Imposition des sociétés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Imposition des sociétés"

Transcription

1 Imposition des sociétés Introduction L imposition des sociétés est un sujet qui revêt une grande importance pour toute personne qui s occupe de planification financière ou successorale. La mise en place d un plan financier ou successoral peut devenir un véritable cauchemar lorsque les principes régissant l imposition des sociétés ne sont pas pleinement intégrés aux principes régissant l imposition des particuliers et des successions. Ce bulletin Actualité fiscale traite des aspects fondamentaux de l imposition des sociétés et examine de quelle façon ces concepts s intègrent à l imposition des particuliers et à celle des successions. Pour plus de précisions sur l imposition des contrats d assurance vie en rapport avec les sociétés, consultez le bulletin Actualité fiscale intitulé «Assurance vie détenue par une société Aspects fiscaux». Calcul du revenu imposable Aux fins des états financiers, une société calcule généralement son bénéfice net d après les normes comptables canadiennes élaborées à l intention des entreprises privées ou d après les Normes internationales d information financière («IFRS»). Des ajustements sont ensuite effectués pour les éléments qui sont traités différemment aux fins comptables et fiscales. Il est toutefois important de comprendre que le «revenu net» qui figure dans les états financiers n est généralement pas égal au «revenu imposable». Après certains ajustements, le revenu imposable de la société est déterminé. Les dépenses non déductibles aux fins de l impôt sont rajoutées au revenu net comptable. Ainsi, l amortissement comptable, une partie des frais de représentation et, dans certains cas, les primes d assurance vie sont rajoutés au revenu net. Les déductions permises aux termes de la Loi de l impôt sur le revenu, telles la déduction pour amortissement et les primes d une assurance cédée en garantie, réduisent le revenu net comptable. On peut également soustraire du revenu net comptable d autres rentrées de fonds non imposables comme les dividendes reçus d autres sociétés canadiennes et le produit d un contrat d assurance vie. Le présent bulletin Actualité fiscale ne vise pas à fournir une analyse détaillée des ajustements apportés. Cependant, pour une description détaillée de la comptabilisation de l assurance vie, reportez-vous au bulletin Actualité fiscale intitulé «Comptabilisation des contrats d assurance vie et d assurance maladies graves détenus par des sociétés». Classification des sociétés aux fins de l impôt L imposition d une société donnée repose notamment sur sa classification aux fins de l impôt. Les trois principaux types de sociétés aux fins de l impôt sont les sociétés publiques, les sociétés privées et les sociétés privées sous contrôle canadien («SPCC»). Une société publique est une société dont les

2 actions sont inscrites à une bourse prescrite. Une société privée est une société qui réside au Canada et qui n est pas une société publique. Une SPCC est une société privée qui n est pas contrôlée directement ou indirectement par une ou plusieurs personnes non résidentes. De nombreuses entreprises canadiennes de propriétaires-exploitants sont des SPCC. Taux d imposition L impôt de base fédéral perçu sur le revenu de la plupart des sociétés selon la Partie I de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi) est actuellement de 38 %. L impôt fédéral exigible est réduit d une somme égale à 10 % du revenu imposable de la société gagné dans une province ou un territoire du Canada. Cette réduction, appelée abattement de l impôt fédéral, vise à tenir compte de l impôt provincial que la société paie. Plusieurs autres réductions peuvent s appliquer au taux de la Partie I, selon le type de société en cause et le type de revenu gagné : Déduction accordée aux petites entreprises (17 %) La déduction accordée aux petites entreprises («DPE») réduit de 17 % le taux d impôt payable sur le revenu admissible (les critères d admissibilité à la DPE sont décrits ci-après). Déduction pour bénéfices de fabrication et de transformation (13 %) La déduction pour bénéfices de fabrication et de transformation («DBFT») s applique aux bénéfices tirés des activités de fabrication et de transformation. Cette déduction ne peut pas être demandée sur le revenu donnant droit à la DPE. Comme le taux de la DBFT est le même que celui de la réduction du taux général décrit ci-après (soit 13 %), il n y a plus d avantage à demander la DBFT, à moins d être également admissible à une déduction provinciale. La Saskatchewan, l Ontario, Terre-Neuve-Labrador et le Yukon sont les seules provinces à offrir encore la DBFT. Réduction du taux général (13 %) Actuellement, une réduction du taux général de 13 % est accordée sur le «revenu imposable au taux complet». Le «revenu imposable au taux complet» (défini à l article de la Loi) est essentiellement le revenu qui n est pas admissible à une autre réduction d impôt, telle que la DPE ou la DBFT. En ce qui a trait aux SPCC, le revenu de placement est exclu du revenu imposable au taux complet et n est donc pas admissible à la réduction du taux de 13 %. L impôt provincial ou territorial vient s ajouter à l impôt fédéral selon la province ou le territoire dans lequel la société exerce ses activités. Si la société fait des affaires dans plus d une province ou d un territoire, une formule est utilisée pour déterminer la répartition des revenus entre les provinces ou territoires. Toutes les provinces et tous les territoires ont une déduction pour les petites entreprises similaire à la DPE fédérale, mais les taux et les seuils applicables diffèrent d une province ou d un territoire à l autre. Déduction accordée aux petites entreprises Les SPCC peuvent bénéficier de la DPE de 17 % à l égard du revenu d une «entreprise exploitée activement» par une société qui ne dépasse pas le «plafond annuel des affaires». Le taux d imposition fédéral global sur le revenu assujetti à la déduction accordée aux petites entreprises est de 11 % (15,5 % avec l impôt provincial de l Ontario). Le revenu d activité qui excède le plafond annuel des affaires est soumis à un taux d impôt fédéral global de 15 % (26,5 % avec l impôt provincial de l Ontario pour l année civile 2014.) (Voir l Annexe A pour le calcul du taux.) L expression «entreprise exploitée activement» est définie au sous-alinéa 125(7) de la Loi comme étant toute entreprise exploitée par une société, autre qu une «entreprise de placement déterminée» ou une «entreprise de prestation de services personnels» et elle englobe un projet comportant un risque ou une affaire à caractère commercial. Cette définition sous-entend fondamentalement que des efforts doivent être déployés en vue de gagner un revenu, de sorte que la définition englobe la plupart des revenus d entreprise. Le revenu d une «entreprise de prestation de services personnels» («EPSP») est exclu de la définition de «revenu tiré d une entreprise exploitée activement» et, par conséquent, il ne donne pas droit à la DPE ni à la réduction du taux général. Une société exploite une entreprise de prestation de services personnels si elle remplit deux conditions. Premièrement, l entreprise fournit à un tiers les services d une personne qu elle emploie et dont on pourrait raisonnablement considérer que, si ce n était de l existence de la société, elle serait alors une employée du tiers. Deuxièmement, l employé, 2

3 ou une personne liée, possède directement ou indirectement au moins 10 % des actions de la société. Une EPSP est souvent décrite comme un «employé constitué en société». Il y a deux exceptions : la société n exploite pas une EPSP si elle compte plus de cinq employés à temps plein ou qu elle fournit des services personnels à une société associée. On définit habituellement une «entreprise de placement déterminée» comme une entreprise dont le but principal est de tirer un revenu de biens (notamment des intérêts, des dividendes, des loyers et des redevances). Toutefois, lorsque la société compte plus de cinq employés à temps plein, le revenu n est pas réputé être tiré d une entreprise de placement déterminée et peut être considéré comme un revenu tiré d une entreprise exploitée activement. Cette loi se fonde sur la théorie suivante : si une société est suffisamment grande pour employer plus de cinq employés à temps plein, des efforts sont déployés pour gagner un revenu de placement. Pour le client qui a une grande entreprise de location, cela peut représenter une occasion de se constituer en société et de bénéficier de la DPE, à condition d avoir plus de cinq employés à temps plein. Il est à noter également que les intérêts, loyers et redevances qu une société reçoit d une société associée sont réputés être un revenu provenant d une société exploitée activement aux termes du paragraphe 129(6) de la Loi, pourvu que le payeur ait déduit le montant lors du calcul du revenu provenant d une entreprise exploitée activement. Le plafond annuel fédéral des affaires est actuellement de $. Le plafond provincial pour 2014 est également de $, sauf pour le Manitoba et la Nouvelle-Écosse, dont le plafond provincial est de $ et de $ respectivement. Par conséquent, pour les revenus se situant entre le seuil fédéral et le seuil provincial dans ces deux provinces, le taux d imposition correspond à une combinaison du taux fédéral inférieur applicable aux petites entreprises et du taux général provincial supérieur. Toutes les sociétés associées doivent se partager le plafond annuel des affaires. Nous ne nous attarderons pas aux sociétés associées dans le présent bulletin. Toutefois, selon la règle de base, s il y a contrôle unique (c.-à-d. que le même actionnaire détient plus de 50 % des actions de chacune des sociétés), les sociétés sont associées. Par conséquent, un actionnaire ne peut pas multiplier le plafond accordé aux petites entreprises simplement en intégrant une autre société. La DPE fédérale est réduite progressivement lorsque le «capital imposable» de la société (ou des sociétés associées) pour l exercice précédent dépasse 10 millions de dollars et la déduction est complètement supprimée lorsque le «capital imposable» de la société est supérieur à 15 millions de dollars. Le calcul du «capital imposable» à cette fin est complexe, mais en général, il englobe le capital, les bénéfices non répartis et l endettement de la société, moins une déduction pour placements. Beaucoup de sociétés assez importantes (celles dont le capital imposable est inférieur à 10 millions de dollars) qui exploitent activement une entreprise pourront bénéficier de la DPE fédérale. Auparavant, l Ontario récupérait les prestations versées au titre de la DPE en imposant une surtaxe de 4,25 % sur le revenu excédant le plafond des petites entreprises en Ontario. Cette surtaxe a été éliminée le 1 er juillet Revenu de placement Le revenu de placement est le revenu qui provient d un bien et il est souvent appelé revenu inactif ou revenu hors exploitation. Le revenu de placement comprend habituellement les loyers, les intérêts, les dividendes et les redevances reçus. Bien que les gains en capital ne soient pas inclus dans l expression «revenus de biens» utilisée dans la Loi, la partie imposable des gains en capital (après déduction des pertes en capital) est incluse dans le revenu de placement (défini dans le paragraphe 129(4) de la Loi). À noter que seulement la moitié des gains en capital sont inclus dans le revenu imposable et que, par conséquent, le taux réel d imposition des gains en capital correspond à la moitié du taux des autres revenus de placement. Le revenu de placement (autre que les dividendes reçus d une société canadienne) est assujetti à l impôt de base prévu à la Partie I. Pour une entité autre qu une SPCC qui n est pas une société de placement, le revenu de placement est imposé de la même manière et au même taux que le revenu d activité (soit au taux général de 38 % moins l abattement de 10 % et la réduction du taux général de 13 %.) 3

4 Toutefois, le revenu de placement que gagne une SPCC n est pas admissible à la DPE de 17 % ni à la réduction du taux général de 13 %. De plus, le revenu de placement d une SPCC est assujetti à un impôt supplémentaire «remboursable» de 6,67 %. Cela signifie que le taux d imposition fédéral global applicable au revenu de placement gagné par une SPCC s établit à environ 35 % (ou à environ 46 % avec l impôt provincial ou territorial) (voir l Annexe A). Un taux d imposition élevé est appliqué au revenu de placement gagné par une SPCC afin d éviter que des particuliers reportent le paiement de l impôt sur les placements par l intégration d un portefeuille de placements. Toutefois, l intention de cette mesure n est pas d imposer indûment le revenu de placement gagné par une société de manière intégrée (lorsque ce revenu se retrouve entre les mains des actionnaires). Par conséquent, afin d assurer le fonctionnement adéquat du système fiscal, la Loi utilise un système d impôt remboursable. Une partie de l impôt fédéral payé par une SPCC aux termes de la Partie I (26,67 % du revenu de placement imposable) est remboursable lorsque le revenu est distribué à un actionnaire sous forme d un dividende imposable. Un compte spécial que l on appelle l impôt en main remboursable au titre des dividendes (IMRTD), décrit ci-dessous, permet de faire le suivi des dividendes versés. Dividendes reçus de sociétés canadiennes La plupart des sociétés peuvent déduire les dividendes reçus de sociétés canadiennes de leur revenu net pour établir leur revenu imposable. Ces dividendes ne sont donc pas assujettis généralement à l impôt de la Partie I. Ces dividendes sont toutefois visés par un impôt spécial remboursable (impôt selon la Partie IV) fixé à 33 % du montant des dividendes. Si les dividendes sont reçus d une société rattachée, la société bénéficiaire paiera seulement l impôt selon la Partie IV dans la mesure où la société payante a reçu un remboursement de dividendes (décrit ci-dessous). (En général, les sociétés sont rattachées s il y a contrôle unique ou si la société qui reçoit les dividendes détient plus de 10 % des droits de vote et de la valeur de la société qui verse ces dividendes.) Par conséquent, les dividendes peuvent généralement circuler en franchise d impôt entre les sociétés rattachées. Les dividendes reçus de sociétés canadiennes qui ne sont pas rattachées (souvent appelés «dividendes de portefeuille») sont assujettis à l impôt selon la Partie IV. L impôt payé selon la Partie IV est ajouté au compte IMRTD et sera remboursé, car les dividendes sont versés par la société. Intégration L intégration du régime fiscal des sociétés privées avec le régime fiscal des particuliers fait en sorte que le revenu gagné par une société et distribué aux actionnaires sera imposé à un taux combiné correspondant approximativement au taux qui aurait été appliqué si le revenu avait été gagné par les actionnaires eux-mêmes. Cela se fonde sur la théorie qu un particulier ne devrait pas être traité différemment (aux fins de l impôt), qu il possède un portefeuille de placements ou une société de placements personnellement ou par l entremise d une société. La DPE, le compte IMRTD et le compte de dividendes en capital («CDC») sont des mécanismes incorporés au système fiscal pour faciliter l intégration avec les différents types de revenu. Distributions provenant d une société Les sociétés peuvent distribuer des liquidités ou des éléments d actif aux actionnaires de deux manières : sous forme de salaire/boni ou au moyen de dividendes. La principale différence entre un salaire et des dividendes tient au fait que le salaire est payé avec des bénéfices avant impôts (c.-à-d. qu il constitue une déduction d impôt pour la société), et il est donc imposé à titre de revenu d emploi seulement au niveau des actionnaires. Les dividendes sont payés à même les bénéfices après impôts (c.-à-d. que la société ne peut les déduire aux fins de l impôt); par conséquent, la société paie l impôt sur ses bénéfices et l actionnaire paie l impôt lorsque les bénéfices lui sont distribués sous forme de dividendes. Les dividendes bénéficient cependant d un traitement fiscal préférentiel au niveau personnel grâce au crédit d impôt pour dividendes. Les actionnaires qui se trouvent dans la fourchette d imposition la plus élevée paient de l impôt sur leur salaire selon un taux provincial et fédéral combiné d environ 46 % tandis que le taux marginal maximal applicable aux dividendes déterminés est, selon la province, d environ 16 % à 36 % et pour les dividendes non déterminés d environ 29% à 41% (si l on tient compte de la majoration des dividendes ainsi que du crédit d impôt pour dividendes). Prenez note que les dividendes ne peuvent être versés qu aux actionnaires tandis que les salaires peuvent être versés aux employés ainsi qu aux actionnaires qui sont également des employés. Avant 2006, il y avait un seul taux de crédit d impôt pour dividendes et un seul taux de majoration des dividendes. Ces taux visaient à réduire l impôt des sociétés dans la mesure où cet impôt était payé au taux applicable aux petites entreprises. Résultat, ce système échouait lorsque la société était imposée 4

5 au taux le plus élevé. Pour corriger ce déséquilibre, le gouvernement a établi deux types de dividendes (déterminés et non déterminés) correspondant à deux niveaux de crédits d impôt pour dividendes et de taux de majoration. Les dividendes déterminés comprennent généralement les dividendes payés après 2005 par des sociétés résidant au Canada par prélèvement sur un revenu qui a été soumis au taux général d imposition des sociétés (c.-à-d. un revenu qui ne donne pas droit à la DPE et qui n est pas un revenu de placement gagné par une SPCC), ainsi que les dividendes déterminés reçus par la société. Les règles régissant le calcul des dividendes déterminés sont complexes, mais en général, la majeure partie du revenu généré par une société autre qu une SPCC pourra être versée à titre de dividendes déterminés. Le revenu d une SPCC ne pourra être distribué à titre de dividendes déterminés que dans la mesure où le revenu imposable de la société excède le plafond fédéral des petites entreprises. Le revenu de placement d une SPCC et le revenu donnant droit à la DPE peuvent être versés à titre de dividendes non déterminés. Les systèmes fiscaux comportent des mécanismes qui pénalisent les actionnaires qui tentent d éviter l impôt applicable aux distributions reçues d une société. Par exemple, si la société paie les dépenses personnelles d un actionnaire, cela constitue un avantage imposable pour l actionnaire. Comme nous le verrons ultérieurement, la société ne peut bénéficier d une déduction pour un avantage conféré à un actionnaire. Compte de l impôt en main remboursable au titre des dividendes Comme nous l avons indiqué ci-dessus, une partie de l impôt payé selon la Partie I par une SPCC sur le revenu de placement (26,67 % du revenu de placement imposable) ainsi que l impôt payé selon la Partie IV par une société privée sur des dividendes de portefeuille sont comptabilisés dans le compte IMRTD. La société obtient le remboursement de l IMRTD lorsqu elle verse les dividendes imposables à ses actionnaires. Pour chaque tranche de 3 $ que la société verse en dividendes imposables à ses actionnaires, 1 $ d impôt est remboursé à la société payante d après le compte IMRTD. Ce remboursement est appelé le «remboursement au titre des dividendes». Le solde du compte IMRTD à la fin d une année correspond au solde à la fin de l année précédente, auquel il faut ajouter le montant remboursable d impôt payé par la société au cours de l année selon les Parties I et IV et dont il faut déduire tout remboursement de dividende reçu par la société au cours de l année. De cette manière, le compte IMRTD permet de faire le suivi de l impôt remboursable à la société. Si des dividendes excédant trois fois le compte IMRTD sont versés, la société ne peut recevoir que le solde du compte IMRTD comme remboursement au titre des dividendes. L exemple au bas de l Annexe B illustre cette situation. Compte de dividendes en capital Pour comprendre le principe de l intégration des impôts, il faut savoir qu une somme qui n aurait pas été imposable si elle avait été reçue directement par un actionnaire ne devrait pas être soumise à l impôt si la société privée la reçoit puis la transfère à l actionnaire. Le CDC capital est un compte d impôt fictif qui permet de faire le suivi de tels montants aux fins de l impôt sur le revenu. La société peut distribuer des sommes non imposables à ses actionnaires en franchise d impôt en leur versant un «dividende en capital». Les «dividendes en capital» sont des dividendes ordinaires qu une société déclare, mais qu elle choisit de traiter comme des dividendes en capital aux fins de l impôt. Des dividendes en capital peuvent être versés uniquement si le CDC comporte des sommes. Tous les versements de dividendes en capital viennent réduire le solde du CDC. Il est à noter que comme les dividendes en capital ne sont pas imposables, ils n entraînent pas de remboursement d impôt en main au titre des dividendes. Les sommes accumulées dans le CDC incluent les dividendes en capital reçus d autres sociétés, le produit d un contrat d assurance vie (dans la mesure où le produit excède le coût de base rajusté du contrat pour la société) et l excédent de la partie non imposable des gains en capital sur la partie non imposable des pertes en capital. Comme les particuliers et les sociétés incluent seulement 50 % des gains en capital dans leur revenu imposable et que tous deux reçoivent le produit d assurance vie en franchise d impôt, sans le mécanisme du CDC, la société recevrait ces sommes en franchise d impôt alors qu elles constitueraient un revenu imposable pour l actionnaire qui les reçoit sous forme de dividendes. Toutes les sociétés privées qui sont des résidents canadiens peuvent établir un CDC. Il n est pas nécessaire que ces sociétés soient des SPCC. Les sociétés publiques n ont pas droit à un CDC. Les non-résidents qui reçoivent des dividendes en capital paieront probablement de l impôt sur ces dividendes dans leur pays de résidence en plus d avoir une retenue d impôt au Canada. 5

6 Vous trouverez plus de renseignements sur le CDC dans le bulletin Actualité fiscale intitulé «Compte de dividendes en capital». Intégration du revenu de placement L Annexe B illustre de quelle façon les divers types de revenus de placement sont transmis par une société au moyen du compte de l IMRTD et des mécanismes du CDC. À noter que l impôt payé selon la Partie IV à l égard des dividendes de sociétés canadiennes est totalement remboursé au moment du versement des dividendes. Par conséquent, les dividendes de sociétés canadiennes sont totalement intégrés; autrement dit, le revenu est imposé exactement au même taux, qu il soit gagné par une société puis distribué aux actionnaires, ou qu il soit gagné directement par un particulier. Le produit après impôts que reçoit un actionnaire lorsque des revenus d intérêt et des gains en capital (ou des loyers ou des redevances) sont transmis par l entremise d une société est presque égal à la somme après impôts qu un actionnaire recevrait s il gagnait personnellement le revenu de placement. Cependant, dans la plupart des provinces ou territoires, les revenus de placement (autres que les dividendes canadiens admissibles) qui sont gagnés par une société puis transférés après impôts aux actionnaires comportent des charges indirectes par rapport aux revenus tirés de placements détenus personnellement. Intégration du revenu d activité Dans la mesure où le revenu d une SPCC donne droit à la DPE, le taux combiné de l impôt des sociétés et du revenu personnel est à peu près le même, peu importe que le revenu soit distribué sous forme de salaire ou de dividende. Avant l introduction des règles sur les dividendes déterminés, le fardeau fiscal était beaucoup plus élevé lorsque le revenu d activité gagné par une société qui n est pas admissible à la DPE était distribué sous forme de dividende plutôt que sous forme de salaire et c est encore le cas dans les provinces ou territoires où le taux d imposition des dividendes déterminés est relativement élevé. Cette situation s explique par le fait que la société paie des impôts à un taux élevé sans déduction pour les dividendes versés. Le coût fiscal plus élevé est un principe de base de la planification fiscale qui consiste à verser des primes pour ramener le revenu au plafond annuel des affaires. Lorsque les taux appliqués aux dividendes déterminés sont élevés, pour minimiser l impôt combiné, une SPCC peut verser à l actionnaire-directeur une prime égale à l excédent de son revenu gagné sur le plafond annuel des affaires. Grâce à cette prime, la société peut ramener son revenu au plafond des affaires, de sorte que le revenu est imposé uniquement au taux personnel de l actionnaire applicable au revenu d emploi. Dans les provinces ou territoires où le taux d imposition des dividendes déterminés est très bas, il se peut que les actionnaires-directeurs préfèrent désormais laisser dans la société tout le revenu qu elle a gagné (y compris le revenu imposé au taux élevé) et reporter l impôt personnel sur la distribution de ce revenu jusqu à ce que ce dernier soit distribué sous forme de dividende. Le taux d imposition des dividendes étant de 23 %, en supposant que le taux d imposition de la société est de 30 %, le fardeau fiscal global n augmentera pas si le revenu est distribué sous forme d un dividende. Dans ce cas, comme il n y a aucun coût additionnel aux fins de l impôt, il est avantageux pour la société de conserver les bénéfices afin de pouvoir reporter l impôt personnel jusqu au moment du versement de ces bénéfices. On montre à l Annexe C comment se compare l imposition du revenu d une entreprise exploitée activement versé par la société sous forme d un dividende par rapport au versement sous forme de salaire. Trois scénarios sont pris en compte pour cette comparaison. 1. Revenu admissible à la déduction accordée aux petites entreprises (soumis à l impôt des sociétés de 16 %) et distribué sous forme d un dividende non déterminé (selon un taux de dividende de 33 %) 2. Revenu non admissible à la déduction accordée aux petites entreprises (soumis à l impôt des sociétés de 30 %) et distribué sous forme d un dividende déterminé dans une province ou un territoire dont le taux de dividende n est que de 23 % 3. Revenu non admissible à la déduction accordée aux petites entreprises (soumis à l impôt des sociétés de 30 %) et distribué sous forme d un dividende déterminé dans une province ou un territoire dont le taux de dividende est de 30 % Dans tous les cas, il est plus avantageux de reporter le versement des bénéfices en les maintenant dans la société plutôt que de verser immédiatement les bénéfices à titre de salaire. La valeur de ce 6

7 report dépend de la durée du maintien des bénéfices dans la société. Compte tenu des taux indiqués à l Annexe C, nous pouvons tirer les conclusions suivantes : dans le cas d un revenu admissible à la DPE, la distribution du revenu sous forme de dividende plutôt que sous forme de salaire entraîne une économie fiscale. Comme il a été mentionné plus haut, dans le cas d un scénario basé sur un revenu non admissible à la DPE et soumis à un taux d impôt des dividendes de 23 %, la distribution du revenu en dividende plutôt qu en salaire n entraîne ni coût supplémentaire ni économie fiscale. Dans le cas d un scénario basé sur un revenu non admissible à la déduction accordée pour les petites entreprises et soumis à un taux d impôt des dividendes de 30 %, la distribution du revenu en dividende plutôt qu en salaire entraîne un coût fiscal de 5 %. Pour déterminer ce qui est le plus avantageux entre verser les bénéfices de la société immédiatement sous forme de salaire ou de boni et conserver les bénéfices dans la société pour payer plus tard un dividende, il faut comparer le coût fiscal afférent au versement de dividendes (s il en est) avec l avantage que procurerait le report de la distribution. Conclusion Il y a un certain nombre d aspects de l imposition des sociétés que vous devez comprendre pour élaborer un programme de planification financière ou successorale. Les notions d intégration de l impôt personnel et de l impôt des sociétés vous aident à établir la structure de base de ces programmes et à faire des comparaisons avec les autres solutions de rechange. Dernière mise à jour : novembre 2014 Le Service Fiscalité, retraite et planification successorale de Manuvie rédige régulièrement divers articles. Cette équipe, composée de comptables, de conseillers juridiques et de professionnels de l assurance, fournit des renseignements spécialisés sur des questions touchant le droit, la comptabilité et l assurance vie, ainsi que des solutions à des problèmes complexes de planification fiscale et successorale. En publiant ces articles, Manuvie ne s engage pas à fournir des conseils professionnels d ordre juridique, comptable ou autre. Pour obtenir ces types de conseils, on aura recours aux services d un spécialiste. Ce document est destiné aux conseillers uniquement. Il n a pas été rédigé à l intention des clients. Le présent document est protégé par le droit d auteur. Il ne peut être reproduit sans l autorisation écrite de Manuvie. Le nom Manuvie, le logo qui l accompagne, les quatre cubes et les mots «solide, fiable, sûre, avant-gardiste» sont des marques de commerce de La Compagnie d Assurance-Vie Manufacturers qu elle et ses sociétés affiliées utilisent sous licence. 7

8 Annexe A Taux d'imposition des sociétés (2014) Revenu tiré d'une entreprise exploitée activement Revenu de placement (2) Admissible Non admissible BFT à la DPE à la DPE (1) SPCC Autre que SPCC Taux d'imposition général des sociétés % % % % % Abattement fédéral % % % % % % % % % % Surtaxe 0.00 % 0.00 % 0.00 % 0.00 % 0.00 % % % % % % Réduction du taux général % % Déduction accordée aux petites entreprises % Déduction pour BFT % Impôt supplémentaire sur revenus de placement 6.67 % % % % % % Impôt provincial (Ontario, taux pour l'année civile 2014) 4.50 % % % % % Total % % % % % (1) Applicable aux sociétés qui n'ont pas droit à la déduction accordée aux petites entreprises et qui ont un revenu supérieur au plafond annuel des affaires. Le plafond annuel fédéral des affaires est actuellement de $. (2) À l'exclusion des dividendes de sociétés canadiennes. 8

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Introduction Le titulaire d un contrat d assurance vie (aussi appelé «police») doit ajouter à son revenu les gains réalisés par suite

Plus en détail

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable William Francis Morneau, c.p., député Décembre 2015 Préface Les présentes notes explicatives

Plus en détail

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Octobre 2014 En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Les revenus de placement gagnés au sein de votre société sont imposés en fonction du type de revenu

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2011-119

BULLETIN FISCAL 2011-119 BULLETIN FISCAL 2011-119 Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois,

Plus en détail

L impôt des sociétés. Les différentes sortes de sociétés. Types de revenus. Calcul de l impôt fédéral

L impôt des sociétés. Les différentes sortes de sociétés. Types de revenus. Calcul de l impôt fédéral L impôt des sociétés Calcul de l impôt fédéral Les différentes sortes de sociétés La société publique; La société privée; La société privée sous contrôle canadien (SPCC) Préparé par Guy Grégoire Hiver

Plus en détail

Introduction FISCALITÉ

Introduction FISCALITÉ Introduction 51 Impôt sur le revenu 53 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une filiale 54 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une succursale 56 Mesures de contrôle des

Plus en détail

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5))

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Introduction Bien des propriétaires d entreprises se demandent,

Plus en détail

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Bulletin fiscal Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois, peu de

Plus en détail

Contrats d assurance vie avec droits acquis

Contrats d assurance vie avec droits acquis Contrats d assurance vie avec droits acquis Introduction Le budget fédéral de novembre 1981 proposait des modifications fondamentales à l égard du traitement fiscal avantageux accordé aux contrats d assurance

Plus en détail

Stratégies philanthropiques : donnez efficacement grâce à votre société de portefeuille

Stratégies philanthropiques : donnez efficacement grâce à votre société de portefeuille Stratégies philanthropiques : donnez efficacement grâce à votre société de portefeuille Les Canadiens sont des gens généreux. Chaque année, ils sont des milliers à soutenir les causes qui leur tiennent

Plus en détail

Aidez vos clients à planifier leur avenir

Aidez vos clients à planifier leur avenir Aidez vos clients à planifier leur avenir L assurance en réponse aux besoins de planification personnelle de votre client Ce document est destiné aux conseillers uniquement. Il n a pas été rédigé à l intention

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables Table des matières Introduction... 3 Revenu pleinement imposable et revenu de placement

Plus en détail

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces :

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces : Solutions d assurance-vie Produits Actifs Occasions Garanties Croissance Capital Protection Revenu Avantage Solutions Options Stabilité PLANIFIER AUJOURD HUI. ASSURER L AVENIR. Transfert du patrimoine

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DU CALCULATEUR DES SOMMES RÉCUPÉRABLES

GUIDE D UTILISATION DU CALCULATEUR DES SOMMES RÉCUPÉRABLES GUIDE D UTILISATION DU CALCULATEUR DES SOMMES RÉCUPÉRABLES Table des matières Introduction...................................................... 3 Revenu pleinement imposable et revenu de placement Revenu

Plus en détail

Comptabilisation des contrats d assurance vie et d assurance maladies graves détenus par des sociétés

Comptabilisation des contrats d assurance vie et d assurance maladies graves détenus par des sociétés Comptabilisation des contrats d assurance vie et d assurance maladies graves détenus par des sociétés Introduction Une société peut être titulaire d un contrat d assurance vie pour diverses raisons, notamment

Plus en détail

Impôt des particuliers 2014 1

Impôt des particuliers 2014 1 Impôt des particuliers 0 Impôt des particuliers 0 TABLEAU P QUÉBEC (0) TABLE D IMPÔT Revenu Impôt Taux Taux marginal imposable Fédéral Québec Total effectif Fédéral Québec Total $ $ $ $ 0 000 - - - 0,0

Plus en détail

ALERT U.S. TAX. Juin 2015. Partager maintenant

ALERT U.S. TAX. Juin 2015. Partager maintenant Cet article est le deuxième d une série de quatre visant à examiner les implications fiscales canadiennes et états-uniennes dans le cadre d une affectation temporaire d un employé du Canada aux États-Unis.

Plus en détail

Efficience de l actif de l entreprise

Efficience de l actif de l entreprise Solutions d assurance-vie Efficience de l actif de l entreprise Gérer. Profiter. Préserver. Une solution intelligente pour les professionnels : l assurance-vie permanente, un actif unique pouvant offrir

Plus en détail

Aperçu du budget fédéral de 2016

Aperçu du budget fédéral de 2016 RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS Aperçu du budget fédéral de 2016 Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a déposé le premier budget du gouvernement libéral le mardi 22 mars 2016. Il s agit du premier budget

Plus en détail

Les CELI pour propriétaires d entreprise Un choix intelligent

Les CELI pour propriétaires d entreprise Un choix intelligent Les CELI pour propriétaires d entreprise Un choix intelligent Octobre 2015 Jamie Golombek Directeur gestionnaire, Planification fiscale et successorale Services consultatifs de gestion de patrimoine CIBC

Plus en détail

Exonération des gains en capital de 750 000 $

Exonération des gains en capital de 750 000 $ 1 Exonération des gains en capital de 750 000 $ Introduction Le présent numéro d Actualité fiscale traite des règles contenues dans l article 110.6 de la Loi de l impôt sur le revenu (la «Loi») concernant

Plus en détail

trouvent; Le FERR est plus possible facteur assujetti

trouvent; Le FERR est plus possible facteur assujetti Fonds enregistrés de revenu de retraite Fonds enregistréss de revenu de retraite La plupart des Canadiens connaissent le régime enregistré d épargne-retraite (REER). Ils sont nombreux à s en servir pendant

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Guide pour demander le crédit d impôt à l innovation de l Ontario (CIIO)

Guide pour demander le crédit d impôt à l innovation de l Ontario (CIIO) Ministère du Revenu Imposition des sociétés 33, rue King Ouest CP 620 Oshawa ON L1H 8E9 Guide pour demander le crédit d impôt à l innovation de l Ontario (CIIO) Ce formulaire s applique aux années d imposition

Plus en détail

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT LA LECTURE DE CE DOCUMENT VOUS PERMETTRA : De connaître les différentes sources de revenus de placement et leur imposition; De connaître des stratégies afin de réduire

Plus en détail

Impôt des particuliers Québec 2015

Impôt des particuliers Québec 2015 des particuliers Québec 2015 Tableau P1 Québec (2015) Taux Taux marginal imposable Québec Total effectif Québec Total $ $ $ $ 10 000 - - - 0,0 0,0 0,0 0,0 11 000 - - - 0,0 8,4 0,0 8,4 12 000 84-84 0,7

Plus en détail

Transfert d un contrat d assurance entre une société et un actionnaire ou un employé

Transfert d un contrat d assurance entre une société et un actionnaire ou un employé Transfert d un contrat d assurance entre une société et un actionnaire ou un employé Introduction Il existe plusieurs situations où il peut être intéressant pour une société de transférer un contrat d

Plus en détail

Table des matières. Abréviations utilisées: (C) Cas (P) Problème (Q) Question théorique CHAPITRE 1 CADRE FISCAL DU CONTRIBUABLE

Table des matières. Abréviations utilisées: (C) Cas (P) Problème (Q) Question théorique CHAPITRE 1 CADRE FISCAL DU CONTRIBUABLE Abréviations utilisées: (C) Cas (P) Problème (Q) Question théorique CHAPITRE 1 CADRE FISCAL DU CONTRIBUABLE 1.1 Résidence et assises juridiques de l impôt (Q)...................... 1 1.2 Textes fiscaux

Plus en détail

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances Protégez vos employés tout en réalisant des économies Table des matières Protégez vos employés tout en réalisant des économies 1 Qu est-ce qu

Plus en détail

Rapport sur les PME Repenser les REER pour les propriétaires d entreprises : Pourquoi le versement d un salaire n est peut-être pas la meilleure idée

Rapport sur les PME Repenser les REER pour les propriétaires d entreprises : Pourquoi le versement d un salaire n est peut-être pas la meilleure idée le 19 octobre 2010 Jamie Golombek 1 CA, CPA, CFP, CLU, TEP Directeur général de la planification fiscale et successorale Gestion privée de patrimoine CIBC Jamie.Golombek@cibc.com Résumé On recommande habituellement

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2012

Bulletin fiscal. Novembre 2012 Bulletin fiscal Novembre 2012 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

budget fédéral09 A n a l y s e d u

budget fédéral09 A n a l y s e d u fédéral09 A n a l y s e d u budget Budget fédéral de 2009 Résumé rédigé par Invesco Trimark Chef de file de la préparation opportune d information fiscale approfondie sur un éventail de sujets, Invesco

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers par LORI MATHISON Voici le dernier d une série de trois articles rédigés par Lori Mathison et publiés sur le Reper portant

Plus en détail

RÈGLES FISCALES RELATIVES AUX AUTOMOBILES

RÈGLES FISCALES RELATIVES AUX AUTOMOBILES BULLETIN C+G Janvier 2012 Les renseignements et données contenus dans le présent bulletin ont été rédigés par l Ordre des comptables agréés du Québec sous la direction de Monsieur Gilles Chiasson. Ils

Plus en détail

Le traitement fiscal des fonds communs de placement pour les particuliers

Le traitement fiscal des fonds communs de placement pour les particuliers C Le traitement fiscal des fonds communs de placement pour les particuliers e feuillet de renseignement porte sur le traitement fiscal des revenus reçus de fonds communs de placement canadiens. Il explique

Plus en détail

Réduction de l impôt à payer au décès

Réduction de l impôt à payer au décès SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE TRANSFERT DU PATRIMOINE STRATÉGIE N o 9 Réduction de l impôt à payer au décès Personne ne se réjouit à l idée de mourir et personne ne veut payer

Plus en détail

Cession d un contrat d assurance vie en garantie d un emprunt

Cession d un contrat d assurance vie en garantie d un emprunt Cession d un contrat d assurance vie en garantie d un emprunt Introduction En règle générale, les primes d un contrat d assurance vie ne sont pas déductibles du revenu. Une exception à cette règle serait

Plus en détail

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 11 Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre De nombreux propriétaires d entreprise ont accumulé des sommes

Plus en détail

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale.

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. 1) Nouveau régime d imposition des dividendes Désignation tardive

Plus en détail

Tirez le maximum de vos dons de bienfaisance en 2015

Tirez le maximum de vos dons de bienfaisance en 2015 Tirez le maximum de vos dons de bienfaisance en 2015 Le 30 janvier 2015 N o 2015-07 Les incitatifs offerts par le Canada au titre des dons de bienfaisance sont conçus pour faciliter votre appui aux organismes

Plus en détail

Fractionnement du revenu. Les faits

Fractionnement du revenu. Les faits Fractionnement du revenu Les faits Le fractionnement du revenu sert à réduire le fardeau fiscal d une famille. Une personne imposée à un taux élevé transfère une partie de son revenu à un autre membre

Plus en détail

Le Régime de retraite assurée d entreprise. Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu

Le Régime de retraite assurée d entreprise. Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu Le Régime de retraite assurée d entreprise Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu L opportunité Des propriétaires d entreprise qui ont besoin d assurance pour les

Plus en détail

Solutions d assurance-vie. progresse, les affaires aussi. Protection de la vie. Stratégie Emprunt garanti de l entreprise

Solutions d assurance-vie. progresse, les affaires aussi. Protection de la vie. Stratégie Emprunt garanti de l entreprise Solutions d assurance-vie progresse, les affaires aussi Protection de la vie Stratégie Emprunt garanti de l entreprise Augmentez le flux de trésorerie de votre entreprise grâce à une police d assurance-vie

Plus en détail

Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance

Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance Mars 2013 L éléphant, symbole de nos 100 ans de force et de solidité. 1 Sujets traités > Règles applicables à certains transferts

Plus en détail

Incorporation de ma pratique

Incorporation de ma pratique Incorporation de ma pratique Sujet Incorporation : mythe ou réalité Avantages et désavantages Salaire ou dividende Taux d impôts des particuliers et des compagnies RRQ dans le contexte de l incorporation

Plus en détail

Impôt des sociétés et impôt fédéral américain 2014

Impôt des sociétés et impôt fédéral américain 2014 Raymond Chabot Grant Thornton Planiguide fiscal 0-05 TABLEAU S REVENU D ENTREPRISE ADMISSIBLE À LA DPE 0 % % combiné Fédéral,0 Alberta,0,0 Colombie-Britannique,5,5 Île-du-Prince-Édouard,5 5,5 Manitoba

Plus en détail

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2014 1

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2014 1 non remboursables pour 2014 1 non remboursables pour 2014 1 Voir les notes aux pages suivantes. Remb. = crédit remboursable (voir note correspondante). 6 / Fédéral C.-B. Alb. Sask. Man. 2 Taux d imposition

Plus en détail

CONSTITUTION D UNE ENTREPRISE

CONSTITUTION D UNE ENTREPRISE novembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Avantages de la constitution en société Avantages d une SEPE Résumé CONSTITUTION D UNE ENTREPRISE Si vous exploitez une entreprise, sa simple constitution en société vous

Plus en détail

Repenser les REER pour les propriétaires d entreprises : Pourquoi le versement d un salaire n est peut-être pas la meilleure idée Jamie Golombek 1

Repenser les REER pour les propriétaires d entreprises : Pourquoi le versement d un salaire n est peut-être pas la meilleure idée Jamie Golombek 1 Gestion privée de patrimoine Rapport sur les PME le 19 octobre 2010 Repenser les REER pour les propriétaires d entreprises : Pourquoi le versement d un salaire n est peut-être pas la meilleure idée Jamie

Plus en détail

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu Article 1 Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu Compagnies d assurance Loi de l impôt sur le revenu 138 L article 138 de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi)

Plus en détail

1.6 Responsabilité des fiduciaires et des représentants successoraux... 4 1.7 Certificats de décharge... 5

1.6 Responsabilité des fiduciaires et des représentants successoraux... 4 1.7 Certificats de décharge... 5 TABLE DES MATIÈRES Remerciements...iii Chapitre 1 Exigences de déclaration et administration 1.1 Qui doit produire une déclaration?... 1 1.2 Où faut-il envoyer la déclaration?... 2 1.3 Comment produire...

Plus en détail

Les fonds en catégorie de société de Manuvie : des solutions de placement fiscalement avantageuses pour les épargnants

Les fonds en catégorie de société de Manuvie : des solutions de placement fiscalement avantageuses pour les épargnants Les fonds en catégorie de société de Manuvie : des solutions de placement fiscalement avantageuses pour les épargnants Les fonds de placement structurés en catégorie de société offrent de multiples avantages

Plus en détail

VIVRE AVEC CONFIANCE.

VIVRE AVEC CONFIANCE. VIVRE AVEC CONFIANCE. Pour mieux vous démontrer le rôle de l assurance-vie au sein de cette stratégie, nous utiliserons des illustrations comportant les éléments suivants : une compagnie (OPCO), une société

Plus en détail

Propriété du contrat d assurance vie Éléments de planification à prendre en considération

Propriété du contrat d assurance vie Éléments de planification à prendre en considération Propriété du contrat d assurance vie Éléments de planification à prendre en considération Il faut tenir compte de divers éléments au moment de choisir le titulaire d un contrat d assurance vie. Le présent

Plus en détail

Faits méconnus sur le RPC/RRQ

Faits méconnus sur le RPC/RRQ Faits méconnus sur le RPC/RRQ STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N o 8 Pour les Canadiens qui ont atteint ou qui approchent l âge de la retraite, le Régime de pensions du Canada/Régime des rentes du Québec

Plus en détail

Réduire le fardeau fiscal familial par le fractionnement du revenu au moyen d un prêt

Réduire le fardeau fiscal familial par le fractionnement du revenu au moyen d un prêt SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N o 6 Réduire le fardeau fiscal familial par le fractionnement du revenu au moyen d un prêt Les stratégies de

Plus en détail

Organismes de bienfaisance et assurance vie

Organismes de bienfaisance et assurance vie Organismes de bienfaisance et assurance vie Introduction Le présent bulletin porte sur les règles de base qui régissent les dons de bienfaisance à l aide d une police d assurance vie, et plus particulièrement

Plus en détail

Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie

Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie Le point de vue du particulier L assurance vie est bien connue pour sa capacité de procurer des liquidités qui permettent de

Plus en détail

Disposition des contrats d assurance vie

Disposition des contrats d assurance vie Disposition des contrats d assurance vie Introduction Les titulaires de contrat sont tenus d inclure dans leur revenu imposable tous les gains réalisés à la disposition d une partie ou de la totalité des

Plus en détail

Les régimes de retraite enregistrés et votre succession

Les régimes de retraite enregistrés et votre succession conseils fiscaux Les régimes de retraite enregistrés et votre succession Ce que vous ne savez peut-être pas au sujet des REER et des FERR La plupart des Canadiens connaissent les avantages fiscaux des

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par une société

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par une société Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par une société Introduction Le présent bulletin Actualité fiscale examine les questions et conséquences fiscales à prendre en considération lorsqu

Plus en détail

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2015 1

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2015 1 non remboursables pour 2015 1 indépendants affiliés à KPMG non remboursables pour 2015 1 Voir les notes aux pages suivantes. Remb. = crédit remboursable (voir note correspondante). 6 / Fédéral C.-B. Alb.

Plus en détail

Le Régime de transfert des actifs d entreprise

Le Régime de transfert des actifs d entreprise Le Régime de transfert des actifs d entreprise Si quelqu un doit profiter du travail acharné de votre client, ce devrait être sa famille, n est-ce pas? Marché cible Le propriétaire d une compagnie privée

Plus en détail

La propriété d un contrat d assurance vie : guide à l intention des conseillers professionnels

La propriété d un contrat d assurance vie : guide à l intention des conseillers professionnels La propriété d un contrat d assurance vie : guide à l intention des conseillers professionnels Unité de Planification Fiscale et Successorale Qui détient l assurance vie? Votre client a besoin d une assurance

Plus en détail

Sociétés professionnelles Quels en sont les avantages pour vous?

Sociétés professionnelles Quels en sont les avantages pour vous? Sociétés professionnelles Quels en sont les avantages pour vous? Introduction Vous exercez une profession libérale et devez prendre différentes décisions, notamment en ce qui a trait au cadre dans lequel

Plus en détail

ANNEXES DE L ÉTUDE : Une ligne de conduite pour corriger la problématique des taux marginaux implicites de taxation

ANNEXES DE L ÉTUDE : Une ligne de conduite pour corriger la problématique des taux marginaux implicites de taxation ANNEXES DE L ÉTUDE : Une ligne de conduite pour corriger la problématique des taux marginaux implicites de taxation Luc Godbout 2 Suzie St-Cerny Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques

Plus en détail

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Auteur : Jamie Golombek Juin 2015 Il semble que de plus en plus de Canadiens font l achat de propriétés de vacances aux États-Unis.

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2014-134. Mai 2014

BULLETIN FISCAL 2014-134. Mai 2014 BULLETIN FISCAL 2014-134 Mai 2014 NOUVEAU CRÉDIT D IMPÔT DU QUÉBEC : LOGIRÉNOV Le gouvernement du Québec a annoncé les modalités d application d un nouveau crédit d impôt remboursable pour la rénovation

Plus en détail

Mesures visant l impôt sur le revenu des sociétés

Mesures visant l impôt sur le revenu des sociétés Mesures visant l impôt sur le revenu des sociétés Taux d imposition des petites entreprises À l heure actuelle, la déduction accordée aux petites entreprises a pour effet d abaisser à 11 % le taux de l

Plus en détail

Fonctionnement du gel successoral

Fonctionnement du gel successoral Planification de la relève Deuxième partie : La génération qui suit par LORI MATHISON Voici le deuxième d une série de trois articles rédigés par Lori Mathison sur les aspects fiscaux de la succession

Plus en détail

Rémunération des propriétaires dirigeants Deuxième partie

Rémunération des propriétaires dirigeants Deuxième partie Introduction En quoi consistent les dividendes? Les avantages fiscaux de la rémunération sous forme de dividendes Rémunération des propriétaires dirigeants Deuxième partie Par DON GOODISON, CFP, FCGA Introduction

Plus en détail

Bulletin fiscal. Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR

Bulletin fiscal. Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR Bulletin fiscal Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR À certaines conditions, un particulier peut utiliser les fonds de son REER autogéré ou de son FERR autogéré pour investir sous

Plus en détail

Susan Gerrett, Pl. Fin. Maurice Gosselin, DBA, CA, FCMA Carl Thibeault, CMA, MBA

Susan Gerrett, Pl. Fin. Maurice Gosselin, DBA, CA, FCMA Carl Thibeault, CMA, MBA Susan Gerrett, Pl. Fin. Maurice Gosselin, DBA, CA, FCMA Carl Thibeault, CMA, MBA 1 L ensemble des concepts élaborés n ont pas pour but de remplacer l expertise de vos professionnels dont votre fiscaliste.

Plus en détail

Première application des IFRS par les fonds d investissement

Première application des IFRS par les fonds d investissement Première application des IFRS par les fonds d investissement Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 2 décembre 2013 Le projet de l IASB sur les entités d investissement

Plus en détail

Stratégie Placements et fiscalité n o 24 La stratégie REER du grand coup. Nom, TITRES PROFESSIONNELS Titre, Société

Stratégie Placements et fiscalité n o 24 La stratégie REER du grand coup. Nom, TITRES PROFESSIONNELS Titre, Société Stratégie Placements et fiscalité n o 24 La stratégie REER du grand coup Nom, TITRES PROFESSIONNELS Titre, Société Le scénario Vous déterminez combien vous devez verser dans votre REER pour atteindre vos

Plus en détail

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier : une vision à modifier Prenons un pas de recul sur le but des mécanismes de retraite; Le besoin des gens: Besoins financiers pour arrêter de travailler à un certain âge; Ce besoin sera différent si :

Plus en détail

Application de l alinéa (2)a.1) banque canadienne admissible

Application de l alinéa (2)a.1) banque canadienne admissible 1 PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT L IMPÔT SUR LE REVENU LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU 1. (1) L article 95 de la Loi de l impôt sur le revenu est modifié par adjonction, après le paragraphe (2.3), de

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

LE PERP retraite et protection

LE PERP retraite et protection LE PERP retraite et protection Benoit Rama http://www.imaf.fr Le PERP (Plan d Épargne Retraite Populaire) est une mesure d encouragement à la préparation de la retraite destinée aux salariés. Il copie

Plus en détail

Comment tirer le maximum de votre CELI

Comment tirer le maximum de votre CELI SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 17 Comment tirer le maximum de votre CELI Le Compte d épargne libre d impôt (CELI) peut être un excellent

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail

Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives LIR 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur

Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives LIR 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi), les sommes découlant de l application

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

Le dilemme de la rémunération : Toucher un salaire ou des dividendes?

Le dilemme de la rémunération : Toucher un salaire ou des dividendes? décembre 2013 Le dilemme de la rémunération : Toucher un salaire ou des dividendes? Jamie Golombek Avec l arrivée prochaine de la fin d exercice de plusieurs entreprises, les propriétairesdirigeants devront

Plus en détail

Comment tirer le maximum de votre CELI

Comment tirer le maximum de votre CELI Comment tirer le maximum de votre CELI STRATÉgie placements et fiscalité n o 17 Le Compte d épargne libre d impôt (CELI) est un excellent instrument d épargne, mais il faut savoir dans quelles circonstances

Plus en détail

Une ultime cotisation REER à 71 ans

Une ultime cotisation REER à 71 ans SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIES PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 4 Une ultime cotisation REER à 71 ans La récupération des prestations d État peut influer considérablement

Plus en détail

FÉDÉRAL MISE À JOUR DES PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES

FÉDÉRAL MISE À JOUR DES PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL MISE À JOUR DES PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES Le 12 novembre 2014 Mise à jour des projections économiques et budgétaires Fédéral LP TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures visant l impôt

Plus en détail

Crédits d impôt non remboursables et remboursables du Québec offerts aux particuliers pour 2012

Crédits d impôt non remboursables et remboursables du Québec offerts aux particuliers pour 2012 Crédits d impôt non remboursables et remboursables du Québec offerts aux particuliers pour 2012 du Québec pour 2012 Taux d imposition s appliquant aux crédits 1 20,00 % Facteur d indexation 2 2,66 % Montant

Plus en détail

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES Le 12 septembre 2005 TABLE DES MATIÈRES LA SOCIÉTÉ...1 RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES...2 1.1 Prix...4 1.2 Avantages pour les participants

Plus en détail

Août 2013. Plus précisément, la partie exonérée du gain sera égale à :

Août 2013. Plus précisément, la partie exonérée du gain sera égale à : Août 2013 LOUER VOTRE LOGEMENT INCIDENCE SUR L'EXONÉRATION DE RÉSIDENCE PRINCIPALE La plupart de nos lecteurs connaissent probablement l'exonération de résidence principale, qui fait que la totalité ou

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013 BULLETIN FISCAL 2013-131 Novembre 2013 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés

Plus en détail

FERR, FRV et FRRI Conseils et éléments à considérer

FERR, FRV et FRRI Conseils et éléments à considérer SOYEZ MAÎTRE DE VOTRE RETRAITE FERR, FRV et FRRI Conseils et éléments à considérer Nous comprenons que la retraite n est pas qu une question d argent. Il est important de réfléchir aux aspects tant financiers

Plus en détail

Régime d accession à la propriété (RAP)

Régime d accession à la propriété (RAP) Régime d accession à la propriété (RAP) Introduction Les fonds retirés d un REER sont habituellement imposables l année du retrait. Toutefois, dans le cadre de certains programmes, le retrait n entraîne

Plus en détail

AJOUT DE PARTS DE SÉRIES AH, FH, F6H, IH ET OH

AJOUT DE PARTS DE SÉRIES AH, FH, F6H, IH ET OH MODIFICATION N O 1 DATÉE DU 18 JUILLET 2014 À LA NOTICE ANNUELLE DATÉE DU 3 JANVIER 2014 DU GLOBEVEST CAPITAL FONDS D OPTIONS DE VENTE COUVERTES AJOUT DE PARTS DE SÉRIES AH, FH, F6H, IH ET OH Tel qu il

Plus en détail

MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL

MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL Le 12 novembre 2014 Préparé par : TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures visant l impôt sur le revenu des particuliers Mesures visant

Plus en détail