TD de Macroéconomie Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD"

Transcription

1 TD de Macroéconomie Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident durant une année : échanges de Biens et services, mouvements de capitaux... ˆ La BP doit être équilibrée. ˆ La BP ne peut être en déséquilibre à moins que quelque chose ait été mal enregistré. ˆ En revanche certain postes de la BP peuvent être en déficit. Ex. déficit du compte courant. Deux types de transactions enregistrées dans le BP: ˆ Transactions portant sur les actifs physiques: échanges de biens (imports, exports) et de services. ˆ Transactions portant sur les actifs financiers: échanges d actifs financiers (actions, obligations) contre dautres actifs financiers ou des liquidités. La BP est composée de 2 sous-balances: ˆ La balance courante (compte courant) ˆ La balance des capitaux (compte des opérations financière et compte de capital) ˆ Les réserves officielles de change qui reflètent les transactions en devises du gouvernement. ˆ Erreurs nettes et omissions pour obtenir léquilibre comptable de la BP. 1

2 1.2. Le Compte courant Le compte courant inclut toutes les transactions économiques internationales avec des flux de paiements et de revenus enregistrés sur une année. Il comporte 4 catégories: ˆ Exportations et importations de biens. ˆ Commerce de services. ˆ Revenus dinvestissements: flux de dividendes, paiements dintérêts. ˆ Transferts unilatéraux: paiements sans contrepartie: aides publiques, privées, transferts des travailleurs étrangers vers leur pays dorigine... La balance courante est traditionnellement dominée par la balance commerciale (net exports-imports) La balance des capitaux La balance des capitaux de la BP mesure toutes les transactions internationales d actifs financiers. Il est divisé en 2 catégorie: ˆ le compte de capital qui est plus petit en ampleur. ˆ le compte financier (ou des transactions financières) qui représente la majeure partie. Le compte financier se compose de 3 composants: ˆ Investissements directs pour lesquels l invetisseur a un certain degré explicite de contrôle. ˆ Investissement de portefeuille pour lequel l investisseur n a pas de contrôle sur les actifs. ˆ Autres investissements: différents crédits commerciaux à court et long terme, prêts transfrontaliers, depôts de devises, dépôts bancaires... 2

3 1.4. Réserves officielles de changes Les réserves de change officielles sont les réserves de change totales possédées par les autorités monétaires officielles. Les réserves sont normalement constituées des devises internationales majeures utilisées dans le commerce international et les transactions financières. Si la somme du solde du compte courant et du compte des transactions financière est positive (surplus de la BP), la demande de devise nationale excède l offre (augmentation des réserves de change qui viennent ajuster la BP). Dans ce cas la banque centrale a deux possibilités: 1/ Permettre à sa devise de s apprécier (taux de change flottants). 2/ Intervenir et accumuler des réserves de change supplémentaires dans le compte des réserves de change officielles (cas des taux de change fixes). Un signe négatif des réserves de change correspond donc à une reconstitution des réserves (l inscription en négatif dans le poste des réserves de changes vient équilibrer le solde positifs des autres postes). En effet, la banque centrale locale peut décider de mettre en vente un certain montant de sa monnaie locale qui sera acquis par un tiers avec une devise étrangère ce qui approvisionnera la réserve de change. La contrepartie de l augmentation des réserves de changes se situe donc en positif dans le compte des transactions financières (entrée de capitaux qui correspond donc à l acquisition de monnaie locale - convertie en obligation d état par exemple - par un tiers). Le poste réserves officelles de changes est donc la contrepartie du solde global des autres postes. Autre exemple : Si le compte courant est déficitaire alors l économie nationale a un besoin de financement. Dans ce cas le pays s est forcément procuré au préalable la différence pour pouvoir financer ce déficit (impossible d acheter sans payer on a donc emprunté sur les marchés internationaux). Soit le secteur bancaire du pays a emprunté en devises étrangère sur les marchés internationnaux un montant suffisament élevé pour venir couvrir le déficit du compte courant (entrée de capitaux 3

4 enregistré en positif dans le compte des transactions financières qui vient ajuster la BP - engagement des résidents -), soit la banque centrale a puisé dans ses réserves de change (baisse des avoirs en devises inscrit en postif dans la BP qui vient donc compenser le solde négatif du compte courant). Il faut bien comprendre que dans un premier temps, l intervention de la banque centrale n empêche pas la monnaie de se déprécier. En effet, le déficit du compte courant implique mécaniquement une dépréciation du taux de change au sens où l offre de monnaie nationale est supérieure à la demande de monnaie nationale. Pourquoi? Exportateur domestique: ˆ Demande de monnaie nationale (vendeur domestique) ˆ Offre de monnaie étrangère (acheteur étranger) Importateur domestique: ˆ Offre de monnaie nationale (acheteur) ˆ Demande de monnaie étrangère (vendeur étranger) Si deficit du compte courant alors importation > exportation qui implique: offre de monnaie nationale > demande de monnaie nationale pour un taux de change E1 (voir graphique point C) et parraléllement: demande de monnaie étrangère > demande de monnaie domestique. Pour équilibrer les quantités échangées sur le marché des changes la monnaie doit nécessairement se déprécier (A B). En revanche si la banque centrale décide d intervenir dans un deuxième temps, elle va stimuler la demande de sa devise nationale (D D ) en vendant ses réserves contre achat de sa monnaie. Le prix d équilibre (parité) est donc inchangé (on reste en A). L ériture comptable dans la BP est double comme d habitude: montant positif dans le poste des réserves (réduction des réserves) et négatif dans le compte des transactions financière (sortie de capitaux car l achat de devise nationale implique en contrepartie la vente d actif libellé en monnaie domestique de la part des étrangers qui souhaitent acquérir les devises étrangères de la banque centrale) 4

5 Ainsi, la balance des paiements est donc toujours équilibrée car chaque opération donne lieu à deux enregistrements de signes contraires (comptabilisation en partie double). En effet, aucune opération ne peut avoir lieu sans être financée. 2. Le Taux de change 2.1. Définition ˆ Marché des changes = lieu d échange de la monnaie domestique contre les monnaies étrangères. ˆ Taux de change = prix de la monnaie domestique relativement à une (ou des) monnaie(s) étrangères. ˆ Taux de change croisé = Taux de change d une devise contre une autre, calculé à partir du cours de ces deux devises contre une devise commune. ˆ Taux de change bilatéral = taux de change entre deux monnaies. 5

6 ˆ Taux de change effectif = somme des taux de change bilatéraux pondérés par les poids respectifs des différents pays dans le commerce extérieur. ˆ Taux de change coté à l incertain = on associe à une unité monétaire étrangère le nombre correspondant d unités monétaires nationales. Exemple du point de vue d un investisseur étranger (américain): 1$ = 0.65e. ˆ Taux de change coté au certain = on associe à une unité monétaire nationale le nombre correspondant d unités monétaires étrangère. Exemple du point de vue d un investisseur domestique (français): 1e= $. Dans ces deux exemples la valeur relative de l euro par rapport au dollar reste la même, que l on se place du point de vue d un investisseur étranger ou résident. C est seulement une façon différente de l exprimer. Si l on souhaite passer de l un à l autre, une simple division suffit. Exemple : 1/0.65 = ou encore 1/ = 0.65 Le taux de change représente le prix d équilibre entre offre et demande de monnaie nationale : Demande de monnaie nationale = offre de monnaie étrangère. Exemple : Si Euro/dollar 1,5384$ devient 1,6$ alors il faudra plus de dollar pour avoir un euro (la valeur de l euro augmente en terme de dollar). On en déduit une appréciation de l euro par rapport au dollar (ou une dépreciation du dollar par rapport l euro). Cela traduit une augmentation de la demande d euros relativement à la demande de dollars. Comme sur un marché des biens et services, le prix vient s ajuster pour équilibrer les quantités échangées. Lorsque nous sommes au certain, une augmentation du taux de change traduit une appréciation de la monnaie nationale et une baisse du taux de change traduit une dépréciation de la monnaie nationale. C est l inverse lorsque nous sommes à l incertain. ˆ Taux de change au comptant (courant) = taux de change utilisé dans les 6

7 opérations de change au comptant (achats et ventes immédiats de devises au cours spot) ˆ Taux de change à terme = Taux de change utilisé pour les opérations de change à une date d échéance future, ou la livraison n est pas faite immediatement (cours forward) Le taux de change réel Alors que le taux de change nominal mesure le prix relatif de deux monnaies, le taux de change réel mesure le prix relatif de deux paniers de biens, des produits nationaux par rapport aux produits étrangers en monnaie nationale. Il correspond au rapport de deux pouvoirs d achat, c est donc un indicateur de la compétitivité-prix du pays. Le taux de change réel mesure en définitive le pouvoir d achat externe de la monnaie, c est-à-dire son pouvoir d achat sur les biens étrangers. ˆ Avec ε = le taux de change réelle. ε = E P P ˆ E = le taux de change nominal (à l incertain). ˆ P = le prix des biens étrangers. ˆ P = le prix des biens nationaux. Le taux de change réel est stable si les variations du taux de change nominal compensent exactement l écart d inflation (théorie de la PPA 1 ). Si P et P* sont constants ou évoluent au même rythme, taux de change réel et taux de change nominal évoluent de concert. Si P et P* évoluent à des rythmes différents, les deux taux vont évoluer différemment : ainsi, si P augmente davantage que P*, on peut avoir une appréciation du change réel si le change nominal reste constant mais aussi une dépréciation du change nominal pour un change réel constant. 1 parité des pouvoir d achat 7

8 2.3. Le taux de change PPA Le taux de change PPA est le taux de change qui égalise le pouvoir d achat de deux monnaies. Il sert à comparer la taille réelle des économies à partir de leur PIB, dit alors PIB PPA. Il sert aussi à savoir si une monnaie est sous-évaluée ou surévaluée. Illustration simple : Disons que le taux de change PPA entre deux pays (USA et Chine) est celui qui égalise le prix du Big Mac dans les deux pays 2. Aux Etats-Unis, le Big Mac est égal à 4,07 dollars, alors qu en Chine il est égal à 14,7 yuans, ce qui correspond seulement à 2,28 dollars si on convertit au taux de change courant 3 et permet donc en théorie d acheter environ 2 Big Mac avec 3,57 dollars, là où on ne peut en acheter qu un seul aux Etats-Unis. Le taux théorique (dit taux PPA ) qui égalise le pouvoir d achat des deux monnaies se calcule ainsi : P CNY 14, 7 = P US 4, 07 = 3, 61 yuans par dollar Ce taux est à comparer avec le taux de change du yuan observé le 25 juillet 2011, soit 6,45 yuans par Dollars. La différence relative en % est égale à : 3, 61 6, 45 6, % Cette différence relative indique quelle est la sous-évaluation théorique du yuan par rapport au dollar. On peux aussi calculer le taux de change réelle : ε = 6, 45 4, 07 14, 7 = 1, 78 Le prix du big mac aux USA en yuan est de 6,45 * 4,07 = 26,25 yuan alors qu en Chine le Big mac est de 14,7 yuans. Si on calcul le rapport entre les deux prix 2 Source: The economist: Big Mac Index July En effet, au 25/07/2011 le taux de change courant est 1 dollar = 6,45 yuans. Donc 1 yuan = (1/6,45) dollars = 0,155 dollars. Donc 14,7 yuans = 0,155 dollars * 14,7 = 2,279 dollars. 8

9 on obtient le prix des biens étrangers (ici Big Mac US) en terme du prix des biens nationaux (ici Big Mac en Chine) : c est le taux de change réel. Comme on l a dis plus haut, on peut acheter environ 2 big mac aux USA (1,78 exactement) pour 1 Big Mac en Chine. Ainsi quand ε est supérieur à 1 (on raisonne toujours à l incertain), la monnaie nationale est sous-évaluée (son taux de change nominal est sous-évalué) et la devise étrangère est sur-évaluée. On voit bien ici que pour égaliser les prix (ε = 1) il faudrait une appréciation du yuan de 44 %!! c est à dire un taux de change nominale entre le yuan et le dollar (taux théorique PPA) de 3,61 yuans par dollar Régime de change Il existe 2 régime de change polaires (et une multitude entre les deux). ˆ Régime de change fixe (ancrage dur). ˆ Régime de change flottant (ou flexible) Régime de change fixe Taux de change fixe = parité officielle 4. Exemple: La banque centrale intervient sur le marché des changes pour préserver l équilibre entre demande et offre de monnaie nationale. Partons du cas où la demande de yuan contre le dollar augmente (D D ). Les agents souhaitent 1/ acquérir plus de yuan (hausse de la demande de yuan) et 2/ se débarraser en contrepartie de leur dollar (baisse de la demande de dollar 5 ). Si la Banque Centrale Chinoise (BCC) n intervient pas le yuan va s apprécier mécaniquement (A B). 4 La banque centrale décide d ancrer la valeur de sa monnaie sur celle d une autre devise. De cette façon le taux de change entre les deux devises est stable 5 A noter que l on retrouve naturellement l égalité : Demande de monnaie nationale = offre de monnaie étrangère 9

10 Dans le cas d un régime de change fixe, la BCC va intervenir pour empécher cette appréciation. Pour cela elle répond à la demande des agents et augmentent l offre de yuan (O O ). La BCC va 1/ vendre sa monnaie (hausse de l offre de yuan) et 2/ acquérir en contrepartie des dollar (hausse de la demande de dollar qui trouve sa contrepartie dans la vente de yuan contre dollar par les agents). Le prix d équilibre (parité) est inchangé (A C) car avec l intervention de la BCC on a demande de yuan = offre de yuan, mais aussi demande de dollar = offre de dollar. Aucune raison que la parité change! Dans le cas illustré ci-dessus, la banque centrale accumule des dollars et augmente ainsi ses réserves de changes. Imaginons une conjoncture très défavorable, ou encore des problèmes structuraux qui aménent les investisseurs étranger à s interroger sur la crédibilité de la politique économique mené par les dirigeants du pays domestique. Les investisseurs décident de vendre les actifs chinois qu ils ont acheté afin de récuperer leur dollar (baisse de la demande de monnaie domestique). La banque cen- 10

11 trale pourra se servir de ses réserves de change en dollar accumuler au préalable pour empécher la dépreciation de sa monnaie (achat de devise nationale contre la vente de ses devises étrangère = baisse des réserves). Et lorsqu elle n a plus de réserves? elle ne peut plus défendre la parité et doit laisser sa monnaie flotter. Généralement la monnaie se déprécie fortement et le pays subit une crise de change (Voir crise asiatiques par exemple) 2.5. Régime de change flottant La banque centrale n intervient pas. Le taux de change fluctue librement et le prix d équilibre s établit sur un marché libre entre offre et demande de monnaie nationale. 3. La parité des taux d intérêt non couverte (PTINC). Pour transférer des fonds d un pays à l autre dans un but de placement rémunérateur, l investisseur doit convertir ses avoirs dans la monnaie du pays où il investit. De même, lorsqu il rapatrie son capital et ses bénéfices, il lui faut reconvertir ces sommes dans sa monnaie nationale. Comme tous les investisseurs opèrent de la même manière, ces mouvements internationaux de capitaux influencent nécessairement l évolution à court terme des taux de change. Plus précisément, la conduite de l investisseur est dictée par les deux déterminants qui affectent la rentabilité de son placement : ˆ L écart de rendement entre le pays étranger et l économie nationale, donné par la différence entre les taux d intérêt nominaux. ˆ L évolution supposée du taux de change, entre le moment où il investit à l étranger et le moment où il rapatrie ses avoirs. Imaginons un investisseur français, qui a le choix entre investir sur place en France ou investir aux Etats-Unis dans le même type de placement (même durée et mêmes caractéristiques de risque et de liquidité). La durée du placement est d un mois. Il place donc ses avoirs aujourd hui pour les récuperer en t+1 (dans un mois). Le choix de l investisseur dépend donc de la comparaison entre le rendement attendu pour un 11

12 euro en France et aux Etats-Unis. Dans la mesure ou il y a à chaque fois arbitrage des investisseurs celui-ci tend à égaliser le rendements réel des placements locaux et à l étranger. Ainsi, la PTINC établit que la différence entre l anticipation du taux de change et le taux de change au comptant est reliée à la différence entre le taux d intérêt domestique et le taux d intérêt étranger. Si le taux de change anticipé n est pas trop différent du change courant, on obtient une approximation correcte de la PTINC avec l expression suivante: ou encore E t (S t+1 ) S t+1 S t+1 + i = i E t (S t 1 ) S t+1 S t+1 = i i où E t (S t+1 ) est l anticipation sur le taux de change au comptant futur, ou taux de change à terme, formé sur la base de l information disponible au temps t 6. Si la PTINC se vérifie, la taux de variation anticipé du taux de change est donc égale à la différence des taux d intéret des 2 pays. La formule exacte est donnée par: E t (S t+1 ) S t+1 S t+1 = i i 1 + i Revenons à notre investisseur français qui souhaite placer son capital pour 1 mois. Il a le choix entre acheter des actifs Francais et américains dont les taux d intéret sont trespectivement de 15% et 10%. La question que l on se pose est la suivante: quel est le taux de change à terme (à échéance 1 mois) pour lequel l investisseur sera prêt à investir aux états-unis, là où le taux d intéret est plus faible? En effet, si l investisseur est rationelle il prefera investir en france car le rendement est plus élevé... à moins 6 E t pour anticipé en t (expected en anglais) 12

13 que le taux de change à terme viennent compenser l écart de rendements constater dans les 2 pays. Dans ce cas, les rendements seraient égaux et l investsisseur serait indifférent entre placer son argent aux états-unis et en france (Seulement si les actifs sont parfaitement substituable et que l investsseur n a aucune préférence). Exemple: Le taux de change au comptant (au certain) est de 1 euro pour 1,3 dollar. Le placement aux états-unis sera donc rentable seulement si le taux de change à terme n est pas supèrieur à dollar pour un euro. Taux de change à terme = 0, 1 0, 15 1, 15 1, 3 + 1, 3 = 1, 2435 A terme l euro devra donc se déprecier par rapport au dollar de 4.35%. En effet, l investisseur place euros aux états-unis et pour cela il va dans un premier temps convertir cette somme au taux de change comptant, soit * 1,3 = dollar. Cette somme etant placé à un taux de 10%, l investisseur va récupérer à la fin du mois * (1+0,1) = dollar. Il va dans un deuxième temps récupérer ses euros en convertissant cette somme au taux de change à terme convenu un mois avant, , 2435 = Etant donné qu un placement en France rapporte * 1,15 = , on voit bien qu il est identique pour l investisseur de placer son argent en France ou aux Etats-Unis. Ainsi l investssiement aux USA est donc rentable uniquement si le taux à terme n est pas supèrieur à (ne pas oublier qu on a emis une hypothèse forte qui est celle de la parfaite substituabilité des actifs français et américain, c est à dire que les agents n ont aucune préférence entre investir aux Etats-unis ou en France). 13

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement spécifique Science économique Thème n 2 : Mondialisation, finance internationale et

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences.

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences. Cours passé : Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Aujourd hui : Le «peg» du yuan et les conséquences. - Important rappel théorique ; - Le contexte ; - L effet sur le niveau des taux d intérêt

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard Note de synthèse : Les avantages et les inconvénients d une politique de changes flexibles La politique de change

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES

CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES Marché des changes : techniques financières David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2014-2015 Université Paris 8 Objectifs du cours Connaissances

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Chapitre V. B.- Le marché des changes. Aspects financiers du CI. Remy K. Katshingu

Chapitre V. B.- Le marché des changes. Aspects financiers du CI. Remy K. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI B.- Le marché des changes Remy K. Katshingu 1 Plan de cette section 1. Définitions Taux de change Le marché des changes (définition + caractéristiques) 2. Détermination

Plus en détail

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE Partie 2: Comment s'opère le financement de l'économie mondiale? Être capable de définir Notions à acquérir en terminale

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques

Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques David DUMONT - TEAM CALYON 22 avril 2008 Dans 2 ans, si l EURODOL est inférieur à 1,40 touchez 116% du nominal investi en euros, sinon

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ (1 $ = 0,8 ) Une appréciation du taux de

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1

LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Couverture : Protéger des créances ou des dettes (commerciales ou financières) contre le risque de variation

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE MARCHE DES CHANGES

CHAPITRE 1 : LE MARCHE DES CHANGES CHAPITRE 1 : LE MARCHE DES CHANGES Monnaie et Finance Internationales David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2013-2014 Université Paris 8 Table des matières 1 Introduction Qu est-ce que la

Plus en détail

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE 1 Section 1. Les instruments dérivés de change négociés sur le marché interbancaire Section 2. Les instruments dérivés de change négociés sur les marchés boursiers organisés

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme Commentaires Michael Narayan L étude de Levin, Mc Manus et Watt est un intéressant exercice théorique qui vise à extraire l information contenue dans les prix des options sur contrats à terme sur le dollar

Plus en détail

LE RISQUE DE CHANGE INTRODUCTION : LE MARCHE DES CHANGES : ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT. touscours.net

LE RISQUE DE CHANGE INTRODUCTION : LE MARCHE DES CHANGES : ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT. touscours.net LE RISQUE DE CHANGE INTRODUCTION : LE MARCHE DES CHANGES : ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT I. LE MARCHE AU COMPTANT : A. DEFINITION : Le marché au comptant, encore appelé «marché spot» est le marché sur

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

103 COMMENT S OPERE LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE MONDIALE?

103 COMMENT S OPERE LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE MONDIALE? 103 COMMENT S OPERE LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE MONDIALE? A La balance des paiements permet de mesurer les échanges internationaux a) Qu est-ce qu une balance des paiements? 1. La balance des paiements

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES

COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2013 COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES PERTES ET BENEFICES DE CHANGE Mai 2014 Comptes d opérations monétaires Compte 953 - Pertes

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital.

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. TURBOS WARRANTS CERTIFICATS Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. 2 LES TURBOS 1. Introduction Que sont les Turbos? Les Turbos sont des produits

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

Volume 2, numéro 1 5 avril 2004. Dollar canadien. L évolution de la devise de 1992 à 2003. Sommaire

Volume 2, numéro 1 5 avril 2004. Dollar canadien. L évolution de la devise de 1992 à 2003. Sommaire ISSN 18-9158 Volume 2, numéro 1 5 avril 2004 Dollar canadien L évolution de la devise de 1992 à 2003 Sommaire 1. Le dollar canadien a connu une décennie de dépréciation presque ininterrompue de 1992 à

Plus en détail

CH15 - Comment s'opère le financement de l'économie mondiale?

CH15 - Comment s'opère le financement de l'économie mondiale? CH15 - Comment s'opère le financement de l'économie mondiale? à intégrer à la partie 3 du cours (mondialisation, finance internationale, intégration européenne) Ce poly a été distribué en cours les 13

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

Chapitre 1 Les instruments fermes

Chapitre 1 Les instruments fermes UV2 LES INSTRUMENTS FINANCIERS Rappel de comptes : 52 Instrument financier 476 Ecart de conversion actif 477 Ecart de conversion passif 4786 Compensation des pertes latentes sur profits 8091/801 Engagements

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

DESS INGENIERIE FINANCIERE

DESS INGENIERIE FINANCIERE DESS INGENIERIE FINANCIERE Mercredi 27 mars 2005 Philippe TESTIER - CFCM Brest 1 SOMMAIRE Le Change au comptant (spot) ; Le Change à Terme (termes secs, swaps de change) ; Les Options de Change ; Les Options

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Introduction Une obligation structurée, également connue sous la dénomination de Structured Note, a les caractéristiques principales d une obligation : un émetteur, une durée déterminée,

Plus en détail

Cours 1. 3. L environnement politique. INTRODUCTION AU MARCHÉ DES CHANGES : Le marché au comptant

Cours 1. 3. L environnement politique. INTRODUCTION AU MARCHÉ DES CHANGES : Le marché au comptant Cours INTRODUCTION AU MARCHÉ DES CHANGES : Le marché au comptant I. INTRODUCTION : L ENVIRONNEMENT FINANCIER INTERNATIONAL A. Différences entre finance domestique et finance internationale. L environnement

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES I- un bref survol historique du système monétaire international Le Système Monétaire International (SMI) représente le cadre institutionnel des échanges internationaux.

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

Chapitre 15 Options et actifs conditionnels. Plan

Chapitre 15 Options et actifs conditionnels. Plan Chapitre 15 Options et actifs conditionnels Plan Fonctionnement des options Utilisation des options La parité put-call Volatilité et valeur des options Les modèles de détermination de prix d option Modèle

Plus en détail

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Objectifs du Taux Annuel Effectif Global (TAEG) et du Taux d Intérêt Effectif (TIE) Le coût réel d un crédit inclut non seulement l intérêt,

Plus en détail

Marchés Financiers. Cours appliqué de finance de marché. Change

Marchés Financiers. Cours appliqué de finance de marché. Change Marchés Financiers Cours appliqué de finance de marché Change Aoris Conseil Emmanuel Laffort 1 Finance de marché (Devise) 2009-2010 Change - Généralités Caractéristiques Marché international Premier marché

Plus en détail

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012

Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012 Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012 Pierre Andreoletti pierre.andreoletti@univ-orleans.fr Bureau E15 1 / 20 Objectifs du cours Définition

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

entreprises COMPRENDRE LE RISQUE DE CHANGE POUR MIEUX S EN PROTÉGER LE GUIDE PRATIQUE On est là pour vous aider

entreprises COMPRENDRE LE RISQUE DE CHANGE POUR MIEUX S EN PROTÉGER LE GUIDE PRATIQUE On est là pour vous aider entreprises LE GUIDE PRATIQUE COMPRENDRE LE RISQUE DE CHANGE POUR MIEUX S EN PROTÉGER On est là pour vous aider sommaire Le marché des changes Les intervenants Page 2 La cotation des devises Page 3 Les

Plus en détail

Compte d opérations monétaires. Pertes et bénéfices de change

Compte d opérations monétaires. Pertes et bénéfices de change Compte d opérations monétaires Pertes et bénéfices de change Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 2 COUR DES COMPTES Pertes et bénéfices de change LFI Exécution 1 Ecart Recettes 25 M 19,3 M -5,7

Plus en détail

Méthodes de la gestion indicielle

Méthodes de la gestion indicielle Méthodes de la gestion indicielle La gestion répliquante : Ce type de gestion indicielle peut être mis en œuvre par trois manières, soit par une réplication pure, une réplication synthétique, ou une réplication

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Présenté par: Marylène Paquet Caisse Centrale Desjardins 418-634-5775 poste 235 Sophie Fortin, M.Sc., CA Samson Bélair/Deloitte

Plus en détail

LE MARCHE DES CHANGES

LE MARCHE DES CHANGES LE MARCHE DES CHANGES 1 1. LE CHANGE AU COMPTANT (SPOT)...3 1.1. CARACTERISTIQUES FONDAMENTALES DU CHANGE AU COMPTANT...3 1.2. COTATIONS ET TRANSACTIONS SUR LE MARCHE SPOT...3 1.3. LES COURS CROISES...4

Plus en détail

DE l ETALON-OR à l EURO

DE l ETALON-OR à l EURO DE l ETALON-OR à l EURO 1- Un peu d histoire Pendant des siècles, les métaux précieux (argent et or) ont servi au règlement des échanges commerciaux intérieurs et internationaux. Progressivement, les billets

Plus en détail

Abstract. Ce document ne peut être analysé comme suffisant pour vous permettre de passer seul un ordre.

Abstract. Ce document ne peut être analysé comme suffisant pour vous permettre de passer seul un ordre. Abstract Ce document vous est proposé à titre d information sur la compréhension des méthodes de couverture sur contrats à terme étranger; et ne prétend pas être exact et exhaustif. Ce document ne peut

Plus en détail

Contrats à terme sur actions Manuel de référence

Contrats à terme sur actions Manuel de référence Contrats à terme sur actions Manuel de référence Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS

LA BALANCE DES PAIEMENTS LA BALANCE DES PAIEMENTS Définition : Document statistique qui enregistre toutes les transactions économiques effectuées pendant une période donnée entre les résidents d un pays (région, union) et le reste

Plus en détail

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan hapitre 14 ours à terme et futures Plan Différences entre contrat à terme et contrat de future Fonction économique des marchés de futures Rôle des spéculateurs Futures de matières premières Relation entre

Plus en détail

Macroéconomie chapitre IV : L'économie ouverte, le marché des changes Le modèle Mundell-Fleming, Changes Flexibles

Macroéconomie chapitre IV : L'économie ouverte, le marché des changes Le modèle Mundell-Fleming, Changes Flexibles Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la Décision 2ème année de DEUG MASS Macroéconomie, Cours de C. Hurlin Année 2001/2002 Macroéconomie chapitre IV : L'économie ouverte, le marché des changes

Plus en détail

Vers quel système monétaire international?

Vers quel système monétaire international? Colloque International de la Banque de France Paris, le 4 mars 2011 Jacques de Larosière Vers quel système monétaire international? J axerai mes propos sur trois thèmes : 1. Quelles ont été - historiquement

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix ING Turbos Produit présentant un risque de perte en capital et à effet de levier. Les Turbos sont émis par ING Bank N.V. et sont soumis au risque de défaut de l émetteur. ING Turbos ING a lancé les Turbos

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Mise à jour économique 01 Décembre 2009

Mise à jour économique 01 Décembre 2009 Mise à jour économique 01 Décembre 2009 USD Index, Un scénario en 2 phases À la crise économique De la crise financière La somme de deux crises = 0» Depuis le début de la crise jusqu à aujourd hui, l USD

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

Problèmes de crédit et coûts de financement

Problèmes de crédit et coûts de financement Chapitre 9 Problèmes de crédit et coûts de financement Ce chapitre aborde un ensemble de préoccupations devenues essentielles sur les marchés dedérivésdecréditdepuislacriseducréditde2007.lapremièredecespréoccupations

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

Valorisation d es des options Novembre 2007

Valorisation d es des options Novembre 2007 Valorisation des options Novembre 2007 Plan Rappels Relations de prix Le modèle binomial Le modèle de Black-Scholes Les grecques Page 2 Rappels (1) Définition Une option est un contrat financier qui confère

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers

I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers 1. Risque de liquidité Le risque de liquidité est le risque de ne pas pouvoir acheter ou vendre son actif rapidement. La liquidité

Plus en détail

La gestion des risques de change et de taux d intérêt dans votre entreprise

La gestion des risques de change et de taux d intérêt dans votre entreprise La gestion des risques de change et de taux d intérêt dans votre entreprise La gestion des risques de change et de taux d intérêt dans votre entreprise TABLE DES MATIERES RISQUE DE CHANGE COMMENT LES

Plus en détail

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur Chapitre 11, assurance et diversification Réponses aux Questions et problèmes 1. Transactions de 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500 62 500 payés à 0 62 500 payés

Plus en détail