Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dérivation : cours. Dérivation dans R"

Transcription

1 TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition Soit f une fonction définie sur un intervalle I et a un réel de I. On dit que f est dérivable en a si l une des propositions suivantes équivalentes est réalisée :. La fonction f(a+) f(a) a une limite finie l en Il eiste un réel l et une fonction ǫ tels que pour tout réel tel que a+ I, f(a+) = f(a)+l+ǫ() avec lim 0 ǫ() = 0 Le nombre l est appelé le nombre dérivé de la fonction f en a; il est noté f (a). Si f est dérivable en tout point de I, on dit que f est dérivable sur I. La fonction qui à tout de I associe le nombre dérivé f () est la fonction dérivée de f. Remarques :. Équivalence des deu propositions : Supposons que la fonction f(a+) f(a) a une limite finie l en 0. On a donc : f(a+) f(a) lim = l 0 Pour 0, on pose ǫ() = f(a+) f(a) l. On a donc lim ǫ() = 0. 0 De plus, ǫ() = f(a+) f(a) l et par conséquent, Réciproquement, si alors pour 0, Or, lim 0 ǫ() = 0, donc f(a+) = f(a)+l+ǫ() f(a+) = f(a)+l+ǫ() avec lim 0 ǫ() = 0 f(a+) f(a) = l+ǫ() f(a+) f(a) lim = l 0 2. Soit C la courbe représentative d une fonction f dérivable en a. f(a) f()=f(+) M A Le nombre : f(a+) f(a) est appelé tau d accroissement (ou accroissement moyen) de la fonction f entre a et a+. Soient A(a;f(a)) et M(a+;f(a+)) deu points de C. La droite (AM) a pour coefficient directeur : f(a+) f(a) a+ a = f(a+) f(a) C Le coefficient directeur de (AM) est donc le tau d accroissementdef entreaeta+.lorsquetendvers0,cecoefficient directeur tend vers le nombre f (a). =a+ a Lorsque tend vers 0, le point M se rapproce du point A. La droite (AM) devient alors tangente à la courbe C au point d abscisse a. Le nombre f (a) est donc le coefficient directeur de la tangente à la courbe représentative de f au point d abscisse a. La première proposition du téorème peut donc s écrire : le tau d accroissement de f en a admet une limite finie en 0.

2 3. f(a+) = f(a)+f (a) +ǫ() avec lim 0 ǫ() = 0 est appelé développement limité à l ordre de la fonction f en a. 4. En posant le cangement de variable = a+, les deu propositions équivalentes s écrivent : 5. Cette dernière égalité peut s écrire f() f(a) lim = l a a f() = f(a)+f (a)( a)+( a)ǫ( a) avec lim a ǫ( a) = 0 f() f(a) = f (a)( a)+( a)ǫ( a) avec lim a ǫ( a) = 0 Avec les notations des pysiciens, à savoir = a et y(a) = f() f(a), cette égalité s écrit : y(a) = f (a) + ǫ( ) Or, lim ǫ( ) = 0. Lorsque devient infinitésimal, on écrit symboliquement cette égalité sous la forme : 0 Cette écriture est appelée notation différentielle. dy = f (a)d ou encore f (a) = df dy (a) = d d (a) 6. Si f représente la loi oraire d un mobile en déplacement,la vitesse moyenne du mobile entre les instants t 0 et t 0 + est : variation de la distance variation du temps = f(t 0 +) f(t 0 ) La vitesse instantannée du mobile est alors obtenue en faisant tendre vers 0. Cette vitesse instantannée est donc : f(t 0 +) f(t 0 ) lim = f (t 0 ) 0 Donc si f est la loi oraire d un mouvement, f (t 0 ) représente la vitesse instantannée à l instant t 0. Savoir-faire : page 03 Eercice : À l aide de la définition, montrer que la fonction racine carrée est dérivable sur ]0;+ [ et que la fonction valeur absolue est dérivable sur R. 2 Tangente. Si la fonction f est dérivable en a, la tangente à la courbe représentative de f au point d abscisse a a pour équation : Lorsque f (a) = 0, la tangente est orizontale. y = f (a)( a)+f(a) f() f(a) 2. Si lim = + ou, alors f n est pas dérivable en a, mais la droite d équation = a est tangente a a verticale à la courbe représentative de f au point d abscisse a. f() f(a) 3. Si lim a une limite finie à droite (resp. à gauce), on dit alors que f est dérivable à droite (resp. à gauce). a a On a alors une demi-tangente (comme la fonction valeur absolue qui admet deu demi-tangentes à l origine). 4. La fonction f(a)+f (a) ( a) est une approimation affine de f

3 C. f(a+) f (a)+f(a) f(a) A (T) Quand on se place au voisinage du point A d abscisse a (proce du point A), la courbe représentative C de f et la tangente (T) semblent proces. La tangente est la représentation grapique de la fonction f(a)+f (a) ( a). La fonction f(a) + f (a) ( a) est donc une approimation affine de f. Lorsque est proce de a, c est la meilleure approimation affine de f. On dit que la tangente est la meilleure approimation affine de f au voisinage de a. a a+ Savoir-faire : 2 page 03. Eemple : Etude de la fonction f : (+) 3 au voisinage de 0 Pour tout réel, f(0+) f(0) = (+) 3 = = 3+(3+ 2 ) = 3+ǫ() avec ǫ() = 3+ 2 et lim 0 ǫ() = 0. f est donc dérivable en 0 et f (0) = 3. Le développement limité à l ordre de f en 0 est alors : +3+ǫ(). La meilleure approimation affine de f en 0 est donc : f(0)+f (0) = +3. L équation de la tangente à la courbe représentative de f au point d abscisse a est alors : y = +3.,248 3 = (+0,248) ,248, Quelques compléments de formules Téorème : Soient u une fonction dérivable et strictement positive sur un intervalle I. Alors la fonction f = u est dérivable sur I et f = u 2 u. Eemple : Soit f la fonction définie par f() = 2 +. La fonction u : 2 + est dérivable et strictement positive sur R. Par conséquent, la fonction f est dérivable sur R. Pour tout réel, on a : f () = u () 2 u() = = 2 + Démonstration (ROC) : Soit I et soit un réel non nul tel que + I. Le tau d accroissement de f entre et + est : τ() = f(+) f() () u(+) u() () τ() = L idée est de faire apparaître le tau d accroissement de u entre et +, c est-à-dire u(+) u(). On veut donc se débarasser des( racines. L idée, fort classique, est d utiliser la quantité conjuguée : u(+) ) ( u(+)+ ) u() u() () τ() = ( u(+)+ ) u()

4 u(+) u() () τ() = ( u(+)+ ) u() () τ() = u(+) u() ( u(+)+ u() ) Or, la fonction u est dérivable sur I, donc lim 0 u(+) u() = u (). De plus, lim u(+) = (car la fonction 0 2 u(). racine carrée est continue sur [0 ; + [), donc par somme et quotient, lim = 0 u(+)+ u() Par conséquent, lim 0 τ() = u () 2 u(). Téorème : Soient u une fonction dérivable sur un intervalle I et soit n un entier naturel non nul. Alors la fonction f = u n est dérivable sur I et f = nu u n. Eemple : Soit f la fonction définie par f() = ( ) 7. La fonction u : est dérivable sur R. Par conséquent, la fonction f est dérivable sur R. Pour tout réel, on a : f () = 7 u () u 7 () = 7 ( ) ( ) 6 Démonstration (ROC) : Montrons ce rśultat par récurrence. Soit P la propriété : la fonction f = u n est dérivable sur I et f = nu u n, n N. Initialisation : n =. Alors f = u. La fonction u étant dérivable sur I, f l est aussi. De plus, nu u n = u. La propriété est donc vraie au rang n =. Hérédité : Supposons que la propriété P soit vraie pour un entier naturel n. Montrons alors qu elle est vraie au rang (n+), c est-à-dire que ( u n+) = (n+) u u n. On a : u n+ = u u n. Or, les fonctions u et u n sont dérivables sur I donc par produit, la fonction u n+ l est aussi. De plus, pour tout réel de l intervalle I, on a : ( u n+ ) = (u u n ) (2) (2) ( u n+) = u u n +u nu u n (d après la formule de dérivation d un produit et d après l ypotèse de récurrence). (2) ( u n+) = u u n +nu u n + (2) ( u n+) = u u n +nu u n (2) ( u n+) = (n+)u u n + (2) ( u n+) = (n+)u u n La propriété P est donc vrie au rang (n+). Conclusion : La propriété P est vraie au rang n = et est éréditaire. Donc, d après l aiome de la récurrence, elle est vraie sur N. Par conséquent, pour tout entier naturel n non nul, la fonction f est dérivable et f = nu u n. Conséquence : Soient u une fonction dérivable et ne s annulant pas sur un intervalle I et soit n un entier naturel non nul. Alors la fonction f = u n est dérivable sur I et f = nu u n+. Eemple : Soit f la fonction définie par f() = (cos 3 ()+2) 5. La fonction cos() est dérivable sur R. Donc la fonction u : cos 3 () + 2 est dérivable et ne s annule pas sur R (pour tout réel, cos() ). Par conséquent, la fonction f est dérivable sur R. Pour tout réel, on a : f () = 5 3( sin())cos2 () (cos 3 ()+2) 5+ = 5sin()cos2 () (cos 3 ()+2) 6 Démonstration (ROC) : D après le téorème précédent, la fonction u n est dérivable sur I. De plus, par ypotèse, elle ne s annule pas sur I, donc la fonction est dérivable sur I (inverse d une fonction dérivable ne s annulant pas sur un un intervalle) et on a : pour tout I : ( ) u n = (un ) (u n ) 2 = nu u n u 2n = nu nu = u2n (n ) u n+

5 Remarque : Sous les ypotèses du téorème, on peut donc dire que, pour tout entier relatif n non nul, la fonction u n est dérivable sur I et que (u n ) = nu u n. La formule est la même que n soit positif ou négatif. Téorème : Soient f une fonction dérivable sur R et soient a et b deu réels. Alors la fonction g : f(a+b) est dérivable sur R et pour tout réel, g () = af (a+b). Eemple : Soit g la fonction définie par g() = sin(3 ). La fonction sin est dérivable sur R. Par conséquent, la fonction g est dérivable sur R. Pour tout réel, on a : g () = 3cos(3 ) Démonstration (ROC) : Deu cas peuvent se présenter : a = 0 et a 0. Si a = 0 : alors, pour tout réel, g() = g(b). g est donc une fonction constante. Elle est dérivble sur R et sa dérivée est nulle. On a donc bien : g () = af (a+b) = 0. Si a 0 : Soit un réel et soit un réel non nul. Le tau d accroissement de g entre et + est : τ() = g(+) g() (3) (3) τ() = f(a(+)+b) f(a+b) (3) τ() = f(a+b+a) f(a+b) Posons alors X = a+b et H = a. Donc = H a. (3) τ() = /disf Ha (3) τ() = a H Or, la fonction f est dérivable sur R, donc lim = f (X). H 0 H = lim = f (X) = f (a+b). On peut donc écrire : H 0 H De plus, lim H = 0 donc lim 0 0 H lim τ() = 0 af (a+b). La fonction g est donc dérivable en et donc sur R et pour tout réel, g () = af (a+b). Savoir-faire : 3 et 4 page Généralisation : la composée de fonctions Eemples : Voir TP. Définition : Soit u une fonction définie sur un intervalle I. Soit v une fonction définie au-moins sur l intervalle u(i). Alors la fonction I R v(u()) est appelée la composée de v et u et notée v u (lire v rond u). ( ) Eemple : Soit f la fonction définie par f() = cos. La fonction u : est définie sur R. La fonction v : cos() est définie( sur) R. Donc la fonction f = v u : cos est définie sur R. Téorème : Soient u une fonction dérivable sur un intervalle I et v une fonction dérivable au-moins sur u(i). Alors la fonction f = v u est dérivable sur I et f = u (v u). En notation différentielle, on a : df d = dv du dud. Eemple : Soit f la fonction définie sur R par f() = sin( 2 ). Alors f = v u avec u() = 2 et v() = sin(). u et v sont définies et dérivables sur R. Donc f est dérivable sur R. De plus, u () = 2 et v () = cos(). Donc f () = 2 cos( 2 ) pour tout réel.

6 Démonstration : Cette démonstration n est pas au programme et ne pourra être comprise dans sa totalité qu après le cours sur les limites. Soit 0 I. Supposons que pour proce de 0 et tel que I, u() u( 0 ). Le tau d accroissement de v u en 0 est alors : v u() v u( 0 ) = v(u()) v(u( 0)) u() u( 0) 0 u() u( 0 ) 0 u étant continue sur I (car dérivable sur I), lim 0 u() = u( 0 ). v étant dérivable au-moins sur u(i), lim y y 0 v(y) v(y 0 ) y y 0 v(u()) v(u( 0 )) téorème de composition des limites, lim = v (u( 0 )). 0 u() u( 0 ) u étant dérivable sur I, lim 0 u() u( 0 ) 0 = u ( 0 ). = v (y 0 ). De plus u() et u( 0 ) sont dans u(i), donc, d après le v(u()) v(u( 0 )) Donc, lim u() u( 0) = v (u( 0 )) u ( 0 ). La fonction v u est donc dérivable en 0 et 0 u() u( 0 ) 0 (v u) ( 0 ) = u ( 0 ) v u( 0 ). Supposons que u est constante dans un voisinage de 0, c est-à-dire que pour proce de 0, u() = u( 0 ). Alors; le tau d accroissement de v u en 0 est : v u() v u( 0) = 0. Donc v u est dérivable en 0 et (v u) ( 0 ) = 0. De plus, 0 puisque u est constante au voisinage de 0, u ( 0 ) = 0, donc u ( 0 ) v u( 0 ) = 0 = (v u) ( 0 ). On a donc montré que pour tout point 0 de I, la fonction v u est dérivable en 0. Donc, v u est dérivable sur I et (v u) = u (v u). 5 Primitive Définition Une primitive d une fonction f définie sur un intervalle I de R est une fonction F dérivable sur I telle que F = f. Eemples :. Soit F() = 2. Alors F est dérivable sur R et pour tout réel, F () = 2. F est donc une primitive de la fonction f définie sur R par f() = Soit G() = Alors G est dérivable sur R et pour tout réel, G () = 2. G est donc une primitive de la fonction f définie sur R par f() = 2. Quelques propriétés sur les primitives. Si une fonction f admet une primitive F sur un intervalle I alors elle en admet une infinité et les primitives de f sont les fonctions G = F +k, où k est une constante réelle. 2. Soit f une fonction admettant une primitive F sur un intervalle I et soit k un réel. Alors la fonction kf admet une primitive ur I et une primitive de la fonction kf sur I est la fonction kf. 3. Soient f et g deu fonctions admettant cacune une primitive sur un intervalle I (F et G). Alors la fonction f +g admet une primitive sur I et une primitive de la fonction f +g sur I est la fonction F +G. 4. Soit f une fonction admettant des primitives sur I. Soit 0 un réel de I et soit y 0 un réel quelconque. Alors, il eiste une unique primitive F de f sur I vérifiant F( 0 ) = y Une condition suffisante pour que f admette une primitive sur I est que f soit dérivable sur I (en fait, continue sur I suffit). Démonstration :. La fonction F étant dérivable sur I, G l est aussi. De plus, G = F = f. Donc G est une primitive de f sur I. Soit G une primitive de f sur I. Alors la fonction G F est dérivable sur I comme somme de fonctions dérivables sur I et (G F) = 0. Donc G F est constante sur I, donc G F = k, avec k réel. 2. Soit G = kf. F est dérivable sur I donc G l est aussi et G = kf = kf. Donc G est une primitive de kf sur I. 3. À faire. 4. Soit G une primitive de f sur I. Alors toutes les primitives de f sur I sont de la forme : F = G+k, avec k réel. On veut que F( 0 ) = y 0, soit G( 0 )+k = y 0, soit k = y 0 G( 0 ). La fonction F : G() +y 0 +G( 0 ) répond donc bien à la question. De plus, si une autre fonction H répond aussi à la question, alors F H =constante. Or, (F H)( 0 ) = 0. Donc F = H. 5. Démonstration faite plus tard dans le cours sur l intégration.

7 Eemples :. Déterminer une primitive F de f : cos() sur R, vérifiant F( π 2 ) = 0. Toute primitive de f sur R est de la forme F : sin()+k, avec k réel. La condition F( π 2 ) = 0 fournit alors k =. Par suite, F() = sin(). 2. Soit g la fonction définie sur R par g() = g est dérivable sur R donc g admet des primitives sur R. Ces primitives sont de la forme : G() = k (k R) 3. Soit f la fonction définie sur ]0;+ [ par f() = 2 3. f est dérivable sur ]0;+ [ donc elle admet des primitives sur ]0;+ [. On a : f() = 2 3. Donc les primitives de f sur ]0;+ [ sont de la forme : F() = k = +k (k R) 2 4. Soit la fonction définie sur R par () = (3 ) 6. est dérivable sur R donc admet des primitives sur R. On a () = 3 3(3 )6 = 3 u ()u 6 () avec u() = 3. Donc ses primitives sont de la forme : 5. Soit k la fonction définie sur R par k() = H() = 3 7 u7 = 2 (3 )7 (k R) 2. k est dérivable sur R donc k admet des primitives sur R. 2 + On a k = u = u u 2 avec u() = 2 +. Donc ses primitives sont de la forme : u K() = = 2 u+c = c (c R) +u On obtient le tableau des primitives en lisant le tableau des dérivées à l envers. Voir ci-après Savoir-faire : 2 page 207; 3 page 209.

8 f est une fonction définie sur un intervalle I; F est une primitive de f sur I. f() F() I k réel k+c R 2 2 +C R r (r ) R si r N r+ r+ +C ] ;0[ ou ]0;+ [ sir r Z ]0;+ [ si r R\Z 2 (cas r = 2) +C ] ;0[ ou ]0;+ [ (cas r = 2 ) 2 +C ]0;+ [ ln +C ] ;0[ ou ]0;+ [ e e +C R sin cos+c R cos sin R +tan 2 = cos 2 tan+c ] π 2 +kπ; π 2 +kπ[, k Z

9 u et v sont des fonctions dérivables sur un intervalle I. Fonction f Primitive F Commentaires au (a réel) au u +v u+v u u r (r ) u r+ r+ sur tout intervalle I où u 0 et où u > 0 pour r / Z u u (cas r = 2 ) 2 u sur tout intervalle I où u > 0 u (cas r = 2) u2 u sur tout intervalle I où u 0 u u ln u lnu si u > 0 sur I ln( u) si u < 0 sur I u e u e u u(a+b) (a 0) a U(a+b) U primitive de u sur I

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation graphique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Dérivation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES

Dérivation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Capitre 4 Dérivation Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Dérivation Nombre dérivé d une fonction en un point. Tangente à la courbe représentative d une fonction dérivable

Plus en détail

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs Eo7 Limites de fonctions Théorie Eercice Montrer que toute fonction périodique et non constante n admet pas de ite en + Montrer que toute fonction croissante et majorée admet une ite finie en + Indication

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Dérivation : Résumé de cours et méthodes

Dérivation : Résumé de cours et méthodes Dérivation : Résumé de cours et métodes Nombre dérivé - Fonction dérivée : DÉFINITION (a + ) (a) Etant donné est une onction déinie sur un intervalle I contenant le réel a, est dérivable en a si tend vers

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Eercice 1 (5 points) pour les candidats n ayant pas choisi la spécialité MATH Le tableau suivant donne l évolution du chiffre

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part Eercices Alternatifs Une fonction continue mais dérivable nulle part c 22 Frédéric Le Rou (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: applications-continues-non-derivables/. Version

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part Eercices Alternatifs Une fonction continue mais dérivable nulle part c 22 Frédéric Le Rou (copleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: applications-continues-non-derivables/. Version

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

LIMITES EXERCICES CORRIGES

LIMITES EXERCICES CORRIGES ours et eercices de mathématiques LIMITES EXERIES ORRIGES M UAZ, http://mathscyrreer Eercice n Déterminer la ite éventuelle en de chacune des onctions suivantes : ) ) ) 4 ( ) Déterminer la ite éventuelle

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Seconde-Fonctions homographiques-cours Mai 0 Fonctions homographiques Introduction Voir le TP Géogébra. La fonction inverse. Définition Considérons la fonction f définie par f() =. Alors :. f est définie

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque FNCTINS I Généralités sur les fonctions Définitions Soit D une partie de l'ensemble IR. n définit une fonction f de D dans IR, en associant à chaque réel de D, un réel et un seul noté f() et que l'on appelle

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours.

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours. Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

Exprimer ce coefficient de proportionnalité sous forme de pourcentage : 3,5 %

Exprimer ce coefficient de proportionnalité sous forme de pourcentage : 3,5 % 23 CALCUL DE L INTÉRÊT Tau d intérêt Paul et Rémi ont reçu pour Noël, respectivement, 20 et 80. Ils placent cet argent dans une banque, au même tau. Au bout d une année, ce placement leur rapportera une

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Chapitre 11. Premières Notions sur les fonctions

Chapitre 11. Premières Notions sur les fonctions Chapitre 11 Premières Notions sur les fonctions 1. Exemples Exemple 1 La distance parcourue par une automobile en un temps donné varie en fonction de sa vitesse. Faire deux phrases utilisant les mots suivants.

Plus en détail

O, i, ) ln x. (ln x)2

O, i, ) ln x. (ln x)2 EXERCICE 5 points Commun à tous les candidats Le plan complee est muni d un repère orthonormal O, i, j Étude d une fonction f On considère la fonction f définie sur l intervalle ]0; + [ par : f = ln On

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Lois de probabilité à densité Loi normale

Lois de probabilité à densité Loi normale DERNIÈRE IMPRESSIN LE 31 mars 2015 à 14:11 Lois de probabilité à densité Loi normale Table des matières 1 Lois à densité 2 1.1 Introduction................................ 2 1.2 Densité de probabilité

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 MATHÉMATIQUES Série S Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformément à la

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

CALCULATRICE AUTORISEE

CALCULATRICE AUTORISEE Lycée F. MISTRAL AVIGNON BAC BLANC 2012 Epreuve de MATHEMATIQUES Série S CALCULATRICE AUTORISEE DUREE : 4 heures Dès que le sujet vous est remis, assurez-vous qu il est complet Ce sujet comporte 3 pages

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une

C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une TLES1 DEVOIR A LA MAISON N 7 La courbe C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une fonction f définie et dérivable sur R. On note f ' la fonction dérivée de f. La tangente T à la courbe

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Ensembles et applications. Motivations. Exo7

Ensembles et applications. Motivations. Exo7 o7 nsembles et applications Vidéo partie 1. nsembles Vidéo partie 2. Applications Vidéo partie 3. Injection, surjection, bijection Vidéo partie 4. nsembles finis Vidéo partie 5. Relation d'équivalence

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

Fonctions de deux variables. Mai 2011

Fonctions de deux variables. Mai 2011 Fonctions de deux variables Dédou Mai 2011 D une à deux variables Les fonctions modèlisent de l information dépendant d un paramètre. On a aussi besoin de modéliser de l information dépendant de plusieurs

Plus en détail

LE PROCESSUS ( la machine) la fonction f. ( On lit : «fonction f qui à x associe f (x)» )

LE PROCESSUS ( la machine) la fonction f. ( On lit : «fonction f qui à x associe f (x)» ) SYNTHESE ( THEME ) FONCTIONS () : NOTIONS de FONCTIONS FONCTION LINEAIRE () : REPRESENTATIONS GRAPHIQUES * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Plus en détail

Exo7. Calculs de déterminants. Fiche corrigée par Arnaud Bodin. Exercice 1 Calculer les déterminants des matrices suivantes : Exercice 2.

Exo7. Calculs de déterminants. Fiche corrigée par Arnaud Bodin. Exercice 1 Calculer les déterminants des matrices suivantes : Exercice 2. Eo7 Calculs de déterminants Fiche corrigée par Arnaud Bodin Eercice Calculer les déterminants des matrices suivantes : Correction Vidéo ( ) 0 6 7 3 4 5 8 4 5 6 0 3 4 5 5 6 7 0 3 5 4 3 0 3 0 0 3 0 0 0 3

Plus en détail

Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 2014 Corrigé

Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 2014 Corrigé Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 204 Corrigé EXERCICE 4 points Commun à tous les candidats. Proposition fausse. La tangente T, passant par les points A et B d abscisses distinctes, a pour coefficient

Plus en détail

Equations cartésiennes d une droite

Equations cartésiennes d une droite Equations cartésiennes d une droite I) Vecteur directeur d une droite : 1) Définition Soit (d) une droite du plan. Un vecteur directeur d une droite (d) est un vecteur non nul la même direction que la

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

FONCTION EXPONENTIELLE ( ) 2 = 0.

FONCTION EXPONENTIELLE ( ) 2 = 0. FONCTION EXPONENTIELLE I. Définition Théorème : Il eiste une unique fonction f dérivable sur R telle que f ' = f et f (0) =. Démonstration de l'unicité (eigible BAC) : L'eistence est admise - Démontrons

Plus en détail

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Université de Provence Introduction à l Informatique Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Année 2009-10 Aucun document n est autorisé Les exercices peuvent être traités dans le désordre.

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction Antécédents d un nombre par une fonction 1) Par lecture graphique Méthode / Explications : Pour déterminer le ou les antécédents d un nombre a donné, on trace la droite (d) d équation. On lit les abscisses

Plus en détail

Contrôle de mathématiques

Contrôle de mathématiques Contrôle de mathématiques Correction du Lundi 18 octobre 2010 Exercice 1 Diviseurs (5 points) 1) Trouver dans N tous les diviseurs de 810. D 810 = {1; 2; 3; 5; 6; 9; 10; 15; 18; 27; 30; 45; 54; 81; 90;

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B EXERCICE 1 (12 points) Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B Les trois parties de cet exercice peuvent être traitées de façon indépendante. A. Résolution d une équation différentielle On considère

Plus en détail

Fiche PanaMaths Calculs avec les fonctions sous Xcas

Fiche PanaMaths Calculs avec les fonctions sous Xcas Fiche PanaMaths Calculs avec les fonctions sous Xcas Cette fiche destinée aux élèves des classes de Terminale requiert un premier niveau de connaissance du logiciel Xcas. Définition d une fonction Fonctions

Plus en détail

Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé.

Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé. Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé. L usage d une calculatrice est autorisé Durée : 3heures Deux annexes sont à rendre avec la copie. Exercice 1 5 points 1_ Soit f la

Plus en détail

SINE QUA NON. Découverte et Prise en main du logiciel Utilisation de bases

SINE QUA NON. Découverte et Prise en main du logiciel Utilisation de bases SINE QUA NON Découverte et Prise en main du logiciel Utilisation de bases Sine qua non est un logiciel «traceur de courbes planes» mais il possède aussi bien d autres fonctionnalités que nous verrons tout

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b I Définition d une fonction affine Faire l activité 1 «une nouvelle fonction» 1. définition générale a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe

Plus en détail

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites. Les pages qui suivent comportent, à titre d exemples, les questions d algèbre depuis juillet 003 jusqu à juillet 015, avec leurs solutions. Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS STATISTICIENS ÉCONOMISTES. ISE Option Économie. ORDRE GÉNÉRAL (Durée de l épreuve : 4 heures)

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS STATISTICIENS ÉCONOMISTES. ISE Option Économie. ORDRE GÉNÉRAL (Durée de l épreuve : 4 heures) ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DE STATISTIQUE ET D ÉCONOMIE APPLIQUÉE ENSEA ABIDJAN INSTITUT SOUS-RÉGIONAL DE STATISTIQUE ET D ÉCONOMIE APPLIQUÉE ISSEA YAOUNDÉ AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS STATISTICIENS

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Terminale STMG Lycée Jean Vilar 2013/2014. Terminale STMG. O. Lader

Terminale STMG Lycée Jean Vilar 2013/2014. Terminale STMG. O. Lader Terminale STMG O. Lader Table des matières 1 Information chiffrée (4s) 4 1.1 Taux d évolution....................................... 6 1.2 indices............................................. 6 1.3 Racine

Plus en détail

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3)

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) Jean-Yves Jaffray Patrice Perny 16 mars 2006 ATTITUDE PAR RAPPORT AU RISQUE 1 Attitude par rapport au risque Nousn avons pas encore fait d hypothèse sur la structure de

Plus en détail