Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)"

Transcription

1 Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu, d investissement et d épargne Expliquer pourquoi les valeurs du revenu, des dépenses et de la production pour une économie sont égales Expliquer comment le PIB est mesuré 2 Objectifs d apprentissage (suite) Expliquer comment l indice des prix à la consommation (IPC) et l indice implicite du PIB sont mesurés Expliquer l utilisation de l IPC et de l indice implicite du PIB comme mesures de l inflation 3

2 Objectifs d apprentissage (suite) Expliquer comment le PIB réel est mesuré Expliquer en quoi la croissance du PIB réel n est pas une mesure parfaite de l amélioration du bien-être économique 4 Objectif: Faire la distinction entre le stock de capital et de richesse et le flux de production, de revenu, d investissement et l épargne Le Produit Intérieur Brut (PIB) est la valeur de la production agrégée des biens et services dans un pays au courant d une période donnée. 5 Produit Intérieur Brut Le calcul du PIB requiert la connaissance de deux principes fondamentaux des comptes économiques: La distinction entre stock et flux L égalité entre les revenus, les dépenses et la valeur de la production Le flux est une quantité par unité de temps. Le stock est une quantité qui existe à un point dans le temps. 6

3 Flux et stocks Le stock macroéconomique par excellence est le capital. Le capital consiste en usines, équipements, immeubles, inventaires du matériel brut et en biens semi-finis utilisés dans le processus de production des autres biens et services. 7 Flux et Stocks Deux flux viennent changer le stock de capital : investissement et dépréciation. L investissement est l achat du nouveau capital incluant les inventaires. La dépréciation est la diminution du stock de capital résultant de l usure et de l obsolescence. La dépréciation s appelle aussi provision pour consommation du capital. 8 Flux et Stocks L investissement brut est le montant total dépensé dans l addition au stock de capital et le remplacement du stock déprécié. Le montant dépensé dans l addition au stock de capital est appelé investissement net. L investissement net est égal à l investissement brut moins la dépréciation. 9

4 Capital et Investissement 10 Flux et Stocks La richesse constitue un autre stock macroéconomique. La richesse est la somme de tout ce que les gens possèdent. Ce que les gens possèdent, un stock, est relié à ce que les gens gagnent, un flux. Les dépenses de consommation sont faites du montant dépensé pour la consommation des biens et services. L épargne est le montant de revenu qui reste après les dépenses de consommation. 11 Flux et Stocks Le PIB potentiel croit d année en année. Le PIB réel fluctue autour du PIB potentiel. Les stocks et les flux de capital et de l investissement, de la richesse et de l épargne, influencent à la fois la croissance à long terme du PIB potentiel et les fluctuations du PIB réel à court terme. 12

5 Objectif: Expliquer pourquoi les valeurs du revenu, des dépenses et de la production pour une économie sont égales Pour l économie dans son ensemble, il y a un flux circulaire des revenus et des dépenses. 13 Revenus, dépenses et valeur de la production Les ménages vendent et les firmes achètent les facteurs travail, capital, terre et esprit d entreprise sur le marché des ressources. Les dépenses des firmes en Salaires Intérêts Loyers Profits Égalent les revenus des ménages Du travail Du capital Des loyers Du rendement d esprit d entreprise 14 Gouvernements Les dépenses gouvernementales (G) sont les achats de biens et services par le gouvernement. Les gouvernements utilisent les revenus fiscaux pour payer ces achats. Les taxes nettes (T) sont les taxes payées aux gouvernements moins les paiements de transfert reçus des gouvernements. Les paiements de transfert comprennent les paiements de sécurité sociale, l assurance emploi, les subsides et les paiements d intérêts sur la dette publique. 15

6 Le reste du monde Les firmes exportent les biens et services au reste du monde et importent les biens et services du reste du monde. Les exportations nettes sont la valeur des exportations moins celle des importations. Si les exportations nettes sont positives, le reste du monde est en déficit et l économie domestique est en surplus. Pour financer ce déficit, le reste du monde doit emprunter de l économie domestique ou vendre des actifs qu il détient. 16 Le flux circulaire des revenus et dépenses 17 Produit intérieur brut Le PIB est la valeur de la production agrégée dans un pays au cours d une période donnée. La production peut être évaluée de deux façons différentes: Par la valeur de ce que les acheteurs paient. Par le coût défrayé par les producteurs pour produire. La valeur de la production est la même quel que soit le point de vue considéré. 18

7 Les dépenses égalent les revenus Le montant total payé par les acheteurs pour les biens et services finis produits constitue la dépense agrégée. Revenu agrégé Investissement Exportations nettes Y = C + I + G+ + NX XN Dépense agrégée Consommation Dépenses publiques 19 Les dépenses égalent les revenus Les acheteurs de la production agrégée paient un montant égal à la dépense agrégée et les vendeurs de la production agrégée paient un montant égal au revenu agrégé, ce qui fait que... La production agrégée ou PIB est égale à la dépense agrégée et est égale au revenu agrégé. 20 Injections et fuites Une injection est une dépense qui n émane pas des ménages. Les injections sont l investissement, les dépenses gouvernementales et les exportations. Une fuite est un revenu qui n est pas consacré à l achat des biens et services nationaux. Les fuites sont l épargne, les taxes nettes et les importations. 21

8 Injections et fuites Les injections sont toujours égales aux fuites. Partant de l égalité entre revenu agrégé et dépense agrégée: Réécrire XN comme X IM Réécrire Y comme consommation + épargne + taxes nettes Égaliser (2) à (1) Réorganiser Y = C + I + G + XN Y = C + I + G + X IM (1) Y = C + E + T (2) I + G + X IM E T = 0 I + G + X = E + T + IM Injections = fuites 22 Comment le flux des investissements est financé L investissement est financé de deux manières: Épargne nationale Emprunts du reste du monde L épargne nationale est le montant d épargne provenant des ménages, des entreprises et du gouvernement. Épargne nationale = E + (T G) 23 Comment le flux des investissements est financé Les emprunts du reste du monde sont un moyen naturel et normal de financer l investissement lorsque les demandes en investissements profitables dépassent l épargne nationale. Emprunts à l étranger = IM X = XN Investissement = E + (T G) + (IM X) 24

9 Objectif: Expliquer comment le PIB est mesuré Pour mesurer le PIB, Statistique Canada utilise deux approches: La méthode des dépenses La méthode des revenus des facteurs 25 Mesures du PIB canadien La méthode des dépenses mesure le PIB en additionnant les données sur les dépenses de consommation, l investissement, les achats du gouvernement et les exportations nettes. Les dépenses personnelles en consommation des biens et services sont les dépenses effectuées par les ménages à l achat des biens et services produits au Canada et dans le reste du monde. 26 Approche de la dépense Les dépenses d investissement sont les dépenses en équipements et immeubles par les firmes et les dépenses en nouvelles constructions résidentielles par les ménages. Elles incluent aussi les changements dans les inventaires. 27

10 Approche de la dépense Les dépenses gouvernementales en biens et services sont les dépenses en biens et services de tous les différents paliers gouvernementaux. Les dépenses gouvernementales n incluent pas les paiements de transfert. Ils sont comptabilisés dans les dépenses des ménages. Les exportations nettes des biens et services représentent la valeur des exportations moins celle des importations. 28 PIB: Méthode des dépenses Montant en 1998 (milliards de % du Poste Symbole dollars) PIB Dépenses personnelles de consommation en biens et services C ,2 Investissement I ,6 Dépenses gvt en biens et services G ,8 Exportations nettes des biens et services XN 13 1,4 PIB Y ,0 29 Dépenses exclues du PIB La dépense agrégée ne comprend pas toutes les dépenses effectuées par les ménages et les firmes. Les dépenses faisant partie du PIB sont des dépenses finales et excluent: Les biens et services intermédiaires Les biens d occasion Les actifs financiers 30

11 Dépenses exclues du PIB Les biens et services intermédiaires sont des biens et services que les firmes achètent à d autres firmes et qui sont utilisés comme intrants dans la production des biens et services finis. Compter les dépenses en biens et services intermédiaires ainsi que celles en biens et services finis résulterait en un double comptage. 31 Dépenses exclues du PIB Les biens d occasion étaient comptabilisés dans le PIB à la période de leur production. Les dépenses sur les actifs financiers comme les bons du trésor et les actions ne sont pas comptabilisés : le PIB considère les montants dépensés sur les biens et services et non sur les engagements. 32 PIB: La méthode des revenus La méthode des revenus mesure le PIB en additionnant les revenus que les firmes paient aux ménages pour les ressources impliquées dans le processus de production. Cinq catégories de revenus dans les comptes nationaux: Salaires, traitements et le revenu complémentaire du travail Bénéfices des sociétés avant impôts Intérêts et revenus divers de placement Revenus nets des entreprises non agricoles individuelles Revenus nets des agriculteurs 33

12 La méthode des revenus Les salaires, traitements et le revenu complémentaire du travail constituent les paiements totaux des firmes pour le facteur travail (incluant les contributions des employeurs aux fonds de pensions, à l assurance emploi, aux régimes de pensions du Canada/Québec). Les bénéfices des sociétés avant impôts constituent les profits totaux des sociétés. 34 La méthode des revenus Les intérêts et revenus divers des placements sont le total des intérêts reçus par le ménages sur les prêts consentis moins ceux payés sur les emprunts (incluant le revenu du loyer pour l utilisation de la terre et autres intrants loués ainsi que le loyer imputable aux propriétaires occupant leur logements). Les revenus nets des entreprises non agricoles individuelles et revenus nets des agriculteurs sont réunis à cause de la difficulté de séparer les revenus gagnés par les ménages opérant leur propre ferme. 35 Des coûts des facteurs vers le prix du marché La somme des cinq catégories de revenus donne un total égal à la valeur de la production au coût des facteurs. Mais lorsqu on évalue la production par la méthode des dépenses, on l évalue au prix du marché. La différence entre les deux réside dans la présence des impôts indirect et des subventions. 36

13 Des coûts des facteurs vers le prix du marché Les impôts indirects sont des impôts payés par les consommateurs lors de l achat des biens et services. La présence des impôts indirects fait que les dépenses excèdent les revenus des facteurs. Les subventions sont des montants versés aux producteurs par les gouvernements La présence de subventions fait que les dépenses soient inférieures aux revenus des facteurs. AJOUT des impôts indirects et SOUSTRACTION des subventions 37 Du produit intérieur net au produit intérieur brut L investissement brut investissement avant dépréciation est une composante de la dépense agrégée. Le profit net des entreprises est un profit net des coûts dont la dépréciation D où le revenu total exclut la dépréciation. Pour avoir le PIB par la méthode des revenus, il faut ajouter la dépréciation au revenu total. 38 PIB: La méthode des revenus Salaires, traitements et le revenu complémentaire du travail Bénéfices des sociétés avant impôts Intérêts et revenus divers de placement Revenus nets des agriculteurs Revenus nets des entreprises non agricoles individuelles Impôts indirects moins subventions Consommation de capital (dépréciation) PRODUIT INTÉRIEUR BRUT Montant en 1998 Pourcentage Catégorie (milliards de dollars) du PIB ,7 9,8 4,9 0,2 6,3 13,5 12,

14 Évaluation de la production par industrie Les méthodes précédentes peuvent être utilisées pour évaluer la contribution d une industrie au PIB. Pour mesurer la valeur de la production d une industrie, on utilise la valeur ajoutée par cette industrie. La valeur ajoutée est la valeur de la production d une firme moins la valeur des biens et services intermédiaires que la firme achète des autres firmes. 40 Valeur ajoutée et dépense finale Agriculteur Meunier Boulanger Valeur ajoutée par l agriculteur Valeur Du blé Valeur de la farine Valeur ajoutée par le meunier Valeur ajoutée par le boulanger Valeur ajoutée Dépenses intermédiaires Dépenses finales Épicier Valeur du pain au prix de gros Valeur ajoutée par l épicier Consommateur Valeur du pain au prix de détail Dépense finale pour le pain 41 Objectif : Expliquer comment on mesure l IPC et l indice implicite du PIB Le niveau des prix est le niveau moyen des prix mesuré par un indice des prix. Le taux d inflation est le pourcentage du changement dans le niveau des prix d une période à la suivante. Les deux principaux indices sont: L indice des prix à la consommation (IPC) L indice implicite du PIB 42

15 L indice des prix à la consommation L indice des prix à la consommation mesure le niveau moyen des prix des biens et services consommés par une famille type canadienne vivant en milieu urbain. Durant la période de référence (actuellement 1992), Statistique Canada enquête sur les habitudes de consommation : 600 biens et services différents font partie du panier des biens de l IPC. Chaque mois, le panier est réévalué aux prix courants et exprimé comme un pourcentage de la valeur du même panier à la période de base. 43 L IPC : Un calcul simplifié Période de référence Période courante Panier Prix (/unité) dépense Prix(/unité) dépense 5 Kg d oranges 6 coupes de cheveux 100 billets de bus Dépense totale $0.80 $11.00 $1.40 $4 $66 $140 $210 $1.20 $12.50 $1.50 $6 $75 $150 $231 IPC = (210/210)x100 = 100 (231/210)x100 = Objectif: Expliquer comment le PIB réel est mesuré Le deuxième indice des prix majeur utilisé pour calculer l inflation est l indice implicite du PIB. L indice implicite du PIBmesure le niveau des prix de tous les biens et services inclus dans le PIB. 45

16 L indice implicite du PIB L Indice implicite du PIB = PIB nominal PIB réel 100 Le PIB nominal est le PIB évalué aux prix de la période courante. Le PIB réel est le PIB évalué aux prix de la période de référence. 46 PIB nominal, PIB réel et Indice implicite du PIB: Calcul simplifié Période courante Période courante Période de référence Production Prix(/unité) dépenses Prix(/unité) dépenses 4,240 Kg d oranges 5 ordinateurs 1,060 mètres de ruban $1.05 $2,100 $1 PIB NOMINAL $4,452 $10,500 $1,060 $16,012 $1 $2,000 $1 PIB RÉEL Indice implicite du PIB = (16, 012/15,300) x 100 =104, 7 $4,240 $10,000 $1,060 $15, Le ballon du PIB canadien: PIB nominal et PIB réel 48

17 Le ballon du PIB canadien : déflation du PIB nominal Indice implicite du PIB 49 Objectif: Expliquer les limites de l IPC et de l indice implicite du PIB comme mesures de l inflation Il est important de mesurer le taux d inflation de la manière la plus correcte possible. Une surestimation de 1% dans l inflation représente une sous estimation de 1% dans la croissance du PIB. L IPC ainsi que l indice implicite du PIB surestiment probablement le taux d inflation. 50 Deux mesures de l inflation 51

18 Le biais dans l IPC Les sources principales de biais dans l IPC sont: Biais d introduction des nouveaux biens Les ordinateurs sont plus chers que les machines à écrire. Biais du changement dans la qualité Les prix plus élevés dûs à l augmentation dans la qualité sont mesurés comme de l inflation. Biais de substitution Les gens changent les biens qu ils achètent en réponse aux changements dans les prix relatifs mais l IPC garde le panier fixe. Biais de substitution des points de vente Lorsque les prix augmentent, les gens se ruent vers des magasins à escomptes. 52 Le biais dans l IPC Le biais dans l IPC canadien est estimé à environ 1 % par an et est probablement moins que le 1 %. Statistique Canada révise le panier de référence à tous les 10 ans et fait des ajustements statistiques au fur et à mesure. 53 L indice implicite du PIB, est-il biaisé aussi? Cet indice inclut les biens nouveaux et les changements qualitatifs. Il est basé sur les dépenses courantes et reflète donc les substitutions des biens ainsi que des points de vente. Il n est cependant pas exempt de biais: Pour calculer le PIB réel, Statistique Canada estime les quantités en divisant les dépenses par les indices des prix dont l IPC qui est biaisé... 54

19 Quelques conséquences du biais Les trois conséquences primordiales du biais dans l IPC sont: La création de distorsions dans les contrats privés L augmentation du fardeau des paiements gouvernementaux La création d un biais dans les estimations des gains réels. 55 Objectif: Expliquer les limites de la croissance dans le PIB réel comme mesure de bien-être économique Les économistes utilisent le PIB réel et son taux de croissance comme mesures de la production et du bien-être économique d une nation. 56 Les limites du PIB réel En particulier, les estimations du PIB réel et de son taux de croissance sont utilisées pour: Les comparaisons de bien-être économique Les comparaisons internationales de PIB Les études du cycle économique et les prédictions. 57

20 Comparaisons de bien-être économique Le bien-être économique est une mesure de l état général de la santé économique. La croissance du PIB réel est un indicateur de l amélioration du bien-être économique. Mais le bien-être économique dépend de plusieurs autres facteurs qui ne sont pas mesurés par le PIB réel. 58 Comparaison de bien-être économique Quelques facteurs non mesurés (ou non correctement mesurés) par le PIB réel sont: Surestimation dû à l inflation La production domestique n est pas comptabilisée Les activités au noir La santé et l espérance de vie Le temps de loisir La qualité de l environnement La liberté politique et la justice sociale 59 Comparaisons internationales du PIB réel Deux problèmes reliés aux comparaisons internationales du PIB réel. Premièrement, le PIB réel d un pays doit être converti en unités monétaires de l autre avant de comparer. Deuxièmement, les mêmes prix doivent être utilisés pour évaluer les biens et services dans les pays comparés. 60

21 Comparaisons internationales du PIB Une comparaison du PIB réel per capita entre le Canada et la Chine pour l année 1992 laisse voir que la Chine est un pays extrêmement pauvre: $25,453 pour le Canada versus $425 pour la Chine. Mais les prix relatifs au Canada et en Chine sont très différents pour les mêmes biens. Les prix en parité des pouvoirs d achat évaluent les biens et services aux mêmes prix dans les deux pays. 61 Deux vues du PIB réel per capita en Chine 62 Le cycle réel et les prévisions Le biais dans l IPC ne change pas à travers les cycles. Mais les fluctuations du PIB réel exacerbent ou surestiment les fluctuations dans la production totale et le bien-être économique: durant les récessions la production domestique et le loisir augmentent. 63

22 FIN 64

3. Un pays dont le PIB per capita est élevé possède généralement un niveau de vie plus élevé qu un pays avec un PIB per capita plus faible.

3. Un pays dont le PIB per capita est élevé possède généralement un niveau de vie plus élevé qu un pays avec un PIB per capita plus faible. Thème 2 Les indicateurs macroéconomiques Questions Vrai ou Faux 1. Pour l économie globale, les revenus doivent être égaux aux dépenses puisque les revenus d un vendeur sont nécessairement égaux aux dépenses

Plus en détail

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Fabio Panzera, MA in Economics Université de Fribourg, 08.10.2010 Question 1 Les macroéconomistes étudient toutes les questions suivantes, à l exception

Plus en détail

La comptabilité nationale

La comptabilité nationale La comptabilité nationale Pol 1900 Christian Deblock Méthodologie et définitionsd Trois sources utiles : Statistique Canada : Matériel pédagogique : http://www.statcan.ca/francais/edu/index_f.htm Gouvernement

Plus en détail

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE CHAPITRE 1 LES DONNES DE LA MACROECONOMIE I Le circuit économique. II Le Produit Interieur Brut. Le Produit intérieur brut est une mesure de la richesse nationale Le PIB correspond à : - La production

Plus en détail

L impôt des sociétés. Détermination du revenu. Revenu d un bien. Calcul du revenu imposable

L impôt des sociétés. Détermination du revenu. Revenu d un bien. Calcul du revenu imposable L impôt des sociétés Calcul du revenu imposable Détermination du revenu Revenu d un bien Revenu d entreprise Autres revenus (négligeable) Plus: excédent des gains en capital imposables sur les pertes en

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec Édition 2013 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s

Plus en détail

Université du Québec en Outaouais

Université du Québec en Outaouais Nom : Numéro d étudiant : Université du Québec en Outaouais Prénom ECN1473 : Analyse macroéconomique Examen intra Date : lundi 21 octobre 2002 Durée : 2h30 (9h00 11h30) Professeur : Dimitri Sanga DIRECTIVES

Plus en détail

La monnaie et les prix

La monnaie et les prix La monnaie et les prix Le long terme et les variables nominales ECO 2400 Université du Québec à Montréal Germain Belzile et Département des sciences économiques 2 Qu est-ce que la monnaie? La monnaie a

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

PROFIL DE LA PROVINCE

PROFIL DE LA PROVINCE PROFIL DE LA PROVINCE Économie de l Ontario en 2013 Produit intérieur brut (PIB) : 695,7 milliards de dollars PIB par habitant : 51 300 $ Population : 13,6 millions d habitants Exportations et importations

Plus en détail

6. Introduction à la macro-économie

6. Introduction à la macro-économie 6. Introduction à la macro-économie Les 5 premiers chapitres ont analysé des concepts de micro-économie. On a tenté de comprendre la problématique d organisation des échanges, se centrant pour cela sur

Plus en détail

National Income and Expenditure Accounts, Third Quarter 2000 Comptes nationaux des revenus et dépenses, troisième trimestre 2000

National Income and Expenditure Accounts, Third Quarter 2000 Comptes nationaux des revenus et dépenses, troisième trimestre 2000 Glossaire Acquisition de capital non financier. La formation brute de capital fixe d un secteur, plus son investissement en stocks et son acquisition nette d actifs existants. Ne s applique pas au secteur

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Introduction à la Macroéconomie Cours donné par Federica Sbergami 2011-2012 Travail Pratique No 4 Correction: Vendredi 26 avril 2013 12h15-14h A. Inflation Exercice 1 En se basant sur l hypothèse des prix

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

2014-2015. Analyse des états financiers

2014-2015. Analyse des états financiers 2014-2015 Analyse des états financiers Analyse des états financiers Introduction On trouvera une analyse plus poussée des résultats financiers du gouvernement dans le Rapport financier annuel du gouvernement

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Nicolas Maystre et Federica Sbergami, 2013-2014 28 mai 2014

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Nicolas Maystre et Federica Sbergami, 2013-2014 28 mai 2014 Nom: Prénom: N étudiant : Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Nicolas Maystre et Federica Sbergami, 2013-2014 28 mai 2014 Nombre de pages au total: 12 pages + 1 grille réponse Durée

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE PREMIÈRE SECTION : VRAI OU FAUX Question 1.1 Si le taux d intérêt canadien augmente, la demande d actifs canadiens diminue. Question 1.2 Si le dollar canadien s

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC Mise à jour de novembre 2015 LE plan économique du québec NOTE Le masculin générique

Plus en détail

ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE

ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE 26 LES SOURCES L enquête annuelle d entreprise (EAE) L enquête annuelle d entreprise (EAE) est élaborée dans le cadre du règlement européen n 58 / 97 du Conseil du 20 décembre 1996

Plus en détail

Rapport des auditeurs indépendants. Aux membres du conseil d administration de l Institut canadien d information sur la santé

Rapport des auditeurs indépendants. Aux membres du conseil d administration de l Institut canadien d information sur la santé Parlons chiffres États financiers Exercice clos le 31 mars Rapport des auditeurs indépendants Aux membres du conseil d administration de l Institut canadien d information sur la santé Nous avons effectué

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

11. Données Macroéconomiques

11. Données Macroéconomiques 11. Données Macroéconomiques 1. Une entreprise agricole produit du blé et des tomates. Elle vend pour 3 de blé à un moulin qui, par la suite, le revend sous forme de farine pour 6 à un fabricant de tagliatelles.

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

La croissance économique

La croissance économique Insee en bref Pour comprendre... La croissance économique Qu est-ce que la croissance? Comment l Insee calcule-t-il le PIB? À quoi sert le PIB? Comment compléter le PIB? Qu est-ce que la croissance? La

Plus en détail

Retombées économiques de la vente et l achat de propriétés par l entremise du système MLS dans la province de Québec et l agglomération de Montréal

Retombées économiques de la vente et l achat de propriétés par l entremise du système MLS dans la province de Québec et l agglomération de Montréal Retombées économiques de la vente et l achat de propriétés par l entremise du système MLS dans la province de Québec et l agglomération de Montréal vente et l achat de propriétés par l entremise du système

Plus en détail

5 Les données macroéconomiques

5 Les données macroéconomiques 5 Les données macroéconomiques Jean Magnan de Bornier Table des matières 1 La mesure des variables macroéconomiques 2 1.1 prix, valeurs, quantités et autres............ 2 1.1.1 Les prix....................

Plus en détail

La tarification des services publics. Claude Montmarquette Chambre de commerce du Saguenay 17 février 2010

La tarification des services publics. Claude Montmarquette Chambre de commerce du Saguenay 17 février 2010 La tarification des services publics. Claude Montmarquette Chambre de commerce du Saguenay 17 février 2010 Notre marge de manœuvre est étroite, alors que s annoncent de nouveaux défis Le Québec offre des

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL STATISTIQUE CANADA 15 FÉVRIER 2002 1 MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL

Plus en détail

Retombées économiques de la vente et l achat de propriétés par l entremise du. province de Québec

Retombées économiques de la vente et l achat de propriétés par l entremise du. province de Québec Retombées économiques de la vente et l achat de propriétés par l entremise du système MLS dans la province de Québec May 12, 2009 Retombées économiques de la vente et l achat de propriétés par l entremise

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013 États financiers de La Fondation canadienne du rein Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4 État de la situation financière... 5 État

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions La monnaie, les banques et les taux Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires financiers

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Daniel Denis kpmg.ca L environnement externe ÉCONOMIE CONSOMMATEUR TECHNOLOGIE DÉMOGRAPHIE Secteur de l assurance

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

Commerce électronique et impact économique

Commerce électronique et impact économique Commerce électronique et impact économique 11 juin 2015 En collaboration avec : Croissance des ventes au détail La valeur des ventes au détail 2013 (en milliards) 2014 (en milliards) Total des ventes au

Plus en détail

COMPTE DU RÉGIME DE PENSION DE LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA. Comptables agréés Toronto (Ontario) Le 29 avril 2005

COMPTE DU RÉGIME DE PENSION DE LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA. Comptables agréés Toronto (Ontario) Le 29 avril 2005 Rapport des vérificateurs Au conseil d administration de l Office d investissement des régimes de pensions du secteur public Compte du régime de pension de la Gendarmerie royale du Canada Nous avons vérifié

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.2 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Comptabilité nationale

Comptabilité nationale Comptabilité nationale Récession : Pour pouvoir déclarer que l'économie est en récession (technique) selon la définition standard, il faut que le PIB réel diminue pendant 2 trimestres consécutifs. Définition

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

Analyse statistique 1993 à 1998

Analyse statistique 1993 à 1998 Technologies de l information et des communications (TIC) Analyse statistique 1993 à 1998 Juillet 2000 Secteur du spectre, des technologies de l information et des télécommunications Industrie Canada VISITEZ

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels 1.3 Le PIB 1.3.1 L'approche en termes de circuit Le PIB permet de synthétiser en un seul chiffre la valeur d'ensemble

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée Basé sur les notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables) Elle fait

Plus en détail

États financiers de Société de recherche sur le cancer/cancer Research Society

États financiers de Société de recherche sur le cancer/cancer Research Society États financiers de Société de recherche sur le cancer/cancer Research Society 31 août 2015 Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4

Plus en détail

Norme comptable internationale 36 Dépréciation d actifs

Norme comptable internationale 36 Dépréciation d actifs Norme comptable internationale 36 Dépréciation d actifs Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les procédures qu une entité applique pour s assurer que ses actifs sont comptabilisés

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

Compte du régime de pension des Forces canadiennes

Compte du régime de pension des Forces canadiennes 30 Rapport des vérificateurs Au conseil d administration du Compte du régime de pension de l Office d investissement des régimes de pensions du secteur public Nous avons vérifié le bilan et l état du portefeuille

Plus en détail

LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES

LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES L'observation scientifique des mécanismes économiques a conduit à l'identification de certaines informations qui reviennent systématiquement et qui apparaissent ainsi, essentielles

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période Voici les définitions de quelques mots clés utilisés dans le cadre du programme Connaissances financières de base. Ces mots peuvent avoir des sens différents ou refléter des notions distinctes dans d autres

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques

Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques Bruxelles, le 22 octobre 2014 Claude MODART Plan de l'exposé Introduction aux statistiques des finances publiques Définition du périmètre des administrations

Plus en détail

INTRODUCTION AU CRÉDIT-BAIL

INTRODUCTION AU CRÉDIT-BAIL INTRODUCTION AU CRÉDIT-BAIL Adapté avec l autorisation de l Institut canadien des comptables agréés, Toronto, Canada. Octobre 1998 GLOSSAIRE DU CRÉDIT-BAIL Voici la définition de certaines expressions

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES Introduction : la macroéconomie Les objectifs de la macroéconomie Les agrégats macroéconomiques 1 INTRODUCTION: LA MACROECONOMIE La macroéconomie

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Les opérations et autres flux

Les opérations et autres flux Les opérations et autres flux Les nomenclatures présentées ici sont celles du Système européen des comptes 2010 (SEC 2010). Nomenclature des opérations Opérations sur produits (biens et services) (P) P.1

Plus en détail

La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS

La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS IRIS Institut de recherche et d informations socio-économiques La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS

Plus en détail

MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE

MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE L AGRICULTURE POUR LE QUÉBEC Préparée pour l Union des producteurs agricoles 31 octobre 2014 Siège social : 825, rue Raoul-Jobin, Québec (Québec) Canada, G1N 1S6

Plus en détail

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale Le traitement des services de logement aux propriétaires occupant leur logement est

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Actifs courants Trésorerie et équivalents de trésorerie 455,2 $ 510,2 $ Charges payées d avance 86,2 77,6

Actifs courants Trésorerie et équivalents de trésorerie 455,2 $ 510,2 $ Charges payées d avance 86,2 77,6 BILANS CONSOLIDÉS Aux (en millions de dollars canadiens) Actifs Actifs courants Trésorerie et équivalents de trésorerie 455,2 $ 510,2 $ Créances 381,7 362,0 Stocks (note 4) 900,8 825,3 Charges payées d

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Notes / Instructions aux répondants

Notes / Instructions aux répondants Division de la statistique du revenu Section des enquêtes sur les pensions et le patrimoine Recensement des caisses de retraite en fiducie 2012 Notes / Instructions aux répondants Retour du questionnaire

Plus en détail

Utilisation des REER dans les années 90

Utilisation des REER dans les années 90 Ernest B. Akyeampong Utilisation des REER dans les années 90 Les derniers changements importants apportés à la Loi de l impôt sur le revenu, cette dernière se rapportant aux épargnes-retraite, sont entrés

Plus en détail

Incidences financières de la baisse des prix du pétrole. Ottawa, Canada Le 27 janvier 2015 www.pbo-dpb.gc.ca

Incidences financières de la baisse des prix du pétrole. Ottawa, Canada Le 27 janvier 2015 www.pbo-dpb.gc.ca Incidences financières de la baisse des prix du pétrole Ottawa, Canada Le 27 janvier 2015 www.pbo-dpb.gc.ca Le directeur parlementaire du budget (DPB) a pour mandat de présenter au Parlement une analyse

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

1. Les exportations nettes représentent la valeur des importations moins celle des exportations.

1. Les exportations nettes représentent la valeur des importations moins celle des exportations. Thème 7 L économie ouverte Questions Vrai ou faux 1. Les exportations nettes représentent la valeur des importations moins celle des exportations. 2. L investissement net à l étranger canadien diminue

Plus en détail

Glossaire de rédaction de plan de gestion Scotia

Glossaire de rédaction de plan de gestion Scotia Achat de marchandises ou de stock Montant payé pour l achat de matières premières, de produits semi-finis et de produits finis en vue de les vendre ultérieurement. Achats Prix versé à des fournisseurs

Plus en détail

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES IMMOBEL (ci-après dénommée la «Société») est une société anonyme de droit belge dont le siège social est établi Rue de la Régence 58 à 1000 Bruxelles.

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

Méthode du coût d usage Lignes Directrices

Méthode du coût d usage Lignes Directrices Programme de Comparaison Internationale Méthode du coût d usage Lignes Directrices Matériel Opérationnel Table des matières I. Introduction... 3 II. Stock des logements occupés par leurs propriétaires...

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction à la science économique. Objectif: Définir l économique

Chapitre 1: Introduction à la science économique. Objectif: Définir l économique Chapitre 1: Introduction à la science économique 1 Objectif: Définir l économique Tous les problèmes économiques proviennent du fait qu il y a rareté : nos besoins excèdent les ressources dont nous disposons

Plus en détail

Perspectives économiques du Canada :

Perspectives économiques du Canada : Perspectives économiques du Canada : 2015 une année remplie d incertitude Pedro Antunes Économiste en chef adjoint, Le Conference Board du Canada Le 22 septembre 2015 conferenceboard.ca Perspectives mondiales

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1 QU EST-CE QUE LA COMPTABILITÉ?... 2 Les grandes fonctions de la comptabilité... 2 La distinction

Plus en détail

CONSOMMATION FINALE. Matérialité de l usage. Productivité de l usage. Effet de l usage. Satisfaction. Usage d un bien SANS effet productif ultérieur

CONSOMMATION FINALE. Matérialité de l usage. Productivité de l usage. Effet de l usage. Satisfaction. Usage d un bien SANS effet productif ultérieur CONSOMMATION FINALE Matérialité de l usage Productivité de l usage Effet de l usage Usure d un bien Usage d un bien SANS effet productif ultérieur Satisfaction Gaspillage Champagne School of Management

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Sommaire PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Thème 1 Les notions de patrimoine et d activité de l entreprise 15 1 Bilan de départ simplifié 15 2 Bilans successifs et détermination

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise. Licence Economie et Gestion - 1ère année Semestre 1. Planche de TD n 3

Université de Cergy-Pontoise. Licence Economie et Gestion - 1ère année Semestre 1. Planche de TD n 3 Université de Cergy-Pontoise Licence Economie et Gestion - 1ère année Semestre 1 Planche de TD n 3 Cours concerné: Chapitre 2 : Les Grandeurs de l Economie Blanchard et Cohen (chap. 2), Burda et Wyplosz

Plus en détail

Statistiques fiscales des particuliers

Statistiques fiscales des particuliers Statistiques fiscales des particuliers ANNÉE D IMPOSITION 1996 Édition 1999 Quebec Avant-propos Ce document présente les statistiques fiscales en matière d impôt sur le revenu des particuliers pour l année

Plus en détail

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 DES DÉCISIONS QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2006 I. Tableaux des rendements 1 Rapport des vérificateurs... 1 2 Notes générales...

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

MODÈLE D APPLICATION INTERPRÉTATION

MODÈLE D APPLICATION INTERPRÉTATION MODÈLE D APPLICATION INTERPRÉTATION DES INDICATEURS GÉNÉRALE PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES Section 1 Section 2 Section 3 Section 4 Section 5 Section 6 Section 7 Section 8 Section 9 Section 10 Section 11

Plus en détail