Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre"

Transcription

1 IUFM du Limousin PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables On rappelle ici quelques propriétés des fonctions de plusieurs variables, c est-à-dire définies sur une partie de R n et à valeurs dans R m, où n et m sont deux entiers naturels. Pour la présentation de la plupart des notions, on se restreint au cas où n = 2, les autres cas étant parfaitement similaires. Noter de plus que, au besoin, une fonction à valeurs dans R m se décompose naturellement en m fonctions à valeurs réelles, qui sont ses composantes dans la base canonique de R m. Pour p N et u = (u 1,..., u p ) R p, on note u l une des trois normes équivalentes (c est-à-dire qu elles engendrent la même topologie) : u = sup u i, u 1 = 1 i p ( p p u i, u 2 = i=1 ) 1/2 u 2 i. i=1 La limite en un point se définit de façon similaire au cas des fonctions d une variable. Définition 1 Soient A R 2, f : A R m, (x 0, y 0 ) A et l R m, alors f a pour limite l quand (x, y) tend vers (x 0, y 0 ) si ε > 0, η > 0, ( x x 0 < η et y y 0 < η ) f(x, y) l < ε. On peut aussi exprimer l implication de la manière suivante : (x, y) B ( (x 0, y 0 ), η) f(x, y) B(l, ε), où B(u, r) désigne la boule (ouverte) de centre u et de rayon r (pour la norme choisie), dans R 2 d un côté, dans R m de l autre. À partir de là on définit la notion de continuité comme dans le cas des fonctions d une variable. On dispose de fonctions de référence (polynômes, fractions rationnelles, racine carrée,...) et de théorèmes généraux (somme, produit, inverse, composée de fonctions... ). Si f est à valeurs réelles, on peut définir de manière analogue la notion de limite infinie. Exercice 1 Soit h la fonction définie de R 2 dans R par h(0, 0) = 0 et, si (x, y) (0, 0), h(x, y) = xy x 2 + y 2. Vérifier que h est continue en tout point (x, y) (0, 0). Calculer h(x, x) pour x R ; la fonction h est-elle continue en (0, 0)? 1

2 Étant donné (x 0, y 0 ) A, on définit les deux applications partielles associées à f en ce point par : f 1 : x f(x, y 0 ) et f 2 : y f(x 0, y). On appelle aussi f 1 et f 2 les fonctions directionnelles associées à f, de direction x pour la première, y pour la seconde. Ce sont des fonctions d une variable, que l on sait donc éventuellement dériver, ce qui permet de définir le cas échéant les dérivées partielles de f. Définition 2 f admet une dérivée partielle par rapport à x (resp. y) au point (x 0, y 0 ) si f 1 (resp. f 2 ) est dérivable en x 0 (resp. en y 0 ). Dans ce cas on note : f x (x 0, y 0 ) = f 1(x 0 ) (resp. f (x 0, y 0 ) = f 2(y 0 ) ). Si par exemple f 2 est dérivable sur A x0 = {y R, (x 0, y) A}, on obtient ainsi une nouvelle fonction de deux variables, f, définie sur A x 0. Attention à l éventuelle confusion provenant du fait qu on omet souvent de noter le couple de variables (x 0, y 0 ), ou qu on le note plus simplement (x, y), c est-à-dire qu on écrit souvent f f ou (x, y). Exercice 2 Montrer que la fonction h de l exercice précédent est dérivable par rapport à x et par rapport à y en tout point de R 2 et calculer ses dérivées partielles. Sont-elles continues en (0, 0)? Si les dérivées partielles de f existent et sont continues sur un ouvert U A de R 2, alors f est dite continûment différentiable, en abrégé C 1, sur U. L intérêt de cette notion est encore plus frappant que pour les fonctions d une variable. En effet, la continuité des applications partielles f 1 et f 2 n entraîne pas celle de f, comme on l a vu dans l exercice ci-dessus, qui montre aussi que l existence des dérivées partielles ne suffit pas plus à garantir la continuité de f. Par contre on a la propriété : f continûment différentiable sur U f continue sur U. Pour calculer les dérivées partielles d une fonction composée de manière agréable, on introduit la notion de matrice jacobienne. Plaçons-nous dans le cadre le plus général f : U R n R m, où U est un ouvert, et f admet des dérivées partielles par rapport à toutes les variables en un point u U. La matrice jacobienne de f en u est la matrice à m lignes et n colonnes égale à : ( ) fi J f (u) = (u). x j 1 i m 1 j n Lorsque n = m, on nomme jacobien de f le déterminant de la matrice jacobienne. Proposition 1 Soient f et g deux applications définies respectivement de U R n dans R m et de V R m dans R p, avec f(u) V. On suppose qu elles sont continûment dérivables respectivement aux points u U et v = f(u). Alors on a l égalité des matrices : Exercice 3 Retrouver les formules donnant f x J g f (u) = J g (v)j f (u). et f lorsque f(x, y) = F (u, v), où u = u(x, y), v = v(x, y). 2

3 Revenons au cas f : U R 2 R m de classe C 1. Les dérivées partielles étant des fonctions de deux variables, on peut considérer leurs dérivées partielles, à nouveau par rapport à x et par rapport à y, si elles existent. On obtient ainsi les dérivées partielles secondes de f, qui sont au nombre de 3 puisque le théorème de Schwarz stipule que l ordre dans lequel sont prises les dérivées partielles par rapport à différentes variables n importe pas, en clair : 2 f x = f x = f x = 2 f x. La fonction f est dite de classe C k sur U si toutes ses dérivées partielles à l ordre k existent et sont continues. (Question : combien y en a-t-il?) Celles d ordre 2 sont particulièrement importantes pour déterminer les extrema des fonctions à valeurs réelles. Supposons donc f : U R 2 R de classe C 2 et (x 0, y 0 ) U. On pose : p = f x (x 0, y 0 ), q = f (x 0, y 0 ), r = 2 f x 2 (x 0, y 0 ), s = 2 f x (x 0, y 0 ), t = 2 f 2 (x 0, y 0 ) et on appelle ( r s s t ) la matrice hessienne de f. On dit que f admet un extremum local en (x0, y 0 ) appartenant à U si f(x, y) f(x 0, y 0 ) garde un signe constant au voisinage de (x 0, y 0 ). Il s agit d un maximum local si ce signe est négatif, d un minimum local sinon. Théorème 2 Pour que f admette un extremum local en (x 0, y 0 ), il est nécessaire que p = q = 0. Pour que f admette un extremum local en (x 0, y 0 ), il suffit que la condition précédente soit remplie (on parle alors de point critique) et que s 2 rt < 0. Dans ce cas, on aura un minimum local si r > 0, un maximum local si r < 0. Noter que r 0, et que t est du même signe que r, si s 2 rt < 0. On peut montrer de plus qu on obtient un point col si s 2 rt > 0 ; si s 2 rt = 0, on ne peut rien dire. En fait, on a le développement de Taylor-Young suivant pour f au voisinage du point (x 0, y 0 ) : f(x 0 + h, y 0 + k) = f(x 0, y 0 ) + (ph + qk) (rh2 + 2shk + tk 2 ) + (h 2 + k 2 )ε(h, k), où ε(h, k) tend vers 0 quand (h, k) tend vers 0. Donc, si p = q = 0, f(x 0 + h, y 0 + k) f(x 0, y 0 ) est pour (h, k) au voisinage de (0, 0) de même signe que l image de (h, k) par la forme quadratique de matrice la hessienne de f. Exercice 4 On revient à la fonction h du premier exercice. a) Montrer que, pour (x, y) (0, 0), h h x (x, y) = (x, y) = 0 si et seulement si x = ±y. b) Montrer que, pour tout (x, y) R 2, 1 2 h(x, y) 1 2 ; qu en déduit-on pour les points de coordonnées (x, ±x) avec x 0? c) Calculer les dérivées secondes de h en (x, y) (0, 0). Quels renseignements donne la matrice hessienne de h aux points de coordonnées (x, ±x) avec x 0? 2 Intégrales multiples Maintenant que l on connaît les fonctions de plusieurs variables, comment les intégrer? Nous allons dessiner les contours de la construction de l intégrale de Riemann de ces fonctions, dont on 3

4 verra qu ils rappellent fortement ce qu on fait pour les fonctions d une variable. On traite le cas des fonctions à valeurs réelles, étant entendu que le cas des fonctions à valeurs dans R m s en déduit en les traitant composante par composante. On donnera ensuite deux procédés permettant de calculer les intégrales multiples dans un certain nombre de cas. 2.1 Construction de l intégrale Plaçons-nous dans R n pour un entier n 2. On appelle pavé de R n le produit cartésien Π = I 1 I n de n intervalles I 1,..., I n de R. Le pavé Π est borné (resp. compact) si tous les I k le sont ; la mesure de Π est le produit µ(π) des longueurs des I k ; deux pavés sont quasi-disjoints si la mesure de leur intersection (qui est un pavé) est nulle. Si Π est un pavé compact, P = (Π 1,..., Π r ) est un pavage de Π si les Π k sont deux à deux quasi-disjoints, d union égale à Π. On vérifie alors que la mesure de Π est égale à la somme des mesure des Π k. On peut aussi définir la notion de pavage plus fin que deux pavages donnés P et P de Π. Soit Π un pavé. Une fonction ϕ : Π R est en escalier s il existe un pavage P de Π tel que, pour tout P P, ϕ P est constante ; P est alors dit adapté à ϕ. En notant χ P la fonction indicatrice d un pavé P, on voit qu il existe des réels λ P pour P P tels que ϕ = P P λ P χ P et on peut définir l intégrale de ϕ en posant : I(ϕ) = P P λ P µ(p ), en vérifiant que ceci ne dépend pas du pavage adapté à ϕ choisi (grâce à la notion de pavage plus fin). Notons E le R-espace vectoriel des fonctions en escalier définies sur Π. Pour f : Π R bornée, on peut alors définir I (f) = sup{i(ϕ) : ϕ f, ϕ E}, I (f) = inf{i(ϕ) : ϕ f, ϕ E}, et décider (avec Riemann) que f est intégrable si I (f) = I (f), auquel cas on note cette valeur : f = f(x 1,..., x n ) dx 1... dx n. Π Π Enfin, une partie bornée A de R n est dite mesurable si sa fonction indicatrice χ A est intégrable sur un pavé Π contenant A. Si tel est le cas, et si f : A R est bornée, alors f est intégrable sur A si fχ A est intégrable sur un pavé Π contenant A, auquel cas on pose : f = fχ A. A On montre en particulier que toute fonction continue sur une partie mesurable A est intégrable sur cette partie. 2.2 Théorème de Fubini On voit maintenant un théorème essentiel pour le calcul des intégrales multiples, puisqu il permet de découper celui-ci en plusieurs calculs d intégrales de fonctions d une variable. Sa preuve suit le cheminement effectué ci-dessus pour la construction de l intégrale (pour les fonctions en escalier, puis pour les fonctions intégrables). Π 4

5 Théorème 3 Soit A une partie mesurable de R p R q et f : A R une fonction intégrable. On suppose que, pour tout x R p : A x = {y R q (x, y) A} est mesurable ; y f(x, y) est intégrable sur A x. On suppose de plus que x A x f(x, y)dy est intégrable sur R p. Alors on a l égalité : Exercice 5 En déduire la valeur de A A f(x, y)dxdy = On pourra commencer par représenter la partie A. R p ( ) f(x, y)dy dx. A x xy x 2 + y 2 dxdy, où A = {(x, y) R 2 : x 0, y 0, x 2 + 2y 2 1}. Il est parfois plus pratique d utiliser ce résultat sous la forme suivante. Corollaire 4 En supposant de plus, pour tout y R q : A y = {x R p (x, y) A} est mesurable ; x f(x, y) est intégrable sur A y ; et y A y f(x, y)dx est intégrable sur Rq, on a l égalité : R p 2.3 Changement de variable ( ) f(x, y)dy dx = A x R q ( A y f(x, y)dx Le théorème de changement de variables classique, pour les fonctions de la variable réelle, se généralise aux intégrales multiples. Théorème 5 Si ϕ : U V est un C 1 -difféomorphisme mesurable entre deux ouverts U et V de R n, dont on note ϕ le jacobien, et f : V R une fonction intégrable, alors x f ( ϕ(x) ) ϕ (x) est intégrable sur U et f(y)dy = f ( ϕ(x) ) ϕ (x) dx. V U Un exemple d application très utile de ce résultat est le passage des ( coordonnées cartésiennes ) aux polaires, donné par le C 1 -difféomorphisme φ : R + ] π, π[ R 2 \ ], 0[ {0} tel que φ(ρ, θ) = (ρ cos θ, ρ sin θ). ) dy. Exercice 6 1. Déterminer la matrice jacobienne de φ. En déduire, pour f : R 2 R intégrable, f(x, y)dxdy = R 2 2. Établir l égalité R + [ π,π] R 2 e (x2 +y2) dxdy = π. 5 f(ρ cos θ, ρ sin θ)ρ dρ dθ.

6 + 3. En déduire la valeur de e x2 dx à l aide du théorème de Fubini. 0 Dans le même genre d idée, on pourra calculer l aire de la portion de plan D = {(x, y) [0, 1] 2, x 2 + y 2 1}, après l avoir représentée, en utilisant la symétrie de cet ensemble par rapport à la diagonale. Il y a bien sûr d autres changements de variables possibles, à adapter selon les circonstances, par l exemple dans l exercice suivant. Exercice 7 Soit f la fonction définie de C = [0, 1] 2 dans R par f(x, y) = { xy x+y si (x, y) (0, 0) 0 sinon. a) Montrer que f(x, y) x pour tout (x, y) [0, 1] 2. En déduire que f est continue et intégrable. b) Montrer que I = C f(x, y)dxdy = 2 T f(x, y)dxdy, où T = {(x, y) C, y x}. c) On note T = {(x, y) ]0, 1[ 2, y < x} l intérieur de T. Montrer que l application φ : C C, (u, v) (u, uv), définit un C -difféomorphisme de ]0, 1[ 2 dans T, de jacobien φ (u, v) = u. d) En déduire, à l aide du théorème de changement de variable, que I = 2 3 (1 ln 2). 3 Intégrales dépendant d un paramètre En guise d illustration de la théorie des fonctions de plusieurs variables, voici deux théorèmes extrêmement utiles en analyse, et à connaître parfaitement pour pouvoir en vérifier les hypothèses avant de les appliquer. Théorème 6 Soient I un intervalle de R, a b deux nombres réels et K une fonction numérique définie et continue sur I [a, b]. Alors la fonction f définie sur I par f(x) = b a K(x, t) dt est continue. Noter que c est la continuité de K en tant que fonction de deux variables qui doit être satisfaite. Théorème 7 On conserve les hypothèses du théorème précédent et on suppose de plus que la dérivée partielle de K par rapport à x existe et est continue sur I [a, b]. Alors la fonction f définie sur I par f(x) = b a K(x, t) dt est de classe C1 et pour tout x I : f (x) = b a K (x, t) dt. x Ces théorèmes ne s étendent pas aux intégrales généralisées. Ainsi on montre, par des changements de variables adéquats, que + sin(xt) 0 t dt vaut π 2 pour x > 0 et π 2 pour x < 0, donc n est pas continue en 0, bien que K(x, t) = sin(xt) t si t > 0, x si t = 0, soit continue sur R [0, + [. Exercice 8 1 e (1+t2 )x 2 On considère la fonction f(x) = t 2 dt. 1. Justifier que f est définie dérivable sur R et exprimer sa dérivée à l aide de g(x) = x 0 e t2 dt (à laquelle on pourra appliquer le changement de variable u = t x lorsque x 0). 6

7 2. En déduire que f(x) = π 4 g2 (x) pour tout x R. 3. Établir que pour t [0, 1] et x assez grand, e (1+t2 )x 2 1 ; en déduire que lim f(x) = 0. x 2 x + 4. Montrer la formule : + e t2 dt = 0 π 2. 7

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Maths MP Exercices Fonctions de plusieurs variables Les indications ne sont ici que pour être consultées après le T (pour les exercices non traités). Avant et pendant le T, tenez bon et n allez pas les

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux Fonctions de plusieurs variables Sébastien Tordeux 22 février 2009 Table des matières 1 Fonctions de plusieurs variables 3 1.1 Définition............................. 3 1.2 Limite et continuité.......................

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables 6. 1 Fonctions différentiables de R 2 dans R. 6. 1. 1 Définition de la différentiabilité Nous introduisons la différentiabilité sous l angle des développements

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Fonctions de plusieurs variables Bernard Ycart Ce chapitre contient des techniques que vous utiliserez très souvent en physique, mais les justifications

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Optimisation des fonctions de plusieurs variables

Optimisation des fonctions de plusieurs variables Optimisation des fonctions de plusieurs variables Hervé Hocquard Université de Bordeaux, France 8 avril 2013 Extrema locaux et globaux Définition On étudie le comportement d une fonction de plusieurs variables

Plus en détail

Intégrales doubles et triples - M

Intégrales doubles et triples - M Intégrales s et - fournie@mip.ups-tlse.fr 1/27 - Intégrales (rappel) Rappels Approximation éfinition : Intégrale définie Soit f définie continue sur I = [a, b] telle que f (x) > 3 2.5 2 1.5 1.5.5 1 1.5

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables et applications pour l ingénieur

Fonctions de plusieurs variables et applications pour l ingénieur Service Commun de Formation Continue Année Universitaire 2006-2007 Fonctions de plusieurs variables et applications pour l ingénieur Polycopié de cours Rédigé par Yannick Privat Bureau 321 - Institut Élie

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

Introduction à la Topologie

Introduction à la Topologie Introduction à la Topologie Licence de Mathématiques Université de Rennes 1 Francis Nier Dragoş Iftimie 2 3 Introduction Ce cours s adresse à des étudiants de Licence en mathématiques. Il a pour objectif

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t 3.La méthode de Dirichlet 99 11 Le théorème de Dirichlet 3.La méthode de Dirichlet Lorsque Dirichlet, au début des années 180, découvre les travaux de Fourier, il cherche à les justifier par des méthodes

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

3. Conditionnement P (B)

3. Conditionnement P (B) Conditionnement 16 3. Conditionnement Dans cette section, nous allons rappeler un certain nombre de définitions et de propriétés liées au problème du conditionnement, c est à dire à la prise en compte

Plus en détail

Calcul Différentiel. I Fonctions différentiables 3

Calcul Différentiel. I Fonctions différentiables 3 Université de la Méditerranée Faculté des Sciences de Luminy Licence de Mathématiques, Semestre 5, année 2008-2009 Calcul Différentiel Support du cours de Glenn Merlet 1, version du 6 octobre 2008. Remarques

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Cours d Analyse 3 Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse 3 Fonctions de plusieurs variables Université Claude Bernard, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Santé 43, boulevard 11 novembre 1918 Spécialité Mathématiques 69622 Villeurbanne cedex, France L. Pujo-Menjouet pujo@math.univ-lyon1.fr

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques.

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. 14-3- 214 J.F.C. p. 1 I Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. Exercice 1 Densité de probabilité. F { ln x si x ], 1] UN OVNI... On pose x R,

Plus en détail

Révision d algèbre et d analyse

Révision d algèbre et d analyse Révision d algèbre et d analyse Chapitre 9 : Intégrales triples Équipe de Mathématiques Appliquées UTC Mai 2013 suivant Chapitre 9 Intégrales triples 9.1 Motivation, définition et calcul de l intégrale

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa Audioprothésiste (annuel) - MATHEMATIQUES 8 : EQUATIONS DIFFERENTIELLES - COURS + ENONCE EXERCICE - Olivier

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

ANALYSE IV 29-06-2009. Informations. (5) Pour rendre l examen il faut signer une feuille de présence disponible avec les assistants responsables.

ANALYSE IV 29-06-2009. Informations. (5) Pour rendre l examen il faut signer une feuille de présence disponible avec les assistants responsables. EXAMEN CORRIGE ANALYSE IV 9-6-9 informations: http://cag.epfl.ch sections IN + SC Prénom : Nom : Sciper : Section : Informations () L épreuve a une durée de 3 heures et 45 minutes. () Les feuilles jaunes

Plus en détail

Le planimètre polaire

Le planimètre polaire Le planimètre polaire Document d accompagnement des transparents. Bruno eischer Introduction Dans mon exposé à La Rochelle, ou au séminaire de l IREM de Besançon, j ai volontairement consacré une longue

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours.

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours. Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Licence de Mathématiques 3

Licence de Mathématiques 3 Faculté des sciences et techniques Département de mathématiques 2004-2005 Licence de Mathématiques 3 M62 : Fonctions réelles de plusieurs variables Laurent Guillopé www.math.sciences.univ-nantes.fr/~guillope/m62/

Plus en détail

Théorèmes du Point Fixe et Applications aux Equations Diérentielles

Théorèmes du Point Fixe et Applications aux Equations Diérentielles Université de Nice-Sophia Antipolis Mémoire de Master 1 de Mathématiques Année 2006-2007 Théorèmes du Point Fixe et Applications aux Equations Diérentielles Auteurs : Clémence MINAZZO - Kelsey RIDER Responsable

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007 Correction du baccalauréat S Liban juin 07 Exercice. a. Signe de lnx lnx) : on fait un tableau de signes : x 0 e + ln x 0 + + lnx + + 0 lnx lnx) 0 + 0 b. On afx) gx) lnx lnx) lnx lnx). On déduit du tableau

Plus en détail

Séminaire TEST. 1 Présentation du sujet. October 18th, 2013

Séminaire TEST. 1 Présentation du sujet. October 18th, 2013 Séminaire ES Andrés SÁNCHEZ PÉREZ October 8th, 03 Présentation du sujet Le problème de régression non-paramétrique se pose de la façon suivante : Supposons que l on dispose de n couples indépendantes de

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Intégration sur des espaces produits

Intégration sur des espaces produits Chapitre 5 Intégration sur des espaces produits 5.1 Produit de deux mesures Étant donnés deux espaces mesurés (Ω 1, F 1, µ 1 ) et (Ω 2, F 1, µ 2 ), le but de cette section est de construire une mesure

Plus en détail

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions Formes quadratiques Imen BHOURI 1 Ce cours s adresse aux étudiants de niveau deuxième année de Licence et à ceux qui préparent le capes. Il combine d une façon indissociable l étude des concepts bilinéaires

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert

2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert 2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert 2. Opérateurs non bornés: définitions et propriétés élémentaires Soit H un espace de Hilbert et A un opérateur dans H, c est-à-dire, une application linéaire

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

Sur certaines séries entières particulières

Sur certaines séries entières particulières ACTA ARITHMETICA XCII. 2) Sur certaines séries entières particulières par Hubert Delange Orsay). Introduction. Dans un exposé à la Conférence Internationale de Théorie des Nombres organisée à Zakopane

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q 1 Codes linéaires Un code de longueur n est une partie de F n q. Un code linéaire C de longueur n sur le corps ni F q est un sous-espace vectoriel de F n q. Par défaut, un code sera supposé linéaire. La

Plus en détail

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs Eo7 Limites de fonctions Théorie Eercice Montrer que toute fonction périodique et non constante n admet pas de ite en + Montrer que toute fonction croissante et majorée admet une ite finie en + Indication

Plus en détail