I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points)"

Transcription

1 E : «Théories de la finance d entreprise» Master M1 Université Paris-Dauphine Thierry Granger Année Universitaire 2013/2014 Session 1 Aucun document, calculette autorisée Durée 1h30 Respecter la numérotation des questions. Lire toutes les questions avant de commencer. Écrire lisiblement. La notation porte, pour au moins la moitié, sur la qualité des explications, donc : «faire des phrases...». Bon courage! La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points) Soit K et D 0 respectivement la valeur du capital et de la dette d une entreprise en date 0 (il n y a pas d autre source de financement). p est la probabilité de faillite, i > 0 est le degré d intangibilité du capital, τ est le taux d imposition qui s applique au résultat de l entreprise (après remboursement de la dette : intérêt + principal). Soit F (D 0, i, p) = 1 2 pi(d 0) 2 le coût de la faillite. 1. (1 point) Etablir la formule de la valeur, V (D 0 ), de cette entreprise en t = 0 en expliquant bien votre démarche. V (D 0 ) = K(1 τ) + D p i (D 0) 2 = (K + D 0 )(1 τ) + τ D p i (D 0) 2 Seul le capital, par le biais de l imposition des bénéfices, est taxé, donc sa valeur est diminué de τ K. Dans la formule précédente, le terme τ D 0 fait apparaître que la valeur de l entreprise croît directement en fonction de la taille de la dette D (1 point) nterpréter la formule de la valeur de cette entreprise. Quel est l impact d une hausse de D 0 sur l économie fiscale. Comment faudrait-il taxer une entreprise pour éviter cet impact? D après le théorème de Modigliani et Miller, la valeur de K + D 0 est constante, quelle que soit D 0. Cependant, la taxe sur les bénéfices de l entreprise avantage l emploi de la dette dans le financement de l entreprise. Par contre, l augmentation de la dette accroît la probabilité de faillite (p) et le coût de la faillite augmente avec l augmentation de la dette. De plus, ce coût sera d autant plus élevé que le capital sera plus «intangible». Un capital intangible est fait de réputation, goodwill, capital incorporel comme les brevets et la clientèle. Au moment d une faillite, ce type de capital est plus difficile à évaluer et à répartir entre les parties prenantes. Pour éviter cette distorsion fiscale en faveur de la dette, plusieurs pays, depuis quelques années, ont adopté des dispositifs qui neutralisent l impact de la fiscalité sur la structure financière. Taxer l EBE, plutôt que le résultat avant impôt, est un moyen d y parvenir, mais il faut également repenser la fiscalité des revenus des particuliers sur les intérêts, sur les dividendes et sur les plus-values. 3. (2 points) Calculer la valeur optimale de D 0 (sous forme littérale). En utilisant votre résultat, énoncer la «théorie de l arbitrage fiscal de la dette». L existence d une taxe et d un coût de faillite implique que le raisonnement doit se faire en dehors du cadre du théorème de M&M. La valeur de l entreprise dépend de sa structure financière. On suppose que les actionnaires maximisent la valeur de l entreprise par rapport à D 0. La condition de premier ordre de cette maximisation est la suivante (K + D 0 étant constant lorsque D 0 varie) max V (D 0 ) = τ = p i D 0 = D 0 = τ p i Enoncé de la théorie de l arbitrage fiscal : la dette optimale varie en fonction de τ, i, p, (...)

2 4. (1 point) Donner 2 exemples d entreprises concrètes : l une avec une dette optimale élevée, l autre avec une dette optimale faible. Une compagnie aérienne low cost dont le capital est principalement physique et constitué d avions dont la valeur de revente est très bien connue peut être très endettée si la probabilité de faillite est faible, parce que le coût d une faillite survenue ((1/2)i D 0 ) est relativement faible (i est petit). Par contre une société de conseil dont le capital est principalement incorporel sera probablement peu endettée et dans certains cas son financement sera même assuré essentiellement par les «partenaires» de la société (actions). 5. (1 point) Application numérique : calcul de l endettement optimal, D0 et de V (D 0 ). Avec K = 30, τ = 0, 35, i = 0, 05, p = 0, 10. Graphique des résultats dans le plan (D 0, V (D 0 )) avec au moins 3 points D 0 = 0, D0, et D 0 maximum. [NB : vous raisonnerez naturellement à ACTF constant]. Valeur optimale de la dette : Graphique : D 0 = τ p i = 0, 35 0, 10 0, 05 = V 77, D 0 Lorsque la dette est nulle, la valeur de l entreprise est égale à la valeur du capital, nette de l impôt prélevé, soit 100(1 0, 35) = 65. Lorsqu au contraire la dette est maximale, la valeur de l entreprise est τ D p i (D 0) 2 = 0, , 05 0, = 75. Lorsque la structure financière est optimale (D0 = 70), la valeur de l entreprise est égale à τ D p i (D 0) 2 = 0, , 05 0, = 77, (2 points) Définir le levier et l effet de levier. Ecrire la formule du rendement des fonds propres en fonction du levier. Quelle est la valeur optimale du levier? Tout investissement financé à crédit, sur la base d un emprunt, est financé avec «levier». Une mesure habituelle du levier financier est le ratio Dette/Capital. L «effet de levier»

3 est égal à l augmentation du rendement du capital, au dessus du rendement économique, engendrée par le levier : c est (D 0 /K)(R e R D ), ce qui implique un rendement du capital R K = R e + D 0 K (R e R D ). Dans l exercice, le niveau optimal du levier est égal à (D0 /K) = 7/3. Dilution et coût du capital (12 points) Dans un cadre temporel [0, 1], il existe 2 types d entreprises («p» et «q») dans l économie, dont les revenus (EBE) sont aléatoires (2 états de la nature possible) et égaux à : ( ) Y y = 0 On supposera que la probabilité de Y est égale à p pour l entreprise «p» et à q pour l entreprise «q», avec p > q. Le taux d actualisation (net) est r e = 0. Chaque entreprise peut réaliser un nouvel investissement,, dont le revenu en t = 1 est Y avec une probabilité µ. (On peut interpréter cet investissement en disant qu il augmente la probabilité de succès Y de µ). 7. (1 point) Quels sont les prix, avant investissement, respectivement, d une entreprise «p» et d une entreprise «q». On notera Vp et Vq ces deux prix. Application numérique avec Y = 120, p = 5/6, q = 3/6. Le prix d une entreprise est égal à la valeur actuelle (en espérance) des revenus que l on peut obtenir de l entreprise. Le taux d actualisation étant nul, V p = p Y = 100, V q = q Y = (1 point) Quelle est la valeur actuelle nette (v) de l investissement? Expression littérale et valeur numérique avec = 20, µ = 5/24. Cet investissement «doit-il» être entrepris? La VAN de l investissement est égale à l espérance des revenus, actualisée, de cet investissement, moins la valeur de l investissement, v = µ Y = 5 9. (1 point) Qu appelle-t-on «dilution», «dilution normale» et «dilution excessive»? On parle de dilution des «anciens» actionnaires, lorsque l entreprise procède à une émission de nouvelles actions pour de «nouveaux» actionnaires. La part des anciens actionnaires, alors, diminue : c est la dilution. La dilution est normale lorsque les actions émises le sont à la valeur fondamentale de l entreprise. C est le cas lorsqu il n y a pas d asymétrie d information entre insiders les anciens actionnaires et outsiders les nouveaux. La dilution est excessive lorsque les actions sont émises à une valeur inférieure à la valeur fondamentale, à tel point que la valeur totale des actions des anciens actionnaires diminue en valeur absolue, au lieu d augmenter avec la VAN du nouvel investissement.

4 10. (1 point) (nformation parfaite). Les deux entreprises financent chacune leur investissement en émettant de nouvelles actions, pour de nouveaux actionnaires. En supposant que les entreprises ne sont pas endettées, quelles sont les dilutions normales (θ p et θ q ) exigées par ce financement pour chaque entreprise? [On arrondira les résultats à 2 décimales] θ p = V p + + v = 0, 16, θ q = V q + + v = 0, (1 point) Quel est le seuil de dilution excessive (θ p ) pour l entreprise «p»? Expliquer soigneusement ce seuil, d abord sous forme littérale, puis calculer sa valeur numérique. Estil utile de calculer ce seuil pour l entreprise «q»? θ p = + v V p + + v = 0, 20, θ q = + v V q + + v = 0, (2 points) (nformation imparfaite jusqu à la fin de l exercice). Les investisseurs ne distinguent pas les entreprises de type «p» et les entreprises de type «q», mais tous les paramètres du problème sont une connaissance commune. l existe une proportion α d entreprises «p» et 1 α d entreprises q. Expliquer quel genre d équilibre de financement du nouvel investissement se réalisera selon la valeur de α? (On supposera qu aucune entreprise ne dispose de fonds propres.)? Avec asymétrie d information, la dilution engendrée par un équilibre mélangeant est égale à la dilution «moyenne» suivante, θ m (α) = α V p + (1 α) V q + + v. Cette dilution dépend de la valeur de α. Soit la valeur de α, α, tel que θ m = θ p. Si α > α il existe suffisamment d entreprises p pour que l «anti-sélection» ne soit pas trop forte : il existe alors un équilibre mélangeant. Sinon l équilibre est séparant. Calcul de la valeur de α, en résolvant, 20 α (1 α) = 0, 20 = α = 3 = 0, (2 points) On suppose que α = 1/6. Quelle est la valeur des entreprises q : α = 1/6 0, 17 < α, par conséquent l équilibre est séparant. 1. en t = 0, avant de connaître la possibilité du nouvel investissement? V m = α V p + (1 α) V q = (1/6)100 + (5/6)60 = 66, en t = 0, après avoir pris connaissance du nouvel investissement? Sachant que l équilibre est séparant, seule les entreprises q cherchent un financement sur le marché, la valeur moyenne des entreprises est V 0 = α V p + (1 α) (V q + + v) = 87, 50

5 3. en t = 0, après avoir financé le nouvel investissement? V 0 = V q + + v = 85. On observe la baisse du prix de l entreprise, de 3 % environ, lorsque l entreprise q émet des actions pour financer son nouvel investissement. 4. en t = 1? Y en cas de succès, 0 en cas d échec du projet. 14. (1 point) Définir le coût du capital. Quel est le coût du capital pour une entreprise «q»? Le coût du capital, par définition, est égal au taux de rendement sur les actions émises pour financer le nouvel investissement. Comme, il n y a pas d autre source de financement que les actions, pour l entreprise q, le rendement du capital est aussi égal au rendement économique de l entreprise, c est-à-dire le rapport de l espérance du revenu sur le prix de l entreprise (voir définition de θ q, ci-dessus), 1 + r k = θ q(v q + + v) = (1 point) Si toutes entreprises décidaient de financer le nouvel investissement, quel serait le coût du capital? Si toutes les entreprises décidaient d émettre des actions, le coût du financement serait différent pour les actionnaires (anciens) de l entreprise p ou de l entreprise q. Pour les actionnaires de p, le coût du financement serait (voir définition de θ m, ci-dessus), 1 + r kp = θ m(1/6)(v p + + v) tandis que pour les actionnaires de l entreprise q, il serait 1, 36, 1 + r kq = θ m(1/6)(v q + + v) 0, (2 points) Quelle est la décision de financement d une entreprise «p» en fonction du coût du capital? Le coût du capital ne peut excéder le rendement du nouvel investissement, qui est égal à µ Y = 1, 25. l correspond au coût du capital au seuil de dilution excessive, θ p (V p + + v) = 1, 25. Université Paris-Dauphine

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 9 et 10. Politique de financement Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 9 & 10. Financement Printemps 2011 1 / 62 Plan I Introduction II La structure financière

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX Corrigés des cas : Emprunts Remboursement par versements périodiques constants - Cas E1 Objectifs : Construire un échéancier et en changer la périodicité, Renégocier un emprunt.

Plus en détail

Le coût du capital C H A P I T R E

Le coût du capital C H A P I T R E JOB : mp DIV : 10571 ch04 p. 1 folio : 103 --- 29/8/07 --- 11H4 [ Le coût du capital q Le coût du capital est une notion fondamentale pour les entreprises en matière de politique financière car il est

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE6 FINANCE D ENTREPRISE - session 214 Proposition de CORRIGÉ 214 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 1 points 1.

Plus en détail

Financement et rentabilité des investissements

Financement et rentabilité des investissements Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Financement et rentabilité des investissements Maximiser les revenus des investissements Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3252-0

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES Objet

Plus en détail

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Laurent Batsch ahier de recherche n 2005-01 Le financement adossé est une des modalités de financement de l investissement

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le modèle de Merton

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le modèle de Merton ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le modèle de Merton Les hypothèses du modèle Dérivation du modèle Les extensions du modèle Le modèle de Merton Les hypothèses du modèle Marché

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières LES BASES DE L EVALUATION DES INVESTISSEMENTS Les

Plus en détail

LA THEORIE CLASSIQUE DE L INVESTISSEMENT ET DU FINANCEMENT

LA THEORIE CLASSIQUE DE L INVESTISSEMENT ET DU FINANCEMENT LA THEORIE CLASSIQUE DE L INVESTISSEMENT ET DU FINANCEMENT Cette leçon et la suivante ont trait aux relations de l entreprise avec ses apporteurs de capitaux. L économie financière classique a pour fondement

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 55

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 55 TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS...................................... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE.................................. 55 Table des matières 3 TITRE I LES ÉTATS

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeur Matière Session A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 Date: Lundi 12 septembre 2005 Nom et prénom:... Note:... Q1 :...

Plus en détail

Efficience de l actif de l entreprise

Efficience de l actif de l entreprise Solutions d assurance-vie Efficience de l actif de l entreprise Gérer. Profiter. Préserver. Une solution intelligente pour les professionnels : l assurance-vie permanente, un actif unique pouvant offrir

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15 Notations courantes............................................................. Préface à l édition française.................................................... Les auteurs.........................................................................

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Note finale:... Q1 :... Q2 :... Q3 :... Q4 :... Bonus :... Total :...

Note finale:... Q1 :... Q2 :... Q3 :... Q4 :... Bonus :... Total :... FACULTE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L'UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeurs : D. Andrei C. Bobtcheff Matière : Principes généraux de finance Session : Automne 2012 Informations générales: o Documentation

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts Chapitre 4 : cas Transversaux Cas d Emprunts Échéanciers, capital restant dû, renégociation d un emprunt - Cas E1 Afin de financer l achat de son appartement, un particulier souscrit un prêt auprès de

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» L effet de levier François Longin 1 www.longin.fr L effet de levier Notion d effet de levier Les principaux effets de levier

Plus en détail

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT Les informations disponibles sur la présente documentation ont pour seule fin de donner une information générale à son lecteur. Elles ne constituent pas un

Plus en détail

Lorsqu une entreprise a besoin de capitaux pour financer des projets à long terme, elle doit décider

Lorsqu une entreprise a besoin de capitaux pour financer des projets à long terme, elle doit décider Partie V Structure financière et valeur de l entreprise Chapitre 14 La structure financière en marchés parfaits Lorsqu une entreprise a besoin de capitaux pour financer des projets à long terme, elle doit

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1) Plan de la séance 11. Objectifs pédagogiques. Coûts de faillite

Cours de gestion financière (M1) Plan de la séance 11. Objectifs pédagogiques. Coûts de faillite Cours de gestion financière (M1) Séance 11 du 11 décembre 2015 Analyse économique des droits de propriété des actionnaires et des créanciers Impact de l augmentation du risque sur les choix d investissement

Plus en détail

Université de Bordeaux 4 Master 1 TEI Examen final, 1ère session 2000-2001 Economie publique Durée : 1 heure

Université de Bordeaux 4 Master 1 TEI Examen final, 1ère session 2000-2001 Economie publique Durée : 1 heure 2000-2001 1) La réglementation des monopoles naturels. (12 points) 2) Au choix : (8 points) a) Soient les préférences des individus a, b, c et d sur les options x, y, z et t : Individu a : x > y > t >

Plus en détail

Investissements. Plan

Investissements. Plan Investissements Plan Relation entre placement, revenus et taux d intérêt Relation entre emprunt, sommes remboursées et taux d intérêt Bilan: relation entre flux monétaires résultant d un échange intertemporel

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 3 Modèles financiers discrets

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 3 Modèles financiers discrets Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 3 Modèles financiers discrets Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de Franche-Comté)

Plus en détail

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014 PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015 novembre 2014 4. COMPARAISON DES TAUX D INDEXATION DES RÉGIMES D IMPOSITION QUÉBÉCOIS, FÉDÉRAL ET PROVINCIAUX En 2015,

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS Session 2013 ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES. Durée : 2 heures Coefficient : 2

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS Session 2013 ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES. Durée : 2 heures Coefficient : 2 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS Session 2013 ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES Durée : 2 heures Coefficient : 2 SUJET Dès que le sujet vous est remis, assurez-vous qu il

Plus en détail

Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière

Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière Le sujet comporte trois dossiers indépendants : - un diagnostic financier basé sur le besoin en fonds de roulement normatif et le tableau de flux de trésorerie de

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

SESSION 2015 UE 6 FINANCE D ENTREPRISE

SESSION 2015 UE 6 FINANCE D ENTREPRISE SESSION 2015 UE 6 FINANCE D ENTREPRISE Éléments indicatifs de corrigé DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de flux de trésorerie de l OEC de l annexe A (à rendre avec la copie), en présentant

Plus en détail

Banques: les fonds propres sont-ils chers?

Banques: les fonds propres sont-ils chers? Banques: les fonds propres sont-ils chers? Résumé: Le coût des fonds propres correspond à la rentabilité exigée par les actionnaires sur leur investissement en fonds propres. Celle-ci est supérieure à

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations 034 Souscrire ou acheter des obligations L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Juillet 2009 Sommaire 2 4 6 8 12 16 20 24 Souscrire ou acheter des obligations Qu est-ce qu une obligation cotée?

Plus en détail

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Objectifs de la session 1. Introduire le «dividend discount model» (DDM) 2. Comprendre les sources de croissance du dividende 3. Analyser

Plus en détail

TD : Microéconomie de l incertain. Emmanuel Duguet

TD : Microéconomie de l incertain. Emmanuel Duguet TD : Microéconomie de l incertain Emmanuel Duguet 2011-2012 Sommaire 1 Les loteries 2 2 Production en univers incertain 4 3 Prime de risque 6 3.1 Prime de risque et utilité CRRA.................. 6 3.2

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 5 : L évaluation des actions Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Mars 2012 Valorisation des actifs financiers 1 Les taux d intérêt

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Études Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 7

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

Chapitre 9. L évaluation des actions

Chapitre 9. L évaluation des actions Chapitre 9 L évaluation des actions Introduction Comment déterminer la valeur des actions? Loi du prix unique : le prix d un actif financier doit être égal à la valeur actuelle des flux futurs auxquels

Plus en détail

L'impact de la fonction d'utilité du propriétaire-dirigeant de PME sur la hiérarchie des sources de financement

L'impact de la fonction d'utilité du propriétaire-dirigeant de PME sur la hiérarchie des sources de financement L'impact de la fonction d'utilité du propriétaire-dirigeant de PME sur la hiérarchie des sources de financement Professeur à l UCL Titulaire de la Chaire Brederode en développement de l esprit d entreprise

Plus en détail

L Ordre des Experts Comptables Agréés au Liban - Comptabilité de Gestion Examen Décembre 2014

L Ordre des Experts Comptables Agréés au Liban - Comptabilité de Gestion Examen Décembre 2014 QUESTIONS A CHOIX MULTIPLES (45%) Choisir une seule bonne réponse 1. Les informations suivantes ont été tirées des registres comptables de la société XYZ pour l exercice financier se terminant le 31 décembre

Plus en détail

EXERCICES CORRIGES Elément : Gestion financière / Option Economie et Gestion. (Semestre 5)

EXERCICES CORRIGES Elément : Gestion financière / Option Economie et Gestion. (Semestre 5) EXERCICES CORRIGES Elément : Gestion financière / Option Economie et Gestion (Semestre 5) Exercice 1 Pour développer son activité, l entreprise SDT achète un nouvel équipement dont les caractéristiques

Plus en détail

L incidence des exigences de fonds propres sur le coût du capital bancaire : une étude empirique sur les banques européennes.

L incidence des exigences de fonds propres sur le coût du capital bancaire : une étude empirique sur les banques européennes. L incidence des exigences de fonds propres sur le coût du capital bancaire : une étude empirique sur les banques européennes. Toader Oana Laboratoire d Economie d Orléans MACROFI, Lyon 22 mars 2013 Plan

Plus en détail

FINANCE D ENTREPRISE Décision d investissement et choix de financement

FINANCE D ENTREPRISE Décision d investissement et choix de financement FINANCE D ENTREPRISE Décision d investissement et choix de Nahtalie Gardès maître de conférence en gestion Chapitre 3 le choix de I- Les différentes sources de II- Le choix des sources de III Le du cycle

Plus en détail

Plan. Chapitre 16 La structure de financement

Plan. Chapitre 16 La structure de financement Chapitre 16 La structure de financement Plan Les financements internes et externes Le financement par capitaux propres Le financement par dette Marché parfait et neutralité de structure de financement

Plus en détail

Privalto Privilège Septembre 2015

Privalto Privilège Septembre 2015 Privalto Privilège Septembre 2015 Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement risqué alternatif à un investissement dynamique risqué de

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

Banque et Capital-Investissement Un double partenariat pour les PME. Alger, 11 et 12 mars 2009

Banque et Capital-Investissement Un double partenariat pour les PME. Alger, 11 et 12 mars 2009 11 mars2009 Banque et Capital-Investissement Un double partenariat pour les PME Alger, 11 et 12 mars 2009 Amaury Mulliez, Proparco Représentant Maroc et Capital-investissement au Maghreb RAPPEL: DIFFERENCE

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS Ce chapitre est consacré à la valorisation par les cash flows actualisés ou DCF. Cette méthode est basée sur la capacité d une entreprise à générer des flux

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

Produit de placement risqué alternatif à un investissement risqué de type «actions»

Produit de placement risqué alternatif à un investissement risqué de type «actions» TOTAL RENDEMENT 2014 Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement risqué alternatif à un investissement risqué de type «actions» Émetteur

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2014-2015

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2014-2015 1 Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2014-2015 Organisation pratique L enseignant et l équipe pédagogique Prérequis utiles pour le cours Supports pédagogiques

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE Partant d une situation déjà défavorable au financement des entreprises par fonds propres, les mesures fiscales

Plus en détail

2-200-96 FINANCE HIVER 1999 EXAMEN FINAL

2-200-96 FINANCE HIVER 1999 EXAMEN FINAL École des Hautes Études Commerciales de Montréal 2-200-96 FINANCE HIVER 1999 EXAMEN FINAL Professeurs : Martin Boyer, Luc Bruneau, Sbai Chkirid, Mohamed Kortas, Mondher Mtibaa, Patrick Proulx et Serge

Plus en détail

Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson. par Gino Lambert, chercheur à la Chaire

Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson. par Gino Lambert, chercheur à la Chaire Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson par Gino Lambert, chercheur à la Chaire 1997 Table des matières Introduction Analyse des taux díintérêt sur les cartes de crédit Analyse

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

L effet de levier de l endettement et la question de la structure optimale de financement. Pour ou contre Modigliani-Miller?

L effet de levier de l endettement et la question de la structure optimale de financement. Pour ou contre Modigliani-Miller? Cours de base : L effet de levier de l endettement et la question de la structure optimale de financement. Pour ou contre Modigliani-Miller? Donnons tout de go nos conclusions : il n existe pas de structure

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. 1 Généralités sur les tests statistiques 2

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. 1 Généralités sur les tests statistiques 2 UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 Master d économie Cours de M. Desgraupes MATHS/STATS Document 4 : Les tests statistiques 1 Généralités sur les tests

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

Stratégies NexGen pour une gestion de patrimoine fiscalement efficace

Stratégies NexGen pour une gestion de patrimoine fiscalement efficace STRATÉGIES FISCALES Portefeuille de placements de société incorporée 1 er janvier 2012 Stratégies NexGen pour une gestion de patrimoine fiscalement efficace Avec le régime fiscal canadien des petites et

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

ING Belgium International Finance (Luxembourg) 5Y EUR Yield Invest Notes 03/19

ING Belgium International Finance (Luxembourg) 5Y EUR Yield Invest Notes 03/19 Information Commerciale Fiche Produit ING Belgium International Finance (Luxembourg) 5Y EUR Yield Invest Notes 03/19 liées à l indice EUROSTOXX Select Dividend 30 (SD3E) Classe de Risque 0 1 2 3 4 5 6

Plus en détail

Estimation d un actif immobilier

Estimation d un actif immobilier Marc Candelier Octobre 2007 version 6 http://www.marc-candelier.com bulle.immo160@free.fr Immobilier Estimation d un actif immobilier Ce document propose une méthode permettant d estimer la valeur d un

Plus en détail

Structure et contraintes de financement

Structure et contraintes de financement Chapitre 13 Structure et contraintes de financement 1 Exercice 13.05 Incidence de l endettement l sur le bénéfice par action La société anonyme Zéphyr au capital divisé en 1 000 000 d actions, a investi

Plus en détail

Bulletin fiscal L AGENCE DU REVENU DU CANADA MET FIN AU SERVICE IMPÔTEL PRÊTS PERSONNELS À VOS ENFANTS

Bulletin fiscal L AGENCE DU REVENU DU CANADA MET FIN AU SERVICE IMPÔTEL PRÊTS PERSONNELS À VOS ENFANTS Octobre 2012 L Agence du revenu du Canada met fin au service IMPÔTEL Prêts personnels à vos enfants Les reports de pertes Les biens à usage personnel Les règles relatives aux biens de remplacement Bulletin

Plus en détail

EVALUATION D ENTREPRISE

EVALUATION D ENTREPRISE EVALUATION D ENTREPRISE «Combien vaut mon entreprise?» EVALUATION PLAN DU MODULE 1) Objectifs et enjeux de l évaluation Pour le propriétaire Pour le repreneur 2) Évaluation : apports et limites 3) Rappel

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Question 1: Analyse et évaluation des obligations (56 points) Vous travaillez pour le département de trésorerie d une banque internationale. L établissement bénéficie d une très bonne réputation et peut

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

LA SOCIETE DE TITRISATION

LA SOCIETE DE TITRISATION LA SOCIETE DE TITRISATION La Loi du 22 mars 2004 introduit le cadre légal permettant la constitution d'organismes de titrisation. La Titrisation permet à un cédant (société, entreprise ou personne physique)

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Incorporation de ma pratique

Incorporation de ma pratique Incorporation de ma pratique Sujet Incorporation : mythe ou réalité Avantages et désavantages Salaire ou dividende Taux d impôts des particuliers et des compagnies RRQ dans le contexte de l incorporation

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Polynésie session mai 2012 - Informatique de gestion

Brevet de technicien supérieur Polynésie session mai 2012 - Informatique de gestion Brevet de technicien supérieur Polynésie session mai 2012 - Informatique de gestion A. P. M. E. P. ÉPREUVE OBLIGATOIRE Durée : 3 heures Coefficient : 2 Exercice 1 7 points Les parties A et B de cet exercice

Plus en détail

Produit de placement risqué alternatif à un investissement dynamique risqué de type «actions»

Produit de placement risqué alternatif à un investissement dynamique risqué de type «actions» Cèdre Crescendo 2021 Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement risqué alternatif à un investissement dynamique risqué de type «actions»

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 11. Politique de dividende Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 11. Dividendes Printemps 2011 1 / 39 Plan I Introduction II Les modalités de rémunération des

Plus en détail

Communication à caractère promotionnel

Communication à caractère promotionnel Produit de placement alternatif à un investissement dynamique risqué de type «actions» Emetteur : BNP Paribas (Standard & Poor s A+, Moody s A2, Fitch Ratings A+ au 15 octobre 2013) Le souscripteur supporte

Plus en détail

LUNETTERIE NEW LOOK INC. Régime de réinvestissement des dividendes

LUNETTERIE NEW LOOK INC. Régime de réinvestissement des dividendes LUNETTERIE NEW LOOK INC. Régime de réinvestissement des dividendes 19 mars 2014 RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES Table des matières Introduction... 2 Vue d ensemble... 3 Définitions... 3 Questions

Plus en détail

Guide pratique des Obligations

Guide pratique des Obligations 2010 Guide pratique des Obligations Service Education des Epargnants CDVM 15/10/2010 Qu est-ce qu une obligation? Les obligations Les principales caractéristiques d une obligation La valeur nominale Le

Plus en détail

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif Dossier 1 - Diagnostic financier 1. Intérêt des tableaux de flux de trésorerie - Analyse de l évolution de la trésorerie Les tableaux de flux

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Analyse d un investissement François Longin 1 www.longin.fr Plan Modélisation

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2014-134. Mai 2014

BULLETIN FISCAL 2014-134. Mai 2014 BULLETIN FISCAL 2014-134 Mai 2014 NOUVEAU CRÉDIT D IMPÔT DU QUÉBEC : LOGIRÉNOV Le gouvernement du Québec a annoncé les modalités d application d un nouveau crédit d impôt remboursable pour la rénovation

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2012

Bulletin fiscal. Novembre 2012 Bulletin fiscal Novembre 2012 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l

Plus en détail