Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?"

Transcription

1 Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du végétal Auteur pour la correspondance : Papier préparé pour le colloque de la Société Française d Économie Rurale «Structures d exploitation et exercice de l activité agricole : Continuités, changements ou ruptures?» février 2015 Rennes, France

2 Résumé (150 mots) Depuis 2007 les exploitations de grandes cultures font face à un marché de plus en plus fluctuant. En parallèle, les garanties publiques sont en baisse continue au gré des réformes de la PAC. Dans ce contexte, il devient primordial pour le producteur de pouvoir gérer son exploitation agricole sur plusieurs campagnes pour atténuer les chocs éventuels induits par les aléas toujours plus pressants, qu ils soient de marché ou climatique. L épargne, si elle est possible, est un des outils qui peut contribuer à gérer ces risques sur plusieurs campagnes et rendre les entreprises plus robustes. Cet outil a fait l objet d une évaluation sur une période historique sur les exploitations de l Otex céréales, oléagineux et protéagineux (15) du Réseau d Informations Comptables Agricoles (RICA). Il est apparu que la mesure d épargne était utile aux exploitations ayant les risques de production les plus modérés, des structures adaptées et qu elle était inadaptée pour d autres exploitations. Mots-clés : épargne de précaution, SCOP, gestion des risques, variabilité. 1. Introduction Les exploitations de grandes cultures font face depuis 2007 à un contexte de plus en plus fluctuant, qu il soit d ordre climatique ou de marché (Cordier et al., 2013). Ce contexte, associé à une baisse du filet de sécurité public, entraîne une forte variabilité entre années des résultats de ces exploitations : du simple au triple, voire au quadruple. Le modèle de production des exploitations de grandes cultures françaises est peu adapté à cette variabilité et la pérennité de ces structures peut être entamée. Des outils de gestion du risque public et/ou privé sont donc nécessaires. Les outils aujourd hui à la disposition du producteur sont de différentes natures, ils ne gèrent pas ni les mêmes risques, ni le même niveau de risque. Cette étude se concentre sur l intérêt de l épargne de précaution pour les exploitations de grandes cultures françaises, en évaluant la pertinence de la dotation pour aléa (DPA) telle que définie dans la loi de finance de L article s attache à : (i) évaluer la variabilité historique sur dix campagnes de la performance économique des exploitations de grandes cultures françaises, (ii) analyser la robustesse économique de ces exploitations et (iii) évaluer exploitation par exploitation l intérêt de la DPA à partir de cette variabilité historique. L analyse est réalisée à partir de l échantillon constant du RICA (Réseau d Information Comptable) des exploitations de l Otex 15 sur les dix dernières campagnes. Pour évaluer la rentabilité des exploitations, deux indicateurs sont utilisés : le Revenu Courant avant Impôt (RCAI) et le revenu disponible qui permet d évaluer ce qui reste au producteur pour vivre, payer ses impôts et investir. Il est calculé à partir du Revenu Courant avant Impôt (RCAI) auquel on rajoute les amortissements et dont on retranche le capital d emprunt à rembourser et les charges sociales de l exploitant. 2. Matériel et méthode 2.1 Echantillon utilisé L analyse nécessite de disposer des données de chaque exploitation sur plusieurs années. Elle utilise donc l échantillon constant du RICA sélectionné entre 2002 et Ce sous-échantillon reste pertinent sur le plan de la représentativité en raison de la rotation faible des effectifs du RICA (10% par an). Par ailleurs, l étude a pour objet l orientation technico-économique (Otex) des exploitations de grandes cultures. Certaines exploitations peuvent changer d orientation d une campagne à l autre et de fait biaiser l analyse. Dans un souci d homogénéisation, le choix a été fait de conserver une exploitation qui change d Otex dans son Otex majoritaire, c est-à-dire celle dans laquelle elle est classée le plus fréquemment sur la période d étude. L échantillon constant du RICA est composé de exploitations : 452 sont majoritairement en Otex 15, ce sont elles qui feront l objet de l analyse. 2.2 Evaluation de la variabilité L indicateur choisi pour mesurer la variabilité des résultats est la distance interdécile des déciles 1 et 9, rapportée par la moyenne. C est 80 % de la dispersion qui sera ainsi représentée. Cela est plus pertinent que le coefficient de variation, car certaines valeurs extrêmes présentes dans le RICA sont jugées comme aberrantes. 1

3 2.3 Modélisation du fonctionnement d une épargne de précaution L analyse de l intérêt de la politique d épargne, proposée par la loi de finance de 2013, a été réalisée par des simulations de mise en œuvre de la politique sur les exploitations concernées. Les décrets de la loi ont été strictement appliqués à chacune des exploitations. La dotation pour aléas ainsi proposée permet au producteur d épargner dans la limite de /an et par associé exploitant pour les GAEC. La moindre fiscalisation l année de l épargne se veut incitative. Sur l ensemble de la durée de vie de l épargne, celle-ci est limitée à (transparence des GAEC possible). Ces critères ont été retenus comme limite haute de l épargne annuelle. La modification de la fiscalisation que ce soit lors de la réalisation (baisse de fiscalité) ou lors de l utilisation de la DPA (augmentation de la fiscalité) n a pas été évaluée dans cette étude. L utilisation de cette épargne se fait également de façon encadrée, elle est également simulée dans l étude. Le producteur peut utiliser cette réserve de précaution à la condition de justifier : (i) d une variation à la baisse de plus de 10% de la valeur ajoutée moyenne des trois derniers exercices, (ii) ou de l occurrence d un aléa exceptionnel. Dans le RICA, il n a pas été possible de simuler l existence du second point ; l analyse s est donc concentrée sur la variation de la valeur ajoutée des exploitations de grandes cultures. Pour mener l exercice jusqu au bout, la valeur ajoutée a été recalculée comme stipulée dans la loi de finance : Y = AD + (p i q i + S i + u i + s i ) C i i Avec AD, les aides directes, p i q i le produit hors taxes, S i la variation de stocks, u i l autoconsommation, s i les aides couplées à la production i et C i les charges engagées pour produire le bien i. L évaluation de l épargne de précaution nécessite un historique, les résultats présentés concerneront donc la période , avec un historique Prise en compte du comportement des épargnants Pour s approcher au mieux du fonctionnement des exploitations, l épargne n est possible dans cette étude que lorsque le revenu disponible de l exercice est supérieur à un certain seuil, représentant à priori un revenu minimum nécessaire à atteindre avant de faire de l épargne. Il a été ici défini à par actif familial. Le niveau choisi est celui de la rémunération moyenne des français. Par ailleurs le plafonnement de l épargne tel que proposé par les règles de la DPA a été maintenu comme explicité précédemment. 3. Résultats 3.1 Résultats historiques des exploitations de grandes culture et variabilité La variabilité des résultats (RCAI), présentée ici comme étant la distance interdécile rapportée à la moyenne, est plutôt stable entre 170 et 240 % sur les 10 dernières campagnes au sein de l Otex, en moyenne France. Seule l année 2009 offre une variabilité plus forte, en raison du faible niveau de revenu moyen. Ces 200 % représentent une variabilité élevée : par exemple, en 2011, 80% des exploitations se trouvaient dans une gamme de revenu allant de 14 à 120 k pour une moyenne s établissant à 49 k. Cette forte variabilité est à mettre en relation avec la disparité observée des situations au sein de l orientation grandes cultures (potentiel, structure) et avec la hausse de la volatilité intrannuelle des cours des matières premières agricoles ou énergétiques sur la décennie. Le comportement des producteurs, à l achat ou à la vente, contribue également à expliciter ces différences. i 2

4 RCAI en k par actif Variabilité en % RCAI par actif familial en k /UTA Variabilité en % Résultat courant avant impôts et variabilité annuelle observée entre exploitations (Otex 15) France entière % 600% 500% 400% 300% 200% 100% 0% Somme de MOYENNE Somme de variabilité années 2005 à 2011 Traitement Arvalis 2013 Cette variabilité annuelle des résultats entre exploitations, est relativement stable entre années à l échelle nationale. A l échelle régionale, la variabilité annuelle entre exploitation est moins stable. Par exemple, en Ile de France, elle varie entre 160 et 260 % ; en Poitou Charentes, entre 140 et 280 %. Sur une même année, le niveau de variabilité entre exploitation peut être très différent entre régions. L année 2011 en est un bon exemple : de 123% en Champagne Ardennes à 230 % en Midi Pyrénées, Rhône Alpes ou Aquitaine.. Sur cette année 2011, on ne peut pas établir de réelle corrélation entre le niveau moyen de revenu de la région et la variabilité intra régionale. Si la variabilité la plus forte est effectivement trouvée dans les régions à plus faible revenu, on trouve également une variabilité identique dans des régions dont le revenu va du simple au double. Variabilité et RCAI moyens par région (Otex 15) en RCAI par Actif Variabilité 250% 200% 150% 100% 50% 0% années 2005 à 2012 Traitement Arvalis

5 Dispersion des RCAI par région (Otex 15) en années 2005 à 2012 Traitement Arvalis 2013 La variabilité des revenus entre exploitations, une même année, montre l importance de prendre en compte chaque situation pour évaluer l efficacité d un outil d épargne en prenant en compte la capacité financière à utiliser la DPA. L analyse des exploitations de l Otex 15 sera menée en sousgroupes calibrés sur leurs capacités à rémunérer le chef d exploitation et donc à épargner. 3.2 Rentabilité historique des exploitations A partir de l échantillon constant du RICA, il est possible de suivre l évolution de la rentabilité des exploitations de grandes cultures. Les exploitations de grandes cultures sont classées en fonction de leur capacité à dégager un revenu net minimal de par UTA familiale, soit le salaire net moyen des ménages français en 2012 (INSEE, 2014). Dans ces conditions, 7 groupes d exploitations sont définis par rapport à la fréquence d atteinte du revenu «minimum» de par an sur les huit ans de la période étudiée : tous les ans, 7 années sur 8, 6 années sur 8, 5 années sur 8,.. (Tableau 1). Chaque classe est caractérisée par la SAU moyenne, le nombre d ha par actif et le revenu disponible par ha. La structure moyenne des exploitations de l échantillon se caractérise par une SAU de 140 ha, 1.5 actifs. La productivité du travail est de 93 ha par actif. Le disponible moyen sur la période de est de 46 K par actif familial et 326 /ha. La variabilité du disponible sur la période est élevée, avec une moyenne de 221 %. 4

6 Tableau 1 : description des classes de l échantillon Fréquence d atteinte de l objectif Part des exploitations de l échantillon (17 400) SAU moyenne (ha) Hectares par actif Revenu disponible moyen sur la période ( /ha) Variabilité du disponible Toujours (cl7) 11% % 7 années sur 8 (cl6) 17% % 6 années sur 8 (cl5) 22% % 5 années sur 8 (cl4) 15% % 4 années sur 8 (cl3) 11% % 3 années sur 8 (cl2) 8% % <3 années sur 8 (cl1) 16% % Moyenne 100% % années 2005 à 2012 Traitement Arvalis 2014 Sur la période , plus d une exploitation sur trois (cl1 à cl3) n atteint pas l objectif de rentabilité fixé une année sur deux. Ces exploitations, malgré les soutiens publics, ne dégagent pas un revenu suffisant pour assurer un revenu annuel aux producteurs à hauteur du salaire médian français. La moitié ne l atteint pas trois années sur cinq (cl 1 à cl 4). A l opposé, le cinquième de l échantillon (cl 6 et 7) atteint cet objectif au moins 7 années sur les 8 de la période. Les exploitations qui atteignent le plus fréquemment l objectif de rentabilité minimale sont celles qui ont une productivité du travail en ha par actif supérieur à 100 ha/uta. Un lien avec la structure, représentée ici par la SAU semble se dessiner avec un seuil entre 140 et 150 ha ; la classe 5 est intermédiaire. Un dernier élément caractérise également ce classement : la variabilité du disponible sur la période des classes est corrélée avec la capacité à atteindre l objectif. Elle est la plus faible sur la classe 7 (137 %) et la plus élevée sur la classe 1 (331 %). 3.3 Intérêt d un outil d épargne privé tel que la DPA définie en 2013 L épargne privée, si elle est possible financièrement, est un moyen de gérer son risque et rendre son entreprise agricole plus robuste face aux aléas qu ils soient climatiques ou économiques (marché). Le tableau suivant reprend la classification des exploitations du paragraphe précédent en fonction de leur fréquence d atteinte du seuil de Pour chaque exploitation, le mécanisme de l épargne de précaution DPA 2013 est ensuite mis en œuvre : réalisation les années où le revenu est supérieur au seuil et utilisation lorsqu il y a une baisse suffisante de valeur ajoutée. Les exploitations sont ensuite reclassées par rapport à la fréquence d atteinte du disponible intégrant l utilisation. Le revenu disponible moyen sur la période avec fonctionnement de la DPA présenté dans le 5

7 tableau 2 se définit par disponible réalisation (épargne) + utilisation (retour). Tableau 2 : Comparaison des fréquences d atteinte des objectifs après et avant l utilisation d un outil d épargne Fréquence d atteinte de l objectif Part des exploitations de l échantillon (17 400) SAU moyenne (ha) Hectares par actif Revenu disponible moyen sur la période ( /ha) avec fonctionnement DPA Variabilité du disponible Toujours (cl7) 21% % 7 années sur 8 (cl6) 22% % 6 années sur 8 (cl5) 16% % 5 années sur 8 (cl4) 11% % 4 années sur 8 (cl3) 8% % 3 années sur 8 (cl2) 6% % <3 années sur 8 (cl1) 15% % Moyenne 100% % années 2005 à 2012 Traitement Arvalis 2014 L analyse fréquentielle est à nouveau effectuée sur le revenu disponible stabilisé après fonctionnement de l outil d épargne. La répartition des exploitations par classe est différente avec ou sans utilisation du mécanisme DPA. Les classes les moins favorables (cl 1 à 4) sont moins représentées quand la DPA est utilisée : 40 % contre 50%. Les 2 classes (6 et 7), les plus favorables, sont plus nombreuses avec l utilisation de la DPA : 43 % des exploitations contre 28 %. Par contre la classe la moins favorable (cl 1) reste toujours aussi présente : 15% contre 16 %. Le niveau moyen par classe du disponible après utilisation de la DPA est inférieur au revenu sans utilisation de la DPA. Ceci est la résultante de deux phénomènes combinés. (i) Les producteurs de grandes cultures ciblés ici changent de classe, (ii) l épargne fonctionne : elle agit comme une charge les années où elle est effectuée et un revenu lorsqu elle est utilisée. Le montant restant sur le compte DPA est un indicateur complémentaire à ce revenu disponible après utilisation de la DPA : certaines exploitations auront épargné plus que reintégré. L année 2012 étant une année favorable, le mécanisme d épargne a fonctionné. Le revenu disponible après DPA est ainsi inférieur, mais le solde sur le compte DPA peut être positif. Sur les classes 2 à 7, ce solde à la fin de l année 2012 représente entre 25 et 90 % du revenu moyen sur la période. Ainsi, sur la période considérée 2005 à 2012, l outil DPA permettrait d augmenter le nombre d exploitations atteignant l objectif de revenu fixé et de réduire sa variabilité. Il n est par contre pas efficace pour les exploitations à plus faible revenu et à forte variabilité. L analyse de la variabilité et de son origine (aléa climatique par exemple) est nécessaire pour proposer des outils plus adaptés. En moyenne sur l échantillon, la variabilité diminue très légèrement passant de 221 % à 217 %. 6

8 4. Discussion L utilisation de la base de données du RICA a permis de : (i) travailler sur une période historique récente ( ), (ii) d avoir une analyse exploitation par exploitation et donc de tenir compte de la diversité des systèmes de production tout en étant représentatif. Il manque cependant : (i) les exploitations non représentées dans le RICA, (ii) celles qui peuvent disparaître pour des raisons économiques (faillite notamment). L intérêt de l outil d épargne peut ainsi être surestimé. (iii) Certaines informations pour mieux caractériser les systèmes présents (structure, productivité,.) sont par ailleurs limitantes. Ces informations n étant pas présentes dans les Micro Données et l anonymisation proposée par le Ministère. Une approche plus fine de ces dernières paraît essentielle pour finaliser ce travail. Le type d épargne analysée est celle mise à disposition des producteurs par l état en 2013, la DPA, outil de la loi de finance rectificative de Cet outil reste limité : les exploitations qui pourraient épargner plus sont, dans le modèle, limitées par le taux maximal proposé par la loi. De ce fait, il est probable que l intérêt de l outil soit sous-estimé sur la période historique étudiée pour les classes de risques faibles : l analyse devrait être complétée par des simulations intégrant d autres niveaux de plafond de la DPA. L autre difficulté est de prendre en compte à la fois la capacité d épargne de l exploitation et sa capacité d autofinancement. Cette approche est à creuser mais également difficile à travailler avec les Micro Données. Un test de sensibilité au seuil de revenu serait aussi nécessaire. Enfin, si travailler sur la période historique a permis d apporter des premières conclusions, des analyses complémentaires devront être menées : (i) en prenant en compte d autres sources de risque, comme l aléa climatique, (ii) en actualisant la pertinence de l outil sur une période plus longue intégrant les années 2013 voire 2014 qui sont 2 années avec une forte baisse de revenu qui permettraient de mesurer l augmentation de robustesse y compris dans les classes les plus favorables, (iii) en se projetant sur la nouvelle période de la réforme de la PAC prenant en compte l évolution des aides : conserver l historique économique et prendre le niveau d aides Conclusion Cette étude montre l importance de prendre en compte la diversité des exploitations pour évaluer l intérêt d un outil de gestion du risque interne aux exploitations, qu il soit public ou privé. La base de données du RICA est un outil d autant plus intéressant pour faire cette évaluation qu il sera accessible dans sa totalité. Sur la période étudiée, , l intérêt de l épargne de précaution dépend de la structure des exploitations, de la nature et du niveau du risque. Il faudra approfondir cette analyse en testant le cadre de la nouvelle politique agricole commune , avec sa baisse des aides pour les exploitations de grandes cultures en général. Cette dernière fonctionne bien lorsque : (i) l exploitation a une capacité suffisante pour épargner, (ii) que la règle d utilisation de la réserve est adaptée au risque présent sur l exploitation, (iii) que le niveau de l épargne est suffisant par rapport au niveau de risque. Il est clair que pour certaines exploitations, le recours à d autres outils de gestion du risque ou à une combinaison d outils sera nécessaire. La réserve, si elle est créée, n est pas infinie et quand les risques interviennent trop fréquemment ou sont trop importants, l épargne ne peut plus jouer son rôle de stabilisateur. Dans ces cas, les risques deviennent systémiques et relèvent d autres outils de gestion publique (aide) ou publique privée (assurances subventionnées). La combinaison de l ensemble de ces outils sera la clé pour répondre aux futures conditions de production des exploitants de grandes cultures. 7

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Document d accompagnement du référentiel de formation

Document d accompagnement du référentiel de formation Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : BTSA DARC Module : M 53 Gestion économique et financière de l entreprise agricole Objectif général

Plus en détail

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Formation «Mesures et indicateurs en agriculture durable» - 5 mars et 19 mai 2008- FNCIVAM Indicateurs clés socio-économiques Les indicateurs connus sont

Plus en détail

PROJET DE FUSION DES COMMUNES DE. Aubonne Montherod Saint-Oyens Saubraz

PROJET DE FUSION DES COMMUNES DE. Aubonne Montherod Saint-Oyens Saubraz AUBONNE MONTHEROD SAINT-OYENS SAUBRAZ PROJET DE FUSION DES COMMUNES DE Aubonne Montherod Saint-Oyens Saubraz Planification financière 2014 2019 Comparaison de 3 variantes de taux d imposition Pierre Busset

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Cette étude a été réalisée dans le cadre du projet transfrontalier «Améliorer les performances

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel)

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Tableau 1 Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Avant de se lancer dans une activité génératrice de revenu, le porteur de projet doit, au préalable, s assurer que son projet est viable afin

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Jean-François BASCHET, Ministère de l agriculture et de la pêche, Direction des affaires

Plus en détail

Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse

Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse Mise à jour des données SILC pour l année 2010 (Traduction du rapport allemand 2012) Sur mandat d Employés Suisse : Hansjörg Schmid, communication

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels

L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels Mercredi 12 juin 2013, AG de l AFPS L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels Michel LUZI 2 Segmentation des risques Le Régime des Catastrophes Naturelles Dommages

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 6 Objectifs Identifier les soldes intermédiaires de gestion. Pré-requis Fiches 1, 2 et 3. Mots-clés Soldes intermédiaires de gestion, tableau des soldes intermédiaires

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Comparaison des coûts de gestion des Assureurs Santé et de l Assurance Maladie. Annexe méthodologique

Comparaison des coûts de gestion des Assureurs Santé et de l Assurance Maladie. Annexe méthodologique Comparaison des coûts de gestion des Assureurs Santé et de l Assurance Maladie Annexe méthodologique Septembre 2009 A Éléments de cadrage Postulat de départ Pour procéder à une étude comparative des coûts

Plus en détail

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF Dès que les mesures destinées à encourager l investissement locatif seront arrêtées, les ADIL devront contribuer à les faire connaître.

Plus en détail

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé P.16 Les SSIAD de l échantillon représentent environ 1.8% des SSIAD et 2.4% des places installées. Les tarifs des soins

Plus en détail

Extrait du rapport d expertise SEXTANT sur les comptes de l entreprise réalisés 2011 et prévisionnels 2012 En rouge les commentaires de l équipe CFDT

Extrait du rapport d expertise SEXTANT sur les comptes de l entreprise réalisés 2011 et prévisionnels 2012 En rouge les commentaires de l équipe CFDT Le Groupe Amadeus : En 2011 et 2012, la reprise du trafic aérien entrevue en 2010 se confirme tout particulièrement au Moyen-Orient et en Amérique latine Le modèle économique du Groupe Amadeus et son positionnement

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi,

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi, n 3 mai 2012 Le mot de l Observatoire Cette nouvelle livraison de la Lettre de l ONPES aborde un sujet souvent commenté : celui du logement des ménages pauvres et modestes. Cependant, l auteur de cette

Plus en détail

LE PERP retraite et protection

LE PERP retraite et protection LE PERP retraite et protection Benoit Rama http://www.imaf.fr Le PERP (Plan d Épargne Retraite Populaire) est une mesure d encouragement à la préparation de la retraite destinée aux salariés. Il copie

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

Conseil Spécialisé Horticole

Conseil Spécialisé Horticole Conseil Spécialisé Horticole Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières CER France 6 juin 2014 Observatoire économique des exploitations Horticoles et pépinières exercice

Plus en détail

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra Les outils de planification d achat Préparé par : Othman karra plan INTRODUCTION I. Rôle des stocks dans la fonction achat 1. définition des stocks 2. avantages et inconvénients des stocks 3. types de

Plus en détail

Evaluer ses possibilités d investissements. Snackers Robin S.T.E. A.W.E. Février 2008

Evaluer ses possibilités d investissements. Snackers Robin S.T.E. A.W.E. Février 2008 Evaluer ses possibilités d investissements Snackers Robin S.T.E. A.W.E. Février 2008 Ne pas partir à l aveuglette Avoir une connaissance précise de la situation de départ. Choisir le type de financement.

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation du règlement n 2002-09 du 12 décembre 2002 du CRC relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Chapitre 8 : Les provisions

Chapitre 8 : Les provisions Comptabilité générale IG 3 Cours et TD : Marie Musard Année 2007-2008 Chapitre 8 : Les provisions Cours Les provisions correspondent à des pertes ou des charges simplement prévisibles : la constitution

Plus en détail

Les taux de rendement actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole

Les taux de rendement actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole Séries sur l examen du renment s exploitations agricoles /Volume No. Les taux renment actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole Introduction Ce bulletin présente nouvelles mesures

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Le financement des investissements

Le financement des investissements Les modes de financement Le crédit aux particuliers Le crédit aux entreprises 1 Les modes de financement L autofinancement Le crédit bancaire Le crédit-bail La location longue durée 2 L autofinancement

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

L ESSENTIEL DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE

L ESSENTIEL DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE DIDIER LECLÈRE L ESSENTIEL DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE Cinquième édition LES ESSENTIELS DE LA FINANCE, 1997, 2001, 2002, 2004, 2011 ISBN : 978-2-212-54964-5 PREMIÈRE PARTIE L analyse des coûts complets

Plus en détail

RAPPORT D'EVALUATION Exemple

RAPPORT D'EVALUATION Exemple RAPPORT D'EVALUATION Exemple Rapport d'évaluation 2/7 Nous souhaitons attirer l'attention sur le fait que les informations contenus dans ce rapport (chiffres, tableaux, hypothèses) ont été élaborées à

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS Etablissement public foncier de Languedoc-Roussillon créé par décret n 2008 670 du 2 juillet 2008 1 QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS A. LES RECETTES LES HYPOTHESES SUR LE NIVEAU DES RECETTES

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement

Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement Chapitre 17 Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement Introduction L'objectif de ce chapitre est de faire comprendre aux élèves qu'une analyse pertinente du compte de résultat

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Passage à l acte. Réalisation d un outil informatique de modélisation

Passage à l acte. Réalisation d un outil informatique de modélisation Passage à l acte des ménages m en matière de rénovation r énergétique Réalisation d un outil informatique de modélisation Avertissement Tous droits réservés. L information contenue dans ce document est

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Etude Socio- économique des ostéopathes à pratique exclusive.

Etude Socio- économique des ostéopathes à pratique exclusive. Etude Socio- économique des ostéopathes à pratique exclusive. Les éléments socioéconomiques de cette étude proviennent des données fournies par la CIPAV/Groupe Berri au 31 décembre 2013. Ces éléments comprennent

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 1 Objectifs Savoir définir, calculer et interpréter les soldes intermédiaires de gestion. Connaître les principaux retraitements des SIG. Pré-requis Notions sur

Plus en détail

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable.

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable. Réunion du 12 mai 2011 1 Premiers éléments de caractérisation financière du territoire Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer

Plus en détail

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21 Vos ratios en poche Sommaire Introduction 3 Les bases pour comprendre les ratios 4 Les ratios de rentabilité 8 Les ratios de valeur ajoutée 11 Les ratios de liquidité 14 Les ratios de solvabilité 17 Aller

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables,

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables, AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2013-03 du 13 décembre 2013 Relatif aux règles de comptabilisation des valeurs amortissables visées à l article R.332-20 du code des assurances, R.931-10-41 du

Plus en détail

SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY

SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY 1. ETATS FINANCIERS Bilan au 01/09/N Actif immobilisé Fonds commercial 1 Bâtiment Equipement Actif Actif circulant Stocks voitures neuves Stocks voitures d occasion Stock essence,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail

Compte bancaire ou assurance vie? 5. Amortissement direct ou indirect?

Compte bancaire ou assurance vie? 5. Amortissement direct ou indirect? 92 LE GUIDE FINANCIER DU PROPRIÉTAIRE Compte bancaire ou assurance vie? La décision de prendre un compte bancaire dépendra du profil du client et de ses besoins. Par exemple, si l emprunteur est célibataire

Plus en détail

De : Les comptables. I- Le taux de rentabilité interne

De : Les comptables. I- Le taux de rentabilité interne De : Les comptables A : La direction de Moréa Annexe : Le compte de résultat prévisionnel du projet Date : 21/09/2009 Objet : L impact des résultats financiers RAPPORT Nous avons réalisé un compte de résultat

Plus en détail

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique.

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique. DETERMINER LES INDICATEURS Une fois les objectifs clairement définis, il est nécessaire d y associer des indicateurs pour le suivi régulier des actions mises en œuvre en vue d atteindre la référence souhaitée.

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009 1 Structure du bilan Le bilan décrit la situation patrimoniale de l exploitation à la clôture de l exercice. Il présente en regard l actif à gauche et le passif à droite, dont les cumuls sont par définition

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

I. Vous devez commencez par prendre l espérance de vie du vendeur.

I. Vous devez commencez par prendre l espérance de vie du vendeur. Vous voulez déterminer une rente viagère d un bien libre de toute occupation, une valeur d un bien occupé la vie durant du vendeur et la rente viagère correspondante : Vous devez intégrer de multiples

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

La prise en compte pour la retraite des périodes d interruption d emploi involontaire : évolutions législatives et réglementaires récentes

La prise en compte pour la retraite des périodes d interruption d emploi involontaire : évolutions législatives et réglementaires récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries EXTRAITS DU N 45 NOVEMBRE 2010 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries Des

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA)

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) 15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) Le revenu de solidarité active (RSA), mis en place depuis le 1 er juin 29 en métropole, remplace les dispositifs de minima sociaux allocation de parent isolé (API)

Plus en détail