AUDIT FINANCIER : gestion des ressources et des dépenses

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AUDIT FINANCIER : gestion des ressources et des dépenses"

Transcription

1 AUDIT FINANCIER : gestion des ressources et des dépenses Partie 1 Septembre 2014 Partenaires Finances Locales 96 bd Sébastopol Paris Tél : Fax :

2 SOMMAIRE 1 OBJECTIFS ET METHODES 3 2 LES RETRAITEMENTS OPERES 4 3 ANALYSE FINANCIERE SYNTHETIQUE LES RECETTES DE FONCTIONNEMENT : UNE EVOLUTION LIEE A LA FISCALITE LES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT UNE EPARGNE BRUTE SOUS PRESSION DEPUIS TROIS EXERCICES L EPARGNE NETTE PROJECTION DE L EPARGNE BRUTE A L HORIZON LE MODE DE FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS 17 4 SYNTHESE DES RECOMMANDATIONS 18 5 LA POLITIQUE TARIFAIRE DES PRESTATIONS MUNICIPALES LA RESTAURATION SCOLAIRE L ACCUEIL EN CRECHE LE CENTRE DE LOISIRS LE STATIONNEMENT L INDEXATION DES TARIFS LA REVISION DE LA POLITIQUE TARIFAIRE DANS UNE VILLE DU PANEL : ARGENTEUIL SYNTHESE SUR LES TARIFS MUNICIPAUX 24 Audit financier : Gestion des ressources et des dépenses

3 1 OBJECTIFS ET METHODES Le présent rapport constitue l analyse des ressources et des dépenses de la Ville d Asnières-sur-Seine sur la période 2007 à Il se compose : ü D une analyse des dépenses et des recettes de la Ville sur la période , se présentant sous la forme d une analyse financière synthétique, ü D une analyse de la tarification des prestations municipales, ü D une analyse des caractéristiques financières des ressources humaines, Des comparaisons sont effectuées par rapport à un panel de communes de la strate de la ville et de la région Ile-de-France. Le panel de communes a été défini en lien avec le comité de pilotage de l étude au sein de la, et comprend les villes ci après : ü Argenteuil ü Aubervilliers ü Aulnay sous bois ü Blanc-Mesnil ü Boulogne-Billancourt ü Champigny-sur-Marne ü Clichy ü Colombes ü Courbevoie ü Créteil ü Fontenay-sous-Bois ü Ivry-sur-Seine ü Levallois-Perret ü Maisons-Alfort ü Montreuil ü Nanterre ü Neuilly-Seine ü Noisy-Le-Grand ü Rueil-Malmaison ü Saint-Maur-des-Fossés ü Villejuif ü Vincennes ü Vitry-sur-Seine 3

4 L analyse des éléments relatifs aux dépenses de personnels se heurte cependant à une difficulté : l accès à l information. Nous avons recueilli 6 bilans sociaux auprès des collectivités territoriales d Ile de France, mais certaines collectivités du panel ci-dessus n ont pas souhaité nous transmettre des bilans sociaux pour des questions de confidentialités. Par conséquent, sur les éléments relatifs à la masse salariale, les régimes indemnitaires et les congés de l étude comparative ne sont que partielles. 2 LES RETRAITEMENTS OPERES L'analyse des ressources et des dépenses, qui porte sur les mouvements réels, implique des retraitements systématiques afin d'exclure les mouvements non récurrents pour identifier les évolutions structurelles. Ces retraitements opérés à partir des comptes en M14 portent sur les points suivants : Dépenses réelles de fonctionnement : ré-imputation en investissement des dépenses réelles de fonctionnement suivantes : dépenses exceptionnelles (67), frais d étude (617), subventions d équipement et fonds de concours (comptes 6571, 6572, 6575), indemnités de remboursement anticipé (668). Recettes réelles de fonctionnement : ré-imputation en investissement des produits exceptionnels (77), des indemnités de sinistre (7911). 3 ANALYSE FINANCIERE SYNTHETIQUE Les recettes de fonctionnement : Une évolution liée à la fiscalité Au cours de la période , les recettes de fonctionnement de la Ville augmentent de 4,2 % en moyenne annuelle, pour atteindre 132,7 M en La hausse très importante des recettes fiscales en 2009 (+20%) due à l augmentation de 17% des taux d imposition fausse cette moyenne. 140 Evolution des recettes réelles de fonctionnement (en M )

5 Ces recettes sont essentiellement composées : ü Des contributions directes (plus de 50 % des recettes réelles de fonctionnement en 2013, soit 67 M ), qui progressent de manière très dynamique (+ 6,8 % en moyenne annuelle, qui s expliquent en grande partie par la hausse des taux de 2009). Les taux de fiscalité locale ont en effet augmenté de 17% entre 2008 et Le graphe ci-après présente l évolution des taux d imposition communaux sur la période ,00% 25,00% Evolution des taux d'imposition communaux sur la période Réforme TP Taux TH 20,00% Taux FB 15,00% Taux FNB 10,00% Taux TP/ CFE 5,00% 0,00% Les évolutions des taux d imposition communaux entre 2010 et 2011 résultent de la réforme de la Taxe Professionnelle, et non d une décision d augmentation des taux. En effet, la suppression de la taxe professionnelle s est accompagnée d un transfert de fiscalité entre différents niveaux de collectivités locales, notamment le transfert de la Taxe d Habitation départementale aux communes. De même que les frais d assiette perçus par l Etat ont été diminués. Les taux votés en 2011 intègrent donc ces changements d affectations de la fiscalité. ü Des dotations et participations, qui représentent plus de 27 % des recettes réelles de fonctionnement en 2013, soit 36 M. La dotation forfaitaire de 2013 (25 M ) se situe au même niveau que celle de ü Les compensations perçues au titre de la TP et de la CET, qui s élèvent fin 2013 à 366 K, connaissent également une baisse importante (- 16 % par an en moyenne sur la période). En revanche, les participations en provenance des autres organismes (essentiellement la CAF) 5

6 augmentent à hauteur de 6 % en moyenne annuelle et atteignent 5,6 M en ü Suivent les autres recettes fiscales (essentiellement la TEOM, la taxe de publicité foncière et la taxe sur l électricité), qui, avec 17,7 M en 2013, représentent plus de 13 % des RRF. ü Les produits des services (6,1% des RRF) majoritairement constitués des redevances atteignent 8 M en 2013, en hausse de 4 % en moyenne par an sur la période. ü Les autres recettes comprennent les autres produits de gestion courante et les atténuations de charges (remboursements sur rémunération du personnel). Avec 4,2 M en 2013, elles représentent un peu plus de 3 % des RRF. 140# (en#m )# 120# 100# 80# 60# 3# 34# 6# 15# 3# 34# 7# 16# 4# 35# 7# 15# 3# 36# 8# 18# 3# 3# 36# 36# 8# 8# 18# 17# 4# 36# 8# 18# 40# 20# 45# 47# 56# 59# 63# 65# 67# 0# 2007# 2008# 2009# 2010# 2011# 2012# 2013# Impôts#directs# Produits#des#services# Dota7ons#et#par7cipa7ons# Autres#RRF# Positionnement des recettes de fonctionnement de la Ville par rapport aux villes du panel Avec de produits de fonctionnement par habitant, la Ville d Asnières apparaît en-deçà de la moyenne (-18%) des Villes de même strate, qui se situe autour de Cette moyenne est de /hab (- 11%) pour les collectivités du panel. Cette situation est d autant plus surprenante que la Ville d Asnières sur Seine n est pas membre d un EPCI contrairement aux autres communes du panel. Le caractère modeste des recettes de fonctionnement constitue un handicap structurel pour la Ville d Asnières sur Seine, dû notamment à une faiblesse du développement économique (voir infra pages 7 et 8). 6

7 Recettes de fonctionnement par habitant Maisons Alfort Argenteuil Saint-Maur-des- Villejuif Versailles Vitry-sur-seine Créteil Blanc Mesnil Asnières-sur-Seine Boulogne-Billancourt Aubervilliers Champigny sur Colombes Fontenay sous-bois Rueil-Malmaison Courbevoie Neuilly sur seine Moyenne Montreuil Noisy le grand Aulnay sous-bois Clichy Ivry sur seine Nanterre Levallois Positionnement de la DGF par rapport aux villes du panel La DGF de la Ville (316 /hab) est également plus faible que celle de la moyenne de la strate (416 /hab). Pour les villes du panel cette moyenne est de 323 /hab. Quelle que soit la référence retenue, la Ville d'asnières-sur-seine est en dessous de celle-ci DGF / habitant Courbevoie Versailles Ivry sur seine Montreuil Argenteuil Villejuif Créteil Neuilly sur Boulogne- Rueil- Maisons Alfort Saint-Maur- Asnières-sur- Nanterre Aubervilliers Moyenne Vitry-sur-seine Colombes Noisy le grand Fontenay sous- Champigny sur Blanc Mesnil Aulnay sous- Clichy Levallois 7

8 3.1.3 Le positionnement de la fiscalité professionnelle par rapport aux villes du panel L analyse des ressources de la fiscalité professionnelle, perçues par les communes ou par l EPCI auquel elles appartiennent, fait ressortir des résultats suivants : ü Les bases de CFE /hab DGF de la Ville (365 /hab) se situent dans la fourchette basse du panel de collectivités du fait à la fois d un manque global d entreprises et surtout d une insuffisance de très grandes entreprises. La moyenne du panel s élevant à 672 /hab Bases brutes de CFE / hab DGF MAISONS-ALFORT VILLEJUIF BLANC-MESNIL ASNIERES-SUR-SEINE VINCENNES MONTREUIL VITRY-SUR-SEINE AULNAY-SOUS-BOIS Moyenne CHAMPIGNY-SUR- ARGENTEUIL CRETEIL SAINT-MAUR-DES- COLOMBES NOISY-LE-GRAND AUBERVILLIERS FONTENAY-SOUS- CLICHY IVRY-SUR-SEINE RUEIL-MALMAISON BOULOGNE- LEVALLOIS-PERRET NANTERRE NEUILLY-SUR-SEINE COURBEVOIE ü Le produit de CVAE / hab de Ville (58 /hab) est également plus faible que la moyenne du panel (135 /hab) toujours du fait de l absence des grandes entreprises. 8

9 CVAE perçue par la Commune ou l'epci/hab DGF CHAMPIGNY-SUR- ARGENTEUIL ASNIERES-SUR-SEINE VINCENNES MONTREUIL CRETEIL SAINT-MAUR-DES- COLOMBES MAISONS-ALFORT VILLEJUIF BLANC-MESNIL NOISY-LE-GRAND AUBERVILLIERS FONTENAY-SOUS-BOIS VITRY-SUR-SEINE AULNAY-SOUS-BOIS Moyenne CLICHY IVRY-SUR-SEINE RUEIL-MALMAISON BOULOGNE LEVALLOIS-PERRET NANTERRE NEUILLY-SUR-SEINE COURBEVOIE Le budget de la se caractérise par la faiblesse de ses recettes fiscales en provenance des entreprises, en raison de bases extrêmement faibles. C est un point très dommageable pour les recettes de la ville 3.2 Les dépenses de fonctionnement Au cours de la période , les dépenses réelles de fonctionnement de la Ville augmentent de+27%, et atteignent 119 M en Evolution des dépenses réelles de fonctionnement (en M ) La structure des dépenses réelles de fonctionnement est la suivante : 9

10 ü Les dépenses de personnel représentent près de la moitié (48 %) des dépenses réelles de fonctionnement en 2013, soit 57 M. Par ailleurs les dépenses de fonctionnement représentent 42,9 % des recettes réelles de fonctionnement de Ces dépenses ont augmenté en moyenne de 3,4 % par an sur la période. ü Au cours de la période , les dépenses réelles de fonctionnement ont augmenté de 25 M et les dépenses de personnel de plus de 12 M passant de 44.5 M à près de 57 M. L évolution des dépenses de personnels représente 48 % de la croissance des dépenses réelles de fonctionnement. ü Le deuxième poste de dépenses correspond aux charges à caractère général (41 M en 2013, soit 35 % des DRF). Ces charges progressent au rythme de 2,6 % par an en moyenne. Elles sont notamment composées des frais de sous-traitance (15,2 M en 2013), des autres services extérieurs (4,7 M ), des fluides (3,5 M ) et des dépenses d entretien et réparation (2,3 M ). Sur la période, les postes les plus dynamiques sont les autres services extérieurs (+ 7,4 % par an), les fluides (+ 6,1 %) et la sous-traitance (+ 4,6 %). A l inverse, d autres postes ont diminué, tels les frais de télécommunications (- 5 %) et les dépenses d entretien et réparation (- 4,4 %) ü Les autres charges de gestion courante (participation au SDIS, subventions de fonctionnement au CCAS et aux associations notamment) représentent 7 % des DRF, soit 8,4 M en Bien que stabilisée ces dernières années, la subvention au CCAS a connu une forte augmentation entre 2007 et 2011, passant de 1,3 M à 1,9 M. ü Les frais financiers ont progressé au rythme annuel moyen de 2,6 % et atteignent 7 M en 2013, soit 5,3% des RRF. ü Enfin, les dépenses relatives au FNGIR et au FPIC (5,5 M en 2013), apparues logiquement en cours de période, sont en hausse du fait de la montée en puissance du FPIC. Elles représentent 4,1% des RRF en

11 Evolu7on"des"différentes"dépenses"réelles"de"fonc7onnement"" 140" 120" 100" (en"m )" 80" 45" 47" 51" 51" 53" 55" 57" 60" 4" 5" 5" 40" 35" 36" 37" 40" 40" 40" 41" 20" 0" 8" 9" 8" 9" 8" 8" 8" 6" 6" 8" 6" 7" 7" 7" 2007" 2008" 2009" 2010" 2011" 2012" 2013" Frais&financiers& Autres&charges&de&ges1on&courante& Charges&à&caractère&général& FNGIR&<&FPIC& Personnel& Positionnement des dépenses de fonctionnement de la Ville par rapport aux villes du panel Le classement des Villes en fonction de leurs dépenses de fonctionnement par habitant est quasiment identique à celui des recettes ; la Ville d Asnièressur-Seine, avec 1 534, apparaît donc là aussi en-deçà de la moyenne des Villes de la strate, qui se situe autour de 1 766, c est la logique de l équilibre des comptes. Toutefois ces dépenses évoluent depuis 2010 plus vite que les recettes Dépenses de fonctionnement 2013 en /hab Maisons Alfort Argenteuil Saint-Maur-des- Versailles Villejuif Vitry-sur-seine Créteil Boulogne- Blanc Mesnil Asnières-sur-Seine Champigny sur Colombes Aubervilliers Courbevoie Neuilly sur seine Rueil-Malmaison Fontenay sous- Noisy le grand Moyenne Montreuil Aulnay sous-bois Clichy Ivry sur seine Nanterre Levallois 11

12 3.2.2 Positionnement de l évolution des dépenses de fonctionnement 50% 40% Evolution des dépenses de fonctionnement sur la période % 30% 30% 31% 31% 28% 20% 10% 0% -10% -20% -30% -21% -7% 0% 0% 2% Neuilly sur seine Argenteuil Versailles Maisons Alfort Boulogne-Billancourt Rueil-Malmaison 6% 6% 17% 17% 17% 18% 18% 19% 20% 15% 14% 12% 7% 8% 10% Villejuif Nanterre Ivry sur seine Montreuil Créteil Moyenne Aulnay sous-bois Saint-Maur-des-Fosses Colombes Champigny sur Marne Clichy Blanc Mesnil Vitry-sur-seine Fontenay sous-bois Courbevoie Aubervilliers Asnières-sur-Seine Noisy le grand Levallois A l inverse du positionnement des dépenses de fonctionnement par habitant, l évolution des dépenses de fonctionnement de la ville d Asnières-sur-Seine est plus de deux fois plus élevée que la moyenne de la strate, sur la période Toutefois, ces évolutions doivent être interprétées avec prudence, la ville d Asnières sur Seine n étant pas membre d un EPCI, elle n a connu aucun transfert de charges sur la période à la différence de plusieurs villes du panel Positionnement de l évolution des dépenses de personnel 12

13 30% 25% 20% 15% 10% Evolution des dépenses de personnels % 16% 17% 17% 18% 19% 19% 20% 21% 22% 22% 22% 14% 15% 13% 10% 11% 11% 12% 12% 8% 26% 5% 0% 3% 1% 2% Rueil-Malmaison Noisy le grand Levallois Clichy *Saint-Maur-des-Fosses Boulogne-Billancourt Versailles Argenteuil Maisons Alfort Nanterre Ivry sur seine Moyenne Blanc Mesnil Neuilly sur seine Villejuif Colombes Aulnay sous-bois Courbevoie *Vitry-sur-seine Fontenay sous-bois Aubervilliers Créteil Montreuil Asnières-sur-Seine Champigny sur Marne Il convient d être prudent : les écarts de dépenses de personnel s expliquent en partie par le mode de gestion de services et d équipements choisi par la municipalité. La Ville affiche toutefois l'évolution la plus importante des dépenses de personnel sur la période (+26%), comparée aux villes du panel. Les effectifs ont augmenté de 10% soit 122 agents Répartition des dépenses par direction Les graphiques suivant présentent la répartition des dépenses de fonctionnement et d investissement par au cours de l exercice RéparCCon#des#DRF#par#direcCon#en#2013# DIRECTION#GENERALE#DES# DGA#VIE#LOCALE# SERVICES# 3,9%# 1,3%# DGA#SOLIDARITE# 2,8%# DGA# SOLIDARITE# 0,0%# DGA#VIE#LOCALE# 0,2%# DIRECTION#GENERALE# DES#SERVICES# 0,3%# DG#SERVICES#TECHNIQUES# 20,6%# DGA#DEV#URBAIN# 0,4%# DGA#ENFANCE# 0,6%# DGA#RESSOURCES# 19,0%# DGA#ENFANCE# 6,7%# DGA#DEV#URBAIN# 19,0%# DG#SERVICES#TECHNIQUES# 60,9%# DGA#RESSOURCES# 64,3%# La DGA Ressources représente plus de 64 % des dépenses de fonctionnement 13

14 en 2013, suivie des services techniques (20,6 %) et de l enfance (6,7 %). Les autres directions (solidarité, vie locale, DGS et développement urbain) représentent entre 0,4 % et 3,9 % des dépenses de fonctionnement. Les dépenses d investissement sont logiquement réparties de manières différentes, avec une prédominance des Services Techniques (61 %), tandis que les directions Ressources et Développement Urbain représentent chacune 19 % de ces dépenses. Davantage de directions ont connu une baisse de leurs dépenses d investissement sur la période (Enfance, Solidarité, Vie Locale et DGS) mais il s agit des directions dont le poids au sein de ces dépenses est le plus faible. Le tableau ci après présente les évolutions de dépenses de fonctionnement sur la période par direction. DGA I/F DG SERVICES TECHNIQUES Fonctionnement DG SERVICES TECHNIQUES Investissement DGA DEV URBAIN Fonctionnement DGA DEV URBAIN Investissement DGA ENFANCE Fonctionnement DGA ENFANCE Investissement DGA RESSOURCES Fonctionnement DGA RESSOURCES Investissement DGA SOLIDARITE Fonctionnement DGA SOLIDARITE Investissement DGA VIE LOCALE Fonctionnement DGA VIE LOCALE Investissement DIRECTION GENERALE DES SERVICES Fonctionnement DIRECTION GENERALE DES SERVICES Investissement SOUS-TOTAL Fonctionnement SOUS-TOTAL Investissement TOTAL Un tableau détaillé figure en annexe 1 du présent rapport Sur la période, les directions Services Techniques et Enfance ont connu les plus fortes progressions (respectivement + 6,4 % et + 5,1 % en moyenne annuelle). A l inverse, deux directions ont vu leurs charges de fonctionnement diminuer mais sur des périmètres différents: ü la direction Vie Locale (- 6,1 % en moyenne annuelle) ü et la DGS (- 8,3 %). La direction des Services Techniques a quant à elle connu une augmentation de ses dépenses d investissement de 7,6 % en moyenne annuelle, la direction Développement Urbain de 6,2 % et la direction Ressources de 2,3 %. Toutefois, les évolutions de dépenses (fonctionnement et investissement) par direction doivent être analysées avec précaution, en raison des modifications d imputation analytique au cours de la période. A titre d exemple, les contingents et participations obligatoires pour le service incendie sont imputés jusqu en 2010 à la Direction Générale des Services et dès 2011 à la DGA Ressources. 3.3 Une épargne brute sous pression depuis trois exercices L'épargne brute (ou autofinancement brut) est égale à la différence entre recettes et dépenses réelles de fonctionnement. Elle se rapproche de la 14

15 capacité d autofinancement d une entreprise ou encore de l épargne d un ménage. Elle reflète les capacités à rembourser la dette sans recourir à des ressources exceptionnelles et à autofinancer les investissements. Si, au cours de la période considérée ( ), les recettes et les dépenses de fonctionnement ont progressé en apparence à des rythmes quasi équivalents (respectivement + 4,2 % en moyenne annuelle et + 4 %), cette tendance n en cache pas moins des disparités : de 2007 à 2010, et en dépit d un recul en 2008, les recettes réelles de fonctionnement ont augmenté plus rapidement que les dépenses (+ 6 % contre + 4 %), conséquence de la très forte hausse des impôts de En 2010, le taux d épargne brute atteint un niveau correct de 14 %. A compter de 2010, la situation s inverse : l épargne brute se contracte, passant de 17,3 M en 2010 à 13,6 M en 2013, en raison de l «effet ciseau» qui affecte la section de fonctionnement : au cours de cette seconde période, les recettes n augmentent plus que de 2,4 % par an contre 3,9 % pour les dépenses. Ce ralentissement du rythme de progression des recettes résulte de la perte de dynamisme des ressources fiscales consécutif à la réforme de la TP et de la stagnation voire de la baisse des dotations d Etat. En 2013, le taux d épargne brute atteint 10,2 %, soit un taux supérieur de 2 points au seuil de vigilance, mais très inférieur aux Villes de la même strate qui est de 12,29%. Exprimée en / habitant, l épargne brute d Asnières-sur-Seine atteint 164 en 2013, soit un niveau inférieur à la moyenne de la strate (251 ). Evolution des taux d'épargne 16,0% 14,0% 12,0% 10,0% Effet hausse des taux d imposition 11,6% 14,0% 11,9% 10,5% 10,2% 8,0% 9,3% 8,1% 9,0% 6,0% 6,5% 7,1% 5,7% 5,6% 4,0% 4,2% 2,0% 3,1% 0,0% Taux d'épargne brute Taux d'épargne nette 15

16 3.4 L épargne nette L épargne nette mesure l autofinancement disponible, c est à dire l autofinancement après paiement de l annuité d emprunt de l année. L épargne nette s obtient en soustrayant le remboursement net du capital1 de l épargne brute. Il convient d utiliser cet indicateur financier avec beaucoup de prudence car il est soumis au profil de remboursement de la dette. L Epargne Nette fin 2013 s élève à 7,4 M, elle est restée positive sur la période. Toutefois, comme pour l Epargne Brute, la période est marquée par deux phases distinctes rappelées ci-dessus. Effet hausse des taux d imposition Evolution des soldes d'épargne Epargne de gestion Epargne brute Epargne nette 3.5 Projection de l épargne brute à l horizon 2017 Compte tenu de l atonie désormais structurelle des recettes de fonctionnement (progression estimée à 0,5 % par an) et du rythme constant d augmentation des dépenses de fonctionnement (hausse estimée ici à + 2 % par an, contre 4 % en moyenne sur la période ), l épargne brute est amenée à se contracter : En parvenant à ramener la croissance de ses dépenses de fonctionnement à 2% par an, la Ville constatera quand même une chute de 50% de son épargne brute sur la période. Si elle poursuivait la tendance enregistrée dans le passé (4%/an), la Ville serait en déséquilibre budgétaire dès Idéalement, la Ville devra parvenir en geler en valeur 2013 ses dépenses de fonctionnement, hors mesures exceptionnelles, pour pérenniser sa situation financière. Par ailleurs à ce constat s ajoutent deux facteurs d aggravation : 1 Hors opérations de réaménagement de dette 16

17 Dans le cadre du redressement des finances publiques, l Etat a prévu une baisse des dotations des collectivités de 11 Mds sur la période Ce plan se matérialise par une ponction des ressources des collectivités, au-travers de la DGF. Pour Asnières-sur-Seine, la ponction atteindrait 2,5 M en moyenne à compter de 2015 et l épargne brute disparaîtrait en Parallèlement, il est prévu depuis son instauration en 2012 une montée en puissance du FPIC. En cumulé sur la période , la contribution de la Ville atteindrait plus de 12 M. En cumulant l impact de la baisse de la DGF et celui de la montée en puissance du FPIC, si l évolution des dépenses ne baisse pas immédiatement l épargne brute risque de devenir négative dès L impact de ces mesures est considérable sur les équilibres financiers de la ville puisqu en cumulé, elles amputent 20M d autofinancement sur la période et déséquilibrent son budget dés Ce constat témoigne de la nécessité de réduire rapidement les dépenses de fonctionnement et de générer de nouvelles recettes par le développement économique, afin de pérenniser la situation financière de la Ville L effort à mettre en œuvre est de l ordre de 5 à 6 millions par an en rythme de croisière. De plus, cet effort ne peut être porté par la seule section de fonctionnement, le niveau d investissement devant être impérativement revu à la baisse au regard des capacités de financement de la Ville car les marges de manœuvre issues de la hausse des impôts ont été absorbées par les dépenses de fonctionnement Recettes réelles de fonctionnement (+0,5%/an) 132,72 133,38 134,05 134,72 135,39 Dépenses réelles de fonctionnement (+2%/an) 119,12 121,50 123,93 126,41 128,94 Cumul Epargne brute 13,60 11,88 10,12 8,31 6,46 Ponction sur la DGF - 1,01 2,49 2,50 2,52 8,52 Epargne brute avec ponction DGF 13,60 10,87 7,63 5,81 3,94 Contribution FPIC - 2,07 2,83 3,63 3,63 12,16 Epargne brute après DGF et FPCI 13,60 8,80 4,80 2,18 0, Le mode de financement des investissements En 2013, les dépenses d équipement de la Ville représentaient 436 par habitant contre 582 en moyenne pour les villes du panel. 17

18 Dépenses#d'équipement#par#habitant# 700" 600" 500" en# /hab.# 400" 300" Asnières3Sur3Seine" moyenne"de"la"strate" 200" 100" 0" 2008" 2009" 2010" 2011" 2012" 2013" Ces investissements sont financés pour moitié par l épargne brute sur la période, et pour près de 31 % par le FCTVA et les subventions. L encours de dette est important. Tous budgets confondus l encours de dette atteint 189.9M début 2014, il était de 189.6M début 2008 (source budgets primitifs). Ce niveau d endettement doit être considéré avec précaution le budget ne pouvant plus supporter une hausse du coût de l annuité de la dette. Les variations de la solvabilité de la Ville, appréciée à la lecture de sa capacité de désendettement, résultent donc de celles de l épargne brute, faute d un désendettement sur la période. Après un pic à plus de 20 années en 2009, la capacité de désendettement s est améliorée jusqu en 2009 (moins de 10 années), avant de se dégrader à nouveau. En 2013, elle atteint 12,7 années. 4 SYNTHESE DES RECOMMANDATIONS SYNTHESE DES RECOMMANDATIONS : Appréciée au compte administratif 2013, la situation financière de la Ville d Asnières-sur-Seine présente des signes avancés de tensions financières. En laissant croitre les dépenses et en ne privilégiant pas, après la hausse des impôts de 2009, une politique de désendettement à compter de 2010, la Ville d Asnières-sur-Seine est restée dépendante de frais financiers élevés et se retrouve confrontée à très court terme à un risque de déséquilibre budgétaire. Face à cette situation, elle devrait impérativement réduire son programme d équipement dès 2015 et mettre en œuvre toute une série de mesures lui permettant de consolider son autofinancement. Le programme d équipement devrait idéalement être amputé de moitié par rapport à la période observée 18

19 ce qui signifie que la Ville devra essentiellement se concentrer sur les opérations d entretien et de renouvellement du patrimoine existant tout en tentant de valoriser au mieux son actif. La reprise en main de la section de fonctionnement est d autant plus urgente que l autofinancement de la Ville est exposé à deux évènements majeurs : la baisse des dotations d Etat, dont le coût annuel prévisionnel est de l ordre de 2,5M, la montée en puissance de Fonds National de Péréquation des Ressources communales et intercommunale, qui représentera 3,6M en rythme de croisière ; Pour assurer la pérennité de ses comptes la Ville devrait : - dégager de 5 à 6 millions d autofinancement nouveau par la mise en œuvre de recettes nouvelles issues du développement économique et la diminution effective de certaines dépenses de fonctionnement, - geler l évolution de toutes les autres dépenses de fonctionnement sur le mandat à venir, - diviser par deux son programme d équipement (de l ordre de 12 M par an) - mettre en place une politique qui pourrait permettre de baisser ou de stabiliser l annuité de la dette, le niveau atteint en 2013 devant être considéré comme un niveau plafond. 19

20 5 LA POLITIQUE TARIFAIRE DES PRESTATIONS MUNICIPALES ü Rappel : Les produits des services, majoritairement constitués des redevances, atteignent 8 M en 2013, en hausse de 4 % par an sur la période. Ils représentent en moyenne 6% des recettes réelles de fonctionnement et 50% de l autofinancement. La sensibilité de l autofinancement à la variation du montant des redevances perçues par la Ville est donc très élevée. Afin de mieux apprécier les tarifs des principales prestations municipales, un panel de villes comparables a été constitué. Si ces villes sont proches en termes de population et de localisation, les données INSEE révèlent d importants écarts en termes de revenu par habitant. Nb. d'habitants (2011) Revenu net déclaré moyen par foyer fiscal en 2011!60!000!!!!50!000!!! Revenu!net!déclaré!moyen!par!foyer!fiscal!en!2011! Rueil-Malmaison Boulogne-Billancourt Versailles Courbevoie Asnières-sur-Seine Colombes Nanterre Créteil Montreuil Argenteuil Aubervilliers !40!000!!!!30!000!!!!20!000!!!!10!000!!!!"!!!!! Rueil"Malmaison! Boulogne"Billancourt! Versailles! Courbevoie! Asnières"sur"Seine! Colombes! Nanterre! Créteil! Montreuil! Argenteuil! Aubervilliers! Le revenu net moyen déclaré sur la ville d Asnières-sur-Seine ( ) est supérieur au revenu net déclaré moyen de la région Ile de France qui est de en La restauration scolaire La commune d Asnières-sur-Seine a défini 12 tranches de quotient familial, auxquelles sont affectés des tarifs uniques. Les tarifs oscillent entre 0,74 et 4,78. Comparaison de la politique tarifaire en matière de restauration scolaire : A l exception d Argenteuil, le tarif plancher apparaît élevé, les autres communes affichant un tarif minimal tournant autour de 0,50 par repas. En revanche, la Ville se situe en retrait en ce qui concerne le tarif plafond (4,78 ), notamment par rapport à Créteil (5,31 ) et Colombes (5,22 ) où les revenus nets annuels par foyer fiscal y sont Asnières-sur-Seine Quotient familial Tarif (par repas) 1 (0 à 200) 0,74 2 (201 à < 300) 1,44 3 (301 à 400) 1,75 4 (401 à 500) 2,50 5 (501 à 600) 3,03 6 (601 à 700) 3,61 7 (701 à 800) 4,04 8 (801 à 1 000) 4,24 9 (1 001 à 1 300) 4,47 10 (1 301 à 1 600) 4,57 11 (1 601 à 2 000) 4,67 12 (2 001 et plus) 4,78 Hors commune 4,88 20

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014 Analyse financière de la commune de Bassens Présentation des résultats 1 er juillet 2014 Sommaire Introduction 1. Analyse de l évolution des soldes de gestion retraités 2. Effort d investissement et choix

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

VILLE DE VILLEJUIF. Analyse financière rétrospective 2008 2013

VILLE DE VILLEJUIF. Analyse financière rétrospective 2008 2013 VILLE DE VILLEJUIF Analyse financière rétrospective 2008 2013 29 septembre 2014 Partenaires Finances Locales www.partenaires-finances-locales.com 96 bd Sébastopol 75003 75003 Paris Tél : 01 42 74 25 13

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis 26 janvier 2012 2 OCTOBRE 2009 6 rue du Général de Larminat

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005.

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005. Vue d ensemble En 2012, en France, la croissance économique est nulle. En euros constants, le produit intérieur brut (PIB), après une progression de 1,7 % en 2010 et de 2,0 % en 2011, stagne. Les recettes

Plus en détail

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009 BILAN 211 - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 21 et 29 - Les dépenses de fonctionnement sont en baisse et les recettes augmentent - Ainsi la capacité d autofinancement

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES EYSINES FÉVRIER 214 POPULATION Population 1999 (sans double compte) Population 26 (municipale) Population 211 (municipale) Classement en fonction de la population (211) Rangs

Plus en détail

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Le service Finances de la CAN a élaboré cette fiche à partir des documents transmis par les communes en juillet 2014 : - Compte Administratif

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne Février 2015 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est contrôlé par

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera :

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera : SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUCATS Cette analyse retraite les résultats financiers des 5 dernières années pour déterminer comment la commune de Saucats parvient à couvrir ses charges de fonctionnement

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne conseil du 17 octobre 2014 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est

Plus en détail

LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014

LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014 Département Finances Dossier suivi par Nathalie BRODIN, Claire GEKAS, Soraya HAMRIOUI 15 janvier 2014 LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014 Les dispositions

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai Les Comptes Administratifs soumis au Conseil Municipal retracent l exécution du budget principal de la Ville d Obernai et des différents budgets annexes au cours de l exercice comptable 2014. Section de

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE Trésorerie de Sauveterre de Guyenne PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La commune de SAUVETERRE DE GUYENNE est située au cœur de l Entre Deux mers.

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et intercommunalités 2013-2014 2013 : statu quo sur les équilibres financiers avant de nouveaux défis à relever L année 2013 conclut un mandat

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014!

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! Christian Escallier Cabinet Michel Klopfer 6 bis, rue de Larminat 75015 Paris Tél. : 01 43 06 08 10 Fax : 01 47 34 15 83 cescallier@cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES Conseil Municipal du 24/11/2014 Sommaire 1. Un rappel du cadre légal 2. La situation économique et budgétaire : Monde, Zone Euro et

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL Trésorerie de LESPARRE-MEDOC PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ SAINT GERMAIN D ESTEUIL est une commune rurale. Sa population est de 1 195 habitants. Elle se

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ FÉVRIER 214 IDENTIFICATION / POPULATION Commune siège : Pau Type de fiscalité : Fiscalité professionnelle unique (FPU) Commune

Plus en détail

ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS

ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS janvier 2009 DOCUMENT DE TRAVAIL 6 rue du Général de Larminat 75015 PARIS Tél.

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

Compte administratif et rapport sur la dette 2014

Compte administratif et rapport sur la dette 2014 Vendredi 10 avril 2015 Compte administratif et rapport sur la dette 2014 La Région maintient le cap d une gestion financière ambitieuse et responsable au service de l investissement et du pouvoir d achat

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire, Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX Bordeaux, le 14 mars 2012 Monsieur le Maire, Par lettre du 5 mai 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

Analyse financière de la ville de Bagnolet

Analyse financière de la ville de Bagnolet Analyse financière de la ville de Bagnolet Synthèse Ville de Bagnolet 1 Plan de l intervention I Analyse financière rétrospective : Bagnolet une Commune surendettée A Objectifs et méthodologie B Un budget

Plus en détail

VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010

VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010 CABINET MICHEL KLOPFER 6, rue du Général de Larminat 75015 PARIS Tel : 01 43 06 08 10 Fax : 01 47 34 15 83 VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010 Céline BACHARAN 18 octobre 2006 Sommaire

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 Intervention du Président du Conseil général ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 www.cg47.fr Diapositive n 1 : Section de fonctionnement : évolution des dépenses réelles en M 350 300 250 200 150 100 50 0 Evolution

Plus en détail

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 1 CONSEIL GENERAL DU JURA Réunion du : 4ème trimestre 2013 Type : DOB 2014 Service : DMI/FINANCES Rapporteur : Christophe PERNY Thème : FINANCES - GARANTIES D'EMPRUNT

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Note mise à jour de la loi de finances pour 2015 Sommaire Explications préalables... 3 Application aux

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT. Années 2013 / 2014 / 2015

PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT. Années 2013 / 2014 / 2015 PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT Années 2013 / 2014 / 2015 PLAN PLURIANNUEL : METHODE Le plan est basé sur le Budget primitif 2013 La prospective concerne le Fonctionnement (charges et produits réels)

Plus en détail

BUDGETS PRIMITIFS 2015

BUDGETS PRIMITIFS 2015 BUDGETS PRIMITIFS 215 Communauté d Agglomération de la Vallée de la Marne 1/ Budget principal 2/ Assainissement 17/2/215 1 Contexte Un environnement territorial contraint dans un contexte économique tendu

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

III - Des recettes «économiques» dynamiques

III - Des recettes «économiques» dynamiques Un phénomène nouveau devrait cependant venir tempérer ce constat sur la dette à long et moyen terme : il s'agit du recours de plus en plus fréquent à des produits financiers nouveaux, du type CLTR (crédit

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE Exercice 2015

ANALYSE FINANCIERE Exercice 2015 ANALYSE FINANCIERE Exercice 2015 Analyse réalisée par Sandra FEVRE, DGS LA FORMATION DE L AUTOFINANCEMENT I - DES RECETTES REELLES DE FONCTIONNEMENT QUI PARTICIPENT LARGEMENT A L AUTOFINANCEMENT DE L INVESTISSEMENT

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE Les centres communaux d action sociale 2 (CCAS) Ils ont vocation à fournir des prestations d action sociale en nature

Plus en détail

Ville de Crégy-lès-Meaux

Ville de Crégy-lès-Meaux Ville de Crégy-lès-Meaux Audit de début de mandat Janvier 2009 Les Hauts de Villiers 2 rue de Villiers - 92309 LEVALLOIS-PERRET CEDEX Téléphone : 01.78.66.03.40. - Télécopie : 01.78.66.03.41 2009 KPMG

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 Février 2011 1 LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 1. L EVOLUTION DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2. L ENDETTEMENT 3. LES PERSPECTIVES POUR LES ANNEES A VENIR 4.

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble BUDGET PRIMITIF 2014 Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble 2 Dans le cadre de la continuité de certains dossiers, le budget primitif 2014 ne contiendra aucune action nouvelle engageant

Plus en détail

s f r t s i e és e e t l i r t e i r on i

s f r t s i e és e e t l i r t e i r on i yse t l s f a n ii A m i r sp s t e g e bud gr and i és t v i t ec l col ocal L t i éd acr i x e par esded e é s i ud or um Ét éal r s F e e d d L u on i i Ét esf r ect r o i t a D v a l bser O l t e 2

Plus en détail

Compte Administratif 2013

Compte Administratif 2013 Compte Administratif 2013 Bilan de l exercice écoulé, le compte administratif nous rend compte de la gestion et des réalisations de l exercice 2013. Dans un contexte économique national difficile et malgré

Plus en détail

Audit financier et de fonctionnement du Département des Côtes d Armor

Audit financier et de fonctionnement du Département des Côtes d Armor Conseil départemental des Côtes-d Armor Audit financier et de fonctionnement du Département des Côtes d Armor Restitution du Lot 1 : Audit financier Document de synthèse 1 Plan du document La trajectoire

Plus en détail

Eco-Fiche LA FISCALITE LOCALE 1

Eco-Fiche LA FISCALITE LOCALE 1 Eco-Fiche Avril 2011 LA FISCALITE LOCALE 1 La fiscalité locale constitue la catégorie de ressources des collectivités territoriales la plus significative. Souvent jugée inégale, injuste ou encore complexe,

Plus en détail

NOTATION FINANCIERE. réalisée d'après les comptes administratifs 2008 à 2013 SDIS DU TARN. 389 581 habitants (yc. rs)

NOTATION FINANCIERE. réalisée d'après les comptes administratifs 2008 à 2013 SDIS DU TARN. 389 581 habitants (yc. rs) LOCALNOVATM NOTATION FINANCIERE réalisée d'après les comptes administratifs 2008 à 2013 389 581 habitants (yc. rs) Examen dynamique et comparé de 6 rubriques catégorie 3 document édité le 04/11/14 Sommaire

Plus en détail

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013 N 99 Janvier 2014 Marie-Christine FLOURY, Département des études et des statistiques locales LA FISCALITE DIRECTE LOCALE EN 2013 : les produits économiques en forte hausse En 2013, les collectivités locales

Plus en détail

Débat d Orientation Budgétaire 2013

Débat d Orientation Budgétaire 2013 Débat d Orientation Budgétaire 2013 Rappel Les échanges de ce débat d orientation budgétaire permettront de préciser les grands axes du budget 2013 en préparation qui sera soumis au vote lors de la présentation

Plus en détail

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE MONTGERON FISCALITÉ, ENDETTEMENT, FONCTIONNEMENT, INVESTISSEMENT, ÉQUIPEMENTS PUBLICS, ÉPARGNE, CRÉDIT, SERVICES PUBLICS CHIFFRES

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable.

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable. Réunion du 12 mai 2011 1 Premiers éléments de caractérisation financière du territoire Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014)

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) Commune de Chécy 20 JUIN 2008 Laëtitia HACQUARD Michel KLOPFER 6 rue du Général

Plus en détail

Audit financier et fiscal

Audit financier et fiscal Audit financier et fiscal Eléments synthétiques tiques extraits de l auditl Juin 2008 Territoires & Conseil 12 rue de Castiglione 75001 Paris Territoires-et-conseil@wanadoo.fr Tél.: 01.53.34.07.17 1 La

Plus en détail

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET)

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) (Articles 2, 47, 77, 78 et 99 de la loi de finance pour 2010) Actuellement, la taxe professionnelle (TP)

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

Portrait financier. Analyse comparée CA 2005-2010. MARLY 11 967 habitants

Portrait financier. Analyse comparée CA 2005-2010. MARLY 11 967 habitants Portrait financier Analyse comparée CA 25-21 Direction régionale NORD - PAS DE CALAIS 19 avenue Le Corbusier - 59 4 LILLE cedex Directeur régional : Valérie-Marie AUBIN Votre correspondant Géraldine MOREAU

Plus en détail

Trésorerie de SAUVETERRE DE GUYENNE

Trésorerie de SAUVETERRE DE GUYENNE ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE Trésorerie de SAUVETERRE DE GUYENNE PRESENTATION DE LA COMMUNE Sauveterre de Guyenne est une jolie bastide au cœur de l Entre Deux Mers créée en

Plus en détail