Représentation des Nombres

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Représentation des Nombres"

Transcription

1 Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n... a a correspond en base à a n n +...+a +a. On a donc n chiffres pour un entier x de l ordre de n et un rapport logarithmique entre la représentation et l écriture de l entier x c.a.d. log (x) n. Cas général : base b On a b chiffres pour représenter,,..., b et x = a n a n... a a correspond en base b à x = a n b n + a n b n a b + a b. Notations. Pour différencier une écriture en base b de la même écriture considérée dans une autre base, nous placerons parfois la base en indice, comme par exemple (344) pour préciser que 344 doit être interprété dans la base. Dans la suite, nous notons val b la fonction qui à une écriture en base b associe la valeur de la représentation, définie par val b (a n a n... a a ) = Σ n i= a i b i. Exemples : 57

2 58 CHAPITRE 5. REPRÉSENTATION DES NOMBRES base chiffres,,..., 9 base 2 chiffres et 8 s ecrit () 2 7 s ecrit () 2 base 8 (octal) chiffres,..., 7 9 s écrit () 8 25 s écrit (3) 8 base 6 plus assez de chiffres!??? A pour, B pour,...,f pour 5 67 s écrit (A7) 6 Changer de base. Représentation binaire vers représentation en base. () 2 = = 3 Le principe général pour passer de base b vers base consiste à faire l évaluation à partir de la définition précédente val b (a n... a a ) = a n b n a b + a b. Représentation décimale vers représentation en base d ou (3) = () 2 Le principe général pour passer de base vers une base b consiste à faire les divisions euclidiennes par b, la suite des restes et du dernier quotient inversée forme l écriture. Nous noterons dans la suite cod b l application qui à un entier naturel associe son codage en base b. Exercice : démontrer que le principe des divisions euclidiennes successives est correct. Indication : On démontrera que l écriture en base b est unique, excepté d éventuels supplémentaires en tête de l écriture. On identifiera ensuite les coefficients à partir de la fonction val b en factorisant par b Opérations arithmétiques Addition retenue. Cours élémentaire première année : une difficulté majeure, la

3 5.. REPRESENTATION DES ENTIERS = (9 + 9) + (7 + 7) = = Conclusion : en base il faut apprendre les tables d addition. En base 2 c est plus simple : une machine à additionner est représentée sur la Figure états dans la machine. Etat pas de retenue Etat une retenue (qui vaut forcement ) op Les vecteurs sont de la forme op2 où op est le n-ème bit du premier res opérande, op2 est le n-ème bit du second opérande et res est le n-ème bit du résultat. sans retenue avec retenue Figure 5. Un automate pour l addition Les nombres sont lus de la droite vers la gauche (ou bien on considère qu ils sont écrits à l envers), on complète l ecriture avec des pour que les deux nombres et leur somme aient même longueur (on peut rajouter autant de que voulu, le résultat ne change pas), la valeur du résultat est le seul bit possible correspondant aux valeurs de op et op2 dans l état ou on est.

4 6 CHAPITRE 5. REPRÉSENTATION DES NOMBRES () s écrit () 2, en inversant on a, complété par on a.... (7) s écrit () 2, en inversant on a, complété par on a.... La machine donne : d où en rétablissant le bon sens de lecture + = Soustraction Comment gérer a b si b > a? Problème de signe. Si le problème est réglé, alors soustraire c est ajouter l opposé. On verra comment faire plus loin. Opération plus difficile : apprendre les tables de multipli- Multiplication cation. Division Pour que le résultat soit entier, il faut considérer la division entière. C est encore plus compliqué que la multiplication. On ne parlera pas ici ni de la réalisation de la division ni même de la multiplication. 5.2 Représentation des entiers machines Les entiers vont être représentés par des emplacement mémoires formés d octets (byte), un octet est un groupe de 8 cases élémentaires appelées bits dont la valeur est ou (ceci est physiquement réalisé par une valeur de tension positive ou négative, une aimantation,...). Le mot machine est l entité de stockage de base est formé de, 2, 3, 4, 8,... octets selon les machines, c.a.d. 8, 6, 32, 64,... bits. La plupart des ordinateurs actuels utilisent 32 bits. Avec N bits on a 2 N suites possibles de et. Conséquence : les nombres représentables sont en nombre fini. On ne peut pas tout représenter ni calculer. Avec 32 bits on est limité à 2 32 écritures possibles et donc de l ordre de quelques milliards de nombres (et le plus grand nombre est de cet ordre de grandeur). Question : sachant qu on dispose de N bits pour représenter un entier,. comment représenter les entiers signés? 2. comment calculer +, avec la représentation choisie? Terminologie : bit de poids fort : celui de la plus grande puissance, bit de poids faible : celui des unités.

5 5.2. REPRÉSENTATION DES ENTIERS MACHINES 6 Representation : bit de signe et valeur absolue Le premier bit indique le signe pour +, pour. Le reste est la valeur absolue (en base 2). Sur 3 bits cela donne : Inconvénient : 2 représentation pour, additionner demande à comparer les deux nombres avant :? On souhaiterait avoir une représentation donnant une unique représentation à chaque valeur, et pour laquelle on puisse calculer la somme bit à bit. Représentation 2 : complément à 2 Avant de définir cette représentation, nous introduisons l opération appelée complément à consistant, étant donné un codage en base 2, à inverser la valeur de chaque bit ( devient, et devient ). Par exemple, l écriture en base 2 est transformée dans l écriture. Nous pouvons donner la valeur de la nouvelle écriture. Si l écriture initiale u = a N... a a est donnée sur N bits, sa valeur en base 2 est val 2 (u) = Σ i=n i= a i 2 i. Le complément à de u, noté ū, vérifie alors : val 2 (ū) = Σ i=n i= ( a i ) 2 i = Σi= i=n 2 i Σ i=n i= a i 2 i = 2 N val 2 (u) La représentation appelée complément à 2 permet de représenter sur N bits les entiers relatifs appartenant à l intervalle [ 2 N,..., 2 N ]. Etant donné un entier x [ 2 N,..., 2 N ], la représentation en complément à 2 de x sur N bits est définie de la façon suivante : Si x, la représentation est obtenue en appliquant la représentation des entiers naturels en base 2 (opération cod 2 ). Si x <, la représentation est obtenue de la façon suivante :. considérer l entier naturel n = (x + ) [, 2 N ] 2. calculer son codage u en base 2 à l aide de cod 2 : u = cod 2 (n) 3. appliquer l opération de complément à à u

6 62 CHAPITRE 5. REPRÉSENTATION DES NOMBRES Quelques propriétés de la représentation complément à 2 : (i) la représentation d un entier positif ou nul commence par un, (ii) la représentation d un entier strictement négatif commence par un, (iii) si x est positif ou nul, la valeur de sa représentation est x, (iv) si x est négatif, la valeur de sa représentation est 2 N + x, (v) la représentation complément à 2 est correcte et optimale : il existe une bijection entre l ensemble des nombres représentés et l ensemble des représentations. Pour démontrer ces points, rappelons que le codage d un entier positif inférieur ou égal à 2 K ne nécessite que K bits. (i) D après l intervalle considéré plus haut, si x est positif ou nul, il s écrit sur N bit, et le N-ème bit vaut donc. (ii) De la même façon, si x est strictement négatif, la nombre n = (x+) va également être représenté sur N bits, le N-ème bit vaut donc également. L opération de complément à le transforme ensuite en un, ce qui démontre le résultat. (iii) Le résultat est évident car on a appliqué la représentation en base 2 des entiers positifs ou nuls. (iv) D après la propriété démontrée sur l opération de complément à, la valeur de la représentation complément à 2 d un entier x strictement négatif est égale à 2 N val 2 (u), où u est le codage en base 2 de n = (x + ). On obtient donc la valeur 2 N + (x + ) = 2 N + x (v) Les points (i) et (ii) entraînent qu un nombre négatif et un nombre positif ne peuvent avoir la même représentation. De plus, pour les nombres positifs, la propriété découle de la correction de la représentation en base 2, et pour les nombres négatifs, la propriété découle du fait que l opération de complément à qui est une bijection. D après l intervalle considéré, il y a exactement 2 N nombres distincts. Comme on dispose de N bits, on peut représenter au plus 2 N objets distincts, la représentation est donc optimale. Valeurs obtenues pour le codage en complément à 2 sur N = 3 bits :

7 5.2. REPRÉSENTATION DES ENTIERS MACHINES 63 Décodage de la représentation en complément à 2. Etant donné une écriture u = a N... a a donnée en complément à 2, pour calculer la valeur du nombre x représenté par u, on procède ainsi : Si le premier bit a N vaut, alors le nombre x est positif ou nul et on a simplement x = val 2 (u). Si le premier bit a N vaut, alors le nombre x est strictement négatif. La valeur de x est alors obtenue de la façon suivante :. appliquer l opération de complément à à u. Notons v la nouvelle écriture obtenue. 2. calculer la valeur en base 2 de la nouvelle écriture v. Notons n = val 2 (v). 3. la valeur de x est donnée par x = (n + ). Addition en complément à 2 Nous avons vu que le calcul de la représentation d un nombre x en complément à 2 est plus compliqué mais chaque nombre possède une écriture unique et de plus l addition peut être effectuée bit à bit : Exercice : pourquoi le résultat est-il correct? Débordement Avec une représentation sur 3 bits on ajoute deux entiers. Que se passe-t-il si on a un résultat plus grand que 3 ou plus petit que 4? Par exemple = 5 le résultat est aberrant (il est négatif), il y a eu débordement. Il faut donc s assurer que les opérations arithmétiques qu on effectue restent dans les limites des représentations (y penser quand on écrit ses programmes). Plus précisément on distingue les trois cas suivants :

8 64 CHAPITRE 5. REPRÉSENTATION DES NOMBRES somme d un entier positif et d un entier négatif : le résultat obtenu est nécessairement correct car la somme est dans l intervalle des nombres représentables. Il peut y avoir débordement sur le N + -ème bit mais on peut l ignorer. somme de deux entiers positifs : le résultat est correct si et seulement si la somme est inférieure ou égale à 2 N (le plus grand nombre positif que l on peut représenter). Ceci correspond à ne pas déborder sur le N-ème bit, c est-à-dire à produire un (qui représente les nombres positifs) sur le N-ème bit. somme de deux entiers négatifs : le résultat est correct si et seulement si la somme bit à bit produit un (qui représente les nombres négatifs) sur le N-ème bit. On peut vérifier que ceci correspond à imposer que la somme des deux nombres négatifs soit supérieure ou égale à 2 N, le plus petit nombre négatif que l on peut représenter. A nouveau, le débordement sur le N + -ème bit doit être ignoré. 5.3 Représentation des réels Même problème en plus compliqué : place finie pour une infinité de réels, mais en plus on ne sait pas représenter complètement un réel grand mais complètement déterminé. /3 = pas de représentation décimale finie, 2 = pas de représentation rationnelle, π = pas de représentation algébrique Seuls les nombres décimaux pas trop grands peuvent se représenter en machine. Par conséquent toute représentation de nombre réel sera imparfaite. De plus comme pour les entiers, les nombres sont représentés par des suites de bits donc en base 2. Cela a des conséquences inattendues : le nombre. est un décimal en base mais pas en base 2! Représentation : virgule fixe (le nombre de chiffres des parties entières et fractionnaires est fixé) On code le nombre x par l entier x b p où p est fixé correspond au nombre voulu de chiffres de la partie fractionnaire. Exemple : p = 4 alors la suite représente x =. (en base 2) c est à dire x = =.825 en base. Problème : l échelle est fixe et on ne peut pas la modifier. Impossible de combiner des nombres très différents. D où l abandon au profit de la représentation suivante.

9 5.3. REPRÉSENTATION DES RÉELS 65 Représentation 2 : virgule flottante machines) (représentation utilisée par les x = m }{{} mantisse b }{{} base exposant {}}{ e et la représentation de x est (m, e) (b étant fixée une fois pour toute). Comme pour les entiers, un réel peut être trop grand ou trop petit, ce qui causera un débordement (overflow si trop grand ou underflow si trop petit). Des représentations approchées de π sont : (.3, 2), (3.42, ), (.3, 3) et on voit qu elles ne donnent pas la même précision. Pour éviter ce problème et garder la meilleure précision, on utilisera une mantisse normalisée c est à dire qu elle ne contiendra pas de en tête (donc le premier bit de la mantisse sera ). Par contre devra être représenté de manière spéciale. De plus on choisira le facteur d echelle de manière à ce que m < b (donc mantisse comprise en valeur absolue entre et 2 en base 2). Comme cette représentation commence toujours par, on n écrit pas ce ce qui permet d économiser un bit. La comparaison de deux nombres se fera par comparaison de leurs exposants d abord ce qui est plus compliqué s ils sont signés. En base 2 on utilise des exposants biaisés : si on a N bits pour représenter l exposant, on ajoute 2 N à l exposant. Tout exposant entre 2 N + et 2 N est représentable ainsi. Pour assurer la compatibilité entre les machines, un standard a été edicté par l IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers), c est la norme pour une représentation 32 bits : bit de signe, exposant sur 8 bits biaisé à 27 = 2 8, mantisse sur 23 bits 2. pour une représentation 64 bits : bit de signe, exposant sur bits biaisé à 23 = 2, mantisse sur 52 bits Exemple : }{{} signe } {{ } } {{ } exposant mantisse signe : bit à donc le nombre est négatif. exposant biaisé vaut = 3 donc l exposant est = 3 27 = 97 mantisse : (ne pas oublier le premier ) vaut : /3

10 66 CHAPITRE 5. REPRÉSENTATION DES NOMBRES Le nombre vaut donc 4/ /3 (2 ) /3. 3. Opération inverse : trouver la représentation sur 32 bits du réel 278. Le nombre est positif d où comme bit de signe. On doit trouver l exposant e tel que x = m 2 e avec m < 2. D où e = 8 (car 2 8 < x < 2 9 ) et donc m = 278/256. L exposant est biaisé à 27 d ou e = = 35 représenté comme Un manière simple de trouver la représentation de m est de voir que x = = 2 9 ( ) d où m =. en base 2 ce qui donne la représentation du nombre (ne pas oublier que la partie entière de la mantisse est omise) : }{{} signe } {{ } } {{ } exposant mantisse Effectuer les opérations arithmétiques sur ces représentations n est pas une tache facile et met usuellement en oeuvre des algorithmes qui sont réalisés en durs par des circuits électroniques (voir la presentation de l ALU plus loin). Rappelons que le celèbre bug du pentium vient d une mauvaise réalisation d un algorithme de division sur les réels. Exercices Exercice. Dans tout l exercice, on considère le codage des entiers sur 4 bits (4 chiffres binaires).. Dans un premier temps, on ne code que des entiers positifs ou nuls. Quelle est le codage binaire (sur 4 bits) de l entier (2)? Quel nombre en base correspond au nombre en base 2 () 2? Quel est le plus grand nombre représentable par ce codage (donnez sa valeur en base 2 et en base )? 2. Un nombre négatif n est codé par le complément à un de son opposé n. Rappel : le complément à un d un nombre binaire consiste à inverser tous les chiffres de ce nombre. Exemple : le complément à de () 2 est () 2. Quel est le codage de l entier ( 3) en utilisant le complément à un? A quel nombre en base correspond () 2. A quel nombre correspond () 2? Quel est l inconvénient de la représentation des entiers négatifs par complément à?. 3. Le complément à deux d un nombre binaire consiste à ajouter à son complément à un. Le décalage à gauche d un nombre binaire est une opération consistant à décaler tous les chiffres (bits) de ce nombre d une position vers la gauche. exemple Le décalage à gauche de () 2

11 5.3. REPRÉSENTATION DES RÉELS 67 est () 2. Que réalise l opération de décalage des nombres binaires sur les entiers en base correspondants? Sur une représentation par complément à 2, quel est est le plus grand nombre binaire représentant un entier positif auquel on peut appliquer cette opération sans risque de débordement? Que vaut cet entier en base. Exercice. On suppose qu on dispose de 3 bits pour représenter les entiers signés en base 2 en utilisant le complément à deux.. Donner les représentations de 2, et 2. Calculer la somme des trois représentations (expliquer en détail vos calculs). Quel est le résultat? De quel nombre est-ce la représentation? 2. Pourrait-on faire de même avec 2,, 3 sans problème? Exercice. La representation d un nombre flottant sur 32 bits est telle que : le bit de signe est, l exposant est, la mantisse est Expliquer ce que cela signifie. Donner la valeur du nombre flottant en base (ne pas oublier que l exposant est biaisé à 28). Indication : le résultat est un entier dont la valeur absolue ne dépasse pas 3. Exercice. Les flottants sont représentés de manière normalisée sur 32 bits. Calculer la représentation sur 32 bits du nombre réel,. Même question pour, 2 puis 3, 25. Quel est le plus petit réel représentable? le plus grand?

Logiciel de Base. I. Représentation des nombres

Logiciel de Base. I. Représentation des nombres Logiciel de Base (A1-06/07) Léon Mugwaneza ESIL/Dépt. Informatique (bureau A118) mugwaneza@univmed.fr I. Représentation des nombres Codage et représentation de l'information Information externe formats

Plus en détail

Conversion d un entier. Méthode par soustraction

Conversion d un entier. Méthode par soustraction Conversion entre bases Pour passer d un nombre en base b à un nombre en base 10, on utilise l écriture polynomiale décrite précédemment. Pour passer d un nombre en base 10 à un nombre en base b, on peut

Plus en détail

CODAGE D UN NOMBRE SYSTEME DE NUMERATION

CODAGE D UN NOMBRE SYSTEME DE NUMERATION 1. Base d un système de numération 1.1 Système décimal. C est le système de base 10 que nous utilisons tous les jours. Il comprend dix symboles différents :... Exemple du nombre 2356 de ce système : nous

Plus en détail

IFT2880 Organisation des ordinateurs et systèmes

IFT2880 Organisation des ordinateurs et systèmes Représentation des nombres flottants Notation exponentielle Représentations équivalentes dans la base 10 de 1,234 1 2 3, 4 0 0. 0 x 1 0-2 1 2, 3 4 0. 0 x 1 0-1 1, 2 3 4. 0 x 1 0 1 2 3. 4 x 1 0 1 2. 3 4

Plus en détail

OPERATIONS SUR LE SYSTEME BINAIRE

OPERATIONS SUR LE SYSTEME BINAIRE OPERATIONS SUR LE SYSTEME BINAIRE 1) Nombres signés Nous n avons, jusqu à présent tenu compte, que des nombre positifs. Pourtant, la plupart des dispositifs numériques traitent également les nombres négatifs,

Plus en détail

Codage des nombres. Eric Cariou. Université de Pau et des Pays de l'adour Département Informatique. Eric.Cariou@univ-pau.fr

Codage des nombres. Eric Cariou. Université de Pau et des Pays de l'adour Département Informatique. Eric.Cariou@univ-pau.fr Codage des nombres Eric Cariou Université de Pau et des Pays de l'adour Département Informatique Eric.Cariou@univ-pau.fr 1 Représentation de l'information Un ordinateur manipule des données Besoin de coder

Plus en détail

Informatique? Numérique? L informatique est la science du traitement de l information.

Informatique? Numérique? L informatique est la science du traitement de l information. Informatique? Numérique? L informatique est la science du traitement de l information. L information est traitée par un ordinateur sous forme numérique : ce sont des valeurs discrètes. Cela signifie que,

Plus en détail

UEO11 COURS/TD 1. nombres entiers et réels codés en mémoire centrale. Caractères alphabétiques et caractères spéciaux.

UEO11 COURS/TD 1. nombres entiers et réels codés en mémoire centrale. Caractères alphabétiques et caractères spéciaux. UEO11 COURS/TD 1 Contenu du semestre Cours et TDs sont intégrés L objectif de ce cours équivalent a 6h de cours, 10h de TD et 8h de TP est le suivant : - initiation à l algorithmique - notions de bases

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

V- Manipulations de nombres en binaire

V- Manipulations de nombres en binaire 1 V- Manipulations de nombres en binaire L ordinateur est constitué de milliards de transistors qui travaillent comme des interrupteurs électriques, soit ouverts soit fermés. Soit la ligne est activée,

Plus en détail

Chapitre 10 Arithmétique réelle

Chapitre 10 Arithmétique réelle Chapitre 10 Arithmétique réelle Jean Privat Université du Québec à Montréal INF2170 Organisation des ordinateurs et assembleur Automne 2013 Jean Privat (UQAM) 10 Arithmétique réelle INF2170 Automne 2013

Plus en détail

Informatique appliquée au calcul scientifique. Alexis Herault

Informatique appliquée au calcul scientifique. Alexis Herault Informatique appliquée au calcul scientifique Alexis Herault Table des matières Codage de l information et algorithmique 3 I Représentation des nombres en informatique 3 1 Représentation des entiers dans

Plus en détail

2 bits... 2^2 = 4 combinaisons 8 bits... 2^8 = 256 combinaisons

2 bits... 2^2 = 4 combinaisons 8 bits... 2^8 = 256 combinaisons Chapitre II DÉFINITION DES SYSTÈMES LOGIQUES 2.1 LES NOMBRES DANS LES SYSTÈMES LOGIQUES Les humains comptent en DÉCIMAL 2.1.1 DÉCIMAL: o Base 10 o 10 chiffres: 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 o M C D U o

Plus en détail

Représentation des nombres entiers et réels. en binaire en mémoire

Représentation des nombres entiers et réels. en binaire en mémoire L3 Mag1 Phys. fond., cours C 15-16 Rep. des nbs. en binaire 25-09-05 23 :06 :02 page 1 1 Nombres entiers 1.1 Représentation binaire Représentation des nombres entiers et réels Tout entier positif n peut

Plus en détail

Architecture des ordinateurs TD1 - Portes logiques et premiers circuits

Architecture des ordinateurs TD1 - Portes logiques et premiers circuits Architecture des ordinateurs TD1 - Portes logiques et premiers circuits 1 Rappel : un peu de logique Exercice 1.1 Remplir la table de vérité suivante : a b a + b ab a + b ab a b 0 0 0 1 1 0 1 1 Exercice

Plus en détail

Codage d information. Codage d information : -Définition-

Codage d information. Codage d information : -Définition- Introduction Plan Systèmes de numération et Représentation des nombres Systèmes de numération Système de numération décimale Représentation dans une base b Représentation binaire, Octale et Hexadécimale

Plus en détail

Représentation d un entier en base b

Représentation d un entier en base b Représentation d un entier en base b 13 octobre 2012 1 Prérequis Les bases de la programmation en langage sont supposées avoir été travaillées L écriture en base b d un entier est ainsi défini à partir

Plus en détail

Représentation de l information en binaire

Représentation de l information en binaire Représentation de l information en binaire Les ordinateurs sont capables d effectuer de nombreuses opérations sur de nombreux types de contenus (images, vidéos, textes, sons,...). Cependant, quel que soit

Plus en détail

Définition 0,752 = 0,7 + 0,05 + 0,002 SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS = 7 10 1 + 5 10 2 + 2 10 3

Définition 0,752 = 0,7 + 0,05 + 0,002 SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS = 7 10 1 + 5 10 2 + 2 10 3 8 Systèmes de numération INTRODUCTION SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS Dans un système positionnel, le nombre de symboles est fixe On représente par un symbole chaque chiffre inférieur à la base, incluant

Plus en détail

Les opérations binaires

Les opérations binaires Les opérations binaires Compétences associées A2 : Analyser et interpréter une information numérique Objectifs Etre capable: - De coder les nombres entiers en code complément à 2. - De résoudre les opérations

Plus en détail

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Université de Provence Introduction à l Informatique Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Année 2009-10 Aucun document n est autorisé Les exercices peuvent être traités dans le désordre.

Plus en détail

Informatique Générale

Informatique Générale Informatique Générale Guillaume Hutzler Laboratoire IBISC (Informatique Biologie Intégrative et Systèmes Complexes) guillaume.hutzler@ibisc.univ-evry.fr Cours Dokeos 625 http://www.ens.univ-evry.fr/modx/dokeos.html

Plus en détail

SYSTEMES DE NUMERATION

SYSTEMES DE NUMERATION FICHE DU MODULE 1 SYSTEMES DE NUMERATION OBJECTIF GENERAL: La compétence visée par ce module est d amener l apprenant à se familiariser avec les systèmes de numération et les codes utilisés par les appareils

Plus en détail

Architecture de l ordinateur

Architecture de l ordinateur Architecture de l ordinateur Emmanuel Lazard Université Paris-Dauphine mars 2011 Computers are my forte! BRAZIL (Terry Gilliam, 1985) Ce document a initialement été publié sous forme de livre : Emmanuel

Plus en détail

2012/2013 Le codage en informatique

2012/2013 Le codage en informatique 2012/2013 Le codage en informatique Stéphane Fossé/ Marc Gyr Lycée Felix Faure Beauvais 2012/2013 INTRODUCTION Les appareils numériques que nous utilisons tous les jours ont tous un point commun : 2 chiffres

Plus en détail

Nombres fractionnaires en BINAIRE

Nombres fractionnaires en BINAIRE Nomres Fractionnaires inaires Nomres fractionnaires en BINAIRE Nomres fractionnaires en virgule fixe. Généralités Un nomre fractionnaire comporte deux parties :!"Une valeur entière,!"suivie d une valeur

Plus en détail

Cours 7 : fonctions recursives, arithmétique binaire, flottants 1

Cours 7 : fonctions recursives, arithmétique binaire, flottants 1 Cours 7 : fonctions recursives, arithmétique binaire, flottants 1 Les types énumérés On peut aussi définir des types qui ont un nombre fini de valeurs (ex: jours de la semaine, couleurs primaires, etc.)

Plus en détail

Procédure. Exemple OPÉRATIONS DANS UN SYSTÈME POSITIONNEL

Procédure. Exemple OPÉRATIONS DANS UN SYSTÈME POSITIONNEL Opérations dans un système positionnel OPÉRATIONS DANS UN SYSTÈME POSITIONNEL INTRODUCTION Dans tout système de numération positionnel, les symboles sont utilisés de façon cyclique et la longueur du correspond

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA REPRÉSENTATION DES DONNÉES

CHAPITRE 2 LA REPRÉSENTATION DES DONNÉES CHAPITRE 2 LA REPRÉSENTATION DES DONNÉES. LES SYSTEMES DE NUMÉRATION Dans la vie de tous jours, nous avons pris l'habitude de représenter les nombres en utilisant dix symboles différents, à savoir les

Plus en détail

Codage des informations le système binaire

Codage des informations le système binaire Module ASR - Architecture Codage des informations le système binaire Associer à toute information une représentation par une succession de et de : Exemples d information à coder Entiers naturels : 5, 54,

Plus en détail

Cours de Numération. Il utilise exclusivement les deux symboles 0 et 1.

Cours de Numération. Il utilise exclusivement les deux symboles 0 et 1. Cours de Numération A). Introduction : I ). Généralités : Le système binaire (Base 2) a été conçu au 17 ème siècle par le mathématicien LEIBNITZ. Il présente l'avantage de ne comporter que deux symboles

Plus en détail

IUT de Colmar - Département RT 1ière année. Numération

IUT de Colmar - Département RT 1ière année. Numération IUT de Colmar - Département RT 1ière année. Numération 1 Laurent MURA. SOMMAIRE 1. Les différents systèmes 2. Les différentes conversions 3. Quelques systèmes de codage 4. L arithmétique binaire 2 IUT

Plus en détail

Représentation d un nombre en machine, erreurs d arrondis

Représentation d un nombre en machine, erreurs d arrondis Chapitre Représentation d un nombre en machine, erreurs d arrondis Ce chapitre est une introduction à la représentation des nombres en machine et aux erreurs d arrondis, basé sur [], [].. Un exemple :

Plus en détail

4 DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D. ANGELIS LOGIQUE COMBINATOIRE

4 DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D. ANGELIS LOGIQUE COMBINATOIRE 4 DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D. ANGELIS Leçon 2 - OPÉRATIONS ARITHMÉTIQUES DANS LE SYSTÈME BINAIRE Avec les connaissances que nous venons d'acquérir, nous sommes en mesure maintenant d'écrire la suite

Plus en détail

Question 1 : Sur votre compte-rendu, indiquer les réponses pour les positions a et b des interrupteurs.

Question 1 : Sur votre compte-rendu, indiquer les réponses pour les positions a et b des interrupteurs. 2 nde MPI Le Binaire 1 / 8 I) Le codage 1) Présentation du L informatique utilise des courants électriques, des aimantations, des rayons lumineux... Chacun de ces phénomènes met en jeu deux états possibles

Plus en détail

L addition et la multiplication en binaire

L addition et la multiplication en binaire Objectifs : Leçon A1-1 : L addition et la multiplication en binaire OS 1 - Exécuter en binaire une opération arithmétique de base. OS 2 - Représenter un nombre entier relatif. OS 3 - Mettre en œuvre un

Plus en détail

MICROINFORMATIQUE NOTE D APPLICATION 1 (REV. 2011) ARITHMETIQUE EN ASSEMBLEUR ET EN C

MICROINFORMATIQUE NOTE D APPLICATION 1 (REV. 2011) ARITHMETIQUE EN ASSEMBLEUR ET EN C Haute Ecole d Ingénierie et de Gestion Du Canton du Vaud MICROINFORMATIQUE NOTE D APPLICATION 1 (REV. 2011) ARITHMETIQUE EN ASSEMBLEUR ET EN C Programmation en mode simulation 1. DOCUMENTS DE RÉFÉRENCE...

Plus en détail

Numération. Le tableau récapitulatif ci-dessous donne l équivalence de quelques nombres pour les bases 10, 2 et 16.

Numération. Le tableau récapitulatif ci-dessous donne l équivalence de quelques nombres pour les bases 10, 2 et 16. 1. Systèmes de numération 11. Système décimal : Base 10 C est le système utilisé dans la vie courante, il est basé sur le nombre 10. Pour représenter les nombres décimaux, on utilise les chiffres de 0

Plus en détail

Analyse et programmation 1

Analyse et programmation 1 Analyse et programmation Aperçu du fonctionnement de l ordinateur Fonctionnement de l ordinateur Codage de l information Bus d échange d information CPU Exécution d un programme par la CPU Gestion des

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

1 Représentation des entiers naturels

1 Représentation des entiers naturels 1 Représentation des entiers naturels 1.1 Système de numération à position dans une base Depuis le Moyen Âge, on écrit les nombres entiers naturels dans un système de numération à position en base 10.

Plus en détail

Opérations Arithmétiques

Opérations Arithmétiques 1 Addition en Binaire 1.1 Principe Opérations Arithmétiques L addition de deux nombres binaires est réalisée de la même façon que l addition décimale. L addition est l opération qui consiste à effectuer

Plus en détail

I- Mise en situation. II- Systèmes de numération 1.Système décimal: 2. Système binaire: 3.Système octal : 4.Système hexadécimal : 3éme technique

I- Mise en situation. II- Systèmes de numération 1.Système décimal: 2. Système binaire: 3.Système octal : 4.Système hexadécimal : 3éme technique Objectifs : Exploiter les codes numériques & Convertir une information d un code à un autre. I- Mise en situation Réaliser l activité de découverte page 6 ; Manuel d activités II- Systèmes de numération

Plus en détail

Filière ITTI - Auxerre TC1 Modélisation des informations (partie 1)

Filière ITTI - Auxerre TC1 Modélisation des informations (partie 1) Filière ITTI - Auxerre TC1 Modélisation des informations (partie 1) Marie-Noëlle Terrasse Département IEM, Université de Bourgogne 12 novembre 2004 On appelle données simples les informations représentées

Plus en détail

La numération. Le décimal, le binaire, l'hexadécimal Conversions entre bases Les codages binaire réfléchi, décimal codé binaire et ASCII

La numération. Le décimal, le binaire, l'hexadécimal Conversions entre bases Les codages binaire réfléchi, décimal codé binaire et ASCII Cours sur la numération La numération Le décimal, le binaire, l'hexadécimal Conversions entre bases Les codages binaire réfléchi, décimal codé binaire et ASCII Le système décimal Les nombres que nous utilisons

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

Première approche. Définition. Définition de l informatique donnée par l Académie Française en 1966 :

Première approche. Définition. Définition de l informatique donnée par l Académie Française en 1966 : Première approche Définition Définition de l informatique donnée par l Académie Française en 1966 : L informatique est la science du traitement rationnel, notamment par machines automatiques, de l information

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Numération Page 1 sur 5

Numération Page 1 sur 5 Numération Page sur 5 Sommaire : I- Introduction II- III- IV- Différentes bases Base Base Base 6 Correspondance Conversion décimal -> binaire binaire -> décimal hexadécimal -> binaire hexadécimal -> décimal

Plus en détail

Tableaux (introduction) et types de base

Tableaux (introduction) et types de base Tableaux (introduction) et types de base A. Motivation..................................................... 4 B. Les tableaux.................................................... 5 C. Construction des tableaux.......................................

Plus en détail

SYSTEMES DE NUMERATION

SYSTEMES DE NUMERATION Page 1/6 I- SYSTEMES SYSTEMES DE NUMERATION I-1- DECIMAL (base l0) C'est le système le plus utilisé. On peut représenter un nombre décimal sous la forme :... (1997) 10 = 1 10 3 + 9 10 2 + 9 10 1 + 7 10

Plus en détail

avec des nombres entiers

avec des nombres entiers Calculer avec des nombres entiers Effectuez les calculs suivants.. + 9 + 9. Calculez. 9 9 Calculez le quotient et le rest. : : : : 0 :. : : 9 : : 9 0 : 0. 9 9 0 9. Calculez. 9 0 9. : : 0 : 9 : :. : : 0

Plus en détail

Manipulations binaires en C++

Manipulations binaires en C++ Manipulations binaires en C++ Tous les exercices devront être résolus sans utiliser les opérateurs *, / et % Rappels En informatique, les nombres sont stockés sous forme binaire. Même si ce n'est pas nécessaire,

Plus en détail

Cours Informatique 1. Monsieur SADOUNI Salheddine

Cours Informatique 1. Monsieur SADOUNI Salheddine Cours Informatique 1 Chapitre 2 les Systèmes Informatique Monsieur SADOUNI Salheddine Un Système Informatique lesystème Informatique est composé de deux parties : -le Matériel : constitué de l unité centrale

Plus en détail

Bases informatiques. Binaire, octale et hexadécimale. TCH010-Informatique

Bases informatiques. Binaire, octale et hexadécimale. TCH010-Informatique Enseignants Coordonateur: David Marche david.marche@etsmtl.ca Chargé de cours: Lévis Thériault levis.theriault@etsmtl.ca Site internet Plan de cours Rappel numérotation en base 10 Bases informatiques i

Plus en détail

Partie 1. Professeur : Haouati Abdelali. CPGE Lycée Omar Ibn Lkhattab - Meknès www.haouati.com haouaticpge@gmail.com

Partie 1. Professeur : Haouati Abdelali. CPGE Lycée Omar Ibn Lkhattab - Meknès www.haouati.com haouaticpge@gmail.com Partie 1 Professeur : Haouati Abdelali CPGE Lycée Omar Ibn Lkhattab - Meknès www.haouati.com haouaticpge@gmail.com Partie I : Généralités et algorithmique de base 1. Environnement matériel et logiciel

Plus en détail

Cours de mathématiques BTS SIO première année. Nicolas FRANCOIS nicolas.francois@free.fr

Cours de mathématiques BTS SIO première année. Nicolas FRANCOIS nicolas.francois@free.fr Cours de mathématiques BTS SIO première année Nicolas FRANCOIS nicolas.francois@free.fr 24 mars 2012 2 I Numération 1 I Introduction : que signifie 1789?................................... 2 II Les numérations

Plus en détail

Cours 1 : Introduction Ordinateurs - Langages de haut niveau - Application

Cours 1 : Introduction Ordinateurs - Langages de haut niveau - Application Université de Provence Licence Math-Info Première Année V. Phan Luong Algorithmique et Programmation en Python Cours 1 : Introduction Ordinateurs - Langages de haut niveau - Application 1 Ordinateur Un

Plus en détail

Complément à un : addition, signes opposés. Complément à un : addition, signes opposés

Complément à un : addition, signes opposés. Complément à un : addition, signes opposés Complément à un : addition, signes opposés Soient p et q deux entiers de signes opposés. Leur somme est toujours représentable pour la taille de mot mémoire fixée car min(p, q) < p + q < max(p, q) Exemple

Plus en détail

Algorithme. Table des matières

Algorithme. Table des matières 1 Algorithme Table des matières 1 Codage 2 1.1 Système binaire.............................. 2 1.2 La numérotation de position en base décimale............ 2 1.3 La numérotation de position en base binaire..............

Plus en détail

DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS CIRCUITS CONFIGURABLES NOTION DE PROGRAMMATION

DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS CIRCUITS CONFIGURABLES NOTION DE PROGRAMMATION 145 NOTION DE PROGRAMMATION 1/ Complétons notre microprocesseur Nous avons, dans les leçons précédentes décrit un microprocesseur théorique, cependant il s inspire du 6800, premier microprocesseur conçu

Plus en détail

Bases de programmation. Cours 5. Structurer les données

Bases de programmation. Cours 5. Structurer les données Bases de programmation. Cours 5. Structurer les données Pierre Boudes 1 er décembre 2014 This work is licensed under the Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 License. Types char et

Plus en détail

Architectures Logicielles et Matérielles Travaux Dirigés Circuits

Architectures Logicielles et Matérielles Travaux Dirigés Circuits UNIVERSITE Joseph FOURIER, Grenoble U.F.R. d Informatique et Maths. Appliquées Architectures Logicielles et Matérielles Travaux Dirigés Circuits Rappel : dessins des portes logiques. Déroulement envisagé

Plus en détail

2. Fractions et pourcentages

2. Fractions et pourcentages FRACTIONS ET POURCENTAGES. Fractions et pourcentages.. Définitions Certaines divisions tombent justes. C'est par exemple le cas de la division 4 8 qui donne.. D'autres ne s'arrêtent jamais. C'est ce qui

Plus en détail

Glossaire des nombres

Glossaire des nombres Glossaire des nombres Numérisation et sens du nombre (4-6) Imprimeur de la Reine pour l'ontario, 008 Nombre : Objet mathématique qui représente une valeur numérique. Le chiffre est le symbole utilisé pour

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

NUMERATION ET CODAGE DE L INFORMATION

NUMERATION ET CODAGE DE L INFORMATION NUMERATION ET CODAGE DE L INFORMATION La nécessité de quantifier, notamment les échanges commerciaux, s'est faite dés la structuration de la vie sociale. Les tentatives de représentation symbolique de

Plus en détail

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE Le cours de la première année concerne les sujets de 9ème et 10ème années scolaires. Il y a bien sûr des différences puisque nous commençons par exemple par

Plus en détail

Informatique / Programmation

Informatique / Programmation Informatique / Programmation Programmation orientée objet avec Java 02 : Expressions et opérateurs Jacques Bapst jacques.bapst@hefr.ch Expressions [1] Les expressions sont des entités composées de littéraux,

Plus en détail

Examen d Architecture des Ordinateurs Majeure 1 Polytechnique Lundi 10 Décembre 2001

Examen d Architecture des Ordinateurs Majeure 1 Polytechnique Lundi 10 Décembre 2001 Examen d Architecture des Ordinateurs Majeure 1 Polytechnique Lundi 10 Décembre 2001 L examen dure 3 heures. Le sujet comporte 7 pages dont 3 pages de rappels sur le LC-2 et la microprogrammation. Tous

Plus en détail

COURS DE CIRCUITS NUMERIQUES. Poly 5

COURS DE CIRCUITS NUMERIQUES. Poly 5 arithmetique.doc 1 COURS DE CIRCUITS NUMERIQUES Poly 5 Systèmes de Numération Codes binaires Arithmétique Binaire Par G. PALLOT arithmetique.doc 2 SOMMAIRE 1. NUMERATION BINAIRE, NOMBRES POSITIFS 3 2.

Plus en détail

Petit lexique de calcul à l usage des élèves de sixième et de cinquième par M. PARCABE, professeur au collège Alain FOURNIER de BORDEAUX, mars 2007

Petit lexique de calcul à l usage des élèves de sixième et de cinquième par M. PARCABE, professeur au collège Alain FOURNIER de BORDEAUX, mars 2007 Petit lexique de calcul à l usage des élèves de sixième et de cinquième par M. PARCABE, professeur au collège Alain FOURNIER de BORDEAUX, mars 2007 page 1 / 10 abscisse addition additionner ajouter appliquer

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail

Architecture matérielle des systèmes informatiques

Architecture matérielle des systèmes informatiques Architecture matérielle des systèmes informatiques IDEC, Renens. Version novembre 2003. Avertissement : ce support de cours n est pas destiné à l autoformation et doit impérativement être complété par

Plus en détail

RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE

RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE. Les ensembles numériques. Propriétés des nombres réels. Ordre des opérations. Nombres premiers. Opérations sur les fractions 7. Puissances entières 0.7 Notation scientifique.8

Plus en détail

Architecture des ordinateurs

Architecture des ordinateurs Architecture des ordinateurs GTR 1999-2000 Emmanuel Viennet IUT de Villetaneuse Département GTR viennet@lipn.univ-paris13.fr Licence Copyright c 1995-2001 par Emmanuel Viennet. Ce document peut être librement

Plus en détail

La question est : dans 450 combien de fois 23. L opération est donc la division. Le diviseur. Le quotient

La question est : dans 450 combien de fois 23. L opération est donc la division. Le diviseur. Le quotient par un nombre entier I La division euclidienne : le quotient est entier Faire l activité division. Exemple Sur une étagère de 4mm de large, combien peut on ranger de livres de mm d épaisseur? La question

Plus en détail

Atelier C TIA Portal CTIA04 : Programmation des automates S7-300 Opérations numériques

Atelier C TIA Portal CTIA04 : Programmation des automates S7-300 Opérations numériques Atelier C TIA Portal CTIA04 : Programmation des automates S7-300 Opérations numériques CTIA04 Page 1 1. Les types de données sous S7 300 Il existe plusieurs types de données utilisées pour la programmation

Plus en détail

Site de la spécialité ISN du lycée Louis Marchal

Site de la spécialité ISN du lycée Louis Marchal Site de la spécialité ISN du lycée Louis Marchal 1) Codage d' un entier positif Un ordinateur ne manipule que des 0 et des 1 (circuit ouvert ou fermé par exemple), toutes les données doivent donc être

Plus en détail

Codage de l'information

Codage de l'information Organisation des ordinateurs et assembleur Codage de l information Chapitre 3 Codage de l'information Les cellules de mémoire ne contiennent pas vraiment des valeurs décimales : elles contiennent en fait

Plus en détail

IV- Comment fonctionne un ordinateur?

IV- Comment fonctionne un ordinateur? 1 IV- Comment fonctionne un ordinateur? L ordinateur est une alliance du hardware (le matériel) et du software (les logiciels). Jusqu à présent, nous avons surtout vu l aspect «matériel», avec les interactions

Plus en détail

Type de document : Cours

Type de document : Cours Section : S Option : Sciences de l ingénieur Discipline : Génie Électrique Les opérations arithmétiques sur les nombres binaires Domaine d application : Traitement programmé de l information Type de document

Plus en détail

Codes correcteurs d erreurs

Codes correcteurs d erreurs Codes correcteurs d erreurs 1 Partie théorique 1.1 Définition Un code correcteur est une technique de codage de l information basée sur la redondance, qui vise à détecter et corriger des éventuelles erreurs

Plus en détail

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais...

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais... Introduction Nombres premiers Nombres premiers Rutger Noot IRMA Université de Strasbourg et CNRS Le 19 janvier 2011 IREM Strasbourg Definition Un nombre premier est un entier naturel p > 1 ayant exactement

Plus en détail

Mathématiques autour de la cryptographie.

Mathématiques autour de la cryptographie. Mathématiques autour de la cryptographie. Index Codage par division Codage série Code cyclique Code dual Code linéaire Corps de Galois Elément primitif m séquence Matrice génératrice Matrice de contrôle

Plus en détail

TD Réseau Les codes correcteurs et les codes détecteurs. Claude Duvallet

TD Réseau Les codes correcteurs et les codes détecteurs. Claude Duvallet TD Réseau Les codes correcteurs et les codes détecteurs Claude Duvallet Matrise Informatique Année 2003-2004 Année 2003-2004 p.1/22 Présentation (1) Pourquoi? Des canaux de transmission imparfait entraînant

Plus en détail

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur.

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur. Extrait de cours de maths de 6e Chapitre 1 : Les nombres et les opérations I) Chiffre et nombre 1.1 La numération décimale En mathématique, un chiffre est un signe utilisé pour l'écriture des nombres.

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.)

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.) Convertisseur umérique/analogique (C..A.) et Convertisseur Analogique/umérique (C.A..) I- Introduction : En électronique, un signal électrique est le plus souvent porteur d une information. Il existe deux

Plus en détail

Théorie et codage de l information

Théorie et codage de l information Théorie et codage de l information Mesure quantitative de l information - Chapitre 2 - Information propre et mutuelle Quantité d information propre d un événement Soit A un événement de probabilité P (A)

Plus en détail

Conception de circuits numériques et architecture des ordinateurs

Conception de circuits numériques et architecture des ordinateurs Conception de circuits numériques et architecture des ordinateurs Frédéric Pétrot Année universitaire 2014-2015 Structure du cours C1 C2 C3 C4 C5 C6 C7 C8 C9 C10 C11 Codage des nombres en base 2, logique

Plus en détail

UV Théorie de l Information. Codes à longueur variable

UV Théorie de l Information. Codes à longueur variable Cours n 5 : UV Théorie de l Information Compression de l information : Codage de source sans distorsion Ex 1 : Code de Shannon Fano Ex 2 : Code de Huffman Ex 3 : Codage par plage Ex 4 : Codage de Lempel

Plus en détail

De la composition de taux à l'espace vectoriel des taux

De la composition de taux à l'espace vectoriel des taux De la composition de taux à l'espace vectoriel des taux Marcel Délèze, Collège du Sud, 630 Bulle Dans la majorité des livres scolaires, les chapitres consacrés à l'utilisation des taux font intensément

Plus en détail

Programmation C. Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C

Programmation C. Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C Programmation C Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C Notes de cours sont disponibles sur http://astro.u-strasbg.fr/scyon/stusm (attention les majuscules sont importantes) Modalités

Plus en détail

Cours d introduction à l informatique. Partie 2 : Comment écrire un algorithme? Qu est-ce qu une variable? Expressions et instructions

Cours d introduction à l informatique. Partie 2 : Comment écrire un algorithme? Qu est-ce qu une variable? Expressions et instructions Cours d introduction à l informatique Partie 2 : Comment écrire un algorithme? Qu est-ce qu une variable? Expressions et instructions Qu est-ce qu un Une recette de cuisine algorithme? Protocole expérimental

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET TOUT E QU IL FUT SVOIR POUR LE REVET NUMERIQUE / FONTIONS eci n est qu un rappel de tout ce qu il faut savoir en maths pour le brevet. I- Opérations sur les nombres et les fractions : Les priorités par

Plus en détail

Exercices sur les codes cycliques

Exercices sur les codes cycliques Exercice 8.1 Exercices sur les codes cycliques Soit g(x) un polynôme générateur d un code bloc (n, k). Montrer que si g(x) divise (1X n ), alors si C 1 (X) = c 0 c 1.X c 2.X 2... c n 1.X n 1 est un mot-code

Plus en détail

Mathématiques appliquées à l informatique

Mathématiques appliquées à l informatique Mathématiques appliquées à l informatique Luc De Mey Ces notes de cours sont disponibles à l adresse : www.courstechinfo.be/math_info.pdf Dernière révision : 6 mai 2013 Table des matières 1 Systèmes de

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail