o Eau : Recettes : 428 soit 597 par rapport à Grand-Charmont. La personne est proche de la survie dans la grande ville Henri DESLOGES

Population active et pauvreté en région Centre

Population active et pauvreté en région Centre Population active et pauvreté en région Centre Conseil Economique et Social Régional du Centre Janvier 2010 Partie I. Périmètre de l étude quatre ménages touchant le SMIC ou le RSA Nombre potentiel de

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN ANNEXE LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN Dans le cadre de son mandat pour 2001, le Comité de protection social (CPS) a présenté un rapport recommandant une série initiale de dix indicateurs primaires et

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

Mobilité et précarités

Mobilité et précarités Mobilité et précarités JP Orfeuil Université Paris Est et Institut pour la ville en mouvement Observatoire national de la précarité énergétique, 22/03/ 2013 1 Plan Le statut de la mobilité Le statut de

Plus en détail

L état de la pauvreté en France

L état de la pauvreté en France Notes de l Observatoire N 1, octobre 2013 L état de la pauvreté en France Combien compte-t-on de pauvres en France? Comment évolue leur nombre? Qui est le plus concerné par la crise? A l heure où une partie

Plus en détail

Avoir un emploi rend la pauvreté plus difficile à vivre

Avoir un emploi rend la pauvreté plus difficile à vivre ISSN 029-997 N 2 avril 07 Avoir un emploi rend la pauvreté plus difficile à vivre Marie-Odile Simon, Christine Olm, Élodie Alberola L emploi ne protège plus de la pauvreté, même la plus extrême: 28% des

Plus en détail

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons et doit disposer d un

Plus en détail

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET D1 GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET 1- Analyse de la situation. Caroline, 26 ans, a sélectionné un séjour en Espagne d un montant de 420 tout compris, pour ses vacances du 1 er au 15 aout. Elle devra régler

Plus en détail

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET D1 GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET 1- Analyse de la situation. Caroline, 26 ans, a sélectionné un séjour en Espagne d un montant de 420 tout compris, pour ses vacances du 1 er au 15 aout. Elle devra régler

Plus en détail

La Grâce de Dieu. Portraits de quartiers prioritaires de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie CAEN

La Grâce de Dieu. Portraits de quartiers prioritaires de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie CAEN Quartier situé sur la commune de CAEN 4 611 habitants en 2011, soit 2 % de la population de solida territ rités oriales ui n 2015 J La Grâce de Dieu O RVATO I RE Portraits de quartiers prioritaires de

Plus en détail

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre Quartier situé sur la commune de IFS 2 977 habitants en 2011, soit 1,3 % de la mer solida territ rités oriales ui n 2015 J O RVATO I RE Portraits de quartiers en veille active de la mer BSE Au sortir de

Plus en détail

Inégalités de niveau de vie et pauvreté

Inégalités de niveau de vie et pauvreté Inégalités de niveau de vie et pauvreté Cédric Houdré, Nathalie Missègue, Juliette Ponceau* En 2010, le niveau de vie de la majorité de la population stagne ou baisse, après avoir faiblement augmenté l

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

STATUT FINANCIER DES PRÊTRES DIOCÉSAINS

STATUT FINANCIER DES PRÊTRES DIOCÉSAINS STATUT FINANCIER DES PRÊTRES DIOCÉSAINS Ce texte actualise celui qui a été promulgué en septembre 2000 et mis à jour en 2009. C est un document permettant une référence commune pour les prêtres et les

Plus en détail

Infos, Intox et Alternative pour le financement des retraites et de la protection sociale et la compétitivité

Infos, Intox et Alternative pour le financement des retraites et de la protection sociale et la compétitivité Infos, Intox et Alternative pour le financement des retraites et de la protection sociale et la compétitivité Contribution au débat Daniel SANCHIS Paris mai 2010 La part de la richesse nationale produite

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible?

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 32 LES FACTEURS ECONOMIQUES DE LA CONSOMMATION A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 1 De la production aux revenus primaires 1. Une fois la richesse produite dans les entreprises

Plus en détail

Conseil national de l information statistique

Conseil national de l information statistique Conseil national de l information statistique Commission Système financier et financement de l économie Accessibilité et inclusion bancaire 25 septembre 2014 1 Pourquoi la Croix-Rouge française s occupe-t-elle

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

Chapitre 17 Action publique et régulation

Chapitre 17 Action publique et régulation CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 16 novembre 2014 à 19:40 Chapitre 17 Action publique et régulation Introduction Pourquoi les pouvoirs publics interviennent-ils dans les économies contemporaines?

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Modalités d attribution des droits connexes au RSA Instaurer une automaticité de fait et non de droit

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1531 du 17 décembre 2014 relatif au taux des cotisations d allocations familiales et d assurance

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

Le rsa au régime agricole : montée en charge et effet sur les bas revenus

Le rsa au régime agricole : montée en charge et effet sur les bas revenus Le rsa au régime agricole : montée en charge et effet sur les bas revenus Alain Pelc www.ccmsa.msanet Rappel du dispositif Le revenu de solidarité active (rsa) est entré en vigueur le 1er juin 2009 en

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009)

DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009) RÉPONSE DU SYNDICAT CANADIEN DES COMMUNICATIONS, DE L ÉNERGIE ET DU PAPIER au DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009) «Renforcer le cadre législative

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

Issy-les-Moulineaux mai 2011

Issy-les-Moulineaux mai 2011 Issy-les-Moulineaux mai 2011 Notre Evêque Gérard Daucourt nous avait interpellés il y a 5 ans dans sa «Lettre à tous les baptisés», où il nous demandait «Est-ce que tu favorises le programme de logements

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Documents à fournir en fonction de votre situation familiale, financière et patrimoniale :

Documents à fournir en fonction de votre situation familiale, financière et patrimoniale : 2012-1 MERCI DE REMETTRE VOTRE DOSSIER COMPLET A LA SECTION CONSULAIRE DE L AMBASSADE SUR RENDEZ-VOUS UNIQUEMENT (TEL. 44 02 17 34) AU PLUS TARD LE 30 SEPTEMBRE 2012 Documents à fournir quelle que soit

Plus en détail

L endettement privé des ménages début 2010

L endettement privé des ménages début 2010 Dossier L endettement privé des ménages début 2010 Pierre Lamarche, Laurianne Salembier* Début 2010, 46 % des ménages sont endettés pour un motif privé, c est-à-dire sans lien avec l activité professionnelle,

Plus en détail

Revenu national avant impôts: 2 800 (100%) Revenu disponible: 2 100 (74%) Revenu après impôts: 1 500 (51%)

Revenu national avant impôts: 2 800 (100%) Revenu disponible: 2 100 (74%) Revenu après impôts: 1 500 (51%) Séance n 8. TD Tableau n 1. La décomposition du revenu national en 2009 Montant (milliards d euros) Part (%) Revenus d activité salariaux 1014,3 73% Revenus de la propriété 281,1 20% Revenu d activité

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 19 décembre 2007-9 h 30 «Niveaux de vie des retraités et petites retraites» Document N 1 Document de travail, n engage pas le Conseil Note de présentation

Plus en détail

Fiches thématiques. Revenus

Fiches thématiques. Revenus Fiches thématiques Revenus Avertissement Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu pour les données internationales mettent en ligne des actualisations pour les chiffres essentiels.

Plus en détail

Bénéficiaire (s) : NOM Prénom : Adresse : BILAN D ACCOMPAGNEMENT BUDGÉTAIRE ET SOCIAL MASP-AEB

Bénéficiaire (s) : NOM Prénom : Adresse : BILAN D ACCOMPAGNEMENT BUDGÉTAIRE ET SOCIAL MASP-AEB ANNEXE 3 Bénéficiaire (s) : NOM Prénom : Adresse : BILAN D ACCOMPAGNEMENT BUDGÉTAIRE ET SOCIAL MASP-AEB Date : Travailleur social : Dates du contrat : du au contrat initial Date début de mesure : 1 er

Plus en détail

Compas études. compas. Les enjeux du vieillissement. n 7 - juin 2013

Compas études. compas. Les enjeux du vieillissement. n 7 - juin 2013 n 7 - juin 2013 Compas études compas Au service du sens Les enjeux du vieillissement La population française vieillit. Ce phénomène n est pas nouveau mais le processus va s accélérer dans les années à

Plus en détail

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues Commission des Affaires économiques «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues La protection des épargnants «Le Gouvernement ne protège pas les petits épargnants comme

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE 2015-1 - 1 Cette liste n'est pas exhaustive. L'Administration se réserve le droit de demander tout document complémentaire qui lui apparaîtrait nécessaire lors de l'instruction du dossier. Aucun document

Plus en détail

NOM : Lieu de naissance : PRENOM : Date de naissance : Nationalité :

NOM : Lieu de naissance : PRENOM : Date de naissance : Nationalité : Service Social Demande d aide à la mobilité étudiante - Bourses européennes (Erasmus-Fame) Année académique 2013/2014 Inscription payée le NOM : Lieu de naissance : PRENOM : Date de naissance : Nationalité

Plus en détail

STATISTIQUES D ACCUEIL FAMILLES, ENFANCE ET PAUVRETÉS. avec le soutien du CRÉDIT COOPÉRATIF

STATISTIQUES D ACCUEIL FAMILLES, ENFANCE ET PAUVRETÉS. avec le soutien du CRÉDIT COOPÉRATIF STATISTIQUES D ACCUEIL 2007 FAMILLES, ENFANCE ET PAUVRETÉS avec le soutien du CRÉDIT COOPÉRATIF Le Crédit Coopératif est promoteur par vocation et par choix d une économie au service de l homme. Il est

Plus en détail

Groupe de travail du CNLE "Propositions pour la prise en compte d un "reste à vivre" et d un revenu minimum décent"

Groupe de travail du CNLE Propositions pour la prise en compte d un reste à vivre et d un revenu minimum décent 1/9 Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Groupe de travail du CNLE "Propositions pour la prise en compte d un "reste à vivre" et d un revenu minimum décent"

Plus en détail

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF Inégalités sociales de santé et accès aux soins INEGALITES SOCIALES DE SANTE Définition : Inégalités/ sociales /de santé Inégalités face à la mort Comparaisons européennes Les maladies inégalitaires Inégalités

Plus en détail

Parc et statut d occupation

Parc et statut d occupation Parc et statut d occupation Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques 7 1.1 - PARC DE LOGEMENTS Le parc de logement est constitué de 33,5 millions de logements

Plus en détail

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Rencontre francophone internationale sur les inégalités sociales de santé

Plus en détail

La diffusion des données infracommunales

La diffusion des données infracommunales La diffusion des données infracommunales Annie Clerzau, Service études et diffusion, Insee Centre-Val de Loire Chrystel Scribe, Pôle Développement Social Urbain Insee Centre Une diffusion infracommunale

Plus en détail

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Chapitre 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? MANUEL, PAGES 13-28 RAPPEL DU PROGRAMME Thèmes d exploration et questionnements associés I. Ménages et consommation

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT Christian RIEUTORT Didier TEXIER Conseils en Protection Sociale et Financière des Dirigeants 5-7, ave des Frères Lumière 93370 Montfermeil Protection sociale du Dirigeant

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

La complémentaire santé : une généralisation qui

La complémentaire santé : une généralisation qui La complémentaire santé : une généralisation qui n efface pas les inégalités Thibaut De Saint Pol, François Marical To cite this version: Thibaut De Saint Pol, François Marical. La complémentaire santé

Plus en détail

FISCAL... SOCIAL... LES INDICES... p. 5

FISCAL... SOCIAL... LES INDICES... p. 5 Mars 2015 Votre réussite, notre satisfaction Bureau de Belleville : Bureau de Vonnas Bureau de Trevoux 11 RN6 38 Rue Grenette Chemin du clos 69220 BELLEVILLE 01540 VONNAS 01600 TREVOUX Tel. : 04 74 66

Plus en détail

Note du Haut conseil pour l avenir de l assurance maladie adoptée à l unanimité lors de sa séance du 24 janvier 2013

Note du Haut conseil pour l avenir de l assurance maladie adoptée à l unanimité lors de sa séance du 24 janvier 2013 Note du Haut conseil pour l avenir de l assurance maladie adoptée à l unanimité lors de sa séance du 24 janvier 2013 Les principes de solidarité de l assurance maladie Le HCAAM a engagé dès 2004 une réflexion

Plus en détail

C H A P I T R E LES DÉPENSES, LES AVOIRS ET LES DETTES DES MÉNAGES7.3

C H A P I T R E LES DÉPENSES, LES AVOIRS ET LES DETTES DES MÉNAGES7.3 C H A P I T R E LES DÉPENSES, LES AVOIRS ET LES DETTES DES MÉNAGES7.3 Les dépenses nous renseignent sur les goûts, les besoins, les habitudes de consommation, mais aussi sur le niveau de vie. Ce sont d

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 7 mars 2008 Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées

Plus en détail

LE COMPTE ANNUEL DE GESTION DE TUTELLE

LE COMPTE ANNUEL DE GESTION DE TUTELLE LE COMPTE ANNUEL DE GESTION DE TUTELLE Lorsqu une mesure de tutelle est prononcée en faveur d une personne adulte en situation de handicap, le tuteur doit présenter chaque année, au greffier en chef du

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

http://www.a2c-31.com Tableau n 3 dépenses, revenus particuliers

http://www.a2c-31.com Tableau n 3 dépenses, revenus particuliers Tableau n 3 dépenses, revenus particuliers Merci de compléter les tableaux suivants pour vous garantir un maximum d'informations en un minimum de temps à l'avenir Si possible, indiquez les dates de fin

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Novembre 2008 Synthèse Avec 14 millions d individus, les 18-34 ans représentent 28% de la population

Plus en détail

CAMPAGNE ... FICHE POUR LES MILITANTS, LES DÉLÉGUÉS ET LES PERMANENTS.

CAMPAGNE ... FICHE POUR LES MILITANTS, LES DÉLÉGUÉS ET LES PERMANENTS. CAMPAGNE... maart 2015 FICHE POUR LES MILITANTS, LES DÉLÉGUÉS ET LES PERMANENTS. Pour mettre en œuvre la campagne Protection sociale pour tous dans les entreprises, les institutions, les écoles, A utiliser

Plus en détail

Rapport sur les droits à l égalité des. Autochtones

Rapport sur les droits à l égalité des. Autochtones Rapport sur les droits à l égalité des Autochtones Les symboles suivants sont utilisés dans le présent document : Symbole E F ** Définition Donnée à utiliser avec prudence; coefficient de variation entre

Plus en détail

Les flux intergénérationnels

Les flux intergénérationnels Les flux intergénérationnels Luc Arrondel & André Masson CNRS-PSE Les enjeux du vieillissement 11 juillet 2012 1 Une question qui ne date pas d hier «Avoir des parents riches et privilégiés, importait

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT DE LA GESTION. DROIT et ÉCONOMIE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT DE LA GESTION. DROIT et ÉCONOMIE SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT DE LA GESTION Durée de l'épreuve : 3 heures Coefficient : 5 DROIT et ÉCONOMIE Le sujet comprend 8 pages numérotées de 1/8

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Rapport réalisé par le CRÉDOC pour le Comité consultatif du secteur financier Département Évaluation des politiques

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Jean-Paul Guthmann, Pierre Chauvin, Yann Le Strat, Marion Soler,

Plus en détail

Document N 09 Document de travail, n engage pas le Conseil Les allocataires du minimum vieillesse : parcours et conditions de vie

Document N 09 Document de travail, n engage pas le Conseil Les allocataires du minimum vieillesse : parcours et conditions de vie CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 22 janvier 2014 à 14h30 «Niveau des pensions et niveau de vie des retraités» Document N 09 Document de travail, n engage pas le Conseil Les allocataires

Plus en détail

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants Dossier Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants Bertrand Garbinti, Pierre Lamarche, Laurianne Salembier* Le patrimoine d un ménage est constitué par la somme de tous les biens qu il

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR Documents à fournir quelle que soit votre situation : Formulaire de demande de bourse dûment complété et signé Livret de famille Carte d inscription au registre des Français

Plus en détail

imum ité é! Un outil d éducation populaire du

imum ité é! Un outil d éducation populaire du Un outil d éducation populaire du Un salaire e minm décent c est: - un droitd - une prior ité - une nécessit ité é! Le MÉPACQ joint sa voix à celle du Front de défense des non-syndiqués pour demander au

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

DECRETS D APPLICATION. LOI du 5 mars 2007

DECRETS D APPLICATION. LOI du 5 mars 2007 DECRETS D APPLICATION LOI du 5 mars 2007 1 Décret n 2008-1554 2 Article L. 475-1 du code de l action sociale et des familles «Le coût des mesures exercées par les mandataires judiciaires à la protection

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

Diagnostic des causes et conséquences de la précarité énergétique en Belgique, Espagne, France, Italie et Royaume-Uni

Diagnostic des causes et conséquences de la précarité énergétique en Belgique, Espagne, France, Italie et Royaume-Uni Diagnostic des causes et conséquences de la précarité énergétique en Belgique, Espagne, France, Italie et Royaume-Uni WP2 - Deliverable 5 Mentions légales Le contenu de cette publication n'engage que la

Plus en détail

Les actifs financiers les plus couramment

Les actifs financiers les plus couramment 2.1 Performance des placements à rendements réglementés Les actifs financiers les plus couramment détenus par les ménages sont les comptes ou livrets d épargne dont les revenus sont exonérés d impôt et

Plus en détail

LE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DEPARTEMENTAL DE GARANTIE ET DE CAUTION DES LOYERS POUR L ACCES AU LOGEMENT

LE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DEPARTEMENTAL DE GARANTIE ET DE CAUTION DES LOYERS POUR L ACCES AU LOGEMENT LE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DEPARTEMENTAL DE GARANTIE ET DE CAUTION DES LOYERS POUR L ACCES AU LOGEMENT Le Fonds Départemental de Garantie et de Caution des Loyers pour l accès au logement est mis

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

Inclusion bancaire et surendettement

Inclusion bancaire et surendettement Émilie Vivas (Insee), Brigitte Stapelfeld (Banque de France) Quatre indicateurs ont été retenus au niveau national : Le taux d endettement médian par quintile de niveau de vie Le taux de bancarisation

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

LE STATUT DU COLLABORATEUR LIBERAL LOIT DU 2 AOUT 2005 ART. 18

LE STATUT DU COLLABORATEUR LIBERAL LOIT DU 2 AOUT 2005 ART. 18 1 LE STATUT DU COLLABORATEUR LIBERAL LOIT DU 2 AOUT 2005 ART. 18 La loi du 2 août 2005, art. 18, a crée un nouveau mode d exercice des professions libérales : celui de collaborateur libéral. Deux professions

Plus en détail

La reconnaissance du handicap

La reconnaissance du handicap Information La ville de Suresnes a signé le 7 novembre 2001 la «Charte Ville- Handicap» avec les associations de la Plate-forme Inter Associative des Personnes Handicapées des Hauts-de-Seine. Par cet engagement,

Plus en détail

Les inégalités de patrimoine des ménages entre 1992 et 2004

Les inégalités de patrimoine des ménages entre 1992 et 2004 Les inégalités de patrimoine des ménages entre 1992 et 2004 Marie Cordier, Cédric Houdré, Catherine Rougerie* Le revenu, la catégorie sociale, la localisation géographique, l âge ainsi que les héritages

Plus en détail

Dares Analyses. Les bas salaires en France entre 1995 et 2011

Dares Analyses. Les bas salaires en France entre 1995 et 2011 Dares Analyses OCTObre 2012 N 068 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Les bas salaires en France entre 1995 et 2011 En 2011, sur 22,3 millions de

Plus en détail

«Qu est-ce qui fait courir les gens aisés?» Aspirations, valeurs et styles de vie Etude HSBC Premier / CSA

«Qu est-ce qui fait courir les gens aisés?» Aspirations, valeurs et styles de vie Etude HSBC Premier / CSA «Qu est-ce qui fait courir les gens aisés?» Aspirations, valeurs et styles de vie Etude HSBC Premier / CSA Une enquête online auprès de 507 Françaises et Français détenant plus de 75000 euros d avoirs

Plus en détail

Finanzführerschäin. Maison des jeunes Am Quartier

Finanzführerschäin. Maison des jeunes Am Quartier Finanzführerschäin Maison des jeunes Am Quartier 17 mars 2015 Table des matières 1. Qu est-ce qu une transaction? Les notions de «bien» et «service»... 3 2. Qu est-ce qu une dépense? Les notions de besoins

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AGRÉMENT POUR L ACCUEIL DE PERSONNES ÂGÉES OU ADULTES HANDICAPÉS

DOSSIER DE DEMANDE D AGRÉMENT POUR L ACCUEIL DE PERSONNES ÂGÉES OU ADULTES HANDICAPÉS DOSSIER DE DEMANDE D AGRÉMENT POUR L ACCUEIL DE PERSONNES ÂGÉES OU ADULTES HANDICAPÉS Demandeur(s) : 1 ère demande d agrément - Renouvellement d agrément (Si l agrément est sollicité par un couple : identifications

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 3 - Assurance Maladie Invalidité les indemnités. Plan A- INCAPACITÉ PRIMAIRE(1)(2) B- INVALIDITÉ (1)(2) (3)Principes

Plus en détail