Document 1: Le Système Financier International: Un Aperçu Historique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Document 1: Le Système Financier International: Un Aperçu Historique"

Transcription

1 Boudriga Abdelkader Gestion financière internationale Septembre 2002 Document 1: Le Système Financier International: Un Aperçu Historique I-LE SYSTEME D ETALON-OR Depuis les anciennes civilisations l or a été utilisé comme moyen d échange et de réserve de valeur. Les Grecs et les Romains ont utilisé des pièces de monnaie en or et ont transmis cette tradition au monde entier jusqu au dixneuvième siècle. L accroissement du commerce durant la période de libre-échange vers la fin du siècle dernier a conduit au besoin d avoir un système plus formelle pour les règlements des opérations de commerce international. Bien qu il n y ait pas un accord multilatéral tel que celui de nos jours, plusieurs pays ont déclaré des valeurs de parité de leurs devises en terme d or et ont essayé par la suite d adhéré au système d étalon. Le système d étalonor a très bien fonctionné jusqu au début de la première guerre mondiale. Ainsi le système d étalon-or a résulté en un régime de change fixe entre les pays participants. Un tel système était considéré vital pour le développement du commerce entre les pays adoptant l étalon-or. La théorie quantitative de la monnaie constitue la base du développement du système d étalon-or. Elle est exprimée par la formule simple MV = PQ, où M est la masse monétaire, V la vélocité de la monnaie ou sa vitesse de circulation, P le prix des biens, et Q la quantité des biens produits par l économie. Dans une économie d étalon-or, si un pays présente une balance courante déficitaire avec le reste du monde, il sera amené à transférer de l or pour compenser ce déficit. Ce qui entraîne une baisse de M, et par conséquent P baisse, toutes choses égales par ailleurs. La baisse des prix rend les exportations domestiques moins chères relativement au reste du monde et la conséquence sera une amélioration de la balance commerciales. Le résultat sera un flux entrant d or en provenance de l étranger engendrant un accroissement de M et de P, et les exportations baissent de nouveau; le processus continuera ainsi entre équilibre et déséquilibre. Le système d étalon-or présentait un certain nombre de problèmes. D abord, un tel système monétaire suppose que les deux principales devises de règlement, à savoir le dollar des Etats Unis et la livre sterling sont soutenues par des réserves équivalentes en or qui sont par d1finition limitée les réserves en or sont limitées Durant la guerre et le début des années vingt, les devises étaient autorisées à fluctuer entre elles et par rapport à l or à l intérieur de larges bandes. Théoriquement on s attendait à ce que l offre et la demande des exportations et des importations d un pays conduisent à des variations modérées du taux de change autour d une valeur centrale d équilibre. Malheureusement, ce régime de flottement n a pas permis d assurer l équilibre des taux de change. Au contraire, les spéculateurs internationaux vendaient à découvert les devises faibles qui se sont par conséquent affaibli et se sont dépréciées au-delà de leurs valeurs fondamentales. L inverse s était produit avec les devises fortes. Les fluctuations des cours des devises ne pouvaient pas être couvertes sur les marchés des changes, du reste étroit, qu aux termes de coûts exorbitants. Le résultat était un accroissement disproportionné entre le volume des échanges internationaux et la production mondiale conduisant à la période de la Grande Dépression des années Entre 1925 et 1931 un système d étalon de change-or a été introduit par les principaux partenaires commerciaux. C était essentiellement une modification du système d étalon-or dans lequel le dollar américain et la livre sterling sont utilisés à côté de l or pour le règlement des déséquilibres internationaux. Cependant, en 1931 la livre sterling a été déclarée non-convertible, conduisant à une demande excessive d or Américain et une baisse de 15% des réserves américaines du métal précieux. La dépression qu ont connu les Etats Unis, a conduit à une très grande instabilité et rendu impossible le maintien d un tel système. Plusieurs tentatives ont été faites pour retourner au système d étalon-or. Les Etats Unis y sont retournés en 1919, les Britanniques en 1925, et la France en Le problème de détermination de nouvelles parités stables n a jamais été réellement résolu avant que la chute du système bancaire autrichien ne conduise à l abandon définitif du régime de l étalon-or. Les Etats Unis créèrent en 1934 une version modifiée du système d étalon-or où seules les banques centrales étaient autorisées à s échanger le métal précieux entre elles. De 1934 et jusqu à la deuxième guerre mondiale les taux de change des différentes devises étaient théoriquement en terme d or mais seul le dollar était convertible en or. Durant la période de la guerre plusieurs des devises de négociations ont perdu leur convertibilité en d autres devises. Le dollar était la seule principale devise à être converti librement. 1

2 II- LE SYSTEME DE BRETTON WOODS Après la fin de la deuxième guerre mondiale les fondateurs des nations unis croyaient qu il était nécessaire de créer des institutions financières pour assurer la reconstruction des pays ravagés par la guerre et contribuer au développement économique des nations pauvres ainsi que de fournir un substitut à l ancien système monétaire international. Encore une fois le commerce et l investissement international s est accru et il est devenu indispensable de réorganiser le système de change. Les représentants des principaux pays industrialisés se sont rencontrés en 1944 à Bretton Woods, New Hampshire, dans le but de mettre en place les institutions appelées à réaliser ces objectifs. Deux institutions financières multilatérales ont vu les jours à Bretton Woods. Il s agit de la Banque Internationale de Reconstruction et de Développement BIRD, plus connue de nos jours sous le nom de la Banque Mondiale, dont l objectif était l octroi de crédits aux nations endommagées pendant la guerre dans le but de reconstruire leurs économies et d assister les pays en voie de développement dans leurs efforts de développement surtout concernant les projets de construction d infrastructure. La deuxième institution est le Fonds Monétaire International FMI qui a été créée dans le but explicite de collecter les réserves internationales des pays membres qui peuvent être éventuellement prêtées aux pays membres observant des balances de paiements déséquilibrées. Par la même occasion un autre système monétaire international a été mis en place liant les devises à un nouveau régime qui sera désigné par le système de Bretton Woods. Dans le cadre du nouveau système, le dollar américain a été réévalué à 35 USD par once d or.. Toutes les autres devises étaient rattachées au dollar selon des taux de change fixes appelés valeurs de parité. Il s agissait principalement d un système de rattachement ajustable; les taux de change étaient autorisés à varier à l intérieur d une bande de 1% autour de la vlaeur de parité. Ainsi, il est possible d échanger des devises sur les marchés des changes mais uniquement à l intérieur de bandes très étroites. Lorsqu une devise est traitée au-dessus ou à proximité du plafond, la banque centrale de la devise concernée doit être préparée pour intervenir sur le marché en vendant des réserves, afin que l offre supplémentaire engendre une baisse du cours. Si le cours de la devise baisse au plancher, la banque centrale est amenée à acheter la devise pour rétablir la valeur de parité. Les changements des valeurs de parité étaient permis, mais uniquement après consultation du FMI. A cette époque il y avait une sorte de consensus parmi les principaux pays occidentaux concernant l utilité de la réduction des barrières au libre échange à leur prospérité au cours de la période de l aprés guerre. Le cadre idéal consistait en quatre composantes fondamentales : - Un système de taux de change fixes ; - Des politiques économiques et monétaires disciplinées, i.e., abandonner toute sorte de politique protectionniste ; - Des politiques coordonnées, i.e., les politiques domestiques doivent être cohérentes avec la politique économique du pays qui fourni la monnaie internationale de réserve (c est à dire les Etats Unis) ; - Un système de contrôle de capitaux, i.e., la majeure partie des liquidités internationales provient des canaux reliés au FMI. En termes de taux de croissance de la production, du commerce internationale et de performance économique, le système de Bretton Woods a très bien fonctionné au départ. Cependant, les variations des taux de change étaient peu fréquentes pour éliminer les déséquilibres possibles de la balance courante. A la suite de tels déséquilibres la banque centrale se trouve dans l obligation d ajuster son taux de change et de soutenir la nouvelle parité. Le niveau approprié de la nouvelle parité étaient souvent déterminé en recourant à une mesure fournie par la parité du pouvoir d achat relative (PPA). Bien que ces ajustements correspondent généralement à des déséquilibres de la balance courante, les décisions concernant le changement de la parité étaient dans la plupart des cas, motivées par des raisons politiques. Le système monétaire international de la fin des années 1950 était caractérisé par les cinq points suivants : 1. Le système de valeurs de parité était en vigueur : la majorité des pays se conformaient aux valeurs de parité et les marges limites prescrites à l exception du dollar canadien qui était flottant de 1950 à 1962 ; 2. Le dollar des Etats-Unis est devenu la principale monnaie de réserve ; 3. Les changements des valeurs de parité n étaient pas fréquents ; 4. Les monnaies des pays industrialisés sont devenues convertibles, même si cette étape à pris plus de temps que ce qu a été initialement prévu dans les accords de Bretton Woods. 2

3 5. Le Fonds Monétaire International a commencé à exercer ses fonctions de prêteur après la fin du plan Marshall. Cependant, durant les années 1960 le système de Bretton Woods a montré plusieurs limites. Une des alternatives à la détention d avoirs en or par les banques centrales, était l accroissement des actifs à court terme libellés en dollars, livres sterling et d autres devises principales. Les pays étrangers ont accumulé des actifs liquides en dollars et en tant que groupe ont atteint des balances de paiements à surplus alors que les Etats Unis ont commencé à observer des comptes courants déficitaires. Dans la Table 1 on voit que les avoirs en or des Etats Unis ont décliné de 23 milliards de dollars à 10 milliards. Liber [1973] note qu alors que l offre de dollars était théoriquement sans limite, la Federal Reserve Bank n était pas en mesure de satisfaire la demande d or des autres banques centrales. Table 1 : Les avoirs officiels en or et les dettes des Etats Unis envers l étranger Année Les avoirs internationaux en or en USD Les avoirs en or des Etats Unis 2 Les actifs libellés en dollars détenus par les banques centrales étrangères Abandon par les Etats Unis de la convertibilité en or des avoirs en dollars Source : International Financial Statistics cité dans Baillie et McMahon [1994]. Les avoirs en or sont évalués à leurs prix en dollars officiels à travers le temps. Cependant, aucun pays n est en mesure de vendre la totalité de ses avoirs en or sans affecter de manière considérable le prix de l or sur le marché. Par conséquent il était très difficile de choisir un prix d évaluation correct. Le paradoxe de «Triffin» est devenu de plus en plus évident. L accroissement des réserves internationales dépendait du déficit des Etats Unis ; si ce processus se poursuit les dettes des Etats Unis s accroissent relativement à ses avoirs. La stabilité du système monétaire serait en jeux si les détenteurs des actifs libellés en dollars commencent à craindre une chute de leurs avoirs en termes d or. L accroissement du volume des fonds internationalement mobiles durant les années 1950 et 1960 conjointement avec une plus grande liberté des mouvements des capitaux ont exercé une pression supplémentaire sur les parités préétablies. Les mesures nécessaires pour résister aux variations non désirées des taux de change sont devenues des sources de coût significatif. De telles mesures visaient soit la mise en place de restrictions sur les échanges ou les mouvements des capitaux dans le but d améliorer la balance des paiements, soit la gestion de la demande locale. La mobilité des fonds à l échelle internationale a été altérée par les mesures de restrictions prises par les administrations Kennedy et Johnson : 1. L égalisation des intérêts et des taxes sur les titres étrangers vendus aux Etats Unis ; 2. Les restrictions sur les prêts bancaires aux étrangers ; 3. Les pressions sur les compagnies multinationales pour accroître la part du financement locale de leurs opérations à l étranger. Par ailleurs, plusieurs autres événements ont conduit à la remise en question du système de change fixe. Les controverses concernaient principalement la réévaluation du deutschemark par 5% en 1961 et plus particulièrement la surévaluation apparente du dollar. Pendant presque toute la période de 1950 à 1971 les Etats Unis ont présenté des balances des paiements à déficit dus principalement à des sorties de flux de capitaux privés vers l étranger, des dépenses militaires à l étranger, des emprunts publiques, et des dons à des pays étrangers qui n ont pas été couverts par des exportations suffisantes. Au départ le déficit a été financé par la vente de bons de trésors et de billets de banque, et par la vente des réserves d or. Cette politique a conduit certains pays à la constitution d un pool d or pour stabiliser le prix du métal précieux. Ces problèmes se sont aggravés vers la fin des années 1960, après que la balance commerciale américaine a passé d un surplus de 6.8 milliards de dollars en 1962 à un déficit de 6.9 milliards en Il était par conséquent clair que, étant donné la chute considérable des réserves en or américaines, la convertibilité illimitée des actifs libellés en dollars en or ne peut plus être maintenue. Les principaux pays industrialisés s opposaient énergiquement à la réévaluation du dollar et l alternative d agir sur la demande américaine était aussi jugée inopportune. La solution ultime était la décision 3

4 prise par l administration américaine de suspendre la convertibilité en or des avoirs en dollar des autres pays. Le système de taux de change fixe tel que prévu dans le cadre des accords de Bretton Woods était totalement remis en question par cet acte ; cependant ce régime a continue d exister formellement jusqu au début de l année Le FMI créa les Droits de Tirage Spéciaux DTS en Il s agit d actifs de réserves internationales alloués aux pays membres du FMI, en plus des actifs de réserves existants. Entre 1970 et 1997, le FMI a effectué six allocations totalisant 21.4 milliards de DTS. Chaque nation a ses souscriptions de réserves et en plus des DTS chez le FMI. Malgré que les DTS n aient pas encore atteint leur potentiel et étaient, au départ, négociés entre banques centrales, de nos jours certaines banques acceptent des dépôts en DTS et octroient aussi des crédits libellés en DTS. Ils sont aussi utilisés comme unité de compte pour les obligations et d autres actifs. La valeur des DTS est déterminée quotidiennement par la moyenne pondérée des cinq principales devises: à savoir le dollar des Etats Unis, le deutschmark, le franc français, le yen Japonais, et la livre sterling. Le panier des devises est révisé tous les cinq ans. Le 28 août 1995 la valeur des DTS était de A partir du premier janvier 1996 la valeur des DTS est déterminée par la somme des valeurs de chacune des cinq principales devises comme suit: Table 2 : Composition des Droits de Tirages Spéciaux Devise Valeur Pondérations Dollar américain Deutsche mark Yen Japonais Franc français Livre sterling Source: Baker [1998] Ces mesures n ont pas permis d arréter la spéculation stimulée par les déficits continus et persistants de la balance des paiements américaine, l érosion lente et soutenue des réserves en or des Etats Unis, et la baisse apparente du dollar. Une crise monétaire internationale se plantait à l horizon dès l été Les Etats Unis avaient quelques 88 milliards de dettes à court terme envers l étranger. En même temps l offre officielle Américaine d or à passé en dessous de 12 milliards de dollars, au taux officiel de 35 USD par once. Parmi les 88 milliards d exigibilité à court terme détenues par des étrangers, il y avait 50% détenues par d autres banques centrales étrangères. Ce montant ne présentait pratiquement pas de souci vu la capacité de l administration américaine à négocier avec leurs partenaires étrangers. Les autres 50% sont répartis entre des firmes multinationales pour la moitié; ces firmes étaient aussi prévisibles dans le sens qu elles ne risquent pas d échanger leurs avoirs en réserves internationales. Les autres 25% étaient entre les mains des spéculateurs étrangers, des cheikhs des pays du golfe, et d autres parties inconnues. Ces 22 milliards de dettes peuvent être à tout moment présenté pour échange contre de l or absorbant ainsi la totalité des réserves américaines. Le 15 août 1971 reconnaissant la perte du contrôle sur ces facteurs, l administration américaines décida d annoncer officiellement que les Etats Unis ne vont plus acheter ou vendre de l or contre des avoirs libellés en dollar. En passa soudainement d un système d ètalon-or à un système d étalon-dollar. La chute finale du système de Bretton Woods a réellement commencé à la fin de l année 1967 avec la dévaluation de la livre sterling de 2.8 USD à 2.4 USD. La chute des réserves en or américaines à conduit à l abolition du pool d or en 1968 et l établissement de ce qu on appelait le marché d or à deux tiers. Les problèmes se sont aggravés lorsque le franc français a été dévalué (contre le dollar) par 11.1% le 10 août Le 27 octobre 1969 le Deutsche mark a été réévalué par 9.3%, le franc suisse par 7.1 le 9 mai Le premier juin 1970 le dollar canadien est devenu de nouveau flottant, et le deutsche mark a suivi au moi de mai de l année suivante. La spéculation contre le dollar s est accru jusqu à ce que l administration Nixon ait décidé de suspendre l achat et la vente de l or et d imposer une taxe de 50% sur les importations. Les principaux pays occidentaux acceptaient de négocier le système monétaire international tel qu il existe et d arrêter le rattachement de leurs devises au dollar. Dans une réunion au Smithsonite Institut à Washington au moi de décembre 1971, les principaux pays industrialisés ont tenté de réaligner les taux de change de leurs devises. A la suite de cette réunion, un accord qui portera le nom du Smihsionian Agreement a permis de restaurer le système de change fixe et le dollar est devenu la monnaie standard. En même temps le dollar a été dévalué et laissé fluctuer dans des bandes plus larges. Le yen a été réévalué de 7% par rapport à sa valeur de parité du moi de mai 1971, et le deutsche mark par 4%, mais la devise américaine est restée non convertible en or. Cependant, le Smithsonian Agreement n a pas résolu la question de l or ni inclus aucune proposition qui vise à assurer une plus grande harmonisation des politiques économiques domestiques. Cet accord à conduit à une courte période de stabilité jusqu au 23 juin 1972 lorsque la Bank of England a décidé de lever tous genres de contrôle sur la livre sterling, suivie par la Banque Nationale Suisse qui le 23 janvier 1973, a renoncé à supporter le dollar américain, qui de nouveau a été dévalué le 13 février 1973 ; en même temps le yen japonais a commencé à flotter. 4

5 A partir du mois de Mars 1973 les six pays de la CEE ont laissé leurs devises flotter librement contre le dollar, mais en même temps ont maintenu des bandes de variations pour les taux de change bilatéraux entre eux. Cette tentative de flottement commun a été en quelque sorte handicapée par des taux d inflation différents et des politiques monétaires non coordonnées entre les six pays. A ce point le système de Bretton Woods s est totalement effondré et le passage à un régime de flottement est devenu inévitable. Une des raisons qui ont contribué à l échec du maintien des parités prévues, était les attaques spéculatives sur certaines devises et qui ont été rendu possibles par la disponibilité de fonds à échelle internationale. Certains estiment les profits résultant de la réévaluation à 2 milliards de dollars entre 1967 et Ces profits ont été réalisés aux dépens des banques centrales. Les risques et les coûts des opérations sur le marché des changes étaient faibles comparés à ceux encourus dans le cas d un régime de change flottant. Mieux encore, ce système a permis la transmission de la pression inflationniste enregistrée à l origine dans l économie centrale (i.e., les Etats Unis) à un nombre d autres pays du système. L intervention des autorités monétaires a eu des effets sur la demande à travers l accroissement de la liquidité monétaire qui a induit, par conséquent, l augmentation des prix. En effet assurer la stabilité des prix en termes des principales devises, était crucial pour le fonctionnement du système. III- LE SYSTEME MONETAIRE INTERNSONAL APRES L ECHEC DE BRETTON WOODS L abandon du système des changes fixes, a été caractérisé par le désir d un nombre de pays d atteindre un degré d indépendance au niveau des politiques monétaires domestiques et de réduire par conséquent l influence des politiques économiques américaines sur le reste du monde. On pensait aussi qu un système libre dans le cadre duquel les taux de change sont déterminés par les forces du marché permettrait de mieux stimuler le développement du commerce international. Au départ, le débat tournait autour de la question ou bien de laisser le taux de change flotter de manière totalement libre désigné autrement par le flottement propre, ou bien d adopter un régime de flottement dirigé désigné aussi par le flottement sale. Dans le cadre de ce dernier système les autorités peuvent intervenir sur le marché ou imposer des mesures de contrôles dans l objectif d influencer le taux de change. Il a été souvent suggéré que de telles interventions produisent un marché ordonné et éviteront d avoir des fluctuations extrêmes. Plusieurs types de régimes de change sont apparus dans le cadre du système actuel et la seule restriction était que, dans le cadre d un système de change fixe, la devise ne doit pas être rattachée à l or. Dans la Table 2 on présente les différents régimes de change adoptés par les pays membres du FMI en Table 3 : Les Régimes De Change Pratiqués Par Les Pays Membres Du FMI en 1975 Nombre de devises Les devises indépendamment flottantes Les devises rattachées à une seule deviser Rattachés au dollar américain Rattachées au franc français Rattachées à livre sterling Rattachées à la peseta espagnole 1 - Rattachées au rand sud-africain 3 - Devises rattachées à un panier de devises Rattachées aux DTS Rattachées à d autres paniers Devises rattachées à une formule de pondération Devises flottant conjointement Source : Rapport annuel du FMI 1975 La part dans le commerce des pays membres du FMI Selon le rapport du FMI en date du 30 juin 1983, il y avait 93 pays qui rattachaient leurs devises soit à une seule devise soit à un panier de devises incluant les huit pays membres du Système Monétaire Européen SME. Sept pays utilisaient des arrangements de flexibilité limitée vis à vis d une seule devise ou sur de bases coopératives ; d autres pays, au total 35, adoptaient des régimes plus ou moins flexibles. La triade formée du Japon, de l Europe de l Ouest et de l Amérique du Nord avaient des taux de change flexibles entre elles. Les différents types de régimes et de relations entre l ensemble des pays de l Organisation de Coopération et de Développement Economique OCDE sont représentés dans la Table 3. Pour la majorité des pays en voie de 5

6 développement le régime de change répondait souvent aux exigences des politiques économiques poursuivies par chaque pays. Table 4 : Les Politiques De Change Des Principaux Pays De l OCDE Flottement Membres du SME Rattaché à un Autres indépendant panier de devises Royaume Uni Etats Unis Allemagne de l ouest France Australie Suède Autriche (deutsche mark) Suisse Japon Canada Pays Bas Belgique Luxembourg Danemark Irlande Finlande Norvège Source : FMI Statistiques Financières Internationales Rapport sur les pays de l OCDE (différents éditions) La caractéristique principale du passage du régime fixe au régime flexible à partir de 1973 était l accroissement important et inattendu de la volatilité des taux de change, qui était substantiel à la fois en termes réels et nominales. Baillie et McMahon [1994], notent que l une des importantes leçons tirées de l expérience de flottement courante, est que la transmission à échelle internationale de la croissance, de l inflation et du chômage n a pas été éliminé par l adoption d un régime flottant. Dans le cadre du régime fixe le mécanisme de transmission des politiques économiques divergentes était indirect, opérant à travers la balance des paiement et les variations dans les réserves officielles. Sous le régime actuel, l interdépendance macro-économique s est accrue de manière remarquable et la transmission est devenue, par conséquent, souvent directe, se reflétant dans les variations des prix relatifs, des salaires réels et des coûts du capital réels. De nos jours les économies domestiques sont devenues plus vulnérables aux chocs externes, tels que les crises du pétrole, les guerres, les faillites des banques, les crises financières, etc. De tels événements qui conduisent souvent à des mouvements excessives dans les taux de change nominaux sont connus sous le nom de «bulles» et engendrent souvent des changements substantiels dans les termes réels des échanges et dans la compétitivité internationale. La présence de bulles se traduit par un taux de change non relié à ces déterminants fondamentaux qui peut conduire à une mauvaise allocation des ressources réels et financières. Le déséquilibre apparent et omniprésent des taux de change apparaît être le résultat de l éventail de politiques divergentes mises en place par les différents pays, et met en cause la croissance du commerce international et l amélioration du bien être enregistré durant les quatre dernières décennies. Un aspect particulièrement important dans cette analyse est le rôle joué par les taux d intérêt. Les variations dans les différentiels de taux d intérêt affectent instantanément les anticipations sur le marché des changes et les autres marchés d actifs et, à travers l interdépendance des marchés, affectent les marchés des biens et des facteurs. Ce problème était particulièrement prévalent dans les années lorsque les Etats Unis ont maintenu des taux d intérêt élevés engendrant des conflits avec les autres pays industrialisés. La surévaluation du dollar associées avec une politique monétaire rigide et une fiscalité déséquilibrée ont eu pour effet accroître les prix des biens importés pour les autres pays en particulier le pétrole dont les prix sont libellés en dollars. L effet conjoint était accroître les pressions inflationnistes et stimuler la fuite d investissement étant donné que les pourvoyeurs de fonds internationaux voyaient ailleurs des revenus plus élevés et un risque moindre. La surévaluation persistante du dollars dans les années constitue un contre argument à l idée qu on peut toujours s attendre à un renversement de tendance. McKinnon [1981] qu un tel phénomène était totalement imprévisible à l aube du passage au régime de change flottant en A cet époque il était souvent affirmé que la volatilité à court terme constituerait probablement un problème, mais sur le long terme, les forces du marché conduiront les taux de change à un niveau qui permet d assurer l équilibre de la balance des paiements et éliminer les différentiels d inflation entre les principaux pays industrialisés 6

4.1.2. Le système de Bretton-Woods (1945-1971)

4.1.2. Le système de Bretton-Woods (1945-1971) 4.1.2. Le système de Bretton-Woods (1945-1971) La genèse du nouveau système Les leçons de l entre-deux-guerres L effondrement du SMI au cours des années 1930 a marqué les responsables de la reconstruction

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES I- un bref survol historique du système monétaire international Le Système Monétaire International (SMI) représente le cadre institutionnel des échanges internationaux.

Plus en détail

Vers quel système monétaire international?

Vers quel système monétaire international? Colloque International de la Banque de France Paris, le 4 mars 2011 Jacques de Larosière Vers quel système monétaire international? J axerai mes propos sur trois thèmes : 1. Quelles ont été - historiquement

Plus en détail

Introduction I. Le système de Bretton Woods (1945-1971) Chapitre 2 - Le Système Monétaire International 1

Introduction I. Le système de Bretton Woods (1945-1971) Chapitre 2 - Le Système Monétaire International 1 Chapitre 2 Le Système Monétaire International Chapitre 2 - Le Système Monétaire International 1 PARTIE B. Le système monétaire international depuis 1945 Chapitre 2 - Le Système Monétaire International

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 3 Bretton Woods et le système monétaire 3.1 L étalon-or Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 1 Le prix d or

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies

4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies 4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies L effondrement du système de Bretton-Woods (1965-1971) Le problème de la convertibilité du dollar Le paradoxe de Triffin aurait pu être surmonté par une politique

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Les systèmes de taux de change

Les systèmes de taux de change Les systèmes de taux de change Du taux de change fixe au taux de change flottant 2012 1 Introduction Dans une économie globalisée, avec des marchés financiers intégrés, comme celle dans laquelle nous vivons

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ (1 $ = 0,8 ) Une appréciation du taux de

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Chapitre 6 Le système monétaire international

Chapitre 6 Le système monétaire international Introduction 1) les régimes de change a) définition et typologie Chapitre 6 Le système monétaire international A retenir. Les régimes d arrimage ferme (terminologie du FMI) : les changes fixes mais aussi

Plus en détail

UPEC - AEI M2 AMITER Action humanitaire internationale et ONG Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann 2011 1

UPEC - AEI M2 AMITER Action humanitaire internationale et ONG Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann 2011 1 Les fonctions d un système monétaire international Les crises et la réforme du SMI fondé à Bretton Woods. La nature du système né dans les années 1970 Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

DE l ETALON-OR à l EURO

DE l ETALON-OR à l EURO DE l ETALON-OR à l EURO 1- Un peu d histoire Pendant des siècles, les métaux précieux (argent et or) ont servi au règlement des échanges commerciaux intérieurs et internationaux. Progressivement, les billets

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Système Monétaire International Et Système Financier International

Système Monétaire International Et Système Financier International Système Monétaire International Et Système Financier International I. Le S.M.I Objet du SMI : c est l établissement de règles relatives aux échanges de biens de services de capitaux entre pays qui utilisent

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Exposé sur le système monétaire internationale Plan CHAPITRE Ι: Généralités. 1-Définition du système monétaire international. 2-Les raisons du système monétaire international. 3-Les caractéristiques du

Plus en détail

Il faut un véritable Bretton Woods II

Il faut un véritable Bretton Woods II Il faut un véritable Bretton Woods II par PIERRE PASCALLON Professeur Agrégé de Faculté - 1 - Nos dirigeants politiques européens - Nicolas Sarkozy, mais aussi Gordon Brown, Premier Ministre britannique,

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard Note de synthèse : Les avantages et les inconvénients d une politique de changes flexibles La politique de change

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Présentation de David Cobham Heriot-Watt University, Edinburgh 1 Esquisse: Les variables coloniales dans les modèles de gravité

Plus en détail

Heurts et malheurs du système monétaire international

Heurts et malheurs du système monétaire international Heurts et malheurs du système monétaire international Introduction : du système monétaire international à la finance internationale I) Le système monétaire international issu de Bretton Woods (1944) 1

Plus en détail

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut LE DOLLAR règne en maître, par défaut Les arrangements monétaires internationaux sont examinés à la loupe depuis la crise financière mondiale Eswar Prasad LE DOLLAR a été la principale monnaie mondiale

Plus en détail

Quel est le "bon" système de Bretton-Woods?

Quel est le bon système de Bretton-Woods? aoűt 9 - N 359 Quel est le "bon" système de Bretton-Woods? Le Système Monétaire International de Bretton-Woods "normal" est un système où le pays dont la monnaie s'affaiblit doit passer à une politique

Plus en détail

CHAPITRE 4 : DETERMINANTS DU CHANGE ET SMI

CHAPITRE 4 : DETERMINANTS DU CHANGE ET SMI CHAPITRE 4 : DETERMINANTS DU CHANGE ET SMI Monnaie et Finance Internationales David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2014-2015 Université Paris 8 Table des matières 1 Les déterminants du

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

Vers une réforme du système monétaire et financier international

Vers une réforme du système monétaire et financier international Colloque de l Académie des Sciences Morales et Politiques Paris, le 20 juin 2011 Vers une réforme du système monétaire et financier international INTRODUCTION Le monde vient de subir la crise économique

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

4.1.1. Le régime de l étalon-or (1879-1933)

4.1.1. Le régime de l étalon-or (1879-1933) 4.1.1. Le régime de l étalon-or (1879-1933) «L âge d or» (1879-1914) Introduction Pendant des siècles, les échanges commerciaux intérieurs et internationaux se sont réglés en métaux précieux. Jusqu'à la

Plus en détail

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL BIBLIOGRAPHIE Lenain P., 2002, Le FMI, Repères, La découverte. (code LEA 332.15 LEN) SITE INTERNET : www.imf.org I LE FMI, INSTITUTION CENTRALE DU NOUVEL ORDRE MONETAIRE

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis

Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis Pourquoi le fléchissement des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis est un phénomène américain

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

CHAPITRE 3 : REGIMES DE CHANGE ET SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

CHAPITRE 3 : REGIMES DE CHANGE ET SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL CHAPITRE 3 : REGIMES DE CHANGE ET SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL Monnaie et Finance Internationales David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2013-2014 Université Paris 8 Table des matières

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Les crises des changes dans l étalon or

Les crises des changes dans l étalon or 7 Le système Bretton Woods Les crises des changes dans l étalon or Déficit du compte courant sortie d or - Banque centrale doit offrir l or aux étrangers en échange des billets -Réserves finies pas soutenable

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences.

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences. Cours passé : Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Aujourd hui : Le «peg» du yuan et les conséquences. - Important rappel théorique ; - Le contexte ; - L effet sur le niveau des taux d intérêt

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Les concepteurs des accords de Bretton Woods, dès le début des années

Les concepteurs des accords de Bretton Woods, dès le début des années 142 La libéralisation financière au cœur de la crise Xavier Dupret Chercheur au Groupe de recherche sur une stratégie économique alternative (Gresea), Belgique Les concepteurs des accords de Bretton Woods,

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement spécifique Science économique Thème n 2 : Mondialisation, finance internationale et

Plus en détail

LA HAUSSE DU DOLLAR CANADIEN

LA HAUSSE DU DOLLAR CANADIEN PRB 03-26F LA HAUSSE DU DOLLAR CANADIEN Michael Holden Division de l économie Révisé le 22 novembre 2007 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE PARLEMENTAIRES

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-5 Politiques

Plus en détail

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Plan de la fiche 1. Notions de base 2. Problèmes économiques et sociaux 3. Théories et auteurs 4. Repères historiques La croissance économique dans le monde est-elle

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Le SMI. Chapitre 1. 1.1 Les origines historiques du SMI actuel. 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or

Le SMI. Chapitre 1. 1.1 Les origines historiques du SMI actuel. 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or Chapitre 1 Le SMI 1.1 Les origines historiques du SMI actuel 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or L étalon change-or (Conférence de Gênes - 1922) Caractéristiques : Chaque monnaie nationale

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail

Pas de «chaînes en or» pour notre Banque nationale dossierpolitique

Pas de «chaînes en or» pour notre Banque nationale dossierpolitique Pas de «chaînes en or» pour notre Banque nationale dossierpolitique 29 août 2014 Numéro 5 Initiative sur l or Le 30 novembre 2014, le souverain se prononcera sur l initiative populaire «Sauvez l or de

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

Le globalisme économique du Royaume-Uni

Le globalisme économique du Royaume-Uni Le globalisme économique du Royaume-Uni Alexis GARATTI Artisan et partisan de longue date de la globalisation, le Royaume-Uni souffre plus intensément des effets de la crise. Malgré ces difficultés, les

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

L euro : huit ans après

L euro : huit ans après L euro : huit ans après Gilbert Koenig Au cours de ses huit années d existence, l euro s est imposé au sein de l union monétaire en tant que monnaie supranationale et dans le système monétaire international

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION À L

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 6 mars 2015 Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 La Banque nationale suisse (BNS) a

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE CHANGE DE LA BCRG, FONDEMENTS ET OBJECTIFS 1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne La politique monétaire et de change

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro?

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro? Florian Colas Conférence d économie approfondie Note sur un point technique, élaborée à partir d un entretien avec Madame Claudine Cortet, Conseiller auprès du Directeur général des Etudes et Relations

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

Le Marché des Changes haïtien

Le Marché des Changes haïtien Le Marché des Changes haïtien Le taux de change Vers la fin des années 1980 la parité fixe de 5 gourdes pour 1 dollar américain qui prévalait depuis plus de 60 ans allait progressivement disparaître en

Plus en détail

Politiques économiques

Politiques économiques Politiques économiques Benoît Bayenet Email : bbayenet@ulb.ac.be http://www.bayenet.be Année académique 2014-2015 Faculté des sciences politiques et sociales Université libre de Bruxelles 1 La politique

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro?

Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro? Virginie Coudert avril 2000 Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro? Contribution au rapport du CNCT 2000 La création de l'euro et la disparition des monnaies sous-jacentes ont profondément modifié la structure

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail