RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES"

Transcription

1 CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES --- N/Réf. : GO RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES Exercices 2003 à 2009

2 Les renégociations de dette au moyen d emprunts à taux structurés La commune de Tarbes a procédé, par ailleurs, à deux renégociations d emprunts avec DEXIA, l une en 2005 (17,3 M ) l autre en 2006 (9,7 M ). En 2007, une nouvelle renégociation a été opérée avec la Caisse d Epargne. L objectif de la collectivité était, d une part d alléger la charge budgétaire sur quelques années, d autre part de sécuriser la dette en privilégiant les taux fixes. Les deux renégociations avec Dexia ont donné lieu à la substitution d emprunts structurés à des emprunts à taux fixe ou à taux variables. Ces renégociations ont été rapidement suivies de la mise en place de divers instruments de couverture (contrats de «swap»), plusieurs de ces contrats se cumulant parfois sur un même emprunt. La chambre a examiné l ensemble de ces contrats, afin de dresser un bilan global pour les finances communales, de ces renégociations d une part et des divers instruments de couverture qui leur sont associés d autre part L emprunt «overtec» n 437 conclu avec Dexia La renégociation Dans un objectif de sécurisation de la dette et de dégagement de marges budgétaires par lissage des remboursements du capital, la commune a procédé à la renégociation de quatre emprunts, dont le capital restant dû s élevait à 17,3 M. Le nouvel emprunt a été souscrit auprès de Dexia en avril 2005, pour le montant du capital des anciens emprunts, sans versement d indemnité actuarielle. Les taux d intérêt des prêts refinancés étaient, soit des taux fixes (7,71 % pour l un, 4,51 % pour un autre), soit des taux indexés. Le taux moyen pondéré de ces emprunts, au moment de la renégociation, était de 5,22 % (source : simulations présentées à la commune par Dexia). Les risques pour la collectivité étaient donc relativement limités, la collectivité a néanmoins fait le choix de la renégociation, souhaitant profiter de l opportunité de la baisse des taux constatée à ce moment là, et alléger ses annuités sur les premières années. Cette renégociation a d abord conduit à un rallongement de la durée de remboursement, la durée résiduelle moyenne des anciens emprunts étant de 9 ans, celle du nouveau de 13 ans. Pour le nouvel emprunt, c est l écart de taux existant entre l Euribor 12 mois et le TEC 10 qui détermine le taux à chaque échéance selon la formule suivante, appliquée à chaque annuité : Taux = (2 x euribor 12 mois) TEC ,08 % Toute augmentation de cet écart, dans la situation généralement constatée d un TEC 10 plus élevé que l Euribor 12 mois, entraîne une diminution du taux supporté par la commune.

3 23 L Euribor présente une certaine volatilité, et un rapprochement de ces deux taux sur la période a pu être observé, conduisant à une progression du taux des échéances 2006 (4,89 %) et 2007 (6,45 %). Ce phénomène s est fortement accentué en 2008 avec le croisement de la courbe des taux, celui appliqué à cette échéance passant alors à 8,14 %. En revanche, la forte baisse de l Euribor en 2009, face à une baisse beaucoup plus faible du TEC 10, a entraîné un effondrement du taux de cette échéance à 1,37 %, le même phénomène se reproduisant pour l échéance 2010 (1,53 %). Un gain budgétaire, ainsi qu il ressort de l annexe 6, sera effectivement dégagé jusqu en 2011 (estimé à environ 6,5 M entre 2005 et 2011), grâce notamment à une diminution de l annuité en capital des premières périodes. Mais cette période de gain sera suivie d une charge budgétaire supplémentaire de 2012 à 2019, pour un montant (estimation en fonction de l échéancier prévisionnel) d environ 7,6 M. Le surcoût budgétaire serait, sur toute la période, de 1,07 M (en euros courants), soit une majoration de 19 % des frais financiers par rapport à ceux des emprunts initiaux. Ce surplus de frais financiers est dû à l allongement de la durée et au choix fait d un allègement des annuités en capital en début de période. La chambre constate donc une grande imprévisibilité dans la détermination des frais financiers liés à cet emprunt qui ne va pas dans le sens de la sécurisation de la dette qui était recherchée. Ainsi sur les quatre premières échéances, le taux appliqué a varié de 1,37 % à 8,14 %. Elle constate également que ce contrat ne comporte pas de plafonnement dans le mode de calcul des intérêts. Par ailleurs, la possibilité de le dénouer est peu aisée à mettre en œuvre, la détermination d une soulte de sortie n étant pas connue à l avance, mais étant déterminée par DEXIA «en tenant compte des conditions prévalant sur les marchés financiers, 10 jours ouvrés avant la date du remboursement anticipé Le jour de fixation, Déxia demande préalablement à deux établissements de référence sur ces marchés de calculer le montant de l indemnité à régler par la partie débitrice à l occasion du remboursement anticipé du prêt. L indemnité de remboursement anticipé retenue est la moyenne arithmétique de ces deux indemnités» (article 10 du contrat) Les contrats de couverture du prêt n 437 La collectivité, constatant une évolution des taux d intérêt défavorable a décidé de mettre en place un contrat de couverture, lui-même suivi par plusieurs autres, en fonction de l évolution des marchés financiers et des risques potentiels. Chambre régionale des comptes de Midi-Pyrénées Rapport d observations définitives Communauté d agglomération du Grand Tarbes

4 24 Le contrat de prêt 437 a ainsi donné lieu à quatre de ces contrats : - un premier contrat de swap conclu avec RBS pour la période du 1 juillet 2006 au 1 juillet 2012, - un contrat conclu avec la société Nomura, afin de couvrir le contrat précédent, sur la même période, - un deuxième contrat avec RBS couvrant, pour la seule échéance 2007, le contrat précédent Nomura - un dernier contrat avec RBS pour les échéances 2013 à Aux termes de ces contrats, la ville reçoit de l organisme retenu l annuité en intérêt qu elle doit supporter aux termes de son contrat de prêt, ou de son précédent contrat de couverture. Elle doit, elle-même verser à la société de couverture une annuité déterminée suivant une nouvelle formule de taux. Généralement, dans ce type de contrat, la mise en place d un swap se traduit par l échange d un taux indexé ou structuré, porteur de risques, contre un taux fixe, ce dernier étant alors supérieur au taux du marché, ce surcoût constituant le prix de l assurance. La chambre a constaté que, dans ses différents contrats de couverture, à l exception du deuxième contrat RBS, au contraire, la ville de Tarbes a en définitive échangé un taux structuré contre un autre taux structuré également porteur de risque. a) Le premier contrat RBS En avril 2006, le rapprochement des courbes de taux faisant craindre une sensible augmentation de l annuité en intérêts, la commune a conclu avec la banque RBS, un premier contrat d échange de taux (swap). Aux termes de ce contrat, la banque RBS s engage à verser à la commune, pour chaque échéance de l emprunt DEXIA couvert, l annuité en intérêt prévue au contrat dudit prêt. La commune quant à elle, s engage à verser à RBS une première échéance (01 juillet 2006) au taux fixe de 3,40% et, pour les échéances suivantes, un intérêt égal à l Euribor 12 mois si celui-ci se maintient dans un «tunnel» de taux compris entre une barrière basse de 2,80 % et une barrière haute variant de 4,12 % à 4,60 %. Dans le cas contraire, le taux de l échéance sera déterminé en rajoutant à l Euribor du jour 6 fois la différence entre ce dernier et la barrière contractuelle. La chambre constate que ce contrat d échange de taux, après avoir sécurisé une première échéance à taux fixe, substitue ensuite une formule de taux structuré à une autre formule structurée, et qu il n apporte donc pas une meilleure garantie, en terme de risque, pour la collectivité. D ailleurs, depuis sa mise en place, le taux de l Euribor 12 mois s est situé à plusieurs reprises hors des barrières contractuelles, sur de longues périodes, et notamment aux dates de détermination des échéances 2007, 2008, 2009 et Le fort coefficient appliqué conduit par ailleurs, à amplifier les mouvements de baisse ou de hausse sur le taux appliqué à la commune. Ainsi, le passage de l Euribor à plus de 5 % en juin 2008, a conduit à une échéance au taux de 12,47 %, et la baisse du même taux en dessous de 2 % en juin 2009 et juin 2010 a également conduit à appliquer respectivement des taux de 9,25 % et 10,27 %. Cette formule en effet, pénalise la collectivité en cas de hausse de l Euribor, mais également en cas de baisse de celui-ci.

5 Dès lors, à l exception de l échéance 2006, pour les quatre échéances 2007, 2008, 2009 et 2010, les intérêts supportés au titre du swap ont été chaque fois supérieurs à ceux du prêt DEXIA (3,37 M de coût supplémentaire au total sur ces 4 ans). Le système assurantiel a donc fonctionné à l envers. b) Le contrat Nomura En juillet 2007, constatant les risques de ce contrat de couverture, face au maintien de l Euribor au-delà de la barrière haute (4,20 % à ce moment là), la commune a souscrit un nouveau contrat de swap venant couvrir le précédent, avec la société Nomura (de droit anglais). Cette société s engage à verser à la commune, à chaque échéance du contrat de couverture du contrat RBS, l annuité en intérêt prévue audit contrat. Le montant sur lequel s engage la ville repose également sur l Euribor 12 mois, selon la formule suivante : 25 EURIBOR 12 mois si Taux Plancher A EURIBOR 12 mois Taux Plafond A EURIBOR 12 mois + 8 (Taux Plancher A - EURIBOR 12 mois) si EURIBOR 12 mois < Taux Plancher A EURIBOR 12 mois + 8 (EURIBOR 12 mois - Taux Plafond A) si EURIBOR 12 mois > Taux Plafond A Taux Plancher A variant de 3,00 % à 2,80 % Taux Plafond A = 4,60 % Taux Plancher B = 2,80 % Taux Plafond B variant de 4,12 % à 4,60 % L Euribor 12 mois s appliquera si son taux se maintient également dans un «tunnel», dans le cas contraire, une formule avec coefficient multiplicateur jouera. Par rapport au contrat précédent, la ville a cherché à se couvrir contre une éventuelle hausse de l Euribor, en relevant la barrière haute à 4,60 %, alors qu elle n atteignait ce montant qu en 2012 dans le précédent contrat. Mais ce faible relèvement de la barrière haute s est fait au prix du relèvement de la barrière basse (de 2,80 % à 3 % pour les échéances 2007, 2008, 2009), et de l application d un coefficient multiplicateur plus élevé (8 au lieu de 6). L intérêt de ce nouveau contrat apparaît donc limité. Il est relativement protecteur en cas de hausse du taux. Ainsi en 2008, où la barrière haute a été franchie (Euribor 12 mois à 5,43 %), la ville a versé à NOMURA un intérêt au taux de 11,638 %, alors qu elle recevait un versement déterminé au taux de 12,474 % (taux du contrat du prêt DEXIA, versé par RBS). En revanche, en cas de baisse des taux, la combinaison du relèvement de la barrière basse et de l augmentation du coefficient multiplicateur a un effet très pénalisant. Ainsi, pour l échéance 2009, l Euribor étant descendu à 1,51 %, les intérêts versés à NOMURA ont été calculés au taux de 13,43 %, ceux du contrat RBS à 9,25 % et, pour 2010, l Euribor étant à 1,306 %, le taux Nomura s est établi à 13,26 %. Chambre régionale des comptes de Midi-Pyrénées Rapport d observations définitives Communauté d agglomération du Grand Tarbes

6 26 La chambre constate donc que la couverture de taux choisie par la commune, loin de sécuriser les engagements de la collectivité, comporte un niveau d imprévisibilité et de risque au moins aussi important que dans le contrat précédent, l Euribor s étant, jusqu à l échéance 2010, toujours situé hors des limites du tunnel. La place de ce contrat est par ailleurs déterminante, car, par le jeu successif des contrats de couverture, le fonctionnement de la formule ci-dessus détermine le coût budgétaire final de l emprunt Dexia renégocié. c) Le deuxième contrat RBS Pour l échéance de juillet 2008, la ville a négocié, avec RBS, un nouveau contrat venant couvrir le contrat NOMURA ci-avant. La ville a ici obtenu, en couverture du taux NOMURA, un taux fixe de 7,50 %. Cette couverture qui n a été négociée que pour la seule échéance de juillet 2008, s est avérée intéressante, la ville recevant un versement d intérêt établi à 11,638 % (contrat Nomura) et supportant elle-même un taux de 7,50 %. d) La couverture de la fin du contrat n 437 Le contrat de couverture RBS, lui-même couvert par le contrat Nomura, se termine avec l échéance due le 01/07/2012. La commune a signé avec RBS, dès le 2 juillet 2008, un nouveau contrat de couverture pour les échéances restantes du prêt (2013 à 2018). Aux termes de ce contrat, RBS rembourse à la commune l échéance en intérêts du contrat DEXIA, la ville devant verser à RBS une annuité établie sur la base de l Euribor 12 mois majoré d une marge égale à 2 fois le «taux annuel d échange pour les opérations d échange en euros dont la maturité est de 10 ans (écran Reuters «euribor basis-fr» AM Frankfurt), soit le CMS 10 ans, moins 5,50 %». L annuité de la ville sera au moins égale à l Euribor, celui-ci éventuellement majoré de 2 fois la différence entre les CMS 10 ans et 5,50 %. Cette marge ne joue que si le taux en cause dépasse 5,50 %. Une clause prévoit par ailleurs de figer le taux au niveau de l Euribor, si celui-ci reste inférieur à 4,70 %. Ce contrat semble plus protecteur des intérêts de la commune que le précédent, l application d un taux supérieur à l Euribor 12 mois ne s opérant qu en cas de constatation d un taux des CMS 10 ans supérieur à 5,50 %. De plus le coefficient multiplicateur est faible.

7 27 La ville a cependant conclu, en juin 2010, un accord avec RBS, mettant fin à ce contrat (qui n avait pas encore commencé à produire ses effets), moyennant le versement par RBS, d une somme de au bénéfice de la collectivité. La chambre régionale des comptes prend acte de la résiliation de ce contrat, dans des conditions à priori intéressantes pour la collectivité. Il n a cependant pas été possible de déterminer les modalités exactes du calcul de l indemnité reçue par la ville Le bilan du fonctionnement du prêt 437 et de ses contrats de couverture L enchaînement de ces différents contrats de couverture a entraîné des soldes tantôt positifs, tantôt négatifs pour la commune. Le tableau joint en annexe n 7 en fait la synthèse, avec pour mémoire, ce que la commune aurait supporté en l absence de toute renégociation. A ce jour, seul le contrat de couverture Nomura produit un effet budgétaire, le contrat RBS étant neutralisé par ce dernier. L application cumulée des contrats de couverture successifs a permis de dégager des gains pour le budget communal pour les exercices 2006, 2007 et En revanche, pour les exercices 2009 et 2010, les pertes se sont avérées élevées, et sur ces cinq premiers exercices de leur application, la perte totale s élève à 2,68 M, dont 1,9 M pour la seule année 2009, montant équivalent à celui que la commune a perçu au titre du remboursement anticipé du FCTVA. Ces pertes sont dues à la formule particulièrement pénalisante du contrat Nomura en cas de maintien de l Euribor 12 mois à un niveau très bas, ce qui est le cas depuis Quant à la renégociation avec Dexia, elle se traduit, après l échéance 2010, par un surcoût global d intérêts de Par rapport aux quatre contrats initiaux, la renégociation a fait croître les frais financiers de 3 %, et la mise en place des différents contrats de couverture, censés limiter le risque, de 73 % supplémentaires. Sur ces premiers exercices, les différentes opérations liées à cette renégociation auront donc entraîné un surplus de frais financiers de 2,8 M. L objectif de sécurisation de la dette, par la renégociation d une part, par la souscription successive de plusieurs contrats de couverture de taux d autre part, n a pour l instant pas été atteint. L appréciation de cet objectif ne pourra cependant être complète qu à l achèvement des contrats. Mais cette réalisation reste totalement aléatoire et dépendante de l évolution des marchés. Chambre régionale des comptes de Midi-Pyrénées Rapport d observations définitives Communauté d agglomération du Grand Tarbes

8 28 Quant au second objectif, visant à réduire l annuité des emprunts renégociés et donc dégager des marges budgétaires, il n a été que très partiellement atteint. En effet, sur un gain attendu d annuité proche de 6 M sur la période , ce gain ne sera que d environ 2,5 M compte tenu d un gain sur annuités du prêt de 5,47 M, fortement atténué par des pertes cumulées sur swap de 2,68 M. Ce gain définitif s avère sensiblement inférieur aux charges budgétaires supplémentaires qui apparaîtront à compter de 2012, la seule charge de l amortissement du capital entre 2012 et 2018 représentant un surcoût budgétaire de 6,9 M par rapport aux quatre emprunts renégociés L emprunt n Le contrat conclu avec Dexia En juillet 2006, la commune a procédé à la renégociation de deux autres emprunts avec Dexia, pour un capital restant dû de 9,69 M. L un était un prêt, avec une première phase à taux structuré à partir des écarts entre l Euribor et le TEC 10 (prêt Overtec), et une seconde phase, à compter de 2010, le taux étant indexé sur l Euribor. La croissance constante de l Euribor à partir de 2006 faisait régulièrement augmenter le coût de cet emprunt. Pour le second emprunt, le taux était plafonné à l Euribor dans tous les cas. Le contrat choisi n a eu qu un effet très limité sur la durée résiduelle moyenne de cette dette, qui était de 11,8 ans, le nouvel emprunt étant souscrit pour 13 ans. Par ailleurs, des marges de manœuvre budgétaires seront dégagées jusqu en 2011 (3,4 M ), ensuite le gain budgétaire disparaîtra pour se transformer en une charge (4,9 M ). Globalement, le surcoût budgétaire (en euros courants) sera de 1,49 M (détail en annexe n 8 : estimation, à compter de 2010, des frais financiers au taux de l échéancier prévisionnel : 3,518 %). Quant au taux, le choix s est porté sur un produit de pente. Après une phase à taux fixe de 3,49 % garanti pour deux échéances (2006 et 2007), le taux de la deuxième phase sera maintenu à 3,49 % si l écart entre les taux du CMS euro 30 ans et du CMS euro 1 an reste supérieur à 0,30 %. Dans le cas contraire, le taux appliqué à l échéance sera égal à 5,99 % moins 5 fois la différence entre les CMS 30 ans et 1 an. Habituellement, les taux longs sont supérieurs aux taux courts, et l écart sensiblement supérieur à 0,30 %. La collectivité a donc fait un choix raisonnable compte tenu des données existantes lors de la souscription du prêt (écart de 1,10 % à ce moment là). Cependant, les perturbations observées sur les marchés financiers à compter de 2007 ont entraîné un rapprochement de la courbe des taux, et même leur croisement durant l été Pour l échéance de 2007, la commune a pu bénéficier de la garantie du taux à 3,49 % de la première phase, malgré un écart inférieur à 0,30 %, mais pour 2008, le taux appliqué à l échéance s est élevé à 7,57 %. La forte baisse des taux courts en 2009 a en revanche permis de maintenir un écart entre les CMS supérieur à 0,30 %, ainsi qu en 2010.

9 29 Ce contrat comporte dès lors des éléments de risque, pour le moins aussi importants que les deux contrats remplacés, dans une période de perturbation des marchés financiers. De plus, comme dans le précédent contrat de renégociation conclu avec Dexia, la formule de calcul du taux ne comporte pas de clause de plafonnement du taux. De même, les conditions de sortie de ce contrat s avèrent mal aisées à maîtriser Le contrat de couverture Face, d une part au rapprochement de la courbe des taux constatée à partir de 2007, faisant courir le risque du déclenchement de la formule de taux majoré, d autre part la difficulté d appréhender à l avance les possibilités concrètes de sortie de ce contrat d emprunt, la ville a fait appel à un contrat de couverture. En juillet 2008, quelques jours avant l échéance annuelle, la commune a souscrit avec la Société Générale un contrat d échange de taux (swap). La courbe des taux s était en effet déjà inversée, et la probabilité de l application de la formule de révision du taux de l échéance était très forte. Ce contexte n était d ailleurs pas favorable à la commune dans sa négociation avec la banque. Aux termes du contrat souscrit, la société générale s engage à verser à la commune l annuité en intérêt du prêt 443, la commune devant quant à elle verser un intérêt au taux fixe de 5,50 % pour l échéance Pour les 12 échéances suivantes, le taux est garanti à 5,50 % si la différence entre le «CMS GBP 10 ans» et le «CMS CHF 10 ans» est supérieure à 1,28 %. Dans le cas contraire, le taux appliqué sera ainsi déterminé : 11,95 % + 5 [1,28 % - (CMS GBP 10 ans CMS CHF 10 ans)] La couverture du risque de taux du prêt structuré n 443 est donc assurée par un nouveau taux structuré, faisant appel à la comparaison entre 2 CMS 10 ans, pour deux zones économiques et monétaires différentes, la zone livre anglaise d une part, la zone franc suisse d autre part. Les facteurs de détermination du taux sont donc ici éloignés et difficilement prévisibles. Sur les dernières années, les courbes de ces taux ont évolué de façon parallèle (graphique en annexe n 9) mais l écart est resté peu éloigné de la barrière de 1,28 %, et en 2 ans il s est situé à plusieurs moments en dessous de cette barrière. Si pour l échéance 2009 (1 er août), l écart est resté supérieur à 1,28 %, garantissant ainsi le taux de 5,50 %, cet écart est resté inférieur à la barrière jusqu au 03 juin, ainsi qu à partir du 05 octobre. La barrière s avère donc assez aisément franchissable. Chambre régionale des comptes de Midi-Pyrénées Rapport d observations définitives Communauté d agglomération du Grand Tarbes

10 30 Mais, en sus de la probabilité de dépassement de la barrière, la formule de calcul du taux, en cas de franchissement, est extrêmement pénalisante pour la commune, avec un taux de départ incompressible très élevé (11,95 %), auquel s ajoute 5 fois la différence entre 1,28 % et l écart entre les 2 CMS. Ainsi, si l échéance avait été au 29 mai 2009, à un moment où l écart de taux entre les deux CMS était de 1,17 %, le taux appliqué à l échéance aurait été de 12,50 %. Ce contrat, sensé assurer le risque de taux du prêt n 443, lui-même structuré, présente au moins autant d aléas que ce dernier. Afin de sécuriser la première échéance à 5,50 %, la collectivité s est engagée pour les 12 années suivantes sur un contrat risqué. A ce jour, le bilan qui peut être fait de cette opération de renégociation et de ce contrat de couverture, fait apparaître que, pour les quatre premières échéances (2007, 2008, 2009 et 2010), la renégociation a entraîné, par rapport aux contrats initiaux, un surcoût de Quant au contrat de couverture, il a dégagé un gain de sur l année 2008, mais des pertes sur les exercices suivants pour un total de Le bilan global de cette opération s établit, pour les quatre premiers exercices, à un surcoût proche de , soit environ 50 % des intérêts qu auraient supportés les deux emprunts renégociés. (détail en annexe n 9) L emprunt n 449 Cette renégociation a été conduite avec la Caisse d Epargne en 2007 (signature du nouveau contrat le 14 mai 2007). Elle porte sur le réaménagement de 5 contrats de prêt pour un capital restant dû total de 9,3 M. Ces 5 emprunts étaient à taux indexés. Le taux moyen de ces emprunts, pour la dernière échéance, était de 4,12 %. Le nouvel emprunt, souscrit pour le montant du capital restant dû des précédents, comporte deux phases : - 1ère phase : taux fixe de 3,80 % pendant 5 ans (jusqu en 2011) - 2ème phase : taux fixe pratiqué par la Caisse d Epargne pour les prêts de 2 à 10 ans, plafonné à 4,55 %. La durée résiduelle moyenne des prêts a été augmentée, celle des prêts renégociés étant de 8,3 ans, le nouveau prêt souscrit de 13 ans. Cette opération permet un gain budgétaire sur les premières années, grâce au lissage du remboursement du capital. Les gains totaux s élèveraient à sur la période , suivie d une période de pertes budgétaires, de 2012 à Globalement, l opération se traduirait par un coût supplémentaire (en euros courants) de , ce qui reste assez limité. Cette estimation a cependant été faite à partir des conditions de taux retenues dans les contrats initiaux pour arrêter les échéanciers prévisionnels, l évolution réelle des frais financiers sera différente. Cette renégociation n appelle pas d observations. En effet, les conditions de taux négociées avec la Caisse d Epargne ne présentent pas de risques majeurs, et la durée de la dette n a pas été augmentée de façon excessive.

11 Le cadre des décisions prises en matière de dette Les textes en vigueur Le recours à l emprunt est de la compétence du conseil municipal. Toutefois, comme le précise le Code Général des Collectivités Territoriales, cette compétence peut être déléguée au maire. Ainsi, selon l article L du CGCT : «Le maire peut, en outre, par délégation du conseil municipal, être chargé, en tout ou partie, et pour la durée de son mandat : [ ] 3 De procéder, dans les limites fixées par le conseil municipal, à la réalisation des emprunts destinés au financement des investissements prévus par le budget, et aux opérations financières utiles à la gestion des emprunts, y compris les opérations de couvertures des risques de taux et de change ainsi que de prendre les décisions mentionnées au III de l article L et au a de l article L , sous réserve des dispositions du c de ce même article, et de passer à cet effet les actes nécessaires» De plus, l article L du CGT mentionne que : «Les décisions prises par le maire en vertu de l article L sont soumises aux mêmes règles que celles qui sont applicables aux délibérations des conseils municipaux portant sur les mêmes objets. [ ] Le maire doit rendre compte à chacune des réunions obligatoires du conseil municipal. Le conseil municipal peut toujours mettre fin à la délégation.» Les délégations accordées par le conseil municipal de Tarbes Le conseil municipal de Tarbes a délégué au maire une partie de ses attributions en le chargeant de prendre les décisions concernant les emprunts. Cette délégation a été chaque fois accordée pour la durée du mandat, mais l assemblée aurait pu choisir, comme c est le cas dans certaines collectivités, d accorder une délégation simplement annuelle. La délibération du 5 avril 2001 attribue au maire la possibilité «de procéder, dans les limites fixées par le Conseil Municipal, à la réalisation des emprunts destinés au financement des investissements prévus par le budget et de passer à cet effet, les actes nécessaires», la délibération précisant les principales caractéristiques des prêts pour lesquels la délégation est accordée. Chambre régionale des comptes de Midi-Pyrénées Rapport d observations définitives Communauté d agglomération du Grand Tarbes

12 32 Une délibération du 24 juin 2002 complète la délibération précédente et ajoute les opérations de couverture: «de procéder, dans les limites fixées par le Conseil Municipal, à la réalisation des emprunts destinés au financement des investissements prévus par le budget et aux opérations financières utiles à la gestion des emprunts, y compris les opérations de couverture des risques de taux et de change et de passer à cet effet les actes nécessaires». Lors du renouvellement du conseil municipal en 2008, les délibérations des 9 avril et 30 juin 2008 ont accordé au maire une nouvelle délégation en matière d emprunt, pour la durée du nouveau mandat. La délégation est comparable à la précédente, mais elle est plus précise sur le volet «gestion active de la dette», en précisant notamment les conditions du recours à des instruments de couverture. La délégation de 2008, est plus complète que celle de Elles respectent les dispositions précitées du CGCT L exercice de la délégation Chaque opération d emprunt ou de souscription d un instrument de couverture fait l objet d une décision du maire, dans le cadre des délégations accordées. En ce qui concerne les différentes opérations examinées ci-avant, à l exception du contrat de couverture signé avec RBS en 2008, mais résilié depuis, tous les autres contrats ont été conclus dans le cadre de la délégation de Un compte rendu succinct en est donné au conseil municipal suivant la prise de décision, conformément à l article L du CGT. Dans les procès-verbaux de conseils municipaux, il est rapporté que le Maire rend compte qu il a décidé : - «de réaliser un emprunt de sur 15 ans auprès de la Royal Bank of Scotland PLC. Cet emprunt est destiné à financer le programme d investissement prévu pour 2006 ; (contrat n 442) - de réaliser un emprunt de d une durée totale de 20 ans auprès de la Caisse d Epargne Midi-Pyrénées pour financer les investissements prévus au programme 2006.» (séance du 29 juin 2006) - «de modifier la méthode de détermination des taux d intérêt applicables à l emprunt contracté auprès de la Royal Bank of Scotland PLC ; (contrat n 442) - de réaménager 5 prêts souscrits auprès de la Caisse d Epargne Midi- Pyrénées» (séance du 24 septembre 2007) - «de contracter auprès de la Caisse d Epargne de Midi-Pyrénées, un emprunt d un montant de » (séance du 29 mars 2010)

13 33 Si le conseil municipal est bien informé de l exercice de la délégation, il faut bien noter que l information communiquée est particulièrement succincte, surtout au regard de la complexité et de l impact budgétaire des contrats d emprunts renégociés et des contrats de couverture souscrits ces dernières années. Ainsi, par exemple, la mise en place et les conditions de fonctionnement du contrat de couverture «Nomura», qui a généré 1,9 M de frais financiers supplémentaires en 2009, n ont pas été explicitement exposées au conseil municipal. Seule une annexe, très synthétique (une page) du compte administratif reprend ces mouvements financiers. En fait, la combinaison d une délégation accordée pour l ensemble du mandat au lieu d une délégation annuelle, avec une information à postériori succincte, aboutit à priver l assemblée délibérante d une partie des informations relatives aux finances de la commune. Certes, l examen des comptes rendus de séance fait apparaître des débats sur la question de la dette (cf notamment débat d orientation budgétaire pour 2009), mais celle-ci paraît encore ponctuelle. La chambre régionale des comptes considère qu il serait utile que l assemblée délibérante reçoive une information plus complète sur les emprunts et contrats de couverture conclus dans le cadre de la délégation de compétence à l exécutif, cette information pouvant prendre la forme d un rapport annuel sur l état et l évolution de la dette. Suivant la réponse aux observations provisoires, une première information en ce sens a été communiquée à l assemblée délibérante lors du conseil municipal du 22 novembre 2010, la chambre régionale des comptes en prend acte. Telles sont les observations définitives que la chambre régionale des comptes a souhaité porter à votre connaissance. Chambre régionale des comptes de Midi-Pyrénées Rapport d observations définitives Communauté d agglomération du Grand Tarbes

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

Pour un audit local. Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org

Pour un audit local. Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org Pour un audit local Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org Menu du jour Les administrations locales Prêts structurés et prêts toxiques Le passage obligé de l audit Le cas du Loiret Les

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques Ministère de l Égalité des territoires et du Logement Ministère de l Économie et des Finances GUIDE PRATIQUE Du provisionnement des emprunts à risques Application aux Offices Publics de l Habitat à comptabilité

Plus en détail

Indications méthodologiques pour compléter les

Indications méthodologiques pour compléter les Indications méthodologiques pour compléter les l annexes sur l état de la dette figurant sur les instructions budgétaires et comptables relatives à l exercice 2013 SOMMAIRE Sommaire 2 Documents de référence

Plus en détail

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion.

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion. Le Président REF. : N 1027 Poitiers, le 29 décembre 2006 Rod2-1 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Le rapport d observations définitives sur la gestion de la commune de Saint-Sauveur-d Aunis, arrêté

Plus en détail

La Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Le Ministre des finances et des comptes publics

La Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Le Ministre des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction Générale de l Offre de Soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau de l efficience

Plus en détail

Toulouse, le 3 février 2012. Sandrine Pilcer, Consultante

Toulouse, le 3 février 2012. Sandrine Pilcer, Consultante Toulouse, le 3 février 2012 SOMMAIRE I. DE L EMPRUNT CLASSIQUE À L EMPRUNT STRUCTURÉ II. ÉTAT DES LIEUX DES COLLECTIVITÉS LOCALES FACE AUX EMPRUNTS III. DÉCRYPTAGE D UN EMPRUNT «TOXIQUE» IV. DES RISQUES

Plus en détail

MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP)

MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP) MAPPP/12-16 FICHE : CRISTALLISATION DES TAUX MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP) Introduction Cette note examine les différentes modalités de couverture du risque

Plus en détail

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE FINANCES ET ENDETTEMENT DE LA COMMUNE LES CARACTERISTIQUES D UN PRÊT TOXIQUE Prêt toxique Emprunt structuré Phase 1 : Bonification d intérêt et taux fixe (5 ans) Phase 2 : Spéculation sur un indice (20

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION ODT

GUIDE D UTILISATION ODT GUIDE D UTILISATION ODT Chapitre 1 : Observatoire de la dette I- Données générales sur la dette Chiffre d affaires Indiquer le chiffre d affaires de l EPS. Cette donnée correspond aux recettes générées

Plus en détail

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Placements financiers CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Protéger 100% du capital investi* à l'échéance tout en profitant de la hausse potentielle des taux longs. (*) Hors défaut et/ou faillite de l Émetteur.

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

Guide pratique du provisionnement des emprunts à risques

Guide pratique du provisionnement des emprunts à risques Guide pratique du provisionnement des emprunts à risques Indications méthodologiques pour entrer dans le dispositif de provisionnement des emprunts complexes et comptabiliser les variations annuelles de

Plus en détail

TAUX FIXE, TAUX INDEXE

TAUX FIXE, TAUX INDEXE Catégories d emprunts Mobiliser un emprunt, c est essentiellement choisir un taux, une durée, un profil d amortissement et une périodicité. Nous décrivons ci-dessous les différentes modalités qui s offrent

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-444 du 29 avril 2014 relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains

Plus en détail

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur,

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction du Trésor Direction de la Comptabilité publique Direction générale des collectivités

Plus en détail

Indications méthodologiques pour compléter l annexe sur l état de la dette présentant la répartition de l encours selon la typologie établie par la

Indications méthodologiques pour compléter l annexe sur l état de la dette présentant la répartition de l encours selon la typologie établie par la Indications méthodologiques pour compléter l annexe sur l état de la dette présentant la répartition de l encours selon la typologie établie par la Charte de bonne conduite SOMMAIRE Préambule - Remarques

Plus en détail

VILLE D'APT EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL --------------------------

VILLE D'APT EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL -------------------------- VILLE D'APT REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL -------------------------- PP/MG ( V A U C L U S E ) N 001778 Service Finances - Réaménagement 5 emprunts Caisse

Plus en détail

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 82 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 1 Garantir la viabilité financière des régimes de Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 1er

Plus en détail

Guide d utilisation GUIDE D UTILISATION INSITO. Finance active 46, rue Notre-Dame des Victoires 75002 Paris

Guide d utilisation GUIDE D UTILISATION INSITO. Finance active 46, rue Notre-Dame des Victoires 75002 Paris Guide d utilisation www.financeactive.com 1 vous remercie de votre confiance et vous souhaite la bienvenue en tant que nouvel utilisateur d Insito. Une approche unique Insito propose aux décideurs financiers

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION FCP A FORMULE PULPAVIE NOTICE D INFORMATION Forme Juridique de l'opcvm : F.C.P. Etablissements désignés pour recevoir les souscriptions et les rachats : Agences des CAISSES REGIONALES de CREDIT AGRICOLE,

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE TARN-ET-GARONNE. Séance du 21 avril 2011 GESTION DE LA DETTE

CONSEIL GENERAL DE TARN-ET-GARONNE. Séance du 21 avril 2011 GESTION DE LA DETTE CONSEIL GENERAL DE TARN-ET-GARONNE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE 3 ème RÉUNION DE 2011 Séance du 21 avril 2011 CG 11/3 è me /BP-I-25 GESTION DE LA DETTE Par délibération de l'assemblée

Plus en détail

DEPARTEMENT DES BOUCHES-DU-RHÔNE

DEPARTEMENT DES BOUCHES-DU-RHÔNE DEPARTEMENT DES BOUCHES-DU-RHÔNE Le Recueil des Actes Administratifs peut être consulté à l hôtel du département 52, avenue de Saint-Just - 13256 Marseille cedex 20 ATRIUM - bât. b - derrière l accueil

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS 28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS Loi organique n 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. Textes pris dans le cadre de l entrée

Plus en détail

Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation

Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation Conférence IMA du 05 avril 2012 Isabelle SAPET, Associée Programme 1. Introduction 2. Classification

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX US 2

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX US 2 Placements financiers CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX US 2 Profitez de la hausse potentielle des taux de l économie américaine et d une possible appréciation du dollar américain (1). (1) Le support Conservateur

Plus en détail

En cours d homologation

En cours d homologation 1 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION En cours d homologation REGLEMENT N 2015-05 DU 2 JUILLET 2015 relatif aux instruments financiers à terme et aux opérations de couverture PREAMBULE

Plus en détail

SOMMAIRE. Bulletin de souscription

SOMMAIRE. Bulletin de souscription SOMMAIRE Flash-emprunt subordonné «Tunisie Leasing 2011-2» Chapitre 1 : Responsables de la note d opération 1.1. Responsables de la note d opération 1.2. Attestation des responsables de la note d opération

Plus en détail

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général PRÉFET DE DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES ET DES ELECTIONS Xxxx, le Bureau des finances et du contrôle budgétaire Affaire suivie par Mél. xx@xxx.gouv.fr Le préfet de la région de

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Economie et des Finances Décret n relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés

Plus en détail

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président,

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992 Bordeaux, le 22 mars 2010 Monsieur le Président, Par lettre du 9 septembre 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Note mise à jour de la loi de finances pour 2015 Sommaire Explications préalables... 3 Application aux

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

AVIS. VU le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 232-1 et R. 232-1 ;

AVIS. VU le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 232-1 et R. 232-1 ; SYNDICAT DE PROMOTION DE L INTERCOMMUNALITE SPORTIVE (Maine-et-Loire) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales Déséquilibre réel du budget 2012 Rapport n 2012-0072 Séance du 9

Plus en détail

REUNION PUBLIQUE FINANCES MERCREDI 11 MARS A 18h00 SALLE LEO-LAGRANGE

REUNION PUBLIQUE FINANCES MERCREDI 11 MARS A 18h00 SALLE LEO-LAGRANGE REUNION PUBLIQUE FINANCES MERCREDI 11 MARS A 18h00 SALLE LEO-LAGRANGE INTRODUCTION : Afin de vous permettre de comprendre les orientations budgétaires fixées pour 2015, il est nécessaire de vous décrire

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION FCP A FORMULE PULPEA ELIGIBLE AU PEA NOTICE D INFORMATION Forme Juridique de l'opcvm : F.C.P. Etablissements désignés pour recevoir les souscriptions et les rachats : Agences des CAISSES REGIONALES de

Plus en détail

Emprunt Obligataire «Tunisie Leasing 2013-1»

Emprunt Obligataire «Tunisie Leasing 2013-1» EMISSION D UN EMPRUNT OBLIGATAIRE VISA du Conseil du Marché Financier : Portée du visa du CMF : Le visa du CMF, n implique aucune appréciation sur l opération proposée. Le prospectus est établi par l émetteur

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers :

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers : Fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains établissements publics ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés à risque les plus sensibles I. Description

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

ANALYSE FINANCIÈRE 08/03/2010 ANALYSE FINANCIÈRE

ANALYSE FINANCIÈRE 08/03/2010 ANALYSE FINANCIÈRE ANALYSE FINANCIÈRE 08/03/2010 ANALYSE FINANCIÈRE Numéro 02 Lundi 08 Mars 2010 Votre bi-mensuel d actualités et de conseils des marchés financiers SOMMAIRE Tableaux de bord des taux P.3 Actualités financières

Plus en détail

Principales modalités des prêts de la BIRD

Principales modalités des prêts de la BIRD BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DÉVELOPPEMENT B I R D Principales modalités des prêts de la BIRD DÉPARTEMENT DES PRODUITS ET DES SERVICES FINANCIERS TÉLÉPHONE : +1 202 458 1122 TÉLÉCOPIE

Plus en détail

Nouveautés Salvia Financements 14.0

Nouveautés Salvia Financements 14.0 Nouveautés Salvia Financements 14.0 Table des matières 1. Méthode durée ajustable de la Caisse des Dépôts et Consignations...4 2. Financement collecteurs indexé sur le livret A...6 3. Expertise par programme...8

Plus en détail

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire, Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX Bordeaux, le 14 mars 2012 Monsieur le Maire, Par lettre du 5 mai 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

CLIKÉO 3. OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée. Prospectus simplifié

CLIKÉO 3. OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée. Prospectus simplifié CLIKÉO 3 Éligible au PEA OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée Prospectus simplifié Le FCP CLIKÉO 3 est construit dans la perspective d un investissement

Plus en détail

Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014. Salle Jean MARION

Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014. Salle Jean MARION Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014 Salle Jean MARION Chasse-sur-Rhône 2014-2020 Claude BOSIO Maire de Chasse-sur-Rhône Vice-président de ViennAgglo VILLE DE CHASSE-SUR-RHONE

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2011-1034

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2011-1034 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2011-1034 17 - SAIEMB LOGEMENT - Réaménagement de 38 prêts contractés auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations et garantis par la Mme SCHOELLER, Première

Plus en détail

OUTIL FULL WEB DE GESTION DE LA DETTE

OUTIL FULL WEB DE GESTION DE LA DETTE OUTIL FULL WEB DE GESTION DE LA DETTE Un outil de gestion performant et accessible Gestion de la dette propre, dette garantie, dette récupérable, contrats revolving, instruments de couverture, subventions,

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE COMMUNE DE CERILLY N codique : 003 015 048 Département : Allier Trésorerie de Cérilly-Ainay-Le-Château Exercices 2004 et 2005 Audience publique du 9 juin 2010 Lecture

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

AVIS. COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales. Détermination d une dépense obligatoire

AVIS. COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales. Détermination d une dépense obligatoire COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales Détermination d une dépense obligatoire Rapport n : 2012-0127 Séance du : 13 septembre 2012 Avis n

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

CONVENTION. entre. la VILLE de ROUEN L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT

CONVENTION. entre. la VILLE de ROUEN L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT CONVENTION entre la VILLE de ROUEN et L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT Entre les soussignés : La Ville de ROUEN représentée par Mme Emmanuèle JEANDET-MENGUAL, Adjointe au Maire, en vertu d un

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014 SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014 POINT LOGEMENT Ivry Confluences 42 avenue Jean Jaurès Construction de 51 logements locatifs sociaux en VEFA par l ESH Logis Transports Garantie communale

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 Relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés par Newedge Group S.A. pour le compte d un client «le Client». Le Client est informé qu il existe

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

DERRICK. Brochure commerciale

DERRICK. Brochure commerciale Brochure commerciale DERRICK Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance (1) Durée d investissement conseillée : 8 ans (hors remboursement automatique anticipé)

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Gestion. Direction générale de l offre de soins

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Gestion. Direction générale de l offre de soins SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Gestion MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Direction générale de l offre de soins Sous-direction

Plus en détail

Questions fréquentes Plan de restructuration

Questions fréquentes Plan de restructuration Questions fréquentes Plan de restructuration 1. Quel est l objectif du plan de restructuration proposé? 2. D où vient cette dette de 126 millions d euros due le 1 er janvier 2015? 3. Y avait-il d autres

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE OPCVM conforme aux normes européennes PRESENTATION SUCCINCTE Code ISIN : FR0010736355 Dénomination : LCL SECURITE 100 (MAI 2009) Forme juridique : Fonds Commun

Plus en détail

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité AXA Rendement AXA Rendement est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison)

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) Université de Lorraine Faculté des Sciences et Technologies MASTER 2 IMOI, parcours AD et MF Année 2013/2014 Ecole des Mines de Nancy LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) 2.1 Un particulier place 500 euros

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie!

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie! LES TURBOS INFINIS Investir avec un levier adapté à votre stratégie! Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Émetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance

Plus en détail

DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES

DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES Service des communes et des relations institutionnelles Autorité cantonale de surveillance des finances communales (ASFICO) RECOMMANDATIONS EN

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

Compte d opérations monétaires. Pertes et bénéfices de change

Compte d opérations monétaires. Pertes et bénéfices de change Compte d opérations monétaires Pertes et bénéfices de change Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 2 COUR DES COMPTES Pertes et bénéfices de change LFI Exécution 1 Ecart Recettes 25 M 19,3 M -5,7

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Introduction Une obligation structurée, également connue sous la dénomination de Structured Note, a les caractéristiques principales d une obligation : un émetteur, une durée déterminée,

Plus en détail

AUTOFOCUS 7 ANNEXE COMPLÉMENTAIRE DE PRÉSENTATION DU SUPPORT CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES DU SUPPORT D INVESTISSEMENT AUTOFOCUS 7 (1)

AUTOFOCUS 7 ANNEXE COMPLÉMENTAIRE DE PRÉSENTATION DU SUPPORT CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES DU SUPPORT D INVESTISSEMENT AUTOFOCUS 7 (1) AUTOFOCUS 7 ANNEXE COMPLÉMENTAIRE DE PRÉSENTATION DU SUPPORT CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES DU SUPPORT D INVESTISSEMENT AUTOFOCUS 7 (1) Code ISIN : FR0011550763 - NON GARANTI EN CAPITAL VOTRE SUPPORT D INVESTISSEMENT

Plus en détail

TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL. TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300!

TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL. TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300! TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300! Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT...

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... Sommaire 1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... 3 6. DESCRIPTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE... 3 Date

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX Corrigés des cas : Emprunts Remboursement par versements périodiques constants - Cas E1 Objectifs : Construire un échéancier et en changer la périodicité, Renégocier un emprunt.

Plus en détail

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300!

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! TURBOS Jour TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRéSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie!

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie! LES TURBOS INFINIS Investir avec un levier adapté à votre stratégie! Produits présentant un risque de perte en capital à destination d investisseurs avertis. Émetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V.

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

ANNEE 2010 ETAT DE LA DETTE AU 31/12/2010 RECAPITULATION GENERALE DETTE EN DETTE EN CAPITAL AU 31/12/2010 CAPITAL L'ORIGINE

ANNEE 2010 ETAT DE LA DETTE AU 31/12/2010 RECAPITULATION GENERALE DETTE EN DETTE EN CAPITAL AU 31/12/2010 CAPITAL L'ORIGINE ANNEE 2010 ETAT DE LA DETTE AU RECAPITULATION GENERALE BUDGET DETTE EN CAPITAL A L'ORIGINE DETTE EN CAPITAL AU ANNUITES PAYEES AU COURS DE L'EXERCICE INTERETS CAPITAL 185 929 302,80 119 210 373,51 14 392

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1.4 - Remplacement d instruments

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1.4 - Remplacement d instruments CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Réponse aux questions pratiques liées à l application du règlement CRC n 2002-09 relatif à la comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail