LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE -

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE -"

Transcription

1 LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE - SYNTHESE BUDGETAIRE BP 2014

2 LE CADRE FINANCIER 2014 Comme annoncé lors du Débat d Orientation Budgétaire le 2 décembre 2013, le budget 2014 est un budget de continuité. Cette construction budgétaire se base sur l objectif affiché dans l article 3 du Pacte Financier et Fiscal d assurer une «gestion pérenne de la collectivité, que ce soit pour les recettes comme pour les dépenses» La mise en place d un Pacte Financier et Fiscal, parallèlement à la Charte de Fusion, a permis au territoire de se doter d un véritable outil de gestion. A ce jour, selon la dernière enquête de l AdCF, seulement 10 % des intercommunalités se sont dotées d un Pacte Financier et Fiscal. LES PRINCIPAUX RESULTATS 2013 (non définitifs) En fonctionnement Le résultat comptable de l exercice 2013 atteint K. La CAF brute atteint, elle, K (19.5 % de taux d épargne brute). En investissement Le besoin en financement de l exercice 2013 atteint 277K. En affichant notamment l objectif de «Cadrer l effort financier par des ratios financiers plafonds garant d une gestion pérenne et vertueuse de la collectivité, que ce soit pour les recettes comme pour les dépenses (Capacité de Désendettement, Taux d Epargne Brute, Taux moyens de fiscalité)» Lintercom s est créée des marges de manœuvres pour financer son Plan Pluriannuel d Investissement. 2

3 LA STRUCTURE DES BUDGETS DE LINTERCOM Un budget principal, Trois budgets annexes à caractère administratif : Office de Tourisme, Location des Immobilisations (pépinière), Parc des Expositions. Ces trois budgets sont équilibrés par une subvention du budget principal, 1 budget annexe à caractère Industriel et Commercial : Camping. 6 budgets annexes de Zones (BAZ) pour la gestion des pôles d activités : 1. Rondel, 2. Saint-Martin-de-la-Lieue, 3. Saint-Désir, 4. ZAC de la Vierge, 5. ZAC de Marolles, 6. Haut de Glos, 3

4 LA SECTION DE FONCTIONNEMENT I LES PRINCIPALES RECETTES Le montant total des recettes de fonctionnement atteint K en Ce montant descend à K si l on tient compte uniquement des recettes conservées (revient à déduire les reversements fiscaux : l Attribution de Compensation (AC) et la Taxe d Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM)). LINTERCOM CC à TPU Recettes Réelles de fonctionnement 511 / habitant 400 / habitant Recettes Réelles de fonctionnement hors AC 289 / habitant 277 / habitant Produits des services 73 - recettes fiscales (hors TEOM) 74 dotations et participations attributions de péréquation et dotations atténuations de charges 75 - autres produits courants 4

5 A LES CONCOURS FINANCIERS DE L ETAT Pour rappel, la DGF totale des groupements intercommunaux comprend deux sous-ensembles : d une part, la dotation de compensation part salaires (appelée dotation de compensation) qui correspond à la compensation de la suppression entre 1999 et 2003 de la part salaire de l ancienne taxe professionnelle (compensation intégrée au sein de la DGF en 2004), Et d autre part, la dotation d intercommunalité, composée d une dotation de base et d une dotation de péréquation. Depuis 2010, l application du gel en valeur de l «enveloppe normée» (50 milliards d euros) est prolongée par la réduction sèche de 3 milliards d euros en 2014 et L incertitude pesant sur les concours financiers de l Etat a conduit à privilégier une baisse de 5 %. Cela équivaut à une baisse de près de 200 K dotation de compensation K K dotation d'intercommunalité K K TOTAL K K LINTERCOM 2014 Moyenne des CC de à hab dotation de compensation dotation d'intercommunalité / habitant TOTAL Le montant «DGF» par habitant passerait de 93 en 2013 à 89 en

6 B LES RECETTES FISCALES DIRECTES LINTERCOM est en Fiscalité Professionnelle Unique (FPU, anciennement Taxe Professionnelle Unique, TPU). Attribution de Compensation TASCOM 7 % FNGIR 4 % IFER 2% FPIC 2% Reversement conventionnel de la Taxe Foncière des entreprises en ZA prélèvement sur les jeux CVAE 21 % CFE, TF et TH 63 % 1. Les recettes fiscales avec «pouvoir de taux» : taux issus de la fusion L orientation du Débat d Orientation Budgétaire est de ne pas modifier globalement les taux d impositions pour la CFE, la Taxe Foncière sur les Propriétés Bâties, les Propriétés non Bâties et la Taxe d Habitation. TAUX LINTERCOM CFE-U Taxe d Habitation (TH) 7.40 Taxe Foncière sur les propriétés bâties (TFB) Taxe Foncière sur les propriétés non bâties (TFNB) Recettes fiscales (Estimations basées sur l hypothèse du DOB à savoir + 1 %) MONTANT CFE K Taxe d Habitation K Taxe foncière sur les propriétés bâties 316 K Taxe foncière sur les propriétés non bâties 233 K TOTAL K 6

7 2. Les recettes fiscales sans «pouvoir de taux» 2014 Cotisation sur la Valeur Ajoutée (CVAE) K Taxe sur les Surfaces Commerciales (TasCom) 805 K IFER 267 K TOTAL K 3. La Garantie d Equilibre de la Réforme Ces recettes viennent compenser la perte subie lors de la réforme de la Taxe Professionnelle Dotation budgétaire complémentaire 303 K Fonds National de Garantie Individuel de Ressources (FNGIR) 433 K 4. Le Fonds de Péréquation Intercommunal et Communal (FPIC) (Article 58 de la Loi de Finances pour 2012) Il s agit de «péréquation horizontale». a) Principe Il a été créé en Il s agit un fonds national de péréquation doté de 250 M en 2012, 500 M en 2013 et 750 M en En 2015, les ressources du fonds correspondront à 2 % des recettes fiscales des communes et de leurs groupements. Lintercom est un «contributeur/bénéficiaire». Lors de la mise à jour du Pacte financier et Fiscal il a été acté qu en 2014 la répartition du FPIC se ferait selon les modalités du droit commun. b) Résultat estimé LINTERCOM a bénéficié de ce fonds à hauteur de 136 K nets en 2013 et 43 K en LINTERCOM, selon les estimations fournies par l AdCF, devrait bénéficier de ce fonds à hauteur de 250 K en Les recettes issues du prélèvement sur les sommes engagées par les parieurs (Article 85 de la Loi de Finances pour 2013) a) Principe Il a été institué, pour le pari mutuel organisé et exploité par les sociétés de courses dans les conditions fixées par l'article 5 de la loi du 2 juin 1891 ayant pour objet de réglementer l'autorisation et le fonctionnement des courses de chevaux et pour les paris hippiques en ligne relative à 7

8 l'ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d'argent et de hasard en ligne, un prélèvement sur les sommes engagées par les parieurs. Ce prélèvement est dû par le Pari mutuel urbain ou les sociétés de courses intéressées pour les paris organisés dans les conditions fixées par l'article 5 de la loi du 2 juin 1891 précitée et par les personnes devant être soumises, en tant qu'opérateur de paris hippiques en ligne, à l'agrément mentionné à l'article 21 de la loi n du 12 mai 2010 précitée. Le produit de ce prélèvement est affecté à concurrence de 15 % et dans la limite de aux établissements publics de coopération intercommunale sur le territoire desquels sont ouverts au public un ou plusieurs hippodromes, au prorata des enjeux des courses hippiques effectivement organisées par lesdits hippodromes, et dans la limite de par établissement public de coopération intercommunale. Les limites mentionnées dans la phrase précédente sont indexées, chaque année, sur la prévision de l'indice des prix à la consommation hors tabac retenue dans le projet de loi de finances de l'année. b) Résultat estimé LINTERCOM devrait bénéficier de cette recette d un montant de 40 K environ. C LES RECETTES LIEES A L ACTIVITE DES SERVICES DE LA COLLECTIVITE Les recettes liées à l activité des services inscrites en 2014 sont des reconductions des montants perçus en Nautile 770 K CRD 100 K Château 55 K Médiathèque 32 K CALI 26 K Portage de repas 22 K EAP 17 K Actions culturelles 15 K TOTAL K 8

9 II LES PRINCIPALES DEPENSES Le montant total des dépenses de fonctionnement atteint K (hors enveloppe réservée pour la clôture des budgets annexes de zones et dépenses imprévues) en Le montant total des dépenses réelles de fonctionnement atteint K hors enveloppe réservée pour la clôture des budgets annexes de zones et dépenses imprévues. Ce montant descend à K si l on ne tient pas compte des reversements. LINTERCOM CC à TPU Dépenses Réelles de fonctionnement 474 / habitant 344 / habitant Dépenses Réelles de fonctionnement nettes des reversements* 238 / habitant 221 / habitant * Montant prévisionnel pour la clôture des budgets annexes de zones non inclus. A LES CHARGES A CARACTERE GENERAL BP Charges à caractère général K B LES CHARGES DE PERSONNEL Elles progressent d environ 2 % par rapport à Pour rappel, compte tenu du «glissement vieillesse technicité (GVT)», le rythme de progression moyen de la masse salariale dans une collectivité se situe entre 3 et 5 % Charges de personnel K Les charges de personnel représentent 32 % des charges réelles de fonctionnement contre 21 % pour les Communautés de Communes de la même strate. Dépenses / habitant LINTERCOM en 2014 Dépenses / habitant CC habitants en 2010 Frais de personnel

10 C LES SUBVENTIONS ET PARTICIPATIONS 1. Les subventions aux associations, les participations et fonds de concours Pour le BP 2014 il est proposé de reconduire l enveloppe Le vote des subventions aux associations auront lieu ultérieurement conformément à l orientation prise au Débat d Orientations Budgétaires. Les fonds de concours atteignent quant à eux 90 K répartis entre les CLSH (90 K ). Les participations obligatoires concernent le SCoT, Pays d Auge Expansion et les Syndicats des Bassins Versants de la Touques et de la Dives. La participation au Scot est stable à 1.5 /habitant (augmentée en 2012) Pays d Auge Expansion 61 K Syndicat du Bassin de la Touques 71 K Syndicat du bassin de la Dives 3 K SCoT 63 K Association Les élus de l Estuaire de la Seine 40 K Cotisations «tourisme» 2014 Atout France 3 289,00 FNOTSI 755,00 FROTSI 360,00 Union Départementale des OT/SI 784,00 Calvados accueil Villes sanctuaires en France 800,00 Club croisières (OT Le Havre) 500,00 Total 6 565,74 Cotisations diverses Montant Fédération Nationale des Collectivités Culturelles Association des Communautés de France (AdCF)

11 2. La prise en charge des déficits des budgets annexes à caractère administratif Les trois budgets concernés sont : - Office de Tourisme, - Location des immobilisations, - Parc des Expositions. Le budget «office de tourisme» est uniquement dédié au fonctionnement du service. Les dépenses «exceptionnelles» sont imputées sur le budget principal évitant ainsi de fausser une lecture pluriannuelle du coût du service. La recette taxe de séjour se retrouve obligatoirement sur le budget de l Office de Tourisme. La prise en charge du déficit du Budget annexe du Parc des Expositions couvre les dépenses liées à la reconduction de la DSP. 65. Subv. Et part. 733 K 2014 COMMENTAIRES 1) Les reversements de fiscalité LINTERCOM reverse deux types de fiscalité : - l Attribution de compensation, - la Taxe d Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM). LINTERCOM prélève la TEOM qu elle reverse aussitôt au SIDMA. Il s agit d une opération blanche pour LINTERCOM. L attribution de compensation constitue pour les EPCI une dépense obligatoire. Elle a pour objectif d assurer la neutralité budgétaire du passage à la taxe professionnelle unique et des transferts de compétences à la fois pour l EPCI et pour ses communes membres. Attribution de Compensation K TEOM K Poids des reversements de fiscalité (hors TEOM) sur les charges de fonctionnement 2014 Commentaires LINTERCOM Moyenne des CC de à hab 40 % 36 % Reversement de fiscalité par habitant

12 2) La clôture des budgets annexes de zones En prévision de la clôture des budgets annexes «de zones» une enveloppe de K avait été «réservée». Un budget annexe de zone est créé pour une opération. Une fois celle-ci réalisée le budget doit être clôturé et toutes les charges de fonctionnements sont inscrites au Budget Principal. Le montant de l enveloppe consacrée à la clôture des budgets annexes de zones se monte désormais à K (hors ZAC Haut de GLos) Cette somme est inscrite au chapitre 67. D PROGRESSION MAITRISEE DE LA DETTE Pour le financement de son Programme Pluriannuel d Investissement, LINTERCOM a prévu d emprunter, sur la période , 3.7 M. Une première tranche de 2 M a été débloquée en La seconde tranche devra être réalisée en Charge de la dette budget principal 165 k Charge de la dette budgets Location des Immobilisations Charge de la dette budgets annexes de zones 2014 Commentaires 29 K TOTAL 197 K Capacité de désendettement de 1.6 années au K Budget Saint Désir (avec ICNE) La capacité de désendettement de LINTERCOM atteint, au 1 ER janvier 2014, 2.19 années contre 2.6 années pour les Communautés de la même strate (20 à habitants). 12

13 III Les ratios de gestion définis à la charte de fusion et la CAF nette A) Les ratios de gestion Deux ratios de gestion sont envisagés dans le Pacte Financier et Fiscal pour répondre à l objectif de «cadrer l effort financier eu égard à des objectifs traduits sous la forme de ratios financiers plafonds garant d une gestion pérenne de la collectivité, que ce soit pour les recettes comme pour les dépenses» : - le Taux d Epargne Brute ne doit pas descendre en dessous de 13 % (avec retraitement de l Attribution de compensation), - une capacité de désendettement au maximum de 6 ans. BP 2014 CC de à habitants Taux d Epargne Brute % % Capacité de désendettement consolidée (en année) au 1 er janvier LINTERCOM CC de à habitants Epargne disponible par habitant Intérêts de la dette / habitant Après intégration de l emprunt prévu 13

14 B) La Capacité d Autofinancement (CAF) La capacité d autofinancement est égale à l'excédent des produits réels de fonctionnement de l'exercice sur les charges réelles de fonctionnement de l'exercice. Ce flux réel permet d autofinancer une partie des investissements. La CAF brute devrait atteindre K en Le taux d épargne brute atteint % environ. 14

15 LA SECTION D INVESTISSEMENT I LE PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT (PPI) Un Plan Pluriannuel d Investissement est d abord un outil de programmation des investissements envisagés, en tenant compte de leur coût prévisionnel et du rythme de leur réalisation et la capacité d investissement de la collectivité. En se basant sur les informations financières de la collectivité, il nous renseigne sur la faisabilité de nos investissements. Le PPI est de ce fait aussi un outil de bonne gestion. Ainsi, LINTERCOM maintient, dans un contexte de crise, l objectif de la réhabilitation ou la réalisation de grands équipements structurants et de proximité. La capacité d investissement mise à jour au moment du Pacte Financier et Fiscal atteint K. Capacité d investissement Montant Ressources d investissement K 15

16 I LES PRINCIPALES RECETTES En mouvements budgétaires, elles atteignent : - mouvements d ordre = 662 K (amortissement) - mouvements réels = 7360 K (dont besoin en financement reporté). A) Les recettes d ordre sont constituées par : - l autofinancement brut = K (placés au compte 1068). B) Les recettes réelles comprennent - L EMPRUNT Un montant de K est inscrit aux restes. Pour l équilibre de la section un emprunt complémentaire est inscrit. - FCTVA La Communauté de Communes récupère le FCTVA l année même de la réalisation de ses investissements à la différence des communes (n+2). Il est prévu au BP 2014, K de recettes liées au FCTVA auxquelles s ajoutent les restes à réaliser. - SUBVENTIONS Culture Une subvention de 300 K pour le projet du Conservatoire est déjà notifiée par le Conseil Général (Reste à réaliser en recettes). Des subventions pour le CRD sont encore attendues (Conseil Général au titre du Contrat Départemental de Territoire) mais ne sont pas encore notifiées officiellement. Elles ne sont donc pas inscrites au BP Un fonds de concours de 324 K sera versé par la Ville de Lisieux au titre du déménagement de l Ecole d Arts Plastiques 16

17 II LES PRINCIPALES DEPENSES Le montant total des dépenses réelles d investissement atteint K TTC au BP A) ATTRACTIVITE DU TERRITOIRE Attractivité du Territoire Pôle d échange multimodal / gare / parking Gare 900 K 2014 B) LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE Ainsi, les investissements liés au développement économique vont atteindre K en Montant HT Commentaires Bassin Loi sur l Eau Fonds de concours Société des Courses EURO CRM K Dont 48 K de MOE en RAR 121 K RAR 2013 / 1ere tranche versée en K RAR 2013 / 2eme tranche Achat terrains 13 K RAR 2013 Sous total PPI K Montant HT Commentaires Requalification entrée du Parc - Hippodrome 17 K RAR 2013 Rénovation Eclairage Public 6 K RAR 2013 ECLAIRAGE SAINT DESIR 8 K Sous total 31 K C) LE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE Ces dépenses sont imputées sur la fonction «actions touristiques» du budget principal. Montant HT Commentaires Signalétique directionnelle et touristique 72 K RAR 2013 PLAN VELO (PPI) 400 K Travaux d Aménagement de l OT 100 K Sous total 572 K Sur le budget annexe Office de Tourisme 17

18 D) LE RAYONNEMENT CULTUREL : «UNE CULTURE DU QUOTIDIEN, UNE CULTURE POUR TOUS» 1. Le Conservatoire à Rayonnement Départemental de Musique et de Danse et création d une antenne à Hauteville Le Conservatoire à Rayonnement Départemental dispose d une enveloppe Entretien de Patrimoine d un montant de 50 K HT / an. Montant HT Commentaires Enveloppe entretien de Patrimoine 50 K PPI Réhabilitation de l Hôtel du Haut Doyenne et création antenne K Sous total K 2. Le Théâtre Il est prévu au BP 2014 une enveloppe exceptionnelle de 50 K pour la rénovation des loges. Le Théâtre dispose, en 2014, d une enveloppe Entretien de Patrimoine d un montant de 30 K / an (renouvellement matériels scéniques, régie, etc, travaux de sécurité, ). 3. Médiathèque Conformément aux orientations du Projet d Etablissement il est prévu une enveloppe de 30 k pour la définition d un programme d aménagement des espaces. De plus, la Médiathèque bénéficie des crédits «ECT» non consommés en vue de la mise en œuvre des orientations du Projet d Etablissement. RAPPEL ENVEVOPPE ECT HT BP 2014 Médiathèque : Projet d Etablissement - 30 K Médiathèque 37 K 92 K 4. Pôle Muséal : Musée d Art et d Histoire, Château-Musée de Saint-Germain-de-Livet, Ecole d Arts Plastiques La délibération en date du 2 décembre 2013 prévoit le transfert à Lintercom du contrat de maîtrise d œuvre pour l installation de l Ecole d Arts Plastiques au Pôle Jean de la Fontaine. La Ville de Lisieux a prévu un fonds de concours de 324 K pour cette opération. Il est donc prévu au BP 2014 une somme de 324 K HT en dépenses pour ce projet. L enveloppe «Entretien de patrimoine» de ces équipements correspond aux crédits d Evaluation des Charges Transférées(E CT). Les crédits inscrits au BP 2014 correspondent aux crédits «ECT» non consommés. 18

19 Pour rappel, le Musée d Art et d Histoire bénéficie d une seconde ligne de crédits ECT prévus pour la mise en conditions opérationnelles (26 K ). RAPPEL ENVEVOPPE ECT HT BP 2014 Musée d Art et d Histoire 24,5 K 27 K Château-Musée de Saint Germain de Livet 38 K 124 K Ecole d Arts Plastiques K Transfert Ecole d Arts Plastiques (PPI) K E) L AMENAGEMENT DE L ESPACE L Aménagement de l Espace dispose d une «Enveloppe Entretien de Patrimoine» de 15 K HT/ an. Auxquels s ajoute le montant annuel de l étude Plan Local de l Urbanisme Intercommunal. F) L ACTION SOCIALE Pour la mise en place du PSLA à Hauteville une enveloppe de 250 K HT est inscrite au BP 2014 (Projet PPI). Pour l antenne du centre-ville une enveloppe de 500 K est prévue au BP G) LES EQUIPEMENTS SPORTIFS STRUCTURANTS Le Nautile dispose d une enveloppe Entretien de Patrimoine d un montant de 70 K HT / an. La Salle Intercommunale dispose d une enveloppe Entretien de Patrimoine d un montant de 17 K HT/ an. Par ailleurs, il est inscrit au BP 2014, la première partie de l enveloppe «extension» (projet PPI) à savoir (596 K ). H) ADMINISTRATION / INFORMATIQUE ET MISE EN SECURITE L enveloppe totale atteint 122 K HT répartis ainsi : - Mise aux normes et entretiens des bâtiments = 80 K HT, - Mobilier et informatique (tous services) = 30 K HT, - Communication = 12 K. 19

LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE

LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE PACTE FINANCIER ET FISCAL Conseil Communautaire du 10 Juin 2013 SOMMAIRE 1. Préambule au Pacte 2. La Méthodologie d Elaboration du Pacte 3. Les Objectifs du Pacte

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble BUDGET PRIMITIF 2014 Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble 2 Dans le cadre de la continuité de certains dossiers, le budget primitif 2014 ne contiendra aucune action nouvelle engageant

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 PRESENTATION BUDGETAIRE Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 Budget Bâtiments Industriels Dépenses Recettes CA 2009 BP 2010 CA 2009 BP 2010 Fonctionnement Investissement 147 092.35 155 692.15

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai Les Comptes Administratifs soumis au Conseil Municipal retracent l exécution du budget principal de la Ville d Obernai et des différents budgets annexes au cours de l exercice comptable 2014. Section de

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I Sommaire 1. Vue d ensemble des budgets 2. Contexte des finances locales en 2014 3. Section de fonctionnement 4. Section d investissement 5. Synthèse et conclusion I 2 I 1. Vue d ensemble des budgets I

Plus en détail

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014 Analyse financière de la commune de Bassens Présentation des résultats 1 er juillet 2014 Sommaire Introduction 1. Analyse de l évolution des soldes de gestion retraités 2. Effort d investissement et choix

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010 LA LOI DE FINANCES POUR 2012 Le solde général du budget de l Etat (en milliards d euros) Exécution 2010 Prévisions 2011 PLF 2012 Dépenses 422,60 Md 361,90 Md 366,00 Md Recettes nettes 271,80 Md 270,00

Plus en détail

BUDGETS PRIMITIFS 2015

BUDGETS PRIMITIFS 2015 BUDGETS PRIMITIFS 215 Communauté d Agglomération de la Vallée de la Marne 1/ Budget principal 2/ Assainissement 17/2/215 1 Contexte Un environnement territorial contraint dans un contexte économique tendu

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis 26 janvier 2012 2 OCTOBRE 2009 6 rue du Général de Larminat

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

BUDGET 2015 LE BUDGET DANS LE DETAIL PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE

BUDGET 2015 LE BUDGET DANS LE DETAIL PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE BUDGET 2015 LE BUDGET EN QUELQUES LIGNES Montant total des prévisions budgétaires : 1.811.915 Fonctionnement : 1.172.638 en légère hausse par rapport à 2014 (1.042.449 ), malgré

Plus en détail

1 2 3 Aide à l animateur : Lebudgetestl actepar lequelsontprévues etautorisées les recettes et les dépenses de l organisme. L article 175 du décret GBCP prévoit que le dossier de présentation du budget

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié. Conseil municipal du 26 juin 2015

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié. Conseil municipal du 26 juin 2015 COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié COMPTE ADMINISTRATIF 2014 RECETTES DE FONCTIONNEMENT Remboursement / personnel 0.16 Produits des services 1.36 Impôts et taxes (dont AC) 15.5

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES EYSINES FÉVRIER 214 POPULATION Population 1999 (sans double compte) Population 26 (municipale) Population 211 (municipale) Classement en fonction de la population (211) Rangs

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007 LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE Le budget est l'acte par lequel sont prévues et autorisées par l'assemblée délibérante les recettes et les dépenses d'un exercice. Le budget de la Communauté

Plus en détail

Supplément à l analyse des lois de finances

Supplément à l analyse des lois de finances Février 2012 Supplément à l analyse des lois de finances Précisions concernant le FPIC Suite à l adoption de la loi de finances pour 2012, le Comité des finances locales a examiné mardi 7 février un projet

Plus en détail

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire, Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX Bordeaux, le 14 mars 2012 Monsieur le Maire, Par lettre du 5 mai 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL Trésorerie de LESPARRE-MEDOC PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ SAINT GERMAIN D ESTEUIL est une commune rurale. Sa population est de 1 195 habitants. Elle se

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE 1 LES OBJECTIFS DE LA REFORME DE LA TP - favoriser la compétitivité des entreprises françaises - en particulier

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 VILLE DE PLOEMEUR 31 octobre 2005 Service Financier ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 En application de l article L 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, un débat d orientations

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

Ville de Maisons-Laffitte Budget Primitif 2013

Ville de Maisons-Laffitte Budget Primitif 2013 1 Introduction : les caractéristiques du Budget 2013 Les dépenses de fonctionnement Les recettes de fonctionnement Les recettes d investissement Les dépenses d investissement Conclusion générale 2 Les

Plus en détail

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 Février 2011 1 LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 1. L EVOLUTION DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2. L ENDETTEMENT 3. LES PERSPECTIVES POUR LES ANNEES A VENIR 4.

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014

LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014 Département Finances Dossier suivi par Nathalie BRODIN, Claire GEKAS, Soraya HAMRIOUI 15 janvier 2014 LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014 Les dispositions

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT APRÈS L'ART. 5 ASSEMBLÉE NATIONALE N I 363 (2 ème rect.) 14 octobre 2011 LOI DE FINANCES POUR 2012 - (n 3775) (Première partie) Commission Gouvernement AMENDEMENT présenté par M. Jean-François Lamour ----------

Plus en détail

Compte administratif et rapport sur la dette 2014

Compte administratif et rapport sur la dette 2014 Vendredi 10 avril 2015 Compte administratif et rapport sur la dette 2014 La Région maintient le cap d une gestion financière ambitieuse et responsable au service de l investissement et du pouvoir d achat

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle ANNEXE III Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle SOMMAIRE 1. DIFFERENTS PRINCIPES DIRECTEURS ONT GUIDE LA MISE EN ŒUVRE DE LA REFORME

Plus en détail

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET)

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) (Articles 2, 47, 77, 78 et 99 de la loi de finance pour 2010) Actuellement, la taxe professionnelle (TP)

Plus en détail

LES FINANCES. Budget principal : Section d investissement : Dépenses : 8 036 645.17. Résultat en. Soit un besoin de financement de 1 723 097.

LES FINANCES. Budget principal : Section d investissement : Dépenses : 8 036 645.17. Résultat en. Soit un besoin de financement de 1 723 097. Finances LES FINANCES LES RESULTATS FINANCIERS DE 2010 : Budget principal : Section d investissement : Réalisé en Reste à réaliser en 8 036 645.17 8 454 369.99 3 201 382.16 1 060 559.98 Résultat en + 417

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014!

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! Christian Escallier Cabinet Michel Klopfer 6 bis, rue de Larminat 75015 Paris Tél. : 01 43 06 08 10 Fax : 01 47 34 15 83 cescallier@cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

INTERCOMMUNALITÉ Mode d emploi

INTERCOMMUNALITÉ Mode d emploi INTERCOMMUNALITÉ Mode d emploi 2014 23 & 3O MARS 2O14 1 er RENDEZ-VOUS avec le suffrage universel direct L intercommunalité s est généralisée et rationalisée suite à la loi de réforme des collectivités

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES Conseil Municipal du 24/11/2014 Sommaire 1. Un rappel du cadre légal 2. La situation économique et budgétaire : Monde, Zone Euro et

Plus en détail

III - Des recettes «économiques» dynamiques

III - Des recettes «économiques» dynamiques Un phénomène nouveau devrait cependant venir tempérer ce constat sur la dette à long et moyen terme : il s'agit du recours de plus en plus fréquent à des produits financiers nouveaux, du type CLTR (crédit

Plus en détail

Débat d Orientation Budgétaire 2013

Débat d Orientation Budgétaire 2013 Débat d Orientation Budgétaire 2013 Rappel Les échanges de ce débat d orientation budgétaire permettront de préciser les grands axes du budget 2013 en préparation qui sera soumis au vote lors de la présentation

Plus en détail

DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2014 NOTE DE SYNTHESE

DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2014 NOTE DE SYNTHESE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2014 NOTE DE SYNTHESE L article L. 2312-1 du Code général des collectivités territoriales, dispose qu un débat préalable appelé Débat d'orientation Budgétaire (DOB) doit

Plus en détail

Le budget communal : les principes généraux 1

Le budget communal : les principes généraux 1 Le budget communal : les principes généraux 1 G E S T I O N L article 4 du décret n 62-1587 du 29 décembre 1962 portant règlement général sur la comptabilité publique définit le budget comme "l acte par

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

P a c t e F i n a n c i e r e t F i s c a l

P a c t e F i n a n c i e r e t F i s c a l P a c t e F i n a n c i e r e t F i s c a l cont ext e du Pacte Financier et Fiscal P ROJET de t errit oire pays léonard 2020 La Charte de Territoire «Pays Léonard 2020» comprend le Projet de Territoire

Plus en détail

COMMUNE DE VALLERAUGUE RESULTATS AU 31/12/2013

COMMUNE DE VALLERAUGUE RESULTATS AU 31/12/2013 COMMUNE DE VALLERAUGUE RESULTATS AU 31/12/2013 final avec reports SECTION DE FONCTIONNEMENT de l'exercice résultats 2012 budget principal commune 83054,48 733421,75 service eau et assainissement 30411,78

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ FÉVRIER 214 IDENTIFICATION / POPULATION Commune siège : Pau Type de fiscalité : Fiscalité professionnelle unique (FPU) Commune

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

SOMMAIRE. Page Jointes Sans objet. x x x x

SOMMAIRE. Page Jointes Sans objet. x x x x SOMMAIRE Page Jointes Sans objet 3 Balances générales et tableaux de synthèses x 41 IV Annexes 43 A Eléments du bilan 45 A1 Présentation croisée par fonction (1) x 77 A2 Etat de la dette x 79 Service de

Plus en détail

RAPPORT DE PRESENTATION BUDGET PRIMITIF 2014

RAPPORT DE PRESENTATION BUDGET PRIMITIF 2014 COMMUNAUTE URBAINE de CHERBOURG CONSEIL de COMMUNAUTE Séance du 19 décembre 2013 Délibération n 2013/272 RAPPORT DE PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2014 SOMMAIRE Introduction générale... 3 Le budget principal...

Plus en détail

Synthèse des dispositions relatives à la Métropole du Grand Paris. Article 59 de la loi NOTRedu 7 août 2015

Synthèse des dispositions relatives à la Métropole du Grand Paris. Article 59 de la loi NOTRedu 7 août 2015 Synthèse des dispositions relatives à la Métropole du Grand Paris Article 59 de la loi NOTRedu 7 août 2015 1 ARCHITECTURE INSTITUTIONNELLE 2 La métropole du Grand Paris, un EPCI à fiscalité propre et à

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Budget primitif 2015. Présentation du Budget Primitif 2015

Budget primitif 2015. Présentation du Budget Primitif 2015 Budget primitif Équilibre général du budget Dotations nouvelles Reports Total INVESTISSEMENT DEPENSES 10 563 898,81 7 079 912,86 17 643 811,67 RECETTES 13 511 283,90 4 132 527,77 17 643 811,67 FONCTIONNEMENT

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2015

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2015 ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2015 Séance du Conseil municipal du 16 décembre 2014 Chaque année, dans les deux mois qui précèdent le vote du budget primitif, un débat sur les orientations budgétaires

Plus en détail

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION 1 PRESENTATION Le présent document a été réalisé par le Cabinet Michel Klopfer, conseil indépendant dont le capital appartient

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

CATALOGUE DES DÉLIBÉRATIONS DE FISCALITÉ DIRECTE LOCALE

CATALOGUE DES DÉLIBÉRATIONS DE FISCALITÉ DIRECTE LOCALE CATALOGUE DES DÉLIBÉRATIONS DE FISCALITÉ DIRECTE LOCALE 2015 Sommaire Introction 3 I. TAXE D HABITATION A. Abattement 8 B. Exonération 9 C. Divers 10 II. TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BATIES A. Exonération

Plus en détail

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER Février 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER DE RESSOURCES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 1 RE PARTIE PRESENTATION DES GRANDS PRINCIPES Depuis le 1 er janvier 2010, les entreprises

Plus en détail

grand Lyon rapport financier 2012

grand Lyon rapport financier 2012 1 rapport financier 2012 PDF INTERACTIF MODE D EMPLOI Le menu des signets permet de naviguer dans le document. Pour configurer Acrobat et afficher le menu des signets : > Clic droit sur la barre de gauche

Plus en détail

Le Pacte Financier et Fiscal, outil au service du développement et des solidarités territoriales. Synthèse. Paris, le 19 février 2013

Le Pacte Financier et Fiscal, outil au service du développement et des solidarités territoriales. Synthèse. Paris, le 19 février 2013 Le Pacte Financier et Fiscal, outil au service du développement et des solidarités territoriales Synthèse Paris, le 19 février 2013 1 SOMMAIRE 1. Pourquoi mettre en place ou actualiser un Pacte Financier

Plus en détail

ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP

ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER VILLE DE METZ GESTION DES INVESTISSEMENTS PAR AUTORISATIONS DE PROGRAMME ET CREDITS DE PAIEMENT La

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AU PROJET DE LOI DE FINANCES 2014 ASSOCIATION DES PETITES VILLES DE FRANCE

DISPOSITIONS RELATIVES AU PROJET DE LOI DE FINANCES 2014 ASSOCIATION DES PETITES VILLES DE FRANCE DISPOSITIONS RELATIVES AU PROJET DE LOI DE FINANCES 2014 ASSOCIATION DES PETITES VILLES DE FRANCE Paris, le 22 octobre 2013 Présentation animée par Jean-Pierre COBLENTZ Support réalisé par l équipe de

Plus en détail

Colloque national ADGCF Comment dégager de nouvelles marges de manoeuvres?

Colloque national ADGCF Comment dégager de nouvelles marges de manoeuvres? Colloque national ADGCF Comment dégager de nouvelles marges de manoeuvres? Les lois de finances 2016 et lois de finances rectificatives 2015 à la loupe Le 21 janvier 2016 Ordre du jour 1. Les finances

Plus en détail