Analyse financière de la ville de Bagnolet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse financière de la ville de Bagnolet"

Transcription

1 Analyse financière de la ville de Bagnolet Synthèse Ville de Bagnolet 1

2 Plan de l intervention I Analyse financière rétrospective : Bagnolet une Commune surendettée A Objectifs et méthodologie B Un budget handicapé par la faiblesse de l autofinancement C Evolution des principales ressources de fonctionnement D Evolution des principales dépenses de fonctionnement E Un programme d équipement déconnecté des moyens de la Ville F Une solvabilité dégradée II Analyse financière prospective : vers la mise en place d un plan de redressement. A - Objectifs et méthodologie B - Les principales hypothèses C - Les résultats D Analyse de sensibilité 2

3 A Objectifs et méthodologie de l analyse rétrospective B U n b u d g e t h a n d i c a p é p a r l a f a i b l e s s e d e l autofinancement C Evolution des principales ressources de fonctionnement D Evolution des principales dépenses de fonctionnement E Un programme d équipement déconnecté des moyens de la Ville F Une solvabilité dégradée 3

4 A. Eléments méthodologiques Les indicateurs financiers utilisés pour cette présentation : L épargne brute: ü L épargne brute est la différence entre les recettes réelles de fonctionnement et les dépenses de même nature. Également appelée autofinancement brut. Il s agit de la ressource récurrente dont dispose la Ville pour rembourser l annuité en capital de sa dette (règle de l équilibre budgétaire) et autofinancer ses investissements. ü Rapportée aux recettes réelles de fonctionnement, on obtient le taux d épargne, dont le minimum doit se situer autour de 8% pour une commune ou une communauté. La solvabilité : ü La capacité de désendettement : rapport exprimé en années entre le capital de la dette et l épargne brute. Exprime le temps nécessaire au remboursement complet de la dette en y consacrant la totalité de l épargne brute disponible. Le seuil critique se situe usuellement entre 12 et 15 ans pour une commune ou un groupement en régime de croisière, mais l on considère que la zone à risques débute dès 10 ans. 4

5 A. Articulation des principaux agrégats utilisés Lecture financière d un budget : Dépenses réelles de gestion courante Recettes réelles de fonctionnement Epargne de gestion Personnel, fluides, prestations de service, maintenance Intérêt de la dette Epargne brute Fiscalité, dotations d'etat, subventions et participations, produits des services Section de fonctionnement Annuité en capital de la dette Dépenses réelles d'investissement Epargne brute FCTVA, subventions Emprunt Section d'investissement 5

6 A. Spécificités méthodologiques liées à l analyse des comptes de la Ville de Bagnolet L'analyse implique des retraitements systématiques afin d'exclure les mouvements non récurrents pour identifier les évolutions structurelles. Ces retraitements opérés à partir des comptes en M14 portent sur les points suivants : Dépenses réelles de fonctionnement : ré-imputation en investissement des dépenses réelles de fonctionnement suivantes : Dépenses exceptionnelles (67) Frais d étude (617), Subventions d équipement et fonds de concours (comptes 6571, 6572, 6575), Indemnités de remboursement anticipé (668). Recettes réelles de fonctionnement : ré-imputation en investissement des Produits exceptionnels (77), Indemnités de sinistre (7911). Indépendamment de ces retraitements standards, l analyse financière de la Ville de Bagnolet se heurte à un problème de sincérité des comptes administratifs. 6

7 A. Spécificités méthodologiques liées à l analyse des comptes de la Ville de Bagnolet (2) En effet, les comptes administratifs de la Ville de Bagnolet sur la période étudiée soulèvent de nombreuses anomalies : Les maquettes comptables ne sont pas renseignées avec rigueur, notamment les annexes : le tableau des effectifs présente de nombreuses incohérences, La comptabilité des dépenses engagées n est pas tenue de façon rigoureuse : ce qui induit une pratique aléatoire des rattachements des charges et des produits à l exercice. De ce fait, les dépenses de fonctionnement enregistrent de fortes variations d un exercice à l autre. L analyse vient également se heurter à des problèmes d accès à l information financière. De nombreuses archives ne sont pas disponibles. L inventaire de la Ville n est pas à jour. Problématique Est-Ensemble : Les flux financiers avec la Communauté d Agglomération Est- Ensemble ne sont pas retranscrits avec rigueur dans les comptes administratifs, générant des dérapages d une année sur l autre. Les sommes constatées dans les comptes administratifs de la Ville diffèrent avec ceux des rapports de la CLECT. La Ville a titré de façon très anticipée des recettes liées à la valorisation d actifs (cession d actif). Cet optimisme a pesé sur la trésorerie de la Ville, les titres de recettes ayant été émis (impact sur les recettes du compte administratif) mais le recouvrement non effectué, dans la mesure où les cessions sont intervenues (ou sont en passe de l être) sur des exercices postérieurs. 7

8 A Objectifs et méthodologie de l analyse rétrospective B U n b u d g e t h a n d i c a p é p a r l a f a i b l e s s e d e l autofinancement B Evolution des principales ressources de fonctionnement C Evolution des principales dépenses de fonctionnement D Un programme d équipement déconnecté des moyens de la Ville E Une solvabilité dégradée 8

9 B Un budget handicapé par la faiblesse de l autofinancement (1) Fin 2013, l épargne brute de la Ville s élève à 1,35 M. et représente 2,1% des recettes réelles de fonctionnement. Le taux atteint en 2013 est particulièrement faible au regard des taux des communes comparables (12,3%) et du taux plancher (8%). Evolu1on#de#l'épargne#brute#avec#AC# 80"060" 8"000" 70"060" 60"060" 65#501# 68#691# 69#041# 64#635# 64#947# 65#451# 67#560# 67#630# 60#202# 60#714# 64#238# 62#892# 7"000" 6"000" 50"060" 5"000" 40"060" 7#358# 6#916# 4"000" 30"060" 3"000" 20"060" 3#744# 3#590# 2"000" 10"060" 60" 866# 2008# 2009# 2010# 2011# 2012# 2013# Epargne"brute" Rece7es"réelles"de"fonc>onnement" Dépenses"réelles"de"fonc>onnement" Fin 2013, la Ville présente un niveau particulièrement faible d autofinancement et ne dispose plus d autofinancement net. 1#345# 1"000" 0" 9

10 B Un budget handicapé par la faiblesse de l autofinancement (2) Le taux d épargne brute - se situe à 2,1% en Le niveau d épargne brute 2013 témoigne de fortes tensions budgétaires et soulève également un réel problème d équilibre budgétaire à très court terme. On notera de plus que sur les 6 exercices étudiés le niveau de cet indicateur n a été que 2 fois supérieur au seuil d alerte de 8%. Les finances de la Ville Bagnolet ont été structurellement dans une situation tendue depuis Bagnolet est la ville de Seine Saint Denis (strate et habitants) présentant le taux d épargne brute le plus faible. 20,0%' Evolu4on%des%taux%d'épargne%(avec%AC)% 25,00%$ ComparaJf&des&communes&entre&30&000&et&40&000&habitants&de&Seine& Saint&Denis&& 15,0%' 15,7%% 16,0%% 20,00%$ 17,61%& 19,21%& 10,0%' 5,0%' 0,0%'!5,0%' 10,4%% 10,9%% 10,2%% 9,6%% 9,5%% 8%% 6,9%% 5,4%% 5,2%% 5,5%% 2,1%% 1,3%% 2008' 0,7%% 2009' 2010' 2011' 2012' 2013' 0,0%% -3,3%% 15,00%$ 10,00%$ 5,00%$ 2,09%& 5,59%& 8,07%& 13,38%& 15,55%& 17,01%& 12,3%& 8%& Taux$de$CAF$$ Seuil$d'alerte$ Moyen$du$panel$!10,0%'!15,0%' -8,8%% -11,9%% Taux'd'épargne'de'ges9on' Taux'd'épargne'brute' T'aux'd'pargne'ne=e' Seuil'd'alerte' 0,00%$ Bagnolet& La&Courneuve& Noisy>le>Sec& Neuilly>sur>Marne& Villepinte& Clichy>sous>Bois& Tremblay>en>France& Gagny& 10

11 A Objectifs et méthodologie de l analyse rétrospective B U n b u d g e t h a n d i c a p é p a r l a f a i b l e s s e d e l autofinancement C Evolution des principales ressources de fonctionnement D Evolution des principales dépenses de fonctionnement E Un programme d équipement déconnecté des moyens de la Ville F Une solvabilité dégradée 11

12 C Evolution des principales ressources de fonctionnement (1) Les recettes réelles de fonctionnement (RRF) s élèvent en 2013 à 64,2M, soit une diminution de 1,93% par rapport à 2008 (-0,4% par an en moyenne) Ramenées à la population, elles représentent près de par habitant en 2013 soit un niveau supérieur (+27,6%) à la moyenne de la strate située à /hab. 75"000" Evolu:on#des#rece<es#réelles#de#fonc:onnement# 65"000" 55"000" En#milliers#d' # 45"000" 35"000" 65#501# 68#691# 69#041# 67#560# 67#630# 64#238# 25"000" 15"000" 5"000" 2008# 2009# 2010# 2011# 2012# 2013# Rece-es"réelles"de"fonc6onnement" 12

13 C Evolution des principales ressources de fonctionnement (2) La structure des recettes réelles de fonctionnement évolue sensiblement sur la période étudiée en raison de la création de la CA Est-Ensemble et du recul des dotations d Etat. Structure'des'rece:es'réelles'de'fonc1onnement'en'2013' Autres'RRF' 8%' 120,0%$ Evolu3on&des&différentes&rece>es&réelles&de&fonc3onnement&& Dota1ons'd'Etat' 14%' Tarifica1ons' 6%' Impôts'directs'hors' compensa1on' 38%' 100,0%$ 80,0%$ 60,0%$ 40,0%$ 20,0%$ 13,2%& 17,7%& 9,2%& 5,8%& 3,6%& 50,6%& 11,2%& 16,8%& 8,7%& 6,6%& 2,7%& 54,0%& 24,1%& 30,0%& 26,7%& 26,1%& 11,3%& 8,1%& 8,1%& 9,8%& 13,1%& 13,6%& 14,1%& 13,9%& 7,1%& 10,4%& 6,4%& 6,6%& 5,8%& 10,8%& 4,7%& 6,3%& 1,4%& 2,1%& 2,5%& 2,0%& 31,6%& 32,6%& 32,8%& 38,2%& Autres'rece:es'fiscales' 6%' A:ribu1on'de' compensa1on' 26%' Compensa1ons'fiscales' 2%' 0,0%$ 2008& 2009& 2010& 2011& 2012& 2013& Impôts&directs&hors&compensa3on& Compensa3ons&fiscales& Autres&rece>es&fiscales& Tarifica3ons& Dota3ons&d'Etat& Autres&RRF& A>ribu3on&de&compensa3on& 13

14 C Evolution des principales ressources de fonctionnement (3) évolution de la fiscalité directe En 2013, le produit des 3 taxes s élève à 24,56M en hausse de 25,4% par rapport à Cette hausse résulte notamment de l effet taux au cours de l exercice En effet, les trois taux de «taxes ménages» ont été augmentés de 10% au cours de l année Ainsi, la TEOM a connu de fortes évolutions sur la période étudié et plus particulièrement avant le transfert de cette compétence à la CAEE. En effet, entre 2008 et 2010, le produit de TEOM a été en effet multiplié par 2,9. Milliers!d'! Evolu8on!du!produit!de!TEOM!!5!000!!!!!4!500!!!!!4!634!!!!!4!000!!!!!3!500!!!!!3!000!!!!!2!500!!!!!2!000!!!!!2!465!!!!!1!500!!!!!1!000!!!!!1!620!!!!!!500!!!!!!21!!!!!!28!!!!!!27!!!!!"!!!!!! 2008! 2009! 2010! 2011! 2012! 2013! TEOM! Milliers'd' ' 45"000" 40"000" 35"000" 30"000" 25"000" 20"000" 15"000" 10"000" 5"000" 0" Evolu1on"du"produit"de"fiscalité"et"des"compensa1ons"perçus"" 16"422" 14"384" 13"431" 13"766" 14"140" 14"620" 14"830" 11"843" 6"448" 7"216" 7"386" 7"642" 7"815" 8"103" 2"354" 1"883" 1"524" 1"674" 1"503" 1"403" 2008" 2009" 2010" 2011" 2012" 2013" TP"/"CFE" TFNB" TFB" TH" Autres"" 14

15 C Evolution des principales ressources de fonctionnement (4) le potentiel fiscal Le potentiel fiscal 3 taxes de la Ville de Bagnolet s élève à 28,86M en 2013, soit près de 838,53 / habitant. Or, la collectivité enregistre un produit de contributions directes de 24,56M (soit un montant de 713 /hab.) qui résulte de l application de taux communaux plus faibles que les taux moyens nationaux (cf tableau ci-dessous) : Taux communaux Taux moyen de la strate Taux plafonds Département (2013) (2013) Région 2013 National 2013 TH 15,88% 18,00% 61,85% 16,04% 16,06% 18,00% TFB 21,79% 23,37% 52,53% 22,17% 19,70% 23,39% TFNB 22,24% 58,48% 121,98% 37,15% 60,95% 58,50% Communes de à habitants appartenant à un groupement en FPU Source : de la Ville de Bagnolet, Analyses du Comptable Public et D.G.C.L La mesure du potentiel fiscal doit être complétée par celle du potentiel financier, qui intègre la dotation forfaitaire de DGF dans la comparaison de la richesse financière potentielle d une commune. Avec un potentiel financier de 1471,48 par habitant en 2013, la Ville de Bagnolet apparaît 22,2% au dessus du potentiel financier moyen de la strate (1203,95 /hab.). 15

16 C Evolution des principales ressources de fonctionnement (5) la fiscalité indirecte La fiscalité indirecte de la Ville de Bagnolet, qui s élève à 1,96 M en 2013, est composée : Evolu-on!des!différentes!contribu-ons!indirectes!!!3000!000!!!!!2500!000!!!!!2000!000!!!!!1500!000!!!!!1000!000!!!!!500!000!!!!!"!!!!!! 2008$ 2009$ 2010$ 2011$ 2012$ 2013$ Droits$de$sta1onnement$ 312$763$$$$ 271$394$$$$ 326$559$$$$ 239$738$$$$ 311$958$$$$ 227$600$$$$ Autres$taxes$ 80$192$$$$ 238$212$$$$ 564$629$$$$ 144$297$$$$ 121$611$$$$ 100$593$$$$ Taxe$sur$l'électricité$ 477$218$$$$ 571$894$$$$ 582$086$$$$ 572$709$$$$ 589$503$$$$ 301$703$$$$ Taxe$de$Séjour$ B$$$$$$ 300$000$$$$ 13$$$$ 665$295$$$$ 727$762$$$$ 331$235$$$$ Droits$de$muta1on$$ 1287$226$$$$ 668$563$$$$ 1088$673$$$$ 1330$568$$$$ 1139$433$$$$ 1001$240$$$$ Total$des$contribu1ons$indirectes$ 2157$398$$$$ 2050$063$$$$ 2561$959$$$$ 2952$607$$$$ 2890$267$$$$ 1962$371$$$$!3000!000!!!!!2500!000!!!!!2000!000!!!!!1500!000!!!!!1000!000!!!!!500!000!!!!!"!!!!!! Droits de mutation (51%) : soit près de 1,00 M en 2013 ce qui représente une diminution de -22,2% par rapport à 2008 où les droits de mutations représentaient 60% (1,29M ) de la fiscalité indirecte totale. Taxe de séjour (17%) : qui représente près de 331,2 k en Il convient de noter que la Ville de Bagnolet ne percevait pas cette taxe en Taxe sur l électricité (15%) : 301,7k en 2013 qui connaît une évolution à la baisse de -36,8%. En effet la taxe sur l électricité représentait 22% (477k ) de la fiscalité indirecte totale en Droits de stationnement (12%) : soit près de 227,6k en Ces derniers connaissent une diminution de 27,2% par rapport à 2008 où ils représentaient 14% (313k ) des contributions indirectes. Autres taxes (5%) : qui représentent près de 100,6k en 2013 et connaissent une progression de +25,4% par rapport à 2008 où ces dernières représentaient 4% (80k ) de la fiscalité indirecte perçue par la Ville de Bagnolet. 16

17 C Evolution des principales ressources de fonctionnement (6) l évolution de l attribution de compensation Evolu7on!de!l'A<ribu7on!de!compensa7on!! Milliers!!25!000!!!!!20!000!!!!!15!000!!!!!10!000!!!!!16!634!!!!!20!251!!!!!18!078!!!!!16!736!!!!!5!000!!!!!"!!!!!!!"!!!!!!!"!!!!!! 2008! 2009! 2010! 2011! 2012! 2013! La forte forte hausse de l AC en 2011 compétence «collecte des déchets». A(ribu-on!de!compensa-on!! est directement liée au transfert de la En effet, la taxe d enlèvement des ordures ménagères (TEOM), était de 4,63M en Or, il a été évalué que la Ville avait transféré 1,28 M de charges directement liées à la collecte des déchets. La différence entre la fiscalité TEOM perçue et les charges nettes effectivement transférées vient donc alimenter à la hausse l attribution de la Ville à hauteur de 3,53M soit près de 20,2% de ladite attribution de compensation en

18 C Evolution des principales ressources de fonctionnement (7) l évolution générale des dotations Les dotations à périmètre constant (hors dotations transférées à la CAEE comme la «compensation part salaires»), il s avère que les dotations perçues par la Ville de Bagnolet ont connu deux phases d évolution : : Où la Ville a vu son montant global de dotations d Etat hors «compensation part salaires» évoluer à la hausse (+3,6%) : les dotations hors compensation de part salaire connaissent une tendance baissière (-5,7%). Dota6ons"perçues"par"la"Commune" Milliers" 14$000$ 12$000$ 368" 371" 10$000$ 1"328" 1"355" 372" 372" 372" 372" 8$000$ 2"288" 2"307" 1"516" 1"539" 1"565" 1"592" 6$000$ 3"760" 3"685" 3"612" 3"450" 3"243" 3"048" 4$000$ 2$000$ 3"551" 3"791" 3"827" 3"787" 3"777" 3"786" 0$ 2008$ 2009$ 2010$ 2011$ 2012$ 2013$ Compensa0on$baisse$DCTP$ 368$320$ 371$267$ 372$381$ 372$381$ 372$381$ 372$381$ Dota0on$de$solidarité$urbaine$ 1$327$988$ 1$354$548$ 1$516$027$ 1$538$767$ 1$564$926$ 1$592$312$ Compensa0ons$part$salaires$ 2$288$198$ 2$306$504$ 0$ 0$ 0$ 0$ Complément$de$garan0e$ 3$760$480$ 3$685$270$ 3$611$565$ 3$449$885$ 3$242$892$ 3$048$318$ Dota0on$superficie$ 814$ 825$ 828$ 828$ 828$ 828$ Dota0on$de$base$ 3$550$669$ 3$791$371$ 3$827$040$ 3$786$932$ 3$776$549$ 3$785$725$ 18

19 C Evolution des principales ressources de fonctionnement (8) 4 grands points à retenir : La Ville de Bagnolet dispose de recettes réelles/hab. supérieure (+27,6%) à la moyenne de la strate La Ville pratique une politique d imposition plus faible que celle constatée au niveau de la strate et au niveau national Le poids des reversements de la CAEE (attribution de compensation) joue un rôle important au sein des recettes réelles de fonctionnement (l AC représente près de 26,1% des RRF) A partir de 2011, le budget connaît une pression supplémentaire avec une diminution (-5,7%) des dotations d Etat Conclusion : Bien que nettement supérieures à la moyenne, les recettes de fonctionnement reculent et tendent à se rigidifier 19

20 A Objectifs et méthodologie de l analyse rétrospective B U n b u d g e t h a n d i c a p é p a r l a f a i b l e s s e d e l autofinancement C Evolution des principales ressources de fonctionnement D Evolution des principales dépenses de fonctionnement E Un programme d équipement déconnecté des moyens de la Ville F Une solvabilité dégradée 20

21 D Evolution des principales dépenses de fonctionnement (1) En 2013, les dépenses réelles de fonctionnement s établissent à 62,89 M soit près de par habitant. Ce volume est supérieur (+35,4%) à la moyenne de la strate qui atteint par habitant cette même année. 75"000" Evolu1on#des#dépenses#réelles#de#fonc1onnement# 65"000" 55"000" 45"000" 35"000" 64#635# 64#947# 65#451# 60#202# 60#714# 62#892# 25"000" 15"000" 5"000" 2008# 2009# 2010# 2011# 2012# 2013# 21

22 D Evolution des principales dépenses de fonctionnement (2) Structure(des(dépenses(réelles(de(fonc6onnement((en%(des(receCes(de( fonc6onnement)(en(2013( Epargne(brute( 2%( Autres(dépenses( 25%( Personnel( 63%( Subven6ons( 3%( Frais(financiers( 7%( 22

23 D Evolution des principales dépenses de fonctionnement (3) 70,0%$ 60,0%$ 50,0%$ 40,0%$ 30,0%$ 20,0%$ 10,0%$ 0,0%$ 47,0%& Clichy4sous4Bois& ComparaKf&du&poids&des&dépenses&de&personnels&dans&les&RRF&des& villes&entre&30&000&et&40&000&habitants&en&seine4saint4denis& 52,1%& Gagny& 52,2%& Neuilly4sur4Marne& Tremblay4en4France& 59,4%& 59,8%& 60,4%& 61,3%& La&Courneuve& Villepinte& Noisy4le4Sec& 63,1%& Bagnolet& 56,9%& 54,32%& En s affichant à 40,5M en 2013, le personnel constitue de loin le premier poste avec un peu plus de 63% des recettes réelles de fonctionnement. Exprimées en euro par habitant, les dépenses de personnel atteignent près de /habitant pour la Ville de Bagnolet contre 733 /habitant en moyenne pour les villes de même strate. 8,0%$ 7,0%$ 6,0%$ 5,0%$ 4,0%$ 3,0%$ 2,0%$ 1,0%$ 0,0%$ Neuilly1sur1Marne% Part$des$dépenses$de$personnel$dans$les$RRF$ Moyenne$de$la$strate$ Moyenne$du$panel$$ ComparaHf%du%poids%des%frais%financiers%dans%les%RRF%des% communes%entre%30%000%et%40%000%habitants%en%seine1saint1denis% 0,1%% 0,1%% Tremblay1en1France% La%Courneuve% 1,5%% 1,7%% Gagny% 2,0%% Villepinte% 2,3%% Clichy1sous1Bois% 4,3%% Noisy1le1Sec% Poids$des$frais$financiers$ Moyenne$de$la$Strate$ Moyenne$du$panel$$ 7,4%% Bagnolet% 3,23%% 2,4%% Les frais financiers, qui constituent le 3 ème poste de dépense, représentent près de 4,73M soit une augmentation de +28,5% par rapport à Ramené en euro par habitant, ce poste représente près de 137 /habitant en 2013 quand la moyenne des villes de même strate se situe autour de 44 /habitant selon la DGCL. 23

24 Milliers! D Evolution des principales dépenses de fonctionnement (4) les dépenses de personnel!50!000!!!!!45!000!!!!!40!000!!!!!35!000!!!!!30!000!!!!!25!000!!!!!20!000!!!!!15!000!!!!!10!000!!!!!5!000!!!!!"!!!!!! Evolu5on!des!charges!de!personnel!!!44!085!!!!!42!240!!!!!40!603!!!!!39!902!!!!!40!626!!!!!40!522!!!! 2008! 2009! 2010! 2011! 2012! 2013! Charges!de!personnel!! De 2012 à 2013 : hausse progressive des dépenses de personnel qui augmentent de +1,55% par rapport à Cette tendance est difficilement explicable puisqu elle s inscrit dans un mouvement inverse à la logique de transferts effectués auprès de la CAEE. L exercice 2013 aurait, du seul fait des transfert de compétences, dû se caractériser par une diminution d environ 1,5M des charges de personnel. Pour rappel, en 2012, la CAEE s est vu transférer notamment les compétences «habitat», «développement économique» et «équipements sportifs et culturels» qui représentent, d après la CLECT de décembre 2012, environ 2,6M de charges de personnel (2,4M de personnel affectés aux compétences auxquelles s ajoutent environ 240k de charges liées aux fonctions ressources et charges de gestion). Néanmoins, la Commune de Bagnolet a conservé les agents affectés à ces compétences toute l année 2012 et une partie de l année 2013 (en contrepartie, une refacturation à la CAEE a été mise en place). Le coût de ses agents s est élevé, selon la direction des ressources humaines de la Commune à environ 2,6M en 2012 et à 1,1M en 2013 (agents intégrés progressivement aux effectifs de la CAEE courant 2013). Ainsi, les charges de personnel auraient dû diminuer de 1,5M en 2013 (et à nouveau 1,1M en 2014), leur croissance ne pouvant s expliquer que par des recrutements Une analyse de cohérence avec les documents reflétant l évolution des effectifs de la Ville entre 2008 et 2013 ne permet d expliquer les variations des dépenses de personnel constatées. En effet, les recensements réalisés avant 2013 font apparaître des variations importantes en terme d effectifs qui se révèlent incohérentes avec les évolutions des comptes administratifs. 24

25 D Evolution des principales dépenses de fonctionnement (5) les dépenses de personnel Filière animation Filière police municipale Filière médico-technique Filière médico-sociale Filière sociale Filière sportive Filière culturelle Filière technique ETP pour 100 habitants par filière La prédominance de la filière technique : La comparaison des effectifs entre Communes doit être réalisée avec prudence, tant le nombre d ETP dépend fortement de l appartenance à un EPCI ou des modes de gestion des services. Filière administrative - 0,20 0,40 0,60 0,80 1,00 1,20 1,40 CAMY Orsay Bagnolet Levallois-Perret Villejuif Boulogne-Billancourt Argenteuil Asnières-sur-seine Part des effectifs de titulaires par catégorie 78% 83% 84% Catégorie C 80% 82% 81% 83% 12% Boulogne 11% 11% Orsay Catégorie B 12% 10% Bagnolet 13% Levallois-Perret 9% Villejuif 10% 6% Argenteuil Catégorie A 5% 7% Asnières-sur-seine 8% 6% 8% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% L importance des catégories C dans l effectif des titulaires : Bagnolet s affiche comme la Commune du panel dont la part d agents de catégorie C est la plus élevée, au détriment de par la part des agents de catégories A. Ce constat s estompe légèrement en intégrant les nontitulaires. Les effectifs non titulaires sont constitués à hauteur de 41% par les agents de catégorie A. Catégorie C Catégorie B Catégorie A Part des effectifs de non- titulaires par catégorie 7% 11% 11% 14% 20% 20% 17% 29% 27% 30% 32% 30% 34% 32% 41% 44% 48% 51% 54% Boulogne Orsay Bagnolet 69% Levallois-Perret Villejuif Argenteuil Asnières-sur-seine 79% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% La Ville de Bagnolet affiche un absentéisme des agents titulaires de 44,8 jours en moyenne contre 33,8 jours pour la moyenne des communes de petite couronne. 25

26 D Evolution des principales dépenses de fonctionnement (6) les charges à caractère général En 2013, les charges à caractère général s élèvent à 13,86M soit une progression de +9,1% par rapport à 2008 et ce à un rythme moyen de +1,75% par an. Les évolutions sont très difficilement analysables, l absence de rigueur dans la tenue de la comptabilité ne garantissant pas l annualité des comptes. La création d Est Ensemble aurait du permettre une diminution de ces dépenses, comme ce fut le cas pour les autres Chagres de gestion courantes. Milliers!!18!000!!!!!16!000!!!!!14!000!!!!!12!000!!!!!10!000!!!!!8!000!!!! Evolu6on!des!charges!à!caractère!général!!!16!119!!!!!15!810!!!!!12!907!!!!!12!708!!!!!11!749!!!!!13!859!!!! Milliers! Evolu6on!des!charges!de!ges6on!courante!!!6!000!!!!!5!000!!!!!5!118!!!!!4!646!!!!!4!000!!!!!4!596!!!!!4!238!!!!!4!545!!!!!3!000!!!!!3!973!!!!!6!000!!!!!2!000!!!!!4!000!!!!!2!000!!!!!1!000!!!!!"!!!!!!!"!!!!!! 2008! 2009! 2010! 2011! 2012! 2013! 2008! 2009! 2010! 2011! 2012! 2013! Charges!à!caractère!général!! Charges!de!ges2on!courante!! 26

27 D Evolution des principales dépenses de fonctionnement (7) les frais financiers Milliers! Indemnités$de$ remboursement$an6cipé$ Intérêts$ra>achement$des$ ICNE$ Evolu5on!des!frais!financiers!! $8$000$$$$ $7$000$$$$ $6$000$$$$ $5$000$$$$ $4$000$$$$ $3$000$$$$ $2$000$$$$ $1$000$$$$ $C$$$$$$!3!681!!!! 2008$ 2009$ 2010$ 2011$ 2012$ 2013$ 757$392$$$$ 5$598$$$$ 16$900$$$$ 14$647$$$$1497$253$$$$ 2100$000$$$$ 287$490$$$$134$071$$$$C77$550$$$$ 43$124$$$$ 185$462$$$$404$287$$$$ Intérêts$réglés$à$l'échance$ 2305$685$$$$ 3126$885$$$$ 3042$622$$$$ 3206$341$$$$ 3723$809$$$$ 4274$965$$$$ Frais$financiers$$ 3680$652$$$$ 3387$756$$$$ 3044$364$$$$ 3265$245$$$$ 5429$152$$$$ 6831$016$$$$ Les frais financiers stricto sensus progressent de +1,97M entre 2008 et 2013 (soit +85,4% d augmentation).!3!388!!!! Cette pression sur l autofinancement est accentuée par le paiement d importantes pénalités de remboursements anticipés sur les années Le coût de la renégociation des emprunts de la Ville s est traduit par le paiement d une soulte, laquelle a été répartie sur les exercices !3!044!!!!!3!265!!!!!5!429!!!!!6!831!!!!

28 D Evolution des principales dépenses de fonctionnement (8) 3 grands points à retenir : Entre 2010 et 2013 les dépenses réelles repartent à la hausse en dépit de transferts de charges à la CAEE qui auraient du faire baisser ces DRF. Poids prépondérant des dépenses de personnel qui consomment près de 63% des recettes réelles de fonctionnement (part en constante augmentation entre 2008 et 2013). Frais financiers augmentent fortement à partir de 2011 du fait de l évolution «naturelle» des intérêts mais également du fait d une renégociation de la dette s étant traduit par le paiement d une soulte élevée. En conclusion : Le budget de la Ville de Bagnolet est caractérisé par des dépenses de fonctionnement élevées et en croissance en 2013 en dépit des transferts de charges à Est Ensemble. 28

29 A Objectifs et méthodologie de l analyse rétrospective B U n b u d g e t h a n d i c a p é p a r l a f a i b l e s s e d e l autofinancement C Evolution des principales ressources de fonctionnement D Evolution des principales dépenses de fonctionnement E Un programme d équipement déconnecté des moyens de la Ville F Une solvabilité dégradée 29

30 E Un programme d équipement déconnecté des moyens de la Ville (1) En 2013, le niveau des dépenses réelles d investissement hors remboursement de la dette s élève à 21,52M soit 629 par habitants. Sur la période le programme d équipement s est élevé à 115,8M soit 19M par an. Ce montant est très supérieur (+65,9%) à celui de la moyenne de la strate qui s établit en 2013 à 379 par habitant. En# /hab.## 900" Evolu8on#des#dépenses#réelles#d'inves8ssement#(hors# remboursement#de#la#dede)# 45"000" 40"000" Evolu0on#des#dépenses#réelles#d'inves0ssement# 800" 700" 600" 500" 400" 300" 200" 100" 0" 35"000" 12#850# 790# 30"000" 687# 629# 3#630# 8#960# 25"000" 536# 20"000" 3#582# 437# 440# 3#272# 400# 351# 379# 15"000" 300# 327# 27#030# 303# 3#053# 23#526# 10"000" 21#520# 18#358# 15#063# 5"000" 10#256# 2008# 2009# 2010# 2011# 2012# 2013# 0" 2008" 2009" 2010" 2011" 2012" 2013" DRI/hab."Bagnolet" DRI/hab."Strate" Inves/ssement"hors"de6e" Remboursement"d'emprunt" 30

31 E Un programme d équipement déconnecté des moyens de la Ville (2) L analyse de la structure de financement des investissements fait apparaître une structure nettement déséquilibrée. L autofinancement ne constitue que la 4 ème source de financement des investissement et ce à hauteur de 20,6%. Une structure de financement équilibrée est caractérisée avant tout par une utilisation de l autofinancement. Les produits des aliénations diverses : qui comprennent notamment les cessions d immobilisation (compte 775) et qui constitue la première source de financement des investissements. Structure&de&financement&des&invesDssements& ) &fonds&de&roulement& )10,5%& AliénaDons&et&divers& 35,5%& 32,2%& FCTVA,&ressources&externes& 22,2%& Epargne&brute& 20,6%&!20,0%&!10,0%& 0,0%& 10,0%& 20,0%& 30,0%& 40,0%& 31

32 E Un programme d équipement déconnecté des moyens de la Ville (2) Les ventes d actifs ne peuvent constituer un mode de financement récurrent puisqu il procure des recettes non garanties mais surtout très erratiques. Par ailleurs, il s agit d une recette budgétaire participant à l équilibre du budget. Or, dans le cas de la Ville de Bagnolet, l émission des titres s est fait de façon trop anticipée. Fin 2013 (appréciée au compte de gestion 2013), le stock des sommes à encaisser au titre des ventes s élevait à 14,4M. Adresse Objet Acquéreur Montant Actes Ecritures budgétaires Commentaires SCCV avenue construction d un programme de promesse de Vente Inscription eu BP 2012 et 109/131 avenue Gambetta Gambetta (Bouygues ,00 cession encaissement à prévoir en 2015 logements signée en juillet 2011 titre de recette émis Imestia) 4/6 rue A. Lahaye avenue de la République 195 avenue Gambetta construction d un programme de logements construction d un programme mixte construction d un programme mixte Société BATITERRE ,00 Groupe Faubourg Immobilier ,00 SOGEPROM HABITAT ,00 Total des recettes titrées ,00 Total des recettes encaissées ,00 Titre à annuler ,00 Total des recettes à encaisser ,00 promesse de Vente signée en novembre 2011 promesse de Vente signée en décembre 2010 Vente en décembre 2012 Inscription eu BP 2012 et titre de recette émis Inscription eu BP 2012 et titre de recette émis Insctitpion au BP 2013 et titre de recettes émis Vente libre de tout recours depuis septembre 2014 donc cette somme est à percevoir, Vente annulée donc une écriture en dépense d'investissement sera à inscrire au BP versés en attente du solde 32

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Ville de Hyères les Palmiers

Ville de Hyères les Palmiers Ville de Hyères les Palmiers Analyse financière rétrospective et prospective du budget principal de la ville Conseil Municipal du 16 septembre 2014 16 septembre 2014 Ville de Hyères / slide 1 Sommaire

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS

ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS janvier 2009 DOCUMENT DE TRAVAIL 6 rue du Général de Larminat 75015 PARIS Tél.

Plus en détail

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014!

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! Christian Escallier Cabinet Michel Klopfer 6 bis, rue de Larminat 75015 Paris Tél. : 01 43 06 08 10 Fax : 01 47 34 15 83 cescallier@cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010

VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010 CABINET MICHEL KLOPFER 6, rue du Général de Larminat 75015 PARIS Tel : 01 43 06 08 10 Fax : 01 47 34 15 83 VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010 Céline BACHARAN 18 octobre 2006 Sommaire

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive

Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive 10 octobre 2014 Préliminaire Le présent document vise à présenter les conclusions de l audit financier réalisé entre les mois de juillet 2014 et

Plus en détail

www.pwc.com 20 novembre 2014 Le Taillan-Médoc Analyse organisationnelle RH et financière Rapport Final

www.pwc.com 20 novembre 2014 Le Taillan-Médoc Analyse organisationnelle RH et financière Rapport Final www.pwc.com Le Taillan-Médoc Analyse organisationnelle RH et financière Rapport Final Table of Contents Section Overview Page 1 Etat des lieux de l organisation 1 2 Audit Financier 5 2.1 Etat des lieux

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014)

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) Commune de Chécy 20 JUIN 2008 Laëtitia HACQUARD Michel KLOPFER 6 rue du Général

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

GUIDE FONCTIONNEL. Réaliser une analyse prospective à l aide du tableau financier de Mairie-conseils

GUIDE FONCTIONNEL. Réaliser une analyse prospective à l aide du tableau financier de Mairie-conseils GUIDE FONCTIONNEL Réaliser une analyse prospective à l aide du tableau financier de Mairie-conseils SOMMAIRE I - Objectifs 1 - Calculer des indicateurs financiers 2 - Animer la réflexion prospective II

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

Audit financier et fiscal

Audit financier et fiscal Audit financier et fiscal Eléments synthétiques tiques extraits de l auditl Juin 2008 Territoires & Conseil 12 rue de Castiglione 75001 Paris Territoires-et-conseil@wanadoo.fr Tél.: 01.53.34.07.17 1 La

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Note mise à jour de la loi de finances pour 2015 Sommaire Explications préalables... 3 Application aux

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et intercommunalités 2013-2014 2013 : statu quo sur les équilibres financiers avant de nouveaux défis à relever L année 2013 conclut un mandat

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

AUDIT FINANCIER : gestion des ressources et des dépenses

AUDIT FINANCIER : gestion des ressources et des dépenses AUDIT FINANCIER : gestion des ressources et des dépenses Partie 1 Septembre 2014 Partenaires Finances Locales www.partenaires-finances-locales.com 96 bd Sébastopol 75003 75003 Paris Tél : 01 42 74 25 13

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES EYSINES FÉVRIER 214 POPULATION Population 1999 (sans double compte) Population 26 (municipale) Population 211 (municipale) Classement en fonction de la population (211) Rangs

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE MONTGERON FISCALITÉ, ENDETTEMENT, FONCTIONNEMENT, INVESTISSEMENT, ÉQUIPEMENTS PUBLICS, ÉPARGNE, CRÉDIT, SERVICES PUBLICS CHIFFRES

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

VILLE DE VILLEJUIF. Analyse financière rétrospective 2008 2013

VILLE DE VILLEJUIF. Analyse financière rétrospective 2008 2013 VILLE DE VILLEJUIF Analyse financière rétrospective 2008 2013 29 septembre 2014 Partenaires Finances Locales www.partenaires-finances-locales.com 96 bd Sébastopol 75003 75003 Paris Tél : 01 42 74 25 13

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

Epargne Brute 20 758 461,56 - Remboursement du capital (annuité de l'exercice) 15 183 559,26 = Epargne nette 5 574 902,30

Epargne Brute 20 758 461,56 - Remboursement du capital (annuité de l'exercice) 15 183 559,26 = Epargne nette 5 574 902,30 Ville de Montreuil Elu-pilote : Philippe LAMARCHE Direction des Finances Service Budget Projet de note de synthèse CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2014 Objet : Compte administratif et affectation des résultats

Plus en détail

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire, Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX Bordeaux, le 14 mars 2012 Monsieur le Maire, Par lettre du 5 mai 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

Bilan de mandat municipal

Bilan de mandat municipal Association des Maires de la Corrèze Bilan de mandat municipal Brive-la-Gaillarde, le vendredi 12 avril 2013 Intervention de Patrice LALANNE Ancien conseiller du Président du Sénat Consultant formateur

Plus en détail

Audit financier de la commune de Collioure Synthèse

Audit financier de la commune de Collioure Synthèse Audit financier de la commune de Collioure Synthèse KPMG Secteur public Septembre 2014 Déroulement de l audit 1. Mesurer et comprendre l évolution des comptes de la commune entre 2008 à 2013 2. Auditer

Plus en détail

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 Orientations Budgétaires 2015 ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2015 AVIS SUR LE RAPPORT GÉNÉRAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL Président : Patrick TASSIN Séance

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 Intervention du Président du Conseil général ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 www.cg47.fr Diapositive n 1 : Section de fonctionnement : évolution des dépenses réelles en M 350 300 250 200 150 100 50 0 Evolution

Plus en détail

Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014. Salle Jean MARION

Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014. Salle Jean MARION Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014 Salle Jean MARION Chasse-sur-Rhône 2014-2020 Claude BOSIO Maire de Chasse-sur-Rhône Vice-président de ViennAgglo VILLE DE CHASSE-SUR-RHONE

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB!

ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB! ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB! 16 septembre 2014 Caroline GRAOUER & Christian ESCALLIER Cabinet Michel Klopfer 6 bis, rue de Larminat 75015 Paris Tél. : 01

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne conseil du 17 octobre 2014 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

Débat d Orientation Budgétaire 2013

Débat d Orientation Budgétaire 2013 Débat d Orientation Budgétaire 2013 Rappel Les échanges de ce débat d orientation budgétaire permettront de préciser les grands axes du budget 2013 en préparation qui sera soumis au vote lors de la présentation

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne Février 2015 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est contrôlé par

Plus en détail

LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE -

LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE - LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE - SYNTHESE BUDGETAIRE BP 2014 LE CADRE FINANCIER 2014 Comme annoncé lors du Débat d Orientation Budgétaire le 2 décembre 2013, le budget 2014 est un budget de continuité.

Plus en détail

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Le service Finances de la CAN a élaboré cette fiche à partir des documents transmis par les communes en juillet 2014 : - Compte Administratif

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES --- N/Réf. : GO10 329 01 RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES Exercices 2003 à 2009 22 5.3 Les renégociations

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Guide fiscal. 1. L impôt local : c est quoi? 1.1. Les composantes. Guide fiscal - 15/11/2014

Guide fiscal. 1. L impôt local : c est quoi? 1.1. Les composantes. Guide fiscal - 15/11/2014 Guide fiscal Nombre de nos concitoyens se plaignent aujourd hui d une pression fiscale excessive, et ils ont raison! La cour des comptes en France, nos partenaires Européens le dénoncent régulièrement.

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

BUDGETS PRIMITIFS 2015

BUDGETS PRIMITIFS 2015 BUDGETS PRIMITIFS 215 Communauté d Agglomération de la Vallée de la Marne 1/ Budget principal 2/ Assainissement 17/2/215 1 Contexte Un environnement territorial contraint dans un contexte économique tendu

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M.

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M. Direction des finances - 1DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances,

Plus en détail

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009 BILAN 211 - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 21 et 29 - Les dépenses de fonctionnement sont en baisse et les recettes augmentent - Ainsi la capacité d autofinancement

Plus en détail

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité www.ades-grenoble.org www.lesverts38.org www.alternatifs.org/38 Conférence de presse du mercredi 10 décembre 2008 Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

VILLE DE REIMS. Analyse financière rétrospective (2003-2007) et prospective (2008-2013) CABINET MICHEL KLOPFER. Consultants Finances Locales

VILLE DE REIMS. Analyse financière rétrospective (2003-2007) et prospective (2008-2013) CABINET MICHEL KLOPFER. Consultants Finances Locales CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales VILLE DE REIMS Analyse financière rétrospective (2003-2007) et prospective (2008-2013) Vivien GROUD Grégoire VINCENOT 6 rue du Général de Larminat 75015

Plus en détail

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013 N 99 Janvier 2014 Marie-Christine FLOURY, Département des études et des statistiques locales LA FISCALITE DIRECTE LOCALE EN 2013 : les produits économiques en forte hausse En 2013, les collectivités locales

Plus en détail

Octobre 2014. Note de conjoncture. les Finances locales. Tendances 2014 et perspectives

Octobre 2014. Note de conjoncture. les Finances locales. Tendances 2014 et perspectives Octobre 2014 Note de conjoncture les Finances locales Tendances 2014 et perspectives 2 Dix ans d évolution des finances locales (compte synthétique des collectivités locales) En milliards d euros courants

Plus en détail

Du budget à la comptabilité

Du budget à la comptabilité Du budget à la comptabilité 1 Plan de la présentation I-L élaboration du budget II-L exécution du budget III-La reddition des comptes 2 LE BUDGET -I- L ELABORATION DU BUDGET 3 QU EST-CE QUE LE BUDGET?

Plus en détail

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle ANNEXE III Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle SOMMAIRE 1. DIFFERENTS PRINCIPES DIRECTEURS ONT GUIDE LA MISE EN ŒUVRE DE LA REFORME

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ FÉVRIER 214 IDENTIFICATION / POPULATION Commune siège : Pau Type de fiscalité : Fiscalité professionnelle unique (FPU) Commune

Plus en détail

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable.

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable. Réunion du 12 mai 2011 1 Premiers éléments de caractérisation financière du territoire Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan S O M M A I R E Les temps forts de l année 2000 Les grandes masses budgétaires 1995-2000 L équilibre financier 2000 et les dépenses par secteurs d intervention Les résultats de la politique financière

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

Portrait financier. Analyse comparée CA 2005-2010. MARLY 11 967 habitants

Portrait financier. Analyse comparée CA 2005-2010. MARLY 11 967 habitants Portrait financier Analyse comparée CA 25-21 Direction régionale NORD - PAS DE CALAIS 19 avenue Le Corbusier - 59 4 LILLE cedex Directeur régional : Valérie-Marie AUBIN Votre correspondant Géraldine MOREAU

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

L autonomie financière du Conseil général de l Hérault

L autonomie financière du Conseil général de l Hérault Colloque des 6 et 7 juin 2013 > L autonomie financière du Conseil général de l Hérault Table ronde sur l autonomie financière comparée de 3 collectivité: une Région, un Département et une Communauté urbaine.

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

Assemblée des départements de France. Prospective des budgets des départements (2011-2015)

Assemblée des départements de France. Prospective des budgets des départements (2011-2015) Assemblée des départements de France Prospective des budgets des départements (2011-2015) Guy Gilbert Professeur - Département de Sciences Sociales ENS Cachan Alain Guengant Directeur de recherche au CNRS

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE Les centres communaux d action sociale 2 (CCAS) Ils ont vocation à fournir des prestations d action sociale en nature

Plus en détail

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 Février 2011 1 LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 1. L EVOLUTION DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2. L ENDETTEMENT 3. LES PERSPECTIVES POUR LES ANNEES A VENIR 4.

Plus en détail

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion.

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion. Le Président REF. : N 1027 Poitiers, le 29 décembre 2006 Rod2-1 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Le rapport d observations définitives sur la gestion de la commune de Saint-Sauveur-d Aunis, arrêté

Plus en détail

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur,

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction du Trésor Direction de la Comptabilité publique Direction générale des collectivités

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail