Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015"

Transcription

1 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k fois. On désigne par E l espace des polynômes à coefficients réels et, pour un entier n, par E n l espace des polynômes de degré inférieur ou égal à n. E = R[X], E n = R n [X] Soit D l endomorphisme de dérivation de E qui à un polynôme Q associe son polynôme dérivé Q. De même, D n est l endomorphisme de dérivation de E n qui à un polynôme Q de degré inférieur ou égal à n associe son polynôme dérivé Q. L objet du problème est de rechercher les réels λ pour lesquels l endomorphisme λid E +D est égal à un g 2 pour un certain endomorphisme g de E. On se pose la même question pour l endomorphisme λid En + D n. Préliminaires : noyaux itérés Soit V un espace vectoriel réel et f un endomorphisme de V.. Montrer que la suite des noyaux des endomorphismes f k pour k =, 2, est une suite de sous-espaces vectoriels de V emboitée croissante : ker f 0 ker f ker f k ker f k+ 2. Montrer que s il existe un entier p tel que les noyaux des endomorphismes f p et f p+ soient égaux, alors : k p : ker f k = ker f p 3. Montrer que lorsque l espace V est de dimension finie n, la suite des dimensions des noyaux des endomorphismes f k est constante à partir d un rang p inférieur ou égal à la dimension n de l espace. En déduire en particulier ker f n = ker f n+ 4. Soit u un endomorphisme d un espace vectoriel V de dimension finie n pour lequel il existe un entier q supérieur ou égal à tel que u q soit l endomorphisme nul. On dit alors que u est nilpotent. Montrer que u n est l endomorphisme nul. Préliminaires, Première et Deuxième partie de la première épreuve du Concours Commun Mines-Ponts 200 PC. Première partie Le but de cette partie est d établir des propriétés des endomorphismes g recherchés pour un λ réel donné et de donner un exemple.. Une caractérisation des sous-espaces vectoriels stables par g. a. Étant donné un entier naturel n donné, soit p {0,,, n}. Montrer que s il existe un endomorphisme g de l espace vectoriel E n = R n [X] tel que g 2 = λid En + D n alors l endomorphisme g commute avec D n : g D n = D n g Montrer que E p est stable par g. Soit g p la restriction de g à E p. Démontrer la relation : g 2 p = λid Ep + D p b. Montrer que s il existe un endomorphisme g de l espace vectoriel E = R[X] tel que alors l endomorphisme g commute avec D : g D = D g En déduire que, pour tout entier naturel n, E n est stable par g. Soit g n la restriction de g à E n. Démontrer la relation : g 2 n = λid En + D n c. Soit g un endomorphisme de l espace vectoriel E = R[X] tel que i. Soit F un sous-espace vectoriel de E stable par D et de dimension n +. On note D F l endomorphisme de F qui est la restriction de D à F. Montrer que D F est nilpotent. En déduire que F = E n = R n [X] Déterminer tous les sous-espaces vectoriels G de E (de dimension finie ou non) stables par D. ii. Démontrer que, pour qu un sous-espace vectoriel G de E soit stable par g, il faut et il suffit qu il soit stable par D. Rémy Nicolai Aalglin

2 2. Une application immédiate : le cas λ < 0. a. Sous quelle condition nécessaire sur le réel λ existe-t-il un endomorphisme g de l espace E 0 = R 0 [X] tel que g 2 = λid E0 + D 0 b. Soit λ un réel strictement négatif, déduire des questions précédentes les deux propriétés : Il n existe pas d endomorphisme g de E tel que Il n existe pas d endomorphisme g de E n tel que g 2 = λid En + D n 3. Une représentation matricielle simple de D n. Soit n un entier naturel supérieur ou égal à et λ un réel. On définit la matrice carrée d ordre n + notée A λ et dont les coefficients sont notés a i,j par les relations suivantes : a i,j = λ si i = j a i,j = si i + = j a i,j = λ sinon C est à dire λ λ... A λ = λ λ a. Soit V un espace vectoriel de dimension finie n + et f un endomorphisme de V tel que f n+ soit l endomorphisme nul sans que f n le soit. Démontrer qu il existe un vecteur y dans V tel que B = (y, f(y), f 2 (y),, f n (y)) soit libre. Quel est la matrice de f dans la base B? b. En déduire qu il existe une base B n de E n = R n [X] pour laquelle la matrice de D n est la matrice A λ. Quelle est la matrice associée à λid En +D n dans cette base B n? 4. Un exemple. Dans cette question, l entier n est égal à 2. a. Montrer que les seuls endomorphismes h de E 2 qui commutent avec D 2 sont les polynômes de degré inférieur ou égal à 2 en D 2 c est à dire les polynômes de la forme h = aid E + bd 2 + cd 2 2 pour a, b, c réels. b. En déduire qu il existe des endomorphismes g de E 2 qui vérifient g 2 = λid E3 + D 2 Déterminer les matrices carrées G d ordre 3 qui vérifient Deuxième partie G 2 = A L objet de cette partie est d étudier le cas où le réel λ est nul. Dans cette partie, l entier n est supérieur ou égal à.. Existence d un endomorphisme g tel que g 2 = D n. a. Montrer que, s il existe un endomorphisme g de E n = R n [X] tel que g 2 = D n, alors l endomorphisme g est nilpotent et le noyau de g 2 a une dimension au mins égale à 2. b. En déduire qu il n existe pas d endomorphisme g de E n = R n [X] tel que g 2 = D n. c. En déduire qu il n existe pas d endomorphisme g de E = R[X] tel que g 2 = D. 2. Existence d un endomorphisme g tel que g k = D n. a. Soit m un entier supérieur ou égal à et k un entier supérieur ou égal à 2. Soit g un endomorphisme de E = R[X] tel que g k = D m Montrer que les deux endomorphismes D et g sont surjectifs. b. Démontrer que les sou-espaces vectoriels ker g q de E sont de dimension finie lorsque 0 q k. 2 Rémy Nicolai Aalglin

3 c. Soit p un entier tel que 2 p k. Soit Φ l application définie dans ker g p par : P ker g p : Φ(P ) = g(p ) Montrer que cette application est linéaire de ker g p et à valeurs dans ker g p. Préciser son noyau et son image. En déduire une relation entre les dimensions des sous-espaces ker g p et ker g p. Quelle est la dimension de ker g p en fonction de ker g? d. Déterminer une condition nécessaire et suffisante sur les entiers m et k pour qu il existe un endomorphisme g de E tel que g k = D m. Retrouver le résultat de la question II..c. Corrigé Préliminaires. Comme f 0 est l identité, son noyau {O V } est inclus dans ker f. Pour k entier non nul, x ker f k : x ker f k f k (x) = 0 V f ( f k (x) ) = f(0 V ) x ker f k+ Ce qui montre la chaîne d inclusions demandée. 2. Soit p un entier tel que Nous allons montrer que Cela entrainera l égalité ker f p = ker f p+ ker f p+2 ker f p+ ker f p = ker f p+2 puis, en recommençant avec p +, cela entrainera l égalité de tous les noyaux suivants. Il s agit donc de montrer ker f p+2 ker f p+ Cela résulte de x ker f p+2 : f p+ (f(x)) = 0 V f(x) ker f p+ = ker f p f p+ (x) = f p (f(x)) = 0 V x ker f p+ 3. On suppose que V est de dimension finie. Les dimensions des noyaux forment une suite croissantes d entiers tous inférieurs ou égaux à dim V. Une telle suite ne peut être strictement croissante. Il existe donc un entier p tel que : 0 = dim(ker f 0 ) < dim(ker f ) < < dim(ker f p ) = dim(ker f p+ ) dim V = n Comme les premières inégalités sont strictes, on obtient p dim(ker f p ) n Comme on est en dimension finie : } dim(ker f p ) = dim(ker f p+ ) ker f p = ker f p+ ker f p ker f p+ L égalité se propage alors (d après 2.) à tous les k p parmi lesquels figure n. 3 Rémy Nicolai Aalglin

4 4. On applique le résultat de la question précédente. Dans le cas d un endomorphisme u nilpotent, la suite croissante des noyaux itérés se stabilise (avant n) à sa valeur finale qui est V tout entier. On en déduit qu il existe un p n tel que V = ker u p. Cela signifie Première Partie u p = 0 L(V ) u n = 0 L(V ). a. Dans E n, si n alors D n s exprime en fonction de g : D n = λid E + g 2 Sous cette forme, il est évident que D n commute avec g. On en déduit que g commute avec les puissance de D n. En particulier car D p+ x ker Dn p+ g(x) ker Dn p+ n (g(x)) = g(dn p+ (x)) = g(0 E ) = 0 E Une fois prouvée la stabilité de E p par g, on peut considérer la restriction g p de g à E p. Elle vérifie évidemment la même relation que g. b. Le raisonnement est le même que pour la question précédente. Le fait que E ne soit pas de dimension finie ne change rien. Si g vérifie la relation, il commute donc avec l opérateur de dérivation. Comme plus haut, E n est stable par g car c est un noyau d une puissance de D n et la restriction g n de g vérifie la même relation avec la restriction D n de D. c. i. L opérateur D F est la restriction à F de l opérateur de dérivation. Comme F est de dimension finie, il existe un entier k qui est le degré maximal d un polynôme quelconque de F. Alors D k+ F est nul. D après la partie préliminaire, comme D F est nilpotent dans un espace de dimension n +, l endomorphisme DF n est nul. Ceci montre que F R n[x]. Comme les deux espaces sont de même dimension, ils sont égaux. On peut en conclure que les seuls sous-espaces de dimension finie stables par D sont les R n [X]. Un seul sous-espace de dimension infinie est stable par D, il s agit de R[X] lui même. En effet, un tel espace doit contenir des polynômes de degré arbitraire et tous leurs polynômes dérivés. 2. Cas λ < 0 ii. Comme g commute avec D, un sous-espace est stable par g si et seulement si il est stable par D. a. Dans E 0 = R qui est un espace de dimension, les seules applications linéaires sont les multiplications par un scalaire. En particulier g est la multiplication par µ et D 0 est l application nulle donc Ce qui entraîne λ 0 µ 2 = λ b. D après., lorsqu il existe un g (dans E ou dans E n ), le sous-espace E 0 est stable par D et g donc λ 0. Ainsi, lorsque λ < 0, il n existe pas d application g vérifiant la condition étudiée (ni dans E, ni dans un E n ). 3. a. Soit f linéaire de V dans V telle que f n+ soit nulle mais pas f n. Il existe alors un y V tel que f n (y) 0 Montrons que B = (y, f(y),, f n (y)) est libre. Si (λ 0, λ, λ n ) sont des réels tels que λ 0 y + λ f(y) + + λ n f n (y) = 0 en composant par f n, on obtient λ 0 f n (y) = 0 avec f n (y) 0 d où λ 0 = 0 et ainsi de suite. En composant successivement par f n, f n 2, on obtient la nullité de tous les coefficients. La famille est donc libre. Cette famille est une base car elle contient autant de vecteurs que la dimension de l espace. La matrice de f dans cette base est A 0. b. L existence d une base B n dans laquelle la matrice de D n est A 0 résulte de la question précédente. On pouvait aussi choisir une famille constituée de polynômes de la forme k! Xk La matrice associée à λid En + D n dans cette base est A λ 4. Ici n = 2 a. Il est bien évident que les h de la forme aid E + bd 2 + cd Rémy Nicolai Aalglin

5 commutent avec D 2. On va montrer que ce sont les seuls. Soit P un polynôme de degré 2. Alors (P, D(P ), D 2 (P )) est une base de E 2. Comme f(p ) E 2, il existe des réels a, b, c tels que f(p ) = ap + bd(p ) + cd 2 (P ) Comparons f et F = aid E + bd + cd 2. Pour cela, il suffit de les comparer sur les vecteurs d une base. Par définition : f(p ) =F (P ) f(d(p )) =D(f(P )) = ad(p ) + bd 2 (P ) = F (D(P )) car D 3 (P ) = 0 f(d 2 (P )) =D 2 (f(p )) = ad 2 (P ) = F (D 2 (P )) Les deux fonctions coïncident sur une base, elles sont donc égales. b. On doit chercher les g telles que g 2 = λid + D parmi les applications qui commutent avec D. Cherchons donc des conditions sur a, b, c assurant que vérifie g 2 = λid + D. Calculons g 2 : g = aid E + bd 2 + cd 2 2 g 2 = a 2 Id + 2abD 2 + (b 2 + 2ac)D 2 = λid + D Comme les application linéaires (Id, D, D 2 ) forment une famille libre, on peut identifier les coefficients. On trouve donc deux matrices une définie par a = λ b = 2 λ L autre étant son opposée. Dans le cas où λ =, on trouve la matrice c = 8λ λ Deuxième Partie. a. Comme D n est nilpotent, il est évident que g l est aussi lorsque g 2 = D n. Par conséquent g 2 ne peut pas être injectif. Mais pourquoi ker g 2 est-il de dimension au moins 2? Comme g est nilpotente elle n est pas injective. Donc si la dimension de ker g 2 n est pas au moins 2 alors ker g et kerg 2 seront de dimension et égaux. D après la partie préliminaire, la suite des noyaux de g est constante dès le premier rang. Autrement dit g est nulle ce qui est absurde. b. Il n existe pas de g tel que g 2 = D n car le noyau de D n est de dimension alors que celui de g devrait être de dimension 2. c. idem 2. a. Tout polynôme admet plusieurs polynômes primitifs (c est à dire dont le polynôme dérivé est égal au polynôme donné) qui diffèrent d une constante. L application D est donc surjective. Il en est de même de D m = g k. La surjectivité de g k entraîne celle de g. b. Pour q k, ker g q ker g k = ker D m = E m qui est de dimension finie m. c. L application Φ est clairement linéaire. Elle prend ses valeurs dans ker g q car si x ker g k alors g q (x) = g q (g(x)) donc g(x) ker g q. Montrons la surjectivité de Φ. Soit x ker g q alors comme g est surjective, il existe un y tel que x = g(y) et 0 = g p (x) = g p (y) donc y ker g p et y est un antécédent par Φ de x. Ainsi Φ est surjective de ker g p vers ker g p de noyau ker g. Le théorème du rang donne alors dim(ker g p ) = dim(ker g p ) + dim(ker g) La suite des dimensions est arithmétique d où dim(ker g p ) = p dim(ker g) d. Si g k = D m, comme dim(ker D m ) = m, on doit avoir dim(ker g k ) = m c est à dire k dim(ker g) = m. Il est donc nécessaire que k divise m. et son opposée. 5 Rémy Nicolai Aalglin

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES Pour le Jeudi 14 Octobre 2010 NOTATIONS Soit V un espace vectoriel réel ; l'espace vectoriel des endomorphismes de l'espace vectoriel V est désigné par L(V ). Soit f un endomorphisme de l'espace vectoriel

Plus en détail

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels.

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay Exo7 Sujets de l année 28-29 1 Partiel Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. On suppose a + c = b + d = 1 et a b 1. ( ) a b c d 1. Soient (x 1,x

Plus en détail

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires 2MA01-Licence de Mathématiques Espaces vectoriels Exercice 1 Soit E un espace vectoriel. Pour x, y E et λ, µ K, montrer

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercice 1 On considére le sous-espace vectoriel F de R formé des solutions du système suivant : x1 x 2 x 3 + 2x = 0 E 1 x 1 + 2x 2 + x 3

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Théorie et codage de l information

Théorie et codage de l information Théorie et codage de l information Les codes linéaires - Chapitre 6 - Principe Définition d un code linéaire Soient p un nombre premier et s est un entier positif. Il existe un unique corps de taille q

Plus en détail

Devoir à la maison : correction

Devoir à la maison : correction Calcul différentiel 2 Sous-variétés : bilan Devoir à la maison : correction Exercice 1. Un exemple de sous-variété : les structures complexes Soit E un R-espace vectoriel. Montrer que la donnée d une structure

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 A = B =

0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 A = B = 2 ALGÈBRE Exercice 2.1. Soit n un entier supérieur ou égal à 2 et A, B les deux matrices de M n (R) définies par : 0 0 0 0 1 0 0 0 0... 0 1 0 0 0 A =.......... B = 0 0... 0 0 0...... 0 0 0 1. Déterminer

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits.

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits. Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits 1 La qualité de la rédaction est un facteur important dans l appréciation

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q 1 Codes linéaires Un code de longueur n est une partie de F n q. Un code linéaire C de longueur n sur le corps ni F q est un sous-espace vectoriel de F n q. Par défaut, un code sera supposé linéaire. La

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques DEUG MIAS premier niveau Cours de mathématiques année 2003/2004 Guillaume Legendre (version révisée du 3 avril 2015) Table des matières 1 Éléments de logique 1 1.1 Assertions...............................................

Plus en détail

Rapport sur l oral de mathématiques 2009

Rapport sur l oral de mathématiques 2009 Rapport sur l oral de mathématiques 2009 Oral spécifique E.N.S. Paris : Thomas Duquesne Oral commun Paris-Lyon-Cachan : Romain Abraham, Sorin Dumitrescu, Philippe Gille. 1 Remarques générales sur la session

Plus en détail

P (X) = (X a) 2 T (X)

P (X) = (X a) 2 T (X) Université Bordeaux I - année 00-0 MHT0 Structures Algébriques Correction du devoir maison Exercice. Soit P (X) Q[X]\Q.. Soit D(X) := pgcd(p (X), P (X)). a) Montrer que si deg D alors il existe α C tel

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

E3A PC 2009 Math A. questions de cours. t C). On véri e que

E3A PC 2009 Math A. questions de cours. t C). On véri e que E3A PC 29 Math A questions de cours. Soit C 2 M 3 (R) Analyse : Si C = S + A, S 2 S 3 (R) et A 2 A 3 (R) alors t C = t S + t A = S A d où S = 2 (C +t C) et A = 2 (C t C). L analyse assure l unicité (sous

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 30 avril 2015 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 30 avril 2015 Enoncés 1 [http://mpcpgedupuydelomefr] édité le 3 avril 215 Enoncés 1 Exercice 1 [ 265 ] [correction] On note V l ensemble des matrices à coefficients entiers du type a b c d d a b c c d a b b c d a et G l ensemble

Plus en détail

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E Exo7 Espaces vectoriels Vidéo partie 1. Espace vectoriel (début Vidéo partie 2. Espace vectoriel (fin Vidéo partie 3. Sous-espace vectoriel (début Vidéo partie 4. Sous-espace vectoriel (milieu Vidéo partie

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Mathématiques autour de la cryptographie.

Mathématiques autour de la cryptographie. Mathématiques autour de la cryptographie. Index Codage par division Codage série Code cyclique Code dual Code linéaire Corps de Galois Elément primitif m séquence Matrice génératrice Matrice de contrôle

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Année 2008/2009 1 Décomposition QR On rappelle que la multiplication avec une matrice unitaire Q C n n (c est-à-dire Q 1 = Q = Q T ) ne change

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

Programmation linéaire et Optimisation. Didier Smets

Programmation linéaire et Optimisation. Didier Smets Programmation linéaire et Optimisation Didier Smets Chapitre 1 Un problème d optimisation linéaire en dimension 2 On considère le cas d un fabricant d automobiles qui propose deux modèles à la vente, des

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables 6. 1 Fonctions différentiables de R 2 dans R. 6. 1. 1 Définition de la différentiabilité Nous introduisons la différentiabilité sous l angle des développements

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Biologie, chimie, physique et sciences de la Terre (BCPST) Discipline : Mathématiques Seconde année Préambule Programme

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions

Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions HQ = He 1 He 2 He 3 He 4 HQ e 5 comme anneaux (avec centre Re 1 Re 2 Re 3 Re 4

Plus en détail

La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces

La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces ISSN 1472-2739 (on-line) 1472-2747 (printed) 519 Algebraic & Geometric Topology Volume 1 (2001) 519 548 Published: 5 Octoberber 2001 ATG La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites. Les pages qui suivent comportent, à titre d exemples, les questions d algèbre depuis juillet 003 jusqu à juillet 015, avec leurs solutions. Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Mathématiques appliquées à l informatique

Mathématiques appliquées à l informatique Mathématiques appliquées à l informatique Jean-Etienne Poirrier 15 décembre 2005 Table des matières 1 Matrices 3 1.1 Définition......................................... 3 1.2 Les différents types de matrices.............................

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 MPSI 1 Feuille d exercices Manipulation des relations d ordre. Relation d ordre Exercice 1. Soit E un ensemble fixé contenant au moins deux éléments. On considère la relation

Plus en détail

Master de mathématiques Analyse numérique matricielle

Master de mathématiques Analyse numérique matricielle Master de mathématiques Analyse numérique matricielle 2009 2010 CHAPITRE 1 Méthodes itératives de résolution de systèmes linéaires On veut résoudre un système linéaire Ax = b, où A est une matrice inversible

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Contrôle de mathématiques

Contrôle de mathématiques Contrôle de mathématiques Correction du Lundi 18 octobre 2010 Exercice 1 Diviseurs (5 points) 1) Trouver dans N tous les diviseurs de 810. D 810 = {1; 2; 3; 5; 6; 9; 10; 15; 18; 27; 30; 45; 54; 81; 90;

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

Théorie et codage de l information

Théorie et codage de l information Théorie et codage de l information Les codes de Hamming et les codes cycliques - Chapitre 6 (suite et fin)- Les codes de Hamming Principe La distance minimale d un code linéaire L est le plus petit nombre

Plus en détail

Chapitre 2. Matrices

Chapitre 2. Matrices Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Chapitre 2 Matrices Emmanuel Royer emmanuelroyer@mathuniv-bpclermontfr Ce texte mis gratuitement à votre disposition a été rédigé grâce

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES Spé Maths Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

CALCULATRICE AUTORISEE

CALCULATRICE AUTORISEE Lycée F. MISTRAL AVIGNON BAC BLANC 2012 Epreuve de MATHEMATIQUES Série S CALCULATRICE AUTORISEE DUREE : 4 heures Dès que le sujet vous est remis, assurez-vous qu il est complet Ce sujet comporte 3 pages

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail