Cours Marché du travail et politiques d emploi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours Marché du travail et politiques d emploi"

Transcription

1 Cours Marché du travail et politiques d emploi L offre de travail Pierre Cahuc/Sébastien Roux ENSAE-Cours MTPE Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 1 / 48

2 Introduction Introduction Examen des raisons poussant les salariés à se porter sur le marché du travail. Idée principale : chaque individu ne dispose que d une quantité de temps limitée pour travailler, doit arbitrer entre le travail et le loisir. Cet arbitrage dépend en premier lieu du salaire w qu on lui propose, mais aussi des revenus autres que l activité, de l environnement familial,... En fait, derrière loisir, il y a la production domestique, en partie substituable à la consommation courante. D où un arbitrage complexe prenant en compte les coûts et bénéfices de la production se traduisant par une planification, voire une négociation au sein du ménage. Enjeux de politique publique importants : cf. programmes welfare to work, APE, réforme des retraites,... Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 2 / 48

3 Plan du cours Introduction Théorie de l offre de travail 1 Le choix entre consommation et loisir 2 Production domestique et négociation intra-familiale 3 Cycle de vie et retraite Econométrie de l offre de travail 1 L équation d offre de travail 2 Principaux résultats Application : la réforme du régime général d assurance vieillesse, simulations à l aide du modèle DESTINIE de l Insee Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 3 / 48

4 Théorie de l offre de travail Choix entre consommation et loisir Choix entre consommation et loisir Théorie de base : arbitrage entre consommer des biens (grâce au travail source de revenu) ou consommer du temps (malgré le travail qui prend le temps disponible). A travers ce seul arbitrage, un grand nombre de résultats intéressants : principales propriétés de l offre de travail. Modèle basique : Préférences : déterminées par une fonction d utilité U (C, L) où C est le niveau de consommation et L le temps disponible Le temps travaillé est alors h = L 0 L où L 0 est le temps total disponible. U (.,.) est croissante en chacun de ses arguments. Courbe d indifférence, définie par l ensemble des (C, L) tels que U (C, L) = U Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 4 / 48

5 Courbes d indifférence Théorie de l offre de travail Choix entre consommation et loisir Définies par une fonction d utilité, elles ont les propriétés suivantes : Chaque courbe correspond à un niveau d utilité U. Plus la courbe est éloignée de l origine, plus le niveau d utilité est élevé. Les courbes d indifférence ne se croisent pas, sinon, des combinaisons identiques (C, L) conduiraient à des utilités différentes. Les courbes d indifférence sont décroissantes dans le plan (C, L), parce que la fonction d utilité est croissante en chacun de ses arguments. La pente de la courbe d indifférence en un point donné définit le taux marginal de substitution entre consommation et loisir On suppose que les individus sont moins disposés à sacrifier du temps libre lorsqu ils consomment déjà beaucoup (et vice-verça). Cela signifie que le taux marginale de substitution entre consommation et loisir décroît avec le niveau de loisir (quasi-concavité de la fonction d utilité). Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 5 / 48

6 Théorie de l offre de travail Exemple de courbe d indifférence Choix entre consommation et loisir Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 6 / 48

7 Choix des individus Théorie de l offre de travail Choix entre consommation et loisir Notations : w est le salaire horaire, R les revenus non liés à l activité. Contrainte budgétaire : C wh + R, qui s exprime aussi Programme des travailleurs : C + wl R 0 = wl 0 + R (1) max {C,L} U (C, L), s.c. C + wl R 0 Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 7 / 48

8 Théorie de l offre de travail Solutions du programme Choix entre consommation et loisir On privilégie dans un premier temps les solutions intérieures Soit µ 0 le multiplicateur de Lagrange associé à la contrainte budgétaire, le Lagrangien du programme s écrit L (C, L, µ) = U (C, L) + µ (R 0 C wl) Les conditions du premier ordre amènent : U C (C, L) µ = 0, et U L (C, L) µw = 0 et la saturation de la contrainte budgétaire µ (R 0 C wl) = 0 avec µ 0 On en déduit les relations d équilibre U L (C, L ) U C (C, L ) = w et C + wl = R 0 (2) Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 8 / 48

9 Théorie de l offre de travail Arbitrage Consommation-Loisir Choix entre consommation et loisir Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 9 / 48

10 Le salaire de réserve Théorie de l offre de travail Choix entre consommation et loisir Pour que la solution soit intérieure, il faut que le niveau de loisir L choisi soit compris entre 0 et L 0 (le point E doit être à gauche de A sur le graphique). La convexité des courbes d indifférence implique la décroissance du taux marginal de substitution U L /U C = C (L). Pour qu une solution intérieure au programme soit possible, il suffit alors : ( ) UL < w. On définit alors le salaire de réserve comme le taux marginal de substitution si le choix du travailleur était le point A, i-e U C A w A = U L (R, L 0 ) U C (R, L 0 ) (3) On définit ainsi la condition de participation au marché du travail. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 10 / 48

11 Théorie de l offre de travail Propriétés de l offre de travail Choix entre consommation et loisir Soit L = Λ (w, R 0 ). L offre de travail h = L 0 L est appelée offre Marshallienne ou non compensée. Impact d une croissance de R Si Λ est croissante en R 0, le loisir est un bien normal, sinon, il s agit d un bien inférieur. Une variation de R n affecte que R 0. Impact d une croissance de w Il faut tenir compte du fait que R 0 = R + wl 0. On a : dl dw = Λ 1 + Λ 2 R 0 w avec R 0 w = L 0 > 0 (4) Le premier terme correspond à l effet de substitution (Λ 1 < 0), à revenu compensé, le second à l effet revenu : Effet ambivalent d une hausse du salaire. Le revenu compensé se définit R C = R (w 1 w) L 0 Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 11 / 48

12 Théorie de l offre de travail Choix entre consommation et loisir E est l équilibre obtenu à utilité compensée (Hicksienne), E à revenu R compensé. Il faut distinguer l effet direct du revenu, passage de E à E 1, de l effet global du revenu, passage de E à E 1. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 12 / 48

13 Théorie de l offre de travail Choix entre consommation et loisir Définition de l offre Hicksienne de travail, solution ĥ du programme min C + wl s.c. U (C, L) U L,C L élasticité Hicksienne de l offre de travail est définie par ( ) ( ) ηĥw = w/ĥ dĥ/dw Elle est appelée compensée, car suppose que l individu reste sur la même courbe d indifférence. Elle correspond au déplacement de E à E. L élasticité Marshallienne est définie par η h w = (w/h ) (dh /dw) Elle est non compensée, elle correspond au déplacement de E à E 1. Equation de Slutsky : η h w = ηĥw + wh R 0 η h R 0 (5) Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 13 / 48

14 Théorie de l offre de travail Forme de la courbe de travail Choix entre consommation et loisir Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 14 / 48

15 Extensions possibles Théorie de l offre de travail Choix entre consommation et loisir Contrainte budgétaire ne dépendant pas linéairement des salaires (cf. heures supplémentaires, dépenses supplémentaires : garde d enfant, achat d un second véhicule,...) Rigidités sur le nombre d heures travaillées les individus ne peuvent travailler que h f = L 0 L f heures.le seul choix que les individus ont est de participer ou non. Le niveau de consommation obtenue en participant est donné par la contrainte budgétaire : C + wl f = wl 0 + R, d où le niveau d utilité atteint U (R + w (L 0 L)) Celui-ci doit être comparé au niveau d utilité de réserve, défini par U (R, L 0 ), lorsque l individu ne participe pas. L égalité entre ces deux niveaux d utilité définit le salaire de réserve w A. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 15 / 48

16 Extensions possibles Théorie de l offre de travail Choix entre consommation et loisir Offre de travail agrégée et taux de participation L offre de travail agrégée est la somme des offres de travail des individus. Problème en cas de rigidité : soit w le salaire de marché proposé. Les individus se différencient selon leur salaire de réserve w A tiré dans une c.d.f. Φ. Alors le taux de participation est égal à Φ (w) = P (w A w) Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 16 / 48

17 Théorie de l offre de travail Offre de travail et production domestique Offre de travail et production domestique La production domestique consiste en les tâches ménagères. Celles-ci peuvent être externalisées, d où un arbitrage supplémentaire. C = C D + C M, C M est la consommation achetée et C D la production domestique, L 0 = h M + h D + L, h D est le travail domestique, h M est le temps de travail, L le loisir C D = f (h D ), fonction de production domestique. f > 0, f < 0. Le revenu potentiel R 0 = R + wl 0 Programme du consommateur max C,L,h D U (C, L) s.c. C + wl [f (h D ) wh D ] + R 0 Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 17 / 48

18 Théorie de l offre de travail Offre de travail et production domestique h D est choisi de façon à desserrer la contrainte budgétaire, f (h d ) = w. Le programme devient alors classique, en remplaçant R 0 par R 0 = R 0 + f (h D ) wh D. Les solutions optimales C = C M + f (h D ) et L sont définies par les égalités U L (C, L ) U L (C, L ) = w = f (h D) et C + wl = R 0 (6) Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 18 / 48

19 Théorie de l offre de travail Offre de travail et production domestique La demande Marshallienne de travail s écrit L = Λ D où on déduit dh M dw dl dw = Λ 1 + Λ 2 d R 0 dw avec d R 0 dw = L 0 h D (w, R 0 ), d où = dh D dw dl dw = 1 f ( ) hd Λ 1 Λ 2 (L 0 hd) [ ] = (Λ 1 + Λ 2 L 0 ) + Λ 2 hd 1 f ( ) hd Le premier terme représente l effet d une variation du salaire à production domestique inchangée, cf. modèle de base. Le second terme est positif si Λ 2 > 0, i-e si le loisir est un bien normal. L existence de production domestique tend à augmenter l élasticité de l offre de travail au salaire (différence entre hommes et femmes). Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 19 / 48

20 Théorie de l offre de travail Décisions intrafamiliales Offre de travail et production domestique Deux façons d aborder cette question : Modèle unitaire, consiste à considérer la cellule familiale comme une entité ayant sa propre fonction d utilité Modèle collectif, les choix individuels au sein de la cellule familiale sont pris en compte. La cellule familiale est alors une structure encadrant ou contraignant les choix des individus. Programme du modèle unitaire : max C,L 1,L 2 U (C, L 1, L 2 ) s.c. C + w 1 L 1 + w 2 L 2 R 1 + R 2 + (w 1 + w 2 ) L 0 Remarques : Income Pooling : les choix ne dépendent que de R 1 + R 2 Hypothèse invalidée par les évidences empiriques Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 20 / 48

21 Le modèle collectif Théorie de l offre de travail Offre de travail et production domestique Recherche des solutions efficientes au sens de Pareto max U 1 (L 1, C 1 ) C 1,C 2,L 1,L 2 U s.c. 2 (L 2, C 2 ) U 2 C 1 + C 2 + w 1 L 1 + w 2 L 2 R 1 + R 2 + (w 1 + w 2 ) L 0 Chiappori montre que ce programme est équivalent aux programmes suivants pour chaque agent i max C i,l i U i L i, C i s.c. C i + w i L i w i L 0 + Φ i où Φ i est une règle de partage, sharing rule. L income pooling n est qu un cas particulier ici. Possibilité d étudier les effets de politique publique sur les comportements de chaque membre du ménage. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 21 / 48

22 Théorie de l offre de travail Cycle de vie et retraite Cycle de vie et retraite Choix à chaque date t variant de 1 à T d un niveau de consommation C t et d un niveau de loisir L t, Préférences résumées par une utilité U (C 1,..., C T, L 1,..., L T ). Hypothèse de séparabilité temporelle, U = T t=1 U (C t, L t, t). U (C t, L t, t) est l utilité instantanée. Comportement d épargne : A t patrimoine détenu, B t revenu hors salaires. Pour simplifier, on considère L 0 = 1. L évolution du patrimoine suit la dynamique suivante A t = (1 + r t ) A t 1 + B t + w t (1 L t ) C t t 1 (7) où r t est le taux d intérêt à la date t. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 22 / 48

23 Théorie de l offre de travail Cycle de vie et retraite Solutions du programme inter-temporel : L = t=t t=1 t=t U (C t, L t, t) t=1 ν t [ At (1 + r t ) A t 1 B t w t (1 L t ) + C t Les conditions du premier ordre par rapport à C t, L t et A t amènent et l équation d Euler U C (C t, L t, t) = ν t et U L (C t, L t, t) = ν t w t (8) ν t = (1 + r t+1 ) ν t+1 (9) On retrouve alors le résultat U L /U C = w t Si on considère les solutions intérieures C t = C (w t, ν t, t) et L t = L (w t, ν t, t), la demande Frischienne est définie à partir de ces équations, à ν t constant (correspondant à la valorisation du patrimoine par l agent). L élasticité des heures au salaires correspondante est appelée élasticité intertemporelle de substitution. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 23 / 48 ]

24 Théorie de l offre de travail Cycle de vie et retraite L élasticité Marshallienne prend en compte la dépendance de ν t à w t. L équation d Euler met en évidence la dépendance de ν t par rapport aux taux d intérêt successifs τ=t ln ν t = ln (1 + r τ ) + ln ν 0 (10) τ=1 Intérêts de cette écriture : Décomposition de ν t en un effet âge, commun à tous les agents, et un effet fixe, propre à chaque agent. ν 0 est lié à l ensemble des salaires perçus par un individu au cours du temps. Mais faible dépendance à un salaire en particulier. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 24 / 48

25 Théorie de l offre de travail Cycle de vie et retraite Application : Choc transitoire ou permanent Blanchard et Fisher (1989) On considère r t = r, B t = 0 et l utilité se définit U (C t, L t, t) = (1 + ρ) t ln C t + σ σ 1 L(σ 1)/σ t ρ est le taux d escompte psychologique Les fonctions de demande Frischienne s écrivent C t = 1 (1 + ρ) t = r ν t ν ρ t Ct σ et L t = w t En éliminant A t dans toutes les contraintes budgétaires, on aboutit à t=t X t=1 X t=t (1 + r) t (C t + w tl t) = t=1 (1 + r) t w t σ > 1, ρ 0 Cette expression permet d aboutir à exprimer ν 0 en fonction des salaires sur l ensemble du cycle de vie. Un choc transitoire n a alors que peu d effet sur ν 0, alors qu un choc permanent (affectant tous les salaires w t) a un effet élevé. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 25 / 48

26 Théorie de l offre de travail Cycle de vie et retraite Analyse économique de la décision de se retirer Valeur d option dans un modèle de cycle de vie : Soit C e t la consommation en emploi, C r t la consommation à la retraite, s l âge de mise à la retraite. Programme de l agent : [ s 1 V τ (s) = max C et, C rt, L t s.c. A t = U (C et, L t, t) + T ] U (C rt, 1, t) { t=τ τ=s (1 + rt ) A t 1 + B t (0) + w t (1 L t ) C et si τ t s 1 (1 + r t ) A t 1 + B t (s) C rt si s t T Soit T m l âge limite au-delà duquel on est obligé de prendre sa retraite. s l âge optimal auquel l individu part à la retraite est la solution du programme max τ s T m V τ (s) Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 26 / 48

27 Théorie de l offre de travail Cycle de vie et retraite En fait, la décision de partir à la retraite ne va se produire que si s = τ, sinon l individu reporte cette décision. Valeur d option à considérer : V τ (s ) V τ (τ) Stratégie empirique d estimation : la probabilité de prendre sa retraite à un âge donné dépend principalement de la valeur d option. En spécifiant la fonction d utilité (éventuellement paramétrée), et à l aide des variables pertinentes (revenus contrefactuels, i-e pensions et salaires), on peut l estimer. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 27 / 48

28 Aspects empiriques de l offre de travail L équation d offre de travail Ĺ équation d offre de travail But : Estimer l élasticité de l offre de travail au salaire Equation de base liant le nombre d heures h au salaire w ln h = α W ln w + α R ln R + xθ + ε (11) R est le revenu hors salaire, x est un vecteur de variable de contrôle α W est l élasticité du salaire aux heures. Dans le modèle théorique, dépendance de l offre de travail à l espérance de la richesse de l individu. Dans le programme intertemporel, le revenu hors activité est R t = r t A t 1 + B t. Mais l introduction de ce seul revenu ne tient pas compte des revenus attendus, hypothèse de myopie des agents. Une autre définition de R est possible en considérant le cycle de vie Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 28 / 48

29 Aspects empiriques de l offre de travail Réexamen du modèle de cycle de vie Ĺ équation d offre de travail two-stage budgeting Première étape : Définition du revenu potentiel Ω t, correspondant au à l équivalent du revenu qu aurait le consommateur s il maximisait son utilité instantanée à contrainte de budget statique V (Ω t, t) = max C t, h t U (C t, 1 h t, T ), s.c. C t + w t h t Ω t Deuxième étape : V (Ω t, t) s.c. Ω t = (1 + r t ) A t 1 + B t A t, t t=t max A t t=0 Si C t est bien observée, en plus de w t et h t, Ω t est connu. Sinon,Ω t est approché par A t 1, r t, x t et des variables Z t reflétant les anticipations de revenu futur, i-e R t = R (A t 1, r t, B t, x t, Z t ) A priori, Ω t est endogène, car dépendant des choix de consommation, d où nécessité d utiliser des méthodes à variable instrumentale. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 29 / 48

30 Aspects empiriques de l offre de travail Ĺ équation d offre de travail Estimation de l élasticité au sens de Frisch (intertemporelle) : h t = h (w t, ν t, t), où ν t est l utilité marginale de la richesse. A taux d intérêt constant, ln ν t = ρt + ln ν 0, à substituer à ln R. D où l équation en différence première ln h t = ρ + x t + α W ln w t + ε t On en déduit l impact d un changement transitoire du salaire. Modification du profil salarial. On approxime ν 0 par ln ν 0 = yα y + T γ i E 0 (ln w i ) + φa 0 i=0 y vecteur de car. individuelles, T durée de la vie. L équation d offre s en déduit, en remplaçant ln R par ln ν 0 + ρt Les salaires espérés se modélisent alors selon E 0 ln w t = a 0 + a 1 t + a 2 t 2 + u t. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 30 / 48

31 Pièges à éviter Aspects empiriques de l offre de travail Méthodes d estimation de l équation d offre Estimer l équation d offre par MCO. Problème : Distinction entre décision de participation et choix optimal du nombre d heures : l équation d offre n est valide que pour les salaires supérieurs au salaire de réserve. Exclure les non-participants et les chômeurs de l échantillon Problème : Sélection endogène Une solution : estimer un modèle joint de participation et de choix des heures. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 31 / 48

32 Aspects empiriques de l offre de travail Estimation du modèle structurel Méthodes d estimation de l équation d offre Utilité de type Cobb-Douglas : U (C, L) = C 1 β L β, 0 < β < 1 Contrainte de budget : C + wl = wl 0 + R Soit w A le salaire de réservation, la théorie amène w A = β { ( R β L0 + R ) et L = w si w w A 1 β L 0 L 0 si w w A On suppose β = xθ + ε, aléatoire. w w A ε wl 0 R + wl 0 xθ D où h = { L 0 (xθ + ε) ( L 0 + R ) w si ε wl 0 R+wL 0 xθ 0 si ε wl 0 R+wL 0 xθ Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 32 / 48

33 Aspects empiriques de l offre de travail Méthodes d estimation de l équation d offre Estimation jointe des décisions de participation et des heures travaillées Soit un échantillon de N individus, i = 1,..., J ont travaillé h i heures, i = J + 1,..., N n ont pas participé. Soit F (.) (f )la c.d.f (densité) de ε La vraisemblance s écrit ln L = J [ wi (L 0 h i ) ln f R i + w i L 0 j=1 ] x i θ + J j=1 ( [ ]) w i L 0 ln 1 F x i θ R i + w i L 0 Problème : estimation de w i pour les non-participants (salaire potentiel) Représentation de w i = y i θ p + u i, estimation sur les participants a un biais de sélection. D où nécessité de modéliser de façon jointe décision de participer et salaires (Heckman, 1974). Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 33 / 48

34 Aspects empiriques de l offre de travail Contrainte de budget non linéaire Contrainte de budget non linéaire Problème : l existence de non linéarités fait que les gens choisissent h t en fonction de leur revenu disponible. Effet distorsif de la fiscalité. Méthode du revenu virtuel En cas de taxation progressive sur le revenu (avec deux taux), l équation du premier ordre peut amener différentes solutions, (C 1, L 1 ) et (C 2, L 2 ), 1 correspondant à la situation où l individu est taxé. A partir de la pente de la contrainte budgétaire en (C 1, L 1 ), on peut estimer son revenu virtuel R v (hors salaire) qu il toucherait s il ne travaillait pas mais à taux d imposition inchangé. Le revenu virtuel peut être estimé à partir de la connaissance du système fiscal. En fonction de la position du salaire par rapport à w A (pour la participation) et à une borne pouvant être calculée, on en déduit le choix entre 1 et 2, chacun s exprimant comme la solution du programme de maximisation, le premier fonction du salaire taxé du revenu virtuel R v, le second fonction du salaire non taxé et du revenu R. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 34 / 48

35 Aspects empiriques de l offre de travail Elasticité de l offre de travail Principaux Résultats Forme en bosse de la courbe de travail Quelques résultats : Auteurs Pays Elasticité non compensée Elasticité au au salaire revenu Femmes mariées Hausmann(1981) U.S Arrufat et Zabalza (1986) U.K Blundell et al. (1988) U.K Arellano et Meghir(1992) U.K.(enfants) Bourguignon et Magnac(1990) France [0.05; 1] [ 0.3; 0.2] Hommes mariés Hausmann(1981) U.S. [0; 0.03] [ 1.03; 0.95] Blomquist(1983) Sweden 0.08 [ 0.03; 0.04] Blundell et Walker (1986) U.K Tries (1990) U.S Van Soest et al. Netherlands Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 35 / 48

36 Aspects empiriques de l offre de travail Principaux Résultats Utilisation des expériences naturelles Idée : Utilisation de la modification de la politique économique n affectant qu un groupe d individus pour en déduire les comportements microéconomiques. Modification exogène. Estimateur par double-différences. Première différence correspond à δ it, l individu i est concerné à l instant t y it = αδ it + x it θ + γ i + ζ t + ε it Deuxième différence, en différenciant par rapport au temps y it = α δ it + x it θ + ζ t + ε it Estimation par MCO ou par appariement. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 36 / 48

37 Exemples Aspects empiriques de l offre de travail Principaux Résultats Effets de l Aide Parentale d Education, Piketty(1998), éligibilité modifiée en 1994, passage de 3 à 2 enfants. Conséquence : chute de la participation de 16% pour la population concernée. Estimation de l élasticité de l offre de travail au salaire particulièrement élevée. Effets des naissances sur le comportements d offre de travail, en comparant des mères avec des jumeaux à d autres n ayant eu qu un enfant (cf. Rosenzweig et Wolpin, 2000, pour un survey sur les expériences naturelles naturelles ) Limites Relativement peu d expériences contrôlées Difficulté à généraliser Complémentaire à une approche structurelle. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 37 / 48

38 Application : le modèle DESTINIE Modèle de micro-simulation Présentation du modèle Contexte : Réforme du Régime général d assurance vieillesse. Besoin d un outil mesurant les conséquences des différentes modalités de la réforme Au premier niveau, examen des effets à comportements inchangés (exemple, modification des retraites perçues) Au second niveau, tenir compte des modifications de comportement (essentiel car dans l objectif de la réforme) Idée : Micro-simulation d individus dont les choix de comportement d activité répondraient à une logique d arbitrage économique. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 38 / 48

39 Application : le modèle DESTINIE Le modèle DESTINIE Présentation du modèle Maintenu à la division Redistribution Politiques Sociales à l INSEE Simulation de l évolution de individus issus de l enquête Patrimoine (1998) jusqu en 2040, par une combinaison de règles déterministes, de tirages aléatoires et de fonctions de comportement Événements démographiques (naissances, décès, unions, séparations) Carrières salariales Construit pour analyser l évolution des retraités. Permet de simuler les effets redistributifs d une réforme des retraites ainsi que de phénomènes structurels plus généraux (augmentation de l espérance de vie, participation féminine, allongement de la durée des études). Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 39 / 48

40 Application : le modèle DESTINIE Choix de modélisation Présentation du modèle Plusieurs états du marché du travail, emploi, chômage et scolarité, inactivité, préretraite, retraite. Mobilité entre différents états gérés par des probabilités de transition. Probabilités modifiées avec le temps pour coller à un scénario plausible d évolution de la situation macro-économique Equation de salaire estimée à partir de l enquête Patrimoine, résidu supposé être composé d une partie transitoire et d une partie permanente. Les taux de cotisation à l assurance vieillesse et aux régimes complémentaires endogènes, supposés être fixés pour équilibrer les budgets. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 40 / 48

41 Application : le modèle DESTINIE Modélisation du départ à la retraite Présentation du modèle Modèle inspiré de Stock et Wise (1990) Pas de prévision parfaite des flux de revenus futurs mais hypothèse d absence d épargne : ce qui est gagné est immédiatement consommé Soit un individu en t, il anticipe une séquence (Y t,..., Y r 1 ) suivie d une séquence de pension (B r (r),..., B s (r),...) s il prend sa retraite en r. On suppose qu il tire une utilité U w de son revenu salarial et U r de sa pension. L utilité actualisée qu il peut anticiper est égale à V t (r) = r 1 s=t U w (Y s ) S t (s) (1 + ρ) s t + T s=r U s (B s (r)) S t (s) (1 + ρ) s t où S t (s) est la probabilité de survie à la date s d un individu encore en vie à la date t. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 41 / 48

42 Application : le modèle DESTINIE Présentation du modèle Spécification des fonctions d utilité CRRA U w (Y s ) = Y s 1 γ 1 γ U r (kb s (r)) = [kbs(r)]1 γ 1 γ, k > 1 pour rendre compte de l arbitrage entre travailler pour un montant kb s (r) ou être à la retraite pour un montant B s (r). Le choix de liquider sa pension dépend du calcul effectué à chaque date t lui donnant le r optimal. Si r > t alors l individu ne prend pas sa retraite. Le calcul est fondé sur les salaires passés de l individu (pour estimer sa pension) et en supposant que les salaires futurs sont stables. Calibration des paramètres pour refléter les comportements de mise en retraite antérieurs, 1/(1 + ρ) = 0.97 et γ = 0.5 Hétérogénéité pour les préférences pour le loisir, k varie selon les individus mais reste stable dans le temps. et Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 42 / 48

43 Application : le modèle DESTINIE Quelques Résultats Âges de liquidation en l absence de réforme Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 43 / 48

44 Application : le modèle DESTINIE Ratio pension-salaires Quelques Résultats Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 44 / 48

45 Application : le modèle DESTINIE Quelques Résultats Allongement à 42,5 ans de la durée d assurance Paramètres de la simulation Allongement à 42,5 ans de la durée d assurance Diminution des pénalités en partant en-deçà du temps plein Introduction d une surcote se traduisant par un gain de 0,3% sur la pension par trimestre supplémentaire Conséquences attendues : Augmentation des âges de liquidation. Diminution de la masse totale des pensions. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 45 / 48

46 Application : le modèle DESTINIE Quelques Résultats Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 46 / 48

47 Application : le modèle DESTINIE Quelques Résultats Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 47 / 48

48 Conclusion Conclusion Comportements individuels d activité liés à un arbitrage consommation-loisir : analyse théorique confirmée par un grand nombre d études empiriques Extensions à des modèles inter-temporels et collectifs N explique pas le chômage, ne rend pas compte du rationnement du marché du travail. D où la nécessité de prendre en compte les imperfections sur le marché du travail : Les modèles de recherche en emploi. Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 48 / 48

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 1 Document

Plus en détail

Avec Gaël Callonnec (Ademe)

Avec Gaël Callonnec (Ademe) Séminaire Développement durable et économie de l'environnement Les conséquences des politiques énergétiques sur l activité et l emploi Avec Gaël Callonnec (Ademe) Mardi 24 janvier 2012 Présentation du

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

Les débats sur l évolution des

Les débats sur l évolution des D o c u m e n t d e t r a v a i l d e l a B r a n c h e R e t r a i t e s d e l a C a i s s e d e s d é p ô t s e t c o n s i g n a t i o n s n 9 8-0 7 C o n t a c t : La u re nt V e r n i è r e 0 1 4

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes

Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes L3 Eco-Gestion/ Faculté de Droit, Sciences Economiques et de Gestion Plan 1 Rappels sur l utilité espérée La représentation des événements

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Ekkehard Ernst OCDE Ekkehard Ernst 1 Introduction et résumé du cours Objectifs Connaître et apprendre les concepts modernes d analyse monétaire

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant ECO434, Ecole polytechnique, e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant Exercice : Choix intertemporel et Taux de Change Réel (TCR) On considère une petite économie ouverte dans laquelle deux

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Premier modèle - Version simple

Premier modèle - Version simple Chapitre 1 Premier modèle - Version simple Les individus vivent chacun six générations successives d adultes, chacune d une durée de dix ans, sans distinction faite entre les individus d une même génération.

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique 2ème année, 1er semestre, 2007/2008 Examen de Macroéconomie Stéphane Gauthier 2 heures, sans document ni calculatrice 1. Questions de

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Document d études direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 171 Mars 2012 Évaluation de l impact du revenu de solidarité active (RSA) sur l offre de travail Philippe

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

LE SYSTÈME DE RETRAITE

LE SYSTÈME DE RETRAITE LE SYSTÈME DE RETRAITE Le contexte Les questions posées Les réponses Les enjeux syndicaux > Le contexte Un système universel mais disparate 100 ans pour étendre la couverture vieillesse de base à toute

Plus en détail

L Earned Income Tax Credit, un crédit d impôt ciblé sur les foyers de salariés modestes aux États-Unis

L Earned Income Tax Credit, un crédit d impôt ciblé sur les foyers de salariés modestes aux États-Unis CONDITIONS DE VIE L Earned Income Tax Credit, un crédit d impôt ciblé sur les foyers de salariés modestes aux États-Unis Olivier Bontout* L Earned Income Tax Credit (EITC) est un crédit d impôt bénéficiant

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia Évaluation actuarielle du Régime de rentes du Québec au 31 décembre 2012, une œuvre de science-fiction? Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux Georges Langis Actuaire

Plus en détail

Équivalent patrimonial de la rente et souscription de retraite complémentaire

Équivalent patrimonial de la rente et souscription de retraite complémentaire ANNALES D ÉCONOMIE ET DE STATISTIQUE. N 66 2002 Équivalent patrimonial de la rente et souscription de retraite complémentaire Le cas de la France Ronan MAHIEU, Béatrice SÉDILLOT * RÉSUMÉ. Nous modélisons

Plus en détail

MATHS FINANCIERES. Mireille.Bossy@sophia.inria.fr. Projet OMEGA

MATHS FINANCIERES. Mireille.Bossy@sophia.inria.fr. Projet OMEGA MATHS FINANCIERES Mireille.Bossy@sophia.inria.fr Projet OMEGA Sophia Antipolis, septembre 2004 1. Introduction : la valorisation de contrats optionnels Options d achat et de vente : Call et Put Une option

Plus en détail

Le modèle de Black et Scholes

Le modèle de Black et Scholes Le modèle de Black et Scholes Alexandre Popier février 21 1 Introduction : exemple très simple de modèle financier On considère un marché avec une seule action cotée, sur une période donnée T. Dans un

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

Evaluation des politiques sociales et fiscales. Modèles de micro simulation: un outil d aide à la décision et d évaluation ex ante

Evaluation des politiques sociales et fiscales. Modèles de micro simulation: un outil d aide à la décision et d évaluation ex ante Modèles de micro simulation: un outil d aide à la décision et d évaluation ex ante Schéma institutionel Problématique Politiques sociales dans un cadre démocratique est un processus interactif: Besoins

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée

Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée Le Conseil d orientation des retraites s est doté d outils de projection

Plus en détail

Les coûts de la production. Microéconomie, chapitre 7

Les coûts de la production. Microéconomie, chapitre 7 Les coûts de la production Microéconomie, chapitre 7 1 Sujets à aborder Quels coûts faut-il considérer? Coûts à court terme Coûts à long terme Courbes de coûts de court et de long terme Rendements d échelle

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX Corrigés des cas : Emprunts Remboursement par versements périodiques constants - Cas E1 Objectifs : Construire un échéancier et en changer la périodicité, Renégocier un emprunt.

Plus en détail

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 29 janvier 212 EFFETS REDISTRIBUTIFS DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Résultats actualisés et simulations de l INSEE 1 SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 1 INTRODUCTION 1) Motivations

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

À quoi le Québec ressemblera-t-il en 2030?

À quoi le Québec ressemblera-t-il en 2030? À quoi le Québec ressemblera-t-il en 2030? Nicholas-James Clavet (CIRPÉE) Jean-Yves Duclos (CIRPÉE, CIRANO) Bernard Fortin (CIRPÉE, CIRANO) Steeve Marchand (CIRPÉE) 1 / 23 De grandes questions En quoi

Plus en détail

La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul. Florence Navarro

La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul. Florence Navarro La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul Déjeuner-débat ELSA Florence Navarro 2 juillet 2014 Le principe des 3 piliers en matière de pension 1 er pilier Sécurité sociale

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

Evaluation des engagements de retraite des fonctionnaires de l Etat en France

Evaluation des engagements de retraite des fonctionnaires de l Etat en France 16/01/06 1/10 11 ème colloque de l Association de Comptabilité Nationale (ACN) Evaluation des engagements de retraite des fonctionnaires de l Etat en France Jusqu à l intervention de la loi organique relative

Plus en détail

Journées d économie de Lyon

Journées d économie de Lyon Journées d économie de Lyon Mercredi 9 novembre 2011 Clément Schaff, Mahdi Ben Jelloul www.openfisca.fr 1 Plan Présentation générale Présentation du logiciel Exemple de réformes: Bourguignon Muet Sterdyniack

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

La sécurité sociale en Belgique

La sécurité sociale en Belgique La sécurité sociale en Belgique Séminaire d économie publique deuxième master en sciences politiques et économiques 4 décembre 2014 Jean-Marc Laasman Directeur - Service d études Solidaris Mutualité Socialiste.

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

La loi de financement de la

La loi de financement de la Document de travail de la Branche Retraites de la Caisse des dépôts et consignations n 99-16/17 Contact : Laurent Vernière 1 4 49 89 55 Réalisation : Direction de la Communication Février/Mars 99 Fonds

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

Ecole Polytechnique Macroéconomie avancée-eco 553 Chapitre 2 : Epargne, accumulation du capital et croissance

Ecole Polytechnique Macroéconomie avancée-eco 553 Chapitre 2 : Epargne, accumulation du capital et croissance Ecole Polytechnique Macroéconomie avancée-eco 553 Chapitre 2 : Epargne, accumulation du capital et croissance Pierre Cahuc Septembre 28 Table des matières 1 Le modèle de croissance néoclassique 2 1.1 Le

Plus en détail

Cahiers métho dologiques

Cahiers métho dologiques le gouvernement du grand-duché de luxembourg Inspection générale de la Sécurité sociale Cahiers métho dologiques Août 2013 Numéro 2 Christine Weisgerber MICROSIMULATION DES BÉNÉFICIAIRES ET PRESTATIONS

Plus en détail

Modélisation des carrières salariales. dans Destinie

Modélisation des carrières salariales. dans Destinie INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Série des documents de travail de la Direction des Etudes et Synthèses Économiques G 990 Modélisation des carrières salariales dans Destinie

Plus en détail

VI. Tests non paramétriques sur un échantillon

VI. Tests non paramétriques sur un échantillon VI. Tests non paramétriques sur un échantillon Le modèle n est pas un modèle paramétrique «TESTS du CHI-DEUX» : VI.1. Test d ajustement à une loi donnée VI.. Test d indépendance de deux facteurs 96 Différentes

Plus en détail

CONSEILS -EN- PATRIMOINE. Étude réalisée le : XXXXXX

CONSEILS -EN- PATRIMOINE. Étude réalisée le : XXXXXX CONSEILS -EN- PATRIMOINE ETUDE RETRAITE Étude réalisée le : XXXXXX Vous avez souhaité des éléments de réflexion concernant la préparation de votre retraite. La présente étude a été établie sur la base

Plus en détail

LSM2 : un modèle avec secteur bancaire pour le Luxembourg

LSM2 : un modèle avec secteur bancaire pour le Luxembourg LSM2 : un modèle avec secteur bancaire pour le Luxembourg Szabolcs Deák 1 - Lionel Fontagné 2 - Marco Maffezzoli 3 - Massimiliano Marcellino 4 Introduction Les modèles dynamiques stochastiques d équilibre

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

La baisse tendancielle des rentes réduitelle la demande d épargne retraite? Leçons tirées d une réforme des tables de mortalité

La baisse tendancielle des rentes réduitelle la demande d épargne retraite? Leçons tirées d une réforme des tables de mortalité La baisse tendancielle des rentes réduitelle la demande d épargne retraite? Leçons tirées d une réforme des tables de mortalité Alexis DIRER LEO, Université d Orléans Co-écrit avec Rim Ennajar-Sayadi Journée

Plus en détail

Reputation, Prix Limite et Prédation

Reputation, Prix Limite et Prédation Reputation, Prix Limite et Prédation Economie Industrielle Laurent Linnemer Thibaud Vergé Laboratoire d Economie Industrielle (CREST-INSEE) 13 et 20 janvier 2009 Linnemer - Vergé (CREST-LEI) Reputation,

Plus en détail

Le modèle de régression linéaire

Le modèle de régression linéaire Chapitre 2 Le modèle de régression linéaire 2.1 Introduction L économétrie traite de la construction de modèles. Le premier point de l analyse consiste à se poser la question : «Quel est le modèle?». Le

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

Allonger la durée de cotisation de l assurance retraite: une solution équitable?

Allonger la durée de cotisation de l assurance retraite: une solution équitable? Revue de l OFCE n 74 / juillet 2000 Allonger la durée de cotisation de l assurance retraite: une solution équitable? Alexis Dantec Département des études de l OFCE L âge de départ en retraite est pour

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement de spécialité Economie approfondie Thème n 1 : Economie et démographie Fiche 1.2 :

Plus en détail

BUDGET 2014 : QUEL EST L IMPACT DES NOUVELLES MESURES FISCALES?

BUDGET 2014 : QUEL EST L IMPACT DES NOUVELLES MESURES FISCALES? QUEL EST L IMPACT DES NOUVELLES MESURES FISCALES? Les notes de l IPP n 9 Novembre 2013 Antoine Bozio Malka Guillot Marianne Tenand www.ipp.eu Résumé Rendu public fin septembre, le projet de loi de finances

Plus en détail

Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite

Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite Conséquence de l empilement des régimes et de modes de calculs complexes, nul ne sait exactement quels seront ses droits à la retraite.

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

La retraite de nos enfants Colloque Question-Retraite Centre Mont-Royal, Montréal

La retraite de nos enfants Colloque Question-Retraite Centre Mont-Royal, Montréal La retraite de nos enfants Colloque Question-Retraite Centre Mont-Royal, Montréal Georges Langis Actuaire en chef Régie des rentes du Québec 27 septembre 2012 2 Une projection*! Niveau de remplacement

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Modalités d application et calendriers de montée en charge des réformes : les conséquences pour les assurés proches de l âge de la retraite

Modalités d application et calendriers de montée en charge des réformes : les conséquences pour les assurés proches de l âge de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2013 à 14h30 «I - La prévisibilité du montant de la retraite pour les assurés II - Avis technique sur la durée d assurance de la génération

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015

REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015 REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015 2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040 2045 2050 2055 2060 en % du PIB UN FINANCEMENT DES RETRAITES TOUJOURS PAS ASSURÉ Solde financier

Plus en détail

Les Notes de l Institut d émission

Les Notes de l Institut d émission Les Notes de l Institut d émission Établissement public Dotation - SIRET 78 APE 65 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598 Paris cedex Tél. : + 5 Fax : + 87 99 6 Croissance de la masse monétaire et

Plus en détail

Simulation d une économie monétaire (programmation impérative, sujet 3)

Simulation d une économie monétaire (programmation impérative, sujet 3) Simulation d une économie monétaire (programmation impérative, sujet 3) http://sfc-abm.org/students/mief/ 10 février 2014 Table des matières 1 Sujet 2 2 Description plus détaillée de la simulation 3 2.1

Plus en détail

La gestion et le partage des risques dans les régimes de retraite. Dossier préparé par Laurent Vernière

La gestion et le partage des risques dans les régimes de retraite. Dossier préparé par Laurent Vernière ISSN 1293-2868 Document de travail de la Branche Retraites de la Caisse des dépôts et consignations n 2000-27 Contact : Laurent Vernière 01 40 49 89 55 laurent.verniere@br.caissedesdepots.fr Mars 2000

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

Les incitations fiscales aux dons sont-elles efficaces?

Les incitations fiscales aux dons sont-elles efficaces? ÉCONOMIE Les incitations fiscales aux dons sont-elles efficaces? Gabrielle Fack* et Camille Landais** Cet article est consacré à l estimation de l effet des incitations fiscales en faveur des dons aux

Plus en détail

Faut-il encourager les ménages à épargner?

Faut-il encourager les ménages à épargner? Faut-il encourager les ménages à épargner? Analyse du sujet : Nature du sujet : Sujet de type «discussion». Problématique explicite. Mots-clés : Ménages ; épargner épargne des ménages Encourager Epargne

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 19 décembre 2007-9 h 30 «Niveaux de vie des retraités et petites retraites» Document N 1 Document de travail, n engage pas le Conseil Note de présentation

Plus en détail

Face au constat de la pauvreté croissante des

Face au constat de la pauvreté croissante des CONDITIONS DE VIE Le Working Families Tax Credit, un nouveau crédit d impôt pour les familles de travailleurs à bas revenus au Royaume-Uni Véronique Delarue* Le Working Families Tax Credit (WFTC) est un

Plus en détail

Le bonus de pension : un cadeau empoisonné

Le bonus de pension : un cadeau empoisonné Une publication des économistes de l UCL Mai 2010 Numéro 79 Le bonus de pension : un cadeau empoisonné Dans ce numéro de Regards Economiques, nous étudions les effets de trois réformes potentielles du

Plus en détail

Document de recherche n 1 (GP, EF)

Document de recherche n 1 (GP, EF) Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 1 (GP, EF) Taxation de l épargne monétaire en France : une fiscalité potentiellement confiscatoire Professeur Didier

Plus en détail

LE PERP retraite et protection

LE PERP retraite et protection LE PERP retraite et protection Benoit Rama http://www.imaf.fr Le PERP (Plan d Épargne Retraite Populaire) est une mesure d encouragement à la préparation de la retraite destinée aux salariés. Il copie

Plus en détail

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différents modes d acquisition des droits à la retraite en répartition : description et analyse comparative des techniques

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

Consommation, épargne et investissement

Consommation, épargne et investissement Chapitre 1 Consommation, épargne et investissement Dans les pays en développement, la dépense de consommation représente une part très grande de la dépense privée ; aussi, comprendre ses déterminants est

Plus en détail

Peut on taxer les revenus du capital?

Peut on taxer les revenus du capital? Peut on taxer les revenus du capital? observatoire français des conjonctures économiques centre de recherche en économie de Sciences Po www.ofce.sciences po.fr xavier.timbeau@ofce.sciences po.fr 01 44

Plus en détail