Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011"

Transcription

1 Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Références à rappeler : CM/JPR/RODII/ Monsieur le Directeur, Par lettre du 21 janvier 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder au jugement des comptes de 2005 à 2009 et à l examen de la gestion de 2005 jusqu à la période la plus récente de l Etablissement public foncier local du Pays Basque. A la suite de ce contrôle, l entretien préalable avec le conseiller-rapporteur prévu par les articles L et R du code des juridictions financières a eu lieu le 21 mars Je vous ai fait connaître par lettre du 4 mai 2011 les observations retenues à titre provisoire par la chambre lors de sa séance du 27 avril 2011, en vous priant d y répondre dans le délai de deux mois. Vous avez répondu par courrier du 29 juin Après avoir examiné le contenu de votre réponse, la chambre a arrêté au cours de sa séance du 4 août 2011 les observations définitives qui vous ont été notifiées le 8 août 2011 relatives au fonctionnement de l établissement, aux conventions de portage foncier, à l application des règles comptables, à la situation financière et à l économie générale des interventions de l EPFL. Le délai légal d un mois, imparti aux destinataires des observations définitives pour adresser leur éventuelle réponse à la chambre régionale des comptes étant expiré, je vous prie de bien vouloir trouver ci-après, le rapport d observations définitives de la Chambre. Monsieur Arnaud PORTIER Directeur de l Etablissement public foncier local du Pays basque 4, Allée des Platanes BP BAYONNE Cedex 3, place des Grands-Hommes CS Bordeaux Cedex : :

2 L Etablissement public foncier local (EPFL) du Pays Basque, établissement public à caractère industriel et commercial, a été créé par un arrêté préfectoral du 21 décembre 2005 pris au vu des délibérations concordantes de quatre établissements publics de coopération intercommunale 1 et de 22 conseils municipaux de communes non membres des établissements précédents. Le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques a également participé à la création de l établissement et la Région Aquitaine y a adhéré dès juin Le territoire d intervention de l EPFL, qui s est progressivement étendu, couvrait au début de l année 2011 la quasi-totalité du Pays basque. Le siège de l établissement est statutairement fixé à Bayonne. I LE FONCTIONNEMENT DE l ETABLISSEMENT 1.1. Le fonctionnement institutionnel L EPFL est doté, conformément aux dispositions du code de l urbanisme, d une assemblée générale où sont représentés les membres de l établissement public et d un conseil d administration. Les statuts prévoient la tenue dans l année d au moins une réunion de l assemblée générale et d au moins deux réunions du conseil d administration. La chambre a constaté que ces obligations étaient satisfaites, l assemblée ayant notamment été réunie à trois reprises en 2009 et deux fois en 2010 et le conseil d administration respectivement sept et huit fois. Le conseil d administration a adopté un règlement intérieur qui précise les modalités d intervention et de fonctionnement de l organisme. Ce règlement rappelle que l action de l établissement a pour finalité d éviter la spéculation à caractère privé en accompagnant au plan foncier les projets portés par les collectivités publiques. Cinq domaines prioritaires d intervention ont été retenus : - l habitat et la mixité sociale ; - le développement économique ; - les équipements publics d infrastructure liés aux deux thématiques précédentes ; - les équipements publics connexes à la réalisation d opérations d habitat et mixité sociale ; - la constitution de réserves foncières L activité de l établissement Le conseil d administration avait adopté un premier plan pluriannuel d intervention pour la période avec deux actions prioritaires : le logement et le développement économique. Il a adopté le 30 avril 2009 un nouveau plan pluriannuel pour la période articulé autour des cinq domaines d intervention précédemment exposés et doté d un budget global de 50 millions d euros (M ). La priorité a été donnée au soutien foncier aux opérations d habitat et de mixité sociale avec l affectation de 60 % des financements prévisionnels (30 M ). Le développement économique constituait le deuxième axe d intervention avec 25 % des crédits (12,5 M ). 1 CABAB (désormais Agglomération Côte Basque Adour), CC Nive Adour, CC du Pays d Hasparren et CC de Bidache 2

3 L EPFL du Pays Basque a réalisé ses premières acquisitions foncières en En quatre ans, 155 hectares de terrain ont été acquis pour un montant total de 25,37 M, représentant 170 parcelles situées sur 38 communes. La chambre a constaté que l établissement avait eu une action diversifiée, portant sur les différents secteurs de son territoire (zone côtière, Pays Basque intérieur, zone de montagne) et au profit de tous les types de collectivités, des grandes communes du littoral aux petites communes rurales. Le nombre de cessions est resté limité, en relation logique avec le démarrage récent de l activité foncière de l organisme Les moyens de fonctionnement L EPFL est une structure de taille limitée. L effectif permanent était de cinq personnes qui ont pour la plupart pris leurs fonctions en Un chargé d études en contrat à durée déterminée a complété l effectif en II LES OPERATIONS DE PORTAGE FONCIER La chambre a examiné quatre opérations foncières 2. Elle a constaté que les acquisitions avaient été réalisées conformément aux évaluations du service France Domaine et aux dispositions du règlement intérieur de l établissement. En application de l article 1.3 de ce règlement, chaque opération de portage foncier réalisée au profit d une collectivité a donné lieu à la signature d une convention appelée convention opérationnelle. Ces conventions précisaient le motif de l acquisition réalisée par l EPFL et la nature du projet de la collectivité auquel elle contribuait. Elles stipulaient les engagements notamment financiers de la collectivité bénéficiaire de l intervention de l établissement. La chambre a constaté que les mouvements financiers réalisés entre l EPFL et les collectivités concernées étaient conformes aux termes des conventions signées. La chambre a cependant noté que ces conventions présentaient des lacunes. L EPFL acquiert des biens à la demande de collectivités et n a pas vocation à les conserver dans son patrimoine. Les conventions ne stipulent cependant aucun engagement des collectivités bénéficiaires à acheter ou garantir le rachat des biens acquis à leur demande. De la même manière, aucun engagement de cession n est pris par l EPFL. La construction juridique des conventions paraît dans ces conditions inachevée. Cette absence de mention des engagements des parties sur les transferts de propriété à venir méconnaît en outre les dispositions du règlement intérieur de l établissement qui prévoit l engagement de la collectivité dans la convention opérationnelle «de garantir le rachat des biens concernés en fin de période de portage». 2 «Hôtel Adour» et «Dravasa» à Bayonne, «Gare d Ustaritz», «Atchoarena» à Bidart. 3

4 Au plan financier, les conventions stipulent que la collectivité «rembourse l investissement réalisé». Cette formulation paraît inappropriée dans la mesure où l EPFL ne détient pas juridiquement de créance sur les collectivités et qu il est, pendant toute la période du portage, propriétaire des biens qu il a acquis. Elle ne permet pas en outre de déterminer la nature exacte des règlements effectués par les collectivités, et notamment si les paiements ont un caractère définitif et irrévocable ou au contraire si ces sommes sont susceptibles d être reversées par l établissement. Cette indétermination sur la nature exacte de ces produits n est pas sans conséquence sur la tenue des comptes et l imputation comptable des sommes ainsi encaissées. Cette question sera développée dans la partie suivante consacrée à la fiabilité des comptes. La chambre a en conséquence invité l établissement à corriger les insuffisances relevées dans la rédaction des conventions opérationnelles et à préciser à cette occasion les engagements juridiques réciproquement pris avec les collectivités bénéficiaires de ses interventions ainsi que la nature des mouvements financiers qui en résultent. L EPFL a indiqué qu il procédait à une réécriture des conventions de portage foncier de façon à mieux définir techniquement et juridiquement les relations contractuelles avec les collectivités. La chambre a pris acte de l engagement de ces travaux. III L APPLICATION DES REGLES COMPTABLES Les établissements publics fonciers locaux sont des établissements publics industriels et commerciaux soumis à un plan comptable particulier appelé M 44. La chambre a relevé quelques incorrections dans la tenue des comptes (3.1 et 3.2) et relevé deux problèmes qui méritent d être rapidement résolus (3.3) L application du plan de comptes Le plan de comptes des EPFL prévoit l utilisation d un compte 6031 «variations des stocks de terrains ou constructions à aménager» pour enregistrer ces mouvements. L établissement n a pas utilisé ce compte pendant la période examinée et a enregistré les variations de stocks de terrains au compte 7133 «variation des encours de production de biens», compte qui ne s applique pas à son activité. Cette erreur technique n a pas de conséquence sur les résultats et bilans qui ont été présentés par l organisme. La chambre recommande toutefois d utiliser à l avenir le compte prévu par la nomenclature comptable. Par ailleurs, l établissement a imputé les frais de portage qui doivent être réglés annuellement par les collectivités au compte 768 «Autres produits financiers». Ces frais de portage ne constituent pas des produits tirés de la gestion financière mais la rémunération globale de la prestation de l établissement. Le plan de comptes M44 a prévu à cet effet un compte 706 «prestations de service». La mauvaise imputation de ces produits a pour conséquence de minorer les produits d exploitation de l EPFL et donc son résultat d exploitation, avec en contrepartie une surévaluation de son résultat financier. La chambre invite l EPFL à imputer à l avenir les recettes provenant de la facturation des frais de portage en produits d exploitation, au compte

5 L EPFL a indiqué qu il mouvementerait désormais les imputations comptables préconisées L enregistrement de mouvements comptables Quelques erreurs d écritures ont été notées lors de l examen des comptes. Une dépense de montant très limité a été imputée à tort en 2009 à un compte de réserves foncières alors que l établissement n avait pas réalisé d opération de ce type. Cette erreur d imputation n a pas de conséquence financière Deux erreurs ont été relevées dans les écritures de variations de stocks de l exercice L EPFL a enregistré au compte 7012 «portage foncier» une recette de cession de terrain de sans passer en contrepartie sur le même exercice les écritures de diminution du stock de terrains. L établissement a toutefois indiqué que la régularisation était intervenue sur l exercice suivant. Par ailleurs, l examen d une opération foncière 3 a conduit à constater que l EPFL avait enregistré de stocks au titre du portage foncier alors qu en raison d un règlement immédiat de par la collectivité bénéficiaire de l opération, le portage foncier réellement effectué était limité à Il existait ainsi à la clôture des comptes une discordance entre le montant inscrit en compte de stocks et le portage effectivement réalisé. La chambre invite l établissement à corriger ces écritures et à faire preuve à l avenir de vigilance dans la passation de ces mouvements comptables Les problèmes à résoudre 1) Le traitement comptable des «remboursements» des collectivités : Comme cela a été relevé précédemment, les conventions opérationnelles stipulent que les collectivités «remboursent» à l EPFL l investissement réalisé à partir de l année suivant la signature des actes d acquisition sans toutefois préciser la nature exacte des règlements effectués. L établissement impute ces paiements au compte167 «Emprunts et dettes assortis de conditions particulières». L utilisation de cette imputation comptable n est fondée que si les paiements des collectivités bénéficiaires des opérations de portage foncier doivent être considérés comme des avances financières que l établissement pourrait être amené à rembourser à ces dernières. Les conventions signées sont muettes sur cette éventualité. 3 «Hôtel Adour» 5

6 Si tel n est pas le cas et si les règlements doivent être considérés comme des paiements définitifs, les sommes encaissées devraient alors être imputées au compte 7012 «Portage foncier-ventes». Une imputation erronée au compte 167 a pour conséquence de déséquilibrer les comptes de l organisme en diminuant ses recettes réelles d exploitation et en majorant artificiellement son endettement. La chambre a en conséquence invité l EPFL à clarifier aux plans juridique et comptable ses relations financières avec les collectivités concernées par les opérations de portage. Comme indiqué supra, cela implique une révision de la rédaction actuelle des conventions opérationnelles. L EPFL a précisé qu il pouvait être amené à rembourser les sommes versées par les collectivités, notamment lorsque la collectivité n est pas, au terme du processus de portage, l acquéreur final du bien. Il indique qu il convient en conséquence de maintenir une imputation des versements au compte 167 et qu il procède sur ces points à l amélioration de la rédaction des conventions. La chambre prend acte des clarifications qui seront ainsi apportées. 2) Le rattachement des charges et produits La gestion des opérations de portage foncier amène l EPFL à régler différentes charges qu il récupère ensuite auprès des collectivités cocontractantes d une part, à encaisser des recettes liées aux biens acquis qu il reverse à ces mêmes collectivités. L examen des opérations réalisées a révélé que la récupération des charges ou le reversement des recettes pouvaient n intervenir que sur l exercice suivant leur règlement ou leur encaissement par l établissement. L instruction comptable M4 dispose qu il convient d intégrer dans le résultat annuel de l organisme toutes les charges correspondant à des services faits et tous les produits correspondant à des droits acquis. Dans le cas de l EPFL, les recettes encaissées qui restent à reverser à la fin de l année constituent des «charges à payer» et les charges payées qui restent à récupérer des «produits à recevoir» au titre de l exercice à clôturer. Ces charges et produits doivent être rattachés en fin d année comptable à l exercice en cours de clôture. L examen des comptes a conduit à constater que l établissement n avait pas effectué ces opérations comptables de fin d exercice. La chambre a invité l EPFL à mettre en œuvre les dispositions de l instruction comptable relatives au rattachement des charges et produits à l exercice qu ils concernent. L EPFL a indiqué qu il allait étudier les dispositions pratiques à mettre en œuvre pour se conformer sur ce sujet à l instruction comptable. 6

7 IV LA SITUATION FINANCIERE La situation financière a été examinée à partir des comptes produits pour les exercices 2006 à 2009, sans correction des anomalies relevées ci-dessus. L activité foncière de l établissement n a toutefois véritablement démarré qu en L EPFL présente sur l ensemble de la période un résultat annuel nettement positif. Il a bénéficié pendant ces premières années de deux ressources d exploitation principales : - des subventions destinées à accompagner le démarrage et la montée en puissance de l EPFL qui ont été versées par le Conseil général des Pyrénées Atlantiques (2 M en 2007) et la Région Aquitaine (1 M ) ; - le produit de la taxe spéciale d équipement (TSE) qui constitue la ressource fiscale pérenne de l établissement. Cette taxe, instituée spécifiquement au profit des EPFL, est destinée à leur permettre de financer les acquisitions foncières et immobilières correspondant à leur vocation. Son montant était de 2 M en Elle représentait les trois quarts des ressources réelles d exploitation. Les charges de structure sont demeurées modestes compte tenu de la taille limitée de l établissement. Constituées à plus de 95 % par les charges de personnel et les charges générales de fonctionnement, elles représentaient, avec 0,41 M, 20 % du produit de la TSE. Le résultat d exploitation a été apparemment conforté, dans les comptes produits, par des produits financiers significatifs (0,25 M en 2009). Nous avons vu précédemment qu il s agissait en réalité de produits de prestations de service (les frais de portage), produits d exploitation imputés à tort à un compte de produits financiers. Ces produits constituent la deuxième source pérenne de financement de l EPFL. Le résultat de l exercice s est établi à 1,112 M en 2006, 2,99 M en 2007, 1,33 M en 2008 et 2,6 M en La capacité annuelle d autofinancement s est établie sensiblement au même niveau. A la fin de l année 2009, l établissement avait acquis 12,3 M de biens immobiliers comptabilisés en stocks. N ayant pas réalisé d opérations en 2006, première année d existence, il disposait à la fin de l année d un fonds de roulement de 2,1 M provenant essentiellement du produit de la TSE et d une dotation d 1 M versée par le Conseil général des Pyrénées- Atlantiques. Sur les trois exercices suivants, son besoin de financement externe pour couvrir le coût des acquisitions s est élevé à 5,4 M. L EPFL a mobilisé 5,2 M d emprunts à cette fin. Il a enregistré en outre 0,85 M de «remboursements» des collectivités bénéficiaires des opérations. Son résultat global de clôture s établissait à la fin de l année 2009 à 2,75 M, soit plus d une année de recettes de la TSE. En conséquence, la situation financière de l EPFL à la fin de l exercice 2009 n appelle pas d observation. 7

8 V L ECONOMIE GENERALE DES INTERVENTIONS DE L EPFL L examen de différentes opérations et l analyse des conventions opérationnelles ont confirmé que l intervention financière de l EPFL repose actuellement sur les principes suivants : - les coûts globaux d acquisition des biens (coût d achat et frais d acquisition) sont intégralement refacturés aux collectivités concernées ; - les charges supportées par l établissement durant la détention des biens sont refacturées aux collectivités ; - les produits perçus par l EPFL pendant la même période de détention des biens sont reversés aux collectivités ; - l intervention de l établissement donne lieu à facturation annuelle de frais de portage égaux à 3 % du coût du bien restant à payer par la collectivité. Il ressort de ces éléments que l EPFL ne bonifie pas financièrement les opérations réalisées à la demande des collectivités. La facturation de 3 % de frais de portage a conduit en outre l établissement à dégager depuis sa création une marge brute sur les opérations réalisées, le taux de ces frais étant supérieur au coût moyen des ressources mobilisées. La chambre note que le législateur a doté les EPFL d une ressource fiscale spécifique destinée à leur permettre de financer les acquisitions foncières et immobilières d une part, que l EPFL a d autre part affirmé dans son PPI sa volonté de «faciliter et accélérer la réalisation de projets et d opérations en pesant sur le marché foncier». Elle invite en conséquence l établissement à mener une réflexion sur l économie générale de ses interventions et notamment sur l optimisation de l utilisation des ressources qui lui sont affectées. La question d une bonification de tout ou partie des opérations pourrait dans ce cadre être utilement abordée de façon à favoriser la réalisation de projets. Par ailleurs, le PPI a rappelé que les interventions de l établissement devaient être organisées de manière à lutter contre les mécanismes de spéculation foncière. Il a donné priorité au soutien des projets d habitat social en leur affectant 60 % de ses moyens financiers prévisionnels. La chambre constate que les conditions financières d intervention de l EPFL demeurent toutefois identiques quelle que soit la nature du projet soutenu. Il en est de même au niveau de la localisation du projet. Il peut toutefois être raisonnablement admis que les mécanismes de spéculation foncière ne sont pas à l œuvre avec la même vigueur sur l ensemble du territoire d intervention. Une différenciation des conditions d intervention, selon la nature du projet ou sa localisation, pourrait être de nature à accroitre l efficacité de l établissement foncier dans la poursuite des objectifs qu il s est fixé. La chambre a invité l EPFL, dont la phase de démarrage est désormais achevée, à engager une réflexion sur l évolution de ses modes d intervention. 8

9 L EPFL a précisé qu il s était engagé dans cette voie et que des réflexions étaient en cours pour mettre en place des modalités de bonification de certaines interventions et pour favoriser la réalisation d opérations jugées prioritaires. En application des dispositions de l article L du code des juridictions financières, le présent rapport d observations définitives de la chambre doit faire l objet d une inscription à l ordre du jour de la plus proche réunion de l assemblée délibérante. Il doit être joint à la convocation de chacun de ses membres et doit faire l objet d un débat. La chambre vous serait obligée de lui faire connaître dans quelles conditions aura été réalisée cette communication. En outre, j appelle votre attention sur le fait que ce rapport deviendra communicable à tout tiers demandeur dès qu aura eu lieu la réunion précitée. Je vous informe qu une copie du présent rapport est transmise au préfet et au directeur départemental des finances publiques des Pyrénées-Atlantiques, en application de l article R du code des juridictions financières ainsi qu au président du conseil d Administration. Je vous prie d agréer, Monsieur le Directeur, l expression de ma considération distinguée. Franc-Gilbert BANQUEY conseiller maître à la Cour des comptes 9

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE. Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE. Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007 CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007 Références à rappeler : JNG/RN/RODI1 064 043 483 Monsieur le Maire, Par lettre du 25 avril 2005, vous avez été informé

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

IL EST EXPOSE CE QUI SUIT :

IL EST EXPOSE CE QUI SUIT : CONVENTION POUR PORTAGE FONCIER ENTRE : L Etablissement Public Foncier du Bas-Rhin (SIRET 507 679 033 00013), Représenté par son Directeur, M. Benoît GAUGLER, dûment habilité à cet effet par délibération

Plus en détail

Le rattachement des charges

Le rattachement des charges LE RATTACHEMENT DES CHARGES ET DES PRODUITS Le rattachement des charges Définition : Ce mécanisme comptable a pour but d assurer le respect du principe d indépendance des exercices. Il permet d intégrer

Plus en détail

CONVENTION AVEC LE BÉNÉFICIAIRE CONVENTION N 08/RPC-LG-PF-00

CONVENTION AVEC LE BÉNÉFICIAIRE CONVENTION N 08/RPC-LG-PF-00 MISE EN ŒUVRE D UN DISPOSITIF REGIONAL D AIDE AU PORTAGE FONCIER ET IMMOBILIER DESTINÉ À DES OPERATIONS DE LOGEMENT SOCIAL EN POITOU-CHARENTES CONVENTION AVEC LE BÉNÉFICIAIRE CONVENTION N 08/RPC-LG-PF-00

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014 SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014 POINT LOGEMENT Ivry Confluences 42 avenue Jean Jaurès Construction de 51 logements locatifs sociaux en VEFA par l ESH Logis Transports Garantie communale

Plus en détail

Réforme de la M4 au 1 er janvier 2008

Réforme de la M4 au 1 er janvier 2008 Réforme de la M4 au 1 er janvier 2008 Comme l instruction M14 en 2006, l instruction M4 fait à son tour l objet d une réforme. La M4 s applique aux services publics locaux industriels et commerciaux (SPIC).

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. observations provisoires qu'elle vous avait adressées le 8 juin 1998 sur

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. observations provisoires qu'elle vous avait adressées le 8 juin 1998 sur Monsieur le Président, La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses observations provisoires qu'elle vous avait adressées le 8 juin 1998 sur la gestion de la mutuelle de retraite

Plus en détail

Clôture du lotissement «Chanteloup» à ROUILLON

Clôture du lotissement «Chanteloup» à ROUILLON n 62 1 Clôture du lotissement «Chanteloup» à ROUILLON Protocole de clôture de concession d aménagement entre Le Mans Métropole et CENOVIA. PREAMBULE Par convention publique d aménagement notifiée le 17/07/1987

Plus en détail

CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS

CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS Annexe 2 Entre : Le Département de la Vienne, dont le siège social est situé : place Aristide Briand, BP 319, 86008 Poitiers cedex, représenté par le Président du Conseil

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 23 NOVEMBRE 2012 DELIBERATION N CR-12/20.710 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DU CONTROLE DE GESTION Stratégie régionale de vérification (contrôle) des principaux bénéficiaires

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE?

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR En pratique, le régime de la micro-entreprise est un régime fiscal simplifié pouvant s appliquer à tous les exploitants individuels,

Plus en détail

MULTI DEVIS : PASSAGE DU TAUX

MULTI DEVIS : PASSAGE DU TAUX MULTI DEVIS : PASSAGE DU TAUX DE TVA DE 5.5% A 7% Ce document vise à détailler les manipulations et paramétrages à réaliser pour le passage du taux de TVA de 5.5% à 7% dans Multi Devis. 1. MODALITES D

Plus en détail

CONVENTION. entre. la VILLE de ROUEN L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT

CONVENTION. entre. la VILLE de ROUEN L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT CONVENTION entre la VILLE de ROUEN et L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT Entre les soussignés : La Ville de ROUEN représentée par Mme Emmanuèle JEANDET-MENGUAL, Adjointe au Maire, en vertu d un

Plus en détail

Loi de finance 2014 : régularisation de la réintégration fiscale

Loi de finance 2014 : régularisation de la réintégration fiscale Pégase 3 Loi de finance 2014 : régularisation de la réintégration fiscale A partir de la version 4.42.0 et 4.42.2 http://www.adpmicromegas.fr Suivi de la notice 12 décembre 2013 Création de la notice Modification

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 4 décembre 2006 Références à rappeler : JP/ROD II 033002529 Monsieur le Maire, Par lettre du 21 mars 2006, je vous ai fait connaître

Plus en détail

Fiche n 5. Schémas comptables applicables aux contrats de partenariat et BEH justement inventaire actif

Fiche n 5. Schémas comptables applicables aux contrats de partenariat et BEH justement inventaire actif Fiche n 5 Schémas comptables applicables aux contrats de et BEH justement inventaire actif Direction générale de l offre de soins Direction générale des fi nances publiques SCHÉMAS COMPTABLES APPLICABLES

Plus en détail

CONVENTION ATTRIBUTIVE DE SUBVENTION

CONVENTION ATTRIBUTIVE DE SUBVENTION CONVENTION ATTRIBUTIVE DE SUBVENTION ENTRE : - la Communauté Urbaine de Bordeaux, représentée par son Président, Monsieur Vincent Feltesse autorisé aux présentes par délibération n 2011/ du 25 mars 2011

Plus en détail

Guide de la mobilité bancaire

Guide de la mobilité bancaire Guide de la mobilité bancaire Service communication SwissLife Banque Privée 10/2009 SwissLife Banque Privée -Siège social : 7, place Vendôme - 75001 Paris - SA au capital de 36.470.960 382 490 001 RCS

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»?

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»? Que veut dire «étalement»? FOIRE AUX QUESTIONS Lorsque l augmentation de la valeur foncière de la propriété depuis la dernière mise à jour du rôle peut être répartie sur plus d une année, on dit qu elle

Plus en détail

DELEGATION DE Madame Anne BREZILLON

DELEGATION DE Madame Anne BREZILLON DELEGATION DE Madame Anne BREZILLON 193 Séance du lundi 26 janvier 2015 D-2015/17 Attribution d'aides en faveur des associations. Subventions. Adoption. Autorisation. Madame Anne BREZILLON, Adjoint au

Plus en détail

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 COMITE DE CONCERTATION POUR LA DIFFUSION NUMERIQUE EN SALLES Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 relative à la définition, au regard des usages professionnels, de la date de

Plus en détail

UNITÉ 3 THÈME 4. Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits. Cned Site de Lyon Page 1 / 9

UNITÉ 3 THÈME 4. Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits. Cned Site de Lyon Page 1 / 9 UNITÉ 3 THÈME 4 Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits Cned Site de Lyon Page 1 / 9 Thème 4 Unité 3 Thème 4 UNITÉ 3 THÈME 4...1 Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS PROJETS PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS 2 Exemple simplifié tiré d un cas concret : le remplacement de la cuisine centrale de l hôpital X Si les données de

Plus en détail

Convention de portage foncier. Agence foncière de Loire-Atlantique Commune / EPCI de.

Convention de portage foncier. Agence foncière de Loire-Atlantique Commune / EPCI de. Convention de portage foncier Commune / EPCI de. 1 / 9 ENTRE : L, ayant son siège social sis Hôtel du Département 3, quai Ceineray à Nantes, représentée par son Directeur, Monsieur.(nom et prénom), demeurant

Plus en détail

Rapport spécial des commissaires aux comptes sur les conventions réglementées

Rapport spécial des commissaires aux comptes sur les conventions réglementées Rapport spécial des commissaires aux comptes sur les conventions réglementées Aux actionnaires, En notre qualité de commissaires aux comptes de votre société, nous vous présentons notre rapport sur les

Plus en détail

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel Document d information Novembre 2009 Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel AIDE A LA MOBILITE Chaque banque propose un service d aide à la mobilité aux clients qui souhaitent les moyens

Plus en détail

Le règlement général des subventions départementales

Le règlement général des subventions départementales Le règlement général des subventions départementales Les règles d ordre général Article 39. Le cadre général des subventions 39-1 - Définitions Une subvention se définit de la façon suivante : - Un concours

Plus en détail

Mise en place par Décision unilatérale de l employeur

Mise en place par Décision unilatérale de l employeur Mise en place par Décision unilatérale de l employeur REGIME COMPLEMENTAIRE AU REGIME FRAIS DE SANTE prévu par l Accord national du 10 juin 2008 sur une protection sociale complémentaire en Agriculture

Plus en détail

CONVENTION. Pour aide à la création de l E.H.P.A.D. «La Marrière»

CONVENTION. Pour aide à la création de l E.H.P.A.D. «La Marrière» CONVENTION Pour aide à la création de l E.H.P.A.D. «La Marrière» Entre : LA VILLE DE NANTES, représentée par Madame Michèle FRANGEUL, agissant en cette qualité en vertu d une délibération du Conseil Municipal

Plus en détail

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/08//31 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 Objet : Répartition des charges

Plus en détail

PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES ***

PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES *** PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES *** DEFINITION D UNE POLITIQUE DE RECOUVREMENT 1 Entre la Communauté Urbaine de Bordeaux,

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS Etablissement public foncier de Languedoc-Roussillon créé par décret n 2008 670 du 2 juillet 2008 1 QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS A. LES RECETTES LES HYPOTHESES SUR LE NIVEAU DES RECETTES

Plus en détail

Chapitre VII : Les écritures de régularisation

Chapitre VII : Les écritures de régularisation Chapitre VII : Les écritures de régularisation L ajustement des comptes de gestion Dans la pratique, il peut y avoir un décalage dans le temps entre le moment où l entreprise a effectué une opération génératrice

Plus en détail

La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine

La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine Schéma départemental 2005-2020 Le mot du Président Lors de sa réunion du 16 décembre 2005, l Assemblée départementale a approuvé

Plus en détail

AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE Convention n 20..-C-DGAD-DEE-

AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE Convention n 20..-C-DGAD-DEE- AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE Convention n 20..-C-DGAD-DEE- ENTRE Le Département de la Vienne, Place Aristide Briand, BP 319, 86008 POITIERS Cedex, représenté par le Président du Conseil Général, Monsieur..,

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

Accompagnement Point Info Energie de l'union départementale Consommation Logement et Cadre de Vie Gironde. Convention financière 2013

Accompagnement Point Info Energie de l'union départementale Consommation Logement et Cadre de Vie Gironde. Convention financière 2013 Accompagnement Point Info Energie de l'union départementale Consommation Logement et Cadre de Vie Gironde Convention financière 2013 ENTRE : L ASSOCIATION UNION DEPARTEMENTALE CONSOMMATION LOGEMENT CADRE

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTIONS EN MATIERE D AIDES DIRECTES AUX ENTREPRISES Approuvé par la délibération n 2009/037 du 22 juillet 2009

REGLEMENT D INTERVENTIONS EN MATIERE D AIDES DIRECTES AUX ENTREPRISES Approuvé par la délibération n 2009/037 du 22 juillet 2009 REGLEMENT D INTERVENTIONS EN MATIERE D AIDES DIRECTES AUX ENTREPRISES Approuvé par la délibération n 2009/037 du 22 juillet 2009 Vu le règlement de la commission européenne n 1998/2006 en date du 15 décembre

Plus en détail

SOMMAIRE Regard sur la loi n 2003-590 du 2 juillet 2003 «Urbanisme et Habitat».

SOMMAIRE Regard sur la loi n 2003-590 du 2 juillet 2003 «Urbanisme et Habitat». Direction de l Administration Générale Service Juridique BULLETIN D INFORMATIONS JURIDIQUES SOMMAIRE Regard sur la loi n 2003-590 du 2 juillet 2003 «Urbanisme et Habitat». Brèves d actualité : - La loi

Plus en détail

DECRET N 53-1227 DU 10 DECEMBRE 1953 Relatif à la réglementation comptable des établissements publics nationaux à caractère administratif

DECRET N 53-1227 DU 10 DECEMBRE 1953 Relatif à la réglementation comptable des établissements publics nationaux à caractère administratif DECRET N 53-1227 DU 10 DECEMBRE 1953 Relatif à la réglementation comptable des établissements publics nationaux à caractère administratif BUDGETS ET CREDITS COMMENTAIRE DES ARTICLES 14 à 25 ARTICLE 14

Plus en détail

les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la observations provisoires par vous-même le 19 novembre 1997, la chambre a

les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la observations provisoires par vous-même le 19 novembre 1997, la chambre a Monsieur PERRACHON Liquidateur de la Société d'aménagement du Morbihan 10, rue Saint-Tropez Boite postale 55 56002 VANNES CEDEX Par lettre du 17 septembre 1997, j'ai porté à votre connaissance les observations

Plus en détail

PROJET DE CONVENTION DE MANDAT

PROJET DE CONVENTION DE MANDAT PROJET DE CONVENTION DE MANDAT ÉQUIPEMENT DES SALLES SERVEURS DE LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DU GRAND DOLE ET DE LA VILLE DE DOLE DANS LE CADRE D UN SYSTÈME D INFORMATION MUTUALISÉ ENTRE La Communauté

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL FMFF 2012

RAPPORT ANNUEL FMFF 2012 RAPPORT ANNUEL FMFF 2012 Fonds de la mairie de Fort-de-France Caisse des Dépôts - Direction des retraites et de la solidarité rue du vergne - 33059 Bordeaux cedex www.cdc.retraites.fr RETRAITES ET SOLIDARITÉ

Plus en détail

Adoption unanime du plan de sauvegarde

Adoption unanime du plan de sauvegarde Adoption unanime du plan de sauvegarde Le plan de sauvegarde présenté par la société Groupe Partouche SA a été adopté à l unanimité des membres des comités des établissements de crédit et assimilés et

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL FMFF 2011

RAPPORT ANNUEL FMFF 2011 RAPPORT ANNUEL FMFF 2011 Fonds de la mairie de Fort-de-France Caisse des Dépôts - Direction des retraites et de la solidarité rue du vergne - 33059 Bordeaux cedex 05 56 11 41 23 www.cdc.retraites.fr RETRAITES

Plus en détail

Pacte de solidarité entre générations Exécution Doc n 3 Arrêté royal du 9 mars 2006 Outplacement et sanctions

Pacte de solidarité entre générations Exécution Doc n 3 Arrêté royal du 9 mars 2006 Outplacement et sanctions Pacte de solidarité entre générations Exécution Doc n 3 Arrêté royal du 9 mars 2006 Outplacement et sanctions 1. L outplacement de quoi s agit-il? «L outplacement», aussi appelé reclassement professionnel,

Plus en détail

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar DECRET N 99-821 fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Vu la Constitution, Vu la Convention relative à l Aviation Civile Internationale signée

Plus en détail

Commune de Lucens Municipalité Service des finances

Commune de Lucens Municipalité Service des finances Commune de Lucens Municipalité Service des finances Préavis n 14 2011 au Conseil communal Fixation des plafonds en matière d emprunts et de risques pour cautionnements Lucens, le 31 octobre 2011 Table

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

TITRE I Création et dissolution de l Agence - Dispositions générales

TITRE I Création et dissolution de l Agence - Dispositions générales STATUTS DE L AGENCE DEPARTEMENTALE DES YVELINES INGENIERY TITRE I Création et dissolution de l Agence - Dispositions générales Article 1er - Constitution de l Agence En application de l article L.5511-1

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional. Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france

Rapport pour la commission permanente du conseil régional. Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france Rapport pour la commission permanente du conseil régional AVRIL 2013 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france HABILITATION DU PRESIDENT A SIGNER LE PROTOCOLE

Plus en détail

C O N V E N T I O N ENTRE LES SOUSSIGNES :

C O N V E N T I O N ENTRE LES SOUSSIGNES : C O N V E N T I O N ENTRE LES SOUSSIGNES : La Ville de Nantes, représentée par Madame Fabienne PADOVANI, Adjointe au Maire, agissant en cette qualité en vertu d une délibération du Conseil Municipal en

Plus en détail

CONVENTION. entre. la VILLE de ROUEN L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT

CONVENTION. entre. la VILLE de ROUEN L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT CONVENTION entre la VILLE de ROUEN et L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT Entre les soussignés : La Ville de ROUEN représentée par Mme Emmanuèle JEANDET-MENGUAL, Conseillère Municipale Déléguée,

Plus en détail

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. fêtes de PAMIERS ", que vous avez bien voulu lui adresser par lettre du

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. fêtes de PAMIERS , que vous avez bien voulu lui adresser par lettre du N/Réf. : GO835701 Monsieur le Président, La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses observations provisoires sur la gestion de l'association " Comité des fêtes de PAMIERS ",

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 20 juillet 2013 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 20 juillet 2013 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 20 juillet 2013 Adopté ACCÈS AU LOGEMENT ET URBANISME RÉNOVÉ - (N 1179) AMENDEMENT présenté par M. Goldberg, rapporteur ---------- ARTICLE 27 N o CE872 Rédiger ainsi cet article : I.

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Article 3 : Complément à l objet de l association

REGLEMENT INTERIEUR. Article 3 : Complément à l objet de l association Titre 1 - Définitions ASSOCIATION AGREEE DE GESTION DES PROFESSIONS LIBERALES DES ALPES Association déclarée, régie par la Loi du 1er juillet 1901; Agréée par Monsieur le Directeur Régional le 30/03/1981

Plus en détail

CONVENTION DE PRESTATIONS

CONVENTION DE PRESTATIONS ACCOMPAGNEMENT A LA REORGANISATION DU SERVICE GESTION RECOUVREMENT CONTENTIEUX ET DU SERVICE COMPTABILITE CONVENTION DE PRESTATIONS Page n 1/5 CONTRACTANTS Entre d'une part, CILGERE - Association régie

Plus en détail

Certificat d urbanisme

Certificat d urbanisme MINISTÈRE CHARGÉ Demande de Certificat d urbanisme N 13410*02 1/4 Vous pouvez utiliser ce formulaire pour : Connaître le droit de l urbanisme applicable sur un terrain Savoir si l opération que vous projetez

Plus en détail

CONVENTION 2015 L ATELIER REMUMENAGE

CONVENTION 2015 L ATELIER REMUMENAGE POLE DEVELOPPEMENT DURABLE ET RAYONNEMENT METROPOLITAIN DIRECTION ENTREPRISES ET ATTRACTIVITE SERVICE EMPLOI, ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET ANIMATION TERRITORIALE CONVENTION 2015 L ATELIER REMUMENAGE

Plus en détail

Convention n 2015-C-DGAS-DHV-0005. relative à l attribution d une subvention du Département à l association Progecat

Convention n 2015-C-DGAS-DHV-0005. relative à l attribution d une subvention du Département à l association Progecat Convention n 2015-C-DGAS-DHV-0005 relative à l attribution d une subvention du Département à l association Progecat ENTRE Le Département de la Vienne, Place Aristide Briand, BP 319, 86008 Poitiers Cedex,

Plus en détail

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires)

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) Mission Jeunesse FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) La Ville d Angers effectue un travail d aide aux projets des jeunes par l intermédiaire de la mission jeunesse. Cette mission

Plus en détail

CONVENTION DE PÔLE ASSOCIÉ DE DÉPÔT LÉGAL N 2015. ENTRE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE ET

CONVENTION DE PÔLE ASSOCIÉ DE DÉPÔT LÉGAL N 2015. ENTRE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE ET CONVENTION DE PÔLE ASSOCIÉ DE DÉPÔT LÉGAL N 2015. ENTRE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE ET.. ENTRE La Ville / Communauté d agglomération / Département / adresse représentée par agissant pour le compte

Plus en détail

Toute modification de l accord de Participation doit faire l objet d un avenant à l accord initial conclu selon les mêmes modalités et d un dépôt à

Toute modification de l accord de Participation doit faire l objet d un avenant à l accord initial conclu selon les mêmes modalités et d un dépôt à La Participation Dispositif d épargne collectif obligatoire dans les entreprises de 50 salariés qui consiste à distribuer une partie des bénéfices annuels. 1 Champ d application La participation est obligatoire

Plus en détail

CONTRAT DE VRP. Article 1 - Durée du contrat. Article 2 - Objet de la représentation. Entre les soussignés :

CONTRAT DE VRP. Article 1 - Durée du contrat. Article 2 - Objet de la représentation. Entre les soussignés : Entre les soussignés : CONTRAT DE VRP - La société SARL DESIGN PRODUCTIONS, au capital de 8 000 Euros, Parc Canteranne, Avenue Canteranne Bât 2 Rdc, 33600 PESSAC, RCS de Bordeaux n B 435 365 416, APE 7311Z,

Plus en détail

CONVENTION OPERATIONNELLE D ANTICIPATION FONCIERE SUR LES COMMUNES DES ARCS-SUR-ARGENS ET LE MUY AVENANT N 1 ENTRE

CONVENTION OPERATIONNELLE D ANTICIPATION FONCIERE SUR LES COMMUNES DES ARCS-SUR-ARGENS ET LE MUY AVENANT N 1 ENTRE Les Arcs sur Argens CONVENTION OPERATIONNELLE D ANTICIPATION FONCIERE SUR LES COMMUNES DES ARCS-SUR-ARGENS ET LE MUY AVENANT N 1 ENTRE La Communauté d Agglomération Dracénoise, représentée par Monsieur

Plus en détail

Ordre téléphonique à la plate forme CA Titres au 08 25 04 30 04 (0,15 /mn)

Ordre téléphonique à la plate forme CA Titres au 08 25 04 30 04 (0,15 /mn) REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) Préambule Ne pouvant être souscrits et détenus que par les sociétaires des Caisses Locales et des Caisses Régionales

Plus en détail

Réforme territoriale Questions-réponses sur la situation des personnels

Réforme territoriale Questions-réponses sur la situation des personnels L'ÉTAT SATION BLIQUE Réforme territoriale Questions-réponses sur la situation des personnels Vous travaillez dans un Conseil régional ou un Conseil départemental ÎÎJe travaille dans un Conseil régional,

Plus en détail

Convention d entreprise n 87. » du personnel de la société Autoroute du Sud de la France

Convention d entreprise n 87. » du personnel de la société Autoroute du Sud de la France Convention d entreprise n 87 relative au régime collectif et obligatoire de prévoyance «incapacitéinvalidité-décès» du personnel de la Entre la Société Autoroutes du Sud de la France, représentée par M.

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL ET SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIETE Mesdames,

Plus en détail

LE CONGE POUR FORMATION ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET SYNDICALE

LE CONGE POUR FORMATION ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET SYNDICALE LE CONGE POUR FORMATION ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET SYNDICALE SECTEUR PRIVE Le congé de formation économique, sociale et syndicale (Article L.451-1 du code du travail) jours : chaque salarié peut bénéficier

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP?

1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP? 1. Généralités 1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP? EIP. Un engagement individuel de pension est un contrat d assurance-vie souscrit par une société au profit d un dirigeant

Plus en détail

Texte n DGI 2010/24 Note commune N 17 / 2010 RESUME

Texte n DGI 2010/24 Note commune N 17 / 2010 RESUME BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2010/03/13 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2010/24 Note commune N 17 / 2010 Objet : Commentaire des dispositions

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA Table des matières 1. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE... 2 1.1 Mission du fond... 2 1.2 Principe... 2 1.3 Support

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise.

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise. Chapitre 1 L ANALYSE FINANCIÈRE DÉFINITION L analyse financière à terme regroupe l ensemble des techniques destinées à étudier la gestion à terme de l entreprise pour prévoir, et pallier les besoins de

Plus en détail

Le ministre de l intérieur. Monsieur le préfet de police Mesdames et Messieurs les préfets de département

Le ministre de l intérieur. Monsieur le préfet de police Mesdames et Messieurs les préfets de département DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE SOUS-DIRECTION DE L ADMINISTRATION GENERALE ET DES FINANCES Paris, le 17 septembre 2001 NOR/INT/C/01/00261/C

Plus en détail

ACCORD SUR L ACCOMPAGNEMENT MATERIEL DE LA MOBILITE GEOGRAPHIQUE AU SEIN DU GROUPE AXA EN FRANCE PREAMBULE

ACCORD SUR L ACCOMPAGNEMENT MATERIEL DE LA MOBILITE GEOGRAPHIQUE AU SEIN DU GROUPE AXA EN FRANCE PREAMBULE ACCORD SUR L ACCOMPAGNEMENT MATERIEL DE LA MOBILITE GEOGRAPHIQUE AU SEIN DU GROUPE AXA EN FRANCE Entre, Les différentes entreprises appartenant au périmètre de la Représentation Syndicale de Groupe représentée

Plus en détail

Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie

Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie Toute entreprise commerciale ou industrielle opère chaque mois des achats, des ventes, des paiements, des versements. Elle reçoit aussi de l argent, paie ses salariés,

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 07 DECEMBRE 2006

PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 07 DECEMBRE 2006 PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 07 DECEMBRE 2006 Le Bureau de la Communauté d Agglomération du Haut Val-de-Marne, légalement convoqué le 1 er décembre 2006 s est

Plus en détail

Valorisation de la participation des personnels à des opérations de recherche scientifique ou de prestations de services

Valorisation de la participation des personnels à des opérations de recherche scientifique ou de prestations de services Comité technique du 23 avril 2015 Valorisation de la participation des personnels à des opérations de recherche scientifique ou de prestations de services Références : décret no 2010-619 du 7 juin 2010

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES COMMUNE DE LA LONDE LES MAURES Direction des Services Financiers Service des Marchés Publics BP 62 ou place du XI Novembre 83250 LA LONDE LES MAURES

Plus en détail

Des transferts de sièges permettant de bénéficier de la convention franco-luxembourgeoise fiscalement plus favorable sont elles des abus de droit?

Des transferts de sièges permettant de bénéficier de la convention franco-luxembourgeoise fiscalement plus favorable sont elles des abus de droit? Des transferts de sièges permettant de bénéficier de la convention franco-luxembourgeoise fiscalement plus favorable sont elles des abus de droit? Transfert de siège d Italie vers le Luxembourg Affaire

Plus en détail

AVIS N 2011-0085 LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

AVIS N 2011-0085 LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Syndicat intercommunal à vocation unique d aide à domicile de la plaine de Nay (064 019 906) Trésorerie de Nay Département des Pyrénées-Atlantiques Absence d adoption du budget primitif de l exercice 2011

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GENERALES

TITRE I DISPOSITIONS GENERALES STATUTS ACTUALISES AU 18.12.2014 ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE TITRE I DISPOSITIONS GENERALES ARTICLE 1 : Il est créé, conformément à la loi du 1 er Juillet 1901 une association dénommée «COMITE INTERCOMMUNAL

Plus en détail

Sommaire. Menu Structure... 24

Sommaire. Menu Structure... 24 Taux de TVA applicables au 1 er janvier 2014 dans les applications Sage 30 / 100 génération i7 jusqu à V7.50 Sommaire Contexte... 2 Modification des taux de TVA au 1er janvier 2014... 2 Nouvelle application

Plus en détail

Le Edition Fév. 2013

Le Edition Fév. 2013 Le Edition Fév. 2013 Sommaire Général I. La Copropriété p. 3 II. Les organes de la copropriété p. 4-5 a) Le syndicat des copropriétaires b) Le Conseil Syndical c) Le Syndic III. Les charges de copropriété

Plus en détail

Fonds de financement de la transition énergétique

Fonds de financement de la transition énergétique Fonds de financement de la transition énergétique Convention particulière de mise en œuvre de l appui financier au projet «Territoire à énergie positive pour la croissance verte» Entre La ministre de l

Plus en détail

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE Cette charte a vocation à s appliquer lors de travaux effectués par une ou plusieurs entreprises, dites sous-traitantes, à l intérieur de l enceinte et des

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ Cette étude, réalisée en novembre 2009, porte sur le budget principal de la commune et concerne les années 2004 à 2008. Les données sont exprimées en euros.

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail