Gestion économique du produit agricole, dossier 3, Arnaud Diemer, IHEDREA, MCF Clermont-Ferrand LES MARCHES A TERME

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion économique du produit agricole, dossier 3, Arnaud Diemer, IHEDREA, MCF Clermont-Ferrand LES MARCHES A TERME"

Transcription

1 LES MARCHES A TERME Institut des Hautes Etudes en Droit Rural et Economie Agricole 1

2 PLAN I ) CARACTERISTIQUES DES MARCHES A ) Objectifs B ) Fonctions C ) Conditions d existence D ) Types d intervention II ) LE PRINCIPE DE LA BASE A ) La base B ) Les relations entre cours au comptant et cours à terme C ) Méthodologie de la couverture 2

3 La réforme de la PAC en 1992, l agenda 2000 et les cycles de négociation OMC (accord de Seattle) dessinent les contours d une agriculture plus libérale où le risque de prix devient une variable importante. Les marchés à terme ont montré, dans ce cadre, leur utilité : ce sont non seulement des outils de couverture fiables et sécurisés mais également des vecteurs de transparence et de fluidité pour les marchés physiques. I. Caractéristiques des marchés à terme Le marché à terme définit un prix d'échange pour un produit donné et pour une date future. Ce prix formé par la libre confrontation de l'offre et la demande, sert de signal pour de nombreuses décisions économiques telles que la mise en production, le stockage ou la transformation. L'ensemble des transactions à terme s'effectuent sur des bourses de commerce. A. Objectifs La mise en place d un marché à terme répond généralement à deux objectifs : 1 Rassembler en un seul lieu les acheteurs et les vendeurs afin d organiser la confrontation de l offre et la demande (unicité des prix à un instant donné, standardisation des contrats) ; 2 Etablir et faire respecter les règles qui assurent que la négociation prend place dans un environnement ouvert et compétitif. Tout agent est capable de prendre une position sur le marché, qu'il soit acheteur ou vendeur. La négociation porte sur des échanges futurs de produits dont le prix fluctue sur le temps. B. Fonctions Le marché à terme a principalement trois fonctions : - Le transfert de risque : le marché à terme permet la couverture des risques de prix existant sur le marché au comptant. La couverture consiste à prendre une position inverse et équivalente à celle du marché au comptant. La justification économique de ce transfert de risque apparaît dans l évolution des cours au comptant et des cours à terme (voir le principe de la base). - La découverte du prix unique : le marché à terme est un marché centralisé permettant la confrontation générale de l offre et de la demande (prix unique à un instant donné). Ce prix synthétise l ensemble des intérêts des opérateurs (acheteurs et vendeurs), il reflète un consensus des opérateurs sur la valeur future du produit => Prix de référence. - Le marché de dernier recours ( donc à priori le moins rentable en temps normal mais le moins cher en cas de blocage du marché physique) tant pour les acheteurs que pour les vendeurs. Ainsi un acheteur de produits physiques ne trouvant pas de produits pour satisfaire ses besoins, peut acheter un contrat à terme pour en prendre livraison à l échéance. La réciproque est vraie pour un vendeur de produits physiques. C. Conditions d existence L existence d un marché à terme est généralement conditionné par 5 facteurs : la volatilité des prix ; la taille du marché ; le besoin de couverture par tous les opérateurs d une filière (produteur jusqu au négociant) ; la réunion d une communauté de courtiers à même d exécuter les ordres de clients finaux ; et la maturité du marché (seul moyen de lancer de nouveaux contrats). L'organisation et le fonctionnement du marché à terme peuvent être décrits à partir des quatre éléments suivants : la place de transaction, l'objet de la transaction (contrat), les opérateurs et le système d'échange. 3

4 D. Interventions sur le marché à terme Il existe trois types d interventions sur un marché à terme : - L arbitrage est une opération sans risque et en principe sans investissement initial visant à tirer profit de décalages anormaux de cours entre différents instruments. L arbitragiste cherchera à profiter d une inefficience du marché entre des produits symétriques ou relevant de marchés différents ou encore entre le marché à terme et le marché au comptant. - La spéculation peut se concevoir à la hausse ou à la baisse. La spéculation à la hausse consiste à acheter un bien dont la valeur doit s apprécier dans le temps. L opérateur espère réaliser un profit en revendant le bien à un prix supérieur au prix d achat. La spéculation à la baisse consiste, à l inverse, à vendre un bien s il doit se déprécier. L opérateur espère alors réaliser un profit en rachetant le bien à un prix inférieur à son prix de vente. - La couverture : c est la principale opération réalisée sur le marché à terme. L opérateur cherche à réduire son exposition au risque de variation de prix. L approche élémentaire présente le Hedge (couverture sur le marché à terme) comme une prise de position égale et opposée à la position sur le marché physique. Egale signifie de même taille et opposée correspond à la prise de position inverse, long en physique et court à terme par exemple. Un opérateur est long lorsqu il détient un produit physique ou des contrats d achat à prix déterminé. Etre long correspond à un risque spéculatif de baisse des prix. Un agriculteur qui sème du blé est long sur le marché du blé. Même s il ne dispose pas encore physiquement de son blé, sa production est en cours, il craint une baisse des prix et par voie de conséquence une diminution de ses revenus. Un opérateur est court lorsqu il développe un risque spéculatif de hausse des prix. C est le cas d un acheteur de sucre pour une industrie de confiserie. Cet opérateur connaît ses besoins mensuels de sucre, il craint une hausse des prix qui viendrait augmenter la valeur de ses achats. Sur le marché à terme, l opérateur qui achète un contrat est long. Il est gagnant si le prix monte mais il est perdant si le prix baisse. La situation de l opérateur court est symétrique. Tableau 1 : Marché à terme et gestion des risques Opérateur Agriculteur Céréalier Eleveur Engraisseur Coopérative de collecte Date de début de prise de risque Décision d emblavement (position longue) Décision de se lancer dans l engraissement d un lot d animaux Apports des adhérents et paiement au prix moyen (position longue) Conditions particulières créant le risque Les charges fixes et variables doivent être couvertes et une rémunération du travail doit être assurée. Le prix de vente des animaux doit couvrir les coûts de production Pas de risque immédiat. Mais les adhérents peuvent se détourner de la coopérative dans l avenir si le prix final obtenu n est Type de risques Prix obtenu lors de la récolte inférieur au prix anticipé lors de la décision d emblavement. Baisse du prix des animaux finis Diminution dans l avenir de apports à la coopérative si le prix de vente est trop faible Date de fin de prise de risque sans marché à terme Vente de céréales (ou connaissance du prix offert par l organisme de stockage ou la coopérative). Vente totale du lot d animaux finis Vente de céréales collectées Couverture de risque sur le marché à terme Vente de contrats Vente de contrats Vente de contrats 4

5 Négociant Utilisateur industriel Vente de produits agricoles livrables et payables en différé (position courte) Position courte pas satisfaisant. D où risques de non couverture des frais fixes Le prix d achat des produits agricoles doit être inférieur au prix de vente négocié Concurrence vive sur le marché aval. Substitution possible avec d autres produits Prix d achat supérieur au prix de vente diminué des coûts de gestion Coûts d achats en matières premières trop élevés par rapport au prix du produit fini Achat des produits agricoles à livrer Achat des matières premières et/ou modification du prix sur le marché aval Achats de contrats Achats de contrats. D une façon générale, les longs gagnent à la hausse tandis que les courts gagnent à la baisse. L argent gagné par les uns est perdu par les autres. Hors coûts de transactions, le marché à terme est un jeu à somme nulle avec transfert quotidien des perdants vers les gagnants. L organisation du transfert d argent est une des principales fonctions de la Chambre de Compensation II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas exactement de la même façon, ces deux cours ont tendance à bouger de concert. Le cours à terme dépend en effet étroitement du cours au comptant, puisqu un contrat à terme peut toujours faire l objet d une livraison à l échéance. Le cours à terme théorique équivaut au cours au comptant augmenté ou diminué du prix du temps, appelé coût de portage. Cours Fig 1 : Cours à terme et cours au comptant Cours à terme BASE Livraison Cours au comptant Echéan Le coût de portage représente le coût du financement de l achat de l actif et de son stockage jusqu à l échéance, date à laquelle le bien est livré dans le cadre du contrat à terme. Plus l échéance du contrat à terme se rapproche, plus le coût de portage est faible. Au fur et à mesure que se rapproche le mois de livraison, les anticipations reflétées dans le cours du terme deviennent les mêmes que celles du marché au comptant. Par conséquent, le cours du contrat à terme approchant 5

6 de l échéance, converge vers le cours de l actif sous-jacent sur le marché comptant. Une différence anormale entre les deux cours inciterait les utilisateurs des marchés à terme détenant des positions ouvertes à livrer ou à prendre livraison suivant le sens de l écart. Elle inciterait ceux qui interviennent sur les deux marchés à acheter à bas prix et à vendre sur celui sur lequel le cours est élevé, à condition que l écart soit suffisamment grand pour compenser le coût de la livraison sur le marché à terme. Ces arbitrages induiront une hausse du cours du marché à bas prix et une baisse du cours du marché à prix élevé, ce qui ramènera les cours à une situation initiale. A. La base Le terme de base est utilisé pour désigner la différence entre le cours à terme et le cours au comptant sur le même actif. La base est généralement définie comme le cours du contrat à terme sur l échéance la plus proche moins le cours au comptant du produit de la qualité spécifiée dans le contrat à terme, la qualité de base. Toutefois, la base est parfois définie comme étant le cours au comptant moins le cours à terme. 1. Les composantes de la base Pour les actifs physiques 1, la base comprend trois composantes : - le temps intègre les anticipations des opérateurs quant à l évolution des cours. Il comporte notamment le coût de portage (coût d achat du bien au comptant et de sa revente à terme), qui est essentiellement composé du coût de stockage, de la prime d assurance et du coût du financement. - la distance : à tout moment, le cours au comptant d une marchandise en un point donné est différent de celui qui prévaut à l endroit de la livraison sur le marché à terme. Cette différence reflète le coût de transport d un produit de son lieu de production à sa zone de consommation, et les équilibres entre offre et demande aux deux endroits. - la qualité : des qualités de bien différentes de la qualité de référence peuvent le plus souvent être livrées, suivant un système de primes et de décote, et ce afin d élargir le marché. Fig 2 : Caractéristiques de la base Date de livraison Lieu de Echéance Zone de livraison agrée Temps Espace Qualité Qualité standard Qualité Prix au comptant Prix à terme Base 1 Pour les actifs financiers, la définition de la base est la même que pour les actifs physiques, mais sa valeur dépendra uniquement de la composante temps, c est à dire des anticipations des intervenants sur le marché, et du coût de portage. Le coût de portage d un actif financier équivaut à son coût net de financement, c est à dire à la charge d intérêt entraînée par l achat d un titre, moins le revenu généré par le titre (coupon ou dividende). 6

7 Ainsi la base reflète ce que vaut le produit sur le marché local en relation avec le marché à terme. La valeur de la base est fonction de la valeur du stockage sur le marché local (en relation avec celui du marché à terme) ; de la valeur du transport entre le marché de consommation et les zones de surplus, et entre ce marché et les points de livraison définit dans le contrat à terme ; de la valeur de la qualité du produit offert (en relation avec celle définie dans le contrat standard) ; et des conditions d offre et de demande sur le marché local (en relation avec celles qui prévalent sur le MAT, influence des produits substituables). 2. Evolution de la base La valeur de la base évolue avec le temps pour plusieurs raisons : - Le comptant et le terme forment deux marchés séparés. Les possibilités qu offre le marché comptant de traduire les besoins à long terme des opérateurs en transactions immédiates sont limitées, surtout en regard de celles du marché à terme. Le cercle des participants au marché à terme est plus large que celui du comptant, car les objectifs des intervenants ne sont pas les mêmes sur les deux marchés. Comme les marchés au comptant et à terme ne répondent pas aux mêmes attentes, leurs variations ne sont pas identiques et la différence entre les deux cours la base subit des changements dans le temps. - Le coût de portage varie. Le coût de portage, reflété dans le cours à terme, est sensible aux fluctuations du taux d intérêt. Il dépend aussi du cours au comptant du produit, de la capacité de stockage disponible, et de la durée restant à courir jusqu à l échéance. - La composante distance de la base intervient également. Les prix des services de transport ne sont pas constants et peuvent être négociés. Les moyens de transport disponibles, les conditions météorologiques et les conflits sociaux peuvent influencer le coût de transport. Les conditions d offre et de demande de chaque marché local sont sujettes à variation. Ainsi, un déséquilibre entre l offre et la demande peut se produire dans une zone et ne pas affecter l endroit où se font les livraisons sur le marché à terme, provoquant un changement de la base locale 2. B. Les relations entre cours au comptant et cours à terme En théorie, le cours à terme doit être égal au comptant augmenté du coût de portage. La différence entre les différents cours à terme doit aussi être égale au coût de portage d une échéance sur l autre. En réalité, l écart entre les échéances varie considérablement et dépend de la situation de l offre et de la relation comptant/terme. C est pourquoi les coûts de portage calculés à partir des différences entre les contrats ne fournissent qu une indication sur une situation qui prévaut sur le marché à un instant donné et sont fonction des anticipations des opérateurs pour les mois à venir. 1. Marché en report et marché en déport Lorsque l offre est suffisante pour couvrir la demande sur un produit, les cours à terme sur les échéances lointaines sont plus élevées que ceux sur les échéances proches. Cette situation est celle d un marché normal ou report (un marché est en report si le cours au comptant est inférieur au cours à terme). La différence entre deux cours correspondant à deux dates de livraison (de même qu entre le cours au comptant et un cours à terme) reflète normalement le coût de portage. La différence entre deux cours à terme ne peut, excepté dans le cas de denrées périssables, 2 Cordier (1984) rappelle que la base est essentiellement une notion locale. En chaque point du marché, il existe une base particulière qui tient compte du prix du stockage mais aussi des coûts de transport, pour aller livrer ou chercher des produits au silo agréé par la Chambre de Compensation du marché à terme. 7

8 normalement pas dépasser le coût de portage d un montant substantiel. Si la différence de cours était très supérieure au cours de portage, de nombreux opérateurs achèteraient le contrat à terme le plus proche et vendraient simultanément le contrat à terme le plus éloigné. Ils prendraient ensuite livraison du contrat proche, porteraient le bien jusqu à l échéance éloignée et livreraient alors le bien en dégageant un profit. Cours Comptant Dec Fig 3 : Marché en report Mar Mai Juil Sept Echéance Lorsque l offre est insuffisante pour couvrir la demande de livraison immédiate, le cours au comptant peut être supérieur au terme le plus proche, et si on anticipe une poursuite de la pénurie, le cours à terme proche peut dépasser le cours à terme éloigné. Cette situation est celle d un marché inversé ou en déport. Cours Comptant Dec Fig 4 : Marché en déport Mar Mai Juil Sept Echéance Sur un marché normal, la différence entre le cours à terme et le cours au comptant (ou entre deux cours à terme) ne peut pas être largement supérieure au coût de portage. Mais sur un marché inversé, il n y a pas de méthode de calcul de la prime au comptant par rapport au terme ou entre deux échéances. L offre disponible va aux acheteurs qui acceptent de payer plus cher une livraison immédiate. 2. Le risque de base La couverture classique n élimine pas le risque de façon aussi radicale qu on pourrait le penser, elle ne fait que le réduire. Le bénéfice majeur d une couverture à terme est de remplacer le risque de fluctuation des cours par un risque beaucoup plus faible de changement de la relation entre le cours à terme et le cours au comptant, appelé risque de base. Dans la réalité, la base reste rarement constante pendant la durée de la couverture. Bien que les deux cours tendent à bouger de concert, les mouvements peuvent être plus ou moins violents sur un marché ou sur l autre. 8

9 Un opérateur qui fait une couverture courte fera un profit si la base diminue entre le début et la fin de la couverture. Dans le cas contraire, il subira une perte. A l inverse, celui qui fait une couverture longue fera un gain si la base augmente, et une perte si elle diminue. Variation de la base Résultat Couverture courte Couverture longue Hausse Perte Gain Baisse Gain Perte C. Applications 1. Cas n 1 : arbitrage entre marché physique et marché à terme Soit un négociant qui s est engagé, le 15 janvier de l année N, à acheter à prix ferme 50 tonnes de blé au prix de 152 /t. Ce négociant est en position longue : il ignore en effet ce que sera le prix qu il obtiendra lorsqu il vendra une marchandises dont il n a pas personnellement l usage. Le même jour, ce négociant prend position sur le marché à terme, il vend un contrat de 50 tonnes de blé échéance mars. L échéance mars côte alors 150 /t. Le 12 février, soit quelques semaines plus tard, il trouve une contrepartie vendeur, c est-à-dire un client intéressé pour les 50 tonnes de blé que le négociant détient. La vente est négociée à 147 /t. Le même jour, le négociant rachète sa position sur le marché à terme à 140 /t Date Marché physique Marché à terme 15 janvier Achat à prix ferme de 50 t de blé à 152 /t (soit 7600 ) 15 février Vente des 50 tonnes de blé à 147 /t (soit 7350 ) Vente d un contrat de 50 t de blé échéance mars à 150 /t (soit 7500 ) Achat d un contrat de 50 t de blé échéance mars à 140 /t (soit 7000 ) Résultat Perte sur le physique de 250 Gain sur le terme de 500 Soit un gain de 250 Sans couverture, ce négociant aurait perdu 5 /t, soit 250 /t. Grâce à la couverture, le gain sur le marché à terme (10 /t, soit 500 ) a fait plus que compenser cette perte et le résultat net est un gain de 5 /t duquel il faut déduire les frais d accès du marché à terme (commissions, financement du dépôt). Ces 250 de gain net couvrent aussi les frais de stockage entre le 15 janvier et le 15 février. L objet de la couverture, qui n est pas de gagner de l argent mais de ne pas en perdre, est ainsi atteint. Du fait que les prix du physique et les prix des contrats à terme évoluent de manière sensiblement parallèle, il suffit pour se couvrir, de prendre sur le marché à terme une position inverse de celle qui est tenue sur le marché des produits physiques. Dans la majorité des cas, la protection ainsi obtenue n est cependant pas parfaite : cours à terme et prix au comptant peuvent diverger. Notons cependant qu elle fonctionne dans les deux sens. Pour reprendre notre exemple, si au lieu de baisser entre le 15 janvier et le 15 février, les prix avaient enregistré une hausse, le négociant aurait réalisé un gain sur le marché du physique mais il aurait perdu sur le marché des contrats. L opération de couverture limite les pertes, elle prive aussi l opérateur de tout gain potentiel. 9

10 Cas n 2 : opération de couverture Hypothèses de travail : - contrats de 50 tonnes - le producteur commercialise sa récolte au prix ferme - la couverture est parfaite Un agriculteur sème du colza sur 100 hectares en septembre Son rendement prévisionnel est de 40 q/ha, par conséquent, il peut penser récolter q en juillet A la même date, le prix à terme sur l échéance Août 2003, est de 230 /t (FOB Moselle). En tenant compte tenu de la parité de transport entre sa zone géographique et la zone de livraison du contrat d une part (3.17 /t), et la marge de l Organisme stockeur d autre part (11.83 /t), l agriculteur peut espérer calculer un prix Départ ferme qui sera son prix objectif. Dès lors, deux possibilités s offrent au producteur : Soit le producteur estime que ce prix actuel se situe à un niveau élevé, par conséquent, son risque est de voir baisser les cours, auquel cas, il va se couvrir sur le marché à terme. Soit il estime que le prix ne peut que monter ou rester à ce niveau, auquel cas, son risque est nul. Il adopte alors un comportement spéculatif et n intervient pas sur le marché à terme. Afin de bénéficier du niveau de prix actuel pour août 2003, le producteur vend à terme un nombre de contrats équivalent à la quantité qu il pense récolter. En Juillet 2003, le producteur récoltera son colza et le livrera à son organisme stockeur. Au même moment, il achètera sur l échéance Août 2003, le même nombre de contrats qu il a vendus précédemment. BILAN DES OPERATIONS - Dans le cas d une baisse des cours (bonne anticipation du producteur) Septembre 2002 Marché physique Prix objectif : 215 /t Marché à terme Vente de 8 contrats : 230 /t Juillet 2003 Vente à l OS : 200 /t Achats de 8 contrats : 215 /t Solde des opérations Prix final obtenu par l agriculteur : 215 /t - Dans le cas d une hausse des cours (mauvaise anticipation du producteur) Septembre 2002 Marché physique Prix objectif : 215 /t Marché à terme Vente de 8 contrats : 230 /t Juillet 2003 Vente à l OS : 220 /t Achats de 8 contrats : 235 /t Solde des opérations Prix final obtenu par l agriculteur : 215 /t 10

11 Cas n 3 : opération de couverture Un agriculteur sème du blé sur 50 hectares en octobre. Son rendement prévisionnel est de 60 q/ha par conséquent il pense récolter 300 tonnes en juillet prochain. En consultant les cours sur le marché à terme à la même date, le producteur constate que le prix à terme échéance septembre de l année suivante est de 140 Eur/t. Ce niveau de prix lui garantit un revenu à l hectare acceptable et comme il redoute une baisse des cours d ici la récolte, il souhaite bénéficier de ce niveau de prix en vendant dès aujourd hui une partie de sa production (100 t) à un OS pour livraison 2 ème quinzaine de juillet. Le prix à terme sert de référence à l OS pour définir un prix d achat au producteur. Compte tenu de la parité de transport entre sa zone géographique (de production) et la zone de livraison du contrat ; de la valeur de stockage de juillet à septembre et de la marge de l OS, ce dernier propose un prix de 124 Eur/t, livraison juillet. Etant donné que l OS s est engagé sur un prix, à présent c est lui qui supporte le risque de baisse des cours, afin de se couvrir, il va vendre deux contrats (100 tonnes) sur le marché à terme (échéance septembre) En mai, l OS vend 100 tonnes de blé à un meunier, livraison juillet. Au même moment, l OS achète 2 contrats sur l échéance septembre pour déboucler sa position. Hypothèses de travail : Contrats de 50 t, le producteur commercialise sa production au prix ferme, la couverture est parfaite - Cas de baisse des cours BILAN DES OPERATIONS Octobre Mai DATE Marché physique Marché à terme Achat de 100 t Vente de 2 contrats Livraison en juillet Echéance septembre 124 eur/t 140 eur/t Vente de 100 t Livraison en juillet 121 eur/t Achat de 2 contrats Echéance Septembre 124 Eur/t Solde Cas de hausse des cours Octobre Mai DATE Marché physique Marché à terme Achat de 100 t Vente de 2 contrats Livraison en juillet Echéance septembre 124 eur/t 140 eur/t Vente de 100 t Livraison en juillet 143 eur/t Achat de 2 contrats Echéance Septembre 146 Eur/t Solde Dans les 2 cas, l OS paiera 124 eur/t au producteur lors de la livraison, tout en préservant sa marge de 13 eur/t. 11

12 Cas n 4 : risque de base Supposons qu un meunier, prévoît un achat de 500 tonnes de blé dans les 6 mois. Il prend le cours comptant actuel comme prix de revient dans son budget. Il va effectuer une couverture longue sur le marché à terme pour se protéger contre une hausse du cours. Date Comptant Terme Base 1 er juin Cours 115 /t Achats à 118 /t 3 /t 1 er novembre Achats à 120 /t Ventes à 121 /t 1 /t Résultat Perte de 5 /t Gain de 3 /t - 2 /t Cours en Euro Cours au comptant 115 /t Base : 3 /t Base : 1 /t Achats de 500 t de blé novembre à 120 /t Achats de 10 contrats à terme (50 t) de blé novembre à 118 /t Vente de 10 contrats blé novembre à 121 /t Echéance 1 er juin 1 er novembre Le meunier a fait une perte de 2 /t provenant de la variation de la base, qui est cependant inférieure aux 5 /t qu il aurait perdu s il ne s était pas couvert. Trois remarques méritent d être signalées : - Le risque de base est augmenté par le fait que les opérateurs ont généralement besoin de lever leur couverture à un moment qui ne correspond pas à une date d échéance du contrat à terme. Ils sortent alors de leur position à terme sans attendre l échéance du contrat. Mais si la base doit converger à l échéance, elle peut fluctuer lorsque le contrat à terme est encore loin de son échéance, ce qui augmente le risque pour l opérateur qui se couvre. - La taille indivisible et fixe des contrats à terme (blé : 50 t), source de nombreux avantages, rend quasiment inaccessible la couverture parfaite. Comme la plupart des opérations traitées au comptant ne correspondent pas à la quantité exacte qui est spécifiée dans un contrat à terme, l opérateur sur le marché à terme devra soit sur-couvrir, soit sous-couvrir sa position. Même si les deux cours évoluent parallèlement, le résultat global ne sera donc pas nul. Si l opérateur conclut une opération sur le marché physique d un montant de 120 tonnes, il doit en théorie détenir des positions au comptant et à terme de montant équivalent. Mais il est obligé de vendre soit 2 contrats marchandises car tous les contrats marchandises sont standardisés à 50 t (soit 100t) auquel cas il sous-couvre sa position au comptant, soit 3 contrats (soit 150 t), auquel cas il sur-couvre sa position. - Enfin, une modification de la qualité des actifs (pour les matières premières, il existe de multiples grades et qualités) peut entraîner des divergences au niveau de l évolution normal du différentiel de prix (cours comptant et cours à terme). Dans ce cas, la couverture ne sera pas parfaite. 12

13 Cas n 5 : position sur un marché à terme Le 12 mai, un groupement de producteurs vous appelle afin de vous vendre 730 tonnes de blé, livraison fin juillet. L échéance septembre cote 113 EUR/t. Quel prix proposez-vous au groupement? Que faites-vous sur le marché à terme? Le 4 juin, un autre producteur vous demande un prix dès aujourd hui pour 140 tonnes blé qu il pourrait vous livrer au début du mois d août. L échéance septembre cote 112,25 EUR/t. Quel prix proposez-vous au producteur? Que faites-vous sur le marché à terme? Le 29 juin, vous vendez 870 tonnes de blé à un fabricant d aliments de bétail, livraison deuxième quinzaine d août. L échéance septembre cote 115,5 EUR /t. Etablissez le bilan de votre opération de couverture. Hypothèses de travail - La parité de transport entre votre zone géographique et la zone de livraison agrée par la chambre de compensation est nulle - La valeur de stockage est égale à 1 EUR/tonne et par mois - La valeur de service est égale à 15 EUR/tonne - Vous anticipez une hausse du prix du blé - Le blé est acheté au producteur au prix ferme et tous les paiements sont comptants BILAN DES OPERATIONS DATE MARCHE PHYSIQUE MARCHE A TERME BASE 12/5 Achat de 730 t à 96,5 /t Vente de 15 contrats Sept 113 1,5 /t 4/6 Achat de 140 t à 96,25 /t Vente de 2 contrats Sept 112,25 1 /t 29/6 Vente de 870 t à 115 /t Achat de 17 contrats Sept 115,5 0,5 /t BILAN Résultat final : = au lieu de prévus. Différence : 880 (sur couverture 20 tonnes du 12/5 au 4/6 : 12 ; sous couverture 20 tonnes du 4/6 au 29/6 : 65 - différence de base sur 730 tonnes : différence de base sur 140 tonnes : 70 ) Bibliographie Cordier J. (1984) Les marchés à terme Que sais-je? n 2164, 2 nd ed (1992). Hersent C., Simon Y. (1989) Les marchés à terme et options dans le monde Dalloz Leuthold R., Junkus J., Cordier J. (1991) The Theory and Practice of Futures Markets, Lexington Books. Parisbourse SA (1999), Les marches à terme. 13

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

II. LES MARCHES AGRICOLES ET LE RISQUE DE PRIX

II. LES MARCHES AGRICOLES ET LE RISQUE DE PRIX II. LES MARCHES AGRICOLES ET LE RISQUE DE PRIX Les marchés agricoles sont de plus en plus soumis à une volatilité des prix remettant en cause le revenu des agriculteurs. Les marchés à terme sont présentés

Plus en détail

Chapitre 5 : produits dérivés

Chapitre 5 : produits dérivés Chapitre 5 : produits dérivés 11.11.2015 Plan du cours Options définition profil de gain à l échéance d une option déterminants du prix d une option Contrats à terme définition utilisation Bibliographie:

Plus en détail

B. Typologie des marchés Les marchés sont généralement regroupés en 3 familles : les marchés au comptant, les forward marchés (marchés à livraison

B. Typologie des marchés Les marchés sont généralement regroupés en 3 familles : les marchés au comptant, les forward marchés (marchés à livraison B. Typologie des marchés Les marchés sont généralement regroupés en 3 familles : les marchés au comptant, les forward marchés (marchés à livraison différée) et les marchés à terme. Il faut cependant ajouter

Plus en détail

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan hapitre 14 ours à terme et futures Plan Différences entre contrat à terme et contrat de future Fonction économique des marchés de futures Rôle des spéculateurs Futures de matières premières Relation entre

Plus en détail

LES MARCHES CARACTERISES PAR LA VOLATILITE DES PRIX

LES MARCHES CARACTERISES PAR LA VOLATILITE DES PRIX DECOUVRIR le marché à terme céréales et oléagineux LA SECURISATION DES PRIX est un enjeu fort. Pourquoi? La décision de produire ne peut aujourd hui être indépendante de la capacité de vendre. Les produits

Plus en détail

GESTION DES RISQUES FINANCIERS 4 ème année ESCE Exercices / Chapitre 3

GESTION DES RISQUES FINANCIERS 4 ème année ESCE Exercices / Chapitre 3 GESTION DES RISQUES FINANCIERS 4 ème année ESCE Exercices / Chapitre 3 1) Couvertures parfaites A) Le 14 octobre de l année N une entreprise sait qu elle devra acheter 1000 onces d or en avril de l année

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300!

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! TURBOS Jour TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRéSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

4. Les options Une option donne à son propriétaire le droit d acheter ou de vendre un contrat à terme à un prix et une échéance prédéterminés.

4. Les options Une option donne à son propriétaire le droit d acheter ou de vendre un contrat à terme à un prix et une échéance prédéterminés. 4. Les options Une option donne à son propriétaire le droit d acheter ou de vendre un contrat à terme à un prix et une échéance prédéterminés. C est un droit et non une obligation. L acheteur d une option

Plus en détail

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur Chapitre 11, assurance et diversification Réponses aux Questions et problèmes 1. Transactions de 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500 62 500 payés à 0 62 500 payés

Plus en détail

CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES

CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES Marché des changes : techniques financières David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2013-2014 Université Paris 8 Table des matières

Plus en détail

Les options classiques

Les options classiques Les options classiques des options sur contrat : 1) Spéculation : Les options sur contrat est un remarquable instrument de spéculation permettant de spéculer sur la hausse ou la baisse du prix du contrat

Plus en détail

AVERTISSEMENT SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME CLIENTS NON PROFESSIONNELS

AVERTISSEMENT SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME CLIENTS NON PROFESSIONNELS Avant d utiliser un contrat à terme (produits dérivés, contrat à terme ferme ou contrat d option) le client (l investisseur) doit apprécier les risques liés a l utilisation de contrats à terme. Il doit

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les positions vendeuses sur les options, ou vente d options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document

Plus en détail

Fahmi Ben Abdelkader ESCP, Paris 9/14/2014 8:20 PM 2

Fahmi Ben Abdelkader ESCP, Paris 9/14/2014 8:20 PM 2 Fondements de Finance Chapitre 13. Introduction aux Forwards et au Futures Le risque de prix et des les futures Fahmi Ben Abdelkader ESCP, Paris 9/14/2014 8:20 PM 2 Le risque de prix et des les futures

Plus en détail

Dérivés Financiers Caractéristiques des contrats d options

Dérivés Financiers Caractéristiques des contrats d options Dérivés Financiers Caractéristiques des contrats d options Owen Williams Grenoble Ecole de Management Accréditations > 2 Introduction Une option donne au détenteur le droit de faire quelque chose dans

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

LE MARCHÉ AU CADRAN DU PORC PROPOSE UNE COUVERTURE DE MARGE AUX ÉLEVEURS PAR LA VENTE À LIVRAISON DIFFÉRÉE

LE MARCHÉ AU CADRAN DU PORC PROPOSE UNE COUVERTURE DE MARGE AUX ÉLEVEURS PAR LA VENTE À LIVRAISON DIFFÉRÉE 5 LE MARCHÉ AU CADRAN DU PORC PROPOSE UNE COUVERTURE DE MARGE AUX ÉLEVEURS PAR LA VENTE À LIVRAISON DIFFÉRÉE QUELQUES ÉLÉMENTS DE CONJONCTURE ESTIMATION DES PRIX MOYENS PAYÉS AUX ÉLEVEURS 2010 / 2011 Ce

Plus en détail

Dérivés Financiers Contrats à terme

Dérivés Financiers Contrats à terme Dérivés Financiers Contrats à terme Mécanique des marchés à terme 1) Supposons que vous prenez une position courte sur un contrat à terme, pour vendre de l argent en juillet à 10,20 par once, sur le New

Plus en détail

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Présenté par: Marylène Paquet Caisse Centrale Desjardins 418-634-5775 poste 235 Sophie Fortin, M.Sc., CA Samson Bélair/Deloitte

Plus en détail

Stratégie de vente d options d achat couvertes

Stratégie de vente d options d achat couvertes Stratégie de vente d options d achat couvertes La stratégie de vente d options d achat couvertes, également connue sous le nom de stratégie d achat-vente, est mise en œuvre par la vente d un contrat d

Plus en détail

DESS INGENIERIE FINANCIERE

DESS INGENIERIE FINANCIERE DESS INGENIERIE FINANCIERE Mercredi 27 mars 2005 Philippe TESTIER - CFCM Brest 1 SOMMAIRE Le Change au comptant (spot) ; Le Change à Terme (termes secs, swaps de change) ; Les Options de Change ; Les Options

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

Gestion des risques liés aux prix des produits de base au moyen d opérations de couverture et d options P. Chessman

Gestion des risques liés aux prix des produits de base au moyen d opérations de couverture et d options P. Chessman Gestion des risques liés aux prix des produits de base au moyen d opérations de couverture et d options P. Chessman COMMANDE N O 08-054 AGDEX 840 OCTOBRE 2008 (En remplacement de la fiche technique n o

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

Marchés à terme et marchés dérivés. Michel FERRET FranceAgriMer / MEP

Marchés à terme et marchés dérivés. Michel FERRET FranceAgriMer / MEP Marchés à terme et marchés dérivés Michel FERRET FranceAgriMer / MEP Partie I- Généralités Définitions Contexte général Evolutions Marchés dérivés : Définitions / Catégories (1) Ce sont tous les marchés

Plus en détail

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE 1 Section 1. Les instruments dérivés de change négociés sur le marché interbancaire Section 2. Les instruments dérivés de change négociés sur les marchés boursiers organisés

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeur Matière Session A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 Date: Lundi 12 septembre 2005 Nom et prénom:... Note:... Q1 :...

Plus en détail

Gestion de portefeu ille

Gestion de portefeu ille CYCLE SUPERIEUR AUDIT ET CONTRÔLE DE GESTIO Semestre : 8 Module : Gestion de portefeu ille Évaluation des actifs à revenu fixe I- Mesure du rendement des obligations II- Les risques de placement des titres

Plus en détail

Les stratégies d écarts sur options (suite)

Les stratégies d écarts sur options (suite) Mars 2012 Les stratégies d écarts sur options (suite) Les écarts sur options sont regroupés en deux catégories : les écarts verticaux et les écarts calendaires. Dans le premier bulletin 2012, nous avons

Plus en détail

THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE

THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE Les entreprises internationalisées comme les multinationales industrielles et commerciales se trouvent exposées au risque de fluctuations

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme Commentaires Michael Narayan L étude de Levin, Mc Manus et Watt est un intéressant exercice théorique qui vise à extraire l information contenue dans les prix des options sur contrats à terme sur le dollar

Plus en détail

Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser

Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser MICHEL MORIN, AGR. AGROÉCONOMISTE (CDPQ) COLLABORATEURS: STÉPHANE D AMATO, AGR., AXIS AGRICULTURE JEAN-DENIS LABRECQUE, CTA 2003 RÉJEAN LEBLANC,

Plus en détail

LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1

LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Couverture : Protéger des créances ou des dettes (commerciales ou financières) contre le risque de variation

Plus en détail

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Owen Williams Grenoble Ecole de Management > 2 Définitions : options sur actions Option : un contrat négociable donnant le droit d acheter ou vendre

Plus en détail

TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL. TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300!

TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL. TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300! TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300! Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente

Plus en détail

II. CARACTERISTIQUES DES MARCHES A TERME

II. CARACTERISTIQUES DES MARCHES A TERME II. CARACTERISTIQUES DES MARCHES A TERME Le marché à terme définit un prix d'échange pour un produit donné et pour une date future. Ce prix formé par la libre confrontation de l'offre et la demande, sert

Plus en détail

Chapitre 1 Les instruments fermes

Chapitre 1 Les instruments fermes UV2 LES INSTRUMENTS FINANCIERS Rappel de comptes : 52 Instrument financier 476 Ecart de conversion actif 477 Ecart de conversion passif 4786 Compensation des pertes latentes sur profits 8091/801 Engagements

Plus en détail

g e gamme 2 Les Turbos d investissements in mme d investissements intellig d i ti t i t lli t Que sont les Turbos?

g e gamme 2 Les Turbos d investissements in mme d investissements intellig d i ti t i t lli t Que sont les Turbos? Equity First une gamme d invest First une gamme d investisseme une gamme d investissements in ga d investissements intelligents Eq intelligents Equity First une gam Equity First une gamme d invest First

Plus en détail

OPTION NÉGOCIABLE. Définition. Facteurs influençant la valeur des options. Claire Peltier EDC 2008

OPTION NÉGOCIABLE. Définition. Facteurs influençant la valeur des options. Claire Peltier EDC 2008 OPTION NÉGOCIABLE Définition Une option d'achat - ou call - est un titre financier conditionnel qui donne le droit, mais non l'obligation, d'acheter un actif détermineé. appelé l'actif support (ou sous-jacent),

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

CARACTERISTIQUES ET EVALUATION DES CONTRATS D OPTION. Finance internationale, 9ème éd. Y. Simon & D. Lautier

CARACTERISTIQUES ET EVALUATION DES CONTRATS D OPTION. Finance internationale, 9ème éd. Y. Simon & D. Lautier CARACTERISTIQUES ET EVALUATION DES CONTRATS D OPTION 1 Section 1. La définition et les caractéristiques d une option Section 2. Les déterminants de la valeur d une option Section 3. Les quatre opérations

Plus en détail

Economie découverte. Plan thème 2. L emploi

Economie découverte. Plan thème 2. L emploi I. Chômage et marché du travail 1/ le schéma standard Economie découverte. Plan thème 2. L emploi - Définitions et graphiques : offre et demande de travail ; prix ou coût du travail. - Déterminants de

Plus en détail

3 L offre et la demande

3 L offre et la demande 3 L offre et la demande Principaux points du chapitre 3 LES EFFETS DE L OFFRE ET DE LA DEMANDE SUR LES PRIX LES MARCHÉS HORTICOLES FONCTIONNENT AVEC COMPLEXITÉ DES CHANGEMENTS ONT LIEU DANS LES ARRANGEMENTS

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires La Bourse Régionale des produits de base Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires 11 1 Sommaire Introduction générale...3 1- Choix de l'entrepôt...5 2- Dépôt de la marchandise...5

Plus en détail

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés par Newedge Group S.A. pour le compte d un client «le Client». Le Client est informé qu il existe

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

RISQUES Risque de change

RISQUES Risque de change Les devises sont désignées par une abréviation standardisée. Ce code ISO est constitué de 3 lettres dont les deux premières correspondent au pays et la troisième à la devise (CAD pour Dollar Canadien).

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires?

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Vue d ensemble Le marché des changes : comment ça fonctionne Mythes Études de cas Gestion

Plus en détail

L apport d une créance en présence d un passif net 1

L apport d une créance en présence d un passif net 1 L apport d une créance en présence d un passif net 1 Claude Janssens Expert-comptable, analyste financier et économiste d entreprises Comme dans le numéro 4/2007, nous allons vous présenter un exemple

Plus en détail

Volatilité des matières premières de l alimentation animale

Volatilité des matières premières de l alimentation animale Volatilité des matières premières de l alimentation animale Baptiste Lelyon Institut de l Elevage - Département Economie Février 2011 2007 2010 : Bis Repetita Une situation en apparence identique Une explosion

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

LE FOREX ou marché des changes

LE FOREX ou marché des changes LE FOREX ou marché des changes L essentiel sur $ Le risque est au bout du clic En partenariat avec Qu est-ce que c est? Le Forex est le marché des changes (FOReign EXchange en anglais, marché des devises).

Plus en détail

Comprendre les frais sur remboursement anticipé

Comprendre les frais sur remboursement anticipé Comprendre les frais sur remboursement anticipé Pour choisir un type d hypothèque, vous devez tenir compte de nombreux facteurs. Voulez-vous une hypothèque à court ou à long terme? À taux fixe ou variable?

Plus en détail

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE Avec le développement des produits dérivés, le marché des options de change exerce une influence croissante sur le marché du change au comptant. Cette étude,

Plus en détail

les Warrants mode d emploi Actions, indices, devises et taux d intérêt

les Warrants mode d emploi Actions, indices, devises et taux d intérêt Actions, indices, devises et taux d intérêt Les Warrants Société Générale sont des titres cotés en Bourse de Paris, souvent comparés à des bons de souscription d actions et négociables comme une simple

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Références IAS 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs IAS 21 Effets des variations

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

TP1 Méthodes de Monte Carlo et techniques de réduction de variance, application au pricing d options

TP1 Méthodes de Monte Carlo et techniques de réduction de variance, application au pricing d options Université de Lorraine Modélisation Stochastique Master 2 IMOI 2014-2015 TP1 Méthodes de Monte Carlo et techniques de réduction de variance, application au pricing d options 1 Les options Le but de ce

Plus en détail

Abstract. Ce document ne peut être analysé comme suffisant pour vous permettre de passer seul un ordre.

Abstract. Ce document ne peut être analysé comme suffisant pour vous permettre de passer seul un ordre. Abstract Ce document vous est proposé à titre d information sur la compréhension des méthodes de couverture sur contrats à terme étranger; et ne prétend pas être exact et exhaustif. Ce document ne peut

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION L évaluation d une obligation FICHE 2 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION Une obligation est un titre de créances négociables représentatif d une fraction d un emprunt émis par l État ou par une entreprise.

Plus en détail

Pratique des options Grecs et stratégies de trading. F. Wellers

Pratique des options Grecs et stratégies de trading. F. Wellers Pratique des options Grecs et stratégies de trading F. Wellers Plan de la conférence 0 Philosophie et structure du cours 1 Définitions des grecs 2 Propriétés des grecs 3 Qu est ce que la volatilité? 4

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

VOUS SOUHAITEZ maîtriser

VOUS SOUHAITEZ maîtriser Agriculteurs assurance préviris VOUS SOUHAITEZ maîtriser VOS risques de prix, VOTRE BANQUE a la solution pour accéder aux marchés à terme. Préviris Blé, orge, colza ou maïs Dans un contexte d instabilité

Plus en détail

Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules

Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules Travail de gestion des investissements internationaux Présenté Kodjovi Assoé Par Patrick Drouot Etienne Desmarais Jean-François

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE..

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE.. Jean-Marc BUYSSCHAERT Les journées de l économie et de la gestion MARCHES DES CAPITAUX ET INSTRUMENTS FINANCIERS LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE.. UN EXERCICE SOUVENT PERILLEUX Plan de l intervention La

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 12. Théorie des options I Daniel Andrei Semestre de printemps 211 Principes de Finance 12. Théorie des options I Printemps 211 1 / 43 Plan I Introduction II Comprendre les options

Plus en détail

PRODUITS DÉRIVÉS LES CONTRATS À TERME : MODE D EMPLOI

PRODUITS DÉRIVÉS LES CONTRATS À TERME : MODE D EMPLOI PRODUITS DÉRIVÉS LES CONTRATS À TERME : MODE D EMPLOI About NYSE Euronext NYSE Euronext (NYX) est l un des principaux opérateurs de marchés financiers et fournisseurs de technologies de négociation innovantes.

Plus en détail

Options, Futures, Parité call put

Options, Futures, Parité call put Département de Mathématiques TD Finance / Mathématiques Financières Options, Futures, Parité call put Exercice 1 Quelle est la différence entre (a) prendre une position longue sur un forward avec un prix

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ ANNEXE A LA NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT N 2002-09 du 12 DECEMBRE 2002 du CRC relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les

Plus en détail

Perspectives des FNB canadiens en 2014. Janvier 2014

Perspectives des FNB canadiens en 2014. Janvier 2014 Perspectives des FNB canadiens en 2014 Janvier 2014 Monthly Strategy Report October 2011 Perspectives des FNB canadiens de BMO Gestion mondiale d actifs en 2014 2 Encore une année exceptionnelle pour le

Plus en détail

CICA 2004 CHYPRE GESTION DU RISQUE DE MARCHE DES ENTREPRISES AGRICOLES

CICA 2004 CHYPRE GESTION DU RISQUE DE MARCHE DES ENTREPRISES AGRICOLES CICA 2004 CHYPRE GESTION DU RISQUE DE MARCHE DES ENTREPRISES AGRICOLES Contexte Européen Réforme de la PAC (Politique Agricole Commune) 1992 : Baisse des prix garantis ( 25 %), compensés par des aides

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie!

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie! LES TURBOS INFINIS Investir avec un levier adapté à votre stratégie! Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Émetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance

Plus en détail

Certificats TURBO. Bénéficiez d un effet de levier en investissant sur l indice CAC 40! Produits non garantis en capital.

Certificats TURBO. Bénéficiez d un effet de levier en investissant sur l indice CAC 40! Produits non garantis en capital. Certificats TURBO Bénéficiez d un effet de levier en investissant sur l indice CAC 40! Produits non garantis en capital. www.produitsdebourse.bnpparibas.com Les Certificats Turbo Le Certificat Turbo est

Plus en détail

Obligation : transfert dans le temps

Obligation : transfert dans le temps Obligation : transfert dans le temps Dans ce premier chapitre nous introduirons les principales notions concernant les obligations. Les principes élémentaires de la notion d arbitrage y sont décrits. Une

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

1. La prise en compte des coûts

1. La prise en compte des coûts Terminale STG Mercatique Chapitre 3 : Construire l'offre Séquence 4. La fixation du prix - Les facteurs explicatifs d'un prix Le prix est une variable mercatique déterminante. Il est la base des revenus

Plus en détail

Manuel Ordres Avancés

Manuel Ordres Avancés Manuel Ordres Avancés Version 01/10/2013 BinckBank pourra modifier ce guide pratique à tout instant. BinckBank informera les clients de chaque modification par un message sur le site web. Vous trouverez

Plus en détail

Norme comptable internationale 2 Stocks

Norme comptable internationale 2 Stocks Norme comptable internationale 2 Stocks Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des stocks. Une des questions fondamentales de la comptabilisation des stocks

Plus en détail