LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES"

Transcription

1 LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES

2 Séminaire - Atelier La mesure des performances des compagnies d assurances 1 ère communication Généralités sur les processus d évaluation des activités de services 2 ème communication La mesure des performances des compagnies d assurances 1 er atelier Les systèmes d information des compagnies d assurances 2 ème atelier La performance des services administratifs et commerciaux La mesure des performances

3 1 ère communication Généralités sur les processus d évaluation des activités de services La mesure des performances

4 Plan 1 ère communication Généralités sur les processus d évaluation des activités de services I - INTRODUCTION II - GENERALITES III - LES PROCESSUS D EVALUATION DES ACTIVITES DE SERVICES La mesure des performances

5 I - INTRODUCTION Le contexte assurantiel La mesure des performances des compagnies d assurances présente quelques difficultés spécifiques propres aux activités de services. La mesure des performances va résulter de la comparaison : 1. des résultats sur plusieurs années d une part. 2. entre les indicateurs internes de performance et un référentiel externe pertinent d autre part. La mesure des performances

6 II - GENERALITES 1. La notion de référentiel pertinent 2. La notion de résultat 3. La notion de performance La mesure des performances

7 II - GENERALITES 1. La notion de référentiel pertinent Celui-ci est constitué généralement de 3 éléments : a) Les objectifs fixés par les pouvoirs publics à travers le plan (pluriannuel) et la loi de finance annuelle. b) Les objectifs de rentabilité fixés par les actionnaires privés et/ou publics c) Des standards économiques, financiers, professionnels, sectoriels, etc. La mesure des performances

8 En cas d absence de référentiel Il est difficile de mettre en œuvre une mesure des performances efficiente Il sera plus difficile d améliorer la démarche de mesure des performances Il est alors impossible de se positionner tant sur le marché intérieur que sur le marché mondial La mesure des performances

9 II - GENERALITES 2. La notion de résultat a) Même en présence de référentiels, il n est pas toujours aisé de mesurer les résultats de certaines prestations intellectuelles telles que celles relevant du droit, de la communication, de la publicité, du contrôle, de l audit. b) L ignorance de la relation entre la consommation de moyens et le résultat obtenu par le management est source de difficultés pratiques pour produire des mesures d efficience, de productivité, de calcul des coûts, de calcul de rentabilité. La mesure des performances

10 II - GENERALITES 3. La notion de performance Une compagnie d assurances fait appel à de nombreux prestataires de services et de partenaires pour vendre ses services et réaliser le service après vente à ses clients, particuliers et entreprises (règlement des sinistres, assistance, etc.) Cette pluralité d acteurs vient compliquer l analyse des causes possibles de dysfonctionnement et la recherche de mesures correctives ou de solutions alternatives (autoproduction/externalisation) La mesure des performances

11 III - LES PROCESSUS D EVALUATION Ils sont conditionnés par l existence, l imbrication et la cohérence de 3 systèmes d information. 1. Le système de description et de mesure de l activité des compagnies d assurances 2. Le système de synthèse des informations 3. Les référentiels du système assurantiel La mesure des performances

12 III LES PROCESSUS D EVALUATION 1. Le système de description et de mesure de l activité des compagnies d assurances est constitué par les informations fournies par le contrôle de gestion ou le système budgétaire : a) sections homogènes b) unités d œuvre c) temps passé (équivalences temps) d) clefs de répartition e) coûts partiels, complets, standards La mesure des performances

13 III - LES PROCESSUS D EVALUATION 2. Le système de synthèse des informations Il est constitué par le nombre d opérations produites (outputs) par les différents services ou départements de la compagnie d assurances. Exemples : a) nombre de devis, de contrats, d avenants pour un service production b) nombre de formations réalisées pour un service formation c) nombre d écritures pour un service comptable La mesure des performances

14 III LES PROCESSUS D EVALUATION 3. Les référentiels du système assurantiel Ils sont constitués par les données, statistiques, études et normes produites par : - la profession - les autorités de contrôle (Ministère des finances, Commission de contrôle, Conseil National des Assurances) - la communauté financière - les fédérations d assureurs - les sociétés de conseil - les agences de notation internationales - les sociétés d études sectorielles - les magazines professionnels spécialisés - le benchmark - les clubs de contrôleurs de gestion - les cabinets d actuaires - les cours de la Bourse - les panels de consommateurs La mesure des performances

15 PROCESSUS D EVALUATION Système de description et de mesure des activités Synthèse des données (Tableaux de bord) Référentiel Évaluation des performances La mesure des performances

16 2ème communication LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES La mesure des performances

17 Plan 2 ème communication La mesure des performances des compagnies d assurances I - L EVALUATION DES COMPAGNIES D ASSURANCES II - LES INDICATEURS DE PERFORMANCE III - CONCLUSION IV - ANNEXES : 1. Le Rating 2. La méthode des ratios 3. Le renforcement des règles prudentielles des mutuelles et des IP (instituts de prévoyance) La mesure des performances

18 I - L EVALUATION DES COMPAGNIES D ASSURANCES La mesure des performances

19 I - L EVALUATION DES COMPAGNIES D ASSURANCES 1. L environnement règlementaire 2. Le CV de la compagnie d assurances 3. L analyse de l activité technique 4. L analyse de l activité financière 5. Les outils de gestion de la qualité 6. Les éléments hors bilan 7. Perspectives de la compagnie d assurances 8. Les spécificités propres au secteur assurantiel La mesure des performances

20 I - L EVALUATION DES COMPAGNIES D ASSURANCES 1. L évolution de l environnement règlementaire a) l environnement économique et juridique général b) l environnement géographique et la climatologie c) la fiscalité et la règlementation d) les marchés financiers e) la concurrence nationale et internationale f ) l évolution des marchés assurantiels domestiques La mesure des performances

21 I - L EVALUATION DES COMPAGNIES D ASSURANCES 2. Le CV de la compagnie d assurances : points forts et points faibles. - Composition et évolution des portefeuilles - Positionnement sur le marché - Les produits en portefeuille (nature, dépendance vis-à-vis des clients/ des réseaux) - Les réseaux de distribution - Les implantations - Personnel et encadrement - Qualité de l organisation (systèmes de gestion/outils de gestion) - Qualité de la gestion financière - Politique de réassurance (étude des traités, résultats) - Pérennité des fournisseurs assurantiels et autres - Politique clients - Image/Notoriété La mesure des performances

22 I - L EVALUATION DES COMPAGNIES D ASSURANCES 3. Analyse de l activité technique - activité vie : contrats, coûts de gestion, taux de mortalité, taux de chutes, réassurance - activité non vie : règlements, provisions, ratios de sinistralité, liquidation des provisions, combined ratios La mesure des performances

23 I - L EVALUATION DES COMPAGNIES D ASSURANCES 4. Analyse de l activité financière a) gestion actif passif : a pour but de s assurer de l allocation optimale des actifs pour un passif donné b) analyse de la rentabilité : taux de rentabilité interne des affaires nouvelles et évolution de la valeur intrinsèque du portefeuille d une année sur l autre. c) gestion de la trésorerie : flux techniques, flux financiers (générés par la gestion des actifs) et flux de capital. d) tableau de financement (avec inversion du cycle d exploitation) e) évaluation d une compagnie d assurances basée sur l actif net comptable (réévalué) ou sur l actualisation des cash flow futurs La mesure des performances

24 I - L EVALUATION DES COMPAGNIES D ASSURANCES 5. Les outils de gestion de la qualité - Certification ISO - Qualité du contrôle interne - Contrats de services entre départements (relations client/fournisseur) - Charte client - Baromètres qualité (clients/intermédiaires) - Systèmes d intéressement aux résultats La mesure des performances

25 I - L EVALUATION DES COMPAGNIES D ASSURANCES 6. Les éléments hors bilan : good will a) Qualité de l équipe dirigeante b) Qualité des actionnaires c) Image et notoriété de la compagnie d assurances auprès du public, des autorités, des professionnels, etc. La mesure des performances

26 I - L EVALUATION DES COMPAGNIES D ASSURANCES 7. Les perspectives de la compagnie d assurances a) Perspectives de développement sur son marché et sur les marchés étrangers b) Évolution de la sinistralité c) Évolution de la productivité d) Évolution des marchés financiers La mesure des performances

27 I - L EVALUATION DES COMPAGNIES D ASSURANCES 8 Les spécificités propres au secteur assurantiel 1. La bourse (capitalisation boursière) ne reflète pas nécessairement la santé exacte d une compagnie d assurances et donc sa valeur. 2. La complexité des opérations d assurances peut être source d incompréhension de la performance réelle des compagnies d assurances dans le temps (assurance auto, assurance maladie) 3. Des raisons objectives peuvent justifier une certaine prudence des analystes financiers et tempérer l optimisme des assureurs quant à leur performance financière : - persistance de résultats dégradés - déphasage entre économie réelle et économie financière - lourdeur des mécanismes d assurances (réactivité) - modification fréquente de l environnement législatif - renforcement des règles prudentielles La mesure des performances

28 II - LES INDICATEURS DE PERFORMANCE La mesure des performances

29 INDICATEURS DE PERFORMANCE Actif net = capitaux propres Actif net réévalué = actif net comptable +/- corrections de passif et d actif Goodwill : évaluation des flux financiers générés par les affaires futures à partir de la situation actuelle Valeur intrinsèque : flux financiers générés par le portefeuille jusqu à fin des engagements en supposant l arrêt de toute production nouvelle. Embedded value = valeur intrinsèque + excédents de capitaux propres (au-delà d un capital minimum pour fonctionner = surcapitalisation) Capitalisation boursière = nombre d actions x cours de bourse La mesure des performances

30 III - CONCLUSION La mesure des performances

31 CONCLUSION La finalité d un système de mesure des performances La vraie finalité d un système de mesure des performances consiste dans sa capacité à l enrichir pour améliorer la prise de décision : 1. affiner la stratégie (combinaison des facteurs de production) 2. améliorer l adéquation des ressources disponibles entre elles (compromis) La mesure des performances

32 2ème communication SUITE LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES La mesure des performances

33 IV - ANNEXES La mesure des performances

34 ANNEXE 1 Les systèmes de rating La mesure des performances

35 Le Rating Objectifs des systèmes de notation internationale 1. apprécier la solidité financière des compagnies 2. Cible : investisseurs nationaux et internationaux et tiers (assurés, intermédiaires, prestataires, assureurs, etc.) La mesure des performances

36 Le Rating Apprécier l évolution de la solidité financière suite à des évènements extérieurs tels que : 1. Accords de partenariats 2. Restructurations, fusions, acquisitions, diversification des activités 3. Variation de la rentabilité 4. Modifications de la législation 5. Évènements climatiques 6. Mise en cause de sociétés ou de dirigeants La mesure des performances

37 Les agences de notation Standard&Poor s-moody s-fitch Notent de plus en plus d entreprises d assurances et leurs filiales (plus de 4000 assureurs et réassureurs) à partir d informations publiques ou privées S intéressent à toutes les activités et branches d assurances (IARD et vie, retraite) Notent selon une échelle dégressive (de solidité extrêmement forte à solidité extrêmement faible) Utilisent des symboles de notation : AAA C ou des indices Autres notateurs : Coface (cofacerating) La mesure des performances

38 Approche de notation utilisée par les agences de rating Analyse sectorielle : 1. Environnement opérationnel 2. Position concurrentielle Évolution règlementaire, fiscale et législative (loi sur les faillites) Analyse financière : 1. Fonds propres et solvabilité 2. Qualité des actifs/structure du passif 3. Degré de couverture des engagements futurs Évolution de la rentabilité Évolution de l endettement Autres éléments : qualité de la gestion, qualité de l actionnariat, liens capitalistiques La mesure des performances

39 Perspectives 2005 Malgré les bons résultats financiers de 2004 : Prévision d une stabilité des notations. SP par exemple n entrevoit pas de relèvements des notations des grands groupes européens Renforcement des obligations règlementaires = augmentation des coûts Les résultats en assurance non vie compensent les résultats en assurance vie La mesure des performances

40 ANNEXE 2 La mesure des performances par la méthode des ratios La mesure des performances

41 Les types de ratios Sur base du bilan : exemples 1. Ratio de couverture des placements par les provisions techniques 2. Ratio de financement apporté par les réassureurs Sur base des résultats : exemples 1. Sinistralité 2. Taux de charges d exploitation 3. Taux de cession de primes 4. Importance des produits financiers 5. Taux de résultat Autres ratios : exemples 1. Rendement des placements 2. Importance des primes à encaisser La mesure des performances

42 Ratios 2003 Des 20 premiers groupes européens Source : Argus de l Assurance La mesure des performances

43 PT/PA VIE 2003 en Mrds Prudential 172/ 50 = 3,42 AXA 317/ 46 = 6,90 Allianz 249 / 40 = 6,19 ING 188 / 37 = 5,07 Aegon 204 / 33 = 6,20 Generali 193 / 31 = 6,26 AVIVA 217 / 28 = 7,70 Legal General 161 / 27 = 5,93 CNP 146 / 17 = 8,40 Zurich 139 / 15,6 = 8,88 Crédit Agricole 121 / 14,5 = 8,31 Standard Life 104 / 13,4 = 7,79 Swiss Life 86 / 11= 7,78 Winterthur 69 / 11 = 6,28 Ergo 82 / 11 = 7,47 Fortis 69 / 9,4 = 7,35 BNP Parisbas 59 / 7,6 = 7,76 Groupama 38 / 3,9 = 9,61 Fondiaria-SAI 13 / 2,4 = 5,61 Royal Sun Alliance 37 / 2 = 17,71 Moyenne 20 premiers européens 2668 / 413 = 6,46 La mesure des performances

44 PT/PA IARD 2003 en Mrds Allianz 70 / 37 = 1,87 Zurich 39 / 22 = 1,79 AXA 41/ 20 = 2,07 Generali 30 / 16 = 1,86 AVIVA 22 / 13 = 1,63 Royal Sun Alliance 20 /10 = 1,93 Winterthur 14 / 9,3 = 1,52 Fortis 10 / 8,7 = 1,17 Groupama 15 / 8,0 = 1,80 Fondiaria-SAI 10 / 6,4 = 1,62 ING 10 / 6,1 = 1,60 Ergo 4 / 3,2 = 1,23 Aegon 3,5 / 2,6 = 1,35 CNP 4 / 1,4 = 2,76 Crédit Agricole 1,9 / 1,3 = 1,46 BNP Parisbas 1,5 / 0,9 = 1,60 Swiss Life 1,5 / 0,6 = 2,41 Legal General 0,6 / 0,5 = 1,10 Standard Life 0,4 / 0,,4 = 0,97 Prudential 1,1/ 0 = - Moyenne 20 premiers européens 298 / 168 = 1,78 La mesure des performances

45 Moyenne des Ratios des 20 premiers groupes européens Taux de rendement des placements 4,01 % Ratio de solvabilité (Provisions techniques nettes/fonds propres) : 6,35 Taux de couverture des placements par Provisions Techniques : 0,98 La mesure des performances

46 Ratios 2003 Des 20 premiers groupes français Source : Argus de l Assurance La mesure des performances

47 Moyenne des Ratios des 20 premiers groupes français Taux de rendement des placements 4,06 % Résultat technique / primes : 3 % Résultat net bilan / primes : 2,7 % Taux de solvabilité (Fonds propres/ marge de solvabilité) : 10,0 contre 8,9 en 2002 La mesure des performances

48 ANNEXE 3 Le renforcement des règles prudentielles des mutuelles et des IP (groupe) La mesure des performances

49 Décret du 28 mai 2004 Transposition de 2 directives européennes adoptées en Date limite: 20 mars 2007 Segmentation des mutuelles entre : - celles qui continueront à opérer à l échelle locale ou régionale - celles qui proposeront leurs produits à tous les pays de l UE La mesure des performances

50 Relèvement des marges de solvabilité Mutuelles concernées : cotisations > 5 M / an pour passeport européen Principale innovation dans les branches non vie : - le plafond avant réassurance passe de 10 à 50 M pour les cotisations (marge exigée de 18% sur première tranche de 50 M et de 16% au-delà) - le plafond par rapport aux prestations avant réassurance passe de 7 à 35 M (la marge exigée est de 26 % sur première tranche et de 23% au-delà) Le montant minimum de fonds propres (FGM) doit correspondre au tiers de la marge de solvabilité avec des seuils variant de 1,5 à 2,25 M selon les branches La mesure des performances

51 Test annuel d exigibilité avant l arrêt des comptes annuels Objectif : évaluer la capacité d une mutuelle à faire face à ses engagements dans des conditions détériorées du marché. En fonction des résultats du test la CCAMIP pourra exiger une marge de solvabilité renforcée. Outil de simulation sur le calcul des nouvelles règles prudentielles consultable sur le site Mutweb (Système fédéral de garantie) La mesure des performances

52 Financement des fonds des mutuelles Le nouveau code de la Mutualité autorise le recours à l emprunt pour financer le fonds d établissement Les mutuelles pourront alimenter le fonds de développement dédié au financement de leur marge de solvabilité Instruments financiers classiques (créances de dernier rang): - prêts participatifs - prêts subordonnés La mesure des performances

53 ATELIERS La mesure des performances

54 1 er ATELIER Les systèmes d information des compagnies d assurances Le pilotage d une entreprise requiert un système d information permettant d améliorer la prise de décision et reflétant les éléments clefs de l activité de la compagnie : Facteurs financiers Facteurs non financiers La mesure des performances

55 Les systèmes d information des compagnies d assurances En fonction des objectifs et des besoins recensés, il faut vérifier que les grandes questions auxquelles la compagnie doit faire face sont prises en compte aux différents niveaux hiérarchiques. La mesure des performances

56 Type de questions à décliner à chaque niveau hiérarchique La concurrence interne et externe Contraintes et limites de la compagnie Ratios critiques financiers Qualité du service au client Évolution des marchés de la compagnie Quels nouveaux marchés? Niveaux de tarifs Réponses aux risques nouveaux et aux contraintes règlementaires Positionnement en termes de productivité, de réactivité, d innovation, etc. Compétences techniques et intellectuelles des collaborateurs La mesure des performances

57 2 ème ATELIER La performance des services administratifs et commerciaux La mesure des performances

58 La performance des services administratifs et commerciaux La mesure des performances des services administratifs et commerciaux doit intégrer les facteurs suivants : Volume de travail du service en UO (reçu, traité, stock) Effectif du service (début, entrées, sorties, fin) Répartition des heures (production, prêtées, reçues, maladie, congés, formation, autres, payées) Facteurs qualitatifs (% d erreurs, % de retours, délai) Besoins en personnel dans les prochains mois (permanents, temporaires) Efficacité (productivité = UO/ heures travaillées; rendement = productivité /heures travaillées) Absentéisme (pour maladie, total) La mesure des performances

59 La performance des services administratifs et commerciaux Principale difficulté : définir le volume d activité des services. Unité d œuvre Equivalence temps La mesure des performances

60 La performance des services administratifs et commerciaux Le tableau de bord synthétique mensuel ou trimestriel de chaque responsable reprendra tout ou partie des éléments précités et sera intégré dans une démarche de contrôle budgétaire (prévisions, réalisations, écarts) La mesure des performances

61 La performance des services administratifs et commerciaux In fine on aura le schéma interactif suivant : Prévision de chiffre d affaires de la période N Prévision des coûts administratifs et commerciaux Taux prévisionnel de chargement de la compagnie (par contrat, par branche) La mesure des performances

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 SCOR VIE Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 Présentation du Paris Avertissement Certaines informations contenues dans cette présentation pouvant être des informations de nature prospective

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Aprecialis Actuariat conseil

Aprecialis Actuariat conseil Actuariat conseil des prestations adaptées Les domaines Aprecialis intervient sur la totalité de la technique assurantielle, en individuel ou collectif : En assurances de personnes : assurance vie en uros

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1 L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES 2005 1 Séminaire - Atelier L audit interne dans l assurance 1 ère communication : Généralités sur l audit interne 2 ème communication : L audit interne des compagnies

Plus en détail

L audit de performance à Gan Assurances Contexte et réalisations. André BRUN Directeur de l audit interne

L audit de performance à Gan Assurances Contexte et réalisations. André BRUN Directeur de l audit interne L audit de performance à Gan Assurances Contexte et réalisations André BRUN Directeur de l audit interne 1 Présentation du Groupe Groupama Un groupe d assurances et de banque Un acteur de dimension européenne

Plus en détail

Introduction en Bourse - Les assurances SALIM. Souscrire SALIM: Un gage de rentabilité. Points Forts / Opportunités: Points Faibles / Menaces :

Introduction en Bourse - Les assurances SALIM. Souscrire SALIM: Un gage de rentabilité. Points Forts / Opportunités: Points Faibles / Menaces : Introduction en Bourse - Les assurances SALIM Mars 2010 Sc Souscrire SALIM: Un gage de rentabilité Prix : 15.000Dt Actionnariat après OPS: Groupe BH : 43.61% Autres actionnaires : 31.58% Public : 24.81%

Plus en détail

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables,

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables, AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2013-03 du 13 décembre 2013 Relatif aux règles de comptabilisation des valeurs amortissables visées à l article R.332-20 du code des assurances, R.931-10-41 du

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

16 Interview de M. J.-F.Tosi, PDG de la CIPA 17

16 Interview de M. J.-F.Tosi, PDG de la CIPA 17 sommaire Introduction 9 PARTIE 1: LE CAS 1 La Compagnie Industrielle de Plastiques Automobiles 11 Présentation générale de l entreprise 12 Secteur d activité et environnement concurrentiel de la CIPA 14

Plus en détail

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008 Sommaire 1.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Le diagnostic financier» Points clés Etablir un diagnostic financier, c est analyser la situation - passée, présente et future - d une structure d utilité sociale ou

Plus en détail

table des sommaire matières

table des sommaire matières table des sommaire matières Introduction 3 partie 1 : le cas 1 La Compagnie Industrielle de Plastiques Automobiles 11 n La nomenclature NAF 12 Présentation générale de l entreprise 13 Secteur d activité

Plus en détail

Informations sur Atradius Notation

Informations sur Atradius Notation Informations sur Atradius Notation Décembre 2013 Atradius N.V. Atradius est le numéro 2 mondial de l assurance-crédit et du cautionnement, et le leader de ces solutions pour les multinationales, avec une

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 21 mars 2013 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE PILOTAGE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. Séminaire du 17 juillet 2005

SEMINAIRE SUR LE PILOTAGE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. Séminaire du 17 juillet 2005 Programme d Appui à la Modernisation du Secteur Financier Algérien SEMINAIRE SUR LE PILOTAGE DES COMPAGNIES D ASSURANCES Séminaire du 17 juillet 2005 Le pilotage d une compagnie d assurances SOMMAIRE Introduction

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

Experts for Finality and Run-off

Experts for Finality and Run-off Profil d entreprise Experts for Finality and Run-off Une activité de pionnier DARAG, Deutsche Versicherungs- und Rückversicherungs-AG est une compagnie d assurance spécialisée dans le Run-off. Nous sommes

Plus en détail

Résultats annuels 2014

Résultats annuels 2014 Résultats annuels 2014 SCOR enregistre un résultat net de EUR 512 millions et une augmentation de 15 % de ses fonds propres, et propose un dividende de EUR 1,40 (+ 8 %) En 2014, le Groupe a enregistré,

Plus en détail

Priorité au développement : Korian accélère. Résultats semestriels 2015

Priorité au développement : Korian accélère. Résultats semestriels 2015 Priorité au développement : Korian accélère PARIS 17 SEPTEMBRE 2015 1 Un leader européen bien en place Leader du Bien Vieillir implanté dans des pays à fort potentiel BELGIQUE 55 établissements 6 176 lits

Plus en détail

GROUPAMA Résultats annuels 2012. Présentation presse & analystes 21 février 2013

GROUPAMA Résultats annuels 2012. Présentation presse & analystes 21 février 2013 GROUPAMA Résultats annuels 2012 Présentation presse & analystes 21 février 2013 Introduction 2 «Je serai attentif à faire vivre un mutualisme moderne : qui s appuie sur un modèle d engagement et de responsabilité

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Conférence ATEL - 11 décembre 2012 LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Marc-Antoine DOLFI, associé 1 PLAN DE PRESENTATION Le contrat de capitalisation 1. Description 2.

Plus en détail

Le Data Risk Center. Plateforme de pilotage et de gestion des risques Pilier I de la directive Solvabilité II

Le Data Risk Center. Plateforme de pilotage et de gestion des risques Pilier I de la directive Solvabilité II Le Data Risk Center Plateforme de pilotage et de gestion des risques Pilier I de la directive Solvabilité II Sommaire Le conseil en Risk Management 1) Le projet Solvabilité II Objectifs et moyens à mettre

Plus en détail

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 SOMMAIRE DÉTAILLÉ INTRODUCTION : L évolution de l environnement a transformé les métiers de la finance

Plus en détail

Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire

Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire 16 juin 2006 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent des prévisions qui portent notamment sur des

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Proposition de guide d entretien

Proposition de guide d entretien Schéma de Développement Économique 2014 AXE 1 : Soutenir l économie productive, le tissu endogène Action 1 : Mettre en place d un programme prioritaire de visites d entreprises ANNEXE N 2 : Proposition

Plus en détail

L assureur spécialiste de la protection sociale & patrimoniale

L assureur spécialiste de la protection sociale & patrimoniale L assureur spécialiste de la protection sociale & patrimoniale Congrès AISAM-ACME Bruges, 19 & 20 octobre 2006 Slide 1 La Mondiale a 100 ans, fondée à Lille en 1905. La Mondiale a trois caractéristiques

Plus en détail

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF Analyse Financière Tunis Re en Bourse En toute Ré Assurance Souscrire à l OPF Mars 2010 2A n a l y s e F i n a n c i è r e I n t r o d u c t i o n e n b o u r s e : O f f r e à p r i x f e r m e Secteur

Plus en détail

DIRECTEUR ADMINISTRATIF ET FINANCIER

DIRECTEUR ADMINISTRATIF ET FINANCIER FINANCE DIRECTEUR ADMINISTRATIF ET FINANCIER cteur administratif et financier Autres primes Total fixe Vaiable Intéressement Participation Moyenne 45 11 22 116,3 4,4 116,9 23,4 24,2 137,8 6,2 9,1 144,2

Plus en détail

Séminaire Presse - 11 juin 2004. Denis Duverne. Directeur Financier du Groupe AXA

Séminaire Presse - 11 juin 2004. Denis Duverne. Directeur Financier du Groupe AXA Séminaire Presse - 11 juin 2004 Denis Duverne Directeur Financier du Groupe AXA Sommaire 1 : Les comptes d AXA : 3 agrégats 2 : Les indicateurs clés du Groupe Vie/Epargne/Retraite Gestion d Actifs Assurance

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Réunion Actionnaires. Nantes 14 septembre 2009. Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris

Réunion Actionnaires. Nantes 14 septembre 2009. Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris Réunion Actionnaires Nantes 14 septembre 2009 1 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 3. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 3. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance. Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance Partie 3 Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.org Partie 3 : Analyse prospective des résultats d une compagnie

Plus en détail

UE6 Finance d entreprise

UE6 Finance d entreprise 1210006 SESSION 2012 UE6 Finance d entreprise Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Aucun Matériel autorisé : Une calculatrice de poche à fonctionnement autonome sans imprimante

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme Augmentation de capital et admission au marché principal de la cote de la bourse par Offre à Prix Ferme auprès du public de 1 million d actions nouvelles

Plus en détail

Solution logicielle pour le pilotage et l ERM. Journées d études IARD 26 mars 2010 2 mars 2010

Solution logicielle pour le pilotage et l ERM. Journées d études IARD 26 mars 2010 2 mars 2010 Présentation d ERMS Solution logicielle pour le pilotage et l ERM Journées d études IARD 26 mars 2010 2 mars 2010 Sommaire 1 Présentation d ACTUARIS 2 Les problématiques rencontrées 3 Présentation d ERMS

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière Premier trimestre 1 États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars Intact Corporation financière États financiers consolidés intermédiaires (non audités)

Plus en détail

En 2013, 605 organismes pratiquent

En 2013, 605 organismes pratiquent j u i n Le marché de l assurance complémentaire santé : des excédents dégagés en 2013 En 2013, 33 milliards d euros de cotisations ont été collectés sur le marché de l assurance complémentaire santé en

Plus en détail

Vos questions sur l environnement économique et financier

Vos questions sur l environnement économique et financier Vos questions sur l environnement économique et financier Juillet 2013 SOMMAIRE 1 La situation du Crédit Agricole Anjou Maine 2 Résultats du Crédit Agricole Anjou Maine 3 Crédit Agricole S.A. 4 La solidité

Plus en détail

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles Final Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270 Conseil des normes actuarielles Janvier 2011 Document 211005 This document is available

Plus en détail

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21 Vos ratios en poche Sommaire Introduction 3 Les bases pour comprendre les ratios 4 Les ratios de rentabilité 8 Les ratios de valeur ajoutée 11 Les ratios de liquidité 14 Les ratios de solvabilité 17 Aller

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 %

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR démarre l année avec de solides performances grâce à la mise en œuvre rigoureuse de son plan stratégique

Plus en détail

I. Les entreprises concernées

I. Les entreprises concernées RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-12 du 1 er février 2011 relative à la création d une Union Mutualiste de Groupe par les groupes MGEN, MNH, la MNT, la MGET et la MAEE L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

AUTORITE DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

AUTORITE DE CONTRÔLE PRUDENTIEL AUTORITE DE CONTRÔLE PRUDENTIEL Instruction n o 2012-I-06 du 13 novembre 2012 relative à la composition du dossier d avenant à une convention de substitution L Autorité de contrôle prudentiel, Vu le Code

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Le Business Plan : le Dossier Financier

Le Business Plan : le Dossier Financier 1 Le Business Plan : le Dossier Financier Le Business Plan (BP) est un document de marketing et de communication : c'est-à-dire votre meilleur outil de vente. A ce titre, il s adresse aux partenaires.

Plus en détail

Résultats annuels 2005

Résultats annuels 2005 Résultats annuels 2005 SOMMAIRE Chiffres clés Activité 2005 - Crédit-Bail Immobilier/Location Longue Durée - Location simple Résultats 2005 Structure financière LOCINDUS en bourse Perspectives pour 2006

Plus en détail

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation Présentation du Plan de Marché Trival Associés en Finance : Trival et ses utilisations Une base de données financières reposant sur les prévisions menées par notre équipe indépendante d analystes financiers

Plus en détail

Chiffres-clés 2008. a s s u r a n c e s pour et par le secteur des soins de santé 30.000 25.000 20.000 15.000 10.000 5.000 2008 24.407 2006 19.

Chiffres-clés 2008. a s s u r a n c e s pour et par le secteur des soins de santé 30.000 25.000 20.000 15.000 10.000 5.000 2008 24.407 2006 19. Chiffres-clés 2008 Evolution membres-assures (societaires) 30.000 25.000 20.000 15.000 10.000 5.000 0 2002 11.873 2003 13.309 2004 14.030 2005 15.712 2006 19.727 2007 21.486 2008 24.407 2009 26.979 DEPUIS

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE Avril 2013 EVALUATION D ENTREPRISE 1 Introduction en bourse Une introduction en bourse est avant tout une opération financière. Les avantages financiers de

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

Programme détaillé. LES TABLEAUX DE BORD Formation en présentiel (21 h) accompagnée d un parcours e-learning Comptabilité Gestion (5 h)

Programme détaillé. LES TABLEAUX DE BORD Formation en présentiel (21 h) accompagnée d un parcours e-learning Comptabilité Gestion (5 h) Programme détaillé LES TABLEAUX DE BORD Formation en présentiel (21 h) accompagnée d un parcours e-learning Comptabilité Gestion (5 h) Public : Toute personne assurant ou participant à la gestion d une

Plus en détail

3. Le pilotage par le cash

3. Le pilotage par le cash Cependant, l allocation du capital engagé ne peut pas toujours être opérée à des niveaux très fins. Il est néanmoins intéressant de tenter de le répartir sur de plus grands périmètres (diverses activités

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

SEMINAIRES SPECIFIQUES

SEMINAIRES SPECIFIQUES 57, bd Abdelmoumen Résidence Al Hadi n B15 Tél 022 47 06 13 /15 - Fax 022 47 06 78/91 mailacf@acf.ma SEMINAIRES SPECIFIQUES AUX ENTREPRISES D ASSURANCES ET DE REASSURANCE MUTUELLES ET CAISSES DE RETRAITE.

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

Le Business Plan : le Dossier Financier

Le Business Plan : le Dossier Financier 1 Le Business Plan : le Dossier Financier Le Business Plan (BP) est un document de marketing et de communication : c'est-à-dire votre meilleur outil de vente. A ce titre, il s adresse aux partenaires.

Plus en détail

L essentiel de la finance

L essentiel de la finance Pierre Cabane L essentiel de la finance à l usage des managers Préface de Gilles Weil Vice-président de L Oréal Éditions d Organisation, 2004 ISBN: 2-7081-3019-6 Introduction L objectif de cet ouvrage

Plus en détail

Chapitre I : L analyse statique du bilan

Chapitre I : L analyse statique du bilan Chapitre I : L analyse statique du bilan Toute entreprise se trouve devant l impératif de solvabilité c-à-d d effectuer sans interruption des règlements qui résultent, soit : - d engagements antérieurement

Plus en détail

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures)

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures) UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS 1. La valeur (15 heures) Il s agit de prendre conscience, à partir du concept de valeur, de mécanismes fondamentaux en finance en excluant tout

Plus en détail

Montpellier. 24 mai 2011

Montpellier. 24 mai 2011 Montpellier 24 mai 2011 SOMMAIRE Le Groupe AXA Retour sur 2010, une année charnière Performance en 2010 et indicateurs d activité 2011 Priorités pour 2011 et après Christian RABEAU Directeur de la Gestion

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

LE RÉASSUREUR DES MUTUELLES

LE RÉASSUREUR DES MUTUELLES LE RÉASSUREUR DES MUTUELLES Mission : la des mutuelles MutRé a pour mission de conforter le développement des mutuelles et des acteurs de l économie sociale en leur proposant : des couvertures de réassurance

Plus en détail

Améliorez la culture Cash de votre entreprise. Pourquoi, comment?

Améliorez la culture Cash de votre entreprise. Pourquoi, comment? DOSSIER : la culture Cash Améliorez la culture Cash de votre entreprise. Pourquoi, comment? Avant de chercher financements ou capitaux auprès de banques ou d investisseurs, pourquoi ne pas chercher et

Plus en détail

GROUPAMA Présentation des résultats annuels 2013. Présentation presse 20 février 2014

GROUPAMA Présentation des résultats annuels 2013. Présentation presse 20 février 2014 1 GROUPAMA Présentation des résultats annuels 2013 Présentation presse 20 février 2014 Groupama en 2013 2 Efficacité opérationnelle et réduction des coûts Stratégie de performance vs. stratégie de taille

Plus en détail

4.3 4.3.1 BILAN 200 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2014. Actif. ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux

4.3 4.3.1 BILAN 200 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2014. Actif. ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux 4/ ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux / 4.3 États financiers sociaux 4.3.1 BILAN Actif (en euros) Actif Immobilisé Immobilisations incorporelles 5 209 299 Participations dans entreprises liées

Plus en détail

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER TRADING UPDATE INFORMATION REGLEMENTEE EMBARGO 17 FÉVRIER 2009 17H40 DECLARATION INTERMEDIAIRE DU GERANT COUVRANT LA PERIODE DU 01.10.2008 AU 31.12.2008 Baisse limitée de la valeur du portefeuille ( 2,41%)

Plus en détail

- 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement

- 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement - 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement Objectif(s) : o Capacité d'autofinancement et autofinancement. Pré-requis : o Connaissance de l'ebe et de la Valeur Ajoutée. Modalités : o Principes.

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES Les assurances de personnes Données clés 28 Fédération Française des sociétés d Assurances Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance 10 juillet 2012 Intervention à l Université d Eté de l Institut des Actuaires Gildas Robert Actuaire Senior Manager Frédérique

Plus en détail

Activité et Résultats annuels 2014

Activité et Résultats annuels 2014 Activité et Résultats annuels 2014 Simon Azoulay Chairman and Chief Executive Officer Bruno Benoliel Deputy Chief Executive Officer Paris, le 25 février 2015 AVERTISSEMENT «Cette présentation peut contenir

Plus en détail

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES La Banque Centrale du Congo, Vu la Loi n 005/2002 du

Plus en détail

Document d accompagnement du référentiel de formation

Document d accompagnement du référentiel de formation Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : BTSA DARC Module : M 53 Gestion économique et financière de l entreprise agricole Objectif général

Plus en détail

Le passage de l'embedded Value à l'economic Value

Le passage de l'embedded Value à l'economic Value Le passage de l'embedded Value à l'economic Value Une meilleure prise en compte des options et des garanties Ferdia Byrne, Claire Lasvergnas 23 septembre 2003 Les principes L'application Le marché français

Plus en détail

LES METHODES D EVALUATION A APPLIQUER POUR LES ENTREPRISES DE PETITE TAILLE où LE LIEN DE DEPENDANCE DU DIRIGEANT AVEC SON ENTREPRISE EST TRES FORT

LES METHODES D EVALUATION A APPLIQUER POUR LES ENTREPRISES DE PETITE TAILLE où LE LIEN DE DEPENDANCE DU DIRIGEANT AVEC SON ENTREPRISE EST TRES FORT LES METHODES D EVALUATION A APPLIQUER POUR LES ENTREPRISES DE PETITE TAILLE où LE LIEN DE DEPENDANCE DU DIRIGEANT AVEC SON ENTREPRISE EST TRES FORT Il faut distinguer deux catégories d entreprise pour

Plus en détail

Présentation du métier d actuaire vie

Présentation du métier d actuaire vie 06 Octobre 2010 Frédéric Daeffler 14/10/2010 Agenda Assurance vie : Produits concernés Actuaire produit : Tarification et conception d un produit Actuaire financier : Pilotage des résultats, Gestion actif-passif,

Plus en détail

UN REGARD PRÉVOYANT SUR VOTRE AVENIR

UN REGARD PRÉVOYANT SUR VOTRE AVENIR UN REGARD PRÉVOYANT SUR VOTRE AVENIR RAPPORT AUX MEMBRES 2005 EXERCICE 2005 ACTIF DU BILAN Continuité a été le maître mot de 2005 pour la CPP, aussi bien pour son fonctionnement interne que pour son environnement:

Plus en détail

Bloomfield Investment Corporation

Bloomfield Investment Corporation Bloomfield Investment Corporation Le Département d Analyses Economiques et Boursières Président Directeur Général 1 Pourquoi un département dédié aux analyses économiques et boursières? Le Département

Plus en détail

DEESBANQUE Marché des professionnels Plan de cours et programmation indicatifs des séances

DEESBANQUE Marché des professionnels Plan de cours et programmation indicatifs des séances DEESBANQUE Marché des professionnels Plan de cours et programmation indicatifs des séances 2013 Fédération Européenne des Ecoles DEESBANQUE Marché des professionnels Plan de cours et programmation indicatifs

Plus en détail

Modern Leasing sur la cote de la Bourse de Tunis

Modern Leasing sur la cote de la Bourse de Tunis Secteur : Leasing Nombre de titres offerts : 1 000 000 titres Prix : 8,500D Jouissance des actions : 1 er janvier 2010 Capitalisation boursière après OPF : 34MD Notation par Fitch Rating: LT : A- (tun)

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Aprecialis Actuariat conseil. Actuaires en assurance de personnes et IARD

Aprecialis Actuariat conseil. Actuaires en assurance de personnes et IARD Actuariat conseil Actuaires en assurance de personnes et IARD une démarche efficace L objectif Les consultants d Aprecialis ont toujours pour objet la vérité technique. Ils explicitent les enjeux et les

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail