Quelques contrôle de Première S

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quelques contrôle de Première S"

Transcription

1 Quelques contrôle de Première S Gilles Auriol http ://auriolg.free.fr Voici l énoncé de 7 devoirs de Première S, intégralement corrigés. Malgré tout les devoirs et 5 nécessitent l usage du théorème des valeurs intermédiaires, ils conviendront certainement mieux à la classe de Terminale S.

2 Contrôle d été - Épisode. Soit g : x x 3 + x x 5 et C g sa courbe représentative dans un repère orthonormé. (a) Limites aux bornes de l ensemble de définition, dérivée, tableau de variation avec valeurs des extrémums locaux. (b) Déduire du tableau de variation qu il existe un unique réel α tel que g(α) = 0. Donner un encradrement d amplitude 0, de α. (c) A l aide des deux questions précédentes, construire le tableau de signe de g(x). ( (d) Démontrer que I ), 007 est un centre de symétrie de C g. 6 (e) Donner une équation de la tangente T au point d abscisse. (f) Quelle est l abscisse du point en lequel T recoupe C g? Noter que l on connaît déjà une racine du polynôme qui va être formé. x. Considérons maintenant f : x (x + )(x + ). (a) Calculer la dérivée. (b) Étudier son signe grâce à la question.c, en déduire le tableau de variation. (c) Donner les limites aux bornes de l ensemble de définition.

3 Correction du contrôle d été - Épisode. (a) ( pts) D g = R car c est une fonction polynôme. x R, g (x) = x +x. Le discriminant vaut ±, donc les racines sont, c est-à-dire 3 et. D où le tableau (le signe d un polynôme du second degré étant celui du coefficient de x, sauf entre les racines s il y en a) : x 3 g (x) g(x) ր 83 ց 5 ր + 7 [ (b) (3 pts) x, [, g(x) 83 < 0, donc α n est pas dans cet intervalle! 7 ] [ Il s agit de rien oublier pour justifier l existence de cet α sur l intervalle, + : d une part la fonction est strictement croissante sur cet intervalle et] d autre[ part elle y est continue (fonction polynôme), donc g réalise une bijection de, + sur J = ] ( ) [ f, lim f(x), = ] 5 [, +. MAIS 0 J, donc il existe un unique (bijection x + ] [ = il existe et unique) réel α de, + tel que g(α) = 0. Avec une calculette, on obtient facilement, < α <, 3. Si on rajoute α dans le tableau ci-dessus : x α + 3 g (x) g(x) ր 83 7 ց 5 + ր 0 ր + (c) ( pts) L examen de ce second tableau montre que pour x < α, on a g(x) < 0, que pour x > α, on a g(x) > 0 et que g(α) = 0. On résume dans un tableau : x α + g(x) 0 + ( (d) (3 pts) D après le cours on sait que : I ), 007 est centre de symétrie de C f 6 x D 6 x D g [] g g ( 6 ) x = 007 g(x) [] 08 L assertion [] est évidente puisque D f = R. Prouver [] revient à faire de longs calculs désagréables que voici :

4 D une part (sachant que (a + b) 3 = a 3 + 3a b + 3ab + b 3, à retenir!) g ( 6 ) ( x = ) 3 ( 6 x + ) 6 x ( 6 ) x 5 ( ) 3 ( ) ( ) = 6 + x x x 5 ( = x + 3 ) 6 x + x x + x x 5 = 08 3 x x x x + x x d autre part = x 3 x + x + = x 3 x + x g(x) = x3 x + x = x 3 x + x donc I est bien un centre de symétrie de C g. Remarque. I est même un point d inflexion, i.e. la tangente n est pas du même côté de la courbe avant et après ce point (localement). On démontre qu une condition nécessaire (mais non suffisante) pour qu un point d abscisse x 0 soit un point d inflexion de la courbe réprésentative d une fonction f, est que f (x 0 ) = 0. Si l on pose f(x) = ax 3 + b + cx + d, la dérivée seconde vaut f (x) = 6ax + b, d où f (x) = 0 x = b. Donc si un point d inflexion existe sur une cubique 3a d équation y = ax 3 + bx + cx + d, ce ne peut-être que le point d abscisse b. On montre que x ( 3a R, f b ) ( f(x) = f b ) 3a 3a x, chacun des membres valant ax 3 bx cx bc 3a + b3 7a +d, ( ce qui prouve que le point I b ( 3a, f b )) est centre de symétrie. On vérifie ici que b 3a 3a =. (e) ( pt) Classique et peu payé! y = g ( )(x + ) + g(), donc T : y = 6x +. (f) ( pts) L équation aux abscisses donne : P(x) = x 3 + x 0x 7 = 0. Bien sûr est racine car T est la tangente au point d abscisse...! On peut donc mettre x + en facteur, d où (En utilisant la méthode d identification, de division de polynômes ou encore l algorithme d Horner) P(x) = (x + )(x 3x 7), mais est encore racine du polynôme du second degré qui apparaît donc P(x) = (x + )(x + )(x 7) = (x + ) (x 7). La droite T recoupe C g au point d abscisse 7 (celui d abscisse ayant déjà été traité).. (a) (3 pts) D f = R { }. La dérivée est un peu indigeste : f (x) = (x + )(x + ) (x )[x + + x(x + )] [(x + )(x + )] = x3 + x + 8x + 8 (x )(3x + x + ) [(x + )(x + )] = x3 + x + 8x + 8 x 3 6x x + 6x + 8x + [(x + )(x + )] = 8x3 x + 8x + 0 [(x + )(x + )]

5 (b) (3 pts)... et en factorisant par au numérateur : f (x) = (x3 + x x 5) [(x + )(x + )] = g(x) [(x + )(x + )] donc le signe de f (x) dépend de celui de g(x), car le dénominateur est un carré (donc positif), d où le tableau (je rappelle que, < α <, 3) : x α + g(x) 0 + f (x) f(x) 0 ր + ր f(α) ց 0 (c) ( pt) Les limites (déjà dans le tableau) : Le terme terme dominant du dénominateur est x 3 x, donc : lim f(x) lim x ± x ± x = lim = 0. En en, c est plus délicat à cause 3 x ± x 0 des notations! lim x f(x) = lim x 5(x + ) = lim x x + = lim = +, en ayant fait un h 0 h x< x< x< h<0 changement de variable h = x +. On démontre de la même façon (= c est ennuyeux à taper) que lim x f(x) =. x> Pour remplir la feuille voici la représentation graphique de f

6 Contrôle d été - Épisode ( ) ( ) 9π 7π. Simplifier cos(9π x) + sin(7π + x) sin x + cos x.. Exprimer en fonction de cos x les expressions suivantes : (a) cos x + sin x (b) 3 cos x sin x sin 5x cos 5x (c) sin x cos x 3. Exprimer en fonction d une tangente l expression cos x + cosx.. Soit f(θ) = a cosθ + b sin θ, avec a, b et θ des réels. (a) Montrer qu on peut trouver un réel ϕ ] π, π] tel que θ R, f(θ) = a + b (cos ϕ cosθ + sin ϕ sin θ) En déduire que f(θ) = a + b cos(θ ϕ). (b) Application. Résoudre dans R l équation 3cosx sin x =. 5. On rappelle que la suite (T n ) n N des polynômes de Thebytcheff définie comme suit : { T0 (X) = et T (X) = X n N, T n+ (X) = XT n+ (X) T n (X) possède la propriété suivante : T n (cos θ) = cos(nθ), pour θ R. (a) Calculer T 5 (X). En déduire que a R, cos 5a = 6 cos 5 a 0 cos 3 a + 5 cosa. (b) Vérifier que x R, 6x 5 0x 3 + 5x + = (x + )(x x ). (c) On pose t = cos π 5. Démontrer que t est racine de x x et que t = + 5, par des arguments de signe. (d) En déduire sin π 5 ; cos π 5 ; sin π 5 ; cos π 0 et sin π 0. (e) Montrer, en observant que π π 0 = π 5, les égalités cos π 5 = sin π 0 et sin π 5 = cos π 0.

7 Correction du contrôle d été - Épisode. (,5 pt) ( ) 9π x R, f(x) = cos(9π x) + sin(7π + x) sin ( x π = cos(π x) + sin(π + x) cos 9π ) + x + sin = cosx sin x cos( 9π + x) + sin( 8π + x) = cosx sin x cos(π + x) + sin x = cosx sin x + cos x + sin x = 0 ( 7π + cos ) ( x π 7π + x. (a) ( pt) x R, cos x + sin x = (cos x + sin x) + sin x = + sin x. Mais cos x = sin x, d où sin cos x x =. En remplaçant, cos x+ sin cos x x = + = 3 cos x. (b) ( pt) Des formules de duplication on déduit cos + cos x x = et sin cos x x = que l on retiendra. En remplaçant, 3 cos x sin 5 cos x + x =. (c) ( pts) En réduisant au même dénominateur, on arrive à f(x) = et l on reconnaît le développement de sin(a b) donc ) sin 5x cosx cos 5x sin x sin x cosx sin(5x x) sin x cosx sin x f(x) = sin x = = = cosx sin x sin x 3. ( pts) x R, cosx + cosx = ( x ( ) sin x ) cos ( ) = tan, car d après les formules encadrées x ( x ) ( x ) ci-dessous, cosx = sin et sin x = cos.. (a) (,5 pts) f(θ) = a cosθ + b sin θ = ( a a + b a + b cosθ + b ). a + b sin θ On remarque que ( ) ( ) a b + = a + b a + b a + b a + b = donc on sait qu il existe un unique ϕ ] π, π] tel que cosϕ = b On en déduit une nouvelle écriture de f(θ) : a + b. a et sin ϕ = a + b f(θ) = a + b (cosϕcosθ +sin ϕ sinθ) = a + b cos(ϕ θ) = a + b cos(θ ϕ) (b) (,5 pt) On factorise le premier membre de cette équation avec cette méthode. Ici notre a + b, c est 3 + =, donc ( ) 3 3 cosx sin x = cos x sin x. Il 3 nous faut déterminer le réel ϕ de ] π, π] tel que cosϕ = et sin ϕ =, c est ϕ = π 6.,

8 D où l écriture ( ) 3 cos x sin x ( π 6 + x ). Finalement l équation équivaut à cos cos ( π ) cos 6 + x = cos π 3 ( π ) cos 6 + x = cos π 3 et d après le cours = (cosϕcosx sin ϕ sin x) = cos(ϕ+x) = ( π ) ( π ) 6 + x = cos 6 + x = π 6 + x = π 3 + kπ ou π 6 + x = π 3 + kπ x = π 6 + kπ ou x = π + kπ 5. (a) (3 pts) On calcule successivemeent : T (X) = X T 3 (X) = X(X ) X = X 3 3X T (X) = X(X 3 3X) (X ) = 8X 8X + T 5 (X) = X(8X 8X + ) (X 3 3X) = 6X 5 0X 3 + 5X Il est immédiat que cos 5a = 6 cos 5 a 0 cos 3 a + 5 cosa [], car T 5 (cosa) = cos 5a. (b) ( pt) C est du calcul niveau troisième... (c) ( pts) En faisant a = π 5 dans [], on obtient, en posant t = cos π 5, ( cos 5 π ) = 6t 5 0t 3 + 5t = 6t 5 0t 3 + 5t 5 6t 5 0t 3 + 5t + = 0 (t + )(t t ) = 0 mais il est clair que n est pas solution attendue (en effet cosα = α = π+kπ), donc t est l une des deux racines de t t, qui sont ± 5. Comme 0 < π 5 < π, on a t > 0, donc t = + 5, car l autre racine est négative. Finalement cos π 5 = + 5. (d) (5 0,5 pt) sin π 5 > 0, donc sin π 5 = cos π 5 = = =. 6 6 cos π 5 = π cos 5 = = =. 6 6 sin π 5 = cos π 5 = = =. 6 6 cos x + cos x = cos x, d où, si cos x > 0, cos x =, ou encore cos x = cosx +. Ici on a cos π 0 > 0, donc cos π = = = sin π 0 = cos π 0 = = car a = a et ici 5 < 0, d où 5 = 5. = ( 5) = 5,

9 ( π ) (e) (+ pts) x R, cos x = sin x et puisque π π 0 = π 5, on comprend pour quelle raison cos π 5 = sin π 0. De même sin π 5 = cos π en utilisant x ( 0 π ) R, sin x = cosx. En plus on simplifie de façon substantielle les calculs! 3

10 Contrôle d été - Épisode 3. Soit ABC un triangle. On définit les points, I, J et K par BI = BC, 7 CJ = CA, 3 AK = 3 AB 5 (a) Écrire I, J et K comme des barycentres des points A, B et C. (b) En considérant le point G = Bar{(A, )(B, 3)(C, )} et en utilisant la propriété d associativité, montrer que les droites (AI), (BJ) et (CK) sont concourantes.. Soit ABC un triangle. Démontrer que les droites (AJ), (BJ) et (CK) sont concourantes, sachant que I, J et K sont définis de la façon suivante : BI = BC 3 CJ = 3 CA AK = AB 5 (même méthode que l exercice précédent) 3. ABC est un triangle et M un point quelconque du plan. On désigne par P, Q et R les symétriques de M par rapport aux milieux des côtés [AB], [BC] et [AC] du triangle ABC respectivement. (a) Déterminer trois réels a, b et c tels que P soit le barycentre de (M, c), (A, a) et (B, b); Q soit le barycentre de (M, c), (B, a) et (C, b); R soit le barycentre de (M, c), (A, a) et (C, b). (b) G désigne le centre de gravité du triangle ABC et K celui de PQR. Démontrer que G est le milieu de [MK].. ABCD est un parallélogramme, G = Bar{(A, )(B, )} et H = Bar{(C, )(D, )}. (a) Démontrer que les segments [AC], [BD] et [GH] ont le même milieu I. (b) Les droites (AC) et (GD) se coupent en E. Montrer que E = Bar{(G, 3)(D, )} et que E est le milieu de [AI]. 5. Soit ABCD un carré de centre O. Soit Γ l ensemble des points M du plan tels que : MB MC + MD = MA MB MD Démontrer que Γ est la médiatrice du segment [AC].

11 Correction du contrôle d été - Épisode 3. (a) (,5 pt) On transforme les hypothèses : BI = BC 7 BI = ( BI + IC) 3 BI IC = 0 3 IB + IC = 0 7 donc I = Bar{(B, 3)(C, )}. Pour le point J : CJ = CA 3 CJ = CJ + JA JC + JA = 0 3 donc J = Bar{(C, )(A, )}. Enfin : AK = 3 AB 5 AK = 3( AK + KB) KA + 3 KB = 0 5 donc K = Bar{(A, )(B, 3)}. (b) (,5 pt) Étant donné que J = Bar{(C, )(A, )}, on a aussi J = Bar{(C, )(A, )}. Utilisons trois fois la propriété d associativité : G = Bar{(A, )[(B, 3)(C, )]} = Bar{(A, )(I, 7)}, ce qui prouve que G (AI). G = Bar{[(A, )(C, )](B, 3)} = Bar{(J, 6)(B, 3)}, ce qui prouve que G (BJ). G = Bar{[(A, )(B, 3)](C, )} = Bar{(K, 5)(C, )}, ce qui prouve que G (CK). Le point G appartient aux droites (AI), (BJ) et (CK), donc ces trois droites sont concourantes.. (3 pts) Comme précédemment, les hypothèses deviennent : I = Bar{(B, )(C, )} J = Bar{(A, 3)(C, )} K = Bar{(A, 3)(B, )} Soit G = Bar{(A, 3)(B, )(C, )}. En utilisant trois fois la propriété d associativité, on montre que G = Bar{(A, 3)(I, 3)} = Bar{(B, )(J, )} = Bar{(K, 5)(C, )} Donc G appartient aux droites (AI), (BJ) et (KC) et ces droites sont bien concourantes. 3. (a) ( pts) Soit I le milieu de [AB]. Le point I est aussi le milieu de [PM], donc PM = PI, d où P = Bar{(M, )(I, )}, mais I = Bar{(A, )(B, )}, donc en utilisant le théorème d associativité, on obtient P = Bar{(M, )(A, )(B, )}. De la même façon Q = Bar{(M, )(B, )(C, )} et R = Bar{(M, )(A, )(C, )}. (b) (3 pts) Soit F le milieu de [MK], c est-à-dire F = Bar{(M, )(K, )}, ou encore F = Bar{(M, 3)(K, 3)}, ce qui nous permet de remplacer (K, 3) par (P, )(Q, )(R, ) car K est le centre de gravité du triangle PQR. Donc F = Bar{(M, 3)(P, )(Q, )(R, )}. Remplaçons (P, ), (Q, ) et (R, ) par les points pondérés de la question précédente ( + + =, il n y a même pas de coefficients à ajuster!) on obtient : F = Bar{(M, 3)(M, )(A, )(B, )(M, )(B, )(C, )(M, )(A, )(C, )} Quel bonheur de constater qu il n y a plus de M, et que finalement : F = Bar{(A, )(B, )(C, )} Ce qui signifie que F est l isobarycentre des points A, B et C, autrement dit c est le centre de gravité du triangle ABC.

12 . (a) (3 pts) ABCD est un parallélogramme, donc les diagonales se coupent en leur milieu i.e. le point I est le milieu de [AC] et [BD]. Soit I le milieu de [GH], c est-à-dire I = Bar{(G, 3)(H, 3)}. En remplaçant (G, 3) par (A, )(B, ) et (H, 3) par (C, )(D, ), on obtient I = Bar{(A, )(B, )(C, )(D, )} et en remplaçant (A, )(C, ) par (I, ) et (B, )(D, ) par (I, ), on arrive a I = Bar{(I, )(I, )} = Bar{(I, 6)} donc pour tout point M du plan 6 MI = 6 MI et en particulier pour M = I, l égalité 6 II = 0 montre que I = I et I est bien le milieu des segments [GH], [AC] et [BD]. (b) ( pts) Soit E = Bar{(G, 3)(D, )}. Alors E (GD). On remplace (G, 3), si bien que E = Bar{(A, )(B, )(D, )} ou encore, puisque I est le milieu de [BD], E = Bar{(A, )(I, )} ce qui traduit que E est le milieu de [AI] et que E (AI); on a déjà montré que E (GD) donc E est l intersection des droites (AI) et (GD). Finalement E = E et E est bien le milieu de [AI]. 5. ( pts) Soit G = Bar{(B, )(C, )(D, )} et H = Bar{(A, )(B, )(D, )}. On va montrer que G = A et que H = C. Pour G remplaçons (B, )(D, ) par (O, ), le milieu de [BD]. On a alors G = Bar{(O, )(C )}, donc pour tout point M l égalité MG = MO MC qui donne OG = OC en faisant M = O, d où G = A. Pour H. On remplace (B, )(D ) par (I, ), d où H = Bar{(A, )(I, )}. Pour tout point M, on a MH = MA MI, et pour M = I, IH = IA donc H = C. Réduisons les deux membres de l équation en utilisant les définitions de G et H. On a M Γ MG = MH d où M Γ MA = MC, ou encore M Γ MA = MC. L ensemble cherché est la médiatrice du segment [AC] (on peut d ailleurs voir que (B, O, D) Γ 3 )

13 Contrôle d été - Épisode. (a) Écrire sans utiliser le symbole Σ les sommes suivantes : A = 7 k, B = k= k=0 k + k +, 6 C = (k 7), D = k=0 j(j + ). j= (b) Exprimer en fonction de x les sommes suivantes, sans utiliser le symbole Σ : A = 5 (i ) x j, B = i= 6 ( ) j (7 j) x j, C = j= 7 (3j + ) ( ) j+ x j j=3 (c) Écrire chacune des sommes suivantes avec Σ : A = ; B = ; C = ; D = ; E = x x + x 3 x + x 5 ; F = 7x + 5x + 3x 3 + x.. On définit les deux suites u et v par u 0 = et n N, u n+ = u n + et v n = u n u n u n +. (a) Démontrer par récurrence que n N, u n > 0. (b) Montrer que la suite v est géométrique; calculer v n puis u n en fonction de n. 3. Calculer intelligemment les sommes suivantes : (a) S = ; (b) ; (c) ; (d) ; (e) Résoudre dans R l équation suivante : + x ( ) ( ) 7 x x x = 0 x + x + 5. On raconte que l inventeur du jeu d échecs demanda pour récompense qu on lui fasse don de quelques grains de blé : un grain pour la première case, deux grains pour la deuxième case, quatre grains pour la troisième et ainsi de suite en doublant à chaque case le nombre grains jusqu à la 6 e case de l échiquier. (a) Calculer le nombre de grain offerts pour la 6 e case. (b) Calculer le nombre total de grains de blé que représente la récompense. (c) Un grain de blé pèse 0,05 g. Sachant que la production annuelle de blé de nos jours et de l ordre de 600 millions de tonnes, quel temps faudrait-il pour satisfaire la requête?

14 . (a) ( pt) A = ( pt) B = ( pt) C = ( pt) D = (b) ( pt) A = ( pts) B = ( pts) C = Correction du contrôle d été - Épisode 7 k = = 39; k= k + k + = = 7 0 ; 6 (k 7) = ( 7) + ( 5) + ( 3) + ( ) = 9; k=0 k=0 j(j + ) = = 0. j= 5 (i ) x i = x + 3x + 5x 3 + 7x + 9x 5 ; i= 6 ( ) j (7 j) x j = 6x + 5x x 3 + 3x x 5 + x 6 ; j= 7 (3j + ) ( ) j+ x j = x 6 x 8 + 7x 0 0x + 3x. j=3 (c) ( + pts) A = D = 5 i 3, E = i= 7 i, B = i= 5 ( ) i+ x i, F = i= (i + ), C = i=0 3 (7 i) x i+. i=0 5 ( ) i (3i + ). (a) (3 pts) Initialisation : u 0 = > 0 Transmission : On suppose que pour un n de N, on a u n > 0. Alors u n + > 0 et u n > 0 donc u n + = u n+ > 0. Donc n N, u n > 0. u n (b) ( pts) n N, v n+ = u un+ n+ u n+ + = u n un+ u n + = u n + u n = u n + u n + + u n (u n + ) = v n, donc le suite v est géométrique de raison et de premier terme v 0 = u 0 5. Le terme général de la suite v est donc v n = 5 Exprimons u n en fonction de v n : i=0 ( ) n = ( )n 5 n. u 0 + = v n = u n u n + v n (u n + ) = u n u n ( v n ) = + v n u n = + v n v n tout ceci étant équivalent car n N, v n 0, en effet : v n = ( ) n = ( 5 ) n = 5 équation qui n a pas de solution (voir cours de terminale). Finalement : u n = + v n = + ( )n 5 n = 5 n + ( )n v n ( )n 5 n ( ) n. 5 n

15 3. ( + pts) (a) En posant n N, v n = 3 + n, on s aperçoit que 3 = v 0 et 98 = v 95, donc S = ( ) = 88. (b) On pose v n = 5 + n, alors v 0 = 5 et v 58 =, d où S = ( ) 5 + (c) On pose v n = 5 3n, alors v 0 = 5 et v 3 3, donc S = (3 0 + ) 5 3 = 377. = 03. (d) Si l on pose v n = n, alors v = et v 8 = 56, donc S = (8 +) = 50. (e) Factorisons par : S = + 8 ( 56 = ) = S 56 ( On calcule S. Pour cela posons v n = ) n, alors v = et v 8 = 56. Donc S = S = ( + ) (8 +) = 56 3 = = (5 pts) Le premier membre est la somme des huit premiers termes de la suite géométrique x de raison et de premier terme. Donc l équation équivaut à : x + ) 8 ( x x+ x x+ = 0 ( ) 8 x = 0 x + ( ) 8 x = et x x + Deux possibilités : x x = ou x + x + = et x La première équation conduit à x =, la seconde à 0 =, impossible. Finalement S = { }. 5. (a) ( pt) En posant v n = n, on met v 0 = grain de blé sur la première case, v = sur la seconde, ainsi de suite donc v 63 = 63 9, sur la 6 e. (b) ( pts) Soit S la somme cherchée : i=0 63 S = v i = 6 = 6 (c) ( pts) grain 0,05 g 0 grains g, mais tonne = 000 kg = 0 6 g, donc 0 7 grains tonne =, 0 6 grains 600 millions de tonnes donc il faudra ans pour satisfaire la requête!, 06 (Barème sur 0 points)

16 Contrôle d été - Épisode 5 Soit f : x 3x + x 3 3x Procéder à une étude de fonction pour déterminer le nombre α tel que D f = R {α}. Donner un encradement d amplitude 0 de ce nombre.. On pose P(x) = x 3 +x. Montrer que f (x) = 0 P(x) = 0. Montrer que le polynôme P n admet qu une seule racine β, en donner un encadrement d amplitude 0. Donner de signe de P et en déduire le tableau de variations de f. 3. Donner les limites aux bornes de l ensemble de définition. Interpréter géométriquement et compléter le tableau de variations de f. Voici la représentation graphique pour éviter les inepties

17 Correction du contrôle d été - Épisode 5. x D f x 3 3x+3 0. Étudions la fonction g : x x3 3x+3. On a f (x) = 3x 3 = 3(x )(x + ) et lim f(x) = lim x x x3 = et lim f(x) = +. D où le tableau x + x + f (x) f(x) ր 5 ց ր + La fonction f est strictement croissante et continue sur l intervalle ], ], donc elle réalise une bijection de ], ] sur ], 5]. Or 0 ], 5], donc il existe un unique réel α dans ], ] tel que f(α) = 0. Avec la calculatrice on trouve, < α <,. Ce n est pas la peine de chercher une autre racine dans ], + [ car pour tout réel x de cet intervalle, f(x).. Un calcul conduit à f (x) = 3(x3 + x ) (x 3 3x + 3), donc f (x) = 0 P(x) = 0. On procède à l étude de P. La dérivée vaut P (x) = 6x + x = x(3x + ); les limites sont évidentes : x P (x) P(x) ր 07 ց ր + Un argument similaire au précédent montre que P réalise une bijection de [0, + [ sur [, + [ et comme 0 [, + [, il existe un unique réel β tel que f(β) = 0. Grâce à la calculatrice, on peut avancer que, < β <,. Le signe : si x < β, alors f(x) < 0; si x = β, alors f(x) = 0 et si x > β, alors f(x) > 0. On en déduit le tableau de variations de f : x α β + 3P(x) f(x) 0 ր + ր f(β) ց 0 3. Encadrons le numérateur quand x tend vers α :, < α <, 6, 6 < 3α < 6, 3 5, 6 < 3α + < 5, 3 D après le tableau de variations de g, lim x α x<α g(x) < 0 et x α lim g(x) > 0, donc x>α lim x α x<α f(x) = 0 0 = + et lim x α x>α f(x) = = d où le tableau ci-dessus. Géométriquement, ces résultats prouvent que les droites d équation y = 0 et x = α sont des asymptotes à la courbe représentative de f.

18 Contrôle d été - Épisode 6. Soit ABC un triangle. (a) Démontrer que pour tout point M du plan : AB CM + BC AM + CA BM = 0. (b) On note H le point d intersection des hauteurs issues de B et de C. Démontrer en utilisant l identité précédente que les droites (AH) et (BC) sont perpendiculaires. (c) En déduire que, dans tout triangle, les trois hauteurs sont concourantes.. Soit un quadrilatère ABCD, les points I milieu de [AC] et J milieu de [BD]. (a) Montrer que AB +BC +CD +DA = IJ +AC +BD en appliquant le théorème de la médiane dans les triangles ABC, ACD et BID. (b) En déduire que la somme des carrés des côtés d un quadrilatère est supérieure ou égale à la somme des carrés des diagonales. À quelle condition a-t-on égalité? 3. Les points I et J sont les milieux des côtés [AB] et [AC] du carré ABCD et M est l intersection des droites (CI) et (AJ). Donner la valeur exacte du cosinus de l angle ĈMJ en calculant de deux façons différentes AJ IC.. Rappel. Soit u x y et v x y deux vecteurs, alors par définition le déterminant des vecteurs u et v est le réel det( u, v ) = x x y y = xy x y. L objet de l exercice est d établir que l aire S d un triangle ABC où A, B et C sont trois points d un plan muni d un repère orthonormal (O; i, j ) est calculée par S = det( AB, AC). On suppose que le triangle ABC n est pas plat (donc A B C). (a) Soit H le projeté orthogonal de C sur (AB). Montrer que AH = ( AB AC) et en AB déduire que CH = ( ( AB AC ) AB AC ). AB (b) Montrer que l aire S satisfait à S = ( ( AB AC ) ) AB AC []. (c) Montrer que (x, y, x, y ) R, (xy x y) + (xx + yy ) = (x + y )(x + y ). En déduire que pour tous vecteurs u et v du plan ( det( u, v )) + ( u v ) = u v [] (d) Déduire de [] et [] l égalité annoncée. (e) Application. On donne les points A, B 7 9 triangle ABC. et C. Calculer l aire du (f) Démontrer que tout triangle ayant ses sommets sur les nœuds d un quadrillage formé de carreaux carrés de cm cm a une aire supérieure ou égale à 0,5 cm. Aide. On peut choisir un repère orthonormal de façon que les nœuds du quadrillage soient les points à coordonnées entières dans ce repère. Montrer alors que si le triangle ABC a des sommets à coordonnées entières, det( AB, AC) est un entier naturel non nul.

19 Correction du contrôle d été - Épisode 6. (a) ( pts) Posons λ = AB CM + BC AM + CA BM. En décomposant avec A : λ = AB ( CA + AM) + ( BA + AC) AM + CA ( BA + AM) = AB CA + AB AM + BA AM + AC AM + CA BA + CA AM = CA ( AB + BA) + AM ( AB + BA + AC + CA) = 0 (b) ( pt) Par construction (AB) (CH) et (CA) (BH), c est-à-dire AB CH = CA BH = 0. En faisant M = H dans λ on obtient l équation AB CH + BC AH + CA BH = 0 BC AH = 0 ce qui traduit que (BC) (AH). (c) ( pt) Soit h A la hauteur issue de A. Alors h A (BC) et A h A, donc d après la question précédente h A = (AH) d où H h A. Étant donné que, par construction, H est le point d intersection des hauteurs issues de B et C, on peut conclure que les trois hauteurs d un triangle sont concourantes (en H ici).. (a) ( pts) Le théorème de la médiane appliqué dans le triangle ABC donne AB +BC = BI + AC. De même dans le triangle ACD, on a CD + AD = DI + AC. On ajoutant membre à membre ces deux égalités, on arrive à AB + BC + CD + AD = (BI + DI ) + AC Mais le même théorème dans le triangle BID conduit à BI + ID = IJ + BD, et en remplaçant ci-dessus on arrive à l égalité attendue. (b) ( pts) La somme des carrés des côtés est Σ = AB + BC + CD + AD ; la somme des carrés des diagonales est σ = AC + BD, donc l égalité de la question précédente s écrit Σ σ = IJ. Or IJ 0, puisque c est un carré, d où Σ σ. L égalité a lieu si et seulement si IJ = 0 I = J, ce qui revient à dire que l égalité a lieu si et seulement si les diagonales du quadrilatère se coupent en leur milieu, caractérisation des parallélogrammes. 3. ( pts) Évaluons le produit scalaire AJ IC. Par définition AJ IC = AJ IC cos ĈMJ. Or d après le théorème de Pythagore, AJ = ( a ) AB + BJ d où AJ = a a 5 + soit AJ =. De même, le théorème de Pythagore appliqué dans le triangle BIC donne IC = a 5. Finalement AJ IC = 5 a cosĉmj. Dans le repère orthonormé (A; AB, a AD), il est évident que AJ a/ produit scalaire AJ IC = a a + a a = a. et IC En résumé AJ IC = a = 5 a cosĉmj, d où l on déduit cosĉmj = 5. a/, d où le a

20 . (a) ( pt) Le point H étant le projeté orthogonal de C sur (AB), on a l égalité AB AC = AB AH ; en élevant au carré les longueurs algébriques disparaissent : ( AB AC) = AB AH. Une division par AB fournit l expression de AH. Le théorème de Pythagore dans le triangle ACH donne CH = AC AH = AC ( AB AC) = ( ( AB AC ) ) AB AC AB AB (b) ( pt) L aire est donnée par S = AB CH, en passant au carré et en remplaçant CH : S = AB AB ( ( AB AC ) ) AB AC = ( ( AB AC ) ) AB AC (c) (,5 pt) Il suffit de développer et de comparer chacun des membres pour établir l identité (due à Lagrange). En repère orthonormal, on sait que, étant donné deux vecteurs u x et v y x y, le déterminant de u et v vaut xy x y, leur produit scalaire vaut xx + yy et u = x + y. En mettant au carré et en comparant à l identité de Lagrange : (xy x y) + (xx + yy ) = (x + y )(x + y ) ( det( u, ( u ) v )) + v = u v [] (d) ( pt) En faisant u = AB et v = AC dans [], on obtient ( AB AC ) ( AB AC = det( AB, AC) ) [] et en divisant par, la formule [] permet d écrire S = ( det( AB, ) AC) et on prend la racine carrée pour conclure, en enlevant le signe de det( AB, AC). (e) (0,5 pt) A, B 7 9 et C, d où AB 5 et AC 8 3. Par suite 5 det( AB, AC) = = 5 + = et l aire vaut S = =. (f) ( pts) Posons δ = det( AB, AC). On sait que δ = 0 AB et AC sont colinéaires (AB)//(AC) (AB) = (AC) les points A, B et C sont alignés. Absurde car ABC est un vrai triangle. Donc δ 0. Si les coordonnées des points A, B et C sont des nombres entiers, celles de AB et AC le sont aussi. Le déterminant δ étant la différence d un produit d entiers, il est lui-même entier. Puisque δ est un entier non nul, on a δ ou δ, dans les deux cas δ, et en multipliant par, on obtient S = δ.

21 Contrôle d été - Épisode 7 Étant donné un triangle ABC, de cercle circonscrit Γ (centre O, rayon R), de cercle inscrit C (centre I, rayon r), on pose d = OI. Cet exercice propose de montrer que d = R(R r). A est le point d intersection de la bissectrice (AI) avec le cercle Γ; S est le projeté orthogonal de I sur (AC); A est le point diamétralement opposé à A sur Γ. On note α l angle BAI.. En utilisant le théorème de l angle inscrit, montrer que  BC = BA A = α. Justifier que les angles  BI et ÂIB sont supplémentaires et en déduire que le triangle IA B est isocèle en A.. Exprimer IA en fonction de r et α, et BA en fonction de R et α (utiliser les triangles rectangles AIS et BA A ). 3. Évaluer de deux façons différentes le produit scalaire ω = IA IA, d une part en projetant, d autre part en montrant que ω = IA IA puis en décomposant ces deux vecteurs avec le point O grâce à la relation de Chasles. En déduire l égalité d = R(R r).. En déduire que pour tout triangle R r.

22 Correction du contrôle d été - Épisode 7. Par le théorème de l angle inscrit, Â BC = Â AC et BAA = BA A. Mais la droite (AA ) est la bissectrice de BAC, donc BAA = Â AC ; de plus BAA = BAI = α. En résumé : Â BC = BA A = α. Â BI = Â BC + ĈBI = α + ĈBI, mais (BI) est la bissectrice de l angle ĈBA, donc ĈBI = ÎBA d où Â BI = α + ÎBA []. En considérant le triangle ABI, on a BAI + ÎBA + BIA = π, mais BAI = α, donc α + ÎBA = π BIA et en comparant avec [], on arrive bien à Â BI = π BIA []. De façon évidente, BIA = ÂIA BIA = π BIA, donc d après [], BIA = Â BI, ce qui prouve que le triangle IA B est isocèle en A.. Dans le triangle ASI rectangle en S (puisque (AS) est tangente à C en S), on a IA = SI sin IAS = r sin BAI = r sin α. puisque IAS = BAI, étant donné que (AI) est la bissectrice de l angle BAC. Le triangle A A B est rectangle en B puisque [A A ] est un diamètre de Γ (donc A A = R). De plus le triangle IA B étant isocèle en A on a IA = BA, d où IA = BA = A A sin BA A = R sin α. 3. Évaluons de deux façons le produit scalaire ω = IA IA. Les points A, I, A sont alignés dans cet ordre, donc ω = IA IA. Orientons par exemple (AA ) de A vers A. On a alors ω = r R sin α = Rr. sin α Le triangle AA A est rectangle en A donc le vecteur IA se projette orthogonalement sur IA en IA. Ce qui permet d écrire ω = IA IA. On décompose chacun de ces vecteurs avec le point O, IA IA = ( IO + OA ) ( IO + OA ) = ( IO OA ) ( IO + OA ) = IO OA = d R. Finalement ω = Rr = d R d où d = R(R r).. Les longueurs R et r sont positives (strictement), donc d 0 R(R r) 0 R r 0 R r.

1S Modèles de rédaction Enoncés

1S Modèles de rédaction Enoncés Par l équipe des professeurs de 1S du lycée Parc de Vilgénis 1S Modèles de rédaction Enoncés Produit scalaire & Corrigés Exercice 1 : définition du produit scalaire Soit ABC un triangle tel que AB, AC

Plus en détail

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S )

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 4 Janvier 007 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble ( Année 006-007 ) 1 Table des matières 1 Grille d autoévaluation

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 1 avril 7 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 4 points 1 a Les vecteurs AB et AC ont pour coordonnées AB ; ; ) et AC 1 ; 4 ; 1) Ils ne sont manifestement pas colinéaires

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

Si deux droites sont parallèles à une même troisième. alors les deux droites sont parallèles entre elles. alors

Si deux droites sont parallèles à une même troisième. alors les deux droites sont parallèles entre elles. alors N I) Pour démontrer que deux droites (ou segments) sont parallèles (d) // (d ) (d) // (d ) deux droites sont parallèles à une même troisième les deux droites sont parallèles entre elles (d) // (d) deux

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

Baccalauréat S Nombres complexes Index des exercices sur les complexes de septembre 1999 à juin 2012 Tapuscrit : DENIS VERGÈS

Baccalauréat S Nombres complexes Index des exercices sur les complexes de septembre 1999 à juin 2012 Tapuscrit : DENIS VERGÈS Baccalauréat S Nombres complexes Index des exercices sur les complexes de septembre 1999 à juin 2012 Tapuscrit : DENIS VERGÈS N o Lieu et date Q.C.M. Algébrique Géométrie 1 Asie juin 2012 2 Métropole juin

Plus en détail

Brevet Juin 2007 Liban Corrigé Page 1 sur 6

Brevet Juin 2007 Liban Corrigé Page 1 sur 6 Brevet Juin 007 Liban Corrigé Page 1 sur 6 Exercice 1 : 1) A = 500 (10 3 ),4 10 7 8 10 4 = 500 10 6 4 10 1 10 7 8 10 4 500 4 = 8 = 500 3 8 8 = 500 3 100 10 4 = 1500 10 0 + 4 = 1500 10 4 = 1,5 10 3 10 4

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Asie 21 juin 2010

Corrigé du baccalauréat S Asie 21 juin 2010 Corrigé du baccalauréat S Asie juin 00 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. Question : Le triangle GBI est : Réponse a : isocèle. Réponse b : équilatéral. Réponse c : rectangle. On a GB = + =

Plus en détail

212 année 2013/2014 DM de synthèse 2

212 année 2013/2014 DM de synthèse 2 22 année 20/204 DM de synthèse 2 Exercice Soit f la fonction représentée cicontre.. Donner l'ensemble de définition de la fonction f. 2. Donner l'image de 4 par f.. a. Donner un nombre qui n'a qu'un seul

Plus en détail

Introduction aux inégalités

Introduction aux inégalités Introduction aux inégalités -cours- Razvan Barbulescu ENS, 8 février 0 Inégalité des moyennes Faisons d abord la liste des propritétés simples des inégalités: a a et b b a + b a + b ; s 0 et a a sa sa

Plus en détail

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide)

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide) Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009 Descriptifs (Page vide) Sujet 001 Épreuve pratique de mathématiques Descriptif Étude d une fonction dépendant d un paramètre Étant donné une fonction dépendant

Plus en détail

Collège Henri Meck lundi 4 mai 2009 Molsheim BREVET BLANC DE MATHEMATIQUES N 2. ( Extraits d'épreuves du brevet de 2007 et 2008 ) PRESENTATION 4 pts

Collège Henri Meck lundi 4 mai 2009 Molsheim BREVET BLANC DE MATHEMATIQUES N 2. ( Extraits d'épreuves du brevet de 2007 et 2008 ) PRESENTATION 4 pts Collège Henri Meck lundi 4 mai 2009 Molsheim BREVET BLANC DE MATHEMATIQUES N 2 ( Extraits d'épreuves du brevet de 2007 et 2008 ) PRESENTATION 4 pts Rappel : Présenter les parties de l'épreuve sur feuilles

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S )

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 01 Septembre 010 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 006-007) Lycée Stendhal, Grenoble

Plus en détail

La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques

La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques III. Cercles 1. Cercle d'euler 2. Droite d'euler 3. Théorème de Feuerbach 4. Milieux des segments joignant

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 :

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 : Exercice 1 : NOMBRES COMPLEXES On donne θ 0 un réel tel que : cos(θ 0 ) 5 et sin(θ 0 ) 1 5. Calculer le module et l'argument de chacun des nombres complexes suivants (en fonction de θ 0 ) : a i( )( )(1

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

COURS DE MATHÉMATIQUES

COURS DE MATHÉMATIQUES COURS DE MATHÉMATIQUES Première S Valère BONNET valere.bonnet@gmail.com 0 juin 009 Lycée PONTUS DE TYARD 3 rue des Gaillardons 700 CHALON SUR SAÔNE Tél. : 33 03 85 46 85 40 Fax : 33 03 85 46 85 59 FRANCE

Plus en détail

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé.

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. I- ACTIVITES NUMERIQUES (12 points) Exercice 1 (3 points) On considère

Plus en détail

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie 1 Définition des nombres complexes On définit sur les couples de réels une loi d addition comme suit : (x; y)

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Correction : E = Soit E = -1,6. F = 12 Soit F = -6 3 + 45. y = 11. et G = -2z + 4y G = 2 6 = 3 G = G = -2 5 + 4 11

Correction : E = Soit E = -1,6. F = 12 Soit F = -6 3 + 45. y = 11. et G = -2z + 4y G = 2 6 = 3 G = G = -2 5 + 4 11 Correction : EXERCICE : Calculer en indiquant les étapes: (-6 +9) ( ) ( ) B = -4 (-) (-8) B = - 8 (+ 6) B = - 8 6 B = - 44 EXERCICE : La visite médicale Calcul de la part des élèves rencontrés lundi et

Plus en détail

PROBLEME(12) Première partie : Peinture des murs et du plafond.

PROBLEME(12) Première partie : Peinture des murs et du plafond. PROBLEME(12) Une entreprise doit rénover un local. Ce local a la forme d'un parallélépipède rectangle. La longueur est 6,40m, la largeur est 5,20m et la hauteur est 2,80m. Il comporte une porte de 2m de

Plus en détail

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Chapitre 11. 2ème partie Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES 2ème partie Produit scalaire Produit scalaire

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Exprimer ce coefficient de proportionnalité sous forme de pourcentage : 3,5 %

Exprimer ce coefficient de proportionnalité sous forme de pourcentage : 3,5 % 23 CALCUL DE L INTÉRÊT Tau d intérêt Paul et Rémi ont reçu pour Noël, respectivement, 20 et 80. Ils placent cet argent dans une banque, au même tau. Au bout d une année, ce placement leur rapportera une

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

Items étudiés dans le CHAPITRE N5. 7 et 9 p 129 D14 Déterminer par le calcul l'antécédent d'un nombre par une fonction linéaire

Items étudiés dans le CHAPITRE N5. 7 et 9 p 129 D14 Déterminer par le calcul l'antécédent d'un nombre par une fonction linéaire CHAPITRE N5 FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION Code item D0 D2 N30[S] Items étudiés dans le CHAPITRE N5 Déterminer l'image

Plus en détail

CORRECTIONS. Consignes pour le déroulement de l épreuve d une durée de 2 heures

CORRECTIONS. Consignes pour le déroulement de l épreuve d une durée de 2 heures Consignes pour le déroulement de l épreuve d une durée de 2 heures * Calculatrice autorisée pour les deux parties mais en précisant les étapes des calculs. A] Nombres et Calculs : Exercice n 1 : Compléter

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

Triangle rectangle et cercle

Triangle rectangle et cercle Objectifs : 1 Savoir reconnaître et tracer une médiane. 2 Connaître et savoir utiliser la propriété qui caractérise le triangle rectangle par son inscription dans un demi-cercle. 3 Connaître et savoir

Plus en détail

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances ARITHMETIQUE 1 C B A Numération Ecrire en lettres et en chiffres Poser des questions fermées autour d un document simple (message, consigne, planning ) Connaître le système décimal Déterminer la position

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

Nombres complexes Forme trigonométrique d un complexe Exercices corrigés

Nombres complexes Forme trigonométrique d un complexe Exercices corrigés Nombres complexes Forme trigonométrique d un complexe Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : affixe d un point, représentation d un point-image dans le plan complexe, argument

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Exercices de géométrie

Exercices de géométrie Exercices de géométrie Stage olympique de Bois-le-Roi, avril 2006 Igor Kortchemski Exercices vus en cours Exercice 1. (IMO 2000) Soient Ω 1 et Ω 2 deux cercles qui se coupent en M et en N. Soit la tangente

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

Deux disques dans un carré

Deux disques dans un carré Deux disques dans un carré Table des matières 1 Fiche résumé 2 2 Fiche élève Seconde - version 1 3 2.1 Le problème............................................... 3 2.2 Construction de la figure avec geogebra...............................

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Groupe seconde chance Feuille d exercices numéro 4

Groupe seconde chance Feuille d exercices numéro 4 Groupe seconde chance Feuille d exercices numéro 4 Exercice 1 Ecrire un programme de construction de la figure suivante. On utilisera seulement deux mesures : le rayon du cercle est 8 cm, la largeur d

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET TOUT E QU IL FUT SVOIR POUR LE REVET NUMERIQUE / FONTIONS eci n est qu un rappel de tout ce qu il faut savoir en maths pour le brevet. I- Opérations sur les nombres et les fractions : Les priorités par

Plus en détail

Séquence 10. Géométrie dans l espace. Sommaire

Séquence 10. Géométrie dans l espace. Sommaire Séquence 10 Géométrie dans l espace Sommaire 1. Prérequis 2. Calculs vectoriels dans l espace 3. Orthogonalité 4. Produit scalaire dans l espace 5. Droites et plans de l espace 6. Synthèse Dans cette séquence,

Plus en détail

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x =

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x = LE NOMBRE D OR Présentation et calcul du nombre d or Euclide avait trouvé un moyen de partager en deu un segment selon en «etrême et moyenne raison» Soit un segment [AB]. Le partage d Euclide consiste

Plus en détail

Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé.

Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé. Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé. L usage d une calculatrice est autorisé Durée : 3heures Deux annexes sont à rendre avec la copie. Exercice 1 5 points 1_ Soit f la

Plus en détail

Collège LANGEVIN WALLON CORRIGE du BREVET BLANC DES 25 et 26 mai 2004 SÉRIE COLLÈGE

Collège LANGEVIN WALLON CORRIGE du BREVET BLANC DES 25 et 26 mai 2004 SÉRIE COLLÈGE Collège LANGEVIN WALLON CORRIGE du BREVET BLANC DES 5 et 6 mai 004 SÉRIE COLLÈGE Durée heures MATHEMATIQUES Rédaction, présentation, orthographe (4 points) PARTIE I : ACTIVITES NUMERIQUES (1 points) Dans

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

Les droites (d 1 ) et (d 2 ) sont sécantes en A Le point A est le point d intersection des 2 droites

Les droites (d 1 ) et (d 2 ) sont sécantes en A Le point A est le point d intersection des 2 droites I Droites perpendiculaires Lorsque deux droites se coupent, on dit qu elles sont sécantes Les droites (d 1 ) et (d 2 ) sont sécantes en A Le point A est le point d intersection des 2 droites Lorsque deux

Plus en détail

Une bien jolie curiosité

Une bien jolie curiosité Une bien jolie curiosité Roland Dassonval et Catherine Combelles Tracez un polygone régulier à n sommets inscrit dans un cercle de rayon 1, puis les cordes qui joignent un sommet donné aux n-1 autres.

Plus en détail

Devoir commun Décembre 2014 3 ème LV2

Devoir commun Décembre 2014 3 ème LV2 Devoir commun Décembre 2014 3 ème LV2 Collège OASIS Corrigé de l Epreuve de Mathématiques L usage de la calculatrice est autorisé, mais tout échange de matériel est interdit Les exercices sont indépendants

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

CALCULATRICE AUTORISEE

CALCULATRICE AUTORISEE Lycée F. MISTRAL AVIGNON BAC BLANC 2012 Epreuve de MATHEMATIQUES Série S CALCULATRICE AUTORISEE DUREE : 4 heures Dès que le sujet vous est remis, assurez-vous qu il est complet Ce sujet comporte 3 pages

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

Exercice 2. Exercice 3

Exercice 2. Exercice 3 Feuille d eercices n 10 Eercice 1 Une voiture parcours 150 km. Elle effectue une première partie du trajet à la vitesse moyenne de 80 km/h. On notera la longueur de cette partie, eprimée en km Suite à

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Brevet Amérique du sud novembre 2011

Brevet Amérique du sud novembre 2011 ACTIVITÉS NUMÉRIQUES (12 POINTS) Exercice 1 Cet exercice est un exercice à choix multiples (QCM). Pour chaque question, une seule réponse est exacte. Une réponse correcte rapportera 1 point. L absence

Plus en détail

LIMITES EXERCICES CORRIGES

LIMITES EXERCICES CORRIGES ours et eercices de mathématiques LIMITES EXERIES ORRIGES M UAZ, http://mathscyrreer Eercice n Déterminer la ite éventuelle en de chacune des onctions suivantes : ) ) ) 4 ( ) Déterminer la ite éventuelle

Plus en détail

Séquence 2. Repérage dans le plan Équations de droites. Sommaire

Séquence 2. Repérage dans le plan Équations de droites. Sommaire Séquence Repérage dans le plan Équations de droites Sommaire 1 Prérequis Repérage dans le plan 3 Équations de droites 4 Synthèse de la séquence 5 Exercices d approfondissement Séquence MA0 1 1 Prérequis

Plus en détail

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b I Définition d une fonction affine Faire l activité 1 «une nouvelle fonction» 1. définition générale a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

5 ème Chapitre 4 Triangles

5 ème Chapitre 4 Triangles 5 ème Chapitre 4 Triangles 1) Médiatrices Définition : la médiatrice d'un segment est l'ensemble des points équidistants des extrémités du segment (cours de 6 ème ). Si M appartient à la médiatrice du

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007 Correction du baccalauréat S Liban juin 07 Exercice. a. Signe de lnx lnx) : on fait un tableau de signes : x 0 e + ln x 0 + + lnx + + 0 lnx lnx) 0 + 0 b. On afx) gx) lnx lnx) lnx lnx). On déduit du tableau

Plus en détail

Eté 2015. LIVRET de RÉVISIONS en MATHÉMATIQUES

Eté 2015. LIVRET de RÉVISIONS en MATHÉMATIQUES Eté 2015 LIVRET de RÉVISIONS en MATHÉMATIQUES Destiné aux élèves entrant en Seconde au Lycée Honoré d Estienne d Orves Elaboré par les professeurs de mathématiques des collèges et lycées du secteur Une

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une

C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une TLES1 DEVOIR A LA MAISON N 7 La courbe C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une fonction f définie et dérivable sur R. On note f ' la fonction dérivée de f. La tangente T à la courbe

Plus en détail

Activités numériques [13 Points]

Activités numériques [13 Points] N du candidat L emploi de la calculatrice est autorisé. Le soin, la qualité de la présentation entrent pour 2 points dans l appréciation des copies. Les résultats seront soulignés. La correction est disponible

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B EXERCICE 1 (12 points) Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B Les trois parties de cet exercice peuvent être traitées de façon indépendante. A. Résolution d une équation différentielle On considère

Plus en détail

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Eercice 1 (5 points) pour les candidats n ayant pas choisi la spécialité MATH Le tableau suivant donne l évolution du chiffre

Plus en détail

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites. Les pages qui suivent comportent, à titre d exemples, les questions d algèbre depuis juillet 003 jusqu à juillet 015, avec leurs solutions. Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Mathématiques I Section Architecture, EPFL

Mathématiques I Section Architecture, EPFL Examen, semestre d hiver 2011 2012 Mathématiques I Section Architecture, EPFL Chargé de cours: Gavin Seal Instructions: Mettez votre nom et votre numéro Sciper sur chaque page de l examen. Faites de même

Plus en détail

Chapitre 2 : Vecteurs

Chapitre 2 : Vecteurs 1 Chapitre 2 : Vecteurs Nous allons définir ce qu'est un vecteur grâce à une figure (le parallélogramme), mais au préalable nous allons aussi définir une nouvelle transformation (la translation). Nous

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE Le cours de la première année concerne les sujets de 9ème et 10ème années scolaires. Il y a bien sûr des différences puisque nous commençons par exemple par

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Créer des figures dynamiques en 3 dimensions avec GeoGebra 5

Créer des figures dynamiques en 3 dimensions avec GeoGebra 5 Créer des figures dynamiques en 3 dimensions avec GeoGebra 5, 1/46 I. Pour débuter...3 IV. 9. Obtenir une sphère ou un cône tronqué...21 I. 1. Téléchargement...3 V. Illustration d'exercices...22 I. 2.

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES Spé Maths Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 MATHÉMATIQUES Série S Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformément à la

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S)

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S) MA 09 CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES (Classe terminale S) DURÉE : 5 heures La calculatrice de poche est autorisée, conformément à la réglementation. La clarté et

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail