DUMOULIN, M. LAGACHE, M. DIAZ, M. PANNIER (remplacé par M. POUSSE), M. JOURDAIN, M. GAIGNON, M. LARDEUX, Mme GAIGNON conseillers communautaires.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DUMOULIN, M. LAGACHE, M. DIAZ, M. PANNIER (remplacé par M. POUSSE), M. JOURDAIN, M. GAIGNON, M. LARDEUX, Mme GAIGNON conseillers communautaires."

Transcription

1 -CONSEIL COMMUNAUTAIRE Mardi 21 Janvier 2014 COMMUNAUTE DE COMMUNES L OREE DE BERCE- BELINOIS Etaient présents : M. FRESLON (Président), M. GOUHIER, M. CHOPARD, Mme RAUDIN, M GERAULT, M. BOULAY, Mme DUPONT, M. LANGLOIS, Mme JAVELLE, M. HUMEAU, M. LEROUX, Mme FREULON, Mme SERGENT, M. FEUFEU, M. BIZERAY, M. EDE, Mme THOMAS, M. LECOMTE, Mme CLAUDE, M. POUSSE, M. ROCHER, M. BOISSEAU conseillers communautaires. Etaient absents / excusés :, Mme BLOSSIER, M. FOUQUERAY (remplacé par Mme JAVELLE), M. DUMOULIN, M. LAGACHE, M. DIAZ, M. PANNIER (remplacé par M. POUSSE), M. JOURDAIN, M. GAIGNON, M. LARDEUX, Mme GAIGNON conseillers communautaires. Arnaud CHOPLAIN (Responsable service environnement) Anne-Cécile HELBERT (Responsable développement local) Olivier PINEAU (Directeur) Monsieur Bruno LECOMTE est élu à l unanimité secrétaire de séance. Monsieur FRESLON reprend les comptes rendus des conseils des 17 et 23 décembre 2013 qui sont approuvés à l unanimité. Il présente ensuite l ordre du jour. 1/ Débat d Orientation Budgétaire LES OBJECTIFS DU DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE Ce débat doit permettre à l assemblée délibérante :. de discuter des orientations budgétaires de l exercice et des engagements pluriannuels qui préfigurent les priorités du budget primitif. (Perspectives nationales, contexte financier et budgétaire, environnement économique local et national ). d être informé sur l évolution de la situation financière de la collectivité : 1

2 - perspectives pour l année à venir - prévision pluriannuelle des investissements - évolution des principaux postes budgétaires - marges de manœuvre (épargne, fiscalité, endettement). de s exprimer sur la stratégie financière de leur collectivité. Le DOB ne donne pas lieu à un vote. Lors de cette séance de conseil, vous ont été présentés les documents suivants. CONTEXTE ET PERSPECTIVES ECONOMIQUES POUR Un contexte de crise nationale. Une volonté affirmée du gouvernement de réduire la dette publique du pays. La loi de finances 2014 et des mesures intéressant le secteur local Malgré une prévision de croissance de +0,9% en 2014 contre +0,1% en 2013, le projet de loi de finances (PLF) 2014 prévoit la mise en œuvre d un pacte de confiance et de responsabilité avec les collectivités locales et procède ainsi à la diminution de 1,5 Md des concours de l état aux collectivités. Dans ce contexte, les orientations budgétaires 2014 s articulent autour des objectifs suivants : L optimisation des moyens, La garantie de préservation des équilibres financiers permettant la réalisation de projets d investissement structurants. Ainsi, la Communauté de communes poursuivra en 2014 les projets engagés en Pour financer ces projets et espérer préserver des marges de manœuvre pour le nouveau mandat, la Communauté de communes devra appliquer une gestion financière rigoureuse en mettant l accent sur la maîtrise des charges de fonctionnement. L EVOLUTION RETROSPECTIVE DE LA SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES (budget général) Une diminution du niveau d épargne L Epargne brute permet de mesurer la capacité de la section de fonctionnement à dégager de l excédent et donc à financer la section d investissement. Le montant de l épargne brute doit être supérieur au montant du capital de la dette -> une collectivité ne peut s endetter pour rembourser la dette. L épargne brute de la communauté de communes est passée de en 2010 à en

3 L épargne nette (épargne brute-remboursement du capital de la dette) a naturellement diminué passant de à en La capacité de désendettement correspondant à la durée nécessaire en nombre d années pour rembourser la dette si la totalité de l autofinancement dégagé (épargne brute) y est consacrée a augmenté entre 2010 et 2012 passant de 1.39 ans à 2.05 ans. Pas d effet ciseau Depuis 2010, les recettes de fonctionnement évoluent de manière plus importante que les dépenses. La maîtrise des dépenses a permis à la communauté de communes d éviter un effet de ciseau et de dégager des marges financières nécessaires au financement des projets d investissement du territoire. La dette Au 31/12/2013, la dette de la communauté de communes s établit à L endettement par habitant est passé de à LES EVOLUTIONS POUR 2014 Des dépenses en diminution (-3.42%) mais contraintes L évolution des dépenses de fonctionnement sera maîtrisée pour Elles diminueront de 3.42% par rapport à Les élus ont également demandé à ce qu une diminution de 3% supplémentaire soit également recherchée. Le versement des cotisations aux 4 syndicats (SCOT, SMGV, SMIDEN, Pays du Mans) est de Une diminution des attributions de compensation versée aux communes est prévue au budget prévisionnel du fait du départ de la commune de Guécélard ( ). La subvention au CIAS prévue dans la prospective 2014 est de (contre en 2013) et intègre les TAP issus de la réforme des rythmes scolaires. Des recettes en nette diminution (-19.27%) La DGF Le montant de la DGF 2014 sera en nette diminution par rapport à Globalement, le produit de DGF 2014 est estimé à soit une diminution de par rapport à Cela est dû au départ de Guécélard, à une baisse de notre dotation par habitant du fait d un mauvais coefficient d intégration fiscale (CIF) ainsi qu à la réfaction appliquée par l Etat estimée pour cette année à (1,5 milliard au niveau national). 3

4 Les compensations fiscales L effort de redressement des finances publiques demandé par le gouvernement aux collectivités locales à travers le PLF 2014 se traduira par une baisse des compensations fiscales. Par ailleurs, la communauté de communes continuera à contribuer au FNGIR mais dans une moindre mesure (baisse de ). En 2014, la communauté de communes continuera à bénéficier du FPIC. Le montant estimé est de Enfin, en ce qui concerne la dotation de compensation une baisse de est à prévoir en Cette dotation a été recalculée sans la commune de Guécélard plus une baisse de 7% soit contre en Les subventions La subvention de la CAF pour l enfance-jeunesse est estimée à contre en Celle du Conseil Général devrait être stable. Quant aux subventions concernant la réforme des rythmes scolaires se pose un problème de versement à l EPCI, l Etat ne reconnaissant que les communes. Elles sont estimées à pour Les impôts économiques Les recettes issues des entreprises, notamment la CVAE (Cotisation sur la valeur ajoutée) et la CFE (Cotisation foncière des entreprises), diminueront en 2014 (-12% au global). Cette baisse est notamment due à la fermeture d entreprises du territoire. La fermeture de Belipa engendre une diminution de de CFE et celle d IPS de Le PLF 2014 prévoit un nouveau barème de base minimum de la CFE à 6 tranches allant de 210 à Ce barème plus favorable aux petites entreprises s appliquera en La communauté de communes doit délibérer sur le niveau de base minimum pour éviter une perte de recette supplémentaire de En ce qui concerne le produit des IFER (Imposition Forfaitaire sur les Entreprises de Réseaux) et de la TASCOM (TAxe sur les Sufaces COMmerciales), il est supposé constant pour La perte de produit fiscal économique est donc estimée à dont dus au départ de Guécélard. Les impôts ménages Les produits de TH et de foncier devraient diminuer également de 12% soit Cette baisse est due au départ de la commune de Guécélard au 01/01/2014. Les prévisions d évolution de la fiscalité font donc apparaître une baisse de de recettes fiscales dont dévolus au départ de la commune de Guécélard. L impact de ce départ est en partie compensé par une baisse de notre cotisation au FNGIR ( ) ce qui fait que la perte fiscale nette liée au départ de Guécélard est de

5 L épargne brute sera en très forte diminution passant de en 2013 à en Dans la situation actuelle, la capacité de désendettement en années passera de 2.05 ans en 2013 à ans en Cette situation s aggravera encore dans les années à venir nous obligeant à trouver rapidement des solutions pour réaugmenter notre capacité d épargne. DES SOLUTIONS ENVISAGEES L évolution de la pression fiscale est une solution écartée pour le moment par les élus communautaires. Par contre, une majorité se dégage pour : - Une recherche d économie de 3% sur le budget général (démarche en cours dans les services), - Un gel du versement du montant du FPIC en 2014 à hauteur de 2013 pour les communes, - Une réduction des attributions de compensation, avec une compensation possible par des fonds de concours, - Des transferts de compétences à envisager rapidement : Lorsque des communes transfèrent à la communauté de communes une compétence, celle-ci fait l'objet d'une évaluation de charges (nettes de recettes), qui sera retranchée des attributions de compensation. Ce mécanisme a vocation de transférer à l'epci les moyens financiers d'exercer la nouvelle compétence. En effet, lorsque les attributions de compensation (AC) sont révisées suite à des transferts de charges, le montant global des AC est automatiquement diminué, venant ainsi jouer positivement sur le CIF et par mécanisme sur le montant de DGF perçu. La problématique pour la communauté de communes est qu il n y a eu que la piscine comme transfert de compétences depuis le passage en FPU (Fiscalité Professionnelle Unique), ce qui fait que la CdC reverse encore aujourd hui aux communes la somme de (y compris les AC négatives de St Biez et de St Ouen). LES BUDGETS ANNEXES DECHETS et SPANC Le budget 2014 a été présenté au Conseil communautaire en décembre Le budget fait apparaître un excédent de plus de Quant au budget annexe SPANC, les contrôles facturés permettent un remboursement des frais au budget annexe déchets, qui prend en charge le salaire et les frais de déplacement d Arnaud Choplain. LA POURSUITE DES INVESTISSEMENTS EN 2014 Pour assurer le financement des Investissements, il existe 3 ressources principales : - l autofinancement, recettes réelles de fonctionnement - dépenses réelles de fonctionnement - annuité en capital de la dette. 5

6 - les recettes de la section d investissement : subventions, FCTVA, dotations de l Etat et d autres organismes. - l emprunt - pour la construction ou des travaux importants sur un bâtiment qui s inscrivent pour une durée de 15 à 20 ans - pour la rénovation d un bâtiment, en contre partie d un loyer... Développement économique Pour mémoire le budget annexe du petit Raidit a été clôturé en Il reste aujourd hui, 3 budgets annexes en développement économique. Les travaux prévus sur la ZAC de la Belle Etoile s autofinanceront presque avec l excédent budgétaire reporté. Un versement de du budget général est toutefois à prévoir. Le budget annexe pourra être clôturé fin 2013 et l excédent d investissement de sera versé au budget général en Quelques travaux sont également à finaliser sur la ZAC des Truberdières. Un versement du budget général de est à prévoir en plus de la subvention DETR encore attendue pour pouvoir solder ce budget fin Enfin, les travaux de la nouvelle zone d activités du Cruchet devraient commencer au dernier trimestre Il convient ainsi de prévoir la souscription d un emprunt pour financer l opération. Equipements Espace aquatique : de travaux prévus pour les vestiaires et devanture. Construction d un atelier des services techniques : à prévoir en Une opération qui sera financée également par un emprunt prévu de Construction d une école de musique : un estimatif vous a été présenté. Travaux dans les locaux enfance-jeunesse transférés à la communauté de communes estimés à pour Aménagement Aménagement numérique : 2014 sera l année de constitution du syndicat départemental. Aucune dépense n est à prévoir cette année mais la question des possibles provisions dès 2015 demeure ( /an pendant 5 ans dans l idéal). Logements sociaux : un début d opération prévu en 2014 sur Ecommoy. Le coût net estimé de cette opération à la charge de la communauté de communes est de

7 Madame DUPONT souhaiterait que les explications verbales d Olivier PINEAU apparaissent en commentaires sur les documents fournis. Dans le cadre de la recherche d économies et notamment en ce qui concerne la masse salariale, Monsieur FRESLON explique que pour avoir une meilleure connaissance de l ensemble du personnel et de son utilisation, un audit va être mis en place pour les deux structures CDC et CIAS, par le Centre de Gestion 44. Les autres leviers évoqués par les conseillers sont la hausse de la fiscalité et/ou l augmentation de la tarification des services à la population. Dans le cadre du transfert des TAP, Monsieur LECOMTE propose que les conseils municipaux votent le reversement des subventions reçues à la communauté de communes. M. BIZERAY dit qu il est, dans un premier temps plus urgent d appréhender le problème des économies à réaliser, afin de faire des propositions à la commission finances, avant d abonder le budget communautaire. Madame DUPONT pense qu il faut travailler sur les deux ensemble. Monsieur LECOMTE estime qu il faut trouver un équilibre financier pour les communes et la communauté de communes ; pour que chacun puisse boucler son budget sans lever d impôt supplémentaire, et sans rogner les budgets communaux pour abonder le budget communautaire. 2/ Bases minimum de Cotisation Financière des Entreprises pour 2014 La CFE est due par les entreprises ou les personnes qui exercent de manière habituelle une activité professionnelle non salariée, quel que soit leur statut juridique, leur activité ou leur régime d'imposition. Lorsque la valeur locative est très faible, une cotisation minimum est établie à partir d'une base dont le montant est fixé par délibération. Ce montant doit être compris dans une fourchette qui varie en fonction du chiffre d'affaires hors taxes de l'entreprise. À partir de la CFE due en 2015 au titre de 2014, un nouveau barème peut être applicable à condition que la délibération de la collectivité locale ait été prise avant le 21 janvier À défaut, ce sont les montants de base minimum appliqués au titre de 2013 qui restent en vigueur. Sur le territoire, une base unique de 313 est appliquée pour toutes les entreprises ayant une valeur locative inférieure à 1285 et quelque soit son chiffre d affaires. Cette base revalorisée en 2014 serait de 317. Les nouvelles fourchettes sont les suivantes : En euros Montant du chiffre d affaires Montant de la base minimum ou des recettes Inférieur ou égal à Entre 210 et 500 Supérieur à et inférieur ou égal à Entre 210 et

8 Supérieur à et inférieur ou égal à Supérieur à et inférieur ou égal à Supérieur à et inférieur ou égal à Entre 210 et Entre 210 et Entre 210 et Supérieur à Entre 210 et Il est à noter qu en vertu de la nouvelle réglementation, même sans délibération de notre part, les nouveaux plafonds s appliquent aux trois premières tranches de chiffre d affaire. Par rapport à la base minimum actuelle qui serait de en 2014, cela génère pour la CdC une perte de produit fiscal estimée à , s ajoutent aux autres pertes déjà annoncées. Après étude des hypothèses proposées par Anne-Cécile HEBERT, les membres du conseil votent par 20 voix Pour et 2 abstentions, la fiscalisation des bases minimum suivantes : En euros Montant du chiffre d affaires Montant de la base minimum ou des recettes Inférieur ou égal à Supérieur à et inférieur ou égal à Supérieur à et inférieur ou égal à Supérieur à et inférieur ou égal à Supérieur à et inférieur ou égal à Supérieur à / Avenant à un marché de construction du local technique Arnaud CHOPLAIN explique que, sur les conseils de l architecte il serait préférable de choisir la fourniture et la mise en œuvre de béton bitumineux 0/10 noir y compris couche d imprégnation à l émulsion de bitume pour la cour de service et le parking des services techniques communautaires en remplacement d une finition bi couche qui se dégradera rapidement dans le temps avec le passage des véhicules. Le président propose au Conseil Communautaire de retenir par voie d avenant l option n 3 de l entreprise Trifault. Cet avenant d un montant de 9 468,00 euros HT comprend en plus de l enrobé 8

9 définitif, le panneau de signalisation PMR, la réalisation de peinture blanche pour délimiter les places de parking ainsi que le cheminement piétonnier à la peinture blanche. Madame CLAUDE rappelle qu il faut éviter les surfaces trop imperméables dans les projets afin de préserver l écoulement des eaux. Monsieur ROCHER dit que le bi couche serait moins onéreux pour la communauté de communes. Arnaud CHOPLAIN dit que les eaux vont s écouler naturellement vers le bassin de rétention qui se trouve de l autre côté de la rue. Le conseil autorise par 17 voix Pour, 1 Contre et 4 abstentions le Président à signer cet avenant. 4/ Avenant aux marchés de collecte de déchets Arnaud CHOPLAIN explique qu il est nécessaire de faire un avenant avec les prestataires de collecte pour modifier la formule de révision suite à la disparition de l indice F base 100 en 2005 (indice véhicule utilitaires), pour la collecte des ordures ménagères et des emballages. Il est donc proposé au conseil de remplacer l indice F base 100 en 2005 disparu en 2013 de prendre l indice F base 100 en 2010 (véhicules automobiles) publié au Moniteurs des Travaux Publics. Le Conseil autorise à l unanimité le président à signer un avenant avec les prestataires de collecte modifiant la formule de révision comme indiqué ci-dessus (La société NCI pour le lot 1 et la société COVED pour le lot 2 et le lot 3). 5/ Dépenses d investissement avant vote du budget Le Président propose au Conseil de voter les crédits suivants, avant vote des budgets : Budget général : Compte 0/ (logiciels SEGILOG) : Compte 0/ (outillage) : 500 Budget Déchets : Compte 2154 (achat d un congélateur) : 400 Le Conseil accepte à l unanimité de voter les crédits comme indiqué ci-dessus. 6/ Annulations de titres OM Le président propose l annulation de titres de redevances Ordures Ménagères de l exercice 2013, pour un montant de 93. Ce montant correspond à la redevance d une famille facturée à tort 4 personnes au lieu de 3, avec effet retroactif sur 3 ans : 3 x 31 9 Le Conseil accepte à l unanimité l annulation de titres de redevances Ordures Ménagères.

10 7/ Questions d actualité Monsieur GERAULT demande à ce que les sacs jaunes soient ramassés systématiquement dans la rue Sainte Anne, même s il y a des voitures en stationnement. Arnaud CHOPLAIN répond qu il serait bien que la place de parking gênante soit supprimée dans cette rue. Monsieur BIZERAY explique que les listings fournis aux mairies pour les OM, semblent conserver les mêmes erreurs que les années précédentes. Les modifications envoyées par la mairie ne semblent pas prises en compte. Monsieur LANGLOIS dit que sur la rue principale de Laigné, des sacs jaunes ont été laissés lors du passage du camion et qu il n a pas fait demi-tour pour aller les chercher. La distribution des sacs poubelles se terminant à la mairie, il souhaite que les personnes soient ensuite envoyées à la CDC pour une distribution tardive. Il explique que sinon, il n y a pas d utilité à mettre des permanences en place tenues par les élus. Madame DUPONT dit qu après les dates de distribution officielles, la mairie ne donnera plus de sacs aux retardataires. 10

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble BUDGET PRIMITIF 2014 Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble 2 Dans le cadre de la continuité de certains dossiers, le budget primitif 2014 ne contiendra aucune action nouvelle engageant

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014

LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014 Département Finances Dossier suivi par Nathalie BRODIN, Claire GEKAS, Soraya HAMRIOUI 15 janvier 2014 LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014 Les dispositions

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007 LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE Le budget est l'acte par lequel sont prévues et autorisées par l'assemblée délibérante les recettes et les dépenses d'un exercice. Le budget de la Communauté

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

BUDGET 2015 LE BUDGET DANS LE DETAIL PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE

BUDGET 2015 LE BUDGET DANS LE DETAIL PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE BUDGET 2015 LE BUDGET EN QUELQUES LIGNES Montant total des prévisions budgétaires : 1.811.915 Fonctionnement : 1.172.638 en légère hausse par rapport à 2014 (1.042.449 ), malgré

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire, Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX Bordeaux, le 14 mars 2012 Monsieur le Maire, Par lettre du 5 mai 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE SAINT BAUZELY SEANCE DU JEUDI 14 MARS

REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE SAINT BAUZELY SEANCE DU JEUDI 14 MARS REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE SAINT BAUZELY SEANCE DU JEUDI 14 MARS 2013 Date convocation : 01/03/13 L an deux mille treize et le jeudi quatorze mars à vingt heures trente

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE

LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE PACTE FINANCIER ET FISCAL Conseil Communautaire du 10 Juin 2013 SOMMAIRE 1. Préambule au Pacte 2. La Méthodologie d Elaboration du Pacte 3. Les Objectifs du Pacte

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE -

LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE - LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE - SYNTHESE BUDGETAIRE BP 2014 LE CADRE FINANCIER 2014 Comme annoncé lors du Débat d Orientation Budgétaire le 2 décembre 2013, le budget 2014 est un budget de continuité.

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET)

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) (Articles 2, 47, 77, 78 et 99 de la loi de finance pour 2010) Actuellement, la taxe professionnelle (TP)

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014 Analyse financière de la commune de Bassens Présentation des résultats 1 er juillet 2014 Sommaire Introduction 1. Analyse de l évolution des soldes de gestion retraités 2. Effort d investissement et choix

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010 LA LOI DE FINANCES POUR 2012 Le solde général du budget de l Etat (en milliards d euros) Exécution 2010 Prévisions 2011 PLF 2012 Dépenses 422,60 Md 361,90 Md 366,00 Md Recettes nettes 271,80 Md 270,00

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Eco-Fiche LA FISCALITE LOCALE 1

Eco-Fiche LA FISCALITE LOCALE 1 Eco-Fiche Avril 2011 LA FISCALITE LOCALE 1 La fiscalité locale constitue la catégorie de ressources des collectivités territoriales la plus significative. Souvent jugée inégale, injuste ou encore complexe,

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES Conseil Municipal du 24/11/2014 Sommaire 1. Un rappel du cadre légal 2. La situation économique et budgétaire : Monde, Zone Euro et

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et intercommunalités 2013-2014 2013 : statu quo sur les équilibres financiers avant de nouveaux défis à relever L année 2013 conclut un mandat

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Loi Chevènement du 12 juillet 1999

Loi Chevènement du 12 juillet 1999 Loi Chevènement du 12 juillet 1999 2. Aspects financiers et fiscaux 2.1 Les ressources locales et de l'état La Taxe Professionnelle La Dotation Globale de Fonctionnement 2.2 Les reversements Les ressources

Plus en détail

Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS

Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS (091 034 286) 6 ème section N /G/126/n A.52 Séance du 5 août 2003 RECOMMANDE AVEC A.R. Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis 26 janvier 2012 2 OCTOBRE 2009 6 rue du Général de Larminat

Plus en détail

Colloque national ADGCF Comment dégager de nouvelles marges de manoeuvres?

Colloque national ADGCF Comment dégager de nouvelles marges de manoeuvres? Colloque national ADGCF Comment dégager de nouvelles marges de manoeuvres? Les lois de finances 2016 et lois de finances rectificatives 2015 à la loupe Le 21 janvier 2016 Ordre du jour 1. Les finances

Plus en détail

COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012

COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012 COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012 Etaient présents : Mrs BLEVIN Pierre ; BONNET Claude ; GODERE Yannick ; MOUE Philippe ; MORICEAU Bertrand ; QUELVEN Jacques ; SEITZ Alfred ; SUISSE Michel

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 Ville d EVRON (53600) Conseil Municipal du 19 décembre 2013 Texte règlementaire L article L 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales prévoit l organisation

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

BUDGETS PRIMITIFS 2015

BUDGETS PRIMITIFS 2015 BUDGETS PRIMITIFS 215 Communauté d Agglomération de la Vallée de la Marne 1/ Budget principal 2/ Assainissement 17/2/215 1 Contexte Un environnement territorial contraint dans un contexte économique tendu

Plus en détail

M. BIZERAY Jean-Claude est élue secrétaire de séance à l unanimité.

M. BIZERAY Jean-Claude est élue secrétaire de séance à l unanimité. CONSEIL COMMUNAUTAIRE { COMMUNAUTE DE COMMUNES L OREE DE BERCE-BELINOIS Mardi 15 septembre 2015 Etaient Présents : Ecommoy : RAUDIN Isabelle, BOULAY Patrick, VASSEUR Jocelyne, BEUCHER Rachel ; Laigné en

Plus en détail

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE 1 LES OBJECTIFS DE LA REFORME DE LA TP - favoriser la compétitivité des entreprises françaises - en particulier

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Note mise à jour de la loi de finances pour 2015 Sommaire Explications préalables... 3 Application aux

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle ANNEXE III Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle SOMMAIRE 1. DIFFERENTS PRINCIPES DIRECTEURS ONT GUIDE LA MISE EN ŒUVRE DE LA REFORME

Plus en détail

Réunion du Conseil Municipal Séance du 18 avril 2011

Réunion du Conseil Municipal Séance du 18 avril 2011 2011/34 Réunion du Conseil Municipal Séance du 18 avril 2011 L An deux mil onze, le dix huit avril à vingt heures trente, les membres du Conseil Municipal par convocation en date du onze avril deux mil

Plus en détail

Débat d Orientation Budgétaire 2013

Débat d Orientation Budgétaire 2013 Débat d Orientation Budgétaire 2013 Rappel Les échanges de ce débat d orientation budgétaire permettront de préciser les grands axes du budget 2013 en préparation qui sera soumis au vote lors de la présentation

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU LUNDI 10 SEPTEMBRE 2012

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU LUNDI 10 SEPTEMBRE 2012 COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU LUNDI 10 SEPTEMBRE 2012 Etaient présents : Mmes JOUANNEAU, CHEVALLIER, VAUPRÉ MM. PANNIER, ROCHER, POUSSE, JOURDAIN, GARREAU, RICHET, SIMON, FLACHET,

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL DE MARQUETTE EN OSTREVANT ======== COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 25 MARS 2015 à 18 h 30 ========

CONSEIL MUNICIPAL DE MARQUETTE EN OSTREVANT ======== COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 25 MARS 2015 à 18 h 30 ======== CONSEIL MUNICIPAL DE MARQUETTE EN OSTREVANT ======== COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 25 MARS 2015 à 18 h 30 ======== L'an deux mille quinze, le mercredi 25 mars à 18 h 30, le Conseil Municipal de la Commune

Plus en détail

MAIRIE D AURADÉ CONSEIL MUNICIPAL COMPTE RENDU DE SÉANCE DU 25 FÉVRIER 2015

MAIRIE D AURADÉ CONSEIL MUNICIPAL COMPTE RENDU DE SÉANCE DU 25 FÉVRIER 2015 MAIRIE D AURADÉ CONSEIL MUNICIPAL COMPTE RENDU DE SÉANCE DU 25 FÉVRIER 2015 Le Conseil Municipal s est réuni le mercredi 25 février 2015 à 20h30, sur convocation régulière et sous la présidence de Monsieur

Plus en détail

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013 N 99 Janvier 2014 Marie-Christine FLOURY, Département des études et des statistiques locales LA FISCALITE DIRECTE LOCALE EN 2013 : les produits économiques en forte hausse En 2013, les collectivités locales

Plus en détail

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL 19 avril 2011

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL 19 avril 2011 REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL 19 avril 2011 L an deux mil onze, le 19 avril à 19 h 00, le Conseil Municipal s est réuni au lieu ordinaire de ses séances sous la présidence de Monsieur Bernard DE REU, Maire

Plus en détail

LA GAZETTE BASTIDOISE

LA GAZETTE BASTIDOISE LA GAZETTE BASTIDOISE JUILLET 2009-1 - Réunion publique du vendredi 13 février 2009 Après les votes des comptes administratifs et des comptes de gestion, avant la préparation du budget primitif 2009, une

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014!

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! Christian Escallier Cabinet Michel Klopfer 6 bis, rue de Larminat 75015 Paris Tél. : 01 43 06 08 10 Fax : 01 47 34 15 83 cescallier@cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES EYSINES FÉVRIER 214 POPULATION Population 1999 (sans double compte) Population 26 (municipale) Population 211 (municipale) Classement en fonction de la population (211) Rangs

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 25 février 2014

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 25 février 2014 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 25 février 2014 Présents : BIENVENU Alain, BODIN Madeleine, CHAIGNEAU Valérie, VERDON Gérard, PELLETIER Annie, BELAUD Annie, SUIRE Michel, PICHEREAU Richard, DOUST Julia,

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 VILLE DE PLOEMEUR 31 octobre 2005 Service Financier ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 En application de l article L 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, un débat d orientations

Plus en détail

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable.

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable. Réunion du 12 mai 2011 1 Premiers éléments de caractérisation financière du territoire Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer

Plus en détail

CONSEIL COMMUNAUTAIRE

CONSEIL COMMUNAUTAIRE CONSEIL COMMUNAUTAIRE Communauté de communes vendredi 8 juillet 2011 19h15 Locaux administratifs Neuilly en Thelle cantons de Mouy, Neuilly-en-Thelle et Noailles 7 avenue de l'europe 60530 Neuilly en Thelle

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DES GRANDS LACS 7 Avenue du 11 novembre 40160 PARENTIS EN BORN. Compte rendu du 20 décembre 2002

COMMUNAUTE DE COMMUNES DES GRANDS LACS 7 Avenue du 11 novembre 40160 PARENTIS EN BORN. Compte rendu du 20 décembre 2002 COMMUNAUTE DE COMMUNES DES GRANDS LACS 7 Avenue du 11 novembre 40160 PARENTIS EN BORN Compte rendu du 20 décembre 2002 L an deux mil deux et le 20 décembre à 20h30, le Conseil de Communauté de Communes

Plus en détail

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005.

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005. Vue d ensemble En 2012, en France, la croissance économique est nulle. En euros constants, le produit intérieur brut (PIB), après une progression de 1,7 % en 2010 et de 2,0 % en 2011, stagne. Les recettes

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

Madame le Maire constate que le quorum est atteint et ouvre la séance à 20h40. PROCES VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 17 FEVRIER 2015

Madame le Maire constate que le quorum est atteint et ouvre la séance à 20h40. PROCES VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 17 FEVRIER 2015 Département des Alpes-de-Haute-Provence République Française COMMUNE DE MALLEMOISSON Nombre de membres en exercice: 15 Présents : 14 Votants: 15 Séance du 14 avril 2015 Le Conseil Municipal de la Commune

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Ville de Crégy-lès-Meaux

Ville de Crégy-lès-Meaux Ville de Crégy-lès-Meaux Audit de début de mandat Janvier 2009 Les Hauts de Villiers 2 rue de Villiers - 92309 LEVALLOIS-PERRET CEDEX Téléphone : 01.78.66.03.40. - Télécopie : 01.78.66.03.41 2009 KPMG

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE Exercice 2015

ANALYSE FINANCIERE Exercice 2015 ANALYSE FINANCIERE Exercice 2015 Analyse réalisée par Sandra FEVRE, DGS LA FORMATION DE L AUTOFINANCEMENT I - DES RECETTES REELLES DE FONCTIONNEMENT QUI PARTICIPENT LARGEMENT A L AUTOFINANCEMENT DE L INVESTISSEMENT

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

Ville de Maisons-Laffitte Budget Primitif 2013

Ville de Maisons-Laffitte Budget Primitif 2013 1 Introduction : les caractéristiques du Budget 2013 Les dépenses de fonctionnement Les recettes de fonctionnement Les recettes d investissement Les dépenses d investissement Conclusion générale 2 Les

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER Février 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER DE RESSOURCES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 1 RE PARTIE PRESENTATION DES GRANDS PRINCIPES Depuis le 1 er janvier 2010, les entreprises

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT. Années 2013 / 2014 / 2015

PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT. Années 2013 / 2014 / 2015 PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT Années 2013 / 2014 / 2015 PLAN PLURIANNUEL : METHODE Le plan est basé sur le Budget primitif 2013 La prospective concerne le Fonctionnement (charges et produits réels)

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL Trésorerie de LESPARRE-MEDOC PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ SAINT GERMAIN D ESTEUIL est une commune rurale. Sa population est de 1 195 habitants. Elle se

Plus en détail

A propos de l Audit des finances communales

A propos de l Audit des finances communales A propos de l Audit des finances communales (évoqué lors du Conseil municipal de septembre 2014) A la demande de la majorité municipale, un audit a été commandité auprès du cabinet FCL. Les conclusions

Plus en détail

2) Vote du Compte Administratif 2013 pour le budget communal et le budget

2) Vote du Compte Administratif 2013 pour le budget communal et le budget MAIRIE DE SAINT-MAURIN 2014/01 L an deux mille quatorze le 7 mars à 21 heures 00, le Conseil Municipal de la Commune de Saint-Maurin, dûment convoqué en date du 27 février 2014 s est réuni à la Mairie,

Plus en détail