Analyse financière de la ville de Bagnolet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse financière de la ville de Bagnolet"

Transcription

1 Analyse financière de la ville de Bagnolet Synthèse Ville de Bagnolet 1

2 Plan de l intervention I Analyse financière rétrospective : Bagnolet une Commune surendettée A Objectifs et méthodologie B Un budget handicapé par la faiblesse de l autofinancement C Evolution des principales ressources de fonctionnement D Evolution des principales dépenses de fonctionnement E Un programme d équipement déconnecté des moyens de la Ville F Une solvabilité dégradée II Analyse financière prospective : vers la mise en place d un plan de redressement. A - Objectifs et méthodologie B - Les principales hypothèses C - Les résultats D Analyse de sensibilité 2

3 A Objectifs et méthodologie de l analyse rétrospective B U n b u d g e t h a n d i c a p é p a r l a f a i b l e s s e d e l autofinancement C Evolution des principales ressources de fonctionnement D Evolution des principales dépenses de fonctionnement E Un programme d équipement déconnecté des moyens de la Ville F Une solvabilité dégradée 3

4 A. Eléments méthodologiques Les indicateurs financiers utilisés pour cette présentation : L épargne brute: ü L épargne brute est la différence entre les recettes réelles de fonctionnement et les dépenses de même nature. Également appelée autofinancement brut. Il s agit de la ressource récurrente dont dispose la Ville pour rembourser l annuité en capital de sa dette (règle de l équilibre budgétaire) et autofinancer ses investissements. ü Rapportée aux recettes réelles de fonctionnement, on obtient le taux d épargne, dont le minimum doit se situer autour de 8% pour une commune ou une communauté. La solvabilité : ü La capacité de désendettement : rapport exprimé en années entre le capital de la dette et l épargne brute. Exprime le temps nécessaire au remboursement complet de la dette en y consacrant la totalité de l épargne brute disponible. Le seuil critique se situe usuellement entre 12 et 15 ans pour une commune ou un groupement en régime de croisière, mais l on considère que la zone à risques débute dès 10 ans. 4

5 A. Articulation des principaux agrégats utilisés Lecture financière d un budget : Dépenses réelles de gestion courante Recettes réelles de fonctionnement Epargne de gestion Personnel, fluides, prestations de service, maintenance Intérêt de la dette Epargne brute Fiscalité, dotations d'etat, subventions et participations, produits des services Section de fonctionnement Annuité en capital de la dette Dépenses réelles d'investissement Epargne brute FCTVA, subventions Emprunt Section d'investissement 5

6 A. Spécificités méthodologiques liées à l analyse des comptes de la Ville de Bagnolet L'analyse implique des retraitements systématiques afin d'exclure les mouvements non récurrents pour identifier les évolutions structurelles. Ces retraitements opérés à partir des comptes en M14 portent sur les points suivants : Dépenses réelles de fonctionnement : ré-imputation en investissement des dépenses réelles de fonctionnement suivantes : Dépenses exceptionnelles (67) Frais d étude (617), Subventions d équipement et fonds de concours (comptes 6571, 6572, 6575), Indemnités de remboursement anticipé (668). Recettes réelles de fonctionnement : ré-imputation en investissement des Produits exceptionnels (77), Indemnités de sinistre (7911). Indépendamment de ces retraitements standards, l analyse financière de la Ville de Bagnolet se heurte à un problème de sincérité des comptes administratifs. 6

7 A. Spécificités méthodologiques liées à l analyse des comptes de la Ville de Bagnolet (2) En effet, les comptes administratifs de la Ville de Bagnolet sur la période étudiée soulèvent de nombreuses anomalies : Les maquettes comptables ne sont pas renseignées avec rigueur, notamment les annexes : le tableau des effectifs présente de nombreuses incohérences, La comptabilité des dépenses engagées n est pas tenue de façon rigoureuse : ce qui induit une pratique aléatoire des rattachements des charges et des produits à l exercice. De ce fait, les dépenses de fonctionnement enregistrent de fortes variations d un exercice à l autre. L analyse vient également se heurter à des problèmes d accès à l information financière. De nombreuses archives ne sont pas disponibles. L inventaire de la Ville n est pas à jour. Problématique Est-Ensemble : Les flux financiers avec la Communauté d Agglomération Est- Ensemble ne sont pas retranscrits avec rigueur dans les comptes administratifs, générant des dérapages d une année sur l autre. Les sommes constatées dans les comptes administratifs de la Ville diffèrent avec ceux des rapports de la CLECT. La Ville a titré de façon très anticipée des recettes liées à la valorisation d actifs (cession d actif). Cet optimisme a pesé sur la trésorerie de la Ville, les titres de recettes ayant été émis (impact sur les recettes du compte administratif) mais le recouvrement non effectué, dans la mesure où les cessions sont intervenues (ou sont en passe de l être) sur des exercices postérieurs. 7

8 A Objectifs et méthodologie de l analyse rétrospective B U n b u d g e t h a n d i c a p é p a r l a f a i b l e s s e d e l autofinancement B Evolution des principales ressources de fonctionnement C Evolution des principales dépenses de fonctionnement D Un programme d équipement déconnecté des moyens de la Ville E Une solvabilité dégradée 8

9 B Un budget handicapé par la faiblesse de l autofinancement (1) Fin 2013, l épargne brute de la Ville s élève à 1,35 M. et représente 2,1% des recettes réelles de fonctionnement. Le taux atteint en 2013 est particulièrement faible au regard des taux des communes comparables (12,3%) et du taux plancher (8%). Evolu1on#de#l'épargne#brute#avec#AC# 80"060" 8"000" 70"060" 60"060" 65#501# 68#691# 69#041# 64#635# 64#947# 65#451# 67#560# 67#630# 60#202# 60#714# 64#238# 62#892# 7"000" 6"000" 50"060" 5"000" 40"060" 7#358# 6#916# 4"000" 30"060" 3"000" 20"060" 3#744# 3#590# 2"000" 10"060" 60" 866# 2008# 2009# 2010# 2011# 2012# 2013# Epargne"brute" Rece7es"réelles"de"fonc>onnement" Dépenses"réelles"de"fonc>onnement" Fin 2013, la Ville présente un niveau particulièrement faible d autofinancement et ne dispose plus d autofinancement net. 1#345# 1"000" 0" 9

10 B Un budget handicapé par la faiblesse de l autofinancement (2) Le taux d épargne brute - se situe à 2,1% en Le niveau d épargne brute 2013 témoigne de fortes tensions budgétaires et soulève également un réel problème d équilibre budgétaire à très court terme. On notera de plus que sur les 6 exercices étudiés le niveau de cet indicateur n a été que 2 fois supérieur au seuil d alerte de 8%. Les finances de la Ville Bagnolet ont été structurellement dans une situation tendue depuis Bagnolet est la ville de Seine Saint Denis (strate et habitants) présentant le taux d épargne brute le plus faible. 20,0%' Evolu4on%des%taux%d'épargne%(avec%AC)% 25,00%$ ComparaJf&des&communes&entre&30&000&et&40&000&habitants&de&Seine& Saint&Denis&& 15,0%' 15,7%% 16,0%% 20,00%$ 17,61%& 19,21%& 10,0%' 5,0%' 0,0%'!5,0%' 10,4%% 10,9%% 10,2%% 9,6%% 9,5%% 8%% 6,9%% 5,4%% 5,2%% 5,5%% 2,1%% 1,3%% 2008' 0,7%% 2009' 2010' 2011' 2012' 2013' 0,0%% -3,3%% 15,00%$ 10,00%$ 5,00%$ 2,09%& 5,59%& 8,07%& 13,38%& 15,55%& 17,01%& 12,3%& 8%& Taux$de$CAF$$ Seuil$d'alerte$ Moyen$du$panel$!10,0%'!15,0%' -8,8%% -11,9%% Taux'd'épargne'de'ges9on' Taux'd'épargne'brute' T'aux'd'pargne'ne=e' Seuil'd'alerte' 0,00%$ Bagnolet& La&Courneuve& Noisy>le>Sec& Neuilly>sur>Marne& Villepinte& Clichy>sous>Bois& Tremblay>en>France& Gagny& 10

11 A Objectifs et méthodologie de l analyse rétrospective B U n b u d g e t h a n d i c a p é p a r l a f a i b l e s s e d e l autofinancement C Evolution des principales ressources de fonctionnement D Evolution des principales dépenses de fonctionnement E Un programme d équipement déconnecté des moyens de la Ville F Une solvabilité dégradée 11

12 C Evolution des principales ressources de fonctionnement (1) Les recettes réelles de fonctionnement (RRF) s élèvent en 2013 à 64,2M, soit une diminution de 1,93% par rapport à 2008 (-0,4% par an en moyenne) Ramenées à la population, elles représentent près de par habitant en 2013 soit un niveau supérieur (+27,6%) à la moyenne de la strate située à /hab. 75"000" Evolu:on#des#rece<es#réelles#de#fonc:onnement# 65"000" 55"000" En#milliers#d' # 45"000" 35"000" 65#501# 68#691# 69#041# 67#560# 67#630# 64#238# 25"000" 15"000" 5"000" 2008# 2009# 2010# 2011# 2012# 2013# Rece-es"réelles"de"fonc6onnement" 12

13 C Evolution des principales ressources de fonctionnement (2) La structure des recettes réelles de fonctionnement évolue sensiblement sur la période étudiée en raison de la création de la CA Est-Ensemble et du recul des dotations d Etat. Structure'des'rece:es'réelles'de'fonc1onnement'en'2013' Autres'RRF' 8%' 120,0%$ Evolu3on&des&différentes&rece>es&réelles&de&fonc3onnement&& Dota1ons'd'Etat' 14%' Tarifica1ons' 6%' Impôts'directs'hors' compensa1on' 38%' 100,0%$ 80,0%$ 60,0%$ 40,0%$ 20,0%$ 13,2%& 17,7%& 9,2%& 5,8%& 3,6%& 50,6%& 11,2%& 16,8%& 8,7%& 6,6%& 2,7%& 54,0%& 24,1%& 30,0%& 26,7%& 26,1%& 11,3%& 8,1%& 8,1%& 9,8%& 13,1%& 13,6%& 14,1%& 13,9%& 7,1%& 10,4%& 6,4%& 6,6%& 5,8%& 10,8%& 4,7%& 6,3%& 1,4%& 2,1%& 2,5%& 2,0%& 31,6%& 32,6%& 32,8%& 38,2%& Autres'rece:es'fiscales' 6%' A:ribu1on'de' compensa1on' 26%' Compensa1ons'fiscales' 2%' 0,0%$ 2008& 2009& 2010& 2011& 2012& 2013& Impôts&directs&hors&compensa3on& Compensa3ons&fiscales& Autres&rece>es&fiscales& Tarifica3ons& Dota3ons&d'Etat& Autres&RRF& A>ribu3on&de&compensa3on& 13

14 C Evolution des principales ressources de fonctionnement (3) évolution de la fiscalité directe En 2013, le produit des 3 taxes s élève à 24,56M en hausse de 25,4% par rapport à Cette hausse résulte notamment de l effet taux au cours de l exercice En effet, les trois taux de «taxes ménages» ont été augmentés de 10% au cours de l année Ainsi, la TEOM a connu de fortes évolutions sur la période étudié et plus particulièrement avant le transfert de cette compétence à la CAEE. En effet, entre 2008 et 2010, le produit de TEOM a été en effet multiplié par 2,9. Milliers!d'! Evolu8on!du!produit!de!TEOM!!5!000!!!!!4!500!!!!!4!634!!!!!4!000!!!!!3!500!!!!!3!000!!!!!2!500!!!!!2!000!!!!!2!465!!!!!1!500!!!!!1!000!!!!!1!620!!!!!!500!!!!!!21!!!!!!28!!!!!!27!!!!!"!!!!!! 2008! 2009! 2010! 2011! 2012! 2013! TEOM! Milliers'd' ' 45"000" 40"000" 35"000" 30"000" 25"000" 20"000" 15"000" 10"000" 5"000" 0" Evolu1on"du"produit"de"fiscalité"et"des"compensa1ons"perçus"" 16"422" 14"384" 13"431" 13"766" 14"140" 14"620" 14"830" 11"843" 6"448" 7"216" 7"386" 7"642" 7"815" 8"103" 2"354" 1"883" 1"524" 1"674" 1"503" 1"403" 2008" 2009" 2010" 2011" 2012" 2013" TP"/"CFE" TFNB" TFB" TH" Autres"" 14

15 C Evolution des principales ressources de fonctionnement (4) le potentiel fiscal Le potentiel fiscal 3 taxes de la Ville de Bagnolet s élève à 28,86M en 2013, soit près de 838,53 / habitant. Or, la collectivité enregistre un produit de contributions directes de 24,56M (soit un montant de 713 /hab.) qui résulte de l application de taux communaux plus faibles que les taux moyens nationaux (cf tableau ci-dessous) : Taux communaux Taux moyen de la strate Taux plafonds Département (2013) (2013) Région 2013 National 2013 TH 15,88% 18,00% 61,85% 16,04% 16,06% 18,00% TFB 21,79% 23,37% 52,53% 22,17% 19,70% 23,39% TFNB 22,24% 58,48% 121,98% 37,15% 60,95% 58,50% Communes de à habitants appartenant à un groupement en FPU Source : de la Ville de Bagnolet, Analyses du Comptable Public et D.G.C.L La mesure du potentiel fiscal doit être complétée par celle du potentiel financier, qui intègre la dotation forfaitaire de DGF dans la comparaison de la richesse financière potentielle d une commune. Avec un potentiel financier de 1471,48 par habitant en 2013, la Ville de Bagnolet apparaît 22,2% au dessus du potentiel financier moyen de la strate (1203,95 /hab.). 15

16 C Evolution des principales ressources de fonctionnement (5) la fiscalité indirecte La fiscalité indirecte de la Ville de Bagnolet, qui s élève à 1,96 M en 2013, est composée : Evolu-on!des!différentes!contribu-ons!indirectes!!!3000!000!!!!!2500!000!!!!!2000!000!!!!!1500!000!!!!!1000!000!!!!!500!000!!!!!"!!!!!! 2008$ 2009$ 2010$ 2011$ 2012$ 2013$ Droits$de$sta1onnement$ 312$763$$$$ 271$394$$$$ 326$559$$$$ 239$738$$$$ 311$958$$$$ 227$600$$$$ Autres$taxes$ 80$192$$$$ 238$212$$$$ 564$629$$$$ 144$297$$$$ 121$611$$$$ 100$593$$$$ Taxe$sur$l'électricité$ 477$218$$$$ 571$894$$$$ 582$086$$$$ 572$709$$$$ 589$503$$$$ 301$703$$$$ Taxe$de$Séjour$ B$$$$$$ 300$000$$$$ 13$$$$ 665$295$$$$ 727$762$$$$ 331$235$$$$ Droits$de$muta1on$$ 1287$226$$$$ 668$563$$$$ 1088$673$$$$ 1330$568$$$$ 1139$433$$$$ 1001$240$$$$ Total$des$contribu1ons$indirectes$ 2157$398$$$$ 2050$063$$$$ 2561$959$$$$ 2952$607$$$$ 2890$267$$$$ 1962$371$$$$!3000!000!!!!!2500!000!!!!!2000!000!!!!!1500!000!!!!!1000!000!!!!!500!000!!!!!"!!!!!! Droits de mutation (51%) : soit près de 1,00 M en 2013 ce qui représente une diminution de -22,2% par rapport à 2008 où les droits de mutations représentaient 60% (1,29M ) de la fiscalité indirecte totale. Taxe de séjour (17%) : qui représente près de 331,2 k en Il convient de noter que la Ville de Bagnolet ne percevait pas cette taxe en Taxe sur l électricité (15%) : 301,7k en 2013 qui connaît une évolution à la baisse de -36,8%. En effet la taxe sur l électricité représentait 22% (477k ) de la fiscalité indirecte totale en Droits de stationnement (12%) : soit près de 227,6k en Ces derniers connaissent une diminution de 27,2% par rapport à 2008 où ils représentaient 14% (313k ) des contributions indirectes. Autres taxes (5%) : qui représentent près de 100,6k en 2013 et connaissent une progression de +25,4% par rapport à 2008 où ces dernières représentaient 4% (80k ) de la fiscalité indirecte perçue par la Ville de Bagnolet. 16

17 C Evolution des principales ressources de fonctionnement (6) l évolution de l attribution de compensation Evolu7on!de!l'A<ribu7on!de!compensa7on!! Milliers!!25!000!!!!!20!000!!!!!15!000!!!!!10!000!!!!!16!634!!!!!20!251!!!!!18!078!!!!!16!736!!!!!5!000!!!!!"!!!!!!!"!!!!!!!"!!!!!! 2008! 2009! 2010! 2011! 2012! 2013! La forte forte hausse de l AC en 2011 compétence «collecte des déchets». A(ribu-on!de!compensa-on!! est directement liée au transfert de la En effet, la taxe d enlèvement des ordures ménagères (TEOM), était de 4,63M en Or, il a été évalué que la Ville avait transféré 1,28 M de charges directement liées à la collecte des déchets. La différence entre la fiscalité TEOM perçue et les charges nettes effectivement transférées vient donc alimenter à la hausse l attribution de la Ville à hauteur de 3,53M soit près de 20,2% de ladite attribution de compensation en

18 C Evolution des principales ressources de fonctionnement (7) l évolution générale des dotations Les dotations à périmètre constant (hors dotations transférées à la CAEE comme la «compensation part salaires»), il s avère que les dotations perçues par la Ville de Bagnolet ont connu deux phases d évolution : : Où la Ville a vu son montant global de dotations d Etat hors «compensation part salaires» évoluer à la hausse (+3,6%) : les dotations hors compensation de part salaire connaissent une tendance baissière (-5,7%). Dota6ons"perçues"par"la"Commune" Milliers" 14$000$ 12$000$ 368" 371" 10$000$ 1"328" 1"355" 372" 372" 372" 372" 8$000$ 2"288" 2"307" 1"516" 1"539" 1"565" 1"592" 6$000$ 3"760" 3"685" 3"612" 3"450" 3"243" 3"048" 4$000$ 2$000$ 3"551" 3"791" 3"827" 3"787" 3"777" 3"786" 0$ 2008$ 2009$ 2010$ 2011$ 2012$ 2013$ Compensa0on$baisse$DCTP$ 368$320$ 371$267$ 372$381$ 372$381$ 372$381$ 372$381$ Dota0on$de$solidarité$urbaine$ 1$327$988$ 1$354$548$ 1$516$027$ 1$538$767$ 1$564$926$ 1$592$312$ Compensa0ons$part$salaires$ 2$288$198$ 2$306$504$ 0$ 0$ 0$ 0$ Complément$de$garan0e$ 3$760$480$ 3$685$270$ 3$611$565$ 3$449$885$ 3$242$892$ 3$048$318$ Dota0on$superficie$ 814$ 825$ 828$ 828$ 828$ 828$ Dota0on$de$base$ 3$550$669$ 3$791$371$ 3$827$040$ 3$786$932$ 3$776$549$ 3$785$725$ 18

19 C Evolution des principales ressources de fonctionnement (8) 4 grands points à retenir : La Ville de Bagnolet dispose de recettes réelles/hab. supérieure (+27,6%) à la moyenne de la strate La Ville pratique une politique d imposition plus faible que celle constatée au niveau de la strate et au niveau national Le poids des reversements de la CAEE (attribution de compensation) joue un rôle important au sein des recettes réelles de fonctionnement (l AC représente près de 26,1% des RRF) A partir de 2011, le budget connaît une pression supplémentaire avec une diminution (-5,7%) des dotations d Etat Conclusion : Bien que nettement supérieures à la moyenne, les recettes de fonctionnement reculent et tendent à se rigidifier 19

20 A Objectifs et méthodologie de l analyse rétrospective B U n b u d g e t h a n d i c a p é p a r l a f a i b l e s s e d e l autofinancement C Evolution des principales ressources de fonctionnement D Evolution des principales dépenses de fonctionnement E Un programme d équipement déconnecté des moyens de la Ville F Une solvabilité dégradée 20

21 D Evolution des principales dépenses de fonctionnement (1) En 2013, les dépenses réelles de fonctionnement s établissent à 62,89 M soit près de par habitant. Ce volume est supérieur (+35,4%) à la moyenne de la strate qui atteint par habitant cette même année. 75"000" Evolu1on#des#dépenses#réelles#de#fonc1onnement# 65"000" 55"000" 45"000" 35"000" 64#635# 64#947# 65#451# 60#202# 60#714# 62#892# 25"000" 15"000" 5"000" 2008# 2009# 2010# 2011# 2012# 2013# 21

22 D Evolution des principales dépenses de fonctionnement (2) Structure(des(dépenses(réelles(de(fonc6onnement((en%(des(receCes(de( fonc6onnement)(en(2013( Epargne(brute( 2%( Autres(dépenses( 25%( Personnel( 63%( Subven6ons( 3%( Frais(financiers( 7%( 22

23 D Evolution des principales dépenses de fonctionnement (3) 70,0%$ 60,0%$ 50,0%$ 40,0%$ 30,0%$ 20,0%$ 10,0%$ 0,0%$ 47,0%& Clichy4sous4Bois& ComparaKf&du&poids&des&dépenses&de&personnels&dans&les&RRF&des& villes&entre&30&000&et&40&000&habitants&en&seine4saint4denis& 52,1%& Gagny& 52,2%& Neuilly4sur4Marne& Tremblay4en4France& 59,4%& 59,8%& 60,4%& 61,3%& La&Courneuve& Villepinte& Noisy4le4Sec& 63,1%& Bagnolet& 56,9%& 54,32%& En s affichant à 40,5M en 2013, le personnel constitue de loin le premier poste avec un peu plus de 63% des recettes réelles de fonctionnement. Exprimées en euro par habitant, les dépenses de personnel atteignent près de /habitant pour la Ville de Bagnolet contre 733 /habitant en moyenne pour les villes de même strate. 8,0%$ 7,0%$ 6,0%$ 5,0%$ 4,0%$ 3,0%$ 2,0%$ 1,0%$ 0,0%$ Neuilly1sur1Marne% Part$des$dépenses$de$personnel$dans$les$RRF$ Moyenne$de$la$strate$ Moyenne$du$panel$$ ComparaHf%du%poids%des%frais%financiers%dans%les%RRF%des% communes%entre%30%000%et%40%000%habitants%en%seine1saint1denis% 0,1%% 0,1%% Tremblay1en1France% La%Courneuve% 1,5%% 1,7%% Gagny% 2,0%% Villepinte% 2,3%% Clichy1sous1Bois% 4,3%% Noisy1le1Sec% Poids$des$frais$financiers$ Moyenne$de$la$Strate$ Moyenne$du$panel$$ 7,4%% Bagnolet% 3,23%% 2,4%% Les frais financiers, qui constituent le 3 ème poste de dépense, représentent près de 4,73M soit une augmentation de +28,5% par rapport à Ramené en euro par habitant, ce poste représente près de 137 /habitant en 2013 quand la moyenne des villes de même strate se situe autour de 44 /habitant selon la DGCL. 23

24 Milliers! D Evolution des principales dépenses de fonctionnement (4) les dépenses de personnel!50!000!!!!!45!000!!!!!40!000!!!!!35!000!!!!!30!000!!!!!25!000!!!!!20!000!!!!!15!000!!!!!10!000!!!!!5!000!!!!!"!!!!!! Evolu5on!des!charges!de!personnel!!!44!085!!!!!42!240!!!!!40!603!!!!!39!902!!!!!40!626!!!!!40!522!!!! 2008! 2009! 2010! 2011! 2012! 2013! Charges!de!personnel!! De 2012 à 2013 : hausse progressive des dépenses de personnel qui augmentent de +1,55% par rapport à Cette tendance est difficilement explicable puisqu elle s inscrit dans un mouvement inverse à la logique de transferts effectués auprès de la CAEE. L exercice 2013 aurait, du seul fait des transfert de compétences, dû se caractériser par une diminution d environ 1,5M des charges de personnel. Pour rappel, en 2012, la CAEE s est vu transférer notamment les compétences «habitat», «développement économique» et «équipements sportifs et culturels» qui représentent, d après la CLECT de décembre 2012, environ 2,6M de charges de personnel (2,4M de personnel affectés aux compétences auxquelles s ajoutent environ 240k de charges liées aux fonctions ressources et charges de gestion). Néanmoins, la Commune de Bagnolet a conservé les agents affectés à ces compétences toute l année 2012 et une partie de l année 2013 (en contrepartie, une refacturation à la CAEE a été mise en place). Le coût de ses agents s est élevé, selon la direction des ressources humaines de la Commune à environ 2,6M en 2012 et à 1,1M en 2013 (agents intégrés progressivement aux effectifs de la CAEE courant 2013). Ainsi, les charges de personnel auraient dû diminuer de 1,5M en 2013 (et à nouveau 1,1M en 2014), leur croissance ne pouvant s expliquer que par des recrutements Une analyse de cohérence avec les documents reflétant l évolution des effectifs de la Ville entre 2008 et 2013 ne permet d expliquer les variations des dépenses de personnel constatées. En effet, les recensements réalisés avant 2013 font apparaître des variations importantes en terme d effectifs qui se révèlent incohérentes avec les évolutions des comptes administratifs. 24

25 D Evolution des principales dépenses de fonctionnement (5) les dépenses de personnel Filière animation Filière police municipale Filière médico-technique Filière médico-sociale Filière sociale Filière sportive Filière culturelle Filière technique ETP pour 100 habitants par filière La prédominance de la filière technique : La comparaison des effectifs entre Communes doit être réalisée avec prudence, tant le nombre d ETP dépend fortement de l appartenance à un EPCI ou des modes de gestion des services. Filière administrative - 0,20 0,40 0,60 0,80 1,00 1,20 1,40 CAMY Orsay Bagnolet Levallois-Perret Villejuif Boulogne-Billancourt Argenteuil Asnières-sur-seine Part des effectifs de titulaires par catégorie 78% 83% 84% Catégorie C 80% 82% 81% 83% 12% Boulogne 11% 11% Orsay Catégorie B 12% 10% Bagnolet 13% Levallois-Perret 9% Villejuif 10% 6% Argenteuil Catégorie A 5% 7% Asnières-sur-seine 8% 6% 8% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% L importance des catégories C dans l effectif des titulaires : Bagnolet s affiche comme la Commune du panel dont la part d agents de catégorie C est la plus élevée, au détriment de par la part des agents de catégories A. Ce constat s estompe légèrement en intégrant les nontitulaires. Les effectifs non titulaires sont constitués à hauteur de 41% par les agents de catégorie A. Catégorie C Catégorie B Catégorie A Part des effectifs de non- titulaires par catégorie 7% 11% 11% 14% 20% 20% 17% 29% 27% 30% 32% 30% 34% 32% 41% 44% 48% 51% 54% Boulogne Orsay Bagnolet 69% Levallois-Perret Villejuif Argenteuil Asnières-sur-seine 79% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% La Ville de Bagnolet affiche un absentéisme des agents titulaires de 44,8 jours en moyenne contre 33,8 jours pour la moyenne des communes de petite couronne. 25

26 D Evolution des principales dépenses de fonctionnement (6) les charges à caractère général En 2013, les charges à caractère général s élèvent à 13,86M soit une progression de +9,1% par rapport à 2008 et ce à un rythme moyen de +1,75% par an. Les évolutions sont très difficilement analysables, l absence de rigueur dans la tenue de la comptabilité ne garantissant pas l annualité des comptes. La création d Est Ensemble aurait du permettre une diminution de ces dépenses, comme ce fut le cas pour les autres Chagres de gestion courantes. Milliers!!18!000!!!!!16!000!!!!!14!000!!!!!12!000!!!!!10!000!!!!!8!000!!!! Evolu6on!des!charges!à!caractère!général!!!16!119!!!!!15!810!!!!!12!907!!!!!12!708!!!!!11!749!!!!!13!859!!!! Milliers! Evolu6on!des!charges!de!ges6on!courante!!!6!000!!!!!5!000!!!!!5!118!!!!!4!646!!!!!4!000!!!!!4!596!!!!!4!238!!!!!4!545!!!!!3!000!!!!!3!973!!!!!6!000!!!!!2!000!!!!!4!000!!!!!2!000!!!!!1!000!!!!!"!!!!!!!"!!!!!! 2008! 2009! 2010! 2011! 2012! 2013! 2008! 2009! 2010! 2011! 2012! 2013! Charges!à!caractère!général!! Charges!de!ges2on!courante!! 26

27 D Evolution des principales dépenses de fonctionnement (7) les frais financiers Milliers! Indemnités$de$ remboursement$an6cipé$ Intérêts$ra>achement$des$ ICNE$ Evolu5on!des!frais!financiers!! $8$000$$$$ $7$000$$$$ $6$000$$$$ $5$000$$$$ $4$000$$$$ $3$000$$$$ $2$000$$$$ $1$000$$$$ $C$$$$$$!3!681!!!! 2008$ 2009$ 2010$ 2011$ 2012$ 2013$ 757$392$$$$ 5$598$$$$ 16$900$$$$ 14$647$$$$1497$253$$$$ 2100$000$$$$ 287$490$$$$134$071$$$$C77$550$$$$ 43$124$$$$ 185$462$$$$404$287$$$$ Intérêts$réglés$à$l'échance$ 2305$685$$$$ 3126$885$$$$ 3042$622$$$$ 3206$341$$$$ 3723$809$$$$ 4274$965$$$$ Frais$financiers$$ 3680$652$$$$ 3387$756$$$$ 3044$364$$$$ 3265$245$$$$ 5429$152$$$$ 6831$016$$$$ Les frais financiers stricto sensus progressent de +1,97M entre 2008 et 2013 (soit +85,4% d augmentation).!3!388!!!! Cette pression sur l autofinancement est accentuée par le paiement d importantes pénalités de remboursements anticipés sur les années Le coût de la renégociation des emprunts de la Ville s est traduit par le paiement d une soulte, laquelle a été répartie sur les exercices !3!044!!!!!3!265!!!!!5!429!!!!!6!831!!!!

28 D Evolution des principales dépenses de fonctionnement (8) 3 grands points à retenir : Entre 2010 et 2013 les dépenses réelles repartent à la hausse en dépit de transferts de charges à la CAEE qui auraient du faire baisser ces DRF. Poids prépondérant des dépenses de personnel qui consomment près de 63% des recettes réelles de fonctionnement (part en constante augmentation entre 2008 et 2013). Frais financiers augmentent fortement à partir de 2011 du fait de l évolution «naturelle» des intérêts mais également du fait d une renégociation de la dette s étant traduit par le paiement d une soulte élevée. En conclusion : Le budget de la Ville de Bagnolet est caractérisé par des dépenses de fonctionnement élevées et en croissance en 2013 en dépit des transferts de charges à Est Ensemble. 28

29 A Objectifs et méthodologie de l analyse rétrospective B U n b u d g e t h a n d i c a p é p a r l a f a i b l e s s e d e l autofinancement C Evolution des principales ressources de fonctionnement D Evolution des principales dépenses de fonctionnement E Un programme d équipement déconnecté des moyens de la Ville F Une solvabilité dégradée 29

30 E Un programme d équipement déconnecté des moyens de la Ville (1) En 2013, le niveau des dépenses réelles d investissement hors remboursement de la dette s élève à 21,52M soit 629 par habitants. Sur la période le programme d équipement s est élevé à 115,8M soit 19M par an. Ce montant est très supérieur (+65,9%) à celui de la moyenne de la strate qui s établit en 2013 à 379 par habitant. En# /hab.## 900" Evolu8on#des#dépenses#réelles#d'inves8ssement#(hors# remboursement#de#la#dede)# 45"000" 40"000" Evolu0on#des#dépenses#réelles#d'inves0ssement# 800" 700" 600" 500" 400" 300" 200" 100" 0" 35"000" 12#850# 790# 30"000" 687# 629# 3#630# 8#960# 25"000" 536# 20"000" 3#582# 437# 440# 3#272# 400# 351# 379# 15"000" 300# 327# 27#030# 303# 3#053# 23#526# 10"000" 21#520# 18#358# 15#063# 5"000" 10#256# 2008# 2009# 2010# 2011# 2012# 2013# 0" 2008" 2009" 2010" 2011" 2012" 2013" DRI/hab."Bagnolet" DRI/hab."Strate" Inves/ssement"hors"de6e" Remboursement"d'emprunt" 30

31 E Un programme d équipement déconnecté des moyens de la Ville (2) L analyse de la structure de financement des investissements fait apparaître une structure nettement déséquilibrée. L autofinancement ne constitue que la 4 ème source de financement des investissement et ce à hauteur de 20,6%. Une structure de financement équilibrée est caractérisée avant tout par une utilisation de l autofinancement. Les produits des aliénations diverses : qui comprennent notamment les cessions d immobilisation (compte 775) et qui constitue la première source de financement des investissements. Structure&de&financement&des&invesDssements& ) &fonds&de&roulement& )10,5%& AliénaDons&et&divers& 35,5%& 32,2%& FCTVA,&ressources&externes& 22,2%& Epargne&brute& 20,6%&!20,0%&!10,0%& 0,0%& 10,0%& 20,0%& 30,0%& 40,0%& 31

32 E Un programme d équipement déconnecté des moyens de la Ville (2) Les ventes d actifs ne peuvent constituer un mode de financement récurrent puisqu il procure des recettes non garanties mais surtout très erratiques. Par ailleurs, il s agit d une recette budgétaire participant à l équilibre du budget. Or, dans le cas de la Ville de Bagnolet, l émission des titres s est fait de façon trop anticipée. Fin 2013 (appréciée au compte de gestion 2013), le stock des sommes à encaisser au titre des ventes s élevait à 14,4M. Adresse Objet Acquéreur Montant Actes Ecritures budgétaires Commentaires SCCV avenue construction d un programme de promesse de Vente Inscription eu BP 2012 et 109/131 avenue Gambetta Gambetta (Bouygues ,00 cession encaissement à prévoir en 2015 logements signée en juillet 2011 titre de recette émis Imestia) 4/6 rue A. Lahaye avenue de la République 195 avenue Gambetta construction d un programme de logements construction d un programme mixte construction d un programme mixte Société BATITERRE ,00 Groupe Faubourg Immobilier ,00 SOGEPROM HABITAT ,00 Total des recettes titrées ,00 Total des recettes encaissées ,00 Titre à annuler ,00 Total des recettes à encaisser ,00 promesse de Vente signée en novembre 2011 promesse de Vente signée en décembre 2010 Vente en décembre 2012 Inscription eu BP 2012 et titre de recette émis Inscription eu BP 2012 et titre de recette émis Insctitpion au BP 2013 et titre de recettes émis Vente libre de tout recours depuis septembre 2014 donc cette somme est à percevoir, Vente annulée donc une écriture en dépense d'investissement sera à inscrire au BP versés en attente du solde 32

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard

Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE BELLEGARDE Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard PRESENTATION DE LA COMMUNE La Commune de Bellegarde compte

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire Sommaire Les finances des communes en 215......................... p. 3 Les finances des groupements à fiscalité propre en 215........... p. 6 Quelles projections financières sur le mandat 214-219?..........

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé Commune de Nieppe Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014 Jacques Dufour - associé Aurélie Serrano Maxime Gallet Objet de la mission La ville de Nieppe a confié

Plus en détail

Trésorerie de Felletin

Trésorerie de Felletin ANALYSE FINANCIERE ET FISCALE DE LA COMMUNE DE FELLETIN 211//213 Trésorerie de Felletin INTRODUCTION L analyse financière rétrospective, réalisée en avril 214, concerne la période de gestion des exercices

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 Au 1 er janvier 2005, la France métropolitaine compte 35 684 communes de moins de 10 000 regroupant 30,7 millions d, soit 51 % de la population

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet KPMG Secteur public 12 décembre 2014 Sommaire page 1. Analyse financière rétrospective 2008-2013.. 3 2. Analyse financière prospective.. 23 Conclusion.

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat ABCD SECTEUR PUBLIC Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat Conseil Municipal du 24 juin 2014 Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer d une analyse objective et

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES

57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES Jean-Pierre COBLENTZ et l équipe de Stratorial Finances Contacts

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ Cette étude, réalisée en novembre 2009, porte sur le budget principal de la commune et concerne les années 2004 à 2008. Les données sont exprimées en euros.

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

Ville de Crégy-lès-Meaux

Ville de Crégy-lès-Meaux Ville de Crégy-lès-Meaux Audit de début de mandat Janvier 2009 Les Hauts de Villiers 2 rue de Villiers - 92309 LEVALLOIS-PERRET CEDEX Téléphone : 01.78.66.03.40. - Télécopie : 01.78.66.03.41 2009 KPMG

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD ANALYSE DE LA SITUATION DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD Document du 26 janvier 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Pierre BEJJAJI Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 Intervention du Président du Conseil général ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 www.cg47.fr Diapositive n 1 : Section de fonctionnement : évolution des dépenses réelles en M 350 300 250 200 150 100 50 0 Evolution

Plus en détail

Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS

Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS ANALYSE FINANCIERE DE MOIGNY SUR ECOLE EXERCICES 2009 à 2011 Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS PRÉSENTATION DE LA COLLECTIVITÉ Moigny-sur-Ecole est une commune composée de 1 316 habitants

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Communauté de communes Tarn et Dadou Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Présentation du

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE

ANALYSE FINANCIERE DE ANALYSE FINANCIERE DE CRESSENSAC Trésorerie de Martel PRESENTATION DE LA COMMUNE La présente analyse financière a été réalisée au cours du mois de juillet 2010; elle porte sur les exercices 2005 à 2009.

Plus en détail

Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS

Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS (091 034 286) 6 ème section N /G/126/n A.52 Séance du 5 août 2003 RECOMMANDE AVEC A.R. Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DU SIAEP DE LA HAUTE VALLEE DE LA CREUSE

SITUATION FINANCIERE DU SIAEP DE LA HAUTE VALLEE DE LA CREUSE SITUATION FINANCIERE DU SIAEP DE LA HAUTE VALLEE DE LA CREUSE L'analyse financière rétrospective, réalisée en octobre 214, par le trésorier du Centre des Finances Publiques de Felletin, concerne la période

Plus en détail

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera :

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera : SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUCATS Cette analyse retraite les résultats financiers des 5 dernières années pour déterminer comment la commune de Saucats parvient à couvrir ses charges de fonctionnement

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

Audit financier et fiscal

Audit financier et fiscal Audit financier et fiscal Eléments synthétiques tiques extraits de l auditl Juin 2008 Territoires & Conseil 12 rue de Castiglione 75001 Paris Territoires-et-conseil@wanadoo.fr Tél.: 01.53.34.07.17 1 La

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé :

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé : REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL & ENVIRONNEMENTAL Session plénière du 25 mai 2011 Avis adopté à l unanimité (-10 abstentions / Groupe CGT) Le Président Gérard MAURICE Avis du Conseil

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Exercices 2011 à 2013

Exercices 2011 à 2013 ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU Exercices 211 à 213 Avril 214 Centre des Finances Publiques de LANNILIS PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ Cette étude porte sur les exercices 211 à 213 et

Plus en détail

Ville de Beaucourt. Analyse financière rétrospective 2005-2012. Conseil municipal du 18 juin 2013

Ville de Beaucourt. Analyse financière rétrospective 2005-2012. Conseil municipal du 18 juin 2013 Ville de Beaucourt Analyse financière rétrospective 2005-2012 Conseil municipal du 18 juin 2013 Sommaire Page Fiscalité 2 Budget de fonctionnement 7 Soldes intermédiaires de gestion 13 Investissements

Plus en détail

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014 Analyse financière de la commune de Bassens Présentation des résultats 1 er juillet 2014 Sommaire Introduction 1. Analyse de l évolution des soldes de gestion retraités 2. Effort d investissement et choix

Plus en détail

COMMUNE DE GRIGNY (91)

COMMUNE DE GRIGNY (91) (091 034 286) 6 ème section N /G/127/n A-08 Séance du 9 avril 2014 RECOMMANDE AVEC A.R COMMUNE DE GRIGNY (91) s 2014 et comptes administratifs 2013 «Ville» annexe de la régie autonome du renouvellement

Plus en détail

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014 Ville de SaintPéray Analyse financière de la ville de SaintPéray 20082020 Juillet 2014 1 Fiche d identité de la commune DONNEES 2013 Le territoire de Saint Peray L appréciation de la richesse financière

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB!

ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB! ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB! 16 septembre 2014 Caroline GRAOUER & Christian ESCALLIER Cabinet Michel Klopfer 6 bis, rue de Larminat 75015 Paris Tél. : 01

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

Ville de Hyères les Palmiers

Ville de Hyères les Palmiers Ville de Hyères les Palmiers Analyse financière rétrospective et prospective du budget principal de la ville Conseil Municipal du 16 septembre 2014 16 septembre 2014 Ville de Hyères / slide 1 Sommaire

Plus en détail

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis 26 janvier 2012 2 OCTOBRE 2009 6 rue du Général de Larminat

Plus en détail

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007 LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE Le budget est l'acte par lequel sont prévues et autorisées par l'assemblée délibérante les recettes et les dépenses d'un exercice. Le budget de la Communauté

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

s f r t s i e és e e t l i r t e i r on i

s f r t s i e és e e t l i r t e i r on i yse t l s f a n ii A m i r sp s t e g e bud gr and i és t v i t ec l col ocal L t i éd acr i x e par esded e é s i ud or um Ét éal r s F e e d d L u on i i Ét esf r ect r o i t a D v a l bser O l t e 2

Plus en détail

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009 BILAN 211 - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 21 et 29 - Les dépenses de fonctionnement sont en baisse et les recettes augmentent - Ainsi la capacité d autofinancement

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés».

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés». Dette Dette L ENDETTEMENT L administration municipale a recours à l emprunt à long terme principalement pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est influencé par

Plus en détail

Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014. Salle Jean MARION

Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014. Salle Jean MARION Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014 Salle Jean MARION Chasse-sur-Rhône 2014-2020 Claude BOSIO Maire de Chasse-sur-Rhône Vice-président de ViennAgglo VILLE DE CHASSE-SUR-RHONE

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU Exercices 212 à 214 Centre des Finances Publiques de LANNILIS Mars 215 SOMMAIRE I) LA FORMATION DE L'AUTOFINANCEMENT...4 A) Composantes des charges et des

Plus en détail

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature.

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature. Les finances de la Ville des Abymes *** L HERITAGE La mandature précédente a laissé en héritage une situation très difficile et un emprunt toxique pour y remédier avant les élections de 28. Un déficit

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010

VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010 CABINET MICHEL KLOPFER 6, rue du Général de Larminat 75015 PARIS Tel : 01 43 06 08 10 Fax : 01 47 34 15 83 VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010 Céline BACHARAN 18 octobre 2006 Sommaire

Plus en détail

Compte administratif 2013 & Budget 2014. Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014

Compte administratif 2013 & Budget 2014. Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014 Compte administratif 2013 & Budget 2014 Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014 2014 est «à cheval» sur 2 mandats : 2008 2014 qui se termine fin mars 2014 2014 2020 qui commencera début avril

Plus en détail

BUDGETS PRIMITIFS 2015

BUDGETS PRIMITIFS 2015 BUDGETS PRIMITIFS 215 Communauté d Agglomération de la Vallée de la Marne 1/ Budget principal 2/ Assainissement 17/2/215 1 Contexte Un environnement territorial contraint dans un contexte économique tendu

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS

ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS Présentation par M. LEBRETON, Président de l ADF 9 octobre 2012 1 Glossaire des sigles AIS: Allocations individuelles de solidarité APA: Allocation personnalisée

Plus en détail

Tableau d équilibre du budget 2016 de la MGP (résumé de la note jointe)

Tableau d équilibre du budget 2016 de la MGP (résumé de la note jointe) Tableau d équilibre du budget 2016 de la MGP (résumé de la note jointe) L esquisse du budget 2016 de la MGP présente un montant d épargne brute de 65 M. * * * Cet autofinancement est dégagé grâce à un

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

VILLE d Aix-en-Provence - Analyse 2014

VILLE d Aix-en-Provence - Analyse 2014 VILLE d Aix-en-Provence - Analyse 2014 ACCUEIL La Direction des Finances de la ville d Aix-en-Provence s est montrée coopérative. Le service financier de la commune a su encourager la démarche d ODIS,

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT. Années 2013 / 2014 / 2015

PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT. Années 2013 / 2014 / 2015 PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT Années 2013 / 2014 / 2015 PLAN PLURIANNUEL : METHODE Le plan est basé sur le Budget primitif 2013 La prospective concerne le Fonctionnement (charges et produits réels)

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Note mise à jour de la loi de finances pour 2015 Sommaire Explications préalables... 3 Application aux

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES Conseil Municipal du 24/11/2014 Sommaire 1. Un rappel du cadre légal 2. La situation économique et budgétaire : Monde, Zone Euro et

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE Les centres communaux d action sociale 2 (CCAS) Ils ont vocation à fournir des prestations d action sociale en nature

Plus en détail

ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS

ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS janvier 2009 DOCUMENT DE TRAVAIL 6 rue du Général de Larminat 75015 PARIS Tél.

Plus en détail