PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES"

Transcription

1 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative fax : La Chastelanne Joyeuse

2 Comptes simplifiés, hors opérations d ordre et mouvements entre budget principal et budgets annexes "#$# %& '(') ((*) *) *++*) *) *),-&& '+) ((+) (*) (() (+) *() $/0&&-- *) +) ++) *) ) () --& ) ) ') +(+) '+) *) %-1-&&1 +) (*+) ((+) *+') *'+) () $,1&-&- ) ) +') ++) ++) ++) 2&,-3- ) +) () **() '(+) *+) $/0&4& ') '*() +*+) +') +') ') -&/0& ) ) (() ++) () *+*) ') '*) +*') +''+') *) ) % ('*(+) (*) '+*) ++) +++() ''++) % -& *(+) ') (++) *'(() *+*) (+') ---- **) +) ('(*) (++) (') () 2-&3-& +(+) +++++) ) *() (+) (() --&11& *((*) '+() () +++) ('') +(() -&--& *) *+() '') +'') (() +*) 3 -- ') +'++) '() '*+) +(*) ) $ (+) '+) '+) +*) +'(*') '(+() *') (+) +*(+*) **) +*) **(**) 5 $1- --6&&, +') +') +*) '(') ++*+) ''() - &7-23 ') ++*+) ) *') +) ('+) -- +) *) ') (+) ) (+) % +) '') ''') +***) +') ') 2-& +) ) ') '') +) () "$5 +*) +') *+) *+() *) (),1- '+*+) +*() '+) ) ') ''+) -,- *'') ) +'+() +() *+) (+) 3 -- ) +) +) ++) ') ) $ +) +*) *+) ) *') *() (*) () ++) *() +'() *++) (+(') *+) (() +(+) *) *+*)

3 ""# &--& $, 1&& $,--& $ % $ $-- -&1-2 4 $$ %8&, & & & &,1-&,&- -& & &3 &, - 7 :; <31- $ & =& <-2-&,>&? - ; - < % -? & & 4& 4- & /& -& & $ &,& B,/&- <8& &? 14& -- & 1-& < -,2,-& - & -& 0-& :&2-& <> - 1& /0&? 2 1& -,,-? 1 2-,1-- & -&,1 %, &--C &,2,-& & &- 1& -&&&1&;, -,1& & /0& -&? -- 1&&><--&A -? &-&-&,1 -& - &,,& -,,-,,&-- 0, - & > <0&&,- 0 1,4-001/> <-2- & - &- &&,- 1 &,8& 23 -& 3 -&,1-&? &/- > &,,& <2-1&,- &,8& &&& 1&&&,12-A

4 14?,- 10,,& <2&-&&, &A & 1-& 2& - < - -&, -?14&2&& &-- & 1,4-& />>-A %& 1-> <2&-&&,- &&- <-1-? 11- & 10,,& 0-1& - & 1&& 3& 0-&A %--?2 && & 00,-& 1,4 1-, -? D1 1 <2&-&&,-E <---&,&2-A &1? & ; <,1- - <9- <, 2,- -& &2 &,&-& - 1 & ; 1& F-,-& -& &2 DE < <1 2/& & &,04& <- 1-A 1& < & 1->-&-- <1G&-&- -& &,1-& &&-& 1 A % $ '( # )# "#? & &--& 03 & &3 3& &- 3 -&A %--?<2,- & &2&A <--;? 1&>- - /3 0- <&&, ,-- &-3 &- A <9- - 1&20 & 2&-&&,-&00&A

5 + )#, 1& -,, -,,&?,+? H&- - & & 11&A#? &2-; &0& -& 1 3 /& --? 3 --& -,,& 2,I,? 1 -& & 2&? 1 0 & 1&& -&A %& * # 1&? 1 &--- 0& 1 &2 D &,04&E - 1G D- &, 6 1-,E? & 40&,1-& 30- &-& & 1 -& - -2-&11--&&-& &,-& 1& 0&& 0&A -? - 4 &,1-- ; --,,- -, A &,&? & &--& 11& 1,--- <2&0 1&&,- - &1-A )# +& &-- &- <2&-&&,- > 0 >,-,&& 1&& &1 ; & --& 2 1& & &--& - &&2-0-&A 12- <-, &- -,-A

6 / # ' $-2-& -&? &,,-&,,& &---1&&-&&,-& 1& --& & 1& - -&A --,?<- --&- ; )7 & <&, 1 A $/0&4& $1- -- # 2 <2- & --& -,-&1 &?,&,- --1&-/0 1& 1&? &&- 2& 11--& ; && ; <2A?J '?J ?J &-A -- <& --? 1 & & &2& 03&-;&&A$3,1- & F-,-& 1&,-&;2-0:&40-2 -? < -,, -&, - & & :-& - =& &-- 1, <&A & &2& 1 : - 1- <,1-& 1 & A ' # 2&03 # &,04&, &,71-,

7 ( ) ) ) ) ) ) # ,&- 3,1-& ) / &&-& :-& & 1-> - ; &-- & --,- 1- &-- H 0 <10 - &- ;?,- 2 -&,0&,K21 <2A -& )( 00 2&03 # &,04&, &,7%-, 1- <,1-&&- L - &2 DEL&2&>< + & &,1-& -2-?, - &0-2,- <&A - ; <00,- 1&& 1-&,>& :- -&,- /F-0?,0,- = < ,1-&&-; 12 & <3 +A / 2&03 # &,04&, &,7%-, "#$#%&'(

8 & --& &&>& 1, -& & -,,-& &- -& &C - <,1G & -& --M ,-? -- 1 <--M - & 1 -&,3 0&1&&2& -2-A ), % -& &3-& --&11& -&--& 3 -- * 2 < 1 &<11 0 > -2- &- &&1-1 1 & && & &&, - :-3 <,1&- - & -& &-& 1&&&2& - &0& : 2& # 1 ), 0, - & 1,4-001/> - -&- 2&&,1-& 1&,,&--0, -?&1 -& 0&- --9&&--1,4 & --& D--&E -,-A % -& &3-& --&11& -&--& $$ < 2 2 <-0-2&,,&A & & >&,- &- &-- &-- &,- & 0, &- 1&& >,,-,I, BD-31&&E-- &11, 1 <--A -- -,- -- &- - DE? > <,1I / 1& & && +-'? & - & -&1&A '

9 ,# # % -&- $# % -&- >&- <,1G- &- - 9& -A -, 9 1 & & & 2-2&,- D1 &E & -2-& &? ; <& &11&& -31&&A 1&&0 &- 1&&>,1>- 2&,- 3,,&,,& & & 1 - % 3&-- : - & /0& 1 -> &- 2&,- 3,,& < +)A % -&- $,1&-&,,& 2&,-;P-- 1&? & <,&, 1>- &? <-- - && 11 DE & 3 &8& -4,& &3 &&&& : <B &---;<-- < &--; $$ &- ; 'J 1 - & -2,- )( (1 ##,1G-&,&->&,1G-&,>& 3 &9 " & 1>- 1ON 2 & -&? &-- &- -2,- - &- 1& &-><--0 -,- 3,,& :, ? --& 2 9-? -3& & &&,,& -,1G- & & -1&& - -&- 2& <,1G- &,0& :-3

10 & --& 0&- 1-, D &,04&E - & 8& & 2& -& 1&&&A & -& --&,1-11,- -&&2 -&1O&-,-A " -, <- & -- 00& & 1&&,1-& 2& & &2-& 3-&C 1-0? 1&-,-,& /F-0? - < 10,, </--N & & &2 2 < > &,1-&A --&11& -&--& ) (( &--,>1& &&- & >- & >- 40,- -&8&,& & -1&& & & F-,-&,,-& - 1- <&&, &> --1- & - & 1,-?;, $$ -,1-1A $& 8& 1,---,& & -& <,1-& &&-& 1 &-- & -& -&&-&A 2&# &,61-, 8&-& 2& ) (( 1-0- && &&- ; &2 &-- 3 -?14&? 12 ; <-,- 1- & 1-& <2&-&&,-? - 1,,& -----,-A 2&# &,61-, 8&-& 2&

11 2", 2", %&,-&& $/0&&-- --& %-1-&&1 $,1&-&- 2&,-3- $/0&4& -&/0& -- %&,-&& $/0&&-- --& %-1-&&1 $,1&-&- 2&,-3- $/0&4& -&/0&,1& - -,- 1 & 1& 1 & --& 3 &&-& 0& -& &&--& < 1--,&&& &--- 3,,& 2 < D-3 1 &&E - -- &;1>--A Q& & 1&& 1&? - <2- &- 11,- - 1 & && <--:; <31- & -& & /0& 0&- & 2& &2&,,-& 2- I-,R-&& , & 0> -&-?,0,- 1&& & -&&2&A 1&,1- D E ;,1-04 2,,- & /0& 2&A &? 1 &1->?&11,- "---,--; 1&/0-21 1,- &2 D L 9&&EA -- $ * # & > &-- $$ & -2 & - > & 2&,-& 3,,&,,&1&-- >- & 1&& -,-?,I, 2 > & 1-1-& 3 &8 -&,3-&3>& /4 - -,,- :- 1-, , & 2& ; <--? $$ & 1& 'J && 1&& -,- ; & -2-& -&A

12 & 1-1-& 3 &8 -&,3-& &1,,-& :,-1&& %8& < 4/,?1& & /0& - & &,,& 8- / &, & > , -A * ( ( -? & --& &1,,-& - < --,- & &,04& 1JA - -11& &- > &&,,-& &- 1&,&,R-& & 1&& & 1 <-& &&,& -2&A -S0 %8&S-& 3# 4 % <- <,-&-,3,&? & /0& 1 & - & &1-2 -&,&& & /0& -,-A $ <,1> 1& & /&&&A-? -?&/0& 1&&2-1-,I, 0> > & 1-1 -& 3-,,-&A & &<&&-, < 1&-& & 1 <--? &- > 1 <2-5 :0&&,- 1& 4-&, -& &1- &,1& 1&1&A 1-& > && - & &2&-1& <&- & /0& 0&-A & -& 0, & -& & & 3 &3&A * %&,-&& 2" " $/0&&-- -&/0&

13 )(, ( & * ( 52 ( + 4 # 6 ) ') ) ') ) ') )') +) 2&03 # &,04&, &,7%-, )(, ( & * 52 ( + 4 # 6 ) ') ) ') ) ') ) ') +) +') 2&03 # &,04&, &,7%-, (, $1--,- I, & & -& 4- & & 31-&? < & -& &&-&;21 & 1->& <2&-&&,- &- < <-,-A &- < &-- 11/,- & 1&& - --& -,- -& : - &&,-& - &&,-& 14& 2 -& &,2,-& 31 -&A $$, &1& <1--2,-4A

14 " +& #?>&->&&,-&&& --& & &- & ; <,1-1 & 10,,& <2&-&&,-A $$ %8&,? & 1-&,1--& -- && 1, -A -, 10,,&?<2& 1&-21& &F-,-&-&;< 1--14& &,,& &4&- 500A 12-?&-2&<2<>&- &2/& - & &,04&A? 2- <00,- 2, & 1& 1->?&-- 1G ; /4 -,- 3 -&,>&A &-& -& 3& 1&-- 2,, <2&-&&,-N >>&-? 8-/, &4 &> ,, ---T >1,-0 &,7%-, -&,>& U& P-2-& 5/&7&7# >1,- >1,-&1- &1-> %& (

15 +, - >&</42 -,> 1 2,- 0&- - 0,- 1,--C&&-&&-1&-&,& 2 A-,2,-&1&-?&&- & 1&1-2& 2-2& 1 1/, - &3&N %2 &>?&/0,-&&& -- < 1-0&- 1 > A &11&& -3 1&& &- 3,1&0-C 0 >& &1- <,1G- 1-, --, 1 --& & -1&&A <&,,,7-,,-? & - &- &-- -& 1 &,, ; 1-0C & 1>- & &&& -,, &--,&1A&--1,, &, - 1>-/=- 1 &-,,A&<11 < &- <&, -,,?,1& <-& &, ,, ; & &&,,&,,&A &112,- /0 10&&2 1? ; 1- (? -- J & &&& &&,, &--,,&?&-1& < )A 1,,- &2-&-&?& ->L&--,4-1&,,& -,,- L &--- 1,41& < --?&- & & - <- ----,- A &? &- &1& &<-0 &,- & ---&,1&- 3,,& & - > 1 3&--;&11&& -31&&A & &00,-& -;-- - & -& 1&? - 2 2,1-4&+&,8&&,,-,,&C - & --& <--A 10,,- & & 1>& * & & PV &--& *' &)+-'A-,- 1--1&&?, P,1?--,--1-;?' ) +1&'?&--&11,- *' &)1A&-2-&& 2- -,-1-1;<--?3G-& PV--- &,&--& &-&A & ? &, -& <11- -&-4 &- 1&&/0-0,-A&-0& &,,,--3&1A & &&- -& 2&-/&,&& &&-1&; 92&1&&2&&3A </,?,- < 2-1-> <2&-&&,- - <9- <2-1->,-4&CSJ&& &A <9- &- ---? 0 &3 -&030&?--;,1- <-,-,,-A - <& ? 00- -& 1- - &;;<,1-A $ & && 1,& K2 & 00,-&1&&, -A,& K2 < 1, & 1-> L 1 &,,-& ->& /- -L&</42?&,,- 2& 1&- 1,- & 1,- &/, --- <,0,-, && I- && 1- & A 1G & 1- +,& <00,- < &,&1-& 2I--,I,-,1&>&-- -,& /F-0A & & 3 -&,>&&-,&&; & -& 0&-& 1/,-,& <2-4- <,0,- < = <-2-&,>& - --; &4& ->,,A? -- & 2&-&&,-& -&? $$ 2 &,1- &,& K2 --;& 10,, </--- <1- -2, &-, 1,, - <-&-?&& 00 <- <11<0-A

16 COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE BEAUME DROBIE ACTUALISATION DE L ANALYSE FINANCIERE PROSPECTIVE ET DU FINANCEMENT DE LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE D INVESTISSEMENT 15 juillet 2013 Pierre-Matthieu TERRIEN Bastien JAULIN STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr 28 rue de Naples PARIS Tél : Fax : cours Becquart Castelbon BP VOIRON cedex Tél : Fax : Page 1 SOMMAIRE Préalables méthodologiques Page 4 Effets de la programmation Page 8 Scénario prospectif 1 : le financement de la programmation souhaitée avec une progression du FPIC selon le droit en vigueur Page 11 Scénario prospectif 2 : le financement de la programmation souhaitée avec un FPIC figé mesure partielle du risque Page 20 Synthèse et commentaires généraux Page 30 Page 2

17 RAPPEL DE LA DEMARCHE De multiples évolutions sur la période : En 2009, la CCPBD s étend à trois communes supplémentaires En 2010, la CCPBD opte pour le régime de la fiscalité mixte En 2011, la CCPBD modifie la structure de la fiscalité transférant vers les ménages une part des produits perçus sur les entreprises : le taux de CFE adopté est identique au taux de TP, en contrepartie, la fiscalité additionnelle est majorée Entrée de Loubaresse En 2012, la CCPBD vote une augmentation de ses taux de fiscalité et tented obtenir un retour au niveau qu elle aurait pu adopter en 2011 en ce qui concerne la CFE, elle vote également une série d ajustements de sa politique fiscale de sorte à compenser le refus de l Etat de revenir au taux de référence 2011 Objet de l étude : Prolonger l étude de la situation financière de la communauté en intégrant les nouvelles données connues à ce jour : décisions prises en 2012, résultat de l exercice 2012 et le plan pluriannuel des investissements actualisé Estimer la situation financière de la CCPBD compte tenu de la programmation de ses investissements «toutes choses égales par ailleurs» Dans la mesure où les effets individuels de la baisse de 3 Md des crédits aux collectivités ne peuvent être estimés à ce jour, la prise en compte de ces effets porte sur une réduction des enveloppes de dotation sujette aujourd hui à arbitrage au sein des précédentes lois de finances Page 3 PREALABLES METHODOLOGIQUES Page 4

18 PREALABLES METHODOLOGIQUES Les scénarios prospectifs ci-après sont issus de projections raisonnables sur l évolution des produits et des charges de fonctionnement Ils sont le fruit d une démarche concertée avec les services de la CCPBD et intègrent : Un dynamisme des ressources fiscales avec les décisions prises sur les assiettes des impôts locaux : mise en œuvre d une politique d abattement minimale, majoration de la taxe sur les surfaces commerciales et instauration d une nouvelle politique de base minimum de cotisation foncière des entreprises de sorte à compenser la diminution des taux d imposition réalisée deux ans auparavant Des projections en matière de dépenses de fonctionnement «toutes choses égales par ailleurs» en prenant en compte les résultats 2012 et les projets à financer D un point de vue plus général, les scénarios reposent sur les postulats suivants : Page 5 Les hypothèsesd attribution du FPIC sont traitées pour 2013 avec une répartition de droit commun compte tenu de la décision du dernier conseil communautaire, le montant est majoré selon les évolutions prévues par la Loi de Finances pour 2012 dans le premier scénario et le montant 2013 est figé dans le deuxième et le troisième, ce qui permetd illustrer le risque réeld une montée en charge plus limitée (conclusion du groupe de travail du comité des finances locales de la semaine passée) Le deuxième conserve les taux de 2013 pendant toute la période et le troisième propose une variation de taux pour que le ratio de capacité de désendettement ne dépasse pas 4 années La capacité à lever des ressources d emprunt prend en compte la réalité de l offre bancaire Un besoin en fonds de roulement a été retenu équivalent à 30 jours de dépenses de sorte que le recours à des instruments de trésorerie puisse être limité Il est ici fait l hypothèse que le marché du prêt aux collectivités répondra sur des durées de 15 ans pour des taux approchant les 5 % en moyenne Toutefois, une détente sur les taux constatés ces dernières semaines peut permettre d escompter de meilleurs conditions pour la communauté en 2013 HYPOTHESES SUR LES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT Dépenses de personnel: Augmentation de 3,0 % par an des dépenses de personnel Charges à caractère générale: Taux de progression annuel de 2,5% Autres charges de gestion courante et dépenses diverses : Taux de progression annuel de 2,25% pour les autres charges, Taux de progression annuel de 2,75% pour les dépenses diverses Dépenses diverses et Fonds National de Garantie Individuel des Ressources (FNGIR): Maintien du montant du FNGIR au montant prélevé en 2012 (une mise à jour est prévue pour 2013 visant à corriger quelques anomalies matérielles constatées par les services ce la DDFiP) Reversement de fiscalité: Maintien de l attribution de compensation versée par la CCPBD Intérêts de la dette: Pour les emprunts contractés antérieurement reprise du profil d amortissement de la dette, Pour les emprunts nouveaux simulés dans le cadre de la prospective à partir d un taux de 5% Page 6

19 HYPOTHESES SUR LES RECETTES DE FONCTIONNEMENT Recettes fiscales: Augmentation des bases de TH et de TFB de 3% par an à compter de 2014, Augmentation des bases de CFE de 2,0% par an, Maintien des bases de TFNB sur la période Maintien des taux au niveau de 2013 avant vote des taux Autres recettes fiscales: Augmentation du produit de CVAE de 2,5% par an à compter de 2014, Augmentation de la TASCOM de 2% par an, Maintien du produit des IFER et de la Taxe additionnelle sur le Foncier Non-Bâti Augmentation des taxes de séjour de 3,0% par an Compensations fiscales: Diminution des compensations au titre de l ancienne taxe professionnelle de -20% par an à partir de 2014 Diminution de - 5% par an des compensations pour les revenus modestes TH Produits d exploitation : Augmentation de 2% par an et intégration de la réduction des recettes relatives aux couches dès 2011 et aux repas à partir de 2015 Autres dotations et participations: Maintien du montant 2012 Concours de l Etat: Utilisation des données de la DGCL sur les dotations aux collectivités locales en 2013 Utilisation des données de la DGCL pour le montant 2013 au titre du Fonds de Péréquation des ressources Intercommunales et Communales (FPIC) pour l ensemble intercommunal et répartition calculé selon le droit commun Evolution calculé selon les règles prévues par la Loi de Finances 2012 dans le premier scénario et maintien du niveau 2013 pour le second Dotation de compensation : Baisse de 7% en 2014 et 2015 puis diminution de 3% en 2016 Autres produits: Maintien des produits exceptionnels et du montant de l AC perçue 2013 Augmentation de 2% des atténuations de charges et des autres produits de gestion courante et de 3% de la TFS Page 7 EFFETS DE LA PROGRAMMATION Page 8

20 LES BESOINS DE FINANCEMENT RECENSES 2012 PPI : besoins de financement par secteurs 2013 dont RAR Total Fibre optique Centre de loisirs Musée* Gymnase Rachat terrain Accessibilité batiment Equipement récurrent Total Sur le seul budget principal, le besoin de financement est estimé à plus de 4 M sur cinq années Deux des projets ont des besoins de financement qui s élèvent à plus de 1M Pour la première année de prospective (2013), le besoin de financement s établit à 1M * Le plan de financement prévoit également une dépense à supporter en 2017, toutefois la situation de 2016 indique de façon suffisamment précise la situation de la communauté pour que le caractère soutenable ou insoutenable du projet puisse apparaître Page 9 APPROCHE DES CHARGES INDUITES PAR LA PPI Charges induites de fonctionnement En milliers d'euros Fibre optique Centre de loisirs Musée Gymnase Subvention des budgets économiques Nouvelle zone Ateliers besoin résiduel Ateliers nouveaux besoins Cabane du berger L ancienne zone soldée, la nouvelle apparaît préfinancée sur la base d un système d avance (dépenses d investissement) cependant elle ne saurait être financée par emprunt, elle est donc retraitée ainsi Total Part de l'épargne brute % 3% 7% 13% 13% Les charges induites totales représentent 13% de l épargne brute 2012 en 2016 Les estimations des coûts induits ont été réalisées en concertation avec les services Ils ont été corrigés selon le niveau des investissements prévus par la dernière PPI au regard de la PPI de l étude précédente Ils constituent ici une simple approche afin de vérifier si l épargne brute est en capacité de supporter ces coûts Grâce notamment aux dispositions fiscales prises par la CCPBD en 2012, cette dernière est en mesure d assurer la couverture des charges de fonctionnement induites par le PPI Page 10

21 SCENARIO PROSPECTIF : FINANCEMENT DE LA PROGRAMMATION SOUHAITEE AVEC UN FPIC EN PROGRESSION Quelle serait la situation de la CC à l issue du PPI en suivant la montée en puissance du FPIC? Page 11 LE PRIX DU PROJET POLITIQUE La PPI Nouveaux équipements Équipements existants Dépenses d investissement Besoin de financement des investissements Épargne nette Recettes d investissement hors autofinancement et hors emprunts Emprunt Encours dette d emprunt Annuité dette Dépenses de fonctionnement Epargne brute Recettes de fonctionnement FPIC en progression Autres recettes de fonctionnement Produit fiscal direct Bases d imposition Taux d imposition Taux figés Page 12

22 EVOLUTION DE LA SECTION DE FONCTIONNEMENT Page 13 DEPENSES DE FONCTIONNEMENT En milliers d'euros ÉVOLUTION DES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT Evolution moyenne TOTAL DEPENSES REELLES DE FONCTIONNEMENT Evolution 2,56% -3,3% 5,5% 2,3% 6,2% 2,4% DEPENSES DE PERSONNEL Evolution 2,55% 0,8% 3,0% 3,0% 3,0% 3,0% CHARGES A CARACTERE GÉNÉRAL Evolution -6,02% -18,9% 6,8% -19,4% 2,5% 2,5% AUTRES CHARGES DE GESTION COURANTE Evolution 4,61% 7,5% 9,0% 2,3% 2,3% 2,3% ATTRIBUTIONS DE COMPENSATION VERSEES Evolution 0,00% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% DEPENSES DIVERSES y compris FNGIR Evolution -1,37% -13,0% 4,04% 1,00% 1,02% 1,04% INTERETS DE LA DETTE Evolution 27,48% 14,5% -15,1% 24,6% 63,3% 70,2% FRAIS DE FONCTIONNEMENT SUPPLEMENTAIRE - PPI Evolution N/A N/A 129,9% 87,5% 0,3% Les dépenses induites représentent plus de 8% des dépenses de fonctionnement à l horizon 2016 Les dépenses réelles de fonctionnement évolueraient en moyenne de 2,56% par an Les mesures adoptées pour 2012 ont eu pour conséquence une réduction des dépenses réelles de fonctionnement (-3,3%) Les principaux efforts concernent les charges à caractère général (-18,9%), les dépenses diverses hors FNGIR (-31,5%) et une maitrise de la progression des dépenses de personnel (+ 0,8 %) Les dépenses figées (attributions de compensation + FNGIR) représentent 47,5% des dépenses totales en 2012 La dynamique des dépenses totales tient pour 68% des frais de fonctionnement supplémentaires liés au PPI En supprimant les dépenses figées des dépenses de fonctionnement, la dynamique des dépenses serait de l ordre de + 5,7% par an Le recours à l emprunt implique une multiplication par près de trois des frais financiers sur la période Page 14

23 RECETTES DE FONCTIONNEMENT En milliers d'euros ÉVOLUTION DES RECETTES REELLES DE FONCTIONNEMENT Evolution moyenne TOTAL RECETTES REELLES DE FONCTIONNEMENT Evolution 4,51% 7,8% 8,1% 2,5% 1,3% 3,1% CONTRIBUTIONS DIRECTES Evolution 5,51% 7,9% 12,0% 2,7% 2,7% 2,7% TAXES DE SEJOUR Evolution 1,87% -2,6% 3,0% 3,0% 3,0% 3,0% DOTATION DE COMPENSATION SPPS Evolution -4,09% -1,5% -1,8% -7,0% -7,0% -3,0% DOTATION D'INTERCOMMUNALITE Evolution 0,05% 0,2% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% COMPENSATIONS FISCALES Evolution -4,35% -1,7% 3,5% -8,1% -7,7% -7,3% AUTRES DOTATIONS ET PARTICIPATIONS Evolution 18,28% 131,5% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% PRODUITS D'EXPLOITATION Evolution -9,35% -21,2% 0,8% 2,0% -25,9% 2,0% AUTRES PRODUITS - DONT FPIC Evolution 27,26% 9,9% 41,2% 33,8% 24,1% 29,5% Les recettes réelles de fonctionnement évolueraient en moyenne de 4,51%, plus rapidement que les dépenses Les conséquences des mesures fiscales apparaissent en 2012 et 2013 : en 2012 une augmentation des taux alors que les bases progressaient spontanément et en 2013 un effet base essentiellement tiré des mesures fiscales sur la CFE (+70%) La dotation d intercommunalité a été figée compte tenu du niveau du potentiel fiscal de la CCPBD Une première approche des conséquences fiscales des mesures fait état d un potentiel fiscal qui serait toujours inférieur à la moitié du potentiel fiscal moyen national (120 / hab alors que la moyenne nationale est de 270 / hab) La gratuité des repas en crèche provoquerait une réduction du montant des recettes en 2015 Page 15 CAPACITE D AUTOFINANCEMENT ET BESOIN DE FINANCEMENT SOUTENABLE Page 16

24 En milliers d'euros EVOLUTION DE L EPARGNE CONSTITUTION DE L'ÉPARGNE Evolution moyenne Recettes réelles de fonctionnement Evolution 4,51% 7,8% 8,1% 2,5% 1,3% 3,1% Dépenses de gestion Evolution 2,20% -3,5% 5,7% 2,2% 5,6% 1,3% EPARGNE DE GESTION Evolution 23,93% 151,1% 19,6% 3,8% -16,8% 12,7% Intérêts remboursés Evolution 27,48% 14,5% -15,1% 24,6% 63,3% 70,2% EPARGNE BRUTE Evolution 23,45% 168,3% 21,5% 3,0% -20,4% 7,3% Remboursement du capital Evolution 14,71% 14,3% -9,3% 15,4% 21,2% 37,1% EPARGNE NETTE DISPONIBLE Evolution 28,11% 270,2% 27,8% 1,2% -27,3% -0,9% Les recettes réelles augmentent plus de 2 fois plus rapidement que les dépenses ce qui permet une progression significative de l épargne de gestion de la CCPBD (+23,93% par an en moyenne) La rupture constatée en 2012 a permis une forte progression du niveau d épargne accentuée en 2013 du fait des mesures sur les ressources 2015 marque une seconde rupture du fait des frais induits des investissements et de la gratuité des repas en crèche L endettement atténue ce phénomène sur la période du fait des intérêts et le remboursement du capital Le niveaud épargne nette de 2016s établit à 353 k soit près de 3,5 fois son niveau de 2011L augmentation sur la période de l épargne nette aura quant à elle permis d autofinancer une part des investissements et de recourir dans une moindre mesure à l emprunt Page 17 DEPENSES D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT En milliers d'euros DÉPENSES D'ÉQUIPEMENT ET FINANCEMENT Moyenne BESOIN DE FINANCEMENT EPARGNE NETTE DISPONIBLE EMPRUNTS NOUVEAUX VARIATION DU FONDS DE ROULEMENT EPARGNE BRUTE VARIATION DE DETTE VARIATION DU FONDS DE ROULEMENT FONDS DE ROULEMENT AU FONDS DE ROULEMENT AU Le besoin de financement moyen s élève à 677 k alors qu il était d environ 50 k sur la période antérieure Entre 2012 et 2016, l épargne nette couvre plus de 50% du besoin de financement Le reste est financé par les emprunts nouveaux qui sont en moyenne de 318 k par an pour un montant total emprunté de 1,9 M Page 18

25 Capital restant dû au 31 décembre (en k ) Délai de désendettement (en années) En milliers d'euros ENDETTTEMENT DETTE ET SOLVABILITÉ Evolution moyenne CAPITAL RESTANT DU AU 31/ Evolution 29,69% -11,5% 19,7% 55,8% 65,7% 34,1% EPARGNE BRUTE Evolution 23,45% 168,3% 21,5% 3,0% -20,4% 7,3% DETTE/EPARGNE BRUTE 3,2 1,1 1,0 1,6 3,3 4, ,2 Evolution 5,05% -67,0% -1,5% 51,2% 108,2% 24,9% 1,1 1, , , , ,5 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0,0 Le ratio de capacité de désendettement progresse sur la période mais en dépit d une tranche de travaux restant à financer, la situation de la communauté demeure saine à cet horizon La forte progression de l épargne brute en 2012 a permis au délai de désendettement d atteindre 1,1 an la même année Les investissements programmés nécessitent un recours àl emprunt annuel, plus grand que le remboursement du capital participant à l endettement de la communauté sur la période La tendance en fin de période est moins satisfaisante puisque le ratio de capacité passe de 1,6 année à 4,1 années entre 2014 et 2016 Le capital restant dû s établit à 2 M en 2016 ce qui correspond à une multiplication par quatre du niveau de dette Capital restant dû délai de désendettement Page 19 SCENARIO PROSPECTIF : FINANCEMENT DE LA PROGRAMMATION SOUHAITEE AVEC UN FPIC FIGE Quelle serait la situation de la CC à l issue de la PPI en figeant le FPIC? Page 20

26 LE PRIX DU PROJET POLITIQUE La PPI Nouveaux équipements Équipements existants Dépenses d investissement Besoin de financement des investissements Épargne nette Recettes d investissement hors autofinancement et hors emprunts Emprunt Encours dette d emprunt Annuité dette Dépenses de fonctionnement Epargne brute Recettes de fonctionnement FPIC figé Autres recettes de fonctionnement Produit fiscal direct Bases d imposition Taux d imposition Taux figés Page 21 CAPACITE D AUTOFINANCEMENT ET BESOIN DE FINANCEMENT SOUTENABLE Page 22

27 EVOLUTION DE L EPARGNE CONSTITUTION DE L'ÉPARGNE En milliers d'euros Evolution moyenne RECETTES REELLES DE FONCTIONNEMENT Evolution 3,80% 7,8% 8,1% 1,4% 0,3% 1,6% Dépenses de gestion Evolution 2,20% -3,5% 5,7% 2,2% 5,6% 1,3% EPARGNE DE GESTION Evolution 18,58% 151,1% 19,6% -1,8% -23,2% 3,6% Intérêts remboursés Evolution 29,16% 14,5% -15,1% 24,6% 69,5% 75,1% EPARGNE BRUTE Evolution 16,95% 168,3% 21,5% -2,8% -27,7% -4,5% Remboursement du capital Evolution 15,50% 14,3% -9,3% 15,4% 23,1% 39,7% EPARGNE NETTE DISPONIBLE Evolution 17,87% 270,2% 27,8% -5,5% -36,7% -19,7% Ce scénario se caractérise par des recettes moins dynamiques, particulièrement en fin de période L évolution annuelle moyenne se situe à 3,80% Il était de 4,51% dans le scénario précédent L absence de dynamisme du FPIC amputerait 20 % de la dynamique des ressources L écart d épargne brute lié à la différence de recettes est compensé par un recours plus fort à l endettement Les annuités (intérêts + remboursement du capital) sont alors plus élevées dans ce scénario L épargne nette disponible en 2016 s établit à 233 k (contre 353 k pour le scénario précédent) Page 23 DEPENSES D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT En milliers d'euros DÉPENSES D'ÉQUIPEMENT ET FINANCEMENT Moyenne BESOIN DE FINANCEMENT EPARGNE NETTE DISPONIBLE EMPRUNTS NOUVEAUX VARIATION DU FONDS DE ROULEMENT EPARGNE BRUTE VARIATION DE DETTE VARIATION DU FONDS DE ROULEMENT FONDS DE ROULEMENT AU FONDS DE ROULEMENT AU Ce scénario présente un besoin de financement couvert équitablement par l épargne nette et les emprunts nouveaux en moyenne sur la période : 324k par an en moyenne pour l épargne nette et 355k par an en moyenne pour les emprunts nouveaux Au total, près de 2,1 M sont empruntés entre 2011 et 2016 selon ce scénario prospectif Page 24

28 Capital restant dû au 31 décembre (en k ) Délai de désendettement (en années) En milliers d'euros DETTE ET SOLVABILITÉ ENDETTEMENT Evolution moyenne CAPITAL RESTANT DU AU 31/ Evolution 32,35% -11,5% 19,7% 61,3% 70,5% 39,3% EPARGNE BRUTE Evolution 16,95% 168,3% 21,5% -2,8% -27,7% -4,5% DETTE/EPARGNE BRUTE 3,2 1,1 1,0 1,7 4,1 5,9 Evolution 13,17% -67,0% -1,5% 66,1% 135,8% 45,8% Page 25 7,0 5,9 6,0 5,0 4,1 4,0 3, ,0 1, ,0 1,1 1, ,0 0, Capital restant dû délai de désendettement A l instar du scénario précédent, le ratio de capacité de désendettement se détériore sur la période et passe de 3,2 années à 5,9 années Compte tenu du niveau plus faible de l épargne brute et du recours à l emprunt plus important, le ratio de capacité de désendettement est supérieur de 1,8 ans à celui du scénario précédent Le capital restant dû en 2016s établit à 2,2 M La situation apparaît tout de même soutenable SYNTHESE ET COMMENTAIRES GENERAUX Page 26

29 COMMENTAIRES GENERAUX Les mesures prises par la CCPBD afin d améliorer ses marges de manœuvre se traduisent par une amélioration de la capacité d autofinancement de la communauté Le niveau d épargne brute dégagé en 2012 puis en 2013 correspond désormais au programme d investissement souhaité même révisé depuis la simulation précédente Ainsi, l endettement nécessité par la programmation apparaît désormais soutenable Il ressort des trois scénarios présentés les éléments suivants : Les frais supplémentaires liés à la PPI constituent une source de dynamisme des dépenses importantes dans l évolution des dépenses réelles de fonctionnement mais le niveau del épargne brute prévu permet de supporter ce nouveau poste de dépenses Au delà de la couverture des dépenses de fonctionnement supplémentaires, l épargne nette disponible de la CCPBD permet d autofinancer en partie la PPI et surtout de maitriser le recours àl emprunt La principale distinction à mentionner entre les deux scénarios repose sur le niveau de l épargne qui est plus faible dans le second scénario, induisant aussi un recours à l emprunt plus important En fin de période, la dynamique de l épargne et de l endettement est moins satisfaisante Les mesures attendues sur la baisse des dotations del Etat et sur les ajustements de la péréquation induiront sans doute une révision des projections ici réalisées Toutefois, il apparaît qu à ce jour la programmation envisagée demeure soutenable même avec une atténuation des ressources liées au FPIC Page 27

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD ANALYSE DE LA SITUATION DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD Document du 26 janvier 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Pierre BEJJAJI Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable.

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable. Réunion du 12 mai 2011 1 Premiers éléments de caractérisation financière du territoire Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Le service Finances de la CAN a élaboré cette fiche à partir des documents transmis par les communes en juillet 2014 : - Compte Administratif

Plus en détail

Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011

Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011 COMMUNAUTE DE COMMUNES DU DIOIS Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011 KPMG Secteur public droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. 1 Points généraux droit suisse. Tous droits

Plus en détail

Evolution des équilibres financiers au fil de l eau. (sans nouveaux investissements) 24/02/2015. Communauté de Communes du Pays d Astrée

Evolution des équilibres financiers au fil de l eau. (sans nouveaux investissements) 24/02/2015. Communauté de Communes du Pays d Astrée Communauté de Communes du Pays d Astrée Prospective financière 2014 2020 Présentation en Conseil Communautaire Février 2015 Evolution des équilibres financiers au fil de l eau (sans nouveaux investissements)

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Communauté de communes Tarn et Dadou Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Présentation du

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

Trésorerie de Felletin

Trésorerie de Felletin ANALYSE FINANCIERE ET FISCALE DE LA COMMUNE DE FELLETIN 211//213 Trésorerie de Felletin INTRODUCTION L analyse financière rétrospective, réalisée en avril 214, concerne la période de gestion des exercices

Plus en détail

57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES

57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES Jean-Pierre COBLENTZ et l équipe de Stratorial Finances Contacts

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

BUDGETS PRIMITIFS 2015

BUDGETS PRIMITIFS 2015 BUDGETS PRIMITIFS 215 Communauté d Agglomération de la Vallée de la Marne 1/ Budget principal 2/ Assainissement 17/2/215 1 Contexte Un environnement territorial contraint dans un contexte économique tendu

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010 LA LOI DE FINANCES POUR 2012 Le solde général du budget de l Etat (en milliards d euros) Exécution 2010 Prévisions 2011 PLF 2012 Dépenses 422,60 Md 361,90 Md 366,00 Md Recettes nettes 271,80 Md 270,00

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Supplément à l analyse des lois de finances

Supplément à l analyse des lois de finances Février 2012 Supplément à l analyse des lois de finances Précisions concernant le FPIC Suite à l adoption de la loi de finances pour 2012, le Comité des finances locales a examiné mardi 7 février un projet

Plus en détail

Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS

Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS ANALYSE FINANCIERE DE MOIGNY SUR ECOLE EXERCICES 2009 à 2011 Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS PRÉSENTATION DE LA COLLECTIVITÉ Moigny-sur-Ecole est une commune composée de 1 316 habitants

Plus en détail

Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE

Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE 1 Département : Yvelines Poste : 785 Instruction comptable : M14 N INSEE : 575 Population avec double comptes

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale Serge Bayard Président du conseil d administration La Banque Postale Collectivités Locales Jean-Pierre Balligand Président du Comité d orientation des finances locales La Banque Postale Thomas Rougier

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire Sommaire Les finances des communes en 215......................... p. 3 Les finances des groupements à fiscalité propre en 215........... p. 6 Quelles projections financières sur le mandat 214-219?..........

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL Trésorerie de LESPARRE-MEDOC PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ SAINT GERMAIN D ESTEUIL est une commune rurale. Sa population est de 1 195 habitants. Elle se

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet KPMG Secteur public 12 décembre 2014 Sommaire page 1. Analyse financière rétrospective 2008-2013.. 3 2. Analyse financière prospective.. 23 Conclusion.

Plus en détail

Projet «Municipales»

Projet «Municipales» Projet «Municipales» Tableau de bord des communes Performance en transparence Décembre 213 Projet «Municipales» - Performance en transparence 1 Sommaire Synthèse annuelle de la gestion communale Santé

Plus en détail

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé :

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé : REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL & ENVIRONNEMENTAL Session plénière du 25 mai 2011 Avis adopté à l unanimité (-10 abstentions / Groupe CGT) Le Président Gérard MAURICE Avis du Conseil

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009 BILAN 211 - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 21 et 29 - Les dépenses de fonctionnement sont en baisse et les recettes augmentent - Ainsi la capacité d autofinancement

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé Commune de Nieppe Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014 Jacques Dufour - associé Aurélie Serrano Maxime Gallet Objet de la mission La ville de Nieppe a confié

Plus en détail

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France CPOM 2013-2018 Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France FICHE D AIDE AU DIAGNOSTIC ET A LA NEGOCIATION Annexe 2 Moyens Volet 3

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

Audit financier et fiscal

Audit financier et fiscal Audit financier et fiscal Eléments synthétiques tiques extraits de l auditl Juin 2008 Territoires & Conseil 12 rue de Castiglione 75001 Paris Territoires-et-conseil@wanadoo.fr Tél.: 01.53.34.07.17 1 La

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT. Années 2013 / 2014 / 2015

PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT. Années 2013 / 2014 / 2015 PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT Années 2013 / 2014 / 2015 PLAN PLURIANNUEL : METHODE Le plan est basé sur le Budget primitif 2013 La prospective concerne le Fonctionnement (charges et produits réels)

Plus en détail

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire, Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX Bordeaux, le 14 mars 2012 Monsieur le Maire, Par lettre du 5 mai 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne conseil du 17 octobre 2014 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est

Plus en détail

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 Février 2011 1 LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 1. L EVOLUTION DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2. L ENDETTEMENT 3. LES PERSPECTIVES POUR LES ANNEES A VENIR 4.

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I Sommaire 1. Vue d ensemble des budgets 2. Contexte des finances locales en 2014 3. Section de fonctionnement 4. Section d investissement 5. Synthèse et conclusion I 2 I 1. Vue d ensemble des budgets I

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 PREAMBULE 1) POUR LA PREMIÈRE FOIS EN 2015, LE BUDGET M49 DES SERVICES EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EST VOTÉ EN HORS TAXES. PAR CONSÉQUENT,

Plus en détail

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014 Ville de SaintPéray Analyse financière de la ville de SaintPéray 20082020 Juillet 2014 1 Fiche d identité de la commune DONNEES 2013 Le territoire de Saint Peray L appréciation de la richesse financière

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

1. Comment recenser les informations nécessaires. 2. Comment préparer un budget ou le modifier? 3. Comment se traduisent les choix politiques

1. Comment recenser les informations nécessaires. 2. Comment préparer un budget ou le modifier? 3. Comment se traduisent les choix politiques Initiation au budget communal Belfort, le 24/05/12 Frédéric DUPUIS Dexia CL - Directeur des relations institutionnelles Nord et Est 1 INITIATION AU BUDGET COMMUNAL 1. Comment recenser les informations

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne Février 2015 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est contrôlé par

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ Cette étude, réalisée en novembre 2009, porte sur le budget principal de la commune et concerne les années 2004 à 2008. Les données sont exprimées en euros.

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat ABCD SECTEUR PUBLIC Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat Conseil Municipal du 24 juin 2014 Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer d une analyse objective et

Plus en détail

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis 26 janvier 2012 2 OCTOBRE 2009 6 rue du Général de Larminat

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié. Conseil municipal du 26 juin 2015

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié. Conseil municipal du 26 juin 2015 COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié COMPTE ADMINISTRATIF 2014 RECETTES DE FONCTIONNEMENT Remboursement / personnel 0.16 Produits des services 1.36 Impôts et taxes (dont AC) 15.5

Plus en détail

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE 1 LES OBJECTIFS DE LA REFORME DE LA TP - favoriser la compétitivité des entreprises françaises - en particulier

Plus en détail

Ville de Beaucourt. Analyse financière rétrospective 2005-2012. Conseil municipal du 18 juin 2013

Ville de Beaucourt. Analyse financière rétrospective 2005-2012. Conseil municipal du 18 juin 2013 Ville de Beaucourt Analyse financière rétrospective 2005-2012 Conseil municipal du 18 juin 2013 Sommaire Page Fiscalité 2 Budget de fonctionnement 7 Soldes intermédiaires de gestion 13 Investissements

Plus en détail

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER Février 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER DE RESSOURCES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 1 RE PARTIE PRESENTATION DES GRANDS PRINCIPES Depuis le 1 er janvier 2010, les entreprises

Plus en détail

6. Les contributions de l État

6. Les contributions de l État 6. Les contributions de l État En conséquence des allègements d'impôt décidés, l'état est amené à contribuer lui-même aux recettes fiscales des collectivités locales pour ne pas porter atteinte à leurs

Plus en détail

- 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE. Connaissance des caractéristiques des moyens de financement des investissements.

- 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE. Connaissance des caractéristiques des moyens de financement des investissements. - 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE Objectif(s) : o Choix du financement des investissements ; o Coût du financement. Pré-requis : o Modalités : Connaissance des caractéristiques

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET)

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) (Articles 2, 47, 77, 78 et 99 de la loi de finance pour 2010) Actuellement, la taxe professionnelle (TP)

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB!

ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB! ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB! 16 septembre 2014 Caroline GRAOUER & Christian ESCALLIER Cabinet Michel Klopfer 6 bis, rue de Larminat 75015 Paris Tél. : 01

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

Tableau d équilibre du budget 2016 de la MGP (résumé de la note jointe)

Tableau d équilibre du budget 2016 de la MGP (résumé de la note jointe) Tableau d équilibre du budget 2016 de la MGP (résumé de la note jointe) L esquisse du budget 2016 de la MGP présente un montant d épargne brute de 65 M. * * * Cet autofinancement est dégagé grâce à un

Plus en détail

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature.

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature. Les finances de la Ville des Abymes *** L HERITAGE La mandature précédente a laissé en héritage une situation très difficile et un emprunt toxique pour y remédier avant les élections de 28. Un déficit

Plus en détail