Ecole Polytechnique Macroéconomie avancée-eco 553 Chapitre 2 : Epargne, accumulation du capital et croissance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ecole Polytechnique Macroéconomie avancée-eco 553 Chapitre 2 : Epargne, accumulation du capital et croissance"

Transcription

1 Ecole Polytechnique Macroéconomie avancée-eco 553 Chapitre 2 : Epargne, accumulation du capital et croissance Pierre Cahuc Septembre 28 Table des matières 1 Le modèle de croissance néoclassique Le sentier de croissance optimal L équilibre décentralisé Politiques budgétaires et scales et équilibre macroéconomique Le mode de nancement des dépenses publiques Taxation distorsive Bibliographie 14 4 Annexe : Eléments d optimisation statique et dynamique Optimisation statique Maximum libre et maximum contraint La technique du Lagrangien Interprétation des multiplicateurs de Lagrange Résumé et guide pratique d optimisation statique Optimisation dynamique Le problème du contrôle optimal Les conditions du premier ordre Horizon in ni Calcul des variations Résumé et guide pratique de contrôle optimal

2 Introduction Ce chapitre présente le modèle de croissance néoclassique, connu sous le nom de modèle de Ramsey ou encore modèle de Cass Koopmans. Ce modèle est une extension du modèle de Solow, étudié dans le chapitre précédent. Contrairement au modèle de Solow où le taux d épargne est supposé exogène, le modèle de croissance néoclassique suppose que le comportement d épargne résulte d un comportement d optimisation des agents économiques. Ce modèle joue un rôle très important en macroéconomie, car il est utilisé pour étudier de très nombreux problèmes dynamiques, liés aux politiques scales et monétaires, à la taxation et aux cycles. Dans ce chapitre, nous commençons par étudier le modèle de croissance néoclassique dans une première section. Nous verrons ensuite, dans la section 2, comment ce modèle éclaire les conséquences des politiques budgétaires et scales. 1 Le modèle de croissance néoclassique Le modèle de Ramsey représente une économie avec un bien produit, consommé et accumulé sous forme de capital, ainsi que du travail, utilisé pour produire le bien consommé. Le bien consommé est le numéraire. Il y a un consommateur représentatif donc la durée de vie est in nie. L économie est supposée parfaitement concurrentielle. Nous commençons par traiter du cas, analysé par Frank Ramsey dès 1928, où un plani cateur maximise l utilité de l agent représentatif. Ses décisions d épargne et d investissement sont, par dé - nition, socialement optimales. Dans un second temps, nous montrons l équivalence du sentier optimal choisi par le plani cateur, avec celui d une économie décentralisée de concurrence parfaite. 1.1 Le sentier de croissance optimal La population L t croît au taux n ; elle peut être conçue comme un ménage, ou un grand nombre de ménages identiques, dont la taille croît au cours du temps. La population active est égale à la population totale. Chaque individu o re inélastiquement une unité de travail par unité de temps. Le temps est continu. Il y a un bien numéraire et du travail. Il n y a pas de progrès technique. La production est soit consommée soit investie. Formellement, en notant Y la production, K le capital et C la consommation : Y t = F (K t ; L t ) = C t + _ K t (1) où F est une fonction de production néoclassique à rendements constants. On note k = K=L le ratio capital travail et f(k) = F (K; L)=L = F (k; 1): f est strictement concave, f() =, et véri e les conditions d Inada : f () = +1; f (+1) = : On note k > le stock de capital initial. On peut écrire l équation (1) en termes par tête, soit en notant c = C=L, comme _ K = _ kn + _ NK; on obtient Y t = f(k t ) = + _ k t + nk t (2) Les préférences sont représentées par l intégrale des utilités : U s = Z +1 s u( )e (t s) dt: Le bien-être du ménage représentatif à la date s; U s ; est la somme actualisée des utilités instantanées u( ) qui dépendent de la consommation par tête = C t =L t : La fonction d utilité instantanée u est concave et strictement croissante. Le paramètre > représente le taux de préférence pour le présent, ou encore le facteur d escompte. 2

3 Le programme du plani cateur Un plani cateur central maximise, à la date t = ; le bien-être du ménage en décidant de sa consommation et de son investissement. Le programme d optimisation du plani cateur s écrit sous contrainte max U = fk t;g t Z +1 u( )e t dt _k t = f(k t ) nk t ; (3) k donné, k t ; pour tout t: La solution optimale s obtient en maximisant le Hamiltonien 1 H t = u( )e t + t [f(k t ) nk t ] où la variable t est le multiplicateur associé à la contrainte (3), ou encore la variable de co-état associée avec la variable d état k t : t représente la valeur marginale évaluée à la date d un accroissement d une unité de capital à la date t: Il souvent plus commode de travailler avec la valeur marginale évaluée à la date t; d un accroissement d une unité de capital à la même date. En notant t = t e t ; on peut ré-écrire le Hamiltonien sous la forme : H t = fu( ) + t [f(k t ) nk t ]g e t Les conditions nécessaires et su santes (étant données les hypothèses sur les fonctions u et f) pour dé nir un sentier optimal pour k et c s écrivent, pour tout = ; _ t t ; lim k t t = : En utilisant la dé nition de H et en remplaçant par on obtient L élimination de t des équations (4) et (5) donne : ou encore u ( ) = t ; (4) _ t = t + n f (k t ) ; (5) lim k tu ( )e t = : (6) d[u ( )]=dt u ( ) _ = + n f (k t ) ct u ( ) u = + n f (k t ) (7) ( ) L expression u ( )=u ( ) représente la courbure de la fonction d utilité. On constate que c est l élasticité de l utilité marginale par rapport à la consommation. Si l utilité est linéaire, cette élasticité est nulle. Il est aussi intéressant de noter que cette expression est reliée à l élasticité de substitution intertemporelle. Pour le constater, rappelons que l élasticité de substitution entre la consommation de deux 1 Voir l annexe du présent chapitre qui contient des éléments d optimisation dynamique. 3

4 biens c s et dont les prix sont notés respectivement p s et p t est par dé nition la valeur absolue de la variation relative du rapport c s = divisée par la variation relative du rapport p s =p t : ( ) = d(c s=) c s= : d(p s=p t) p s=p t On obtient, en utilisant l égalité du taux marginal de substitution au rapport des prix : ( ) = u (c s )=u ( ) c s = d(c s = ) d[u (c s )=u ( )] On peut calculer la limite de cette expression lorsque c s! en remarquant qu un développement limité au voisinage de donne u (c s ) u ( ) d u ' dc s ( ) u ( ) ; d cs ' dc s : Soit en substituant dans la dé nition de ( ) lorsque c s! : ( ) = u ( ) u ( ) qui correspond à l inverse de la valeur absolue de l élasticité de l utilité marginale. En utilisant la dé nition de ( ); l équation (7) s écrit : _ = ( ) f (k t ) n (8) L équation (8) (ou indi éremment (7)) est l équation d Euler. C est l équation di érentielle qui décrit une condition nécessaire pour que c et k soient sur un sentier optimal. Le choix optimal correspond à l égalité du taux marginal de transformation du bien numéraire entre deux dates au taux marginal de substitution de ce même bien. Cette condition est aussi connue sous le nom de règle de Keynes- Ramsey. Elle indique que la consommation augmente d autant plus que la productivité marginale du capital (nette de la croissance de la population) est plus grande que le taux de préférence pour le présent. En e et, il est plus rentable de réduire aujourd hui sa consommation pour consommer plus dans le futur lorsque le rendement du capital est plus élevé. L équation (8) montre que la consommation est plus sensible à la di érence entre la productivité marginale du capital et le taux de préférence pour le présent lorsque (c) est plus élevée. Il est intéressant de noter que deux spéci cations de la fonction d utilité couramment utilisées en économie aboutissent à des expressions simples de la relation d Euler. La fonction CRRA (Constant Relative Risk Aversion) : u(c) = c1 pour > ; 6= 1 1 u(c) = ln c pour = 1 où désigne le coe cient relatif d aversion au risque ( cu (c)=u c)), implique la forme suivante : _ = 1 f (k t ) n où = 1= ne dépend pas de la consommation. Les nombreux travaux empiriques qui ont estimé la valeur de trouvent généralement une valeur légèrement supérieure à 1 (de l ordre de 1,5). 4

5 La fonction CARA (Constant Absolute Risk Aversion) : u(c) = e c où est le coe cient absolu d aversion pour le risque ( _ = 1 ; > ; f (k t ) n : u (c)=u c))., aboutit à Il faut remarquer l importance de la condition de transversalité, qui s écrit : lim k t t = lim k t u ( )e t = : (9) Elle correspond à une condition terminale qui a une interprétation plus naturelle lorsque l horizon est ni, de date T: Dans ce cas, la condition de transversalité, qui s écrit k T u (c T )e T = ; indique simplement qu il n est pas optimal de conserver un stock de capital positif si l utilité marginale de la consommation est positive à la date terminale. La condition de transversalité lorsque l horizon est in ni peut s interpréter comme la limite de cette condition lorsque T devient très grand. La solution stationnaire On peut à présent déterminer les valeurs d équilibre stationnaire de la consommation et du capital par tête. En posant _c = dans l équation (8), on obtient f (k ) = + n: (1) La productivité marginale du capital est égale à la somme du taux de préférence pour le présent et du taux de croissance de la population. En posant _ k t = dans la contrainte (3), la consommation par tête s écrit c = f(k ) nk : La condition (1) est la règle d or modi ée, en référence à la règle d or, f (k) = n, qui maximise la consommation par tête à l état stationnaire. La règle d or modi ée implique que le stock de capital est plus faible qu avec la règle d or, car la préférence pour le présent implique qu il n est pas optimal de réduire la consommation courante jusqu à un point où l on atteint un niveau de consommation maximal à l état stationnaire. Le sentier de croissance optimal La dynamique de (k t ; ) est dé nie par les équations (3), (8), la condition de transversalité (9) et par la condition initiale k : Soit : _k t = f(k t ) nk t (11) lim tu ( )e t = (12) _ = ( ) f (k t ) n (13) k donné 5

6 c c * k * k Fig. 1 La dynamique du capital et de la consommation. Tous les points k t > ; ; sont admissibles. La contrainte (3), _ k = f(k) c nk; implique que _ k = pour tous les couples (k; c) tels que c = f(k) nk ce qui donne une courbe qui passe par l origine, qui atteint un maximum pour f (k) = n et décroît ensuite continûment en coupant l axe des abscisses lorsque f(k) = n: En outre, k _ est positif (resp. négatif) en tout point situé sous (resp. au dessus de) la courbe c = f(k) nk: L équation (8), _ct = ( ) [f (k t ) n ] ; implique que _c = pour tous les couples (k; c) tels que f (k) = n + ce qui donne une droite verticale. En outre, _ > en tout point situé à gauche de cette droite. Le diagramme des phases, représenté sur la gure 1, montre donc que l équilibre stationnaire, c > ; k >, a une con guration de point selle. Toute valeur initiale de k et c située au dessus de la trajectoire qui passe par le point c > ; k > coupe l axe des ordonnées, ce qui correspond à une valeur nulle de k; en ce point c doit sauter à une valeur c = ; ce qui est incompatible avec la condition (8). De telles trajectoires ne sont donc pas admissibles. Toute valeur initiale de k et c située au dessous de la trajectoire qui passe par le point c > ; k > converge vers le point c = et k tel que f (k) = + n; ce qui est incompatible avec la condition de transversalité lim k t u ( )e t = ; de telles trajectoires sont donc inadmissibles. La seule trajectoire admissible est donc la trajectoire qui passe par le point d équilibre stationnaire c > ; k > : La trajectoire optimale peut donc être décrite de la manière suivante : à la date t = ; le stock de capital initial est égal à k ; et la consommation saute sur la trajectoire qui passe par le point c > ; k > : La consommation et le capital convergent ensuite de façon monotone vers leur valeur stationnaire. On peut montrer formellement que l équilibre stationnaire a une con guration de point selle en 6

7 linéarisant le système d équations (3), (8) au voisinage de l état stationnaire. La linéarisation donne _c = (k k ); avec = f (k )c (c ) > _k = [f (k ) n](k k ) (c c ) = (k k ) (c c ): En dérivant la seconde équation par rapport au temps et en utilisant la première on obtient d 2 k dt = _ k + (k k ): Les racines de l équation caractéristique associée avec cette équation di érentielle du second-ordre sont 1 2p 2 4: Il y a donc deux racines réelles, dont une négative et l autre positive, ce qui correspond à la propriété de point selle. Il est aussi possible de connaître la vitesse de convergence du stock de capital par tête vers sa solution stationnaire. Notons la racine négative, la solution pour k t est k t = k + (k k )e t : La vitesse de convergence est donc donnée par la valeur absolue de, qui croît avec l élasticité de substibution intertemporelle. En e et, plus cette dernière est élevée et plus les agents sont près à sacri er une consommation importante aujourd hui (en supposant k < k ) pour atteindre plus rapidement l état stationnaire. 1.2 L équilibre décentralisé On analyse maintenant l équilibre de concurrence parfaite de l économie étudiée jusqu à présent. Il y a un marché du travail et un marché du capital. On note w t le taux de salaire et r t le taux d intérêt. La production est réalisée par une entreprise représentative (l hypothèse de rendements constants implique que l équilibre ne dépend pas du nombre d entreprises tant que la concurrence est supposée parfaite) qui peut louer le capital et le travail aux ménages. Les ménages détiennent une richesse composée de titres nanciers qui peuvent être des reconnaissances de dette des entreprises ou d autres ménages. Les ménages sont indi érents à la composition de leur richesse, car les rendements de tous les placements sont supposés égaux à r t : Chaque ménage, qui peut être créditeur ou débiteur net, décide à chaque instant du montant de consommation et donc d épargne. Les ménages et les entreprises ont des anticipations rationnelles. On peut écrire le programme de maximisation du ménage représentatif en notant a t la richesse par membre du ménage à la date t: Notons fw t ; r t g ; t 2 [; 1[ la séquence des salaires et des taux d intérêt. Le programme du ménage représentatif s écrit sous la contrainte budgetaire avec max U s = Z 1 s u( )e (t s) dt _a t = w t + r t a t na t pour tout t; k donné (14) k t = a t + b t où b t désigne l endettement du ménage représentatif, puisque la richesse du ménage est égale au capital loué à l entreprise diminuée de son endettement. 7

8 Avant de résoudre ce problème de maximisation, il est important de remarquer qu il n y a pas de contrainte de non négativité sur la richesse des ménages. Or, si chaque ménage peut emprunter sans limite, il existe une incitation à s endetter à l in ni. Dans ce contexte, un ménage peut soutenir n importe quel niveau de consommation constant au cours du temps en augmentant indé niment son endettement. En e et, il est possible de nancer un euro de consommation en t avec un emprunt, et de réemprunter à la date suivante pour nancer un euro de consommation plus le remboursement de l emprunt, égal à r t. Il faut alors emprunter 1+r t euro en t+1 pour nancer un euro de consommation à cette date, et emprunter (1+r t )(1+r t+1 ) euro pour nancer un euro de consommation en t+2:::si le taux d intérêt est constant, égal à r; on constate qu il est possible de nancer un euro de consommation sur une durée in nie par un endettement qui croît au taux r: Ainsi, un ménage peut consommer une quantité in nie si son endettement peut croître au même taux que le taux d intérêt. Il est donc nécessaire d introduire une condition supplémentaire qui empêche les ménages de s endetter à l in ni de la sorte. Néanmoins, imposer toute possibilité d endettement en imposant une contrainte de dette non négative à tout instant serait irréaliste. Une condition naturelle, connue sous le nom de No-Ponzi game condition, consiste à imposer que la dette augmente asymptotiquement moins vite que le taux d intérêt (net du taux de croissance de la taille de la population pour le ménage représentatif 2 ) : lim a te (rs n)ds : (15) Comme il n est pas optimal de conserver une richesse qui croît à un taux plus grand que r s n à l in ni dès lors que l utilité marginale de la consommation est positive (c est la condition de transversalité du programme de maximisation du ménage), cette condition peut s écrire sous forme d égalité lim a te (rs n)ds = : (16) Il est intéressant de noter que cette condition implique que la valeur présente de la consommation est égale à la richesse. Pour le montrer on peut intégrer la contrainte de budget (14) entre et T: On intègre la contrainte de budget (14) entre et T: On obtient En remarquant que on peut ecrire (17) sous la forme [ _a t (r t n)a t ]dt = R T h [ _a t a t (r t n)]e t (rs n)ds R T dt = a t e t (rs n)dsi T a T a (r t n)er T (rs n)ds = En multipliant chaque coté par e R T (r s n)ds ; on obtient R T a T e (r s n)ds a = (w t )dt: (17) R T (w t )e t (rs n)ds dt (w t )e (rs et en faisant tendre T vers l in ni, on obtient, avec la condition (16) : Z 1 e n)ds dt (rs n)ds dt = h + a (18) 2 Notons B la dette du ménage et b = B=L celle d un membre du ménage composé de L membres. La condition _B=B < r implique b=b _ < r n; où n = L=L _ désigne le taux de croissance du nombre de membres du ménage. 8

9 où h = R 1 w t e rsds dt désigne le capital humain, égal à la somme actualisée des revenus du travail. h + a représente la richesse du ménage, égale à la somme de son capital humain et de son capital nancier Le programme d optimisation du ménage peut se résoudre avec la même méthode que celle utilisée pour le plani cateur. Les conditions du premier ordre du programme du ménage s écrivent _ ct u ( ) u = + n f (k t ); ( ) soit avec la condition de transversalité _ = ( )[r t n] avec ( ) = u ( ) u ( ) (19) lim a te (rs n)ds = : (2) La condition (19) est l équation d Euler similaire à celle obtenue comme solution du programme du plani cateur. C est l équation di érentielle qui décrit une condition nécessaire pour que la consommation du ménage soit sur un sentier optimal. Le choix optimal correspond à l égalité du taux marginal de susbtitution entre les dates t et t + s; au taux de rendement (net de la croissance de la population) du capital entre ces mêmes dates. Cette condition indique que la consommation croît d autant plus que le taux d intérêt est grand par rapport au taux de préférence pour le présent. Pour déterminer le taux d intérêt, il faut examiner la demande de capital (l épargne du ménage correspond à une o re de capital), soit, en d autres termes, l investissement de l entreprise. L entreprise maximise son pro t max fk t;l tg F (K t; L t ) w t L t r t K t ce qui donne, en notant k t = K t =L t et f(k t ) = F (k t ; 1); les conditions du premier ordre : f (k t ) = r t (21) f(k t ) k t f (k t ) = w t : (22) A l équilibre, l endettement net privé agrégé est nécessairement nul. L égalité entre l épargne et l investissement s écrit donc a t = k t : En utilisant les relations (14), (21), (22) et (19) ainsi que la condition de transversalité (2), on obtient _k t = f(k t ) nk t (23) lim tu ( )e t = (24) _ = ( ) f (k t ) n (25) k donné ce qui correspond exactement au sentier dé ni par le plani cateur social. L équilibre décentralisé aboutit donc à une allocation socialement optimale. 9

10 2 Politiques budgétaires et scales et équilibre macroéconomique On suppose à présent que l économie doit nancer des dépenses publiques, dont le montant est égal à g unités de bien numéraire par unité de temps. Par souci de simplicité, on néglige l impact des dépenses publiques sur les préférences du ménage représentatif et on suppose que le taux de croissance de la population est nul. Nous commençons par considérer une situation où les taxes sont non distorsives (elles sont prélevées sous forme forfaitaire, indépendamment du revenu de l agent représentatif) et nous analysons les conséquences de di érents modes de nancement des dépenses publiques. Nous étudions ensuite les conséquences d une politique budgétaire nancée par une taxe distorsive. 2.1 Le mode de nancement des dépenses publiques L objet de cette sous-section est de comparer les conséquences de deux modes de nancement des dépenses publiques : la taxation et l endettement. Dans un premier temps, on suppose que les dépenses de l Etat sont entièrement nancées, à chaque date par des taxes payées par le ménage représentatif et notées t : Il n y a donc pas d endettement de l Etat. La contrainte budgétaire instantanée du ménage représentatif à toute date t s écrit à présent _a t = w t + r t a t t En intégrant la contrainte de budget, on peut écrire, comme prédemment, en utilisant la No-Ponzi game condition R lim a t te rsds = : (26) la contrainte budgétaire intertemporelle du ménage Z 1 e rsds dt = h + a G (27) où h = R 1 w t e rsds dt désigne le capital humain. Comme à chaque date on a t = g t ; on a G = R 1 g t e rsds dt: h + a G représente la richesse du ménage, égale à la somme de son capital humain et de son capital nancier diminuée de la somme actualisée des prélèvements scaux égale à la somme actualisée des dépenses de l Etat. Une hausse de la dépense publique correspond donc à une baisse de la richesse du ménage. Les conditions du premier ordre du programme du ménage s écrivent _ = ( )[r t ] avec ( ) = u ( ) u ( ) (28) lim a te rsds = : (29) L entreprise maximise son pro t max fk t;l tg F (K t; L t ) w t L t r t K t 1

11 ce qui donne, en notant k t = K t =L t et f(k t ) = F (k t ; 1); les conditions du premier ordre : f (k t ) = r t (3) f(k t ) k t f (k t ) = w t : (31) On peut à présent déterminer le système d équations qui dé nit les valeurs d équilibre de k t et pour t : A l équilibre, l endettement net privé agrégé est nécessairement nul. On a donc a t = k t : En utilisant les relations (36), (3), (31) et (28) ainsi que la condition de transversalité (29), on obtient _k t = f(k t ) g t (32) lim tu ( )e t = (33) _ = ( ) f (k t ) (34) k donné Supposons g constant au cours du temps. On peut calculer l impact d un accroissement de g sur le stock de capital et la consommation à l équilibre stationnaire. En utilisant les équations précédents, l équilibre stationnaire s écrit f (k) = c = f(k) g: Il apparaît que les dépenses publiques évincent la consommation privée et n ont aucun impact sur le stock de capital. Ceci est bien sûr lié à l hypothèse selon laquelle l utilité marginale de la consommation privée est indépendante de la dépense publique. On suppose à présent que l Etat nance ses dépenses par endettement et par des taxes toujours notées t. On note b t la dette de l Etat et _ b t sa dérivée par rapport au temps. La contrainte budgétaire instantanée de l Etat à la date t s écrit _b t = g t t + r t b t La contrainte budgétaire instantanée et la No-Ponzi game condition de l Etat, lim b te rsds = : (35) permettent d écrire la contrainte budgétaire intertemporelle de l Etat : b = Z 1 ( t g t )e rsds dt Cette équation montre que l Etat doit choisir une suite de dépenses et de recettes qui lui permet de rembourser sa dette initiale. La contrainte budgétaire instantanée du ménage représentatif à la date t à la même forme que dans le cas précédent _a t = w t + r t a t t pour tout t; a donné (36) avec a t = k t + b t 11

12 puisque la richesse du ménage est égale au capital loué à l entreprise et à sa détention de titres émis par l Etat. La contrainte budgétaire intertemporelle du ménage représentatif s écrit donc Z 1 e R Z t 1 rsds dt = h + b + k t e rsds dt En utilisant les contraintes budgétaires intertemporelles du ménage représentatif et de l Etat, on peut montrer qu un accroissement des dépenses publiques a le même impact sur la consommation des ménages et sur le stock de capital indépendamment du sentier de la dette publique. b = Z 1 ( t g t )e rsds dt En consolidant les contraintes budgétaires intertemporelles du ménage représentatif et de l Etat, on peut écrire la contrainte intertemporelle du ménage représentatif de la manière suivante : Z 1 e R 1 t r sds dt = h + k G (37) qui est identique à l équation (27) avec a = k. Ainsi, un sentier donné des dépenses publiques a un impact identique sur la consommation des ménages et sur l évolution du stock de capital quel que soit le mode de nancement, par endettement public ou par taxes. C est la propriété de neutralité du nancement de la dette publique, connu sous le nom de Ricardo équivalence ou de Barro équivalence. Cette propriété repose sur l hypothèse d agents rationnels, optimisant sur un horizon in ni dans un environnement où les marchés sont parfaitement e caces. Dans les faits, ces hypothèses ne sont pas remplies, et le mode de nancement de la dette n est pas neutre. N 2.2 Taxation distorsive Nous avons supposé dans le cas précédent que les dépenses publiques sont nancées par des prélèvements forfaitaires. Dans les faits, les taxes sont des fonctions des revenus du capital et/ou du travail. Dans notre modèle, l o re de travail est exogène, puisque chaque agent o re une unité de travail par unité de temps indépendamment du niveau du salaire. Il n est donc pas possible d étudier les conséquences de taxes distorsives sur le revenu du travail. Pour le faire, il faudrait introduire des comportements d o re de travail en considérant les artibrages entre consommation et loisir (voir Barro et Sala-i-Martin, 23). En revanche, nous pouvons étudier les conséquences de taxes distorsives sur le capital. Nous notons à présent le taux de taxation sur le revenu du capital, de telle sorte que le revenu net du capital, après paiement de la taxe est (1 )r t. A n d isoler les e ets de la distortion induite par la taxe sur le capital, nous supposons que les revenus de cette taxe sont reversés sous forme forfaitaire au ménage représentatif. La contrainte budgétaire instantanée du ménage représentatif à la date t s écrit à présent _a t = w t + r t (1 )a t + f t pour tout t; a donné, (38) où f t désigne le montant forfaitaire redistribué. La maximisation de l utilité du ménage sous la contrainte budgétaire implique _ = ( ) [r t (1 ) ] Comme la maximisation du pro t implique toujours l égalité entre la productivité marginale du capital et le taux d intérêt, le système d équations qui dé nit les valeurs d équilibre de k t et pour t s écrit 12

13 c dc/dt= c* c * dk/dt= k* k* k Fig. 2 Les conséquences de la taxation du capital (le capital par tête stationnaire passe de k à k lorsque la taxe passe de = à = > ): _k t = f(k t ) g t (39) lim tu ( )e t = (4) _ = ( ) f (k t )(1 ) (41) k donné A l équilibre stationnaire, le stock de capital par tête véri e f (k) = 1 : Il diminue avec le taux de taxe du fait de la concavité de la fonction f: Par conséquent, la consommation par tête de l état stationnaire décroît avec le taux de taxe : La dynamique induite par un accroissement de la taxe est représentée sur la gure 2. Si l on suppose que l économie est à l état sationnaire (k ; c ); un accroissement non anticipé du taux de taxe conduit à un nouvel état stationnaire (k ; c ): La consommation augmente instantanément en sautant sur la trajectoire stable à l instant ou la taxe est augmentée. La consommation diminue ensuite progressivement tout comme le stock de capital. 13

14 3 Bibliographie Barro, R. et Sala-I-Martin, X. (23), Economic Growth, 2nd edition, McGraw-Hill Advanced Series in Economics. Blanchard, O. et Fischer, S., (1989), Lectures on Macroeconomics, MIT Press. Gandolfo, G. (1997), Economics Dynamics, Springer Verlag. Michel, P. (1982), On the transversality condition in in nite horizon optimal problems, Econometrica, 5(4), pp Ramsey, F., (1928), A Mathematical Theory of Saving, Economic Journal,, 38, pp Takayama, M. (1986), Mathematical Economics, Cambridge University Press, 2ème édition. Varian, H. (1992), Microeconomic Analysis, Norton, New-York, 3ème édition. 14

15 4 Annexe : Eléments d optimisation statique et dynamique 4.1 Optimisation statique Dans cette Annexe, nous établissons de manière heuristique les résultats qu il est bon de connaître pour résoudre un problème d optimisation statique. Pour un exposé plus complet et plus rigoureux, il est conseillé de se reporter, par exemple, à Takayama (1986), Gandolfo (1997) ou Varian (1992, Chapitre 27) Maximum libre et maximum contraint En économie, de nombreux problèmes d optimisation se présentent sous la forme : Sous la contrainte : Max U(C 1; ::; C n ) (42) (C 1 ;::;C n) (C 1 ; ::; C n ) R (43) Dans cette inégalité, U et sont des fonctions deux fois continument di érentiables de R n dans R: Le critère U représente, par exemple, l utilité d un consommateur et les variables (C 1 ; ::; C n ) sont alors ses consommations des divers biens. Selon cette interprétation, le paramètre R désigne le revenu du consommateur et l inégalité (43) s identi e à sa contrainte budgétaire. Dans un premier temps, faisons abstraction de la contrainte (43) et considérons simplement le maximum libre du probème (42). Ses solutions, notées C i pour i = 1; ::; n; véri ent les équations = pour i = 1; ::; n (44) Pour que le vecteur (C 1 ; ::; C n) soit une solution du problème (42) contraint par la relation (43), il faut que (C 1 ; ::; C n) R: Si cette inégalité n est pas véri ée, il est certain que la contrainte (43) sera saturée à l optimum du problème (42) et s écrira donc (C 1 ; ::; C n ) = R: Admettons qu à partir de cette dernière égalité on puisse exprimer la variable C 1 en fonction du vecteur (C 2 ; ::; C n ); soit C 1 = (C 2 ; ::; C n ): Le problème (42) devient ainsi : Max U [ (C 2; ::; C n ); C 2 ; ::; C n ] (C 2 ;::;C n) Les solutions ( C 2 ; ::; C n ) de ce problème sont alors dé nies implicitement par les équations : Avec @C 1 = pour i = 2; ::; n (45) C 1 ( C 2 ; ::; C n ) () ( C 2 ; ::; C n ); C 2 ; ::; C n R (46) La dérivation de la seconde égalité apparaissant dans (46) = = 1 ), et en reportant cette dernière relation dans (45) on trouve que le vecteur ( C 1 ; ::; C n ) est caractérisé @ 8i = 1; ::; n; avec ( 1 ; ::; C n ) = R (47) 1 15

16 Les relations (44) et (45) s appellent les conditions du premier ordre du problème de maximisation (42) sous la contrainte (43). Ce sont des conditions nécessaires pour que le vecteur (C 1 ; ::; C n) ou le vecteur ( C 1 ; ::; C n ) soient e ectivement un maximum local du problème (42). Elles deviennent su santes lorsque les fonctions U et sont concaves La technique du Lagrangien Le Lagrangien L relatif au problème (42) sous la contrainte (43) est dé ni par : L(C 1 ; ::; C n ; ) = U(C 1 ; ::; C n ) + [R (C 1 ; ::; C n )] La variable s appelle le multiplicateur de Lagrange (ou de Kuhn et Tucker) associé à la contrainte (43). Nous allons montrer que l on retrouve les conditions du premier ordre (44) et (45) en annulant les dérivées partielles du Lagrangien par rapport aux variables C i, soit ) = pour tout i = 1; ::; n; et en tenant compte de la condition dite de complémentarité (ou d exclusion) : On a ainsi : [R (C 1 ; ::; C n )] = avec = 8i = 1; ::; n (49) Si la contrainte budgétaire n est pas saturée, on a R > (C 1 ; ::; C n ) et la relation d exclusion (48) impose alors = : Dans ce cas, l équation (49) est identique à la condition du premier ordre (44) pour un maximum libre du problème (42). En revanche, si la contrainte (43) est saturée, on a R = (C 1 ; ::; C n ) et (49) implique 1 ) = 1 ): En éliminant le multiplicateur entre cette dernière égalité et la relation (49) pour i 6= 1; on retrouve les conditions du premier ordre (47) pour un optimum contraint Interprétation des multiplicateurs de Lagrange Le multiplicateur s interprète assez simplement en considérant les variations de la valeur optimale du critère U(C 1 ; ::; C n ) lorsque le paramètre R se modi e. Supposons que la contrainte budgétaire (43) soit saturée, on a alors : = 1 En utilisant cette dernière égalité et les conditions du premier ordre (49), on = = = Le multiplicateur de Lagrange représente donc l accroissement de l objectif U(C 1 ; ::; C n ) lorsque la contrainte (43) est relachée d une unité. Il mesure en quelque sorte le poids de cette contrainte, c est pourquoi il est encore appelé prix ctif ou prix implicite de la contrainte budgétaire (43). Si cette dernière n est pas saturée, son prix implicite est alors nul puisque la condition d exclusion (48) impose = : 16

17 4.1.4 Résumé et guide pratique d optimisation statique Si l on est confronté à un problème de la forme : Sous les contraintes : Max U(C 1; ::; C n ) (5) (C 1 ;::;C n) j (C 1 ; ::; C n ) R j ; j = 1; ::; m (51) On peut suivre la procédure décrite ci-dessous. 1) On attribue un multiplicateur j à chaque contrainte (51) et on écrit le Lagrangien : nx L = U(C 1 ; ::; C n ) + j [R j j (C 1 ; ::; C n )] 2) On annule les dérivées du Lagrangien par rapport aux variables de choix C i ; soit : mx j=1 j = ; pour i = 1; ::; n (52) 3) On écrit les conditions de complémentarité : j [R j j (C 1 ; ::; C n )] = avec j ; 8j = 1; ::; m (53) 4) Les conditions du premier ordre du problème (42) s obtiennent en éliminant les multiplicateurs de Lagrange j entre les relations (52) et (53). 5) Les relations (52) et (53) sont des conditions nécessaires d optimalité. La solution doit aussi véri er les conditions du second ordre pour être un maximum. Les conditions du second ordre sont véri ées si les fonctions U(C 1 ; ::; C n ) et j (C 1 ; ::; C n ) sont concaves. Des précisions sur les conditions du second ordre peuvent être trouvées dans l ouvrage de Takayama (1986) 4.2 Optimisation dynamique Comme dans l Annexe précédente, nous ne ferons pas ici un exposé exhaustif. Nous présentons de manière intuitive les résultats et les techniques qu il faut connaître lorsque l on doit a ronter un problème d optimisation dynamique. Pour une approche plus rigoureuse le lecteur peut se reporter à Takayama (1986, Chapitre 5 et 8) et à l Annexe mathématique de l ouvrage de Barro et Sala-I-Martin (23) dont nous nous inspirons largement. 17

18 4.2.1 Le problème du contrôle optimal En économie, les problèmes d optimisation dynamique en temps continu se présentent le plus souvent sous la forme : Avec les contraintes : Max U [K(t); C(t); t] dt (54) C(t) _K(t) = G [K(t); C(t); t] (55) K() = K donné (56) K(T ) (57) Le paramètre T représente la date terminale qui peut être eventuellement in nie. La variable K(t) est la variable d état, elle sert à décrire l évolution du système étudié. La variable C(t) est la variable de contrôle, elle s identi e dans la majorité des problèmes aux décisions prises par un agent. Le critère instantané U est en général une fonction décrivant l utilité d un consommateur, ou le pro t d une entreprise ou les arbitrages du gouvernement. Comme le programme (54) consiste à trouver les variables de contrôle qui rendent maximal un objectif intertemporel bien spéci é, ce programme est encore quali é de problème de contrôle optimal. L équation (55) décrit les interactions entre les variables de contrôle et les variables d état, elle porte le nom d équation de transition. Elle peut, par exemple, décrire l accumulation du capital au sein d une entreprise. L égalité (56) précise la condition initiale, elle énonce que la valeur K() de la variable d état à la date initiale t = est une donnée K : En n, l inégalité (57) est une condition terminale qui impose que la valeur nale K(T ) de la variable d état soit positive ou nulle. Elle veut dire, par exemple, qu un agent n a pas le droit de laisser des dettes à ses descendants Les conditions du premier ordre Nous allons établir de manière plus intuitive que rigoureuse les conditions du premier ordre du problème (54). Pour cela nous allons nous appuyer sur la technique des multiplicateurs de Lagrange développée dans l Annexe A consacrée à l optimisation statique. Associons à chaque date t un multiplicateur (t) pour l équation de transition (55). Associons également un multiplicateur à la condition terminale (57). Dans ce contexte, (t) porte le nom de multiplicateur dynamique ou de variable adjointe. Le Lagrangien du problème (54) s écrit alors de la façon suivante : L = n U [K(t); C(t); t] dt + (t) G [K(t); C(t); t] o _K(t) dt + K(T ) Cette expression se distingue d un Lagrangien statique par l apparition de la dérivée _ K(t) de la variable d état. Il est possible d éliminer cette dérivée en intégrant par parties le terme où se trouve _K(t): On a ainsi : (t) _ K(t)dt = [(t)k(t)] T K(t) _ (t)dt Après quelques regroupements, le Lagrangien prend alors la forme : 18

19 L = fu [K(t); C(t); t] + (t)g [K(t); C(t); t]g dt + K(t) (t)dt _ + ()K [(T ) ] K(T ) La fonction H = U + G apparaissant dans la première intégrale du Lagrangien s appelle le Hamiltonien du problème (54). Par analogie avec le problème statique étudié dans l Annexe A, les conditions du premier ordre s obtiennent en annulant les dérivées du Lagrangien L par rapport aux variables C(t) et K(t) pour tout t compris entre et T: On trouve ) + _ (t) ) + _ (T ) + (T ) = (6) La condition (58) porte le nom de Principe du Maximum. Elle indique, qu à l optimum, la dérivée du Hamiltonien par rapport à la variable de contrôle doit être nulle pour tout t: L ensemble constitué des équations de transition (55) et de la condition (59), s appelle les équations d Euler. En n, l égalité (6) exprime la condition terminale du problème d optimisation. Or, on a vu dans l Annexe A que les solutions optimales doivent véri er les conditions de complémentarité (48). Ces conditions imposent ici en particulier K(T ) = : Par continuité, la relation (59) est vraie en t = T: A l aide de (6), on obtient alors la condition de transversalité : (T )K(T ) = (61) Par analogie avec le cas statique, le multiplicateur (t) s interprète comme le prix ctif, évalué à la date t =, d une unité supplémentaire de la variable d état à la date t: La condition de transversalité (61) signi e ainsi que si à la date terminale K(T ) est strictement positif, son prix ctif est nécessairement nul. A l inverse, si (T ) > ; le stock nal K(T ) est alors égal à Horizon in ni On passe du problème (54) en horizon ni au problème en horizon in ni en faisant tendre la date terminale T vers l in ni. L équation d accumulation (55) et la condition initiale (56) ne sont pas modi ées, mais la condition terminale (57) s écrit maintenant : lim K(t) t!+1 Les conditions du premier ordre (58) et (59) restent inchangées, mais en faisant T! +1 dans (61) la condition de transversalité prend désormais la forme : lim [(t)k(t)] = (62) t!+1 Si, par exemple, K(t) représente un stock de capital croissant au taux g constant, la relation (62) implique que la variable adjointe c est-à-dire le prix ctif du capital doit tendre vers à un taux supérieur à g: En fait, malgré son caractère intuitif, Michel (1982) a montré que les solutions du problème d optimisation dynamique en horizon in ni n étaient pas obligées de satisfaire l égalité (62). La véritable condition de transversalité serait lim H(t) = ; l équation (62) étant cependant t!+1 19

20 une condition su sante. Dans la majorité des problèmes rencontrés en économie, il est assez facile de s assurer que la condition (62) est véri ée Calcul des variations On rencontre parfois des problèmes d optimisation dynamique ayant la forme particulière : h Max U K(t); _ i K(t); t dt (63) K(t) Où les seules contraintes sont les conditions initiales et terminales (56) et (57). Il peut s agir, par exemple comme au Chapitre 2, de la maximisation du pro t intertemporel d une entreprise subissant des coûts d ajustement liés aux variations _K(t) de la variable d état. On fait souvent référence au programme (63) comme étant un problème de calcul des variations. Formellement, on passe du problème de contrôle optimal (54) au problème de calcul des variations (63) en considérant que l équation de transition (55) s écrit simplement K(t) _ = C(t). Dans ce cas le Hamiltonien du problème (54) est donné par H = U + C; et le Principe du Maximum (58) implique : L équation d Euler (59) s écrit @K(t) + _ (t) + (t) @K(t) + _ (t) = En dérivant la relation (64) par rapport à t et en se rappelant que C(t) = K(t); _ il vient : K(t) _ + (t) _ = En éliminant (t) _ entre les deux dernières équations, on trouve = K(t) _ Cette condition, qui porte également le nom d équation d Euler, fournit une équation di érentielle caractérisant la trajectoire optimale de la variable K(t): Les conditions de transversalité (61) et (62) restent valides Résumé et guide pratique de contrôle optimal Considérons le problème d optimisation dynamique comportant n variables de contrôle C 1 (t); ::; C n (t); et m variables d état K 1 (t); ::; K m (t); et prenant la forme : Sous les contraintes : Max fc 1 (t);::;c n(t)g U [K 1 (t); ::; K m (t); C 1 (t); ::; C n (t); t] dt avec T +1 (65) _K j (t) = G j [K 1 (t); ::; K m (t); C 1 (t); ::; C n (t); t] 8j = 1; ::; m (66) K j () = K j donné 8j = 1; ::; m 2

Variations du modèle de base

Variations du modèle de base 1 Variations du modèle de base Dans ce chapitre nous allons utiliser le modèle de base du chapitre précédent pour illustrer certaines questions économiques simples. Ainsi, le modèle précédent nous permettra

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant ECO434, Ecole polytechnique, e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant Exercice : Choix intertemporel et Taux de Change Réel (TCR) On considère une petite économie ouverte dans laquelle deux

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique 2ème année, 1er semestre, 2007/2008 Examen de Macroéconomie Stéphane Gauthier 2 heures, sans document ni calculatrice 1. Questions de

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

Le modèle de croissance à taux d épargne endogène (Cass-Koopmans-Ramsey)

Le modèle de croissance à taux d épargne endogène (Cass-Koopmans-Ramsey) Macroéconomie 1 (2/6) Le modèle de croissance à taux d épargne endogène (Cass-Koopmans-Ramsey) Olivier Loisel ensae Automne 2014 Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 (2/6) : le modèle de Cass-Koopmans-Ramsey

Plus en détail

Choix sous incertitude

Choix sous incertitude 1/38 à l analyse microéconomique - Monitorat ENS (2014-2015) Janvier 2015 2/38 Plan du cours 1 2 3 4 5 3/38 Dans les chapitres précédents, hypothèse implicite de situations certaines et d information parfaite

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Premier modèle - Version simple

Premier modèle - Version simple Chapitre 1 Premier modèle - Version simple Les individus vivent chacun six générations successives d adultes, chacune d une durée de dix ans, sans distinction faite entre les individus d une même génération.

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Le modèle de Black et Scholes

Le modèle de Black et Scholes Le modèle de Black et Scholes Alexandre Popier février 21 1 Introduction : exemple très simple de modèle financier On considère un marché avec une seule action cotée, sur une période donnée T. Dans un

Plus en détail

Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain

Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine Février 0 On considère un univers de titres constitué

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions Cours de calculs nanciers Chapitre 7 : Evaluation des actions L2 Economie et Gestion Vincent Bouvatier vbouvatier@u-paris10.fr Université de Paris 10 - Nanterre Année universitaire 2008-2009 Modèle d actualisation

Plus en détail

Chapitre 5. Équilibre concurrentiel et bien-être

Chapitre 5. Équilibre concurrentiel et bien-être Chapitre 5 Équilibre concurrentiel et bien-être Microéconomie III 5 1 5.1 Qu est-ce qu un équilibre souhaitable socialement? E cacité versus équité Que nous permet de dire la science économique sur l e

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

E et de levier et instabilité nancière : un modèle théorique

E et de levier et instabilité nancière : un modèle théorique E et de levier et instabilité nancière : un modèle théorique Edouard Challe Ecole Polytechnique/Chaire FDIR 27/01/2009. Challe (Ecole Polytechnique/Chaire FDIR) E et de levier et instabilité nancière 27/01/2009

Plus en détail

Cours Marché du travail et politiques d emploi

Cours Marché du travail et politiques d emploi Cours Marché du travail et politiques d emploi L offre de travail Pierre Cahuc/Sébastien Roux ENSAE-Cours MTPE Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 1 / 48 Introduction Introduction Examen

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires

Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires 25 Lechapitreprécédent avait pour objet l étude decircuitsrésistifsalimentéspar dessourcesde tension ou de courant continues. Par

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Résumé du cours en graphiques En vue des prochains cours En vue de l examen final. Macroéconomie 1. Conclusion générale. Olivier Loisel.

Résumé du cours en graphiques En vue des prochains cours En vue de l examen final. Macroéconomie 1. Conclusion générale. Olivier Loisel. Macroéconomie 1 Conclusion générale Olivier Loisel ensae Automne 2014 Olivier Loisel, Ensae Macroéconomie 1 : conclusion générale Automne 2014 1 / 14 Plan de la conclusion générale 1 Résumé du cours en

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Théorie Financière 8 P. rod i u t its dé dérivés

Théorie Financière 8 P. rod i u t its dé dérivés Théorie Financière 8P 8. Produits dit dérivés déié Objectifsdelasession session 1. Définir les produits dérivés (forward, futures et options (calls et puts) 2. Analyser les flux financiers terminaux 3.

Plus en détail

Théorèmes de Point Fixe et Applications 1

Théorèmes de Point Fixe et Applications 1 Théorèmes de Point Fixe et Applications 1 Victor Ginsburgh Université Libre de Bruxelles et CORE, Louvain-la-Neuve Janvier 1999 Published in C. Jessua, C. Labrousse et D. Vitry, eds., Dictionnaire des

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

La fonction de production et les données canadiennes

La fonction de production et les données canadiennes Banque du Canada Bank of Canada Document de travail 2005-20 / Working Paper 2005-20 La fonction de production et les données canadiennes Patrick Perrier ISSN 1192-5434 Imprimé au Canada sur papier recyclé

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Rappels sur les suites - Algorithme

Rappels sur les suites - Algorithme DERNIÈRE IMPRESSION LE 14 septembre 2015 à 12:36 Rappels sur les suites - Algorithme Table des matières 1 Suite : généralités 2 1.1 Déition................................. 2 1.2 Exemples de suites............................

Plus en détail

Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de

Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de l espérance d utilité Olivier Bos olivier.bos@u-paris2.fr

Plus en détail

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 6 le Rôle de l Information - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 Plan du cours 1. Probabilités subjectives 2. Arrivée symétrique de l information 3. Information asymétrique

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques - ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 PLAN DE LA CONFERENCE Introduction à l Analyse économique - Maximisation

Plus en détail

Doctorat en économique. Examen de synthèse en Théorie micro-économique 8 août 2011. Durée : 4 heures exactement

Doctorat en économique. Examen de synthèse en Théorie micro-économique 8 août 2011. Durée : 4 heures exactement Département d économie agroalimentaire et des sciences de la consommation Département d économique Université Laval NOM: Doctorat en économique Examen de synthèse en Théorie micro-économique 8 août 211

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

Equilibre général dans l incertain une introduction. Ph. Bernard

Equilibre général dans l incertain une introduction. Ph. Bernard Equilibre général dans l incertain une introduction Ph. Bernard Table des matières Equilibre général avec actifs nanciers. Les actifs nanciers............................. Biens, marchés et contraintes

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Existe-t-il un taux d endettement optimal des États?

Existe-t-il un taux d endettement optimal des États? Existe-t-il un taux d endettement optimal des États? Nicolas Marceau, CIRPÉE et UQÀM mai 2003 Existe-t-il un taux d endettement optimal des États? 1 Plan de la présentation 1. Équivalence ricardienne 2.

Plus en détail

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Ekkehard Ernst OCDE Ekkehard Ernst 1 Introduction et résumé du cours Objectifs Connaître et apprendre les concepts modernes d analyse monétaire

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire Programmation linéaire DIDIER MAQUIN Ecole Nationale Supérieure d Electricité et de Mécanique Institut National Polytechnique de Lorraine Mathématiques discrètes cours de 2ème année Programmation linéaire

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

MATHS FINANCIERES. Mireille.Bossy@sophia.inria.fr. Projet OMEGA

MATHS FINANCIERES. Mireille.Bossy@sophia.inria.fr. Projet OMEGA MATHS FINANCIERES Mireille.Bossy@sophia.inria.fr Projet OMEGA Sophia Antipolis, septembre 2004 1. Introduction : la valorisation de contrats optionnels Options d achat et de vente : Call et Put Une option

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Les mathématiques de la finance Université d été de Sourdun Olivier Bardou olivier.bardou@gdfsuez.com 28 août 2012 De quoi allons nous parler? des principales hypothèses de modélisation des marchés, des

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I Quinzième cours Détermination des valeurs actuelle et accumulée d une annuité de début de période pour laquelle la période de paiement est plus courte que la période de capitalisation

Plus en détail

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT»

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» Bernard Vallageas Faculté Jean Monnet Université Paris-Sud 54 boul.

Plus en détail

Chapitre 1. L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de :

Chapitre 1. L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : Chapitre 1 L intérêt Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Comprendre la notion générale d intérêt. 2. Distinguer la capitalisation à intérêt simple et à intérêt composé. 3. Calculer la

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Les débats sur l évolution des

Les débats sur l évolution des D o c u m e n t d e t r a v a i l d e l a B r a n c h e R e t r a i t e s d e l a C a i s s e d e s d é p ô t s e t c o n s i g n a t i o n s n 9 8-0 7 C o n t a c t : La u re nt V e r n i è r e 0 1 4

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Etude de fonctions: procédure et exemple

Etude de fonctions: procédure et exemple Etude de fonctions: procédure et exemple Yves Delhaye 8 juillet 2007 Résumé Dans ce court travail, nous présentons les différentes étapes d une étude de fonction à travers un exemple. Nous nous limitons

Plus en détail

La notion de dualité

La notion de dualité La notion de dualité Dual d un PL sous forme standard Un programme linéaire est caractérisé par le tableau simplexe [ ] A b. c Par définition, le problème dual est obtenu en transposant ce tableau. [ A

Plus en détail

Brefs rappels sur le modèle IS-LM et sur la Courbe de Phillips

Brefs rappels sur le modèle IS-LM et sur la Courbe de Phillips Université Paris Ouest Nanterre La Défense Licence 3 Mention Economie U.F.R SEGMI Premier semestre 2009-2010 Dynamique économique: analyse des fluctuations Cours de Valérie Mignon Brefs rappels sur le

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dérivation : cours. Dérivation dans R TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Jeux sous forme normale

Jeux sous forme normale CHAPITRE 4 Jeux sous forme normale Dans les problèmes de décision, nous avons relié les choix qui pouvaient être faits par un agent avec les utilités qu il pouvait en dériver. L idée qu un agent rationnel

Plus en détail

Reputation, Prix Limite et Prédation

Reputation, Prix Limite et Prédation Reputation, Prix Limite et Prédation Economie Industrielle Laurent Linnemer Thibaud Vergé Laboratoire d Economie Industrielle (CREST-INSEE) 13 et 20 janvier 2009 Linnemer - Vergé (CREST-LEI) Reputation,

Plus en détail

avec des nombres entiers

avec des nombres entiers Calculer avec des nombres entiers Effectuez les calculs suivants.. + 9 + 9. Calculez. 9 9 Calculez le quotient et le rest. : : : : 0 :. : : 9 : : 9 0 : 0. 9 9 0 9. Calculez. 9 0 9. : : 0 : 9 : :. : : 0

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée Basé sur les notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables) Elle fait

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1 Master IMEA Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o Corrigé exercices8et9 8. On considère un modèle Cox-Ross-Rubinstein de marché (B,S) à trois étapes. On suppose que S = C et que les facteurs

Plus en détail

Epargne de précaution : quel potentiel d assurance contre le risque de chômage?

Epargne de précaution : quel potentiel d assurance contre le risque de chômage? Epargne de précaution : quel potentiel d assurance contre le risque de chômage? Audrey Desbonnet EUREQua-Université Paris I septembre 2004 Résumé L ambition de cet article est de fournir une analyse quantitative

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX Corrigés des cas : Emprunts Remboursement par versements périodiques constants - Cas E1 Objectifs : Construire un échéancier et en changer la périodicité, Renégocier un emprunt.

Plus en détail

Probabilités III Introduction à l évaluation d options

Probabilités III Introduction à l évaluation d options Probabilités III Introduction à l évaluation d options Jacques Printems Promotion 2012 2013 1 Modèle à temps discret 2 Introduction aux modèles en temps continu Limite du modèle binomial lorsque N + Un

Plus en détail

2 LE MODELE NÉOCLASSIQUE

2 LE MODELE NÉOCLASSIQUE 2 Le modèle de Solow 22 Rôle de l épargne 23 Tests du modèle néoclassique 2 LE MODELE NÉOCLASSIQUE Ce chapitre présente un rappel synthétique du modèle de Solow (956 Ce modèle, avec celui de Ramsey, constitue

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène

Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène Partons de quelques observations : 1. La plupart des industries produisent un grand nombre de produits similaires mais non identiques; 2. Parmi

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 4 Mouvement Brownien et modèle de Black-Scholes

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 4 Mouvement Brownien et modèle de Black-Scholes Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 4 Mouvement Brownien et modèle de Black-Scholes Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail