Gestion obligataire passive

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion obligataire passive"

Transcription

1 Finance 1 Université d Evry Séance 7 Gestion obligataire passive Philippe Priaulet

2 L efficience des marchés Stratégies passives Qu est-ce qu un bon benchmark? Réplication simple Réplication par échantillonnage stratifié Réplication par minimisation de la Tracking Error Estimation de la covariance de l échantillon Estimation de la covariance pondérée exponentiellement Réplication factorielle Réplication à l aide de produits dérivés Performance Out-Of-Sample Echantillonnage vs Minimisation de la TE Sommaire

3 L efficience des marchés Selon la théories des marchés efficients, les prix des actifs financiers reflètent l ensemble de l information disponible sur le marché. Mais ce n est pas toujours le cas de façon parfaite. On distingue alors quatre grands types de marché : -le marché efficient au sens fort: les cours reflètent, à tout instant, toutes les informations disponibles sur le marché. Il est impossible dans ce cas de prévoir leur évolution. -le marché efficient au sens semi-fort: les cours reflètent, à tout instant, toutes les informations publiques disponibles sur le marché. Il est impossible dans ce cas de prévoir leur évolution par une approche fondamentale ou technique.

4 L efficience des marchés -le marché efficient au sens faible: les cours tiennent compte à chaque instant de l information disponible sur les cours passés. Tous les opérateurs disposant de ces informations, la prévision des cours par l analyse technique est inefficace. -le marché inefficient : les cours n intègrent pas toutes les informations disponibles sur les cours passés. Il est alors possible de faire de la prédiction de façon efficace (analyse technique, analyse fondamentale).

5 Stratégies Passives Un résultat naturel de la croyance en l efficience des marchés est d utiliser une stratégie passive de gestion de portefeuilles. Les stratégies passives n ont pas pour but de surperformer le marché mais de faire aussi bien que le marché. L accent est porté sur la minimisation des coûts de transaction Les bénéfices escomptés d une gestion active sont censés être plus faibles que les coûts associés Les investisseurs passifs agissent comme si le marché était efficient. En particulier, ils considèrent le prix de marché des actifs financiers comme le meilleur estimateur de leur valeur. Si le marché est totalement efficient, aucune stratégie active ne peut battre le marché pour un risque comparable.

6 Qu est-ce qu un bon benchmark? La réussite d une gestion passive suppose le choix d un bon indice de référence ou benchmark. Qualités d un bon benchmark: Renommée: Utilisation diffuse par les investisseurs internationaux Représentativité: Bonne représentation des caractéristiques du marché qu il est censé incarner Réplicabilité: L indice doit pouvoir être répliqué avec une tracking error minimale et être composé de titres suffisamment liquides Transparence: Explication claire des règles d inclusion d un titre, des changements de composition de l indice ainsi que de ses méthodes de calcul Disponibilité: Accessibilité facile de la composition et des performances de l indice Qualité des prix des titres servant à calculer l indice Stabilité: la composition de l indice ne doit pas changer trop souvent et doit être compréhensible et prédictible.

7 Réplication simple La technique de réplication la plus simple implique de Dupliquer l indice cible précisément Détenir tous les titres de l indice dans leur exacte proportion Une fois la réplication achevée, il est nécessaire de procéder à des transactions dans le portefeuille, quand la composition de l indice change. Ce type d approche convient mieux aux actions qu aux obligations. Par exemple, l indice Euro Aggregate de Lehman Brothers contient 2557 titres (au 02/01/2006). Beaucoup des titres de l indice sont insuffisamment liquides. La composition de l indice change régulièrement au fur et à mesure que les titres arrivent à maturité.

8 Réplication par échantillonnage stratifié Une alternative naturelle est l échantillonnage stratifié (réplication des attributs de l indice). Pour répliquer un indice selon cette méthode, il faut pouvoir représenter toutes ses caractéristiques importantes avec peu de titres. Primo, diviser l indice en cellules, chaque cellule représentant une caractéristique différente. Secundo, acheter un ou plusieurs titres pour reproduire ces caractéristiques et représenter la cellule entière. Exemples de caractéristiques: Duration (<5 ans, > 5 ans) Secteurs (dette publique, dette privée, dette hypothécaire) Notation (AAA, AA, A, BBB) Nombre de cellules dans cet exemple: 2 x 3 x 4 = 24

9 Réplication par minimisation de la «tracking error» Les modèles de risque nous permettent de répliquer des indices en créant des portefeuilles de tracking error minimale (réplication des rendements de l indice). Ces modèles reposent sur les volatilités et corrélations historiques entre les rendements des différentes classes d actifs. Habituellement, les gérants de portefeuilles tablent sur une corrélation entre le fonds et l indice de l ordre de 0,95. Cette technique de réplication implique deux étapes séparées: Estimation de la matrice de covariance des rendements des titres Utilisation de cette matrice pour l optimisation de la tracking error.

10 Le problème consiste à: Procédure d optimisation Créer un portefeuilles de N titres individuels (ou produits dérivés) Choisir les poids de ces titres dans le portefeuille de façon à répliquer aussi étroitement que possible le rendement de l indice cible. R P = N i= 1 w i R i Min Var N ( R ) = P RB ww i jσij 2 w1,..., wn i, j= 1 i= 1 N wσ i ib + σ 2 B

11 Estimation de la matrice de covariance des rendements des titres Le point-clé de ce problème est la matrice de variancecovariance des rendements des titres. Problème d estimation: le nombre des différents termes de covariance à estimer est égal à N(N-1)/2 Différentes méthodes peuvent être utilisées pour améliorer l estimation de la matrice de variance-covariance. Exemple: répliquer en 2001 l indice JP Morgan T-Bond avec : 6.25%, 31-Jan %, 15-Feb %, 15-Nov %, 15-Aug %, 15-Feb %, 15-Aug %, 15-May %, 15-Feb-2031

12 Estimation de la matrice de covariance de l échantillon Calcul de la matrice de corrélation Benchmark Bond 1 Bond 2 Bond 3 Bond 4 Bond 5 Bond 6 Bond 7 Bond 8 Benchmark 1 Bond Bond Bond Bond Bond Bond Bond Bond A noter que les obligations de maturité moyenne ont une corrélation élevée avec l indice Ce n est pas surprenant: la duration moyenne de l indice sur la période est de 6,73 années. L estimation la plus simple est donnée par la covariance estimée de l échantillon. S = T 1 1 T ( )( ) ' Rt R Rt R t = 1

13 Estimation de la matrice de covariance de l échantillon Minimiser la «tracking error» du portefeuille Min TE = Var ( RP RB ) = ww i jσij 2 w 1,..., w8 i, j= 1 i = w σ Sample Covariance Matrix Bond 1 Bond 2 Bond 3 Bond 4 Bond 5 Bond 6 Bond 7 Bond 8 with short-sales contraints 12.93% 14.19% 0.00% 0.00% 0.00% 62.41% 8.33% 2.13% without short-sales contraints 1.99% 39.92% -1.43% 20.93% % 83.59% 3.44% 13.93% i ib + σ Calculer la tracking error comme une mesure de la qualité de la réplication Un portefeuille de 8 titres aux poids identiques : 0,14% par jour Le portefeuille de réplication dévie en moyenne de 0,14% par rapport à la cible. Réplication optimale sans vente à découvert : 0.07% Réplication optimale avec vente à découvert : 0.04% 2 B

14 Portefeuille aux poids identiques Replicating Portfolio Benchmark 3-Aug-01 3-Sep-01 3-Oct-01 3-Nov-01 3-Dec-01 3-Jan-02

15 Portefeuille optimal sans vente à découvert Replicating Portfolio Benchmark 3-Aug-01 3-Sep-01 3-Oct-01 3-Nov-01 3-Dec-01 3-Jan-02

16 Portefeuille optimal avec vente à découvert Replicating Portfolio Benchmark 3-Aug-01 3-Sep-01 3-Oct-01 3-Nov-01 3-Dec-01 3-Jan-02

17 Estimation de la matrice de covariance avec des poids exponentiels Un problème clé est la non-stationnarité des rendements obligataires Plus de données permet de réduire le risque d estimation. Moins de données permet d utiliser l information la plus récente. Une amélioration possible consiste à prendre des poids affectés aux observations, déclinant quand on remonte dans le temps. T S = t= 1 p t ( R R)( R R) ' t t p t λ T t + 1 = T t = 1 t λ

18 Réplication factorielle La réplication factorielle consiste à identifier l exposition du portefeuille de réplication par rapport à des facteurs de risque à celle de son benchmark. La dynamique de la structure par terme des taux est décrite par un nombre limité de facteurs (2 ou 3) Rit = mi +bi1f1t bikfkt + eit Fjt est le facteur j à la date t (j = 1,,k) eit est le rendement spécifique du titre bij mesure la sensibilité de Ri au facteur j, (j = 1,..., k) Utiliser les estimations de bij et de s 2 (Fj) pour obtenir les estimations de Cov(Ri,Rj) (cas à deux facteurs): on a besoin de kn estimations de beta + N + K termes de volatilité Variance si 2 = bi1 2 sf1 2 + bi2 2 sf bi1bi2Cov(F1,F2) + sei 2 Covariance sij = bi1bj1sf1 2 + bi2bj2sf2 2 + (bi1bj2 + bi2bj1)cov(f1,f2 ) Ces expressions se simplifient quand Cov(F1,F2 )=0 et sfi =1

19 Retour à l exemple En utilisant les mêmes données que dans l exemple précédent, on régresse le rendement des 8 titres et du benchmark sur deux facteurs Le premier facteur est la variation des taux à 3 mois, considérée comme une approximation de la variation du niveau de la courbe des taux Le second facteur est la variation du spread entre le taux à 30 ans et le taux à 3 mois, considérée comme une approximation de la variation de la pente de la courbe des taux Résultat de la régression pour le benchmark R 2 > 90% Coefficients Standard Error t Stat P-value Intercept E Factor E-42 Factor E-44

20 Retour à l exemple (2) Le tableau suivant montre les betas de chaque titre par rapport aux deux facteurs de risque Beta 1 Beta 2 Benchmark Bond Bond Bond Bond Bond Bond Bond Bond On a les contraintes suivantes dans la procédure d optimisation. 8 wiβi1 = i= 1 8 = wiβi i= 1

21 Réplication à l aide de produits dérivés Le portefeuille de réplication peut être composé de produits non présents dans l indice. Une telle alternative se traduit concrètement par l utilisation de futures et swaps (instruments liquides) avec des caractéristiques de rendement et de maturité similaires à celles du benchmark. L avantage des futures est leur facilité d utilisation et la modicité de leur coût. Exemple : réplication d un indice d emprunts d Etat avec des futures sur emprunts d Etat à 2, 5, 10 et 30 ans. Procédure : diviser l indice en quatre cellules de duration différentes, puis calculer le risque ($duration) de chaque cellule de l indice et déterminer le nombre de futures de chaque maturité dans lesquels investir afin que le portefeuille de réplication ait la même exposition à la courbe des taux que son benchmark.

22 Performance Out-of-sample La performance relative des différents estimateurs de la matrice de covariance peut être jaugée sur une base out-of-sample. Utiliser les deux premiers tiers des données pour calibrer les différentes estimations de la matrices de covariance. Sur la base de ces estimations, calculer le meilleur portefeuille de réplication avec et sans contrainte de vente à découvert. Enregistrer la performance de ces portefeuilles optimaux sur la période de backtesting, i.e sur le dernier tiers des données. Calculer l écart-type de l excès de rendement de ces portefeuilles par rapport au benchmark. Cette quantité représente la tracking error out-of-sample.

23 Echantillonnage stratifié vs minimisation de la TE L approche cellulaire consiste à répliquer les attributs de l indice, tandis que l approche par minimisation de la TE consiste à répliquer les rendements de l indice, directement ou bien à travers la réplication des facteurs qui expliquent une large part de ces rendements. Limites de la première approche: Même importance accordée aux différentes cellules de l indice (en réalité, certaines cellules sont plus cruciales que les autres car la volatilité du rendement associé est plus grande. les corrélations possibles entre cellules sont ignorées. Limites de la deuxième approche: l apprentissage du modèle est limité à l historique pris en compte pour sa calibration. Ce peut être un problème en cas de changement structurel significatif ne s étant pas matérialisé dans la vola tilité des rendements.

Question 1: Analyse et évaluation des obligations / Gestion de portefeuille

Question 1: Analyse et évaluation des obligations / Gestion de portefeuille Question 1: Analyse et évaluation des obligations / Gestion de portefeuille (33 points) Monsieur X est un gérant de fonds obligataire qui a repris la responsabilité de gestion du portefeuille obligataire

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation d obligations

Question 1: Analyse et évaluation d obligations Question 1: Analyse et évaluation d obligations (43 points) Vous êtes responsable des émissions obligataires pour une banque européenne. Il y a 10 ans cette banque a émis l obligation perpétuelle subordonnée

Plus en détail

Exercice : covariance et gestion du risque. Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine

Exercice : covariance et gestion du risque. Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine Exercice : covariance et gestion du risque Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine Mars 2006 On considère deux actifs dont les rendements et les volatilités sont :

Plus en détail

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille I. Concept d'efficience des marchés et stratégies de gestion - Efficience opérationnelle des marchés

Plus en détail

La gestion de patrimoine à la BCJ.

La gestion de patrimoine à la BCJ. La gestion de patrimoine à la BCJ. Table des matières 1. Introduction...5 2. La gestion moderne de portefeuille... 6 2.1. Les placements traditionnels...7 2.2. Les autres véhicules de placement...8 2.3.

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Question 1: Analyse et évaluation des obligations (50 points) Vous êtes analyste auprès de l unité d investissements obligataires d une compagnie d assurance située dans le pays Z. Vous devez préparer

Plus en détail

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance ESSEC Cours FIN 260 Gestion de portefeuille Séance 8 Mesures de performance François Longin Plan Introduction Mesures de performance des fonds: développements académiques Premier niveau: la rentabilité

Plus en détail

Question 1: Instruments dérivés et gestion de portefeuille

Question 1: Instruments dérivés et gestion de portefeuille Question 1: Instruments dérivés et gestion de portefeuille (35 points) Vous êtes cadre dans le département financier d une société financière japonaise. Cette société possède un crédit de USD 100 millions

Plus en détail

J.P. Morgan Asset Management. Obligations convertibles mondiales

J.P. Morgan Asset Management. Obligations convertibles mondiales DOCUMENT RESERVE AUX PROFESSIONNELS NE PAS DISTRIBUER AU PUBLIC J.P. Morgan Asset Management Obligations convertibles mondiales Antony Vallée, Responsable de la gestion convertibles Philosophie d investissement

Plus en détail

CHAPITRE I - REGLEMENT DE GESTION DES FONDS D

CHAPITRE I - REGLEMENT DE GESTION DES FONDS D Table de matière CHAPITRE I - REGLEMENT DE GESTION DES FONDS D INVESTISSEMENT INTERNES 3 1. AI Europe... 3 2. AI Patrimoine... 3 3. AI Emergents... 4 4. AI Strategy Neutral... 5 5. AI Strategy Balanced...

Plus en détail

ALPHA VERSUS BÊTA. Ksenya Rulik. Décembre 2008

ALPHA VERSUS BÊTA. Ksenya Rulik. Décembre 2008 Décembre 2008 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers et actifs risqués 2 3 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers et actifs risqués 2 3 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers

Plus en détail

PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE. Evaluation d une Stratégie de Trading

PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE. Evaluation d une Stratégie de Trading PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE Evaluation d une Stratégie de Trading Encadré par M. Philippe Bernard Master 1 Economie Appliquée-Ingénierie Economique et Financière Taylan Kunal 2011-2012 Sommaire 1) Introduction

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

Chapitre 13 - Le MEDAF

Chapitre 13 - Le MEDAF Chapitre 13 - Le MEDAF Plan Présentation et utilité du Medaf Deux propositions Tous les individus investissent dans le portefeuille de marché Les individus n'investissent pas dans les mêmes proportions

Plus en détail

JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund

JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund Un placement obligataire flexible et une exposition pilotée aux taux d intérêt Insight + Process = Results Sortir de la gestion obligataire classique Après

Plus en détail

INFORM GESTION DE FORTUNE ACTIVE OU PASSIVE? INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION

INFORM GESTION DE FORTUNE ACTIVE OU PASSIVE? INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION 1 2002 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION GESTION DE FORTUNE ACTIVE OU PASSIVE? On prône souvent en faveur de la gestion de fortune passive en arguant que la plupart

Plus en détail

Méthodes de la gestion indicielle

Méthodes de la gestion indicielle Méthodes de la gestion indicielle La gestion répliquante : Ce type de gestion indicielle peut être mis en œuvre par trois manières, soit par une réplication pure, une réplication synthétique, ou une réplication

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels Qu est-ce que le ratio cours/valeur comptable P/B ratio? Ce ratio sert à comparer la valeur de marché d une action à sa valeur comptable. Il se calcule en divisant le cours de clôture d une action par

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS Ce chapitre est consacré à la valorisation par les cash flows actualisés ou DCF. Cette méthode est basée sur la capacité d une entreprise à générer des flux

Plus en détail

Gestion indicielle la gestion indicielle

Gestion indicielle la gestion indicielle Gestion indicielle À côté de la gestion active des investissements, une autre approche gagne du terrain : la gestion indicielle. Cette forme de gestion vise à obtenir un rendement conforme au marché, au

Plus en détail

Pour pouvoir appliquer la méthode «Par», l obligation doit avoir une cotation directe sur le marché, c est-à-dire, un prix. C 2

Pour pouvoir appliquer la méthode «Par», l obligation doit avoir une cotation directe sur le marché, c est-à-dire, un prix. C 2 Méthode Par: La méthode «par» consiste tout simplement à valoriser une obligation en multipliant son prix de marché par le montant nominal : Valeur de marché = prix * montant nominal. La valeur obtenue

Plus en détail

Méthodologies et Glossaire

Méthodologies et Glossaire Caractéristiques Précisions Calculs de performance 1.Performance 2.Performance relative 1.Volatilité 2.Tracking error 3.Ratio d'information 4.Bêta 5.Alpha 6.Ratio de Sharpe 7.Sensibilité Indicateurs de

Plus en détail

Chapitre 15 Options et actifs conditionnels. Plan

Chapitre 15 Options et actifs conditionnels. Plan Chapitre 15 Options et actifs conditionnels Plan Fonctionnement des options Utilisation des options La parité put-call Volatilité et valeur des options Les modèles de détermination de prix d option Modèle

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Question 1: Analyse et évaluation des obligations (56 points) Vous travaillez pour le département de trésorerie d une banque internationale. L établissement bénéficie d une très bonne réputation et peut

Plus en détail

Examen Gestion d Actifs

Examen Gestion d Actifs ESILV 2012 D. Herlemont Gestion d actifs Examen Gestion d Actifs 2 pt 1. On considère un portefeuille investi dans n actifs risqués, normalement distribués d espérance en excès du taux sans risque µ =

Plus en détail

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Table des matières 1 Cœur-satellite : une méthode de placement efficace 3 Avantages d une gestion indicielle pour le cœur du portefeuille 6 La

Plus en détail

Directives CHS PP D 05/2013. Chiffres-clés déterminants et autres renseignements devant être fournis par les fondations de placement

Directives CHS PP D 05/2013. Chiffres-clés déterminants et autres renseignements devant être fournis par les fondations de placement français Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives CHS PP D 05/2013 Chiffres-clés déterminants et autres renseignements devant être fournis par les fondations

Plus en détail

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15 Notations courantes............................................................. Préface à l édition française.................................................... Les auteurs.........................................................................

Plus en détail

Directives de placement

Directives de placement Directives de placement Valables dès le 1 er novembre 2014 Page 1 de 12 Directives de placement Les directives de placement suivantes sont édictées sur la base de l art. 12, al. 4 des statuts de VZ Fondation

Plus en détail

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures EDC Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier Durée de l épreuve : 2 heures Calculatrice autorisée Pas de documentation autorisée Notation Questions à choix multiples (25) Une

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Federal Obligation Moyen Terme IR (Part CI)

Federal Obligation Moyen Terme IR (Part CI) Obligation Orientation de gestion Code Isin : FR0010207548 Nature juridique : Organisme de Placements Collectif en Valeurs Mobilières Date de création du fonds : 15/05/1980 Fonds nourricier : Non Zone

Plus en détail

http://www.octo am.com UNE VISION INDEPENDANTE DES MARCHES DE CREDIT

http://www.octo am.com UNE VISION INDEPENDANTE DES MARCHES DE CREDIT UNE VISION INDEPENDANTE DES MARCHES DE CREDIT L EQUIPE Matthieu BAILLY, Associé - Gérant Matthieu est gérant des fonds obligataires et RCCI. Diplômé d Audencia, il bénéficie de 10 ans d expérience sur

Plus en détail

IST ACTIONS EMERGING MARKETS

IST ACTIONS EMERGING MARKETS IST ACTIONS EMERGING MARKETS Octobre 2012 1 Table des matières IST ACTIONS EMERGING MARKETS Investment Case & historique page 3 L expertise de Quoniam Asset Management page 7 Philosophie et processus d

Plus en détail

Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille

Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille I. Notions de rentabilité et de risque II. Diversification de portefeuille III. Optimisation de Markowitz III.1. Portefeuilles composés d actifs risqués

Plus en détail

Stratégies. www.lyxoretf.fr

Stratégies. www.lyxoretf.fr Stratégies www.lyxoretf.fr Les trackers sont apparus dès le début des années 90 aux États- Unis sous le nom d ETF, ou "Exchange Traded Funds" (littéralement fonds négociables en bourse). Le premier tracker

Plus en détail

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles LE CERCLE INVESCO 006 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management Section 01 Section 0 Section 03 Les principaux indicateurs

Plus en détail

Les key rate durations surpassent la duration modifiée

Les key rate durations surpassent la duration modifiée Mesurer et gérer l impact d une modification de la structure des taux d intérêt nécessitent des outils adaptés. Les sont une réponse pertinente. Les key rate durations surpassent la duration modifiée Si

Plus en détail

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation Présentation du Plan de Marché Trival Associés en Finance : Trival et ses utilisations Une base de données financières reposant sur les prévisions menées par notre équipe indépendante d analystes financiers

Plus en détail

Gestion de portefeu ille

Gestion de portefeu ille CYCLE SUPERIEUR AUDIT ET CONTRÔLE DE GESTIO Semestre : 8 Module : Gestion de portefeu ille Évaluation des actifs à revenu fixe I- Mesure du rendement des obligations II- Les risques de placement des titres

Plus en détail

Le marché français de la gestion d actifs financiers

Le marché français de la gestion d actifs financiers 05/Bertrand/154 29/03/05 14:10 Page 59 FINANCE PAR PHILIPPE BERTRAND, PATRICK ROUSSEAU L attribution de performance en gestion de portefeuille L objet de cet article est de reprendre la méthodologie de

Plus en détail

INTRODUCTION. Stratégie de gestion de portefeuille obligataire (Notes pédagogiques) Notes produites par Kodjovi ASSOÉ.

INTRODUCTION. Stratégie de gestion de portefeuille obligataire (Notes pédagogiques) Notes produites par Kodjovi ASSOÉ. Stratégie de gestion de portefeuille obligataire (Notes pédagogiques) Notes produites par Kodjovi ASSOÉ. INTRODUCTION Les obligations occupent une place prépondérante dans le portefeuille de plusieurs

Plus en détail

Examen Gestion de portefeuille

Examen Gestion de portefeuille ESC Toulouse 2005 D. Herlemont Mastère BIF Examen Gestion de portefeuille Durée : 2 heures Les documents ne sont pas autorisés. Pour les questions à choix multiples, une ou plusieurs réponses peuvent être

Plus en détail

Expertise Crédit Euro. La sélection de titres au coeur de la performance de notre gestion. Décembre 2014

Expertise Crédit Euro. La sélection de titres au coeur de la performance de notre gestion. Décembre 2014 Expertise Crédit Euro La sélection de titres au coeur de la performance de notre gestion Décembre 2014 destiné à des investisseurs professionnels au sens de la Directive Européenne MIF Performance cumulée

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX Université d Evry Val d Essonne Séance 5. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX Université d Evry Val d Essonne Séance 5. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES TAUX Université d Evry Val d Essonne Séance 5 Philippe PRIAULET Mise en place et mesure de performance de stratégies obligataires Introduction 1- La notion de paris sur la courbe

Plus en détail

HI Numen Credit Fund. Rapport Octobre 2015. Via Vittor Pisani 22-20124 Milano tel. +39 02 667441 - fax. +39 02 6674450 www.hedgeinvest.

HI Numen Credit Fund. Rapport Octobre 2015. Via Vittor Pisani 22-20124 Milano tel. +39 02 667441 - fax. +39 02 6674450 www.hedgeinvest. Un compartiment de Hedge Invest International Funds plc, une société d investissement à capital variable composée de différents compartiments dont chacun a trait à un portefeuille d avoirs distincts administrés

Plus en détail

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque,

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque, Devant des valeurs à risque, quel mode d emploi? Dans les sciences exactes, la précision est reine. Pas en économie où il est difficile de quantifier certaines variables. Notamment le risque qui n est

Plus en détail

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015 Point de Analyse vue sur le marché du pétrole Septembre 2015 Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Les investisseurs en obligations ne seront pas étonnés de

Plus en détail

Avec Skandia Euro Guaranteed Fund 2012 Maîtrisez les yo-yo des marchés financiers

Avec Skandia Euro Guaranteed Fund 2012 Maîtrisez les yo-yo des marchés financiers Avec Skandia Euro Guaranteed Fund 2012 Maîtrisez les yo-yo des marchés financiers Skandia 1, 1, rue de la la Pépinière 75008 PARIS Tél : 01 58 22 27 00 Fax : 01 58 22 27 09 E-mail : servicepartenaires@skandia.fr

Plus en détail

Chapitre 2 L actualisation... 21

Chapitre 2 L actualisation... 21 III Table des matières Avant-propos Remerciements.... Les auteurs... XI XII Chapitre 1 L intérêt.... 1 1. Mise en situation.... 1 2. Concept d intérêt... 1 2.1. L unité de temps... 2 2.2. Le taux d intérêt...

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour 2010

Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour 2010 Cote du document: EB 2011/2/R.37 Point de l'ordre du jour: 20 c) i) Date: 1 er avril 2011 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour 20 Note pour

Plus en détail

La gestion à cliquets appliquée au secteur des obligations

La gestion à cliquets appliquée au secteur des obligations Si l utilisation de la gestion à cliquets sur les marchés des actions est relativement familière du grand public, son application aux obligations reste souvent méconnue. La gestion à cliquets appliquée

Plus en détail

Quelle allocation d actifs sous Solvency II?

Quelle allocation d actifs sous Solvency II? www.cpr-am.fr Quelle allocation d actifs sous Solvency II? Xavier AGENOS Directeur ALTM CA ASSURANCES Arnaud FALLER Directeur des Investissements CPR AM Conférence ARGUS de l Assurance Mercredi 24 novembre

Plus en détail

Informations aux porteurs d Equi-Actions Rendement

Informations aux porteurs d Equi-Actions Rendement Informations aux porteurs d Equi-Actions Rendement Paris, le 7 mars 2013 Monsieur, Vous êtes porteurs du FCP Equi-Actions Rendement (A-FR0010612234) (B-FR0010614628) et nous vous remercions de la confiance

Plus en détail

Note finale:... Q1 :... Q2 :... Q3 :... Q4 :... Bonus :... Total :...

Note finale:... Q1 :... Q2 :... Q3 :... Q4 :... Bonus :... Total :... FACULTE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L'UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeurs : D. Andrei C. Bobtcheff Matière : Principes généraux de finance Session : Automne 2012 Informations générales: o Documentation

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain

Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine Février 0 On considère un univers de titres constitué

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement...

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement... III Table des matières Avant-propos Remerciements................................. Les auteurs..................................... Chapitre 1 L intérêt............................. 1 1. Mise en situation...........................

Plus en détail

JPMorgan Investment Funds Société d Investissement à Capital Variable (la «SICAV») de droit Luxembourgeois Registered Office:

JPMorgan Investment Funds Société d Investissement à Capital Variable (la «SICAV») de droit Luxembourgeois Registered Office: JPMorgan Investment Funds Société d Investissement à Capital Variable (la «SICAV») de droit Luxembourgeois Registered Office: European Bank & Business Centre, 6 route de Trèves, L-2633 Senningerberg, Grand

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 21 mars 2013 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du Guide de l utilisateur du GLOBAL ANALYZER LES «RAPPORTS» 1 La partie «Signalétique» 1 La partie «Diagnostic» 1 La partie«conclusions» 1 Le profil de la société 2 Les autres mesures : 2 LA SECTION VALORISATION

Plus en détail

A la recherche de rendement. Les obligations Haut Rendement. Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit. Juin 2014

A la recherche de rendement. Les obligations Haut Rendement. Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit. Juin 2014 A la recherche de rendement Les obligations Haut Rendement Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit Juin 2014 Des taux historiquement bas Un taux allemand à 10 ans aujourd hui inférieur à 2 % < 2

Plus en détail

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9 La capitalisation boursière 3 Le volume des transactions 5 Le flottant 7 Les indices boursiers 9 Le Price Earning Ratio & Taux de rendement des actions 11 (Dividend Yield) Lire le bilan d une entreprise

Plus en détail

Lancement du fonds Pictet-Absolute Return Fixed Income

Lancement du fonds Pictet-Absolute Return Fixed Income Lancement du fonds Pictet-Absolute Return Fixed Income Synthèse de la conférence animée par Andres Sanchez Balcazar le 21 janvier Frédéric Rollin Janvier 2014 Pour lutter contre la déflation, la Banque

Plus en détail

1875 FINANCE GESTION INSTITUTIONNELLE ENSEMBLE, INVESTISSONS SUR DES BASES DIFFÉRENTES

1875 FINANCE GESTION INSTITUTIONNELLE ENSEMBLE, INVESTISSONS SUR DES BASES DIFFÉRENTES 1875 FINANCE GESTION INSTITUTIONNELLE ENSEMBLE, INVESTISSONS SUR DES BASES DIFFÉRENTES Nous proposons aux investisseurs institutionnels d aborder différemment la gestion de leurs actifs, pour mieux répondre

Plus en détail

Amundi Oblig Internationales

Amundi Oblig Internationales Amundi Oblig Internationales Une gestion obligataire de convictions Janvier 2014 Document à usage strictement professionnel au sens de la Directive Européenne MIF Amundi Oblig Internationales Une approche

Plus en détail

INFORM OBLIGATIONS DE PREMIÈRE QUALITÉ ET OBLIGATIONS À HAUT RENDEMENT: AUGMENTER LE RENDEMENT ET DIMINUER LE RISQUE GRÂCE À UNE JUSTE COMBINAISON

INFORM OBLIGATIONS DE PREMIÈRE QUALITÉ ET OBLIGATIONS À HAUT RENDEMENT: AUGMENTER LE RENDEMENT ET DIMINUER LE RISQUE GRÂCE À UNE JUSTE COMBINAISON 2 2002 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION OBLIGATIONS DE PREMIÈRE QUALITÉ ET OBLIGATIONS À HAUT RENDEMENT: AUGMENTER LE RENDEMENT ET DIMINUER LE RISQUE GRÂCE À UNE

Plus en détail

Le passage de l'embedded Value à l'economic Value

Le passage de l'embedded Value à l'economic Value Le passage de l'embedded Value à l'economic Value Une meilleure prise en compte des options et des garanties Ferdia Byrne, Claire Lasvergnas 23 septembre 2003 Les principes L'application Le marché français

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) 08.11.2013 Plan du cours Espérance de rentabilité d un portefeuille Volatilité d un portefeuille Choix du portefeuille efficient Prise en compte de l actif

Plus en détail

Estimations définitives des prix pour les bobines d acier laminé à chaud européens, reconnues par le secteur

Estimations définitives des prix pour les bobines d acier laminé à chaud européens, reconnues par le secteur Estimations définitives des prix pour les bobines d acier laminé à chaud européens, reconnues par le secteur Marchés concernés Rejoignez la tendance Si vous êtes activement impliqué sur le marché des tôles

Plus en détail

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005 La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans 1. Le besoin d obligations à très long terme 2. L opinion des investisseurs 3. L approche de l AFT 1 1. Le besoin d obligations

Plus en détail

Des solutions performantes pour une prise de risque pertinente : 60 années d expérience de la gestion obligataire. Obligations

Des solutions performantes pour une prise de risque pertinente : 60 années d expérience de la gestion obligataire. Obligations Obligations Des solutions performantes pour une prise de risque pertinente : 60 années d expérience de la gestion obligataire L environnement de la gestion obligataire a été compliqué par les politiques

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

L allocation d actifs dans un environnement de taux bas

L allocation d actifs dans un environnement de taux bas L allocation d actifs dans un environnement de taux bas Novembre 2015 Christophe Belhomme, Head of Investment Office Sandra Craignou, Head of Investments (France) Aberdeen Asset Management Réservé aux

Plus en détail

CONCEPT ACTIVE BOND SELECTION. Anticiper l évolution d un marché obligataire en mutation

CONCEPT ACTIVE BOND SELECTION. Anticiper l évolution d un marché obligataire en mutation CONCEPT ACTIVE BOND SELECTION Anticiper l évolution d un marché obligataire en mutation La stratégie Buy-and-hold s est révélée gagnante L objectif d un investisseur en obligations est de bénéficier d

Plus en détail

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF LE 20 NOVEMBRE 2014 Sébastien Naud, CFA, M.Sc. Conseiller principal L investissement guidé par le passif Conférenciers

Plus en détail

Un Modèle d'evaluation des Obligations à Taux Variable à Partir de la Courbe des Taux Zéro-Coupons des Emprunts d Etat. Résumé

Un Modèle d'evaluation des Obligations à Taux Variable à Partir de la Courbe des Taux Zéro-Coupons des Emprunts d Etat. Résumé Un Modèle d'evaluation des Obligations à Taux Variable à Partir de la Courbe des Taux Zéro-Coupons des Emprunts d Etat Pierre Valentin Compagnie Parisienne de Réescompte, 4 rue Cité de Londres, 75009 Paris,

Plus en détail

CHAPITRE I - REGLEMENT DE GESTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE ALLIANZ RENDEMENT 2017.

CHAPITRE I - REGLEMENT DE GESTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE ALLIANZ RENDEMENT 2017. Table de matière CHAPITRE I - REGLEMENT DE GESTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE ALLIANZ RENDEMENT 2017... 3 CHAPITRE II AUTRES DISPOSITIONS RELATIVES AU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE... 6 1. Gestion

Plus en détail

Table des matières. l a r c i e r

Table des matières. l a r c i e r Chapitre 1 Introduction... 1 1.1. Objectifs et structure du livre.... 1 1.2. Qu est-ce que la gestion de portefeuille?.... 2 1.3. Qu est-ce que «investir»?.... 3 1.4. Canalisation des flux d épargne et

Plus en détail

Mesures de performance

Mesures de performance Mesures de performance Présenter les mesures de performance d'un portefeuille. Analyser la performance implique de : indiquer la rentabilité réalisée (performance «absolue») tenir compte des objectifs

Plus en détail

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE Dashboard Economique de la zone Euro Notre tableau de bord vise à aider les investisseurs à comprendre l état de santé économique de la zone Euro. Ce document ne saurait et n a pas vocation à prédire la

Plus en détail

UFF OBLIGATIONS 3-5 (part A)

UFF OBLIGATIONS 3-5 (part A) LETTRE AUX PORTEURS Paris, le 23 octobre 2015 Objet : UFF OBLIGATIONS 3-5 Madame, Monsieur, Nous vous informons que LA FRANÇAISE ASSET MANAGEMENT, actuellement société de gestion par délégation de votre

Plus en détail

Les obligations «High Yield «

Les obligations «High Yield « Informations réservées exclusivement aux distributeurs de fonds et aux investisseurs institutionnels. Les obligations «High Yield «Un rendement obligataire élevé pour un risque de crédit acceptable. Analysis

Plus en détail

Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds

Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds Inform informations générales pour les investisseurs institutionnels 3 e trimestre 2006 Swisscanto le centre de compétence des Banques Cantonales

Plus en détail

Stratégies de négociation SXM MC Contrats à terme mini sur l indice S&P/TSX 60 MC

Stratégies de négociation SXM MC Contrats à terme mini sur l indice S&P/TSX 60 MC Stratégies de négociation SXM MC Contrats à terme mini sur l indice S&P/TSX 60 MC Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique

Plus en détail

Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle

Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle Philippe Bernard Ingénierie Economique& Financière Université Paris-Dauphine mars 2013 Les premiers fonds indiciels futent lancés aux Etats-Unis par

Plus en détail

Stratégies Quantitatives de Gestion

Stratégies Quantitatives de Gestion Stratégies Quantitatives de Gestion Thierry Roncalli 6 février 2012 Merci de rédiger entièrement vos réponses et de fournir les fichiers Excel. 1 Construction d un backtest 1. Quelle est la différence

Plus en détail

LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan. Paper Audit & Conseil 1

LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan. Paper Audit & Conseil 1 LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan Paper Audit & Conseil 1 Sommaire 1. Définition de la relation de couverture 2. Le swap

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Dérivés Financiers Contrats à terme

Dérivés Financiers Contrats à terme Dérivés Financiers Contrats à terme Mécanique des marchés à terme 1) Supposons que vous prenez une position courte sur un contrat à terme, pour vendre de l argent en juillet à 10,20 par once, sur le New

Plus en détail

Directives de placement. Helvetia Fondation de placement. Edition 2014. Votre fondation de placement suisse.

Directives de placement. Helvetia Fondation de placement. Edition 2014. Votre fondation de placement suisse. Directives de placement Helvetia Fondation de placement Edition 0 Votre fondation de placement suisse. Directives de placement Principes généraux Le conseil de fondation adopte les directives de placement

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen

THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen N.B. : Il faut toujours justifier sa réponse. 1. Qu'est-ce que l'axiomatique de Von Neumann et Morgenstern? La représentation des préférences des investisseurs

Plus en détail