Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013"

Transcription

1 Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013

2 1 CONSEIL GENERAL DU JURA Réunion du : 4ème trimestre 2013 Type : DOB 2014 Service : DMI/FINANCES Rapporteur : Christophe PERNY Thème : FINANCES - GARANTIES D'EMPRUNT Commission : Affaires Générales, Finances et Dvpt Durable DELIBERATION N 7894 du 18 octobre 2013 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 L article 50 de la loi du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés des communes, des départements et des régions dispose que «dans un délai de deux mois précédant l examen du budget, un débat a lieu au Conseil Général sur les orientations budgétaires». Je vous propose ci-après quelques éléments de contexte national et local qui permettront à l Assemblée d engager une réflexion sur le BP Ces informations émanent pour partie du service études de la Banque Postale, du dernier rapport annuel de la Cour des Comptes et du rapport de l Observatoire des Finances Locales. I UN ENVIRONNEMENT EN MUTATION CONSTANTE La situation financière des collectivités locales est affectée par les aléas de la croissance économique. Une faible croissance, ou une baisse du produit intérieur brut (PIB), a une incidence négative sur l évolution de certaines recettes fiscales (impositions économiques liées à la réforme de la fiscalité locale, droits d enregistrement sur les transactions immobilières) et, au contraire, joue à la hausse sur certaines dépenses, notamment celles à caractère social. Les collectivités locales sont par ailleurs associées au redressement des comptes publics avec des effets directs sur leur budget et principalement sur l évolution de certaines ressources (dotations en baisse). Enfin, les collectivités locales doivent également composer avec les premiers effets d une réforme qui a redéfini les contours de la fiscalité locales (suppression de la taxe professionnelle, ). A) ANALYSE ECONOMIQUE GENERALE 1) Croissance économique et conséquences sociales En lien avec la stagnation de l activité économique (le PIB est stable en volume en 2012), la nouvelle dégradation du marché du travail depuis la deuxième moitié de l année 2011 s est poursuivie en Les budgets des collectivités locales sont impactés par les conséquences sociales qui en découlent. En raison de leur rôle en matière d action sociale, les départements sont en première ligne. A titre d exemple, l augmentation du nombre de bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), corrélée avec la hausse du chômage, entraîne une hausse d un poste de dépenses qui représente plus du quart des dépenses d action sociale des conseils généraux. Le bloc communal et les régions sont également concernés par la détérioration du contexte économique et social, à travers leurs actions en matière de développement économique, de formation professionnelle ou de solidarité.

3 2 2) Situation des finances publiques Sur une très longue période, l observation des déficits publics laisse apparaître une situation dégradée des finances publiques. En 2012, le besoin de financement est estimé à 90 milliards d euros, soit 4,5 % du PIB. La trajectoire anticipée des déficits à l horizon 2017, réalisée par la Loi de programmation des finances publiques, s inscrit dans la stratégie de redressement des comptes publics et a pour objectif une réduction progressive de ce déficit : 3 % en 2013 et 0,3 % à l horizon Ces projections s inscrivent dans un contexte en mutation constante. Suite à la crise financière de 2008 et à celle des dettes souveraines de 2011, partenaires européens, agences de notation, investisseurs ou citoyens sont dorénavant plus exigeants quant au respect des engagements pris par les Etats. Le secteur public local affiche sur une longue période un solde proche de l équilibre et un poids souvent marginal dans le déficit total. L interprétation des déficits «locaux» n est par ailleurs pas la même que pour les administrations centrales. Alors que l Etat s endette également pour financer ses dépenses courantes, le recours aux financements externes pour les collectivités locales est exclusivement consacré à des investissements et donc à la création de valeur. Néanmoins, l assainissement des comptes publics impose des mesures d économies et des réformes engageant l ensemble des acteurs de la dépense publique. Dans la mesure où l Etat consacre environ 20 % de son budget aux collectivités locales, ces dernières sont mécaniquement impactées par les efforts. C est le sens donné au gel en valeur depuis trois ans et à la baisse annoncée pour 2014 et 2015 des concours financiers de l Etat. 3) Un nouveau schéma pour la fiscalité locale Afin d augmenter la compétitivité des entreprises françaises en favorisant l investissement productif, leur fiscalité a été allégée en 2010 avec la suppression de la taxe professionnelle (TP). Cette réforme a abouti à une refonte globale de la fiscalité locale entraînant la création de nouveaux impôts sur les entreprises et une nouvelle répartition des recettes fiscales entre collectivités. Cette répartition a pour effet une spécialisation partielle des ressources par niveau de collectivités et une réduction du poids des recettes avec pouvoir de taux. Ainsi, pour les régions et les départements, la perte de pouvoir de taux est nettement marquée alors que le bloc communal est plutôt préservé en la matière.

4 3 Se concentrant essentiellement sur la taxe sur le foncier bâti, le pouvoir de taux des départements représente désormais un poids de 18 % des recettes courantes en 2011, contre 38 % en Les dotations de compensation et fonds de garantie (dotation de compensation de la réforme de la taxe professionnelle -DCRTP- et fonds national de garantie individuelle des ressources -FNGIR-) créés pour assurer la neutralité du dispositif pour chaque collectivité représentent des masses relativement importantes dans les budgets sans perspective d évolution. Par ailleurs, cette réforme s est traduite par une nouvelle répartition géographique des bases d imposition sur les entreprises. B) LES FINANCES LOCALES EN 2012 En 2012, malgré les contraintes qui pèsent sur leurs ressources et qui affectent leur marge d autofinancement (repli de l épargne brute à hauteur de 2,1 %), les collectivités locales ont maintenu un haut niveau d investissement (52,6 milliards d euros, + 1,6 %). Pour financer cet investissement, le recours à l endettement a été un peu plus faible que les années précédentes, l encours de dette en fin d année s établissant ainsi à 161 milliards d euros (+ 2,6 %). 1) Un repli de l épargne brute des collectivités locales En 2012, l épargne brute des collectivités locales, excédent des recettes courantes sur les dépenses réelles de fonctionnement, diminue de 2,1 %. Cette baisse, qui ne s est observée que trois fois en vingt ans, s explique par une évolution très modérée des recettes courantes de fonctionnement.

5 4 La faible progression de la pression fiscale (+ 0,8 % toutes taxes confondues) associée à une baisse des droits de mutation à titre onéreux (- 9,3 %) et à un gel des dotations en provenance de l Etat entraîne un fléchissement de la croissance des recettes courantes (+ 1,8 %, après + 3,9 % en 2011). Dans le même temps, dans un contexte de demandes accrues de la part des populations, les dépenses de gestion progressent de 2,9 %, une évolution légèrement plus faible qu en 2011 (+ 3,1 %). Alors que l évolution des dépenses de personnel enregistre une légère accélération en 2012 (+ 2,7 %, après + 2,5 % en 2011), le rythme de progression des prestations sociales et transferts versés se maintient au niveau de 2011 (+ 3,3 %). Le financement de l allocation personnalisée d autonomie (APA) a atteint son rythme de croisière (+ 1,6 %) et les dépenses de RSA pèsent de plus en plus sur les équilibres budgétaires (+ 3,9 % en 2012). Les achats de biens et services évoluent de façon moins dynamique (+ 2,8 %, après + 4,2 % en 2011), en raison d une inflation moins marquée (+ 1,8 %, après + 2,1 % en 2011), et d un effort de maîtrise des dépenses (mutualisation, achats groupés, programmation pluriannuelle avec contraintes d évolution, ). Bien que plus modérée qu en 2011, la progression des dépenses, associée au faible dynamisme des ressources, entraîne l apparition d un effet de ciseaux entre charges et recettes qui explique la baisse de l épargne brute. Evolution de l'epargne brute par niveau de collectivités locales -2,20% Régions 1,30% 2012/ /2010-8,70% Départements 15,60% -1,40% Groupements à fiscalité propore 5,60% Communes 1,10% 9,1% -10% -5% 0% 5% 10% 15% 20% Ce repli de l épargne est particulièrement visible pour les conseils généraux (- 8,7 %) qui subissent la chute des droits de mutation combinée à une hausse constante des dépenses d action sociale (+ 3,4 % en 2012). 2) Un maintien de l investissement à un haut niveau En dépit d un contexte de faible dynamisme des ressources et de réduction des marges de manœuvre, et malgré les incertitudes sur les conditions de recours à l emprunt apparues à la fin de l année 2011, l évolution des dépenses d investissement de l ensemble des collectivités locales (en particulier pour les communes) reste orientée à la hausse en 2012 (+ 1,6 %). L effet du cycle électoral municipal semble avoir joué (l avant dernière année pleine avant les élections étant traditionnellement une année de montée en charge des investissements), même si la hausse enregistrée est limitée. Avec un niveau de 52,6 milliards d euros, les volumes investis restent très importants, les collectivités locales confortant ainsi leur rôle de premier investisseur public.

6 5 Les départements, confrontés à une situation financière tendue illustrée par la baisse de leur épargne brute (- 8,7 %), réduisent pour la troisième année consécutive leurs dépenses d investissement (- 3,1 % en 2012, après - 3,6 % en 2011 et - 13,4 % en 2010). Sur ces trois années, et en euros constants, les départements ont renoncé à un quart de leurs efforts en la matière avec notamment des impacts sur le bloc communal parfois très dépendant des financements départementaux. Evolution de l'investissement par niveau de collectivités locales Régions 0,80% 0,80% 2012/ /2010-3,60% -3,10% Départements Groupements à fiscalité propore 4,60% 10,60% Communes 3,10% 6,1% -6% -4% -2% 0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% 3) Une nouvelle progression de l encours de dette En 2012, les investissements des collectivités locales sont financés à hauteur de 72 % par l autofinancement (qui s élève à 37,7 milliards d euros après correction du solde de l exercice), à hauteur de 21 % par les dotations et autres recettes d investissement, et pour 7 % par le recours à l endettement. L encours de dette des collectivités locales s établit à 161 milliards d euros à la fin de l année 2012, enregistrant une évolution de + 2,6 %.

7 6 Cet encours se répartit entre les différents niveaux de collectivités de la manière suivante : 37 % pour les communes, 13 % pour les groupements à fiscalité propre, 19 % pour les syndicats et l ensemble des budgets annexes, 19 % pour les départements et 12 % pour les régions. II LA SITUATION ET LES PERSPECTIVES FINANCIERES DES DEPARTEMENTS La crise financière de 2009, avec la forte chute des droits de mutation qui en a résulté (- 26,4 %), a mis en évidence la fragilité de la situation financière des départements. Au cours de la dernière décennie, la structure financière des départements a été profondément modifiée en raison des transferts et extensions de compétences qui ont été réalisés. Ces modifications ont fortement accru la part des dépenses sociales dans les dépenses des départements, de même que celle de leur masse salariale, renforçant la rigidité de leur budget de fonctionnement. Parallèlement, la réforme de la fiscalité locale a inversé le rapport entre la fiscalité directe et indirecte dans leurs ressources et réduit la capacité des départements à moduler les taux d imposition. Dès lors, l ajustement des recettes à la croissance des dépenses est devenu plus difficile. A) LA PROGRESSION TENDANTIELLE DES DEPENSES SOCIALES Les dépenses sociales des départements ont fortement progressé ces dernières années. Elles ont augmenté en moyenne de 7,1 % sur la période 2005/2011. Une partie d entre elles croît sous l effet de la crise économique (notamment celles liées au RSA). Les dépenses d intervention et de transfert sont, en effet, au cœur des politiques d accompagnement des publics fragilisés. L analyse de ces évolutions est toutefois rendue complexe par les phénomènes de porosité entre les différentes prestations. Ainsi, certains publics en situation de pauvreté et présentant des problèmes de santé peuvent se trouver à la frontière entre les deux principaux minima sociaux ouverts aux personnes d âge actif, l allocation aux adultes handicapés (AAH), actuellement à la charge de l Etat et le revenu de solidarité active (RSA). Ces évolutions induisent non seulement une rigidification des dépenses de fonctionnement des départements, comme indiqué précédemment, mais aussi une différenciation entre départements compte tenu de leur structure de population. Ainsi, si l on rapporte, pour 2011, la dépense sociale à la population, le département de la Creuse supporte la dépense la plus importante par habitant ( 555 ) et les Yvelines la plus faible (293 ).

8 7 La crise économique, commencée en 2008 par la crise financière, a alourdi fortement les charges liées au RSA pendant l année Le nombre de bénéficiaires du RSA socle a quant à lui augmenté de plus de 5 % au cours de l année Au cours de l année 2012, le nombre de bénéficiaires de la PCH a augmenté de + 11 %, contre + 19 % l année précédente. Les allocations PCH sont financées conjointement par la CNSA et les départements. Depuis plusieurs années, le concours de la CNSA à la dépense de PCH décroît, passant d un taux de couverture de 97 % en 2008 à 38 % en 2012, accroissant d autant la charge des départements. Le vieillissement de la population accroît inévitablement les dépenses d APA : en 2012, la population âgée de plus de 75 ans atteint 9,1 % de la population, contre 8,5 % en La CNSA participe au financement des dépenses d APA : en 2011, le taux de couverture de ces dépenses par la CNSA est remonté à 30,8 %, contre 29,6 % l année précédente. Pour l année 2012, le taux est proche de celui de B) UN AJUSTEMENT DELICAT DES RECETTES AUX DEPENSES Jusqu à une période récente, les départements ont pu bénéficier de recettes dynamiques évoluant à un niveau très supérieur à celui de l inflation, ce qui leur a permis d accompagner leur effort d équipement et de réaliser un accroissement très sensible de leur périmètre d intervention. A côté des recettes indirectes (DMTO, TIPP et TSCA), les ressources fiscales des départements provenaient principalement des impôts directs locaux sur les taux desquels ceux-ci pouvaient agir. L ajustement des recettes à la croissance des dépenses a pu ainsi s effectuer par l impôt. Le recours au levier fiscal a permis, jusqu en 2009, d équilibrer les budgets. La réforme de la fiscalité locale, adoptée en 2010, a fortement réduit la capacité des départements à y recourir. L essentiel de leurs nouvelles ressources de fiscalité directe est constitué par la quote-part du produit de la CVAE qui leur revient et par des fractions de diverses impositions forfaitaires sur les entreprises de réseaux. Dès lors, les départements ne disposent plus du pouvoir de modifier les taux que sur la seule taxe foncière sur les propriétés bâties, soit sur environ 18 % de leurs ressources. La réforme, fondée notamment sur le principe de la territorisalisation de la CVAE, porte en elle le risque d une accentuation des inégalités territoriales au bénéfice des collectivités se situant dans des zones économiquement dynamiques. Assis sur la valeur ajoutée des entreprises, le nouvel impôt est également plus sensible à la situation économique que ne l était la taxe professionnelle. En cette période de crise, les départements sont bénéficiaires d une fiscalité qui tend à stagner (CVAE) voire à diminuer (DMTO), pour financer des charges qui continuent à augmenter, RSA principalement ou encore les dépenses relatives à l enfance en danger (secours d urgence aux familles, mesures de placement, notamment), ou qui croissent en raison de la structure démographique et des besoins sociaux nouveaux (APA, PCH). Ces évolutions, associées au gel intervenu depuis 2011, voire à la diminution des dotations de l Etat annoncée pour 2014 et 2015, génèrent d importantes incertitudes qui ne permettent plus une allocation optimale des ressources des départements. C) DES DEPENSES D INVESTISSEMENT QUI CONTINUENT A DIMINUER Le taux d épargne brute, après la croissance des années 2010 et 2011, a reculé en 2012, pour s établir à 12 %. Après remboursement du capital de la dette, l épargne nette résultante qui sert au financement des investissements s élève à 4,2 Md, affichant une baisse de 1,4 Md. Les investissements réalisés s établissent à 11,9 Md, en décroissance de - 1,1 % par rapport à l année précédente. Les dépenses d équipement direct des départements sont les plus impactées par cette diminution, elles baissent de - 3,1 %. Les subventions d équipement versées, principalement à destination du secteur communal, sont demeurées stables.

9 8 Pour financer leurs investissements en 2012, l autofinancement s étant contracté et le FCTVA s étant réduit en raison de la baisse des investissements de l année précédente, les départements ont fait davantage appel au secteur bancaire, pour un volume d emprunts supérieur de 5,9 % à La dette des départements atteint ainsi 31,1 Md en 2012 et leur capacité de désendettement se dégrade légèrement. En supposant que toute l épargne brute soit consacrée au remboursement de la dette, les départements auraient besoin de 4 ans pour apurer leur dette, contre 3,5 ans en D) LE PROJET DE LOI DE FINANCES 2014 Le gouvernement et l Assemblée des Départements de France sont parvenus, le 16 juillet dernier, à un accord sur le financement des allocations de solidarité. Les départements disposeront globalement, en 2014 et 2015, de 2,1 milliards d euros de ressources nouvelles. Ces dispositions seront intégrées dans le projet de loi de finances pour Cet accord repose sur 2 principaux éléments : - l Etat transfère aux départements la totalité du montant qu il reçoit au titre des frais de gestion de la taxe sur le Foncier Bâti. Ce montant de 827 M devra alimenter un fonds de compensation distribué à l ensemble des départements sur la base d une péréquation (c est-à-dire en fonction de leurs richesses et de leurs charges). Cette nouvelle ressource devrait être évolutive car elle est assise sur le montant de la taxe sur le Foncier Bâti - les départements pourront, en 2014 et 2015, déplafonner le taux des droits de mutation jusqu à 4,5 % au lieu des 3,8 % aujourd hui. Cette nouvelle ressource pourrait dégager jusqu à 1,3 milliard d euros de recettes supplémentaires (sous l hypothèse que tous les départements déplafonnent). Cela permettra aux intéressés de faire face éventuellement à la chute des droits de mutation. Il est rappelé qu en 2012, l ensemble des départements a touché 8 milliards d euros. Les estimations montrent qu au 1er semestre 2013, cette recette pourrait baisser à l échelon national de 19 %. Dans le Jura, sur les 9 premiers mois de l année, la baisse des droits de mutation est d environ 9 %. III JURA : L EFFET CISEAU AMORCE EN 2012 SE CONFIRME EN 2013 A) LA SITUATION ACTUELLE 1) L épargne brute Après une hausse importante de l épargne brute en 2011, une baisse a été constatée sur l exercice Les recettes de fonctionnement ont évolué moins rapidement que les dépenses (+ 1,5 % de 2011 à 2012 contre + 5,8 % pour les dépenses), en particulier au niveau des droits de mutation (- 6 %) et du fonds de péréquation associé. Il résulte de ces évolutions un effet ciseau marqué. L épargne brute en fin d exercice 2013 est estimée à hauteur de 30 M (11 % des recettes de fonctionnement), soit une baisse de 11 M par rapport à 2012.

10 9 Comme en 2012, cette diminution de l épargne résulte au 30 septembre 2013 d une hausse significative des dépenses d action sociale (personnes handicapées + 2,7 %, RSA + 8,6 %, enfance famille + 9,5 %), ainsi que des dépenses de personnel ( + 5,6 %), alors que, dans le même temps, les recettes de fonctionnement stagnent. 2) Les dépenses d investissement Les inscriptions de crédits d investissement 2013 sont en baisse par rapport aux inscriptions 2012 (- 7 %). Les charges de fonctionnement pèsent donc de plus en plus dans le budget du département. A fin septembre 2013, les taux de consommation des dépenses d équipement (maîtrise d ouvrage et subventions aux tiers) sont plus élevées (+ 14,9 %) qu à la même date en 2012.

11 10 3) L encours de dette Afin de permettre le financement de l ensemble des dépenses d investissement, compte tenu de la diminution constante de l épargne, de la stagnation des dotations, et de la réalisation des emprunts votés, le recours à l emprunt devrait être proche de 30 M en Le stock de dette à la fin du présent exercice pourrait atteindre 165 M.

12 4) La capacité de désendettement 11 Compte tenu de la hausse envisagée de l encours de dette et parallèlement de la baisse de l épargne, la capacité de désendettement pourrait être supérieure à 5 ans alors qu à fin 2012, elle s établissait à 3,7 années. B) LES TENDANCES POUR ) Au niveau national Depuis le début de l année 2013, les collectivités étaient déjà informées de la baisse de 1,5 milliards d euros des concours de l Etat. De manière globale, les transferts financiers (hors fiscalité) aux collectivités passent de 71,3 milliards d euros en 2013 à 70 milliards en 2014, l enveloppe normée de 48,8 à 47,3 milliards (- 3,1 %) et la dotation globale de fonctionnement (DGF) de 41,5 à 40,1 milliards (- 3,3 %). Cette baisse ne fera pas l objet d une différenciation par niveau de collectivités, mais sera proportionnelle au budget de chacun. Ainsi, le bloc communal sera touché par cette réduction à hauteur de 840 M (70 % pour les communes et 30 % pour les intercommunalités), les départements de 476 M et les régions de 184 M. Selon les premières simulations, le Jura enregistrerait une baisse de 1,6 M sur la DGF. Deux ressources nouvelles seront octroyées : Foncier Bâti et déplafonnement des Droits de Mutation (voir ci-avant). Le FCTVA augmentera, lui, de 2,3 % en 2014, passant de 5,6 à 5,75 milliards d euros. Pour le Jura, le FCTVA représente environ 5 M de recette. 2) Le programme des futurs investissements du Jura

13 12 Le contexte budgétaire rend nécessaire la sélectivité et la priorisation dans les projets d investissement du département à moyen terme. L amortissement de la dette progresse sur l ensemble de la période ( ) et pèse sur la section d investissement. Pour 2014, le volume prévisionnel des investissements est important : 108 M contre 80 M en 2013 (après DM1). 3) Les éléments de cadrage pour 2014 L élaboration du budget primitif 2014 doit permettre de dégager des marges de manœuvre pour agir en direction du plus grand nombre de Jurassiens. Les choix sont difficiles mais nécessaires, et surtout ils n empêchent nullement d agir, d assumer les compétences et d innover pour développer le Jura. Le Président de la République, le gouvernement et la majorité parlementaire le démontrent, les pouvoirs publics, dont le Conseil Général, ont le devoir de maîtriser le fonctionnement des institutions et de trouver les actions qui conduisent à un développement des territoires et en particulier à la création d emplois. En terme budgétaire, cela veut dire continuer dans la voie tracée de la baisse du recours à l emprunt (47 M en 2011, 32 en 2012, 28 en 2013), car les emprunts d aujourd hui sont les impôts de demain et surtout la fin de la capacité d agir librement. Malgré les difficultés, il convient d agir dans tous les domaines, avec de vraies réussites reconnues, comme les Déboussolades, l aéroport Dole-Jura, l action environnementale, les solidarités, le soutien au monde sportif et culturel et bien d autres encore. Comme lors des deux premières années, le développement durable sera, l année prochaine, le fil rouge de l action départementale, la priorité transversale, qui devient aussi identitaire du territoire jurassien. Je propose d ajouter deux axes prioritaires pour l année 2014, le développement économique et numérique parce que l emploi est l enjeu numéro 1 de notre société et nous ne pouvons attendre que notre salut vienne d autres partenaires. Et puis, parce qu après l emploi, c est la seconde préoccupation de nos concitoyens et c est un enjeu social capital, priorité au logement et à l habitat. En outre, l élaboration du budget 2014 devra s engager avec des effectifs au mieux constants, chacun devant rechercher les marges de manœuvre et pourquoi pas les postes «disponibles» dans certains domaines. J attire aussi votre attention sur nos structures «satellites». Il apparaît en fait qu après des décennies de fonctionnement, l habitude n est pas toujours gage d efficacité, d utilité et surtout d économies. Des marges existent, il conviendra de les trouver. Emprunt à la baisse, effectifs au mieux constants, budget primitif élaboré au plus près du budget réalisé, telles sont les consignes permettant de préparer le prochain budget. Je vous demande d adopter ces orientations pour le budget ***

14 13 Telles sont ainsi résumées les principales informations dont je tenais à vous faire part avant d ouvrir le Débat d Orientations Budgétaires 2014, conformément à la réglementation du Code Général des Collectivités Territoriales. Je vous saurai gré de bien vouloir délibérer sur ces orientations Incidences financières : Montant global du rapport (année n) Pour mémoire, rappel des crédits déjà votés (à périmètre constant) ANNEE n - 1 ANNEE n BP DM 1 BP DM 1 AP Crédit de paiement - Investissement : - Fonctionnement : Recette - Investissement : - Fonctionnement : DÉCISION N 7894 du 18 octobre 2013 Le débat sur les orientations à prendre dans le cadre du Budget Primitif 2014 a eu lieu. Délibération n du octobre 2013 Le Président Christophe PERNY Certifiée exécutoire par transmission en Préfecture le : 29 octobre 2013 et Publication/Notification le : 29 octobre 2013

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2014 s inscrit dans un contexte économique et social encore difficile. Aussi, avec

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS

ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS Présentation par M. LEBRETON, Président de l ADF 9 octobre 2012 1 Glossaire des sigles AIS: Allocations individuelles de solidarité APA: Allocation personnalisée

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005.

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005. Vue d ensemble En 2012, en France, la croissance économique est nulle. En euros constants, le produit intérieur brut (PIB), après une progression de 1,7 % en 2010 et de 2,0 % en 2011, stagne. Les recettes

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé :

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé : REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL & ENVIRONNEMENTAL Session plénière du 25 mai 2011 Avis adopté à l unanimité (-10 abstentions / Groupe CGT) Le Président Gérard MAURICE Avis du Conseil

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

L autonomie financière du Conseil général de l Hérault

L autonomie financière du Conseil général de l Hérault Colloque des 6 et 7 juin 2013 > L autonomie financière du Conseil général de l Hérault Table ronde sur l autonomie financière comparée de 3 collectivité: une Région, un Département et une Communauté urbaine.

Plus en détail

2013 : les prémices d une nouvelle donne pour les finances locales

2013 : les prémices d une nouvelle donne pour les finances locales Présentation CERC Ile de France, le 7 novembre 2013 Paris 2013 : les prémices d une nouvelle donne pour les finances locales Thomas Rougier Martine Ly Directeur des Etudes Directrice Territoriale IdF Direction

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 Intervention du Président du Conseil général ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 www.cg47.fr Diapositive n 1 : Section de fonctionnement : évolution des dépenses réelles en M 350 300 250 200 150 100 50 0 Evolution

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Eco-Fiche LA FISCALITE LOCALE 1

Eco-Fiche LA FISCALITE LOCALE 1 Eco-Fiche Avril 2011 LA FISCALITE LOCALE 1 La fiscalité locale constitue la catégorie de ressources des collectivités territoriales la plus significative. Souvent jugée inégale, injuste ou encore complexe,

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis 26 janvier 2012 2 OCTOBRE 2009 6 rue du Général de Larminat

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA DETTE DEPARTEMENTALE

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA DETTE DEPARTEMENTALE CONSEIL GENERAL DU JURA Réunion du : 4ème trimestre Type : BP 2015 Service : DMI/FINANCES Thème : FINANCES - GARANTIES D'EMPRUNT Commission : Affaires Générales, Finances et Dvpt Durable RAPPORT ANNUEL

Plus en détail

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire Sommaire Les finances des communes en 215......................... p. 3 Les finances des groupements à fiscalité propre en 215........... p. 6 Quelles projections financières sur le mandat 214-219?..........

Plus en détail

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER Février 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER DE RESSOURCES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 1 RE PARTIE PRESENTATION DES GRANDS PRINCIPES Depuis le 1 er janvier 2010, les entreprises

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Orientations Budgétaires 2016

Orientations Budgétaires 2016 Conseil d'orientation et de Surveillance du 17 décembre 2015 Orientations Budgétaires 2016 «La tenue du débat d orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les régions, les départements, les communes

Plus en détail

Intervention du président du Conseil général. ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 23 février 2015

Intervention du président du Conseil général. ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 23 février 2015 Intervention du président du Conseil général ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 23 février 2015 Intervention du président du Conseil général Bilan de l exercice 2014 Une épargne brute qui augmente Evolution

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

Assemblée des départements de France. Prospective des budgets des départements (2011-2015)

Assemblée des départements de France. Prospective des budgets des départements (2011-2015) Assemblée des départements de France Prospective des budgets des départements (2011-2015) Guy Gilbert Professeur - Département de Sciences Sociales ENS Cachan Alain Guengant Directeur de recherche au CNRS

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

avis Avis n 2015-06 présenté au nom de la commission Finances et plan par Michel GIORDANO Le compte administratif 2014 de la Région Ile-de-France

avis Avis n 2015-06 présenté au nom de la commission Finances et plan par Michel GIORDANO Le compte administratif 2014 de la Région Ile-de-France avis Avis n 2015-06 présenté au nom de la commission Finances et plan par Michel GIORDANO Le compte administratif 2014 de la Région Ile-de-France 11 juin 2015 Avis n 2015-06 présenté au nom de la commission

Plus en détail

Le Conseil départemental aux côtés des Valdoisiens BUDGET PRIMITIF (BP) 2016 DE SYNTHESE > INFORMATIONS FINAN SÉANCE DU 19 FÉVRIER 2016

Le Conseil départemental aux côtés des Valdoisiens BUDGET PRIMITIF (BP) 2016 DE SYNTHESE > INFORMATIONS FINAN SÉANCE DU 19 FÉVRIER 2016 Le Conseil départemental aux côtés des Valdoisiens BUDGET PRIMITIF (BP) 2016 DE SYNTHESE CIÉRES > INFORMATIONS FINAN > NOTE 1 SÉANCE DU 19 FÉVRIER 2016 BUDGET 2016 UN BUDGET RESPONSABLE Budget départemental

Plus en détail

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Commune d Angoulins Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Introduction La tenue du débat d orientation budgétaire est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de

Plus en détail

Compte administratif et rapport sur la dette 2014

Compte administratif et rapport sur la dette 2014 Vendredi 10 avril 2015 Compte administratif et rapport sur la dette 2014 La Région maintient le cap d une gestion financière ambitieuse et responsable au service de l investissement et du pouvoir d achat

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale Serge Bayard Président du conseil d administration La Banque Postale Collectivités Locales Jean-Pierre Balligand Président du Comité d orientation des finances locales La Banque Postale Thomas Rougier

Plus en détail

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007 LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE Le budget est l'acte par lequel sont prévues et autorisées par l'assemblée délibérante les recettes et les dépenses d'un exercice. Le budget de la Communauté

Plus en détail

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature.

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature. Les finances de la Ville des Abymes *** L HERITAGE La mandature précédente a laissé en héritage une situation très difficile et un emprunt toxique pour y remédier avant les élections de 28. Un déficit

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS

Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS (091 034 286) 6 ème section N /G/126/n A.52 Séance du 5 août 2003 RECOMMANDE AVEC A.R. Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 Au 1 er janvier 2005, la France métropolitaine compte 35 684 communes de moins de 10 000 regroupant 30,7 millions d, soit 51 % de la population

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES Conseil Municipal du 24/11/2014 Sommaire 1. Un rappel du cadre légal 2. La situation économique et budgétaire : Monde, Zone Euro et

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD ANALYSE DE LA SITUATION DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD Document du 26 janvier 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Pierre BEJJAJI Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr

Plus en détail

s f r t s i e és e e t l i r t e i r on i

s f r t s i e és e e t l i r t e i r on i yse t l s f a n ii A m i r sp s t e g e bud gr and i és t v i t ec l col ocal L t i éd acr i x e par esded e é s i ud or um Ét éal r s F e e d d L u on i i Ét esf r ect r o i t a D v a l bser O l t e 2

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 VILLE DE PLOEMEUR 31 octobre 2005 Service Financier ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 En application de l article L 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, un débat d orientations

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010 LA LOI DE FINANCES POUR 2012 Le solde général du budget de l Etat (en milliards d euros) Exécution 2010 Prévisions 2011 PLF 2012 Dépenses 422,60 Md 361,90 Md 366,00 Md Recettes nettes 271,80 Md 270,00

Plus en détail

57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES

57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES Jean-Pierre COBLENTZ et l équipe de Stratorial Finances Contacts

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

Budget Primitif 2015 Programme "Remboursement de la dette" M. Pierre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie»

Budget Primitif 2015 Programme Remboursement de la dette M. Pierre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» Direction des finances - 2DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 Budget Primitif 2015 Programme "Remboursement de la dette" M. Pierre, Rapporteur

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 23 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 11 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI relative au financement des allocations de solidarité nationale à la charge des départements,

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M.

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M. Direction des finances - 1DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances,

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

Sommaire. Le champ de la dépense publique «handicap» implique l ensemble des administrations publiques

Sommaire. Le champ de la dépense publique «handicap» implique l ensemble des administrations publiques La dépense publique dans le champ du handicap : une croissance forte depuis 2005 qui traduit un engagement marqué de l Etat, des collectivités locales et de la sécurité sociale Sommaire Le champ de la

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

BUDGET 2015 LE BUDGET DANS LE DETAIL PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE

BUDGET 2015 LE BUDGET DANS LE DETAIL PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE BUDGET 2015 LE BUDGET EN QUELQUES LIGNES Montant total des prévisions budgétaires : 1.811.915 Fonctionnement : 1.172.638 en légère hausse par rapport à 2014 (1.042.449 ), malgré

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Cadrage macroéconomique

Cadrage macroéconomique Cadrage macroéconomique Le scénario macroéconomique repose sur des hypothèses réalistes : 2013 : une nouvelle année de croissance faible (0,1 %), dans un contexte de crise européenne Reprise progressive

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable.

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable. Réunion du 12 mai 2011 1 Premiers éléments de caractérisation financière du territoire Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer

Plus en détail

LES FINANCES LOCALES EN 2013 Publication réalisée par ARKEA Banque Entreprises et Institutionnels,

LES FINANCES LOCALES EN 2013 Publication réalisée par ARKEA Banque Entreprises et Institutionnels, LES TENDANCES NOTE FINANCIERES DE CONJONCTURE 2014 DES GRANDES COLLECTIVITES LOCALES LES FINANCES LOCALES EN 2013 Publication réalisée par ARKEA Banque Entreprises et Institutionnels, ARKEA / SFL-FORUM

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 26 mai 2015 Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009 BILAN 211 - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 21 et 29 - Les dépenses de fonctionnement sont en baisse et les recettes augmentent - Ainsi la capacité d autofinancement

Plus en détail