Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées"

Transcription

1 Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit que les collectivités territoriales ont l obligation de tenir une comptabilité d engagement des dépenses. Pourquoi tenir une comptabilité d engagement? La comptabilité administrative permet de connaître à tout moment et en fin d exercice : Les crédits ouverts et les prévisions de recettes Les crédits disponibles pour engagement, Les crédits disponibles pour mandatement, Les dépenses et recettes réalisées, L emploi fait des recettes grevées d affectation spéciale. En fin d exercice, elle permet : de déterminer le montant des rattachements de charges et produits qui influent sur le résultat de fonctionnement (procédure ne concernant pas, à titre obligatoire, les communes de moins de 3500 habitants) ; de dresser l état détaillé des restes à réaliser ou état des dépenses engagées non mandatées. En investissement, ils correspondent aux dépenses engagées non mandatées au 31 décembre de l exercice et aux recettes certaines n ayant pas donné lieu à l émission d un tire de recette. En fonctionnement, ils correspondent aux dépenses engagées au 31 décembre non mandatées et n ayant pas fait l objet d un rattachement, donc pour les communes de plus de 3500 habitant, des dépenses engagées et n ayant pas donné lieu à service fait au 31 décembre. En recettes, ils correspondent aux recettes certaines au 31 décembre et non mises en recouvrement à l issue de la journée complémentaire. d établir le compte administratif ; Les restes à réaliser issus de la comptabilité des engagements font partie intégrante du résultat du compte administratif. Les restes à réaliser en dépenses et recettes doivent être sincères 1, Les informations issues de la comptabilité d engagement sont utilisées dans la préparation et l exécution du budget suivant ; l état des dépenses engagées non mandatées a une double finalité : arrêter le montant des dépenses à reprendre au budget suivant et fixer le montant des mandatements et paiements qui pourront être 1 Le représentant de l état vérifie que le compte administratif ne fait pas apparaître, après prise en compte sincère des restes à réaliser un déficit supérieur à 5 ou 10% selon les collectivités des recettes de la section de fonctionnement. Comité national de fiabilité des comptes locaux 1

2 effectués en début d exercice dans l attente du budget si le vote intervient après le 31 décembre. La fiabilité de la comptabilité administrative réside dans l exactitude des restes à réaliser en dépenses et recettes pour les deux sections. L exactitude des restes à réaliser repose sur le suivi. et l enregistrement régulier des engagements et dégagements de dépenses et recettes, des émissions de mandats et titres. Quelque soit le procédé utilisé, il doit permettre, à tout moment de dégager le montant des crédits disponibles pour engagement, selon l une des formules suivantes : Crédits disponibles = (crédits ouverts + dégagements) (engagements + mandatements) = crédits ouverts (engagements dégagements) mandatement = crédits ouverts dépenses engagées non mandatées mandatements Les chambres régionales des comptes lors des contrôles de gestion des collectivités locales constatent régulièrement des carences dans la tenue de la comptabilité d engagement. Mise en place et suivi de la comptabilité des dépenses engagées. On distingue traditionnellement l engagement comptable et l engagement juridique. L engagement juridique est l acte par lequel un organisme public crée ou constate à son encontre une obligation de laquelle résultera une charge financière. Cette obligation résulte notamment d un contrat, d un marché, d une convention, d une lettre de commande, un acte de vente, d une délibération. Il est saisi dans la comptabilité d engagement pour son montant total et fera l objet éventuellement de mandatements successifs. L engagement juridique doit rester dans les limites des autorisations budgétaires (crédits limitatifs en dépense). L engagement comptable consiste à réserver dans les écritures de la comptabilité d engagement les crédits nécessaires et assurer leur disponibilité au moment du crédits limitatifs en dépense). Le contrôle de la disponibilité des crédits est opéré lors de l engagement comptable. L engagement comptable précède l engagement juridique ou lui est concomitant. Seuls sont reportés les engagements comptables s appuyant sur un engagement juridique (délibération, contrat, bon de commande, marché ) L engagement comptable fait l objet d un suivi. Au moment de l engagement, le montant définitif de la dépense n est pas toujours connu, des avenants peuvent intervenir sur des marchés, les prix peuvent être révisés D autre part, un engagement juridique et comptable peut être annulé pour diverses raisons. L engagement comptable est ajusté jusqu au moment de la liquidation de la dépense si besoin est. Un rapprochement doit être effectué entre l engagement et le mandatement ; si le montant du mandatement excède celui de l engagement, un engagement complémentaire sera constaté, à l opposé, si le mandatement est inférieur, l engagement sera réduit (dégagement). Un dégagement est constaté en cas d annulation ou de réduction d un engagement précédemment enregistré Comité national de fiabilité des comptes locaux 2

3 L engagement comptable est référencé : numéro du bon de commande, numéro de l ordre de service ou toute codification propre à la collectivité compte tenu de son système d information. Un seul numéro correspond à un engagement. Pratique d une ville : le référencement des engagements se fait soit par incrémentation automatique lorsqu il s agit de l utilisation d un logiciel (bon de commande informatisé, engagement d une subvention par le logiciel dédié Satel) soit par la reprise du n de souche lors de l utilisation d un bon de commande papier. Il est possible de créer un n d engagement avec plusieurs lignes (imputations multiples, fournisseurs différents sur une même opération. Quelque soit l organisation adoptée par la collectivité 2 et les outils informatiques utilisés, elle doit mettre en place, une procédure permettant : l inscription des engagements comptables, d assurer le lien entre engagement comptable et engagement juridique, d assurer le suivi jusqu à la liquidation puis le mandatement. Les acteurs de chaque phase doivent être identifiés ainsi que les documents supports de chaque action. Les échanges entre acteurs sont formalisés et tracés Les différents types d engagement L engagement provisionnel : dès le début de l exercice, certaines dépenses peuvent être évaluées (contrats d entretien, de maintenance, rémunérations du personnel en place Ces dépenses peuvent faire l objet d un engagement provisionnel dès le début de l exercice. Pratique d une ville : l engagement provisionnel peut être utilisé (contrats donnant lieu à des versements mensuels ) mais de manière limitée pour éviter les oublis d annulation du solde en fin d exercice L engagement ponctuel : intervient par opposition à l engagement provisionnel, en cours d année, à la naissance d une nouvelle obligation : signature d un nouveau contrat, dépenses ponctuelles. L engagement anticipé : il se rapporte à des dépenses dont la réalisation est quasi certaine mais pour lesquelles l engagement juridique n a pas encore été formalisé. Cet engagement constitue une réservation de crédit ; Si l engagement juridique intervient durant l exercice, il s inscrit dans la limite de l engagement comptable avec les ajustements éventuels Si l engagement juridique n intervient pas ou intervient pour un montant inférieur, le montant des engagements comptables non suivis d engagement juridique ne fait l objet d aucun report sur l exercice suivant. Pratique d une ville :utilisation à la marge avec la même problématique du risque en fin d exercice. Les différentes phases de la comptabilité des dépenses engagées : La tenue de la comptabilité des dépenses engagées concerne l ensemble des collectivités ainsi que l ensemble des dépenses (fonctionnement et investissement). Phase 1 : ouverture des crédits Le budget et les documents budgétaires postérieurs (budget supplémentaire, décisions modificatives sont présentés par l ordonnateur au niveau de l article. L engagement est donc également constaté au niveau de l article. 2 Centralisée ou déconcentrée Comité national de fiabilité des comptes locaux 3

4 Le suivi de la consommation des crédits s effectue au niveau de vote adopté par l assemblée délibérante : article, chapitre ou opération (pour certaines dépenses d investissement). Le niveau de suivi des crédits encadre les pouvoirs de l exécutif pour réaliser des virements de crédits sans en référer à l assemblée délibérante. La première phase de la comptabilité d engagement des dépenses consiste à ouvrir les crédits.. Les ouvertures de crédit de chaque chapitre mentionne le montant ouvert et la nature du document budgétaire qui a prévu ces crédits (budget primitif, budget supplémentaire, différentes décisions modificatives numérotées). Phase 2 : La constatation de l engagement En début d exercice, une fois le budget adopté, les engagements provisionnels sont inscrits ce qui entraîne réservation des crédits. En cours d exercice, dès que la décision est prise de procéder à une dépense et formalisée par un bon de commande, le signature d un marché, le montant prévisionnel de la dépense est reporté dans la comptabilité des dépenses engagées. Les informations enregistrées sont : un numéro d engagement (ordre chronologique), la date de l inscription, la nature de l engagement, le nom du créancier, les références du bon de commande et/ou du marché ou toute autre référence délibération, acte juridique, le montant de l engagement. Pratique d une ville :: les informations (et par conséquent les documents utlisés) sont déterminées par le progiciel financier : objets, n et année du mar ché (chaque marché fait l objet d une fiche reprenant ses caractéristiques administratives et financières), nomenclature achat, mode de passation, imputation (ligne budgétaire : sous-fonction, nature, n de programme en investissement, code mission), montant HT, taux de TVA et montant TTC, fournisseur et domiciliation bancaire, des codifications internes aux directions éventuellement (par exemple identification du bien par les bâtiments). Pour les subventions, l engagement est géré par un logiciel dédié Satel audité dans le cadre du contrôle partenarial. Sont notamment reprises les infos relatives à la référence de la délibération, la situation de l association par rapport à ses obligations (transmission des comptes ), l échéancier des paiements. Le cumul des engagements est calculé et le solde restant disponible pour engagement est calculé par différence en rapprochant le cumul des engagements, des crédits ouverts. Selon le modèle organisationnel choisi par les collectivités cette phase relève de la directions des finances, des services opérationnels ou gestionnaires ou d une direction ou service intermédiaire qui reçoit les besoins exprimés par les services et procède à l engagement après vérifications comptables et budgétaires et envoie la commande au fournisseur. Il s agit d une sorte de pré visa financier Phase 3 : la constatation du service fait C est un moment clé de la comptabilité des dépenses engagées, il est complexe à mettre en œuvre. La constatation de la date du service fait, en pratique : la date de livraison ou la date d exécution des prestations permet de suivre l exécution matérielle de la dépense. Les marchandises commandées ont elles été reçues? On t elles été reçues dans les délais? Les prestations demandées ont elles été réalisées? Ont elles été réalisées dans les délais contractuels? Sont elles conformes? Comité national de fiabilité des comptes locaux 4

5 La date de constatation du service fait détermine si les charges sont rattachées à l exercice finissant ou non ; Le suivi de la date de constatation du service fait permet aussi en fin d exercice d établir l état des restes à réaliser de la section de fonctionnement. La constatation du service fait doit être retracée dans la comptabilité d engagement. Il convient de relever la date de livraison des fournitures, la date d exécution des prestations ; Pour les biens et marchandises livrées, l enregistrement s effectue à partir du bon de livraison ou du document en tenant lieu. Pour les prestations de service, les prestations intellectuelles, les opérations complexes et/ou dont la réalisation est étalée dans le temps (marché de construction, marché d entretien, de maintenance ) la collectivité doit définir le document support qui matérialise la constatation du service fait et entraîne l enregistrement dans la comptabilités des dépenses engagées. Il faut, dans la mesure du possible, éviter de constater le service fait au moment de la réception de la facture. Dans le cas des marchés d entretien ou de maintenance, par exemple, la collectivité doit suivre l exécution du marché et s assurer que les prestations sont effectivement effectuées, aux dates et fréquences prévues contractuellement. Le prestataire, lors de chaque passage, le matérialise par un bon de passage, une annotation sur un carnet d entretien ou tout autre moyen contractuellement prévu. Ce document, matérialise le service fait et assure la traçabilité du contrôle de la collectivité sur son prestataire. La constatation du service fait se matérialise par l enregistrement dans la comptabilité des dépenses engagées de cette date. Le service responsable de cette opération varie selon l organisation adoptée par la collectivité. Ce sera la direction des finances, dans une organisation centralisée, le service opérationnel ou gestionnaire dans une organisation Pratique d une ville : la constatation du service fait relève de la responsabilité des services déconcentrés qui seuls sont en mesure de contrôler sur le terrain. Ils doivent obligatoirement indiquer la date dans le progiciel à l occasion de la liquidation de la facture et l apposer sur la facture papier + visa du directeur Phase 4 : la liquidation Cette phase est de la responsabilité de l ordonnateur, elle précède le mandatement et n est pas retracée dans la comptabilité des dépenses engagées formellement. Cette phase est importante puisqu elle permet à l ordonnateur de vérifier que la facture présentée est conforme au bon de commande et/ou aux dispositions contractuelles. Selon les organisations adoptées, elle relève de la direction des finances (organisation centralisée) ou des directions opérationnelles ou gestionnaires (organisation décentralisée). Comité national de fiabilité des comptes locaux 5

6 Ne peuvent être liquidées que des dépenses pour lesquelles il y a eu service fait sauf pour les charges constatées d avance (primes d assurance, documentation, commande par internet ). 3 3 cas limitativement prévus par instruction. Comité national de fiabilité des comptes locaux 6

7 Phase 5 : le mandatement Si le mandatement est concomitant à l engagement, il y a lieu de constater l engagement dans le support dédié et dans la série numérotée des engagements et avant le mandatement. Dans la comptabilité d engagement sont reportés les références du mandat ainsi que son montant, le cumul des mandats imputés sur le chapitre concerné. En cas de constatation de différence entre le montant engagé et la somme mandatée, un engagement complémentaire, ou une réduction de l engagement initial est enregistrée. Le mandatement relève de la direction des finances quelque soit l organisation adoptée. La direction des finances doit disposer pour procéder au mandatement d informations détenues par les autres directions et relatives au service fait et à la liquidation. Une procédure doit être mise en place afin d assurer la circulation de l information entre les directions opérationnelles ou gestionnaires et la direction financière. Phase 6 : l arrêt des inscriptions Les inscriptions sont arrêtées au 31 décembre, conformément à la règle d annualité pour les deux sections ; la collectivité peut décider d arrêter les engagements au titre d un exercice avant le 31 décembre et ce afin de réduire le montant des charges à rattachées, et des restes à réaliser et de clôturer sa gestion le plus rapidement possible. La comptabilité des dépenses engagées peut être arrêtée en cours d année afin d effectuer un contrôle des inscriptions, de chiffrer les crédits disponibles, de déterminer les engagements non mandatés. La comptabilité des dépenses engagées doit être régulièrement rapprochée de la comptabilité tenue par le comptable afin de procéder à l ajustement des crédits disponibles pour le mandatement. Comité national de fiabilité des comptes locaux 7

8 Modèle de tenue de la comptabilité des dépenses engagées : Rubriques nécessaires au suivi CHAPITRE Ou Article (selon niveau de vote du budget) Budget précédent : BP : BS DM N 1 DM N 2 Crédits ouverts Cumul Montant des mandatements N engagt Date Nature De l engagt Créancier N BC N marché Montant de L engagt Cumul Des engagt. Crédits disponibles Date Service fait N du Mandat Date du mandat Montant du mandat Cumul des mandats Engagt Compl. ou rectif. Comité national de fiabilité des comptes locaux 8

9 Comptabilité des dépenses engagées et gestion pluriannuelle Toutes les collectivités (régions, département, communes et EPCI) peuvent adopter une gestion pluriannuelle de l engagement des dépenses Définition L annualité budgétaire s impose aux collectivités. Le recours aux autorisations de programme, autorisations d engagement et aux crédits de paiement constitue un aménagement au principe de l annualité budgétaire qui permet de tenir compte de la réalité, à savoir que certaines dépenses notamment d investissement, voient leur réalisation s échelonner sur plusieurs exercices. La gestion sous forme d AP (autorisation de programme), AE (autorisation d engagement) et CP (crédits de paiement) permet à une collectivité de ne pas faire supporter au budget d un exercice donné, l intégralité d une dépense pluriannuelle et de ne pas devoir prévoir, en recette, l intégralité des recettes correspondantes. Seules les dépenses à payer au cours de l exercice donné sont retracées au budget et l équilibre de chaque section s apprécie qu au regard des seuls crédits de paiement. Les autorisations de programme (AP) constituent la limite supérieure des dépenses qui peuvent être engagées pour l exécution des investissements. Elles demeurent valables, sans limitation de durée jusqu à ce qu il soit procédé à leur annulation. Elles peuvent être révisées. Les autorisations d engagement (AE) constituent le limite supérieur des dépenses qui peuvent être engagées pour l exécution des dépenses de fonctionnement. Elles demeurent valables sans limitation de durée jusqu à ce qu il soit procédé à leur annulation. Elles peuvent être révisées. Les AE ne concernent pas toutes les dépenses de fonctionnement. Région et Département : les AE sont réservées aux dépenses résultant de conventions, de délibérations ou de décisions au titre desquelles la collectivité s engage au delà d un exercice budgétaire, dans le cadre de ses compétences, à verser une subvention, une participation ou une rémunération à un tiers, à l exclusion des frais de personnel. Commune et EPCI : les AE ne peuvent pas concerner des frais de personnel et des subventions versées à des organismes privés. Les crédits de paiement (CP) inscrits au budget sont la matérialisation des AP/AE. Ils constituent la limite supérieure des dépenses pouvant être mandatées au cours de l exercice budgétaire, pour la couverture des engagements contractés dans le cadre des autorisations de programme ou d engagement correspondantes. Pourquoi adopter une gestion pluriannuelle? La collectivité affiche un meilleur taux de réalisation des opérations d investissement, Les reports d emprunt dans le compte administratif sont réduits, Le budget primitif est plus clair, il se rapproche davantage du compte administratif, Les services techniques peuvent mieux planifier les travaux, plus besoin d attendre le vote du budget Comité national de fiabilité des comptes locaux 9

10 Les prévisions de dépenses sur plusieurs exercices, permettent de fiabiliser les prospectives financières et les arbitrages entre fiscalité / emprunt sont améliorés : la gestion en AP/AE constitue un outil de pilotage La gestion AP/AE/CP permet de concilier des logiques différentes : Logique politique ; qui souhaite afficher budgétairement ses projets d investissement, Logique financière qui chercher à limiter les inscriptions en crédits de l année à un niveau réaliste, Logique technique qui souhaite planifier les programmes d investissement sur plusieurs exercices. Les règles de gestion des AP/AE/CP Le vote Les AP/AE peuvent être votées lors de toute session budgétaire. Il est possible de prévoir des typologies d AP/AE différentes selon les besoins des collectivités en matière de gestion ; les règles de gestion (durée, caducité, annulation ) peuvent différées selon les typologies. Région : les AP/AE sont votées lors de l adoption du budget ou des décisions modificatives. Département, commune, EPCI : les AP/AE sont votées par une délibération distincte de celle du vote du budget ou d une décision modificative. Les AP/AE sont votées au niveau du chapitre pour les régions. En ce qui concerne les autres collectivités et les EPCI, l assemblée délibérante peut procéder au vote par chapitre, nature, programme, opération ou groupe d opérations (parfois dénommé «programme»). Dans tous les cas, le libellé de l autorisation doit être clair pour permettre à l assemblée délibérante d identifier l objet sans ambiguïté. Les autorisations qui n auront pas été votées par opération devront être affectées à une ou plusieurs opérations par décision de l ordonnateur. Le CGCT prévoit que, pour les départements, les communes et les EPCI, «chaque AP ou AE comporte la répartition prévisionnelle par exercice des crédits de paiement correspondants». La somme des crédits de paiement doit être égale au montant de l autorisation. L affectation L affectation se situe en amont de l engagement. L affectation est la décision de la collectivité de mettre en réserve un montant de crédits destinés à la réalisation d une opération d investissement identifiée et évaluée. L affectation n est prévue que pour les régions ; c est le conseil régional ou la commission permanente en cas de délégation qui affecte par chapitre ou article les AP/AE à une opération. Les autres collectivités peuvent mettre en place une procédure d affectation Comité national de fiabilité des comptes locaux 10

11 La gestion des AP/AE La réglementation relative aux règles de gestion et suivi des AP/AE est succincte. «Les AP/AE demeurent valables sans limitation de durée jusqu à ce qu il soit procéder à leur annulation. Elles peuvent être révisées». Région : le règlement budgétaire et financier doit comporter des mentions obligatoires relatives à la caducité des AP/AE et au report éventuel des CP afférents à une AP. Département : le règlement budgétaire et financier doit préciser les modalités de gestion des autorisations de programme, des autorisations d engagement et des crédits de paiement. Autres collectivités : la réglementation ne prévoit rien. Les collectivités ayant recours à la gestion pluriannuelle pour une partie de leurs crédits ont tout intérêt, même en l absence d obligations réglementaires, à adopter dans un règlement budgétaire et financier, ou dans un autre document, des règles de gestion des AP/AE qui précisent les modalités de caducité, annulation, modification, révision, transfert de celles-ci. Une bonne gestion des engagements pluriannuels réclame un suivi régulier, précis, et une actualisation permanente des montants et du calendrier. La gestion des crédits de paiement Peu de règles existent régissant la gestion des CP. Région : le CGCT prévoit que le règlement budgétaire et financier peut aussi préciser les modalités de report des crédits de paiement. Département : le CGCT prévoit que le règlement budgétaire et financier doit indiquer les modalités de gestion des crédits de paiement. Toutes les collectivités utilisant les crédits de paiement gagneraient à édicter des règles de gestion relatives à la caducité, l annulation, la modification des crédits de paiement afin notamment d éviter le risque d une déconnexion progressive entre le montant des AP/AE votées et le montant maximum des crédits de paiement pouvant être inscrits au budget. Le ratio de couverture (obligatoire pour les régions) permet de suivre l évolution des AP/AE affectées par rapport au CP mandatées : AP affectées non couvertes par des CP réalisées au 1/1/N Flux d AP Affectées dans l année AP Affectées annulées Stock d AP Affectées restant à financer CP mandatés au budget de l année N AP affectées non couvertes par des CP Mandatés au 31/12/N Ratio de couverture des AP affectées = (1+2) = /5 (source : annexe du compte administratif de la région) Comité national de fiabilité des comptes locaux 11

12 Le calcul de ce ratio pour toutes les collectivités adoptant une gestion pluriannuelle est recommandé. L engagement Dans le cadre d une gestion pluriannuelle, l engagement porte sur l autorisation de programme ou sur l autorisation d engagement et doit rester dans la limite de l affectation (quand elle existe). Comme en matière de crédits annuels, l engagement comptable précède l engagement juridique. Comité national de fiabilité des comptes locaux 12

GUIDE POUR LA REDACTION D UN REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET LEURS GROUPEMENTS

GUIDE POUR LA REDACTION D UN REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET LEURS GROUPEMENTS GUIDE POUR LA REDACTION D UN REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET LEURS GROUPEMENTS Les régions et les départements ont l obligation de se doter d un règlement budgétaire

Plus en détail

RÈGLEMENT BUDGÉTAIRE ET FINANCIER DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES

RÈGLEMENT BUDGÉTAIRE ET FINANCIER DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES RÈGLEMENT BUDGÉTAIRE ET FINANCIER DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Ce règlement vient préciser le règlement intérieur adopté le 2 avril 2004 et notamment les dispositions du Titre I - chapitre IV «Du vote

Plus en détail

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER TITRE III REGLEMENT FINANCIER 59 Chapitre I : Les intervenants Article 1 : Le bureau Le bureau vote les budgets initiaux de fonctionnement et d investissements avant leur soumission à l accord du Comité

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

La mise en œuvre de la gouvernance du Conseil général de la Mayenne

La mise en œuvre de la gouvernance du Conseil général de la Mayenne RÈGLEMENT FINANCIER Préambule Lors de l exposé des objectifs du programme gestion budgétaire, il avait été indiqué qu un nouveau règlement financier serait soumis à l approbation du Conseil général précisant

Plus en détail

Les emprunts assortis d une ligne de trésorerie (crédits revolving)

Les emprunts assortis d une ligne de trésorerie (crédits revolving) Comité national de fiabilité des comptes locaux Les emprunts assortis d une ligne de trésorerie (crédits revolving) Écritures budgétaires et comptables Caractéristiques des crédits revolving Ils sont connus

Plus en détail

LA COMPTABILITE MATIERE

LA COMPTABILITE MATIERE INFORMATIONS CONSEIL ET ASSISTANCE AUX E.P.L.E. DE LA GUADELOUPE LA COMPTABILITE MATIERE S O M M A I R E 1 - Rappel des dispositions réglementaires page 2 2 - Modalités de mise en œuvre de la comptabilité

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général PRÉFET DE DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES ET DES ELECTIONS Xxxx, le Bureau des finances et du contrôle budgétaire Affaire suivie par Mél. xx@xxx.gouv.fr Le préfet de la région de

Plus en détail

12 Les partenariats publics privés

12 Les partenariats publics privés 12 Les partenariats publics privés Quelles références budgétaires et comptables? Instruction M14 Tome 1 Le cadre comptable Annexe 53 Instruction M52 Tome 1 Le cadre comptable Annexe 50 Instruction M71

Plus en détail

1 2 3 4 Aide à l animateur Les opérations de trésorerie sont définies comme «les mouvements de numéraire, de valeurs mobilisables, de comptes de dépôts et de comptes courants, ainsi que les opérations

Plus en détail

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur,

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction du Trésor Direction de la Comptabilité publique Direction générale des collectivités

Plus en détail

COPROPRIETE : LES COMPTES DU SYNDICAT

COPROPRIETE : LES COMPTES DU SYNDICAT INC document FICHE PRATIQUE J255/ 03-09 COPROPRIETE : LES COMPTES DU SYNDICAT Chaque année, les copropriétaires votent un budget de fonctionnement pour les dépenses courantes et éventuellement des travaux

Plus en détail

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 L instruction budgétaire et comptable M14 est appliquée aux collectivités locales depuis 1997 soit bientôt près de dix ans. Elle

Plus en détail

TITRE 3 LE CADRE BUDGETAIRE

TITRE 3 LE CADRE BUDGETAIRE TITRE 3 LE CADRE BUDGETAIRE 101 CHAPITRE 1 LE BUDGET 1. LE REGIME BUDGETAIRE 1.1. GENERALITES Le budget est l acte par lequel l assemblée 13 prévoit et autorise les dépenses et les recettes de l exercice.

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

OPERATIONS NON BUDGETAIRES

OPERATIONS NON BUDGETAIRES OPERATIONS NON BUDGETAIRES 1 Dotation ou apport 2 Affectation services non dotés de la personnalité morale 3 Affectation services dotés de la personnalité morale 4 Désaffectation ou retour d un bien affecté

Plus en détail

Convention n 2015-C-DGAS-DHV-0005. relative à l attribution d une subvention du Département à l association Progecat

Convention n 2015-C-DGAS-DHV-0005. relative à l attribution d une subvention du Département à l association Progecat Convention n 2015-C-DGAS-DHV-0005 relative à l attribution d une subvention du Département à l association Progecat ENTRE Le Département de la Vienne, Place Aristide Briand, BP 319, 86008 Poitiers Cedex,

Plus en détail

9 - Opérations sous mandat sur collèges / lycées

9 - Opérations sous mandat sur collèges / lycées 9 - Opérations sous mandat sur collèges / lycées Quels textes de référence? Instruction M52 Tome 2 Titre - Chapitre 3 Paragraphe 3 (voir compte 458) Instruction M71 Tome 2 Titre - Chapitre 3 Paragraphe

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

Le guide des bonnes pratiques de l ordonnateur

Le guide des bonnes pratiques de l ordonnateur Le guide des bonnes pratiques de l ordonnateur Un autre point important relevé dans les observations des inspecteurs vérificateurs du Trésor Public est relatif à l existence de bonnes pratiques de gestion.

Plus en détail

1. Quelles sont les nécessités et obligations comptables. 2. Pourquoi établir un bilan, un compte de résultat, un budget?

1. Quelles sont les nécessités et obligations comptables. 2. Pourquoi établir un bilan, un compte de résultat, un budget? Sommaire 1. Quelles sont les nécessités et obligations comptables 2. Pourquoi établir un bilan, un compte de résultat, un budget? 3. Quels outils? 4. Quelle fiscalité? 5. Quels documents conserver? Introduction

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

LA GESTION BUDGETAIRE LA DIVERSITÉ DES BUDGETS - LE BUDGET DE TRÉSORERIE

LA GESTION BUDGETAIRE LA DIVERSITÉ DES BUDGETS - LE BUDGET DE TRÉSORERIE LA GSTION BUDGTAI LA DIVSITÉ DS BUDGTS - L BUDGT D TÉSOI La comptabilité générale et la comptabilité analytique renseignent le gestionnaire sur une situation passée : - la comptabilité générale permet

Plus en détail

Référentiel de contrôle interne du processus de la commande publique dans les collectivités locales

Référentiel de contrôle interne du processus de la commande publique dans les collectivités locales Référentiel de contrôle interne du processus de la commande publique dans les collectivités locales Le présent guide s attache au processus de la commande publique. Il analyse chaque procédure, tâches

Plus en détail

LE CHAMP D APPLICATION

LE CHAMP D APPLICATION LES TEXTES Loi n 2001-420 du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (art. 54 et 55) Décret n 2002-231 du 21 février 2002 modifiant le décret du 7 mars 2001 portant code des marchés

Plus en détail

MARCHE DE PRESTATION DE SERVICES DE NETTOYAGE DES AUTORAILS CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES

MARCHE DE PRESTATION DE SERVICES DE NETTOYAGE DES AUTORAILS CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES Société Anonyme d Economie Mixte Locale BP 237 20294 BASTIA : 04.95.32.80.55 : 04.95.34.01.14 MARCHE DE PRESTATION DE SERVICES DE NETTOYAGE DES AUTORAILS CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES

Plus en détail

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Cette fiche ne se prétend pas exhaustive, elle permettra toutefois à un nouvel agent comptable de prendre un poste dans les meilleures conditions

Plus en détail

Du budget à la comptabilité

Du budget à la comptabilité Du budget à la comptabilité 1 Plan de la présentation I-L élaboration du budget II-L exécution du budget III-La reddition des comptes 2 LE BUDGET -I- L ELABORATION DU BUDGET 3 QU EST-CE QUE LE BUDGET?

Plus en détail

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d information pour les copropriétaires Le décret comptable Quelques repères......pour mieux comprendre Juin 2007 Plan du guide

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 27 MARS 2009 Election du secrétaire de séance : Monsieur André AUDOIN Le procès verbal de la dernière séance est adopté à l unanimité. ORDRE DU JOUR COMPTE

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

La période d inventaire

La période d inventaire La période d inventaire Réalisation Bureau Aide et conseil aux EPLE DIFIN Académie d Aix Marseille décembre 2008 L examen des comptes financiers de 2007 révèle une certaine méconnaissance de la période

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

AFRITAC de l OUEST ----------------

AFRITAC de l OUEST ---------------- AFRITAC de l OUEST ---------------- Séminaire régional sur la planification et la couverture des besoins de trésorerie sur le marché des titres publics. Lomé, du 7 au 11 février 2011 Communication sur

Plus en détail

Comment remplir le dossier de demande subvention?

Comment remplir le dossier de demande subvention? Comment remplir le dossier de demande subvention? Ville de Suresnes année 2015 Le dossier de demande de subvention est à déposer en 3 exemplaires avant le 5 décembre 2014 Au service Vie Associative 6 rue

Plus en détail

Trésorier du CE : de la construction du budget au compte-rendu de gestion

Trésorier du CE : de la construction du budget au compte-rendu de gestion Expertises économiques et sociales auprès des comités d entreprise Trésorier du CE : de la construction du budget au compte-rendu de gestion Rédacteur : Fayçal ABASSI, expert-comptable Bureaux de LYON

Plus en détail

QUOTIUM TECHNOLOGIES

QUOTIUM TECHNOLOGIES QUOTIUM TECHNOLOGIES Société anonyme au capital de 2 019 024 uros Siège social : 84-88, boulevard de la Mission Marchand (92400) Courbevoie 322 548 355 R.C.S. NANTERRE --ooooo-- RAPPORT DU PRESIDENT DU

Plus en détail

REGLEMENT COMPTABLE ET FINANCIER DE L AGENCE NATIONALE POUR LA RENOVATION URBAINE

REGLEMENT COMPTABLE ET FINANCIER DE L AGENCE NATIONALE POUR LA RENOVATION URBAINE REGLEMENT COMPTABLE ET FINANCIER DE L AGENCE NATIONALE POUR LA RENOVATION URBAINE Validé par le CA 12 février 2009 Et approuvé par le ministre du budget le 20 mars 2009 I AFFECTATION DE CREDITS ET PROGRAMMATION

Plus en détail

GESTION BUDGETAIRE. BTS MUC, Gestion commerciale. Lycée Charles de Gaulle Vannes 56 000 INTRODUCTION :

GESTION BUDGETAIRE. BTS MUC, Gestion commerciale. Lycée Charles de Gaulle Vannes 56 000 INTRODUCTION : BTS MUC, Gestion commerciale. GESTION BUDGETAIRE INTRODUCTION : Les outils statistiques permettent de chiffrer l activité d une entreprise (méthode Mayer, lissages, régression linéaire), la gestion budgétaire

Plus en détail

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 16 : LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Comptabilité publique. Par Mme Rokia BELALAMI

Comptabilité publique. Par Mme Rokia BELALAMI Comptabilité publique Par Mme Rokia BELALAMI Introduction: Selon l article 1du décret royal N 330-66 du 10 Moharrem 1387 (21 avril 1967) portant règlement général de la comptabilité publique, celle-ci

Plus en détail

Octobre 2012. Guide du traitement budgétaire et comptable des créances irrécouvrables et des indus

Octobre 2012. Guide du traitement budgétaire et comptable des créances irrécouvrables et des indus Guide du traitement budgétaire et comptable des créances irrécouvrables et des indus 1 Sommaire Octobre 2012 Partie I Les créances irrécouvrables. I-Définition II-Plan des comptes. III-Obligations de provisionner

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION DU DOCUMENT DE PROGRAMMATION DU BUDGET OPERATIONNEL DE PROGRAMME (BOP)

NOTICE D UTILISATION DU DOCUMENT DE PROGRAMMATION DU BUDGET OPERATIONNEL DE PROGRAMME (BOP) NOTICE D UTILISATION DU DOCUMENT DE PROGRAMMATION DU BUDGET OPERATIONNEL DE PROGRAMME (BOP) Rappel des textes : - Articles 64, 66, 71, 104 et 105 du décret relatif à la gestion budgétaire et comptable

Plus en détail

Comment prendre en compte l opération

Comment prendre en compte l opération 19 Immobilisations sinistrées Nomenclatures M14 / M52 et M71 Quels textes de référence? Instruction M14 : Tome 1 Chapitre 2 fonctionnement des comptes Tome 2 - Titre 3 chapitre 3 Instruction M 52 : Tome

Plus en détail

Madame, Monsieur, Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-dessous le calendrier des opérations de fin d exercice de l année 2014.

Madame, Monsieur, Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-dessous le calendrier des opérations de fin d exercice de l année 2014. Direction des Finances Agence Comptable Mesdames et Messieurs les Directeurs de composante et de service commun, les Directeurs d unités de recherche les Directeurs et Responsables de service les Responsables

Plus en détail

ASSURANCE PROSPECTION AVANCE PROSPECTION. Guide d utilisation

ASSURANCE PROSPECTION AVANCE PROSPECTION. Guide d utilisation ASSURANCE PROSPECTION AVANCE PROSPECTION Guide d utilisation / 2 SOMMAIRE ASSURANCE PROSPECTION... page 4 Bénéficiaires... page 5 Pays couverts... page 5 Fonctionnement, principes généraux... page 5 Durée

Plus en détail

Un progiciel intégré pour les entreprises de propreté

Un progiciel intégré pour les entreprises de propreté Un progiciel intégré pour les entreprises de propreté Les entreprises de propreté ont besoin de gérer l ensemble des processus liés à leur métier. Adoptez WO NETT, le progiciel intégré de gestion commerciale,

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers :

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers : Fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains établissements publics ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés à risque les plus sensibles I. Description

Plus en détail

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 1 La Spécialité Section 4 L unité Section 2 L Annualité Section 5 L Universalité Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 6 La Sincérité Raymond FERRETTI 2 Raymond FERRETTI 3 art. 7.I

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

AVIS. VU le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 232-1 et R. 232-1 ;

AVIS. VU le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 232-1 et R. 232-1 ; SYNDICAT DE PROMOTION DE L INTERCOMMUNALITE SPORTIVE (Maine-et-Loire) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales Déséquilibre réel du budget 2012 Rapport n 2012-0072 Séance du 9

Plus en détail

SYNDIC. - Création d une immatriculation obligatoire de toutes les copropriétés au sein d un registre national.

SYNDIC. - Création d une immatriculation obligatoire de toutes les copropriétés au sein d un registre national. SYNDIC 1- Immatriculation de la copropriété 2- Gestion de la copropriété 3- Transparence et prévention des difficultés 1- Immatriculation de la copropriété Portée - Création d une immatriculation obligatoire

Plus en détail

LES GARANTIES D EMPRUNT

LES GARANTIES D EMPRUNT LES GARANTIES D EMPRUNT (Compte 801.5) Fiche n 1 Définition Les garanties d emprunt entrent dans la catégorie des engagements hors bilan parce qu une collectivité peut accorder sa caution à une personne

Plus en détail

THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique

THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique OBJECTIFS THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique Présenté par l Inspection Générale d Etat de la Guinée Conakry Dans le cadre du programme de contrôle

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DES CHEQUES CADEAUX KYRIELLES RESERVES AUX ACHETEURS PERSONNES MORALES

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DES CHEQUES CADEAUX KYRIELLES RESERVES AUX ACHETEURS PERSONNES MORALES 1 / Définitions Dans le cadre des présentes Conditions Générales, les Parties conviennent de ce que chacun des termes et expressions figurant ci-dessous aura la signification donnée dans sa définition,

Plus en détail

Éléments juridiques sur la carte d achat

Éléments juridiques sur la carte d achat Annexe 2 Éléments juridiques sur la carte d achat Définition et champ d application. La carte d achat est une [art. 1.] modalité d exécution des marchés publics. C est donc à la fois une modalité de commande

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

modifiant le règlement d exécution de la loi sur les communes

modifiant le règlement d exécution de la loi sur les communes Ordonnance du 26 septembre 2006 Entrée en vigueur : 01.10.2006 modifiant le règlement d exécution de la loi sur les communes Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 16 mars 2006 modifiant

Plus en détail

DROITS ET DEVOIRS DU MANDATAIRE

DROITS ET DEVOIRS DU MANDATAIRE DROITS ET DEVOIRS DU MANDATAIRE PROBLÈMES POSÉS Quels sont les droits et les devoirs du mandataire de coopérative scolaire, de quartier ou de foyer coopératif? STATUT ET DROITS DU MANDATAIRE Le mandataire

Plus en détail

Planifier la trésorerie

Planifier la trésorerie Planifier la trésorerie SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Prévision de la trésorerie Gestion de la trésorerie SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Planifier les flux de trésorerie Situation L argent file et on se

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE Dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations des assises nationales sur la fiscalité tenues à Skhirat les 29 et 30 avril

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

Guide du porteur de projet

Guide du porteur de projet infos : 0810 18 18 18 Union européenne Fonds Social Européen Guide du porteur de projet Mesure «appui aux microprojets associatifs» FSE 4.2.3 en Ile-de-France Cette action est soutenue par le Fonds social

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER AGENCE FONCIÈRE DE LOIRE-ATLANTIQUE COMMUNE / EPCI DE.

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER AGENCE FONCIÈRE DE LOIRE-ATLANTIQUE COMMUNE / EPCI DE. CONVENTION DE PORTAGE FONCIER AGENCE FONCIÈRE DE LOIRE-ATLANTIQUE COMMUNE / EPCI DE. 1 / 10 ENTRE : L AGENCE FONCIERE DE LOIRE-ATLANTIQUE, Etablissement Public à caractère industriel et commercial dont

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008 Assurance PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule 3 Article 1 Objet du contrat 4 Article 2 Dépenses garanties 4 Article 3 Durée du contrat 4 Article 4 Etablissement du compte d amortissement

Plus en détail

B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003

B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003 page 16 B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003 Résumé 28. Le budget proposé pour 2002-2003 s élève à 678 400 000 francs suisses, soit une augmentation de 112 542 000 francs suisses, ou

Plus en détail

Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr

Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES REALISATION DU JOURNAL

Plus en détail

Assurance prospection Avance prospection

Assurance prospection Avance prospection Assurance prospection Avance prospection Guide d utilisation - 1 - - 2 - SOMMAIRE Assurance prospection... page 04 Bénéficiaires... page 05 Pays couverts... page 05 Fonctionnement, principes généraux...

Plus en détail

Définition. Caractéristiques

Définition. Caractéristiques REPENSER LA PRESENTATION DU BUDGET : UNE NOMENCLATURE STRATEGIQUE Le budget des collectivités de plus de 3 500 habitants peut être présenté par nature et par fonction. La nomenclature fonctionnelle permet

Plus en détail

La comptabilité des copropriétés Formation du 16 octobre 2010

La comptabilité des copropriétés Formation du 16 octobre 2010 La comptabilité des copropriétés Formation du 16 octobre 2010 1 Le règlement de copropriété Le règlement de copropriété est avant tout un contrat interne, dont les copropriétaires sont les parties contractantes.

Plus en détail

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B.

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. du 26/02/2005 modifié les 15/03/2008, 21/04/2012 et 22/02/2014 I.REGLEMENT FINANCIER PREAMBULE La Fédération Française du Sport Boules, bénéficiant d une

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Version : V.2.0 Nombre de pages : 9. Version Date Nature de la modification Annule et remplace V.1.0 03/04/2009 Version initiale V.1.

Version : V.2.0 Nombre de pages : 9. Version Date Nature de la modification Annule et remplace V.1.0 03/04/2009 Version initiale V.1. Direction Technique Proposition de raccordement d'un consommateur individuel au réseau public de distribution géré par ERDF, pour une puissance inférieure ou égale à 36 kva avec extension de réseau Identification

Plus en détail

MEN DAF A3 L EXTOURNE Mode opératoire GFC- 2014/2015

MEN DAF A3 L EXTOURNE Mode opératoire GFC- 2014/2015 L extourne est une méthode de traitement des charges à payer et des produits à recevoir qui donne la compétence à l ordonnateur pour solder les opérations de l année N-1 exercice antérieur- en année N

Plus en détail

SOMMAIRE C.1 PRINCIPES BUDGETAIRES... 2

SOMMAIRE C.1 PRINCIPES BUDGETAIRES... 2 C MODULE C PROCEDURES BUDGETAIRES & DE CONTROLE DE GESTION SOMMAIRE C MODULE C PROCEDURES BUDGETAIRES... 1 C.1 PRINCIPES BUDGETAIRES... 2 C.1.1 DEFINITIONS... 2 C.1.2 PRINCIPES... 2 C.2 ORGANES DE L ELABORATION

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES --- N/Réf. : GO10 329 01 RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES Exercices 2003 à 2009 22 5.3 Les renégociations

Plus en détail

Rappel chronologique. Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014.

Rappel chronologique. Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014. Information Atelier PLH Grand Avignon 7 octobre 2014 Rappel chronologique Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014. Décision du Conseil constitutionnel

Plus en détail

Glossaire des notions indispensables pour le suivi des engagements

Glossaire des notions indispensables pour le suivi des engagements Glossaire des notions indispensables pour le suivi des engagements Affectation (à une opération) Budget des collectivités locales Décision du conseil régional ou, par délégation, de la commission permanente

Plus en détail

LES REGIES D AVANCES ET DE RECETTES

LES REGIES D AVANCES ET DE RECETTES LES REGIES D AVANCES ET DE RECETTES 1 LES AVANCES POUR MENUES DEPENSES 2 COMPTE 548 : AVANCES POUR MENUES DEPENSES fonctionne comme un compte de régie avances qui ne peuvent excéder 300 Euro fixées par

Plus en détail

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT DU PRESIDENT A L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 1er JUIN 2004 SUR

Plus en détail

E T A T S D E C L A R A T I F S F. C. T. V. A 2 0 1 6 - d r o i t c o m m u n

E T A T S D E C L A R A T I F S F. C. T. V. A 2 0 1 6 - d r o i t c o m m u n E T A T S D E C L A R A T I F S F. C. T. V. A 2 0 1 6 - d r o i t c o m m u n Compte administratif 2014 ETAT N 1 Nom de la collectivité : Trésorerie de : Montant A BUDGET PRINCIPAL BUDGETS ANNEXES (préciser

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. Pré-requis : Principes comptables. Modalités : Schéma d'organisation comptable. TABLE

Plus en détail

Les écritures de la comptabilité patrimoniale

Les écritures de la comptabilité patrimoniale Les écritures de la comptabilité patrimoniale En fin d exercice, il convient de vérifier si toutes les écritures relatives à la comptabilité patrimoniales ont bien été passées. Parmi ces dernières, il

Plus en détail

CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P)

CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P) CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P) N ASSURÉ : Adresse : N de siren : Le contrat d assurance prospection premiers pas ci-après dénommé «le contrat», est régi par le droit commun des contrats.

Plus en détail