Cours d Analyse I et II

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours d Analyse I et II"

Transcription

1 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours d Analyse I et II Sections Microtechnique & Science et génie des matériaux Dr. Philippe Chabloz avril 23

2

3 Table des matières Sur les nombres. Les nombres entiers Définitions et notations Démonstration par récurrence Nombres premiers La formule du binôme Les nombres rationnels Les nombres réels Introduction Développement décimal Majorants et bornes supérieures Les nombres complexes Définition et propriétés Représentation dans le plan, module et argument Conjugué complexe Forme trigonométrique Similitude du plan complexe Racines n-ième d un nombre complexe Polynômes et racines Définition et division euclidienne Théorème fondamental de l algèbre Equations du second degré Equations de degré Suites réelles et séries numériques 2 2. Suites réelles Définitions Convergence d une suite Propriétés de convergence des suites Sous-suites et points d accumulation Suites de Cauchy Suites récurrentes Méthodes pour trouver la limite d une suite récurrente Séries Convergence d une série Propriétés des séries Séries à termes positifs Séries alternées Série absolument convergente iii

4 iv TABLE DES MATIÈRES 2.4 Définition du nombre e Un petit résumé de quelques séries Fonctions réelles et continuité Définitions générales Fonctions réelles Quelques fonctions réelles élémentaires Représentation des courbes planes Valeur limite d une fonction à l infini Valeurs limites en un point et continuité Définitions Propriétés des limites Exemples Continuité Exemples Prolongement par continuité Propriétés des fonctions continues Dérivées et applications La dérivée Définitions Exemples Régles de calculs Dérivées des fonctions élémentaires Dérivée de la fonction réciproque Quelques exemples Dérivée des fonctions implicites Représentation paramétrique Théorème de la moyenne Quelques théorèmes La règle de Bernoulli-l Hospital Comparaison des croissances des fonctions (ln x) α, x β et e γx Dérivées d ordres supérieurs Etude de fonction Croissance et extremum Courbure et point d inflexion Développement limité et série de Taylor Définitions Exemples Opérations sur les développements limités Application : calcul de limite Application aux extremums Formule d Euler Résolution numérique d équations : méthode de Newton Calcul intégral L intégrale définie Définition par sommes de Riemann Propriétés de l intégrale définie Théorème fondamental du calcul intégral

5 TABLE DES MATIÈRES v 5.2 Primitives Définition et propriétés Recherche des primitives Intégration des fonctions rationnelles Intégration des fonctions rationnelles de fonctions trigonométriques Quelques autres techniques Intégrales impropres Définitions Critères de convergence Application : calcul d aires Aire entre 2 courbes Domaine fermé Surfaces sectorielles Longueur d arc Calcul des volumes Cas où l aire des sections est connue Corps de révolution Surface de révolution Convergence des séries : critère intégral Equations différentielles ordinaires 3 6. Introduction et définitions Equation différentielle du premier ordre Equation séparable Equation homogène en x et y Equation linéaire Equation du type y = ϕ ( ax+by+c dx+ey+f ) Equation de Bernoulli Equation différentielle du 2ème ordre Equation sans terme y Equation autonome (sans terme x) Equation linéaire Equation de Ricati Equation différentielle d Euler Applications Position d équilibre d un câble Phénomènes oscillatoires Circuit RLC série Calcul différentiel à plusieurs variables L espace R n Structures sur R n Courbes dans R n Définition Dérivabilité Longueur d une courbe Angle entre deux courbes Fonctions réelles à plusieurs variables Graphe Ensembles et courbes de niveau

6 vi TABLE DES MATIÈRES 7.4 Dérivées partielles Gradient Approximation du er ordre and plan tangent Règles de dérivation Dérivée directionnelle Gradient et courbes de niveau Dérivées partielles d ordres supérieurs Etude de fonction Extremum Classification des points stationnaires Théorème des fonctions implicites Exemple Théorème général Application : équation du plan tangent à une surface implicite Extremum sous contraintes : multiplicateur de Lagrange Multiplicateur de Lagrange Contraintes multiples Fonctions de R n dans R m Gradient Application : changement de coordonnées Intégrales multiples 2 8. Intégrales doubles Définition et interprétation géométrique Propriétés de l intégrale double Calcul effectif Applications Intégration sur tout R Changement de variables Application : coordonnées polaires Intégrales triples Définition Calcul effectif Changement de variables Intégrales de surfaces Représentation paramétrique d une surface Calcul de l aire d une surface Cas explicite z = f(x, y) Intégrales dépendant d un paramètre Intégrales curvilignes Intégration d un champ scalaire Intégration d un champ vectoriel

7 Chapitre Sur les nombres. Les nombres entiers.. Définitions et notations On note N = {,, 2, 3,...} l ensemble des entiers naturels ; Z = {..., 3, 2,,,, 2, 3,...} l ensemble des nombres entiers relatifs...2 Démonstration par récurrence On utilise ce type de démonstration lorsque l énoncé à démontrer dépend d un paramètre n N. Soit P (n) un énoncé dépendant de n N et ayant un sens pour tout n n N (souvent n = ou ). La démonstration par récurrence de P (n) comporte 2 étapes, la seconde possédant 2 variantes : ) On montre d abord que le résultat est vrai pour n = n. 2) On démontre ensuite, en admettant que le résultat est vrai pour n n, qu il reste vrai pour n +. On montre donc l implication P (n) = P (n + ) n n Variante 2 ) On admet le résultat pour tout k tel que n k n et on le démontre pour n +. On démontre donc, dans cette variante, l implication [ P (k) k {n, n +,..., n} ] = P (n + ). Exemples.. (a) Montrons que n(n + ) S(n) = n = n. 2 ) L affirmation est vraie pour n = car = ) Supposons la formule vraie pour n et montrons-la pour n +. n(n + ) S(n + ) = n + (n + ) = + n + = 2 = n2 + 3n + 2 (n + )(n + 2) = 2 2 ce qui montre que la formule reste vraie pour n +. n(n + ) + 2(n + ) 2

8 2 CHAPITRE. SUR LES NOMBRES (b) Démontrons la formule suivante : S(n) = n 2 = n(n + )(2n + ). 6 ) La formule est vraie pour n = car = ) On suppose que la formule est vraie pour n. Alors } {{ n } 2 +(n + ) 2 = 6 n(n + )(2n + ) + n2 + 2n + = 6 n(n+)(2n+) = ( n(n + )(2n + ) + 6n 2 + 2n + 6 ) 6 = ( 2n 3 + 9n 2 + 3n + 6 ) = (n + )(n + 2)(2n + 3) 6 6 ce qui démontre la formule pour n Nombres premiers Définition.2. On dit qu un entier n N est premier s il est 2 et qu il n est divisible que par et par lui-même. Exemple.3. 2, 3, 5, 7,,... sont premiers alors que,, 8, 9, 6, 22 ne le sont pas. Théorème.4. Tout nombre naturel n > s écrit de manière unique comme produit de nombres premiers, i.e. n = p e pe 2 2 pe r r où p < p 2 < < p r sont des premiers uniques et les e i sont des entiers également uniquement déterminés par n. De plus, les nombres premiers p, p 2,, p n sont les uniques nombres premiers divisant n. Démonstration : (par récurrence) Ici, le début de la récurrence est n = 2. ) Si n = 2, alors le théorème est vrai car 2 est premier. 2 ) Supposons l énoncé vrai pour tout entier k tel que 2 k n et considérons n +. Si n + est un nombre premier, alors l affirmation est vraie. Sinon, on a n + = md avec < m, d n. Par hypothèse de récurrence, le théorème est vrai pour d et m. Ainsi d = p e pe pe r r m = q c qc qc s s et donc n + = p e pe pe r r q c qc qc s s où les p i et les q j sont des nombres premiers. L unicité de cette décomposition est admise sans preuve ici. Théorème.5 (Euclide). Il existe une infinité de nombres premiers Démonstration : Supposons, par l absurde, qu il existe un nombre fini n de premiers et notons-les p, p 2,...p n. Soit N = p p 2 p n +. Par les théorèmes précédents, il est alors divisible par un nombre premier c est-à-dire qu il existe un p i qui divise N. Mais comme p i divise également le produit p p 2 p n, il doit diviser aussi la différence, c est-à-dire N p p 2 p n = ce qui est absurde. Il existe donc une infinité de nombres premiers.

9 .. LES NOMBRES ENTIERS 3..4 La formule du binôme Définition.6 (Coefficients binomiaux). On pose, pour tout n N et pour tout k n, k N. ( ) n n! n(n )(n 2) (n k + ) = =. k k!(n k)! k(k )(k 2) 2 Remarque.7. Par symétrie de la définition, on a toujours ( ) ( ) n n = k n k Exemple.8. ( ) 4 = 4! 2 2!2! = 6 ( ) 4 = 4! 3 3!! = 4 Propriétés : On a, entre autres, ( ) ( ) n n. = =. n ( ) ( ) n n 2. = = n pour tout n. n ( ) ( ) ( ) n n n = (cf. exercices) k k k ( ) 5 = = Le triangle de Pascal Les formules -3 ci-dessus permettent de construire le triangle de Pascal. Les coefficients binomiaux sont utiles pour calculer (a + b) n : Théorème.9 (Formule du binôme). Soient a, b R et n N. Alors ( ) ( ) ( ) n n n (a + b) n = a n + a n b + a n 2 b ab n + b n 2 n n ( ) n = a n k b k. k En particulier, on a k= (a + b) 2 = a 2 + 2ab + b 2 (a + b) 3 = a 3 + 3a 2 b + 3ab 2 + b 3 (a + b) 4 = a 4 + 4a 3 b + 6a 2 b 2 + 4ab 3 + b 4

10 4 CHAPITRE. SUR LES NOMBRES Démonstration : Par récurrence : ) La formule est clairement vraie pour n = et. 2) Supposons la formule vraie pour n et montrons-la pour n +. n ( ) n (a+b) n+ = (a + b)(a + b) n = (a + b) a n k b k k k= n ( ) n n ( ) n = a a n k b k + b a n k b k k k k= k= n ( ) n n ( ) n = a n k+ b k + a n k b k+ k k k= k= n ( ) n+ n ( ) n = a n k+ b k + a n j+ b j j := k + = k= k ( ) n a n+ + [( ) n + j= ( n j )] a n b + [( ) ( n n + 2 [( ) n + n ( ) ( ) ( ) n + n + n + = a n+ + a n b + a n b (par la propriété 3 ci-dessus) n+ ( ) n + = a n+ k b k. k k=.2 Les nombres rationnels )] a n b ( )] n + ab n + n ( n + n ) ab n + ( ) n b n+ n ( ) n + b n+ n + On définit Q = { m n ; m Z, n Z } avec l équivalence m n = m n mn = m n. C est l ensemble des nombres rationnels. Dans Q, les 4 opérations sont toujours possibles à l exception, bien sûr, de la division par. On dit que Q est un corps. Problème : il existe des longueurs dans le plan ne correspondant à aucun nombre rationnel. En effet considérons la diagonale du carré de côté égal à. Alors par Pythagore, sa longueur c doit satisfaire c 2 = + = 2, donc c = 2. Or Proposition.. Le nombre 2 n est pas rationnel. Démonstration : Supposons, par l absurde, qu il existe p, q Z avec 2 = p et supposons q que la fraction est réduite, c est-à-dire que p et q sont premiers entre eux (pgcd(p,q)=). En élevant au carré, on obtient p 2 q 2 = 2

11 .3. LES NOMBRES RÉELS 5 ce qui donne 2q 2 = p 2. L entier p 2 est donc pair ce qui signifie que p l est aussi. Donc p = 2p et alors on a 2q 2 = p 2 = (2p ) 2 = 4p 2. En divisant par 2, on obtient q 2 = 2p 2 ce qui montre que q est également pair ce qui contredit le fait que la fraction est réduite. Donc 2 Q. De ce fait on introduit.3 Les nombres réels.3. Introduction On note R l ensemble des nombres réels. On peut voir les nombres réels comme toutes les longueurs géométriques obtenues le long d une droite. Représentation : Exemples.. Les nombres 2, non rationnels. 3 2, 4 5, π, π, e, e 2, ln(5) sont tous des nombres réels L ensemble R est un corps, totalement ordonné, archimédien, complet : totalement ordonné : on peut toujours comparer 2 réels r et u ; soit u > r, soit u < r, soit u = r. archimédien : pour tout couple (x, y) de nombres réels, il existe un entier n N tel que nx > y complet : cf. chapitre 2. Notation.2. r ]a; b[ a < r < b r [a; b] a r b r ]a; b] a < r b intervalle ouvert intervalle fermé intervalle semi-ouvert Définition.3. Si r R et r Q, alors r est dit irrationnel. Exemples.4. π (transcendant) 2 (algébrique). Proposition.5. Considérons le nombre N où N N. Alors { N N si N est un carré dans N N Q sinon. La démonstration est une généralisation de celle faite pour démontrer que 2 est irrationnel.

12 6 CHAPITRE. SUR LES NOMBRES.3.2 Développement décimal Théorème.6. Soit r un nombre réel. Alors r est rationnel si et seulement si son développement décimal est périodique. Démonstration : Montrons d abord que si r est rationnel, alors son développement décimal est périodique. Soit r = m n. On peut supposer m < n. Alors r = m n =, c c 2 c 3 c 4... où les c i sont obtenus par une division euclidienne. Les restes successifs r i sont toujours < n. Après au plus n divisions, on retrouvera donc un reste r j égal à un reste précédent r i et le processus de division devient périodique. Le développement devient donc périodique à partir de la décimale c i. Notons que la longueur de la période est au plus égale à n. Exemple.7. Montrons la réciproque. Soit 2 7 = r = d d 2... d m, e e 2... e r c c 2... c n un nombre réel dont le développement décimal est périodique. On va montrer que r Q. Il est clair que le nombre d d 2... d m, e e 2... e r est rationnel. Il suffit donc de montrer que est rationnel. Posons N = c c 2... c n. Alors s =, c c 2... c n n s = c c 2... c n, c c 2... c n s =, c c 2... c n En soustrayant la seconde ligne à la première, on obtient ( n )s = c c 2... c n = N et donc s = N n. Exemples.8. ) Soit r =, s =, 526, N = 526, n = 3. Alors s = = et r = = ) Soit s =, 3. Alors N = 3, n = 2 et s = 3 2 = 3 99.

13 .3. LES NOMBRES RÉELS Majorants et bornes supérieures Dans cette section, S désignera soit Q soit R et A sera un sous-ensemble non vide de S. Définition.9. A est dit majoré (resp. minoré) dans S s il existe s S tel que a s (resp. a s) pour tout a A. L élément s S est appelé un majorant (resp. un minorant) de A. Le sous-ensemble A est dit borné s il est à la fois majoré et minoré. Remarques : ) L élément s n appartient pas nécessairement à A. 2) Si A possède un majorant, alors il en possède une infinité. En effet, si s est un majorant de A, alors tout t S tel que t s est aussi un majorant. Définition.2 (Borne supérieure ou supremum). Un majorant s de A est appelé la borne supérieure ou supremum de A s il est le plus petit des majorants, c est-à-dire si, pour tout autre majorant s de A, on a s s. On note alors s = sup A. Si A n est pas majoré, on pose sup A = Définition.2 (Borne inférieure ou infimum). Un minorant s de A est appelé la borne inférieure ou infimum de A s il est le plus grand des minorants. On note alors s = inf A. Si A n est pas minoré, on pose inf A =. Remarque : Si le supremum (resp. l infimum) existe, il est unique. Remarque : Si le supremum (resp. l infimum) de A appartient à A, on dit que c est le maximum (resp. le minimum) de A et on le note max A (resp. min A). Exemple.22. soit A =]; ], S = R alors sup A = = max A et inf A = A Propriétés des nombres réels (C) Dans R, tout sous-ensemble (non vide) possède une borne supérieure et une borne inférieure. Remarque : Cette propriété n est pas vraie dans Q : Exemple.23. Considérons le sous-ensemble de Q A = {x Q x 2 < 2} C est un sous-ensemble borné de Q car, par exemple, 3 2 est un majorant de A et 3 2 est un minorant de A. Mais il ne possède ni de borne supérieure ni de borne inférieure dans Q. En revanche, si on considère A comme sous-ensemble de R, alors la propriété (C) ci-dessus assure l existence d une borne supérieure r = sup A et d une borne inférieure s = inf A. On montre alors facilement que r 2 = s 2 = 2 et donc que sup A = 2 et inf A = 2.

14 8 CHAPITRE. SUR LES NOMBRES.4 Les nombres complexes.4. Définition et propriétés Dans R, 4 opérations possibles ; toutes les racines n-ièmes de tous les nombres positifs existent. MAIS dans R. n existe pas dans R. Ou autrement dit, le polynôme X 2 + est irréductible On introduit alors le nombre i défini par i 2 = et l ensemble des nombres complexes est alors C := {a + bi ; a, b R} Exemples i 2 πi 4, 5, π i, 4 3i sont des nombres complexes. Terminologie Soit z = a + bi un nombre complexe. Le nombre réel a est appelé la partie réelle de z et est noté Re(z). Le nombre réel b est la partie imaginaire de z et est noté Im(z). Si b =, z est réel. Si a =, alors z est dit imaginaire (pur) On définit les 4 opérations dans C de la manière suivante : Addition : z = a + bi z 2 = c + di z + z 2 = (a + bi) + (c + di) = (a + c) + (b + d)i Opposé : Si z = a + bi, alors z = a bi. Exemples.25. ( + i) + (3 4i) = ( + 3) + ( 4)i = 4 3i ( 2 + 3i) + ( i) = ( )i (2 i) ( + 4i) = 2 i 4i = 5i

15 .4. LES NOMBRES COMPLEXES 9 Multiplication : Si z = a + bi et z 2 = c + di alors z z 2 = (a + bi)(c + di) = ac + adi + bci + bdi 2 = ac bd + (ad + bc)i car i 2 =. Inverse : Tout nombre complexe z a un inverse : si z = a + bi alors Vérification : z = a bi a 2 + b 2 = a a 2 + b 2 b a 2 + b 2 i z z = (a + bi) a bi (a + bi)(a bi) a 2 = + b2 a 2 + b 2 = a2 abi + abi b 2 i 2 a 2 + b 2 = a2 + b 2 a 2 + b 2 =. Donc, en ajoutant simplement à R le nombre i et tous les nombres de la forme a + bi, on obtient un corps : les 4 opérations sont possibles. ATTENTION : C n est pas ordonné : z < z 2 n a aucun sens!!!!! Propriétés dans C. Commutativité : z + z 2 = z 2 + z z z 2 = z 2 z 2. Associativité : (z + z 2 ) + z 3 = z + (z 2 + z 3 ) z (z 2 z 3 ) = (z z 2 )z 3 3. Distributivité de l addition par rapport à la multiplication : z (z 2 + z 3 ) = z z 2 + z z Représentation dans le plan, module et argument Soit z = a + bi un nombre complexe. On peut lui associer le point P z (a ; b) du plan. Définition.26. Soit z = a + bi.

16 CHAPITRE. SUR LES NOMBRES Le module de z est le nombre réel z = r = a 2 + b 2 (toujours ). L argument de z est le nombre réel arg(z) = θ défini par les deux égalités : cos θ = sin θ = a a 2 + b = a 2 z b a 2 + b = b 2 z ATTENTION : On a tan(θ) = b a mais θ n est pas toujours égal à arctan ( b a Exemples.27. ) z = 2 + 6i P z ( 2, 6) ). 2) z = 6 P ( 6; ) z = ( 2) = 4 arctan(6/ 2) =.249 Mais θ = π = ) z = 3i P (; 3) r = z = 6 arg(z) = π. r = z = 3 arg(z) = π 2.

17 .4. LES NOMBRES COMPLEXES.4.3 Conjugué complexe Si z = a + bi, on définit z = a bi. On a alors zz = (a + bi)(a bi) = a 2 (bi) 2 = a 2 + b 2 = z 2. Quelques propriétés ) zz = z 2 = z = 2) z = z ; z + w = z + w z z 2. 3) z = z ; arg(z) = arg(z). 4) z + z = 2a ; z z = 2bi 5) z 2 = (z) 2 car (a + bi) 2 = a 2 b 2 + 2abi = a 2 b 2 2abi = (a bi) 2 = ( a + bi ) 2. Conséquence : zw = z w En effet, d une part (z + w) 2 = (z + w) 2 = (z + w) 2 = z 2 + 2z w + w 2 et d autre part (z + w) 2 = z 2 + 2zw + w 2 = z 2 + 2zw + w 2. 6) Donc 2z w = 2zw ce qui implique zw = z w. zw = z w Démonstration : Le module d un produit est égal au produit des modules. zw 2 = zw zw = zwzw = zzww = z 2 w 2 = ( z w ) 2 Comme tout est positif, on a encore zw = z w. Corollaire : z = z w = w z z

18 2 CHAPITRE. SUR LES NOMBRES 7) Inégalité du triangle : z + w z + w Démonstration : On a d abord z = a 2 + b 2 a 2 = a a = Re(z). Alors ( ) z + w 2 = (z + w)(z + w) = (z + w)(z + w) = zz + zw + wz + ww = z 2 + zw + wz + w 2 = z 2 + w 2 + 2Re(zw) par (*) z 2 + w zw = z 2 + w z w = ( z + w ) 2. Donc z + w z + w..4.4 Forme trigonométrique Soit z = a + bi et r = z et θ = arg(z). On a a = r cos(θ) et b = r sin(θ). Donc z = a + bi = r cos(θ) + r sin(θ)i = r(cos θ + i sin θ). Le nombre z est entièrement déterminé par son module et son argument. On note alors z = [r; θ] = r(cos θ + i sin θ) C est la forme trigonométrique de z. Exemples.28. ) z = 6 = [6; π] 2) z = 2 + 6i = [ 4;.8925] 3) z = 3i = [3; π/2]. Produit et inverse sous forme trigonométrique Soient z = [r ; θ ] = r (cos θ + i sin θ ) et z 2 = [r 2 ; θ 2 ] = r 2 (cos θ 2 + i sin θ 2 ). Alors z z 2 = r r 2 (cos θ + i sin θ )(cos θ 2 + i sin θ 2 ) = r r 2 [(cos θ cos θ 2 sin θ sin θ 2 ) + i(cos θ 2 sin θ + cos θ sin θ 2 )] = r r 2 [cos(θ + θ 2 ) + i sin(θ + θ 2 )].

19 .4. LES NOMBRES COMPLEXES 3 Donc z z 2 = r r 2 = z z 2 et arg(z z 2 ) = θ + θ 2 = arg(z ) + arg(z 2 ) Ainsi l argument d un produit est égal à la somme des arguments. Il s ensuit que arg On en déduit ( ) ( ) ( ) z = arg z z 2 = arg z 2 + arg(z) = arg(z) = arg(z). arg ( z z 2 ) ( ) = arg(z ) + arg = arg(z ) arg(z 2 ) z 2 En résumé. [r ; θ ] [r 2 ; θ 2 ] = [r r 2 ; θ + θ 2 ] 2. [ ] [r ; θ ] [r 2 ; θ 2 ] = r ; θ θ 2 r 2 3. z n = [r; θ] n = [r n ; n θ] Exemple.29. Calculons z = ( + i)9 ( i) 7. On a + i = [ 2; π 4 ] et i = [ 2; π ]. Alors 4 z = [ 2; π/4] 9 [ 2; π/4] = [ 9 2 ; 9π/4] 7 [ 2 7 ; 7π/4] = [6 2; 9π/4] [8 2; 7π/4] = = [2; 4π] = [2; ] = 2. [ 6 ] 2 8 ; 9π/4 ( 7π/4) 2 Applications : Soit z = [; θ] = cos(θ) + i sin(θ). Alors z n = [ n ; nθ] = [; nθ] = cos(nθ) + i sin(nθ). Donc (cos(θ) + i sin(θ)) n = cos(nθ) + i sin(nθ) Formule de Moivre

20 4 CHAPITRE. SUR LES NOMBRES En particulier, si n = 3, on trouve cos(3θ) + i sin(3θ) = (cos θ + i sin θ) 3 = cos 3 θ + 3i cos 2 θ sin θ + 3i 2 cos θ sin 2 θ + i 3 sin 3 θ = cos 3 θ 3 cos θ sin 2 θ + i(3 cos 2 θ sin θ sin 3 θ) On en déduit les formules trigonométriques pour le triple d un angle : Remarque.3. cos(3θ) = cos 3 θ 3 cos θ sin 2 θ sin(3θ) = 3 cos 2 θ sin θ sin 3 θ. z = n a pas de forme trigonométrique car son argument n est pas défini. En revanche =. 2. L argument n est défini qu à un multiple de 2π près. Ainsi [r; θ] = [r; θ + k 2π] k Z. 3. On verra au chapitre 2 que [r ; θ] = re iθ..4.5 Similitude du plan complexe On peut faire correspondre à toute similitude du plan complexe une opération algébrique dans C. ( ) a (I) Translation de vecteur Addition du nombre w = a + bi. b (II) Homothétie de rapport r R Multiplication par w = r. (III) Rotation d angle φ Multiplication par le nombre w = [; φ] = cos φ+i sin φ. En effet, si z = [r ; θ] alors z w = [r ; θ + φ]

21 .4. LES NOMBRES COMPLEXES 5 (IV) Symétrie d axe Ox prise du conjugué : z z. (V) etc Racines n-ième d un nombre complexe Soit z = [r; θ] un nombre complexe (donné sous forme trigo) et n un entier. On cherche tous les nombre complexes w tels que w n = z racines n-ième de z. Les w sont donc les solution (dans C ) de l équation X n z =. Posons w = [s; ϕ] et déterminons s et ϕ. On doit avoir donc Ceci donne le système dont les solutions sont données par [s; ϕ] n = [r; θ] [s n ; nϕ] = [r; θ + k 2π] k Z. { s n = r nϕ = θ + k 2π { s = n r k Z ϕ = θ n + k 2π n k Z Il y a donc exactement n racines n-ième de z distinctes données par [ w k = n θ r; n + k 2π ] n k =,, 2,..., n. En résumé, on a la formule suivante pour tout q Q : [r ; θ] q = [r q ; qθ + kq2π] k Z Exemples.3. ) z = = [; ]. Les racines n-ième de sont [ ] [ n 2π w k = ; + k = ; k 2π ] n n k =,, 2..., n. (On a w = [, ] = )

22 6 CHAPITRE. SUR LES NOMBRES Les w k sont sur les sommets d un n-gone régulier. Les w k sont les racines (les zéros) dans C du polynôme X n. 2) Si n = 3 dans l exemple ) ci-dessus, alors on a w = w = [; 2π 3 ] = (cos 2π 3 + i sin 2π 3 ) = i =: j w 2 = [; 2 2π 3 ] = (cos 4π 3 + i sin 4π 3 ) = i =: j On peut vérifier directement par calcul que j 3 = j 3 =. Ainsi, dans C, le polynôme X 3 se décompose en X 3 = (X )(X 2 + X + ) = (X )(X j)(x j). Cas particulier : racines carrées ( n = 2 ) Le nombre complexe z = [r, θ] a deux racines carrées qui sont données par w = [ r; θ 2 ] w = [ r; θ 2 + π] = w. Dans ce cas précis des racines carrées, on peut également résoudre le problème sans passer par la forme trigonométrique. En effet, si z = a + bi est donné, on cherche w = u + vi tel que w 2 = z, i.e (u + vi) 2 = u 2 v 2 + 2uvi = a + bi ce qui donne le système u 2 v 2 = a 2uv = b u 2 + v 2 = a 2 + b 2 car z = z ( ) Exemples.32. ) Cherchons les 2 racines carrées du nombre z = i. On résoud le système (*) u 2 v 2 = 2uv = u 2 + v 2 = ce qui donne u = ± 2 et donc v = u. Les 2 racines carrées de i sont + i et i ) Trouver les 2 racines carrées de z = 3 4i. On a z = = 5 et arg(z) = Ainsi z = [5;.9273]

23 .5. POLYNÔMES ET RACINES 7 et donc w = [ 5;.9273 ] [ ( = 5 cos.9273 ) ( + i sin.9273 ) ] = 2 i Et alors w = w = 2 + i. Pas de choix canonique. ATTENTION La notation z est à éviter. Exemple : = = ( )( ) = = i i =!!!!!!!!.5 Polynômes et racines.5. Définition et division euclidienne Soit X une indéterminée ou variable. Alors P (X) = a n X n + a n X n + + a X + a avec a n est appelé un polynôme de degré n. On note n = deg(p ). Les nombres a k sont les coefficients du polynôme. Ils peuvent être réels ou complexes. Deux polynômes sont égaux si et seulement s ils sont de même degré et que leurs coefficients sont égaux. On dit qu un nombre (réel ou complexe) z est une racine de P (X) si P (z ) = autrement dit si a n z n + + a z + a =. Division euclidienne Soient P (X) et D(X) deux polynômes. Alors il existe 2 polynômes Q(X) et R(X) avec deg(r) < deg(d) tels que P (X) = D(X)Q(X) + R(X). Le polynôme R(X) est le reste de la division de P (X) par D(X). En particulier si D(X) = X z (degré ) alors P (X) = Q(X)(X z ) + R R R avec P (z ) = R =. En résumé, un polynôme possède z comme racine si et seulement s il est divisible par X z. Corollaire.33. Un polynôme de degré n possède au plus n racines..5.2 Théorème fondamental de l algèbre Le corps C des nombres complexes joue un rôle capital dans l existence des zéros d un polynôme à cause du théorème suivant : Théorème.34 (Théorème fondamental de l algèbre). Tout polynôme P (X) de degré à coefficients dans C a (au moins) une racine dans C. Sans démonstration. En utilisant la division euclidienne, on peut formuler ce théorème ainsi : Tout polynôme à coefficients dans C se factorise en un produit de polynômes de degré.

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 :

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 : Exercice 1 : NOMBRES COMPLEXES On donne θ 0 un réel tel que : cos(θ 0 ) 5 et sin(θ 0 ) 1 5. Calculer le module et l'argument de chacun des nombres complexes suivants (en fonction de θ 0 ) : a i( )( )(1

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie 1 Définition des nombres complexes On définit sur les couples de réels une loi d addition comme suit : (x; y)

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites. Les pages qui suivent comportent, à titre d exemples, les questions d algèbre depuis juillet 003 jusqu à juillet 015, avec leurs solutions. Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Maths MP Exercices Fonctions de plusieurs variables Les indications ne sont ici que pour être consultées après le T (pour les exercices non traités). Avant et pendant le T, tenez bon et n allez pas les

Plus en détail

MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE

MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE Titulaire : A.M. Tilkin 8h/semaine 1) MATIERE DE 4 e ANNEE a) ALGEBRE - Rappels algébriques concernant la résolution d équations et d inéquations (fractionnaires

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Développements limités

Développements limités Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Développements limités Bernard Ycart Les développements limités sont l outil principal d approximation locale des fonctions. L objectif de ce chapitre

Plus en détail

COURS DE MATHÉMATIQUES

COURS DE MATHÉMATIQUES COURS DE MATHÉMATIQUES Première S Valère BONNET valere.bonnet@gmail.com 0 juin 009 Lycée PONTUS DE TYARD 3 rue des Gaillardons 700 CHALON SUR SAÔNE Tél. : 33 03 85 46 85 40 Fax : 33 03 85 46 85 59 FRANCE

Plus en détail

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007 Correction du baccalauréat S Liban juin 07 Exercice. a. Signe de lnx lnx) : on fait un tableau de signes : x 0 e + ln x 0 + + lnx + + 0 lnx lnx) 0 + 0 b. On afx) gx) lnx lnx) lnx lnx). On déduit du tableau

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques DEUG MIAS premier niveau Cours de mathématiques année 2003/2004 Guillaume Legendre (version révisée du 3 avril 2015) Table des matières 1 Éléments de logique 1 1.1 Assertions...............................................

Plus en détail

Programme de la classe de première année MPSI

Programme de la classe de première année MPSI Objectifs Programme de la classe de première année MPSI I - Introduction à l analyse L objectif de cette partie est d amener les étudiants vers des problèmes effectifs d analyse élémentaire, d introduire

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Logique. Plan du chapitre

Logique. Plan du chapitre Logique Ce chapitre est assez abstrait en première lecture, mais est (avec le chapitre suivant «Ensembles») probablement le plus important de l année car il est à la base de tous les raisonnements usuels

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

Fonctions analytiques

Fonctions analytiques CHAPITRE Fonctions analytiques Les principaux résultats à retenir : soit U un ouvert de C et f : U C. f est analytique sur U si et seulement si f est développable en série entière au voisinage de chaque

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

Moments des variables aléatoires réelles

Moments des variables aléatoires réelles Chapter 6 Moments des variables aléatoires réelles Sommaire 6.1 Espérance des variables aléatoires réelles................................ 46 6.1.1 Définition et calcul........................................

Plus en détail

ANALYSE IV 29-06-2009. Informations. (5) Pour rendre l examen il faut signer une feuille de présence disponible avec les assistants responsables.

ANALYSE IV 29-06-2009. Informations. (5) Pour rendre l examen il faut signer une feuille de présence disponible avec les assistants responsables. EXAMEN CORRIGE ANALYSE IV 9-6-9 informations: http://cag.epfl.ch sections IN + SC Prénom : Nom : Sciper : Section : Informations () L épreuve a une durée de 3 heures et 45 minutes. () Les feuilles jaunes

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Équations non linéaires

Équations non linéaires Équations non linéaires Objectif : trouver les zéros de fonctions (ou systèmes) non linéaires, c-à-d les valeurs α R telles que f(α) = 0. y f(x) α 1 α 2 α 3 x Equations non lineaires p. 1/49 Exemples et

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Biologie, chimie, physique et sciences de la Terre (BCPST) Discipline : Mathématiques Seconde année Préambule Programme

Plus en détail

Mathématiques autour de la cryptographie.

Mathématiques autour de la cryptographie. Mathématiques autour de la cryptographie. Index Codage par division Codage série Code cyclique Code dual Code linéaire Corps de Galois Elément primitif m séquence Matrice génératrice Matrice de contrôle

Plus en détail

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances ARITHMETIQUE 1 C B A Numération Ecrire en lettres et en chiffres Poser des questions fermées autour d un document simple (message, consigne, planning ) Connaître le système décimal Déterminer la position

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

Mathématiques I Section Architecture, EPFL

Mathématiques I Section Architecture, EPFL Examen, semestre d hiver 2011 2012 Mathématiques I Section Architecture, EPFL Chargé de cours: Gavin Seal Instructions: Mettez votre nom et votre numéro Sciper sur chaque page de l examen. Faites de même

Plus en détail

Master de mathématiques Analyse numérique matricielle

Master de mathématiques Analyse numérique matricielle Master de mathématiques Analyse numérique matricielle 2009 2010 CHAPITRE 1 Méthodes itératives de résolution de systèmes linéaires On veut résoudre un système linéaire Ax = b, où A est une matrice inversible

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dérivation : cours. Dérivation dans R TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition

Plus en détail

Développements limités usuels en 0

Développements limités usuels en 0 Développements limités usuels en 0 e x sh x ch x sin x cos x = + x! + x! + + xn n! + O ( x n+) = x + x3 3! + + xn+ (n + )! + O ( x n+3) = + x! + x4 4! + + xn (n)! + O ( x n+) = x x3 3! + + ( )n xn+ (n

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010

Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010 MINI-COURS SUR LES POLYNÔMES À UNE VARIABLE Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010 Table des matières I Opérations sur les polynômes 3 II Division euclidienne et racines 5 1 Division euclidienne

Plus en détail

Introduction. Mathématiques Quantiques Discrètes

Introduction. Mathématiques Quantiques Discrètes Mathématiques Quantiques Discrètes Didier Robert Facultés des Sciences et Techniques Laboratoire de Mathématiques Jean Leray, Université de Nantes email: v-nantes.fr Commençons par expliquer le titre.

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 1 avril 7 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 4 points 1 a Les vecteurs AB et AC ont pour coordonnées AB ; ; ) et AC 1 ; 4 ; 1) Ils ne sont manifestement pas colinéaires

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

Cours arithmétique et groupes. Licence première année, premier semestre

Cours arithmétique et groupes. Licence première année, premier semestre Cours arithmétique et groupes. Licence première année, premier semestre Raphaël Danchin, Rejeb Hadiji, Stéphane Jaffard, Eva Löcherbach, Jacques Printems, Stéphane Seuret Année 2006-2007 2 Table des matières

Plus en détail

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs Eo7 Limites de fonctions Théorie Eercice Montrer que toute fonction périodique et non constante n admet pas de ite en + Montrer que toute fonction croissante et majorée admet une ite finie en + Indication

Plus en détail

Introduction à la Topologie

Introduction à la Topologie Introduction à la Topologie Licence de Mathématiques Université de Rennes 1 Francis Nier Dragoş Iftimie 2 3 Introduction Ce cours s adresse à des étudiants de Licence en mathématiques. Il a pour objectif

Plus en détail