Image d un intervalle par une fonction continue

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Image d un intervalle par une fonction continue"

Transcription

1 DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction à un intervalle ouvert contenant x 0 est continue en ce point. Ici nous allons étudier l image d un intervalle par une fonction continue et montrer que la continuité possède aussi des propriétés globales. 1. Les intervalles de R Posons R = R {, + } et prolongeons l ordre de R à R par : x R, x +. Muni de cet ordre, R est totalement ordonné et toute partie non vide de R possède une borne supérieure et une borne inférieure. Une partie non vide de R qui possède un majorant (resp. un minorant) dans R admet une borne supérieure (resp. inférieure) dans R. Définition Une partie I de R est un intervalle s il existe a, b R, a b, tels que I soit l un des quatre ensembles suivants : {x R a x b}, noté [a, b] ; {x R a x < b}, noté [a, b[ ; {x R a < x b}, noté ]a, b] ; {x R a < x < b}, noté ]a, b[. L ensemble I est un intervalle de R si I R et si I est un intervalle de R. Exemples. Les ensembles, ]1, 2[, [2, + [, R =], + [ sont des intervalles de R. Proposition Soit I R. Il y a équivalence entre : a) I est un intervalle ; b) I satisfait la condition : x, y I et x y impliquent [x, y] I. Preuve. Il est clair que a) implique b) et que b) implique a) si I est vide. Supposons donc I non vide et considérons a = inf I et b = sup I. On a a b et I [a, b]. Distinguons les quatre cas suivants: a I, b I. D après la condition b), [a, b] I d où I = [a, b] et I est un intervalle. a I, b I. Si x I alors x a et x < b donc x [a, b[. Réciproquement, si x [a, b[ on a x < b donc x n est pas un majorant de I et il existe y I tel que x y. D après b), [a, y] I et donc x I. Finalement, I = [a, b[. a I, b I. On montre que I =]a, b]. a I, b I. On montre que I =]a, b[. 295

2 IMAGE D UN INTERVALLE PAR UNE FONCTION CONTINUE Remarque 1) L implication b) a) est fausse dans l ensemble ordonné Q. Par exemple I = {x Q x 2 2} vérifie b) et I n est pas un intervalle de Q au sens de la définition 1. 2) Dans un espace vectoriel réel, une partie A est dite convexe si x A et y A impliquent λx + (1 λ)y A pour tout réel λ tels que 0 < λ < 1. La proposition 1 signifie donc que les intervalles sont exactement les parties convexes de R. 3) Pour tout intervalle I de R on a : ] inf I, sup I[ I [inf I, sup I] 2. Image d un intervalle par une fonction continue Donnons d abord un résultat utile lorsque l on considère la borne supérieure ou inférieure l d un ensemble et une fonction continue au point l. Proposition Soit X une partie non vide de R qui possède une borne supérieure (resp. inférieure) dans R. Il existe une suite de points de X qui converge vers sup X (resp. inf X). Preuve. Supposons d abord sup X R et soit n N. Comme sup X 1/n n est pas un majorant de X, il exite x n X tel que sup X 1/n < x n. On a aussi x n sup X d où sup X x n < 1/n et donc lim x n = sup X. Maintenant si sup X = + alors aucun entier n n est un majorant de X. Soit, pour tout entier naturel n, x n X tel que x n > n. Il est clair que lim x n = +. n + La preuve dans le cas de la borne inférieure est analogue. Proposition (Le théorème des valeurs intermédiaires) Soit f une application continue sur un intervalle I, a et b deux éléments de I tels que a < b. Tout élément compris entre f(a) et f(b) est l image par f d un élément de [a, b]. Preuve. En remplaçant éventuellement f par f on peut supposer que f(a) f(b). Il suffit de montrer que, pour tout y ]f(a), f(b)[, il existe c [a, b] tel que f(c) = y. Considérons X = {x [a, b] f(x) y}. Cet ensemble est non vide, car a X, et, étant majoré par b, il possède une borne supérieure dans R notée c. Soit (x n ) une suite d éléments de X qui converge vers c. La fonction f étant continue sur [a, b], la suite (f(x n )) converge vers f(c) et x n X implique f(x n ) y d où, par passage à la limite, f(c) y. Pour tout élément x de [c, b], f(x) > y et, comme c b (f(c) y < f(b)), la continuité de f en c entraine f(c) = f(x) y. Finalement y = f(c). lim x c,x>c Remarque et exemple. 1). On peut avoir f(a) = f(b) et alors la proposition précédente ne nous apprend pas grand chose (Penser à f(x) = sin x, a = 0, b = 2π.). Pour éviter cela on peut énoncer le théorème des valeurs intermédiaires sous la forme : si f est continue sur un intervalle I alors ] inf f(i), sup f(i)[ f(i). Autrement dit, f prend toutes les valeurs strictement comprises entre inf I et sup I. En effet, si inf I < y < sup I alors y n est ni un majorant, ni un minorant de f(i). Il existe a, b I tels que f(a) < y < f(b) et donc il existe c I avec y = f(c). Avec le théorème des valeurs intermédiaires sous cette forme on voit que tout polynôme P de degré impair posséde un zéro. En effet, toute fonction polynôme est continue sur R et tend vers l infini lorsque la variable tend vers l infini. Si le polynôme P est de degré impair alors les limites en + et sont de signes différents et donc P (R) = R d où l existence d un x 0 tel

3 2. IMAGE D UN INTERVALLE PAR UNE FONCTION CONTINUE 297 que P (x 0 ) = 0. Un corollaire de cette propriété est que tout nombre réel possède une racine n-ième lorsque l entier n est impair. 2). Soit f une application continue d un intervalle [a, b] dans lui-même. L application g : [a, b] R définie par g(x) = f(x) x est continue sur [a, b] et vérifie g(a) = f(a) a 0 et g(b) = f(b) b 0. Il existe donc α [a, b] tel que g(α) = 0 et donc f(α) = α. Notons que l on obtient le même résultat avec l hypothèse plus faible [a, b] f([a, b]). En effet, en considèrant la même fonction g on peut dire que si cette fonction continue ne prend jamais la valeur 0 alors elle est strictement positive ou stictement négative. Si elle est strictement positive sur [a, b], f(x) > x a et f ne prend jamais la valeur a contrairement à l hypothèse. Il existe donc α tel que g(α) = 0. 3). Le thoréme des valeurs intermédiaires est à la base de la preuve de l galité de la moyenne, voir le document 37, proposition Corollaire Soit f une fonction continue sur un intervalle [a, b] de R. Si f(a)f(b) < 0 alors il existe c ]a, b[ tel que f(c) = 0. Le corollaire précédent est trés souvent utilisé en analyse numérique pour localiser les racines d une équation f(x) = 0 où f est une fonction continue. Un exemple d application On peut à l aide de ce corollaire donner une peuve du résultat suivant qui est démontré de façon un peu différente dans le document 28 (Fonctions réciproques). Proposition Une fonction f injective, continue sur un intervalle I, est strictement monotone sur I. Supposons que f ne soit pas strictement monotone. Il existe des éléments de I, x 1, x 2, x 3 et x 4 tels que x 1 < x 2, x 3 < x 4, f(x 1 ) f(x 2 ) et f(x 3 ) f(x 4 ). Soit g : [0, 1] R définie par : g(t) = f(tx 1 + (1 t)x 3 ) f(tx 2 + (1 t)x 4 ). La fonction g est continue sur [0, 1], g(0) = f(x 3 ) f(x 4 ) 0 et g(1) = f(x 1 ) f(x 2 ) 0. Il existe donc λ [0, 1] tel que g(λ) = 0. Soit x 5 = λx 1 + (1 λ)x 3 et x 6 = λx 2 + (1 λ)x 4. Comme I est un intervalle x 5 I et x 6 I. On a λx 1 λx 2 et (1 λ)x 3 (1 λ)x 4 d où, l une de ces inégalités étant stricte, x 5 < x 6. Or 0 = g(λ) = f(x 5 ) f(x 6 ) et donc f n est pas injective. Proposition Soit f une fonction de R dans R continue sur un intervalle I. L image de I par f est un intervalle. Preuve. Elle utilise essentiellement la caractérisation des intervalles de R donnée dans la proposition Le résultat est évident si f(i) est réduit à un point. Sinon, soient y 1 et y 2 deux élément de f(i) avec y 1 < y 2. Il existe x 1 et x 2 dans I tels que f(x 1 ) = y 1 et f(x 2 ) = y 2. D après le théorème des valeurs intermédiaires tout élément de [f(x 1 ), f(x 2 )] est l image d un élément de [x 1, x 2 ] ou de [x 2, x 1 ] et donc [y 1, y 2 ] = [f(x 1 ), f(x 2 )] f(i) qui est un intervalle. Remarques 1) On a déjà remarqué que les intervalles sont les parties convexes de R. Ce sont aussi les parties connexes (Dans un espace topologique, A est connexe s il n existe pas deux ouverts non vides et disjoints B et C tels que A = (A B) (A C).) La proposition 27.5 est un cas particulier du résulat suivant de topologie :

4 IMAGE D UN INTERVALLE PAR UNE FONCTION CONTINUE L image d une partie connexe par une application continue est connexe. En revanche l affirmation, l image d une partie convexe par une application continue est convexe, est fausse en général pour des applications qui ne sont pas de R dans R. Par exemple, l image du convexe [0, 2π] de R par l application continue t e it est un cercle et ce n est pas un convexe de R 2 (C est le disque qui est convexe!). 2) La proposition 27.5 permet de démontrer des inégalités. En effet si f est continue sur un intervalle I et si 0 f(i) alorsf(x) > 0 sur I ou f(x) < 0 sur I. Par exemple, soit à étudier l inéquation cos(sin x) > sin(cos x). L application f donnée par f(x) = cos(sin x) sin(cos x) est continue sur R et on montre facilement que l équation cos(sin x) = sin(cos x) n a pas de solution (Penser à utiliser l identité sin a± cosa = sin(a±π/4).). Comme f(0) = 1 sin 1 > 0 on a, pour tout x R, cos(sin x) > sin(cos x). Un second exemple est l exercice suivant qui est une autre preuve de la proposition 27.4 Exercice. Soit f une fonction continue définie sur un intervalle I et a, b, x, y quatre points de I tels que a < b et x < y. On considère la fonction ϕ de [0, 1] dans R définie par ϕ(t) = (f(b) f(a))[f(tb + (1 t)y) f(ta + (1 t)x)]. Montrer que si f est injective alors ϕ ne prend jamais la valeur 0. En déduire qu avec la même hypothèse, f est strictement monotone sur I. 3) Le théorème des valeurs intermédiaires est loin de caractériser les fonctions continues. Il existe des fonctions de R dans R qui vérifient ce théorème et qui sont continues en aucun point et toute fonction qui est la dérivée d une fonction le vérifie même si elle présente des discontinuités (voir le paragraphe complément). Cependant, il possède une réciproque dans le cas des fonctions monotones. Cette réciproque est le principal argument pour montrer que la fonction réciproque d une fonction strictement monotone et continue sur un intervalle est continue. Proposition Soit f une application monotone définie sur D f. Si l image d une partie X de D f est un intervalle alors la restriction de f à X est continue. En particulier, si l image d une fonction monotone est un intervalle alors cette fonction est continue. Preuve. Il suffit de faire la preuve lorsque X = D f et en remplaçant éventuellement f par f on peut supposer f croissante. Soient a D f et ɛ > 0. Pour montrer la continuité de f en a il suffit de définir deux éléments de R, α et β, tels que α < a < β et f(]α, β[ D f ) [f(a) ɛ, f(a) + ɛ]. Definition de α. Si f(a) ɛ f(i) alors il existe α I, α < a, tel que f(α) = f(a) ɛ et si f(a) ɛ f(i) alors on pose α =. Soit x ]α, a] D f. Si α = alors la croissance de f entraine f(x) f(a) et, comme f(a) ɛ n appartient pas à l intervalle f(i), f(a) ɛ est un minorant de f(i) (en général, si un élément n appartient pas à un intervalle alors c est un majorant ou un minorant de cet intervalle) et donc f(a) ɛ < f(x). Maintenant si f(a) ɛ f(i) alors f(α) = f(a) ɛ et la croissance de f implique f(a) ɛ = f(α) f(x) f(a). Finalement, f(]α, a] D f ) [f(a) ɛ, f(a)]. Definition de β. Si f(a) + ɛ f(i) alors il existe β I, β > a, tel que f(β) = f(a) + ɛ et si f(a) + ɛ f(i) alors on pose β = +. On démontre que f([a, β[ D f ) [f(a), f(a) + ɛ] ce qui achève la démonstration. Remarques. 1). Le résultat précédent est intuitivement presque évident si l on dit qu une fonction monotone a en chaque point une limite à droite et une limite à gauche et donc si

5 3. IMAGE D UN SEGMENT 299 son image est un intervalle ces limites coïncident et la fonction est continue. Si l on essaye de formaliser un peu plus ce raisonnement, il y a plusieurs cas particuliers à envisager et la preuve rigoureuse n est pas plus courte que la précédente. (Voir le document 28 pour plus de détails.) 2). Soit f une fonction monotone définie sur un intervalle. La fonction f est continue si et seulement si son image est un intervalle. Soit I un intervalle et f une fonction continue sur I. En général, I et f(i) ne sont pas des intervalles de même nature. Par exemple, si f(x) = x 2 alors on a f(] 1, 1]) = [0, 1]. Les intervalles I et f(i) ne sont pas non plus tous les deux bornés ou tous les deux non bornés : l image de ] π/2, π/2[ par la fonction tangente est R. L objet du paragraphe suivant est de montrer que si I est fermé et borné alors f(i) possède aussi ces propriétés. 3. Image d un segment On appelle segment un intervalle non vide, fermé et borné. Proposition Soit f une application continue sur un segment [a, b]. L image par f de ce segment est un segment. Preuve. On sait déjà que f([a, b]) est un intervalle. Soient c et d, c d, les bornes de cet intervalle. Si c = d alors, comme f([a, b]) est non vide, c R et f([a, b]) est le segment [c, c]. Supposons maintenant c < d. On a d = sup]c, d[, donc il existe un suite (y n ) de points de ]c, d[ qui converge vers d si d R ou qui tend vers + si d = +. Pour tout n N, il existe x n [a, b] tel que y n = f(x n ). La suite (x n ) étant bornée, le théorème de Bolzano-Weierstrass (voir le paragraphe complément) entraine qu elle possède une suite extraite (x φ(n) ) qui converge vers un point α de [a, b]. La continuité de f entraine que lim f(x φ(n)) = f(α). Mais (f(x φ(n) )) n étant une suite extraite de la suite (f(x n )), (f(x n )) ne tend pas vers + et donc d R. Les suites (f(x n )) et (f(x φ(n) ) ont la même limite d = f(α) ce qui entraine d f([a, b]). De même c f([a, b]) et f([a, b]) = [c, d]. Le corollaire suivant est une autre façon d énoncer la proposition Corollaire Une fonction continue sur un segment est borné sur ce segment et atteint ses bornes. Preuve. Si f est continue sur le segment I = [a, b] et f([a, b]) = [c, d] on a c = inf(i), d = sup I et il existe deux éléments x 1 et x 2 de I tels que f(x 1 ) = c et f(x 2 ) = d. D autre part, pour x [a, b], f(x) max( c, d ). Remarques 1) La proposition 6 résulte immédiatement du résultat de topologie : l image d une partie compact d un espace topologique séparé par une application continue est compact. En effet, les compacts de R sont les parties fermées et bornées et donc les segments sont les parties à la fois compactes et connexes. On peut aussi énoncer la proposition 27.7 sous la forme plus générale : L image d une partie fermée et bornée A de R par une application continue f est fermée et bornée.

6 IMAGE D UN INTERVALLE PAR UNE FONCTION CONTINUE La preuve est très semblable a celle de la proposition On montre que de toute suite de f(a) on peut extraire une suite convergente et le théorème de Bolzano-Weierstrass permet de conclure que f(a) est fermé et borné. 2) Lorsque I est un segment, f(i) est encore un segment. Lorsque I n est plus un segment, une condition suffisante pour que l image d un intervalle I par une fonction continue f soit un intervalle de même nature (ouvert, fermé, semi-ouvert) que I est que f soit strictement monotone. 3) La proposition 27.7 joue un role essentiel dans la preuve de nombreux résultats fondamentaux en analyse : le théoréme de Rolle, la formule de la moyenne en calcul intégral,... 4) Le théorème de Heine est aussi un résultat classique reliant continuité et segment : toute application continue sur un segment est uniformément continue sur ce segment. 4. Compléments 4.1. Le théorème de Bolzano-Weierstrass. Le théorème de Bolzano-Weierstrass est une caractérisation des espaces métriques compacts : un espace métrique est compact si et seulement si de toute suite on peut extraire une suite convergente. Dans R les segments sont compacts et donc une conséquence de ce théorème est : De toute suite bornée, on peut extraire un suite convergente. (Car toute suite bornée peut être considérée comme une suite de points d un segment.) C est cette conséquence du théorème de Bolzano-Weierstrass que nous allons démontrer en supposant que l on a prouvé auparavant que toute suite monotone et bornée de R est convergente. Si ce résultat est établi, il suffit de prouver ensuite que de toute suite on peut extraire une suite monotone. Proposition Soit (x n ) une suite de points d un ensemble totalement ordonné E. On peut extraire de (x n ), soit une suite décroissante, soit une suite strictement croissante. Preuve. Soit (x n ) une suite de points de E et I = {i N j > i, x i x j }. Distinguons deux cas. (1) I est infini. On peut définir par récurrence une application strictement croissante φ de N dans I en posant φ(0) = min I et φ(n + 1) = min(i {φ(0), φ(1),..., φ(n)}). Par définition de I, la suite extraite (x φ(n) ) est décroissante. (2) I est fini. Soit i 0 = 0 si I = et i 0 > max I sinon. Posons φ(0) = i 0 et supposons que l on a défini φ(1),..., φ(n) de façon que φ(0) < φ(1) <... < φ(n) et x φ(0) < x φ(1) <... < x φ(n). Par définition de i 0, φ(n) I et donc il existe j I tel que x φ(n) < x j avec j > φ(n). Si l on pose φ(n + 1) = j on a x φ(0) < x φ(1) <... < x φ(n) < x φ(n+1) et on a défini par récurrence une suite strictement croissante (x φ(n) ) extraite de (x n ). Remarque. Dans les introductions axiomatiques de R on trouve parfois l axiome suivant : Pour toute suite décroissante I n de segments, i N I n. On démontre alors que R verifie le théorème de Bolzano-Weierstrass par la méthode dichotomique. Soit I 0 = [a, b] un segment contenant tous les termes de la suite bornée (x n ) et c = (a + b)/2. Soit I 1 l un des deux intervalles [a, c] ou [c, b] contenant une infinité de termes de la suite. En itérant le processus, on obtient une suite décroissante de segments (I n ) et l intersection de tous ces segments est non vide. Comme la longueur de I n est (b a)/2 n, i N I n = {l} et on montre

7 4. COMPLÉMENTS 301 que l est la limite d une suite extraite de (x n ) (remarquer que tout I n contient une infinité de termes de(x n )) Les fonctions dérivées vérifient le théorème des valeurs intermédiaires. Proposition Soit f une application dérivable sur un intervalle I de R. L application dérivée f vérifie le théorème des valeurs intermédiares. Preuve. Soient a et b deux éléments de I avec a < b et γ compris entre f (a) et f (b). On peut toujours supposer f (a) f (b) (en remplaçant éventuellement f par f). Si γ = f (a) ou γ = f (b) alors γ f (I) et sinon, considérons l application g, dérivable sur I, définie par g(x) = f(x) γx. Posons inf{g(x) x [a, b]} = g(c). Comme f (a) < γ < f (b), on a g a) = f (a) γ < 0 et g (b) = f (b) γ > 0. Il existe donc η, 0 < η < (b a), tel que si g(x) g(a) x ]a, a + η[ alors < 0. Sur l intervalle ]a, a + η[, x a > 0 et donc g(x) g(a) < 0. x a Le minimum de g sur [a, b] n est donc pas atteint au point a. On montre de façon analogue que ce minimum n est pas non plus atteint au point b d où c ]a, b[ et comme g est dérivable en c, g (c) = 0 d où f (c) = γ. Les fonctions qui sont des dérivées à droite ou à gauche ne vérifient pas en général le théorème de valeurs intermédiares. Un exemple simple est la fonction x x Une fonction discontinue en tout point peut vérifier le théorème des valeurs intermédiaires (d après H. Lebesgue). Soit x un réel de [0, 1] donné par son développement a n décimal propre x =. On définit une application f de [0, 1] dans lui-même de la façon 10n n=0 suivante : si la suite des décimales de x de rang impair n est pas périodique à partir d un certain rang, on pose f(x) = 0 ; si la suite des décimales de x de rang impair est périodique à partir du rang 2p 1 on a 2p+2n pose f(x) = 10 n. n=0 Pour tout a, b [0, 1], a < b, on peut montrer que f([a, b]) = [0, 1] et même que toute valeur de [0, 1] est l image d une infinité d éléments de [a, b]. Donnons, sur un exemple numérique, une idée de la preuve un peu technique mais pas très difficile. Soit a = 0, , b = 0, a n et y = 10 n [0, 1]. Soit x 1 = 0, 21346a 0 6a 1 6a 2 6a , x 2 = 0, a 0 2a 1 2a , x 3 = n=0 0, a 0 5a 1 5a 2 5a ,... La suite des décimales de rang impair du réel x n [a, b] est périodique à partir du rang 2n + 3 et, pour tout n > 0, f(x n ) = y. Il est clair que la fonction f vérifie le théorème des valeurs intermédiaires ([f(a), f(b)] [0, 1]) et, lorsque b tend vers a, la longueur de l image de l intervalle [a, b] ne tend pas vers 0. La fonction f est donc discontinue en a et plus généralement en tout point de [0, 1]. Il en résulte que la fonction f vérifiant le théorème des valeurs intermédiaires n est pas une fonction dérivées car l ensemble des points de continuité d une fonction dérivée est dense dans R, voir le document 26. On peut noter une propriété remarquable de la fonction f : dans tout voisinage d un point de [0, 1], la fonction f prend une infinité de fois toutes les valeurs de l intervalle [0, 1].

8 IMAGE D UN INTERVALLE PAR UNE FONCTION CONTINUE

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Licence MIMP Semestre 1 Math 12A : Fondements de l Analyse 1 http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Septembre 2013 Table des matières Chapitre I. Les nombres réels et les suites numériques 1 1

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur. Sup Galilée - année 2008-2009

Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur. Sup Galilée - année 2008-2009 Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur Sup Galilée - année 2008-2009 Benoît Merlet Ces notes de cours s adressent aux élèves ayant suivi le cours. Elles contiennent peu d explications. Elles pourront

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13 Maths PCSI Cours Table des matières Suites réelles 1 Généralités 2 2 Limite d une suite 2 2.1 Convergence d une suite....................... 2 2.2 Deux premiers résultats....................... 3 2.3 Opérations

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Calculs préliminaires.

Calculs préliminaires. MINES-PONTS 005. Filière MP. MATHÉMATIQES 1. Corrigé de JL. Lamard jean-louis.lamard@prepas.org) Calculs préliminaires. Notons que si f H alors f)e / est bien intégrable sur R car continue positive et

Plus en détail

Analyse - Résumés et exercices

Analyse - Résumés et exercices Analyse - Résumés et exercices Georges Skandalis Université Paris Diderot (Paris 7) - IREM Préparation à l Agrégation Interne 6 mars 205 Table des matières Suites de nombres réels. Développement décimal

Plus en détail

Première partie. Deuxième partie

Première partie. Deuxième partie PC 96-97 correction épreuve X97 Première partie. f étant convexe sur l intervalle [t, t 2 ], sa courbe représentative est en dessous la corde joignant les points (t, f(t )) et (t 2, f(t 2 )). Comme f(t

Plus en détail

VIII Relations d ordre

VIII Relations d ordre VIII Relations d ordre 20 février 2015 Dans tout ce chapitre, E est un ensemble. 1. Relations binaires Définition 1.0.1. On appelle relation binaire sur E tout triplet R = (E, E, Γ) où Γ est une partie

Plus en détail

Suites : Calcul et comportement asymptotique.

Suites : Calcul et comportement asymptotique. 4 Chapitre 3 Suites : Calcul et comportement asymptotique. 3. Méthodes de définition. Comment définir une suite (u n ) n N de réels? Par l expression de son terme général, Par une formule de récurrence

Plus en détail

Espaces vectoriels normés

Espaces vectoriels normés Espaces vectoriels normés Essaidi Ali 19 octobre 2010 K = R ou C. E un K-espace vectoriel. 1 Normes et distances : 1.1 Normes et distances : Définition : On appelle semi-norme sur E toute application N

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

1 Topologies, distances, normes

1 Topologies, distances, normes Université Claude Bernard Lyon 1. Licence de mathématiques L3. Topologie Générale 29/1 1 1 Topologies, distances, normes 1.1 Topologie, distances, intérieur et adhérence Exercice 1. Montrer que dans un

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30 Table des matières 1 Généralités 3 1.1 Un peu de logique................................. 3 1.1.1 Vocabulaire................................ 3 1.1.2 Opérations logiques............................ 4 1.1.3

Plus en détail

Introduction à l Optimisation Numérique

Introduction à l Optimisation Numérique DÉPARTEMENT STPI 3ÈME ANNÉE MIC Introduction à l Optimisation Numérique Frédéric de Gournay & Aude Rondepierre Table des matières Introduction 5 Rappels de topologie dans R n 7 0.1 Ouverts et fermés de

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Devoir surveillé n 1 : correction

Devoir surveillé n 1 : correction E1A-E1B 013-01 Devoir surveillé n 1 : correction Samedi 8 septembre Durée : 3 heures. La calculatrice est interdite. On attachera une grande importance à la qualité de la rédaction. Les questions du début

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Cours d analyse 1 Licence 1er semestre. Guy Laffaille Christian Pauly

Cours d analyse 1 Licence 1er semestre. Guy Laffaille Christian Pauly Cours d analyse 1 Licence 1er semestre Guy Laffaille Christian Pauly janvier 006 Table des matières 1 Les nombres réels et complexes 5 1.1 Nombres rationnels................................... 5 1. Nombres

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

M42. Compléments d analyse (résumé).

M42. Compléments d analyse (résumé). Université d Evry-Val-d Essonne. Année 2008-09 D. Feyel M42. Compléments d analyse (résumé). Table. I. Rappels sur les suites. Limites supérieure et inférieure. II. Topologie élémentaire. III. Fonctions

Plus en détail

L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction

L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction (0.1) Ce cours s articule autour du calcul différentiel et, en particulier, son application au

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION

THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION Université Pierre et Marie Curie Licence de Mathématiques Années 2004-2005-2006 LM 363 THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION Cours de P. MAZET Edition 2004-2005-2006 Table des matières Table des matières

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2. Première partie

CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2. Première partie CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2 Première partie I. A. 1. La fonction x px kx 2 = x(p kx) présente un maximum pour toute valeur de p au point d abscisse x = p p2 et il vaut 2k 2k. Conclusion : J(f) =

Plus en détail

Université Joseph Fourier, Grenoble. Suites numériques. Bernard Ycart

Université Joseph Fourier, Grenoble. Suites numériques. Bernard Ycart Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Suites numériques Bernard Ycart Vous savez déjà étudier une suite et calculer sa limite. La nouveauté réside dans la rigueur. La notion de convergence

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Analyse. Gaëtan Bisson. bisson@gaati.org

Analyse. Gaëtan Bisson. bisson@gaati.org Analyse Gaëtan Bisson bisson@gaati.org Table des matières Nombres réels 4. Construction........................................ 4. Densité et distance..................................... 6.3 Exercices...........................................

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Cours de mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire. Jean-Paul Widehem 2009-2010 Lycée Roland Garros

Cours de mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire. Jean-Paul Widehem 2009-2010 Lycée Roland Garros Cours de mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Jean-Paul Widehem 2009-2010 Lycée Roland Garros Table des matières partie 1. Récurrence et suites 1 Chapitre 1. Raisonnement par récurrence

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Introduction à la Topologie

Introduction à la Topologie Introduction à la Topologie Licence de Mathématiques Université de Rennes 1 Francis Nier Dragoş Iftimie 2 3 Introduction Ce cours s adresse à des étudiants de Licence en mathématiques. Il a pour objectif

Plus en détail

Équations non linéaires

Équations non linéaires Équations non linéaires Objectif : trouver les zéros de fonctions (ou systèmes) non linéaires, c-à-d les valeurs α R telles que f(α) = 0. y f(x) α 1 α 2 α 3 x Equations non lineaires p. 1/49 Exemples et

Plus en détail

Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND. Mathématiques. Analyse. en 30 fiches

Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND. Mathématiques. Analyse. en 30 fiches Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND Mathématiques Analyse en 30 fiches Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND Mathématiques Analyse en 30 fiches Dunod, Paris, 009 ISBN

Plus en détail

Suites et Convergence

Suites et Convergence Suites et Convergence Une suite c est se donner une valeur (sans ambigüité) pour chaque N sauf peutêtre les premiers n. Donc une suite est une fonction : I R où I = N: = N. Notation : On note ( ) I R pour

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

CH1 : Langages de la continuité Limites

CH1 : Langages de la continuité Limites CH : Langages de la continuité Limites I. Continuité- Théorème des valeurs intermédiaires. Définition : Soit f une fonction définie sur un intervalle I de R. Lorsque la courbe représentative de f ne présente

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Un peu de topologie. Espaces métriques. Documents disponibles sur www.math.polytechnique.fr/ laszlo. Enseignants :

Un peu de topologie. Espaces métriques. Documents disponibles sur www.math.polytechnique.fr/ laszlo. Enseignants : Documents disponibles sur www.math.polytechnique.fr/ laszlo Un peu de topologie Enseignants : F. Golse (golse@math.polytechnique.fr), Y. Laszlo (laszlo@math.polytechnique.fr), C. Viterbo (viterbo@math.polytechnique.fr)

Plus en détail

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. x f 1 B i f(x) B i x f 1 (B i ). f 1 ( i I B i) = i I f 1 (B i ); en effet. f 1 B i = f 1 B i et f 1 (B \ B ) = A \ f 1 B ; i I

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. x f 1 B i f(x) B i x f 1 (B i ). f 1 ( i I B i) = i I f 1 (B i ); en effet. f 1 B i = f 1 B i et f 1 (B \ B ) = A \ f 1 B ; i I TOPOLOGIE - SÉRIE 1 Exercice 1. Soit f : A B une application. Prouver que (a) A f 1 fa pour tout A A, avec égalité si f est injective; (b) ff 1 B B pour tout B B, avec égalité si f est surjective; Preuve.

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Cours polycopié pour le module Mathématique II

Cours polycopié pour le module Mathématique II Université Paul Sabatier - UFR MIG - Département de Mathématique. Année scolaire 2009/2010. Cours polycopié pour le module Mathématique II Conventions. Dans ce qui suit, les mots en italiques sont ceux

Plus en détail

Cours de Topologie L3-math

Cours de Topologie L3-math Cours de Topologie L3-math Renaud Leplaideur Année 2014-2015 UBO 2 Table des matières 1 Rappels, préliminaires 5 1.1 Rappels sur les ensembles........................... 5 1.1.1 Formalisme ensembliste.........................

Plus en détail

COURS COMMUN L1 MI & MIAGE

COURS COMMUN L1 MI & MIAGE COURS COMMUN L MI & MIAGE 5 janvier 03 Table des matières Propriétés du corps des nombres réels 3. A propos du corps des réels R.......................... 3.. Notion de corps..............................

Plus en détail

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12 TS. 01/013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 0/11/1 Exercice 1 : ( 6,5 pts) Première partie : Démonstration à rédiger { Démontrer que si ( ) et (v n ) sont deux suites telles

Plus en détail

Base : une axiomatique

Base : une axiomatique Autour des groupes de réflexions Master 2 Mathématiques fondamentales Cours : Michel Broué Université Paris VII Denis Diderot TD : Vincent Beck Année 2005 2006 Base : une axiomatique a) D après (i), on

Plus en détail

Notes de cours. Cours introductif sur la théorie des domaines. Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique

Notes de cours. Cours introductif sur la théorie des domaines. Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique Notes de cours Cours introductif sur la théorie des domaines Paul-André Melliès Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique 1 Ensembles ordonnés Definition 1.1 (ensemble

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

TS - Cours sur le logarithme népérien

TS - Cours sur le logarithme népérien Lcée Europole - R. Vidonne 1 TS - Cours sur le logarithme népérien Fonction carrée et racine carrée Considérons les fonctions f : R + R + g : R + R + 2 Dans un repère orthonormal, les courbes C f et C

Plus en détail

Cours de Mathématiques

Cours de Mathématiques Cours de Mathématiques Lycee Gustave Eiffel PTSI 02/03 Chapitre 3 Fonctions usuelles 3.1 Théorème de la bijection Une fonction dérivable sur un intervalle I, strictement monotone déþnit une bijection.

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

I Exercices. 1 Définition de suites. 2 Sens de variation d une suite

I Exercices. 1 Définition de suites. 2 Sens de variation d une suite I Exercices 1 Définition de suites Pour toutes les suites (u n ) définies ci-dessous, on demande de calculer u 1, u, u 3 et u 6 1 u n = 7n n + { u0 = u n+1 = u n + 3 3 u n est le n ième nombre premier

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Thèmes. fonction ln, théorème des valeurs intermédiares, suite définie par récurrence : majoration, minoration, monotonie, convergence, eistence.

Plus en détail

ANALYSE MATHEMATIQUE. Jean SCHMETS

ANALYSE MATHEMATIQUE. Jean SCHMETS UNIVERSITE DE LIEGE Faculté des Sciences Institut de Mathématique ANALYSE MATHEMATIQUE Introduction aux espaces fonctionnels Notes du cours de la seconde candidature en sciences mathématiques ou en sciences

Plus en détail

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal 19 Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal Dans un premier temps, E est un espace vectoriel réel de dimension n 1. 19.1 Espaces vectoriels euclidiens Dénition 19.1 On dit qu'une forme bilinéaire

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

BACCALAURÉAT BLANC DE MATHÉMATIQUES. Terminales ES (Spécialité)

BACCALAURÉAT BLANC DE MATHÉMATIQUES. Terminales ES (Spécialité) BACCALAURÉAT BLANC DE MATHÉMATIQUES Terminales ES (Spécialité) Vendredi 7 février 0 8h - h coefficient : 7 Les calculatrices sont autorisées Le sujet est composé de exercices indépendants. Le candidat

Plus en détail

Le raisonnement par récurrence

Le raisonnement par récurrence Le raisonnement par récurrence Nous notons N l ensemble des entiers naturels : N = {0,,, } Nous dirons naturel au lieu de entier naturel Le principe du raisonnement par récurrence Soit A une partie de

Plus en détail

Probabilités et Statistiques. Raphaël KRIKORIAN Université Paris 6

Probabilités et Statistiques. Raphaël KRIKORIAN Université Paris 6 Probabilités et Statistiques Raphaël KRIKORIAN Université Paris 6 Année 2005-2006 2 Table des matières 1 Rappels de théorie des ensembles 5 1.1 Opérations sur les ensembles................... 5 1.2 Applications

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques Cours de mathématiques Thomas Rey classe de Terminale ES 2 Table des matières 1 Équations de droites. Second degré 7 1.1 Équation de droite.................................. 7 1.2 Polynôme du second degré..............................

Plus en détail

Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable

Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable Avertissement! Dans tout ce chapître, I désigne un intervalle de IR. 4.1 Fonctions convexes d une variable Définition 9 Une fonction ϕ, partout définie

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique :

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique : Université Bordeaux 1 Licence de Sciences, Technologies, Santé Mathématiques, Informatique, Sciences de la Matière et Ingénierie M1MI1002 Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique Fondamentaux

Plus en détail

Formules d inclusion-exclusion

Formules d inclusion-exclusion Université de Rouen L1 M.I.EEA 2011 2012 Mathématiques discrètes Formules d inclusion-exclusion Je présente ici une correction détaillée de l Exercice 5 de la Feuille d exercices 1, en reprenant le problème

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7.

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7. Mathématiques pour l informatique IMAC première année - Soutien - Nombres complexes Rappels. Un nombre complexe z admet plusieurs représentations : représentation vectorielle z = (a, b) où a, b R représentation

Plus en détail

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t 3.La méthode de Dirichlet 99 11 Le théorème de Dirichlet 3.La méthode de Dirichlet Lorsque Dirichlet, au début des années 180, découvre les travaux de Fourier, il cherche à les justifier par des méthodes

Plus en détail

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy V. Latocha PACES UHP septembre 2010 remerciements à D. Schmitt et V. Ries V. Latocha (PACES UHP) Cours mathématiques Paces septembre 2010 1 / 48 1 Fonctions d une variable

Plus en détail