Document 1: Le Système Financier International: Un Aperçu Historique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Document 1: Le Système Financier International: Un Aperçu Historique"

Transcription

1 Boudriga Abdelkader Gestion financière internationale Septembre 2002 Document 1: Le Système Financier International: Un Aperçu Historique I-LE SYSTEME D ETALON-OR Depuis les anciennes civilisations l or a été utilisé comme moyen d échange et de réserve de valeur. Les Grecs et les Romains ont utilisé des pièces de monnaie en or et ont transmis cette tradition au monde entier jusqu au dixneuvième siècle. L accroissement du commerce durant la période de libre-échange vers la fin du siècle dernier a conduit au besoin d avoir un système plus formelle pour les règlements des opérations de commerce international. Bien qu il n y ait pas un accord multilatéral tel que celui de nos jours, plusieurs pays ont déclaré des valeurs de parité de leurs devises en terme d or et ont essayé par la suite d adhéré au système d étalon. Le système d étalonor a très bien fonctionné jusqu au début de la première guerre mondiale. Ainsi le système d étalon-or a résulté en un régime de change fixe entre les pays participants. Un tel système était considéré vital pour le développement du commerce entre les pays adoptant l étalon-or. La théorie quantitative de la monnaie constitue la base du développement du système d étalon-or. Elle est exprimée par la formule simple MV = PQ, où M est la masse monétaire, V la vélocité de la monnaie ou sa vitesse de circulation, P le prix des biens, et Q la quantité des biens produits par l économie. Dans une économie d étalon-or, si un pays présente une balance courante déficitaire avec le reste du monde, il sera amené à transférer de l or pour compenser ce déficit. Ce qui entraîne une baisse de M, et par conséquent P baisse, toutes choses égales par ailleurs. La baisse des prix rend les exportations domestiques moins chères relativement au reste du monde et la conséquence sera une amélioration de la balance commerciales. Le résultat sera un flux entrant d or en provenance de l étranger engendrant un accroissement de M et de P, et les exportations baissent de nouveau; le processus continuera ainsi entre équilibre et déséquilibre. Le système d étalon-or présentait un certain nombre de problèmes. D abord, un tel système monétaire suppose que les deux principales devises de règlement, à savoir le dollar des Etats Unis et la livre sterling sont soutenues par des réserves équivalentes en or qui sont par d1finition limitée les réserves en or sont limitées Durant la guerre et le début des années vingt, les devises étaient autorisées à fluctuer entre elles et par rapport à l or à l intérieur de larges bandes. Théoriquement on s attendait à ce que l offre et la demande des exportations et des importations d un pays conduisent à des variations modérées du taux de change autour d une valeur centrale d équilibre. Malheureusement, ce régime de flottement n a pas permis d assurer l équilibre des taux de change. Au contraire, les spéculateurs internationaux vendaient à découvert les devises faibles qui se sont par conséquent affaibli et se sont dépréciées au-delà de leurs valeurs fondamentales. L inverse s était produit avec les devises fortes. Les fluctuations des cours des devises ne pouvaient pas être couvertes sur les marchés des changes, du reste étroit, qu aux termes de coûts exorbitants. Le résultat était un accroissement disproportionné entre le volume des échanges internationaux et la production mondiale conduisant à la période de la Grande Dépression des années Entre 1925 et 1931 un système d étalon de change-or a été introduit par les principaux partenaires commerciaux. C était essentiellement une modification du système d étalon-or dans lequel le dollar américain et la livre sterling sont utilisés à côté de l or pour le règlement des déséquilibres internationaux. Cependant, en 1931 la livre sterling a été déclarée non-convertible, conduisant à une demande excessive d or Américain et une baisse de 15% des réserves américaines du métal précieux. La dépression qu ont connu les Etats Unis, a conduit à une très grande instabilité et rendu impossible le maintien d un tel système. Plusieurs tentatives ont été faites pour retourner au système d étalon-or. Les Etats Unis y sont retournés en 1919, les Britanniques en 1925, et la France en Le problème de détermination de nouvelles parités stables n a jamais été réellement résolu avant que la chute du système bancaire autrichien ne conduise à l abandon définitif du régime de l étalon-or. Les Etats Unis créèrent en 1934 une version modifiée du système d étalon-or où seules les banques centrales étaient autorisées à s échanger le métal précieux entre elles. De 1934 et jusqu à la deuxième guerre mondiale les taux de change des différentes devises étaient théoriquement en terme d or mais seul le dollar était convertible en or. Durant la période de la guerre plusieurs des devises de négociations ont perdu leur convertibilité en d autres devises. Le dollar était la seule principale devise à être converti librement. 1

2 II- LE SYSTEME DE BRETTON WOODS Après la fin de la deuxième guerre mondiale les fondateurs des nations unis croyaient qu il était nécessaire de créer des institutions financières pour assurer la reconstruction des pays ravagés par la guerre et contribuer au développement économique des nations pauvres ainsi que de fournir un substitut à l ancien système monétaire international. Encore une fois le commerce et l investissement international s est accru et il est devenu indispensable de réorganiser le système de change. Les représentants des principaux pays industrialisés se sont rencontrés en 1944 à Bretton Woods, New Hampshire, dans le but de mettre en place les institutions appelées à réaliser ces objectifs. Deux institutions financières multilatérales ont vu les jours à Bretton Woods. Il s agit de la Banque Internationale de Reconstruction et de Développement BIRD, plus connue de nos jours sous le nom de la Banque Mondiale, dont l objectif était l octroi de crédits aux nations endommagées pendant la guerre dans le but de reconstruire leurs économies et d assister les pays en voie de développement dans leurs efforts de développement surtout concernant les projets de construction d infrastructure. La deuxième institution est le Fonds Monétaire International FMI qui a été créée dans le but explicite de collecter les réserves internationales des pays membres qui peuvent être éventuellement prêtées aux pays membres observant des balances de paiements déséquilibrées. Par la même occasion un autre système monétaire international a été mis en place liant les devises à un nouveau régime qui sera désigné par le système de Bretton Woods. Dans le cadre du nouveau système, le dollar américain a été réévalué à 35 USD par once d or.. Toutes les autres devises étaient rattachées au dollar selon des taux de change fixes appelés valeurs de parité. Il s agissait principalement d un système de rattachement ajustable; les taux de change étaient autorisés à varier à l intérieur d une bande de 1% autour de la vlaeur de parité. Ainsi, il est possible d échanger des devises sur les marchés des changes mais uniquement à l intérieur de bandes très étroites. Lorsqu une devise est traitée au-dessus ou à proximité du plafond, la banque centrale de la devise concernée doit être préparée pour intervenir sur le marché en vendant des réserves, afin que l offre supplémentaire engendre une baisse du cours. Si le cours de la devise baisse au plancher, la banque centrale est amenée à acheter la devise pour rétablir la valeur de parité. Les changements des valeurs de parité étaient permis, mais uniquement après consultation du FMI. A cette époque il y avait une sorte de consensus parmi les principaux pays occidentaux concernant l utilité de la réduction des barrières au libre échange à leur prospérité au cours de la période de l aprés guerre. Le cadre idéal consistait en quatre composantes fondamentales : - Un système de taux de change fixes ; - Des politiques économiques et monétaires disciplinées, i.e., abandonner toute sorte de politique protectionniste ; - Des politiques coordonnées, i.e., les politiques domestiques doivent être cohérentes avec la politique économique du pays qui fourni la monnaie internationale de réserve (c est à dire les Etats Unis) ; - Un système de contrôle de capitaux, i.e., la majeure partie des liquidités internationales provient des canaux reliés au FMI. En termes de taux de croissance de la production, du commerce internationale et de performance économique, le système de Bretton Woods a très bien fonctionné au départ. Cependant, les variations des taux de change étaient peu fréquentes pour éliminer les déséquilibres possibles de la balance courante. A la suite de tels déséquilibres la banque centrale se trouve dans l obligation d ajuster son taux de change et de soutenir la nouvelle parité. Le niveau approprié de la nouvelle parité étaient souvent déterminé en recourant à une mesure fournie par la parité du pouvoir d achat relative (PPA). Bien que ces ajustements correspondent généralement à des déséquilibres de la balance courante, les décisions concernant le changement de la parité étaient dans la plupart des cas, motivées par des raisons politiques. Le système monétaire international de la fin des années 1950 était caractérisé par les cinq points suivants : 1. Le système de valeurs de parité était en vigueur : la majorité des pays se conformaient aux valeurs de parité et les marges limites prescrites à l exception du dollar canadien qui était flottant de 1950 à 1962 ; 2. Le dollar des Etats-Unis est devenu la principale monnaie de réserve ; 3. Les changements des valeurs de parité n étaient pas fréquents ; 4. Les monnaies des pays industrialisés sont devenues convertibles, même si cette étape à pris plus de temps que ce qu a été initialement prévu dans les accords de Bretton Woods. 2

3 5. Le Fonds Monétaire International a commencé à exercer ses fonctions de prêteur après la fin du plan Marshall. Cependant, durant les années 1960 le système de Bretton Woods a montré plusieurs limites. Une des alternatives à la détention d avoirs en or par les banques centrales, était l accroissement des actifs à court terme libellés en dollars, livres sterling et d autres devises principales. Les pays étrangers ont accumulé des actifs liquides en dollars et en tant que groupe ont atteint des balances de paiements à surplus alors que les Etats Unis ont commencé à observer des comptes courants déficitaires. Dans la Table 1 on voit que les avoirs en or des Etats Unis ont décliné de 23 milliards de dollars à 10 milliards. Liber [1973] note qu alors que l offre de dollars était théoriquement sans limite, la Federal Reserve Bank n était pas en mesure de satisfaire la demande d or des autres banques centrales. Table 1 : Les avoirs officiels en or et les dettes des Etats Unis envers l étranger Année Les avoirs internationaux en or en USD Les avoirs en or des Etats Unis 2 Les actifs libellés en dollars détenus par les banques centrales étrangères Abandon par les Etats Unis de la convertibilité en or des avoirs en dollars Source : International Financial Statistics cité dans Baillie et McMahon [1994]. Les avoirs en or sont évalués à leurs prix en dollars officiels à travers le temps. Cependant, aucun pays n est en mesure de vendre la totalité de ses avoirs en or sans affecter de manière considérable le prix de l or sur le marché. Par conséquent il était très difficile de choisir un prix d évaluation correct. Le paradoxe de «Triffin» est devenu de plus en plus évident. L accroissement des réserves internationales dépendait du déficit des Etats Unis ; si ce processus se poursuit les dettes des Etats Unis s accroissent relativement à ses avoirs. La stabilité du système monétaire serait en jeux si les détenteurs des actifs libellés en dollars commencent à craindre une chute de leurs avoirs en termes d or. L accroissement du volume des fonds internationalement mobiles durant les années 1950 et 1960 conjointement avec une plus grande liberté des mouvements des capitaux ont exercé une pression supplémentaire sur les parités préétablies. Les mesures nécessaires pour résister aux variations non désirées des taux de change sont devenues des sources de coût significatif. De telles mesures visaient soit la mise en place de restrictions sur les échanges ou les mouvements des capitaux dans le but d améliorer la balance des paiements, soit la gestion de la demande locale. La mobilité des fonds à l échelle internationale a été altérée par les mesures de restrictions prises par les administrations Kennedy et Johnson : 1. L égalisation des intérêts et des taxes sur les titres étrangers vendus aux Etats Unis ; 2. Les restrictions sur les prêts bancaires aux étrangers ; 3. Les pressions sur les compagnies multinationales pour accroître la part du financement locale de leurs opérations à l étranger. Par ailleurs, plusieurs autres événements ont conduit à la remise en question du système de change fixe. Les controverses concernaient principalement la réévaluation du deutschemark par 5% en 1961 et plus particulièrement la surévaluation apparente du dollar. Pendant presque toute la période de 1950 à 1971 les Etats Unis ont présenté des balances des paiements à déficit dus principalement à des sorties de flux de capitaux privés vers l étranger, des dépenses militaires à l étranger, des emprunts publiques, et des dons à des pays étrangers qui n ont pas été couverts par des exportations suffisantes. Au départ le déficit a été financé par la vente de bons de trésors et de billets de banque, et par la vente des réserves d or. Cette politique a conduit certains pays à la constitution d un pool d or pour stabiliser le prix du métal précieux. Ces problèmes se sont aggravés vers la fin des années 1960, après que la balance commerciale américaine a passé d un surplus de 6.8 milliards de dollars en 1962 à un déficit de 6.9 milliards en Il était par conséquent clair que, étant donné la chute considérable des réserves en or américaines, la convertibilité illimitée des actifs libellés en dollars en or ne peut plus être maintenue. Les principaux pays industrialisés s opposaient énergiquement à la réévaluation du dollar et l alternative d agir sur la demande américaine était aussi jugée inopportune. La solution ultime était la décision 3

4 prise par l administration américaine de suspendre la convertibilité en or des avoirs en dollar des autres pays. Le système de taux de change fixe tel que prévu dans le cadre des accords de Bretton Woods était totalement remis en question par cet acte ; cependant ce régime a continue d exister formellement jusqu au début de l année Le FMI créa les Droits de Tirage Spéciaux DTS en Il s agit d actifs de réserves internationales alloués aux pays membres du FMI, en plus des actifs de réserves existants. Entre 1970 et 1997, le FMI a effectué six allocations totalisant 21.4 milliards de DTS. Chaque nation a ses souscriptions de réserves et en plus des DTS chez le FMI. Malgré que les DTS n aient pas encore atteint leur potentiel et étaient, au départ, négociés entre banques centrales, de nos jours certaines banques acceptent des dépôts en DTS et octroient aussi des crédits libellés en DTS. Ils sont aussi utilisés comme unité de compte pour les obligations et d autres actifs. La valeur des DTS est déterminée quotidiennement par la moyenne pondérée des cinq principales devises: à savoir le dollar des Etats Unis, le deutschmark, le franc français, le yen Japonais, et la livre sterling. Le panier des devises est révisé tous les cinq ans. Le 28 août 1995 la valeur des DTS était de A partir du premier janvier 1996 la valeur des DTS est déterminée par la somme des valeurs de chacune des cinq principales devises comme suit: Table 2 : Composition des Droits de Tirages Spéciaux Devise Valeur Pondérations Dollar américain Deutsche mark Yen Japonais Franc français Livre sterling Source: Baker [1998] Ces mesures n ont pas permis d arréter la spéculation stimulée par les déficits continus et persistants de la balance des paiements américaine, l érosion lente et soutenue des réserves en or des Etats Unis, et la baisse apparente du dollar. Une crise monétaire internationale se plantait à l horizon dès l été Les Etats Unis avaient quelques 88 milliards de dettes à court terme envers l étranger. En même temps l offre officielle Américaine d or à passé en dessous de 12 milliards de dollars, au taux officiel de 35 USD par once. Parmi les 88 milliards d exigibilité à court terme détenues par des étrangers, il y avait 50% détenues par d autres banques centrales étrangères. Ce montant ne présentait pratiquement pas de souci vu la capacité de l administration américaine à négocier avec leurs partenaires étrangers. Les autres 50% sont répartis entre des firmes multinationales pour la moitié; ces firmes étaient aussi prévisibles dans le sens qu elles ne risquent pas d échanger leurs avoirs en réserves internationales. Les autres 25% étaient entre les mains des spéculateurs étrangers, des cheikhs des pays du golfe, et d autres parties inconnues. Ces 22 milliards de dettes peuvent être à tout moment présenté pour échange contre de l or absorbant ainsi la totalité des réserves américaines. Le 15 août 1971 reconnaissant la perte du contrôle sur ces facteurs, l administration américaines décida d annoncer officiellement que les Etats Unis ne vont plus acheter ou vendre de l or contre des avoirs libellés en dollar. En passa soudainement d un système d ètalon-or à un système d étalon-dollar. La chute finale du système de Bretton Woods a réellement commencé à la fin de l année 1967 avec la dévaluation de la livre sterling de 2.8 USD à 2.4 USD. La chute des réserves en or américaines à conduit à l abolition du pool d or en 1968 et l établissement de ce qu on appelait le marché d or à deux tiers. Les problèmes se sont aggravés lorsque le franc français a été dévalué (contre le dollar) par 11.1% le 10 août Le 27 octobre 1969 le Deutsche mark a été réévalué par 9.3%, le franc suisse par 7.1 le 9 mai Le premier juin 1970 le dollar canadien est devenu de nouveau flottant, et le deutsche mark a suivi au moi de mai de l année suivante. La spéculation contre le dollar s est accru jusqu à ce que l administration Nixon ait décidé de suspendre l achat et la vente de l or et d imposer une taxe de 50% sur les importations. Les principaux pays occidentaux acceptaient de négocier le système monétaire international tel qu il existe et d arrêter le rattachement de leurs devises au dollar. Dans une réunion au Smithsonite Institut à Washington au moi de décembre 1971, les principaux pays industrialisés ont tenté de réaligner les taux de change de leurs devises. A la suite de cette réunion, un accord qui portera le nom du Smihsionian Agreement a permis de restaurer le système de change fixe et le dollar est devenu la monnaie standard. En même temps le dollar a été dévalué et laissé fluctuer dans des bandes plus larges. Le yen a été réévalué de 7% par rapport à sa valeur de parité du moi de mai 1971, et le deutsche mark par 4%, mais la devise américaine est restée non convertible en or. Cependant, le Smithsonian Agreement n a pas résolu la question de l or ni inclus aucune proposition qui vise à assurer une plus grande harmonisation des politiques économiques domestiques. Cet accord à conduit à une courte période de stabilité jusqu au 23 juin 1972 lorsque la Bank of England a décidé de lever tous genres de contrôle sur la livre sterling, suivie par la Banque Nationale Suisse qui le 23 janvier 1973, a renoncé à supporter le dollar américain, qui de nouveau a été dévalué le 13 février 1973 ; en même temps le yen japonais a commencé à flotter. 4

5 A partir du mois de Mars 1973 les six pays de la CEE ont laissé leurs devises flotter librement contre le dollar, mais en même temps ont maintenu des bandes de variations pour les taux de change bilatéraux entre eux. Cette tentative de flottement commun a été en quelque sorte handicapée par des taux d inflation différents et des politiques monétaires non coordonnées entre les six pays. A ce point le système de Bretton Woods s est totalement effondré et le passage à un régime de flottement est devenu inévitable. Une des raisons qui ont contribué à l échec du maintien des parités prévues, était les attaques spéculatives sur certaines devises et qui ont été rendu possibles par la disponibilité de fonds à échelle internationale. Certains estiment les profits résultant de la réévaluation à 2 milliards de dollars entre 1967 et Ces profits ont été réalisés aux dépens des banques centrales. Les risques et les coûts des opérations sur le marché des changes étaient faibles comparés à ceux encourus dans le cas d un régime de change flottant. Mieux encore, ce système a permis la transmission de la pression inflationniste enregistrée à l origine dans l économie centrale (i.e., les Etats Unis) à un nombre d autres pays du système. L intervention des autorités monétaires a eu des effets sur la demande à travers l accroissement de la liquidité monétaire qui a induit, par conséquent, l augmentation des prix. En effet assurer la stabilité des prix en termes des principales devises, était crucial pour le fonctionnement du système. III- LE SYSTEME MONETAIRE INTERNSONAL APRES L ECHEC DE BRETTON WOODS L abandon du système des changes fixes, a été caractérisé par le désir d un nombre de pays d atteindre un degré d indépendance au niveau des politiques monétaires domestiques et de réduire par conséquent l influence des politiques économiques américaines sur le reste du monde. On pensait aussi qu un système libre dans le cadre duquel les taux de change sont déterminés par les forces du marché permettrait de mieux stimuler le développement du commerce international. Au départ, le débat tournait autour de la question ou bien de laisser le taux de change flotter de manière totalement libre désigné autrement par le flottement propre, ou bien d adopter un régime de flottement dirigé désigné aussi par le flottement sale. Dans le cadre de ce dernier système les autorités peuvent intervenir sur le marché ou imposer des mesures de contrôles dans l objectif d influencer le taux de change. Il a été souvent suggéré que de telles interventions produisent un marché ordonné et éviteront d avoir des fluctuations extrêmes. Plusieurs types de régimes de change sont apparus dans le cadre du système actuel et la seule restriction était que, dans le cadre d un système de change fixe, la devise ne doit pas être rattachée à l or. Dans la Table 2 on présente les différents régimes de change adoptés par les pays membres du FMI en Table 3 : Les Régimes De Change Pratiqués Par Les Pays Membres Du FMI en 1975 Nombre de devises Les devises indépendamment flottantes Les devises rattachées à une seule deviser Rattachés au dollar américain Rattachées au franc français Rattachées à livre sterling Rattachées à la peseta espagnole 1 - Rattachées au rand sud-africain 3 - Devises rattachées à un panier de devises Rattachées aux DTS Rattachées à d autres paniers Devises rattachées à une formule de pondération Devises flottant conjointement Source : Rapport annuel du FMI 1975 La part dans le commerce des pays membres du FMI Selon le rapport du FMI en date du 30 juin 1983, il y avait 93 pays qui rattachaient leurs devises soit à une seule devise soit à un panier de devises incluant les huit pays membres du Système Monétaire Européen SME. Sept pays utilisaient des arrangements de flexibilité limitée vis à vis d une seule devise ou sur de bases coopératives ; d autres pays, au total 35, adoptaient des régimes plus ou moins flexibles. La triade formée du Japon, de l Europe de l Ouest et de l Amérique du Nord avaient des taux de change flexibles entre elles. Les différents types de régimes et de relations entre l ensemble des pays de l Organisation de Coopération et de Développement Economique OCDE sont représentés dans la Table 3. Pour la majorité des pays en voie de 5

6 développement le régime de change répondait souvent aux exigences des politiques économiques poursuivies par chaque pays. Table 4 : Les Politiques De Change Des Principaux Pays De l OCDE Flottement Membres du SME Rattaché à un Autres indépendant panier de devises Royaume Uni Etats Unis Allemagne de l ouest France Australie Suède Autriche (deutsche mark) Suisse Japon Canada Pays Bas Belgique Luxembourg Danemark Irlande Finlande Norvège Source : FMI Statistiques Financières Internationales Rapport sur les pays de l OCDE (différents éditions) La caractéristique principale du passage du régime fixe au régime flexible à partir de 1973 était l accroissement important et inattendu de la volatilité des taux de change, qui était substantiel à la fois en termes réels et nominales. Baillie et McMahon [1994], notent que l une des importantes leçons tirées de l expérience de flottement courante, est que la transmission à échelle internationale de la croissance, de l inflation et du chômage n a pas été éliminé par l adoption d un régime flottant. Dans le cadre du régime fixe le mécanisme de transmission des politiques économiques divergentes était indirect, opérant à travers la balance des paiement et les variations dans les réserves officielles. Sous le régime actuel, l interdépendance macro-économique s est accrue de manière remarquable et la transmission est devenue, par conséquent, souvent directe, se reflétant dans les variations des prix relatifs, des salaires réels et des coûts du capital réels. De nos jours les économies domestiques sont devenues plus vulnérables aux chocs externes, tels que les crises du pétrole, les guerres, les faillites des banques, les crises financières, etc. De tels événements qui conduisent souvent à des mouvements excessives dans les taux de change nominaux sont connus sous le nom de «bulles» et engendrent souvent des changements substantiels dans les termes réels des échanges et dans la compétitivité internationale. La présence de bulles se traduit par un taux de change non relié à ces déterminants fondamentaux qui peut conduire à une mauvaise allocation des ressources réels et financières. Le déséquilibre apparent et omniprésent des taux de change apparaît être le résultat de l éventail de politiques divergentes mises en place par les différents pays, et met en cause la croissance du commerce international et l amélioration du bien être enregistré durant les quatre dernières décennies. Un aspect particulièrement important dans cette analyse est le rôle joué par les taux d intérêt. Les variations dans les différentiels de taux d intérêt affectent instantanément les anticipations sur le marché des changes et les autres marchés d actifs et, à travers l interdépendance des marchés, affectent les marchés des biens et des facteurs. Ce problème était particulièrement prévalent dans les années lorsque les Etats Unis ont maintenu des taux d intérêt élevés engendrant des conflits avec les autres pays industrialisés. La surévaluation du dollar associées avec une politique monétaire rigide et une fiscalité déséquilibrée ont eu pour effet accroître les prix des biens importés pour les autres pays en particulier le pétrole dont les prix sont libellés en dollars. L effet conjoint était accroître les pressions inflationnistes et stimuler la fuite d investissement étant donné que les pourvoyeurs de fonds internationaux voyaient ailleurs des revenus plus élevés et un risque moindre. La surévaluation persistante du dollars dans les années constitue un contre argument à l idée qu on peut toujours s attendre à un renversement de tendance. McKinnon [1981] qu un tel phénomène était totalement imprévisible à l aube du passage au régime de change flottant en A cet époque il était souvent affirmé que la volatilité à court terme constituerait probablement un problème, mais sur le long terme, les forces du marché conduiront les taux de change à un niveau qui permet d assurer l équilibre de la balance des paiements et éliminer les différentiels d inflation entre les principaux pays industrialisés 6

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

Vers quel système monétaire international?

Vers quel système monétaire international? Colloque International de la Banque de France Paris, le 4 mars 2011 Jacques de Larosière Vers quel système monétaire international? J axerai mes propos sur trois thèmes : 1. Quelles ont été - historiquement

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 3 Bretton Woods et le système monétaire 3.1 L étalon-or Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 1 Le prix d or

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc :

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc : Introduction : Il faut savoir que le choix du régime de change revêt une grande importance. Il doit s engager sur des règles de politique économique et être cohérent avec les politiques monétaire et budgétaire.

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

4.1.2. Le système de Bretton-Woods (1945-1971)

4.1.2. Le système de Bretton-Woods (1945-1971) 4.1.2. Le système de Bretton-Woods (1945-1971) La genèse du nouveau système Les leçons de l entre-deux-guerres L effondrement du SMI au cours des années 1930 a marqué les responsables de la reconstruction

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES I- un bref survol historique du système monétaire international Le Système Monétaire International (SMI) représente le cadre institutionnel des échanges internationaux.

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

UPEC - AEI M2 AMITER Action humanitaire internationale et ONG Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann 2011 1

UPEC - AEI M2 AMITER Action humanitaire internationale et ONG Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann 2011 1 Les fonctions d un système monétaire international Les crises et la réforme du SMI fondé à Bretton Woods. La nature du système né dans les années 1970 Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann

Plus en détail

Introduction I. Le système de Bretton Woods (1945-1971) Chapitre 2 - Le Système Monétaire International 1

Introduction I. Le système de Bretton Woods (1945-1971) Chapitre 2 - Le Système Monétaire International 1 Chapitre 2 Le Système Monétaire International Chapitre 2 - Le Système Monétaire International 1 PARTIE B. Le système monétaire international depuis 1945 Chapitre 2 - Le Système Monétaire International

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE PREMIÈRE SECTION : VRAI OU FAUX Question 1.1 Si le taux d intérêt canadien augmente, la demande d actifs canadiens diminue. Question 1.2 Si le dollar canadien s

Plus en détail

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL BIBLIOGRAPHIE Lenain P., 2002, Le FMI, Repères, La découverte. (code LEA 332.15 LEN) SITE INTERNET : www.imf.org I LE FMI, INSTITUTION CENTRALE DU NOUVEL ORDRE MONETAIRE

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Les crises des changes dans l étalon or

Les crises des changes dans l étalon or 7 Le système Bretton Woods Les crises des changes dans l étalon or Déficit du compte courant sortie d or - Banque centrale doit offrir l or aux étrangers en échange des billets -Réserves finies pas soutenable

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Cotation à l incertain (direct). Qté variable monnaie nationale pour une unité de monnaie étrangère 1 GBP = 1,8438 USD pour la cotation du $

Cotation à l incertain (direct). Qté variable monnaie nationale pour une unité de monnaie étrangère 1 GBP = 1,8438 USD pour la cotation du $ 004 005 - Economie Internationale Echanges commerciaux = 1% opérations de change Création monnaie qd accord crédit Devise clef = monnaie nationale reconnue comme monnaie internationale Contrainte pour

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

Théorie standard du commerce international: Supposons que. P A Y :PrixdeY au pays A. Prix relatifs de X par rapport à Y en autarcie: Pays B: Pays A:

Théorie standard du commerce international: Supposons que. P A Y :PrixdeY au pays A. Prix relatifs de X par rapport à Y en autarcie: Pays B: Pays A: 4 Le commerce international Canada-É-U, 1945-1973 4.1 L avantage comparé Théorie standard du commerce international: Supposons que PX:PrixdeX A au pays A P B X :PrixdeX au pays B P A Y :PrixdeY au pays

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Introduction à la Macroéconomie Cours donné par Federica Sbergami 2011-2012 Travail Pratique No 4 Correction: Vendredi 26 avril 2013 12h15-14h A. Inflation Exercice 1 En se basant sur l hypothèse des prix

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Monnaie, finance et économie réelle

Monnaie, finance et économie réelle Monnaie, finance et économie réelle Anton Brender, Florence Pisani et Émile Gagna Paris, 5 juin 15 TABLE DES MATIÈRES 1. La contrainte monétaire. Impulsion monétaire et réponse de l économie 3. Information

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Performance des membres du CAD en matière d'aide

Performance des membres du CAD en matière d'aide Extrait de : Coopération pour le développement : Rapport 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/dcr-2010-fr Performance des membres du CAD en matière d'aide Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies

4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies 4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies L effondrement du système de Bretton-Woods (1965-1971) Le problème de la convertibilité du dollar Le paradoxe de Triffin aurait pu être surmonté par une politique

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Quel est le "bon" système de Bretton-Woods?

Quel est le bon système de Bretton-Woods? aoűt 9 - N 359 Quel est le "bon" système de Bretton-Woods? Le Système Monétaire International de Bretton-Woods "normal" est un système où le pays dont la monnaie s'affaiblit doit passer à une politique

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances Présentation à l Association des économistes québécois Par Jean-François Perrault Direction des finances et des échanges

Plus en détail

Cadre budgétaire et fiscal

Cadre budgétaire et fiscal Cadre budgétaire et fiscal Séminaire sur la gestion du risque social Paris, 30 juin 2003 Brian Ngo Politique fiscale : une vue d ensemble Utilise la puissance des impôts (T), des dépenses (G) et des emprunts

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Le retour à un taux de change fixe

Le retour à un taux de change fixe Canada, billet de 92 ½ cents, «Diefenbuck» On entend par «monnaie politique» des bons privés qui ressemblent à des billets de banque mais qui n ont pas de valeur monétaire et qui ont pour objet de caricaturer

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ (1 $ = 0,8 ) Une appréciation du taux de

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Fonds monétaire international

Fonds monétaire international Fonds monétaire international Le Fonds monétaire international (FMI) a été créé en juillet 1944 lors d une conférence internationale organisée à Bretton Woods dans l Etat du New Hampshire aux Etats-Unis.

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats

4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats 4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats Introduction En 1978, le système monétaire européen (SME) succédait au serpent monétaire européen de 1972. A ce jour, il constitue l exemple

Plus en détail

Prise de note des finances internationales

Prise de note des finances internationales Prise de note des finances internationales Séance de 13 novembre 2010 (SMI) CHAPITRE III : le système monétaire international Définition du SMI : le SMI est un ensemble des règles communes permettant un

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

I. ACTIVITES. 1. Administration

I. ACTIVITES. 1. Administration I. ACTIVITES 1. Administration Au cours de l année 2010, les organes de la Banque ont continué d exercer leurs missions conformément à la Loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant Statuts de la Banque de la

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

Les systèmes de taux de change

Les systèmes de taux de change Les systèmes de taux de change Du taux de change fixe au taux de change flottant 2012 1 Introduction Dans une économie globalisée, avec des marchés financiers intégrés, comme celle dans laquelle nous vivons

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Macroéconomie 3 Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Année Universitaire 2015-2016 /53 2/53 Introduction L ouverture

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

14 Pour dévaluer sa devise la banque centrale du pays peut acheter des dollars étrangers.

14 Pour dévaluer sa devise la banque centrale du pays peut acheter des dollars étrangers. Exercices sur le marché des changes Q1- Le marché des changes à court terme - Noircir la case appropriée (Vrai ou Faux) 1 Une politique protectionniste peut initialement avoir pour but de diminuer le taux

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

DE l ETALON-OR à l EURO

DE l ETALON-OR à l EURO DE l ETALON-OR à l EURO 1- Un peu d histoire Pendant des siècles, les métaux précieux (argent et or) ont servi au règlement des échanges commerciaux intérieurs et internationaux. Progressivement, les billets

Plus en détail

Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement

Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement Gabriel Colletis Jean-Philippe Robé Robert Salais Athènes 2 Juin2015 Plan Quelques remarques

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)»

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Département fédéral des finances DFF Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Etat: septembre 2014 Questions et réponses Que demande l initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Présentation de David Cobham Heriot-Watt University, Edinburgh 1 Esquisse: Les variables coloniales dans les modèles de gravité

Plus en détail

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions Création monétaire et systèmes bancaire et monétaire Module 1 Corrigé Liens avec les programmes de SES (1 ère ) Liens avec les programmes de STG (T ale ) Banque et création monétaire La création monétaire

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 6 mars 2015 Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 La Banque nationale suisse (BNS) a

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma.

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma. Le système financier Marocain Introduction Définition : -Le système financier comprend les institutions financières, les marchés financiers et l ensemble des règlements qui régissent la circulation de

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail