MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP)"

Transcription

1 MAPPP/12-16 FICHE : CRISTALLISATION DES TAUX MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP) Introduction Cette note examine les différentes modalités de couverture du risque d évolution défavorable des taux de base des crédits bancaires qui ont un impact sur le loyer immobilier payé par la personne publique. D une manière générale, afin de se couvrir contre ce risque, la personne publique doit demander à la société de projet de souscrire auprès des banques des instruments d échange de taux. La présente note expose les différentes modalités de fixation des taux et les risques / avantages associés, notamment au regard des différents évènements qui peuvent conduire à ce que les instruments de taux soient débouclés avant l échéance et induire des coûts financiers dont il convient de déterminer qui, de l attributaire du contrat ou de la personne publique les prendra en charge (ou bénéficiera des gains éventuels). Il s agit de traiter dans cette note le cas de l annulation/résiliation du contrat et de la rupture associée des instruments de couverture du risque de taux. S agissant du retard dans la mise à disposition et du recalage associé des instruments de couverture du risque de taux, ce risque est en général traité contractuellement et est porté soit par le titulaire du contrat, soit par la personne publique au titre de causes dites «légitimes». Les modalités de couverture du risque de taux peuvent être abordées selon quatre axes : Le choix de la date de cristallisation ; L assiette de couverture et les modalités de fixation définitive des taux ; La problématique spécifique de la fixation des taux en cas d existence d un recours contre le contrat ou l un de ses actes détachables ; Le type d instrument de couverture.

2 Rappel des mécanismes de financement de projet et des swaps associés Dans le cas le plus fréquemment observé, d un montage en financement de projet 1 la société de projet (SPV) attributaire se finance par des crédits bancaires à taux variable, à savoir : Le crédit construction dont le taux de base de référence est généralement exprimé en Euribor 1 mois, et préfinance la phase de conception-réalisation (durée comprise entre 1 an et 5 ans en général), Les crédits de refinancement (crédit Dailly et crédit projet) dont le taux de base de référence est généralement exprimé en Euribor 3 ou 6 mois et refinancent le crédit construction (durée de 10 à 30 ans en général),. Les crédits de refinancement sont remboursés par le loyer immobilier 2 versé par la personne publique pendant la période d exploitation, dont le montant doit être fixé au plus tard à la mise en service de l actif. Afin de connaitre le montant du loyer immobilier, la personne publique demande donc à la société de projet attributaire de souscrire auprès des banques des instruments d échange de taux («swap de taux» ) dans lesquels la société de projet paye à la banque de swap le taux fixe de la maturité du crédit (taux de base de référence fixé +marge de crédit) contre le taux variable du crédit (taux de base de référence variable+ marge de crédit), annulant ainsi l exposition à l évolution des taux de base 3.Le service financier de la dette à taux fixe est alors directement adossé au montant du loyer immobilier selon le schéma ci-dessous. Loyer immobilier SWAP+MARGE DE CREDIT Intérêts du crédit à taux variable Personne publique SPV Banque de crédit Intérêt du taux fixe Intérêt du taux variable Banque de swap 1 le financement dit «corporate», qui mobilise la capacité de financement sur son bilan d une entreprise préexistante, comme le crédit-bail, ne sont a priori pas concernés par cette problématique 2 Ce loyer, que la personne publique souhaite en général voir exprimé sous la forme d une annuité constante, correspond au cumul des composantes remboursement de l investissement initial (Principal) et cout de portage financier, mais n inclut pas la composante couts récurrents d entretien-maintenance-gestion technique, qui correspond à des prestations de services non immobilisées et donc sans préfinancement, et qui a vocation à évoluer dans le temps avec les indices contractuellement retenus ( cout de main d œuvre et/ou de consommables) 3 La composante marge de crédit ou «spread» qui s ajoute au taux de base pour constituer le taux «all-in» est, figée à la signature du contrat, payée uniquement à la banque de crédit et ne varie plus sur la durée du CP 2

3 Dans le processus de fixation des taux, le modèle financier annexé au CP, qui a fait l objet d un audit préalablement à la signature du contrat, doit servir de mode de calcul contradictoire et doit être structuré dans une optique d optimisation du coût global. Tout ajustement du modèle financier doit être mis en œuvre selon les indications du guide d utilisation dudit modèle. Le contrat de partenariat suppose à cet égard un rôle actif des conseils financiers de la personne publique et du partenaire privé. Par ailleurs, la personne publique doit, à ses frais, se donner les moyens de vérifier la correcte adéquation des taux proposés par l attributaire, en étant assistée lors des procédures de fixation, de préférence par un établissement financier («la banque de référence») sélectionné par ses soins, étant entendu que la banque de référence doit être une banque de premier plan sur le marché des dérivés de taux. 1 Le choix de la date de cristallisation des taux Le choix de la date par la personne publique est un élément déterminant dès lors que c est elle qui supporte le risque de taux, soit via le risque de paiement d une soulte de recalage ou de débouclage des instruments de couverture (en cas de modification de l échéancier après fixation, du fait de causes légitimes ou de la nullité ou la résiliation du contrat ou de l un de ses actes détachables), soit via le risque de variation des loyers immobiliers (en l absence de fixation des taux). Les objectifs de la personne publique sont les suivants : connaître le coût maximal du projet dès la signature du CP, en prenant un risque de taux très limité ; assurer la poursuite du contrat y compris en cas de recours, quelle que soit sa nature, sans prendre de risque trop important ; limiter le surcoût du projet à sa charge en cas de retard pour cause légitime. Les pratiques observées à ce jour mettent en évidence deux grandes approches pour répondre à ces objectifs. Dans chacun de ces cas, la couverture du risque de taux peut porter sur tout ou partie de l encours de dette : la personne publique souhaite connaitre dès la signature du contrat le montant exact de son loyer immobilier : pour cela, une méthode consiste à fixer les taux dès la date de signature par un swap taux fixe contre taux variable. Dans cette hypothèse, la personne publique est couverte du risque d une évolution défavorable des taux, y compris durant la période de recours contre le contrat. En revanche, si ce recours conduisait au constat ultérieur d annulation du contrat, et donc à la résiliation des instruments de couverture, la personne publique devrait couvrir le coût éventuel de débouclage des swaps. La personne publique est également exposée à un risque de taux en cas de retard ou au dépassement des dates «longstop» 4 de la dette senior et dès lors que ce retard ou dépassement est lié à la survenance d une cause légitime de retard. 4 Date butoir pour le tirage de la dette 3

4 Dans le cas d un recalage de l échéancier de swaps, il faut toutefois préciser que la soulte versée ou reçue au moment du recalage est compensée par la variation du loyer immobilier post-recalage : le coût global d un recalage correspond donc aux seuls frais liés à la mise en place du recalage (commissions, frais de mise en place,..) la personne publique souhaite connaitre dès la signature du contrat le montant maximum de son loyer immobilier qu elle dimensionne en fonction de son budget.le montant maximum du loyer est basé sur une hypothèse de taux des différentes facilités de crédit augmentée d une marge d évolution à la hausse possible de ces taux pendant la période durant laquelle la personne publique considère que le risque de recours est trop important pour fixer les taux. Dans cette hypothèse, la personne publique est exposée à un risque limité et plafonné d évolution défavorable des taux. Il faut toutefois souligner que cette approche n a de sens que si les taux peuvent effectivement être fixés ultérieurement à la demande de la personne publique en cas d atteinte du montant maximum du loyer immobilier, y compris avant le délai de purge des recours contre le contrat ou en présence d un recours (cf point 3). Dans le premier cas, il est observé que la pratique actuelle des banques de couverture est de demander aux actionnaires de la société de projet titulaire du CP des garanties financières appelables à première demande durant la période de recours, afin de «contre garantir» l engagement pris par la personne publique, via des accords séparés, de payer l éventuelle soulte de débouclage due en cas d annulation du contrat. Dans le second cas, ces contre-garanties sont parfois exigées de façon injustifiée lorsque les taux ne sont pas fixés à la signature. De telles garanties additionnelles constituent un frein important à l intensité concurrentielle des procédures de PPP, dans la mesure où seules les entreprises ayant un bilan à la fois important et solide sont en mesure d assumer un tel engagement ou disposent des leviers de négociation avec leurs banques pour obtenir des conditions plus «raisonnables». A minima, le cadre dans lequel s inscrivent ces demandes devra être négocié et contractualisé avec le titulaire avant la signature du contrat, au risque de faire face ultérieurement à des demandes déraisonnables des banques de couverture, conduisant à ne pas pouvoir fixer les taux le moment venu si les banques de couverture jugent les garanties apportées insuffisantes et refusent de mettre en place les instruments de couverture du risque de taux. La MAPPP considère pour sa part qu un accord séparé couvrant le risque de nullité du CP («accord autonome», «convention tripartite» ou «accord direct») est dissociable du CP, et à ce titre, que le paiement par la personne publique de l indemnité éventuelle de rupture des swaps n a pas lieu de faire l objet de demande de garantie complémentaire. En attendant une confirmation de cette analyse par le Conseil d Etat, la MAPPP considère qu il convient d éviter de souscrire des instruments de couverture de taux dès lors qu il y a des risques que le contrat soit annulé, résilié ou voie son exécution retardée d une période supérieure à la période de disponibilité des dettes senior, pendant la période suivant la 4

5 signature du contrat où peuvent s exercer tous types de recours. Cette position ne peut être mise en œuvre que si les taux peuvent être fixés à tout moment à la demande de la personne publique, même en présence d un recours quelle qu en soit sa nature. Il reste que la personne publique ne doit pas être exposée de façon trop importante au risque d évolution des taux pour assurer la prévisibilité budgétaire du loyer immobilier. La personne publique a intérêt à prévoir explicitement la possibilité de demander une cristallisation à tout moment, à compter d une date agréée initialement par les parties, cohérente avec les risques identifiés (recours contre le contrat, obtention d une autorisation majeure de type permis de construire ou DUP, ), cette période et les engagements réciproques des parties devant être bien encadrés dans le contrat. Dans ce cas, la documentation devra également préciser que la personne publique bénéficiera ou couvrira intégralement les conséquences du risque (soulte positive ou négative, impact de la cristallisation sur les loyers) L assiette de couverture et les modalités de fixation définitive des taux Jusqu à la date de mise à disposition, le partenaire privé doit être en mesure de financer l ensemble des coûts constituant les dépenses d investissements à sa charge tant par endettement que par apport de fonds propres, en ce inclus les frais financiers relatifs aux facilités de financement induites par les hypothèses limites d évolution des taux de référence et de l indice de revalorisation. Compte tenu de la durée prévue entre la date de signature du CP et la/les date(s) de fixation des taux (date au plus tôt, date au plus tard), l attributaire dimensionne les enveloppes des instruments de dettes et de fonds propres de manière à pouvoir faire face le cas échéant, avant la fixation des taux d intérêt, à une hausse de ces taux par rapport aux hypothèses indicatives de taux de base retenues dans le modèle à la date de signature. Ces hypothèses limites permettent de définir les montants maximum que l attributaire peut financer sur les différents types de crédit. La personne publique prend à sa charge le dépassement des emplois net maximum lié au dépassement d une des hypothèses limites. La date au plus tôt correspond à la fin du délai de purge qui est, en l absence de recours gracieux, estimée à quatre mois et demi 6. Il est précisé que la date de purge est matérialisée par un courrier de la personne publique à l attributaire confirmant qu à cette date, aucun recours contentieux ou gracieux ne lui a été notifié ou porté à sa connaissance. La date au plus tard correspond à la date de mise à disposition des ouvrages. Entre ces deux dates il est souhaitable que la personne publique ne soit pas exposée trop longtemps au risque de taux et dispose pour cela d un certain nombre de mécanismes de souplesse pour assurer au mieux la prévisibilité budgétaire du loyer immobilier. En particulier, la personne publique a la possibilité de fixer à des dates différentes et de façon progressive les taux correspondants aux différentes tranches de crédit long terme. L assiette du montant à fixer peut correspondre à une proportion ne couvrant pas la totalité du crédit si elle ne connait pas de façon définitive le montant à financer. Le titulaire a l obligation dans ce cas de 5 La personne publique peut se réserver la possibilité de reprendre en direct le contrat de swap souscrit par le titulaire afin d éviter toute interruption ou discontinuité du contrat 6 Quatre mois légaux (deux pour les requérants nationaux et deux de plus pour les requérants résidant à l étranger) plus quinze jours pour vérifier qu aucun recours n a été enregistré et obtenir une attestation de non recours 5

6 compléter ou d ajuster les instruments de couverture afin de couvrir 100% des montants tirés au plus tard aux dates de tirage des tranches Dailly et crédit projet, pour leur maturité totale. Cette cristallisation «balai» peut être néanmoins relativement complexe à gérer dans le modèle financier. La personne publique peut, simultanément à la fixation des taux longs, et si elle le souhaite, fixer également le taux du crédit construction, ce qui lui permet de connaître le montant à financer pour la fixation des facilités long terme. Ce montant à financer devra également intégrer l effet de l indexation et de la révision du coût d investissement à la date de cristallisation des taux. Le modèle financier est mis à jour régulièrement préalablement à la procédure de fixation des taux et jusqu à la date de fixation, avec une périodicité définie (par ex trimestrielle) selon les taux d intérêt réellement supportés par le partenaire privé pour chaque instrument de dette pendant la période de conception-réalisation. La procédure de fixation des taux de base définitifs est relativement standard lorsque la fixation des taux se fait à la demande de la personne publique : Notification à l attributaire, Mise à jour du modèle financier par le conseil financier de l attributaire avec PV de mise à jour du modèle signé par la personne publique et l attributaire, après vérification par le conseil financier de la personne publique. Réalisation d une ou plusieurs procédures test de fixation des taux («dry run»), mise à jour du modèle financier et transmission du modèle financier à la personne publique. La fixation des taux à la demande de l attributaire intervient : D une part lorsque les taux de base ont atteint dans un premier temps des seuils d alerte dont les niveaux sont définis dans le contrat, puis des seuils limite de fixation des taux, visant à déclencher automatiquement le processus de fixation dès que ces niveaux sont atteints, D autre part à l approche de la date au plus tard, considérée généralement comme la date contractuelle de mise en service. 6

7 3. Problématique de la fixation des taux en cas d existence d un recours La MAPPP considère que la capacité de la personne publique à déclencher, si elle le souhaite, la fixation des taux auprès des banques de swaps doit aller de pair avec le maintien par les banques prêteuses de la disponibilité des financements nécessaires à la poursuite du contrat. A ce titre, la conséquence d un recours est plus large que la seule question de la fixation des taux, et la problématique des swaps est souvent réglée au sein des discussions plus globales avec le titulaire, visant à traiter de la conséquence de la survenance d un recours. Il est à noter que, dans l hypothèse d une fixation des taux après la signature du contrat, le mécanisme permettant cette fixation en présence d un recours doit s organiser dans le contrat de partenariat, mais peut être réitéré via un accord séparé. Ce schéma n est généralement accepté par les banques de swap que si celles-ci s estiment suffisamment garanties, notamment à travers les termes de l accord ou des contregaranties des actionnaires, de ne courir aucun risque financier en cas de débouclage des instruments de couverture. En tout état de cause, les conditions pour permettre la poursuite du projet, via notamment le maintien des financements et la possibilité de cristalliser les taux, s ils n ont pas été fixés à la signature, doivent être négociées préalablement à la signature et prévoir explicitement des engagements réciproques des parties concernées. Il sera en effet beaucoup plus difficile pour la personne publique d obtenir des engagements du titulaire ou de ses prêteurs une fois le contrat signé, surtout si le contrat prévoit que la survenance d un recours peut être considéré par le titulaire comme une cause légitime de retard, l exonérant de ses responsabilités contractuelles notamment en matière de financement. 7

8 4. Le type d instrument de couverture: Les instruments de couverture souscrits par le titulaire sont définis préalablement. Il peut s agir de : Swap taux fixe contre taux variable à départ immédiat pour les facilités court terme Swap amortissable taux fixe contre taux variable à départ différé pour les facilités long terme Produits optionnels de taux : caps, floors, swaptions. Ces mécanismes, qui doivent permettre de limiter le coût de la couverture, sont cependant à utiliser avec précaution s ils ne sont pas bien maîtrisés par l entité publique. 5. Conclusion La problématique de fixation des taux est liée à la façon dont la personne publique souhaite gérer les différents types de risques de taux à laquelle elle est exposée dès la date de signature du contrat. La MAPPP recommande d aménager un mécanisme permettant de fixer les taux de manière «souple» sur la période de construction mais en maintenant un engagement ferme du titulaire et de ses banques de fixer les taux à la demande de la personne publique, y compris en cas de recours. Deux approches sont possibles à la date de signature du contrat : 1. Le loyer est fixé a priori et ne peut être modifié sans débouclage des swaps : La fixation des taux a lieu à la date de signature, ce qui entraine une exposition pour la personne publique aux deux risques principaux suivants : Le risque d une annulation du contrat tant que subsiste la possibilité d un recours, Le risque de retard dans les travaux. Les banques de couverture demandent à la personne publique, pour prendre en compte le risque de recours contre le contrat, la mise en place d une documentation juridique spécifique et autonome, tout en réclamant une contre garantie à l attributaire. 2. Le loyer n est pas connu et le risque de taux est transféré à la personne publique avec la possibilité pour celle-ci de mise en place progressive des instruments de couverture selon des modalités définies au contrat : Cette approche nécessite de la part de la personne publique de définir a priori dans le contrat les niveaux de taux cohérents avec la soutenabilité budgétaire du projet et le niveau de ses autorisations d engagement (AE), et de mettre en place un suivi en temps réel de l évolution des conditions de marché. Il revient à la personne publique de comparer les avantages et inconvénients de chacune des approches possibles, au regard des contraintes inhérentes au projet (appréciation des délais et risques de retard pour cause légitime), de l impact d une variabilité des loyers sous différentes hypothèses d évolution des taux, et du coût estimé des mécanismes de souplesse envisagés pour tenir compte de ce risque de taux. ************************************** 8

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE REUNION DU CONSEIL GENERAL DU 21 DECEMBRE 2012 BP 2013 COMMISSION DES FINANCES ET DU PARC DU FUTUROSCOPE Direction Générale Adjointe Fonctionnelle Direction Générale Adjointe

Plus en détail

ANNEXE 8 - Plan de financement et description des instruments de financement

ANNEXE 8 - Plan de financement et description des instruments de financement ANNEXE 8 - Plan de financement et description des instruments de financement A- Structure de financement en période de construction Jusqu à la Date Effective de Prise de Possession, le Titulaire recourt

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

L intervention des banques dans les montages en PPP / DSP. Journée d étude «Faire ou faire faire» 21 juin 2007

L intervention des banques dans les montages en PPP / DSP. Journée d étude «Faire ou faire faire» 21 juin 2007 1 L intervention des banques dans les montages en PPP / DSP Journée d étude «Faire ou faire faire» 21 juin 2007 2 Sommaire 1. Contexte actuel des marchés financiers 2. L analyse financière des projets

Plus en détail

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ 5 MARS 2009 Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés 1/11

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

MODELE D'ACTE D'ACCEPTATION. [Sur papier en-tête de la Personne Publique]

MODELE D'ACTE D'ACCEPTATION. [Sur papier en-tête de la Personne Publique] MODELE D'ACTE D'ACCEPTATION [Sur papier en-tête de la Personne Publique] Acte d acceptation de la cession ou du nantissement d une créance professionnelle (soumis aux dispositions de l article L. 313-29

Plus en détail

Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL)

Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL) 1. Informations sur le prêt Instructions pour compléter le formulaire de sélection des conditions du prêt Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL) 1a. Nom du pays : le nom officiel du pays

Plus en détail

DELEGATION AU MAIRE AU TITRE DE L'ARTICLE L2122-22 DU CGCT - RECOURS A L'EMPRUNT - GESTION ACTIVE DE LA DETTE

DELEGATION AU MAIRE AU TITRE DE L'ARTICLE L2122-22 DU CGCT - RECOURS A L'EMPRUNT - GESTION ACTIVE DE LA DETTE R E S S O U R C E S DELEGATION AU MAIRE AU TITRE DE L'ARTICLE L2122-22 DU CGCT - RECOURS A L'EMPRUNT - GESTION ACTIVE DE LA DETTE Finances PR/MB CONSEIL MUNICIPAL 5 décembre 2011 Par délibérations des

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 9 AVRIL 2015. FINANCES Délégation du Conseil municipal au Maire en matière d'emprunts EXPOSE DES MOTIFS

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 9 AVRIL 2015. FINANCES Délégation du Conseil municipal au Maire en matière d'emprunts EXPOSE DES MOTIFS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 9 AVRIL 2015 POINT FINANCES Délégation du Conseil municipal au Maire en matière d'emprunts EXPOSE DES MOTIFS La décision de recourir à l emprunt relève de la compétence du

Plus en détail

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT :

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : 1. Un prêteur peut-il décider librement de proposer ou non des contrats de prêt avec bonification d intérêt aux consommateurs et donc de s engager volontairement

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

Document d information des prêts du Crédit Foncier

Document d information des prêts du Crédit Foncier Document d information des prêts du Crédit Foncier Valable à compter du 20 février 2012 Ce document vous est remis dans le cadre de l acquisition de votre résidence principale. Ce document a pour objectif

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit à la consommation

L essentiel sur. Le crédit à la consommation L essentiel sur Le crédit à la consommation Prêt personnel Prêt affecté Crédit renouvelable Qu est ce que c est? Le crédit à la consommation sert à financer l achat de biens de consommation (votre voiture,

Plus en détail

MAPPP/12-14 02/10/2012. Modalités de mise en œuvre du cofinancement public d un CP

MAPPP/12-14 02/10/2012. Modalités de mise en œuvre du cofinancement public d un CP MAPPP/12-14 02/10/2012 Modalités de mise en œuvre du cofinancement public d un CP L article 14 de la loi n 2009-179 du 17 fév.2009 dispose que : «/. Le contrat de partenariat est un contrat administratif

Plus en détail

Le regroupement de crédits, la solution?

Le regroupement de crédits, la solution? JANVIER 2014 N 28 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le regroupement de crédits, la solution? Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013 1 Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires Jeudi 6 juin 2013 2 L assemblée nationale a voté dans la nuit du 5 au 6 juin 2013 en seconde lecture le projet de loi

Plus en détail

LES CONTRATS DE PRESTATION DE SERVICE À EXÉCUTION ÉCHELONNÉE

LES CONTRATS DE PRESTATION DE SERVICE À EXÉCUTION ÉCHELONNÉE Fiche technique réglementaire Version du 7 décembre 2006 LES CONTRATS DE PRESTATION DE SERVICE À EXÉCUTION ÉCHELONNÉE 1. CADRE JURIDIQUE 1.1. DÉFINITION DU CONTRAT Le Code Civil définit le contrat comme

Plus en détail

TAUX FIXE, TAUX INDEXE

TAUX FIXE, TAUX INDEXE Catégories d emprunts Mobiliser un emprunt, c est essentiellement choisir un taux, une durée, un profil d amortissement et une périodicité. Nous décrivons ci-dessous les différentes modalités qui s offrent

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

La convention AERAS en 10 points-clés

La convention AERAS en 10 points-clés La convention AERAS en 10 points-clés Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com Crédit LA CONVENTION AERAS S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé 1. Qu est ce que la convention AERAS? 2. Comment fonctionne le dispositif, quels sont les types de prêts concernés? 3.

Plus en détail

Financement d infrastructures publiques. Réflexions sur les conditions actuelles de financement des PPP

Financement d infrastructures publiques. Réflexions sur les conditions actuelles de financement des PPP Financement d infrastructures publiques Réflexions sur les conditions actuelles de financement des PPP Juillet 009 Optimisation du financement des contrats de partenariat Éléments de contexte Dans le contexte

Plus en détail

Les prêts immobiliers

Les prêts immobiliers Les prêts immobiliers Prêt amortissable : il y a un remboursement planifié du capital selon un calendrier déterminé. L'amortissement du crédit immobilier est étalé dans le temps (crédit amortissable classique).

Plus en détail

MODÈLE DE FICHE STANDARDISÉE D INFORMATION. Assurance emprunteur des prêts immobiliers (Ce document n a pas de valeur contractuelle)

MODÈLE DE FICHE STANDARDISÉE D INFORMATION. Assurance emprunteur des prêts immobiliers (Ce document n a pas de valeur contractuelle) MODÈLE DE FICHE STANDARDISÉE D INFORMATION Assurance emprunteur des prêts immobiliers (Ce document n a pas de valeur contractuelle) 1. Le distributeur Nom :.. Dénomination sociale : Adresse :.. Tél....

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

IV - ANNEXES ELEMENTS DU BILAN - ETAT DE LA DETTE - DETAIL DES CREDITS DE TRESORERIE

IV - ANNEXES ELEMENTS DU BILAN - ETAT DE LA DETTE - DETAIL DES CREDITS DE TRESORERIE - ANNEXES ELEMENTS DU BILAN - ETAT DE LA DETTE - DETAIL DES CREDITS DE TRESORERIE A2.1 Nature (Pour chaque ligne, indiquer le numéro de contrat) A2.1 - DETAIL DES CREDITS DE TRESORERIE (1) Montant des

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Habitat construction Caisse de garantie du logement locatif social Délibération n o 2005-61 du 21 décembre 2005 du conseil d administration de la Caisse de garantie du logement

Plus en détail

Principales modalités des prêts de la BIRD

Principales modalités des prêts de la BIRD BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DÉVELOPPEMENT B I R D Principales modalités des prêts de la BIRD DÉPARTEMENT DES PRODUITS ET DES SERVICES FINANCIERS TÉLÉPHONE : +1 202 458 1122 TÉLÉCOPIE

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Concertation A31bis : Focus thématique sur le financement. Les principes d une concession autoroutière. 20 Mai 2015

Concertation A31bis : Focus thématique sur le financement. Les principes d une concession autoroutière. 20 Mai 2015 Direction Générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer Direction des infrastructures de transport Département PPP infrastructures & transports Concertation A31bis : Focus thématique sur le

Plus en détail

Les partenariats public-privé (PPP) au service du développement régional Cadre juridique des PPP Béatrice MAJZA Avocat associé

Les partenariats public-privé (PPP) au service du développement régional Cadre juridique des PPP Béatrice MAJZA Avocat associé Les partenariats public-privé (PPP) au service du développement régional Cadre juridique des PPP Béatrice MAJZA Avocat associé 1 1. Qu est-ce qu un PPP? 2. Principaux montages en PPP en droit français.

Plus en détail

S o u t i e n à l é c o n o m i e - VOLET PPP -

S o u t i e n à l é c o n o m i e - VOLET PPP - S o u t i e n à l é c o n o m i e - VOLET PPP - P r o p o s i t i o n s d e m e s u r e s p o u r l e d é v e l o p p e m e n t e t l e f i n a n c e m e n t d e s P P P Objectifs : - Maintenir le niveau

Plus en détail

La convention AERAS en 10 questions-réponses

La convention AERAS en 10 questions-réponses La convention AERAS en 10 questions-réponses Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l'assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

(en millions d euros) 2012 2011 2010

(en millions d euros) 2012 2011 2010 D.16. INTÉRÊTS NON CONTRÔLANTS Les intérêts non contrôlants dans les sociétés consolidées se décomposent comme suit : 2012 2011 2010 Intérêts non contrôlants de porteurs d actions ordinaires : BMS (1)

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES PYRENEES-ATLANTIQUES Maison des Communes - B.P. 609 64006 PAU CEDEX Tél : 05 59 84 40 40 Télécopie : 05 59 84 11 98 Internet : www.cdg-64.fr GA/2/10/MLO

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

11 juillet 2014. 1. La capacité pour les collectivités de recouvrer les coûts d investissements ;

11 juillet 2014. 1. La capacité pour les collectivités de recouvrer les coûts d investissements ; Contribution de la Caisse des Dépôts à la consultation publique de l ARCEP sur le modèle générique de tarification de l accès aux réseaux en fibre optique jusqu à l abonné en dehors des zones très denses

Plus en détail

Le financement de l installation

Le financement de l installation Le financement de l installation Les relations bancaires Le budget prévisionnel Les financements 2 ème Edition du Salon Européen de l Ostéopathie 31 mars et 1 er avril 2012 PUBLIC Sommaire 1. Un contexte

Plus en détail

1. Objet et champ d application de l avis

1. Objet et champ d application de l avis Avis n 2012 04 du 3 juillet 2012 sur la comptabilisation des dettes financières et des instruments dérivés des entités à comptabilité publique relevant du code général des collectivités territoriales,

Plus en détail

LA DECISION DE FINANCEMENT

LA DECISION DE FINANCEMENT o o o o o o o Séance 1 : Les critères de sélection des modes de financement. Séance : Exercices sur le coût d une source de financement. Séance 3 : Contrôle. Séance 4 : Le choix d une structure optimale

Plus en détail

- 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE. Connaissance des caractéristiques des moyens de financement des investissements.

- 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE. Connaissance des caractéristiques des moyens de financement des investissements. - 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE Objectif(s) : o Choix du financement des investissements ; o Coût du financement. Pré-requis : o Modalités : Connaissance des caractéristiques

Plus en détail

Epargne. CONNAÎTRE mes produits bancaires. Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien. Revenus. Budget FICHE N 3

Epargne. CONNAÎTRE mes produits bancaires. Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien. Revenus. Budget FICHE N 3 FICHE N 3 Dépenses Budget CONNAÎTRE mes produits bancaires Epargne Revenus Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien connaître les produits bancaires et assurantiels que nous détenons. Cartes

Plus en détail

ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP

ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER VILLE DE METZ GESTION DES INVESTISSEMENTS PAR AUTORISATIONS DE PROGRAMME ET CREDITS DE PAIEMENT La

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT

Plus en détail

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 1 er avril 2015 au 31 mars 2018 Date : mars 2015 1 PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES

Plus en détail

DEMANDER LE DOSSIER D ADHESION A assurances@cigversailles.fr

DEMANDER LE DOSSIER D ADHESION A assurances@cigversailles.fr DEMANDER LE DOSSIER D ADHESION A assurances@cigversailles.fr CONVENTION D'ADHESION A LA CONVENTION DE PARTICIPATION A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE 2013-2018 SOUSCRITE PAR LE CIG GRANDE COURONNE

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

Le microcrédit personnel accompagné

Le microcrédit personnel accompagné OCTOBRE 2013 N 36 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le microcrédit personnel accompagné Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE A L'OCTROI D'UN PRÊT «CRAC» CONCLU DANS LE CADRE DU FINANCEMENT ALTERNATIF DES INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE

CONVENTION RELATIVE A L'OCTROI D'UN PRÊT «CRAC» CONCLU DANS LE CADRE DU FINANCEMENT ALTERNATIF DES INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE 1 CONVENTION RELATIVE A L'OCTROI D'UN PRÊT «CRAC» CONCLU DANS LE CADRE DU FINANCEMENT ALTERNATIF DES INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE ENTRE Le/La (dénomination de l emprunteur) représenté(e) par

Plus en détail

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers :

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers : Fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains établissements publics ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés à risque les plus sensibles I. Description

Plus en détail

Le Bail commercial : Révision des loyers.

Le Bail commercial : Révision des loyers. Le Bail commercial : Révision des loyers. Article L145-38 du Code de commerce «La demande en révision ne peut être formée que trois ans au moins après la date d'entrée en jouissance du locataire ou après

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Prêt immobilier. Foncier Objectif i. Un taux attractif. Des mensualités sécurisées. Des conditions rêvées pour devenir propriétaire

Prêt immobilier. Foncier Objectif i. Un taux attractif. Des mensualités sécurisées. Des conditions rêvées pour devenir propriétaire Prêt immobilier Un taux attractif Des mensualités sécurisées Foncier Objectif i Des conditions rêvées pour devenir propriétaire Des conditions rêvées pour devenir propriétaire Pour votre nouveau logement,

Plus en détail

Investir dans la pierre

Investir dans la pierre GE Money Bank Financements immobiliers Investir dans la pierre GE imagination at work* *GE l imagination en action Investir dans la pierre Vous avez fait le choix d un investissement immobilier locatif,

Plus en détail

Le financement des PPP en France. François Tenailleau

Le financement des PPP en France. François Tenailleau Le financement des PPP en France François Tenailleau Thèmes de l intervention I. Les principales structures de financement II. Un outil important : la cession Dailly acceptée III. L adaptation de ces schémas

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Compte d opérations monétaires. Pertes et bénéfices de change

Compte d opérations monétaires. Pertes et bénéfices de change Compte d opérations monétaires Pertes et bénéfices de change Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 2 COUR DES COMPTES Pertes et bénéfices de change LFI Exécution 1 Ecart Recettes 25 M 19,3 M -5,7

Plus en détail

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales Commission de médiation de la convention AERAS 18 décembre 2012 Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales A Conditions d éligibilité 1) Condition de ressources Cette condition

Plus en détail

EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES

EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES Carole Uzan Autorité des Marchés Financiers Direction de la Régulation et des Affaires Internationales INTRODUCTION LES PRINCIPALES ÉTAPES

Plus en détail

CREDIT D IMPOT SUR LES INTERETS D EMPRUNT SUPPORTES A RAISON DE L ACQUISITION OU DE LA CONSTRUCTION DE LA RESIDENCE PRINCIPALE. Questions / Réponses

CREDIT D IMPOT SUR LES INTERETS D EMPRUNT SUPPORTES A RAISON DE L ACQUISITION OU DE LA CONSTRUCTION DE LA RESIDENCE PRINCIPALE. Questions / Réponses CREDIT D IMPOT SUR LES INTERETS D EMPRUNT SUPPORTES A RAISON DE L ACQUISITION OU DE LA CONSTRUCTION DE LA RESIDENCE PRINCIPALE Questions / Réponses Qui peut bénéficier du crédit d impôt? Faut-il remplir

Plus en détail

NANTES - Séminaire BEST- Coopération Public-Privé LE NOUVEAU STADE DE BORDEAUX

NANTES - Séminaire BEST- Coopération Public-Privé LE NOUVEAU STADE DE BORDEAUX NANTES - Séminaire BEST- Coopération Public-Privé LE NOUVEAU STADE DE BORDEAUX bordeaux.fr 1 ELEMENTS DE CONTEXTE L obsolescence d un stade mythique: Le Stade Chaban Delmas et ses 4 Coupes du monde : 1938,

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AVANCES À DIVERS SERVICES DE L ÉTAT OU ORGANISMES GÉRANT DES SERVICES PUBLICS

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AVANCES À DIVERS SERVICES DE L ÉTAT OU ORGANISMES GÉRANT DES SERVICES PUBLICS PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AVANCES À DIVERS SERVICES DE L ÉTAT OU ORGANISMES GÉRANT DES SERVICES PUBLICS Version du 07/10/2014 à 08:46:18 PROGRAMME 823 : AVANCES À DES ORGANISMES

Plus en détail

N Titre. En application de l Article 4.3.0.1 et du Chapitre 3 du Titre IV des Règles de la Compensation.

N Titre. En application de l Article 4.3.0.1 et du Chapitre 3 du Titre IV des Règles de la Compensation. N Titre LCH.Clearnet SA Instruction V.4-2 LE FONDS DE GESTION DE LA DEFAILLANCE PENSIONS LIVREES TRIPARTITES En application de l Article 4.3.0.1 et du Chapitre 3 du Titre IV des Règles de la Compensation.

Plus en détail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail Chapitre 25 Le financement par crédit-bail Introduction La location d actifs par une entreprise s appelle le créditbail. Celle-ci présente les mêmes caractéristiques que la location d un bien par un particulier

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M A, le Objet : Mise en place de garanties collectives

Plus en détail

VOTRE RÉFLEXE. octobre. Fonds à formule Présentant un risque de perte en capital

VOTRE RÉFLEXE. octobre. Fonds à formule Présentant un risque de perte en capital Fonds à formule Présentant un risque de perte en capital PEA, compte-titres, assurance-vie (y compris Fourgous), PERP airbag octobre 2015 VOTRE RÉFLEXE ÉPARGNE Commercialisation du 28 septembre au 12 décembre

Plus en détail

VILLE D'ASNIERES SUR SEINE. Synthèse de la Dette

VILLE D'ASNIERES SUR SEINE. Synthèse de la Dette VILLE D'ASNIERES SUR SEINE Synthèse de la Dette Vous avez 34 emprunts (hors agence de l eau et CAF) répartis auprès de 5 établissements prêteurs. Votre dette globale est de : 186 380 495.85 Son taux moyen

Plus en détail

Emetteur : Conformité 1/5

Emetteur : Conformité 1/5 Groupe QUILVEST BANQUE PRIVEE POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES Octobre 2011 Emetteur : Conformité 1/5 Introduction Conformément aux articles 314-75 et 314-75-1 du Règlement Général de l Autorité des Marchés

Plus en détail

LE CREDIT DOCUMENTAIRE

LE CREDIT DOCUMENTAIRE LE CREDIT DOCUMENTAIRE Le crédit documentaire est l engagement d une banque de payer un montant déterminé au fournisseur d une marchandise ou d une prestation, contre remise, dans un délai fixé, de documents

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

LES ARCHITECTES FRANÇAIS ET L INTERNATIONAL

LES ARCHITECTES FRANÇAIS ET L INTERNATIONAL HMONP ENSA-V NOVEMBRE 2013 LES ARCHITECTES FRANÇAIS ET L INTERNATIONAL ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL PROBLEMATIQUES CONTRACTUELLES # 0 LES PARTIES / CONTEXTE - le client (promoteur privé, autorité publique,

Plus en détail

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts.

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts. AVIS DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS CONCERNANT LES PRÊTS À EFFET DE LEVIER LORS D ACHAT DE TITRES D ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF ET DE FONDS DISTINCTS Référence : Bulletin de l Autorité : 2009-10-09,

Plus en détail

LE CHAMP D APPLICATION

LE CHAMP D APPLICATION LES TEXTES Loi n 2001-420 du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (art. 54 et 55) Décret n 2002-231 du 21 février 2002 modifiant le décret du 7 mars 2001 portant code des marchés

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Textes de référence : articles 314-44, 314-46, 314-47, 314-51 à 314-53 et 325-7 du règlement général de l AMF 1.

Plus en détail

ANNEXE I. Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale

ANNEXE I. Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale ANNEXE I Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale Le Département des Hauts-de-Seine substitue, à titre expérimental, au titre

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

1. Définition des fonds propres : rapport résultant de l affectation du bénéfice (article 14, 1, 1 a), ii) du règlement relatif aux fonds propres)

1. Définition des fonds propres : rapport résultant de l affectation du bénéfice (article 14, 1, 1 a), ii) du règlement relatif aux fonds propres) ANNEXE A LA LETTRE DU 11 JUIN 2002 : COMMENTAIRE DE L ARRETE DE LA COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE DU 5 DECEMBRE 1995 CONCERNANT LE REGLEMENT RELATIF AUX FONDS PROPRES DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT. 1.

Plus en détail

Prime de service et de rendement (P.S.R.)

Prime de service et de rendement (P.S.R.) Prime de service et de rendement (P.S.R.) 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 15 janvier 2014 Références : Décret

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

I. Vous devez commencez par prendre l espérance de vie du vendeur.

I. Vous devez commencez par prendre l espérance de vie du vendeur. Vous voulez déterminer une rente viagère d un bien libre de toute occupation, une valeur d un bien occupé la vie durant du vendeur et la rente viagère correspondante : Vous devez intégrer de multiples

Plus en détail

ACCORD EUROPÉEN SUR UN CODE DE CONDUITE VOLONTAIRE RELATIF À L'INFORMATION PRÉCONTRACTUELLE CONCERNANT LES PRÊTS AU LOGEMENT (CI-APRÈS "L'ACCORD")

ACCORD EUROPÉEN SUR UN CODE DE CONDUITE VOLONTAIRE RELATIF À L'INFORMATION PRÉCONTRACTUELLE CONCERNANT LES PRÊTS AU LOGEMENT (CI-APRÈS L'ACCORD) ACCORD EUROPÉEN SUR UN CODE DE CONDUITE VOLONTAIRE RELATIF À L'INFORMATION PRÉCONTRACTUELLE CONCERNANT LES PRÊTS AU LOGEMENT (CI-APRÈS "L'ACCORD") L'accord a été négocié et adopté par les associations

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Comptes et plans d épargne-logement

Comptes et plans d épargne-logement Page 1 of 6 Alerte Banques n 2 - avril 2006 ARCHIVES I IMPRIMER Comptes et plans d épargne-logement L avis du CNC relatif à la comptabilisation des CEL et PEL pose le principe suivant : les conséquences

Plus en détail

CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE SEINE-ET-MARNE

CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE SEINE-ET-MARNE Page 1/5 CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE SEINE-ET-MARNE Séance du jeudi 2 avril 2015 OBJET : DÉLIBÉRATION N CD-2015/04/02-0/07 Accusé de réception Ministère de l intérieur Acte Certifié exécutoire Envoi Préfecture

Plus en détail

MARCHE N emp 2014-2. Objets de la consultation :

MARCHE N emp 2014-2. Objets de la consultation : MARCHE N emp 2014-2 Objets de la consultation : OBJET : EMPRUNT DE 4.000.000 maximum ET DE 1.300.000 minimum POUR LE FINANCEMENT DE LA CONSTRUCTION D UN CFA A SAINT LÔ (50) MARCHE PUBLIC APPEL D OFFRES

Plus en détail

Guide de la notation 2014

Guide de la notation 2014 Guide de la notation 2014 Saint Martin d Hères, le 31 décembre 2014 Note d information n 14.43 Nos réf. : SF/SA Contact : carrieres@cdg38.fr Nous vous transmettons la procédure concernant la notation au

Plus en détail

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Le co-commissariat aux comptes Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Sommaire 1- Désignation 2- Définitions 3- Interventions des co-commissaires aux comptes 4- Conclusion

Plus en détail

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Le prêt relais Sur un marché immobilier qui tend à se réguler, faire coïncider la date de vente avec celle de l achat d un bien devient difficile. De nombreux

Plus en détail