Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?"

Transcription

1 Chapitre 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? MANUEL, PAGES RAPPEL DU PROGRAMME Thèmes d exploration et questionnements associés I. Ménages et consommation Comment les revenus et les prix influencentils les choix des consommateurs? (thème obligatoire) Notions à découvrir : revenu disponible, consom mation, épargne, pouvoir d achat. Indications complémentaires à l usage des professeurs : Après avoir constaté que le revenu disponible se répartit entre consommation et épargne et évoqué les différentes formes d épargne, on montrera à partir de données chiffrées simples que la consommation des ménages dépend à la fois du niveau de leur revenu et du prix des biens. On mettra en évidence les effets dans le temps de l évolution du pouvoir d achat sur la structure de la consommation des ménages. On initiera les élèves à interpréter les valeurs significatives que peuvent prendre les élasticités (prix et revenu) pour quelques types de biens en mettant en évidence l intérêt de cet outil pour l économiste. But pédagogique et structure du chapitre Le titre du programme officiel de seconde «Comment les revenus et les prix influencentils les choix des consommateurs?» invite à expliquer aux élèves les principaux déterminants économiques de la consommation : les prix et les revenus. Les quatre notions centrales à transmettre sont le revenu disponible, la consommation, l épargne et le pouvoir d achat. Les notions d élasticité-prix et d élasticité-revenu mentionnées dans les indications complémentaires seront abordées dans la mesure où elles nous semblent contribuer à la cohérence de ce chapitre. 10 Afin de traiter cette partie du programme, nous avons décomposé ce chapitre en six doubles pages avec à chaque fois une phase de sensibilisation et une phase d analyse à partir de supports variés : photographies, données statistiques, jeu de rôle, articles de presse, dessin satirique La première double page clarifie les notions de revenu disponible et de pouvoir d achat. La phase de sensibilisation passe par un travail sur des photographies représentant différents éléments qui composent le revenu disponible. La phase d analyse formalise le mode de calcul du revenu primaire et disponible et définit la notion de pouvoir d achat. Le document 4 montre le lien entre l évolution des prix à la consommation et l évolution du pouvoir d achat. La deuxième double page aborde l arbitrage entre consommation et épargne en faisant intervenir la notion de taux d intérêt. La fable revisitée de La Fontaine, La Cigale et la Fourmi, sensibilise les élèves aux enjeux de cet arbitrage entre consommation et épargne. La phase d analyse précise le lien entre taux d intérêt et taux d épargne. Le document 4 est un article de presse qui présente l effet de la crise actuelle sur l arbitrage des ménages entre épargne et consommation. La troisième double page, en phase avec les indications complémentaires du programme officiel, présente les différentes formes d épargne. Le travail de sensibilisation se fait à travers un jeu de correspondance entre des photographies publicitaires et un texte présentant différents produits d épargne (livret d épargne, épargne retraite ). La phase d analyse précise la distinction entre épargne financière et non financière. Dans une optique plus sociologique, elle aborde aussi à l aide des documents 3 (tableau statistique) et 4 (article de presse) les inégalités sociales face à l épargne. La quatrième double page n est pas directement en lien avec le programme officiel mais il

2 nous a semblé pertinent dans ce chapitre sur la consommation d expliquer le fonctionnement de cette ressource financière qui suscite souvent la curiosité des élèves : le crédit à la consommation. La phase de sensibilisation est une simulation sur Internet d un crédit à la consommation pour acheter une automobile. Cette phase permet de clarifier les notions de capital emprunté, de mensualité, d intérêt et surtout de coût total du crédit. La phase d analyse aborde, à l aide d un dessin satirique et d un article de presse, le fonctionnement et les dangers potentiels du crédit revolving. La cinquième double page montre comment le revenu d un ménage oriente ses choix de consommation. La phase de sensibilisation passe par un jeu de rôle où l élève est amené à élaborer différents budgets en fonction de ses ressources. La phase d analyse étudie, à l aide d un tableau statistique (doc. 3), l évolution au long terme de la structure de la consommation des ménages. Le document 4 présente la notion d élasticité-revenu à l aide d exemples chiffrés tirés d une étude de l INSEE. La sixième double page étudie l impact du prix sur les choix de consommation des ménages. La phase de sensibilisation passe par l étude chiffrée du lien entre quantité de tabac consommée et le prix de ce bien. La phase d analyse présente la notion d élasticité-prix et donne des exemples concrets pour les différents types de biens : les biens inélastiques avec l essence, les biens supérieurs avec les produits de luxe et enfin les biens fortement élastiques avec le cas des changes pour bébés. Liens avec d autres chapitres Ce chapitre sur les déterminants économiques de la consommation se prolonge dans le chapitre 2 par une analyse plus sociologique du phénomène : consommation comme effet de signe, analyse de la mode, etc. Le chapitre 4 étudie la répartition de la valeur ajoutée en reprenant des notions étudiées dans ce chapitre : revenu du travail, revenu du patrimoine (intérêts, dividendes ). Enfin, le chapitre 5 reprend la notion d élasticité-prix pour comprendre les stratégies tarifaires des entreprises. Ouverture de chapitre MANUEL, PAGE 13 Cette page d ouverture est structurée autour de deux documents iconographiques et de deux titres d articles de presse couplés deux à deux. Le but est de faire réfléchir les élèves sur l effet du prix sur les choix de consommation. Le document de gauche fait référence à l importance du phénomène du hard discount dans une période de crise où les consommateurs sont de plus en plus sensibles au prix et au thème du pouvoir d achat. Le document de droite prend le contre-pied du premier en montrant qu en période de crise le secteur du luxe se porte bien. Le premier exercice qui peut être proposé aux élèves est de décrire les deux images et de faire le lien entre l image et le titre de l article de presse. On peut ensuite leur demander pourquoi ces deux titres de presse sont en apparence contradictoires? Enfin, on pourra les interroger sur les différentes raisons qui expliquent le succès du hard discount ou la bonne santé du secteur du luxe. 1. Comment mesurer le revenu disponible et le pouvoir d achat des ménages? MANUEL, PAGES Le document a représente une fiche de paie. Le salaire net est le salaire que perçoit le salarié après prélèvement des cotisations sociales sur le salaire brut. 2. Les grandes entreprises du CAC 40 cotées en Bourse ont reversé 54,2 milliards d euros aux actionnaires sous forme de dividendes. 3. Les impôts représentés sur le document c sont la taxe foncière, la taxe d habitation et l impôt sur le revenu. 4. Les allocations familiales sont des aides financières distribuées par la CAF pour venir en aide aux familles ayant au moins deux enfants de moins de 20 ans = Le montant total mensuel des revenus du travail de ce ménage est de euros. 11

3 6. Les trois exemples de revenus du patrimoine évoqués sont : le loyer, les intérêts et les dividendes. 7. Les revenus mixtes sont les revenus des travailleurs indépendants (artisan boulanger, plombier à son compte ou médecin libéral) = Le revenu primaire mensuel de ce ménage est de euros. 9. Revenu disponible = revenus primaires cotisations sociales impôts directs + prestations sociales. 10. Salaire revenu du travail ; honoraires d un médecin revenu mixte ; taxe foncière impôt direct ; dividendes revenu du patrimoine ; allocations CAF prestation sociale ; aide au logement prestation sociale ; intérêts de livret A revenu du patrimoine ; cotisation vieillesse cotisation sociale. 11. Les deux éléments à prendre en compte pour mesurer l évolution du pouvoir d achat d un ménage sur une période donnée sont : l évolution de son revenu disponible et l évolution des prix à la consommation. 12. Le pouvoir d achat, à revenu disponible constant, diminue si les prix à la consommation augmentent. 13. Une entreprise de grande distribution comme E. Leclerc peut «[défendre] votre pouvoir d achat» en essayant de vendre ses produits moins cher que les autres enseignes en luttant contre la hausse du code barre!). Avant de pouvoir calculer le revenu disponible, il faut connaître la notion de revenu primaire. Le document 2 permet à l élève de comprendre les différents éléments à prendre en compte pour calculer le revenu primaire : revenus du travail, revenus du patrimoine (intérêts, dividendes, loyers ) et revenus mixtes. La formule pour calculer le revenu disponible se trouve dans le schéma du document 3. Ce document permet de préciser les notions de cotisations sociales, d impôts directs et de prestations sociales. 12 Le pouvoir d achat et le lien entre cette notion et le revenu disponible est abordé dans le document 4 (question 11) : l évolution du pouvoir d achat dépend de l évolution du revenu disponible et de l évolution des prix à la consommation. 2. Consommer ou épargner : un choix difficile? MANUEL, PAGES La cigale avoue avoir consommé tout l été l intégralité de ses ressources sans penser à l hiver. D où la réponse de la fourmi qui lui conseille d épargner à l avenir en mettant de côté une partie de sa nourriture pour l hiver. 2. La cigale est décrite comme un animal oisif qui ne pense qu à consommer ses revenus sans se préoccuper de l avenir. À l inverse, la fourmi précautionneuse est jugée plus vertueuse eu égard à son souci d épargner une partie de ses revenus. 3. Leïla est la cigale alors que Yasmine est la fourmi. 4. L épargne est une somme d argent (le capital) que l épargnant peut prêter à une banque. Ce capital étant prêté, l épargnant ne peut en disposer immédiatement pour consommer. De la même manière qu un propriétaire d un appartement perçoit un loyer en louant son bien, un épargnant perçoit des intérêts en prêtant son capital à une banque. 5. Plus le taux d intérêt est élevé, plus l épargne va être rémunérée. D où la tendance des ménages à privilégier l épargne à la consommation. 6. À l inverse, si les taux d intérêt sont proches de zéro, les ménages auront tendance à privilégier la consommation à l épargne, c est-à-dire à adopter un comportement plus proche de la cigale que de la fourmi. 7. Le revenu disponible est le revenu restant après avoir ajouté au revenu primaire les prestations sociales et soustrait les impôts directs et les cotisations sociales. 8. D après la revue Alternatives économiques, le taux d épargne des ménages en 2007 en Espagne était de 3 % du revenu disponible.

4 9. Le taux d épargne des ménages américains est très faible (0,5 %), ce qui laisse présager que ces derniers sont plutôt «cigales» que «fourmis». 10. L écart entre le taux d épargne des ménages en France et aux États-Unis est de 11,5 points de pourcentage. Ce qui signifie que ce taux est 24 fois plus élevé en France qu aux États-Unis pour l année 2007! L enseignant peut profiter de cette réponse pour faire une digression sur la crise des subprimes et le surendettement d une catégorie des ménages nord-américains. 11. D après ce texte, le taux d épargne des ménages en France pour 2009 pourrait atteindre 16,3 %. 12. Les ménages français ont décidé d épargner davantage en raison de la crise et «pour faire face aux coups durs». 13. Dans cette période économiquement difficile, la volonté des ménages d accroître leur épargne entraîne nécessairement une diminution de la consommation : «Dans ce contexte d incertitude, 60 % des Français disent faire plus attention à leurs dépenses.» Les notions d épargne et de consommation sont définies dans le «Point Notion» du document 1. Le taux d intérêt est une variable déterminante pour comprendre l arbitrage entre consommation et épargne (document 2) : plus le taux d intérêt est élevé, plus le taux d épargne, toutes choses égales par ailleurs, sera important. Le taux d épargne moyen diffère d un pays à un autre (doc. 3) et dépend aussi étroitement de la conjoncture économique (doc. 4) : en période de récession ou de crise, les ménages ont tendance à accroître leur épargne et à diminuer leur consommation «afin de se protéger face à l avenir et de pouvoir faire face au quotidien». 3. Quelles sont les différentes formes d épargne? MANUEL, PAGES Les deux grandes familles d épargne sont l épargne financière et l épargne non financière. 2. a livret d épargne ; b épargne retraite ; c action ; d épargne logement ; e contrat d assurance-vie ; f épargne salariale ; g investissement immobilier. 3. Livret d épargne intérêts ; contrat d assurance-vie rente ; épargne logement intérêts ; épargne retraite rente ou intérêts ; épargne salariale intéressement ou dividendes ; investissement immobilier loyer. 4. D après l INSEE, le taux d épargne des ménages français en 2008 était de 15 %. 5. La courbe orange et la courbe rose correspondent à l épargne non financière. 6. Si l on additionne les données des courbes rose, bleue et orange, on obtient la courbe verte. En effet, l épargne totale est égale à l épargne financière et à l épargne non financière. 7. La composante principale de l épargne des ménages en 2008 était l investissement immobilier. Celle qui a le plus augmenté entre 1987 et 2002 est l épargne financière. 8. D après l INSEE en 2007 : 83,2 % des ménages possédaient au moins un livret d épargne. 50,3 % des ménages ayant un cadre comme personne de référence possédaient des actions. 17,3 % des ménages de moins de 30 ans possédaient un patrimoine immobilier. 9. Le livret d épargne est un produit d épargne populaire dans la mesure où plus de 80 % des ménages en possédaient au moins un en À l inverse, seul un ménage sur quatre en moyenne possédait des actions à cette même date. 10. Le patrimoine immobilier et dans une moindre mesure l assurance-vie et l épargne retraite sont les produits d épargne où il existe une inégalité importante des ménages en fonction de l âge. Concernant la CSP de la personne de référence du ménage, c est sur les actions et le patrimoine immobilier que l on observe le plus d écart entre les cadres et les ouvriers. 11. On imagine qu un cadre possède des revenus plus importants qui lui permettent d acquérir plus rapidement qu un ouvrier un bien immobilier. Par ailleurs, on comprend aisément qu un ménage constitué de personnes de moins 13

5 de 30 ans a moins de chance d avoir accumulé des richesses suffisantes pour investir dans l immobilier qu un ménage de personnes de plus de 50 ans. 12. La composante principale du patrimoine des Français est l investissement immobilier et plus particulièrement la résidence principale. Ce résultat confirme ce que nous avions étudié dans le document 2 (question 7). 13. La répartition du patrimoine des ménages est très inégalitaire dans la mesure où la moitié de celui-ci est entre les mains de seulement 10 % des ménages. De plus, la moitié des ménages les moins riches ne possède que 10 % du patrimoine total. 14. Un ménage qui a de faibles revenus ne pourra bien souvent pas mettre de l argent de côté une fois payé le loyer, la nourriture et les dépenses courantes à la fin du mois. À l inverse, un ménage à fort revenu pourra plus facilement épargner. Le document 1 décrit les deux grandes familles d épargne : l épargne financière (livret d épargne, action, épargne logement, etc.) et l épargne non financière (investissement immobilier ou investissement des entreprises individuelles). Chaque produit d épargne étant associé à des revenus du patrimoine (intérêts, dividendes, loyers, rentes, etc.). Par ailleurs, les choix des produits d épargnes sont étroitement corrélés à l âge ou à la CSP (doc. 3) : le livret d épargne est le produit d épargne «populaire» par excellence, alors que les actions ou l investissement immobilier sont des produits d épargne relativement peu fréquents chez les ouvriers et les jeunes ménages. Le document 4 confirme cette idée en montrant les inégalités sociales face à l épargne : 10 % des ménages les plus riches se partagent 50 % patrimoine total des ménages Le crédit à la consommation : une ressource supplémentaire à utiliser avec précaution? MANUEL, PAGES Le montant du crédit est de et celui des mensualités sans assurance 98,28 et avec assurance 101,62. Ces mensualités vont s étaler sur 60 mois, soit 5 ans. 2. L assurance proposée en option peut permettre à l emprunteur de se couvrir contre un certain nombre de risques : décès, perte totale et irréversible d autonomie, maladie, accident ,29 = 6 097,29 L emprunteur devra rembourser 6 097,29 euros pour ce crédit à la consommation (assurance comprise). 4. Les intérêts représentent environ 20 % du capital emprunté. Le risque de cette ressource financière est d inciter les ménages à s endetter et à payer beaucoup d intérêts, plutôt que de se constituer une épargne rémunérée. 5. Les deux grandes familles de crédits sont les crédits à la consommation et les crédits immobiliers. 6. D après l Observatoire des crédits aux ménages, en 2008, 5,7 millions de ménages avaient un crédit à la consommation en cours (soit 21,3 % de l ensemble des ménages). 7. La zone verte représente les ménages qui ont à la fois un crédit immobilier et un crédit à la consommation en cours en 2008, soit 3,3 millions de ménages ,7 3,3 = 7,4. Le nombre total de ménages ayant un ou plusieurs crédits en cours en 2008 était de 7,4 millions. 9. Le crédit revolving peut être un véritable piège pour les familles modestes car ces derniers devront constamment payer des intérêts dans la mesure où le crédit se recharge automatiquement. La facilité avec laquelle on peut obtenir de l argent incite de nombreuses familles à s endetter et à devoir ensuite s acquitter de mensualités de remboursement très élevées.

6 10. Sylvain a commencé à emprunter pour des achats exceptionnels puis, petit à petit, il a utilisé le crédit pour une grande partie de ses dépenses courantes. Pour se sortir de cette situation de sur en dettement, il a dû déposer un dossier auprès de la Banque de France. 11. La ministre de l Économie ne souhaite pas interdire cette pratique du crédit car cette suppression pourrait contracter le niveau de consommation des ménages, et à terme pourrait détruire des emplois. 12. Le personnage sur la chaise rouge représente le banquier et ceux sur les sièges noirs des clients pour un crédit. 13. Plus le taux de cholestérol est élevé, plus cela est dangereux pour la santé. De même, plus le taux d intérêt d un crédit est élevé, plus cet emprunt est dangereux pour l emprunteur. 14. L auteur de ce dessin humoristique souhaite nous mettre en garde contre le comportement parfois cupide des banquiers qui gagnent de l argent sur le compte de clients parfois trop crédules : les deux clients expriment de la compassion pour le banquier sans réaliser que c est eux qui vont pâtir de ce taux d intérêt de 20 %. 15. Il serait très réducteur d imputer aux établissements de crédit la responsabilité du surendettement de certains ménages. Ces derniers utilisent parfois cette ressource financière de manière inadéquate en vivant bien au-dessus de leurs moyens avec des dépenses de consommation qui dépassent régulièrement leurs revenus. D où la nécessité pour les pouvoirs publics de légiférer pour mieux encadrer la pratique du crédit revolving. La définition du crédit se trouve dans le «Point Notion» lié du document 1. Ce document précise les notions de capital emprunté, de taux d intérêt et surtout de coût total du crédit. Le document 2 précise qu à côté du crédit à la consommation, la deuxième grande famille de crédit est le crédit immobilier. Le document 3 expose un cas concret d un individu qui se retrouve en situation de surendettement. Les causes peuvent être multiples : dépenses de consommation supérieures aux re- venus du ménage, perte d emploi, accumulation de crédits. Le document 4 expose une autre facette du surendettement : le crédit revolving et ses taux d intérêts souvent prohibitifs. 5. Comment les ménages consommentils en fonction de leur revenu? MANUEL, PAGES Les dépenses indispensables pourraient être : la nourriture, le loyer, la carte de transport en commun ou la facture d eau et d électricité. Ces dépenses cherchent à satisfaire des besoins vitaux. Remarque : discussion possible sur le caractère vital de l abonnement téléphone et Internet. 2. Les dépenses les moins nécessaires pourraient être : le cinéma, le week-end à la mer, le restaurant ou l écran plat. Ces dépenses sont facultatives par rapport à celles liées aux besoins vitaux décrits précédemment. 3. Elsa : loyer + nourriture + facture d eau et d électricité + carte de transport en commun + facture de téléphone et Internet + 1 pantalon + 1 paire de chaussures + un restaurant (ou deux entrées au cinéma) = Elsa ne peut donc pas épargner 100 par mois. Anissa : Loyer + nourriture + facture d eau et d électricité + carte de transport en commun + facture de téléphone et Internet + 2 pantalons + 1 paire de chaussures + week-end à la mer + lecteur MP3 + 4 sorties au restaurant et 5 entrées de cinéma = Manon : loyer + nourriture + facture d eau et d électricité + carte de transport en commun + facture de téléphone et Internet + 2 pantalons + 2 paires de chaussures + 2 week-ends à la mer + lecteur MP3 + 5 sorties au restaurant et 8 entrées au cinéma = = D après le CREDOC, en 2009, le montant des dépenses contraintes et incontournables pour les 10 % des personnes les plus riches était de D après le CREDOC, en 2009, les 10 % des ménages les plus pauvres consacraient 87 % 15

7 de leur budget aux dépenses contraintes et incontournables. 6. Plus les personnes sont modestes, plus la part du budget consacrée aux dépenses contraintes et incontournables est forte. Inversement, plus la personne est riche, plus la part du budget consacrée aux dépenses facultatives est forte. 7. Comme nous l avons vu dans le document précédent, Elsa, avec un revenu de 1 100, doit consacrer toutes ses ressources aux dépenses contraintes et incontournables. À l inverse, Manon, avec son revenu de 2000, peut se permettre de consacrer une part plus importante de ses ressources aux dépenses facultatives. 8. D après l INSEE, les ménages consacraient en moyenne, en 1960, 38 % de leur budget aux dépenses alimentaires. En 2007, ils consacraient en moyenne 16 % de leur budget aux dépenses de loisirs, culture et communication. 9. Les postes budgétaires qui ont le plus augmenté entre 1960 et 2007 sont : les transports, le logement et les loisirs. Ceux qui ont le plus diminué sur cette même période sont l alimentation et l habillement. 10. La part du budget alimentation a diminué sur ces cinquante dernières années non parce que les ménages se nourrissent moins, mais parce que leurs revenus ont augmenté beaucoup plus rapidement que leurs dépenses d alimentation. 11. Un bien normal est un bien dont l élasticitérevenu est supérieure à 0, alors qu un bien inférieur a une élasticité-revenu inférieure à Les dépenses qualifiées de «luxe» par Engel sont constituées de biens supérieurs. Le document 3 expose les évolutions sur un demi-siècle de la structure de consommation des ménages. On constate qu il y a des postes dont la part dans le budget total diminue (alimentation ou habillement), et d autres dont la part augmente (logement, loisirs, santé, etc.). Par-delà ces évolutions moyennes, le document 2 montre que la structure du budget de consommation est intimement liée au niveau de 16 ressource du ménage : plus les ressources sont faibles, plus la part du budget consacrée aux dépenses contraintes et incontournables est importante. Inversement, plus les ressources sont importantes, plus la part consacrée aux dépenses facultatives est forte. 6. Quels sont les effets du prix sur les choix des consommateurs? MANUEL, PAGES D après l INSEE, en 1970, l indice du prix du tabac était de 100 (indice base 100 en 1970) et la consommation moyenne était de 6,5 grammes par jour et par adulte. En 2009, cet indice était de 220 et la consommation moyenne n était plus que de 3 grammes par jour et par adulte. 2. De 1960 à 1975, l indice du prix du tabac a diminué de 120 à 90 environ. De 1975 à 1990, il est resté relativement stable. Et enfin, de 1990 à 2005, il a plus que doublé pour atteindre De 1960 à 1975, la consommation moyenne de tabac a augmenté de 6 à 7 grammes par jour et par adulte. De 1975 à 1990, cette moyenne a légèrement diminué pour atteindre environ 6. Et, enfin, de 1990 à 2009, celle-ci a fortement baissé dans la mesure où elle a été divisée par 2 environ. 4. Au regard de ce document, il semble exister une corrélation entre ces deux variables. 5. L élasticité-prix est généralement négative car la demande d un bien «quelconque» a tendance à diminuer quand son prix augmente toutes choses égales par ailleurs. 6. Le document 1 montre que l élasticité-prix du tabac est négative. 7. 1/10 = 0,1 L élasticité-prix du lait est de 0,1, ce qui montre que ce bien est plutôt inélastique. 8. D après ce rapport officiel, l élasticité-prix à court terme de l essence est de 0,08 % et l élasticité-prix à long terme est de 3 %. 9. L élasticité-prix de l essence est proche de zéro à court terme car, même si son prix augmente,

8 les besoins en transport utilisant cette source d énergie sont incompressibles pour le bon fonctionnement de l économie. Individuellement, une personne devra toujours se rendre à son travail en voiture et consommer la même quantité d essence, même si le prix augmente un peu à court terme. 10. Des exemples de biens dont l élasticité-prix est proche de zéro : l électricité, acier, blé 11. Ces quatre produits ont pour point commun d être des produits dits de luxe. 12. Un produit de luxe doit être cher pour être réservé à une élite, le posséder devenant un signe extérieur de richesse. Par ailleurs, le prix élevé est un gage de qualité et de bonne facture du produit. 13. Contrairement aux autres biens, les marques de luxe n ont pas intérêt à baisser leurs prix car le bien vendu perdrait son caractère luxueux et distinctif. Les clients des produits de luxe se détourneraient alors de ce bien devenu «banal» que tout le monde pourrait se permettre d acheter. 14. L élasticité-prix des biens de luxe est donc souvent positive. Document L élasticité-prix des changes pour bébés est fortement négative. 16. Cette phrase montre pourquoi l élasticitéprix de ce bien est importante : si le prix baisse, les consommateurs augmentent leur demande, quitte à stocker des changes pour bébés (et inversement). 17. Prenant conscience de la sensibilité accrue des consommateurs par rapport au prix de ce bien, la société Pampers a décidé de s adapter au marché en proposant un change pour bébés «low cost». La notion d élasticité-prix est définie dans le document 2 avec un exemple chiffré. Le document 3 donne un exemple de bien dont l élasticité-prix est presque nulle (l essence), c est-à-dire dont les quantités vendues ne dépendent quasiment pas de son prix. Le document 4 montre que les biens de luxes se distinguent des autres biens car leur élasticité-prix est positive (les quantités demandées augmentent quand le prix augmente). Enfin, le document 5 expose un exemple de bien avec une élasticité-prix est très forte (les changes pour bébé), c est-à-dire dont les quantités vendues dépendent étroitement de son prix. Exercices MANUEL, PAGE 28 Vérifier ses connaissances 1. Dans l ordre : ménages ; épargner ; crédit ; service ; besoin ; consommation ; revenus ; patrimoine ; taux d intérêt ; immobiliers ; surendettement. 2. a. F ; b. F ; c. F ; d. V ; e. F. Approfondir ses connaissances 3. a. D après l INSEE, l évolution annuelle du pouvoir d achat des ménages en juin 2007 était de +1,6 % (soit une augmentation de 1,6 % du pouvoir d achat sur un an). En juin 2008, ce chiffre était descendu à 0,6 % (soit une diminution de 0,6 % du pouvoir d achat sur un an). b. D après le texte, la diminution du pouvoir d achat entre juin 2007 et juin 2008 est principalement imputable à «une véritable flambée des prix, notamment des produits alimentaires et du pétrole». c. Le pouvoir d achat tient compte à la fois des salaires et des prix à la consommation : une augmentation des salaires de 2,2 % entre juin 2008 et juin 2009 et une baisse de 0,5 % des prix à la consommation sur cette même période aboutissent à une augmentation du pouvoir d achat de 2,7 % (2,2 + 0,5). d. Au vu de ce graphique, cette phrase semble justifiée sur la période a. Le montant du SMIC en janvier 2010 était de 1 056,24 net mensuel à temps complet. b. En reprenant la définition du pouvoir d achat, si les loyers parisiens ont augmenté dix fois plus vite (5 %) que le SMIC (0,5 %), on peut en déduire que le pouvoir d achat d un travailleur au SMIC locataire à Paris a dû baisser. c. Encore une fois, en reprenant la définition du pouvoir d achat, si les prix à la consommation 17

9 n ont augmenté que de 0,1 % sur toute l année de 2009, et si le SMIC a été revalorisé de 0,5 %, alors en théorie on peut imaginer que le pouvoir d achat d un salarié au SMIC a augmenté de 0,4 % sur cette période. d. Avec un revenu de 1 056,24 net mensuel à temps complet, un locataire parisien au SMIC a peu de chance de pouvoir épargner après avoir payé ses dépenses de nourriture, ses factures, etc. Bibliograhie Sites Internet L Adéic est une association nationale de consommateurs créée par la Fédération de l Éducation nationale et agréée par le garde des Sceaux. Ce site pédagogique explique les droits du consommateur. Ce site a pour vocation de contribuer à l éducation financière des jeunes et des adultes. Il propose entre autres des simulations pour organiser ses budgets de consommation ou de financement de crédit. 60 millions de consommateurs est une association qui défend les droits des consommateurs. Ce site propose une multitude de conseils pour éviter certains pièges de la consommation. Ces trois sites Internet proposent des cas pratiques qui pourront être étudiés en classe. Concernant les crédits et les produits d épargne, les sites Internet des grandes banques commerciales proposent des pages Web qui pourront faire l objet d un cas pratique à étudier en classe : exemple avec un livret jeune de la Caisse d Épargne. Enfin, le site de l INSEE propose aussi des statistiques sur l évolution de la consommation et du pouvoir d achat sur une longue période. Ouvrages à consulter Nicolas Herpin et Danièle Verger, Consommation et modes de vie en France. Une approche économique et sociologique sur un demi-siècle, La Découverte (coll. Grands Repères), Les auteurs analysent les évolutions de la consommation et des modes de vie depuis 50 ans en France. Raphaël Prunier, Mieux connaître les produits d épargne, SEFI (coll. ID reflex), L auteur explique avec pédagogie les avantages et les inconvénients de différents produits d épargne. Nicolas Pécourt, Un monde sans crédit?, Eyrolles, L auteur expose les dangers du crédit revolving tout en montrant que le crédit à la consommation reste un outil incontournable au bon fonctionnement économique. Documentaires audiovisuels 30 Glorieuses, 20 Rugueuses. 50 ans d économie racontés par la pub, Scéren (CNDP), Ce documentaire, qui peut être emprunté au CDDP ou au CRDP, présente les évolutions des modes de consommation sur un demi-siècle à travers la publicité (livret pédagogique inclus). Pouvoir d achat : révélation sur la flambée des prix, M6 CAPITAL, le 20 janvier Ce documentaire visualisable en streaming sur des sites Internet explique, à partir de cas concrets, le mécanisme qui relie le pouvoir d achat et les prix à la consommation. Crédit : enquête sur ces cartes qui promettent de l argent, CAPITAL, le 17 janvier Ce documentaire visualisable en streaming sur des sites Internet présente le fonctionnement et les pièges potentiels du crédit revolving. 18

Thème N 1 Ménages et consommation

Thème N 1 Ménages et consommation Thème N 1 Ménages et consommation Chapitre 1. Comment le revenu et les prix influencent - t - ils les choix des consommateurs? Objectifs Acquisitions de concepts et de méthodes et être capable d analyser

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement DÉCEMBRE 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

Chapitre 1 : Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

Chapitre 1 : Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Chapitre 1 : Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? 1? Quels éléments importants déterminent le comportement du consommateur? La consommation des ménages se transforme-t-elle

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JANVIER 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET D1 GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET 1- Analyse de la situation. Caroline, 26 ans, a sélectionné un séjour en Espagne d un montant de 420 tout compris, pour ses vacances du 1 er au 15 aout. Elle devra régler

Plus en détail

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION A/ Comment les revenus et les prix influencent-ils le choix des consommateurs? Notions à découvrir Revenu disponible Consommation Épargne Pouvoir d'achat Dans cette première

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JUIN 2014 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pourquoi et

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JUIN 2014 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Maîtriser son endettement sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT?

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Quels sont vos objectifs de placement? 2 3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Les facteurs à prendre en compte Ils dépendent de votre personnalité, de votre âge, de votre situation de famille et de

Plus en détail

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION 1 Étape 1 contrôles corrigés 1. 2. Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? D où vient l argent que vos parents dépensent chaque mois? Vos parents dépensent-ils

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Le regroupement de crédits, la solution?

Le regroupement de crédits, la solution? JANVIER 2014 N 28 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le regroupement de crédits, la solution? Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

Maîtriser son taux d endettement

Maîtriser son taux d endettement LES MINI-GUIDES BANCAIRES FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Les Mini-guides Bancaires: La banque dans le creux de la main topdeluxe FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Repère n 8 Maîtriser son taux d endettement

Plus en détail

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET D1 GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET 1- Analyse de la situation. Caroline, 26 ans, a sélectionné un séjour en Espagne d un montant de 420 tout compris, pour ses vacances du 1 er au 15 aout. Elle devra régler

Plus en détail

Organiser. son Budget. Les supports proposés...2 Échéancier...3-6 Budget... Mode d emploi...7 Conseils pratiques...8

Organiser. son Budget. Les supports proposés...2 Échéancier...3-6 Budget... Mode d emploi...7 Conseils pratiques...8 LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Dépenser : se comporter en consommateur avisé Organiser Ajuster : réagir rapidement aux événements son Budget Sommaire Les supports proposés...2 Échéancier....3-6

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE 2015-1 - 1 Cette liste n'est pas exhaustive. L'Administration se réserve le droit de demander tout document complémentaire qui lui apparaîtrait nécessaire lors de l'instruction du dossier. Aucun document

Plus en détail

Le site lafinancepourtous.com. Espace Enseignants

Le site lafinancepourtous.com. Espace Enseignants Le site lafinancepourtous.com Espace Enseignants Présentation des modules d économie de l Institut pour l Education Financière du Public Les Rencontres de l IEFP 14 janvier 2009 Auditorium de la Fédération

Plus en détail

ECONOMIE : Marchés et comportements. Marges & Elasticités

ECONOMIE : Marchés et comportements. Marges & Elasticités ECONOMIE : Marchés et comportements DES COMPORTEMENTS Marges & Elasticités Séance 10 08.04.2013 Des questions sur les séances précédentes? Questions «Marges» That are the questions Raisonnement à la marge

Plus en détail

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014 Effets de l initiative populaire «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» sur diverses catégories de ménages dont le comportement écologique varie Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer

Plus en détail

L évolution des modes de consommation Activités pour l élève

L évolution des modes de consommation Activités pour l élève L évolution des modes de consommation Activités pour l élève Introduction Que consomment les Français? Exercice Quel besoin est satisfait dans chaque cas? Pour chacun d entre eux, vous préciserez s il

Plus en détail

Les fiches pratiques de l ADIL du Finistère

Les fiches pratiques de l ADIL du Finistère Les fiches pratiques de l ADIL du Finistère BIEN PREPARER VOTRE ETUDE DE FINANCEMENT AVEC UN CONSEILLER JURISTE DE L ADIL I - VOS RESSOURCES Veuillez impérativement vous munir des documents suivants :

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Le microcrédit personnel accompagné

Le microcrédit personnel accompagné OCTOBRE 2013 N 36 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le microcrédit personnel accompagné Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE Dreyfus Louyebo Fortune et patrimoine guide de l investissement en France Essai Editions Persée Consultez notre site internet Editions Persée,

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

THEME 1 MENAGES ET CONSOMMATION

THEME 1 MENAGES ET CONSOMMATION THEME 1 MENAGES ET CONSOMMATION CHAP 2 LA REPARTITION DU REVENU DISPONIBLE : CONSOMMATION ET EPARGNE 1 D après le Doc 1 Compléter le schéma suivant L'EXEMPLE DU MENAGE LEROY : (Rappel CHAP 1) Le revenu

Plus en détail

1. La fonction de consommation keynésienne

1. La fonction de consommation keynésienne Rappels de cours Aix- Marseille Université - Faculté des Sciences Economiques Licence EM 1ère année - 2ème semestre Travaux dirigés de Macroéconomie Karine CONSTANT Gilles DE TRUCHIS 1. La fonction de

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR Documents à fournir quelle que soit votre situation : Formulaire de demande de bourse dûment complété et signé Livret de famille Carte d inscription au registre des Français

Plus en détail

Document n 1 : Le budget familial Les dépenses et les revenus

Document n 1 : Le budget familial Les dépenses et les revenus Document n 1 : Le budget familial Les dépenses et les revenus Recopiez la définition du mot «budget» du dictionnaire : Voici les définitions des trois catégories de dépenses possibles : -Dépenses courantes

Plus en détail

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE PRÉVOYANCE VIEILLESSE 1 THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE RAIFFEISEN PRÉVOYANCE VIEILLESSE (ÉTAT 2015) PR É VOYA N C E V IE ILLE SS E 1.1 PRÉVOYANCE ÉTATIQUE 1 ER

Plus en détail

Philippe Villemus. Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres... Groupe Eyrolles, 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5

Philippe Villemus. Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres... Groupe Eyrolles, 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5 Philippe Villemus Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres..., 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5 En synthèse, qu est-ce qu être riche? «Pour un pays comme pour un individu, ce n est

Plus en détail

Créer son propre emploi

Créer son propre emploi Vous souhaitez voir intervenir, au sein de votre établissement, un de nos conseillers régionaux : prenez contact avec lui pour établir, ensemble, une proposition adaptée à vos besoins et à votre public.

Plus en détail

Comment réagir en cas de perte de revenus?

Comment réagir en cas de perte de revenus? NOVEMBRE 2014 N 12 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Comment réagir en cas de perte de revenus? Ce mini-guide vous est offert

Plus en détail

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Indices des prix à la consommation

Plus en détail

Documents à fournir en fonction de votre situation familiale, financière et patrimoniale :

Documents à fournir en fonction de votre situation familiale, financière et patrimoniale : 2012-1 MERCI DE REMETTRE VOTRE DOSSIER COMPLET A LA SECTION CONSULAIRE DE L AMBASSADE SUR RENDEZ-VOUS UNIQUEMENT (TEL. 44 02 17 34) AU PLUS TARD LE 30 SEPTEMBRE 2012 Documents à fournir quelle que soit

Plus en détail

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils?

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? 09/02/2015 1 Introduction L emprunteur immobilier «type» n existe pas, il est

Plus en détail

La comptabilité d entreprise Deuxième partie: Les notions élémentaires de la comptabilité d entreprise. 17 janvier 2004

La comptabilité d entreprise Deuxième partie: Les notions élémentaires de la comptabilité d entreprise. 17 janvier 2004 La comptabilité d entreprise Deuxième partie: Les notions élémentaires de la comptabilité d entreprise 17 janvier 2004 1. Distinction stocks et flux 2. Une situation financière 3. Le bilan 4. Le compte

Plus en détail

L essentiel sur. Tenir ses comptes et faire son budget

L essentiel sur. Tenir ses comptes et faire son budget L essentiel sur Tenir ses comptes et faire son budget Les enjeux Suivre ses comptes Tenir ses comptes et faire son budget, c est avoir une meilleure vision de ses ressources et de ses dépenses. Vous savez

Plus en détail

Epargne. CONNAÎTRE mes produits bancaires. Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien. Revenus. Budget FICHE N 3

Epargne. CONNAÎTRE mes produits bancaires. Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien. Revenus. Budget FICHE N 3 FICHE N 3 Dépenses Budget CONNAÎTRE mes produits bancaires Epargne Revenus Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien connaître les produits bancaires et assurantiels que nous détenons. Cartes

Plus en détail

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts Chapitre 4 : cas Transversaux Cas d Emprunts Échéanciers, capital restant dû, renégociation d un emprunt - Cas E1 Afin de financer l achat de son appartement, un particulier souscrit un prêt auprès de

Plus en détail

Gérard Huguenin Petit guide pour s enrichir au quotidien

Gérard Huguenin Petit guide pour s enrichir au quotidien Gérard Huguenin Petit guide pour s enrichir au quotidien Groupe Eyrolles, 2005, 2007 ISBN 10 : 2-7081-3782-4 ISBN 13 : 978-2-7081-3782-0 Table des matières Sommaire....................................................5

Plus en détail

NOUVEAU SALAIRE, NOUVEAU BUDGET

NOUVEAU SALAIRE, NOUVEAU BUDGET NOUVEAU SALAIRE, NOUVEAU BUDGET FICHE DE PAIE : COMMENT EST RÉPARTI VOTRE SALAIRE? Votre première fiche de paie va sans doute vous surprendre. Car après la première ligne où figure votre salaire brut,

Plus en détail

DEMANDE DE PRÊT PRÊT PA S S - T R AVAU X

DEMANDE DE PRÊT PRÊT PA S S - T R AVAU X DEMANDE DE PRÊT PRÊT PA S S - T R AVAU X ÉTAT CIVIL EMPRUNTEUR CONJOINT OU CO-EMPRUNTEUR Nom - Prénom Nom de jeune fille Né(e) le Lieu et Département Nationalité Adresse actuelle Téléphone personnel Téléphone

Plus en détail

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi,

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi, n 3 mai 2012 Le mot de l Observatoire Cette nouvelle livraison de la Lettre de l ONPES aborde un sujet souvent commenté : celui du logement des ménages pauvres et modestes. Cependant, l auteur de cette

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.3 - Attitudes et comportements des consommateurs Franck Lehuédé (CREDOC) «Depuis une soixantaine d années, le CREDOC observe les comportements

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 22ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mardi 16 mars 2010 - Les faits marquants en 2009

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

Les prêts hypothécaires. Habiter chez soi. www.bcn.ch

Les prêts hypothécaires. Habiter chez soi. www.bcn.ch Les prêts hypothécaires Habiter chez soi www.bcn.ch Les financements hypothécaires Vu la valeur généralement élevée des biens immobiliers, il est usuel de faire appel à une banque, afin de participer au

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Observatoire du crédit immobilier

Observatoire du crédit immobilier Observatoire du crédit immobilier 12 e édition conférence de presse - 10 novembre 2010 Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 12 e Observatoire du crédit immobilier Meilleurtaux Des taux

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

Tout dossier incomplet ou ne parvenant pas dans les délais impartis sera irrecevable.

Tout dossier incomplet ou ne parvenant pas dans les délais impartis sera irrecevable. BOURSES SCOLAIRES 2011/2012 LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR Les dossiers complétés doivent être déposés personnellement par les familles, uniquement sur rendez-vous, au Secrétariat général du Bureau français,

Plus en détail

D. Glaymann Université Paris Est INTEFP, 2015 1. A) Les différents types de revenus. B) La répartition primaire. C) La redistribution

D. Glaymann Université Paris Est INTEFP, 2015 1. A) Les différents types de revenus. B) La répartition primaire. C) La redistribution A) Les différents types de revenus B) La répartition primaire C) La redistribution D) Le budget des ménages Salaires, traitements, bénéfices, honoraires, primes, dividendes, intérêts, loyers Mécanismes

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Connaître vos revenus et vos dépenses

Connaître vos revenus et vos dépenses Connaître vos revenus et vos dépenses NIVEAU 9-12 La présente leçon donnera l occasion aux élèves d examiner leurs revenus et leurs dépenses, et d apprendre à établir un budget. Cours Initiation aux affaires

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014

Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014 Dossier semestriel Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014 BILAN DE L ANNÉE 2013 : Evolution mensuelle des taux en 2013 : baisse de 0,10% du taux d intérêt sur 20 ans Evolution des taux depuis

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements»

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements» Les dépenses fiscales Les difficultés de définir la norme Les dépenses fiscales s analysent comme «des dispositions législatives ou réglementaires dont la mise en œuvre entraîne pour l Etat une perte de

Plus en détail

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Dans le cadre des efforts soutenus du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse

Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse Groupe Eyrolles, 2007 ISBN 978-2-212-53877-9 L épargnant français est-il cigale ou fourmi? Le Français est plutôt fourmi. Les ménages français épargnent environ

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2013? Une étude du Crédit Foncier

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2013? Une étude du Crédit Foncier Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2013? Une étude du Crédit Foncier Septembre 2013 Synthèse A la veille du Salon Patrimonia (26 et 27 septembre

Plus en détail

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 «Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 INTRODUCTION : RAPPELS SUR LE REGROUPEMENT DE CREDITS 1 LE REGROUPEMENT DE CRÉDITS, QUAND?

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Dossier 13 COMMENT CONSOMMONS-NOUS? (I) LES FACTEURS ÉCONOMIQUES. b Avant la consommation, l épargne!

Dossier 13 COMMENT CONSOMMONS-NOUS? (I) LES FACTEURS ÉCONOMIQUES. b Avant la consommation, l épargne! COURS DE SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES Philippe Mamas Lycée Fulbert Classe de Seconde Dossier 13 COMMENT CONSOMMONS-NOUS? (I) LES FACTEURS ÉCONOMIQUES b Avant la consommation, l épargne! Consommer suppose

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE Documents à fournir quelle que soit votre situation :

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE Documents à fournir quelle que soit votre situation : Documents à fournir quelle que soit votre situation : Formulaire de demande de bourse dûment complété et signé Livret de famille Carte d inscription au registre des Français établis hors de France des

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Les actifs financiers les plus couramment

Les actifs financiers les plus couramment 2.1 Performance des placements sans risque Les actifs financiers les plus couramment détenus par les ménages sont les comptes ou livrets d épargne. Ils offrent une disponibilité immédiate des fonds et

Plus en détail

Ma maison, mon tout & tout pour ma maison

Ma maison, mon tout & tout pour ma maison Observatoire de la vie à la maison Ma maison, mon tout & tout pour ma maison ILIV, observatoire de la vie à la maison, a mené une enquête représentative auprès de plus de 4.000 Belges sur l influence de

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Novembre 2008 Synthèse Avec 14 millions d individus, les 18-34 ans représentent 28% de la population

Plus en détail

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord 27 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES Le tableau de bord présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Jeudi 29 janvier 201-1 Les faits marquants

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

Allemagne. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20

Allemagne. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 211 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-211-fr Allemagne Merci de citer ce

Plus en détail