I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES"

Transcription

1 I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et B. le produit P = A B est indépendant de la droite choisie et est appelé puissance de par rapport au cercle. En effet, si une autre droite coupe le cercle en A et B, les triangles AB et A B sont semblables et donc A = B A B, ce qui prouve que A B = A B. B B A A A B A B Corollaire Soit quatre points A, B, A, B du plan tels que les droites AB et A B se coupent en. Les points sont cocycliques si et seulement si A B = A B. Conséquences : le signe de P donne la position du point par rapport au cercle :

2 I 2 P > 0 : est extérieur au cercle P < 0 : est intérieur au cercle P = 0 : est sur le cercle Diverses expressions de la puissance d un point par rapport à un cercle 1) En prenant un diamètre du cercle pour sécante P = (O + OA)(O + OB) = O 2 R 2 = d 2 R 2. 2) Soit C et D les extrémités d un diamètre quelconque du cercle. On a P = d 2 R 2 = O 2 OC 2 = ( O + OC)( O + OD) = C D. C O D 3) Si est extérieur au cercle et si T est un point du cercle tel que T est tangent au cercle P = T 2. T O 4) Si le cercle est donné par son équation cartésienne x 2 + y 2 2ax 2by + c = 0 et si a pour coordonnées (x,y), alors P = x 2 + y 2 2ax 2by + c. En effet le cercle a pour centre O = (a,b) et pour rayon R = a 2 + b 2 c, alors P = d 2 R 2 = (x a) 2 + (y b) 2 (a 2 + b 2 c).

3 I 3 Différence des puissances d un point par rapport à deux cercles - axe radical de deux cercles Soit deux cercles (O,R) et (O,R ) et un point du plan. Soit P et P les puissances de par rapport à (O,R) et (O,R ) respectivement. On a P P = O 2 R 2 (O 2 R 2 ) = ( O + O )( O O ) (R 2 R 2 ). Donc si ω est le milieu de OO, on a P P = 2 ω OO (R 2 R 2 ), ou encore, en appelant le projection de sur OO, P P = 2ω OO (R 2 R 2 ). O ω O Théorème L ensemble des points du plan tels que la différence des puissances par rapport à deux cercles non concentriques est une constante C est une droite, orthogonale à la ligne des centres en un point tel que ω = R2 R 2 + C. 2OO

4 I 4 Définition La droite obtenue dans le cas où C = 0 est appelée l axe radical des deux cercles. C est donc l ensemble des points d égales puissances par rapport aux deux cercles, et elle est orthogonale à la ligne des centres en un point H tel que ωh = R2 R 2 2OO. Remarques : 1) Si R est inférieur à R, les nombres OO et ωh sont de même signe, donc et O se trouvent du même côté de ω. 2) Si les cercles sont sécants ou tangents, leurs points d intersection vérifient P = P = 0 et se trouvent sur l axe radical, d où une construction évidente dans ce cas. 3) Si les cercles ne se coupent pas, l axe radical ne coupe aucun d eux. 4) Si les cercles ont même rayon, l axe radical est la médiatrice de OO. 5) L axe radical de deux cercles extérieurs passe par le milieu de leurs tangentes communes, ce qui permet de le construire. 6) Ce qui précède reste valable si l un ou les deux cercles sont réduits à des points. Centre radical de trois cercles Théorème - Définition Soit trois cercles dont les centres ne sont pas alignés. Il existe un point I et un seul, ayant la même puissance par rapport aux trois cercles. On l appelle le centre radical des trois cercles. Ce point est l intersection des trois axes radicaux des cercles pris deux à deux. En effet, un point d égal puissance est nécessairement sur les trois axes radicaux. Réciproquement, si I appartient aux axes radicaux de (O,R), (O,R ) et de (O,R ), (O,R ) il a même puissance par rapport aux trois cercles dont appartient à l axe radical de (O,R), (O,R ). Ceci permet de construire l axe radical de deux cercles. On les coupe par un troisième cercle. D après la remarque 2), on a facilement deux des trois axes radicaux. Ils se coupent en un point qui est sur l axe radical cherché. On prend alors la droite orthogonale à la ligne des centres passant par ce point. Sur le dessin suivant, I est le centre radical des trois cercles.

5 I 5 axe radical de (O,R) et de (O,R ) I O O O Cercles orthogonaux Définition Deux cercles sécants sont dits orthogonaux si leurs tangentes en un point d intersection sont orthogonales. Il en est alors de même pour l autre point d intersection.

6 I 6 Théorème vraie : Deux cercles sont orthogonaux si et seulement si une des propriétés suivantes est 1. Les rayons en un point d intersection sont orthogonaux. 2. Si les cercles ont pour rayons respectifs R et R et si la distance de leurs centres O et O est d, on a R 2 + R 2 = d 2 3. La puissance de O par rapport au cercle (O,R ) vaut R La puissance de O par rapport au cercle (O,R) vaut R Si une sécante, passant par O coupe (O,R) en X et Y et (O,R ) en et N, alors (XY,N) est une division harmonique. La définition équivaut à 1) car les rayons sont orthogonaux aux tangentes. 1) équivaut à 2) à cause du théorème de Pythagore. Le triangle OAO est rectangle si et seulement si R 2 + R 2 = d 2. 2) équivaut à 3) et à 4), puisque la puissance de O par rapport à (O,R ) vaut d 2 R 2 et celle de O par rapport à (O,R) vaut d 2 R 2. 3) équivaut à 5) car la puissance de O par rapport à (O,R ) vaut O ON et la relation O ON = R 2 avec O milieu de XY équivaut à dire que (XY,N) est une division harmonique (voir G). T T A X O O Y N

7 I 7 Faisceaux de cercles Définition On appelle faisceau linéaire de cercles une famille de cercles admettant deux à deux le même axe radical. Conséquences : 1) Les centres de tous les cercles du faisceau sont alignés sur une droite orthogonale à l axe radical. 2) Un point de l axe radical a même puissance par rapport à tous les cercles du faisceau. Un faisceau de cercles est donc caractérisé par l axe radical une droite D orthogonale à en un point H la puissance P de H par rapport aux cercles du faisceau. Classification des faisceaux de cercles 1) Si P est strictement négative, le point H est intérieur à tous les cercles du faisceau. La droite est une sécante qui coupe tous les cercles du faisceau suivant deux points fixes A et B équidistants de H et tels que HA = HB = P. Ces points sont appelés points de base du faisceau. Tout cercle passant par les points A et B appartient au faisceau. Le cercle de plus petit rayon possible appartenant au faisceau est celui de diamètre AB. Les centres des cercles décrivent toute la droite. A D H B

8 I 8 2) Si P est strictement positive, le point H est extérieur à tous les cercles du faisceau et ne coupe aucun d eux. Les plus petits cercles possibles sont deux cercles-points I et J tels que HI = HJ = P. Ces points sont appelés points limites du faisceau. Le faisceau se sépare en deux familles de cercles symétriques par rapport à. Chaque famille est formée de cercles entourant un des points I ou J. Tous les centres sont situés à l extérieur du segment IJ. L ensemble des points où les tangentes aux cercles issues de H coupent les cercles du faisceau est un cercle de rayon P et de diamètre IJ. D O I H J O 3) Si P est nul, on a l intermédiaire entre les cas précédents. les points de base et les points limites sont confondus. On dit qu il s agit d un faisceau singulier. Tous les cercles sont tangents à en H. On peut donc définir aussi un faisceau par : 1) la donnée de deux cercles du faisceau 2) la donnée des points de base ou des points limites (sauf pour un faisceau singulier où il faut donner une indication supplémentaire : ligne des centres ou axe radical, par exemple).

9 I 9 Etude analytique d un faisceau de cercles Théorème On se donne deux cercles non concentriques C et C d équations cartésiennes F(x,y) = x 2 + y 2 + f(x,y) = 0 et G(x,y) = x 2 + y 2 + g(x,y) = 0, où f et g sont des polynômes en x et y de degré au plus 1. Ces deux cercles définissent un faisceau. Un cercle C appartient à ce faisceau si et seulement si il existe un réel a tel que l équation de C soit L équation de l axe radical du faisceau est alors H(x,y) = af(x,y) + (1 a)g(x,y) = 0. f(x,y) g(x,y) = 0. Si a pour coordonnées (x,y), la puissance de par rapport à C est F(x,y), celle de par rapport à C est G(x,y). Donc appartient à l axe radical des deux cercles si et seulement si F(x,y) G(x,y) = f(x,y) g(x,y) = 0. Comme f(x,y) g(x,y) = 0 est l équation d une droite, on retrouve bien que l axe radical et une droite et l on obtient ainsi son équation. Soit C un cercle d équation H(x,y) = af(x,y) + (1 a)g(x,y) = 0. Supposons a non nul, (sinon C = C ). L axe radical de C et de C a pour équation soit H(x,y) G(x,y) = 0 a(f(x,y) G(x,y)) = 0. L axe radical de C et C est donc le même que celui de C et C. Donc C est bien un cercle du faisceau défini par C et C. Réciproquement, soit C un cercle du faisceau défini par C et C d équation H(x,y) = 0. L axe radical de C et C étant le même que celui de C et C, les équations H(x,y) G(x,y) = 0 et F(x,y) G(x,y) = 0 doivent êtres proportionnelles. Il existe un réel a tel que ce qui donne H(x,y) G(x,y) = a(f(x,y) G(x,y)) H(x,y) = af(x,y) + (1 a)g(x,y).

10 I 10 Faisceaux conjugués de cercles orthogonaux Théorème - Définition 1) Soit A et B deux points distincts. Tout cercle du faisceau à points de base A et B est orthogonal à tout cercle du faisceau à points limites A et B. 2) Soit D et D deux droites orthogonales en A. Tout cercle du faisceau singulier d axe radical D et de point A est orthogonal à tout cercle du faisceau singulier d axe radical D et de point A. Dans les deux cas on dit que les faisceaux sont orthogonaux. O T A H B O Pour le cas 1), prenons un cercle (O,R) du faisceau à points de base A et B, et un cercle (O,R ) du faisceau à points limites A et B. Soit OT la tangente issue de O au cercle (O,R ). La puissance de O par rapport à tous les cercles du faisceau à points limites A et B étant la même, la puissance de O par rapport à (O,R ) qui vaut OT 2, est égale à celle de O par rapport au cercle-point B qui vaut OB 2. Donc OB et OT sont égaux, et T est sur le cercle (O,R). Il en résulte que les cercles (O,R) et (O,R ) sont orthogonaux. Le cas 2) est évident.

11 I 11 Pôle et polaire par rapport à un cercle Définition On dit que deux points P et sont conjugués par rapport à un cercle (O,R) si le cercle de diamètre P est orthogonal à (O,R). Remarque : le centre O n a pas de conjugué. Il se trouve rejeté à l infini. Théorème - Définition L ensemble des points conjugués de P par rapport au cercle (O, R) est une droite orthogonale à OP en un point H tel que OP OH = R 2. Cette droite est appelée polaire de P par rapport au cercle. Inversement, si D est une droite ne passant pas par O, il existe un point P unique situé sur la droite orthogonale à D passant par O et dont D est la polaire. Ce point est appelé pôle de D par rapport au cercle. polaire de P par rapport à (O,R) O H H O P D Soit (O,R ) le cercle de diamètre P. La puissance de O par rapport à ce cercle vaut O OP. Ecrire que les cercles (O,R) et (O,R ) sont orthogonaux équivaut à la relation O OP = R 2

12 I 12 ou, en projetant sur OP OH OP = R 2 ce qui donne le théorème. (Il faut supposer P et H distincts de O). La relation OH OP = R 2 prouve que P et H sont toujours du même côté de O. D autre part le cercle (O,R ) est orthogonal à (O,R) et au cercle-point P. Donc O se trouve sur l axe radical de ces deux cercles, et la projection de O sur HP est le point H milieu de HP. Enfin, il résulte de la symétrie de la relation de conjugaison, que si la polaire de passe par P, celle de P passe par, et donc, que si décrit la polaire de P, la polaire de pivote autour de P. On en tire une conséquence intéressante qui permet de démontrer l alignement de trois points. Théorème Trois points sont alignés si et seulement si les polaires des trois points par rapport à un même cercle sont concourantes. Si les polaires sont concourantes, les trois points sont sur la polaire du point d intersection et sont donc alignés. Définition Deux droites D et D sont dites conjuguées par rapport à un cercle si chacune passe par le pôle de l autre par rapport au cercle. Construction de la polaire d un point par rapport à un cercle Théorème Soit (O,R) un cercle, et P un point. Si PAB et PA B sont deux sécantes au cercle issues de P, et si Q est l intersection de A B et de AB, et R celle de AA et de BB, alors la polaire de P par rapport au cercle est la droite QR. La droite QR est la polaire de P par rapport aux droites AA et BB (voir G), donc QR coupe AB et A B en deux points et qui sont tels que (P,AB) et (P,A B ) soient des divisions harmoniques. Ceci prouve que le cercle de diamètre P est orthogonal à (O,R), ainsi que celui de diamètre P. Les points P et Q sont donc sur la polaire cherchée. Remarque : si le point P est extérieur au cercle, et si PT et PT sont les tangentes au cercle issues de P, alors la droite TT est la polaire de P par rapport au cercle. Si P est sur le cercle sa polaire est la tangente au cercle en P.

13 P polaire de P par rapport à (O,R) I 13 A B A Q B R Cette construction montre aussi que PR est la polaire de Q et PQ celle de R. De plus PQ est orthogonal à OR, ainsi que QR à OP et RP à OQ. Donc l orthocentre du triangle PQR est le point O. P polaire de P par rapport à (O,R) O Q R

14 I 14 Définition Le triangle P QR ainsi construit est appelé triangle conjugué par rapport au cercle, ou triangle orthopolaire. Etude analytique Théorème Si un cercle a pour équation x 2 + y 2 2ax 2by + c = 0 et si P a pour coordonnées (u,v), la polaire de P par rapport au cercle a pour équation ux + vy a(x + u) b(y + v) + c = 0. Le centre du cercle est le point C de coordonnées (a,b) et le rayon du cercle vaut R = a 2 + b 2 c. Soit de coordonnées (x,y). La condition C CP = R 2 s écrit (u a)(x a) + (v b)(y b) = R 2 et, en développant, donne l équation indiquée. Exemples d applications 1) Soit un triangle ABC et son cercle circonscrit. Les bissectrices intérieures recoupent le cercle en A, B, C. Les tangentes au cercle en A et A, B et B, C et C respectivement se coupent en, N, P. Alors les points, N, P sont alignés. En effet, AA est la polaire de par rapport au cercle circonscrit. De même BB est celle de N et CC celle de P. Comme les bissectrices sont concourantes, les trois points sont alignés. On remarquera également que A, B et C sont les intersections du cercle avec les médiatrices du triangle, et que le point A est le milieu de l arc BC, le point B est le milieu de l arc CA et le point C est le milieu de l arc AB.

15 I 15 P N B C A B O C A 2) Soit un triangle ABC et son cercle inscrit, touchant les côtés en A, B,C. Soit l intersection de B C et de la parallèle à BC passant par le centre O du cercle, N l intersection de C A et de la parallèle à CA passant par O, et P l intersection de A B et de la parallèle à AB passant par O. Alors, N, P sont alignés. En effet appartient à la polaire de A par rapport au cercle, donc A appartient à la polaire de. De plus la polaire de est orthogonale à O, donc à BC. C est donc la hauteur issue de A. De même pour les polaires de N et P : ce sont les hauteurs issues respectivement de B et C. Comme les hauteurs sont concourantes, les points, N, P sont alignés.

16 I 16 N A B C O B A C P Transformation par polaire réciproque Théorème - Définition Etant donné un cercle fixe (O,R) et une courbe C de classe C 1 telle qu en tout point de la courbe le vecteur O et le vecteur tangent ne soient pas colinéaires, l enveloppe Γ des polaires des points de C par rapport au cercle est aussi l ensemble des pôles, par rapport au cercle, des tangentes à C. La transformation qui à C associe Γ est appelée transformation par polaires réciproques. Le résultat étant invariant par homothétie, montrons le dans le cas où le cercle est centré en l origine et de rayon 1. Supposons la courbe C paramétrée par (t) = (f(t),g(t)), où f et g sont des fonctions de classe C 1 définies sur un intervalle I. La polaire de (t) a pour équation f(t)x + g(t)y = 1.

17 I 17 L enveloppe de ces droites s obtient en résolvant le système { f(t)x + g(t)y = 1 f (t)x + g (t)y = 0. Par hypothèse f(t)g (t) g(t)f (t) n est pas nul et on obtient comme solution Cela définit un point x = g (t) f(t)g (t) g(t)f (t) f (t), y = f(t)g (t) g(t)f (t), ( g (t) P(t) = f(t)g (t) g(t)f (t), f ) (t) f(t)g (t) g(t)f (t) ce qui donne un paramétrage de la courbe Γ. L équation de la tangente à C et (t) est g (t)x f (t)y + f (t)g(t) g (t)f(t) = 0. On constate que ce n est autre que la polaire du point P(t) de la courbe Γ. Remarques 1) Les coordonnées d un point de Γ peuvent s écrire x = (1/g) (f/g), y = (1/f) (g/f). 2) Lorsque C est une droite ne passant pas par O, la courbe Γ se réduit à un point qui est le pôle de la droite par rapport au cercle. (Une droite passant par O n a pas de transformée car les polaires des points de la droite sont des droites parallèles). 3) On peut remarquer que la transformation conserve les contacts. En effet, d une part, si deux courbes se coupent en un point, la polaire de ce point sera une tangente commune aux deux courbes images. Si de plus les deux courbes de départ ont même tangente, les courbes images passeront par le pôle de cette tangente commune, et ce pôle est sur la polaire de leur point de contact. Les courbes images seront tangentes elles aussi. 4) On peut remarquer également que si la courbe C est transformée par l homothétie de centre O et de rapport k, la courbe Γ est transformée par l homothétie de centre O et de rapport 1/k. C est visible sur les équations paramétriques et aussi sur la relation O OH = R 2. 5) Il résulte du théorème que la transformation par polaire réciproque est involutive : la transformée de la transformée est la courbe de départ.

18 I 18 Exemple : transformée d un cercle. Le cercle définissant la transformation étant toujours le cercle unité, cherchons analytiquement l image d un cercle de rayon R centré sur Ox au point d abscisse ar. On a donc l équation paramétrique du cercle f(t) = R(cos t + a), g(t) = R sin t. Et les formules obtenues plus haut donne le paramétrage de Γ x = 1 R ou encore en coordonnées polaires cos t 1 + acos t ρ = 1 R, y = 1 R acos t, ce qui est l équation d une conique d axe Ox. On obtient en effet sin t 1 + acos t ρr(1 + acos t) = R(ρ + ax) = 1 d où l on déduit et en développant x 2 + y 2 = (R 1 ax) 2 (1 a 2 )x 2 + y a R x 1 R 2 = 0. Lorsque a 2 = 1, c est-à-dire lorsque le cercle passe par O, on obtient une parabole d équation x = 1 2aR (1 R2 y 2 ). Dans les autres cas, l équation se met sous la forme ( x + ) 2 a R(1 a 2 ) + 1 R 2 (1 a 2 ) 2 y 2 1 R 2 (1 a 2 ) Lorsque a = 0, c est-à-dire lorsque le centre du cercle est O, sa transformée est un cercle de centre O et de rayon 1/R. En particulier, le cercle (O,1) est transformé en lui-même. On obtient ( une ellipse ) si 0 < a 2 < 1 et une hyperbole dans le cas contraire. Les coordonnées du centre a sont R(1 a 2 ),0 et l excentricité vaut a. = 1. Enfin, dans le cas de l hyperbole, les asymptotes ont pour pente ± a 2 1. Remarque : l image d une courbe fermée n est donc pas nécessairement une courbe fermée.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques

La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques III. Cercles 1. Cercle d'euler 2. Droite d'euler 3. Théorème de Feuerbach 4. Milieux des segments joignant

Plus en détail

Si deux droites sont parallèles à une même troisième. alors les deux droites sont parallèles entre elles. alors

Si deux droites sont parallèles à une même troisième. alors les deux droites sont parallèles entre elles. alors N I) Pour démontrer que deux droites (ou segments) sont parallèles (d) // (d ) (d) // (d ) deux droites sont parallèles à une même troisième les deux droites sont parallèles entre elles (d) // (d) deux

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Asie 21 juin 2010

Corrigé du baccalauréat S Asie 21 juin 2010 Corrigé du baccalauréat S Asie juin 00 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. Question : Le triangle GBI est : Réponse a : isocèle. Réponse b : équilatéral. Réponse c : rectangle. On a GB = + =

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Maths MP Exercices Fonctions de plusieurs variables Les indications ne sont ici que pour être consultées après le T (pour les exercices non traités). Avant et pendant le T, tenez bon et n allez pas les

Plus en détail

Baccalauréat S Nombres complexes Index des exercices sur les complexes de septembre 1999 à juin 2012 Tapuscrit : DENIS VERGÈS

Baccalauréat S Nombres complexes Index des exercices sur les complexes de septembre 1999 à juin 2012 Tapuscrit : DENIS VERGÈS Baccalauréat S Nombres complexes Index des exercices sur les complexes de septembre 1999 à juin 2012 Tapuscrit : DENIS VERGÈS N o Lieu et date Q.C.M. Algébrique Géométrie 1 Asie juin 2012 2 Métropole juin

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S )

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 4 Janvier 007 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble ( Année 006-007 ) 1 Table des matières 1 Grille d autoévaluation

Plus en détail

CORRECTIONS. Consignes pour le déroulement de l épreuve d une durée de 2 heures

CORRECTIONS. Consignes pour le déroulement de l épreuve d une durée de 2 heures Consignes pour le déroulement de l épreuve d une durée de 2 heures * Calculatrice autorisée pour les deux parties mais en précisant les étapes des calculs. A] Nombres et Calculs : Exercice n 1 : Compléter

Plus en détail

Exprimer ce coefficient de proportionnalité sous forme de pourcentage : 3,5 %

Exprimer ce coefficient de proportionnalité sous forme de pourcentage : 3,5 % 23 CALCUL DE L INTÉRÊT Tau d intérêt Paul et Rémi ont reçu pour Noël, respectivement, 20 et 80. Ils placent cet argent dans une banque, au même tau. Au bout d une année, ce placement leur rapportera une

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie 1 Définition des nombres complexes On définit sur les couples de réels une loi d addition comme suit : (x; y)

Plus en détail

Comment démontrer que deux droites sont perpendiculaires?

Comment démontrer que deux droites sont perpendiculaires? omment démontrer que deux droites sont perpendiculaires? Utilisons On sait que (hypothèses) or...(propriété, définition) donc...(conclusion) Réciproque de Pythagore,5 1,5 = + Si dans un triangle le carré

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé.

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. I- ACTIVITES NUMERIQUES (12 points) Exercice 1 (3 points) On considère

Plus en détail

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S )

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 01 Septembre 010 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 006-007) Lycée Stendhal, Grenoble

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

géométrie analytique

géométrie analytique Faculté des Sciences ppliquées Géométrie et géométrie analytique Notes théoriques et applications à destination des étudiants préparant l examen d admission aux études d ingénieur civil de l Université

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide)

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide) Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009 Descriptifs (Page vide) Sujet 001 Épreuve pratique de mathématiques Descriptif Étude d une fonction dépendant d un paramètre Étant donné une fonction dépendant

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

5 ème Chapitre 4 Triangles

5 ème Chapitre 4 Triangles 5 ème Chapitre 4 Triangles 1) Médiatrices Définition : la médiatrice d'un segment est l'ensemble des points équidistants des extrémités du segment (cours de 6 ème ). Si M appartient à la médiatrice du

Plus en détail

Quelques contrôle de Première S

Quelques contrôle de Première S Quelques contrôle de Première S Gilles Auriol auriolg@free.fr http ://auriolg.free.fr Voici l énoncé de 7 devoirs de Première S, intégralement corrigés. Malgré tout les devoirs et 5 nécessitent l usage

Plus en détail

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007 Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses Guillaume Martinez 17 décembre 2007 1 Table des matières 1 Le projet 3 1.1 Objectif................................ 3 1.2 Les choix techniques.........................

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

Brevet Juin 2007 Liban Corrigé Page 1 sur 6

Brevet Juin 2007 Liban Corrigé Page 1 sur 6 Brevet Juin 007 Liban Corrigé Page 1 sur 6 Exercice 1 : 1) A = 500 (10 3 ),4 10 7 8 10 4 = 500 10 6 4 10 1 10 7 8 10 4 500 4 = 8 = 500 3 8 8 = 500 3 100 10 4 = 1500 10 0 + 4 = 1500 10 4 = 1,5 10 3 10 4

Plus en détail

Le théorème de Thalès et sa réciproque

Le théorème de Thalès et sa réciproque Le théorème de Thalès et sa réciproque I) Agrandissement et Réduction d une figure 1) Définition : Lorsque toutes les longueurs d une figure F sont multipliées par un même nombre k on obtient une autre

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Chapitre 11. 2ème partie Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES 2ème partie Produit scalaire Produit scalaire

Plus en détail

COMPTE-RENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre?

COMPTE-RENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre? Claire FORGACZ Marion GALLART Hasnia GOUDJILI COMPTERENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre? Si l on se pose la question de savoir comment on peut faire

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 1 avril 7 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 4 points 1 a Les vecteurs AB et AC ont pour coordonnées AB ; ; ) et AC 1 ; 4 ; 1) Ils ne sont manifestement pas colinéaires

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Exercices de géométrie

Exercices de géométrie Exercices de géométrie Stage olympique de Bois-le-Roi, avril 2006 Igor Kortchemski Exercices vus en cours Exercice 1. (IMO 2000) Soient Ω 1 et Ω 2 deux cercles qui se coupent en M et en N. Soit la tangente

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I. Code Unités Devoirs Code Unités Devoirs

Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I. Code Unités Devoirs Code Unités Devoirs 1 re secondaire 2 e secondaire Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I MAT-1005-2 2 3 MAT-2008-2 2 3 (+, -, x, ) dans l ensemble des entiers Z. Ce premier cours portant

Plus en détail

Brevet Amérique du sud novembre 2011

Brevet Amérique du sud novembre 2011 ACTIVITÉS NUMÉRIQUES (12 POINTS) Exercice 1 Cet exercice est un exercice à choix multiples (QCM). Pour chaque question, une seule réponse est exacte. Une réponse correcte rapportera 1 point. L absence

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

Mesure d angles et trigonométrie

Mesure d angles et trigonométrie Thierry Ciblac Mesure d angles et trigonométrie Mesure de l angle de deux axes (ou de deux demi-droites) de même origine. - Mesures en degrés : Divisons un cercle en 360 parties égales définissant ainsi

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Séquence 10. Géométrie dans l espace. Sommaire

Séquence 10. Géométrie dans l espace. Sommaire Séquence 10 Géométrie dans l espace Sommaire 1. Prérequis 2. Calculs vectoriels dans l espace 3. Orthogonalité 4. Produit scalaire dans l espace 5. Droites et plans de l espace 6. Synthèse Dans cette séquence,

Plus en détail

CONJUGUÉ D'UN POINT PAR RAPPORT À UN TRIANGLE

CONJUGUÉ D'UN POINT PAR RAPPORT À UN TRIANGLE CONJUGUÉ D'UN POINT PAR RAPPORT À UN TRIANGLE Jean Luc Bovet, Auvernier L'article de Monsieur Jean Piquerez (Bulletin de la SSPMP No 86), consacré aux symédianes me paraît appeler une généralisation. En

Plus en détail

Equations cartésiennes d une droite

Equations cartésiennes d une droite Equations cartésiennes d une droite I) Vecteur directeur d une droite : 1) Définition Soit (d) une droite du plan. Un vecteur directeur d une droite (d) est un vecteur non nul la même direction que la

Plus en détail

Introduction aux inégalités

Introduction aux inégalités Introduction aux inégalités -cours- Razvan Barbulescu ENS, 8 février 0 Inégalité des moyennes Faisons d abord la liste des propritétés simples des inégalités: a a et b b a + b a + b ; s 0 et a a sa sa

Plus en détail

Collège Henri Meck lundi 4 mai 2009 Molsheim BREVET BLANC DE MATHEMATIQUES N 2. ( Extraits d'épreuves du brevet de 2007 et 2008 ) PRESENTATION 4 pts

Collège Henri Meck lundi 4 mai 2009 Molsheim BREVET BLANC DE MATHEMATIQUES N 2. ( Extraits d'épreuves du brevet de 2007 et 2008 ) PRESENTATION 4 pts Collège Henri Meck lundi 4 mai 2009 Molsheim BREVET BLANC DE MATHEMATIQUES N 2 ( Extraits d'épreuves du brevet de 2007 et 2008 ) PRESENTATION 4 pts Rappel : Présenter les parties de l'épreuve sur feuilles

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Le planimètre polaire

Le planimètre polaire Le planimètre polaire Document d accompagnement des transparents. Bruno eischer Introduction Dans mon exposé à La Rochelle, ou au séminaire de l IREM de Besançon, j ai volontairement consacré une longue

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Exercice 2. Exercice 3

Exercice 2. Exercice 3 Feuille d eercices n 10 Eercice 1 Une voiture parcours 150 km. Elle effectue une première partie du trajet à la vitesse moyenne de 80 km/h. On notera la longueur de cette partie, eprimée en km Suite à

Plus en détail

Deux disques dans un carré

Deux disques dans un carré Deux disques dans un carré Table des matières 1 Fiche résumé 2 2 Fiche élève Seconde - version 1 3 2.1 Le problème............................................... 3 2.2 Construction de la figure avec geogebra...............................

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Quadrature n 74 (2009) 10 22. Online Material

Quadrature n 74 (2009) 10 22. Online Material Quadrature n 74 (009) 10 Online Material E. Brugallé, Online Material Un peu de géométrie tropicale Solutions des exercices Erwan Brugallé Université Pierre et Marie Curie, Paris 6, 175 rue du Chevaleret,

Plus en détail

Géométrie dans l espace

Géométrie dans l espace Géométrie dans l espace Mabrouk Brahim Université Virtuelle de Tunis 2007 Ce cours a pour objet la présentation des différents concepts de la géométrie de l espace comme une continuation de ceux vus en

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation graphique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Fonctions de deux variables. Mai 2011

Fonctions de deux variables. Mai 2011 Fonctions de deux variables Dédou Mai 2011 D une à deux variables Les fonctions modèlisent de l information dépendant d un paramètre. On a aussi besoin de modéliser de l information dépendant de plusieurs

Plus en détail

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B EXERCICE 1 (12 points) Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B Les trois parties de cet exercice peuvent être traitées de façon indépendante. A. Résolution d une équation différentielle On considère

Plus en détail

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions Formes quadratiques Imen BHOURI 1 Ce cours s adresse aux étudiants de niveau deuxième année de Licence et à ceux qui préparent le capes. Il combine d une façon indissociable l étude des concepts bilinéaires

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Groupe seconde chance Feuille d exercices numéro 4

Groupe seconde chance Feuille d exercices numéro 4 Groupe seconde chance Feuille d exercices numéro 4 Exercice 1 Ecrire un programme de construction de la figure suivante. On utilisera seulement deux mesures : le rayon du cercle est 8 cm, la largeur d

Plus en détail

Séquence 2. Repérage dans le plan Équations de droites. Sommaire

Séquence 2. Repérage dans le plan Équations de droites. Sommaire Séquence Repérage dans le plan Équations de droites Sommaire 1 Prérequis Repérage dans le plan 3 Équations de droites 4 Synthèse de la séquence 5 Exercices d approfondissement Séquence MA0 1 1 Prérequis

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

1S Modèles de rédaction Enoncés

1S Modèles de rédaction Enoncés Par l équipe des professeurs de 1S du lycée Parc de Vilgénis 1S Modèles de rédaction Enoncés Produit scalaire & Corrigés Exercice 1 : définition du produit scalaire Soit ABC un triangle tel que AB, AC

Plus en détail

Items étudiés dans le CHAPITRE N5. 7 et 9 p 129 D14 Déterminer par le calcul l'antécédent d'un nombre par une fonction linéaire

Items étudiés dans le CHAPITRE N5. 7 et 9 p 129 D14 Déterminer par le calcul l'antécédent d'un nombre par une fonction linéaire CHAPITRE N5 FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION Code item D0 D2 N30[S] Items étudiés dans le CHAPITRE N5 Déterminer l'image

Plus en détail

Triangle rectangle et cercle

Triangle rectangle et cercle Objectifs : 1 Savoir reconnaître et tracer une médiane. 2 Connaître et savoir utiliser la propriété qui caractérise le triangle rectangle par son inscription dans un demi-cercle. 3 Connaître et savoir

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

COURS DE MATHÉMATIQUES

COURS DE MATHÉMATIQUES COURS DE MATHÉMATIQUES Première S Valère BONNET valere.bonnet@gmail.com 0 juin 009 Lycée PONTUS DE TYARD 3 rue des Gaillardons 700 CHALON SUR SAÔNE Tél. : 33 03 85 46 85 40 Fax : 33 03 85 46 85 59 FRANCE

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

Une bien jolie curiosité

Une bien jolie curiosité Une bien jolie curiosité Roland Dassonval et Catherine Combelles Tracez un polygone régulier à n sommets inscrit dans un cercle de rayon 1, puis les cordes qui joignent un sommet donné aux n-1 autres.

Plus en détail

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x =

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x = LE NOMBRE D OR Présentation et calcul du nombre d or Euclide avait trouvé un moyen de partager en deu un segment selon en «etrême et moyenne raison» Soit un segment [AB]. Le partage d Euclide consiste

Plus en détail

Correction : E = Soit E = -1,6. F = 12 Soit F = -6 3 + 45. y = 11. et G = -2z + 4y G = 2 6 = 3 G = G = -2 5 + 4 11

Correction : E = Soit E = -1,6. F = 12 Soit F = -6 3 + 45. y = 11. et G = -2z + 4y G = 2 6 = 3 G = G = -2 5 + 4 11 Correction : EXERCICE : Calculer en indiquant les étapes: (-6 +9) ( ) ( ) B = -4 (-) (-8) B = - 8 (+ 6) B = - 8 6 B = - 44 EXERCICE : La visite médicale Calcul de la part des élèves rencontrés lundi et

Plus en détail

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE DURÉE DU JUR E FCTI DE LA DATE ET DE LA LATITUDE ous allons nous intéresser à la durée du jour, prise ici dans le sens de période d éclairement par le Soleil dans une journée de 4 h, en un lieu donné de

Plus en détail

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007 Correction du baccalauréat S Liban juin 07 Exercice. a. Signe de lnx lnx) : on fait un tableau de signes : x 0 e + ln x 0 + + lnx + + 0 lnx lnx) 0 + 0 b. On afx) gx) lnx lnx) lnx lnx). On déduit du tableau

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET TOUT E QU IL FUT SVOIR POUR LE REVET NUMERIQUE / FONTIONS eci n est qu un rappel de tout ce qu il faut savoir en maths pour le brevet. I- Opérations sur les nombres et les fractions : Les priorités par

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009.

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009. Licence de Gestion. 3ème Année Année universitaire 8-9 Optimisation Appliquée C. Léonard Correction de l épreuve intermédiaire de mai 9. Exercice 1 Avec les notations du cours démontrer que la solution

Plus en détail

CALCULATRICE AUTORISEE

CALCULATRICE AUTORISEE Lycée F. MISTRAL AVIGNON BAC BLANC 2012 Epreuve de MATHEMATIQUES Série S CALCULATRICE AUTORISEE DUREE : 4 heures Dès que le sujet vous est remis, assurez-vous qu il est complet Ce sujet comporte 3 pages

Plus en détail

Créer des figures dynamiques en 3 dimensions avec GeoGebra 5

Créer des figures dynamiques en 3 dimensions avec GeoGebra 5 Créer des figures dynamiques en 3 dimensions avec GeoGebra 5, 1/46 I. Pour débuter...3 IV. 9. Obtenir une sphère ou un cône tronqué...21 I. 1. Téléchargement...3 V. Illustration d'exercices...22 I. 2.

Plus en détail

Chapitre 2. Matrices

Chapitre 2. Matrices Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Chapitre 2 Matrices Emmanuel Royer emmanuelroyer@mathuniv-bpclermontfr Ce texte mis gratuitement à votre disposition a été rédigé grâce

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

212 année 2013/2014 DM de synthèse 2

212 année 2013/2014 DM de synthèse 2 22 année 20/204 DM de synthèse 2 Exercice Soit f la fonction représentée cicontre.. Donner l'ensemble de définition de la fonction f. 2. Donner l'image de 4 par f.. a. Donner un nombre qui n'a qu'un seul

Plus en détail