Le passage de l'embedded Value à l'economic Value

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le passage de l'embedded Value à l'economic Value"

Transcription

1 Le passage de l'embedded Value à l'economic Value Une meilleure prise en compte des options et des garanties Ferdia Byrne, Claire Lasvergnas 23 septembre 2003

2

3 Les principes L'application Le marché français 3

4 Les actions des assureurs vie ont été moins performantes que la moyenne du marché Dec Dec Dec 2002 FTSE All-Share Life Sector 4

5 Les investisseurs s efforcent d'apprécier la valeur de l activité Il est clair que la tendance baissière du marché a discrédité l approche Embedded Value pour évaluer une compagnie d assurance (J P Morgan*) Nous avons mis à jour l Embedded Value en l ajustant au risque (Bear Stearns*) Nous avons suggéré pendant un certain temps que l Economic Value pourrait être un substitut valable à la valeur Embedded Value (Morgan Stanley*) Nos nouvelles valeurs élaborées pour les actions sont à un niveau bien inférieur aux prix du marché, ce qui laisse à penser que les risques ne sont pas totalement considérés (FPK*) * Traduit de l'anglais 5

6 La plupart des critiques sont bien fondées L Embedded Value a quatre imperfections reconnues: 1 Le coût des options et des garanties n'est pas valorisé 2 Les risques d actifs s additionnent Risque de marché pour les actions Risque de défaut pour les obligations 3 Les taux d actualisation reflètent des niveaux moyens de risque 4 Le coût du capital et le taux d'actualisation sont des approximations simplistes pour 1. et 2. 6

7 L'embedded value ne varie pas toujours en fonction des garanties. Prenons 2 contrats en qui ont la même valeur en embedded value mais dont la valeur de peut pas être identique taux garanti 0% v. taux garanti 3% une pénalité financière si la valeur boursière des actifs est inférieure à la PM v. paiement de la PM PEP UC avec garanties en cas de décès et en cas de vie v. UC simple Des options de conversion en rente (taux et tables garantis v. tarification de la rente lors de la conversion). 7

8 ... et elle peut augmenter avec la prise de risque! L'espérance de rendement augmente grâce à la prime de risque actions 2% à 5% obligations privées 0,3% à 3% en fonction de la notation Donc l'embedded value augmente car elle est calculée à partir d'hypothèses déterministes reflétant l'espérance de rendement futur Ces risques sont théoriquement pris en compte en ajustant le coût du capital et le taux d'actualisation 8

9 Quel taux d actualisation utiliser? 5% Emettre une obligation Acheter une action 100 7% 107 Impact net % 9

10 Comment prendre en compte les options cachées? Prestations Actionnaire Participation aux bénéfices Taux d intérêt garanti Revenus financiers 10

11 Les normes IAS n apporteront vraisemblablement pas de meilleures informations aux investisseurs Le report et l étalement des revenus mène à un bilan conservateur La valeur des affaires nouvelles n apparaîtra pas Le profit opérationnel sera difficile à isoler La volatilité du bilan provoquera une fréquente reconnaissance de pertes 11

12 L Embedded Value possède de nombreux avantages et est très appréciée chez les analystes Réglementaire GAAP Embedded Value Fair Value Largement répandue, bien comprise, robuste Vue précise des nouvelles affaires et de l évolution du portefeuille Fournit la performance de l activité pour la période Lie la tarification, la performance et le retour sur fonds propres Comment peut-elle être améliorée? 12

13 Un simple ajustement à l Embedded Value est trop conservateur Une première étape consiste à corriger ses insuffisances: 1 Déduire le coût des options/garanties des actionnaires 2 Réduire les spreads de crédit et le risque de marché pour les actifs en représentation des provisions des assurés Cependant, une fois les risques pris en compte explicitement, 1 Le taux d actualisation peut s avérer trop prudent 2 Le coût du capital n'est pas le même 13

14 Une évaluation complète en valeur de marché nécessite une étude plus poussée Taux d actualisation Risque de crédit Doit refléter le risque inhérent à chaque cash flow et inadéquation entre actif et passif Doit être pris en compte dans les actifs et passifs Options Evaluées explicitement et sur une base cohérente avec les prix du marché Coût du capital Doit refléter l imposition et les coûts d activité basés sur le montant de capital détenu Economic Value = valeur de marché des actifs - valeur cohérente avec le marché des passifs - coût du capital 14

15 En pratique, il n est pas trop difficile de calculer une approximation de l Embedded Value améliorée Taux d actu. et risque de crédit Utiliser le cadre Embedded Value existant, fixer les rendements d actifs à la courbe des taux courts, actualiser aux mêmes taux (approche de l équivalent certain ) Options cachées Utiliser des approximations par formules fermées ou développer des modèles stochastiques Coût du capital Ajuster les projections Embedded Value existantes 15

16 Ces méthodes sont en train d'être utilisées par les compagnies Tarification des produits garanties plancher réassurance Communication aux actionnaires (ex: Royal Sun Alliance) Fusions/acquisitions 16

17 Les principes L'application Le marché français 17

18 Quelles sont les changements introduits par l'economic Value? Il n'y a pas de prime de risque par catégorie d'actif Le passif est estimé en valeur moyenne avec un taux d'actualisation de marché (le taux sans risque?) moins l'option des fonds propres limités (en ajoutant le risque de crédit au taux d'actualisation?) plus les marges de sécurité (si on en met) Les options et les garanties sont évaluées au moyen de scénarios risque neutre ou de la formule de B&S Il n'y a pas de profit qui provienne d'un défaut d'adossement entre l'actif et le passif Le coût d'immobilisation du capital est plus faible 18

19 Le risque de crédit en Embedded Value CMS -0,20% (1,7) m m Obligations A- :rendement 4,45% PVFP+0,29% Rentes de Prévoyance: it 3% + pb 1% 2,5 m m 0,8 m m 100 m m Actifs libres Fonds propres 4 m m 19

20 Le risque de crédit en Economic Value Double tax-0,05% (0,5) m m PVL+0,36% Obligations A- :rendement 4,45% PVFP -0,07% Rentes de Prévoyance: it 3% + pb 1% TRA 3,90% (0,6) m m (1,1) m m 100 m m Actifs libres Fonds propres 4 m m 20

21 Le risque de crédit en Economic Value PVL+0,36% 3,1 m m Obligations A- :rendement 4,45% Dettes 3,90% 100 m m Actifs libres Fonds propres 4 m m 21

22 La garantie de taux en Embedded Value CMS -0,20% (2,2) m m PVFP+0,42% 4,6 m m 85 m m Obligations d'état de rendement 3,90% Epargne Taux garanti 3% chargement 0,9% frais 0,25% 2,4 m m 100 m m 15 m m Actions 22

23 La garantie de taux en Economic Value 1,5% 1,0% 0,5% 0,0% -0,5% -1,0% 0,30% 1,20% 2,10% 3% 3,90% 4,80% 5,70% 6,60% 7,50% -1,5% -2,0% -2,5% -3,0% 23

24 La garantie de taux en Economic Value Double tax -0,05% (0,4) m m PVFP+0,21% 2,3 m m 85 m m Obligations d'état de rendement 3,90% Epargne Taux garanti 3% chargement 0,9% frais de 0,25% 1,9 m m 100 m m 15 m m Actions 24

25 Les compagnies testent l'impact du passage de l'embedded Value à l'economic Value En faisant varier le taux d'actualisation en fonction du niveau de risque de chaque portefeuille En limitant les taux de rendement des actifs adossés à des passifs d'assurance à des niveaux de risque de crédit AAA à AA En utilisant des projections stochastiques sur la base de scénarios risque neutre pour évaluer les options et les garanties En ajustant le coût du capital au cas par cas Des changements sont apparus cette année parmi les Embedded Value publiées 25

26 Les principes L'application Le marché français 26

27 Exemples réels Sans garantie et sans option unités de compte (replicating portfolio 31 décembre 2001) Avec garantie retraite collective (B&S au 31 décembre 2001) Avec garantie et option épargne à prime unique (scénarios risque neutre au 31 décembre 2002) 27

28 Unités de compte - résultats 12% 10% 8% 6% 4% 2% Valeur du portefeuille après impôt et coût du capital en % des provisions mathématiques 0% Economic Value Embedded Value 28

29 Retraite - Hypothèses Portefeuille obligataire réel, en faible plus-value au 31 décembre % de l'actif Actions - en plus-value au 31 décembre % de l'actif Structure de participation aux bénéfices de 90% des résultats techniques et financiers Plusieurs générations de taux techniques, de chargements et de tables de mortalité, qui sont toujours alimentées par les primes futures Coûts unitaires de gestion inflatés par tête Ni rachat, ni transfert 29

30 Retraite - Résultats 30% Valeur du portefeuille avant impôt et coût du capital en % des provisions mathématiques 25% 20% Economic Value Embedded Value 15% 10% 5% 0% -5% Génération 1 Génération 2 Génération 3 30

31 Epargne - Hypothèses Portefeuille obligataire de duration 5 ans, renouvelé à un rythme constant, en plus-value à hauteur de 6% au 31 décembre % de l'actif Actions - en moins-value au 31 décembre % de l'actif Structure de participation aux bénéfices de 100% points de base Frais et commissions de 0,35% des provisions mathématiques Loi de rachat de 6% par an 31

32 Epargne Méthodologie Scénarios risque neutre, avec 3 classes d'actif: une courbe des taux obligataire, des actions, du cash, 30 ans en pas de temps annuel, 1000 scénarios, valeur centrale sur la courbe des obligations d'état zéro-coupon au 31 décembre 2002 Modèle actif-passif: maintien du mix d'actif initial avec adossement de l'actif et du passif, détention jusqu'à l'échéance, si possible, des obligations, cession de 20% des actions en stock chaque année. Loi de rachat dynamique en fonction du taux servi 32

33 Scénarios - Courbes des taux moyennes 7,00% 6,50% 6,00% 5,50% 5,00% 4,50% 4,00% 3,50% 3,00% 2,50% Courbes des taux moyennes 2,00% Echéance 33

34 Lien entre le taux de rachat et le taux servi 30,0% Taux de rachat en fonction de l'écart entre les taux à 10 ans et les taux crédités aux assurés 25,0% 20,0% 15,0% 10,0% 5,0% 0,0% 0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 en % 34

35 Résultats épargne (avant impôts et coût du capital) EcV avec taux technique 8,00% 6,00% 4,00% EV EcV avec taux technique et risque de rachat 2,00% 0,00% -2,00% 0,0% 3,0% 4,5% -4,00% Taux garanti 35

36

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008 Sommaire 1.

Plus en détail

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 SCOR VIE Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 Présentation du Paris Avertissement Certaines informations contenues dans cette présentation pouvant être des informations de nature prospective

Plus en détail

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance 10 juillet 2012 Intervention à l Université d Eté de l Institut des Actuaires Gildas Robert Actuaire Senior Manager Frédérique

Plus en détail

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 3. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 3. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance. Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance Partie 3 Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.org Partie 3 : Analyse prospective des résultats d une compagnie

Plus en détail

LA GESTION ACTIF / PASSIF A LA CNP plus quelques digressions sur les normes IFRS

LA GESTION ACTIF / PASSIF A LA CNP plus quelques digressions sur les normes IFRS LA GESTION ACTIF / PASSIF A LA CNP plus quelques digressions sur les normes IFRS UNE ORGANISATION FAVORABLE A L EMERGENCE DE LA GESTION ACTIF-PASSIF - séparation des rôles de l assureur, responsable du

Plus en détail

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1.1 La notion d embedded value La présente communication porte sur l Embedded Value agrégée des deux sociétés Vie qui sont détenues à 100% par Foyer S.A., à savoir

Plus en détail

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Le développement de l assurance vie résulte de circonstances exceptionnelles (fiscalité, baisse des taux d intérêt, contractualisation

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

Présentation du métier d actuaire vie

Présentation du métier d actuaire vie 06 Octobre 2010 Frédéric Daeffler 14/10/2010 Agenda Assurance vie : Produits concernés Actuaire produit : Tarification et conception d un produit Actuaire financier : Pilotage des résultats, Gestion actif-passif,

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

Séminaire Presse - 11 juin 2004. Denis Duverne. Directeur Financier du Groupe AXA

Séminaire Presse - 11 juin 2004. Denis Duverne. Directeur Financier du Groupe AXA Séminaire Presse - 11 juin 2004 Denis Duverne Directeur Financier du Groupe AXA Sommaire 1 : Les comptes d AXA : 3 agrégats 2 : Les indicateurs clés du Groupe Vie/Epargne/Retraite Gestion d Actifs Assurance

Plus en détail

Institut des Actuaires

Institut des Actuaires Institut des Actuaires Commission comptable Avis de l IA sur l application des nouvelles tables de mortalité Grégory Boutier Références, avis de l Institut des Actuaires Rentes viagères Contrats vie et

Plus en détail

INSTITUT DES ACTUAIRES COMMISSION ACTIF/PASSIF C6 BIS TEST D EXIGIBILITE. Objet : Méthodologie - questions - recommandations

INSTITUT DES ACTUAIRES COMMISSION ACTIF/PASSIF C6 BIS TEST D EXIGIBILITE. Objet : Méthodologie - questions - recommandations Note de travail de la Commission Actif / Passif INSTITUT DES ACTUAIRES COMMISSION ACTIF/PASSIF C6 BIS TEST D EXIGIBILITE Objet : Méthodologie - questions - recommandations 1/15 SOMMAIRE I. Contexte et

Plus en détail

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Congrès Institut des Actuaires 2013 Jean-Pierre DIAZ, BNP Paribas Cardif Emmanuelle LAFERRERE, BNP Paribas Cardif Gildas ROBERT, Optimind Winter

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 Nouvelles normes IFRS7 Méthode de valorisation dans le contexte de crise financière Mars 2008 La nouvelle norme, Instruments financiers

Plus en détail

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II FIXAGE Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II Deauville - 21 septembre 2012 Emmanuel TASSIN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick - 75008 Paris - France Téléphone : 33 (1) 53 83 83 93 - Télécopie : 33

Plus en détail

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une

Plus en détail

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Colloque du CNAM 6 octobre 2011 Intervenants OPTIMIND Gildas Robert actuaire ERM, senior manager AGENDA Introduction Partie 1 Mesures de

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE

MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE Les outils de planification MeDirect proposent des solutions de planification d investissement en ligne qui fournissent des projections de votre patrimoine et des

Plus en détail

CNP Assurances. Rapport Embedded Value 31/12/2011

CNP Assurances. Rapport Embedded Value 31/12/2011 CNP Assurances Rapport Embedded Value 31/12/2011 Présentation des résultats 2011 22 février 2012 22/02/2012 Rapport Embedded Value Page 1 sur 29 Sommaire 1. Introduction...3 2. Résultats...4 2.1 MCEV au

Plus en détail

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Rencontres L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Vincent Régnier Directeur technique, financier et des risques MutRé 2015 Arnaud Chevalier

Plus en détail

CNP Assurances Rapport Embedded Value 31.12.2014 RAPPORT EMBEDDED VALUE AU 31 DECEMBRE 2014

CNP Assurances Rapport Embedded Value 31.12.2014 RAPPORT EMBEDDED VALUE AU 31 DECEMBRE 2014 RAPPORT EMBEDDED VALUE AU 31 DECEMBRE 2014 SOMMAIRE 1. Introduction... 3 2. Résultats... 4 2.1 MCEV au 31 décembre 2014... 4 2.2 Valeur des Affaires Nouvelles (VAN) au 31 décembre 2014... 5 2.3 Sensibilités...

Plus en détail

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés SOLVABILITE II Glossaire et notions clés Version septembre 2013 A Actuaire Spécialiste qui applique la statistique et le calcul des probabilités pour la conduite d opérations financières et d assurance.

Plus en détail

Normes IFRS et Solvabilité 2

Normes IFRS et Solvabilité 2 Normes IFRS et Solvabilité 2 Norme IFRS 4 contrats d assurance Lyon, lundi 28 septembre 2009 Pierre Thérond http://www.pierretherond.fr Sommaire 1. Historique 2. Champ d application 3. Principales caractéristiques

Plus en détail

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Royaume du Maroc Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Dans le cadre de la mise en place d'un dispositif permettant le

Plus en détail

FANAF 2011 - DAKAR GESTION DES ACTIFS DE SOCIETES D ASSURANCE ET OPTIMISATION DE LEUR RENDEMENT. - Principe d allocation de Portefeuille

FANAF 2011 - DAKAR GESTION DES ACTIFS DE SOCIETES D ASSURANCE ET OPTIMISATION DE LEUR RENDEMENT. - Principe d allocation de Portefeuille FANAF 2011 - DAKAR GESTION DES ACTIFS DE SOCIETES D ASSURANCE ET OPTIMISATION DE LEUR RENDEMENT - Principe d allocation de Portefeuille - Innovation par les produits multi supports CISSE ABDOU CISCO CONSULTING

Plus en détail

EN BREF. Libressur Sélection Vie

EN BREF. Libressur Sélection Vie Libressur Sélection Vie Cherchez à faire fructifier votre capital en investissant à votre rythme tout en bénéficiant du cadre fiscal(1) avantageux de l assurance vie. EN BREF Libressur-Sélection Vie est

Plus en détail

IFRS - Principes clés. Le 6 janvier 2005

IFRS - Principes clés. Le 6 janvier 2005 IFRS - Principes clés Le 6 janvier 2005 Avertissement La présentation ci-après donne une vue d ensemble des normes IFRS en l état actuel des informations disponibles. Un certain degré d incertitude demeure

Plus en détail

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE TRAITEMENT COMPTABLE D11 ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE Il n existe d engagement de l entreprise que dans le cadre d un régime à prestations définies ou d indemnités de fin de carrière. Les régimes à cotisations

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Recommandation n 2001-01.R.01 du 26 juin 2001. Participation des bénéficiaires de contrats aux résultats

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Recommandation n 2001-01.R.01 du 26 juin 2001. Participation des bénéficiaires de contrats aux résultats CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Recommandation n 2001-01.R.01 du 26 juin 2001 Relative aux comptes intermédiaires des entreprises régies par le code des assurances, des organismes régis par le code

Plus en détail

Fructi-Sélection Vie EN BREF

Fructi-Sélection Vie EN BREF Fructi-Sélection Vie Constituez ou cherchez à valoriser un capital en investissant à votre rythme tout en bénéficiant du cadre fiscal spécifique(1) de l assurance vie. EN BREF Fructi-Sélection Vie est

Plus en détail

Annexes Financières. au 30 juin 2010

Annexes Financières. au 30 juin 2010 Annexes Financières au 30 juin 2010 Septembre 2007 Présentation du résultat : passage du résultat opérationnel au RBE La décomposition du résultat à partir d un RBE jusqu au résultat net publié permet

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004. Chapitre I - Fonds communs de placement à risques (FCPR)

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004. Chapitre I - Fonds communs de placement à risques (FCPR) CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004 relatif au plan comptable des fonds communs de placement à risques Sommaire TITRE V OPCVM SPECIFIQUES Chapitre I - Fonds communs de placement

Plus en détail

Market Consistent Embedded Value

Market Consistent Embedded Value Market Consistent Embedded Value 1 Objectif de la séance } Comprendre de façon économique et intuitive la valorisation d une compagnie d assurances-vie } Aborder le concept de Market-Consistent Embedded

Plus en détail

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du cycle de la production:

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

SOFT COMPUTING TRANSITION AUX IFRS 3- PRESENTATION DES NORMES ET INTERPRETATIONS APPLIQUEES

SOFT COMPUTING TRANSITION AUX IFRS 3- PRESENTATION DES NORMES ET INTERPRETATIONS APPLIQUEES SOFT COMPUTING TRANSITION AUX 1- CONTEXTE DE LA PUBLICATION 2- ORGANISATION DU PROJET DE CONVERSION 3- PRESENTATION DES NORMES ET INTERPRETATIONS APPLIQUEES 4- TABLEAU DE RAPPROCHEMENT DES CAPITAUX PROPRES

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES EN NORMES IAS/IFRS SAHAM ASSURANCE AU 30 JUIN 2015

COMPTES CONSOLIDES EN NORMES IAS/IFRS SAHAM ASSURANCE AU 30 JUIN 2015 Bilan consolidé IFRS Tableau de Flux de Trésorerie consolidé IFRS ACTIF Ecarts d'acquisition 1 321 628 1 321 628 Valeurs des portefeuilles de contrat des sociétés d'assurance acquis Autres immobilisations

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE ANNONCE DES RÉSULTATS 2014 INFORMATION RÉGLEMENTÉE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE ANNONCE DES RÉSULTATS 2014 INFORMATION RÉGLEMENTÉE COMMUNIQUÉ DE PRESSE INFORMATION RÉGLEMENTÉE COMMUNIQUÉ DE PRESSE: SIOEN INDUSTRIES - 27/02/2015 AVANT OUVERTURE DE LA BOURSE CONTENU 1. Synthèse de l état consolidé du résultat total 4 2. Commentaire

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

MARCHES FINANCIERS Licence 3 Monnaie Finance Université Panthéon-Assas Paris 2 2014 2015

MARCHES FINANCIERS Licence 3 Monnaie Finance Université Panthéon-Assas Paris 2 2014 2015 MARCHES FINANCIERS Licence 3 Monnaie Finance Université Panthéon-Assas Paris 2 2014 2015 Christophe CHOUARD et Sébastien LOTZ Informations financières omniprésentes: Indices boursiers - CAC 40, DJIA, Euro

Plus en détail

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS Journées d études 2011 Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS FRACTALES 0 Journées d études 2011 Sommaire Projet SIGMA 1 ère partie 1. Durée, duration, sensibilité 2. Sensibilité locale du BE Applications

Plus en détail

AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006

AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006 Reconnu comme établissement d utilité publique par décret du 30 octobre 1896 AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006 Les avis de l Institut des actuaires n

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice 2005 SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE PREAMBULE 1 COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2005

Plus en détail

NOTE ÉDUCATIVE REGROUPEMENT ET RÉPARTITION DU PASSIF DES POLICES COMMISSION DES RAPPORTS FINANCIERS DES COMPAGNIES D ASSURANCE-VIE

NOTE ÉDUCATIVE REGROUPEMENT ET RÉPARTITION DU PASSIF DES POLICES COMMISSION DES RAPPORTS FINANCIERS DES COMPAGNIES D ASSURANCE-VIE NOTE ÉDUCATIVE Les notes éducatives ne constituent pas des normes de pratique. Elles visent à aider les actuaires en ce qui concerne l application des normes de pratique dans des cas spécifiques. Le mode

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 %

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR démarre l année avec de solides performances grâce à la mise en œuvre rigoureuse de son plan stratégique

Plus en détail

Résultats annuels 2014

Résultats annuels 2014 Résultats annuels 2014 SCOR enregistre un résultat net de EUR 512 millions et une augmentation de 15 % de ses fonds propres, et propose un dividende de EUR 1,40 (+ 8 %) En 2014, le Groupe a enregistré,

Plus en détail

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 2. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 2. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance. Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance Partie 2 Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.org Partie 2 : Le suivi de l activité d une compagnie d assurance

Plus en détail

Assurez votre avenir et celui de vos proches. SwissLife Retraite. Contrat individuel d assurance sur la vie, libellé en unités de compte et en euros

Assurez votre avenir et celui de vos proches. SwissLife Retraite. Contrat individuel d assurance sur la vie, libellé en unités de compte et en euros Assurez votre avenir et celui de vos proches SwissLife Retraite Contrat individuel d assurance sur la vie, libellé en unités de compte et en euros 2 SwissLife Retraite Les de SwissLife Retraite Une épargne

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Wacc et risque de défaut. Jean-Michel Moinade Oddo Corporate Finance

Wacc et risque de défaut. Jean-Michel Moinade Oddo Corporate Finance Wacc et risque de défaut Jean-Michel Moinade Oddo Corporate Finance Stocks, Flux et Actualisation (MM1) Approche de Modigliani-Miller (première version) Approche Théorique Approche Théorique Agrégat Flux

Plus en détail

Résultats annuels 2014 : forte croissance du Free Cash Flow

Résultats annuels 2014 : forte croissance du Free Cash Flow Résultats annuels 2014 : forte croissance du Free Cash Flow Free Cash Flow : 31,2 M (+41%) Chiffre d affaires stable Marge opérationnelle d activité : 6% Bilan renforcé : trésorerie nette de 221,9 M Paris,

Plus en détail

Évaluation de contrats. une problématique actuelle. Pierre THEROND. Séminaire ISFA-ENSIMAG Lyon, 13 mars 2008. ptherond@winter-associes.

Évaluation de contrats. une problématique actuelle. Pierre THEROND. Séminaire ISFA-ENSIMAG Lyon, 13 mars 2008. ptherond@winter-associes. Évaluation de contrats d assurance vie en euro : une problématique actuelle Séminaire ISFA-ENSIMAG Lyon, 13 mars 2008 Pierre THEROND ptherond@winter-associes.fr Introduction ti Les contrats d assurance

Plus en détail

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Conférence ATEL - 11 décembre 2012 LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Marc-Antoine DOLFI, associé 1 PLAN DE PRESENTATION Le contrat de capitalisation 1. Description 2.

Plus en détail

4.3 4.3.1 BILAN 200 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2014. Actif. ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux

4.3 4.3.1 BILAN 200 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2014. Actif. ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux 4/ ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux / 4.3 États financiers sociaux 4.3.1 BILAN Actif (en euros) Actif Immobilisé Immobilisations incorporelles 5 209 299 Participations dans entreprises liées

Plus en détail

Cours orienté vers la pratique Finances et placements

Cours orienté vers la pratique Finances et placements Cours orienté vers la pratique Finances et placements La présente note vise à donner aux candidats des détails sur l approche suivie dans la section du Cours orienté vers la pratique (COP) portant sur

Plus en détail

Intervenant. Patrick MORGENSTERN. Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne

Intervenant. Patrick MORGENSTERN. Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne Les impôts différés Intervenant Patrick MORGENSTERN Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne Sommaire Présentation synthétique du mécanisme des impôts différés Impôts

Plus en détail

Prestations et frais 2011 2012 18 844,27 20 134,74 Prestations et frais payés 2011 2012 13 638,83 15 176,05

Prestations et frais 2011 2012 18 844,27 20 134,74 Prestations et frais payés 2011 2012 13 638,83 15 176,05 ROYAUME DU MAROC Direction des assurances et de la prévoyance sociale DOMOF/SSTAT / Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2012 Mai 2013 Le montant des émissions a atteint, en 2012,

Plus en détail

SOMMAIRE COMPTE DE RÉSULTAT DE L EXERCICE 2010 BILAN AU 31 DÉCEMBRE 2010 ANNEXE DES COMPTES SOCIAUX TABLEAU DES RÉSULTATS DES CINQ DERNIERS EXERCICES

SOMMAIRE COMPTE DE RÉSULTAT DE L EXERCICE 2010 BILAN AU 31 DÉCEMBRE 2010 ANNEXE DES COMPTES SOCIAUX TABLEAU DES RÉSULTATS DES CINQ DERNIERS EXERCICES COMPTES ANNUELS 20 3 SOMMAIRE COMPTE DE RÉSULTAT DE L EXERCICE 2010 Compte technique vie et non vie Compte non technique BILAN AU 31 DÉCEMBRE 2010 Actif Passif Tableau des engagements reçus et donnés ANNEXE

Plus en détail

Gouvernance des régimes de retraite

Gouvernance des régimes de retraite Cercle finance du Québec Gouvernance des régimes de retraite face à la gestion des risques : Le grand réveil Gérer les risques des régimes matures René Beaudry 26 novembre 2015 5 éléments clés du PL57

Plus en détail

CNP Assurances Comptes consolidés du groupe CNP Assurances 30/06/2014 COMPTES CONSOLIDES DU GROUPE CNP ASSURANCES AU 30 JUIN 2014

CNP Assurances Comptes consolidés du groupe CNP Assurances 30/06/2014 COMPTES CONSOLIDES DU GROUPE CNP ASSURANCES AU 30 JUIN 2014 COMPTES CONSOLIDES DU GROUPE CNP ASSURANCES AU 30 JUIN 2014 1 2 SOMMAIRE COMPTES CONSOLIDES... 4 Bilan consolidé.... 4 Compte de résultat... 6 Tableau de variation des capitaux propres... 9 Tableau des

Plus en détail

Annexes Financières. au 30 juin 2008. Août 2008

Annexes Financières. au 30 juin 2008. Août 2008 Annexes Financières au 30 juin 2008 Août 2008 1 Présentation du résultat RBE = Produit Net d Assurance Frais = le résultat opérationnel comptable hors effet des marchés sur le portefeuille trading plus-values

Plus en détail

ETATS FINANCIERS 30 juin 2004 IFRS

ETATS FINANCIERS 30 juin 2004 IFRS ETATS FINANCIERS 30 juin 2004 Définition de la dette nette économique En millions Ouverture 2004 Clôture S1 2004 Dette Nette au bilan 674.5 651.2 IAS 39 : Impact sur la dette nette + 30.1 + 28.7 IAS 32

Plus en détail

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES Séminaire - Atelier La mesure des performances des compagnies d assurances 1 ère communication Généralités sur les processus d évaluation des activités

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2014. (Les données de cette brochure seront développées dans le rapport annuel)

Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2014. (Les données de cette brochure seront développées dans le rapport annuel) Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2014 (Les données de cette brochure seront développées dans le rapport annuel) Avril 2015 Le montant des émissions a atteint, en 2014 un total

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

Yves Allard Directeur, Relations avec la clientèle. Séminaire de l École d actuariat Université Laval Québec, 7 novembre 2013

Yves Allard Directeur, Relations avec la clientèle. Séminaire de l École d actuariat Université Laval Québec, 7 novembre 2013 Yves Allard Directeur, Relations avec la clientèle Séminaire de l École d actuariat Université Laval Québec, 7 novembre 2013 Ordre du jour Pourquoi réduire le risque? Solutions possibles 1 2 3 4 Longévité

Plus en détail

AMIC Bourse de Casablanca Financement des Entreprises Du Capital Investissements à la Bourse

AMIC Bourse de Casablanca Financement des Entreprises Du Capital Investissements à la Bourse Transactions Maroc AMIC Bourse de Casablanca Financement des Entreprises Du Capital Investissements à la Bourse Strictement confidentiel Les étapes clefs La préparation, un facteur clef de succès Quelle

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 21 mars 2013 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2013

Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2013 ROYAUME DU MAROC Direction des assurances et de la prévoyance sociale Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2013 (Les données de cette brochure seront développées dans le rapport annuel)

Plus en détail

Section II : Provisions techniques des opérations d'assurance sur la vie, d'assurance nuptialité-natalité et de capitalisation.

Section II : Provisions techniques des opérations d'assurance sur la vie, d'assurance nuptialité-natalité et de capitalisation. Page 1 sur 7 Chemin : Code des assurances Version consolidée au 7 juillet 2012 Partie réglementaire - Arrêtés Livre III : Les entreprises. Titre III : Régime financier. Chapitre Ier : Les engagements réglementés.

Plus en détail

Des résultats annuels conformes aux objectifs Une force de frappe renforcée avec une trésorerie nette de 9,5 M

Des résultats annuels conformes aux objectifs Une force de frappe renforcée avec une trésorerie nette de 9,5 M Communiqué de presse Paris, le 31 mai 2011, 18h00 Résultats annuels 2010/11 : 11,7% de marge opérationnelle courante «Solucom 2015», une nouvelle ambition pour Solucom Lors de sa réunion du 30 mai 2011,

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Guide méthodologique Utilisation de l état de contrôle de la participation aux bénéfices C22

Guide méthodologique Utilisation de l état de contrôle de la participation aux bénéfices C22 Guide méthodologique Utilisation de l état de contrôle de la participation aux bénéfices C22 Les montants sont exprimés en milliers d euros et arrondis au millier d euros le plus proche. I. Utilisation

Plus en détail

Revenus totaux : 3 337 M (+ 3,2 %) Résultat brut d exploitation : 2 442 M (+ 3,7 %) Résultat net part du Groupe : 1 080 M (+ 4,8 %)

Revenus totaux : 3 337 M (+ 3,2 %) Résultat brut d exploitation : 2 442 M (+ 3,7 %) Résultat net part du Groupe : 1 080 M (+ 4,8 %) Paris, le 19 février 2015 Communiqué Résultats annuels 2014 Un résultat net part du Groupe de 1 080 M, en augmentation de 4,8 %., premier assureur de personnes en France, présent en Europe et en Amérique

Plus en détail

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014 Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. États financiers condensés consolidés du premier trimestre 2015 Aux 31 mars 2015 et 2014 SRM158-1(15-03) PDF Ces états financiers consolidés

Plus en détail

Favia, Fondation de prévoyance de l'ordre des avocats de Genève et de leur personnel Comptes Annuels Exercice 2014

Favia, Fondation de prévoyance de l'ordre des avocats de Genève et de leur personnel Comptes Annuels Exercice 2014 leur personnel Comptes Annuels Exercice 2014 Bilan Actif Annexe 31.12.2014 31.12.2013 Placements 183'260'286.65 169'832'951.66 Liquidités en francs suisses 16'133'335.62 10'813'323.59 Liquidités en devises

Plus en détail

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS ÉPARGNE patrimoniale chiffres clés 2012 LE GROUPE AG2R LA MONDIALE* Un groupe d assurance de protection sociale, paritaire et mutualiste Un assureur complet de la personne : Prévoyance, Santé, Épargne,

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

Relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un "patrimoine d affectation"

Relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un patrimoine d affectation CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-16 DU 27 OCTOBRE 2004 Relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un "patrimoine d affectation" Sommaire 1 - Dispositions communes aux opérations

Plus en détail

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET Workshop Agenda Perceptions et concepts de JV Les Normes internationales Approche des IFRS 7 - IFRS 9 - IFRS 13 Guide de Juste Valeur Exemple d application Confrontation

Plus en détail

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables,

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables, AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2013-03 du 13 décembre 2013 Relatif aux règles de comptabilisation des valeurs amortissables visées à l article R.332-20 du code des assurances, R.931-10-41 du

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE 2015

PREMIER TRIMESTRE 2015 PREMIER TRIMESTRE 2015 INFORMATIONS ADDITIONNELLES LA PÉRIODE CLOSE LE 31 JANVIER 2015 Faits saillants Page 1 Bilan consolidé Page 2 État du résultat consolidé Page 3 État du résultat global consolidé

Plus en détail

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE L assurance française en 43 L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE GRÂCE AUX PLACEMENTS qu elle effectue en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial dans le

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

Résultats annuels 2012

Résultats annuels 2012 Résultats annuels 21 février 2013 Annexes Sommaire Vue d ensemble d AXA Groupe Vie, épargne, retraite Dommages Gestion d'actifs Bilan «Embedded value» et cash flows B2 Résultats annuels AXA 21 février

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES 2013

COMPTES CONSOLIDES 2013 havas.com 1 Bilan consolidé ACTIF (en millions d'euros) 31.12.13 Net 31.12.12 31.12.11 Actifs non courants Ecarts d'acquisition 1 593 1 603 1 559 Immobilisations incorporelles 36 37 41 Immobilisations

Plus en détail

RAPPORT DE GESTION ACTIVITÉS DE LA GREAT-WEST MODE DE PRÉSENTATION ET SOMMAIRE DES CONVENTIONS COMPTABLES

RAPPORT DE GESTION ACTIVITÉS DE LA GREAT-WEST MODE DE PRÉSENTATION ET SOMMAIRE DES CONVENTIONS COMPTABLES L a G r e a t - W e s t, c o m p a g n i e d a s s u r a n c e - v i e R a p p o r t d e g e s t i o n 2010 Table des matières 2 Résultats d exploitation consolidés 8 Situation financière consolidée 14

Plus en détail

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011 Du résultat social au résultat consolidé Novembre 011 Du résultat social au résultat consolidé Préambule Les comptes consolidés ont pour but de présenter le patrimoine, la situation financière et les résultats

Plus en détail

Passage entre la valeur des capitaux propres et la valeur économique d une entreprise

Passage entre la valeur des capitaux propres et la valeur économique d une entreprise FIXAGE Passage entre la valeur des capitaux propres et la valeur économique d une entreprise Matinale de la SFEV du Vendredi Emmanuel TASSIN Actuaire qualifié & Associé de FIXAGE 11, avenue Myron Herrick

Plus en détail

Étude d impact quantitative N O 4 Risque d assurance - Instructions

Étude d impact quantitative N O 4 Risque d assurance - Instructions Étude d impact quantitative N O 4 Risque d assurance - Instructions Introduction Le but de cette étude est de recueillir de l information afin d évaluer diverses méthodes possibles de calcul des exigences

Plus en détail

NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES

NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES Préambule I. Faits marquants Page 6 II. Principes comptables, méthodes d'évaluation et modalités de consolidation II.1. Principes et conventions générales Page 6 II.2.

Plus en détail

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5.

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. 28/05/14 1 1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. Périmètre de consolidation 6. Méthode de consolidation

Plus en détail