TD de Macroéconomie Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD"

Transcription

1 TD de Macroéconomie Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident durant une année : échanges de Biens et services, mouvements de capitaux... ˆ La BP doit être équilibrée. ˆ La BP ne peut être en déséquilibre à moins que quelque chose ait été mal enregistré. ˆ En revanche certain postes de la BP peuvent être en déficit. Ex. déficit du compte courant. Deux types de transactions enregistrées dans le BP: ˆ Transactions portant sur les actifs physiques: échanges de biens (imports, exports) et de services. ˆ Transactions portant sur les actifs financiers: échanges d actifs financiers (actions, obligations) contre dautres actifs financiers ou des liquidités. La BP est composée de 2 sous-balances: ˆ La balance courante (compte courant) ˆ La balance des capitaux (compte des opérations financière et compte de capital) ˆ Les réserves officielles de change qui reflètent les transactions en devises du gouvernement. ˆ Erreurs nettes et omissions pour obtenir léquilibre comptable de la BP. 1

2 1.2. Le Compte courant Le compte courant inclut toutes les transactions économiques internationales avec des flux de paiements et de revenus enregistrés sur une année. Il comporte 4 catégories: ˆ Exportations et importations de biens. ˆ Commerce de services. ˆ Revenus dinvestissements: flux de dividendes, paiements dintérêts. ˆ Transferts unilatéraux: paiements sans contrepartie: aides publiques, privées, transferts des travailleurs étrangers vers leur pays dorigine... La balance courante est traditionnellement dominée par la balance commerciale (net exports-imports) La balance des capitaux La balance des capitaux de la BP mesure toutes les transactions internationales d actifs financiers. Il est divisé en 2 catégorie: ˆ le compte de capital qui est plus petit en ampleur. ˆ le compte financier (ou des transactions financières) qui représente la majeure partie. Le compte financier se compose de 3 composants: ˆ Investissements directs pour lesquels l invetisseur a un certain degré explicite de contrôle. ˆ Investissement de portefeuille pour lequel l investisseur n a pas de contrôle sur les actifs. ˆ Autres investissements: différents crédits commerciaux à court et long terme, prêts transfrontaliers, depôts de devises, dépôts bancaires... 2

3 1.4. Réserves officielles de changes Les réserves de change officielles sont les réserves de change totales possédées par les autorités monétaires officielles. Les réserves sont normalement constituées des devises internationales majeures utilisées dans le commerce international et les transactions financières. Si la somme du solde du compte courant et du compte des transactions financière est positive (surplus de la BP), la demande de devise nationale excède l offre (augmentation des réserves de change qui viennent ajuster la BP). Dans ce cas la banque centrale a deux possibilités: 1/ Permettre à sa devise de s apprécier (taux de change flottants). 2/ Intervenir et accumuler des réserves de change supplémentaires dans le compte des réserves de change officielles (cas des taux de change fixes). Un signe négatif des réserves de change correspond donc à une reconstitution des réserves (l inscription en négatif dans le poste des réserves de changes vient équilibrer le solde positifs des autres postes). En effet, la banque centrale locale peut décider de mettre en vente un certain montant de sa monnaie locale qui sera acquis par un tiers avec une devise étrangère ce qui approvisionnera la réserve de change. La contrepartie de l augmentation des réserves de changes se situe donc en positif dans le compte des transactions financières (entrée de capitaux qui correspond donc à l acquisition de monnaie locale - convertie en obligation d état par exemple - par un tiers). Le poste réserves officelles de changes est donc la contrepartie du solde global des autres postes. Autre exemple : Si le compte courant est déficitaire alors l économie nationale a un besoin de financement. Dans ce cas le pays s est forcément procuré au préalable la différence pour pouvoir financer ce déficit (impossible d acheter sans payer on a donc emprunté sur les marchés internationaux). Soit le secteur bancaire du pays a emprunté en devises étrangère sur les marchés internationnaux un montant suffisament élevé pour venir couvrir le déficit du compte courant (entrée de capitaux 3

4 enregistré en positif dans le compte des transactions financières qui vient ajuster la BP - engagement des résidents -), soit la banque centrale a puisé dans ses réserves de change (baisse des avoirs en devises inscrit en postif dans la BP qui vient donc compenser le solde négatif du compte courant). Il faut bien comprendre que dans un premier temps, l intervention de la banque centrale n empêche pas la monnaie de se déprécier. En effet, le déficit du compte courant implique mécaniquement une dépréciation du taux de change au sens où l offre de monnaie nationale est supérieure à la demande de monnaie nationale. Pourquoi? Exportateur domestique: ˆ Demande de monnaie nationale (vendeur domestique) ˆ Offre de monnaie étrangère (acheteur étranger) Importateur domestique: ˆ Offre de monnaie nationale (acheteur) ˆ Demande de monnaie étrangère (vendeur étranger) Si deficit du compte courant alors importation > exportation qui implique: offre de monnaie nationale > demande de monnaie nationale pour un taux de change E1 (voir graphique point C) et parraléllement: demande de monnaie étrangère > demande de monnaie domestique. Pour équilibrer les quantités échangées sur le marché des changes la monnaie doit nécessairement se déprécier (A B). En revanche si la banque centrale décide d intervenir dans un deuxième temps, elle va stimuler la demande de sa devise nationale (D D ) en vendant ses réserves contre achat de sa monnaie. Le prix d équilibre (parité) est donc inchangé (on reste en A). L ériture comptable dans la BP est double comme d habitude: montant positif dans le poste des réserves (réduction des réserves) et négatif dans le compte des transactions financière (sortie de capitaux car l achat de devise nationale implique en contrepartie la vente d actif libellé en monnaie domestique de la part des étrangers qui souhaitent acquérir les devises étrangères de la banque centrale) 4

5 Ainsi, la balance des paiements est donc toujours équilibrée car chaque opération donne lieu à deux enregistrements de signes contraires (comptabilisation en partie double). En effet, aucune opération ne peut avoir lieu sans être financée. 2. Le Taux de change 2.1. Définition ˆ Marché des changes = lieu d échange de la monnaie domestique contre les monnaies étrangères. ˆ Taux de change = prix de la monnaie domestique relativement à une (ou des) monnaie(s) étrangères. ˆ Taux de change croisé = Taux de change d une devise contre une autre, calculé à partir du cours de ces deux devises contre une devise commune. ˆ Taux de change bilatéral = taux de change entre deux monnaies. 5

6 ˆ Taux de change effectif = somme des taux de change bilatéraux pondérés par les poids respectifs des différents pays dans le commerce extérieur. ˆ Taux de change coté à l incertain = on associe à une unité monétaire étrangère le nombre correspondant d unités monétaires nationales. Exemple du point de vue d un investisseur étranger (américain): 1$ = 0.65e. ˆ Taux de change coté au certain = on associe à une unité monétaire nationale le nombre correspondant d unités monétaires étrangère. Exemple du point de vue d un investisseur domestique (français): 1e= $. Dans ces deux exemples la valeur relative de l euro par rapport au dollar reste la même, que l on se place du point de vue d un investisseur étranger ou résident. C est seulement une façon différente de l exprimer. Si l on souhaite passer de l un à l autre, une simple division suffit. Exemple : 1/0.65 = ou encore 1/ = 0.65 Le taux de change représente le prix d équilibre entre offre et demande de monnaie nationale : Demande de monnaie nationale = offre de monnaie étrangère. Exemple : Si Euro/dollar 1,5384$ devient 1,6$ alors il faudra plus de dollar pour avoir un euro (la valeur de l euro augmente en terme de dollar). On en déduit une appréciation de l euro par rapport au dollar (ou une dépreciation du dollar par rapport l euro). Cela traduit une augmentation de la demande d euros relativement à la demande de dollars. Comme sur un marché des biens et services, le prix vient s ajuster pour équilibrer les quantités échangées. Lorsque nous sommes au certain, une augmentation du taux de change traduit une appréciation de la monnaie nationale et une baisse du taux de change traduit une dépréciation de la monnaie nationale. C est l inverse lorsque nous sommes à l incertain. ˆ Taux de change au comptant (courant) = taux de change utilisé dans les 6

7 opérations de change au comptant (achats et ventes immédiats de devises au cours spot) ˆ Taux de change à terme = Taux de change utilisé pour les opérations de change à une date d échéance future, ou la livraison n est pas faite immediatement (cours forward) Le taux de change réel Alors que le taux de change nominal mesure le prix relatif de deux monnaies, le taux de change réel mesure le prix relatif de deux paniers de biens, des produits nationaux par rapport aux produits étrangers en monnaie nationale. Il correspond au rapport de deux pouvoirs d achat, c est donc un indicateur de la compétitivité-prix du pays. Le taux de change réel mesure en définitive le pouvoir d achat externe de la monnaie, c est-à-dire son pouvoir d achat sur les biens étrangers. ˆ Avec ε = le taux de change réelle. ε = E P P ˆ E = le taux de change nominal (à l incertain). ˆ P = le prix des biens étrangers. ˆ P = le prix des biens nationaux. Le taux de change réel est stable si les variations du taux de change nominal compensent exactement l écart d inflation (théorie de la PPA 1 ). Si P et P* sont constants ou évoluent au même rythme, taux de change réel et taux de change nominal évoluent de concert. Si P et P* évoluent à des rythmes différents, les deux taux vont évoluer différemment : ainsi, si P augmente davantage que P*, on peut avoir une appréciation du change réel si le change nominal reste constant mais aussi une dépréciation du change nominal pour un change réel constant. 1 parité des pouvoir d achat 7

8 2.3. Le taux de change PPA Le taux de change PPA est le taux de change qui égalise le pouvoir d achat de deux monnaies. Il sert à comparer la taille réelle des économies à partir de leur PIB, dit alors PIB PPA. Il sert aussi à savoir si une monnaie est sous-évaluée ou surévaluée. Illustration simple : Disons que le taux de change PPA entre deux pays (USA et Chine) est celui qui égalise le prix du Big Mac dans les deux pays 2. Aux Etats-Unis, le Big Mac est égal à 4,07 dollars, alors qu en Chine il est égal à 14,7 yuans, ce qui correspond seulement à 2,28 dollars si on convertit au taux de change courant 3 et permet donc en théorie d acheter environ 2 Big Mac avec 3,57 dollars, là où on ne peut en acheter qu un seul aux Etats-Unis. Le taux théorique (dit taux PPA ) qui égalise le pouvoir d achat des deux monnaies se calcule ainsi : P CNY 14, 7 = P US 4, 07 = 3, 61 yuans par dollar Ce taux est à comparer avec le taux de change du yuan observé le 25 juillet 2011, soit 6,45 yuans par Dollars. La différence relative en % est égale à : 3, 61 6, 45 6, % Cette différence relative indique quelle est la sous-évaluation théorique du yuan par rapport au dollar. On peux aussi calculer le taux de change réelle : ε = 6, 45 4, 07 14, 7 = 1, 78 Le prix du big mac aux USA en yuan est de 6,45 * 4,07 = 26,25 yuan alors qu en Chine le Big mac est de 14,7 yuans. Si on calcul le rapport entre les deux prix 2 Source: The economist: Big Mac Index July En effet, au 25/07/2011 le taux de change courant est 1 dollar = 6,45 yuans. Donc 1 yuan = (1/6,45) dollars = 0,155 dollars. Donc 14,7 yuans = 0,155 dollars * 14,7 = 2,279 dollars. 8

9 on obtient le prix des biens étrangers (ici Big Mac US) en terme du prix des biens nationaux (ici Big Mac en Chine) : c est le taux de change réel. Comme on l a dis plus haut, on peut acheter environ 2 big mac aux USA (1,78 exactement) pour 1 Big Mac en Chine. Ainsi quand ε est supérieur à 1 (on raisonne toujours à l incertain), la monnaie nationale est sous-évaluée (son taux de change nominal est sous-évalué) et la devise étrangère est sur-évaluée. On voit bien ici que pour égaliser les prix (ε = 1) il faudrait une appréciation du yuan de 44 %!! c est à dire un taux de change nominale entre le yuan et le dollar (taux théorique PPA) de 3,61 yuans par dollar Régime de change Il existe 2 régime de change polaires (et une multitude entre les deux). ˆ Régime de change fixe (ancrage dur). ˆ Régime de change flottant (ou flexible) Régime de change fixe Taux de change fixe = parité officielle 4. Exemple: La banque centrale intervient sur le marché des changes pour préserver l équilibre entre demande et offre de monnaie nationale. Partons du cas où la demande de yuan contre le dollar augmente (D D ). Les agents souhaitent 1/ acquérir plus de yuan (hausse de la demande de yuan) et 2/ se débarraser en contrepartie de leur dollar (baisse de la demande de dollar 5 ). Si la Banque Centrale Chinoise (BCC) n intervient pas le yuan va s apprécier mécaniquement (A B). 4 La banque centrale décide d ancrer la valeur de sa monnaie sur celle d une autre devise. De cette façon le taux de change entre les deux devises est stable 5 A noter que l on retrouve naturellement l égalité : Demande de monnaie nationale = offre de monnaie étrangère 9

10 Dans le cas d un régime de change fixe, la BCC va intervenir pour empécher cette appréciation. Pour cela elle répond à la demande des agents et augmentent l offre de yuan (O O ). La BCC va 1/ vendre sa monnaie (hausse de l offre de yuan) et 2/ acquérir en contrepartie des dollar (hausse de la demande de dollar qui trouve sa contrepartie dans la vente de yuan contre dollar par les agents). Le prix d équilibre (parité) est inchangé (A C) car avec l intervention de la BCC on a demande de yuan = offre de yuan, mais aussi demande de dollar = offre de dollar. Aucune raison que la parité change! Dans le cas illustré ci-dessus, la banque centrale accumule des dollars et augmente ainsi ses réserves de changes. Imaginons une conjoncture très défavorable, ou encore des problèmes structuraux qui aménent les investisseurs étranger à s interroger sur la crédibilité de la politique économique mené par les dirigeants du pays domestique. Les investisseurs décident de vendre les actifs chinois qu ils ont acheté afin de récuperer leur dollar (baisse de la demande de monnaie domestique). La banque cen- 10

11 trale pourra se servir de ses réserves de change en dollar accumuler au préalable pour empécher la dépreciation de sa monnaie (achat de devise nationale contre la vente de ses devises étrangère = baisse des réserves). Et lorsqu elle n a plus de réserves? elle ne peut plus défendre la parité et doit laisser sa monnaie flotter. Généralement la monnaie se déprécie fortement et le pays subit une crise de change (Voir crise asiatiques par exemple) 2.5. Régime de change flottant La banque centrale n intervient pas. Le taux de change fluctue librement et le prix d équilibre s établit sur un marché libre entre offre et demande de monnaie nationale. 3. La parité des taux d intérêt non couverte (PTINC). Pour transférer des fonds d un pays à l autre dans un but de placement rémunérateur, l investisseur doit convertir ses avoirs dans la monnaie du pays où il investit. De même, lorsqu il rapatrie son capital et ses bénéfices, il lui faut reconvertir ces sommes dans sa monnaie nationale. Comme tous les investisseurs opèrent de la même manière, ces mouvements internationaux de capitaux influencent nécessairement l évolution à court terme des taux de change. Plus précisément, la conduite de l investisseur est dictée par les deux déterminants qui affectent la rentabilité de son placement : ˆ L écart de rendement entre le pays étranger et l économie nationale, donné par la différence entre les taux d intérêt nominaux. ˆ L évolution supposée du taux de change, entre le moment où il investit à l étranger et le moment où il rapatrie ses avoirs. Imaginons un investisseur français, qui a le choix entre investir sur place en France ou investir aux Etats-Unis dans le même type de placement (même durée et mêmes caractéristiques de risque et de liquidité). La durée du placement est d un mois. Il place donc ses avoirs aujourd hui pour les récuperer en t+1 (dans un mois). Le choix de l investisseur dépend donc de la comparaison entre le rendement attendu pour un 11

12 euro en France et aux Etats-Unis. Dans la mesure ou il y a à chaque fois arbitrage des investisseurs celui-ci tend à égaliser le rendements réel des placements locaux et à l étranger. Ainsi, la PTINC établit que la différence entre l anticipation du taux de change et le taux de change au comptant est reliée à la différence entre le taux d intérêt domestique et le taux d intérêt étranger. Si le taux de change anticipé n est pas trop différent du change courant, on obtient une approximation correcte de la PTINC avec l expression suivante: ou encore E t (S t+1 ) S t+1 S t+1 + i = i E t (S t 1 ) S t+1 S t+1 = i i où E t (S t+1 ) est l anticipation sur le taux de change au comptant futur, ou taux de change à terme, formé sur la base de l information disponible au temps t 6. Si la PTINC se vérifie, la taux de variation anticipé du taux de change est donc égale à la différence des taux d intéret des 2 pays. La formule exacte est donnée par: E t (S t+1 ) S t+1 S t+1 = i i 1 + i Revenons à notre investisseur français qui souhaite placer son capital pour 1 mois. Il a le choix entre acheter des actifs Francais et américains dont les taux d intéret sont trespectivement de 15% et 10%. La question que l on se pose est la suivante: quel est le taux de change à terme (à échéance 1 mois) pour lequel l investisseur sera prêt à investir aux états-unis, là où le taux d intéret est plus faible? En effet, si l investisseur est rationelle il prefera investir en france car le rendement est plus élevé... à moins 6 E t pour anticipé en t (expected en anglais) 12

13 que le taux de change à terme viennent compenser l écart de rendements constater dans les 2 pays. Dans ce cas, les rendements seraient égaux et l investsisseur serait indifférent entre placer son argent aux états-unis et en france (Seulement si les actifs sont parfaitement substituable et que l investsseur n a aucune préférence). Exemple: Le taux de change au comptant (au certain) est de 1 euro pour 1,3 dollar. Le placement aux états-unis sera donc rentable seulement si le taux de change à terme n est pas supèrieur à dollar pour un euro. Taux de change à terme = 0, 1 0, 15 1, 15 1, 3 + 1, 3 = 1, 2435 A terme l euro devra donc se déprecier par rapport au dollar de 4.35%. En effet, l investisseur place euros aux états-unis et pour cela il va dans un premier temps convertir cette somme au taux de change comptant, soit * 1,3 = dollar. Cette somme etant placé à un taux de 10%, l investisseur va récupérer à la fin du mois * (1+0,1) = dollar. Il va dans un deuxième temps récupérer ses euros en convertissant cette somme au taux de change à terme convenu un mois avant, , 2435 = Etant donné qu un placement en France rapporte * 1,15 = , on voit bien qu il est identique pour l investisseur de placer son argent en France ou aux Etats-Unis. Ainsi l investssiement aux USA est donc rentable uniquement si le taux à terme n est pas supèrieur à (ne pas oublier qu on a emis une hypothèse forte qui est celle de la parfaite substituabilité des actifs français et américain, c est à dire que les agents n ont aucune préférence entre investir aux Etats-unis ou en France). 13

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Macroéconomie 3 Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Année Universitaire 2015-2016 /53 2/53 Introduction L ouverture

Plus en détail

Macroéconomie dans une économie globalisée. Université de Lille 1, M1 EMI Année 2013 2014 Lise Patureau

Macroéconomie dans une économie globalisée. Université de Lille 1, M1 EMI Année 2013 2014 Lise Patureau Macroéconomie dans une économie globalisée Université de Lille 1, M1 EMI Année 2013 2014 Lise Patureau Chapitre 1 L ouverture des économies Introduction Tenir compte de la dimension «ouverte» de nos économies

Plus en détail

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue.

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue. FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 4 heures. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

15. Une théorie macroéconomique de l économie

15. Une théorie macroéconomique de l économie 15. Une théorie macroéconomique de l économie S = I + INE Epargne nationale, investissement et investissement net à l étranger en % du PIB aux Etats-Unis Année S I INE 1960 19,4 18,7 0,7 1970 18,4 18,1

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 )

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Le taux de change donne le prix des monnaies entre elles. Comment se fixe ce prix? Pourquoi peut- il

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE PREMIÈRE SECTION : VRAI OU FAUX Question 1.1 Si le taux d intérêt canadien augmente, la demande d actifs canadiens diminue. Question 1.2 Si le dollar canadien s

Plus en détail

Chapitre V. B.- Le marché des changes. Aspects financiers du CI. Remy K. Katshingu

Chapitre V. B.- Le marché des changes. Aspects financiers du CI. Remy K. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI B.- Le marché des changes Remy K. Katshingu 1 Plan de cette section 1. Définitions Taux de change Le marché des changes (définition + caractéristiques) 2. Détermination

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

RISQUES Risque de change

RISQUES Risque de change Les devises sont désignées par une abréviation standardisée. Ce code ISO est constitué de 3 lettres dont les deux premières correspondent au pays et la troisième à la devise (CAD pour Dollar Canadien).

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Suites numériques 2. n=0

Suites numériques 2. n=0 Suites numériques 1 Somme des termes d une suite Dans les applications, il est souvent nécessaire de calculer la somme de quelques premiers termes d une suite (ou même de tous les termes, mais on étudiera

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant ECO434, Ecole polytechnique, e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant Exercice : Choix intertemporel et Taux de Change Réel (TCR) On considère une petite économie ouverte dans laquelle deux

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Introduction à la Macroéconomie Cours donné par Federica Sbergami 2011-2012 Travail Pratique No 4 Correction: Vendredi 26 avril 2013 12h15-14h A. Inflation Exercice 1 En se basant sur l hypothèse des prix

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 Séance 11 1 Macroéconomie : fin

Plus en détail

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS La balance des paiements est un document comptable retraçant, pour une période donnée, l'ensemble des opérations entre les agents «résidents» (tous ceux qui résident pendant

Plus en détail

Document monnaie, Droit première année La monnaie : On distingue trois fonctions à la monnaie :

Document monnaie, Droit première année La monnaie : On distingue trois fonctions à la monnaie : Document monnaie, Droit première année La monnaie : On distingue trois fonctions à la monnaie : -Une fonction d unité de compte, elle permet de comparer la valeur des différents biens, -Une fonction de

Plus en détail

CHAPITRE 2 LE TAUX DE CHANGE

CHAPITRE 2 LE TAUX DE CHANGE CHAPITRE 2 LE TAUX DE CHANGE 2 1 L origine des opérations de change : Le change est l'acte par lequel on échange deux monnaies différentes. Ces monnaies peuvent être celle d un pays ou d un ensemble de

Plus en détail

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points)

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points) Université Paris Ouest-Nanterre La Défense Master Economie U.F.R. SEGMI Premier Semestre 2009-2010 Macroéconomie Ouverte Chargé de T.D. : Romain Restout Cours de Olivier Musy Contrôle Continu (14/12/2009)

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

14 Pour dévaluer sa devise la banque centrale du pays peut acheter des dollars étrangers.

14 Pour dévaluer sa devise la banque centrale du pays peut acheter des dollars étrangers. Exercices sur le marché des changes Q1- Le marché des changes à court terme - Noircir la case appropriée (Vrai ou Faux) 1 Une politique protectionniste peut initialement avoir pour but de diminuer le taux

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Cours débutants Partie 1 : LES BASES DU FOREX

Cours débutants Partie 1 : LES BASES DU FOREX Définition du FOREX : FOREX est l abréviation de Foreign Exchange market et désigne le marché sur lequel sont échangées les devises l une contre l autre. C est un des marchés les plus liquides qui soient.

Plus en détail

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Owen Williams Grenoble Ecole de Management > 2 Définitions : options sur actions Option : un contrat négociable donnant le droit d acheter ou vendre

Plus en détail

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex L'économie ouverte Dans une économie ouverte, le pays n'est pas contraint de réaliser en toute année l'équilibre entre ses dépenses et sa production de biens et services. Le pays peut dépenser plus qu'il

Plus en détail

14. Demande Agrégée Extérieure

14. Demande Agrégée Extérieure 14. Demande Agrégée Extérieure Remarque : Afin de simplifier les calculs et de se focaliser sur les concepts propres à cette séance, nous supposerons tout au long de celle-ci que PNB = Y (c est-à-dire

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE..

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE.. Jean-Marc BUYSSCHAERT Les journées de l économie et de la gestion MARCHES DES CAPITAUX ET INSTRUMENTS FINANCIERS LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE.. UN EXERCICE SOUVENT PERILLEUX Plan de l intervention La

Plus en détail

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan hapitre 14 ours à terme et futures Plan Différences entre contrat à terme et contrat de future Fonction économique des marchés de futures Rôle des spéculateurs Futures de matières premières Relation entre

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

Chapitre Troisième : MACROECONOMIE OUVERTE

Chapitre Troisième : MACROECONOMIE OUVERTE Chapitre Troisième : MACROECONOMIE OUVERTE I] PERSPECTIVE HISTORIQUE QUANT A L EVOLUTION DU CAPITALISME 1. L ère du Gold-index : en quoi l or permet-il un rééquilibrage automatique de la BP? 2. Les accords

Plus en détail

LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1

LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Couverture : Protéger des créances ou des dettes (commerciales ou financières) contre le risque de variation

Plus en détail

Financement des entreprises.

Financement des entreprises. 1 Financement des entreprises. 2 SOMMAIRE Les contrats forward : P-3 Les swaps de taux :. P-4 Conversion de monnaies au comptant... P-5 3 Les contrats forward. Un contrat forward est un actif très simple.

Plus en détail

Prise de note des finances internationales

Prise de note des finances internationales Prise de note des finances internationales Séance de 13 novembre 2010 (SMI) CHAPITRE III : le système monétaire international Définition du SMI : le SMI est un ensemble des règles communes permettant un

Plus en détail

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE Partie 2: Comment s'opère le financement de l'économie mondiale? Être capable de définir Notions à acquérir en terminale

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE DEUXIÈME PARTIE LES RISQUES Les opérations de marché présentent des risques qui doivent être identifiés et mesurés. En matière de finance internationale, on pense d abord au risque de change. Celui-ci

Plus en détail

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS Ce document ne prétend pas décrire tous les risques inhérents aux investissements en instruments financiers. Il a plutôt pour

Plus en détail

Diagnostic Export. 1) phase de diagnostic Etat des lieux des forces et faiblesses de l entreprise vis-à-vis de l international.

Diagnostic Export. 1) phase de diagnostic Etat des lieux des forces et faiblesses de l entreprise vis-à-vis de l international. Diagnostic Export L entreprise doit faire le point sur sa capacité à atteindre les marchés qu elle s est fixé afin de pouvoir déterminer la meilleure façon pour elle de les exploiter. 1) phase de diagnostic

Plus en détail

Université François-Rabelais Droit - Economie - Sciences Sociales

Université François-Rabelais Droit - Economie - Sciences Sociales Université François-Rabelais Droit - Economie - Sciences Sociales Tours Année universitaire : 205-206 Session : galop d essai du er semestre Année d étude : Licence première année Sciences Economiques

Plus en détail

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 Mathématiques Financières Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 C. FISCHLER & S. GOUTTE T.D. 1 Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous, répondre aux questions suivantes : Est-ce une suite monotone?

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les positions vendeuses sur les options, ou vente d options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document

Plus en détail

Exercice 1 : Taux de Rendement Interne et Rentabilité des Projets d Investissement

Exercice 1 : Taux de Rendement Interne et Rentabilité des Projets d Investissement ED 5 L IVESTISSEMET Exercice 1 : Taux de Rendement Interne et Rentabilité des Projets d Un investisseur envisage cinq projets d investissement donc il connait respectivement le Taux de Rendement Interne

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Fabio Panzera, MA in Economics Université de Fribourg, 08.10.2010 Question 1 Les macroéconomistes étudient toutes les questions suivantes, à l exception

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires?

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Vue d ensemble Le marché des changes : comment ça fonctionne Mythes Études de cas Gestion

Plus en détail

Les options classiques

Les options classiques Les options classiques des options sur contrat : 1) Spéculation : Les options sur contrat est un remarquable instrument de spéculation permettant de spéculer sur la hausse ou la baisse du prix du contrat

Plus en détail

Economie Monétaire et Financière

Economie Monétaire et Financière Economie Monétaire et Financière Jézabel Couppey- Soubeyran et Bruno Tinel Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne Licence 2 ème année. Dossier de TD n 3 : Taux d intérêt Partie I : Capitalisation et actualisation

Plus en détail

Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti»

Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti» Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti» Question 1 : représenter graphiquement le taux de rentabilité du produit à capital garanti

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Chapitre III :Les conditions de parités internationales. Cours de Finance Internationale UDB Babacar Sène

Chapitre III :Les conditions de parités internationales. Cours de Finance Internationale UDB Babacar Sène Chapitre III :Les conditions de parités internationales Cours de Finance Internationale UDB Babacar Sène Plan du chapitre Section 1 : La parité de pouvoir d achat Section 2 : La parité des taux d intérêt

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) Actualisation d une séquence de flux (rappel)

Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) Actualisation d une séquence de flux (rappel) Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) une obligation peut être revendue avant son échéance un emprunt peut être renégocié Actualisation d une séquence

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO 1 Table des matières QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES... 1 LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO... 1 1. Qu est-ce que le risque de

Plus en détail

Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier 2015 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars 2015

Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier 2015 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars 2015 Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars Les investisseurs canadiens ont réduit leurs avoirs en titres étrangers

Plus en détail

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Présenté par: Marylène Paquet Caisse Centrale Desjardins 418-634-5775 poste 235 Sophie Fortin, M.Sc., CA Samson Bélair/Deloitte

Plus en détail

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE)

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) 1. En temps normal, lorsque le taux d intérêt à un jour s approche du taux d escompte, la Banque du Canada: a) retire des fonds déposés

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

LE FOREX ou marché des changes

LE FOREX ou marché des changes LE FOREX ou marché des changes L essentiel sur $ Le risque est au bout du clic En partenariat avec Qu est-ce que c est? Le Forex est le marché des changes (FOReign EXchange en anglais, marché des devises).

Plus en détail

Les stratégies d écarts sur options (suite)

Les stratégies d écarts sur options (suite) Mars 2012 Les stratégies d écarts sur options (suite) Les écarts sur options sont regroupés en deux catégories : les écarts verticaux et les écarts calendaires. Dans le premier bulletin 2012, nous avons

Plus en détail

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma.

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma. Le système financier Marocain Introduction Définition : -Le système financier comprend les institutions financières, les marchés financiers et l ensemble des règlements qui régissent la circulation de

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Politique monétaire de la Chine : une approche normative RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Politique monétaire de la Chine : une approche normative RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 18 janvier 216 N 64 Politique monétaire de la Chine : une approche normative Nous adoptons ici non pas une approche positive (que vont faire les autorités chinoises?) mais

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Chapitre 15 Options et actifs conditionnels. Plan

Chapitre 15 Options et actifs conditionnels. Plan Chapitre 15 Options et actifs conditionnels Plan Fonctionnement des options Utilisation des options La parité put-call Volatilité et valeur des options Les modèles de détermination de prix d option Modèle

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

Chapitre 2 La monnaie et l inflation

Chapitre 2 La monnaie et l inflation Chapitre 2 La monnaie et l inflation 1 1. Pourquoi les prix augmentent-ils? 2. Section 1. La monnaie: Définition 3. Quelle politique économique peut-on mettre en place pour lutter contre l inflation? 3

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Dérivés Financiers Options

Dérivés Financiers Options Stratégies à base d options Dérivés Financiers Options 1) Supposons que vous vendiez un put avec un prix d exercice de 40 et une date d expiration dans 3 mois. Le prix actuel de l action est 41 et le contrat

Plus en détail

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés 1 Le cadre de l analyse L analyse présente se base sur des données réunies dans le cadre du recensement triennal de la Banque

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

1. Le marché des changes

1. Le marché des changes TD : Le taux de change, un instrument du protectionnisme? 1. Le marché des changes Document 1 : Le cours de l euro en dollar 1/ Faites une phrase avec la donnée d avril 2013. En avril 2013, 1 valait 1,28

Plus en détail

Utilisation des fonctions financières d Excel

Utilisation des fonctions financières d Excel Utilisation des fonctions financières d Excel TABLE DES MATIÈRES Page 1. Calcul de la valeur acquise par la formule des intérêts simples... 4 2. Calcul de la valeur actuelle par la formule des intérêts

Plus en détail

Dérivés Financiers Contrats à terme

Dérivés Financiers Contrats à terme Dérivés Financiers Contrats à terme Mécanique des marchés à terme 1) Supposons que vous prenez une position courte sur un contrat à terme, pour vendre de l argent en juillet à 10,20 par once, sur le New

Plus en détail

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur Chapitre 9 La théorie du choix du consommateur Le consommateur Comment sont prises les décisions de consommation? La théorie économique propose un modèle Le consommateur a un comportement maximisateur

Plus en détail

Série d exercices 4. /s k

Série d exercices 4. /s k ACT-10412 Mathématiques financières Série d exercices 4 1. Un prêt est remboursé à l aide de n paiements annuels égaux. Après n 1 années, le montant total de capital remboursé s élève à 3 955,20. La part

Plus en détail

Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des organismes de placement collectif non monétaires

Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des organismes de placement collectif non monétaires Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des organismes de placement collectif non monétaires Banque centrale du Luxembourg 1 Introduction 1.1 Population déclarante Le rapport

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES

CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES Marché des changes : techniques financières David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2014-2015 Université Paris 8 Objectifs du cours Connaissances

Plus en détail