RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DE L ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE NORMANDIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DE L ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE NORMANDIE"

Transcription

1 RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DE L ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE NORMANDIE

2 I - PROCEDURE En application du 10 de l article R du code des juridictions financières et de l arrêté du Premier Président de la Cour des comptes du 16 février 2004, les comptes de 2002 et suivants de l établissement public foncier de relèvent pour la première fois de la compétence de la Chambre régionale des comptes de Haute-Normandie, attributaire ainsi d une délégation de la Cour des Comptes. L examen de la gestion de l établissement a été engagé le 7 janvier Le contrôle a porté sur les comptes produits par le comptable public depuis le précédent jugement effectué par la Cour des Comptes, à savoir les exercices 2002 à Le contrôle a porté sur les suites données au précédent contrôle de la Cour des comptes et en particulier au fonctionnement interne de l établissement, à la fiabilité des comptes et à l application du programme pluriannuel d intervention. Les entretiens préalables entre le magistrat rapporteur et les différents directeurs ont eu lieu les 2 avril 2009 (M. Bailly), 20 avril 2009 (M. Anquetil), (M. Roubach) 17 avril 2009 et 30 mars 2009 (M. Bollotte). La Chambre a délibéré le 28 mai 2009 et a retenu, à titre provisoire, les observations qui ont été communiquées le 8 juillet M. Bolotte a répondu par lettre enregistrée au greffe de la Chambre le 26 août, et M. Anquetil le 8 septembre A l examen des réponses reçues, la Chambre a retenu dans sa séance du 19 novembre 2009 les observations définitives suivantes. II PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT 1 - Les statuts En tant qu établissement public national, l EPF Normandie est un établissement public à caractère industriel et commercial chargé, comme les autres établissements publics fonciers, de trois missions : - ils tiennent un rôle de conseil d ingénierie et d expertise auprès des collectivités territoriales par la réalisation d études préalables aux acquisitions foncières ; - ils acquièrent des terrains soit de gré à gré, soit par voie de préemption ou par voie d expropriation et les cèdent ensuite aux collectivités. Ce sont des opérations dites de portage, «cœur du métier» des établissements publics fonciers ; - ils réalisent des opérations de remise en état des sites afin de redonner une valeur d usage aux biens. 1

3 Ce n est qu exceptionnellement et avec l autorisation du préfet de la région de Haute-Normandie que l établissement peut mener des opérations d aménagement. La naissance de l établissement public foncier de Normandie, appelé antérieurement établissement public de la Basse-Seine (EPBS), remonte à avril 1968 : il a été mis en place pour la création de la ville nouvelle du Vaudreuil, ainsi que les principales opérations prévues par le schéma d aménagement de la Basse- Seine (pôles urbains polycentriques de Barentin et Montivilliers, les grandes zones industrielles de bord de Seine, la restructuration du quartier Saint-Sever de Rouen). Depuis, l EPF Normandie apporte aux collectivités qui le sollicitent les outils d appui à la maîtrise du foncier, dans le cadre d opérations de reconversion de friches et de renouvellement urbain. Il a aussi multiplié et diversifié son intervention en faveur de l habitat et du développement économique. Enfin, il a développé, ces dernières années, une expertise qu il met au service des collectivités locales pour produire les études nécessaires à l anticipation et à la réalisation de leurs projets. Le périmètre d intervention de l établissement a été progressivement étendu pour recouvrir l ensemble des cinq départements de Haute et Basse Normandie, à compter du décret du 28 octobre Bien qu établissement public national, l EPF Normandie n est pas soumis à l obligation de produire un programme annuel de performance au sens de la LOLF. Depuis 2004, le directeur général ne présente pas à son autorité de tutelle, préfet de région ou ministre de l écologie et du développement durable et de l aménagement du territoire, un rapport d activité mettant en lumière la réalisation de ses objectifs selon des critères de performances. En fait, c est le programme pluriannuel d interventions qui fait office de document stratégique. Approuvé par le conseil d administration, il est soumis à l approbation du préfet de la région de Haute-Normandie lequel, par sa signature, porte approbation du préfet de Basse-Normandie. 2 - Le conseil d administration L action de l établissement est conduite sous le contrôle et l impulsion d un conseil d administration composé d élus locaux et de représentants professionnels, au nombre de 43. 2

4 Le conseil d administration délègue une partie de ses attributions au bureau constitué de 17 membres (7 vice-présidents et 10 membres). En revanche, certaines attributions ne sont pas susceptibles de délégation. Il s agit de l orientation de la politique de l établissement, du programme pluriannuel d interventions, de la fixation du montant des recettes attendues de la taxe spéciale d équipement. Le conseil peut seul approuver le budget (état prévisionnel des recettes et des dépenses), autoriser la souscription d emprunts et arrêter le compte financier, dont il décide d affecter le résultat. La Chambre observe que le fonctionnement du conseil d administration se caractérise par un taux relativement faible de présence physique des administrateurs (58 % en moyenne en 2006 et 42 % en 2007), compensé par la production systématique de pouvoirs qui permettent d atteindre le quorum. Lors de la réunion du 8 juillet 2008, la première qui a suivi le renouvellement des conseils municipaux et généraux, seuls 25 élus sur 43 étaient présents. Le fonctionnement du conseil d administration se caractérise aussi par le consensus : les décisions sont toutes prises à l unanimité. Il en va de même du mode de fonctionnement des deux commissions thématiques. Plus qu un organe distinct des structures centrales de l État, mais créé pour une application plus efficace d une politique obéissant à des objectifs nationaux, l établissement public foncier de Normandie revendique une position spécifique, dans un contexte fortement marqué par la décentralisation et la montée en puissance de l intercommunalité, où l État jouerait un rôle plus effacé. L EPF Normandie répond aux besoins exprimés par les grands acteurs territoriaux en intervenant de façon transversale et dégagée des contraintes de la politique locale. Cette position originale, sinon inhabituelle, pour un établissement public de l État, n empêche toutefois pas que les réunions du conseil d administration sont préparées entre le directeur général de l EPF Normandie et le collaborateur du préfet de région, conformément aux instructions d une circulaire ministérielle du 11 décembre Le personnel Les effectifs salariés de l établissement, que dirige un haut fonctionnaire de l État, s élèvent à 52,3 agents en 2009 contre 37 en L augmentation du personnel est observée essentiellement parmi les cadres, cette évolution n étant pas étrangère à la vocation de l établissement. 3

5 III LES FINANCES DE L EPF NORMANDIE 1 Les ressources budgétaires En 2008, les produits d exploitation ont atteint le montant de 48,9 millions d euros, comprenant les trois principales recettes suivantes : - les ressources propres (cessions foncières, produits d actualisation foncière et produits d ingénierie foncière) : 32,3 millions d euros. Elles proviennent de l exercice du «cœur du métier» de l EPFN, l action foncière, au sens large, réalisée pour le compte des collectivités territoriales, principalement, et de l Etat, incluant, non seulement les activités de portage financier, mais aussi l ensemble des interventions accompagnant un projet d aménagement ; - les subventions et participations permettant des actions conjointes avec des partenaires (crédits ministériels, collectivités territoriales) pour le traitement des friches, le réaménagement, les études, la minoration foncière (10,1 millions d euros) ; - la taxe spéciale d équipement (de l ordre de 4,5 millions d euros chaque année) qui est un impôt frappant les ménages et les entreprises, adossé à la fiscalité locale, et qui représente que la plus faible part des recettes d exploitation. A - la taxe spéciale d équipement Le conseil d administration fixe chaque année le montant de la taxe spéciale d équipement prévue par l article 1608 du code général des impôts dans les limites prédéfinies. Cette taxe porte sur les quatre taxes locales et sur la période de contrôle, les montants varient très peu. Le montant de la taxe est arrêté chaque année pour l année suivante ; il est décidé par le conseil d administration dans la limite d un plafond fixé pour l EPF Normandie, par la loi de finances, à euros. Ce plafond n avait pas été révisé depuis 1986, malgré l extension de la zone de compétence de l établissement à l ensemble de la Normandie depuis. Cependant, par l article 120 de la loi de finances pour 2009, l EPF Normandie a vu son plafonnement porté à 13 millions d euros. La loi a répondu favorablement au souhait exprimé par le conseil d administration d un nouveau plafonnement justifié par le fait que l EPF Normandie avait le taux de fiscalité le plus faible de France. 4

6 La taxe perçue par l EPF Normandie s élève ainsi en 2008 à 1,38 euros par habitant. Le conseil d administration du 4 décembre 2008 a décidé de porter le produit de la taxe à 10 millions d euros, soit un doublement, qui correspond alors à 3,1 euros par habitant d après les études effectuées par l établissement public. Certes, la taxe instituée par la loi de programmation pour la cohésion sociale de 2005 au profit des nouveaux établissements publics fonciers est limitée à 20 euros par habitant, soit un niveau quatre fois supérieur. Cependant la Chambre observe qu en doublant son produit fiscal, en 2008, l EPF Normandie a encore renforcé son aisance financière. B - les produits des activités de portage Les terrains et les bâtiments dont l établissement public foncier dispose génèrent des ressources d exploitation, dont les plus importantes restent le produit lié aux activités de portage. Le portage consiste pour l établissement à acquérir pour le compte des collectivités territoriales des propriétés, bâties ou non bâties, avec la perspective de mobiliser à leur place des moyens de financement parfois lourds. Cette action est rémunérée à raison de 3,5 % du prix d achat des biens et d une actualisation au taux de 1 % (du même prix d achat) à partir de la première année anniversaire. Jusqu en 2007, ce taux d actualisation atteignait 2 %. Les revenus tirés de l actualisation sont constamment plus importants que les produits du portage eux-mêmes (3,5 % du prix d achat). En 2008, l EPF Normandie encaisse, en effet, 1,4 millions d euros au titre de l actualisation et un million au titre du simple portage financier. C Les ressources complémentaires L EPF Normandie détient, en outre, un stock de produits de placement, générateurs de ressources supplémentaires non négligeables. Ces produits de placements sont issus des valeurs de placement à court terme du Trésor (titres de créances négociables et bons du Trésor BTF), faiblement rémunérateurs mais d un rendement sûr. Au 31 décembre 2006, le stock de placements s élevait à 62,4 millions d euros, soit l équivalent de 13,6 années de perception du produit de la taxe spéciale d équipement. A partir du 31 décembre 2007, le stock de placements a décru fortement (11,4 millions d euros). Cependant, dans les immobilisations financières de 2007 (inscrites au compte 2721), l établissement a inscrit euros et encore euros au bilan de

7 Du fait de sa stratégie orientée en direction des acquisitions foncières, l établissement prévoit qu à la fin de l année 2009, il n aura plus de produits de placement car il aura épuisé toutes ses réserves d épargne pour limiter le recours à l emprunt. 1 - Les charges de personnel et l intéressement Ce sont les principales charges de fonctionnement de l établissement. Au cours de la période , les charges de personnel stricto sensu sont passées de 1,6 millions d euros à 2,9 millions d euros. L augmentation de ces charges dépend autant du volume des recrutements que de la qualification des agents recrutés et du coût de l intéressement dont ils bénéficient. Le personnel bénéficie d un dispositif d intéressement avantageux, dont le volume financier global n est pas négligeable, proche de 8 % en Les prévisions budgétaires 2009 font état d une somme en augmentation qui atteint euros contre euros en Ce mécanisme d intéressement porte à 3,5 millions d euros (sensiblement plus en 2009) le montant total des «rémunérations» versées au sein de l établissement. S il facilite indéniablement certains recrutements, que la grille indiciaire des salaires de la fonction publique rendrait probablement plus difficiles, la Chambre s interroge sur la pertinence d un dispositif de rémunération qui garantit aux agents bénéficiaires une participation qui repose principalement sur l évolution du chiffre d affaires (pondéré toutefois par l évolution de la «productivité» selon un mode de calcul complexe). Elle observe, en outre, que ce complément de rémunération bénéficie indistinctement, à tous les agents quel que soit leur statut,à l exception du directeur général. 2 - Le patrimoine Avant de s installer dans le carré Pasteur à Rouen, l EPF Normandie était installé dans les locaux du Hastings, rue du 74 ème régiment d Infanterie à Rouen. Précédemment encore, il était installé dans l immeuble du Normandie II, rive gauche. L établissement reste propriétaire de ces deux biens qu il n occupe plus. Le premier est loué à la direction départementale de l équipement et le second à la direction départementale de la jeunesse et des sports. L établissement n a pas souhaité vendre son siège du Hastings, craignant de ne pas le valoriser à sa juste mesure. Il a pensé attendre la construction de la cité judiciaire, projet ajourné, pour s intégrer dans un mouvement général de l immobilier de bureau sur la rive gauche de Rouen. 6

8 L établissement reconnaît, cependant, qu il n a pas vocation à faire de la location immobilière mais il justifie son choix dans l attente des opportunités lui permettant de se libérer de ces actifs. L EPF Normandie se trouve donc à la tête d un patrimoine foncier important, composé d une part des biens non conventionnés, pourtant en légère diminution dans ses activités, et d autre part de ses anciens sièges sociaux, qui atteignaient 4,7 millions d euros en Une situation financière confortable On peut évaluer globalement le patrimoine, à la tête duquel se trouve l EPF Normandie à 172,6 millions d euros (stock brut compte 311 fin 2008), se décomposant en stock de biens conventionnés pour 159,7 millions d euros, et en stock de biens non conventionnés pour 12,5 millions d euros, auxquels s ajouterait la valeur précitée des sièges sociaux. a) - Les résultats d exploitation L EPF Normandie dispose d une réelle aisance financière. Un certain nombre d indicateurs illustrent cette situation favorable. Tout d abord, au cours de la période , les résultats nets d exploitation (correspondant à la somme arithmétique des résultats d exploitation, du résultat financier et du résultat exceptionnel), toujours positifs, ont porté les résultats cumulés de 19,4 millions d euros en 2003 à 49,3 millions d euros en exercices Résultats nets Résultats cumulés , On constate ensuite l absence totale de recours à l emprunt sur la période de contrôle. Aucun emprunt n a été contracté par l établissement, qui pourtant, a vocation à réaliser des transactions nécessitant la disponibilité de fonds importants notamment lors d acquisitions de réserves foncières (28 millions d euros en moyenne au cours de la période ). Ce n est qu en 2008 que le conseil d administration a décidé le principe et le volume d un emprunt de 15 millions d euros (sur 15 ans à taux fixe et périodicité annuelle), qui a été encaissé en janvier A l EPRD (budget) 2009, il est prévu un emprunt supplémentaire de 22 millions d euros qui, selon l établissement, ne devrait être mobilisé qu en tant que de besoin. 7

9 b) - Les produits de placement Le niveau de la trésorerie disponible sur toute la période de contrôle est également un indicateur d aisance financière. En effet, la lecture des soldes de la classe 5 (comptes financiers), même s ils n apportent pas un éclairage sur les mouvements annuels et le pilotage de la trésorerie, indique un niveau de fonds disponibles très élevé sur la période de contrôle. L EPF Normandie achète des biens, à des propriétaires privés, qu il revend, pour l essentiel, à des collectivités territoriales au prix d achat augmenté du coût de portage (3,5 %) et d un taux d actualisation (1 % depuis le 1 er janvier 2007) particulièrement rémunérateur (cf. supra). Cette logique financière a été accentuée par l option prise par l établissement public d orienter son action sur les opérations de portage, en accroissant sensiblement son volume d activité. La décision a été prise après une réflexion menée à l occasion du programme pluriannuel d interventions. Pour le mettre en œuvre, l établissement a utilisé sa trésorerie et réalisé ses différents placements financiers avant de s engager dans la voie de l endettement, puisqu il ne souscrit un emprunt qu en L établissement mène, en réalité, une activité dénuée de risque. Le seul point d interrogation réside pour lui dans le volume annuel d activité de portage, car ayant épuisé ses réserves de trésorerie, le développement ne peut plus s opérer désormais que par l augmentation de la fiscalité et le recours à l endettement. IV LES ACTIONS MENEES PAR L EPF NORMANDIE 1 L action foncière L inventaire des opérations d action foncière montre un nombre élevé de dossiers, 1609 à la date du 9 janvier La période a été marquée par l accroissement sensible des acquisitions foncières depuis Globalement, l établissement a acquis des biens à hauteur de 28 millions d euros en moyenne et en a revendu à concurrence de 18,7 millions d euros, en moyenne. Cette politique foncière concerne trois catégories d actions différentes (chiffres de 2007) : - les agglomérations structurantes (463,9 millions d euros) ; - les maillages ruraux et la restructuration des territoires ruraux (93,6millions d euros) ; - l action foncière diffuse (16,3 millions d euros). 8

10 Il s avère que 80 % des autorisations de programme de la dotation relative aux agglomérations structurantes concernent la région de Haute- Normandie et principalement la Seine-Maritime. En réponse, l ordonnateur précise qu au titre des prévisions budgétaires de 2007, les autorisations de programme disponibles pour les agglomérations de Haute-Normandie représentaient 210 millions d euros soit 67,5 % du montant disponible, dont 195 millions d euros et 62,5 % pour le département de la Seine-Maritime. Le dispositif est avantageux pour l EPFN : il vend au prix d achat fixé dans la convention conclue cinq ans auparavant. Depuis le retournement de la conjoncture de l automne 2008, le dispositif juridique des opérations de portage permet à l établissement de se prémunir contre la baisse des prix. En outre, le taux de portage et celui de l actualisation ont, pour base de calcul, le prix d achat augmenté des frais. Eu égard à l aisance financière de l établissement et en considération de sa mission de service public, la Chambre s est interrogée sur les raisons de faire porter la rémunération globale de l EPF Normandie sur la partie relative aux frais. Dans sa réponse, l ordonnateur a fait valoir que le taux de 1% a été retenu pour toutes les opérations et pour la période d actualisation postérieure au 1 er janvier 2007, ce qui est financièrement favorable pour les collectivités et réduit la complexité des calculs en améliorant la lisibilité des dispositifs. Les conventions de portage ont, en général, une durée de vie de cinq, voire de sept ans. Certaines collectivités qui ne respectent pas l échéance fixée initialement bénéficient, après examen des motifs présentés, d un report supplémentaire d un ou deux ans par rapport à l échéance initiale. Durant cette période, le taux simple d intérêt légal, plus élevé, est substitué au taux d actualisation contractuel. 2 La reconversion des friches En matière de reconversion des friches, les missions de l établissement sont fixées par ses statuts : «procéder à toutes opérations immobilières et foncières de nature à faciliter l aménagement au sens de l article L et, notamment, le renouvellement urbain, la reconversion de friches industrielles, la réhabilitation des sites urbains dégradés et leurs abords». Cette mission figure également dans les politiques d accompagnement mises en œuvre dans le cadre de la directive territoriale d aménagement de l Estuaire de la Seine, directive approuvée par le Conseil d Etat le 10 juillet 2006 : «L Etat soutiendra les politique foncières des collectivités orientées vers la reconquête des friches urbaines, la requalification des quartiers sociaux dégradés et les programmes de logements assurant la mixité de l habitat en zone urbaine». 9

11 Cette politique a été initiée en Entre 1993 et 2005, 167 dossiers ont été traités correspondant à près de 300 hectares. Par la suite, ce dispositif a été adossé au contrat de plan Etat région L intervention de l EPF Normandie revêt deux formes : d une part, des études destinées à accompagner les collectivités dans les réflexions d urbanisme sur le devenir de terrains et de bâtiments en état de friches ; d autre part, les travaux nécessaires à leur réhabilitation (anciens sites d activités) afin de leur redonner une valeur d usage. Les comptes de résultat de l établissement public présentent les sommes dépensées par l établissement au titre de ces actions : exercices quote-part de l'epfn au financement friches c/6551 subventions Friches op. en prestations c/741 ou La Chambre s était interrogée sur la portée et les limites de l engagement de l établissement public dans ce type d actions, en raison de leur apparente dispersion entre des acteurs multiples. Les dépenses supportées par l EPFN sur les études d aménagement représentent des sommes peu élevées, là encore toujours inférieures aux participations reçues : exercices quote-part de l'epfn au financement préaménagement c/6554 subventions de préaménagement c / Dans sa réponse, le directeur général insiste sur le fait que l établissement, principal co-financeur des interventions mais aussi maître d'ouvrage des interventions, paye chaque année l'ensemble des dépenses afférentes, par anticipation du versement des différentes subventions. 10

12 La comptabilisation de la participation de l'établissement n'est effectuée qu'à l'achèvement des opérations, qui se déroulent en général sur plusieurs années, ce qui explique le décalage entre les dépenses effectives et leur traduction en termes de charge pour l'epf. Sur la période 2001/2009, le montant total des dépenses payées par l EPF de Normandie s élève à euros et les subventions reçues à euros. 3 l action en faveur de l habitat Cette mission figure, avec la reconquête de friches urbaines, dans les politiques d accompagnement mises en œuvre dans le cadre de la directive territoriale d aménagement de l Estuaire de la Seine, directive approuvée par le Conseil d Etat le 10 juillet 2006 : «L Etat soutiendra les politiques foncières des collectivités orientées vers la reconquête des friches urbaines, la requalification des quartiers sociaux dégradés et les programmes de logements assurant la mixité de l habitat en zone urbaine». Afin d assurer une mixité sociale au sein de quartiers où les prix du foncier sont élevés, un dispositif, appelé fonds de minoration foncière, s est vu fixer pour objectif de rétrocéder aux collectivités les terrains, en les faisant bénéficier d une minoration de 30 à 40 % de leur valeur. Ce fonds a donc été institué à titre expérimental en 2000, par une convention d association de l EPF Normandie au contrat de plan Etat - Région. Lors de la signature de cette convention, l Etat proprement dit et l EPF Normandie s engagent sur des montants précis, la région de Haute-Normandie apportant, au cas par cas, un financement prélevé sur le fonds régional d aménagement du territoire. Dans les faits, ce dispositif qui se voulait au départ incitatif n a eu qu une portée limitée. Plusieurs obstacles ont contrarié sa mise en œuvre. Le démarrage a été lent : une seule opération, concernant 44 logements a vu le jour en 2001, et deux opérations pour 54 logements, en La minoration, qui constitue la seule incitation du dispositif, ne porte que sur le prix du foncier et ne prend pas en compte les coûts d aménagement (voirie, réseaux) qui sont inclus dans le prix de référence. L obligation de respecter l évaluation des services de l Etat (Domaines) et l impossibilité de faire bénéficier de la minoration foncière les collectivités déjà propriétaires des terrains, ont achevé de compromettre le succès de cette politique spécifique en faveur de l habitat. Dès lors, les sommes consacrées spécifiquement au fonds de minoration foncière sont très faibles par rapport aux capacités financières de l établissement. 11

13 exercices Action en faveur de l habitat quote-part de l'epfn au financement minoration foncière c /6553 subventions Fonds minoration foncière c/ Dans sa réponse le directeur de l établissement foncier insiste sur «la trop faible mobilisation des collectivités sur la mise à disposition du foncier en faveur du logement social» et rappelle que sur la période , logements locatifs sociaux ont bénéficié du dispositif de minoration foncière pour un total d'engagement financier de 3,7 millions d euros. Les cessions qui commencent à s'accélérer, ainsi qu'en témoigne le tableau figurant au rapport de la Chambre, portent sur la minoration foncière mobilisée au moment des cessions foncières (2,3millions d euros sur la période ). V LE PILOTAGE DE L ETABLISSEMENT 1 le programme pluriannuel d interventions Un programme pluriannuel d interventions retrace les objectifs à cinq ans, approuvés par une délibération du 10 juillet Ils sont ensuite repris dans des conventions passées avec les collectivités ou leurs groupements. Ce programme quinquennal fait office de projet d établissement. En réalité, l'information sur les réalisations et les projections à court terme (dans le cadre de l'exercice et pour l'exercice suivant) est fournie par le directeur général lors des conseils d administration qui sont l'occasion de faire une revue générale de l'activité. Le travail effectué par les deux commissions (financière et foncière) est particulièrement important, aussi bien pour actualiser les données de gestion que pour informer et impliquer les partenaires des collectivités territoriales. Mais, toutefois, l EPF Normandie n est pas soumis à des contraintes aussi fortes en terme de mesure de la performance que les services opérateurs des politiques de l État. L'élaboration du programme pluriannuel d interventions permet de réelles projections à moyen terme. Dans la mesure où la programmation approuvée dans ce cadre est suffisamment opérationnelle pour permettre une analyse des étapes de réalisation et l'actualisation des objectifs, il peut être admis que l'examen du programme pluriannuel d interventions, lors du conseil d administration de fin d'année, répond au nécessaire impératif d un "bilan dynamique d'activités". 12

14 Toutefois, le lien entre le projet de budget (EPRD de l'année) et le programme pluriannuel d interventions n'est pas totalement assuré, et le PPI ne peut servir de fondement à une discussion pertinente au sein du conseil d administration. L absence de publication d un rapport annuel d activité, depuis 2004, traduit bien l absence de volonté de mesurer les résultats. 2 le pilotage par la direction générale Le nouveau directeur de l EPF Normandie, qui a pris ses fonctions en novembre 2008, n avait toujours pas de lettre de mission, six mois après sa prise de fonctions. Ni l État, ni le président du conseil d administration ne lui ont fixé d objectifs d action précis, avant qu une lettre de notification d objectifs et d indicateurs lui soit finalement adressée par ses ministres de tutelle, dans le courant de l année le contrôle de gestion L établissement ne disposait pas d un véritable système de contrôle de gestion, même si des tableaux de bord sont établis. En fin d année, l établissement envoie à chaque collectivité une fiche de situation lui rappelant ses obligations à son égard. La tenue d une comptabilité des engagements en autorisations de programme et crédits de paiement témoigne d un souci bien réel de pilotage. L EPF Normandie qui dispose d un budget en forte croissance et prélève un impôt spécifique, la taxe spéciale d équipement, dont le volume a vocation à s amplifier (de 4,5 millions d euros à 13 millions d euros) devrait disposer d un dispositif de contrôle de gestion et d outils de pilotage adaptés. Toutefois lors du conseil d administration du 16 octobre 2008, il a été décidé de mettre en œuvre un réel contrôle de gestion. Selon le directeur général, depuis cette date, un agent a été recruté et d ici la fin de l année 2009, le cadre du contrôle de gestion devrait être validé. 13

15 RÉSUMÉ SYNTHÉTİQUE L Etablissement public foncier de Normandie dispose d une réelle aisance financière qui est le résultat de la cession des milliers d hectares acquis depuis 1968, accessoirement de la perception de la taxe spéciale d équipement, mais surtout de la rémunération avantageuse des opérations de portage foncier qu il réalise pour le compte des collectivités publiques. Depuis 2004, il s est engagé dans un processus de croissance qu il qualifie lui-même de «soutenue», que confirme son programme pluriannuel d interventions Ainsi il a pu acquérir par autofinancement, un stock foncier de 28 millions d euros en moyenne par an, ainsi qu un nouveau siège tout en conservant les anciennes implantations. Le stock des valeurs de placement et sa trésorerie du moins jusqu en 2007 témoignent aussi de cette aisance. Son activité est massivement orientée vers son «cœur de métier», le portage foncier, essentiellement en direction des territoires urbains de Haute- Normandie. Toutefois, les autres activités essentielles pour une politique dynamique d aménagement du territoire, telles que la rénovation des friches ou le logement, par le biais de fonds financiers adaptés (destinés à compenser le coût du foncier) se développent, mais selon une logique de guichet et à une cadence sans rapport avec les moyens élevés dont dispose l établissement. Les acquisitions foncières de 2007 et 2008, très importantes (50 et 44 millions d euros) par rapport à son niveau annuel précédent ont amené l établissement à souscrire un emprunt de 15 millions d euros. L EPF de Normandie fonctionne par consensus de ses membres : le taux de présence physique des membres élus aux réunions de son conseil d administration est faible. Les observations et les recommandations implicites de la part de la Cour des comptes lors de son dernier contrôle sur les outils de pilotage (contenu et lisibilité du PPI, contrôle interne, observatoire foncier, etc.) restent d actualité, mais ce dispositif devrait être amélioré avant la fin de l année Le déplafonnement de la taxe spéciale d équipement, obtenu lors de la loi de finances 2009, afin d accompagner l augmentation de l activité, compense la perte de recettes que l établissement a acceptée sur les opérations de portage. Cette taxe, dont le montant reste limité, a vocation à multiplier par deux le produit d une recette fiscale au profit d un établissement public qui n avait pas encore suffisamment structuré ses mécanismes de pilotage et de contrôle interne. 14

16 Réponse de M. Lucien BOLOTTE, directeur général de l Etablissement public foncier de I Procédure Cette introduction n appelle pas de remarques. II - Présentation de l Etablissement 1 Les statuts : Les précisions suivantes peuvent éclairer la description des missions de l EPFN : - Le «coeur de métier» au sens de l article 1er 1 du décret constitutif du 26 avril 1968 consiste à «procéder à toutes opérations immobilières et foncières de nature à faciliter l aménagement au sens de l article L du code de l urbanisme». A ce titre l EPFN est amené à acquérir des ensembles immobiliers au sens large et pas seulement des terrains. - Comme le précise le 2 du même article 1er, la réalisation d études, et le cas échéant, de travaux, s inscrit strictement dans le cadre de l accomplissement des missions susvisées. Les missions de conseil et d expertise auprès des collectivités territoriales ne sauraient donc outrepasser ce cadre. S agissant de la production de compte-rendus d activité et de performance, le directeur général, en application de l article 13 «prépare et présente le programme pluriannuel et les tranches annuelles d intervention, ainsi que le budget et les conventions mentionnées au dernier alinéa de l article 1er». De plus, à compter de l année 2009, des indicateurs de performance, représentatifs de la qualité de gestion de l Etablissement et de sa contribution aux politiques publiques qu il met en oeuvre, sont mis en place pour, d une part, mieux appréhender la réalisation des objectifs et la performance correspondante, d autre part, déterminer le montant de la part variable de la rémunération du directeur général. Cette démarche récente a fait l objet d une lettre de notification d objectifs et d indicateurs par les ministres chargés du budget et de l urbanisme, à l attention du directeur général. Cette lettre est mentionnée dans le rapport en V-2 «pilotage par la direction générale». 15

17 2 Le Conseil d Administration : Le consensus observé lors des séances du Conseil d Administration n empêche pas, bien au contraire, des débats nourris et argumentés notamment au sein des deux commissions thématiques. Ces débats portent aussi bien sur les questions budgétaires stricto sensu que sur les autres questions stratégiques telles que la pertinence de certains projets d urbanisation, la limitation de l étalement urbain, et la préservation des espaces agricoles, etc S agissant du contrôle de l Etat, il s exerce sur l EPF Normandie dans les mêmes conditions que sur ses homologues, via le Préfet de région Haute- Normandie et la Mission de contrôle économique et financier du Ministère chargé des finances. 3 Le personnel : L augmentation des effectifs correspond à la montée en puissance de l activité. Elle s est d ailleurs consolidée en fin de période. Ainsi, si l on examine l effectif au prorata du temps de présence, quelle que soit la forme du contrat de travail, on constate une relative stabilité entre 2006 et 2008 : Cadres supérieurs 4 3,4 3 Cadres 17,5 22,5 23,4 Agents de maîtrise 27, ,5 Employés 1,6 1,5 0,5 Total 50,3 53,4 52,4 III - Les finances de l EPF Normandie A- La Taxe Spéciale d Equipement (TSE) : La motivation du relèvement du produit de la TSE à 10 millions d euros par le Conseil d Administration du 4 décembre 2008, ne résulte pas de la simple constatation que l EPF avait le plus faible taux de fiscalité de France, mais fait suite à une étude présentée au Conseil d Administration précédent et montrant que cette augmentation de la ressource était nécessaire au rétablissement d une capacité d autofinancement positive, sans réduire les capacités d intervention futures. On notera enfin que, durant toute cette évolution récente, le plafond de relèvement fixé par la loi n a jamais été atteint. 16

18 B- Les produits des activités de portage : L équilibre ou l excédent atteint au cours de ces trois derniers exercices démontre que le produit de la TSE n est pas utilisé pour couvrir les charges de structures de l EPF. Le taux d actualisation appliqué jusqu en 2007 atteignait 2% pour les portages à 5 ans et était inférieur à ce pourcentage pour les portages de plus longue durée. C - Les ressources complémentaires : Le stock de placements de trésorerie a permis essentiellement d assurer le fonds de roulement de l EPF en particulier dans les années où les acquisitions étaient nettement supérieures aux cessions. D autre part, il permet de répondre immédiatement sans faire appel à des financements extérieurs à la possibilité d intervenir à la demande des collectivités sur de vastes territoires. 1- Les charges de personnel et l intéressement : suivants : Les chiffres de l intéressement sur la période sont les Charges de personnel Intéressement % 6,75 % 7,10 % 6,64 % On notera que le pourcentage 2007 s élève à 7,10% et que le mécanisme d intéressement porte à 3,182 millions d euros le total «charges de personnel + intéressement» pour Il est exact que l intéressement bénéficie à tous les agents quelque soit leur statut à l exception du directeur général et de l agent comptable. Il en est effectivement ainsi depuis l instauration du contrat d intéressement en 1990 et cela a été confirmé dans les différentes décisions prises depuis par le Conseil d Administration et validées par le Contrôleur Financier. D ailleurs, l article 2 de la loi du 19 février 2001 sur l épargne salariale précise que «tous les salariés d une entreprise compris dans le champ des accords d intéressement et de participations doivent pouvoir bénéficier de leurs dispositions». Par contre, compte-tenu de la formule de calcul, cet intéressement ne constitue absolument pas une garantie complémentaire de rémunération. 17

19 Cet intéressement a donc bien vocation à faire bénéficier collectivement les salariés de l Etablissement des résultats de l activité, sur la base d une formule validée préalablement par la Direction Départementale du Travail. Il n est d ailleurs pas variable en fonction de l ancienneté comme indiqué dans le rapport. Il ne constitue pas l outil de prise en compte individuelle de la façon de servir de chaque salarié, qui est évaluée par ailleurs. C est cette évaluation qui sert de base à la détermination des avancements ou promotions. 2 Le patrimoine : Il convient d'expliciter la distinction, qui figure bien dans le rapport, entre : - le patrimoine stricto sensu, qui comprend les parties d'immeubles de bureau dans lesquelles l'epf s'est successivement installé, - les stocks fonciers et immobiliers, conventionnés et non conventionnés, qui constituent la matière même de l'activité d'exploitation de l'epf. La surface de ces stocks est comparable à celle des EPF les plus anciens : 3000 ha pour l EPFN, 4700 ha pour l EPF Lorraine, et 2100 ha pour l EPFNord/Pas-de-Calais. Il n'y a pas de rapport prédéterminé entre l'aisance financière et l'importance de ces stocks. Le patrimoine stricto sensu représente hors agencements 5,869 M en décembre Une situation financière confortable : Il convient de nuancer l appréciation de l aisance fianancière de l EPF. Le cycle de rotation du stock étant très lent, plusieurs années, le stock représente une immobilisation de trésorerie importante, non disponible dans les délais à court terme, voire à moyen terme. Il est donc indispensable d identifier de façon précise l écart entre les acquisitions et les cessions de l exercice ce qui déterminera le besoin en fonds de roulement de l Etablissement ou au contraire son excédent. Plus le stock augmente, ce qui est le cas des dernières années, moins la situation financière immédiate est florissante, compte tenu des financements à mobiliser pour assurer le différentiel «acquisitions-cessions». b) Les produits de placement : La description de l activité de l Etablissement comme «dépourvue de risque» mérite les précisions suivantes : - Le dispositif conventionnel prévu avec les collectivités détermine d entrée de jeu le prix de sortie des biens acquis par l EPF. Cette disposition s applique quelle que soit l évolution du marché immobilier, et ces derniers temps, il a plus souvent fonctionné en défaveur de l EPF qu en sa faveur. Indépendamment de cette considération conjoncturelle, le fait pour la collectivité de connaître les conditions de rachat des réserves foncières «ne varietur» constitue un atout de l intervention de l Etablissement. 18

20 C est un des aspects qui fait de l Etablissement un réducteur d incertitudes dans la préparation des projets d aménagement, de même d ailleurs que le professionnalisme de ses équipes dans le déroulé des différentes procédures de négociations, d acquisition, voire d expropriation. S agissant de la ressource fiscale qui constitue bien la ressource première de l EPF, il importe d en préserver la reconstitution dans le temps afin de continuer à disposer comme cela a été indiqué plus haut, de capacités d autofinancement suffisantes à la mesure de la poursuite de l activité soutenue et notamment de projets lourds de renouvellement urbain actuellement portés par les collectivités et appuyés par l Etat. Par ailleurs, les risques encourus par l Etablissement relèvent de sa responsabilité de mandataire de la collectivité et du bon accomplissement de ses missions sans dérapage financier. Des procédures mal menées sont susceptibles d aboutir à des contentieux coûteux pouvant compromettre la réalisation des projets d aménagement. Il s avère par ailleurs que les réserves de trésorerie ne sont pas épuisées fin 2009, compte-tenu notamment du niveau élevé de cessions constaté sur l exercice IV - Les actions menées par l EPFN 2 La reconversion des friches : Il convient de préciser que le tableau illustrant le paragraphe sur les études d aménagement concerne les dispositifs de pré-aménagement. Le rapport qualifie de «peu opérationnelle pour l Etablissement public foncier» la mission de reconversion des friches. Cette affirmation est contredite par les montants de réalisation, en forte croissance depuis 2007, et par la mise en place de moyens accrus dans les contrats passés en 2007 par l Etablissement avec chacun des deux Conseils Régionaux, pour amplifier les actions menées depuis 1989 dans le cadre des précédents contrats de plan Etat-Région. Pour gérer cette politique, qui fait effectivement l objet depuis son origine de financements croisés liés à ces contrats et nécessite donc, pour l EPF Normandie de mobiliser une ingénierie financière pointue, un système d instruction unique des demandes par les services de l EPF ainsi qu un comité de programmation réunissant les représentants des co-financeurs ont été mis en place ; l enjeu actuel pour l EPF est de pérenniser ces dispositifs pour permettre de palier les difficultés de gestion habituelles dans la mise en oeuvre de politiques contractuelles. 19

TROISIEME PARTIE : CADRE ET MODALITES D INTERVENTION

TROISIEME PARTIE : CADRE ET MODALITES D INTERVENTION TROISIEME PARTIE : CADRE ET MODALITES D INTERVENTION A. LE CADRE REGLEMENTAIRE B. LA NATURE DES INTERVENTIONS LES TROIS PHASES D UNE POLITIQUE FONCIERE LES TROIS TYPES D INTERVENTION C. UN PARTENARIAT

Plus en détail

1 2 3 Aide à l animateur : Lebudgetestl actepar lequelsontprévues etautorisées les recettes et les dépenses de l organisme. L article 175 du décret GBCP prévoit que le dossier de présentation du budget

Plus en détail

PROJET. Entre : Ci-après désigné «L EPF» ou «L EPF du Val d Oise» d une part,

PROJET. Entre : Ci-après désigné «L EPF» ou «L EPF du Val d Oise» d une part, PROJET CONVENTION D ORIENTATIONS GENERALES RELATIVE A L ARTICULATION ENTRE LE STIF ET L EPF DU VAL D OISE EN MATIERE D ECHANGE D INFORMATION ET D ACTIONS FONCIERES Entre : L Etablissement Public Foncier

Plus en détail

Fiche 1 Densification pavillonnaire & Etablissements publics fonciers

Fiche 1 Densification pavillonnaire & Etablissements publics fonciers Direction Territoriale Normandie Centre Septembre 2014 Action Bimby 3.2 : Intégration de la démarche aux outils fonciers et procédures d aménagement Fiche 1 Densification pavillonnaire & Etablissements

Plus en détail

L OUTIL, UNE NECESSITE PARTAGEE

L OUTIL, UNE NECESSITE PARTAGEE L OUTIL, UNE NECESSITE PARTAGEE Contexte : la Haute-Savoie, un département très attractif Économie créatrice d emploi Proximité du bassin genevois Qualité du cadre de vie Accroissement démographique soutenu

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Références à rappeler : CM/JPR/RODII/064 036 931 Monsieur le Directeur, Par lettre du 21 janvier 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

Guide du porteur de projet

Guide du porteur de projet infos : 0810 18 18 18 Union européenne Fonds Social Européen Guide du porteur de projet Mesure «appui aux microprojets associatifs» FSE 4.2.3 en Ile-de-France Cette action est soutenue par le Fonds social

Plus en détail

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan S O M M A I R E Les temps forts de l année 2000 Les grandes masses budgétaires 1995-2000 L équilibre financier 2000 et les dépenses par secteurs d intervention Les résultats de la politique financière

Plus en détail

ZAC LUCILINE (1035) Réalisation de l opération d aménagement de la ZAC Luciline. COMPTE RENDU ANNUEL A LA COLLECTIVITE Actualisé au 31/12/2006

ZAC LUCILINE (1035) Réalisation de l opération d aménagement de la ZAC Luciline. COMPTE RENDU ANNUEL A LA COLLECTIVITE Actualisé au 31/12/2006 Version du 1 er Août 2007 Concession d Aménagement Ville de Rouen ZAC LUCILINE (1035) Réalisation de l opération d aménagement de la ZAC Luciline COMPTE RENDU ANNUEL A LA COLLECTIVITE Actualisé au 31/12/2006

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Bordeaux, le 19 novembre 2007 Le Président Références à rappeler : DC/CB/ROD-II/ 024 045 997 Monsieur le Directeur, Par lettre du 3 août 2006, vous avez été informé

Plus en détail

Les EPFL sont des établissements publics dont la mission est d assister les collectivités

Les EPFL sont des établissements publics dont la mission est d assister les collectivités Fiche B2 juin 2013 CETE Nord Picardie Connaître les acteurs du foncier Les établissements publics fonciers locaux (EPFL) Laurent Mignaux/METL-MEDDE Les EPFL sont des établissements publics dont la mission

Plus en détail

Note complémentaire n 4 : essai de simulation d usage du compte en fonction des statuts

Note complémentaire n 4 : essai de simulation d usage du compte en fonction des statuts Note complémentaire n 4 : essai de simulation d usage du compte en fonction des statuts [1] Pour illustrer la mise en œuvre du compte au long de la vie, la mission IGAS a procédé à une simulation de son

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 4 décembre 2006 Références à rappeler : JP/ROD II 033002529 Monsieur le Maire, Par lettre du 21 mars 2006, je vous ai fait connaître

Plus en détail

Décision du Directeur Général n 2011/29 Décision de préemption

Décision du Directeur Général n 2011/29 Décision de préemption ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE BRETAGNE Décision du Directeur Général n 2011/29 Décision de préemption LE DIRECTEUR GENERAL DE L ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE BRETAGNE Vu le Code de l Urbanisme et notamment

Plus en détail

CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS. MAISON DE L EMPLOI DE (Nom )

CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS. MAISON DE L EMPLOI DE (Nom ) Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement République française CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS MAISON DE L EMPLOI DE (Nom ) Président : Adresse : N de convention : Date de signature

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 Direction Générale Développement / Direction du Développement urbain Question n 182 Direction de l'urbanisme REF : DU2013027 Signataire : SM/NL Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 RAPPORTEUR : Jean-Yves

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 24 avril 2007 Références à rappeler : JP/CB/RODII/040023999 Monsieur le Président, Par lettre du 27 novembre 2006, je vous ai fait connaître

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

Délibération n 40 du 22 mars 2007 Portant règlement comptable et financier de l Agence française de lutte contre le dopage

Délibération n 40 du 22 mars 2007 Portant règlement comptable et financier de l Agence française de lutte contre le dopage Délibération n 40 du 22 mars 2007 Portant règlement comptable et financier de l Agence française de lutte contre le dopage L Agence française de lutte contre le dopage, Vu la loi n 2006-405 du 5 avril

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 1/07 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 26 mars 2010 Commission n 1 Aménagement Durable du Territoire et Environnement Commission n 7 Finances DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE DE L'ENVIRONNEMENT,

Plus en détail

Dahir portant loi n 1-93-51 (22 rebia I 1414) Instituant les agences urbaines (B.O. 15 septembre 1993).

Dahir portant loi n 1-93-51 (22 rebia I 1414) Instituant les agences urbaines (B.O. 15 septembre 1993). Dahir portant loi n 1-93-51 (22 rebia I 1414) Instituant les agences urbaines (B.O. 15 septembre 1993). Vu la Constitution, notamment son article 101 ; Après examen par le conseil des ministres réuni le

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP)

INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP) TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE CONSEIL D ADMINISTRATION 25 FEVRIER 2014 INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP) AC/DAF La GBCP : définition GBCP = Gestion

Plus en détail

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Projet de note méthodologique ANRU Janvier 2008 ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Note méthodologique 1. PRESENTATION GENERALE 1. Enjeux et objectifs des points d étape Les points d étape, réalisés deux

Plus en détail

permettant de rendre compatible le financement public sous la forme de compensation de service public.

permettant de rendre compatible le financement public sous la forme de compensation de service public. Instruction CGET/DMAT/DHUP du 20 février 2015 visant à préciser les modalités de gestion des opérations d efficacité énergétique dans le logement social cofinancées par le FEDER en fin de période de programmation

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur,

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction du Trésor Direction de la Comptabilité publique Direction générale des collectivités

Plus en détail

La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION

La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION Préface Les associations sportives proposent une offre de pratiques diversifiée et accessible au plus grand nombre. Utiles

Plus en détail

L EPF LR, EN QUELQUES MOTS

L EPF LR, EN QUELQUES MOTS 01 L EPF LR, EN QUELQUES MOTS 01 L EPF LR, EN QUELQUES MOTS ACTIVITÉ DE L EPF LR AU 31 JUILLET 2013 Tout axe du PPI confondu L EPF LR INTERVIENT SUR LES TERRAINS EN AMONT DE L AMÉNAGEMENT L EPF LR acquiert

Plus en détail

Date d application : attributions consenties à compter du 16 octobre 2007.

Date d application : attributions consenties à compter du 16 octobre 2007. Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) 5 Circulaires de la direction de la protection judiciaire de la jeunesse Signalisation des circulaires du 1er janvier au 31

Plus en détail

Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008

Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008 Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS Le conseil d'administration, Vu les articles

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS Etablissement public foncier de Languedoc-Roussillon créé par décret n 2008 670 du 2 juillet 2008 1 QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS A. LES RECETTES LES HYPOTHESES SUR LE NIVEAU DES RECETTES

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015 DOSSIER DE PRESSE Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement Paris, le 15 avril 2015 Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des

Plus en détail

Point d étape Note méthodologique

Point d étape Note méthodologique Point d étape Note méthodologique Avril 2008 Avril 2008 SOMMAIRE... Préambule : Enjeux et objectifs des points d étape... 4 Partie 1 : Réalisation des points d étape pour les projets de rénovation urbaine

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

CGET/MAE/SNOTTIN/MADEVERON. Références juridiques applicables au niveau européen et national :

CGET/MAE/SNOTTIN/MADEVERON. Références juridiques applicables au niveau européen et national : Projet d instruction CGET/DMAT/DHUP visant à préciser les modalités de gestion des opérations d efficacité énergétique dans le logement social cofinancées par le FEDER en fin de période de programmation

Plus en détail

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR Article 1 STATUT DE LA REGIE La régie nommée «Régie du Service Public de l Assainissement Non Collectif de la CINOR»

Plus en détail

L O G E M E N T S O C I A L

L O G E M E N T S O C I A L L O G E M E N T S O C I A L OUTILS ET PUBLICS Juillet 2013 1 L HABITAT SOCIAL : UN ENJEU MAJEUR EN PAYS D AIX Une compétence obligatoire L «Equilibre social de l habitat» est l une des 4 compétences obligatoires

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015 ***** DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015 ***** Nom de l association: Intitulé de l action : DOSSIER Á REMETTRE AU PLUS TARD LE 19 DECEMBRE 2014 Nous sommes là pour vous aider Association Loi du 1 er

Plus en détail

Agent comptable. Référentiels métier des personnels d encadrement. des établissements publics d'enseignement supérieur.

Agent comptable. Référentiels métier des personnels d encadrement. des établissements publics d'enseignement supérieur. Référentiels métier des personnels d encadrement des établissements publics d'enseignement supérieur et de recherche Agent comptable Sous-direction de la gestion prévisionnelle et des missions de l encadrement

Plus en détail

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé :

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé : REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL & ENVIRONNEMENTAL Session plénière du 25 mai 2011 Avis adopté à l unanimité (-10 abstentions / Groupe CGT) Le Président Gérard MAURICE Avis du Conseil

Plus en détail

P R E M I E R A V I S

P R E M I E R A V I S Formation : Chambre Rapport n 2006-0056 Séance du 8 juin 2006 RECOMMANDE AVEC A.R. SYNDICAT MIXTE DU PAYS THOUARSAIS (N 079 041 977) CONTROLE BUDGETAIRE Article L.1612-15 du code général des collectivités

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER 2008

RAPPORT FINANCIER 2008 RAPPORT FINANCIER 2008 RAPPORT FINANCIER 2008 SOMMAIRE LES CAPACITÉS D AFFECTATION DE L AGENCE... 10 Les ressources 11 Les objectifs d affectation 12 LA RÉALISATION DU PROGRAMME NATIONAL DE RÉNOVATION

Plus en détail

Vote et Transmission des Documents Budgétaires

Vote et Transmission des Documents Budgétaires Annexe 3 Vote et Transmission des Documents Budgétaires Articles L 2312-1, L 1612-2, L 2121-7, L 2121-20, L 2121-23 du Code Général des Collectivités Territoriales Le Vote (art. L 2312-1, L 2121-17, L

Plus en détail

Déroulement de la présentation

Déroulement de la présentation Déroulement de la présentation Panorama des principaux outils de l urbanisme opérationnel - Les outils opérationnels - Les outils de financement Le lotissement communal de la Pointe de Fromentières - Les

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

Mise en place d un dispositif de soutien fiscal en faveur de l investissement locatif intermédiaire

Mise en place d un dispositif de soutien fiscal en faveur de l investissement locatif intermédiaire Mise en place d un dispositif de soutien fiscal en faveur de l investissement locatif intermédiaire I. Après l article 199 octovicies du code général des impôts, il est inséré un article 199 novovicies

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

OBJET : BUDGET PRINCIPAL AFFECTATION DEFINITIVE DES RESULTATS DE L ANNEE 2013 AU BUDGET DE L ANNEE 2014 REGULARISATION

OBJET : BUDGET PRINCIPAL AFFECTATION DEFINITIVE DES RESULTATS DE L ANNEE 2013 AU BUDGET DE L ANNEE 2014 REGULARISATION DCM n 88/2014 Nombre de Conseillers présents : 20 Nombre de Conseillers votants : 27 OBJET : BUDGET PRINCIPAL AFFECTATION DEFINITIVE DES RESULTATS DE L ANNEE 2013 AU BUDGET DE L ANNEE 2014 REGULARISATION

Plus en détail

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET)

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) (Articles 2, 47, 77, 78 et 99 de la loi de finance pour 2010) Actuellement, la taxe professionnelle (TP)

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Nous sommes là pour vous aider Association Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association N 12156*03 Dossier de demande de subvention Veuillez cocher la case correspondant à votre situation

Plus en détail

sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie Tarbes Hautes Pyrénées (CCI THP).

sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie Tarbes Hautes Pyrénées (CCI THP). 2015-04 Séance du 11 février 2015 AVIS sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie Tarbes Hautes Pyrénées (CCI THP). Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant le décret

Plus en détail

COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES

COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES LE FINANCEMENT DES ACTIVITES SPORTIVES Les collectivités locales peuvent participer au financement des associations sportives, sous certaines conditions.

Plus en détail

Cocher la case correspondant à votre situation : première demande renouvellement d une demande

Cocher la case correspondant à votre situation : première demande renouvellement d une demande N 12156*03 Cocher la case correspondant à votre situation : première demande renouvellement d une demande Vous trouverez dans ce dossier : Des informations pratiques pour vous aider à le remplir Une demande

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 14 DECEMBRE 2012.

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 14 DECEMBRE 2012. COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 14 DECEMBRE 2012. I DEMANDE D ADHESION A L ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DU BAS-RHIN POUR LA COMMUNE DE LA WALCK 1.Présentation de l Établissement Public

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH ENTRE LES SOUSSIGNES La Communauté de l Agglomération Havraise (CODAH), 19 rue Georges Braque

Plus en détail

SCPI. Pierre à pierre, tout est affaire de régularité

SCPI. Pierre à pierre, tout est affaire de régularité SCPI Pierre à pierre, tout est affaire de régularité Qu est-ce qu une SCPI? Une Société Civile de Placement Immobilier (SCPI) est la propriété collective de biens immobiliers exprimée en parts détenues

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Délibération n o 2008-24 du 22 octobre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS NOR : MLVU0826705X

Délibération n o 2008-24 du 22 octobre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS NOR : MLVU0826705X Logement-ville ET DE LA VILLE Caisse de garantie du logement locatif social Délibération n o 2008-24 du 22 octobre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS NOR : MLVU0826705X

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES --- N/Réf. : GO10 329 01 RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES Exercices 2003 à 2009 22 5.3 Les renégociations

Plus en détail

Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA)

Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA) CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis n 2003-04 du 1 er avril 2003 Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA) Sommaire 1 - Le dispositif

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE

CONVENTION CONSTITUTIVE DIRECTION REGIONALE DE LA PROTECTION JUDICIAIRE DE LA JEUNESSE ILE DE FRANCE CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT D INTÉRÊT T PUBLIC DERPAD DRPJJ 14, rue Froment 75011 PARIS Téléphone : 01 49 29 28 60

Plus en détail

contrats de recherche

contrats de recherche Traitement Actualités comptable normativesdes Journée d études - 26 octobre 2012 contrats de recherche 15 novembre 2012 Bureau CE2B Opérateurs de l État SOMMAIRE I. Objectif de la future instruction relative

Plus en détail

de formation des prix

de formation des prix Le mécanisme m de formation des prix 1 URBANiS 24 janvier 2011 DEUX MARCHES FONCIERS URBAINS Zone AU «stricte» le droit des sols n est pas défini, il est négocié Zone AU indicée et zone U le droit des

Plus en détail

BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION

BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION Le budget 2013 s inscrit dans un contexte de fortes contraintes budgétaires destiné à réduire la dette de l Etat. Ce budget responsable s inscrit résolument dans le

Plus en détail

Direction générale des finances publiques Sous-direction Gestion comptable et financière des collectivités locales Bureau des comptabilités locales

Direction générale des finances publiques Sous-direction Gestion comptable et financière des collectivités locales Bureau des comptabilités locales Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités territoriales et de l

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques Ministère de l Égalité des territoires et du Logement Ministère de l Économie et des Finances GUIDE PRATIQUE Du provisionnement des emprunts à risques Application aux Offices Publics de l Habitat à comptabilité

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX PREMIER MINISTRE Arrêté du 6 septembre 2010 relatif au règlement des aides du fonds d aide à la rénovation thermique des logements privés (FART) NOR : PRMX1023070A

Plus en détail

Aurélie CAMROUX Marc CLOUVEL

Aurélie CAMROUX Marc CLOUVEL LA CREATION D UN SIEGE SOCIAL Aurélie CAMROUX Marc CLOUVEL Experts comptables Commissaires aux comptes Blog AXIOME D.I.S. (actualité règlementaire secteur S.M.S.) http://flash.info.sms.over-blog.com 1

Plus en détail

Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion.

Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion. Analyse des coûts Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion. Remarque liminaire : Le contenu de cette fiche ne saurait préjuger de ce qui sera défini dans le cadre des travaux en cours relatifs

Plus en détail

B. LA PROCEDURE DE CLASSEMENT D UN SITE NATUREL EN RESERVE NATURELLE REGIONALE

B. LA PROCEDURE DE CLASSEMENT D UN SITE NATUREL EN RESERVE NATURELLE REGIONALE CADRE D INTERVENTION REGIONALE POUR LE CLASSEMENT D ESPACES NATURELS EN RESERVES NATURELLES REGIONALES (approuvé par délibération n 07.03.48 en date du 16 mars 2007) A. DEFINITION Une réserve naturelle

Plus en détail

Les agences comptables des lycées et collèges publics

Les agences comptables des lycées et collèges publics Les agences comptables des lycées et collèges publics Dans le rapport public annuel de 2008, les juridictions financières avaient souligné les défaillances de la gestion comptable des 2600 lycées et des

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

3 ème section Commune de Plan d Aups Sainte-Baume (Var) Saisine n 2012-0330 (Contrôle n 2012-0142) Séance du 26 juin 2012 AVIS

3 ème section Commune de Plan d Aups Sainte-Baume (Var) Saisine n 2012-0330 (Contrôle n 2012-0142) Séance du 26 juin 2012 AVIS CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 3 ème section Commune de Plan d Aups Sainte-Baume (Var) Saisine n 2012-0330 (Contrôle n 2012-0142) Articles L 1612-4 et 5 du code général des

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur

Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur Préambule Fondation privée reconnue d utilité publique à but non lucratif, l Institut Pasteur dispose de différents types de ressources

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai Les Comptes Administratifs soumis au Conseil Municipal retracent l exécution du budget principal de la Ville d Obernai et des différents budgets annexes au cours de l exercice comptable 2014. Section de

Plus en détail

CONFIDENTIEL. 13, avenue de l Opéra F-75001 PARIS. Rapport sur la situation de trésorerie de l UMP. Présentation des conclusions.

CONFIDENTIEL. 13, avenue de l Opéra F-75001 PARIS. Rapport sur la situation de trésorerie de l UMP. Présentation des conclusions. 13, avenue de l Opéra F-75001 PARIS Rapport sur la situation de trésorerie de l UMP Présentation des conclusions 8 juillet 2014 ETENDUE ET LIMITES Le Cabinet Advolis, conformément à la mission qui lui

Plus en détail

LOCATION IMMOBILIÈRE SOMMAIRE

LOCATION IMMOBILIÈRE SOMMAIRE LOCATION IMMOBILIÈRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA LOCATION IMMOBILIÈRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA LOCATION IMMOBILIÈRE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA LOCATION IMMOBILIÈRE... 8 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA LOCATION

Plus en détail

BOFIP-GCP n 13-0022 du 05/12/2013

BOFIP-GCP n 13-0022 du 05/12/2013 DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES BOFIP-GCP n 13-0022 du 05/12/2013 NOR : BUDE1329400J Instruction du 20 novembre 2013 MODALITES DE COMPTABILISATION DES SUBVENTIONS REÇUES Bureau CE-2B RÉSUMÉ La

Plus en détail

REALISER L ETUDE FINANCIERE

REALISER L ETUDE FINANCIERE REALISER L ETUDE FINANCIERE Cette étape va vous permettre de mesurer la viabilité de votre projet, ainsi que sa pérennité sur le long terme. Le plan de financement vous aidera à déterminer les ressources

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 Dans un contexte marqué par un repli général des taux d intérêt (d une fin d année à l autre, les taux directeurs ont baissé de près de 300 points

Plus en détail

Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006

Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006 Direction Générale Finances et Gestion Pôle Contrôle de Gestion Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006 S.E.M. NANTES-métropole GESTION EQUIPEMENTS (N.G.E.) - 1) Camping Val du Cens, salons Mauduit,

Plus en détail

Bordeaux, le 4 mai 2009. Le Président. Monsieur le Directeur général,

Bordeaux, le 4 mai 2009. Le Président. Monsieur le Directeur général, Le Président Bordeaux, le 4 mai 2009 Références à rappeler : CM//RODII Grands garages et parkings de Bordeaux Monsieur le Directeur général, Par lettre du 1 er avril 2008, vous avez été informé que la

Plus en détail

Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE

Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE Projet de délibération portant sur la définition d aides expérimentales permettant d accompagner

Plus en détail

Reximmo Patrimoine Un investissement dans de l immobilier ancien au cœur des villes historiques

Reximmo Patrimoine Un investissement dans de l immobilier ancien au cœur des villes historiques Reximmo Patrimoine Un investissement dans de l immobilier ancien au cœur des villes historiques SCPI de type Malraux - Souscription ouverte jusqu au 20 décembre 2010 Sommaire Avertissement page 3 Investir,

Plus en détail