FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)"

Transcription

1 FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité 5 3 Différentiabilité 8 4 Fonctions implicites 19 5 Développements limités 21 1 Fonctions partielles, courbes de niveau Exemple 1.1 i) Volume d un cylindre. Une fois fixées des unités (mètre et mètre cube par exemple), lorsque le rayon r et la longueur h d un cylindre varient dans R >0, le volume V = πr 2 h du cylindre varie dans R >0. On dit V est fonction des deux variables r et h. On dispose donc d une fonction réelle R 2 (r, h) R V (r, h) = πr 2 h de deux variables réelles. Cette fonction est définie sur son domaine D := {(r, h) R 2, r, h > 0} 1

2 2 B04 Version du March 13, 2009 et son image est R >0. Choisissons deux valeurs r 0 et h 0. Si on fixe le rayon r = r 0, alors on peut considérer la fonction partielle R h R V (r 0, h) = (πr0) 2 h (qui est linéaire). De même, si on fixe la longueur h = h 0, on peut considérer l autre fonction partielle R R r V (r, h 0 ) = (πh 0 ) r 2 (qui est cette fois quadratique). Lorsqu on donne différentes valeurs V i à V, on obtient ce qu on appelle les courbes de niveau d équations πr 2 h = V i : Enfin, le graphe de V est la surface de R 3 d équation V = πr 2 h, c est à dire l ensemble des points de la forme (r, h, πr 2 h) avec r, h > 0. ii) Température en un point d une pièce à un moment donné. Dans une pièce de longueur L, largeur l et hauteur h, on peut mesurer pendant une période donnée (disons, une heure) la température en un point donné à un moment donné. Si on fixe des unités (mètre et seconde par exemple), le coin en bas à gauche comme origine de la pièce et le moment de la première mesure comme origine du temps, la température T est fonction des coordonnées x, y, z du point et du moment t ou la température est prise. En d autres termes, T est fonction de x, y, z, t. On a définit donc une fonction réelle R 4 T R (x, y, z, t) T (x, y, z, t) de quatre variables réelles. Quel est le domaine de définition de cette fonction? Définition 1.2 On rappelle que R 2 désigne l ensemble de tous les couples (x, y) avec x R et y R. Une partie de R 2 est un ensemble de couples de réels. Exemple 1.3 i) Le quadrant droit du plan.

3 B04 Version du March 13, Il peut être décrit comme Q = {(x, y) R 2, x, y 0} ou encore comme Q = R >0 R >0. ii) Le cercle unité. Il peut être décrit comme C = {(x, y) R 2, x 2 + y 2 = 1} (en compréhension : condition) mais aussi comme l ensemble C = {(cos θ, sin θ), θ R} (en extension : paramétrisation). Définition 1.4 Une fonction réelle de deux variables réelles est une méthode qui associe à certains couples de réels (x, y), un autre réel f(x, y). On écrit R 2 f R (x, y) f(x, y) Son domaine de définition est la partie D f de R 2 formée des couples (x, y) pour lesquels f(x, y) existe. L image (du domaine) de f est l ensemble de toutes les valeurs que f(x, y) peut prendre. Exemple 1.5 La fonction f(x, y) = xy 5 2 est définie lorsque le point de coordonnées (x, y) est situé au dessus de la parabole y > x 2 y x2. On peut montrer que son image est R tout entier. Définition 1.6 Étant donne une fonction f : R 2 R et un point (a, b) de R 2, les fonctions partielles sont les fonctions d une variable réelle obtenue en fixant y = b, R R x f x (x, b) = f(x, b) ou en fixant x = a, R y R f y (a, y) = f(a, y).

4 4 B04 Version du March 13, 2009 Définition 1.7 (Généralisation) On désigne par R n l ensemble de tous les n- uples (x 1,..., x n ) avec x 1,..., x n R. Alternativement, on verra les éléments de R n comme des vecteurs u = (x 1,..., x n ) ou des points P = (x 1,..., x n ). La correspondance étant donnée par u = OP. Une partie de R n est tout simplement un ensemble de n-uples de réels. Une fonction réelle de n variables réelles est une méthode qui associe à certains n-uples (x 1,..., x n ), un autre réel f(x 1,..., x n ). On écrit R n f R (x 1,..., x n ) f(x 1,..., x n ) Son domaine de définition est la partie D f de R n formée des points P pour lesquels f(p ) existe. L image (du domaine) de f est l ensemble de toutes les valeurs que f(p ) peut prendre. Enfin, les fonctions partielles en un point (a 1,..., a n ) sont les fonctions d une variable réelle obtenue en faisant varier seulement x i : R n f R x f xi (a 1,..., a i 1, x, a i+1,... a n ) = f(a 1,..., a i 1, x, a i+1,... a n ) xye z Exemple 1.8 La fonction f(x, y) = es définie lorsque le point x2 + y 2 + z 2 1 de coordonnées (x, y, z)est situé en dehors de la sphère unité x 2 + y 2 + z 2 1. On peut voir que son image est encore R tout entier. Définition 1.9 Le graphe d une fonction f : R 2 R est la «surface» G(f) R 3 formée de tous les triplets de la forme (x, y, f(x, y)) avec (x, y) D f. Exemple 1.10 Par exemple, si f(x, y) = xy 5 2 y x 2, alors G(f) = {(x, y, xy 5 2 y x 2 ), y > x2 }. Définition 1.11 (Généralisation) Le graphe d une fonction f : R n R est G(f) = {(P, f(p )), P D f } R n+1. Définition 1.12 Les courbes de niveau d une fonction f : R 2 R sont les courbes planes d étquation f(x, y) = k avec k fixé. Une courbe de niveau d une fonction f est donc la même chose qu une courbe de niveau de son graphe G(f). Exemple 1.13 La fonction f(x, y) = y 2 x 2.

5 B04 Version du March 13, Définition 1.14 Les courbes de niveau d une surface S dans R 3 sont les courbes obtenues en coupant S avec un plan d équation z = k et en projetant sur le plan xoy. Proposition 1.15 Une courbe de niveau d une fonction f est la même chose qu une courbe de niveau de son graphe G(f). Définition 1.16 Si f est une pression, on dit courbe isobare. Si f est une température, on dit courbe isotherme. Si f est un potentiel, on dit courbe equipotentielle Si f est une altitude, on dit courbe isoplèthe. etc. 2 Limites et continuité Définition 2.1 Soit f : R 2 R une fonction réelle de deux variables réelles, (a, b) un point de R 2 et l R. Alors, f(x, y) a pour limite l quand (x, y) tend vers (a, b) si pour tout intervalle ouvert I contenant l, il existe un disque ouvert D contenant (a, b) tel que l image de D \ (a, b) par f est contenu dans I. Autrement dit, ɛ > 0, η > 0, (x, y) (a, b), On écrira (x a) 2 + (y b) 2 η f(x, y) l ɛ lim f(x, y) = l ou lim f = l. (a,b) (x,y) (a,b) Définition 2.2 Les coordonnées polaires de (x, y) en (a, b) sont données par { x = a + ρ cos θ y = b + ρ sin θ avec ρ = (x a) 2 + (y b) 2 et θ [0, 2π[. Proposition 2.3 (Méthode des majorations) On a lim (a,b) f(x, y) = l si et seulement si il existe F : R 0 R tel que f(x, y) l F (ρ) et lim ρ 0 F (ρ) = 0.

6 6 B04 Version du March 13, 2009 x 2 y 2 Exemple 2.4 On a lim = 0 : en effet, (0,0) x 2 + y2 x 2 y 2 x 2 + y = ρ2 2 4 sin2 2θ ρ2 4 0 quand ρ 0. Proposition 2.5 (Méthode des chemins) S il existe deux «chemins continus» α, β : R R 2 tels que α(0) = β(0) = (a, b) et lim 0 (f α) lim 0 (f β), alors f n a pas de limite en (a, b). x 2 y 2 Exemple 2.6 n a pas de limite en (0, 0) : il suffit de choisir α(t) = (t, 0) x 4 + y4 et β(t) = (t, t). On trouve d un coté 0 et de l autre 1. 2 Définition 2.7 Une fonction f : R 2 R est continue en (a, b) R 2 si f(a, b) = lim (a,b) f(x, y). La fonction f est continue si f est continue en tout point de D f. Exemple 2.8 i) La fonction f(x, y) = x 2 y 2 x 2 + y 2 si (x, y) (0, 0) 0 sinon est continue en (0, 0). ii) la fonction f(x, y) = n est pas continue en (0, 0). x 2 y 2 x 4 + y 4 si (x, y) (0, 0) 0 sinon Proposition 2.9 Soit f : R 2 R une fonction continue (sur son domaine) et (a, b) D f. Alors l = lim f(x, y) existe si et seulement si f se prolonge par continuité (a,b) en (a, b) et on a alors f(a, b) = l. Exemple 2.10 Soit f : R 2 R une fonction réelle de deux variables réelles. i) f(x, y) = x2 y 2 x 2 + y 2 se prolonge par continuité sur R2 en posant f(0, 0) = 0.

7 B04 Version du March 13, ii) f(x, y) = x2 y 2 ne peut pas se prolonger par continuité. x 4 + y4 Proposition 2.11 Si f et g sont continues en (a, b), alors f + g, fg et f g g(a, b) 0 dans le dernier cas). aussi (si Corollaire 2.12 Toute fonction rationnelle est continue (sur son domaine de définition). Exemple 2.13 x 2 y 2 x 2 + y et x 2 y 2 sont bien continues sur leur domaine. 2 x 2 + y4 Proposition 2.14 i) Si α : R R 2 est continue en t et f est continue en (a, b) = α(t), alors f α est continue en t. ii) Si f est continue en (a, b) et h : R R est continue en f(a, b), alors h f est continue en (a, b). Exemple 2.15 On sait que la fonction f(x, y) = x2 y 2 x 2 + y 2 se prolonge par continuité sur R 2 en posant f(0, 0) = 0 et la fonction sin est continue sur R. Il suit que la fonction «est» continue sur R 2. g(x, y) = sin( x2 y 2 x 2 + y 2 ) Définition 2.16 (Généralisation) Soit f : R n R une fonction de n variables réelles, P 0 R n et l R. Alors, f(p ) a pour limite l quand P tend vers P 0 si pour tout intervalle ouvert I contenant l, il existe une boule ouverte B contenant P 0 tel que l image de B \ P 0 par f est contenu dans I. On écrira lim P0 f(p ) = l ou lim P P 0 f = l. Si u = (x 1,..., x n ) R n, la norme de u est u = x x 2 n. Si P = (x 1,..., x n ) R n et Q = (y 1,..., y n ) R n, la distance de P à Q est d(p, Q) = P Q = (y 1 x 1 ) (y n x n ) 2.

8 8 B04 Version du March 13, 2009 On voit alors que lim P P 0 f = l si et seulement si ɛ > 0, η > 0, P P 0, d(p 0, P ) η f(x, y) l < ɛ. La fonction f est continue en P 0 si f(p 0 ) = l. Proposition 2.17 Ces notions sont stables par somme, produit et quotient. Définition 2.18 (Généralisation) Une fonction vectorielle f : R m R n est une méthode qui associe à certains vecteurs (ou points) de R m, un vecteur (ou point) de R n. Si on écrit f(p ) = (f 1 (P ),..., f n (P )), on dit que les fonctions vectorielles f 1,..., f n : R m R sont les composantes de f. Exemple 2.19 L application qui à un point du cercle associe son vecteur tangent orienté normalisé est une fonction vectorielle. C est tout simplement l application (x, y) ( y, x) restreinte au cercle unité. Ses composantes sont les fonctions (x, y) y et (x, y) x. Définition 2.20 Une fonction vectorielle est continue (en un point) si et seulement si toutes ses composantes sont continues (en ce point). Exemple 2.21 f(x, y) = (xy, (x 2 + y 2 )e xy, x sin(x + y 3 )) est continue partout. Proposition 2.22 f est continue en P 0 si et seulement si ɛ > 0, η > 0, P D f, d(p 0, P ) η d(f(p 0 ), f(p )) < ɛ. Proposition 2.23 (Généralisation) La continuité est stable par composition. 3 Différentiabilité Définition 3.1 Si f : R 2 R, les dérivées partielles de f en (a, b) R 2 sont les dérivées des fonctions partielles (si elles existent) : (a, b) := f x(a, f(a + h, b) f(a, b) b) = lim h 0 h et (a, b) := f y(a, f(a, b + h) f(a, b) b) = lim. h 0 h Le gradient de f en (a, b) est alors le vecteur f(a, b) = ( (a, b), (a, b))

9 B04 Version du March 13, Exemple 3.2 Si f(x, y) = x 2 y 2 x 2 + y 2 si (x, y) (0, 0) 0 sinon on a f x (x, 0) = f(x, 0) = 0 et donc (0, 0) = f x(0, 0) = 0. Symétriquement, (0, 0) = 0 et on a donc f(0, 0) = (0, 0). Calculons (1, 1). On a f x(x, 1) = f(x, 1) = si bien que (1, 1) = f x(1, 1) = 4 2 = x2 et donc f x 2 +1 x(x, 1) = 2x(x2 +1) 2x(x 2 ) (x 2 +1) 2 En général, on écrira aussi f(x + x, y) f(x, y) (x, y) = lim x 0 x si bien que f = (, ). et (x, y) = lim y 0 f(x, y + y) f(x, y). y Exemple 3.3 Calculons f lorsque i) x 2 y 2 si (x, y) (0, 0) f(x, y) = x 2 + y 2 0 sinon ii) On a déjà vu que f(0, 0) = (0, 0). Pour calculer, on considère y comme constant et on dérive par rapport à x. Pour (x, y) (0, 0), on a donc (x, y) = 2x(x2 y 2 ) 2xy 2 (x 2 + y 2 ) = 2xy4 (x 2 + y 2 ) 2 (x 2 + y 2 ) 2 et par symétrie, on aura donc On voit facilement que 2xy 4 f(x, y) = ( (x 2 + y 2 ), 2x 4 y 2 (x 2 + y 2 ) ). 2 f(x, y) = f(x, y) = xy x 2 + y 2 si (x, y) (0, 0) 0 sinon { ( y(x 2 y 2 ), x(y2 x 2 ) ) (x 2 +y 2 ) 2 (x 2 +y 2 ) 2 si (x, y) (0, 0) (0, 0) sinon Pour le second cas, c est clair et pour le premier cas, il suffit par symétrie de calculer (x, y) = 2x(xy) y(x2 + y 2 ) = y(x2 y 2 ) (x 2 + y 2 ) 2 (x 2 + y 2 ). 2 On voit donc que f existe tout le temps mais pourtant, f n est pas continue en 0!

10 10 B04 Version du March 13, 2009 Définition 3.4 Étant donné une fonction f : R 2 R, un point P := (a, b) et un vecteur v = (α, β), la dérivée de direction v en P de f est la dérivée en P de la fonction directionnelle t f(a + tα, b + tβ) : f (α,β)(a, f(a + tα, b + tβ) f(a, b) b) = lim. t 0 t On a en particulier f x = f (1,0) et f y = f (0,1). Exemple 3.5 La fonction de direction (1, 1) en (0, 0) associée à f(x, y) = x 2 y 2 x 2 + y 2 si (x, y) (0, 0) 0 sinon est t t2 et sa dérivée est donc la fonction identique t t. On voit donc que 2 (0, 0) = 0. f (1,1) Définition 3.6 Le produit scalaire de deux vecteurs de (α, β) et (h, k) de R 2 est (α, β) (h, k) = αh + βk. Définition 3.7 Une fonction f := R 2 R est différentiable en (a, b) si elle admet des dérivées partielles en (a, b) et qu en plus, lim (x,y) (a,b) f(x, y) f(a, b) (a, b)(x a) (a, b)(y b) = 0. h2 + k 2 La fonction f est différentiable si f est différentiable en tout point de D f. Exemple 3.8 La fonction f(x, y) = x 2 y 2 x 2 + y 2 si (x, y) (0, 0) 0 sinon est différentiable en (0, 0) : En effet, on a ɛ(x, y) = f(x, y) f(0, 0) f(0, 0) (x, y) x2 + y 2 = x 2 y 2 (x 2 + y 2 ) x 2 + y 2 x 2 y 2 y 2 x 2 + y 2 = x 2 x2 + y 2 x2 x = x et bien sûr, x 0 quand ρ 0 (car x < ρ).

11 B04 Version du March 13, Rappelons que le produit scalaire de deux vecteurs de (α, β) et (h, k) de R 2 est (α, β) (h, k) = αh + βk. Si on pose P = (x a, y b) et f(p ) = f(x, y) f(a, b), la condition de différentiabilité en (x, y) se réécrit : f(p ) = f(p 0 ) P + o( P ). Théorème 3.9 Si f : R 2 R est différentiable en (a, b), alors f est continue en (a, b). Définition 3.10 Une fonction f : R 2 R est de classe C 1 si ses dérivées partielles existent et sont continues (sur son domaine de définition). Exemple 3.11 Avec f(x, y) = on calcule pour (x, y) (0, 0), x 2 y 2 x 2 + y 2 si (x, y) (0, 0) 0 sinon (x, y) (0, 0) = 2xy 4 0 (x 2 + y 2 2xy4 = 2 x 0. ) 2 y4 On voit dont que est continue et il en va de même de fonction est donc de classe C 1. Théorème 3.12 Si f est de classe C 1, alors f est différentiable. par symétrie. Notre Exemple 3.13 i) La fonction f(x, y) = x3 y prolongée par 0 à l origine est x 4 + y 2 continue, possède des dérivées partielles mais n est pas différentiable (et donc pas de classe C 1 ). On vérifiera ça plus tard. ii) La fonction f(x, y) = xy3 prolongée par 0 à l origine est de classe x 4 + y 2 C1 (exercice). Elle est donc différenciable et en particulier continue. Proposition 3.14 Si f : R 2 R et g : R 2 R sont différentiables en (a, b), alors f + g est différentiable en (a, b) et on a (f+g) (a, b) = g (a, b) + (a, b) (f+g) (a, b) = g (a, b) + (a, b)

12 12 B04 Version du March 13, 2009 Figure 1 Surface pincée z = x3 y x 4 +y 2 Figure 2 Surface lisse z = xy3 x 4 +y 2

13 B04 Version du March 13, ii) i) fg est différentiable en (a, b) et (fg) (a, b) = g(a, b) g (a, b) + f(a, b) (a, b) (fg) (a, b) = g(a, b) g (a, b) + f(a, b) (a, b) iii) Si g(a, b) 0, alors f g ( f g ) 1 (a, b) = [g(a, b) g(a,b) 2 est différentiable en (a, b) et g (a, b) f(a, b) (a, b)] ( f g ) 1 (a, b) = [g(a, b) g (a, b) f(a, b) (a, b)] g(a,b) 2 Corollaire 3.15 Si f et g sont de classe C 1 alors f + g, fg et f g aussi. Corollaire 3.16 Une fonction rationnelle est de classe C 1. Proposition 3.17 Supposons que f : R 2 R est différentiable en (a, b) R 2. i) Si h : R R est dérivable en f(a, b), alors h f est dérivable en (a, b) et c est à dire (h f) (a, b) = h (f(a, b)) (h f) = h (f(a, b)) f(a, b), (a, b) et (h f) (a, b) = h (f(a, b)) (a, b) ii) Si γ : R R 2 est dérivable en t 0 (ses composantes γ 1 et γ 2 sont dérivables) et γ(t 0 ) = (a, b), alors f γ est dérivable en t 0 et c est à dire, Exemple 3.18 (f γ) (t 0 ) = f(a, b) (γ 1(t 0 ), γ 2(t 0 )), (f γ) (t 0 ) = (a, b)γ 1(t 0 ) + (a, b)γ 2(t 0 )) i) On sait que la fonction f(x, y) = x2 y 2 x 2 + y 2 se prolonge en une fonction C 1 sur R 2 et que son gradient est nul en 0. Il suit que la fonction g(x, y) = sin( x2 y 2 x 2 + y 2 ) «est» est C 1 sur R 2 et que son gradient aussi est nul en 0.

14 14 B04 Version du March 13, 2009 x3 y ii) La fonction f(x, y) = prolongée par 0 à l origine n est pas différentiable : en effet, si on pose α(t) = (t, t 2 ), on x 4 + y 2 a (f α)(t) = t3 t 2 t 4 + t 4 = t 2 qui est aussi valide pour t = 0 si bien que (f α) (t) = 1. Or on a 2 f(0, 0) (α 1(0), α 2(0)) = (0, 0) (0, 0) = 0. Proposition 3.19 Si f : R 2 R est différentiable en (a, b), alors toutes les dérivées directionnelles existent en (a, b) et on f (α,β)(a, b) = f(a, b) (α, β) On résume en f v = f v. Il suit que f v est maximal dans la direction de f (pour v fixé). Exemple 3.20 Avec f(x, y) = x 2 y 2 x 2 + y 2 si (x, y) (0, 0) 0 sinon comme d habitude, on retrouve bien f (1,1) (0, 0) = (0, 0) (1, 1) = 0. Définition 3.21 (Généralisation) Soit f : R n variables réelles. R une fonction réelle de n i) Les dérivées partielles de f en P 0 := (a 1,..., a n ) R n sont les dérivées des fonctions partielles (si elles existent) : i (P 0 ) := f x i (P 0 ) Le gradient de f en P est alors le vecteur f(p ) = ( 1 (P 0 ),..., n (P 0 )) R n ii) Étant donné un vecteur v R n, la dérivée de de direction v en P de f est la dérivée en P de la fonction directionnelle t f(p + tv) iii) La fonction f est différentiable en P si elle admet des dérivées partielles en P et qu en plus, f(p ) = f(p 0 ) P + o( P ).

15 B04 Version du March 13, iv) La fonction f : R 2 R est de classe C 1 si ses dérivées partielles existent et sont continues. Théorème 3.22 (Généralisation) Si f : R n R est de classe C 1, alors f est différentiable. Et si f est différentiable, alors f est continue. Théorème 3.23 (Généralisation) Si f : R n R et g : R n R sont différentiables en P 0, alors i) f + g est différentiable en P 0 et ii) fg est différentiable en P 0 et (f + g)(p 0 ) = f(p 0 ) + g(p 0 ), (fg)(p 0 ) = g(p 0 ) f(p 0 ) + f(p 0 ) g(p 0 ) et iii) Si g(p 0 ) 0, alors f g est différentiable en (P 0) et ( f g )(P 0) = 1 g(p 0 ) 2 (g(p 0) f(p 0 ) f(p 0 ) g(p 0 )) Définition 3.24 (Généralisation) Une fonction vectorielle de plusieurs variables réelles f : R m R n est différentiable (en un point P de R m ) ou de classe C 1 si toutes ses composantes f 1,..., f n les sont. La jacobienne de f en P est la matrice J f (P ) = f 1 (P ). f n (P ) = 1 / 1 (P )... 1 / m (P ).. n / 1 (P )... n / m (P ). Exemple 3.25 i) Si f(x, y) = (x 2 + y 2, x 2 y 2, xy) et P = (2, 1), alors J f = 2x 2x y 2y 2y x et J f (P ) = ii) La fonction (r, θ) (x, y) avec x = r cos θ et y = r sin θ a pour jacobienne [ ] cos θ sin θ. r sin θ r cos θ Théorème 3.26 (Généralisation) Si f : R m R n est différentiable en P R m et g : R n R p est différentiable en f(p ), alors g f est différentiable en P et on a Et de même pour C 1. J g f (P ) = J g (f(p )) J f (P ).

16 16 B04 Version du March 13, 2009 Corollaire 3.27 Si f : R m R n et g : R n R p sont C 1, alors g f aussi. Exemple 3.28 (Changement de variable) i) Si u et v dépendent de x et y, on peut voir une fonction f de u et v comme fonction de x et y et (sous réserve d existence), on aura = u u + v v = u u + v v En effet, dire que u et v dépendent de x et y signifie qu il existe une fonction vectorielle ϕ : R 2 R 2 (x, y) (u, v) Et dire qu on voit f comme fonction de x et y signifie qu on regarde la fonction composée f ϕ. On a alors J f φ (x, y) = J f (u, v) J φ (x, y). On réécrit ça en [ ] = [ u v ] [ u v. ] u v ii) Comme cas particulier, on peut regarder les coordonnées polaires { x = a + r cos θ y = b + r sin θ r = cos θ + sin θ θ = r sin θ r cos θ iii) Comme application, on peut voir que f v =. Plus précisément, si v est le r vecteur de norme 1 et d angle θ, on a f v(a, b) = f(a, b) (cos θ, sin θ) = (a, b) cos θ +. (a, b) sin θ = (a, b). r Définition 3.29 Une courbe C dans R n est l image d un chemin α : R R n. Si α est dérivable en t et α(t) = P, la droite dirigée par α (t) est dite tangente à C en P. Exemple 3.30 Le cercle est l image du chemin α : t (cos t, sin t). Sa dérivée est α : t (sin t, cos t). On a α( π) = (0, 1) et 2 α ( π ) = ( 1, 0). Il y a donc une 2 tangente horizontale en (0, 1).

17 B04 Version du March 13, Définition 3.31 Le plan tangent à une surface S R 3 en un point P S est l ensemble de toutes les tangentes aux courbes tracées sur S passant par P. Attention : ce n est pas toujours un plan (considérer l origine d un cône par exemple). Proposition 3.32 Soit F : R 3 R différentiable et S := {(x, y, z) R 3, F (x, y, z) = 0}. Soit P := (a, b, c) S avec F (P ) 0. Alors, le plan tangent à S en P a pour équation F F F (P )(x a) + (P )(y b) + (P )(z c) = 0. z Exemple 3.33 i) Le plan tangent un point, par exemple P = (1, 0, 0) de la sphère unité x 2 + y 2 + z 2 = 1. On a donc F (x, y, z) = x 2 + y 2 + z 2 1 si bien que F = 2x, F = 2y et F z = 2z et alors F F (P ) = 2, (P ) = 0 et F (P ) = 0. z Le plan tangent à donc pour équation 2(x 1)+0y +0z = 0, c est à dire x = 1. ii) Il n y a pas de plan tangent à l origine P = (0, 0, 0) du cône d équation x 2 +y 2 = z 2 car F (0, 0, 0) = (0, 0, 0). Corollaire 3.34 Soit S le graphe d une fonction différentiable f : R 2 P = (a, b) R 2. Le plan tangent à (a, b, f(a, b)) a pour équation z = f(a, b) + (P )(x a) + (P )(y b). R et Exemple 3.35 Pour f(x, y) = x 2 + y 2 et P = (0, 0), le graphe est un bol posé sur le plan tangent qui n est autre que le plan xoy. Définition 3.36 Une fonction f : R 2 R est de classe C 2 si les dérivées partielles (existent et) sont de classe C 1. En général, on note f xx = 2 f 2 := ( ), f yx = 2 f := ( ) f xy = 2 f := ( ) et f yy = 2 f 2 := ( ).

18 18 B04 Version du March 13, 2009 Exemple 3.37 f(x, y) = xy 3 x 2 + y 2 si (x, y) (0, 0) 0 sinon On a et (x, y) = 0. On voit donc que et il suit donc que D autre part, on a (x, y) = y3 (x 2 + y 2 ) 2x 2 y 3 = y3 (y 2 x 2 ) (x 2 + y 2 ) 2 (x 2 + y 2 ) 2 (0, y) = y5 (y 2 ) 2 = y 2 f (0, 0) = 1. (x, y) = 3xy2 (x 2 + y 2 ) 2xy 4 = xy2 (3x 2 + y 2 ) (x 2 + y 2 ) 2 (x 2 + y 2 ) 2 et bien sûr (x, y) = 0. On voit donc que et il suit donc que (0, x) = 0 2 f (0, 0) = 0 2 f (0, 0). Théorème 3.38 (de Schwartz) Si f : R 2 R est C 2, alors Exemple 3.39 La fonction n est pas de classe C 2. f(x, y) = 2 f = 2 f. xy 3 x 2 + y 2 si (x, y) (0, 0) 0 sinon Définition 3.40 (Généralisation) i) Une fonction f : R 2 R est de classe C k si toutes les dérivées partielles jusqu à l ordre k existent et sont continues. Grâce au théorème de Schwartz, il suffit de considérer les i+j f i j, i + j k.

19 B04 Version du March 13, ii) Une fonction f : R n R est de classe C k si toutes les dérivées partielles existent et sont continues. i 1+ +i n f i, i i n k. 1 in n iii) Une fonction vectorielle f : R m R n est de classe C k si toutes ses composantes le sont. Théorème 3.41 (Généralisation) Être de classe C k est stable par somme, produit, quotient et composition. 4 Fonctions implicites Définition 4.1 i) Un voisinage d un réel a est une partie V de R qui contient un intervale (ouvert) I contenant x. ii) Un voisinage V de (a, b) R 2 est une partie V R 2 qui contient un disque (ouvert) contenant P. iii) Un voisinage V d un point P de R n est une partie qui contient une boule (ouverte) contenant P. Exemple 4.2 i) ] 1, 1[ est un voisinage de 0 dans R. Mais pas [0, 1]. ii) V := {(x, y), 0 x, y 1} est un voisinage de (1/2, 1/2) dans R 2. iii) R \ {(x, 0), x > 0} n est pas un voisinage de (0, 0) dans R 2. Définition 4.3 Soit F : R 2 R et (a, b) R 2 tel que F (a, b) = 0. On dit que l équation F (x, y) = 0 définit y comme fonction implicite de x au voisinage de (a, b) s il existe ϕ : R R telle que ϕ(a) = b et y = ϕ(x) F (x, y) = 0 au voisinage de (a, b). On verra alors y comme fonction de x au voisinage de a avec y(a) = b (c est à dire qu on écrira y au lieu de ϕ).

20 20 B04 Version du March 13, 2009 Exemple 4.4 i) L équation x = y 2 définit y comme fonction implicite de x au voisinage de (1, 1) : prendre y = x. Mais ça définit aussi y comme fonction implicite de x au voisinage de (1, 1) : prendre y = x. ii) xy = 0 ne définit pas y comme fonction implicite de x au voisinage de (0, 0). Théorème 4.5 Si F : R 2 R est C 1 au voisinage de (a, b) et ( F/)(a, b) 0, alors F (x, y) = 0 définit y comme fonction implicite de x au voisinage de (a, b) et on a y ( F/)(a, b) (a) = ( F/)(a, b). Exemple 4.6 Si F (x, y) = x y 2, on a ( F/) = 1 et ( F/) = 2y si bien que ( F/)(1, 1) = 2 0. On voit donc que y est fonction implicite de x avec y(1) = 1. De plus, comme ( F/)(1, 1) = 1 et on aura y (1) = 1 = 1. Ici, 2 2 comme on sait que y = x, on peut le vérifier en remarquant que y = 1 Définition 4.7 (Généralisation) Soit F : R 3 R et P 0 = (a, b, c) R 3 tel que F (P 0 ) = 0. On dit que l équation F (x, y, z) = 0 définit z comme fonction implicite de x et de y au voisinage de P 0 s il existe ϕ : R 2 R telle que ϕ(a, b) = c et z = ϕ(x, y) F (x, y, z) = 0 au voisinage de P 0. On verra alors z comme fonction de (x, y) au voisinage de (a, b) avec z(a, b) = c. 2 x. Exemple 4.8 L équation x 2 + y 2 + z 2 = 1 définit z comme fonction implicite de x, y au voisinage de (0, 0, 1) : on a en fait z = 1 x 2 y 2. Théorème 4.9 (Généralisation) Si F : R 3 R est C 1 au voisinage de P 0 := (a, b, c) et ( F/ z)(p 0 ) 0, alors F (x, y, z) = 0 définit z comme fonction implicite de x et y au voisinage de P 0 et on a z (a, b) = ( F/)(P 0) ( F/ z)(p 0 ) Exemple 4.10 L équation et z (a, b) = ( F/)(P 0) ( F/ z)(p 0 ). z 3 + 2z + e z x y2 = cos(x y + z) définit z comme fonction implicite de x, y à l origine. On pose F (x, y, z) = z 3 + 2z + e z x y2 cos(x y + z)

21 B04 Version du March 13, et on vérifie que F (0, 0, 0) = 0. Puis on calcule F/ = e z x y2 + sin(x y + z),, F/ = 2ye z x y2 sin(x y + z) On en déduit que et F/ z = z e z x y2 + sin(x y + z). ( F/)(0, 0, 0) = 1, ( F/)(0, 0, 0) = 0 et ( F/ z)(0, 0, 0) = 3 et on voit en particulier que ( F/ z)(0, 0, 0) 0 et on aura z (0, 0) = 1 3 et z (0, 0) = 0. La même chose en pratique, on vérifie d abord que l origine satisfait bien l équation : = cos 0. Puis on fait x = y = 0 et on dérive les deux membres par rapport à z pour trouver 3z e z et sin(z) puis on fait z = 0, ce qui donne 3 0. Pour calculer la valeur de la dérivée partielle de z par rapport à x, on fait y = 0 et on dérive par rapport à x, ce qui donne en (x, 0), 3z 2 z + 2 z + ( z 1)ez x = (1 + z ) sin(x + z) puis on fait x = z = 0, ce qui donne 2 z z z (0, 0)+( (0, 0) 1) = 0 et donc (0, 0) = 1. 3 On fait ensuite la même chose pour la dérivée partielle de z par rapport à Y. On fait x = 0 et on dérive par rapport à y, ce qui donne en (0, y), 3z 2 z + 2 z + ( z 2y)ez y2 puis on fait y = z = 0, ce qui donne 2 z (0, 0) + z = (1 z ) sin(x + z) z (0, 0) = 0 et donc (0, 0) = 0. 5 Développements limités Remarque 5.1 Si g : R R est continue sur [0, 1] et dérivable sur ]0, 1[, il existe θ ]0, 1[ telle que g(1) = g(0) + g (θ). Théorème 5.2 (des accroissements finis) Si f : R 2 R est différentiable sur le segment [P 0, P ], et P := P 0 P comme d habitude, il existe P 1 ]P 0, P [ tel que f(p ) = f(p 0 ) + f(p 1 ) P. En d autres termes, si P 0 = (a, b) et P = (x, y), on a f(x, y) = f(a, b)+ (a+θ(x a), b+θ(y b)) (x a)+ (a+θ(x a), b+θ(y b)) (y b) avec θ ]0, 1[.

22 22 B04 Version du March 13, 2009 Définition 5.3 Si f : R 2 R est de classe C 2, le Hessien de f en P = (a, b) est la matrice 2 f (a, b) 2 f (a, b) H f (P ) := 2 2 f (a, b) 2 f. (a, b) 2 On le verra comme une application de R 2 dans R en associant à un vecteur v = (α, β) R 2, le réel v H f (P ) v := 2 f 2 (a, b)α f (P )αβ + 2 f 2 (P )β2. Exemple 5.4 Si f(x, y) = (x 2 + y 2 )e x y, on peut calculer f et H f partout. On a si bien que H f := f = ( (2x + x 2 + y 2 )e x y, (2y x 2 y 2 )e x y) (2 + 4x + x 2 + y 2 )e x y (2y 2x x 2 y 2 )e x y (2y 2x x 2 y 2 )e x y (2 4y + x 2 + y 2 )e x y. En particulier f(0, 0) = (0, 0) et H f (0, 0) = [ ] correspond à la forme quadratique correspondante est (x, y) 2x 2 + 2y 2. Proposition 5.5 (de Taylor-Lagrange) Si f : R 2 R est de classe C 2 il existe P 1 ]P 0, P [ tel que f(p ) = f(p 0 ) + f(p ) P ( P H f(p 1 ) P ). En d autres termes, si P 0 = (a, b) et P = (x, y), on a f(x, y) = f(a, b) + (a, b)(x a)) + (a, b)(x b)) + 2 f 2 (P 1)(x a) f (P 1)(x a)(y b) + 2 f 2 (P 1)(x b) 2 avec P 1 = (a + θ(x a), b + θ(x b)) et θ ]0, 1[.

23 B04 Version du March 13, Remarque 5.6 On retrouve en particulier la définition de la différentiabilité en P : f(p ) = f(p 0 ) + f(p ) P + P ɛ(p ). avec ɛ(p ) 0 quand P P 0. En effet, si on pose M = H f (P 1 ) en prenant le sup des normes des entrées de la matrice, on a 1 ( P H 2 f(p 1 ) P ) M P 0. P Théorème 5.7 (Généralisation) Si f : R 2 R est de classe C k avec k 3, alors f(p ) = f(p 0 ) + f(p ) P ( P H f(p ) P ) + Corollaire 5.8 Si f : R 2 R est de classe C 3 avec k 3, alors f(p ) = f(p 0 ) + f(p ) P ( P H f(p ) P ) + P 2 ɛ(p ) avec ɛ(p ) 0 quand P P 0. Exemple 5.9 Avec Si f(x, y) = (x 2 + y 2 )e x y, on trouve donc f(x, y) = 0 + 0x + 0y (2x2 + y 2 ) + (x 2 + y 2 )ɛ(x, y)

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

1 Fonctions de plusieurs variables

1 Fonctions de plusieurs variables Université de Paris X Nanterre U.F.R. Segmi Année 006-007 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II. Chapitre 1 Fonctions de plusieurs variables Ce chapitre est conscré aux fonctions

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Maths MP Exercices Fonctions de plusieurs variables Les indications ne sont ici que pour être consultées après le T (pour les exercices non traités). Avant et pendant le T, tenez bon et n allez pas les

Plus en détail

Fonctions de deux variables. Mai 2011

Fonctions de deux variables. Mai 2011 Fonctions de deux variables Dédou Mai 2011 D une à deux variables Les fonctions modèlisent de l information dépendant d un paramètre. On a aussi besoin de modéliser de l information dépendant de plusieurs

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy V. Latocha PACES UHP septembre 2010 remerciements à D. Schmitt et V. Ries V. Latocha (PACES UHP) Cours mathématiques Paces septembre 2010 1 / 48 1 Fonctions d une variable

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Équations non linéaires

Équations non linéaires Équations non linéaires Objectif : trouver les zéros de fonctions (ou systèmes) non linéaires, c-à-d les valeurs α R telles que f(α) = 0. y f(x) α 1 α 2 α 3 x Equations non lineaires p. 1/49 Exemples et

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 Voici une fiche contenant 100 exercices de difficulté raisonable, plutôt techniques, qui recouvrent l ensemble du programme étudié cette année. A raison

Plus en détail

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Fausto Errico Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2012 Table des matières

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Fonctions de plusieurs variables Bernard Ycart Ce chapitre contient des techniques que vous utiliserez très souvent en physique, mais les justifications

Plus en détail

L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction

L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction (0.1) Ce cours s articule autour du calcul différentiel et, en particulier, son application au

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux Fonctions de plusieurs variables Sébastien Tordeux 22 février 2009 Table des matières 1 Fonctions de plusieurs variables 3 1.1 Définition............................. 3 1.2 Limite et continuité.......................

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables et applications pour l ingénieur

Fonctions de plusieurs variables et applications pour l ingénieur Service Commun de Formation Continue Année Universitaire 2006-2007 Fonctions de plusieurs variables et applications pour l ingénieur Polycopié de cours Rédigé par Yannick Privat Bureau 321 - Institut Élie

Plus en détail

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Licence MIMP Semestre 1 Math 12A : Fondements de l Analyse 1 http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Septembre 2013 Table des matières Chapitre I. Les nombres réels et les suites numériques 1 1

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

Chapitre 6 La dérivation

Chapitre 6 La dérivation Capitre 6 La dérivation A) Nombre dérivé et tangente 1) Tangente en un point à une courbe et nombre dérivé Soit f(x) la fonction dont la courbe est représentée ci-dessus, et prenons deux points A et B

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

Espaces vectoriels normés

Espaces vectoriels normés Espaces vectoriels normés Essaidi Ali 19 octobre 2010 K = R ou C. E un K-espace vectoriel. 1 Normes et distances : 1.1 Normes et distances : Définition : On appelle semi-norme sur E toute application N

Plus en détail

CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2. Première partie

CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2. Première partie CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2 Première partie I. A. 1. La fonction x px kx 2 = x(p kx) présente un maximum pour toute valeur de p au point d abscisse x = p p2 et il vaut 2k 2k. Conclusion : J(f) =

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES PILOTES DE LIGNE EPREUVE DE MATHEMATIQUES

CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES PILOTES DE LIGNE EPREUVE DE MATHEMATIQUES ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE ANNEE 2009 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES PILOTES DE LIGNE EPREUVE DE MATHEMATIQUES Durée : 2 Heures Coefficient : 1 Ce sujet comporte : 1 page de garde, 2 pages

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

TD 3 : Problème géométrique dual et méthode des moindres carrés

TD 3 : Problème géométrique dual et méthode des moindres carrés Semestre, ENSIIE Optimisation mathématique 4 mars 04 TD 3 : Problème géométrique dual et méthode des moindres carrés lionel.rieg@ensiie.fr Exercice On considère le programme géométrique suivant : min x>0,y>0

Plus en détail

Université Joseph Fourier, Grenoble I Mathématiques, Informatique et Mathématiques Appliquées Licence Sciences et Technologies 2e année

Université Joseph Fourier, Grenoble I Mathématiques, Informatique et Mathématiques Appliquées Licence Sciences et Technologies 2e année Université Joseph Fourier, Grenoble I Mathématiques, Informatique et Mathématiques Appliquées Licence Sciences et Technologies 2e année Courbes et surfaces Boris Thibert Les courbes et les surfaces interviennent

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES PILOTE DE LIGNE

CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES PILOTE DE LIGNE ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE ANNÉE 2006 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES PILOTE DE LIGNE ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES Durée : 2 Heures Coefficient : 1 Ce sujet comporte (dans l énoncé d origine, pas

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Extrema locaux (ou relatifs)

Extrema locaux (ou relatifs) Chapitre 3 Extrema locaux (ou relatifs) 3.0.77 DÉFINITION Soit f : U! R une fonction, U ouvert d un espace vectoriel normé E et a 2 U. On dit que f présente un minimum local (respectivement un maximum

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

BACCALAURÉAT BLANC 2013

BACCALAURÉAT BLANC 2013 BACCALAURÉAT BLANC 203 Série S Corrigé Exercice. a) On traduit les données de l énoncé et on représente la situation par un arbre pondéré. PF ) = 2, PF 2) = 3, P F ) = 5 00 = 20, P F 2 ) =,5 00 = 3 3,5,

Plus en détail

Les fonctions sinus et cosinus

Les fonctions sinus et cosinus DERNIÈRE IMPRESSION LE 6 juin 03 à 5:06 Les fonctions sinus et cosinus Table des matières Rappels. Mesure principale.............................. Résolution d équations...........................3 Signe

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation graphique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe.

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe. Chapitre I INTRODUCTION ATHÉATIQUE I.A. I.A.1. Calcul vectoriel Produit vectoriel Plaçons-nous dans un espace vectoriel euclidien à trois dimensions. En faisant subir des rotations identiques aux trois

Plus en détail

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables 6. 1 Fonctions différentiables de R 2 dans R. 6. 1. 1 Définition de la différentiabilité Nous introduisons la différentiabilité sous l angle des développements

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Licence de Mathématiques 3

Licence de Mathématiques 3 Faculté des sciences et techniques Département de mathématiques 2004-2005 Licence de Mathématiques 3 M62 : Fonctions réelles de plusieurs variables Laurent Guillopé www.math.sciences.univ-nantes.fr/~guillope/m62/

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques Cours de mathématiques Thomas Rey classe de première ES ii Table des matières 1 Les pourcentages 1 1.1 Variation en pourcentage............................... 1 1.1.1 Calcul d une variation............................

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ)

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ) Chapitre 3 Le potentiel électrostatique Le champ électrostatique peut être caractérisé simplement à l aide d une fonction que nous appellerons potentiel électrostatique. Cette fonction scalaire est souvent

Plus en détail

Cours d Analyse 3 Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse 3 Fonctions de plusieurs variables Université Claude Bernard, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Santé 43, boulevard 11 novembre 1918 Spécialité Mathématiques 69622 Villeurbanne cedex, France L. Pujo-Menjouet pujo@math.univ-lyon1.fr

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

Exercice 1 Trouver l équation du plan tangent pour chaque surface ci-dessous, au point (x 0,y 0,z 0 ) donné :

Exercice 1 Trouver l équation du plan tangent pour chaque surface ci-dessous, au point (x 0,y 0,z 0 ) donné : Enoncés : Stephan de Bièvre Corrections : Johannes Huebschmann Exo7 Plans tangents à un graphe, différentiabilité Exercice 1 Trouver l équation du plan tangent pour chaque surface ci-dessous, au point

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries Chapitre 4 Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries I. Adjoint : Cas général d une forme { bilinéaire symétrique sesquilinéaire hermitienne On suppose dans tout I que E est un espace vectoriel de

Plus en détail

Mathématiques I. Recueil d exercices #2. Analyse II

Mathématiques I. Recueil d exercices #2. Analyse II FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES Sections des sciences économiques et des hautes études commerciales Mathématiques I Cours du professeur D. Royer Recueil d exercices #2 Analyse II Semestre

Plus en détail

(ii) pour tout x X, on a e x = x.

(ii) pour tout x X, on a e x = x. COURS DE LICENCE 2014/15 4 Groupes agissant sur un ensemble Définition 4.1. Soit G un groupe, X un ensemble non vide, S(X) le groupe des bijections de X. Une action de G sur X ou une opération de G sur

Plus en détail

Champ et potentiel électrostatique. 1 Cas d une distribution de charges ponctuelles. Outils mathématiques. 1.1 Rappel (ou pas) : notion de champ

Champ et potentiel électrostatique. 1 Cas d une distribution de charges ponctuelles. Outils mathématiques. 1.1 Rappel (ou pas) : notion de champ 2 Champ et potentiel électrostatique Les e ets électriques peuvent être décrits par deux grandeurs que nous allons étudier dans ce chapitre : le champ électrostatique (grandeur vectorielle) et le potentiel

Plus en détail

Calcul Différentiel. I Fonctions différentiables 3

Calcul Différentiel. I Fonctions différentiables 3 Université de la Méditerranée Faculté des Sciences de Luminy Licence de Mathématiques, Semestre 5, année 2008-2009 Calcul Différentiel Support du cours de Glenn Merlet 1, version du 6 octobre 2008. Remarques

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

MATHS Rappels Suites, Fonctions, Développements limités

MATHS Rappels Suites, Fonctions, Développements limités INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE MATHS Rappels Suites, Fonctions, Développements limités Pascal Floquet Xuân Meyer Première Année à Distance Septembre 006 Jean-Claude Satge Table des matières

Plus en détail

MATHEMATIQUES 1ère ANNEE : Cours de remise niveau de mathématiques élémentaires pour les étudiants de 1ère année de l UCTM - Sofia

MATHEMATIQUES 1ère ANNEE : Cours de remise niveau de mathématiques élémentaires pour les étudiants de 1ère année de l UCTM - Sofia MATHEMATIQUES 1ère ANNEE : Cours de remise niveau de mathématiques élémentaires pour les étudiants de 1ère année de l UCTM - Sofia Philippe MORVAN Dimitar KOLEV Rennes/Sofia 2007 Table des matières 1

Plus en détail

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type INTÉGRATION SUR LES SURFACES Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type φ(x)dσ(x) Σ où Σ est une surface de classe C 1 de R 3 ou plus généralement une hypersurface

Plus en détail

un repère orthonormé de l espace.

un repère orthonormé de l espace. Terminale S GEOMETRIE Ch 13 DANS L ESPACE. Soit ( O ; i, j, k ) un repère orthonormé de l espace. I) Droites et plans dans l espace : Propriété 1 : Soient A et B deux points de l espace. AB est l ensemble

Plus en détail

CHAPITRE 10. Jacobien, changement de coordonnées.

CHAPITRE 10. Jacobien, changement de coordonnées. CHAPITRE 10 Jacobien, changement de coordonnées ans ce chapitre, nous allons premièrement rappeler la définition du déterminant d une matrice Nous nous limiterons au cas des matrices d ordre 2 2et3 3,

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Suites et Convergence

Suites et Convergence Suites et Convergence Une suite c est se donner une valeur (sans ambigüité) pour chaque N sauf peutêtre les premiers n. Donc une suite est une fonction : I R où I = N: = N. Notation : On note ( ) I R pour

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

COURS OPTIMISATION. Cours à l ISFA, en M1SAF. Ionel Sorin CIUPERCA

COURS OPTIMISATION. Cours à l ISFA, en M1SAF. Ionel Sorin CIUPERCA COURS OPTIMISATION Cours à l ISFA, en M1SAF Ionel Sorin CIUPERCA 1 Table des matières 1 Introduction 4 1.1 Motivation.................................... 4 1.2 Le problème général d optimisation......................

Plus en détail

Devoir à la maison : correction

Devoir à la maison : correction Calcul différentiel 2 Sous-variétés : bilan Devoir à la maison : correction Exercice 1. Un exemple de sous-variété : les structures complexes Soit E un R-espace vectoriel. Montrer que la donnée d une structure

Plus en détail

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007 Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses Guillaume Martinez 17 décembre 2007 1 Table des matières 1 Le projet 3 1.1 Objectif................................ 3 1.2 Les choix techniques.........................

Plus en détail

Outils Mathématiques 4

Outils Mathématiques 4 Université de Rennes1 Année 5/6 Outils Mathématiques 4 Intégrales de surfaces résumé 1 Surfaces paramétrées éfinition 1.1 Une surface paramétrée dans l espace, est la donnée de trois fonctions de classes

Plus en détail

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité).

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Lycée Jacques Monod février 05 Exercice : Voici les graphiques des questions. et.. A 4 A Graphique Question. Graphique Question..

Plus en détail

Fonctions hyperboliques et applications réciproques

Fonctions hyperboliques et applications réciproques Chapitre III Fonctions hyperboliques et applications réciproques A Fonctions hyperboliques directes A. Sinus hyperbolique et cosinus hyperbolique On va définir de nouvelles fonctions inspirées notamment

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

Équations aux Dérivées Partielles. Pedro Ferreira et Sylvie Mas-Gallic

Équations aux Dérivées Partielles. Pedro Ferreira et Sylvie Mas-Gallic Équations aux Dérivées Partielles Pedro Ferreira et Sylvie Mas-Gallic 11 décembre 21 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Exemple d une équation aux dérivées partielles........... 3 1.2 Rappels sur

Plus en détail