PRINCIPES ET APPROCHES DE L EVALUATION D ENTREPRISES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRINCIPES ET APPROCHES DE L EVALUATION D ENTREPRISES"

Transcription

1 PRINCIPES ET APPROCHES DE L EVALUATION D ENTREPRISES

2 Plan Introduction Partie 1: Rappel des principales méthodes d évaluation financière Partie 2: la méthode Discounted Cash Flow Partie 3: la méthode des multiples Partie 4: la méthode patrimoniale 1

3 Introduction 2

4 Introduction Contexte de l évaluation financière Actionnaires majoritaires, Dirigeants Opérations stratégiques: : croissance externe, cessions, fusions, prises de participation Appel au marché financier: OPV, OPA, OPE Assurance de biens Liquidation Gestionnaires de fonds, investisseurs en bourse Placements financiers Participations minoritaires 3

5 Introduction Contexte de l évaluation financière: les approches usitées Méthodes patrimoniales Etablir un seuil de prix, référence pour l actionnaire cédant Applicable dans des entreprises industrielles l actif net est réévalué Méthodes basées sur la capacité bénéficiaire future Actualisation de flux de trésorerie futurs Transactions stratégiques, placements financiers Comparables boursiers, transactions récentes Application à la société évaluée de multiples de valorisation de sociétés comparables ou constatés dans des transactions récentes Indication de marché Appliqué dans des transactions stratégiques, placements financiers En pratique, les méthodes d évaluation ne sont pas mises en œuvre de manière unilatérale et exclusive, mais de manière conjointe afin d assurer un «confort» raisonnable par rapport aux valorisations dégagées. 4

6 Introduction Contexte de l évaluation financière: les approches usitées INVESTISSEURS HORIZON METHODE Petits porteurs Court terme Comparables boursiers Investisseurs institutionnels Moyen et long terme Comparables boursiers et capacité bénéficiaire future Investisseurs stratégiques Long terme DCF et transactions comparables Chaque investisseur, évalue en fonction du profit qu il espère retirer à plus ou moins court terme. Ce profit peut revêtir des formes diverses : plus values, dividendes 5

7 Partie 1 Rappel des principales méthodes d évaluation financière 6

8 Rappel des principales méthodes d évaluation Cadre général Discounted Cash Flow Méthode des Comparables Méthode patrimoniale Actualisation de flux de trésorerie futurs dégagés par l exploitation Méthode «scientifique» basée sur une approche par les flux Suppose la disponibilité d un plan d affaires précis Sensibilité aux hypothèses de prévision Application de multiples de valorisation boursière ou observés dans le cadre de transactions récentes Approche «pragmatique» tenant compte du contexte de marché Difficulté d établir des tableaux de comparaison réellement pertinents Les multiples doivent être retraités afin de tenir compte de l impact de la structure financière Estimation de la valeur des fonds propres à partir des actifs réévalués et corrigés de la valeur de la dette Mix des méthodes précédentes à travers la prise en compte du goodwill Seule méthode appropriée pour évaluer les holdings financiers, les groupes diversifiés 7

9 Rappel des principales méthodes d évaluation Discounted Cash Flow Valeur actuelle au coût moyen pondéré du capital des flux de trésorerie avant frais financiers et après impôt Ve = Actif économique (immobilisations + BFR) Vcp = Valeur comptable des capitaux propres Valeur actuelle au taux de rentabilité exigé par les actionnaires des flux de trésorerie après frais financiers et impôt Valeur actuelle des dividendes au taux de rentabilité exigé par les investisseurs (D.D.M) Vd = Valeur comptable de la dette Valeur actuelle des flux (intérêt et principal) au taux exigé par les créanciers 8

10 Rappel des principales méthodes d évaluation Méthode des comparables Multiple boursier ou de transaction d un solde avant frais financiers (multiple de CA, EBE, REX) Ve = Actif économique (immobilisations + BFR) Vcp = Valeur comptable des capitaux propres Multiple boursier ou de transaction d un solde après frais financiers (PER, PBR, PCF) Vd = Valeur comptable de la dette 9

11 Rappel des principales méthodes d évaluation Méthode patrimoniale Vcp = Valeur comptable des capitaux propres Valeur de marché ou d utilisation des éléments de l actif économique Ve = Actif économique (immobilisations + BFR) Vd = Valeur comptable de la dette 10

12 Partie 2 Discounted cash flow 11

13 Généralités Principe: la valeur actuelle de l entreprise repose sur l actualisation de flux de trésorerie futurs dégagés par l exploitation au taux de rentabilité exigé par les apporteurs de capitaux et après déduction de la dette financière nette n FTD i VT n V = Σ + - D - IM i=1 (1+ k) i (1+ k) n L entreprise est valorisée comme une obligation! V: valeur des fonds propres FTD: flux de trésorerie dégagés par l exploitation Kc: taux de rentabilité exigé par les apporteurs de capitaux VT: valeur terminale de l entreprise à la période n D: dettes financières nettes IM: intérêts minoritaires Généralement, une corrélation entre la valeur de marché et la valeur DCF Un préalable incontournable: élaborer un plan d affaires fiable selon différents scénarios 12

14 Business Plan Stratégie de développement Portefeuille de produits Plan d investissements Partenariats / alliances Compétitivité Facteurs de compétitivité Déprotection douanière Analyse du contexte concurrentiel Finance Croissance, rentabilité Politique d amortissements Aspects fiscaux (déficit fiscal ) Choix de financement: analyse de la dette, structure financière Organisation, marketing Politique marketing Organisation interne Audits... Evaluation croissance, profitabilité, dividendes, coût du capital Cadre macro économique Inflation Croissance du PIB Personnel, productivité Indicateurs de productivité Systèmes de retraite Séquence de départs à la retraite, licenciements, recrutements Rémunérations (croissance, bonifications) 13

15 Business Plan - quelques questions clés Analyse globale de l entreprise Identification des forces / faiblesses Identification des opportunités / menaces liées à l environnement Analyse de l enjeu commercial Gain / perte de part de marché? politique commerciale: recherche d effets prix / volumes? diversification des portefeuilles produits / clientèle ou concentration? alliances / partenariats? gestion des approvisionnements: position de négociation à l égard des fournisseurs? «Comportement» induit du chiffre d affaires, de la valeur ajoutée Analyse de l enjeu lié aux frais généraux Analyse de l enjeu lié au personnel Structure des frais généraux? Organisation? Gains / pertes occasionnés par la structure? Effet de levier sur les charges fixes? Analyse de la structure des effectifs? Fixes / temporaires? «faux temporaires»?... Ancienneté? Age moyen? Départs à la retraite? Exploitation des gisements de productivité? Sur / sous effectifs? Efforts de formation? Politique de rémunération? Fixe / variable? 14

16 Business Plan - quelques questions clés (suite) Analyse de l enjeu lié à l outil de production Politique d amortissement en vigueur? Plan d investissements futur? Investissements induits par les hypothèses de croissance de l activité?... Analyse de l enjeu fiscal Régime fiscal applicable? Déficits fiscaux reportables? Particularités? Analyse de l enjeu lié au cycle d exploitation Analyse de l enjeu financier Structure du BFR? Comportement prévisionnel des délais de règlement clients? Fournisseurs? Estimation de la variation du BFR liée au développement de l activité Analyse de l endettement Coût de la dette Objectif: dégager les éléments les plus significatifs et produisant un impact majeur sur la valorisation Discuter avec le management pour appréhender sa vision du futur Adopter des scénarios conservateur, médian, et optimiste afin de dégager des fourchettes de valorisation raisonnables 15

17 Variables clés de construction d un modèle DCF Choix des flux Horizon de prévision Taux d actualisation Modèle DCF Valeur terminale Structure financière cible 16

18 1. Le choix des flux 17

19 Le choix des flux 3 types de flux peuvent être utilisés dans le modèle DCF. Les flux traditionnellement retenus sont les Free Cash Flow to Firm (FCFF) Free Cash Flow to Firm (FCFF) Free Cash Flow to Equity (FCFE) Dividendes (Dividend Discounted Model) Résultat d exploitation - Impôt sur le résultat d exploitation = Résultat d exploitation «corrigé» +Dotations aux amortissements et provisions (- reprises) - Variation de BFR - Investissements = Flux économiques à dette nulle (FEDN ou FCFF) FEDN - Charges financières + Produits financiers - Remboursement de la dette + Nouveaux emprunts + Economie d impôts(s/ch.financières) = Flux liés aux actionnaires (FACT ou FCFE) FCRE* Dividendes versés Flux disponibles pour l ensemble des apporteurs de capitaux Flux disponibles pour les actionnaires Flux disponibles pour les actionnaires minoritaires * Flux liés aux créanciers NB: FACT = FEDN + Economie d impôts - FCRE = dividendes versés + rémunération de CCA - apports en capitaux propres - apports CCA 18

20 Flux et taux d actualisation Le taux d actualisation reflète l exigence de rentabilité attendue par les investisseurs et constitue la contrepartie du risque encouru Le taux d actualisation doit être choisi en adéquation avec la nature des flux retenus dans le modèle DCF Free Cash Flow to Firm (FCFF) Free Cash Flow to Equity (FCFE) Dividendes (Dividend Discounted Model) Coût moyen pondéré du capital Taux de rentabilité exigé par les actionnaires Taux de rentabilité exigé par les actionnaires 19

21 Exemple de DCF - Société Objectif SA (i) Etablir le plan d affaires sur l horizon explicite de 10 ans, (ii) calculer les Flux économiques à dette nulle (FEDN) actualisés CMPC de 12%, (iii) l EVA , et la rente économique Données résumées Hypothèses d exploitation prévisionnelles Compte de résultat, kdh CA EBE (EBITDA) REX Intérêts (9%) RCAI IS (35%) RN Bilan économique 1999, kdh Capitaux propres Endettement net Actif économique Croissance du chiffre d affaires: 10%/an entre 2000 et 2003, 5% entre 2004 et 2006, 2% au delà Marge d exploitation: EBE = 45% du chiffre d affaires entre 2000 et 2002, 40% entre 2003 et 2005, 35% au delà Dotations d exploitation: 10% des immobilisations nettes n-1 Investissements: 110% des amortissements n BFR: 36 jours de chiffre d affaires IS: 35% Immobilisations BFR Actif économique

22 Exemple de DCF - Société Objectif SA - Plan d affaires Exercice clôturant le 31 décembre Chiffre d'affaires EBE (EBITDA) Moins: Dépréciation (4 000) (4 040) (4 080) (4 121) (4 162) (4 204) (4 246) (4 289) (4 331) (4 375) REX (EBIT) Moins: Taxes (3 325) (3 784) (4 289) (4 148) (4 413) (4 692) (4 176) (4 275) (4 375) (4 478) REX fiscalisé (EBIT après impôt) Plus: Dépréciation Moins: Investissements (4 400) (4 444) (4 488) (4 533) (4 579) (4 624) (4 671) (4 717) (4 765) (4 812) Moins: Variation du BFR (273 ) (300 ) (330 ) (363 ) (200 ) (210 ) (220) (92) (94) (96) Flux économiques à dette nulle Investissements Immobilisations BFR AE

23 Exemple de DCF - Société Objectif SA - FEDN actualisés à CMPC = 12% FEDN actualisés FEDN actualisés cumulés kdh FEDN actualisés cumulés

24 Exemple de DCF - Société Objectif SA - EVA, rente économique EVA Re* (1) 14,5% 16,2% 18,1% 17,2% 18,0% 18,8% 16,6% 16,7% 16,9% 17,1% CMPC (2) 12,0% 12,0% 12,0% 12,0% 12,0% 12,0% 12,0% 12,0% 12,0% 12,0% Rente induite (1)-(2) 2,5% 4,2% 6,1% 5,2% 6,0% 6,8% 4,6% 4,7% 4,9% 5,1% * REX (1-IS) / AE début de période EVA, kdh EVA, rente économique Re, CMPC 20,0% Re CMPC ,0% 16,0% 14,0% 12,0% 10,0% 8,0% 6,0% 4,0% 2,0% 0,0% EVA Re 23

25 2. Taux d actualisation 24

26 Taux d actualisation : le coût moyen pondéré du capital Le coût moyen pondéré du capital (CMPC) est le taux d actualisation généralement retenu dans les modèles DCF CMPC = K c V CP V CP + V CP + K D (1-IS) V D V CP + V CP K c : coût des fonds propres de l entreprise après impôt K D : coût de la dette après impôt de l entreprise évaluée V CP : valeur cible des fonds propres V D : valeur cible de la dette financière nette IS: impôt sur les sociétés Le facteur (1-IS) permet de tenir compte de l économie d impôt générée par la charge d intérêt, la fiscalité ayant été intégrée à taux plein dans les flux 25

27 Taux d actualisation : le coût des fonds propres Le coût des fonds propres est le taux de rentabilité exigé par les actionnaires. Il peut être calculé en utilisant le Modèle d Equilibre des Modèles Financiers (MEDAF) K CP = R f + β i * (R m - R f ) K CP : coût des fonds propres de l entreprise après impôt R f taux sans risque R m : taux de rentabilité du portefeuille de marché β i : Risque systématique de l action i Risque intrinsèque (β i ) Risque systématique (Rm - Rf) Taux de placement sans risque (Rf) K CP Le coût des fonds propres s analyse comme addition du taux sans risque et d un risque de marché dit «systématique» Le lien entre le risque de l entreprise (risque intrinsèque) et celui du marché est formalisé à travers un coefficient de sensibilité ou de risque (le Bêta) 26

28 Taux d actualisation : le coût des fonds propres La droite du CAPM est supposée refléter l efficience du marché: à augmentation du risque spécifique (mesuré par le Bêta de la valeur i), augmentation proportionnelle de la rentabilité exigée K CP Droite du CAPM R m Risque intrinsèque Risque systématique R f 1 β 27

29 Taux d actualisation : Composantes du coût des fonds propres: R f R f est défini comme le rendement des actifs les moins risqués du marché Risque de contrepartie Taux de rendement facial des obligations à long terme Taux sans risque à long terme Risque de transformation Taux sans risque à court terme Taux d inflation moyen anticipé Taux d intérêt réel moyen 28

30 Taux d actualisation : coût des fonds propres: R m - R f La théorie du portefeuille enseigne que la diversification réduit le risque mais ne l annule pas. Le marché tend à éliminer l ensemble des risques «éliminables» par la diversification à l exception du risque «systématique». Le risque systématique est mesuré par la covariance moyenne entre les rendements de toutes les valeurs constitutives du portefeuille de marché 2 principales approches pour évaluer la prime de risque Une approche historique: calculer la prime de risque à partir de statistiques boursières Une approche fondée sur l anticipation: sondage des investisseurs... La prime de risque est généralement retenue sur la base de rendements historiques à long terme 29

31 Taux d actualisation : Composantes du coût des fonds propres: R m - R f Le risque systématique est représenté par des facteurs externes: guerre, inflation, fiscalité... Période Prime de risque Prime de risque nominale réelle (%) USA 1/21 12/95 8,54 5,98 Japon 5/44 12/95 10,11 7,49 Allemagne 1/50 12/95 8,27 5,74 Autriche 1/25 12/95 6,96 3,16 Belgique 1/21 12/95 6,15 1,23 France 1/21 12/95 10,64 2,54 Italie 1/28 12/95 12,62 3,15 Norvège 1/28 12/95 8,66 4,61 Portugal 1/82 12/95 23,96 13,11 Source: Goetzman W. et Jorion P. A century of global stock markets, Working, University of California at Irvine and Yale School of Management 30

32 Taux d actualisation : Composantes du coût des fonds propres: Bêta Le niveau du Bêta détermine le niveau de risque d une valeur donnée. Il permet d apprécier si une telle valeur amplifie les fluctuations de marché, les réduit, ou fluctue dans une mesure corrélée au marché β i = COV (i,m) V m COV im : covariance entre le rendement de la valeur i et celui du marché V m : Variance du marché β = 1: la valeur i se trouve parfaitement corrélée au marché (toute variation de x% du taux de rendement du marché s accompagne par une variation identique du rendement de la valeur i) β > 1: la valeur i amplifie les fluctuations du marché 0<β< 1: la valeur i réduit les fluctuations de marché Le Bêta du marché est égal à 1 (sensibilité des variations du rendement du portefeuille de marché par rapport à lui même) Les Bêtas supérieurs à 2 ou négatifs sont rares 31

33 Taux d actualisation : Composantes du coût des fonds propres: Bêta Evaluation du Bêta Sociétés cotées Sociétés non cotées Données publiées par les analystes financiers («Bêta Book» aux Etats Unis ) L étroitesse du volume des échanges et l insuffisance de valeurs cotées peut constituer une difficulté Adopter le Bêta de sociétés comparables cotées La difficulté réside dans l identification d échantillons de référence pertinents Les méthodes comparatives pour le calcul du Bêta doivent tenir compte des différentes structures financières (calcul de Bêtas désendettés) La valeur prévisionnelle des Bêtas dépend du nombre d observations et de la période de référence utilisée (risque d instabilité des Bêtas dans le temps) 32

34 Taux d actualisation : Composantes du coût des fonds propres: Bêta L effet de levier modifie la sensibilité au risque systématique, donc le Bêta L obtention du Bêta par comparaison nécessite de retraiter l impact de la structure financière afin de déduire le Bêta des fonds propres. Ce dernier doit ensuite être réendetté en fonction de la structure financière spécifique de la société évaluée. Formule d endettement du β β désendetté β i = β * (1+(1-IS)) V D V C β = β i (1+(1-IS)) V D V C β i : Bêta de la société endettée après impôt β : Bêta de la société non endettée après impôt V D : Valeur de la dette financière nette V C : Valeur des fonds propres Le risque spécifique (β i ) s accroît avec l endettement dans une proportion égale à (1-IS) V D /V C ; IS *V D /V C représente l économie d impôt liée à l endettement L effet de levier accroît la sensibilité au risque systématique 33

35 Taux d actualisation : le choix des pondérations dans le calcul du CMPC La structure financière détermine de manière directe le CMPC. Son calcul précis nécessite la réalisation d un business plan complet. An 1 An n Ve = Actif économique (immobilisations + BFR) Vcp = Valeur comptable des capitaux propres Vd = Valeur comptable de la dette Ve = Actif économique (immobilisations + BFR) Vcp = Valeur comptable des capitaux propres Vd = Valeur comptable de la dette La structure de l actif et du passif est nécessairement évolutive Le choix des pondérations doit être cohérent avec les prévisions de flux de trésorerie effectuées La structure financière cible ou moyenne peut être déterminée à partir de l examen de la politique de financement et d investissement envisagée par le management 34

36 3. Horizon de prévision et valeur terminale 35

37 Horizon de prévision et valeur terminale L horizon de prévision peut être décomposé en deux périodes distinctes Période de prévisions explicites P1 Période post P1 Actualisation de flux de trésorerie dégagés par l exploitation Actualisation d une valeur dite terminale ou résiduelle Difficulté d effectuer des prévisions détaillées au delà d un horizon donné L horizon de prévision «raisonnable» varie en fonction des secteurs d activité et de la taille de l entreprise considérée (généralement entre 5 et 10 années) 36

38 Valeur terminale La valeur terminale peut constituer un enjeu déterminant de la valeur des fonds propres de l entreprise. La part de la valeur terminale dans la valeur actuelle est d autant plus élevée que l horizon de prévision est limité 2 approches de la valeur terminale (VT) VT comme valeur finale explicite VT comme valeur finale implicite Multiple des ventes, de l EBE, du REX... Valeur comptable de l actif économique en dernière année (hypothèse de convergence entre le taux de rentabilité exigé et dégagé) Valeur réévaluée de l actif économique Calculer la valeur finale à partir d un flux de trésorerie normatif 37

39 Valeur terminale explicite Extrapolation des multiples en 2009 à partir des multiples 2000E d un comparable pour déduire VT 2009 Multiple des ventes Multiple de l EBE Multiple du REX VT 2009 (1) VT 2009 (2) VT 2009 (3) VT 2009 moyen 38

40 Valeur terminale implicite Calculer un FCFF 2009 normatif avec CA 2009 = CA 2008, amortissements 2009 = amortissements 2008 et investissements=amortissements Le cash flow normatif 2009 fait l objet d une actualisation à l infini selon deux cas de figure Situation de rente positive: Re>k VT 2009 = FCFF 2009 CMPC - g Situation de rente nulle: Re=k VT 2009 = FCFF 2009 CMPC La situation de rente économique détermine le niveau applicable de croissance infinie des flux (g) Limite: Le taux de croissance infini (g) ne saurait être supérieur au taux de croissance à long terme de l économie! A l infini, les situations de rente tendent à disparaître! NB: Re: rentabilité dégagée par l actif économique; K: coût du capital; g: croissance à l infini des flux 39

41 4. Structure financière et valeur 40

42 Structure financière et valeur, l approche traditionnelle Existe t il une structure financière optimale permettant de maximiser la valeur de l actif économique? D après l approche traditionnelle, une structure financière optimale existe. Le recours à l endettement produit deux effets combinés Coût de la dette (K D ) < Coût des fonds propres K c Augmentation de l endettement Toute augmentation de l endettement se traduit par une baisse du CMPC (K e ) et une hausse consécutive de la valeur d entreprise (Ve) Augmentation du risque couru par les actionnaires (coût des fonds propres Kc) à hauteur de β (1-IS) D/C (Rm - Rf) : risque de l actif économique + risque de la dette. Augmentation du coût de la dette K D : accroissement du risque encouru par les créanciers et de la rentabilité exigée par ces derniers L augmentation de la dette réduit le coût du capital, jusqu à un certain point. Au delà, l impact baissier sur le CMPC est annulé par la hausse du coût des fonds propres et de la dette 41

43 Structure financière et valeur, l approche traditionnelle - la Société Objectif SA D/D+C 0% 9% 17% 23% 29% 33% 38% 41% 44% 47% Kc 13,2% 13,6% 14,1% 14,6% 15,0% 15,5% 16,0% 16,4% 16,9% 17,4% Kd après IS 5,9% 5,9% 6,0% 6,0% 6,2% 6,6% 7,1% 7,7% 8,7% 10,0% CMPC 13,2% 12,9% 12,7% 12,6% 12,5% 12,5% 12,6% 12,8% 13,2% 13,9% Kc, Kd, Ke 20,0% 18,0% 16,0% 14,0% 12,0% 10,0% 8,0% 6,0% Sensibilité de Kc, Kd et Ke à la structure financière Structure optimale 4,0% - 9% 17% 23% 29% 33% 38% 41% 44% 47% Kc CMPC Kd après IS D/D+C VE, kdh Valeur d'entreprise et CMPC CMPC % % % CMPC 13% VE 12% % 0% 9% 17% 23% 29% 33% 38% 41% 44% 47% D/D+C La valeur d entreprise de la société Objectif SA est maximisée pour un ratio d endettement (D/D+C) de 29%. Au delà, la hausse conjuguée du coût des fonds propres et de la dette induisent une détérioration de la valeur 42

44 Structure financière et valeur, la théorie des marchés en équilibre D après la théorie des marchés en équilibre et en l absence de fiscalité, il n existe pas de structure financière optimale La valeur de l actif économique est indépendante de son mode de financement Kc, Kd, Ke Sensibilité de Kc, Kd et Ke à la structure financière Kc CMPC Kd après IS D/D+C Dans un marché en équilibre, la hausse du coût de la dette et des fonds propres se compensent et résultent en un CMPC inchangé Le rythme de progression de Kc se ralentit lorsque kd augmente car les actionnaires transfèrent une partie du risque sur les créanciers 43

45 La théorie des marchés en équilibre - L arbitrage proposé par Modigliani & Miller En l absence de fiscalité, les investisseurs dont le portefeuille est parfaitement diversifié sont indifférents aux modifications de structure financière Illustration de l arbitrage proposé par Modigliani et Miller Société X Société Y Résultat d exploitation Frais financiers (à 5%) Résultat net Dividende Coût des capitaux propres Kc 10% 12% Valeur des capitaux propres Vcp Valeur de la dette Vd Valeur de l actif économique Ve Coût pondéré du capital Ke 10% 9,4% Levier financier Vd / Vc 0% 60% Source: Finance d entreprise - P. Vernimmen D après l approche traditionnelle, la valeur de l actif économique de la société Y est supérieure à celui de la société X car présente un coût du capital inférieur Selon Modigliani et Miller, les investisseurs peuvent s endetter eux mêmes et effectuer des arbitrages de telle sorte que leur rentabilité s améliore et que les valeurs d actif économique de X et Y s égalisent 44

46 La théorie des marchés en équilibre - L arbitrage proposé par Modigliani & Miller Un investisseur détenant 1% de Y souhaite obtenir une rentabilité supérieure Avant arbitrage Après arbitrage Fonds investis dans Y= kdh Dividendes: 1% * kdh, soit 160 kdh Rentabilité des fonds propres = 12,0% Dividendes X = 2133 * 10% = 213 kdh - Frais financiers (800 * 5%) = (40) kdh = Revenu net = 173 kdh Rentabilité des fonds propres: 12,9% Vente des actions Y, soit kdh Reproduction de la structure financière de Y au niveau de l investisseur: emprunt de 800 kdh à 5% (1 333 * 60%) Investissement de l dans X soit kdh ensemble L investisseur a amélioré sa rentabilité pour un même risque et une mise de fonds identique Dans un univers sans impôt et où les allocations de ressources s effectuent de manière optimale, les actionnaires de Y céderont leurs actions dans Y en contrepartie d actions X, ce qui aura pour effet de réduire la valeur des actions Y et d augmenter celle des actions X. L arbitrage cessera lorsque les valeurs d actif économique des deux sociétés seront égales 45

47 La théorie des marchés en équilibre - La prise en compte de la fiscalité L économie d impôt réalisée grâce à la déductibilité des frais financiers de l assiette imposable accroît la richesse des actionnaires Illustration: Société A Sans endettement Fonds propres: 100 Mdh Rentabilité exigée Kc: 10% IS: 35% REX: 15,4 Mdh RCAI: 15,4 Mdh Résultat net minimum: 10,0 Mdh (satisfaisant l exigence de rentabilité des actionnaires) ROE: 10,0% Avec endettement Fonds propres: 50 Mdh Rentabilité exigée Kc: 12,0% Dette nette: 50 Mdh Coût de la dette Kd: 8,0% IS: 35% Sans déductibilité des frais financiers REX: 15,4 Mdh - Frais financiers: (4,0) Mdh = RCAI: 11,4 Mdh - IS: (5,4) Mdh = Résultat net: 6,0 Mdh ROE: 12,0% Avec déductibilité des frais financiers REX: 15,4 Mdh - Frais financiers: (4,0) Mdh = RCAI: 11,4 Mdh - IS: (4,0) Mdh = Résultat net: 7,4 Mdh ROE: 14,8% Lorsque l endettement est utilisé de façon permanente, l économie d impôt réalisée grâce aux charges financières doit être intégrée dans la valeur de l actif économique 46

48 La théorie des marchés en équilibre - La prise en compte de la fiscalité La valeur d entreprise (ou valeur de l actif économique) peut être reconstituée à partir de la valeur d entreprise non endettée, de l économie d impôt actualisée et des coûts de faillite et de dysfonctionnements actualisés Economie d impôt actualisée Coûts de faillite actualisés Valeur de la dette * taux d intérêt de la dette * taux d impôt Coût des fonds propres Valeur de la firme non endettée + valeur actualisée de l économie d impôt - valeur de la firme endettée (calcul par déduction) Actualisation de l économie d impôt à l infini au coût des fonds propres (l économie d impôt revient en définitive aux actionnaires) L économie d impôt ne sera effective que si la capacité bénéficiaire de l entreprise est suffisante Valeur de la firme non endettée + Valeur actuelle de l économie d impôt due à la déductibilité fiscale des frais financiers - Valeur actuelle des coûts de faillite et de dysfonctionnement = Valeur de la firme endettée L endettement augmente les risques pour l entreprise de ne pas faire face à ses engagements Dans un marché à l équilibre, le coût de faillite est nul car les actifs de l entreprise seront repris par d autres investisseurs En pratique, la mise en liquidation de l entreprise induit des coûts directs (honoraires d avocat, procédures ) et indirects (accès fermé aux financements, commandes annulées ) 47

49 Structure financière et valeur, prise en compte de la fiscalité - Société Objectif SA Valeur d entreprise Kdh Valeur actuelle du coût du dépôt de bilan Valeur actuelle de l économie d impôt Valeur de l entreprise non endettée Valeur corrigée de l actif économique Valeur d entreprise % 17% 23% 33% 38% 41% 44% 47% Structure financière optimale : 29% D/D+C Au delà de la structure financière optimale, la valeur d entreprise est négativement affectée par la hausse de l endettement L opportunité du recours à l endettement est strictement négative au delà d un ratio d endettement de 44% 48

50 Structure financière et valeur, prise en compte de la fiscalité - Société Objectif SA kdh Structure de la valeur d'entreprise Valeur actuelle du coût de faillite Valeur actuelle de l économie d impôt (2 000) (4 000) - 9% 17% 23% 33% 38% 41% 44% 47% D/D+C Structure financière optimale : 29% Variation de la valeur d entreprise par rapport à une situation d endettement nul Au delà de la structure financière optimale, la hausse des coûts de faillite et de dysfonctionnement annule l effet de l économie d impôt et engendre une évolution négative de la valeur de l actif économique 49

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds ENTREPRISE ET PATRIMOINE RDV TransmiCCIon 23 mai 2013 Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds Conseil en fusions-acquisitions et ingénierie financière Intégrité indépendance

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises 1 Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises Sommaire Préambule Comment bien évaluer une entreprise? Le diagnostic Le business plan L approche

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE Avril 2013 EVALUATION D ENTREPRISE 1 Introduction en bourse Une introduction en bourse est avant tout une opération financière. Les avantages financiers de

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 5 : L évaluation des actions Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Mars 2012 Valorisation des actifs financiers 1 Les taux d intérêt

Plus en détail

FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES

FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES Pierre Astolfi et Olivier Ramond SFEV Matinale du 17 avril 2013 INTRODUCTION (1/2) Depuis 2006, 4 enjeux en matière de construction

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES... 15. Table des matieres

TABLE DES MATIERES PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES... 15. Table des matieres TABLE DES MATIERES PRÉFACE................................................ 9 INTRODUCTION........................................ 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES............... 15 CHAPITRE 1. CONTEXTE

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Objectifs de la session 1. Introduire le «dividend discount model» (DDM) 2. Comprendre les sources de croissance du dividende 3. Analyser

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif Dossier 1 - Diagnostic financier 1. Intérêt des tableaux de flux de trésorerie - Analyse de l évolution de la trésorerie Les tableaux de flux

Plus en détail

Marchés Financiers. Cours appliqué de finance de marché. Actions

Marchés Financiers. Cours appliqué de finance de marché. Actions Marchés Financiers Cours appliqué de finance de marché Actions Aoris Conseil - Emmanuel Laffort 1 Actions - Généralités Caractéristiques Partie du capital Participants Banques (comptes propres, comptes

Plus en détail

Les choix d investissement

Les choix d investissement Finance Les choix d investissement Arnaud THAUVRON Maître de Conférences (École Supérieure des Affaires Université Paris XII) Référence e-theque : 2003A0127T ISBN : 2-7496-0068-5 e-theque 2003 e-theque

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son patrimoine y investir? Choisir les types de support adaptés à

Plus en détail

Dossier 1 ETUDE DE CAS

Dossier 1 ETUDE DE CAS DSCG session 2012 UE2 Finance Corrigé indicatif Dossier 1 ETUDE DE CAS 1. Evaluation de GRENELLE: 1.1. Valeur des fonds propres Vcp par la méthode des DCF Evolution du chiffre d affaires (TCAM : 6,7%)

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

Recueil de formules. Franck Nicolas

Recueil de formules. Franck Nicolas Recueil de formules Nous avons répertorié dans cette section, les différentes formules expliquées tout au long de cet ouvrage, afin de vous permettre de trouver rapidement l opération que vous souhaitez

Plus en détail

Création de valeur et capital-investissement

Création de valeur et capital-investissement Sciences de gestion Synthèse de cours & exercices corrigés Création de valeur et capital-investissement Un panorama complet des méthodes traditionnelles et modernes de création de valeur (EVA, profit économique,

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 1 Objectifs Savoir définir, calculer et interpréter les soldes intermédiaires de gestion. Connaître les principaux retraitements des SIG. Pré-requis Notions sur

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Lorsqu une entreprise a besoin de capitaux pour financer des projets à long terme, elle doit décider

Lorsqu une entreprise a besoin de capitaux pour financer des projets à long terme, elle doit décider Partie V Structure financière et valeur de l entreprise Chapitre 14 La structure financière en marchés parfaits Lorsqu une entreprise a besoin de capitaux pour financer des projets à long terme, elle doit

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Table des matières 1 Cœur-satellite : une méthode de placement efficace 3 Avantages d une gestion indicielle pour le cœur du portefeuille 6 La

Plus en détail

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k]

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k] Evaluation de la rentabilité d un projet d investissement La décision d investir dans un quelconque projet se base principalement sur l évaluation de son intérêt économique et par conséquent, du calcul

Plus en détail

A Toute Vitesse (FR0010050773 MLATV) FAIR VALUE : 12

A Toute Vitesse (FR0010050773 MLATV) FAIR VALUE : 12 Guy Cohen guy@nexfinance.fr www.nexresearch.fr 30 août 2006 A Toute Vitesse (FR0010050773 MLATV) FAIR VALUE : 12 Données boursières Compte de résultat, M 2005 2006 e 2007 e 2008e Dern. Cours 7,70 Chiffre

Plus en détail

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 SOMMAIRE DÉTAILLÉ INTRODUCTION : L évolution de l environnement a transformé les métiers de la finance

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

NETBOOSTER FR0000079683 ALNBT FAIR VALUE: 6,6

NETBOOSTER FR0000079683 ALNBT FAIR VALUE: 6,6 Marina Ilieva marina@nexfinance.fr www.nexresearch.fr 6 septembre 2006 NETBOOSTER FR0000079683 ALNBT FAIR VALUE: 6,6 Données boursières K 2005 2006e 2007e 2008e Dern. Cours 5,72 Chiffre d'affaires 8 901

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) 08.11.2013 Plan du cours Espérance de rentabilité d un portefeuille Volatilité d un portefeuille Choix du portefeuille efficient Prise en compte de l actif

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions Cours de calculs nanciers Chapitre 7 : Evaluation des actions L2 Economie et Gestion Vincent Bouvatier vbouvatier@u-paris10.fr Université de Paris 10 - Nanterre Année universitaire 2008-2009 Modèle d actualisation

Plus en détail

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Laurent Batsch ahier de recherche n 2005-01 Le financement adossé est une des modalités de financement de l investissement

Plus en détail

(10 points) ACIIA Questions Examen Final I Mars 2006 page 1 / 11

(10 points) ACIIA Questions Examen Final I Mars 2006 page 1 / 11 Question 1: Economie (40 points) a) Depuis ces dernières années, la Chine connaît de très forts taux de croissance de son produit intérieur brut (GDP) et de ses exportations. Dans le même temps, la Chine

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

table des matières PARtie i introduction Notations courantes... XXIII Les auteurs... XXV Avant-propos... XXVII Remerciements...

table des matières PARtie i introduction Notations courantes... XXIII Les auteurs... XXV Avant-propos... XXVII Remerciements... table des matières Notations courantes............................................................... XXIII Les auteurs......................................................................... XXV Avant-propos.......................................................................

Plus en détail

La gestion budgétaire

La gestion budgétaire Partie 3 1. Prévisions financières 1.1. Gestion budgétaire 1.2. Elaboration d un «business plan» 1.3. Influence des marchés financiers La gestion budgétaire Cette technique permet de «garder le cap» pour

Plus en détail

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005 International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts 2 février 2005 QUE SONT LES IFRS? Les IFRS ont été élaborées par l International Accounting Standards Board (IASB) en vue de

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 9 et 10. Politique de financement Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 9 & 10. Financement Printemps 2011 1 / 62 Plan I Introduction II La structure financière

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013 LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE Résultats 2012/2013 Novembre 2013 1 Résultats annuels 2012/2013 Profil Les faits marquants 2012/13 Des résultats en fort redressement Une nouvelle dynamique

Plus en détail

Principaux éléments des comptes 2004 IFRS. Comptes annuels 2004 IFRS Relations Investisseurs 1

Principaux éléments des comptes 2004 IFRS. Comptes annuels 2004 IFRS Relations Investisseurs 1 Principaux éléments des comptes 2004 IFRS 1 Avertissement Veolia Environnement est une société cotée au NYSE et à Euronext Paris et le présent document contient des «déclarations prospectives» (forward-looking

Plus en détail

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II Ces transparents sont fondés sur les conclusions préliminaires de l IASB telles qu elles ont été rendues publiques sur le site de l IASB. Le Board peut à tout

Plus en détail

Analyse financière. DUT GEA, 2 èm e année option PMO, 2005-2006

Analyse financière. DUT GEA, 2 èm e année option PMO, 2005-2006 L article suivant est tiré du journal «L Entreprise» (n 236, juillet-août 2005). Il est intitulé «Comment la banque vous juge» : Avant de vous accorder un financement ou un prêt, votre banquier examine

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION FINANCE D ENTREPRISE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

Financement et rentabilité des investissements

Financement et rentabilité des investissements Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Financement et rentabilité des investissements Maximiser les revenus des investissements Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3252-0

Plus en détail

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière Plan Le bilan - présentation et signification des postes Structure en grandes masses - Le BFR Les ratios de structure

Plus en détail

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique*

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique* SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 31 décembre 2013 IFRS - Information Réglementée

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches DCG 6 Finance d entreprise L essentiel en fiches DCG DSCG Collection «Express Expertise comptable» J.-F. Bocquillon, M. Mariage, Introduction au droit DCG 1 L. Siné, Droit des sociétés DCG 2 V. Roy, Droit

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002 États financiers consolidés aux 2003 et 2002 TABLE DES MATIÈRES RÉSULTATS CONSOLIDÉS 2 BILANS CONSOLIDÉS 3 COMPTE DES CONTRATS AVEC PARTICIPATION CONSOLIDÉ 4 BÉNÉFICES NON RÉPARTIS CONSOLIDÉS DES ACTIONNAIRES

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

La Transmission. Claude SAUVAGEOT. L a T r a n s m i s s i o n F S I R é g i o n s

La Transmission. Claude SAUVAGEOT. L a T r a n s m i s s i o n F S I R é g i o n s La Transmission Claude SAUVAGEOT SOMMAIRE Introduction Présentation générale Bref rappel Le déroulement du processus théorique du LBO INTRODUCTION QUI SOMMES-NOUS? FSI Régions est une société de gestion

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Calcul d analyse financière

Calcul d analyse financière Calcul d analyse financière Version du 1 er octobre 2014 Cette fiche s'adresse aux services de l État mandatés pour mener une analyse financière et est susceptible de contribuer à la définition du niveau

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA VALEUR DES MOYENNES ENTREPRISES 1 ERE EDITION OCTOBRE 2014

OBSERVATOIRE DE LA VALEUR DES MOYENNES ENTREPRISES 1 ERE EDITION OCTOBRE 2014 OBSERVATOIRE DE LA VALEUR DES MOYENNES ENTREPRISES > 1 ERE EDITION OCTOBRE 2014 EDITO En résonance avec l actualité, ce nouvel observatoire portant sur la valeur des moyennes entreprises consacre l utilité

Plus en détail

Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité

Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité Communiqué de presse La Fouillouse, le lundi 9 décembre 2013 Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité

Plus en détail

Résultats annuels 2005

Résultats annuels 2005 Résultats annuels 2005 SOMMAIRE Chiffres clés Activité 2005 - Crédit-Bail Immobilier/Location Longue Durée - Location simple Résultats 2005 Structure financière LOCINDUS en bourse Perspectives pour 2006

Plus en détail

Finance pour non financiers

Finance pour non financiers Finance pour non financiers Managers non financiers Responsables opérationnels ayant à dialoguer avec les comptables et les financiers Savoir communiquer avec les financiers dans l entreprise : comptabilité,

Plus en détail

DEFINTIONS ET FORMULES

DEFINTIONS ET FORMULES DEFINTIONS ET FORMULES Comptabilité financière (I) BILAN COMPTABLE : Photographie à un moment t de la situation financière. tableau à 2 colonnes : Actif (emploi des ressources disponibles) et Passif (ressources,

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Management financier et création de valeur

Management financier et création de valeur Management financier et création de valeur Jean-Jacques Lilti Univ de Rennes / IAE de Rennes 200.00 80.00 60.00 40.00 20.00 00.00 80.00 60.00 40.00 20.00 0.00 28//00 28//0 28/3/0 28/5/0 28/7/0 28/9/0 28//0

Plus en détail

RAPPORT COMPLET D EXPERTISE

RAPPORT COMPLET D EXPERTISE RAPPORT COMPLET D EXPERTISE 1 1 e partie : RAPPORT D'ANALYSE FINANCIERE 2 SOMMAIRE DU RAPPORT SYNTHESE DES FORCES ET FAIBLESSES... 4 FORCES de l'entreprise... 4 FAIBLESSES de l'entreprise... 4 COMMENTAIRES

Plus en détail

Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe

Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe Conférence du 21 octobre 2008 Intervenants: Dominique GAVEAU Avocat fiscaliste, diplômé Expert-Comptable,

Plus en détail

SCB (Acheter) 14 Juin 2011

SCB (Acheter) 14 Juin 2011 En Millions de tonnes STOCK UPDATE : AGO Un potentiel de forte revalorisation du titre grâce aux effets du remplacement du fuel par le Coke de pétrole, et au lancement enfin décidé de l opération d augmentation

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Fondements de Finance Programme Grande Ecole Master In Management Chapitre 9. : Le coût du capital et la structure financière Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Préambule La Structure du capital =

Plus en détail

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012 Communiqué de presse RESULTATS ANNUELS 2011 Solides résultats 2011 et accroissement du patrimoine Paris, le 15 février 2012 Résultats 2011 o Progression de +14% du cash-flow courant par action à 2,14 o

Plus en détail

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES Séminaire - Atelier La mesure des performances des compagnies d assurances 1 ère communication Généralités sur les processus d évaluation des activités

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

Activité et Résultats annuels 2014

Activité et Résultats annuels 2014 Activité et Résultats annuels 2014 Simon Azoulay Chairman and Chief Executive Officer Bruno Benoliel Deputy Chief Executive Officer Paris, le 25 février 2015 AVERTISSEMENT «Cette présentation peut contenir

Plus en détail

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 3. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 3. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance. Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance Partie 3 Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.org Partie 3 : Analyse prospective des résultats d une compagnie

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Sèvres, le 28 avril 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Sèvres, le 28 avril 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Sèvres, le 28 avril 2015 Progression de la croissance Internet à +4,1%, chiffre d affaires consolidé en légère baisse et renforcement des partenariats avec les grands acteurs du web

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Synthèse des entretiens première partie : valorisation des titres et communication financière.

Synthèse des entretiens première partie : valorisation des titres et communication financière. Synthèse des entretiens première partie : valorisation des titres et communication financière. Gestionnaire de fonds Analyste financier 1 (secteur des télécommunications) Analyste financier 2 (secteur

Plus en détail

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile PARIS, France le 14 mai 2009 CGGVeritas (ISIN: 0000120164 NYSE: CGV) annonce ce jour les résultats consolidés,

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2.

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2. LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 Compte

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Pilotage Financier de de l entreprise

Pilotage Financier de de l entreprise 3 ième séance GFN GFN 106 106 Pilotage Financier de de l entreprise Compte de résultat, formation du profit et SIG Enseignant : Yosra BEJAR Maître de Conférences : TELECOM & Management SudParis Chercheur

Plus en détail

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel L analyse fonctionnelle du bilan Fiche 1 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan fonctionnel Le bilan fonctionnel permet une lecture directe de l équilibre financier du bilan. Le retraitement

Plus en détail

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 10 mars 2015 1 er trimestre : Résultats en ligne avec les objectifs annuels Solide croissance organique de 3,3% EBITDA en hausse de 1,5% Résultat net multiplié par 3,3 Perspectives

Plus en détail