Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)"

Transcription

1 Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu, d investissement et d épargne Expliquer pourquoi les valeurs du revenu, des dépenses et de la production pour une économie sont égales Expliquer comment le PIB est mesuré 2 Objectifs d apprentissage (suite) Expliquer comment l indice des prix à la consommation (IPC) et l indice implicite du PIB sont mesurés Expliquer l utilisation de l IPC et de l indice implicite du PIB comme mesures de l inflation 3

2 Objectifs d apprentissage (suite) Expliquer comment le PIB réel est mesuré Expliquer en quoi la croissance du PIB réel n est pas une mesure parfaite de l amélioration du bien-être économique 4 Objectif: Faire la distinction entre le stock de capital et de richesse et le flux de production, de revenu, d investissement et l épargne Le Produit Intérieur Brut (PIB) est la valeur de la production agrégée des biens et services dans un pays au courant d une période donnée. 5 Produit Intérieur Brut Le calcul du PIB requiert la connaissance de deux principes fondamentaux des comptes économiques: La distinction entre stock et flux L égalité entre les revenus, les dépenses et la valeur de la production Le flux est une quantité par unité de temps. Le stock est une quantité qui existe à un point dans le temps. 6

3 Flux et stocks Le stock macroéconomique par excellence est le capital. Le capital consiste en usines, équipements, immeubles, inventaires du matériel brut et en biens semi-finis utilisés dans le processus de production des autres biens et services. 7 Flux et Stocks Deux flux viennent changer le stock de capital : investissement et dépréciation. L investissement est l achat du nouveau capital incluant les inventaires. La dépréciation est la diminution du stock de capital résultant de l usure et de l obsolescence. La dépréciation s appelle aussi provision pour consommation du capital. 8 Flux et Stocks L investissement brut est le montant total dépensé dans l addition au stock de capital et le remplacement du stock déprécié. Le montant dépensé dans l addition au stock de capital est appelé investissement net. L investissement net est égal à l investissement brut moins la dépréciation. 9

4 Capital et Investissement 10 Flux et Stocks La richesse constitue un autre stock macroéconomique. La richesse est la somme de tout ce que les gens possèdent. Ce que les gens possèdent, un stock, est relié à ce que les gens gagnent, un flux. Les dépenses de consommation sont faites du montant dépensé pour la consommation des biens et services. L épargne est le montant de revenu qui reste après les dépenses de consommation. 11 Flux et Stocks Le PIB potentiel croit d année en année. Le PIB réel fluctue autour du PIB potentiel. Les stocks et les flux de capital et de l investissement, de la richesse et de l épargne, influencent à la fois la croissance à long terme du PIB potentiel et les fluctuations du PIB réel à court terme. 12

5 Objectif: Expliquer pourquoi les valeurs du revenu, des dépenses et de la production pour une économie sont égales Pour l économie dans son ensemble, il y a un flux circulaire des revenus et des dépenses. 13 Revenus, dépenses et valeur de la production Les ménages vendent et les firmes achètent les facteurs travail, capital, terre et esprit d entreprise sur le marché des ressources. Les dépenses des firmes en Salaires Intérêts Loyers Profits Égalent les revenus des ménages Du travail Du capital Des loyers Du rendement d esprit d entreprise 14 Gouvernements Les dépenses gouvernementales (G) sont les achats de biens et services par le gouvernement. Les gouvernements utilisent les revenus fiscaux pour payer ces achats. Les taxes nettes (T) sont les taxes payées aux gouvernements moins les paiements de transfert reçus des gouvernements. Les paiements de transfert comprennent les paiements de sécurité sociale, l assurance emploi, les subsides et les paiements d intérêts sur la dette publique. 15

6 Le reste du monde Les firmes exportent les biens et services au reste du monde et importent les biens et services du reste du monde. Les exportations nettes sont la valeur des exportations moins celle des importations. Si les exportations nettes sont positives, le reste du monde est en déficit et l économie domestique est en surplus. Pour financer ce déficit, le reste du monde doit emprunter de l économie domestique ou vendre des actifs qu il détient. 16 Le flux circulaire des revenus et dépenses 17 Produit intérieur brut Le PIB est la valeur de la production agrégée dans un pays au cours d une période donnée. La production peut être évaluée de deux façons différentes: Par la valeur de ce que les acheteurs paient. Par le coût défrayé par les producteurs pour produire. La valeur de la production est la même quel que soit le point de vue considéré. 18

7 Les dépenses égalent les revenus Le montant total payé par les acheteurs pour les biens et services finis produits constitue la dépense agrégée. Revenu agrégé Investissement Exportations nettes Y = C + I + G+ + NX XN Dépense agrégée Consommation Dépenses publiques 19 Les dépenses égalent les revenus Les acheteurs de la production agrégée paient un montant égal à la dépense agrégée et les vendeurs de la production agrégée paient un montant égal au revenu agrégé, ce qui fait que... La production agrégée ou PIB est égale à la dépense agrégée et est égale au revenu agrégé. 20 Injections et fuites Une injection est une dépense qui n émane pas des ménages. Les injections sont l investissement, les dépenses gouvernementales et les exportations. Une fuite est un revenu qui n est pas consacré à l achat des biens et services nationaux. Les fuites sont l épargne, les taxes nettes et les importations. 21

8 Injections et fuites Les injections sont toujours égales aux fuites. Partant de l égalité entre revenu agrégé et dépense agrégée: Réécrire XN comme X IM Réécrire Y comme consommation + épargne + taxes nettes Égaliser (2) à (1) Réorganiser Y = C + I + G + XN Y = C + I + G + X IM (1) Y = C + E + T (2) I + G + X IM E T = 0 I + G + X = E + T + IM Injections = fuites 22 Comment le flux des investissements est financé L investissement est financé de deux manières: Épargne nationale Emprunts du reste du monde L épargne nationale est le montant d épargne provenant des ménages, des entreprises et du gouvernement. Épargne nationale = E + (T G) 23 Comment le flux des investissements est financé Les emprunts du reste du monde sont un moyen naturel et normal de financer l investissement lorsque les demandes en investissements profitables dépassent l épargne nationale. Emprunts à l étranger = IM X = XN Investissement = E + (T G) + (IM X) 24

9 Objectif: Expliquer comment le PIB est mesuré Pour mesurer le PIB, Statistique Canada utilise deux approches: La méthode des dépenses La méthode des revenus des facteurs 25 Mesures du PIB canadien La méthode des dépenses mesure le PIB en additionnant les données sur les dépenses de consommation, l investissement, les achats du gouvernement et les exportations nettes. Les dépenses personnelles en consommation des biens et services sont les dépenses effectuées par les ménages à l achat des biens et services produits au Canada et dans le reste du monde. 26 Approche de la dépense Les dépenses d investissement sont les dépenses en équipements et immeubles par les firmes et les dépenses en nouvelles constructions résidentielles par les ménages. Elles incluent aussi les changements dans les inventaires. 27

10 Approche de la dépense Les dépenses gouvernementales en biens et services sont les dépenses en biens et services de tous les différents paliers gouvernementaux. Les dépenses gouvernementales n incluent pas les paiements de transfert. Ils sont comptabilisés dans les dépenses des ménages. Les exportations nettes des biens et services représentent la valeur des exportations moins celle des importations. 28 PIB: Méthode des dépenses Montant en 1998 (milliards de % du Poste Symbole dollars) PIB Dépenses personnelles de consommation en biens et services C ,2 Investissement I ,6 Dépenses gvt en biens et services G ,8 Exportations nettes des biens et services XN 13 1,4 PIB Y ,0 29 Dépenses exclues du PIB La dépense agrégée ne comprend pas toutes les dépenses effectuées par les ménages et les firmes. Les dépenses faisant partie du PIB sont des dépenses finales et excluent: Les biens et services intermédiaires Les biens d occasion Les actifs financiers 30

11 Dépenses exclues du PIB Les biens et services intermédiaires sont des biens et services que les firmes achètent à d autres firmes et qui sont utilisés comme intrants dans la production des biens et services finis. Compter les dépenses en biens et services intermédiaires ainsi que celles en biens et services finis résulterait en un double comptage. 31 Dépenses exclues du PIB Les biens d occasion étaient comptabilisés dans le PIB à la période de leur production. Les dépenses sur les actifs financiers comme les bons du trésor et les actions ne sont pas comptabilisés : le PIB considère les montants dépensés sur les biens et services et non sur les engagements. 32 PIB: La méthode des revenus La méthode des revenus mesure le PIB en additionnant les revenus que les firmes paient aux ménages pour les ressources impliquées dans le processus de production. Cinq catégories de revenus dans les comptes nationaux: Salaires, traitements et le revenu complémentaire du travail Bénéfices des sociétés avant impôts Intérêts et revenus divers de placement Revenus nets des entreprises non agricoles individuelles Revenus nets des agriculteurs 33

12 La méthode des revenus Les salaires, traitements et le revenu complémentaire du travail constituent les paiements totaux des firmes pour le facteur travail (incluant les contributions des employeurs aux fonds de pensions, à l assurance emploi, aux régimes de pensions du Canada/Québec). Les bénéfices des sociétés avant impôts constituent les profits totaux des sociétés. 34 La méthode des revenus Les intérêts et revenus divers des placements sont le total des intérêts reçus par le ménages sur les prêts consentis moins ceux payés sur les emprunts (incluant le revenu du loyer pour l utilisation de la terre et autres intrants loués ainsi que le loyer imputable aux propriétaires occupant leur logements). Les revenus nets des entreprises non agricoles individuelles et revenus nets des agriculteurs sont réunis à cause de la difficulté de séparer les revenus gagnés par les ménages opérant leur propre ferme. 35 Des coûts des facteurs vers le prix du marché La somme des cinq catégories de revenus donne un total égal à la valeur de la production au coût des facteurs. Mais lorsqu on évalue la production par la méthode des dépenses, on l évalue au prix du marché. La différence entre les deux réside dans la présence des impôts indirect et des subventions. 36

13 Des coûts des facteurs vers le prix du marché Les impôts indirects sont des impôts payés par les consommateurs lors de l achat des biens et services. La présence des impôts indirects fait que les dépenses excèdent les revenus des facteurs. Les subventions sont des montants versés aux producteurs par les gouvernements La présence de subventions fait que les dépenses soient inférieures aux revenus des facteurs. AJOUT des impôts indirects et SOUSTRACTION des subventions 37 Du produit intérieur net au produit intérieur brut L investissement brut investissement avant dépréciation est une composante de la dépense agrégée. Le profit net des entreprises est un profit net des coûts dont la dépréciation D où le revenu total exclut la dépréciation. Pour avoir le PIB par la méthode des revenus, il faut ajouter la dépréciation au revenu total. 38 PIB: La méthode des revenus Salaires, traitements et le revenu complémentaire du travail Bénéfices des sociétés avant impôts Intérêts et revenus divers de placement Revenus nets des agriculteurs Revenus nets des entreprises non agricoles individuelles Impôts indirects moins subventions Consommation de capital (dépréciation) PRODUIT INTÉRIEUR BRUT Montant en 1998 Pourcentage Catégorie (milliards de dollars) du PIB ,7 9,8 4,9 0,2 6,3 13,5 12,

14 Évaluation de la production par industrie Les méthodes précédentes peuvent être utilisées pour évaluer la contribution d une industrie au PIB. Pour mesurer la valeur de la production d une industrie, on utilise la valeur ajoutée par cette industrie. La valeur ajoutée est la valeur de la production d une firme moins la valeur des biens et services intermédiaires que la firme achète des autres firmes. 40 Valeur ajoutée et dépense finale Agriculteur Meunier Boulanger Valeur ajoutée par l agriculteur Valeur Du blé Valeur de la farine Valeur ajoutée par le meunier Valeur ajoutée par le boulanger Valeur ajoutée Dépenses intermédiaires Dépenses finales Épicier Valeur du pain au prix de gros Valeur ajoutée par l épicier Consommateur Valeur du pain au prix de détail Dépense finale pour le pain 41 Objectif : Expliquer comment on mesure l IPC et l indice implicite du PIB Le niveau des prix est le niveau moyen des prix mesuré par un indice des prix. Le taux d inflation est le pourcentage du changement dans le niveau des prix d une période à la suivante. Les deux principaux indices sont: L indice des prix à la consommation (IPC) L indice implicite du PIB 42

15 L indice des prix à la consommation L indice des prix à la consommation mesure le niveau moyen des prix des biens et services consommés par une famille type canadienne vivant en milieu urbain. Durant la période de référence (actuellement 1992), Statistique Canada enquête sur les habitudes de consommation : 600 biens et services différents font partie du panier des biens de l IPC. Chaque mois, le panier est réévalué aux prix courants et exprimé comme un pourcentage de la valeur du même panier à la période de base. 43 L IPC : Un calcul simplifié Période de référence Période courante Panier Prix (/unité) dépense Prix(/unité) dépense 5 Kg d oranges 6 coupes de cheveux 100 billets de bus Dépense totale $0.80 $11.00 $1.40 $4 $66 $140 $210 $1.20 $12.50 $1.50 $6 $75 $150 $231 IPC = (210/210)x100 = 100 (231/210)x100 = Objectif: Expliquer comment le PIB réel est mesuré Le deuxième indice des prix majeur utilisé pour calculer l inflation est l indice implicite du PIB. L indice implicite du PIBmesure le niveau des prix de tous les biens et services inclus dans le PIB. 45

16 L indice implicite du PIB L Indice implicite du PIB = PIB nominal PIB réel 100 Le PIB nominal est le PIB évalué aux prix de la période courante. Le PIB réel est le PIB évalué aux prix de la période de référence. 46 PIB nominal, PIB réel et Indice implicite du PIB: Calcul simplifié Période courante Période courante Période de référence Production Prix(/unité) dépenses Prix(/unité) dépenses 4,240 Kg d oranges 5 ordinateurs 1,060 mètres de ruban $1.05 $2,100 $1 PIB NOMINAL $4,452 $10,500 $1,060 $16,012 $1 $2,000 $1 PIB RÉEL Indice implicite du PIB = (16, 012/15,300) x 100 =104, 7 $4,240 $10,000 $1,060 $15, Le ballon du PIB canadien: PIB nominal et PIB réel 48

17 Le ballon du PIB canadien : déflation du PIB nominal Indice implicite du PIB 49 Objectif: Expliquer les limites de l IPC et de l indice implicite du PIB comme mesures de l inflation Il est important de mesurer le taux d inflation de la manière la plus correcte possible. Une surestimation de 1% dans l inflation représente une sous estimation de 1% dans la croissance du PIB. L IPC ainsi que l indice implicite du PIB surestiment probablement le taux d inflation. 50 Deux mesures de l inflation 51

18 Le biais dans l IPC Les sources principales de biais dans l IPC sont: Biais d introduction des nouveaux biens Les ordinateurs sont plus chers que les machines à écrire. Biais du changement dans la qualité Les prix plus élevés dûs à l augmentation dans la qualité sont mesurés comme de l inflation. Biais de substitution Les gens changent les biens qu ils achètent en réponse aux changements dans les prix relatifs mais l IPC garde le panier fixe. Biais de substitution des points de vente Lorsque les prix augmentent, les gens se ruent vers des magasins à escomptes. 52 Le biais dans l IPC Le biais dans l IPC canadien est estimé à environ 1 % par an et est probablement moins que le 1 %. Statistique Canada révise le panier de référence à tous les 10 ans et fait des ajustements statistiques au fur et à mesure. 53 L indice implicite du PIB, est-il biaisé aussi? Cet indice inclut les biens nouveaux et les changements qualitatifs. Il est basé sur les dépenses courantes et reflète donc les substitutions des biens ainsi que des points de vente. Il n est cependant pas exempt de biais: Pour calculer le PIB réel, Statistique Canada estime les quantités en divisant les dépenses par les indices des prix dont l IPC qui est biaisé... 54

19 Quelques conséquences du biais Les trois conséquences primordiales du biais dans l IPC sont: La création de distorsions dans les contrats privés L augmentation du fardeau des paiements gouvernementaux La création d un biais dans les estimations des gains réels. 55 Objectif: Expliquer les limites de la croissance dans le PIB réel comme mesure de bien-être économique Les économistes utilisent le PIB réel et son taux de croissance comme mesures de la production et du bien-être économique d une nation. 56 Les limites du PIB réel En particulier, les estimations du PIB réel et de son taux de croissance sont utilisées pour: Les comparaisons de bien-être économique Les comparaisons internationales de PIB Les études du cycle économique et les prédictions. 57

20 Comparaisons de bien-être économique Le bien-être économique est une mesure de l état général de la santé économique. La croissance du PIB réel est un indicateur de l amélioration du bien-être économique. Mais le bien-être économique dépend de plusieurs autres facteurs qui ne sont pas mesurés par le PIB réel. 58 Comparaison de bien-être économique Quelques facteurs non mesurés (ou non correctement mesurés) par le PIB réel sont: Surestimation dû à l inflation La production domestique n est pas comptabilisée Les activités au noir La santé et l espérance de vie Le temps de loisir La qualité de l environnement La liberté politique et la justice sociale 59 Comparaisons internationales du PIB réel Deux problèmes reliés aux comparaisons internationales du PIB réel. Premièrement, le PIB réel d un pays doit être converti en unités monétaires de l autre avant de comparer. Deuxièmement, les mêmes prix doivent être utilisés pour évaluer les biens et services dans les pays comparés. 60

21 Comparaisons internationales du PIB Une comparaison du PIB réel per capita entre le Canada et la Chine pour l année 1992 laisse voir que la Chine est un pays extrêmement pauvre: $25,453 pour le Canada versus $425 pour la Chine. Mais les prix relatifs au Canada et en Chine sont très différents pour les mêmes biens. Les prix en parité des pouvoirs d achat évaluent les biens et services aux mêmes prix dans les deux pays. 61 Deux vues du PIB réel per capita en Chine 62 Le cycle réel et les prévisions Le biais dans l IPC ne change pas à travers les cycles. Mais les fluctuations du PIB réel exacerbent ou surestiment les fluctuations dans la production totale et le bien-être économique: durant les récessions la production domestique et le loisir augmentent. 63

22 FIN 64

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Fabio Panzera, MA in Economics Université de Fribourg, 08.10.2010 Question 1 Les macroéconomistes étudient toutes les questions suivantes, à l exception

Plus en détail

Université du Québec en Outaouais

Université du Québec en Outaouais Nom : Numéro d étudiant : Université du Québec en Outaouais Prénom ECN1473 : Analyse macroéconomique Examen intra Date : lundi 21 octobre 2002 Durée : 2h30 (9h00 11h30) Professeur : Dimitri Sanga DIRECTIVES

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec Édition 2013 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013 États financiers de La Fondation canadienne du rein Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4 État de la situation financière... 5 État

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période Voici les définitions de quelques mots clés utilisés dans le cadre du programme Connaissances financières de base. Ces mots peuvent avoir des sens différents ou refléter des notions distinctes dans d autres

Plus en détail

COMPTE DU RÉGIME DE PENSION DE LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA. Comptables agréés Toronto (Ontario) Le 29 avril 2005

COMPTE DU RÉGIME DE PENSION DE LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA. Comptables agréés Toronto (Ontario) Le 29 avril 2005 Rapport des vérificateurs Au conseil d administration de l Office d investissement des régimes de pensions du secteur public Compte du régime de pension de la Gendarmerie royale du Canada Nous avons vérifié

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL STATISTIQUE CANADA 15 FÉVRIER 2002 1 MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Daniel Denis kpmg.ca L environnement externe ÉCONOMIE CONSOMMATEUR TECHNOLOGIE DÉMOGRAPHIE Secteur de l assurance

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

CONSOMMATION FINALE. Matérialité de l usage. Productivité de l usage. Effet de l usage. Satisfaction. Usage d un bien SANS effet productif ultérieur

CONSOMMATION FINALE. Matérialité de l usage. Productivité de l usage. Effet de l usage. Satisfaction. Usage d un bien SANS effet productif ultérieur CONSOMMATION FINALE Matérialité de l usage Productivité de l usage Effet de l usage Usure d un bien Usage d un bien SANS effet productif ultérieur Satisfaction Gaspillage Champagne School of Management

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.2 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée Basé sur les notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables) Elle fait

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Incluant l analyse du patrimoine. Description du rapport (Couple seulement)

Incluant l analyse du patrimoine. Description du rapport (Couple seulement) Incluant l analyse du patrimoine Description du rapport (Couple seulement) Révisé le 25 mai 2011 Table des matières 1. Introduction... 3 1.1 Le rapport PRO et Patrimoine : outil privilégié de communication

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

États financiers consolidés

États financiers consolidés Volume 1 États financiers consolidés Comptes publics pour l exercice terminé Impression Autorisée par l Assemblée législative Fredericton, (N.-B.) Volume 1 États financiers consolidés Comptes publics pour

Plus en détail

Les opérations et autres flux

Les opérations et autres flux Les opérations et autres flux Les nomenclatures présentées ici sont celles du Système européen des comptes 2010 (SEC 2010). Nomenclature des opérations Opérations sur produits (biens et services) (P) P.1

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Analyse statistique 1993 à 1998

Analyse statistique 1993 à 1998 Technologies de l information et des communications (TIC) Analyse statistique 1993 à 1998 Juillet 2000 Secteur du spectre, des technologies de l information et des télécommunications Industrie Canada VISITEZ

Plus en détail

Tendances sur le plan de l'épargne et du prêt net dans les comptes nationaux

Tendances sur le plan de l'épargne et du prêt net dans les comptes nationaux N o 13-604-MIF au catalogue N o 049 ISSN: 1707-1844 ISBN: 0-662-70787-7 Document de recherche Comptes des revenus et dépenses série technique Tendances sur le plan de l'épargne et du prêt net dans les

Plus en détail

Notes / Instructions aux répondants

Notes / Instructions aux répondants Division de la statistique du revenu Section des enquêtes sur les pensions et le patrimoine Recensement des caisses de retraite en fiducie 2012 Notes / Instructions aux répondants Retour du questionnaire

Plus en détail

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 DES DÉCISIONS QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2006 I. Tableaux des rendements 1 Rapport des vérificateurs... 1 2 Notes générales...

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION Totalité des produits = Totalité des Revenus = Totalité des Dépenses DEPENSE Achats de biens et services Revenus primaires REVENU PRODUCTION redistribution des

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

Les Politiques macro-économiques

Les Politiques macro-économiques Politique Financière Politique Monétaire Politique Fiscale Les Politiques macro-économiques Politique Budgétaire Politique de Crédit Politique Commerciale Politique d Investissement Jocelerme PRIVERT POLITIQUE

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

MOUNTAIN EQUIPMENT CO-OPERATIVE

MOUNTAIN EQUIPMENT CO-OPERATIVE États financiers de MOUNTAIN EQUIPMENT CO-OPERATIVE KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone 604-691-3000 Comptables agréés Télécopieur 604-691-3031 B.P. 10426 777 Dunsmuir Street Internet www.kpmg.ca Vancouver

Plus en détail

La séquence des comptes

La séquence des comptes La séquence des comptes Comptes des institutions sans but lucratif au service des ménages I: Compte de production P.2 Consommation intermédiaire B.1b Valeur ajoutée brute P.51c Consommation de capital

Plus en détail

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Dans le cadre des efforts soutenus du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

Guide du Compte satellite des pensions du Canada

Guide du Compte satellite des pensions du Canada Catalogue no. 13-599-X Guide du Compte satellite des pensions du Canada Canada Comment obtenir d autres renseignements Pour toute demande de renseignements au sujet de ce produit ou sur l ensemble des

Plus en détail

Comptes publics du Canada

Comptes publics du Canada Gouvernement du Canada Government of Canada Établis par le Receveur général du Canada Comptes publics du Canada 2014 Volume I Revue et États financiers consolidés Canada Ministre des Travaux publics et

Plus en détail

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Sommaire PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Thème 1 Les notions de patrimoine et d activité de l entreprise 15 1 Bilan de départ simplifié 15 2 Bilans successifs et détermination

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital Vente de la ferme et l exonération des gains en capital RBC Banque Royale Vente de la ferme et l exonération des gains en capital 2 L article suivant a été écrit par Services de gestion de patrimoine RBC.

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Imagine Canada États financiers

Imagine Canada États financiers États financiers 31 décembre 2014 Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant 1-2 État des produits et des charges 3 État de l évolution des actifs nets 4 État de la situation financière

Plus en détail

Courtage de détail. en valeurs mobilières au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC. Quatrième trimestre 2013. ÉCONOMIE // Finance.

Courtage de détail. en valeurs mobilières au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC. Quatrième trimestre 2013. ÉCONOMIE // Finance. ÉCONOMIE // Finance INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Courtage de détail en valeurs mobilières au Québec Mars 14 Quatrième trimestre 13 L Enquête sur le courtage de détail en valeurs mobilières au Québec

Plus en détail

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences.

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences. Cours passé : Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Aujourd hui : Le «peg» du yuan et les conséquences. - Important rappel théorique ; - Le contexte ; - L effet sur le niveau des taux d intérêt

Plus en détail

États financiers condensés consolidés

États financiers condensés consolidés États financiers condensés consolidés Aux 30 septembre 2014 et 2013 Ces états financiers consolidés intermédiaires n'ont pas été soumis à l'examen de l'auditeur indépendant SRM158-1(14-03) Votre partenaire

Plus en détail

Projection des équilibres financiers des gouvernements du Canada et des provinces et territoires. Mise à jour Février 2004

Projection des équilibres financiers des gouvernements du Canada et des provinces et territoires. Mise à jour Février 2004 Mise à jour Février 2004 Projection des équilibres financiers des gouvernements du Canada et des provinces et territoires PERFORMANCE ET TENDANCES ÉCONOMIQUES Le Conference Board du Canada Le Conference

Plus en détail

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible?

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 32 LES FACTEURS ECONOMIQUES DE LA CONSOMMATION A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 1 De la production aux revenus primaires 1. Une fois la richesse produite dans les entreprises

Plus en détail

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2013 Le point sur la situation économique et financière du québec Automne 2013 NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Préparer sa retraite. Que trouve-t-on dans ce feuillet d information?

Préparer sa retraite. Que trouve-t-on dans ce feuillet d information? Que trouve-t-on dans ce feuillet d information? Ce feuillet d information décrit le fondement de la planification en vue de la retraite. Pour en savoir davantage, communiquez avec le Service des ressources

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

Pleins feux sur les IFRS

Pleins feux sur les IFRS Bureau mondial des IFRS Août 2010 Pleins feux sur les IFRS L IASB publie un exposé-sondage sur la comptabilisation des contrats de location Table des matières La proposition Champ d application Comptabilisation

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

MANUEL DE STATISTIQUES DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT STATISTIQUES DE FINANCES PUBLIQUES 2001 DU SECTEUR PUBLIC NON FINANCIER CONSOLIDATION

MANUEL DE STATISTIQUES DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT STATISTIQUES DE FINANCES PUBLIQUES 2001 DU SECTEUR PUBLIC NON FINANCIER CONSOLIDATION MANUEL DE STATISTIQUES DE FINANCES PUBLIQUES 2001 DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT STATISTIQUES DU SECTEUR PUBLIC NON FINANCIER CONSOLIDATION TOBIAS WICKENS OCTOBRE 2008 Table des matières Résumé analytique

Plus en détail

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Japon Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers du premier exercice de neuf mois Accompagnés du rapport des vérificateurs

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers Accompagnés du rapport des vérificateurs Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

S P K C S E. Procédure de qualification pour la formation professionnelle initiale du commerce de détail Gestionnaire du commerce de détail

S P K C S E. Procédure de qualification pour la formation professionnelle initiale du commerce de détail Gestionnaire du commerce de détail S P K C S E im Detailhandel dans le Commerce de Détail nel Commercio al Dettaglio Procédure de qualification pour la formation professionnelle initiale du commerce de détail Gestionnaire du commerce de

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

Antécédents de crédit Banque Bon d études canadien Calendrier des dépenses Carte de crédit Carte de débit CELI Chèque du Gouvernement du Canada

Antécédents de crédit Banque Bon d études canadien Calendrier des dépenses Carte de crédit Carte de débit CELI Chèque du Gouvernement du Canada Antécédents de crédit Les renseignements rassemblés qui montrent le temps que cela vous prend à payer l argent que vous avez emprunté. Banque Une institution financière qui dépose de l argent, prête de

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les principaux indicateurs économiques Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif.

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014

RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014 Lettre de demande de données pour l Annuaire des SFP 2014 RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014 Récapitulatif des modifications apportées au système de classification

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 16 : LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

PROJET - POUR DISCUSSIONS SEULEMENT AUCUNES RECOMMENDATIONS À CE STADE-CI. Université de Moncton

PROJET - POUR DISCUSSIONS SEULEMENT AUCUNES RECOMMENDATIONS À CE STADE-CI. Université de Moncton PROJET - POUR DISCUSSIONS SEULEMENT Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Étape 3 Évaluation des coûts Préparé par Conrad Ferguson

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds Pour la période de six mois close le 30 septembre 2013

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds Pour la période de six mois close le 30 septembre 2013 Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds Pour la période de six mois close le 30 septembre 2013 Le présent rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds renferme

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail