Modélisation des carrières salariales. dans Destinie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modélisation des carrières salariales. dans Destinie"

Transcription

1 INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Série des documents de travail de la Direction des Etudes et Synthèses Économiques G 990 Modélisation des carrières salariales dans Destinie Christel COLIN * Février 1999 * Département des Etudes Economiques d Ensemble - Division Redistribution et Politiques Sociales Timbre G11-15 bd Gabriel Péri - BP MALAKOFF CEDEX Secrétariat du Département des Etudes Economiques d'ensemble - Timbre G01-15, bd Gabriel Péri - BP MALAKOFF CEDEX - France - Tél. : 33 (1) Fax : 33 (1) Ces documents de travail ne reflètent pas la position de l INSEE et n'engagent que leurs auteurs. Working papers do not reflect the position of INSEE but only their author's views.

2

3 3 Résumé Le document présente la modélisation des carrières salariales dans le modèle de microsimulation dynamique Destinie. Elle s appuie sur la théorie économique du capital humain et sur les estimations des paramètres réalisées sur des données en coupe et longitudinales du milieu des années quatre-vingt et du début des années quatre-vingt-dix. Mots-clés : modèle de microsimulation, équation de salaire Abstract This paper presents how wages and careers are modelled in the dynamic microsimulation model Destinie. This modelling is based on the human capital economic theory, and on parameters estimated with cross-section and panel data from the mid-eighties and the beginning of the nineties. Keywords: microsimulation model, wage equation Classification JEL : C15 ; J11 ; J30

4 4 Introduction La division Redistribution et Politiques Sociales de l INSEE a développé un modèle de microsimulation dynamique destiné à la projection des retraites 1, le modèle Destinie. Le principe en est le suivant : le modèle est constitué par un ensemble d individus (environ ) issus de l'enquête Actifs Financiers de La période de projection du modèle commence en 199, et le devenir de ces individus est simulé, année par année, jusqu en 040. Pour réaliser une simulation, on considère que les événements qui affectent un individu se réalisent de manière aléatoire, conditionnellement à un certain nombre de variables. Le modèle Destinie est destiné avant tout à la projection des retraites. Or la simulation des niveaux de pensions implique de reconstituer la totalité des carrières des individus. Ces carrières sont la combinaison de situations sur le marché du travail et de salaires perçus pendant chaque année d emploi. Pour reconstituer les carrières, l information dont on dispose est très partielle. Au mieux, pour les individus actifs occupés dans l enquête Actifs Financiers 1991, base de la simulation, on connaît le salaire en 1990, la qualification, la durée pendant laquelle une activité rémunérée a été exercée. Au pire, pour les individus qui naissent dans la simulation, on simule tout : la qualification, les transitions sur le marché du travail, les salaires de chaque année. De ce fait, en aval de la simulation de la qualification et des transitions sur le marché du travail, il est nécessaire d adopter une modélisation des salaires au cours de la carrière. Cette modélisation est présentée ici. Elle s appuie sur la théorie économique du capital humain et sur les observations issues de travaux sur données longitudinales (Mincer, 1974, Barge, Payen, 198). Chaque année, le salaire d un individu dans le compte central de Destinie est la somme de deux éléments : une partie déterministe qui dépend de l âge de fin d études et de l expérience professionnelle réelle, et une partie résiduelle. Les coefficients de la partie déterministe ont été estimés sur les données de l enquête Actifs Financiers Le processus modélisant les résidus a été estimé sur des données de panel du milieu des années quatre-vingt. Les carrières engendrent une mobilité intermédiaire dans l échelle des salaires. Des variantes sont possibles, permettant soit d engendrer des carrières régulières, ascendantes, avec très peu de mobilité, soit de générer une très forte mobilité salariale. Une utilisation de cette modélisation est présentée par ailleurs dans le document de travail G 9903: Evolution de la dispersion des salaires : un essai de prospective par microsimulation. 1 Le modèle a initialement été développé par Didier Blanchet et Jean-Marie Chanut. Dans sa version actuelle, il résulte d un travail collectif supplémentaire auquel ont contribué Carole Bonnet, Christel Colin, Anne Flipo, François Legendre, Ronan Mahieu, Pierre Ralle.

5 5

6 6 1. Le salaire dépend de la qualification et de l expérience professionnelle 1.1 La partie déterministe du salaire Une équation de salaire a été estimée sur les individus présents dans l enquête Actifs Financiers de 1991, séparément pour les hommes et pour les femmes. L enquête Actifs Financiers n est certainement pas la meilleure source pour estimer des équations de salaire, mais elle a été choisie comme base de la microsimulation et il est donc naturel de partir de celle-ci chaque fois que cela est possible. L équation de salaire est de la forme : ln( w ) = a + b( FINETUD ) + c( DUREMP ) + d( DUREMP ) + r (1) i90 i i90 i90 i90 où w i90 est le salaire superbrut annuel 3, non corrigé de la durée du travail et primes comprises, FINETUD est l âge de fin d études, DUREMP la durée pendant laquelle l individu a exercé une activité professionnelle rémunérée, et r i90 le résidu, supposé normal. L âge de fin d études est la variable représentant la qualification dans Destinie. Cette équation a été estimée par les moindres carrés ordinaires. Elle a aussi été estimée avec les variables croisées FINETUD*DUREMP et FINETUD*DUREMP, mais les coefficients de ces variables ne sont pas significatifs. Plus précisément, l estimation conduit à 4 : - pour les hommes : i90 i i90 i90 i90 ln( w ) = 9, , 094( FINETUD ) + 0, 046( DUREMP ) 0, 00063( DUREMP ) + r (0,069) (0,003) (0,004) (0,00008) avec R = 0,9 et σ ˆ( r ˆ90 ) = 0, pour les femmes : i90 i i90 i90 i90 ln( w ) = 9, 73+ 0, 098( FINETUD ) + 0, 053( DUREMP ) 0, 00068( DUREMP ) + r (0,087) (0,004) (0,004) (0,00011) avec R = 0,7 et σ ˆ ( rˆ 90 ) = 0, 55. Cette fonction de salaire est issue de la théorie du capital humain, initialement développée par Mincer, 1974). Sa spécification indique que le rendement des études est constant (environ 10 % par année d études), et que l expérience professionnelle réelle a une rentabilité décroissante après 37 années pour les hommes et 39 années pour les femmes. Les estimations d équations de gains intégrant uniquement des variables de capital humain conduisent en général à une part de variance expliquée autour de 40 %, sur des salariés à temps complet uniquement (voir par exemple Goux, Maurin, 1994). Ici, on agrège tous les individus, qu ils soient à temps partiel ou à temps complet, initialement salariés du public, du privé ou travailleurs indépendants, ce qui crée de la variance supplémentaire et justifie que les parts de variance expliquée soient un peu plus faibles qu habituellement. Pour cette estimation, l ensemble des revenus d activités (y compris ceux des indépendants) sont assimilés à des salaires. 3 Le salaire superbrut, somme du salaire net et des cotisations salariales et patronales, est la mesure adéquate du coût du travail et donc de la productivité. Le salaire superbrut est approximé ici en multipliant par 1,7 le salaire net disponible dans l enquête Actifs Financiers. 4 Les écarts-types des coefficients sont indiqués en dessous de ceux-ci.

7 7 Une comparaison rapide des coefficients obtenus à partir d Actifs Financiers, avec ceux obtenus par d autres sources La comparaison des coefficients d équations de salaires estimées à partir de différentes sources sont délicates compte tenu des écarts de mesures entre les variables explicatives et de la diversité des périodes d observation. L équation de salaire estimée à partir d Actifs Financiers a néanmoins été comparée à ce qu on obtient à partir de l enquête Emploi de mars 1991, pour les hommes uniquement car on ne dispose dans l enquête Emploi que de la durée potentielle d activité (différence entre l âge et l âge de fin d études) et elle peut être assez différente de la durée réelle d activité pour les femmes. Sur les données de l enquête Emploi, le salaire mensuel (non corrigé de la durée du travail) est expliqué par l âge de fin d études, la durée potentielle d activité et la durée potentielle d activité au carré. On obtient (pour les hommes) : ln( w ) = 7, , 08( FINETUD ) + 0, 057( DURACT ) 0, 00085( DURACT ) + r i91 i i91 i91 i91 (0,018) (0,001) (0,001) (0,00001) R = 0,3 et σ $ ( r $ i91 ) = 0, 437. Les coefficients estimés sont proches de ce qui est obtenu dans Actifs Financiers (la constante est différente puisqu on estime d un côté un salaire mensuel, de l autre un salaire annuel). D autre part, une comparaison rapide a été effectuée avec les données de l enquête Jeunes et Carrières complémentaire à l enquête Emploi de mars Cette enquête ne concerne que les individus âgés de 19 à 45 ans, ce qui tronque les fins de carrière. Néanmoins, on dispose de l âge de fin d études, et de l expérience professionnelle réelle (somme des durées pendant lesquelles un emploi a été occupé). Sur les données de l enquête Jeunes et Carrières, le salaire mensuel (non corrigé de la durée du travail) est expliqué par l âge de fin d études, la durée réelle d activité et la durée réelle d activité au carré. On obtient alors : - pour les hommes : i97 i i97 i97 i97 ln( w ) = 7, 6 + 0, 089( FINETUD ) + 0, 070( DUREMP ) 0, 00151( DUREMP ) + r (0,043) (0,00) (0,00) (0,00009) avec R = 0,33 et σ $ ( r $ i97 ) = 0, pour les femmes : i97 i i97 i97 i97 ln( w ) = 6, , ( FINETUD ) + 0, 061( DUREMP ) 0, 00101( DUREMP ) + r (0,063) (0,003) (0,003) (0,00013) avec R = 0,7 et σ $ ( r $ i97 ) = 0, 57. Les résultats diffèrent un peu de ceux obtenus dans Actifs Financiers. En particulier les coefficients diffèrent plus en fonction du sexe (par exemple le rendement des études est de 9 % pour les hommes, de 1 % pour les femmes). Les coefficients trouvés pour le rendement de l expérience indiquent, pour les hommes, un rendement de l expérience décroissant après 3 ans de carrière, et pour les femmes, après 9 ans. Au total, les coefficients estimés à partir d Actifs Financiers semblent acceptables au vu des études empiriques existantes. 5 Nous remercions vivement Marc-Antoine Estrade de la division Emploi de l INSEE pour nous avoir fourni, outre les données de l enquête, une macro SAS permettant de calculer les durées d emploi, de chômage, d inactivité, etc. à partir des calendriers d activité collectés dans l enquête.

8 8 1. La modélisation des qualifications Les qualifications des individus et leur position sociale sont représentées dans Destinie sur une unique échelle verticale dont l unité est l'âge de fin d'études. L âge de fin d études est donc une variable cruciale du modèle. Il résume la catégorie sociale, la profession, le diplôme, le statut, etc. Cette variable a l avantage d être numérique, et ne change pas au cours de la vie (ce qui n est pas le cas de la catégorie sociale ou de la profession), ce qui lui confère un statut de variable exogène au modèle. Dans l'enquête Actifs Financiers de 1991, base de la microsimulation, on dispose de l information sur l'âge de fin d'études, pour les personnes ayant terminé leurs études. Il est donc nécessaire de simuler l'âge de fin d'études des personnes qui n ont pas fini leurs études en 1991, et a fortiori des générations qui naissent en cours de microsimulation. Dans Destinie, l âge de fin d études est fonction du capital humain et culturel des parents. L âge de fin d études d un enfant est fonction de l âge de fin d études du père et de la mère. Pour les individus qui n ont pas terminé leurs études en 1991, et ceux qui naissent en cours de microsimulation, l âge de fin d'études est calculé en deux temps : tout d abord, on calcule l'âge moyen de fin d'études de chaque génération ; ensuite on calcule comment l âge de fin d'études d un individu s écarte de la moyenne de sa génération. L âge moyen de fin d études des générations nées entre 1900 et 1970 n a cessé d augmenter : de 15,5 ans en moyenne pour la génération 1935, il est passé à 18,5 ans pour la génération 1960 et 19,8 ans pour la génération On ajuste sur ces données qui proviennent de l enquête Emploi une fonction logistique qui permettra de prolonger la courbe pour les générations suivantes. Pour cela, la valeur maximale à long terme de l'âge moyen de fin d'études a été fixée à 4 ans (graphique 1). Il s agit d un paramètre du modèle, dont la valeur peut être modifiée. Avec cette valeur du paramètre, la relation ajustée est la suivante : f 15 ln( ) = 0,069 * a 136 () 4 f où f est l âge de fin d études moyen de la génération née en a. Cette valeur engendre une croissance annuelle du salaire brut par tête à taux constant jusqu en 030 (1 %), un peu plus faible ensuite. Avec la relation (), l'âge moyen de fin d'études croît assez rapidement jusqu à la génération née en 010 (c'est-à-dire pour les personnes qui commenceront leur activité professionnelle environ en 030), plus lentement jusqu en 030 (ce qui a un effet sur la fin de période de la simulation) et est à peu près stable ensuite (ce qui n aura des effets qu au-delà de l horizon de simulation retenu).

9 Graphique 1 AGE MOYEN DE FIN D'ETUDES par année de naissance Enquête Emploi 1997 Année de naissance Série logistique ajustée sur 4 ans Le modèle relie ensuite l'âge de fin d'études d un individu à ceux de son père et de sa mère. On fait ainsi l hypothèse qu il existe une certaine reproduction sociale, la durée des études des enfants étant positivement corrélée à celle des parents. L écart entre l'âge de fin d'études d un individu et l'âge moyen de fin d'études de sa génération est donc obtenu à partir d une relation estimée économétriquement sur les données de l enquête FQP (Formation et Qualification Professionnelle) de 1993 : (F enfant -F g_enfant ) = 0,45*(F père -F g_père ) + 0,31*(F mère -F g_mère ) +,67*Ν(0,1) (3) (0,01) (0,01) où R = 0,1 ; F est l'âge de fin d'études et F g l âge moyen de fin d études des personnes de la génération née l année g. L âge de fin d études est ensuite tronqué aux deux extrémités de la distribution : on lui impose une valeur minimale de 16 ans, et maximale de 30 ans. Avec cette modélisation, les âges de fin d études des enfants sont, en moyenne dans Destinie, croissants en fonction de ceux de leurs parents. L écart moyen entre âge de fin d études de l enfant et âge de fin d études des parents se réduit avec le temps. Ainsi, pour les enfants nés entre 199 et 1995, si l âge de fin d études du père est de ans, l âge de fin d études de l enfant est en moyenne légèrement supérieur à 4 ans. Pour les enfants nés entre 03 et 035, si l âge de fin d études du père est de ans, l âge de fin d études de l enfant est en moyenne de ans également. La dispersion absolue de l âge de fin d études par année de naissance s est accrue sur le passé et se stabilise dans la simulation (graphique ).

10 10 4,5 Graphique écart-type de l'âge de fin d'études par année de naissance 4 3,5 3,5 1, année de naissance Source : modèle de microsimulation Destinie, INSEE 1.3 Les transitions sur le marché du travail L expérience professionnelle réelle s incrémente de 1 chaque année où l individu occupe un emploi. Destinie modélise six états individuels d activité : l emploi et le chômage, la période de scolarité, l inactivité stricte, la préretraite et la retraite. A la fin de ses études, un individu effectue une transition vers l activité. On suppose qu aucun individu ne fait de transition entre scolarité et inactivité stricte 6. Pour déterminer si la première entrée sur le marché du travail se fait via le chômage ou via l emploi, on utilise des probabilités de transition estimées à partir de l enquête emploi de 1991, sur le champ des personnes qui étaient scolarisées en 1990 et actives en Elles dépendent du sexe et de l âge de fin d'études, les hommes et les personnes les plus qualifiées trouvant plus aisément un emploi. Les transitions sur le marché du travail sont modélisées en deux temps : d abord les passages entre activité et inactivité, puis pour les actifs, les passages entre emploi et chômage. Les passages entre activité et inactivité résultent de l application de probabilités de transition, estimées à partir de l enquête emploi de 1991, sur l ensemble de la population non scolaire âgée de 16 à 65 ans. Elles dépendent du sexe, de l âge, de l'âge de fin d'études et, pour les femmes, du nombre et de l âge des enfants (présence d enfants de moins de trois ans). Le modèle est calé de telle sorte que les taux d activité par sexe et âge soient relativement proches de la projection de population active de l Insee à l horizon 00 (Guillemot et alii, 1997). Pour les individus actifs, les passages entre emploi et chômage résultent aussi de l application de probabilités de transition, provenant d une estimation économétrique effectuée à partir de l enquête emploi de 1991, sur l ensemble de la population non scolaire âgée de 16 à 65 ans. Elles dépendent du sexe, de l âge et de l'âge de fin d'études. Le taux de chômage de long terme est de 10 % environ dans le compte central. La probabilité d être au chômage peut être modifiée dans un scénario alternatif qui permet d obtenir un taux de chômage de long terme de 6 % environ (graphique 3). 6 alors qu en réalité, 4 % des personnes font cette transition.

11 11 % Graphique 3 Evolution du taux de chômage dans deux scénarios scénario élevé scénario faible Source : modèle de microsimulation Destinie, INSEE Si les taux d activité masculins ne connaissent pas de modification importante dans le futur, les taux d activité féminins continuent à croître entre 1997 et 00 (graphiques 4). Ils atteignent ainsi environ 85 % à tous les âges entre 5 et 50 ans. Graphiques 4 taux d activité par sexe et âge en 1997 et en % 50 % AGE AGE PLOT hommes femmes Source : modèle de microsimulation Destinie, INSEE PLOT hommes femmes

12 1. La modélisation du résidu 7 Se servir de l équation de salaire précédente en dynamique dans le modèle de microsimulation Destinie nécessite de faire des hypothèses sur les résidus de l équation de salaire ( $r i90 ). On ne peut pas se contenter de supposer qu ils sont nuls car c est masquer complètement la diversité des situations individuelles, qui constituent l intérêt même du modèle. Le résidu $r i90 est décomposé en deux parties, dont l une est permanente et l autre transitoire. Le salaire d un individu i à une date t w it vérifie donc : ln( w ) = x β + u + v (4) it it i it où xit β = a + b( FINETUDi ) + c( DUREMPit ) + d( DUREMPit ) vit = γvit 1 + η it, avec 1 < γ < 1. Cette représentation est une adaptation de la modélisation utilisée par Lillard et Willis (1978) ou Barge et Payen (198). L effet individuel permanent u i rend compte des caractéristiques individuelles inobservables ayant un effet sur le salaire ( qualité intrinsèque de l individu). Le cas γ = 0 correspond à l absence d autocorrélation temporelle des effets transitoires. Les u i sont supposés identiquement distribués suivant une loi normale de moyenne nulle et de variance σ u, les η it sont supposés indépendants entre eux et identiquement distribués selon une loi normale de variance σ η, et les u i et η it sont supposés indépendants entre eux. On a donc un modèle à erreurs composées, avec autocorrélation des résidus si γ n est pas nul., On a aussi la relation suivante, d après l hypothèse de stationnarité de v : ση σ v = 1 γ (5) Pour les individus présents dans l enquête Actifs Financiers de 1991, il faut simuler les résidus u i et v i90 de l équation de salaire (1). En l absence d information, on les tirerait indépendamment dans deux lois normales centrées de variance respective σ u et σ v. Mais on connaît le résidu de l équation r i90 et l on sait que : u + v = r i i i La loi conditionnelle du couple ( u i, v i90 ) sachant que u + v = r un calcul standard donne l espérance mathématique : σ u E ( ui ui + vi90 ) = E ( ui ri 90 ) = ri σ + σ 90 u v σ v i90 σ u + σ v E( v u + v ) = E ( v r ) = r i90 i i90 i90 i90,. i i i est une loi normale dont et la matrice de variance covariance : 7 Je remercie Guy Laroque et Françoise Maurel pour leur aide dans l écriture de cette modélisation.

13 13 σ uσ v σ u + σ v σ uσ v σ u+ σ v σ uσ σ + σ σ σ u u u σ v v + σ v v. Dans ces conditions, on tire pour chaque individu un α i dans une loi normale de moyenne σ uσ v σ u nulle et de variance et on prend comme résidu simulé $u i = ri + α 90 i σ u + σ v σ u + σ v et, en tenant compte de la corrélation 1 qui apparaît dans la matrice de variancecovariance : σ v $v i90 = ri σ + σ 90 u v α i En pratique, σ + est estimé à partir de la variance empirique de l équation de salaire u σ v σ u et il faut trouver λ = σ + σ u v pour mener à bien le calcul. Pour les individus qui n ont pas de salaire en 1990 (retraités, chômeurs, inactifs, individus qui naissent au cours de la microsimulation), leur effet individuel permanent est tiré dans une loi normale de moyenne nulle et de variance σ u = λv ( ri ). Ensuite, pour générer les 90 salaires de chaque année, le résidu transitoire vérifie vit = γvit 1 + ηit. Il suffit donc de tirer une valeur initiale dans une loi normale de moyenne nulle et de variance σ = ( λ) V ( r ), v 1 i90 puis d utiliser le processus précédent en tirant chaque année l aléa pur η it dans une loi normale de moyenne nulle et de variance σ = ( 1 γ ) * σ v. η Les paramètres λ et γ ne peuvent être estimés à partir des seules informations en coupe présentes dans l enquête Actifs Financiers Les valeurs trouvées dans les études passées, qui utilisent des données de panel, sont les suivantes : - sur données américaines (Lillard et Willis, 1978), λ = 0, 731 et γ = 0, 406 sur , uniquement pour les hommes, âgés de 18 à 58 ans en 1967 (1 144 observations). - sur données françaises (Barge et Payen, 198), λ a été estimé par tranche d âge quinquennale, il varie entre 0,61 pour les 0-4 ans et 0,84 pour les ans. γ a aussi été estimé par tranche d âge quinquennale, il varie de 0,137 pour les 0-4 ans à 0,030 pour les ans. L estimation a été faite sur les hommes et les femmes, sur ( observations). Plusieurs raisons justifient de nouvelles estimations : - le modèle le plus proche en terme de spécification est sur données américaines, - les études disponibles portent sur les seuls salariés à temps complet et/ou ramènent les salaires à un même volume de travail (or on souhaite avoir une estimation relative à l ensemble des salariés et à des salaires non corrigés du temps de travail), - ces estimations sont un peu anciennes.

14 14 Pour estimer les paramètres nécessaires à la modélisation du rédsidu, on a donc dû recourir à des données longitudinales, les Déclarations Annuelles de Données Sociales, des années 1984 à Les valeurs trouvées pour l ensemble des salariés, à temps partiel et à temps complet, sont $, λ = 0 6 et $, γ = (le détail de la méthode figure en annexe).

15 15

16 16 3. Reconstitution des carrières Les salaires passés (avant 199) : Les carrières sont reconstituées pendant autant d années que l individu a déclaré d années d activité professionnelle rémunérée. Le salaire superbrut est la somme d une partie déterministe qui dépend de l âge de fin d études et de la durée d emploi (qui s incrémente pendant les années d emploi 8 ), d un effet individuel de salaire permanent, et d un résidu transitoire. La valeur initiale de ce dernier, v i0, est tirée dans une loi normale de moyenne nulle et de variance σ v. Ensuite chaque année on tire l innovation η it dans une loi normale de moyenne nulle et de variance ση = ( 1 γ ) * σ v et on applique la formule vit = γvit 1 + ηit. Lorsqu on atteint l année 1990 on reprend la valeur v i90 issue de l équation de salaire estimée, et on repart de celle-ci pour générer les salaires de 1991 et des années suivantes 9. Le salaire net et le salaire brut, qui servira au calcul de la retraite, sont reconstitués à partir du salaire superbrut en appliquant les taux de cotisations sociales salariales et patronales historiques. Chaque année dans le passé, un coefficient correcteur est appliqué à chaque salaire net pour que la moyenne sur les individus de la microsimulation soit égale à la moyenne indiquée dans les séries longues de Bayet, Julhès, 1996, par sexe. En se calant sur les évolutions salariales du secteur privé, on est implicitement conduit à assimiler tous les actifs occupés du modèle à des salariés du secteur privé. Les salaires en projection : A partir de 199, le salaire superbrut est la somme d une partie déterministe qui dépend de l âge de fin d études et de la durée d emploi (qui s incrémente pendant les années d emploi), d un effet individuel de salaire permanent, et d un résidu transitoire. Pour les individus qui naissent au cours du déroulement de la microsimulation, la valeur initiale de ce dernier, v i0, est tirée dans une loi normale de moyenne nulle et de variance σ v. Ensuite chaque année on tire l aléa pur η it dans une loi normale de moyenne nulle et de variance σ = ( 1 γ ) * σ v et on applique la formule v = γv + η η it it 1 it. Le salaire brut s obtient ensuite à partir du salaire superbrut par déduction des cotisations sociales employeur, le salaire net à partir du salaire brut par déduction des cotisations sociales salariales 10. Jusqu en 1996, on cale les salaires nets moyens par sexe sur les séries longues de Friez, Julhès, On suppose par ailleurs qu il n y a pas de décote salariale l année de la reprise d emploi, après une période de chômage. 9 La procédure rigoureuse qui consiste à remonter le temps à partir de 1990 en tirant successivement ( ν i, t 1, ηit ) sachant ν i, t aurait été trop lourde à mettre en oeuvre. 10 A l exception de l assurance vieillesse, les taux de cotisations sont supposés constants en projection et égaux à leur valeur de Les taux de cotisations vieillesse s ajustent pendant la simulation pour équilibrer prestations et cotisations. Afin de ne pas alourdir le coût du travail, on suppose que seul le taux de cotisation salairé s ajuste dans le Régime général et que toute hausse de ce taux est intégralement répercutée dans le salaire net. Pour les régimes complémentaires, le raisonnement est similaire et l ajustement se fait par l intermédiaire du taux d appel.

17 17

18 18 4. Résultats Mobilité salariale Pour donner une idée de la mobilité salariale engendrée, les individus de la microsimulation présents en 198 et en 199 sont classés par ordre croissant de salaire chaque année, et positionnés dans dix déciles l année initiale et l année finale. La matrice de transition croisant le décile de 198 (DDx) avec le décile de 199 (DAx) figure au tableau 1. Tableau 1 Transitions entre déciles ( ) DA1 DA DA3 DA4 DA5 DA6 DA7 DA8 DA9 DA10 Total DD1 50,95 18,46 10,33 6,4 5,1 3,51,91 1,81 0,30 0,0 100 DD 18,91 19,50 15,8 11,64 10,95 10,45 5,77 4,58 1,99 0, DD3 10,46 14,9 13,71 16,45 1,39 1,59 10,36 4,97,94 1, 100 DD4 6,1 13,31 16,6 1,81 1,11 11,91 9,91 8,61 5,71, DD5 4,1 10,03 13,84 1,44 13,34 13,14 10,3 11,43 7,3 4, DD6,89 9,66 9,96 1,75 1,85 1,65 13,55 10,76 10,6 4, DD7,51 6,8 9,73 11,33 11,13 9,03 14,4 13,94 14,54 6,7 100 DD8,61 4,8 5, 8,03 10,44 1,45 13,76 15,36 15,56 11, DD9 0,80,59 3,19 5,99 8,68 9,98 13,67 16,7 0,16 18, DD10 0,00 0,50 1,31,51,91 4,3 5,43 1,16 1,1 49, Source : modèle de microsimulation Destinie, INSEE On peut comparer cette matrice avec les données disponibles sur le secteur privé et les entreprises publiques, dans les DADS (Déclarations Annuelles de Données Sociales), au tableau. Tableau Transitions entre déciles ( ) DA1 DA DA3 DA4 DA5 DA6 DA7 DA8 DA9 DA10 total DD1 36,7 4,70 11,99 7,83 5,43 3,90 3,14,46,1 1, DD 15,85 8,81 4,0 1,08 6,99 4,35,83,16 1,49 1,3 100 DD3 11,8 15,35 6,1 0,36 11,30 6,47 4,18,45 1,57 0, DD4 8,9 9,8 16,57 3,34 18,98 11,13 6,04 3,9 1,93 1, DD5 6,83 6,46 8,48 17,38,70 18,40 10,5 5,16 3,05 1,9 100 DD6 5,83 4,74 4,93 9,59 17,90 3,46 17,68 9,58 4,43 1, DD7 4,84 3,87 3,7 4,68 9,95 19,41 5,31 17,5 8,11 3, DD8 4,06,88,0,60 4,07 9,0 1,6 9,48 17,99 6, DD9 3,38,36 1,38 1,41 1,76,79 7,8 4,4 38,50 16, DD10,85 1,6 0,86 0,7 0,94 1,06 1,67 3,66 0,81 65,81 100

19 19 Source : panel DADS Quelques indicateurs globaux de mobilité peuvent être calculés à partir de ces matrices (Bourguignon, Morrisson, 1987) : - le ratio d immobilité complète (somme des éléments de la diagonale, divisée par 10), qui correspond à la probabilité empirique de ne pas changer de décile - le ratio d immobilité (somme des éléments de la diagonale, de la diagonale supérieure et de la diagonale inférieure, divisée par 10), qui correspond à la probabilité empirique de rester dans le même décile ou dans un décile adjacent. La matrice du tableau 1 correspond à un ratio d immobilité complète de 0,, et de 0,50 si on inclut les deux diagonales mineures. La matrice du tableau correspond à un ratio d immobilité complète de 0,31, et de 0,67 si on inclut les deux diagonales mineures. Le modèle engendre donc un peu plus de mobilité que les DADS, en particulier une mobilité sensiblement plus forte à partir du dernier décile. Ceci tient certainement à l utilisation d équations de salaire (résidus compris) qui s appliquent de la même manière quel que soit le niveau de salaire, alors qu on peut se demander si dans la réalité, certains segments du marché du travail ne sont pas régis par des lois différentes. 4. Evolution du salaire par tête dans la simulation Le compte central du modèle est établi avec une inflation nulle (données en francs constants) et un progrès de productivité exogène égal à 1 % par an. Le rendement des études et de l expérience professionnelle sont supposés constants dans le temps ; la dynamique du modèle est créée par les évolutions démographiques, l allongement des études, les transitions vis-à-vis de l activité. Le salaire brut par tête croît de manière endogène, c est-à-dire sous le seul effet des variations des variables explicatives des salaires (âge de fin d études et durée d emploi), de 1 % par an en moyenne jusqu en 030, donc au total, en incorporant les progrès de productivité exogènes, de % en moyenne par an. Ensuite il croît de manière endogène de 0,6 % par an en moyenne jusqu en 040. En francs constants de 1996, il passe ainsi de F en 199 à F en 040. La croissance endogène du salaire brut par tête résulte essentiellement de l allongement des études. En effet, l âge moyen de fin d études des salariés passe de 18 ans en 199 à près de 3 ans en 040, tandis que la durée d emploi moyenne est relativement stable sur la période, autour de 17,5 années (tableau 3). L allongement tendanciel des études, la hausse des taux d activité féminins, la baisse tendancielle du chômage dans la simulation 11, conduisent à ce que la moyenne des durées d emploi augmente légèrement pour les femmes, diminue légèrement pour les hommes, et n évolue quasiment pas sur la période au niveau global. 11 Du fait de la hausse des qualifications, le taux de chômage diminue tendanciellement : il passe par exemple de 1% à 10 % entre 000 et 00 (graphique 3).

20 0 Tableau 3 Evolution de l âge de fin d études moyen et de la durée d emploi moyenne année âge moyen de fin d études durée moyenne d emploi Hommes Femmes Ensemble ,9 18,8 19,9 1,0,0,6 18,0 18,8 19,8 0,8 1,8,4 17,9 18,8 19,8 0,9 1,9,5 18,4 18,6 18,5 18,1 17,7 17, 15, 15,7 16,1 16,4 16,3 15,9 16,9 17,3 17,4 17,3 17,0 16,7 Source : modèle de microsimulation Destinie, INSEE Note : les moyennes sont calculées sur l ensemble des individus actifs occupés l année considérée. Une décomposition comptable de la hausse endogène de la moyenne des logarithmes des salaires montre bien que l accroissement tendanciel des salaires vient essentiellement de l allongement des études (tableau 4). Cet effet est moins fort après 00. Quant à l effet de la durée d emploi, il est négatif pour les hommes et positif pour les femmes avant 00, mais son importance est moindre que celle de l âge de fin d études.

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 1 Document

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 mars 2010-9 h 30 «Espérance de vie, durée de cotisation et âges de départ à la retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 04 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

1. La fonction de consommation keynésienne

1. La fonction de consommation keynésienne Rappels de cours Aix- Marseille Université - Faculté des Sciences Economiques Licence EM 1ère année - 2ème semestre Travaux dirigés de Macroéconomie Karine CONSTANT Gilles DE TRUCHIS 1. La fonction de

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Evaluer l impact des réformes des retraites sur l activité des 55 ans et plus

Evaluer l impact des réformes des retraites sur l activité des 55 ans et plus Evaluer l impact des réformes des retraites sur l activité des 55 ans et plus M. Bachelet, M. Beffy et D. Blanchet Séminaire Fourgeaud - 8 juin 2011 Introduction Présentation précédente a détaillé évolutions

Plus en détail

Simulation des règles CNAV-AGIRC-ARRCO sur les carrières des fonctionnaires. Note DREES

Simulation des règles CNAV-AGIRC-ARRCO sur les carrières des fonctionnaires. Note DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2015 à 9 h 30 «La revalorisation des pensions et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection» Document N 5 Document

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques Projection de la population active du Québec de 2010 à 2030 en fonction de cinq hypothèses d'allongement de la vie active À la demande de la Commission nationale sur la participation

Plus en détail

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.15 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 Banque de France 1.

Plus en détail

Les différences de carrières salariales à partir du premier emploi

Les différences de carrières salariales à partir du premier emploi SALAIRES Les différences de carrières salariales à partir du premier emploi Sylvie Le Minez et Sébastien Roux* Les trajectoires salariales dans le secteur privé se différencient dès le premier emploi durable.

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85.

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85. COMPRENDRE VOTRE RETRAITE Trois ans après la dernière réforme, un nouveau texte de loi est prévu concernant le régime des retraites par répartition : maintien de l'âge légal de départ à la retraite à 62

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

Indicateur n 14 : Pension moyenne

Indicateur n 14 : Pension moyenne Programme «Retraites» 47 Indicateur n 14 : Pension moyenne Sous-indicateur n 14-1 : de l ensemble des retraités Les évolutions des pensions moyennes (avantage principal de droit direct) brutes en euros

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Direction Statistiques et Publications Sommaire Introduction p. 4 1. Les bénéficiaires de l'assurance-chômage âgés de

Plus en détail

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Informations détaillées pour l emploi du calculateur TCF sur le 2 e pilier

Informations détaillées pour l emploi du calculateur TCF sur le 2 e pilier Informations détaillées pour l emploi du calculateur TCF sur le 2 e pilier 1 er secteur: informations tirée de votre certificat d assurance Vous recevez chaque année, entre février et mars, un certificat

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France

L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France Christophe Daniel (GRANEM, Université d Angers), Anne Lavigne (LEO, Université d Orléans), Stéphane Mottet(GRIEF, Université de Poitiers), Jésus-HerellNzeObame(GRANEM,

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Mobilités professionnelles et formation continue

Mobilités professionnelles et formation continue Mobilités professionnelles et continue Pauline GIVORD, Lionel WILNER 7 décembre 2009 Introduction Dans un contexte de flexibilisation accrue du marché du travail (Givord 2006), il est important de comprendre

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL I P L A N... A Arbitrage entre consommation et travail B Effets de l'augmentation du salaire C Déterminants de l'offre du travail

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail

Simulation des durées d assurance validées par les salariés du secteur privé à l aide du modèle de microsimulation Destinie de l INSEE

Simulation des durées d assurance validées par les salariés du secteur privé à l aide du modèle de microsimulation Destinie de l INSEE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Fiche n 5 Simulation des durées d assurance validées par les salariés du secteur privé à l aide du modèle

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Trajectoires d emploi et chômage

Trajectoires d emploi et chômage Trajectoires d emploi et chômage Séminaire SACEI 15 septembre 2011 Alice Hui PENG Bruno MASSONNET AS-Consultant b.massonnet@as-consultant.com Plan 1. L enquête emploi de l INSEE 3 2 Taux de chômage BIT

Plus en détail

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux Bureau du surintendant des institutions financières Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Des régimes de retraite mieux financés dans un système équilibré

Plus en détail

Radio et télévision 15 %

Radio et télévision 15 % culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak Simulation de l évolution du taux de remplacement net des salaires pour 4 cas-type, nés en 1960, selon les réformes du système de retraite, à l horizon 2020 Henri Sterdyniak L évolution du système de retraite

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

Diffusion et révisions des comptes nationaux

Diffusion et révisions des comptes nationaux Diffusion et révisions des comptes nationaux Pour décrire la politique de diffusion et de révisions des comptes nationaux, il est nécessaire de donner préalablement un rapide panorama des deux systèmes

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

Risque financier et accès aux soins

Risque financier et accès aux soins Risque financier et accès aux soins Effet d une charge Discutant: Sophie Guthmuller recours et le JESF Décembre 2011, Clermont-Ferrand le recours et le le ˆ En santé, un individu averse au risque choisi

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE

DOCUMENT DE RECHERCHE DOCUMENT DE RECHERCHE ÉTUDE SUR L EXONÉRATION DES PRIMES D ASSURANCE-VIE COLLECTIVE FONDÉE SUR L EXPÉRIENCE CANADIENNE DE CESSATION D INVALIDITÉ DE LONGUE DURÉE ENTRE 1988 ET 1994 COMMISSION DES PRÉVISIONS

Plus en détail

Introduction à l analyse des données. Olivier Godechot

Introduction à l analyse des données. Olivier Godechot Introduction à l analyse des données Olivier Godechot Introduction. Les données statistiques : de très nombreuses variables. Aucune n est parfaite La perception d un phénomène appréhendée comme la combinaison

Plus en détail

COMPORTEMENT ASYMPTOTIQUE D UNE FILE D ATTENTE À UN SERVEUR

COMPORTEMENT ASYMPTOTIQUE D UNE FILE D ATTENTE À UN SERVEUR Université Paris VII. Préparation à l Agrégation. (François Delarue) COMPORTEMENT ASYMPTOTIQUE D UNE FILE D ATTENTE À UN SERVEUR Ce texte vise à l étude du temps d attente d un client à la caisse d un

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

Les différenciations de salaires au cours de la carrière : deux études sur un panel long.

Les différenciations de salaires au cours de la carrière : deux études sur un panel long. Les différenciations de salaires au cours de la carrière : deux études sur un panel long. Sébastien Roux INSEE-CREST COE, 13 mai 2008 Roux (CREST) Trajectoires salariales COE, 13 mai 2008 1 / 36 Introduction

Plus en détail

5 Rémunérations. 5-1 Généralités. Définitions et méthodes. 106 Fonction publique

5 Rémunérations. 5-1 Généralités. Définitions et méthodes. 106 Fonction publique 5 Rémunérations 5-1 Généralités L évolution du salaire des fonctionnaires dépend des mesures générales d augmentation de la valeur du point, des mesures catégorielles et de l effet de structure, dit GVT

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

12.1. Le cumul emploi-retraite

12.1. Le cumul emploi-retraite 12.1. Le cumul emploi-retraite Le cumul emploi-retraite est un dispositif qui permet de cumuler le bénéfice d une pension avec la perception de revenus d activité. Dans un premier temps soumis à certaines

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 13 février 2008 à 9 h 30 «Evaluation du montant des droits familiaux» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Les effets de la neutralisation

Plus en détail

Salaire brut annuel en équivalent temps plein annualisé des personnels titulaires du secteur public en France métropolitaine

Salaire brut annuel en équivalent temps plein annualisé des personnels titulaires du secteur public en France métropolitaine Les rémunérations Salaire annuel en équivalent temps plein annualisé des personnels titulaires du secteur public en métropolitaine Les personnels enseignants : Dans le premier degré : 31 280 (dont 5,0

Plus en détail

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de :

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : Chapitre 1 L intérêt Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Comprendre la notion générale d intérêt. 2. Distinguer la capitalisation à intérêt simple et à intérêt composé. 3. Calculer la

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

Méthodes de prévision des ventes

Méthodes de prévision des ventes Méthodes de prévision des ventes Il est important pour toute organisation qui souhaite survivre dans un environnement concurrentiel d adopter des démarches de prévision des ventes pour anticiper et agir

Plus en détail

Les formules de proratisation, de décote et de surcote. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les formules de proratisation, de décote et de surcote. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2012 à 14 h 30 «I - Avis technique sur la durée d assurance de la génération 1956 II - Réflexions sur les règles d acquisition des droits

Plus en détail

L impact causal de la survenue du cancer sur le parcours professionnel : l apport des données administratives

L impact causal de la survenue du cancer sur le parcours professionnel : l apport des données administratives 35 ièmes Journées des Économistes de la Santé Français, 5 et 6 décembre 2013, Créteil L impact causal de la survenue du cancer sur le parcours professionnel : l apport des données administratives T. Barnay

Plus en détail

Chapitre 3. Les distributions à deux variables

Chapitre 3. Les distributions à deux variables Chapitre 3. Les distributions à deux variables Jean-François Coeurjolly http://www-ljk.imag.fr/membres/jean-francois.coeurjolly/ Laboratoire Jean Kuntzmann (LJK), Grenoble University 1 Distributions conditionnelles

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

La microsimulation : un outil pour la réflexion prospective sur le vieillissement

La microsimulation : un outil pour la réflexion prospective sur le vieillissement La microsimulation : un outil pour la réflexion prospective sur le vieillissement Didier BLANCHET Rencontres de la Chaire «Risques et Chances de la Transition Démographique» Palais Brongniart, 22 avril

Plus en détail

Chapitre 7. Statistique des échantillons gaussiens. 7.1 Projection de vecteurs gaussiens

Chapitre 7. Statistique des échantillons gaussiens. 7.1 Projection de vecteurs gaussiens Chapitre 7 Statistique des échantillons gaussiens Le théorème central limite met en évidence le rôle majeur tenu par la loi gaussienne en modélisation stochastique. De ce fait, les modèles statistiques

Plus en détail

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN ANNEXE LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN Dans le cadre de son mandat pour 2001, le Comité de protection social (CPS) a présenté un rapport recommandant une série initiale de dix indicateurs primaires et

Plus en détail

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS IRES INSTITUT DE RECHERCHES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES.1 - N 2.1 SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS Par de nombreuses caractéristiques, les salariés à «bas

Plus en détail

REUNION D INFORMATION 30 JUIN 2008 LES RETRAITES

REUNION D INFORMATION 30 JUIN 2008 LES RETRAITES REUNION D INFORMATION 30 JUIN 2008 LES RETRAITES Synthèse CPI-CNBF (maj 17 avril 2008) Documents de travail : Comparatif CPI et CNBF 25 ANS et 30K Comparatif CPI et CNBF 35 ANS 65K avec produit de retraite

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

santé solidarité Montant des pensions de retraite et taux de remplacement DOSSIERS

santé solidarité Montant des pensions de retraite et taux de remplacement DOSSIERS DOSSIERS et Montant des pensions de retraite et taux de remplacement N 33 212 Assurer un niveau de vie adapté aux retraités est l un des principaux objectifs du système de retraite. Ce Dossier et s intéresse

Plus en détail

Les débuts de vie professionnelle

Les débuts de vie professionnelle Les débuts de vie professionnelle au prisme des enquêtes Génération du CEREQ Alberto LOPEZ (DEVA) Arnaud DUPRAY (DPMT) Centre d Etudes et de REcherche sur les Qualifications Plan de l exposé 1 La transition

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Gregory Mankiw, David Romer, David Weil Quarterly Journal of Economics, Mai 1992 Résumé Cet article cherche à savoir si le modèle de

Plus en détail

Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES SERIE STATISTIQUES DOCUMENT DE TRAVAIL

Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES SERIE STATISTIQUES DOCUMENT DE TRAVAIL Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES SERIE STATISTIQUES DOCUMENT DE TRAVAIL Les trimestres acquis pour la retraite au titre des périodes assimilées et de l assurance

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

ENIM. Etablissement National des Invalides de la Marine

ENIM. Etablissement National des Invalides de la Marine CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.17 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 ENIM Etablissement National

Plus en détail

ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES CHIFFRES-CLÉS Édition 2014 ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES THÈME 3 Inégalités professionnelles ÉCARTS DE SALAIRES Les écarts de salaires entre les femmes et les hommes traduisent pour partie les inégalités

Plus en détail

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

Stock net de capital («patrimoine»)

Stock net de capital («patrimoine») Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Stock net de capital («patrimoine») Merci de citer ce

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail

Prévision de la demande

Prévision de la demande But : Pour prendre des décisions relatives à la structure et au fonctionnement opérationnel de tout système logistique; il faut s appuyer sur un système de prévision fiable. Concerne le long, moyen et

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Assemblée Générale des étudiants de Louvain 17 juin 2015 1 Avant-propos Depuis quelques semaines, la question de la surpopulation dans les filières

Plus en détail

Règlement relatif à l assurance complémentaire

Règlement relatif à l assurance complémentaire Règlement relatif à l assurance complémentaire Fondation de prévoyance Swiss Life Assurance complémentaire Service externe valable à compter du 1 er janvier 2011 Sommaire A Introduction 3 1 Principe 3

Plus en détail