FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC"

Transcription

1 FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie

2 I- Consolidation budgétaire: expérience récente du Maroc

3 Stabilité du Cadre macroéconomique consolidation de la position budgétaire Épargne, investissement... Financement taux d intérêt Prix. Faible déficit charges en intérêt espace budgétaire (réformes) Déséquilibre budgétaire Financement taux d intérêt prix charges en intérêts risque d insoutenabilité investissement privé. Investissement (éviction du secteur privé) visibilité ( investissement et épargne). visibilité ( investissement et épargne)

4 Au début des années 2, le Maroc est confronté à plusieurs contraintes budgétaires : baisse des recettes fiscales due au démantèlement tarifaire ; contraction de l assiette fiscale en raison de la multiplicité des régimes dérogatoires et des exonérations (TVA, IS, IR ) ; amenuisement des recettes de privatisation ; ralentissement du revenu de la propriété ; rigidité des dépenses, notamment les salaires ; Hausse des transferts au titre de la compensation ; existence de certains passifs latents. Déficit budgétaires relativement élevé

5 Déficit budgétaire moyen: -4,5% du PIB En % du PIB hors recettes de privatisation 5

6 Les réformes ont contribué à la consolidation des finances publiques : La fiscalité ; La gestion budgétaire et l administration ; Poursuite de la modernisation du mode de financement du Trésor. Assainissement des régimes dérogatoires et suppression progressive des exonérations. TVA : suppression progressive des exonérations ; réduction du nombre de taux avec comme objectif à terme un seul taux ; assujettissement des activités agricoles etc Impôt sur le revenu : Réduction, en 27, du taux marginal de 44% à 42% et révision des tranches ensuite réduction de 2 autres points chaque année en 29 et 21. Impôt sur les sociétés : réduction du taux de 5 points en 28 (3% au lieu de 35%) et suppression progressive des exonérations Modernisation de l administration fiscale (amélioration du recouvrement et renforcement du contrôle, déclaration et paiement électroniques par les grandes entreprises, prise en charge du recouvrement; formation, communication).

7 Résultat : consolidation de la position budgétaire (en dépit des chocs exogènes) stabilité du cadre macro-économique : Le solde budgétaire est passé d un déficit de près de 5% en 25 à 1,5% en 26 (ajustement de 3,5%) avant de dégager des excédents en 27 et 28 de,6% et,4% respectivement. En 29, en dépit du stimulus budgétaire et de la réduction En 29, en dépit du stimulus budgétaire et de la réduction des taux d imposition de l impôt sur les sociétés et de l impôt sur le revenu, le déficit budgétaire n a pas dépassé 2,2%.

8 Impact des réformes sur les finances publiques En % du PIB 6% 5% 4% 3% 2% 1% % -1% -2% -3% -4% -5% -6% -7% -,8% -2,6% -5,5% -3,2% -4,1% -2,1% -1,6% -3,1% -3,1% -4,2% -4,4% -4,1% -1,9% -4,% -5,4%,5% -1,7% -2,2% 3,2%,6%,1% 5,% Solde global,4% Solde hors compensation -2,2% Solde hors privatisation ,4% 8

9 Hors effets crise, la position budgétaire reste équilibrée ,2,4 1,2 En % du PIB Réforme IR Réforme IS Salaires Ciblage Investissement,7,3,6,2,9 Effets crise/recettes fiscales,3 1,1,6,9 1,1 9

10 II- Financement du déficit budgétaire

11 Principales réformes ayant permis de maîtriser le financement du Trésor : Création (1989) du marché des valeurs du Trésor ; Désignation d un réseau d intermédiaires en valeurs du Trésor ; Mise en place (1996) du marché secondaire ; Création d un dépositaire central ; Emission par assimilation ; Suppression des taux administrés et des emplois obligatoires des banques ; Abandon du financement auprès de la Banque centrale ; Automatisation du processus d adjudication ; Gestion active de la trésorerie publique ; 11

12 Structure de la dette Anneau externe : ANNEE 29 Anneau interne : ANNEE 1998 DETTE INTERIEURE 51% 77% DETTE EXTERIEURE 23% 49% 12

13 DETTE INTÉRIEURE MM.DH En % du PIB 49,% 41,3% 46,1% 44,3% 44,3% 43,% 42,8% 34,1% 35,1% 38,% 37,4% 36,2%,,,,,,,,,,,,

14 PROFIL DE LA DETTE INTERIEURE Amélioration de la structure par terme résiduel Long terme 36% 43% Court terme 29% 3% 32% 28% Moyen terme Anneau externe : ANNEE 29 Anneau interne : ANNEE

15 Financement essentiellement non bancaire 15

16 EVOLUTION DE LA DURÉE DE VIE MOYENNE DE LA DETTE INTERIEURE 6 ans et 9 mois 6 ans et 5 mois 6 ans et 5 mois 5 ans 5 ans 5 ans et 1 mois 4 ans et 5 mois 4 ans et 9 mois 5 ans et 3 mois 4 ans et 1 mois 3 ans et 8 mois ans et 9 mois

17 DETTE EXTÉRIEURE DU TRÉSOR En % du PIB 1 32,7% 31,8% 1 35% 3,2% 3% 25,9% 1 2,8% 1 25% 1 2% 16,5% 1 13,9% 13,1% 1 5% 11,3% 1,7% 9,9% 1,7% 1 % 5% %

18 EVOLUTION DU COUT MOYEN DE LA DETTE EXTÉRIEURE DU TRESOR 6% 6% 5,3% 5,3% 5,2% 4,9% 5% 4,4% 5% 4,1% 4,2% 3,9% 4% 3,7% 4% 3,6% 3,4% 3,4% %

19 EMISSIONS RÉALISÉES SUR LE MARCHÉ FINANCIER INTERNATIONAL Montant Durée Prime de risque Juillet ,5 milliards FF 5 ans 48 pb Avril ,7 millions 7 ans 55 pb Juillet 23 4 millions 5 ans 215 pb Juillet 27 5 millions 1 ans 55 pb 1 milliard 1 ans 2 pb Septembre

20 Ratio de la dette En % du PIB 35 7% 67,2% 65% 63,8% 3 6,9% 25 62,1% 58,3% 6% 57,4% 55% 53,5% 5% 2 47,3% 46,9% 45% 4% 15 35% 1 3%

21 En % du PIB Evolution du ratio de la dette 21

22 Coût de la dette Charges en intérêt de la dette Courbe des taux 13,5% 12,5% ,3% 11,1% 11,% 8,3% 8,5% 6,% 6,4% 7,% 7,% ,8% 7,7% 7,6% 2 6,22% 6,8% 6,% 24 4,5% 5,29% 3,88% 27 3,5% 3,97% 3,97% 2,42% 29 1,% 13 Sem 26 Sem 52 Sem 2 Ans 5 Ans 1 Ans 15 Ans 2 Ans 3 Ans En % du PIB 22

23 EVOLUTION DES CRÉDITS BANCAIRES À L ÉCONOMIE 579,2 55 En MM.DH 529,8 429, , ,3 25 2,6 28,6 216, ,5 251,

24 POURSUITE DE LA BAISSE DE LA DETTE D ORIGINE BANCAIRE 24

25 TAUX BANCAIRES DÉBITEURS En % 11 1,6 1 9,28 9,3 9,13 9 8,6 8,8 8 7,88 7,6 7 6,7 6,7 6,33 6,

26 UNE CROISSANCE RÉALISÉE DANS UN CONTEXTE NON INFLATIONNISTE En % 6.2% entre 199 et , 7, 6,1 5,7 5,2 5,2 1,9 % entre 1996 et 29 3, 2,8 2,8 2,5 1,9 1,,7 1,2,6 3,7 3,3 1,5 1, 1,

27 UN STOCK DES AVOIRS EXTÉRIEURS COUVRANT L ENCOURS DE LA DETTE PUBLIQUE EXTÉRIEURE En MM.DH 22 Avoirs Extérieurs 18 Dette publique extérieure

28

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011 Comité Directeur Confédéral Intervention économique 16 mars 2011 En 2010, le déficit budgétaire s est élevé à 148,8 milliards d euros Déficit public en 2010 s est élevé à 7,7 % du PIB Dette publique en

Plus en détail

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Monsieur le Ministre, Messieurs les Secrétaires

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

La dette publique, le verrou à faire sauter. Damien Millet CADTM Marseille 19 mai 2012 www.cadtm.org www.audit-citoyen.org

La dette publique, le verrou à faire sauter. Damien Millet CADTM Marseille 19 mai 2012 www.cadtm.org www.audit-citoyen.org La dette publique, le verrou à faire sauter Damien Millet CADTM Marseille 19 mai 2012 www.cadtm.org www.audit-citoyen.org Nord / Sud, même combat Depuis 1982, crise de la dette du tiersmonde et politiques

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

ENIM. Etablissement National des Invalides de la Marine

ENIM. Etablissement National des Invalides de la Marine CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.17 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 ENIM Etablissement National

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE Trésorerie de Sauveterre de Guyenne PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La commune de SAUVETERRE DE GUYENNE est située au cœur de l Entre Deux mers.

Plus en détail

Le processus budgétaire

Le processus budgétaire Le processus budgétaire fédéral Le budget Le document stratégique le plus important publié par le gouvernement chaque année Instrument de communication des priorités de l'état : élections, discours du

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Royaume du Maroc. Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009

Royaume du Maroc. Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009 Royaume du Maroc Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009 Introduction Définition Avantages fiscaux accordés par l Etat en vue d encourager des personnes physiques ou morales, en renonçant

Plus en détail

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques Octobre 2012 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques JEAN-LOUIS BRILLET, GILBERT CETTE ET IAN GAMBINI 1 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général Octobre 2012 Sommaire général I.

Plus en détail

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir?

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Dominique Plihon Université Paris Nord Conseil Scientifique d Attac Membre des Economistes Atterrés 29 août 2015 Plan de la présentation 1/

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Gestion des ressources et stabilité financière en Algérie. Par. Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie

Gestion des ressources et stabilité financière en Algérie. Par. Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie Gestion des ressources et stabilité financière en Algérie Par Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie Octobre 2010 1/16 Après deux décennies d efforts d investissements, financés principalement

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTE n 3 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2001-2002 18 juillet 2002 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2002

Plus en détail

Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016

Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016 Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016 L élaboration du Projet de Budget Citoyen au titre de l année 2016 s inscrit dans le cadre de la consécration des droits garantis par la Constitution

Plus en détail

Audit financier et fiscal

Audit financier et fiscal Audit financier et fiscal Eléments synthétiques tiques extraits de l auditl Juin 2008 Territoires & Conseil 12 rue de Castiglione 75001 Paris Territoires-et-conseil@wanadoo.fr Tél.: 01.53.34.07.17 1 La

Plus en détail

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990)

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Développement des marchés de capitaux Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Séminaire de clôture Tunis, le 23 mai 2013 Françoise Drumetz Directeur de la coopération extérieure CONTEXTE

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE

STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE 2007-2008 Stratégie de gestion de la dette 2007-2008 Objet L objet de la Stratégie de gestion de la dette est d énoncer les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Cadrage macroéconomique

Cadrage macroéconomique Cadrage macroéconomique Le scénario macroéconomique repose sur des hypothèses réalistes : 2013 : une nouvelle année de croissance faible (0,1 %), dans un contexte de crise européenne Reprise progressive

Plus en détail

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution Revenu du travail et du capital = Revenus bruts (répartition primaire du revenu) cf. Ch 5 Revenus bruts cotisations sociales impôts + prestations = Revenu disponible (répartition secondaire du revenu,

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

Les pensions dans la gouvernance économique et sociale européenne Les enjeux de la taxation

Les pensions dans la gouvernance économique et sociale européenne Les enjeux de la taxation Les pensions dans la gouvernance économique et sociale européenne Les enjeux de la taxation Dalila Ghailani, Observatoire social européen Séminaire Eurelpro Comité économique et social européen, 26 novembre

Plus en détail

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 1) Qu est ce qu une dette souveraine? A) A l origine de la dette: les déficits publics B) Quelle dette prendre en compte: la dette brute ou

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Se préparer au prochain choc

Se préparer au prochain choc Se préparer au prochain choc Thomas Baunsgaard Chef de division adjoint (F1), Département des finances publiques Forum fiscal africain 9 et 1 novembre 211 Le Cap 1 D où pourront provenir les prochains

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC Mohamed SBIHI Professeur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Rabat-Agdal Dans un contexte d ouverture, caractérisé

Plus en détail

(IMPOTS) Texte n DGI 06/2011 NOTE COMMUNE N 4/3122

(IMPOTS) Texte n DGI 06/2011 NOTE COMMUNE N 4/3122 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 02/06/2011 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 06/2011 NOTE COMMUNE N 4/3122 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

Le bilan fonctionnel. Mois AAAA. Préambule

Le bilan fonctionnel. Mois AAAA. Préambule Mois AAAA Mois AAAA mises à jour décembre 2010, Préambule La majeure partie des associations du secteur social et médico-social gère un ou plusieurs établissements ou services et propose des prestations

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- LE CONSEIL DES MINISTRES DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA LE CONSEIL DES MINISTRES

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir 2 POUR DEMARRER VOTRE ACTIVITE VOUS AVEZ BESOIN DE : D'investissements Moyens de production De stocks de matières et de produits D'une trésorerie de départ

Plus en détail

Rapport de la cour des comptes sur la dette publique. Un premier pas vers l audit?

Rapport de la cour des comptes sur la dette publique. Un premier pas vers l audit? Rapport de la cour des comptes sur la dette publique Un premier pas vers l audit? Bibliothèque nationale Rabat 18 avril 2014 Mimoun Rahmani Remarques préliminaires Il s agit d un rapport de contrôle de

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques

Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques Intervention de Pascal LABET Comité Directeur Confédéral 14 septembre 2011 Un effort de consolidation budgétaire qui passe par

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE JUIllet 2015

NOTE DE CONJONCTURE DE JUIllet 2015 NEWSLETTER JUIllet 2015 NOTE DE CONJONCTURE DE JUIllet 2015 Sommaire Conjoncture économique internationale Page 1 Conjoncture économique nationale Page 2 Conjoncture économique internationale Selon le

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

1. Quelles sont les nécessités et obligations comptables. 2. Pourquoi établir un bilan, un compte de résultat, un budget?

1. Quelles sont les nécessités et obligations comptables. 2. Pourquoi établir un bilan, un compte de résultat, un budget? Sommaire 1. Quelles sont les nécessités et obligations comptables 2. Pourquoi établir un bilan, un compte de résultat, un budget? 3. Quels outils? 4. Quelle fiscalité? 5. Quels documents conserver? Introduction

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Sommaire PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Thème 1 Les notions de patrimoine et d activité de l entreprise 15 1 Bilan de départ simplifié 15 2 Bilans successifs et détermination

Plus en détail

La soutenabilité de la dette publique/enjeux du financement des États par le marché financier

La soutenabilité de la dette publique/enjeux du financement des États par le marché financier COMMISSION DE SURVEILLACE DU MARCHE FINANCIER DE L AFRIQUE CENTRALE Atelier régional sur «les marchés obligataires et les émissions de titres publics» Libreville, Gabon : les 18 et 19 février 2008 La soutenabilité

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Structure de l épargne et croissance Olivier Davanne

Structure de l épargne et croissance Olivier Davanne Structure de l épargne et croissance Olivier Davanne Introduction du débat organisé par l IEFP 5 décembre 2007 1 Plan de la présentation 1. Volume de l épargne et croissance en union monétaire. 2. Structure

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

LEGAL FLASH I CASABLANCA

LEGAL FLASH I CASABLANCA LEGAL FLASH I CASABLANCA MESURES FISCALES DE LA LOI DE FINANCES POUR L ANNEE 2014 Février 2014 SOMMAIRE LES MESURES FISCALES CONSACRANT LA COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES MAROCAINES 2 MESURES VISANT À FAVORISER

Plus en détail

réforme fiscalité indirecte de la Avant-projet Avril 06 1/14

réforme fiscalité indirecte de la Avant-projet Avril 06 1/14 réforme La fiscalité de la indirecte Avant-projet Avril 06 1/14 LA RÉFORME DE LA FISCALITÉ INDIRECTE I. UNE FISCALITÉ INDIRECTE A BOUT DE SOUFFLE 1.1. Le constat : une fiscalité archaïque et inadaptée

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

RETRO/PROSPECTIVES FISCALES

RETRO/PROSPECTIVES FISCALES RETRO/PROSPECTIVES FISCALES Prof. Dr. BRUNO COLMANT Membre de l'académie Royale de Belgique Responsable de la recherche macroéconomique- Banque Degroof Petercam 1 Messages principaux (II) La taxation n

Plus en détail

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion.

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion. Le Président REF. : N 1027 Poitiers, le 29 décembre 2006 Rod2-1 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Le rapport d observations définitives sur la gestion de la commune de Saint-Sauveur-d Aunis, arrêté

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Organisation et organigramme fonctionnel de la DDFiP de l Oise

Organisation et organigramme fonctionnel de la DDFiP de l Oise 1 Organisation et organigramme fonctionnel de la DDFiP de l Oise Implantée à Beauvais, la DDFiP de l Oise, juridiquement créée le 26 avril 2010, est organisée autour de trois pôles fonctionnels : le pôle

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

INSTRUCTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE M14 TOME 2 - ANNEXES

INSTRUCTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE M14 TOME 2 - ANNEXES 1 INSTRUCTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE M14 TOME 2 - ANNEXES Version en vigueur au 1 er janvier 2014. 2 LISTE DES ANNEXES ANNEXE N 1 : Liste des chapitres budgétaires des budgets votés par nature... 3 ANNEXE

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 259 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Bruxelles, 18 juin 2014 2 Une cellule de réflexion composée d experts

Plus en détail

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne Direction Générale des Douanes et Droits Indirects Programme des épreuves Concours d inspecteur des douanes interne CONCOURS INTERNE Analyse, parmi plusieurs sujets proposés, d un dossier sur l organisation,

Plus en détail

UN APERCU SUR LA DECENTRALISATION FISCALE ET LES FINANCES LOCALES EN AFRIQUE FRANCOPHONE. Par

UN APERCU SUR LA DECENTRALISATION FISCALE ET LES FINANCES LOCALES EN AFRIQUE FRANCOPHONE. Par Boko 1 UN APERCU SUR LA DECENTRALISATION FISCALE ET LES FINANCES LOCALES EN AFRIQUE FRANCOPHONE Par Dr. Sylvain H. Boko Professeur Agrégé des Sciences économiques Wake Forest University Winston-Salem,

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission LE COMMERCE DE DÉTAIL EN POLYNÉSIE FRANÇAISE Agence de Papeete Novembre 24 La présente note vise à : présenter les principales caractéristiques des entreprises du commerce de détail en Polynésie française

Plus en détail

INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP)

INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP) TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE CONSEIL D ADMINISTRATION 25 FEVRIER 2014 INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP) AC/DAF La GBCP : définition GBCP = Gestion

Plus en détail

Pacte de croissance N-VA RESUME

Pacte de croissance N-VA RESUME N-VA Pacte de croissance N-VA Service d études N-VA Le 12 juin 2012 RESUME A travers ce pacte de croissance, la N-VA souhaite émettre des propositions destinées à résoudre de manière énergique les problèmes

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 4/2014

NOTE COMMUNE N 4/2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales A.Z NOTE COMMUNE N 4/2014 O B J E T : Commentaire des dispositions des articles 24, 51, 52, 54,

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail