Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada"

Transcription

1 Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des banquiers Autorisations En-cours canadiens (ABC), révèlent que les banques du Canada continuent à mettre 7 davantage de capitaux à la disposition des entreprises du pays en vue de 6 5 contribuer à leur expansion et à leur croissance économique. En primeur, le présent rapport compare le crédit autorisé et l en-cours de crédit afin de fournir une idée plus claire du soutien 9 Sources : ABC en financement fourni par les banques aux entreprises canadiennes depuis le début de la crise financière mondiale. En effet, entre 9 et, le crédit autorisé par les banques aux entreprises canadiennes a augmenté de 55 milliards de dollars, passant à 86,9 milliards. Parallèlement, l en-cours a augmenté de 67,7 milliards et se situe à 349,8 milliards de dollars (figure ). Le crédit autorisé représente le montant total de fonds mis par les banques à la disposition des entreprises clientes. L en-cours de crédit représente le montant actuel que le client a emprunté de la somme totale de crédit autorisée par la banque. La demande de crédit aux entreprises est à la hausse Tout au long de la crise financière et durant une grande partie de la relance économique, le secteur des ménages a servi de base pour la croissance économique du pays. Parallèlement, la confiance des entreprises avait baissé, avant de se rétablir graduellement, au fur et à mesure que l économie L ABC définit le crédit aux entreprises comme étant le crédit accordé aux clients commerciaux des banques, qui se trouvent au Canada. Les statistiques comprennent toutes les facilités de crédit, notamment les prêts directs, les acceptations bancaires, les cartes de crédit, les prêts hypothécaires commerciaux, les prêts en devises américaines aux clients canadiens, les lettres de crédit et les lettres de garantie, le crédit-bail, les créances titrisées et les montants impayés à partir de découverts. Les données agrégées ont été recueillies auprès des banques suivantes : Banque CIBC, Banque canadienne de l Ouest, Banque HSBC Canada, Banque Laurentienne, Banque de Montréal, Banque Nationale, Banque Royale, Banque Scotia et Banque TD.

2 se redressait. Cette réalité est reflétée dans les plus récentes données de la Banque du Canada sur le crédit aux ménages et aux entreprises. Bien que, durant la récession, la croissance des crédits aux ménages ait été plus importante que la croissance des crédits aux entreprises, l inverse se produit depuis la fin de, avec les crédits aux entreprises affichant un rythme de croissance plus accéléré. En effet, le taux de croissance des crédits aux entreprises a dépassé sa moyenne de 5 ans, tandis que le taux de croissance des crédits aux ménages est passé sous sa moyenne de 5 ans. Les banques du Canada jouent un rôle important dans le financement de l économie, des ménages et des entreprises au Canada. Les banques bien portantes sont mieux aptes à répondre à cette demande que des banques qui éprouvent des difficultés. Les banques solides sont en mesure d obtenir des capitaux de leurs déposants, des détenteurs de leurs obligations ainsi que de leurs actionnaires, en vue de les prêter aux ménages et aux entreprises. Les banques canadiennes sont généralement reconnues comme faisant partie des plus saines et des plus solides au monde. Durant la crise financière, ces qualités leur ont permis de continuer à pourvoir à la demande de crédit de leurs clients, contribuant ainsi à limiter les effets de la récession au Canada et à contribuer à la relance économique du pays. Avec l économie canadienne qui reprend son cycle normal et la croissance économique, bien que modeste, qui s annonce pour la deuxième moitié de cette année et le début de l année prochaine, la confiance générale revient graduellement. Les entreprises canadiennes seront en une meilleure position pour profiter des réserves de crédit mises à leur disposition par nos banques, et ainsi élargir leurs activités, embaucher des travailleurs et augmenter leur bénéfice. Une économie plus forte permettra aux entreprises de contracter des prêts et d en assurer le remboursement. Par ailleurs, le maintien des faibles taux d intérêt sera avantageux pour les entreprises qui désirent emprunter. À la fin de juin 3, le taux d intérêt effectif pour les entreprises s'établissait à 3,38 %, proche de son plus faible niveau historique (figure ). % Taux d intérêt effectif pour les entreprises (Figure ) La politique monétaire est certes un des principaux facteurs qui ramènent à la baisse les coûts d emprunt, mais ce n est pas le seul. Comme l a noté 7 la Banque du Canada dans son Rapport sur la politique monétaire (RPM) du mois d avril, un secteur bancaire sain joue également un important rôle à cet égard. La bonne santé financière des banques canadiennes leur permet un accès constant à des fonds, en dollars canadiens comme en monnaies étrangères, à un coût avantageux sur l ensemble des échéances. 8 Source : Banque du Canada 9 3 Rapport sur la politique monétaire, Banque du Canada, avril 3, p..

3 Facilités par les prêts bancaires, les investissements des entreprises demeurent un moteur essentiel de la croissance économique dans son ensemble (figure 3). Depuis le début de 7, l en-cours de crédit commercial bancaire a augmenté de 35 % alors que le crédit autorisé a augmenté de 9 %. Croissance des prêts bancaires plus rapide que celle du PIB (Figure 3) Indice = En-cours de crédit Crédits autorisés PIB nominal T4 6 T 7 T 7 T3 7 T4 7 T 8 T 8 T3 8 T4 8 T 9 T 9 T3 9 T4 9 T T T3 T4 T T T3 T4 T T T3 T Pendant cette même période, l économie canadienne n a progressé que de % 3. Il est manifestement vrai comme l ont souligné l Enquête sur les perspectives des entreprises et l'enquête auprès des responsables du crédit, menées par la Banque du Canada que les conditions d emprunt ont globalement peu varié entre la fin de 9 et la fin de. Les crédits bancaires autorisés et en-cours, accordés aux entreprises, surpassent maintenant leur moyenne de 5 ans, ce qui confirme la récente observation de la Banque du Canada que l offre et le coût des crédits demeurent très avantageux au Canada et fournissent un soutien continu important pour l expansion économique 4. Par exemple, les autorisations annuelles pour l exercice terminé en ont augmenté de 8 %, soit le double de la moyenne historique. À la fin de, les crédits bancaires autorisés s élevaient à 86,9 milliards de dollars. Les en-cours, pour leur part, ont augmenté de près de %, soit de plus du double de la moyenne de 4,3 % pour la période de 5 ans. Ainsi, à la fin de, les en-cours des crédits bancaires aux entreprises totalisaient 349,8 milliards de dollars. Le crédit aux petites et moyennes entreprises Les banques octroient depuis longtemps des crédits aux petites et moyennes entreprises (PME 5 ) dans un marché du crédit hautement concurrentiel. En effet divers prêteurs se livrent concurrence auprès de ces entreprises, ce qui a créé un marché du crédit sain pour les PME. Selon une récente étude d Industrie Canada 6, les PME considèrent l accès au financement comme étant l obstacle 3 Sur une base nominale. 4 Rapport sur la politique monétaire, Banque du Canada, avril 3, p.. 5 L ABC considère comme petite ou moyenne entreprise (PME) toute entreprise ayant une autorisation de crédit inférieure à cinq millions de dollars. Le montant de un million de dollars a été révisé à la hausse afin d aligner la définition de l ABC avec la définition utilisée par Statistique Canada dans son Enquête semestrielle auprès des fournisseurs de services de financement aux entreprises 6 Enquête sur le financement et la croissance des petites et moyennes entreprises,, Industrie Canada (publiée le 8 février 3).

4 externe à la croissance le moins problématique 7. Par ailleurs, en, près de 9 % des PME ont vu leurs demandes de crédit approuvées en totalité ou en partie, avec moins de 8 % des PME déclarant un refus de leurs demandes de crédit 8. Prêts bancaires aux PME plus stables que la croissance économique (Figure 4) 5 Indice = 5 5 Crédits autorisés En-cours de crédit PIB nominal 9 Ces observations sont conformes aux actions du secteur bancaire. En effet, que l économie se porte bien ou non, et peu T4 6 T 7 T 7 T3 7 T4 7 T 8 T 8 T3 8 T4 8 T 9 T 9 T3 9 T4 9 T T T3 T4 T T T3 T4 T T T3 T4 importe le cycle économique, les banques prêtent aux PME solvables, leur offrant une vaste gamme de produits de crédit, y compris les prêts et les marges de crédit (figure 4). En fait, pour les banques, le portefeuille de crédit aux PME est plus important que la plupart de leurs portefeuilles de crédit sectoriels. Le crédit auprès des banques était accessible pour les PME tout au long de la crise financière et de la récession qui a suivi, alors que, en 8 et au début de 9, l économie canadienne se contractait de 7, % Prêts bancaires aux PME (Figure 5) Autorisations En-cours De plus, les banques ont augmenté de 6,3 % les crédits autorisés (figure 5) et les PME ont haussé leurs emprunts, les en-cours ayant augmenté de 6,8 % depuis Sources : ABC 7 Enquête sur le financement et la croissance des petites et moyennes entreprises,, Industrie Canada (publiée le 8 février 3), tableau. «Obtention du financement» s est classée derrière «Augmentation du coût des intrants» «Instabilité de la demande de produits et services», «Intensification de la concurrence», «Réglementations gouvernementales», «Pénurie de travailleurs» et «Autre». Ces résultats étaient les mêmes, peu importe la taille de la PME. 8 Ibid. (Tableau 3). Près de 85 % des PME ont affirmé que le montant total de leur demande de financement par emprunt a été approuvé et 5 % ont déclaré qu un montant partiel de la demande a été accordé. Seulement 7,7 % des PME ont vu leur demande de financement par emprunt rejetée. 9 Selon les données de Statistique Canada, le PIB nominal a baissé de 7, % entre le troisième trimestre de 8 et le troisième trimestre de 9. Durant cette même période, le PIB réel a baissé de 3,8%.

5 Cette hausse de capitaux disponibles permet aux PME de tirer parti des occasions qui s offrent à elles et d accéder au crédit nécessaire pour financer leur croissance ou leurs activités courantes. Et il est possible d accéder à davantage de crédit! La disponibilité des capitaux non utilisés l écart entre les crédits autorisés et les en-cours de crédit est importante : les crédits disponibles aux PME sont passés de 6, milliards de dollars en 7, à 7,7 milliards de dollars en. À la fin de, les banques avaient autorisé des crédits de 85,5 milliards de dollars aux PME, qui n en ont utilisé que 4,8 milliards. Analyse sectorielle Soutien aux secteurs d activité économique du Canada L économie canadienne est bien intégrée et fortement diversifiée au chapitre des biens et des services. Notre système bancaire national est un rouage clé de cette économie, permettant aux banques de faire circuler les fonds à l échelle du pays afin de répondre aux demandes de crédit. En prenant des décisions de crédit au cas par cas, fournissant ainsi des capitaux aux entreprises solvables, les banques jouent un important rôle d intermédiation. Les en-cours de crédit globaux des banques augmentent et, depuis le début de, les crédits autorisés augmentent aussi dans tous les secteurs de l économie. Industries du savoir Les industries du savoir représentent un important soutien aux secteurs axés sur l innovation. Parmi ces industries du savoir, on compte les entreprises scientifiques et technologiques, par exemple celles qui se spécialisent dans les produits et les pièces du secteur de l aérospatiale, les services de traitement de données, les services-conseils ayant trait à l environnement, la pharmacologie et la médecine. Millards $ Source: ABC Prêts bancaires aux industries du savoir (Figure 6) 33 Autorisations En-cours Les crédits accordés par les banques canadiennes à ces catégories d entreprises ont augmenté de 3 % depuis 7 (figure 6). Les crédits disponibles non utilisés pour ces entreprises se sont établis à,7 milliards de dollars, soit une hausse de 6 %, depuis 7. Vente de détail et vente en gros Qu ils exploitent des magasins ou fassent affaire en ligne, les commerçants de détail, de même que les grossistes qui leur fournissent les marchandises, ont connu des difficultés temporaires pendant

6 la récession. Toutefois, ces secteurs ont maintenant dépassé leurs meilleurs résultats d avant la récession. Ces entreprises comptent parmi les plus importants utilisateurs de crédits bancaires, l offre et la demande de crédit dans ce secteur ayant essentiellement augmenté au rythme de la croissance économique (figure 7). Depuis 7, les crédits autorisés pour Prêts bancaires aux secteurs de la vente au détail et de gros (Figure 7) les détaillants et les grossistes 8 Autorisations ont augmenté de 4 %, ce qui a En-cours 75 permis à ces commerçants PIB sectoriel réel (échelle de droite) 89 7 d augmenter par 3,3 % leurs emprunts auprès des banques 65 6 pendant cette même période. 6 En, les entreprises dans ces secteurs disposaient de milliards de dollars en crédits non utilisés. Cette somme était de 36, milliards de dollars en Agriculture, pêche et foresterie Les entreprises des secteurs de l agriculture, de la pêche et de la foresterie fournissent des emplois et alimentent l économie des petites communautés rurales et de certaines des régions les plus éloignées du Canada Prêts bancaires aux secteurs de l agriculture, de la pêche et de la foresterie (Figure 8) 45 Autorisations En-cours PIB sectoriel réel Ces secteurs ont éprouvé de 5 légères difficultés pendant la récession, mais les crédits qui leur ont été octroyés étaient 5 conformes à leurs besoins (figure 8). Les crédits autorisés par les banques ont augmenté de 5, %, et les emprunts contractés par ces secteurs de,3 %, depuis 7. Les entreprises disposent maintenant de,5 milliards de dollars en crédits disponibles non utilisés, soit une hausse par rapport aux 9,5 milliards de 7. 7

7 Exploitation minière, carrières et puits de pétrole La demande des marchés émergents pour de la marchandise canadienne a augmenté au cours des deux dernières décennies, au fil de l intégration de ces marchés à l économie mondiale. La croissance économique de ces trois industries peut se révéler instable. On l a constaté pendant la crise financière, alors que les prix de l énergie et des métaux ont affiché un fort repli avant de regagner le terrain perdu. Prêts bancaires aux secteurs de l exploitation minière, des carrières et des puits de pétrole (Figure 9) Autorisations En-cours PIB sectoriel réel (échelle de droite) En dépit de cette volatilité, les producteurs canadiens d énergie et de métaux ont pu compter sur une hausse graduelle des crédits qui leur sont disponibles (figure 9). Les crédits disponibles non utilisés sont passés, de 38, milliards de dollars en 7 à 6,3 milliards de dollars en. Secteur manufacturier Au cours des dernières années, les fabricants canadiens ont dû composer avec de nombreux défis, notamment la vigueur du dollar canadien, la concurrence en provenance de l étranger, la difficulté d'attirer et de fidéliser leur main-d'œuvre et le coût des matières premières Prêts bancaires au secteur manufacturier (Figure ) Autorisations En-cours PIB sectoriel réel (échelle de droite) Malgré ces obstacles, les banques canadiennes ont choisi d appuyer ce secteur et continuent à lui accorder un soutien financier (figure ). Pendant la crise financière et la récession qui ont sévi à l échelle mondiale, les crédits disponibles au secteur manufacturier ont augmenté au rythme de sa croissance.

8 En, les entreprises de ce secteur disposaient de crédits non utilisés de près de 47,3 milliards de dollars, dont elles pouvaient faire usage sans devoir présenter de nouvelles demandes. Comparativement, en 7, ce montant était de 45,4 milliards de dollars. Les faits Le crédit bancaire offert aux entreprises canadiennes est solide et continue à croître, favorisant la croissance et l expansion de ces entreprises dans un climat de reprise économique.

Services bancaires pour les petites et moyennes entreprises Ce que vous devez savoir

Services bancaires pour les petites et moyennes entreprises Ce que vous devez savoir 06 Services bancaires pour les petites et moyennes entreprises Ce que vous devez savoir La majorité des clients d affaires des banques sont de petites et moyennes entreprises (PME). En effet, les banques

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE Le 20 janvier 2011 LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE ***La confiance des marchés asiatiques se rapproche de son niveau d avant la crise***

Plus en détail

Objet : Commentaires de l Association des banquiers canadiens sur le projet de loi 36 Loi sur la Banque de développement économique du Québec

Objet : Commentaires de l Association des banquiers canadiens sur le projet de loi 36 Loi sur la Banque de développement économique du Québec 1800, avenue McGill College Bureau 2480 Montréal (Québec) H3A 3J6 www.cba.ca Éric Prud homme Directeur, Direction du Québec Tél. : 514-840-8725 Téléc. : 514-282-7551 eprudhomme@cba.ca Le 8 mai 2013 Madame

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture

Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture Allocution de Marion G. Wrobel Directeur, Évolution des marchés et de la réglementation Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Foire aux questions Quatrième trimestre 2005

Foire aux questions Quatrième trimestre 2005 Foire aux questions Quatrième trimestre 2005 1. Quels sont les objectifs financiers de la CIBC pour l exercice 2006? Le 12 décembre, nous avons publié la version intégrale de la Reddition de comptes annuelle

Plus en détail

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Monsieur le Ministre, Messieurs les Secrétaires

Plus en détail

Exportation et développement Canada

Exportation et développement Canada Exportation et développement Canada Session d information à la réunion de la cellule de crise de la Conférence régionale des Élus (CRÉ) du Saguenay-Lac-Saint-Jean Saguenay, le 8 juin 2009 1 1 Qui est EDC?

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Septembre 2014 Sommaire I. ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Mythes et réalité concernant le crédit : Le point de vue d une banque. Programme

Mythes et réalité concernant le crédit : Le point de vue d une banque. Programme Mythes et réalité concernant le crédit : Le point de vue d une banque Programme 1. Les mythes et les réalités de l économie d aujourd hui Aperçu de la crise du crédit Les coûts d emprunt et leurs conséquences

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 222 MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 RÉSUMÉ Ce mémoire présente les observations de Genworth Financial Canada («Genworth») au

Plus en détail

Étude sur les efforts de recherche et d'innovation dans le secteur agricole

Étude sur les efforts de recherche et d'innovation dans le secteur agricole Étude sur les efforts de recherche et d'innovation dans le secteur agricole Allocution d Alex Ciappara Directeur, Analyses économiques Association des banquiers canadiens Prononcée devant Le Comité sénatorial

Plus en détail

Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015

Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015 Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015 En glissement mensuel, l agrégat M3 a enregistré, en juin 2015, une hausse de 2,% pour atteindre 1 7,8 MMDH. Cette évolution est attribuable principalement

Plus en détail

Performance commerciale du Canada

Performance commerciale du Canada Document de travail des Performance commerciale du Canada Examen de huit indicateurs Dylan Moeller d EDC Le 1 er août 2012 11 Table des matières Résumé... 3 1. Croissance des exportations... 5 2. Croissance

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Décision trimestrielle de la Banque nationale de Belgique concernant le taux du coussin contracyclique (1 janvier 2016): 0 %

Décision trimestrielle de la Banque nationale de Belgique concernant le taux du coussin contracyclique (1 janvier 2016): 0 % Décision trimestrielle de la Banque nationale de Belgique concernant le taux du coussin contracyclique (1 janvier 2016): 0 % Conformément à l'article 5, 2, de l'annexe IV à la loi bancaire, la Banque nationale

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions La monnaie, les banques et les taux Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires financiers

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale L année 2015, qui s'est amorcée deux semaines auparavant, s avère déjà mouvementée. Le pétrole a poursuivi sa chute brusque

Plus en détail

La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande

La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande N o 11 626 X au catalogue N o 018 ISSN 1927-5048 ISBN 978-1-100-99873-2 Document analytique Aperçus économiques La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande par Komal Bobal, Lydia Couture

Plus en détail

ÉTude BDC. Qu advient-il des moyennes entreprises canadiennes?

ÉTude BDC. Qu advient-il des moyennes entreprises canadiennes? ÉTude BDC Qu advient-il des moyennes entreprises canadiennes? Résumé -------------------------------------------------------------------------------------------------- 2 Autres principales conclusions

Plus en détail

Incidence des tendances de marketing

Incidence des tendances de marketing Incidence des tendances de marketing La publicité au Canada joue un rôle important dans l économie canadienne avec des dépenses qui devraient atteindre plus de 23,3 milliards de dollars en 211. Dépenses

Plus en détail

Cultivons l avenir 2 (Entreprises compétitives)

Cultivons l avenir 2 (Entreprises compétitives) Cultivons l avenir 2 (Entreprises compétitives) Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité permanent de

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l hiver 213-214 Vol. 1.4 13 janvier 214 Des signaux positifs ressortent de l enquête menée cet hiver, notamment en ce qui concerne

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE

MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE L AGRICULTURE POUR LE QUÉBEC Préparée pour l Union des producteurs agricoles 31 octobre 2014 Siège social : 825, rue Raoul-Jobin, Québec (Québec) Canada, G1N 1S6

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 Dans un contexte marqué par un repli général des taux d intérêt (d une fin d année à l autre, les taux directeurs ont baissé de près de 300 points

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Septembre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Septembre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC Mise à jour de novembre 2015 LE plan économique du québec NOTE Le masculin générique

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires au cours de l année 2013, avec un accent particulier

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014 L Tableau de bord mensuel Juin 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

2. Une rentabilité confortée par la hausse du produit net bancaire PNB et la baisse du coût du risque

2. Une rentabilité confortée par la hausse du produit net bancaire PNB et la baisse du coût du risque . Une rentabilité confortée par la hausse du produit net bancaire PNB et la baisse du coût du risque Après une année 9 encore impactée par la crise pour certains établissements, l amélioration en 1 de

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Profils de financement

Profils de financement Profils de financement DES PETITES ENTREPRISES Programme de recherche sur le financement des PME août 2007 Les petites et moyennes entreprises du Allan Riding, Université d Ottawa Barbara Orser, Université

Plus en détail

ASSOCIATION DES BANQUIERS CANADIENS STATISTIQUES EN BREF 2009

ASSOCIATION DES BANQUIERS CANADIENS STATISTIQUES EN BREF 2009 ASSOCIATION DES BANQUIERS CANADIENS STATISTIQUES EN BREF AU CANADA SEULEMENT (sauf indication contraire) Période (au, sauf indication contraire) Institutions financières incluses Disponibles par province

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES ET RÉPONSES

QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES ET RÉPONSES 1. QUI EST M. DENNIS GARTMAN? Dennis Gartman est l auteur de «The Gartman Letter» qui publie quotidiennement ses observations concernant les marchés des capitaux et qui traite en particulier des titres

Plus en détail

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002 Les financements et placements des ménages et des entreprises en 22 Après une phase de croissance soutenue et de forte valorisation boursière, l année 22, plus encore que 21, a été marquée par le ralentissement

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

ÉTUDE JLR 24 FÉVRIER 2015. Portrait du marché hypothécaire québécois. www.jlr.ca

ÉTUDE JLR 24 FÉVRIER 2015. Portrait du marché hypothécaire québécois. www.jlr.ca ÉTUDE JLR 24 FÉVRIER 2015 Portrait du marché hypothécaire québécois www.jlr.ca PORTRAIT DU MARCHÉ HYPOTHÉCAIRE QUÉBÉCOIS Le marché hypothécaire se transforme et l équipe de JLR a décidé de faire le point

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE 2015

LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE 2015 LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE DIFFUSION INTERDITE AUX ÉTATS-UNIS OU PAR L ENTREMISE DE SERVICES DE NOUVELLES DES ÉTATS-UNIS. Le 25 novembre

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mai 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mai 2015 L Tableau de bord mensuel Mai 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT Message aux détenteurs de parts Au nom des fiduciaires et de tous les employés de Cominar, il me fait plaisir de vous présenter les résultats du premier

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada

Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada Juin 2008 L Association des banquiers canadiens (ABC) apprécie d avoir l occasion de participer à

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

Foire aux questions Troisième trimestre de 2005

Foire aux questions Troisième trimestre de 2005 Foire aux questions Troisième trimestre de 2005 1. Quelles sont les répercussions des règlements en faveur de Enron sur vos résultats et vos ratios de capital? Le 2 août 2005, nous avons annoncé que nous

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

Services bancaires pour nouveaux arrivants Ce que vous devez savoir

Services bancaires pour nouveaux arrivants Ce que vous devez savoir 03 Services bancaires pour nouveaux arrivants Ce que vous devez savoir Toutes les grandes banques offrent une multitude de renseignements et d outils, notamment des listes de vérification, de l information

Plus en détail

POUR UN ENCADREMENT DES PÉNALITÉS HYPOTHÉCAIRES AU CANADA. Richard Beaumier, FCA, CFA, MBA VICE-PRÉSIDENT, COMITÉ RELATIONS GOUVERNEMENTALES

POUR UN ENCADREMENT DES PÉNALITÉS HYPOTHÉCAIRES AU CANADA. Richard Beaumier, FCA, CFA, MBA VICE-PRÉSIDENT, COMITÉ RELATIONS GOUVERNEMENTALES POUR UN ENCADREMENT DES PÉNALITÉS HYPOTHÉCAIRES AU CANADA Richard Beaumier, FCA, CFA, MBA VICE-PRÉSIDENT, COMITÉ RELATIONS GOUVERNEMENTALES FÉDÉRATION DES CHAMBRES IMMOBILIÈRES DU QUÉBEC Novembre 2010

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

Services bancaires pour nouveaux arrivants au Canada Ce que vous devez savoir

Services bancaires pour nouveaux arrivants au Canada Ce que vous devez savoir 07 Services bancaires pour nouveaux arrivants au Canada Ce que vous devez savoir Toutes les grandes banques offrent une multitude de renseignements et d outils, notamment des listes de vérification, de

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes N o 11 626 X au catalogue N o 26 ISSN 1927-548 ISBN 978--66-2984-5 Document analytique Aperçus économiques Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes par André Bernard Direction des

Plus en détail

Bilan 2010 Bâtiment et Travaux Publics

Bilan 2010 Bâtiment et Travaux Publics Bilan 21 Bâtiment et Travaux Publics absence de grands projets continue de pénaliser l activité du secteur, dont les indicateurs sont mal orientés pour la troisième année consécutive. Après plusieurs années

Plus en détail