ANALYSE FINANCIERE Exercice 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANALYSE FINANCIERE Exercice 2015"

Transcription

1 ANALYSE FINANCIERE Exercice 2015 Analyse réalisée par Sandra FEVRE, DGS LA FORMATION DE L AUTOFINANCEMENT I - DES RECETTES REELLES DE FONCTIONNEMENT QUI PARTICIPENT LARGEMENT A L AUTOFINANCEMENT DE L INVESTISSEMENT MAIS QUI STAGNENT EN 2015 En 2014, les recettes de fonctionnement atteignent un montant de En 2015, elles sont estimées à , soit une hausse prévisionnelle de 0.24% à taux constants ( ). Répartition des recettes de fonctionnement par budget (année 2014) A- Un ralentissement du produit fiscal en 2015 En 2014, le produit fiscal brut (avant mécanismes de compensation et de péréquation) est de Il est estimé à en 2015, à taux constants, soit un produit supplémentaire de

2 1- Un renforcement de la péréquation En 2015, les dispositifs de péréquation horizontale poursuivent leur montée en charge programmée. Ces dispositifs visent à compenser les écarts de richesse entre collectivités. En 2014, Cuiseaux Intercom a bénéficié de ce mécanisme de péréquation. Le groupement a ainsi perçu un solde positif de au titre du FPIC. Pour 2015, les éléments concernant Cuiseaux Intercom ne sont pas encore connus. 2- Une part de la fiscalité qui reste importante dans l ensemble des recettes et qui favorise l autonomie financière de Cuiseaux Intercom Le produit fiscal représente 53% des recettes réelles de fonctionnement, tous budgets confondus en 2014 (proportions identiques en 2015). Part de la fiscalité dans les recettes réelles de fonctionnement 3- Un niveau jugé difficilement supportable de la pression fiscale sur les ménages Le produit fiscal brut (avant mécanismes de compensation et de péréquation) est constitué à 71% par les impôts ménages et à 29% par les impôts économiques (proportions identiques en 2015). Cette répartition fait peser une part importante de la fiscalité sur les ménages et limite le recours au levier fiscal. 2

3 Détail du produit fiscal 2014 En 2014, Cuiseaux Intercom comptabilise contributeurs de taxe d habitation. La valeur locative moyenne des contributeurs est de 2 225, soit une taxe d habitation d une valeur annuelle moyenne de 224 (part intercommunale). La taxe foncière due par les entreprises représente en réalité 44% du produit de taxe foncière sur les propriétés bâties en % des contributeurs assurent 90% du produit de CFE. Le groupe Bigard et la Société d Autoroutes restent les principaux contributeurs. 80% des contributeurs de CFE paient moins de 200 par an (part intercommunale). Moins de 10% des contributeurs représentent près de la moitié du produit de CVAE. 4- Des recettes fiscales qui ne devraient progresser que modérément en 2015 On constate une décélération du produit fiscal brut. Il augmentait globalement de 4.38% en Il n augmenterait plus que de 2.19% en Evolution du produit de la fiscalité locale 3

4 Cette situation entraîne un fort ralentissement du produit fiscal supplémentaire qui passe de à en 2014 et à en 2015 (estimation à taux constants) Produit fiscal supplémentaire en (avant reversement FNGIR et hors FPIC) Taxe 2013/ /2013 Prévision. 2015/2014 Taxe d habitation Taxe sur le foncier bâti Taxe sur le foncier non bâti Total taxes ménages Cotisation Foncière des entreprises (CFE) CFE de zone Cotis. sur valeur ajoutée des entrep. (CVAE) Total taxes entreprises Total Cette décélération du produit fiscal s explique par le faible niveau de revalorisation cadastrale des bases de taxe d habitation et de foncier établi à 0.9% en 2014 et en Elle s explique également pour 2014 par l absence d augmentation physique des bases de taxe d habitation. Pour 2015, il faut attendre les bases effectives pour apporter une analyse. Evolution de l augmentation physique des bases d imposition 5- Le recours au levier fiscal En 2014, l augmentation des taux de 1% décidée par le conseil communautaire, a rapporté un produit brut fiscal supplémentaire de (impôts ménages). 4

5 Détail du produit fiscal supplémentaire 2014 des impôts ménages Rappel des taux votés en 2014 : Taxe d habitation 10.16% CFE 9.17% Taxe sur le foncier bâti 11.84% CFE zone 20.08% Taxe sur le foncier non bâti 28.55% B Une diminution des autres recettes réelles de fonctionnement Les autres recettes de fonctionnement atteignent , soit 47% du total des recettes en Elles sont estimées à en 2015, soit une diminution prévisionnelle de 1.5% ( ). Autres recettes de fonctionnement (tous budgets confondus) 5

6 1- Une amplification de la baisse de la Dotation Globale de Fonctionnement Les collectivités locales et leurs groupements sont associés à l effort de redressement des finances publiques. Les concours financiers de l Etat sont appelés à diminuer sur la période Ainsi, la Dotation Globale de Fonctionnement de Cuiseaux Intercom a diminué de 9% en 2014, soit une perte de recettes de Cette diminution est estimée à 25% pour 2015, soit La baisse cumulée de DGF est évaluée à pour Cuiseaux Intercom, pour la période En 2014, la DGF de Cuiseaux Intercom se monte à Elle représente 7% du total des recettes réelles de fonctionnement (tous budgets confondus). Pour 2015, son montant est estimé à Les autres compensations d exonérations de fiscalité directe locale sont en légère baisse. 2- Des recettes liées à l eau potable qui connaissent une augmentation exceptionnelle en raison de la sortie de Cuiseaux Intercom du SYDRO Cuiseaux Intercom avait demandé son retrait du Syndicat Mixte Départemental pour la gestion du fonds de renouvellement des réseaux de distribution d eau à compter du 1 er décembre Les modalités financières de ce retrait ont été appliquées en De ce fait, Cuiseaux Intercom perçoit désormais directement la part fonds de renouvellement qui était auparavant reversée au SYDRO, soit en 2014 (estimation à pour 2015). L intercommunalité perçoit également le reversement du «trop perçu» par le SYDRO, soit pour Ce montant sera identique en Le montant total reversé par le SYDRO à Cuiseaux Intercom est de

7 Recettes eau potable, année 2014 ( ) 3- Des subventions de fonctionnement qui poursuivent leur progression En 2014, les subventions de fonctionnement augmentent de 29% ( ). Elles atteignent Elles sont estimées à en 2015 ( ). Cette progression est essentiellement liée à la hausse des aides de la Caisse d Allocations Familiales perçues pour le fonctionnement du centre multi accueil. Par ailleurs, en 2015, le montant de l aide du Conseil Général est estimé à la hausse (participation sur la journée supplémentaire de transports scolaires du mercredi). 4- Le maintien de la participation des usagers et des revenus des immeubles La participation des usagers atteint en Il n est pas prévu de hausse des tarifs aux usagers pour La participation des usagers devrait être en légère hausse en En 2014, la participation des usagers est globalement en baisse de 15% mais l évolution est différente suivant les services. Cette baisse s explique en grande partie par une recette exceptionnellement élevée des branchements d eau potable en Par ailleurs, la participation des usagers du CMA poursuit sa progression (+ 35%). Enfin, la fréquentation de certains services (et donc le produit des usagers) a été impactée par le temps. C est le cas de la piscine et de la pêche. 7

8 Détail du produit de la participation des usagers par service Les revenus des immeubles et des locations connaissent une augmentation de 4% ( ) et atteignent en Elles sont estimées globalement stables en Détail des revenus des immeubles et locations (tous budgets confondus) II - DES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT SOUMISES A UNE PRESSION A LA HAUSSE En 2014, les charges réelles de fonctionnement se montent à Elles enregistrent globalement une progression de 3.08 %. En 2015, les charges réelles de fonctionnement sont estimées à , soit une hausse prévisionnelle de Il faut toutefois relativiser cette hausse dans la mesure où le pourcentage d exécution des dépenses de fonctionnement est globalement de 96%, soit une hausse prévisionnelle ramenée à tous budgets confondus. 8

9 A Les charges de personnel 1- Un niveau de dépenses qui traduit le niveau de service public Répartition des charges par chapitre La proportion de 61% des dépenses réelles de fonctionnement affectée aux charges de personnel est importante mais cohérente avec le choix politique de privilégier les services à la population (gestion des écoles, accueil de loisirs, centre multi accueil, piscine, base de loisirs, gymnase, bibliothèque, offre sportive, ), considérés comme un argument majeur d attractivité du territoire. 2- Des charges de personnel rigides et impactées par la revalorisation des salaires et la hausse des cotisations de retraite ( ) A personnel constant, on estime que l augmentation de la masse salariale est de 1% à 1.5% par an. Pour Cuiseaux Intercom, cela constitue une augmentation en valeur de e à En 2014, les charges de personnel atteignent En 2015, Cuiseaux Intercom devra prendre en charge le coût de la revalorisation de la rémunération des fonctionnaires de catégorie C et B décidée par l Etat. Soit une hausse des dépenses estimée à Par ailleurs, en 2015, la communauté de communes devra également assumer une charge supplémentaire prévisionnelle de en raison de la hausse des cotisations CNRACL (validation des services des non titulaires). 9

10 Répartition des charges de personnel par service (1) NB : Les charges d administration générale comprennent les charges non ventilées sur les autres services (CNAS, FIPHFP, médecine du travail ). (1) Les services dont les charges sont inférieures à ne sont pas indiqués dans le graphique. En 2014, la communauté de communes a employé 107 personnes : 63 agents permanents (titulaires et contractuels), 30 saisonniers (21 à l accueil de loisirs, 7 à la piscine, 2 à la base de loisirs) et 14 remplaçants (9 aux écoles, 4 au CMA, 1 au gymnase) La communauté de communes comptabilise : - 53 agents permanents de catégorie C, soit 84% du personnel permanent, - 7 agents permanents de catégorie B, - 3 agents permanents de catégorie A (dont 1 poste contractuel communication) Le total du personnel permanent et saisonnier embauché par Cuiseaux Intercom en 2014 équivaut à temps plein (ETP). Nombre d équivalents temps plein par service (permanents, saisonniers, remplaçants) 10

11 B Les autres charges de fonctionnement 1- Une stabilisation des charges de gestion courante compromise par les décisions de l Etat En 2014, les achats de biens et de services sont stables : %. Ils atteignent ( de dépenses supplémentaires). En 2015, l évolution prévisionnelle des charges est impactée par la hausse des dépenses de transports scolaires liés à la mise en place de la journée du mercredi dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires décidée par l Etat. Cette hausse est estimée à Des subventions à arbitrer pour 2015 En 2014, les subventions aux associations, participations obligatoires et indemnités aux élus atteignent soit une hausse de 19.08%, ce qui représente de dépenses supplémentaires. Cette hausse s explique essentiellement par la participation accrue de Cuiseaux Intercom au fonctionnement du Syndicat Mixte de la Bresse Bourguignonne ( ) et au Centre Culturel et Social ( pour le fonctionnement de la ludothèque). En 2015, les subventions et participations sont stables. Elles sont estimées à C Dépenses et recettes de fonctionnement des services 11

12 Services à la population Dépenses recettes coût net Autofinancement accueil de loisirs % bibliothèque (3 pôles) % éducation % espace René Beaumont % gymnase % centre multi accueil % piscine % plan d'eau % point numérique % relais ass. maternelles % TOTAL % III - UNE CAPACITE D AUTOFINANCEMENT QUI S ERRODE EN 2015 A Evolution des dépenses et des recettes réelles Afin de maintenir une épargne brute stable, le rythme de progression annuelle des dépenses de fonctionnement doit être proche de celui des recettes. L épargne brute ne peut augmenter que si la progression des dépenses est plus faible que celle des recettes. En 2014, les recettes s accroissent de 17.86% à un rythme beaucoup plus soutenu que celui des dépenses de 3.08%. Cette situation est liée à la progression exceptionnellement des recettes d eau potable. Evolution des dépenses et des recettes réelles tous budgets confondus 12

13 En 2014, les recettes du budget principal progressent de 5.62% à un rythme supérieur à celui des dépenses de 4.86%. Evolution des dépenses et des recettes réelles du budget principal Pour 2015, la faible progression attendue des recettes liée à la diminution des dotations et à la faible dynamique des recettes fiscales, laisse entrevoir une érosion de l épargne pour B L épargne de gestion L épargne de gestion mesure l épargne dégagée dans la gestion courante (recettes réelles dépenses réelles de fonctionnement, hors charges financières). 1- Une évolution exceptionnelle de l épargne de gestion en 2014 grâce à l accroissement des recettes liées à l eau potable En 2014, l épargne de gestion (tous budgets confondus) est en augmentation de 52.5% ( ). Elle atteint L épargne de gestion du budget annexe «eau potable» s élève à , soit une augmentation de Evolution de l épargne de gestion par budget 13

14 2- Une «stabilité» de l épargne de gestion du budget principal au regard du volume des investissements réalisé chaque année En 2014, l épargne de gestion du budget principal augmente de 8%, soit par rapport à Evolution de l épargne de gestion du budget principal En 2015, la diminution de la Dotation Globale de Fonctionnement combinée avec le ralentissement de la fiscalité devraient impacter à la baisse l épargne de gestion du budget principal. Par ailleurs, certains budgets annexes (notamment le plan d eau) dégagent une épargne de gestion négative. Ils ne s équilibrent que grâce à l épargne prélevée sur le budget principal. C L autofinancement de l investissement La capacité d autofinancement nette permet de mesurer le niveau d épargne restant pour financer les investissements, une fois déduit notamment le remboursement des emprunts. 1- Une très forte augmentation de la CAF nette du budget annexe «eau potable» Tous budgets confondus, la capacité d autofinancement atteint en La CAF nette du budget annexe «eau potable» s élève à Son montant constitue 66% du total de la CAF nette de Cuiseaux Intercom. Elle permet d envisager un programme d investissement conséquent en eau potable pour l année

15 CAF nette 2014 par budget 2- Un maintien de la CAF nette du budget principal en 2014 qui devrait se dégrader en 2015 Evolution de la CAF nette du budget principal En 2014, la CAF nette du budget principal atteint Cette CAF est «consommée» pour près de 45% par les dépenses de voirie. On peut estimer que chaque année un peu moins de de CAF restent disponibles pour le financement d autres travaux (y compris ceux du budget plan d eau financés par le budget principal). Pour 2015, le repli des dotations et l atonie des ressources fiscales risquent de réduire la capacité d autofinancement du budget principal. 15

16 L INVESTISSEMENT I DES DEPENSES D EQUIPEMENT QUI SE MAINTIENNENT A UN NIVEAU ELEVE EN 2015 A Les dépenses d équipement en volume 1- Un volume d investissement qui suit le cycle du mandat En moyenne, sur la durée du mandat , les dépenses annuelles d investissement, tous budgets confondus, se sont élevées à On observe un léger repli des investissements en début de mandat 2014 en comparaison de 2008 (-6%). Evolution des dépenses d équipement tous budgets confondus B Les dépenses d équipement par budget 1- Présentation des dépenses d équipement par budget En 2015, le montant des investissements (opérations nouvelles et restes à réaliser), tous budgets confondus est estimé à

17 Dépenses d équipement par budget 2- Le programme détaillé des investissements 2015 BUDGET PRINCIPAL OPERATIONS NOUVELLES : Accueil de loisirs - mobilier tables et chaises extérieurs (renouvellement) HT - aménagement des abords (parking, clôtures) HT - ordinateur accueil jeunes (renouvellement) 700 HT Centre Multi Accueil - ordinateur direction (renouvellement) 900 HT Bibliothèques - mobilier/étagères HT Ecoles - mobilier, matériel HT Gendarmerie - parking enrobé HT Opération Habiter Mieux par demande Voirie - Travaux HT Ateliers techniques - construction HT 17

18 THD - montée en débit Condal et Joudes Fonds de concours Champagnat voir projet communal Piscine HT - Pompe (renouvellement) RESTES A REALISER : Accueil de loisirs - atelier rangement HT - réfection pignon sud HT Centre Multi accueil - stores baies vitrées HT Cours d eau HT Sentiers de randonnée - sentier thématique Louvarel et circuit VTT HT Structures communautaires - signalétique HT Lieu test agricole HT - Travaux et matériel Ecoles - matériel informatique HT Total opérations nouvelles : Total restes à réaliser : HT HT BUDGET EAU POTABLE OPERATIONS NOUVELLES Renouvellement de réseaux HT - Cuiseaux Route de Champagnat - Frontenaud Bovay Izambard Station Le Planet HT - réfection des abords et protection toiture terrasse Branchements HT - neufs et renouvellements 18

19 RESTES A REALISER Renouvellement de réseaux Cuiseaux - Rue Edouard Vuillard HT - La Condamine HT Condal - purge automatique Les Pis HT Joudes - Les Capettes HT Champagnat - rénovation station de Vaux HT Dommartin - Le Meix, Les Chavannes HT Autres travaux La Fontaine Noire - étude hydrogéologique HT Château d eau - travaux de réfection Condal et Frontenaud HT branchements HT Total opérations nouvelles : Total restes à réaliser : HT HT BUDGET PLAN D EAU OPERATIONS NOUVELLES Jeux abords baignade - 3/6 ans HT Mobilier HT - tables, bancs - 2 panneaux d affichage Passerelle - changement structure métallique HT Matériel et outillage - divers outillage et matériel HT Parcours de santé - réaménagement HT Portiques limitation accès chemin (4) HT Plantations HT - Arbres et arbustes 19

20 RESTES A REALISER : Jeux abords baignade - solde HT Total opérations nouvelles : Total restes à réaliser : HT HT BUDGET ZONE D ACTIVITE DE MILLEURE OPERATIONS NOUVELLES Aménagement d un parking poids lourd - sur VC 11 aire de repos HT Réfection têtes d aqueduc (4) HT - sur VC 11 Réfection réseau eaux pluviales HT - RD 972/VC 11 Réfection armoire éclairage public HT - changement de la planchette RESTES A REALISER Ouvrage eau de ruissellement HT - secteur Bois du Ban Publicité HT - panneaux lattes (voir les entreprises partenariat) Réfection éclairage public HT - suite à sinistre Total opérations nouvelles : Total restes à réaliser : HT HT BUDGET ZONE D ACTIVITE DE LA REINE - Acquisition terrain HT 20

21 II LE FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS A Les ressources propres Pour 2015, les ressources propres (remboursement de TVA et des subventions attribuées à Cuiseaux Intercom ) sont estimées à , soit près de 28% des dépenses prévisionnelles d investissement. B Le financement disponible Le financement disponible représente l ensemble des ressources dont dispose la communauté de communes pour investir, hors emprunt. En 2014, le financement disponible, tous budgets confondus, atteint Il reste élevé grâce à l augmentation de la CAF nette du budget «eau potable». Pour 2015, le financement disponible est estimé à Evolution du financement disponible (tous budgets confondus) C Le besoin de financement En 2014, le besoin de financement était négatif ( ). Cuiseaux Intercom n avait pas eu recours à l emprunt pour le financement de ses investissements. En 2015, le besoin prévisionnel de financement est estimé à Le recours à l emprunt doit être envisagé. 21

22 Le besoin de financement par année NB : pour l année 2015, il s agit d un prévisionnel D La capacité d endettement de Cuiseaux Intercom Au 31 décembre 2014, l annuité de la dette est de Elle est estimée à en 2015 soit une diminution prévisionnelle de Au 31 décembre 2014, le taux d endettement est de 11.21%. Deux emprunts sont arrivés à terme en 2014 (piscine et base de loisirs Louvarel). Deux nouveaux emprunts arriveront à terme en 2015 (plan d eau et voirie). Au 1 er janvier 2015, l encours global de la dette est de Au 1 er janvier 2015, le fonds de roulement est de La courbe prévisionnelle de remboursement des annuités 22

23 CONCLUSION REDIGEE PAR DANIEL BERTIN Au cours de son histoire, Cuiseaux Intercom a pris de nombreuses compétences, mis en place de nombreuses actions et services : entretien des voiries communales, construction et gestion de la crèche, gestion des écoles, mise en place des maisons de santé, offre culturelle, sportive et de loisirs, interventions auprès du Centre Culturel et Social Suite à la démarche de concertation participation mise en place en début d année 2015, des projets émergent : aménagement du territoire en très haut débit, participation à l effort de logement, développement de la base de loisirs de Louvarel, soutien à la mobilité, réhabilitation de la piscine et du gymnase communautaires Malheureusement, les perspectives budgétaires nous ramènent à une amère réalité. La baisse des concours financiers (notamment dotations de l Etat à hauteur de 25 % en 2015 soit un manque de recettes de ) et l atonie des recettes fiscales aboutiront immanquablement à diminuer l excédent de fonctionnement des budgets et par là même notre capacité d investissement. Les départements et les régions ont plus de mal à jouer un rôle de moteur avec pour les premiers des difficultés de financement des politiques sociales notamment et pour les secondes des recettes dénuées de perspectives de croissance. Et, dans le même temps, l Etat et l Europe resserrent leurs financements. L objectif national (Etat) est de fixer l évolution de la dépense publique locale à 0,3 % pour Et dans le même temps, ce même Etat, par ses propres décisions, en plus de la baisse drastique de ses dotations transfère à ces mêmes collectivités de nouvelles charges : réforme des rythmes scolaires et /an de frais supplémentaires de transport scolaire à absorber, PLUI et gestion des autorisations d urbanisme à venir Où sont la cohérence, voire la pertinence dans ces décisions et injonctions? Un exemple : les charges de personnel, par le fait même des simples changements d échelons et des avancements de carrière augmentent mécaniquement de 1, 4 % pour notre collectivité en Comment faire face à la perte de nos moyens d actions qui s annonce? Comment préserver la capacité d investissement et l épargne indispensable au développement de notre territoire? Notre intercommunalité est-elle en mesure d absorber de nouvelles compétences dans les années à venir? Quelles sont les nouvelles attentes des ménages, des partenaires économiques locaux et comment y répondre? Et que nous réserve la réforme territoriale? Que vont être les nouveaux périmètres et les nouveaux partenariats imposés? 23

24 Il appartient à Cuiseaux Intercom et donc aux élus de décider, en fonction de ses besoins et de sa situation financière, de la répercussion du contexte actuel sur ses dépenses, sur le niveau de ses services et sur ses projets. L intercommunalité va devoir arbitrer entre différentes modalités : la réduction des dépenses? mais avec quelle marge réelle de progrès? l augmentation de la fiscalité? mais est-ce envisageable et dans quelle proportion avec les charges qui pèsent de plus en plus sur les ménages? l augmentation des recettes de fonctionnement (hors dotations)? Ce choix est limité par l effet du quotient familial et les augmentations de tarifs pourront-elles raisonnablement compenser la baisse des dotations? la diminution du niveau d investissement et/ou une concentration sur des projets bénéficiant de financements? Est-ce une position responsable si l on veut poursuivre le développement du territoire et répondre à ses spécificités? Et quid des projets de réhabilitation des équipements qui sont peu ou pas financés? le recours à l endettement? La dette doit rester à un niveau raisonnable pour ne pas hypothéquer les marges de manœuvre futures Jusqu où pourrons-nous aller dans un contexte cependant favorable avec des taux d intérêts très bas? L intercommunalité va devoir se prononcer et élaborer une stratégie commune de réponses face à cette nouvelle situation. Elle devra le faire en faisant preuve plus que jamais de conscience collective et de responsabilité. 24

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble BUDGET PRIMITIF 2014 Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble 2 Dans le cadre de la continuité de certains dossiers, le budget primitif 2014 ne contiendra aucune action nouvelle engageant

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005.

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005. Vue d ensemble En 2012, en France, la croissance économique est nulle. En euros constants, le produit intérieur brut (PIB), après une progression de 1,7 % en 2010 et de 2,0 % en 2011, stagne. Les recettes

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL Trésorerie de LESPARRE-MEDOC PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ SAINT GERMAIN D ESTEUIL est une commune rurale. Sa population est de 1 195 habitants. Elle se

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

Débat d Orientation Budgétaire 2013

Débat d Orientation Budgétaire 2013 Débat d Orientation Budgétaire 2013 Rappel Les échanges de ce débat d orientation budgétaire permettront de préciser les grands axes du budget 2013 en préparation qui sera soumis au vote lors de la présentation

Plus en détail

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014 Analyse financière de la commune de Bassens Présentation des résultats 1 er juillet 2014 Sommaire Introduction 1. Analyse de l évolution des soldes de gestion retraités 2. Effort d investissement et choix

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

BUDGET 2015 LE BUDGET DANS LE DETAIL PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE

BUDGET 2015 LE BUDGET DANS LE DETAIL PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE BUDGET 2015 LE BUDGET EN QUELQUES LIGNES Montant total des prévisions budgétaires : 1.811.915 Fonctionnement : 1.172.638 en légère hausse par rapport à 2014 (1.042.449 ), malgré

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et intercommunalités 2013-2014 2013 : statu quo sur les équilibres financiers avant de nouveaux défis à relever L année 2013 conclut un mandat

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE Trésorerie de Sauveterre de Guyenne PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La commune de SAUVETERRE DE GUYENNE est située au cœur de l Entre Deux mers.

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé :

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé : REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL & ENVIRONNEMENTAL Session plénière du 25 mai 2011 Avis adopté à l unanimité (-10 abstentions / Groupe CGT) Le Président Gérard MAURICE Avis du Conseil

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera :

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera : SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUCATS Cette analyse retraite les résultats financiers des 5 dernières années pour déterminer comment la commune de Saucats parvient à couvrir ses charges de fonctionnement

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai Les Comptes Administratifs soumis au Conseil Municipal retracent l exécution du budget principal de la Ville d Obernai et des différents budgets annexes au cours de l exercice comptable 2014. Section de

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Compte administratif et rapport sur la dette 2014

Compte administratif et rapport sur la dette 2014 Vendredi 10 avril 2015 Compte administratif et rapport sur la dette 2014 La Région maintient le cap d une gestion financière ambitieuse et responsable au service de l investissement et du pouvoir d achat

Plus en détail

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle ANNEXE III Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle SOMMAIRE 1. DIFFERENTS PRINCIPES DIRECTEURS ONT GUIDE LA MISE EN ŒUVRE DE LA REFORME

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET)

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) (Articles 2, 47, 77, 78 et 99 de la loi de finance pour 2010) Actuellement, la taxe professionnelle (TP)

Plus en détail

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable.

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable. Réunion du 12 mai 2011 1 Premiers éléments de caractérisation financière du territoire Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer

Plus en détail

LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE

LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE PACTE FINANCIER ET FISCAL Conseil Communautaire du 10 Juin 2013 SOMMAIRE 1. Préambule au Pacte 2. La Méthodologie d Elaboration du Pacte 3. Les Objectifs du Pacte

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES EYSINES FÉVRIER 214 POPULATION Population 1999 (sans double compte) Population 26 (municipale) Population 211 (municipale) Classement en fonction de la population (211) Rangs

Plus en détail

Octobre 2014. Note de conjoncture. les Finances locales. Tendances 2014 et perspectives

Octobre 2014. Note de conjoncture. les Finances locales. Tendances 2014 et perspectives Octobre 2014 Note de conjoncture les Finances locales Tendances 2014 et perspectives 2 Dix ans d évolution des finances locales (compte synthétique des collectivités locales) En milliards d euros courants

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007 LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE Le budget est l'acte par lequel sont prévues et autorisées par l'assemblée délibérante les recettes et les dépenses d'un exercice. Le budget de la Communauté

Plus en détail

Compte administratif 2013 & Budget 2014. Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014

Compte administratif 2013 & Budget 2014. Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014 Compte administratif 2013 & Budget 2014 Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014 2014 est «à cheval» sur 2 mandats : 2008 2014 qui se termine fin mars 2014 2014 2020 qui commencera début avril

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

Eco-Fiche LA FISCALITE LOCALE 1

Eco-Fiche LA FISCALITE LOCALE 1 Eco-Fiche Avril 2011 LA FISCALITE LOCALE 1 La fiscalité locale constitue la catégorie de ressources des collectivités territoriales la plus significative. Souvent jugée inégale, injuste ou encore complexe,

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE 1 LES OBJECTIFS DE LA REFORME DE LA TP - favoriser la compétitivité des entreprises françaises - en particulier

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

Ville de Maisons-Laffitte Budget Primitif 2013

Ville de Maisons-Laffitte Budget Primitif 2013 1 Introduction : les caractéristiques du Budget 2013 Les dépenses de fonctionnement Les recettes de fonctionnement Les recettes d investissement Les dépenses d investissement Conclusion générale 2 Les

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009 BILAN 211 - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 21 et 29 - Les dépenses de fonctionnement sont en baisse et les recettes augmentent - Ainsi la capacité d autofinancement

Plus en détail

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 BUDGET PRINCIPAL

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 BUDGET PRINCIPAL L exercice 2014 dégage un résultat de - 3 088 442,07 composé de l ensemble des opérations réelles et d ordre +2 091 721,03 en fonctionnement -5 180 163,10 en investissement Ces résultats se cumulent à

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER Février 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER DE RESSOURCES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 1 RE PARTIE PRESENTATION DES GRANDS PRINCIPES Depuis le 1 er janvier 2010, les entreprises

Plus en détail

Trésorerie de SAUVETERRE DE GUYENNE

Trésorerie de SAUVETERRE DE GUYENNE ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE Trésorerie de SAUVETERRE DE GUYENNE PRESENTATION DE LA COMMUNE Sauveterre de Guyenne est une jolie bastide au cœur de l Entre Deux Mers créée en

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis 26 janvier 2012 2 OCTOBRE 2009 6 rue du Général de Larminat

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012 SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012 Pour 2012, 4 axes majeurs Pour soutenir la consommation des ménages, Ne pas augmenter les impôts locaux. Pour soutenir I activité économique, Investir

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Le service Finances de la CAN a élaboré cette fiche à partir des documents transmis par les communes en juillet 2014 : - Compte Administratif

Plus en détail

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 1 CONSEIL GENERAL DU JURA Réunion du : 4ème trimestre 2013 Type : DOB 2014 Service : DMI/FINANCES Rapporteur : Christophe PERNY Thème : FINANCES - GARANTIES D'EMPRUNT

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2015

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2015 ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2015 Séance du Conseil municipal du 16 décembre 2014 Chaque année, dans les deux mois qui précèdent le vote du budget primitif, un débat sur les orientations budgétaires

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

BUDGET 2013. Contenu

BUDGET 2013. Contenu Budget 2013 Contenu Pages Budget 2013 Faits saillants 3 Sommaire par activité 4 Revenus 5 Dépenses par fonction 6 Dépenses par objet 7 Nouveau rôle d évaluation 2013-2014-2015 Définition 8 Augmentation

Plus en détail

LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014

LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014 Département Finances Dossier suivi par Nathalie BRODIN, Claire GEKAS, Soraya HAMRIOUI 15 janvier 2014 LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014 Les dispositions

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE MONTGERON FISCALITÉ, ENDETTEMENT, FONCTIONNEMENT, INVESTISSEMENT, ÉQUIPEMENTS PUBLICS, ÉPARGNE, CRÉDIT, SERVICES PUBLICS CHIFFRES

Plus en détail

Octobre 2013. Note de conjoncture. les Finances locales. Tendances 2013 et perspectives

Octobre 2013. Note de conjoncture. les Finances locales. Tendances 2013 et perspectives Octobre 2013 Note de conjoncture les Finances locales Tendances 2013 et perspectives Version du 15 octobre 2013 2 Compte synthétique des collectivités locales En milliards d euros courants 2003 2004 2005

Plus en détail

Le Pacte Financier et Fiscal, outil au service du développement et des solidarités territoriales. Synthèse. Paris, le 19 février 2013

Le Pacte Financier et Fiscal, outil au service du développement et des solidarités territoriales. Synthèse. Paris, le 19 février 2013 Le Pacte Financier et Fiscal, outil au service du développement et des solidarités territoriales Synthèse Paris, le 19 février 2013 1 SOMMAIRE 1. Pourquoi mettre en place ou actualiser un Pacte Financier

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE

LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE Une maîtrise des dépenses de fonctionnement : -7% - 17% sur les charges générales (consommation d énergie, consommables, prestations

Plus en détail