Trébeurden Synthèse financière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Trébeurden Synthèse financière"

Transcription

1 Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique

2 Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts, dotations Etat, recettes tarifs) Solde charges et produits except. Épargne de gestion Excédent brut courant Intérêts de la dette Épargne brute Épargne de gestion Remboursement capital de la dette Épargne nette (EN) Épargne brute Épargne nette (EN) Dépenses d investissement hors dette Remboursement de TVA et cessions Subventions Emprunt Besoin Variat de financement Excédentrésiduel (*) des produits Excédent global Reporté

3 Méthodologie (2) 3 L échantillon de comparaison : La commune de Trébeurden sera donc comparée aux 41 communes du littoral breton dont la population DGF (population municipale + 1 habitant par résidence secondaire) est comprise entre et habitants et dont le pourcentage de résidence secondaire est supérieur à 20% et qui sont situées dans des communautés de communes ou d agglomération qui ont adopté le régime de la fiscalité professionnelle unique (les communes ne perçoivent plus les impôts sur les entreprises). La population utilisée pour le calcul des ratios : La population utilisée pour le calcul des ratios par habitant sera la population DGF (population INSEE + 1 habitant par résidence secondaire) comme le préconise l analyse financière afin de tenir compte de la spécificité touristique de Trébeurden.

4 Partie 1 Analyse rétrospective du budget principal

5 Partie 1.1 Les grands équilibres

6 La formation de l épargne (en milliers d euros) 6 K Produits de fct. courant Charges de fct. courant = EXCEDENT BRUT COURANT (EBC) Solde exceptionnel large = Produits exceptionnels larges* Charges exceptionnelles larges* = EPARGNE DE GESTION (EG) Intérêts = EPARGNE BRUTE (EB) Capital = EPARGNE NETTE (EN) * y compris financiers hors intérêts (produits et charges) et provisions réelles (dotations et reprises) L analyse des soldes d épargne met en évidence une forte progression de l épargne nette de la commune de Trébeurden sur la période étudiée. Elle est passée de 516 K en 2006 à 776 K en 2012, soit une croissance de 260 K en 6 années. Cette progression de l autofinancement s explique principalement par l amélioration de l excédent brut courant entre 2012 et 2006 (+ 364 K ) qui couvre largement la progression de l annuité de la dette (+113 K ).

7 Comparaison des niveaux d épargne (en /hab) 7 Excédent Brut courant communes littorales de 3500 à 7500 habitants DGF de communautés à fiscalité professionnelle unique Epargne Nette communes littorales de 3500 à 7500 habitants DGF de communautés à fiscalité professionnelle unique Trébeurden Littoral Littoral des Breton (41) Côtes d'armor (13) Littoral de LTA (4) 50 Trébeurden Littoral Littoral des Breton (41) Côtes d'armor (13) Littoral de LTA (4) L excédent brut courant de Trébeurden (277 /h) est supérieur en 2011 de 16% à la moyenne de l échantillon des communes comparables de Bretagne (littoral breton ) soit 39 par habitant. L épargne nette (ou CAF nette) de Trébeurden (160 /h) est supérieure en 2011 de 22% à la moyenne de l échantillon des communes comparables de Bretagne (littoral breton ) soit 29 par habitant.

8 L annuité de la dette (en milliers d euros) 8 K Capital Intérêts Annuité de dette totale K Annuité de dette Produits de fonctionnement Annuité / Produits de fct ,1% 14,3% 18,6% 15,1% 13,0% 13,4% 14,6% L annuité de la dette a progressé sur la période. Elle était de 548 K en 2006 et est de 661 K en 2011 soit une hausse de 133 K en 5 ans. Le poids des intérêts dans la dette, malgré une dette jeune, a fortement baissé en raison des conditions d emprunts favorable pour la dette nouvelle. L année 2008 est une année atypique en raison de la présence des intérêts d un prêt relai TVA de 500 K et de la prise en compte des intérêts courus non échus pour la première fois.

9 L encours de dette (en milliers d euros) 9 K Encours brut au 1er janvier - Remboursement du capital brut - Remboursement anticipé + Emprunt + Divers = Variation de l'encours brut = Encours brut au 31 décembre Taux d'intérêt instantané 4,7 M Fin ,8% 5,0% 5,6% 3,0% 1,2% 2,0% 2,1% L encours de dette était de K en 2006 et est à la fin de 2012 de K. Il y a donc un endettement supplémentaire d environ 1,4 M sur la commune de Trébeurden. La commune a emprunté chaque année entre 2007 et 2011 pour financer ses dépenses d équipement. Cette dette nouvelle a été contractée à des conditions plus favorables que la dette ancienne (dans tous les cas pour les échéances récentes et celles du futurs proches). Le taux d intérêt moyen de la dette est ainsi en forte baisse (4,8% en 2006, 2,1% en 2012).

10 Comparaison annuité de la dette (en /hab) 10 Annuité de la dette communes littorales de 3500 à 7500 habitants DGF de communautés à fiscalité professionnelle unique Encours de dette communes littorales de 3500 à 7500 habitants DGF de communautés à fiscalité professionnelle unique Trébeurden Littoral Littoral des Breton (41) Côtes d'armor (13) 127 Littoral de LTA (4) Trébeurden Littoral Littoral des Breton (41) Côtes d'armor (13) Littoral de LTA (4) L annuité de la dette (122 /h) est sensiblement supérieure (17%) à la moyenne (104 /h) de l échantillon des communes comparables de Bretagne (littoral breton ) soit 16 par habitant. L encours de dette de Trébeurden (1 142 /h) est supérieur de 40% à l encours moyen de l échantillon des communes comparables de Bretagne (littoral breton ) soit 337 par habitant (mais reste très proche voir inférieur au niveau des communes comparables des Côtes d Armor et de LTA).

11 Le financement de l investissement (en milliers d euros) 11 Moyenne 2006/2012 Dép. d'inv. hs annuité en capital Dép. d'inv. hs dette Dépenses d'équipement Dépenses directes d'équipement Dépenses indirectes (FdC et S.E.) Opérat pour cpte de tiers (dép) Dépenses financières d'inv. Remboursements anticipés Financement des investissements Epargne nette Ressources propres d'inv. (RPI= FCTVA, cessions) Opérat pour cpte de tiers (rec) Subventions yc DGE Emprunt Variation de l'excédent global K /hab Structure % % % % % 3 1 0% 1 0 0% % % % % 3 1 0% % % % Trébeurden a investi 12.2 M en dépenses d équipement au cours des 7 dernières années soit 1.8 M par an en moyenne. Les dépenses d investissement sont autofinancées à hauteur de 36%. Les ressources propres d investissement (FCTVA, cessions) représentent 18% des recettes d investissements. Les subventions assurent 10% des ressources tandis que l emprunt complète le financement à hauteur de 36% sur la période.

12 Les principales opérations (en milliers d euros TTC) 12 Dépenses directes Acquisitions de terrains Aménagement du centre bourg Acquisition de matériel Matériel de transport Travaux bâtiments communaux Nouveau complexe sportif Travaux aux écoles Voies et circulations douces Aménagementde Tresmeur Crech Héry Autres opérations d'équipement Dépenses indirectes Dépenses d'équipement dont gros projets dont dépenses permanentes Subventions reçues dont gros projets Total Moy Poids % % % % % % % % % % % % % % % % Total Moy taux taux TTC HT % 14% % 13% 12.2 M TTC ont été investis entre 2006 et Les principales opérations concernent : l aménagement du centre bourg (43% des dépenses soit 5,2 M ), la construction d un nouveau complexe sportif (18% des dépenses soit 2,2 M ), les travaux de voiries (17% des dépenses soit 2,1 M ), l aménagement de Tresmeur (6% des dépenses soit 0,8 M ). Ces dépenses ont été subventionnées à hauteur de 14% sur leurs valeurs hors taxes ce qui représente une recette de 1,3 M sur la période dont la moitié a été reçue pour l aménagement du centre bourg. On estime que les dépenses permanentes (travaux sur les bâtiments existants, la voirie, l achat de matériel, de véhicules ) représentent 0.7 M de dépenses annuelles.

13 Comparaison du niveau des dépenses d équipement (en /hab) Moyenne équipement communes littorales de 3500 à 7500 habitants DGF de communautés à fiscalité professionnelle unique Trébeurden Littoral Littoral des Breton (41) Côtes d'armor (13) Littoral de LTA (4) Trébeurden a investi chaque année en moyenne depuis 2006, 59 /h de plus que la moyenne de l échantillon des communes comparables de Bretagne (littoral breton ) soit 19% de plus.

14 Ratios d équilibre (délai de désendettement) 14 Encours de la dette / Epargne brute = nombre d années d épargne brute permettant de rembourser la totalité de l encours (ou stock) de la dette 20 Zone rouge 15 Seuil indépassable Zone orange Zone jaune Zone verte Délai de désendettement 10 Seuil d alerte maximale 7 Seuil d alerte minimale Trébeurden a un délai de désendettement (5 années en moyenne) largement inférieur au seuil d alerte minimale (7 années). De plus, le délai de désendettement est tendanciellement en baisse depuis 2007.

15 Ratios d équilibre (2) 15 délai de désendettement Encours au Epargne brute K ENCOURS au 31/12 / EPARGNE BRUTE Durée apparente de la dette K Encours au Capital ENCOURS / CAPITAL ,5 5,9 5,8 5,3 4,2 4,5 4, ,1 11,2 11,7 13,0 11,0 12,0 10,7 Le délai de désendettement doit également être comparé au ratio encours/capital qui mesure la durée apparente de la dette. Cette durée est stable et s établit à 12 années en moyenne sur la période. Elle est conforme au type d emprunts contracté par Trébeurden (emprunt à échéances constantes sur 15 années de remboursement en moyenne).

16 Comparaison délai de désendettement Délai de désendettement communes littorales de 3500 à 7500 habitants DGF de communautés à fiscalité professionnelle unique 4,5 Trébeurden 3,9 4,2 Littoral Breton (41) Littoral des Côtes d'armor (13) 7,6 Littoral de LTA (4) Le délai de désendettement de Trébeurden est tout à fait comparable à la moyenne de l échantillon (4,5 années en 2011 pour Trébeurden et 4.0 en 2012 contre 3.9 en moyenne).

17 Complément analyse longue (1) 17 K Produits de fct. courant - Charges de fct. courant = EXCEDENT BRUT COURANT (EBC) + Solde exceptionnel large = EPARGNE DE GESTION (EG) - Intérêts = EPARGNE BRUTE (EB) - Capital = EPARGNE NETTE (EN)

18 Partie 1.2 La dynamique des charges et des produits

19 Les charges de fonctionnement 19 K Charges fct courant strictes Charges à caractère général Charges de personnel Charges de gestion courante Autres Charges fct courant Atténuations de produits Charges fct courant Charges exceptionnelles larges * Charges fct hs intérêts Intérêts Charges de fonctionnement * y compris frais financiers hors intérêts ( ) Moy. 2007/ / / / / /11 Charges fct courant strictes 3,2% 1,6% 3,0% -1,3% 8,4% 6,0% 1,8% Charges à caractère général 6,4% 0,6% 12,0% -4,6% 11,3% 19,9% 1,3% Charges de personnel 2,7% 3,4% -0,1% -0,4% 6,5% 4,1% 3,0% Charges de gestion courante 0,3% -2,9% 1,6% 0,5% 10,8% -6,7% -1,0% Charges fct courant 3,2% 1,6% 3,0% -1,3% 8,4% 6,0% 1,8% Charges fct hs intérêts 3,2% 3,8% 0,8% 0,3% 6,8% 6,1% 1,6% Intérêts -8,4% -4,9% 50,2% -42,6% -60,3% 72,0% 5,7% Charges de fonctionnement 2,6% 3,2% 4,1% -3,9% 2,9% 7,6% 1,8% Les charges courantes de Trébeurden sont formées à 28% de charges à caractère général (énergie, alimentation, entretien, maintenance ), à 56% de charges de personnel et à 16% de charges de gestion courantes (subventions aux associations, contributions au service départemental de secours ) elles ont dépassé les 3 M en Les charges à caractère général s élèvent à 0,9 M en Les charges de personnel représentent 1,7 M et les charges de gestion courante 0,5 M. Les charges courantes ont progressé de 3,2 % en moyenne sur la période, principalement en raison de la forte évolution des charges à caractère général (6.4% par an). Les autres dépenses et en particulier les dépenses de personnel ont évolué à un rythme modéré.

20 Les charges courantes de fonctionnement 20 charges courantes communes littorales de 3500 à 7500 habitants DGF de communautés à fiscalité professionnelle unique év 2006/2011 charges courantes communes littorales de 3500 à 7500 habitants DGF de communautés à fiscalité professionnelle unique Trébeurden Littoral Littoral des Breton (41) Côtes d'armor (13) Littoral de LTA (4) 4,0% 3,0% 2,0% 1,0% 0,0% 3,5% Trébeurden 3,2% 3,1% 3,1% Littoral Breton (41) Littoral des Côtes d'armor (13) Littoral de LTA (4) Le niveau des charges courantes de fonctionnement de Trébeurden est tout à fait comparable à la moyenne de l échantillon (590 /h en 2011 pour Trébeurden contre 557 /h en moyenne). L évolution moyenne des charges courantes de Trébeurden est de 3.5% par an entre 2006 et 2011 (3.2% entre 2006 et 2012). Cette évolution modérée (sachant que l inflation sur la période est d un peu moins de 2%) est tout à fait comparable à l évolution constatée au niveau des communes du littoral breton de même taille (et qui était dans une communauté en TPU en 2006) qui est de 3.2% en moyenne.

21 Les produits de fonctionnement 21 K Produits fct courant stricts Impôts et taxes Dotations et participations Autres produits fct courant Atténuations de charges PROD. FCT COURANT Produits exceptionnels larges PROD. DE FONCTIONNEMENT Produits fct courant stricts Impôts et taxes Dotations et participations Autres produits fct courant Atténuations de charges PROD. FCT COURANT Produits exceptionnels larges * PROD. DE FONCTIONNEMENT Moy. 2007/ / / / / /11 3,7% 0,0% 5,8% 1,3% 9,7% 5,1% 0,9% 4,4% -0,6% 3,1% 3,2% 12,1% 5,8% 3,2% 1,7% -6,3% 12,7% -2,2% 5,4% 2,3% -0,9% 7,5% 35,1% -0,9% 3,3% 10,0% 10,2% -7,8% 5,7% -1,4% -20,9% -20,1% 22,2% 35,7% 35,3% 3,8% 0,0% 5,3% 1,1% 9,8% 5,5% 1,4% 4,7% 383,2% -9,3% -63,8% 173,0% -77,8% 36,7% 3,8% 2,8% 4,8% -0,9% 11,6% 3,2% 1,6% Les produits courants représentent plus de 4,5 M en Ils sont formés à 59% d impôts et de taxes (2,7 M ) et à 30% de dotations et de participations (1,3 M dont 1,1 M de DGF). L évolution des produits courants est de 3.8% par an en moyenne sur la période Cette croissance soutenue est alimentée principalement par le dynamisme des contributions directes.

22 Comparaison Produit total communes littorales de 3500 à 7500 habitants DGF de communautés à fiscalité professionnelle unique Trébeurden Littoral Littoral des Breton (41) Côtes d'armor (13) Littoral de LTA (4) Le niveau des produits de fonctionnement de Trébeurden est supérieur de 5% à la moyenne de l échantillon (891 /h en 2011 pour Trébeurden contre 849 /h en moyenne).

23 Partie 1.3 Partie 1.3 Zoom sur la fiscalité et les dotations de l Etat

24 Les taux 24 TAUX D'IMPOSITION COMMUNAUX Taux TH Taux FB Taux FNB ,10% 11,10% 11,10% 11,10% 11,10% 11,10% 11,10% 11,32% 12,23% 12,48% 12,61% 16,77% 16,77% 16,77% 16,77% 16,77% 16,77% 16,77% 17,11% 18,48% 18,48% 18,67% 51,76% 51,76% 51,76% 51,76% 51,76% 51,76% 51,76% 52,80% 52,80% 52,80% 52,80% VARIATION NOMINALE DES TAUX D'IMPOSITION COMMUNAUX Moy. 2003/ / / / / / / / / /11 Taux TH 1,3% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 2,0% 8,0% 2,0% 1,0% Taux FB 1,1% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 2,0% 8,0% 0,0% 1,0% Taux FNB 0,2% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 2,0% 0,0% 0,0% 0,0% Les taux de fiscalité ménages communaux ont augmenté en moyenne en 10 ans de 1,3% par an pour la TH (1.0% en réalité si on tient compte du fait que la commune n a pas repris les taux intercommunaux après le passage en TPU en 2003) de 1,1% pour le FB et de 0.2% pour le FNB. En moyenne la pression fiscale communale a varié de 1% par an. Département puis intercommunalité Département + région puis département Commune + intercommunalité puis Commune Commune + intercommunalité puis Commune La variation globale de la pression fiscale sur les ménages (commune / groupement / département / région) est en moyenne de 2,5% par an depuis 2002 (elle est majoritairement liée aux augmentation de taux du département et de la région).

25 Comparaisons des taux pesant sur les ménages 25 16% 14% 12% 10% 8% 6% 4% 2% 0% Taux réel de TH 2011 communes littorales de 3500 à 7500 habitants DGF de communautés à fiscalité professionnelle unique 12,08% 12,27% Trébeurden 15,26% Littoral Littoral des Breton (41) Côtes d'armor (13) 13,96% Littoral de LTA (4) 22% 20% 18% 16% 14% 12% 10% 8% 6% 4% 2% 0% Taux de FB 2011 communes littorales de 3500 à 7500 habitants DGF de communautés à fiscalité professionnelle unique 18,48% 18,36% Trébeurden 19,79% 20,26% Littoral Littoral des Breton (41) Côtes d'armor (13) Littoral de LTA (4) Le taux réel de TH de la commune de Trébeurden, mesuré après neutralisation des différences de politiques d abattement, est inférieur de 2% au taux moyen de TH de l échantillon. Le taux de FB de la commune de Trébeurden est légèrement supérieur (de 1%) au taux moyen de FB de l échantillon.

26 Comparaison de l évolution de la pression fiscale 26 1,50% 1,25% 1,00% 0,75% 0,50% 0,25% 0,00% Ev de la pression fiscale 2002/2012 communes littorales de 3500 à 7500 habitants DGF de communautés à fiscalité professionnelle unique 1,0% Trébeurden 1,2% 1,2% Littoral Littoral des Breton (41) Côtes d'armor (13) 1,4% Littoral de LTA (4) La pression fiscale de Trébeurden a évolué entre 2002 et 2011 de manière légèrement inférieure à la moyenne de l échantillon des communes retenues (1% par an contre 1.2% par an).

27 La dotation de fonctionnement de l Etat (DGF) 27 Population totale Résidences secondaires Population DGF La population mesurée au sens de la DGF est en légère hausse de 23 habitants en DGF et Fonds de péréquation K Dotation forfaitaire dont DF nette (DB + DS + Garantie) dont DC Dot d'aménagement (DSR, DNP) dont DSR dont DNP = DGF (A) Evolution nominale Moy. 2007/ / / / / /11 Dotation forfaitaire 0,0% -0,8% 1,1% -2,3% 2,1% -0,3% 0,3% Dot d'aménagement (DSR, DNP) 14,0% -3,1% 97,9% -5,7% 15,3% 2,8% 2,4% DGF 2,9% -1,2% 15,8% -3,2% 5,4% 0,6% 0,9% La DGF de la commune s élève à 1,1 M en La dotation forfaitaire (801 K ) représente 71% de la DGF contre 29% pour la dotation d aménagement (321 K ). La dotation d aménagement est la somme de deux dotations de péréquation, la dotation de solidarité rurale (211 K ) et la dotation nationale de péréquation (110 K ). La DGF a cru de 2.9% par an en moyenne. C est la croissance de la dotation d aménagement (+14% par an) qui explique cette croissance supérieure à la moyenne car la dotation forfaitaire de la commune a stagné sur la période (0,0% par an).

28 Comparaisons DGF Dotation fonctionnement 2012 communes littorales de 3500 à 7500 habitants DGF de communautés à fiscalité professionnelle unique Trébeurden Littoral Breton (41) Littoral des Côtes d'armor (13) Littoral de LTA (4) Trébeurden perçoit un montant de DGF proche de la moyenne constatée sur l ensemble de l échantillon (221 /h contre 211 /h).

29 Les principaux critères de péréquation de la DGF 29 Effort fiscal 2012 communes littorales de 3500 à 7500 habitants DGF de communautés à fiscalité professionnelle unique Potentiel financier 2012 communes littorales de 3500 à 7500 habitants DGF de communautés à fiscalité professionnelle unique 1,40 1,20 1,00 0,80 0,60 0,40 0,20 0,00 1,12 1,06 Trébeurden 1,18 1,18 Littoral Littoral des Breton (41) Côtes d'armor (13) Littoral de LTA (4) Trébeurden Littoral Littoral des Breton (41) Côtes d'armor (13) Littoral de LTA (4) L effort fiscal de Trébeurden (1,12 en 2012) est légèrement supérieur (de 6%) à la moyenne. Le potentiel financier de Trébeurden est supérieur (de 5%) à la moyenne.

30 Conclusion 30 La situation financière de Trébeurden est, au regard de l analyse financière rétrospective parfaitement maitrisée. Une hausse modérée de la fiscalité locale a permis à la commune de conserver et même d améliorer son haut niveau d épargne et de financer un important programme d investissements comparé à la moyenne des collectivités de même taille. Dans ce contexte, la dette de la collectivité a progressé mais le remboursement de l encours demeure, au regard du niveau de ressources de la commune, parfaitement soutenable ; les ratios usuels de mesure de l endettement positionnent d ailleurs Trébeurden très largement en dessous des seuils de risque.

31 Partie 2 Partie 2 Quelques éléments de prospective

32 Éléments de prospective 32 Malgré un contexte difficile pour les finances publiques, (baisse de 3 milliards d Euros des concours de l Etat aux collectivités locales en ), la commune de Trébeurden devrait pouvoir conserver dans les années à venir, grâce à son haut niveau d épargne actuel, un bon niveau de sécurité financière. Au sortir d une période d investissements importants, ceci lui permettra de poursuivre le désendettement entamé en 2012 et 2013, tout en maintenant un niveau d intervention conforme à la moyenne des communes comparables.

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014 Analyse financière de la commune de Bassens Présentation des résultats 1 er juillet 2014 Sommaire Introduction 1. Analyse de l évolution des soldes de gestion retraités 2. Effort d investissement et choix

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT. Années 2013 / 2014 / 2015

PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT. Années 2013 / 2014 / 2015 PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT Années 2013 / 2014 / 2015 PLAN PLURIANNUEL : METHODE Le plan est basé sur le Budget primitif 2013 La prospective concerne le Fonctionnement (charges et produits réels)

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 VILLE DE PLOEMEUR 31 octobre 2005 Service Financier ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 En application de l article L 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, un débat d orientations

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

NOTE D ANALYSE RETRO-PROSPECTIVE

NOTE D ANALYSE RETRO-PROSPECTIVE Mairie de Guipavas NOTE D ANALYSE RETRO-PROSPECTIVE Document définitif Yvan Pellé et Yann Le Meur Rennes, le 27 juin 2014 Note d'analyse - 14eYM1548.docx RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES Siège/Direction

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 Février 2011 1 LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 1. L EVOLUTION DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2. L ENDETTEMENT 3. LES PERSPECTIVES POUR LES ANNEES A VENIR 4.

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL Trésorerie de LESPARRE-MEDOC PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ SAINT GERMAIN D ESTEUIL est une commune rurale. Sa population est de 1 195 habitants. Elle se

Plus en détail

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera :

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera : SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUCATS Cette analyse retraite les résultats financiers des 5 dernières années pour déterminer comment la commune de Saucats parvient à couvrir ses charges de fonctionnement

Plus en détail

Trésorerie de SAUVETERRE DE GUYENNE

Trésorerie de SAUVETERRE DE GUYENNE ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE Trésorerie de SAUVETERRE DE GUYENNE PRESENTATION DE LA COMMUNE Sauveterre de Guyenne est une jolie bastide au cœur de l Entre Deux Mers créée en

Plus en détail

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009 BILAN 211 - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 21 et 29 - Les dépenses de fonctionnement sont en baisse et les recettes augmentent - Ainsi la capacité d autofinancement

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE Trésorerie de Sauveterre de Guyenne PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La commune de SAUVETERRE DE GUYENNE est située au cœur de l Entre Deux mers.

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

Etude de l impact du schéma directeur sur la tarification et l équilibre du budget assainissement

Etude de l impact du schéma directeur sur la tarification et l équilibre du budget assainissement Mardi 7 octobre 2014 Lannion Trégor Communauté Etude de l impact du schéma directeur sur la tarification et l équilibre du budget assainissement Yvan Pellé Document v0 Les hypothèses de simulation Les

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Le service Finances de la CAN a élaboré cette fiche à partir des documents transmis par les communes en juillet 2014 : - Compte Administratif

Plus en détail

Audit financier et fiscal

Audit financier et fiscal Audit financier et fiscal Eléments synthétiques tiques extraits de l auditl Juin 2008 Territoires & Conseil 12 rue de Castiglione 75001 Paris Territoires-et-conseil@wanadoo.fr Tél.: 01.53.34.07.17 1 La

Plus en détail

Projet «Municipales»

Projet «Municipales» Projet «Municipales» Tableau de bord des communes Performance en transparence Décembre 213 Projet «Municipales» - Performance en transparence 1 Sommaire Synthèse annuelle de la gestion communale Santé

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Communauté de communes des Terrasses et Vallées de Maintenon

Communauté de communes des Terrasses et Vallées de Maintenon Lundi 6 décembre 2010 Communauté de communes des Terrasses et Vallées de Maintenon Impact de la réforme fiscale sur les ressources de la communauté de communes La communauté de communes des Terrasses et

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne conseil du 17 octobre 2014 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est

Plus en détail

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis 26 janvier 2012 2 OCTOBRE 2009 6 rue du Général de Larminat

Plus en détail

Portrait financier. Analyse comparée CA 2005-2010. MARLY 11 967 habitants

Portrait financier. Analyse comparée CA 2005-2010. MARLY 11 967 habitants Portrait financier Analyse comparée CA 25-21 Direction régionale NORD - PAS DE CALAIS 19 avenue Le Corbusier - 59 4 LILLE cedex Directeur régional : Valérie-Marie AUBIN Votre correspondant Géraldine MOREAU

Plus en détail

Rapport financier 2014

Rapport financier 2014 Ville de Rennes Rapport financier 2014 Sommaire Préambule 1 La capacité d autofinancement (épargne) 2 Partie 1 - Le budget principal 3 L investissement 4 Le financement de l investissement 5 L investissement

Plus en détail

Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive

Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive 10 octobre 2014 Préliminaire Le présent document vise à présenter les conclusions de l audit financier réalisé entre les mois de juillet 2014 et

Plus en détail

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale Serge Bayard Président du conseil d administration La Banque Postale Collectivités Locales Jean-Pierre Balligand Président du Comité d orientation des finances locales La Banque Postale Thomas Rougier

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES EYSINES FÉVRIER 214 POPULATION Population 1999 (sans double compte) Population 26 (municipale) Population 211 (municipale) Classement en fonction de la population (211) Rangs

Plus en détail

NOTATION FINANCIERE. réalisée d'après les comptes administratifs 2008 à 2013 SDIS DU TARN. 389 581 habitants (yc. rs)

NOTATION FINANCIERE. réalisée d'après les comptes administratifs 2008 à 2013 SDIS DU TARN. 389 581 habitants (yc. rs) LOCALNOVATM NOTATION FINANCIERE réalisée d'après les comptes administratifs 2008 à 2013 389 581 habitants (yc. rs) Examen dynamique et comparé de 6 rubriques catégorie 3 document édité le 04/11/14 Sommaire

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES Conseil Municipal du 24/11/2014 Sommaire 1. Un rappel du cadre légal 2. La situation économique et budgétaire : Monde, Zone Euro et

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 Intervention du Président du Conseil général ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 www.cg47.fr Diapositive n 1 : Section de fonctionnement : évolution des dépenses réelles en M 350 300 250 200 150 100 50 0 Evolution

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne Février 2015 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est contrôlé par

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

Ville de Hyères les Palmiers

Ville de Hyères les Palmiers Ville de Hyères les Palmiers Analyse financière rétrospective et prospective du budget principal de la ville Conseil Municipal du 16 septembre 2014 16 septembre 2014 Ville de Hyères / slide 1 Sommaire

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France CPOM 2013-2018 Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France FICHE D AIDE AU DIAGNOSTIC ET A LA NEGOCIATION Annexe 2 Moyens Volet 3

Plus en détail

III - Des recettes «économiques» dynamiques

III - Des recettes «économiques» dynamiques Un phénomène nouveau devrait cependant venir tempérer ce constat sur la dette à long et moyen terme : il s'agit du recours de plus en plus fréquent à des produits financiers nouveaux, du type CLTR (crédit

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et intercommunalités 2013-2014 2013 : statu quo sur les équilibres financiers avant de nouveaux défis à relever L année 2013 conclut un mandat

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE

REPUBLIQUE FRANÇAISE REPUBLIQUE FRANÇAISE :DEPARTEMENT DU MORBIHAN 56 (1) AGREGE AU BUDGET PRINCIPAL DE (2) Numéro SIRET : 22560001400016 POSTE COMPTABLE : PAIERIE DEPARTEMENTALE M. 52 Budget primitif voté par nature BUDGET

Plus en détail

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan S O M M A I R E Les temps forts de l année 2000 Les grandes masses budgétaires 1995-2000 L équilibre financier 2000 et les dépenses par secteurs d intervention Les résultats de la politique financière

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 PREAMBULE 1) POUR LA PREMIÈRE FOIS EN 2015, LE BUDGET M49 DES SERVICES EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EST VOTÉ EN HORS TAXES. PAR CONSÉQUENT,

Plus en détail

Compte administratif 2013 & Budget 2014. Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014

Compte administratif 2013 & Budget 2014. Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014 Compte administratif 2013 & Budget 2014 Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014 2014 est «à cheval» sur 2 mandats : 2008 2014 qui se termine fin mars 2014 2014 2020 qui commencera début avril

Plus en détail

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005.

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005. Vue d ensemble En 2012, en France, la croissance économique est nulle. En euros constants, le produit intérieur brut (PIB), après une progression de 1,7 % en 2010 et de 2,0 % en 2011, stagne. Les recettes

Plus en détail

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés».

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés». Dette Dette L ENDETTEMENT L administration municipale a recours à l emprunt à long terme principalement pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est influencé par

Plus en détail

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié. Conseil municipal du 26 juin 2015

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié. Conseil municipal du 26 juin 2015 COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié COMPTE ADMINISTRATIF 2014 RECETTES DE FONCTIONNEMENT Remboursement / personnel 0.16 Produits des services 1.36 Impôts et taxes (dont AC) 15.5

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ FÉVRIER 214 IDENTIFICATION / POPULATION Commune siège : Pau Type de fiscalité : Fiscalité professionnelle unique (FPU) Commune

Plus en détail

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE FINANCES ET ENDETTEMENT DE LA COMMUNE LES CARACTERISTIQUES D UN PRÊT TOXIQUE Prêt toxique Emprunt structuré Phase 1 : Bonification d intérêt et taux fixe (5 ans) Phase 2 : Spéculation sur un indice (20

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable.

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable. Réunion du 12 mai 2011 1 Premiers éléments de caractérisation financière du territoire Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer

Plus en détail

VILLE d Aix-en-Provence - Analyse 2014

VILLE d Aix-en-Provence - Analyse 2014 VILLE d Aix-en-Provence - Analyse 2014 ACCUEIL La Direction des Finances de la ville d Aix-en-Provence s est montrée coopérative. Le service financier de la commune a su encourager la démarche d ODIS,

Plus en détail

LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES

LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES Réunion d information à destination des élus des communes lundi 30 mars 2015 à Avranches mars 2015 1 LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES : Dotation Globale de Fonctionnement

Plus en détail

Compte administratif et rapport sur la dette 2014

Compte administratif et rapport sur la dette 2014 Vendredi 10 avril 2015 Compte administratif et rapport sur la dette 2014 La Région maintient le cap d une gestion financière ambitieuse et responsable au service de l investissement et du pouvoir d achat

Plus en détail

Introduction et méthodologie

Introduction et méthodologie Introduction et méthodologie Cet ouvrage présente les résultats selon les nouveaux concepts adaptés à l'instruction comptable "M14" que les communes appliquent depuis 1997 et qui s'inspire du plan comptable

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014)

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) Commune de Chécy 20 JUIN 2008 Laëtitia HACQUARD Michel KLOPFER 6 rue du Général

Plus en détail

LE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2011

LE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2011 LE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2011 LA LOI DE FINANCES POUR 2011 LA LOI DE FINANCES POUR 2011 En milliards d'euros 2010 2011 Dépenses du budget général dont charges de la dette dont pensions dont dépenses

Plus en détail

budget primitif ExErcicE 2014

budget primitif ExErcicE 2014 budget primitif Exercice 2014 DEPARTEMENT DU MORBIHAN REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU MORBIHAN Numéro SIRET : 22560001400016 POSTE COMPTABLE : PAIERIE DEPARTEMENTALE M 52 BUDGET PRIMITIF vote par nature

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai Les Comptes Administratifs soumis au Conseil Municipal retracent l exécution du budget principal de la Ville d Obernai et des différents budgets annexes au cours de l exercice comptable 2014. Section de

Plus en détail

SOMMAIRE. Page Jointes Sans objet. x x x x

SOMMAIRE. Page Jointes Sans objet. x x x x SOMMAIRE Page Jointes Sans objet 3 Balances générales et tableaux de synthèses x 41 IV Annexes 43 A Eléments du bilan 45 A1 Présentation croisée par fonction (1) x 77 A2 Etat de la dette x 79 Service de

Plus en détail