Chapitre 1 : Évolution COURS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 1 : Évolution COURS"

Transcription

1 Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir déterminer une notion à partir d une autre. Savoir déterminer la valeur d arrivée en connaissant la valeur de départ (ou l inverse) et également le taux d évolution ou le coefficient multiplicateur ou l indice en base. Savoir déterminer si une évolution est une hausse ou une baisse à partir de la donnée du taux d évolution, du coefficient multiplicateur ou de l indice en base. Savoir déterminer le coefficient multiplicateur global et le taux d évolution global d une succession de plusieurs évolutions. Savoir déterminer le coefficient multiplicateur et le taux d évolution de l évolution réciproque d une évolution donnée. Savoir déterminer la racine n-ième d un réel strictement positif. Savoir déterminer le coefficient multiplicateur moyen et le taux d évolution moyen à partir d une évolution globale. TABLE DES MATIÈRES I Taux d évolution (rappels) 2 II Indice en base 3 II.1 Indice simple en base II.2 Indices multiples en base III Évolutions successives (rappels) 6 III.1 Deux évolutions successives III.2 Plusieurs évolutions successives IV Évolution réciproque (rappels) 8 V Taux d évolution moyen - Racine n-ième 10 V.1 Racine n-ième V.2 Taux d évolution moyen

2 I TAUX D ÉVOLUTION (RAPPELS) Dans cette section, on rappelle les notions élémentaires, vues en classe de première, liées à une évolution. DÉFINITION Soient et y 2 deux nombres réels strictement positifs. 1) On appelle variation absolue de à y 2 la différence y 2. 2) On appelle variation relative ou taux d évolution le quotient t = y 2. Le taux d évolution est souvent exprimé sous la forme d un pourcentage. 3) On appelle coefficient multiplicateur le nombre réel C := y 2. REMARQUE. L égalité reliant et y 2 est y 2 = C, c est pourquoi C est appelé le coefficient multiplicateur. On peut reformuler ces définitions en français, comme ci-dessous. REMARQUE. Si on dit que est la valeur de départ et que y 2 est la valeur d arrivée, alors on a 1) 2) 3) variation absolue = valeur d arrivée valeur de départ ; valeur d arrivée valeur de départ taux d évolution = ; valeur de départ coefficient multiplicateur = valeur d arrivée valeur de départ. EXEMPLE. Un produit coûtait initialement 200 euros. Il subit un évolution et coûte désormais 250 euros. La valeur de départ est donc 200 et la valeur d arrivée y 2 est ) La variation absolue est y 2 = = 50. Il faut additionner 50 à 200 pour obtenir ) Le taux d évolution est Le produit a subi une augmentation de 25%. 3) Le coefficient multiplicateur est t = y = = 0,25 = 25%. 200 C := y 2 = = 5 4 = 1,25. Il faut multiplier 200 par 1,25 pour obtenir

3 EXERCICE 1 Un produit évolue de 500 euros à 450 euros. Calculer la variation absolue, le taux d évolution et le coefficient multiplicateur de cette évolution. La propriété suivante montre comment obtenir le taux d évolution si on connaît le coefficient multiplicateur et inversement. PROPRIÉTÉ (LIEN ENTRE TAUX D ÉVOLUTION ET COEFFICIENT MULTIPLICATEUR) 1) Si on connaît le taux d évolution t, alors on trouve le coefficient multiplicateur C par la formule suivante : C = 1 + t 2) Si on connaît le coefficient multiplicateur C, alors on trouve le taux d évolution t par la formule suivante : t = C 1 y 1 y 2 (1 + t) REMARQUE IMPORTANTE 1) Si le taux d évolution est positif, alors la situation correspond à une hausse. 2) Si le taux d évolution est négatif, alors la situation correspond à une baisse. 3) Si le coefficient multiplicateur est supérieur à 1, alors la situation correspond à une hausse. 4) Si le coefficient multiplicateur est inférieur à 1, alors la situation correspond à une baisse. EXEMPLES. 1) Si on sait que le taux d évolution est t = 25%, alors le coefficient multiplicateur est C = 1 + t = = 1,25. Cette situation correspond à une hausse car 1,25 > 1. 2) Si on sait que le coefficient multiplicateur est C = 1,25, alors le le taux d évolution est t = C 1 = 1,25 1 = 0,25 = 25%. EXERCICE 2 1) On considère une évolution dont le taux d évolution est 15%. Déterminer le coefficient multiplicateur et dire s il s agit d une hausse ou d une baisse. 2) On considère une évolution dont le coefficient multiplicateur est 0,75. Déterminer le taux d évolution et dire s il s agit d une hausse ou d une baisse. II INDICE EN BASE Dans cette section, on introduit la notion d indice en base pour une évolution, et on étudie les liens entre cette notion, le taux d évolution et le coefficient multiplicateur vus dans la section précédente. 3

4 II.1 INDICE SIMPLE EN BASE DÉFINITION Soient et y 2 deux valeurs d une même grandeur. On appelle indice simple en base de la valeur y 2 par rapport à la valeur, et on note I, le réel I := y 2. L indice est donc fois le coefficient multiplicateur. REMARQUE. Comme et y 2 sont deux valeurs d une même grandeur, l indice simple n a pas d unité. REMARQUE IMPORTANTE 1) Si l indice est inférieur à, alors la valeur a subi une baisse. 2) Si l indice est supérieur à, alors la valeur a subi une hausse. EXEMPLE. De 2010 à 2012, le prix de l essence sans plomb 95 passe de 1,3 par litre à 1,6 par litre. L indice en base du prix en 2012 par rapport au prix en 2010 est donc I = 1, ,3 L indice est supérieur à ce qui correspond bien à une augmentation. EXERCICE 3 Le prix d un forfait téléphonique est à 15,99 par mois alors qu il était auparavant à 19,99 par mois. Déterminer l indice en base du nouveau prix du forfait par rapport à l ancien. MÉTHODE (CALCULER UNE VALEUR À PARTIR D UN INDICE) Si on connaît d une part l indice en base et d autre part la valeur de départ ou la valeur d arrivée y 2, alors on peut déterminer l autre valeur en transformant la formule I = y 2 selon la valeur cherchée : = y 2 I ou y 2 = I. EXEMPLES. 1) On considère un magasin dans lequel ont été vendus 15 vélos la première semaine. On sait que l indice en base du nombre de vélos vendus la deuxième semaine par rapport au nombre de vélos vendus la première semaine est 180. Le nombre de vélos vendus la deuxième semaine est = 27. 2) On considère une tablette qui coûte 210 euros suite à une baisse. On sait que l indice en base du prix après réduction par rapport au prix initial est 70. Le prix initial de la tablette est 210 /70 = 300. EXERCICE 4 La population mondiale en 2010 est d environ personnes. L indice en base de la population mondiale en 2010 par rapport à celle en 1950 est 276. L indice en base de la population mondiale en 1960 par rapport à celle en 1950 est ) Déterminer la population mondiale en ) En déduire la population mondiale en

5 PROPRIÉTÉ (LIEN ENTRE INDICE ET TAUX D ÉVOLUTION) 1) Si un indice passe de à I, alors le taux d évolution correspondant est t = I. 2) Si le taux d évolution est t, alors l indice simple de base est I = (1 + t). Pour résumer, l indice en base est le nombre I tel que l évolution qui fait passer de à y 2 fait passer de à I. y 1 y 2 (1 + t) I (1 + t) Finalement, pour déterminer la valeur initiale, la valeur finale ou l indice en connaissant les deux autres, il suffit de faire un produit en croix. EXEMPLES. 1) Si un indice passe de à 80, alors son taux d évolution est EXERCICE 5 80 t = = 0,2 = 20%. 2) Si le taux d évolution est 30%, alors l indice simple de base est ( I = ) = ) Soit une évolution de taux d évolution 40%. Déterminer l indice simple de base correspondant. 2) Soit une évolution d indice simple de base égale à 65. Déterminer le taux d évolution correspondant. THÉORÈME (LIEN ENTRE TAUX D ÉVOLUTION, COEFFICIENT MULTIPLICATEUR ET INDICE) Le diagramme suivant résume les liens entre le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d un évolution. Indice I en base coefficient multiplicateur C I = C = I t = C 1 C = 1 + t I = (1 + t) t = I taux d évolution t 5

6 II.2 INDICES MULTIPLES EN BASE Si on a une série chronologique de valeurs, y 2, y 3,... correspondant par exemples aux années 1,2,3,..., alors on note la série d indices en base de la première valeur I 1,1 =, I 2,1 = y 2, I 3,1 = y 3,... EXEMPLE. Année Salaire mensuel net moyen en France ( constants) Indice base en Ceci permet de comparer l évolution de deux séries chronologiques dont les ordres de grandeur sont différents comme les salaires en France et au Luxembourg ou dont les unités sont différentes comme le prix d un produit et le nombre de produits vendus. REMARQUE. Il est tout à fait possible de choisir une autre valeur que la première valeur de la série comme base (correspondant à ). Si on choisit la 3 e valeur, alors on note les indices I 1,3, I 2,3, I 3,3 =... III III.1 ÉVOLUTIONS SUCCESSIVES (RAPPELS) DEUX ÉVOLUTIONS SUCCESSIVES Dans cette section, on considère deux évolutions successives de à y 2 puis de y 2 à y 3. On s intéresse alors à l évolution globale de à y 3. Une question naturelle est de se demander comment obtenir le coefficient multiplicateur C global de l évolution globale si on connaît les coefficients multiplicateurs C 1 et C 2 des première et deuxième évolutions. PROPRIÉTÉ (COEFFICIENT MULTIPLICATEUR GLOBAL) Si une valeur subit une évolution de coefficient multiplicateur C 1 puis une évolution de coefficient multiplicateur C 2, alors le coefficient multiplicateur global C global est le produit des coefficients multiplicateurs : C global = C 1 2. C C 1 y 2 2 y 3 C global = C 1 2 EXEMPLE. Si une valeur subit une évolution de coefficient multiplicateur 1,2 puis une évolution de coefficient multiplicateur 0,8, alors la valeur a subi une évolution global de coefficient multiplicateur EXERCICE 6 C global = 1,2 0,8 = 0,96. La population mondiale en 1950 est d environ Le coefficient multiplicateur de l évolution de la population mondiale de 1950 à 1960 est 1,2. Le coefficient multiplicateur de l évolution de la population mondiale de 1960 à 2010 est 2,3. Déterminer directement la population mondiale en REMARQUE IMPORTANTE Attention, le taux d évolution global n est pas égal à la somme des taux d évolution : t global t 1 + t 2. 6

7 EXEMPLE. Si le prix d un produit augmente de 10% puis augmente de 30%, alors le produit n a pas augmenté de 40% en tout. MÉTHODE Pour obtenir le taux d évolution t global de l évolution globale, on peut effectuer les étapes suivantes. 1) On détermine le coefficient multiplicateur C 1 de la première évolution puis le coefficient multiplicateur C 2 de la deuxième évolution. 2) On calcule le coefficient global C global = C ) On calcule le taux d évolution global par la formule t global = C global 1. EXEMPLE. Un effectif augmente de 10% puis diminue de 20%. Calculons le taux d évolution global. 1) On a t 1 = 10% et t 2 = 20%. On calcule alors les coefficients multiplicateurs des deux évolutions : C 1 = = 1,1. et C 2 = = 0,8 2) On calcule le coefficient global 3) On calcule enfin le taux d évolution global C global = C 1 2 = 1,1 0,8 = 0,88. t global = C global 1 = 0,88 1 = 0,12 = 12% On peut conclure que l effectif a diminué de 12%. On remarque qu il n a pas subi une évolution de 10% 20% = 10%. EXERCICE 7 Un produit subit une réduction de 50% puis une augmentation de 50%. Calculer le taux d évolution global. Que remarquez-vous? On peut également utiliser la propriété suivante obtenue à partir de la propriété sur le coefficient multiplicateur global en remplaçant les coefficient multiplicateurs par les taux d évolution auxquels on ajoute 1. PROPRIÉTÉ ( TAUX D ÉVOLUTION GLOBAL) Si une valeur subit deux évolutions de taux d évolution t 1 et t 2, alors le taux d évolution global t global est égal à t global = (1 + t 1 ) (1 + t 2 ) 1. (1 + t ) (1 + t 1 y 2 ) 2 y 3 (1 + t 1 )(1 + t 2 ) 7

8 III.2 PLUSIEURS ÉVOLUTIONS SUCCESSIVES Nous pouvons généraliser les propriétés obtenues dans le cas de deux évolutions à une situation où l on a plusieurs évolutions. PROPRIÉTÉ (COEFFICIENT MULTIPLICATEUR GLOBAL) Si une valeur subit n évolutions de coefficients multiplicateurs C 1,C 2,...,C n, alors le coefficient multiplicateur global C global est le produit des coefficients multiplicateurs : C global = C n. Comme auparavant, pour déterminer le taux d évolution global t global, on peut calculer d abord le coefficient multiplicateur global C global puis calculer t global = C global 1. La propriété suivante donne une formule plus directe pour déterminer le taux d évolution global à partir des taux d évolution de chaque évolution. PROPRIÉTÉ ( TAUX D ÉVOLUTION GLOBAL) Si une valeur subit n évolutions de taux d évolution t 1, t 2,..., t n, alors le taux d évolution global t global est égal à t global = (1 + t 1 ) (1 + t 2 )... (1 + t n ) 1. 1 y 2 2 y 3 y n n y n+1 (1 + t 1 ) (1 + t 2 ) (1 + t n ) (1 + t 1 )(1 + t 2 )...(1 + t n ) 1 n IV ÉVOLUTION RÉCIPROQUE (RAPPELS) Lorsqu une valeur subit une évolution, on peut se demander quelle est l évolution réciproque. Par exemple, si un produit subit une réduction de 50%, de combien faudrait-il l augmenter pour qu il revienne au prix initial (nous avons vu que l augmenter de 50% n est pas la bonne réponse). Ceci nous amène à la notion d évolution réciproque. DÉFINITION Si, après deux évolutions, la valeur finale est égale à la valeur de départ, alors on dit que les deux évolutions sont réciproques. REMARQUE. Les effets des évolutions réciproques s annulent. On dit la deuxième évolution compense la première. Les propriétés suivantes nous montrent calculer le coefficient multiplicateur et le taux d évolution de l évolution réciproque. PROPRIÉTÉ (COEFFICIENT MULTIPLICATEUR RÉCIPROQUE) Pour un coefficient multiplicateur C, le coefficient multiplicateur réciproque C est donné par C = 1 C 8

9 Démonstration. Si une valeur subit une évolution de coefficient multiplicateur C puis une évolution de coefficient multiplicateur C, alors nous avons vu dans la section précédente, que le coefficient multiplicateur qui correspond à l évolution globale est C. Or si le prix d arrivée est égal au prix de départ, cela signifie que son coefficient multiplicateur est 1 donc C = 1, ce qui revient à dire C = 1 C. PROPRIÉTÉ ( TAUX D ÉVOLUTION RÉCIPROQUE) Pour un taux d évolution t, le taux d évolution réciproque t est donné par t = t 1. Si on connaît le coefficient multiplicateur C de la première évolution, alors la formule s écrit t = 1 C 1. ( ) t 1 C y 2 (1 + t) Démonstration. Si on note C le coefficient multiplicateur de l évolution et C le coefficient multiplicateur de l évolution réciproque, alors on doit avoir C = (1 + t) ( 1 + t ) = 1, c est-à-dire 1 + t = t, d où l on déduit finalement t = t 1. En remplaçant 1 + t, par C, on obtient bien t = 1 C 1. EXEMPLE. Si le prix d un produit subit une baisse de 50%, ce qui correspond à t = 50, alors il faut lui faire subir une évolution de taux t = t 1 = = 1 0,5 1 = 2 1 = 1 = %, c est-à-dire qu il faut lui faire subir une augmentation de % donc doubler son prix pour le faire revenir à son prix initial. 9

10 EXERCICE 8 Déterminer le taux d évolution réciproque d une évolution de taux d évolution t = 40%. REMARQUE IMPORTANTE 1) Si une valeur subit une baisse puis une hausse de même ampleur, alors elle a globalement subi une baisse. 2) Si une valeur subit une hausse puis une baisse de même ampleur, alors elle a globalement subi une baisse. V TAUX D ÉVOLUTION MOYEN - RACINE n-ième Nous avons vu comment calculer l évolution globale lorsqu une valeur a subi plusieurs évolutions successives. Dans cette section, nous allons nous intéresser au problème dans l autre sens : si on connaît l évolution globale d une valeur qui a subi plusieurs évolutions, comment peut-on déterminer l évolution moyenne? V.1 RACINE n-ième Commençons par étudier un outil mathématique qui permettra de traiter les situations où une valeur subit la même évolution plusieurs fois de suite. DÉFINITION Soit a un réel strictement positif et n un entier naturel non nul. On appelle racine n-ième de a, et on note x = a 1 n ou x = n a, l unique solution positive de l équation x n = a, où on rappelle que x n = x x {{... x. x est multiplié n fois REMARQUE. On admet qu il existe toujours une et une seule racine n-ième d un réel strictement positif. EXEMPLE. On a = 2 car 2 3 = 8 et 2 est positif. EXERCICE 9 Déterminer , et V.2 TAUX D ÉVOLUTION MOYEN On considère une valeur qui subit chaque année la même évolution, c est-à-dire qui est multipliée chaque année par le même coefficient multiplicateur annuel C, que l on ne connaît pas. Après n années, le coefficient multiplicateur global est C global = C {{... = C n. n fois Par conséquent, le coefficient multiplicateur annuel C vérifie C n = C global, c est-à-dire que C est la racine n-ième du coefficient multiplicateur global : C = ( C global ) 1 n. 10

11 y 1 y 2 y 3 y n y n+1 global {{ = C n n fois DÉFINITION Si une valeur suit n évolutions successives de taux d évolution global T global, alors on appelle taux d évolution moyen le taux t moyen vérifiant ( 1 + tmoyen ) n = 1 + Tglobal, c est-à-dire t = ( 1 + T global ) 1 n 1 On appelle coefficient multiplicateur moyen, et on note C moyen, le réel C moyen = 1 + t moyen. (1 + t moyen ) (1 + t moyen ) (1 + t moyen ) y 2 y 3 y n y n+1 (1 + T global ) EXEMPLE. Si un prix baisse globalement sur un an de 50%, on cherche à déterminer la baisse moyenne mensuelle. On applique alors la formule avec T = 50% et n = 12 : donc ( 1 + t moyen = ) = 0,5 12 0,94 t moyen = 0,94 1 = 0,06 = 6%, c est-à-dire que l effectif a subi en moyenne une baisse de 6% chaque mois (et non pas 4% %). EXERCICE 10 Le nombre de personnes connectées à internet dans le monde a augmenté de 450% en 10 ans. Calculer le taux d évolution annuel moyen d évolution. 11

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices Leçon N : Taux d évolution et indices En premier un peu de calcul : Si nous cherchons t [0 ;+ [ tel que x 2 = 0,25, nous trouvons une solution unique x = 0, 25 = 0,5. Nous allons utiliser cette année une

Plus en détail

Pourcentage d évolution

Pourcentage d évolution Pourcentage d évolution I) Proportion et pourcentage. 1) Proportion Soit E un ensemble fini et A une partie de l ensemble E. est le nombre d éléments de E et le nombre d éléments de A. La proportion ou

Plus en détail

1) Taux d évolution en pourcentage à partir d une évolution

1) Taux d évolution en pourcentage à partir d une évolution Evolution I) Pourcentage d évolution 1) Taux d évolution en pourcentage à partir d une évolution Une grandeur évolue d une valeur initiale à une valeur finale. Le taux d évolution de cette grandeur est

Plus en détail

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre?

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre? Les pourcentages Cette séance est dédiée à l étude des pourcentages. Bien comprendre cette séance s avère être un passage obligé si vous souhaitez aborder de manière sereine les séances concernant les

Plus en détail

Chapitre 1 : Taux d'évolution

Chapitre 1 : Taux d'évolution Chapitre : Taux d'évolution I ] Rappels de lycée pourcentages : I.. Pourcentage : Calculer t % d'une quantité A c'est faire : t 00 A Exercice : Dans une assemblée de 550 députés, 8 % sont des avocats.

Plus en détail

Pourcentages et évolutions

Pourcentages et évolutions Pourcentages et évolutions Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2008/2009 Table des matières 1 Part en pourcentage 2 1.1 Ensemble de référence.......................................... 2 1.2 Addition et

Plus en détail

Taux d'évolution, cours de Terminale STG

Taux d'évolution, cours de Terminale STG Taux d'évolution, cours de Terminale STG F.Gaudon 7 novembre 2007 Table des matières Évolutions 2 2 Évolutions successives 3 2. Taux global............................ 3 2.2 Taux moyen............................

Plus en détail

Taux d évolution moyen.

Taux d évolution moyen. Chapitre 1 Indice Taux d'évolution moyen Terminale STMG Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Indice simple en base 100. Passer de l indice au taux d évolution, et réciproquement.

Plus en détail

Cahier répertoire (TSTG) M. Lagrave. Partie A. Partie B. Exercice. Correction. M. Lagrave. Lycée Beaussier

Cahier répertoire (TSTG) M. Lagrave. Partie A. Partie B. Exercice. Correction. M. Lagrave. Lycée Beaussier Lycée Beaussier 2011 2012 Sommaire Un établissement bancaire propose ce placement : Si vous déposez un capital de 10 000 euros, vous obtenez un capital de 15 000 euros au bout de 10 ans. 1. Quel est le

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail

Lycée Louise Michel. Cours de Mathématiques. pour. les T STG D. Spécialité : Sciences et Techniques de la Gestion (STG)

Lycée Louise Michel. Cours de Mathématiques. pour. les T STG D. Spécialité : Sciences et Techniques de la Gestion (STG) Lycée Louise Michel Cours de Mathématiques pour les T STG D Spécialité : Sciences et Techniques de la Gestion (STG) Option : Communication et Gestion des Ressources Humaines (CGRH). Olivier LE CADET Année

Plus en détail

Chapitre n 1: Information chiffrée. Activité d'approche n 1 : taux d'évolution

Chapitre n 1: Information chiffrée. Activité d'approche n 1 : taux d'évolution 1/24 - Chapitre n 1 : Information chiffrée Chapitre n 1: Information chiffrée Objectifs. O1- Indice simple en base 100 : passer de l'indice au taux d 'évolution, et réciproquement [Le calcul d'un indice

Plus en détail

x et y sont proportionnels si, et seulement si, les poins de coordonnées (x ; y) sont alignés avec l origine du repère. y 4 n

x et y sont proportionnels si, et seulement si, les poins de coordonnées (x ; y) sont alignés avec l origine du repère. y 4 n CHAPITRE 11 PROPORTIONNALITE I. GENERALITES A. NOTION DE GRANDEURS PROPORTIONNELLES Deux grandeurs x et y sont proportionnelles si, lorsque l une varie, l autre varie dans les mêmes proportions : si x

Plus en détail

On présente souvent les grandeurs proportionnelles dans un tableau de proportionnalité.

On présente souvent les grandeurs proportionnelles dans un tableau de proportionnalité. 3 ème A Fiche D1 - a proportionnalité 1. Rappels : *Exemples de situation de proportionnalité dans la vie courante : 1 ) le prix des fruits au kilo. + on achète de fruits + c est cher. e prix est proportionnel

Plus en détail

Lycée Alexis de Tocqueville. BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE Blanc Corrigé. Série S.T.M.G. Février 2015 Épreuve de mathématiques.

Lycée Alexis de Tocqueville. BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE Blanc Corrigé. Série S.T.M.G. Février 2015 Épreuve de mathématiques. Lycée Alexis de Tocqueville BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE Blanc Corrigé Série S.T.M.G. Février 2015 Épreuve de mathématiques Durée 3 heures Le candidat traitera obligatoirement les quatre exercices ******

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Correction Baccalauréat STMG Antilles Guyane 18 juin 2015

Correction Baccalauréat STMG Antilles Guyane 18 juin 2015 Durée : 3 heures Correction Baccalauréat STMG Antilles Guyane 18 juin 2015 EXECICE 1 4 points Cet exercice est un questionnaire à choix multiples (QCM). Le candidat recopiera sur sa copie le numéro de

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

7% = R140. Exemples 25% de 650 = = 162,50. 650 x. Quand on. pour cela? reçus. reçus. = candidats reçus

7% = R140. Exemples 25% de 650 = = 162,50. 650 x. Quand on. pour cela? reçus. reçus. = candidats reçus FICHE M15 : Pourcentages Un pourcentage est mathématiquement représenté par une fraction sur 100. Appliquer un pourcentage de P% à un nombre revient à le multiplier par 100. P% correspond à la fraction.

Plus en détail

Chapitre 06 : PROPORTIONNALITÉ ET FONCTIONS LINÉAIRES

Chapitre 06 : PROPORTIONNALITÉ ET FONCTIONS LINÉAIRES Chapitre 06 : PROPORTIONNALITÉ ET FONCTIONS LINÉAIRES 6 cm I) Synthèse sur la proportionnalité : 1) Définition : Grandeurs proportionnelles : Dire que deux grandeurs sont proportionnelles revient à dire

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques Cours de mathématiques Thomas Rey classe de première ES ii Table des matières 1 Les pourcentages 1 1.1 Variation en pourcentage............................... 1 1.1.1 Calcul d une variation............................

Plus en détail

Fonction inverse Fonctions homographiques

Fonction inverse Fonctions homographiques Fonction inverse Fonctions homographiques Année scolaire 203/204 Table des matières Fonction inverse 2. Définition Parité............................................ 2.2 Variations Courbe représentative...................................

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

Information chiffrée : proportions ; indices

Information chiffrée : proportions ; indices Information chiffrée : proportions ; indices Échauffez-vous! 1 Reliez chacun des nombres décimaux de la colonne de gauche à la fraction qui lui est égale 310 0,79 68, 3,1 79 0,068 2 Complétez : a) 0,72

Plus en détail

Pourcentages. Propriétés : a Augmenter une quantité de a % revient à multiplier sa valeur initiale par : 1+.

Pourcentages. Propriétés : a Augmenter une quantité de a % revient à multiplier sa valeur initiale par : 1+. Pourcentages A) Part pourcentage Soit E un ensemble à n éléments et A une partie de E ayant p éléments p Le pourcentage de A dans E est le nombre t tel que : t = n Exercice n 1 : Dans un lycée de 25 élèves,

Plus en détail

Proportion. Évolution

Proportion. Évolution 1 Proportion. Évolution PROPORTION On considère un ensemble E contenant n éléments et A une partie de E contenant y éléments. La proportion p A des éléments de A par rapport à E est égale à : résumés de

Plus en détail

Les savoir-faire : I. Taux d évolution : Rappels

Les savoir-faire : I. Taux d évolution : Rappels Les savoir-faire : Calculer une évolution exprimée en pourcentage. Exprimer en pourcentage une évolution. Connaissant deux taux d évolution successifs, déterminer le taux d évolution global. Connaissant

Plus en détail

CH VI) Pourcentages et coefficients multiplicateurs :

CH VI) Pourcentages et coefficients multiplicateurs : CH VI) Pourcentages et coefficients multiplicateurs : Activité : Un commerçant fait une remise de 20,00 sur le prix d un article coûtant 250,00. Quel serait le montant de la remise si l article coûtait,00?

Plus en détail

Mini Dictionnaire Encyclopédique Mathématiques. Fonction affine

Mini Dictionnaire Encyclopédique Mathématiques. Fonction affine Fonction affine ) Définition et Propriété caractéristique a) Activité introductive Une agence de location de voiture propose la formule de location suivante : forfait de 50 et 0,80 le km. Quel est le prix

Plus en détail

Exercice 1 Métropole juin 2014 5 points

Exercice 1 Métropole juin 2014 5 points Le sujet comporte 6 pages. Seule l annexe est à rendre avec la copie. BAC BLANC MATHÉMATIQUES TERMINALE STMG Durée de l épreuve : 3 heures Les calculs doivent être détaillés. Les calculatrices sont autorisées,

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

Baccalauréat STMG Antilles Guyane / 18 juin 2015

Baccalauréat STMG Antilles Guyane / 18 juin 2015 Exercice 1 Durée : 3 heures Baccalauréat STMG Antilles Guyane / 18 juin 2015 4 points Cet exercice est un questionnaire à choix multiples (QCM). Le candidat recopiera sur sa copie le numéro de la question

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

Devoir surveillé n 1 : correction

Devoir surveillé n 1 : correction E1A-E1B 013-01 Devoir surveillé n 1 : correction Samedi 8 septembre Durée : 3 heures. La calculatrice est interdite. On attachera une grande importance à la qualité de la rédaction. Les questions du début

Plus en détail

1ES DS commun du jeudi 5 mai 2011. MATHEMATIQUES

1ES DS commun du jeudi 5 mai 2011. MATHEMATIQUES 1ES DS commun du jeudi 5 mai 011. MATHEMATIQUES NOM. Exercice 1 (8 points/40) Cet exercice est un QCM. Pour chaque question une seule réponse est exacte. On demande d entourer la bonne réponse et aucune

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 Le sujet est numéroté de 1 à 5. L annexe 1 est à rendre avec la copie. L exercice Vrai-Faux est

Plus en détail

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES STATISTIQUES A UNE VARIALE EXERCICES CORRIGES Exercice n Les élèves d une classe ont obtenu les notes suivantes lors d un devoir : Note 4 5 8 0 4 5 8 0 Effectif 4 7 6 4 ) Déterminer l étendue et le mode

Plus en détail

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité).

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Lycée Jacques Monod février 05 Exercice : Voici les graphiques des questions. et.. A 4 A Graphique Question. Graphique Question..

Plus en détail

Dérivation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES

Dérivation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Capitre 4 Dérivation Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Dérivation Nombre dérivé d une fonction en un point. Tangente à la courbe représentative d une fonction dérivable

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

Brevet Blanc de Mathématiques ** Corrigé **

Brevet Blanc de Mathématiques ** Corrigé ** Brevet Blanc de Mathématiques ** Corrigé ** Collège Goscinny de Valdoie Le soin et la qualité de la rédaction comptent pour 4 points. L usage de la calculatrice est autorisé. Sujet et corrigé écrits avec

Plus en détail

2. u 3 = 16, u 7 = 1 et u p = 1 8.

2. u 3 = 16, u 7 = 1 et u p = 1 8. EXERCICE 1 (u n ) est une suite arithmétique de raison a, déterminer l entier k dans chacun des cas suivants : 1. u 21 = 34, a=1,5 et u k = 1 2. u 10 = 64, u 5 = 14 et u k = 114. EXERCICE 2 (u n ) est

Plus en détail

Tous droits de traduction, de reproduction et d adaptation réservés pour tous pays.

Tous droits de traduction, de reproduction et d adaptation réservés pour tous pays. Maquette de couverture : Graphir Maquette intérieure : Frédéric Jély Mise en page : CMB Graphic Dessins techniques : Gilles Poing Hachette Livre 008, 43, quai de Grenelle, 790 Paris Cedex ISBN : 978--0-8-

Plus en détail

Division de Polynômes

Division de Polynômes LGL Cours de Mathématiques 00 Division de Polynômes A INTRODUCTION Motivations: * Résoudre des équations d un degré supérieur à * Représenter des fonctions algébriques en se basant et sur des fonctions

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail

Première ES IE1 pourcentages 2014-2015 S1

Première ES IE1 pourcentages 2014-2015 S1 1 Première ES IE1 pourcentages 2014-2015 S1 Exercice 1 : (4 points) En 2009, le nombre des immatriculations des voitures neuves en France, a été le suivant : Renault 506 000 Peugeot 378 000 Citroën 340

Plus en détail

Fonctions Affines Problèmes du premier degré

Fonctions Affines Problèmes du premier degré Fonctions Affines Problèmes du premier degré Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2015/2016 Table des matières 1 Fonctions Affines 2 1.1 Définition Représentation graphique.................................

Plus en détail

Rappel sur le taux de variation et la variation en pourcentage et en point

Rappel sur le taux de variation et la variation en pourcentage et en point Rappel sur le taux de variation et la variation en pourcentage et en point Coupons, cadeaux, objets publicitaires On reçoit tous des produits gratuits Quand c est gratuit, ça fait toujours plaisir! De

Plus en détail

FICHE M15 : Pourcentages

FICHE M15 : Pourcentages FICHE M15 : ourcentages Un pourcentage est mathématiquement représenté par une fraction sur. Appliquer un pourcentage de % à un nombre revient à le multiplier par. % correspond à la fraction. 7 13,6 7%

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

Cours de mathématiques : Equation du second degré

Cours de mathématiques : Equation du second degré Cours de mathématiques : Equation du second degré I ) Formes de l'équation du second degré. L'équation du deuxiéme degré à une inconnue est celle où l'inconnue est élévé à la puissance de 2, sans y etre

Plus en détail

Pourcentages et coefficients multiplicateurs

Pourcentages et coefficients multiplicateurs 3 Pourcentages et coefficients multiplicateurs Les ventes de portables d une agence sont de 220 unités en novembre. La vendeuse prévoit une augmentation de 35 % des ventes pour les fêtes de fin d année.

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Seconde-Fonctions homographiques-cours Mai 0 Fonctions homographiques Introduction Voir le TP Géogébra. La fonction inverse. Définition Considérons la fonction f définie par f() =. Alors :. f est définie

Plus en détail

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b I Définition d une fonction affine Faire l activité 1 «une nouvelle fonction» 1. définition générale a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe

Plus en détail

Contrôle de mathématiques

Contrôle de mathématiques Contrôle de mathématiques Correction du Lundi 18 octobre 2010 Exercice 1 Diviseurs (5 points) 1) Trouver dans N tous les diviseurs de 810. D 810 = {1; 2; 3; 5; 6; 9; 10; 15; 18; 27; 30; 45; 54; 81; 90;

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

u n+1 = qu n 100 100 (diminution) (augmentation) ou 1

u n+1 = qu n 100 100 (diminution) (augmentation) ou 1 I SUITES GÉOMÉTRIQUES 1 DÉFINITION Dire qu une suite(u n ) est géométrique signifie qu il existe un nombre réel q non nul tel que, pour tout entier n, u n+1 = qu n Le réel q est appelé la raison de la

Plus en détail

U102 Devoir sur les suites (TST2S)

U102 Devoir sur les suites (TST2S) LES SUITES - DEVOIR 1 EXERCICE 1 L'objectif de cet exercice est de comparer l'évolution des économies de deux personnes au cours d'une année. Pierre possède 500 euros d'économies le 1 er janvier. Il décide

Plus en détail

La fonction carré Cours

La fonction carré Cours La fonction carré Cours CHAPITRE 1 : Définition CHAPITRE 2 : Sens de variation CHAPITRE 3 : Parité et symétrie CHAPITRE 4 : Représentation graphique CHAPITRE 5 : Equation du type CHAPITRE 6 : Inéquation

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

Le raisonnement par récurrence

Le raisonnement par récurrence Le raisonnement par récurrence Nous notons N l ensemble des entiers naturels : N = {0,,, } Nous dirons naturel au lieu de entier naturel Le principe du raisonnement par récurrence Soit A une partie de

Plus en détail

Items étudiés dans le CHAPITRE N5. 7 et 9 p 129 D14 Déterminer par le calcul l'antécédent d'un nombre par une fonction linéaire

Items étudiés dans le CHAPITRE N5. 7 et 9 p 129 D14 Déterminer par le calcul l'antécédent d'un nombre par une fonction linéaire CHAPITRE N5 FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION Code item D0 D2 N30[S] Items étudiés dans le CHAPITRE N5 Déterminer l'image

Plus en détail

f (x 2 ) f (x 1 ) x 2 x 1 = a = ax 2+ b ax 1 b x 2 x 1 x 2 x 1 Soit a= 1 5 3+6 = 2 3

f (x 2 ) f (x 1 ) x 2 x 1 = a = ax 2+ b ax 1 b x 2 x 1 x 2 x 1 Soit a= 1 5 3+6 = 2 3 I FONCTION AFFINE ÉFINITION Soit a et b deu réels. La fonction f définie sur R par f() = a + b est une fonction affine. EXEMPLES La fonction f définie surrpar f()= 2 3 est une fonction affine avec a= 2

Plus en détail

BACCALAUREAT GENERAL MATHÉMATIQUES

BACCALAUREAT GENERAL MATHÉMATIQUES BACCALAUREAT GENERAL FEVRIER 2014 MATHÉMATIQUES SERIE : ES Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 (ES), 4 (L) 7(spe ES) Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformement à la

Plus en détail

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité PRÉPARATIN DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES SÉRIE ES bligatoire et Spécialité Décembre 0 Durée de l épreuve : heures Coefficient : ou L usage d une calculatrice électronique de poche à alimentation autonome,

Plus en détail

Objectifs: connaître les propriétés des fonctions élémentaires pour pouvoir étudier des fonctions plus complexes.

Objectifs: connaître les propriétés des fonctions élémentaires pour pouvoir étudier des fonctions plus complexes. FONCTIONS DE REFERENCE Objectifs: connaître les propriétés des fonctions élémentaires pour pouvoir étudier des fonctions plus complexes. I. LES FONCTIONS ELEMENTAIRES ce sont les touches «fct» de la calculatrice

Plus en détail

QCM chapitre 1 (cf. p. 24 du manuel) Pour bien commencer

QCM chapitre 1 (cf. p. 24 du manuel) Pour bien commencer QCM chapitre 1 (cf. p. 24 du manuel) Pour bien commencer Pour chaque question, il y a une ou plusieurs bonnes réponses. Exercice 1. 20 % de 120 est égal à : A 240 B 24 C 144 D 96 Réponse juste : B 20 %

Plus en détail

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I Deuxième cours Rappel: Intérêt Rappel: Intérêt Fonction de capitalisation 1 Rappel: Intérêt Fonction de capitalisation Fonction d accumulation Rappel: Intérêt Fonction de capitalisation

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

Chapitre 4. Fonction exponentielle. 4.1 Activité. Sommaire

Chapitre 4. Fonction exponentielle. 4.1 Activité. Sommaire Chapitre 4 Fonction exponentielle Sommaire 4.1 Activité............................................. 37 4. Fonctions exponentielles de base q (q > 0)........................ 39 4..1 Définition.........................................

Plus en détail

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES Sommaire 1. Suites géométriques... 2 2. Exercice... 6 3. Application des suites géométriques aux mathématiques financières... 7 4. Vocabulaire... 7 5. Exercices :... 8 6.

Plus en détail

Calculs préliminaires.

Calculs préliminaires. MINES-PONTS 005. Filière MP. MATHÉMATIQES 1. Corrigé de JL. Lamard jean-louis.lamard@prepas.org) Calculs préliminaires. Notons que si f H alors f)e / est bien intégrable sur R car continue positive et

Plus en détail

Suites numériques. Exercice 1 Pour chacune des suites suivantes, calculer u 1, u 2, u 3, u 10 et u 100 : Introduction : Intérêts simpleset composés.

Suites numériques. Exercice 1 Pour chacune des suites suivantes, calculer u 1, u 2, u 3, u 10 et u 100 : Introduction : Intérêts simpleset composés. Suites numériques 1ère STG Introduction : Intérêts simpleset composés. On dispose d un capital de 1 000 euros que l on peut placer de deux façons différentes : à intérêts simples au taux annuel de 10%.

Plus en détail

Chapitre 1 - Suites. Suites géométriques. I.1 Définition et propriétés

Chapitre 1 - Suites. Suites géométriques. I.1 Définition et propriétés Chapitre 1 - Suites I Suites géométriques I.1 Définition et propriétés TD 1 : Évolutions de populations Le premier janvier 2011, une ville A compte 350 000 habitants. A la même date, une ville B compte

Plus en détail

I 2001/1999 = 75 50 = 1.5

I 2001/1999 = 75 50 = 1.5 Chapitre Indices d évolution 4 41 Indices simples Exemple 4121 Le prix d un bien passe de 50e en 1999 à 75e en 2001 Dans ce cas, l indice simple de ce bien entre 1999 et 2001 est : I 2001/1999 = 75 50

Plus en détail

Fonctions affines. 2 Signe d une fonction affine 18 2.1 activité... 19 2.2 corrigé activité... 20

Fonctions affines. 2 Signe d une fonction affine 18 2.1 activité... 19 2.2 corrigé activité... 20 Fonctions affines Table des matières 1 généralités : (images, formule, variations, tableau de valeurs, courbe, équations, inéquations) 2 1.1 activité............................................... 3 1.2

Plus en détail

I. Cas de l équiprobabilité

I. Cas de l équiprobabilité I. Cas de l équiprobabilité Enoncé : On lance deux dés. L un est noir et l autre est blanc. Calculer les probabilités suivantes : A «Obtenir exactement un as» «Obtenir au moins un as» C «Obtenir au plus

Plus en détail

Second degré : Résumé de cours et méthodes

Second degré : Résumé de cours et méthodes Second degré : Résumé de cours et méthodes 1 Définitions : DÉFINITIN n appelle trinôme du second degré toute fonction f définie sur R par f () = a + b + c (a,b et c réels avec a 0). Remarque : Par abus

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Intérêts composés - Amortissements

Intérêts composés - Amortissements Intérêts composés - Amortissements Objectif : - Etudier et calculer les éléments d un placement à intérêts composés. - Effectuer un tableau d amortissement. I - Approche : Examinons la publicité suivante

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle La fonction exponentielle Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2015/2016 Table des matières 1 Existence et unicité de la fonction exponentielle 2 1.1 Deux résultats préliminaires.......................................

Plus en détail

Numération. On sait que dans 342 381, le chiffre 4 ne vaut pas 4 mais 40 000... Ainsi :

Numération. On sait que dans 342 381, le chiffre 4 ne vaut pas 4 mais 40 000... Ainsi : Numération Numération. 1 Les systèmes de numération 1.1 Le système décimal. 1.1.1 Les chiffres. Le système décimal est le système d écriture des nombres que nous utilisons habituellement dans la vie courante.

Plus en détail

Les pourcentages. Vérifier qu il y a proportionnalité en calculant le coefficient multiplicateur k.

Les pourcentages. Vérifier qu il y a proportionnalité en calculant le coefficient multiplicateur k. Les pourcentages I Approche : Lors d une période de soldes, un commerçant a affiché, pour chaque article, le prix habituel et le montant de la réduction accordée : Chemise : Prix habituel : 15 Remise :

Plus en détail

ANNUITES. Les annuités définissent une suite de versements identiques ou non effectués à intervalles de temps égaux. -annuités non constantes

ANNUITES. Les annuités définissent une suite de versements identiques ou non effectués à intervalles de temps égaux. -annuités non constantes ANNUITES I Notions d annuités a.définition Les annuités définissent une suite de versements identiques ou non effectués à intervalles de temps égaux. Le processus de versements dépend du montant de l annuité,

Plus en détail

Première L COMPOSITION DE MATHEMATIQUES - INFORMATIQUE. 2ème trimestre 2010. Durée de l épreuve : 1 h 30

Première L COMPOSITION DE MATHEMATIQUES - INFORMATIQUE. 2ème trimestre 2010. Durée de l épreuve : 1 h 30 Première L COMPOSITION DE MATHEMATIQUES - INFORMATIQUE 2ème trimestre 2010 Durée de l épreuve : 1 h 30 Le candidat doit traiter les 3 exercices La qualité de la rédaction, la clarté et la précision des

Plus en détail

Dénombrement, opérations sur les ensembles.

Dénombrement, opérations sur les ensembles. Université Pierre et Marie Curie 2013-2014 Probabilités et statistiques - LM345 Feuille 1 (du 16 au 20 septembre 2013) Dénombrement, opérations sur les ensembles 1 Combien de façons y a-t-il de classer

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail

IPT : Cours 2. La représentation informatique des nombres

IPT : Cours 2. La représentation informatique des nombres IPT : Cours 2 La représentation informatique des nombres (3 ou 4 heures) MPSI-Schwarz : Prytanée National Militaire Pascal Delahaye 28 septembre 2015 1 Codage en base 2 Définition 1 : Tout nombre décimal

Plus en détail

SESSION 2011 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE. Sciences et Technologies de la Gestion. Communication et Gestion des Ressources Humaines MATHÉMATIQUES

SESSION 2011 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE. Sciences et Technologies de la Gestion. Communication et Gestion des Ressources Humaines MATHÉMATIQUES SESSION 2011 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de la Gestion Communication et Gestion des Ressources Humaines MATHÉMATIQUES Durée de l épreuve : 2 heures Coefficient : 2 Dès que le sujet

Plus en détail

Taux d évolution. 2. La valeur d une quantité a été multipliée par 0,3. Cette évolution est-elle une hausse ou une

Taux d évolution. 2. La valeur d une quantité a été multipliée par 0,3. Cette évolution est-elle une hausse ou une Taux d évolution I - Coefficient multiplicateur Exercice 1 1. Le prix d un produit a augmenté de 20%. Il valait initialement 40C. Quel est le montant de l augmentation et son nouveau prix? Par combien

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle La fonction exponentielle L expression «croissance exponentielle» est passée dans le langage courant et désigne sans distinction toute variation «hyper rapide» d un phénomène. Ce vocabulaire est cependant

Plus en détail

Baccalauréat STMG Polynésie 17 juin 2014

Baccalauréat STMG Polynésie 17 juin 2014 Baccalauréat STMG Polynésie 17 juin 2014 Durée : 3 heures EXERCICE 1 Cet exercice est un Q.C.M. 4 points Pour chaque question posée, quatre réponses sont proposées parmi lesquelles une seule est correcte.

Plus en détail

Baccalauréat STMG Nouvelle-Calédonie 14 novembre 2014 Correction

Baccalauréat STMG Nouvelle-Calédonie 14 novembre 2014 Correction Baccalauréat STMG Nouvelle-alédonie 14 novembre 014 orrection EXERIE 1 7 points Dans cet exercice, les parties A, B et sont indépendantes. Le tableau suivant donne le prix moyen d un paquet de cigarettes

Plus en détail

Intérêts. Administration Économique et Sociale. Mathématiques XA100M

Intérêts. Administration Économique et Sociale. Mathématiques XA100M Intérêts Administration Économique et Sociale Mathématiques XA100M 1. LA NOTION D INTÉRÊT 1.1. Définition. Définition 1. L intérêt est la rémunération d un prêt d argent effectué par un agent économique

Plus en détail