Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions"

Transcription

1 Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y) admettant 2 solutions distinctes pour une même donnée initiale, l existence et l unicité de solutions de l équation de Malthus et de l équation logistique y = ay by 2 ; la résolution explicite de l équation logistique. le théorème général d existence et d unicité pour une équation différentielle y = f(t,y), lorsque f est assez régulière. l étude qualitative des solutions de l équation autonome y = f(y). les isoclines. 1 Le problème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l équation différentielle : y = 3 ( y 2) 1/3 a 2 solutions différentes ȳ : t 0 et ỹ : t t 3 correspondant à la même donnée initiale ȳ(0) = ỹ(0) = 0. Faire une représentation graphique de ces deux solutions. Y-a-t-il une unique solution y de donnée initiale y(0) = 0? 1.2 Unicité dans la loi de Malthus : Etant donnée une constante non nulle a, considérons l équation différentielle : y = ay (1) ce qui signifie qu une fonction y est solution de cette équation différentielle si et seulement si, pour toute valeur t pour laquelle y(t) est définie, y est dérivable et vérifie y (t) = ay(t). a) Soit t y(t) une solution de cette équation. Fixons-nous un instant initial de référence t 0 et posons z(t) = y(t)e a(t t 0). (i) Montrer que y est une solution de l équation différentielle (1) si et seulement si z est une solution de l équation différentielle z = 0 et que y(t) est définie au point t dès que z(t) est définie au même point. 1

2 (ii) En déduire que z et y sont définies sur R tout entier. Calculer z(t) et y(t) pout tout t en fonction de la valeur y(t 0 ). b) Montrer que 2 solutions ȳ et ỹ de l équation différentielle (1) qui se croisent (i. e. telles qu il existe une valeur t 1 telle que ȳ(t 1 ) = ỹ(t 1 )) coïncident pour tout t. 1.3 Existence et unicité dans la loi logistique : Etant données des constantes strictement positives a et b, considérons l équation différentielle : y = ay by 2 (2) ce qui signifie qu une fonction y est solution de cette équation différentielle si et seulement si, pour toute valeur t pour laquelle y(t) est définie, y est dérivable et vérifie y (t) = ay(t) by(t) 2. Une expression agréable de l équation est y = ay(1 b a y) = ay(1 y K ) (3) où on pose K = a b. On appelle K la capacité d accueil, et on verra pourquoi dans la suite. Problème 1) Montrer que les fonctions constantes ȳ et ỹ, définies par ȳ(t) = K et ỹ(t) = 0 pour tout t, sont les seules solutions constantes de l équation différentielle (2) définies sur R tout entier. Dans la suite nous les appelerons solutions stationnaires de l équation différentielle (2). Cherchons d autres solutions de (2), i.e. non constantes. Commençons par chercher les solutions y(t) satisfaisant y(t) 0,K, pour tout t D y où D y R est un intervalle sur lequel y(t) est défini. Nous verrons à la fin que les solutions non constantes sont nécessairement de cette forme, i.e. qu elles ne peuvent pas prendre la valeur 0 ou K. Pour simplifier les calculs, on pose x(t) = y(t) N. 2) Montrer que y(t) est solution de (3) sur un intervalle D si et seulement si x(t) est solution de x = ax(1 x). (4) 3) On suppose que x(t) 0,1 sur D. Montrer que (4) équivaut à x x + x 1 x = a. 4) Fixons un instant initial quelconque t 0 D et notons x 0 = x(t 0 ). Déduire de c) par intégration que x(t) est solution de (4) si et seulement si x(t) 1 x(t) = x 0 1 x 0 e a(t t 0 ) puis que ceci équivaut à x(t) = (x 0 1 1)e a(t t 0) 2

3 Indication : On rappelle que (ln u ) = u u. Attention, il y a un passage délicat lorsqu on veut enlever les valeurs absolues. 5) Pour x 0 0,1 et t 0 R, posons X(t) := (x 0 1 1)e a(t t 0) (5) (i) Calculer l intervalle de définition 1 D X de X(t) contenant t 0, en fonction de x 0 et t 0 (il y aura à considérer les cas x 0 < 0, x 0 (0,1), x 0 > 1). (ii) Montrer que X(t) est une solution de (4), satisfait X(t 0 ) = x 0 et X(t) 0,1 pour tout t D X. (iii) Faire les tableaux de variation de X selon les cas x 0 < 0, x 0 (0,1), x 0 > 1. (iv) Dessiner le graphe de X(t) selon diverses valeurs de x 0. On va voir maintenant que cette solution est maximale, au sens suivant : 6) Soit x(t) une solution de (4), définie sur un intervalle D et satisfaisant x(t) 0,1 sur D. On prend t 0 D et on pose x(t 0 ) = x 0. Montrer que D D X et que x(t) = X(t) sur D, où X est définie par (5). Indication : On pourra raisonner par contradiction, en supposant D D X, et ne traiter que le x 0 > 1, le cas x 0 < 1 étant similaire et sans pertinence biologique. Il reste à traiter le cas des solutions x(t) non constantes quelconques, i.e. où on ne suppose pas a priori que x(t) 0,1. Comme déjà dit, ce sont en fait les mêmes que ci-dessus. 7) Soit x(t) une solution non constante de (4), définie sur un intervalle D. (i) Montrer qu il existe t 0 D tel que x(t 0 ) 0,1. Indication : on pourra utiliser le théorème des valeurs intermédiaires. On pose x 0 = x(t 0 ). Il s agit de montrer que, comme précédement, D D X et que x(t) = X(t) sur D, où X est définie par (5). On peut supposer qu il existe t 1 D tel que x(t 1 ) {0,1} (sinon on a la conclusion par la question 6)). (ii) Montrer qu il existe un intervalle ]α,β[ D, contenant t 0, tel que x(t) 0,1 sur ]α,β[, mais tel que (1) α est fini et x(α) {0,1}, ou (2) β est fini et x(β) {0,1} (il n est pas exclu que α et β soient finis) (iii) Montrer que ]α,β[ D X et déduire de l expression de X(t) une contradiction. 8) Déduire des questions précédentes que pour toute donnée initiale y 0 R, il existe une unique solution maximale y(t) de (2), d intervalle de définition D et que - si y 0 {0,K}, alors D = R et y(t) = y 0 pour tout t. 1 le plus grand intervalle surquel X(t) est définie et dérivable 3

4 - si y 0 / {0,K}, avec K y(t) = 1 + ( K y 0 1)e a(t t 0) D = ],t 0 + ln(1 K y 0 )[, si y 0 < 0 D = R, si y 0 ]0,K[ D = ]t 0 + ln(1 K y 0 ),+ [, si y 0 > K. Tracer le graphe des solutions, selon x 0. Il ressort de l étude précédente que deux solutions maximales qui se croisent (i.e. y 1 (t) et y 2 (t) telles qu il existe t 1 avec y(t 1 ) = y(t 2 )) coincident (i.e y 1 (t) = y 2 (t) pour tout t). En particulier une solution stationnaire et une solution non stationnaire ne se croisent jamais. On note aussi que, si y 0 0, alors y(t) tend vers K lorsque t vers +. 2 Un peu de cours : comment généraliser cette démarche à d autres équations différentielles? A quoi sert un théorème d unicité? Définition 2.1 Soit f(t,x) une fonction de R R dans R; considérons l équation différentielle 2 : y = f(t,y) (6) Comme dans les exercices précédents, on cherche à prouver l existence et l unicité de la solution d une équation différentielle lorsqu on fixe sa condition initiale. Théorème 2.2 (Cauchy-Lipschitz) Soit f(t, x) une fonction de R R dans R; considérons l équation différentielle : y = f(t,y) (7) Si f est continues, et si les dérivées partielles f x existent3 sur R R et sont continues, alors, à chaque choix de l instant initial t 0 R et de la valeur initiale y 0 R, correspond une unique solution t y(t) de l équation différentielle (7) qui vérifie la condition initiale y(t 0 ) = y 0 ; l intervalle maximal sur lequel cette solution est définie (et dérivable) est de la forme I y0 = ]α, β [, où α et β dépendent 4 de t 0 et de y 0. t et f 2 Ceci signifie qu une fonction y est solution de l équation différentielle (6) ou (7) si et seulement si, pour toute valeur t pour laquelle y(t) est définie, y est dérivable et vérifie y (t) = f(t, y(t)). 3 On rappelle que f (t0, x0) est la dérivée partielle de f par rapport à t en (t0, x0), c est-à-dire la dérivée usuelle en t0 t de la fonction d une variable t f(t, x 0), où x 0 est fixé. De même, f (t0, x0) est la dérivée usuelle en x0 de x f(t0, x) x où t 0 est fixée 4 Ici α peut éventuellement prendre la valeur (quand la solution est définie sur l intervalle ], β [) et β peut éventuellement prendre la valeur + (quand la solution est définie sur l intervalle ] α, + [). Lorsque la solution est définie sur R entier, on a α = et β = +. 4

5 Il n existe pas de méthode pour trouver une solution explicite de (2.2) en toute généralité. C est pourquoi nous allons nous intéresser à la situation plus simple où l équation différentielle est de la forme y = f(y) (8) c est-à-dire lorsque la fonction f(t, x) ne dépend en fait pas de t, et qu on peut écrire f(t, x) = f(x). Une telle équation différentielle est dite autonome. En effet, on peut avoir dans ce cas une très bonne idée du comportement des solutions, même sans formule explicite pour y(t). Une étape clé est d identifier les solutions stationnaires et les positions d équilibre. Définition 2.3 Une solution stationnaire est une solution constante de (8). La valeur de cette constante est la position d équilibre correspondante. Ainsi, les différentes positions d équilibre de l équation différentielle (8) sont les zéros de la fonction f, c est-à-dire les valeurs b i telles que f(b i ) = 0. On utilise le théorème 2.2 pour démontrer les corollaires suivants : Corollaire 2.4 (Des solutions différentes ne se croisent pas) Si f est dérivable en tout point de R et de dérivée continue, deux solutions différentes de l équation différentielle : y = f(y) (9) ne se croisent jamais 5 ; d autre part une solution ne rencontre jamais une position d équilibre (sauf s il s agit d une solution stationnaire) ; enfin deux solutions qui prennent la même valeur diffèrent par une translation du facteur temps 6. Notons que dans le dernier cas, les graphes de t x(t) et t y(t) différent par une translation sur l axe (Ot). Ils sont disjoints, ou coincident si T = 0. Corollaire 2.5 (Stricte monotonie et convergence des solutions non stationnaires) Soit f dérivable en tout point de R et de dérivée continue, et y(t) une solution de l équation différentielle y = f(y), (10) définie sur un intervalle maximal ]α, β[. On suppose que y n est pas une solution stationnaire. Alors y est strictement monotone, y(]α,β[) =]a,b[, avec a pouvant être égal à, et b égal à +, et on a de plus : (i) Si y strictement croissante, ce qui équivaut à f > 0 sur ]α, β[ : si a est fini, alors c est une position d équilibre, α = et a = lim t y(t), si b est fini, alors c est une position d équilibre, β = + et b = lim t y(t). (ii) Si y strictement décroissante, ce qui équivaut à f < 0 sur ]α, β[ : si a est fini, alors c est une position d équilibre, β = + et a = lim t + y(t). si b est fini, alors c est une position d équilibre, α = et b = lim t y(t). Remarque : Le corollaire 2.5 dit essentiellement que y(t) converge aux bords de l intervalle, mais ne peut converger vers une limite finie en temps fini. Exercice 1. Démontrer le corollaire : 5 Précisément, si x et y sont deux solutions de l équation différentielle (10) telles qu il existe un point t 1 tel que x(t 1) y(t 1), alors x(t) y(t) pour tout t 6 Précisément, si x(t) et y(t) sont deux solutions de (10) telles qu il existe t 1 et t 2 pour lesquels x(t 1) = y(t 2), alors x(t) = y(t + T) pour T = t 2 t 1 5

6 a) Montrer que si y(t) n est pas stationnaire, alors y (t) 0 pour tout t. b) En déduire que y(t) est strictement monotone et que y(]α,β[) =]a,b[. On traite le cas où y est strictement croissante et on considère a, les autres cas étant semblables. c) Supposons a fini et α >. Montrer qu on peut prolonger la solution y(t) en α et en déduire une contradiction. d) Supposons a fini et α =. Montrer que f(a) = 0. Indication : Considérer une suite t i et appliquer le théorème des accroissements finis sur chaque intervalle [t i,t i+1 ]. Les deux corollaires précédents peuvent être illustrés par le dessin suivant : x(t),y(t),z(t), t L axe de droite représente la ligne de phase. Pouvez-vous identifier positions d équilibre, solutions stationnaires, et à quels énoncés des corollaires correspondent chaque courbe? Exercice 2 : Si les théorème et corollaires précédents sont vrais, comment se fait-il que l équation différentielle y = 3 ( y 2) 1/3 admette (d après l exemple 1.1) deux solutions différentes ȳ et ỹ de même donnée initiale : ȳ(0) = ỹ(0) = 0? Pour conclure, on résume dans le corollaire suivant les propriétés vues précédement : Corollaire 2.6 Considérons l équation différentielle : y = f(y), (11) où f est une fonction dérivable en tout point de R et de dérivée continue; si les zéros de f sont en nombre fini et ordonnés par ordre croissant (i. e si les zéros sont notés b 1, b 2,..., b k où b 1 < b 2 <... < b k ), alors 6

7 (i) si y est une solution dont la donnée initiale y(t 0 ) = y 0 vérifie b i < y 0 < b i+1 (où 1 i k 1), alors son intervalle maximal de définition est ], + [, on a b i < y(t) < b i+1 pour tout t, et de plus soit f(x) > 0 pour tout x ]b i, b i+1 [, et alors t y(t) est croissante et vérifie : lim y(t) = b i, lim y(t) = b i+1, t t + soit f(x) < 0 pour tout x ]b i, b i+1 [, et alors t y(t) est décroissante et vérifie : lim y(t) = b i+1, lim y(t) = b i, t t + (ii) si y est une solution dont la donnée initiale y(t 0 ) = y 0 vérifie y 0 > b k, alors on a y(t) > b k pour tout t situé dans l intervalle de définition, et de plus soit f(x) > 0 pour tout x ]b k, + [, et alors t y(t) est croissante, l intervalle maximal de définition de cette solution est de la forme ], β [ (où β est soit fini et supérieur à t 0, soit égal à + ), et on a : lim y(t) = b k, lim y(t) = +, t t β soit f(x) < 0 pour tout x ]b k, + [, et alors t y(t) est décroissante, l intervalle maximal de définition de cette solution est de la forme ]α, + [ (où α est soit fini et inférieur à t 0, soit égal à ), et on a : lim y(t) = +, lim y(t) = b k, t α t + (iii) si y est une solution dont la donnée initiale y(t 0 ) = y 0 vérifie y 0 < b 1, alors on a y(t) < b 1 pour tout t situé dans l intervalle de définition, et de plus soit f(x) > 0 pour tout x ], b 1 [, et alors t y(t) est croissante, l intervalle maximal de définition de cette solution est de la forme ]α, + [ (où α est soit fini et inférieur à t 0, soit égal à ), et on a : lim y(t) =, lim y(t) = b 1, t α t + soit f(x) < 0 pour tout x ], b 1 [, et alors t y(t) est décroissante, l intervalle maximal de définition de cette solution est de la forme ], β [ (où β est soit fini et supérieur à t 0, soit égal à + ), et on a : 3 Autres méthodes qualitatives lim y(t) = b 1, lim y(t) =. t t β Nous allons voir comment tracer l allure des solutions d une équation différentielle (E) u = f(t,u) sans chercher à la résoudre. Nous supposerons dans la suite que l équation (E) a une unique solution si on se donne une donnée initiale (t 0,u 0 ) (comme dans le théorème de Cauchy-Lipschitz). 7

8 3.1 Champs des directions En un point (t 0,u 0 ) du plan, il passe une unique solution de (E). La tangente en ce point (t 0,u 0 ) au graphe de cette unique solution a pour pente u (t 0 ) = f(t 0,u 0 ) d aprés (E). Petit rappel : Si F est une fonction dérivable en x 0, la tangente au graphe de F en (x 0,F(x 0 )) a pour équation y = F (x 0 )(x x 0 ) F(x 0 ). On peut donc associer à tout (t 0,u 0 ) la pente m 0 de l unique solution de (E) qui passe par ce point. De façon équivalente, on peut associer à tout point (t 0,u 0 ) le vecteur u 0 de norme 1, de pente m 0 passant par ce point (vecteur unitaire de la tangente au graphe de l unique solution de (E) passant par (t 0,u 0 )). L application (t 0,u 0 ) u 0 est le champs de directions (ou champs des tangentes) de l équation (E). Remarque : Ceci est un exemple de champs de vecteurs, qui est une application qui à tout point M du plan associe un vecteur v(m) du plan. Un exmple typique est un champs de forces, par exemple le champs de gravitation. 3.2 Méthode de la grille On suppose que l on travaille sur une partie du plan, par exemple le rectangle R = [a,b] [c,d] du théorème de Cauchy-Lipschitz. On le découpe ena carrés ou rectangles de taille uniforme. En tout point de cette grille, on trace le champs des directions. Le but est alors de tracer l allure des solutions sachant que par hypothèse : (a) En tout point de la grille, il passe une solution qui doit être tangente au vecteur du champs de direction (Existence). (b) Deux solutions ne peuvent se croiser, ou encore par un point donné de la grille il ne passe qu une seule solution (Unicité). Exemple : On considère l équation u = tu (c est à dire f(x,y) = xy). On commence par des observations. (i) Sur l axe de t et des u, f(t,u) = 0 et donc le champs des directions est horizontale. (ii) Le champs des directions est symétrique par rapport aux axes et donc par rapport à l origine : f( t,u) = f(t, u) = f(t,u). (iii) Pour t 0, les pentes (négatives) sont de plus en plus raides quand u (positif) augmente. (iv) Pour u positif fixé, les pentes négatives sont de plus en plus raides à mesure que t (positif) augmente. 8

9 On en déduit la figure suivante : 3.3 Méthode des isoclines Les isoclines I c sont des courbes sur lesquelles le champs des directions a une pente donnée : I c = {(t,u);f(t,u) = c}, où c est une constante fixée. Exemple : On reprend le cas de u = tu. Alors, l isocline I 0 est la réunion des droites t = 0 et u = 0 et si c 0, I c est une hyperbole. En chaque point d une isocline I c, la solution passant par ce point croise cette isocline avec la pente c : Attention, les isoclines ne sont pas des graphes de solutions de (E)! De manière pratique, on trace les isoclines I c pour les valeurs c = 0,+/ 1,+/ 2,+/. On essaye ensuite de tracer des solutions sachant qu une solution coupe par exemple l isocline I 1 avec une pente c = 1 et doit avoir une pente comprise entre 1 et 2 entre les isoclines I 1 et I 2. Reprenons l exemple u = tu : 9

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

CALCULATRICE AUTORISEE

CALCULATRICE AUTORISEE Lycée F. MISTRAL AVIGNON BAC BLANC 2012 Epreuve de MATHEMATIQUES Série S CALCULATRICE AUTORISEE DUREE : 4 heures Dès que le sujet vous est remis, assurez-vous qu il est complet Ce sujet comporte 3 pages

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

3. Conditionnement P (B)

3. Conditionnement P (B) Conditionnement 16 3. Conditionnement Dans cette section, nous allons rappeler un certain nombre de définitions et de propriétés liées au problème du conditionnement, c est à dire à la prise en compte

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Leçon 01 Exercices d'entraînement

Leçon 01 Exercices d'entraînement Leçon 01 Exercices d'entraînement Exercice 1 Etudier la convergence des suites ci-dessous définies par leur terme général: 1)u n = 2n3-5n + 1 n 2 + 3 2)u n = 2n2-7n - 5 -n 5-1 4)u n = lnn2 n+1 5)u n =

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES.

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES. CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE EQUATIONS DIFFERENTIELLES Le but de ce chapitre est la résolution des deux types de systèmes différentiels linéaires

Plus en détail

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque FNCTINS I Généralités sur les fonctions Définitions Soit D une partie de l'ensemble IR. n définit une fonction f de D dans IR, en associant à chaque réel de D, un réel et un seul noté f() et que l'on appelle

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Seconde-Fonctions homographiques-cours Mai 0 Fonctions homographiques Introduction Voir le TP Géogébra. La fonction inverse. Définition Considérons la fonction f définie par f() =. Alors :. f est définie

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Rappels sur les suites - Algorithme

Rappels sur les suites - Algorithme DERNIÈRE IMPRESSION LE 14 septembre 2015 à 12:36 Rappels sur les suites - Algorithme Table des matières 1 Suite : généralités 2 1.1 Déition................................. 2 1.2 Exemples de suites............................

Plus en détail

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa Audioprothésiste (annuel) - MATHEMATIQUES 8 : EQUATIONS DIFFERENTIELLES - COURS + ENONCE EXERCICE - Olivier

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé

Baccalauréat ES/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé Baccalauréat S/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé A. P. M.. P. XRCIC 1 Commun à tous les candidats Partie A 1. L arbre de probabilité correspondant aux données du problème est : 0,3 0,6 H

Plus en détail

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Eercice 1 (5 points) pour les candidats n ayant pas choisi la spécialité MATH Le tableau suivant donne l évolution du chiffre

Plus en détail

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction.

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction. Seconde Généralités sur les fonctions Exercices Notion de fonction. Exercice. Une fonction définie par une formule. On considère la fonction f définie sur R par = x + x. a) Calculer les images de, 0 et

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Chapitre 11. Premières Notions sur les fonctions

Chapitre 11. Premières Notions sur les fonctions Chapitre 11 Premières Notions sur les fonctions 1. Exemples Exemple 1 La distance parcourue par une automobile en un temps donné varie en fonction de sa vitesse. Faire deux phrases utilisant les mots suivants.

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dérivation : cours. Dérivation dans R TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

Les équations différentielles

Les équations différentielles Les équations différentielles Equations différentielles du premier ordre avec second membre Ce cours porte exclusivement sur la résolution des équations différentielles du premier ordre avec second membre

Plus en détail

Etude de fonctions: procédure et exemple

Etude de fonctions: procédure et exemple Etude de fonctions: procédure et exemple Yves Delhaye 8 juillet 2007 Résumé Dans ce court travail, nous présentons les différentes étapes d une étude de fonction à travers un exemple. Nous nous limitons

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques.

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. 14-3- 214 J.F.C. p. 1 I Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. Exercice 1 Densité de probabilité. F { ln x si x ], 1] UN OVNI... On pose x R,

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Optimisation des fonctions de plusieurs variables

Optimisation des fonctions de plusieurs variables Optimisation des fonctions de plusieurs variables Hervé Hocquard Université de Bordeaux, France 8 avril 2013 Extrema locaux et globaux Définition On étudie le comportement d une fonction de plusieurs variables

Plus en détail

BACCALAUREAT GENERAL

BACCALAUREAT GENERAL ACCALAUREAT GENERAL Session 2009 MATHÉMATIQUES - Série ES - Enseignement de Spécialité Liban EXERCICE 1 1) 2) C 3) C 4) A Explication 1. Chacun des logarithmes existe si et seulement si x > 4 et x > 2

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

Fonction inverse Fonctions homographiques

Fonction inverse Fonctions homographiques Fonction inverse Fonctions homographiques Année scolaire 203/204 Table des matières Fonction inverse 2. Définition Parité............................................ 2.2 Variations Courbe représentative...................................

Plus en détail

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B EXERCICE 1 (12 points) Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B Les trois parties de cet exercice peuvent être traitées de façon indépendante. A. Résolution d une équation différentielle On considère

Plus en détail

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3)

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) Jean-Yves Jaffray Patrice Perny 16 mars 2006 ATTITUDE PAR RAPPORT AU RISQUE 1 Attitude par rapport au risque Nousn avons pas encore fait d hypothèse sur la structure de

Plus en détail

Correction du baccalauréat ES/L Métropole 20 juin 2014

Correction du baccalauréat ES/L Métropole 20 juin 2014 Correction du baccalauréat ES/L Métropole 0 juin 014 Exercice 1 1. c.. c. 3. c. 4. d. 5. a. P A (B)=1 P A (B)=1 0,3=0,7 D après la formule des probabilités totales : P(B)=P(A B)+P(A B)=0,6 0,3+(1 0,6)

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 MATHÉMATIQUES Série S Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformément à la

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Maths MP Exercices Fonctions de plusieurs variables Les indications ne sont ici que pour être consultées après le T (pour les exercices non traités). Avant et pendant le T, tenez bon et n allez pas les

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation graphique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

Lois de probabilité à densité Loi normale

Lois de probabilité à densité Loi normale DERNIÈRE IMPRESSIN LE 31 mars 2015 à 14:11 Lois de probabilité à densité Loi normale Table des matières 1 Lois à densité 2 1.1 Introduction................................ 2 1.2 Densité de probabilité

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

Équations non linéaires

Équations non linéaires Équations non linéaires Objectif : trouver les zéros de fonctions (ou systèmes) non linéaires, c-à-d les valeurs α R telles que f(α) = 0. y f(x) α 1 α 2 α 3 x Equations non lineaires p. 1/49 Exemples et

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t 3.La méthode de Dirichlet 99 11 Le théorème de Dirichlet 3.La méthode de Dirichlet Lorsque Dirichlet, au début des années 180, découvre les travaux de Fourier, il cherche à les justifier par des méthodes

Plus en détail

Logique. Plan du chapitre

Logique. Plan du chapitre Logique Ce chapitre est assez abstrait en première lecture, mais est (avec le chapitre suivant «Ensembles») probablement le plus important de l année car il est à la base de tous les raisonnements usuels

Plus en détail