Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive"

Transcription

1 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive 10 octobre 2014

2 Préliminaire Le présent document vise à présenter les conclusions de l audit financier réalisé entre les mois de juillet 2014 et octobre 2014 et qui s est déroulé en deux phases : 1) Une analyse financière rétrospective visant à apporter une vision claire et objective de la situation financière de la ville de Schiltigheim au regard des 2 dernières années de la dernière mandature (2011 à 2013). 2) Une analyse financière prospective visant à présenter, sur la base d hypothèses définies par les services de la commune, l évolution des grandes masses financières afin de définir les marges de manœuvres financières de la ville de Schiltigheim à l horizon de Nos analyses ont été réalisées sur la base des éléments financiers suivants, qui nous ont été communiqués par la direction des finances de la ville de Schiltigheim : les comptes administratifs de 2011 à 2013; les comptes de gestion de 2011 à 2013; le budget primitif 2014 ainsi que le budget supplémentaire 2014; les états fiscaux (1259, 1288M, 1386) et les délibérations décidant des exonérations de TF et abattements de TH; les fiches de notification DGF de 2011 à 2014; l état du personnel, de la dette, des immobilisations; le bilan social 2013; l évolution du patrimoine de 2011 à 2013; Organigramme des services, état du personnel. 2 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

3 Rappels méthodologiques 3 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

4 Notre analyse financière a été réalisée à la lumière des règles en vigueur en matière de finances des collectivités territoriales Les règles d équilibre des comptes des collectivités locales se définissent comme suit : DEPENSES Charges à caractère général Rémunération du personnel Subventions Intérêts de la dette Section de fonctionnement RECETTES Impôts (TF, TH) Dotations Etat (DGF, ) Subventions partenaires (CG, CR, CAF ) Sections de fonctionnement et d investissement respectivement équilibrées : Evaluation des dépenses et des recettes de façon sincère Financement de l annuité des emprunts en capital par des recettes propres Résorption du déficit éventuel résultant de l exécution du dernier budget Epargne brute DEPENSES Remboursement du capital de la dette Dépenses d équipement Section d investissement Recettes tarifaires RECETTES Epargne brute Subventions partenaires (CG, CR, CAF ) FCTVA Equilibre du compte administratif : Communes < habitants : Absence de déficit 10% des recettes de fonctionnement Communes > habitants : Absence de déficit 5% des recettes de fonctionnement Emprunt 4 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

5 Notre analyse financière s appuie sur quelques concepts clés Les principaux ratio abordés au cours de l analyse se définissent comme suit : Epargne brute = Excédent des recettes réelles de fonctionnement (= recettes courantes + recettes financières + recettes exceptionnelles) sur les dépenses réelles de fonctionnement (= dépenses courantes + dépenses financières + dépenses exceptionnelles). Appelée aussi autofinancement brut, l'épargne brute est affectée à la couverture d'une partie des dépenses d'investissement, et notamment au remboursement de la dette. Seuil d alerte Deloitte : 8% Epargne nette = Épargne de gestion après déduction de l'annuité de dette hors gestion active de dette, ou épargne brute après déduction des remboursements de dette. Elle mesure l'épargne disponible pour l'équipement brut après financement des remboursements de dette. Seuil d alerte Deloitte : 3% Besoin / Capacité de financement avant emprunt = Dépenses d investissement Recettes d investissement (dont la capacité d autofinancement). Capacité de désendettement = Encours de dette / Epargne brute. Elle mesure le nombre d'années que mettrait la collectivité à rembourser sa dette grâce à son épargne brute. Seuil d alerte Deloitte : 10 ans 5 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

6 Rappel des modes de calcul (1/2) (1) RECETTES COURANTES DE FONCTIONNEMENT Produits des services du domaine et ventes diverses Impôts et taxes Dotations et subventions Autres produits de gestion courante Atténuation des charges (2) DEPENSES DE GESTION Charges à caractère général Charges de personnel et frais assimilés Autres charges de gestion courante Atténuation des produits (a)=(1)-(2) EPARGNE DE GESTION (résultat courant) (3) Produits financiers (4) Charges financières (b)=(3)-(4) RESULTAT FINANCIER (5) Produits exceptionnels (6) Charges exceptionnelles (c)=(5)-(6) RESULTAT EXCEPTIONNEL (A)=(a)+(b)+(c) EPARGNE BRUTE (7) Remboursement du capital de la dette (B)=(A)-(7) EPARGNE NETTE 6 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

7 Rappel des modes de calcul (2/2) (8) DEPENSES D'INVESTISSEMENT Dotations fonds divers Dépenses d'équipement non individualisées Dépenses d'équipement individualisées en opérations Immobilisations financières Opérations pour compte de tiers (9) RECETTES D'INVESTISSEMENT FCTVA Excédents de fonctionnement capitalisés Subventions d'investissement reçues Recettes d'équipement Immobilisations financières Opérations pour compte de tiers (C)=(8-9) BESOIN DE FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS avant emprunt (D)=(B)-(C) RESULTAT DE L'EXERCICE AVANT EMPRUNT (10) Excédent / Déficit reportré de n-1 (E)=(D)-10 EMPRUNT (F)=(D)+(10)+(E) (G) (H)=(F)-(G) (I)=(I de n-1)-(7)+(e) SOLDE D'EXECUTION DU BUDGET PRINCIPAL SOLDE D'EXECUTION DES BUDGETS ANNEXES SOLDE D'EXECUTION DU BUDGET CONSOLIDE ENCOURS DE LA DETTE 7 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

8 Analyse financière rétrospective ( ) 8 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

9 Analyse financière rétrospective ( ) Synthèse des équilibres financiers CA CA CA Recettes courantes de fonctionnement Dépenses de gestion Epargne de gestion (résultat courant) Taux d'épargne de gestion 12,4% 10,3% 11,0% Résultat financier Résultat exceptionnel EPARGNE BRUTE Remboursement du capital de la dette EPARGNE NETTE Dépenses d'investissement hors rembt dette Recettes d'investissement hors emprunt BESOIN (+) / CAPACITE (-) DE FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS avant emprunt RESULTAT DE L'EXERCICE (avant l'emprunt) Excédent (+) / Déficit (-) reporté de n-1 non affecté BESOIN (+) / CAPACITE (-) DE FINANCEMENT avant emprunt Emprunt contracté SOLDE D'EXECUTION Budget principal ENCOURS DE DETTE Capacité de désendettement 3,6 années 4,8 années 4,4 années Source : comptes administratifs Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

10 Millions Millions Analyse financière rétrospective ( ) ,5 Evolution de la section de fonctionnement depuis ,4 8,7 2,7 2,8 2, ,0 9,0 8,0 7,0 6,0 5,0 4,0 3,0 2,0 1,0 - Epargne brute Epargne brute (retraitée de l'exceptionnel) Dépenses réelles de fonctionnement Recettes réelles de fonctionnement Une capacité d autofinancement fragilisée qui représente 9,7% des recettes réelles de fonctionnement en % de l épargne brute est issue des cessions de terrains 10 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

11 Millions Analyse financière rétrospective ( ) 16,0 14,0 Evolution des dépenses de fonctionnement depuis ,1 14,5 14,8 12,0 10,0 8,0 6,0 4,0 6,9 7,6 7,8 3,1 3,0 3,3 Charges à caractère général Charges de personnel et frais assimilés Autres charges de gestion courante 2, Hausse des dépenses liées à la Petite Enfance avec l ouverture de nouvelle structures d accueil Les charges de personnel, qui représentent 56% des dépenses, ont augmenté de 5% Hausse des subventions aux associations de 15% entre 2011 et Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

12 Millions Analyse financière rétrospective ( ) 20,0 18,0 16,0 14,0 12,0 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 - Evolution des recettes de fonctionnement depuis ,7 18,3 18,7 Produits des services 6,7 6,8 7,0 Impôts et taxes Dotations et subventions 2,8 2,8 2, Les produits des services ont baissé de 2% par an Un reversement de fiscalité par la CUS stable (4,3 M ) Une fiscalité dynamique (+8% vs. 2011) grâce au développement de l Espace Européen 12 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

13 Analyse financière rétrospective ( ) Zoom sur les impôts locaux 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Comparaison des taux de taxe d habitation 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Comparaison des taux de taxe foncière sur le bâti Un potentiel fiscal par habitant supérieur à la moyenne de la strate Une politique d abattements plus favorable que le minimum légal à mettre en perspective avec les valeurs locatives cadastrales Des taux de fiscalité inférieurs à la moyenne de la strate nationale 13 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

14 Millions Analyse financière rétrospective ( ) 4,0 3,5 Evolution de la dotation de l Etat depuis ,4 3,4 3,4 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5-1,2 0,9 0,9 1,0 0,9 0, Dotation de base Dotation de solidarité urbaine Autres Une dotation de l Etat en hausse grâce à l augmentation de la dotation de solidarité urbaine (dont la DSU cible) liée à l appauvrissement de la population de la commune 14 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

15 Millions Analyse financière rétrospective ( ) 8,0 7,0 6,0 5,0 4,0 3,0 2,0 1,0 0,0-1,0 5,1 2,1 Evolution de l épargne nette depuis ,1 0,4-0,1-0, Epargne nette Epargne nette (retraitée de l'exceptionnel) Depuis 2012 la commune n est plus en mesure de constituer un excédent pouvant financer une partie de ses dépenses d investissement : son épargne nette fut négative en 2012 et Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

16 Millions Analyse financière rétrospective ( ) 10,0 9,0 8,0 7,0 6,0 5,0 4,0 3,0 2,0 1,0-7,1 Evolution des dépenses d équipement depuis ,4 8, % 30% 25% 20% 15% 10% Dépenses d'équipement Taux d'équipement = dépenses d'équipement / recettes courantes de fonctionnement 23 M de dépenses d investissement (hors remboursement et refinancement de la dette) entre 2011 et 2013 Un taux d équipement en hausse en lien avec les importants investissements réalisés en fin de mandat 16 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

17 Millions Analyse financière rétrospective ( ) Evolution de l encours de dette depuis , ,0 20, Encours de dette 15,0 10,0 12,3 13,1 12,3 6 4 Capacité de désendettement (en nbr d'années) 5,0 2 Seuil d'alerte Deloitte 0, Un faible endettement (387 /hab) 2 emprunts ont été souscrits à l été Cet endettement s élève à fin septembre 2014 à 17,3 M, soit 6,1 années d épargne brute Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

18 Millions Analyse financière rétrospective ( ) 8,0 7,0 6,0 5,0 4,0 3,0 2,0 1,0 0,0-1,0 4,3 Evolution du solde d exécution depuis ,2 5, Solde d'exécution Budget principal Résultat de l'exercice (après emprunt) Un solde d exécution du budget principal en baisse depuis Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

19 Zoom sur l opération Adelshoffen 19 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

20 Zoom sur l opération Adelshoffen Contexte (1/2) 20 Dates Commentaires 2001 Acquisition par la ville de Schiltigheim du terrain de la brasserie Adelshoffen pour 3,05 M Décision d implanter la médiathèque nord => relance des projets d aménagement 2007 Mai 2008 Mars 2009 Juin 2009 Juillet 2010 Mars 2011 Mai 2011 Juin 2011 Décembre 2011 Automne 2012 Procédure de modification du POS à l initiative de la SERS pour une opération d aménagement Intention de la ville de confier au Foyer Moderne «les études et la réalisation de deux lots du projet» Démarrage souhaité des travaux Elargissement du programme d aménagement Apport définitif de l opération d aménagement de la Ville au Foyer Moderne en fixant le prix de vente du terrain à 4,8 M HT Délibération de la ville pour avance de 1,4 M accordée à FMS Autorisation de la ville à FMS de prendre une participation dans la société commerciale à hauteur de 49% Opération d aménagement confiée à une entreprise privée détenue à 51% par la SAREST et 49% par FM (création de la SAS Ecoquartier Adelshoffen). Permis d aménagement d une surface de M² de SHON Démarrage effectif des travaux Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

21 Zoom sur l opération Adelshoffen Contexte (2/2) Procédures attribution de l opération d aménagement au Foyer Moderne : Contraire à l objet de la SEM et à ses compétences («pas d expérience d aménagement et de promotion» selon le rapport de la Chambre Régionale des Comptes) et fragilisant de fait l entité au regard de la faiblesse de ses fonds propres Pas de mise en concurrence: pour traiter l opération de gré à gré, une SPLA (Société publique locale d aménagement) ou une SPL (société publique locale) aurait dû être créée. Le Foyer Moderne n a pas recouru non plus à des procédures (mandat, concession ou convention d aménagement) pour transparence et liberté d accès à la commande publique. attribution de l opération, au final, à un opérateur privé : Financier Choix par FMS d apporter l opération à un opérateur privé de gré à gré Le FMS a procédé à d importantes études et a dépensé près de 1,5 M dont une importante consultation liée au concours d architectes; seuls 837 K de dépenses ont été prises en charge par la SAS qui porte finalement l opération d aménagement. Avance de la ville (sans intérêt et non remboursée à ce jour) de 1,4 M à FMS accordée en 2011; 2 mois après l encaissement de l avance, cession de l opération par FMS à la SAS Ecoquartier Adelshoffen 21 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

22 Zoom sur l opération Adelshoffen Analyse (1/2) Eléments de réflexion concernant le «manque à gagner» théorique pour la ville concernant cette opération : - Pas d intérêt sur le prêt de 1,4 M et sortie de trésorerie non nécessaire - Hypothèse de remboursement par FMS en mars 2015 soit 4 années d intérêts non perçus à un taux de 3% : 175 K - Perte des rentrées fiscales sur les 3 années de décalage de l opération : - 48 logements «conventionnés» : - Taxe foncière : dans le cadre de logements conventionnés, le propriétaire est exonéré de taxes foncières pendant les 15 premières années => pas de perte d opportunité - Taxe d habitation: - produit moyen par logement : (5 863 K / logements = 413 ) => 413 * 3 années * 48 logements = 59 K logements «autres» : - Taxe foncière : - produit moyen par logement : (7 505 K / logements = 528 ) => 528 * 3 années * 282 logements = 447 K - Taxe d habitation: - produit moyen par logement : (5 863 K / logements = 413 ) => 413 * 3 années * 282 logements = 349 K - Avance perdue par la Ville dans sa relation avec la SERS avant la revente : 56 K TOTAL : K 22 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

23 Zoom sur l opération Adelshoffen Analyse (2/2) - Valorisation du prix de vente : - Le prix de vente s est élevé à 4,8 M HT pour une superficie de 255,63 ares (cession en novembre 2012) - Raisonnement par rapport à l are: prix de vente de 18,6 K - Raisonnement par rapport à la SHON : prix de vente de Au regard de la vente de l ensemble à la SAS «Ecoquartier», le prix proposé à l are n appelle pas de commentaire matériel sur ce point. Cependant, sur la base d un raisonnement à la SHON, le prix de vente du marché aurait davantage pu tourner autour de 300 (estimations immobilières => une étude spécifique devrait être menée pour valoriser spécifiquement ce point). - La valorisation d un terrain est fortement dépendante de la configuration de la vente (vente de l ensemble à un lotisseur / vente par lots / vente particuliers) et de l ensemble des contingences à prendre en compte (viabilisation, contraintes environnementales, ) - Terrain «Simply» : l utilité de l achat du terrain Simply pour 3 M semble infondée dans la mesure où la bibliothèque/ médiathèque aurait pu être installée sur le site Adelshoffen. 23 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

24 Analyse financière prospective ( ) 24 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

25 Analyse financière prospective ( ) Principales hypothèses Evolution croissante du nombre de logements à l horizon 2020 Hausse des produits de la fiscalité Nuancée par la hausse des dépenses liées aux services à la population et aux dépenses liées à l augmentation des structures communales pour accueillir cette nouvelle population Forte baisse des dotations de l Etat entre 2014 et 2017 : Baisse de 0,2 M en 2014 On estime les baisses supplémentaires à 0,5 M par an entre 2014 à 2017, une dotation de l Etat qui baissera donc d 1/3 (-1,8 M ) entre 2013 et Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

26 Analyse financière prospective ( ) Scénario 1 : au fil de l eau L évolution des équilibres financiers à partir des hypothèses d évolution préétablies peut être résumée dans le tableau suivant CA BP+BS Réalisé prévisionnel Réalisé prévisionnel Réalisé prévisionnel Réalisé prévisionnel Réalisé prévisionnel Réalisé prévisionnel % évolution moyen annuel (réalisé ) Recettes courantes de fonctionnement ,31% Dépenses de gestion ,93% Epargne de gestion (résultat courant) ,23% Résultat financier Résultat exceptionnel EPARGNE BRUTE Taux d'épargne brute 7,2% 5,7% 2,9% 0,0% -2,3% -1,7% -2,2% -0,5% Remboursement du capital de la dette ,80% EPARGNE NETTE ,01% Taux d'épargne nette 1,3% -0,7% -4,6% -6,1% -8,9% -8,6% -9,7% -8,0% Dépenses d'investissement hors rembt dette ,10% Recettes d'investissement hors emprunt ,41% BESOIN (+) / CAPACITE (-) DE FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS avant emprunt ,23% RESULTAT DE L'EXERCICE (avant l'emprunt) ,30% Excédent (+) / Déficit (-) reporté de n-1 non affecté ,00% BESOIN (+) / CAPACITE (-) DE FINANCEMENT avant emprunt ,78% Emprunt contracté ,00% SOLDE D'EXECUTION Budget principal ,00% ENCOURS DE DETTE ,24% Capacité de désendettement 4,4 années 9,0 années 20,4 années incapacité incapacité incapacité incapacité incapacité 26 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

27 Millions Millions Millions Analyse financière prospective ( ) Scénario 1 : au fil de l eau Evolution de la section de fonctionnement Evolution de l encours de la dette ,1 1,7 0,9 0,0-0,2-0,5-0,7-0, Epargne brute 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0,0-0,5-1,0 46,6 40,5 33,9 27,5 20,9 15,4 17,3 12, ,0 45,0 40,0 35,0 30,0 25,0 20,0 15,0 10,0 5,0 0,0 Dépenses réelles de fonctionnement (hors except.) Recettes réelles de fonctionnement (hors except.) Encours de la dette Ce scénario est intenable pour la commune qui aurait dès 2016 une épargne nette négative et une capacité de désendettement qui dépasserait le seuil s alerte dès 2015 => un nouveau scénario doit être imaginé 27 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

28 Analyse financière prospective ( ) Hypothèses pour un scénario viable Pas d augmentation des taux d imposition ni de modification de la politique d abattements (volonté politique) Objectif : réaliser 2 M d économies par an d ici 2017 Baisse des charges à caractère général de 5% en 2015 et en 2016 (comparé à une hausse annuelle de 2,51% dans le scénario 1) hypothèse TRES AMBITIEUSE car équivalente à un effort d économies de 0,6 M dès 2015 et qui s élèvera à 1,3 M en 2016 et 2017 Stabilisation des charges de personnel en 2015 et en 2016 à leur niveau de 2014 : ce qui représenterait une économie de 0,6 M en 2017 Baisses des charges de gestion courante (Subventions versées) de 5% en 2015 : ce qui représenterait une économie de 0,2 M dès Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

29 Analyse financière prospective ( ) Scénario 2 : un scénario viable L évolution des équilibres financiers à partir des hypothèses d évolution préétablies peut être résumée dans le tableau suivant CA BP+BS Réalisé prévisionnel Réalisé prévisionnel Réalisé prévisionnel Réalisé prévisionnel Réalisé prévisionnel Réalisé prévisionnel % évolution moyen annuel (réalisé ) Recettes courantes de fonctionnement ,31% Dépenses de gestion ,64% Epargne de gestion (résultat courant) ,47% Résultat financier Résultat exceptionnel EPARGNE BRUTE Taux d'épargne brute 7,2% 5,7% 6,7% 7,4% 5,7% 6,5% 6,4% 8,3% Remboursement du capital de la dette ,00% EPARGNE NETTE ,00% Taux d'épargne nette 1,3% -0,7% -0,8% 1,7% -0,1% 1,0% 0,9% 3,3% Dépenses d'investissement hors rembt dette ,38% Recettes d'investissement hors emprunt ,75% BESOIN (+) / CAPACITE (-) DE FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS avant emprunt ,11% RESULTAT DE L'EXERCICE (avant l'emprunt) ,99% Excédent (+) / Déficit (-) reporté de n-1 non affecté ,00% BESOIN (+) / CAPACITE (-) DE FINANCEMENT avant emprunt ,99% Emprunt contracté ,00% SOLDE D'EXECUTION Budget principal ,00% ENCOURS DE DETTE ,00% Capacité de désendettement 4,4 années 9,0 années 7,2 années 6,5 années 10,1 années 9,7 années 10,8 années 8,7 années 29 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

30 Millions Millions Millions Analyse financière prospective ( ) Scénario 2 : un scénario viable Evolution de la section de fonctionnement Evolution de l encours de dette ,1 1,7 2,0 2,2 1,7 2,0 2,0 2,7 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 35,0 30,0 25,0 20,0 15,0 10,0 5,0 12,3 15,4 14,3 14,1 16,8 19,2 21,5 23, ,0 0, Epargne brute Dépenses réelles de fonctionnement (hors except.) Recettes réelles de fonctionnement (hors except.) Encours de la dette Capacité de désendettement (en nbr d'années) Seuil d'alerte Deloitte En limitant le stock de dette à 1,5 x le stock dette actuel (23 M en 2020), la commune pourrait investir 5,2 M (net des subventions reçues) par an, soit un montant total sur de 31,2 M. Pour comparaison, la ville de Schiltigheim a investi en moyenne 7 M (net des subventions reçues) par an entre 2011 et Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

31 Analyse financière prospective ( ) Scénario 2 : un scénario réalisable? Le scénario 2 permet à la commune de garder un équilibre financier viable à l horizon Toutefois les hypothèses prises dans ce scénario sont très ambitieuses et nécessitent une réelle prise de conscience dès aujourd hui : De réelles mesures d économies doivent être prises dès 2015 Une enveloppe d investissements limitée : il convient de mener une réflexion globale sur les investissements à prioriser à court et moyen terme 31 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014

32 Analyse financière prospective ( ) Leviers potentiels d optimisation SECTION DE FONCTIONNEMENT Augmenter les recettes Avoir une politique dynamique concernant les tarifs communaux Optimiser le taux de remplissage des structures communales Analyser les composantes du levier fiscal et optimiser les bases fiscales Réinterroger le prix des services facturés à l usager Diminuer les dépenses Certains postes de dépenses étant très rigides, des outils de gestion devront être mis en place pour les mettre sous contrôle : améliorer la gestion prévisionnelle et le suivi Adapter au plus près des besoins les subventions versées Renégocier les contrats pluriannuels et accentuer la mise en concurrence Une attention toute particulière devra être portée sur l évolution des dépenses de personnel Faire des choix dans les services rendus en les priorisant en fonction du coût pris en charge par la commune et l utilité sociale. 32 Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive - 10 octobre 2014 SECTION D INVESTISSEMENT Augmenter les recettes Activer d autres ressources de financement des équipements (subventions d équipement, ) Optimiser le recours à l emprunt Diminuer les dépenses Prioriser les investissements à réaliser en fonction de critères de choix : investissements générateurs de coûts, investissements générateurs de recettes, investissements d intérêt public Revoir la programmation des investissements et le cadrage des enveloppes allouées programmation financière pluriannuelle pilotage de l expression des besoins études techniques préalables pilotage de l avancement des travaux

33 Deloitte fait référence à un ou plusieurs cabinets membres de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société de droit anglais («private company limited by guarantee»), et à son réseau de cabinets membres constitués en entités indépendantes et juridiquement distinctes. Pour en savoir plus sur la structure légale de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses cabinets membres, consulter En France, Deloitte SA est le cabinet membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, et les services professionnels sont rendus par ses filiales et ses affiliés. Deloitte fournit des services professionnels dans les domaines de l audit, de la fiscalité, du consulting et du financial advisory, à ses clients des secteurs public ou privé, de toutes tailles et de toutes activités. Fort d un réseau de firmes membres dans plus de 150 pays, Deloitte allie des compétences de niveau international à des expertises locales pointues, afin d accompagner ses clients dans leur développement partout où ils opèrent. Nos professionnels sont animés par un objectif commun, faire de Deloitte la référence en matière d excellence de service. En France, Deloitte mobilise un ensemble de compétences diversifiées pour répondre aux enjeux de ses clients, de toutes tailles et de tous secteurs des grandes entreprises multinationales aux microentreprises locales, en passant par les entreprises moyennes. Fort de l expertise de ses collaborateurs et associés, Deloitte en France est un acteur de référence en audit et risk services, consulting, financial advisory, juridique & fiscal et expertise comptable, dans le cadre d une offre pluridisciplinaire et de principes d action en phase avec les exigences de notre environnement.. Member of Deloitte Touche Tohmatsu Limited 2014 Deloitte SA

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Le service Finances de la CAN a élaboré cette fiche à partir des documents transmis par les communes en juillet 2014 : - Compte Administratif

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

Audit financier et fiscal

Audit financier et fiscal Audit financier et fiscal Eléments synthétiques tiques extraits de l auditl Juin 2008 Territoires & Conseil 12 rue de Castiglione 75001 Paris Territoires-et-conseil@wanadoo.fr Tél.: 01.53.34.07.17 1 La

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne Février 2015 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est contrôlé par

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

GUIDE FONCTIONNEL. Réaliser une analyse prospective à l aide du tableau financier de Mairie-conseils

GUIDE FONCTIONNEL. Réaliser une analyse prospective à l aide du tableau financier de Mairie-conseils GUIDE FONCTIONNEL Réaliser une analyse prospective à l aide du tableau financier de Mairie-conseils SOMMAIRE I - Objectifs 1 - Calculer des indicateurs financiers 2 - Animer la réflexion prospective II

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne conseil du 17 octobre 2014 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est

Plus en détail

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009 BILAN 211 - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 21 et 29 - Les dépenses de fonctionnement sont en baisse et les recettes augmentent - Ainsi la capacité d autofinancement

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

www.pwc.com 20 novembre 2014 Le Taillan-Médoc Analyse organisationnelle RH et financière Rapport Final

www.pwc.com 20 novembre 2014 Le Taillan-Médoc Analyse organisationnelle RH et financière Rapport Final www.pwc.com Le Taillan-Médoc Analyse organisationnelle RH et financière Rapport Final Table of Contents Section Overview Page 1 Etat des lieux de l organisation 1 2 Audit Financier 5 2.1 Etat des lieux

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Audit financier de la commune de Collioure Synthèse

Audit financier de la commune de Collioure Synthèse Audit financier de la commune de Collioure Synthèse KPMG Secteur public Septembre 2014 Déroulement de l audit 1. Mesurer et comprendre l évolution des comptes de la commune entre 2008 à 2013 2. Auditer

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Brétigny-sur-Orge. Audit financier de la commune. Septembre 2014

Brétigny-sur-Orge. Audit financier de la commune. Septembre 2014 Brétigny-sur-Orge Audit financier de la commune Septembre 2014 Préliminaire Le présent document vise à présenter les conclusions de l audit financier réalisé entre les mois de juillet 2014 et septembre

Plus en détail

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable.

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable. Réunion du 12 mai 2011 1 Premiers éléments de caractérisation financière du territoire Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 Intervention du Président du Conseil général ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 www.cg47.fr Diapositive n 1 : Section de fonctionnement : évolution des dépenses réelles en M 350 300 250 200 150 100 50 0 Evolution

Plus en détail

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Executive summary Dans un contexte concurrentiel croissant, une situation

Plus en détail

LE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2011

LE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2011 LE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2011 LA LOI DE FINANCES POUR 2011 LA LOI DE FINANCES POUR 2011 En milliards d'euros 2010 2011 Dépenses du budget général dont charges de la dette dont pensions dont dépenses

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Ville de Hyères les Palmiers

Ville de Hyères les Palmiers Ville de Hyères les Palmiers Analyse financière rétrospective et prospective du budget principal de la ville Conseil Municipal du 16 septembre 2014 16 septembre 2014 Ville de Hyères / slide 1 Sommaire

Plus en détail

Bilan de mandat municipal

Bilan de mandat municipal Association des Maires de la Corrèze Bilan de mandat municipal Brive-la-Gaillarde, le vendredi 12 avril 2013 Intervention de Patrice LALANNE Ancien conseiller du Président du Sénat Consultant formateur

Plus en détail

Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013

Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013 Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013 Eléments de contexte Un coût significatif, une évolution des typologies Selon l ALFA (sur la base

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Portrait financier. Analyse comparée CA 2005-2010. MARLY 11 967 habitants

Portrait financier. Analyse comparée CA 2005-2010. MARLY 11 967 habitants Portrait financier Analyse comparée CA 25-21 Direction régionale NORD - PAS DE CALAIS 19 avenue Le Corbusier - 59 4 LILLE cedex Directeur régional : Valérie-Marie AUBIN Votre correspondant Géraldine MOREAU

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014. Salle Jean MARION

Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014. Salle Jean MARION Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014 Salle Jean MARION Chasse-sur-Rhône 2014-2020 Claude BOSIO Maire de Chasse-sur-Rhône Vice-président de ViennAgglo VILLE DE CHASSE-SUR-RHONE

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014)

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) Commune de Chécy 20 JUIN 2008 Laëtitia HACQUARD Michel KLOPFER 6 rue du Général

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010

VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010 CABINET MICHEL KLOPFER 6, rue du Général de Larminat 75015 PARIS Tel : 01 43 06 08 10 Fax : 01 47 34 15 83 VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010 Céline BACHARAN 18 octobre 2006 Sommaire

Plus en détail

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 Février 2011 1 LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 1. L EVOLUTION DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2. L ENDETTEMENT 3. LES PERSPECTIVES POUR LES ANNEES A VENIR 4.

Plus en détail

Relations banques et clients Fidélité, vous avez dit fidélité?

Relations banques et clients Fidélité, vous avez dit fidélité? Relations banques et clients Fidélité, vous avez dit fidélité? 4 e édition Avril 2014 Sommaire Baromètre Confiance 2014 : statu quo Fidélité clients : mythe ou réalité? 2 Relations banques et clients édition

Plus en détail

Compte administratif 2014 et budget 2015

Compte administratif 2014 et budget 2015 Compte administratif et budget 2015 Bilan au 31 décembre 2013 Excédent global de fonctionnement au 31 décembre 2013 539 500,13 Déficit d investissement 2013 à couvrir (1068) 159 650,37 Marge disponible,

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

Juin 2014. Fonction consolidation A la recherche des frontières de demain

Juin 2014. Fonction consolidation A la recherche des frontières de demain Juin 2014 Fonction consolidation A la recherche des frontières de demain Intervenants Caroline MARROT Associée Deloitte José BAGHDAD Directeur Deloitte Vincent Michelet SODEXO Hervé Cardelli SANOFI Stéphane

Plus en détail

Une alliance unique pour accompagner les collectivités territoriales dans leurs évolutions

Une alliance unique pour accompagner les collectivités territoriales dans leurs évolutions Une alliance unique pour accompagner les collectivités territoriales dans leurs évolutions Les collectivités territoriales font face à des enjeux toujours plus complexes Une gestion publique en évolution

Plus en détail

ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS

ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS janvier 2009 DOCUMENT DE TRAVAIL 6 rue du Général de Larminat 75015 PARIS Tél.

Plus en détail

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France CPOM 2013-2018 Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France FICHE D AIDE AU DIAGNOSTIC ET A LA NEGOCIATION Annexe 2 Moyens Volet 3

Plus en détail

lecture du budget communal

lecture du budget communal lecture du budget communal atteindre la maîtrise nécessaire pour pouvoir communiquer sur les questions budgétaires 1. notions de base Acquérir les notions fondamentales pour comprendre les grandes lignes

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 PREAMBULE 1) POUR LA PREMIÈRE FOIS EN 2015, LE BUDGET M49 DES SERVICES EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EST VOTÉ EN HORS TAXES. PAR CONSÉQUENT,

Plus en détail

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE MONTGERON FISCALITÉ, ENDETTEMENT, FONCTIONNEMENT, INVESTISSEMENT, ÉQUIPEMENTS PUBLICS, ÉPARGNE, CRÉDIT, SERVICES PUBLICS CHIFFRES

Plus en détail

Baromètre de la gestion immobilière des villes Pour une stratégie de création de valeur

Baromètre de la gestion immobilière des villes Pour une stratégie de création de valeur Baromètre de la gestion immobilière des villes Pour une stratégie de création de valeur 2015 Répartition géographique des villes participantes sur le territoire français Martinique Editorial Une enquête

Plus en détail

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale Serge Bayard Président du conseil d administration La Banque Postale Collectivités Locales Jean-Pierre Balligand Président du Comité d orientation des finances locales La Banque Postale Thomas Rougier

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur,

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction du Trésor Direction de la Comptabilité publique Direction générale des collectivités

Plus en détail

La Lettre. Les comptes de la commune ------------------------------------------------------------------------------

La Lettre. Les comptes de la commune ------------------------------------------------------------------------------ ------------------------------------------------------------------------------ La Lettre informations n 2 - avril 2015 Les comptes de la commune --------------- contexte économique national Pour la première

Plus en détail

BUDGETS PRIMITIFS 2015

BUDGETS PRIMITIFS 2015 BUDGETS PRIMITIFS 215 Communauté d Agglomération de la Vallée de la Marne 1/ Budget principal 2/ Assainissement 17/2/215 1 Contexte Un environnement territorial contraint dans un contexte économique tendu

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Mauriac, samedi 30 mai 2015. 4, rue Galilée 75116 PARIS Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr Mail : cmk@cabinetmichelklopfer.

Mauriac, samedi 30 mai 2015. 4, rue Galilée 75116 PARIS Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr Mail : cmk@cabinetmichelklopfer. Impact de la baisse des concours d Etat sur la situation financière des collectivités locales et données financières des communes et communautés du Cantal Mauriac, samedi 30 mai 2015 4, rue Galilée 75116

Plus en détail

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 PRESENTATION BUDGETAIRE Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 Budget Bâtiments Industriels Dépenses Recettes CA 2009 BP 2010 CA 2009 BP 2010 Fonctionnement Investissement 147 092.35 155 692.15

Plus en détail

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 Orientations Budgétaires 2015 ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2015 AVIS SUR LE RAPPORT GÉNÉRAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL Président : Patrick TASSIN Séance

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire, Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX Bordeaux, le 14 mars 2012 Monsieur le Maire, Par lettre du 5 mai 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

L examen des recettes lors du contrôle budgétaire d une collectivité territoriale en France. Séminaire Eurorai Alicante 23 avril 2010 1

L examen des recettes lors du contrôle budgétaire d une collectivité territoriale en France. Séminaire Eurorai Alicante 23 avril 2010 1 L examen des recettes lors du contrôle budgétaire d une collectivité territoriale en France 1 Plan de l exposé 1ère partie : Présentation Le contrôle budgétaire, Méthodologie du contrôle et ses suites,

Plus en détail

COMPTE. administratif. note de présentation. Ville de Brest. Direction Générale des Finances et de Gestion Direction des finances

COMPTE. administratif. note de présentation. Ville de Brest. Direction Générale des Finances et de Gestion Direction des finances 2009 COMPTE administratif note de présentation Direction Générale des Finances et de Gestion Direction des finances Ville de Brest 2009 COMPTE administratif note de présentation Direction Générale des

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES EYSINES FÉVRIER 214 POPULATION Population 1999 (sans double compte) Population 26 (municipale) Population 211 (municipale) Classement en fonction de la population (211) Rangs

Plus en détail

Du budget à la comptabilité

Du budget à la comptabilité Du budget à la comptabilité 1 Plan de la présentation I-L élaboration du budget II-L exécution du budget III-La reddition des comptes 2 LE BUDGET -I- L ELABORATION DU BUDGET 3 QU EST-CE QUE LE BUDGET?

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Présentation Synthétique

BUDGET PRIMITIF 2014. Présentation Synthétique BUDGET PRIMITIF 2014 Présentation Synthétique BUDGET PRIMITIF 2014 : 203,4 M * * Mouvements réels + mouvements d ordre hors réaménagement de dette Valenciennes Métropole page 2 BUDGET PRIMITIF 2014 Equilibre

Plus en détail

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013 Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement Novembre 2013 Introduction L AFIC, qui souhaite promouvoir activement le rôle des femmes dans les métiers du capital investissement,

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 1 CONSEIL GENERAL DU JURA Réunion du : 4ème trimestre 2013 Type : DOB 2014 Service : DMI/FINANCES Rapporteur : Christophe PERNY Thème : FINANCES - GARANTIES D'EMPRUNT

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Laurent Batsch ahier de recherche n 2005-01 Le financement adossé est une des modalités de financement de l investissement

Plus en détail

Débat d Orientation Budgétaire 2013

Débat d Orientation Budgétaire 2013 Débat d Orientation Budgétaire 2013 Rappel Les échanges de ce débat d orientation budgétaire permettront de préciser les grands axes du budget 2013 en préparation qui sera soumis au vote lors de la présentation

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB!

ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB! ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB! 16 septembre 2014 Caroline GRAOUER & Christian ESCALLIER Cabinet Michel Klopfer 6 bis, rue de Larminat 75015 Paris Tél. : 01

Plus en détail

FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS

FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS S.A.R.L DANLE TP Bill NEEDMONEY 22 Rue de la Chaussée 49000 ANGERS Tél : 02 40 456 789 Fax : 02 23 234 432 E-mail : contact@danle-tp.fr Cabinet Expert Atlantique

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Immobilier public. L immobilier au service du secteur public Valorisez votre patrimoine

Immobilier public. L immobilier au service du secteur public Valorisez votre patrimoine Immobilier public L immobilier au service du secteur public Valorisez votre patrimoine Transformation et optimisation de l immobilier public Un poste à gérer comme une opportunité et une ressource Un

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan S O M M A I R E Les temps forts de l année 2000 Les grandes masses budgétaires 1995-2000 L équilibre financier 2000 et les dépenses par secteurs d intervention Les résultats de la politique financière

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail