Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé"

Transcription

1 Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette limite est nécessairement Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers, et f, tend vers Donc f n a pas de limite réelle en, f est définie sur R \ {, } Pour,,, f, = + = + Comme tend vers quand le couple, tend vers le couple,, il en est de même de f f, tend vers quand, tend vers, 3 f est définie sur R \ {, } Pour, f, = 3 4 = Quand tend vers par valeurs supérieures, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers + Donc f n a pas de limite réelle en, 4 f est définie sur R \ {, } Pour, f, = = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers + Donc f n a pas de limite réelle en, 5 f est définie sur R \ {,, R} Pour, f, + 3 = Quand tend vers par valeurs supérieures, le couple, + 3 tend vers, et f, + 3 tend vers Donc f n a pas de limite réelle en, 6 f est définie sur R \ {,, R} cos =,, et donc f tend vers quand, tend vers, 7 f est définie sur R 3 privé du cône de révolution d équation + z = f,, = qui tend vers + quand tend vers par valeurs supérieures Donc f n a pas de limite réelle en,, 8 f + h, + k, l = h + k h k + l + 4h + 4k = gh, k, l gh,, tend vers 4 vers quand l tend vers Donc, f n a pas de limite réelle quand,, z tend vers,, 4 quand h tend vers et g,, l tend n o : f est définie sur R f est de classe C sur R \{, } en tant que fraction rationnelle dont le dénominateur ne s annule pas sur R \{, } Continuité en, Pour,,, f, f, = = Comme tend vers quand le couple, tend vers le couple,, on a donc déduit que f est continue en, et finalement f est continue sur R f est de classe C au moins sur R lim,,,, f, = f, On en Dérivées partielles d ordre sur R \ {, } f est de classe C au moins sur R \ {, } et pour,,,, = = , D autre part, pour,, f, = f, Donc pour,,, c Jean-Louis Rouget, Tous droits réservés http ://wwwmaths-francefr

2 Eistence de, et, Pour, f, f, et donc lim = Ainsi, partielles premières sur R définies par, =, = , R,, =, = f, f,, eiste et = =,, = De même,, = Ainsi, f admet des dérivées si,, si, =, si,, si, =, Continuité de et en, Pour,,,,, = = Comme tend vers quand, tend vers,, on en déduit que,, tend vers quand, tend vers, Donc la fonction est continue en, et finalement sur R Il en est de même de la fonction et on a montré que f est au moins de classe C sur R et n o 3 : On pose D = {,, R} puis Ω = R \ D f est définie sur R f est de classe C sur Ω en vertu de théorèmes générau et pour, Ω,, = cos et, = sin cos Etudions la continuité de f en, Pour,,, sin si f, f, = si = { si si = Comme tend vers quand, tend vers, lim,,,, f, = f, et donc f est continue en, puis f est continue sur R Etudions l eistence et la valeur éventuelle de,, réel donné Pour, Donc f, f, la fonction est définie sur R par f, f, = = tend vers quand tend vers On en déduit que, eiste et, = Finalement,, R,, = cos si = si c Jean-Louis Rouget, Tous droits réservés http ://wwwmaths-francefr

3 Etudions l eistence et la valeur éventuelle de,, réel donné Pour, sin f, f, = = sin On en déduit que f, f, puis que f, f, tend vers quand tend vers Par suite,, eiste et, = Finalement, la fonction est définie sur R par, R,, = sin si = cos si Etudions la continuité de en,, réel donné Pour, R,,, = cos si si = Quand, tend vers,, tend vers et donc, tend vers, quand, tend vers, La fonction est donc continue en, et finalement la fonction est continue sur R Etudions la continuité de en,, réel donné Supposons tout d abord = Pour, R,,, = sin si = Quand, tend vers,, + tend vers et donc cos si Supposons maintenant Pour,, = sin tend vers car sin et cos tend vers et la fonction n est pas continue en, si On a montré que +, tend vers, quand, tend vers, cos Quand tend vers, sin n a pas de limite réelle car Donc, n a pas de limite quand f est de classe C sur Ω {, } Etudions l eistence et la valeur éventuelle de f, Pour,,, = =,, Donc tend vers quand tend vers On en déduit que Etudions l eistence et la valeur éventuelle de f, Pour,,, cos = =, eiste et, = c Jean-Louis Rouget, Tous droits réservés 3 http ://wwwmaths-francefr

4 ,, Donc tend vers quand tend vers On en déduit que, eiste et, = On a montré que, et, eistent et sont différents D après le théorème de Schwarz, f n est pas de classe C sur Ω {, } n o 4 : Soit,, z, t R 4 { { { e ϕ, = z, t e = z = t = t + = t e e t = z e ze e t = { = t e = z z + 4e t ou e = z + z + 4e t { e = z + z + 4e t car z z = t + 4e t < z z = z z { = lnz + z + 4e t = t lnz + z + 4e t car z + z + 4e t > z + z = z + z Ainsi, tout élément z, t R a un antécédent et un seul dans R par ϕ et donc ϕ est une bijection de R sur lui-même La fonction ϕ est de classe C sur R de jacobien J ϕ, = e e = e + e Le jacobien de ϕ ne s annule pas sur R En résumé, ϕ est une bijection de R sur lui-même, de classe C sur R et le jacobien de ϕ ne s annule pas sur R On sait alors que ϕ est un C -difféomorphisme de R sur lui-même n o 5 : Soit n N Soit R La fonction f : n+ + est continue et strictement croissante sur R en tant que somme de fonctions continues et strictement croissantes sur R Donc la fonction f réalise une bijection de R sur ] lim f, lim f [= R En particulier, l équation f = a une et une seule solution dans R que l on note ϕ + La fonction f :, n+ + est de classe C sur R qui est un ouvert de R et de plus,, R,, = n + n + D après le théorème des fonctions implicites, la fonction ϕ implicitement définie par l égalité f, = est dérivable en tout réel et de plus, en dérivant l égalité R, ϕ n+ + ϕ =, on obtient R, n + ϕ ϕ n + ϕ = et donc R, ϕ = n + ϕ n + Montrons par récurrence que p N, la fonction ϕ est p fois dérivable sur R - C est vrai pour p = - Soit p Supposons que la fonction ϕ soit p fois dérivable sur R Alors la fonction ϕ = n + ϕ n + est p fois dérivable sur R en tant qu inverse d une fonction p fois dérivable sur R ne s annulant pas sur R On en déduit que la fonction ϕ est p + fois dérivable sur R On a montré par récurrence que p N, la fonction ϕ est p fois dérivable sur R et donc que Calculons maintenant I = la fonction ϕ est de classe C sur R ϕt dt On note tout d abord que, puisque n+ + =, on a ϕ = et puisque n+ + =, on a ϕ = Maintenant, pour tout réel de [, ], on a ϕ ϕ n+ + ϕ ϕ ϕ = en multipliant par ϕ les deu membres de l égalité définissant ϕ et en intégrant sur le segment [, ], on obtient Or, ϕ ϕ n+ d = ϕ ϕ n+ d + ϕ ϕ n+ d + [ ϕ n+ n + ϕ ϕ d = ] ϕ ϕ d = De même, n + n + + = n + n + ϕ d = ϕ ϕ d = [ ϕ ] = et donc D autre part, puisque les deu fonctions et ϕ sont de classe C sur le segment [, ], on peut effectuer une intégration par parties qui fournit c Jean-Louis Rouget, Tous droits réservés 4 http ://wwwmaths-francefr

5 ϕ d = [ ϕ] + ϕ d = + I L égalité s écrit donc n + 3n + + I = et on obtient I = n + n + ϕ d = 3n + n + n o 6 : Soit R La fonction f : e + + est continue et strictement croissante sur R en tant que somme de fonctions continues et strictement croissantes sur R Donc la fonction f réalise une bijection de R sur ] lim f, lim f [= R En particulier, l équation f = a une et une seule solution dans R que l on note + ϕ La fonction f :, e + + est de classe C sur R qui est un ouvert de R et de plus,, R,, = e+ + D après le théorème des fonctions implicites, la fonction ϕ implicitement définie par l égalité f, = est dérivable en tout réel et de plus, en dérivant l égalité R, e +ϕ + ϕ =, on obtient R, + ϕ e +ϕ + ϕ = ou encore R, ϕ = e+ϕ e +ϕ + On en déduit par récurrence que ϕ est de classe C sur R et en particulier admet en un développement limité d ordre 3 Déterminons ce développement limité ère solution Puisque e + + =, on a ϕ = L égalité fournit alors ϕ = et on peut poser ϕ = + a + b 3 + o 3 On obtient e +ϕ = e +a +b 3 +o 3 = + + a + b a o 3 6 = + + a + + b + a o 3 48 L égalité e +ϕ + ϕ = fournit alors a a = et b + a + + b = ou encore a = 48 6 et b = 9 ème solution On a déjà ϕ = et ϕ = En dérivant l égalité, on obtient et donc ϕ ϕ = + ϕ e +ϕ e +ϕ + + ϕ e +ϕ e +ϕ e +ϕ + = + ϕ e +ϕ e +ϕ +, = = De même, 6 e +ϕ ϕ 3 = ϕ e +ϕ + + ϕ e +ϕ + ϕ e +ϕ ϕ e +ϕ + ϕ e +ϕ e +ϕ +, 3 et donc ϕ3 6 = / 4 + = La formule de Talor-Young refournit alors 8 9 ϕ = o3 n o 7 : On dérive par rapport à λ les deu membres de l égalité fλ = λ r f et on obtient n =,, n R n, λ >, i λ = rλ r f, i et pour λ =, on obtient =,, n R n i= n i= i i = rf c Jean-Louis Rouget, Tous droits réservés 5 http ://wwwmaths-francefr

6 n o 8 : f est de classe C sur R qui est un ouvert de R Donc si f admet un etremum local en un point, de R,, est un point critique de f { { { 3 df, = = = = 3 = = ou = 4 4 Réciproquement, r = 6+6, t = et s = 6 puis rt s = 36 Ainsi, rt s, = rt s, = 44 < 4 4 et f n admet pas d etremum local en, ou, 4 4 f n admet pas d etremum local sur R La fonction f est de classe C sur R en tant que polnôme à plusieurs variables Donc, si f admet un etremum local en, R,, est un point critique de f Soit, R, =, = { = =, {,,,,, } { = = { = 3 = Réciproquement, f est plus précisément de classe C sur R et r, t, s, = = = 483,, rt s = 48 > Donc f admet un etremum local en Plus précisément, puisque,, r = 4 = >, f admet un minimum local en De plus, pour, R, f, f, = = , et f est un minimum global = = + Pour tout, R, f, = f, et donc f admet aussi un minimum global en, égal à 8 f, = Pour ], f, = 4 > et donc f prend des valeurs strictement supérieures à f, dans tout voisinage de, Pour, [ \ {}, f, = 4 = < et f prend des valeurs strictement inférieures à f, dans tout voisinage de, Finalement, f n admet pas d etremum local en,, f admet un minimum global égal à 8, atteint en et, n o 9 : On munit M n R d une norme sous-multiplicative Soit A GL n R On sait que GL n R est un ouvert de M n R et donc pour H M n R de norme suffisamment petite, A + H GL n R Pour un tel H puis A + H A = A + H I n A + HA = A + H HA A + H A + A HA = A + H HA + A HA = A + H HA + A + HA HA = A + H HA HA Par suite, fa + H fa + A HA = A + H A + A HA A + H A H Maintenant, la formule M = t comm, valable pour tout M GL n R, et la continuité du déterminant detm montre que l application M M est continue sur l ouvert GL n R On en déduit que A + H tend vers A quand H tend vers Par suite, c Jean-Louis Rouget, Tous droits réservés 6 http ://wwwmaths-francefr

7 lim H A + H A H = et donc lim H H Comme l application H A HA est linéaire, c est la différentielle de f en A A GL n R, H M n R, df A H = A HA A + H A + A HA = n o : Pour tout complee z tel que z, + sinz = n zn+ + n +! z n+ = sh z sh, n +! n= e i e i l égalité étant obtenue effectivement pour z = i car sini = i = e e = sh n= Ma{ sinz, z C, z } = sh n o : Pour, R, on pose P, = + + e + = Q, Les fonctions P et Q sont de classe C sur R qui est un ouvert étoilé de R Donc, d après le théorème de Schwarz, ω est eacte sur R si et seulement si P = Q et comme P = + e+ = Q, la forme différentielle ω est une forme différentielle eacte sur R Soit f une fonction f de classe C sur R df = ω, R,, = + + e+, = + + e+ { f, = g C R, R/, R, + + e + + g + e + + g = + + e + { λ R/, R f, =, + + e + + g g = + λ λ R/, R / f, = + + e + + λ Les primitives de ω sur R sont les fonctions de la forme, + + e + + λ, λ R Remarque On pouvait aussi remarquer immédiatement que si f, = + + e + alors df = ω La forme différentielle ω est de classe C sur Ω = {, R / > } qui est un ouvert étoilé de R car convee Donc, d après le théorème de Schwarz, ω est eacte sur Ω si et seulement si ω est fermée sur Ω = + = 3 = + 3 = + 3 = = + 3 = + 3 = Donc ω est eacte sur l ouvert Ω Soit f une fonction f de classe C sur R df = ω, Ω,, =, = g C R, R/, Ω, λ R/, Ω, f, = Les primitives de ω sur Ω sont les fonctions de la forme, + g f, = + g = + λ + λ, λ R c Jean-Louis Rouget, Tous droits réservés 7 http ://wwwmaths-francefr

8 3 ω est de classe C sur R \ {, } qui est un ouvert de R mais n est pas étoilé On se place dorénavant sur Ω = R \ {,, ], ]} qui est un ouvert étoilé de R Sur Ω, ω est eacte si et seulement si ω est fermée d après le théorème de Schwarz Ω + = + = + df = ω, Ω, Donc ω est eacte sur Ω Soit f une application de classe C sur, = +, = + g C R, R/, Ω,, = ln + + g + + g = + λ R/, Ω, f, = ln + + λ Les primitives de ω sur Ω sont les fonctions de la forme, ln + + λ, λ R Les fonctions précédentes sont encore des primitives de ω sur R \ {, } et donc ω est eacte sur R \ {, } 4 ω est de classe C sur ], + [ qui est un ouvert étoilé de R Donc ω est eacte sur ], + [ si et seulement si ω est fermée sur ], + [ d après le théorème de Schwarz = et = Donc et ω n est pas eacte sur ], + [ On cherche un facteur intégrant de la forme h :, g + où g est une fonction non nulle de classe C sur ], + [ g + = g + g + et g + = g + + g + hω est eacte sur ], + [, ], + [, g + g + = g + + g +, ], + [, g + + g + = t >, tg t + gt = λ R/ t >, gt = λt La forme différentielle + ω est eacte sur ], + [ De plus, d = + d + d = + ω n o 3 : Soit f une application de classe C sur R Posons f, = gu, v où u = + et v = + L application, +, + = u, v est un automorphisme de R et en particulier un C -difféormorphisme de R sur lui-même De même, = g u + g v et donc = u gu, v = g u + v g v = g u + g v = g u + g v g u g v = g u Par suite, = g u = h C R, R/ u, v R, gu, v = hv h C R, R/, R, f, = h + Les solutions sont les, h + où h C R, R Par eemple, la fonction, cos + + est solution Soit f une application de classe C sur R \ {, } Posons f, = gr, θ où = r cosθ et = r sin θ L application r, θ r cosθ, r sinθ =, est un C -difféormorphisme de ], + [ [, π[ sur R \ {, } De plus, c Jean-Louis Rouget, Tous droits réservés 8 http ://wwwmaths-francefr

9 et g r = f, = r r + r g θ = f, = θ θ + θ = cosθ + sin θ, = r sinθ + r cosθ = Donc = g θ = h C ], + [, R/ r, θ ], + [ [, π[, gr, θ = h r h C ], + [, R/, R \ {, }, f, = h + h C ], + [, R/, R \ {, }, f, = h + Les solutions sont les, h + où h C ], + [, R 3 Soit f une fonction de classe C f sur ], + [ R D après le théorème de Schwarz, = f Soit ϕ : ], + [ R ], + [ R Donc si on pose f, = gu, v, on a g = f ϕ u, v u, uv =, Soit,, u, v ], + [ R ], + [ R ϕu, v =, { u = uv = { u = v = Ainsi, ϕ est une bijection de ], + [ sur lui-même et sa réciproque est l application ϕ : ], + [ R ], + [ R,, = u, v De plus, ϕ est de classe C sur ], + [ R et son jacobien J ϕ u, v = v u = u ne s annule pas sur ], + [ R On sait alors que ϕ est un C -difféomorphisme de ], + [ R sur lui-même Puisque g = f ϕ et que ϕ est un C -difféomorphisme de ], + [ R sur lui-même, f est de classe C sur ], + [ R si et seulement si g est de classe C sur ], + [ R = u g u + v g v = g u g v = u g u + v g v = g v f = g u g g = v u g u v f = g u g = g v v v g v g 3 v f = g = g v v Ensuite, g + 3 v g u v + g 4 v = g u g u v + g 4 v + g 3 v Ainsi, f + f + f = g u g u v + g v + = g u g v + g v v g v g v + g v c Jean-Louis Rouget, Tous droits réservés 9 http ://wwwmaths-francefr

10 , ], + [ R, f, + f, + f, = u, v ], + [ R, g uu, v = h C g R, R/ u, v ], + [ R, u, v = hv u h, k C R, R / u, v ], + [ R, gu, v = uhv + kv h, k C R, R /, ], + [ R, f, = h + k Les fonctions solutions sont les, h + k où h et k sont deu fonctions de classe C sur R n o 3 : On munit R 3 de la norme définie par, R 3,, = Ma{ h, k } Soit a, b R 3 Pour h, k R 3, fa, b + h, h = a + hb + k = ab + ah + bk + hk, et donc fa, b + h, h fa, b = ah + bk + hk Maintenant l application L : h, k ah + bk est linéaire et de plus, pour h, k,, et donc fa, b + h, h fa, b Lh, k = hk h k h, k, fa, b + h, h fa, b Lh, k h, k puis h, k lim h,k, fa, b + h, h fa, b Lh, k = h, k Puisque l application h, k ah + bk est linéaire, on en déduit que f est différentiable en a, b et que h, k R 3, df a,b h, k = ah + bk La démarche est analogue pour le produit vectoriel : h, k a + h b + k a b a h b k = h k h, k h k h, k h, k Puisque l application h, k a h+b k est linéaire, on en déduit que g est différentiable en a, b et que h, k R 3, dg a,b h, k = a h + b k n o 4 : Pour tout E, f = + < + = Donc f est bien une application de E dans B + Si =, pour E, f = + = = Soit alors B \ {} Pour E, f = = + λ K/ = λ Donc un éventuel antécédent de est nécessairement de la forme λ, λ R Réciproquement, pour λ R, fλ = λ et donc + λ fλ = λ + λ = λ = + λ λ et λ = ou λ < et + λ = λ = car < Dans tous les cas, admet un antécédent par f et un seul à savoir = f est bijective et B, f = Ainsi, On sait que l application est continue sur R Donc l application + est continue sur R en tant qu inverse d une fonction continue sur R à valeurs dans R, ne s annulant pas sur R L application est continue sur B pour les mêmes raisons Donc les applications f et f sont continues sur R et B respectivement et on a montré que c Jean-Louis Rouget, Tous droits réservés http ://wwwmaths-francefr

11 l application f : E B + est un homéomorphisme n n o 5 : ère solution Pour =,, n R n, f = i f est de classe C sur R n \{} en vertu de théorèmes générau et pour tout =,, n R n \ {} et tout i, n i= i = i n i= i = i On en déduit que f est différentiable sur R n \ {} et pour R n \ {} et h R n df h = n i= h i = i n i= i h i = h R n \ {}, h R n, df h = h ème solution Soit R n \ {} Pour h R n, puis + h = + h + h + + h + = h + h + h +, + h h = h + h + h + h = + h h + h + h + Maintenant, on sait que l application est continue sur R n On en déduit que + h + h et aussi que + h tend vers quand h tend vers Ensuite, puisque h h inégalité de Cauch- Schwarz, on a h = O h puis + h h = o h h h Finalement, + h h + h + h + = h o h et donc + h = h + h + o h Puisque l application h h est linéaire, on a redémontré que f est différentiable en tout de R n \ {} et que R n \ {}, h R n, df h = h Soit L une application linéaire de R n dans R c est-à-dire une forme linéaire h + h Lh = L h h Supposons que cette epression tende vers quand h tend vers Pour u vecteur non nul donné et t réel non nul, tu l epression L = t u tu t L tend donc vers quand t tend vers Mais si t tend vers par valeurs u supérieures, on obtient Lu = u et si t tend vers par valeurs inférieures, on obtient Lu = u ce qui est impossible car u Donc f n est pas différentiable en c Jean-Louis Rouget, Tous droits réservés http ://wwwmaths-francefr

12 n o 6 : On pose BC = a, CA = b et AB = c et on note A l aire du triangle ABC Soit M un point intérieur au triangle ABC On note I, J et K les projetés orthogonau de M sur les droites BC, CA et AB respectivement On pose u = aire de MBC, v = aire de MCA et w = aire de MAB On a dm, BC dm, CA dm, AB = MI MJ MK = u a v b w c = 8 uva u v abc Il s agit alors de trouver le maimum de la fonction f : u, v uva u v sur le domaine T est un compact de R En effet : T = { u, v R / u, v et u + v A } - u, v T, u, v = u + v A et donc T est bornée - Les applications ϕ : u, v u, ϕ : u, v v et ϕ 3 : u, v u + v sont continues sur R en tant que formes linéaires sur un espace de dimension finie Donc les ensembles P = {u, v R / u } = ϕ [, + [, P = {u, v R / v } = ϕ [, + [ et P 3 = {u, v R / u + v } = ϕ 3 ], ] sont des fermés de R en tant qu images réciproques de fermés par des applications continues On en déduit que T = P P P 3 est un fermé de R en tant qu intersection de fermés de R Puisque T est un fermé borné de R, T est un compact de R puisque R est de dimension finie et d après le théorème de Borel-Lebesgue f est continue sur le compact T à valeurs dans R en tant que polnôme à plusieurs variables et donc f admet un maimum sur T Pour tout u, v appartenant à la frontière de T, on a fu, v = Comme f est strictement positive sur T = {u, v R / u >, v > et u + v < }, f admet son maimum dans T Puisque f est de classe C sur T qui est un ouvert de R, si f admet un maimum en u, v T, u, v est nécessairement un point critique de f Soit u, v T u, v = { { u va u v = u + v = A ua u v = u + v = A u = v = A 3 u, v = v A Puisque f admet un point critique et un seul à savoir u, v = 3, A, f admet son maimum en ce point et ce 3 maimum vaut fu, v = A 3 Le maimum du produit des distances d un point M intérieur au triangle ABC au cotés 7 de ce triangle est donc 8A 3 7abc Remarque On peut démontrer que pour tout point M intérieur au triangle ABC, on a M = bara, aire de MBC, B, aire de M Si maintenant M est le point en lequel on réalise le maimum, les trois aires sont égales et donc le maimum est atteint en G l isobarcentre du triangle ABC n o 7 : Soient A et B les points du plan de coordonnées respectives, a et a, dans un certain repère R orthonormé Soit M un point du plan de coordonnées, dans R Pour, R, f, = MA + MB = MA + MB AB avec égalité si et seulement si M [AB] Donc f admet un minimum global égal à AB = a atteint en tout couple, de la forme λa, λa, λ [, ] n o 8 : Puisque la fonction ch ne s annule pas sur R, g est de classe C sur R et pour, R, g cos, = sin ch f ch puis De même, g, = 4cos ch f = 4 cos ch f cos ch cos ch + 4 sin ch f cos ch + 4 cos cos ch f ch c Jean-Louis Rouget, Tous droits réservés http ://wwwmaths-francefr

13 g cos, = cossh ch f ch puis g, = 4sh ch cos cosch3 ch 4 f ch cos ch Donc, pour tout, R, = 4 cos ch 3 ch + f ch g, = cos 4 ch f + 4 cos sh cos ch 4 f ch + 4 cos ch cos ch 4 f ch cos + cos cos ch ch f ch Maintenant, pour, R, cos cos et d autre part, l epression = cos décrit [, ] quand { } ch ch cos décrit R Donc,, R = [, ] Par suite, ch, R, g, = t [, ], t f t tf t = On cherche une application f de classe C sur ], [ Or cos ch = cos = ch cos = ch = = et π Z Donc { } kπ, R \,, k Z, g, = t ], [, t f t tf t = De plus, f n est pas constante si et seulement si µ = t ], [, t f t = λ R/ t ], [, f t = λ, µ R / t ], [, ft = λ argtht + µ L application t argth t convient λ t c, s, n o 9 : Soit, R La matrice jacobienne de f en, s écrit où c et s sont deu fonctions s, c, de classe C sur R telle que c + s = Il s agit dans un premier temps de vérifier que les fonctions c et s sont constantes sur R Puisque f est de classe C sur R f, d après le théorème de Schwarz, = f c Ceci s écrit encore = s s ou enfin c, R, c, s, = s, c, En dérivant par rapport à ou à, on obtient les égalités c c + s s c c deu vecteurs et c s s sont orthogonau au vecteur non nul s montre que les deu vecteurs c s et c s = et c c + s s = Ceci montre que les et sont donc colinéaires Mais l égalité sont aussi orthogonau l un à l autre Finalement, pour tout c Jean-Louis Rouget, Tous droits réservés 3 http ://wwwmaths-francefr

14 c c,, R, les deu vecteurs, et s s sont nuls On en déduit que les deu applications c et s,, sont constantes sur R et donc, il eiste θ dans R tel que pour tout, R, la matrice jacobienne de f en, est cosθ sinθ sinθ cosθ Soit g la rotation d angle θ prenant la même valeur que f en, f et g ont mêmes différentielles en tout point et coïncident en un point Donc f = g et f est une rotation affine Soit f : R R de classe C dont la différentielle en tout point est une rotation Montrer que f est une rotation affine c Jean-Louis Rouget, Tous droits réservés 4 http ://wwwmaths-francefr

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours.

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours. Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

O, i, ) ln x. (ln x)2

O, i, ) ln x. (ln x)2 EXERCICE 5 points Commun à tous les candidats Le plan complee est muni d un repère orthonormal O, i, j Étude d une fonction f On considère la fonction f définie sur l intervalle ]0; + [ par : f = ln On

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007 ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 27 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES INGÉNIEURS DU CONTRÔLE DE LA NAVIGATION AÉRIENNE Épreuve commune obligatoire de MATHÉMATIQUES Durée : 4 Heures Coefficient

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Calculs préliminaires.

Calculs préliminaires. MINES-PONTS 005. Filière MP. MATHÉMATIQES 1. Corrigé de JL. Lamard jean-louis.lamard@prepas.org) Calculs préliminaires. Notons que si f H alors f)e / est bien intégrable sur R car continue positive et

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

- Module M2 - Fondamentaux d analyse

- Module M2 - Fondamentaux d analyse - Module M - Fondamentau d analyse Cléo BARAS, cleo.baras@ujf-grenoble.fr IUT - Grenoble Département Réseau et Télécommunications DUT - ère année Année universitaire 9- Web : http ://iut-tice.ujf-grenoble.fr/gtr/mathm/inde.asp

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

Devoir surveillé n 1 : correction

Devoir surveillé n 1 : correction E1A-E1B 013-01 Devoir surveillé n 1 : correction Samedi 8 septembre Durée : 3 heures. La calculatrice est interdite. On attachera une grande importance à la qualité de la rédaction. Les questions du début

Plus en détail

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs Eo7 Limites de fonctions Théorie Eercice Montrer que toute fonction périodique et non constante n admet pas de ite en + Montrer que toute fonction croissante et majorée admet une ite finie en + Indication

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail

un repère orthonormé de l espace.

un repère orthonormé de l espace. Terminale S GEOMETRIE Ch 13 DANS L ESPACE. Soit ( O ; i, j, k ) un repère orthonormé de l espace. I) Droites et plans dans l espace : Propriété 1 : Soient A et B deux points de l espace. AB est l ensemble

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dérivation : cours. Dérivation dans R TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition

Plus en détail

Première partie. Deuxième partie

Première partie. Deuxième partie PC 96-97 correction épreuve X97 Première partie. f étant convexe sur l intervalle [t, t 2 ], sa courbe représentative est en dessous la corde joignant les points (t, f(t )) et (t 2, f(t 2 )). Comme f(t

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 4 : Dérivabilité. Terminale S1. Année scolaire 2008-2009 mise à jour 22 novembre 2008. Fig.

Cours de mathématiques. Chapitre 4 : Dérivabilité. Terminale S1. Année scolaire 2008-2009 mise à jour 22 novembre 2008. Fig. Cours de matématiques Terminale S1 Capitre 4 : Dérivabilité Année scolaire 008-009 mise à jour novembre 008 Fig. 1 Jean Dausset Fig. alliday Fig. 3 Joann Radon Il y a des gens connus et des gens importants-idée

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy V. Latocha PACES UHP septembre 2010 remerciements à D. Schmitt et V. Ries V. Latocha (PACES UHP) Cours mathématiques Paces septembre 2010 1 / 48 1 Fonctions d une variable

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

f continue en x 0 lim Remarque On dit que f est continue sur un intervalle a; bœ si f est continue en tout point x 0 de a; bœ. sont continues sur R.

f continue en x 0 lim Remarque On dit que f est continue sur un intervalle a; bœ si f est continue en tout point x 0 de a; bœ. sont continues sur R. CHAPITRE I Fonctions d une variable réelle. Limites Soit f une fonction définie sur R : et soit R. f W R! R 7! f./ Définition. Limite finie en un point) On dit que f admet ` pour ite lorsque tend vers

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

CHAPITRE 5 : LIMITE ET ORDRE ASYMPTOTES

CHAPITRE 5 : LIMITE ET ORDRE ASYMPTOTES CHAPITRE 5 : LIMITE ET ORDRE ASYMPTOTES La lettre grecque α désigne soit, soit, soit a un réel fini ( a R ) Le plan est muni d un repère ( O; i ; j), et on note C f la courbe représentative de la fonction

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

LIMITES EXERCICES CORRIGES

LIMITES EXERCICES CORRIGES ours et eercices de mathématiques LIMITES EXERIES ORRIGES M UAZ, http://mathscyrreer Eercice n Déterminer la ite éventuelle en de chacune des onctions suivantes : ) ) ) 4 ( ) Déterminer la ite éventuelle

Plus en détail

TRIGONOMETRIE - EXERCICES CORRIGES

TRIGONOMETRIE - EXERCICES CORRIGES Cours et eercices de mathématiques TRIGONOMETRIE - EXERCICES CORRIGES Trigonométrie rectangle Eercice n. Compléter les égalités en respectant bien les notations de l énoncé cos ABC = sin ABC = tan ABC

Plus en détail

Exo7. Formes quadratiques. Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr

Exo7. Formes quadratiques. Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr Exo Formes quadratiques Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables 6. 1 Fonctions différentiables de R 2 dans R. 6. 1. 1 Définition de la différentiabilité Nous introduisons la différentiabilité sous l angle des développements

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Il s agit donc de montrer une propriété commençant par un symbole. La démonstration débute donc par : Soit (x 1, x 2 ) E 2. La propriété

Plus en détail

TS - Cours sur le logarithme népérien

TS - Cours sur le logarithme népérien Lcée Europole - R. Vidonne 1 TS - Cours sur le logarithme népérien Fonction carrée et racine carrée Considérons les fonctions f : R + R + g : R + R + 2 Dans un repère orthonormal, les courbes C f et C

Plus en détail

Devoir à la maison : correction

Devoir à la maison : correction Calcul différentiel 2 Sous-variétés : bilan Devoir à la maison : correction Exercice 1. Un exemple de sous-variété : les structures complexes Soit E un R-espace vectoriel. Montrer que la donnée d une structure

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Introduction : Cette leçon s inscrit dans la continuité de la précédente. On supposera connu

Plus en détail

Courbes paramétrées. 1 ère étude

Courbes paramétrées. 1 ère étude Courbes paramétrées. ère étude Dans le programme de maths sup, l étude des courbes paramétrées est prévue en début d année à un moment où l on manque d outils en analyse. Le présent chapitre se place dans

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Bases mathématiques pour l économie et la gestion

Bases mathématiques pour l économie et la gestion Bases mathématiques pour l économie et la gestion Bases mathématiques Pour l économie et la gestion - Table des matières PREMIERE PARTIE : QUELQUES OUTILS Chapitre : Traitement de systèmes d'équations..

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES PILOTES DE LIGNE EPREUVE DE MATHEMATIQUES

CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES PILOTES DE LIGNE EPREUVE DE MATHEMATIQUES ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE ANNEE 2009 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES PILOTES DE LIGNE EPREUVE DE MATHEMATIQUES Durée : 2 Heures Coefficient : 1 Ce sujet comporte : 1 page de garde, 2 pages

Plus en détail

Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 2010-2011

Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 2010-2011 Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 010-011 novembre 010 I Définition d une conique en terme d équation cartésienne On se place dans le repère orthonormé direct (0, i, j ).

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Thèmes. fonction ln, théorème des valeurs intermédiares, suite définie par récurrence : majoration, minoration, monotonie, convergence, eistence.

Plus en détail

I. FONCTION LOGARITHME NEPERIEN

I. FONCTION LOGARITHME NEPERIEN www.mathsenligne.com STI2D - TN4 - LOGARITHME NEPERIEN COURS (/5) CONTENUS CAPACITES ATTENDUES COMMENTAIRES Fonction logarithme népérien. Utiliser la relation fonctionnelle pour transformer une écriture.

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque FNCTINS I Généralités sur les fonctions Définitions Soit D une partie de l'ensemble IR. n définit une fonction f de D dans IR, en associant à chaque réel de D, un réel et un seul noté f() et que l'on appelle

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation )

Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation ) Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation ) Introduction : On se place dans plan affine euclidien muni

Plus en détail

1S Modèles de rédaction Enoncés

1S Modèles de rédaction Enoncés Par l équipe des professeurs de 1S du lycée Parc de Vilgénis 1S Modèles de rédaction Enoncés Produit scalaire & Corrigés Exercice 1 : définition du produit scalaire Soit ABC un triangle tel que AB, AC

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

Olympiades Françaises de Mathématiques 2012-2013. Test du mercredi 9 janvier Corrigé

Olympiades Françaises de Mathématiques 2012-2013. Test du mercredi 9 janvier Corrigé Olympiades Françaises de Mathématiques 202-203 Test du mercredi 9 janvier Corrigé Exercice. Soit ABC un triangle isocèle en A. On note O le centre de son cercle circonscrit. Soit D un point de [BC]. La

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

CH1 : Langages de la continuité Limites

CH1 : Langages de la continuité Limites CH : Langages de la continuité Limites I. Continuité- Théorème des valeurs intermédiaires. Définition : Soit f une fonction définie sur un intervalle I de R. Lorsque la courbe représentative de f ne présente

Plus en détail

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 Voici une fiche contenant 100 exercices de difficulté raisonable, plutôt techniques, qui recouvrent l ensemble du programme étudié cette année. A raison

Plus en détail

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S )

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 4 Janvier 007 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble ( Année 006-007 ) 1 Table des matières 1 Grille d autoévaluation

Plus en détail

Planche n o 19. Applications linéaires continues, normes matricielles. Corrigé

Planche n o 19. Applications linéaires continues, normes matricielles. Corrigé Planche n o 19. Applications linéaires continues, normes matricielles. Corrigé n o 1 *I : 1 Soit P E. Si on pose P = + a k X k, il existe n N tel que k > n, a k =. Donc P = { k= P k } Sup k!, k N = Max{

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Nombres complexes et géométrie euclidienne

Nombres complexes et géométrie euclidienne 19 Nombres complexes et géométrie euclidienne Le corps C des nombres complexes est supposé construit voir le chapitre 7. On rappelle que C est un corps commutatif et un R-espace vectoriel de dimension,

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

Trigonométrie circulaire

Trigonométrie circulaire Trigonométrie circulaire On rappelle ici et on complète les résultats énoncés au lycée. L objectif à viser est la technicité. Pour cela, il faut : ➀ connaître par cœur les différentes formules de trigonométrie,

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES PILOTE DE LIGNE

CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES PILOTE DE LIGNE ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE ANNÉE 2006 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES PILOTE DE LIGNE ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES Durée : 2 Heures Coefficient : 1 Ce sujet comporte (dans l énoncé d origine, pas

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

Second degré : Résumé de cours et méthodes

Second degré : Résumé de cours et méthodes Second degré : Résumé de cours et méthodes 1 Définitions : DÉFINITIN n appelle trinôme du second degré toute fonction f définie sur R par f () = a + b + c (a,b et c réels avec a 0). Remarque : Par abus

Plus en détail

Partie I - Valeurs propres de AB et BA

Partie I - Valeurs propres de AB et BA SESSION 9 Concours commun Centrale MATHÉMATIQUES. FILIERE PSI Partie I - Valeurs propres de AB et BA I.A - Cas de la valeur propre. I.A.) Sp(AB) Ker(AB) {} AB / G L n (R) det(ab) =. I.A.) Sp(AB) det(ab)

Plus en détail

BACCALAURÉAT BLANC 2013

BACCALAURÉAT BLANC 2013 BACCALAURÉAT BLANC 203 Série S Corrigé Exercice. a) On traduit les données de l énoncé et on représente la situation par un arbre pondéré. PF ) = 2, PF 2) = 3, P F ) = 5 00 = 20, P F 2 ) =,5 00 = 3 3,5,

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal 19 Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal Dans un premier temps, E est un espace vectoriel réel de dimension n 1. 19.1 Espaces vectoriels euclidiens Dénition 19.1 On dit qu'une forme bilinéaire

Plus en détail

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type INTÉGRATION SUR LES SURFACES Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type φ(x)dσ(x) Σ où Σ est une surface de classe C 1 de R 3 ou plus généralement une hypersurface

Plus en détail

Première S Exercices d'applications sur la dérivation 2010-2011. Déterminer l'ensemble de définition de f puis étudier ses variations.

Première S Exercices d'applications sur la dérivation 2010-2011. Déterminer l'ensemble de définition de f puis étudier ses variations. Première S Eercices d'applications sur la dérivation 22 Eercice Déterminer l'ensemble de définition de f puis étudier ses variations. ) f() = 2 2 3 2) f() = 2² 8 2 ² 2 3) f() = 2 3 Eercice 2 : équation

Plus en détail

Séquence 5. La fonction logarithme népérien

Séquence 5. La fonction logarithme népérien Séquence 5 La fonction logarithme népérien Sommaire. Pré-requis. Définition et propriétés algébriques de la fonction logarithme népérien 3. Étude de la fonction logarithme népérien 4. Compléments 5. Synthèse

Plus en détail

Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés

Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : notion de vecteur, transformation de points par translation et vecteurs égaux Exercice 2 : parallélogramme

Plus en détail

Nombres positifs, métriques et calculatrices

Nombres positifs, métriques et calculatrices Nombres positifs, métriques et calculatrices par Stéphane Junca IUFM et Université de Nice, 1 Introduction Depuis notre enfance on apprivoise la droite numérique avec la distance euclidienne et donc la

Plus en détail

PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES

PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES Exercice n. (correction) Répondre par VRAI (V) ou FAUX (F) : Question Soient A, B et C trois points distincts du plan. PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES a) A, B et C sont alignés si et seulement si :

Plus en détail