Allocation Robuste et Restrictions sur les Contributions au Risque

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Allocation Robuste et Restrictions sur les Contributions au Risque"

Transcription

1 Allocation Robuste et Restrictions sur les Contributions au Risque QuantValley/QMI Workshop, Geneve, 26 Septembre, /33

2 Les contributions du papier: Nous définissons des portefeuilles Risk Parity pour des mesures de risque générales: Value-at-Risk, Expected Shortfall,... We proposons une interprétation dynamique des portefeuilles Risk Parity avec une interprétation en termes de coûts de transaction Nous considérons des restrictions sur les contributions des composantes marché du risque 2/33

3 Les principaux résultats du papier: Les contributions au risque des composantes marché sont variables dans le temps Controler ces contributions permet de réduire le taux de rotation des portefeuilles Un gestion plus efficace des risques d un portefeuille passe par le traitement différencié des composantes marché et idiosyncratique 3/33

4 Plan de la présentation 1 Allocation Risk Parity Dynamique /33

5 1. Allocation Risk Parity Dynamique 5/33

6 Qu est ce qu une mesure de risque? 6/33

7 Qu est ce qu une mesure de risque? On considère un portefeuille composé de n actifs risqués: w = (w 1,..., w n ) où w i désigne le poids de l actif i dans ce portefeuille 6/33

8 Qu est ce qu une mesure de risque? On considère un portefeuille composé de n actifs risqués: w = (w 1,..., w n ) où w i désigne le poids de l actif i dans ce portefeuille Le rendement du portefeuille est: w y = n w i y i i=1 où y i est le rendement de l actif i 6/33

9 Le risque de ce portefeuille est alors mesuré par le scalaire R(w), qui dépend du vecteur des poids w 7/33

10 Le risque de ce portefeuille est alors mesuré par le scalaire R(w), qui dépend du vecteur des poids w Exemples de mesures de risque: Volatilité: R(w) = (w Ωw) 1/2 7/33

11 Le risque de ce portefeuille est alors mesuré par le scalaire R(w), qui dépend du vecteur des poids w Exemples de mesures de risque: Volatilité: R(w) = (w Ωw) 1/2 Value-at-Risk Gaussienne: R(w) = q α (w Ωw) 1/2 ω µ 7/33

12 Le risque de ce portefeuille est alors mesuré par le scalaire R(w), qui dépend du vecteur des poids w Exemples de mesures de risque: Volatilité: R(w) = (w Ωw) 1/2 Value-at-Risk Gaussienne: R(w) = q α (w Ωw) 1/2 ω µ Value-at-Risk, Expected Shortfall... 7/33

13 Comment obtient-on les contributions au risque? 8/33

14 Comment obtient-on les contributions au risque? Les mesures de risque classiques satisfont la propriété d homogénéité: R(λw) = λr(w) quel que soit λ positif 8/33

15 Comment obtient-on les contributions au risque? Les mesures de risque classiques satisfont la propriété d homogénéité: R(λw) = λr(w) quel que soit λ positif En dérivant, nous obtenons pour λ = 1: (Formule d Euler) R(w) = n i=1 w i R(w) w i = n R i (w) i=1 8/33

16 Comment obtient-on les contributions au risque? Les mesures de risque classiques satisfont la propriété d homogénéité: R(λw) = λr(w) quel que soit λ positif En dérivant, nous obtenons pour λ = 1: (Formule d Euler) R(w) = n i=1 w i R(w) w i = n R i (w) i=1 Chaque terme R i (w) s interprète comme la contribution de l actif i au risque R(w) 8/33

17 Qu est ce qu un portefeuille Risk Parity? 9/33

18 Qu est ce qu un portefeuille Risk Parity? L idée est de controler les contributions au risque de chaque actif 9/33

19 Qu est ce qu un portefeuille Risk Parity? L idée est de controler les contributions au risque de chaque actif L allocation est alors solution du système: R i (w) = λπ i, i = 1,..., n (1) où π = (π 1,..., π n ) s interprète comme un portefeuille benchmark 9/33

20 Les portfeuilles Risk Parity [Scherer (2007), Maillard et al. (2010)...] correspondent au portefeuille benchmark π i = 1/n avec comme mesure de risque la volatilité 10/33

21 Les portfeuilles Risk Parity [Scherer (2007), Maillard et al. (2010)...] correspondent au portefeuille benchmark π i = 1/n avec comme mesure de risque la volatilité MAIS 10/33

22 Les portfeuilles Risk Parity [Scherer (2007), Maillard et al. (2010)...] correspondent au portefeuille benchmark π i = 1/n avec comme mesure de risque la volatilité MAIS 1. D autres mesures de risque que la volatilité peuvent etre plus adaptée 10/33

23 Les portfeuilles Risk Parity [Scherer (2007), Maillard et al. (2010)...] correspondent au portefeuille benchmark π i = 1/n avec comme mesure de risque la volatilité MAIS 1. D autres mesures de risque que la volatilité peuvent etre plus adaptée 2. D autres portefeuilles que l équipondéré peuvent servir de portefeuille benchmark 10/33

24 1. Peut-on calculer les contributions dans le cas général? 11/33

25 1. Peut-on calculer les contributions dans le cas général? Volatilité: R i (w) = Cov(w iy i, w y) V (w y) 11/33

26 1. Peut-on calculer les contributions dans le cas général? Volatilité: R i (w) = Cov(w iy i, w y) V (w y) Value-at-Risk: R i (w) = E[w i y i w y = q α (w y)] 11/33

27 1. Peut-on calculer les contributions dans le cas général? Volatilité: R i (w) = Cov(w iy i, w y) V (w y) Value-at-Risk: R i (w) = E[w i y i w y = q α (w y)] Expected Shortfall: R i (w) = E[w i y i w y > q α (w y)] 11/33

28 1. Peut-on calculer les contributions dans le cas général? Volatilité: R i (w) = Cov(w iy i, w y) V (w y) Value-at-Risk: R i (w) = E[w i y i w y = q α (w y)] Expected Shortfall: R i (w) = E[w i y i w y > q α (w y)] Chaque expression de R i (w) a une interprétation financière différente: on peut donc choisir la mesure de risque la plus appropriée 11/33

29 2. Quel est le bon portefeuille benchmark? 12/33

30 2. Quel est le bon portefeuille benchmark? Les portefeuilles Risk Parity portfolios définis par le système (1) sont également solutions du problème d optimisation min (w 1,...,w n) R(w) + λ 2 n i=1 pour différentes valeurs du paramètre λ ( ) πi π i ln w i (2) 12/33

31 2. Quel est le bon portefeuille benchmark? Les portefeuilles Risk Parity portfolios définis par le système (1) sont également solutions du problème d optimisation min (w 1,...,w n) R(w) + λ 2 n i=1 pour différentes valeurs du paramètre λ ( ) πi π i ln w i (2) Preuve: La condition du premier ordre de (2) correspond au système (1) 12/33

32 Dans un cadre statique, π = (π 1,..., π n ) correspond aux vues du gérant sur chaque actif de son portfeuille, et w = arg min w R(w) + λ n i=1 où λ controle la confiance mise dans les vues: ( ) πi π i ln w i 13/33

33 Dans un cadre statique, π = (π 1,..., π n ) correspond aux vues du gérant sur chaque actif de son portfeuille, et w = arg min w R(w) + λ n i=1 où λ controle la confiance mise dans les vues: On s écarte peu de π lorsque λ ( ) πi π i ln w i 13/33

34 Dans un cadre statique, π = (π 1,..., π n ) correspond aux vues du gérant sur chaque actif de son portfeuille, et w = arg min w R(w) + λ n i=1 où λ controle la confiance mise dans les vues: On s écarte peu de π lorsque λ On s écarte beaucoup de π lorsque λ 0 ( ) πi π i ln w i 13/33

35 Dans un cadre dynamique (avec des mesure de risque fonction du temps), le choix naturel est: et π i = w t 1,i wt = arg min R t (w t ) + λ w t n ( w ) wt 1,i t 1,i ln i=1 w t,i où λ controle la vitesse de convergence du portefeuille optimal vers le portefeuille de variance minimale 14/33

36 Dans un cadre dynamique (avec des mesure de risque fonction du temps), le choix naturel est: et π i = w t 1,i wt = arg min R t (w t ) + λ w t n ( w ) wt 1,i t 1,i ln i=1 w t,i où λ controle la vitesse de convergence du portefeuille optimal vers le portefeuille de variance minimale Les ajustements du portefeuille courant se font en plusieurs étapes pour: de gros portefeuilles institutionnels des portefeuilles investis en actifs illiquides 14/33

37 2. 15/33

38 L univers d investissement Futures contracts on physical commodities, 5 secteurs : Energy (4) Grains & Seeds (5) Softs (5) Live Stock (2) Metals (5) Total : 21 séries Daily close du 14 Mai 1990 au 24 Septembre /33

39 Secteur Grains & Seeds 17/33

40 VaR Parity portfolio (re)allocation On compare le portefeuille optimal VaR Parity avec 3 portefeuilles classiques: Portefeuille Equi-pondéré Portefeuille Minimum Variance Portefeuille Volatility Parity 18/33

41 VaR Parity portfolio (re)allocation On compare le portefeuille optimal VaR Parity avec 3 portefeuilles classiques: Portefeuille Equi-pondéré Portefeuille Minimum Variance Portefeuille Volatility Parity Pour les 4 portfeuilles, nous donnons: Figure 1: les poids de chaque actif dans le portfeuille Figure 2: les contributions de chaque actif à la VaR du portefeuille 18/33

42 19/33

43 20/33

44 3. 21/33

45 Risque de marché et risque idiosyncratique La régulation financière fixe différents niveaux de Capitaux Requis (CR) pour les composantes marché et idiosyncratique 22/33

46 Risque de marché et risque idiosyncratique La régulation financière fixe différents niveaux de Capitaux Requis (CR) pour les composantes marché et idiosyncratique Pourquoi? Si le second élément peut facilement se diversifier, le premier ne peut etre éliminer par diversification 22/33

47 Risque de marché et risque idiosyncratique La régulation financière fixe différents niveaux de Capitaux Requis (CR) pour les composantes marché et idiosyncratique Pourquoi? Si le second élément peut facilement se diversifier, le premier ne peut etre éliminer par diversification Alors? De manière similaire, un gérant de portefeuille doit pouvoir prendre en compte différemment ces deux composantes 22/33

48 Considérons le modèle à facteur suivant: y i = β i f + σ i u i, i = 1,..., n f : facteur commun β i : sensibilité du rendement de l actif au facteur commun u i : terme idiosyncratique 23/33

49 Considérons le modèle à facteur suivant: y i = β i f + σ i u i, i = 1,..., n f : facteur commun β i : sensibilité du rendement de l actif au facteur commun u i : terme idiosyncratique Au niveau du portefeuille: ( n ) n w y = w i β i f + w i σ i u i i=1 i=1 23/33

50 Contributions au risque - marché et idiosyncratique Assets Market Idiosyncratic Total contrib contrib contrib 1 R 1 (w).. i R is (w) R iu (n) R i (w).. n R n (w) Total R s (w) R u (w) R(w) 24/33

51 Contraintes sur les contributions marché Nous devons résoudre le problème d optimisation: min R(w) subject to R s(w) = πr(w) w qui mixe une minimisation du risque et une contrainte sur les contributions au risque 25/33

52 Contraintes sur les contributions marché Nous devons résoudre le problème d optimisation: min R(w) subject to R s(w) = πr(w) w qui mixe une minimisation du risque et une contrainte sur les contributions au risque Ce problème est équilavent à: min w R2 (w) + δ[(1 π)r s (w) πr u (w)] 2 Ensemble de portefeuilles indexés par les deux paramètres δ et π 25/33

53 Comment choisir ces 2 paramètres? 26/33

54 Comment choisir ces 2 paramètres? δ est un paramètre de lissage: Portefeuille Minimum VaR portfolio quand δ 0 Portfeuille Risk Parity quand δ 26/33

55 Comment choisir ces 2 paramètres? δ est un paramètre de lissage: Portefeuille Minimum VaR portfolio quand δ 0 Portfeuille Risk Parity quand δ π controle la neutralité au marché: Market neutral ou α portfolio quand π 0 Index ou β portfolio quand π 1 26/33

56 4. 27/33

57 Market controlled Parity portfolios Nous comparons 9 (3 x 3) portefeuilles optimaux pour différentes valeurs δ and π pour le secteur Grains & Seeds 28/33

58 Market controlled Parity portfolios Nous comparons 9 (3 x 3) portefeuilles optimaux pour différentes valeurs δ and π pour le secteur Grains & Seeds Pour les 9 portfeuilles, nous donnons: Figure 1: les poids de chaque actif dans le portefeuille Figure 2: les contributions marché de chaque actif à la VaR du portefeuille 28/33

59 Market controlled Parity portfolios Nous comparons 9 (3 x 3) portefeuilles optimaux pour différentes valeurs δ and π pour le secteur Grains & Seeds Pour les 9 portfeuilles, nous donnons: Figure 1: les poids de chaque actif dans le portefeuille Figure 2: les contributions marché de chaque actif à la VaR du portefeuille Chaque ligne correspond à une valeur fixée de π (0%, 20%, 50%) Chaque colonne correspond à une valeur fixée de δ (10, 50, 100) 28/33

60 1 Min VaR(5%) Syst/Idio PTF for grains π=0% ; δ=10 ; λ=1 1 Min VaR(5%) Syst/Idio PTF for grains π=0% ; δ=50 ; λ=1 1 Min VaR(5%) Syst/Idio PTF for grains π=0% ; δ=100 ; λ=1 0.9 corn rice soybeanoil soybeans wheat corn 0.6 corn rice soybeanoil 0.5 rice soybeanoil soybeans soybeans wheat 0.4 wheat Jan95 Jul97 Jan00 Jul02 Jan05 Jul07 Jan10 Jul12 0 Jan95 Jul97 Jan00 Jul02 Jan05 Jul07 Jan10 Jul12 0 Jan95 Jul97 Jan00 Jul02 Jan05 Jul07 Jan10 Jul12 1 Min VaR(5%) Syst/Idio PTF for grains π=20% ; δ=10 ; λ=1 1 Min VaR(5%) Syst/Idio PTF for grains π=20% ; δ=50 ; λ=1 1 Min VaR(5%) Syst/Idio PTF for grains π=20% ; δ=100 ; λ=1 0.9 corn rice 0.9 corn rice soybeanoil soybeans 0.8 soybeanoil soybeans 0.8 wheat wheat corn rice soybeanoil soybeans wheat Jan95 Jul97 Jan00 Jul02 Jan05 Jul07 Jan10 Jul12 0 Jan95 Jul97 Jan00 Jul02 Jan05 Jul07 Jan10 Jul12 0 Jan95 Jul97 Jan00 Jul02 Jan05 Jul07 Jan10 Jul12 1 Min VaR(5%) Syst/Idio PTF for grains π=50% ; δ=10 ; λ=1 1 Min VaR(5%) Syst/Idio PTF for grains π=50% ; δ=50 ; λ=1 1 Min VaR(5%) Syst/Idio PTF for grains π=50% ; δ=100 ; λ=1 0.9 corn rice 0.9 corn rice soybeanoil soybeans 0.8 soybeanoil soybeans 0.8 wheat wheat corn rice soybeanoil soybeans wheat / Jan95 Jul97 Jan00 Jul02 Jan05 Jul07 Jan10 Jul12 Jan95 Jul97 Jan00 Jul02 Jan05 Jul07 Jan10 Jul12 Jan95 Jul97 Jan00 Jul02 Jan05 Jul07 Jan10 Jul12

61 Min VaR(5%) Syst. Contrib to Total for grains π=0% ; δ=10 ; λ=1 Min VaR(5%) Syst. Contrib to Total for grains π=0% ; δ=50 ; λ= Min VaR(5%) Syst. Contrib to Total for grains π=0% ; δ=100 ; λ=1 0.9 corn rice 0.9 corn rice 0.9 corn rice 0.8 soybeanoil soybeans 0.8 soybeanoil soybeans 0.8 soybeanoil soybeans wheat wheat wheat Jan95 Jul97 Jan00 Jul02 Jan05 Jul07 Jan10 Jul12 0 Jan95 Jul97 Jan00 Jul02 Jan05 Jul07 Jan10 Jul12 0 Jan95 Jul97 Jan00 Jul02 Jan05 Jul07 Jan10 Jul12 1 Min VaR(5%) Syst. Contrib to Total for grains π=20% ; δ=10 ; λ=1 1 Min VaR(5%) Syst. Contrib to Total for grains π=20% ; δ=50 ; λ=1 Min VaR(5%) Syst. Contrib to Total for grains π=20% ; δ=100 ; λ= corn rice 0.9 corn rice 0.9 corn rice 0.8 soybeanoil soybeans 0.8 soybeanoil soybeans 0.8 soybeanoil soybeans wheat wheat wheat Jan95 Jul97 Jan00 Jul02 Jan05 Jul07 Jan10 Jul12 0 Jan95 Jul97 Jan00 Jul02 Jan05 Jul07 Jan10 Jul12 0 Jan95 Jul97 Jan00 Jul02 Jan05 Jul07 Jan10 Jul12 1 Min VaR(5%) Syst. Contrib to Total for grains π=50% ; δ=10 ; λ=1 1 Min VaR(5%) Syst. Contrib to Total for grains π=50% ; δ=50 ; λ=1 Min VaR(5%) Syst. Contrib to Total for grains π=50% ; δ=100 ; λ= corn rice 0.9 corn rice 0.9 corn rice 0.8 soybeanoil soybeans 0.8 soybeanoil soybeans 0.8 soybeanoil soybeans wheat wheat wheat / Jan95 Jul97 Jan00 Jul02 Jan05 Jul07 Jan10 Jul12 Jan95 Jul97 Jan00 Jul02 Jan05 Jul07 Jan10 Jul12 Jan95 Jul97 Jan00 Jul02 Jan05 Jul07 Jan10 Jul12

62 Contributions au risque empiriques - marché et idiosync. Pour la dernière date de notre échantillon (24 Septembre 2012), basée sur les 252 jours précédents cette date Assets Beta Weight Market Idio. Total contrib contrib contrib Corn % 9.3% 6.9% 16.2% Rice % 8.7% 18.2% 26.8% Soy. Oil % 13.2% 8.8% 22.1% Soybeans % 10.2% 8.0% 18.2% Wheat % 10.4% 6.3% 16.7% Total 100% 51.8% 48.3% 100% 31/33

63 Conclusion 32/33

64 Il est possible (et conseillé) de gérer séparément les deux composantes du risque dans le cadre Risk Parity: Pour etre en ligne avec la régulation financière Pour controler le degré d exposition au marché du portefeuille Pour réduire le taux de rotation du portefeuille 33/33

Stratégies Quantitatives de Gestion

Stratégies Quantitatives de Gestion Stratégies Quantitatives de Gestion Thierry Roncalli 6 février 2012 Merci de rédiger entièrement vos réponses et de fournir les fichiers Excel. 1 Construction d un backtest 1. Quelle est la différence

Plus en détail

Morningstar Investment Conference France

Morningstar Investment Conference France Morningstar Investment Conference France Comment transformer votre risque en allié? TANGUY DE LAUZON MORNINGSTAR INVESTMENT CONSULTING 5 JUIN 2013 2013 Morningstar. All rights reserved. Sommaire 1.

Plus en détail

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions Stratégie Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions La recherche des primes de risque constitue une stratégie relativement courante sur les marchés obligataires

Plus en détail

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles LE CERCLE INVESCO 006 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management Section 01 Section 0 Section 03 Les principaux indicateurs

Plus en détail

Risk parity : quelle approche en risque choisir?

Risk parity : quelle approche en risque choisir? Risk parity : quelle approche en risque choisir? Papier de recherche Octobre 2014 // Document réservé exclusivement aux clients professionnels au sens de la MIF #1 Contacts Solutions Institutionnels &

Plus en détail

Allocation de Portefeuille Stratégies Quantitatives

Allocation de Portefeuille Stratégies Quantitatives Allocation de Portefeuille Stratégies Quantitatives DIALLO Mamadou Bhoye, MOUAFO FOKOU Collince 12 Mars 2014 DIALLO Mamadou Bhoye, MOUAFO FOKOU Collince 1 / 25 Sommaire Introduction 1 Introduction 2 3

Plus en détail

TD : Microéconomie de l incertain. Emmanuel Duguet

TD : Microéconomie de l incertain. Emmanuel Duguet TD : Microéconomie de l incertain Emmanuel Duguet 2011-2012 Sommaire 1 Les loteries 2 2 Production en univers incertain 4 3 Prime de risque 6 3.1 Prime de risque et utilité CRRA.................. 6 3.2

Plus en détail

Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds

Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds Inform informations générales pour les investisseurs institutionnels 3 e trimestre 2006 Swisscanto le centre de compétence des Banques Cantonales

Plus en détail

13! Think Tank. Praticiens et Académiciens: Joignons nos forces. Gabriele Farei - Synopsis Asset Management SA

13! Think Tank. Praticiens et Académiciens: Joignons nos forces. Gabriele Farei - Synopsis Asset Management SA 13! Think Tank Praticiens et Académiciens: Joignons nos forces Agenda 1 Vue synoptique 2 Profil de risque: éléments à retenir 3 L outil de pilotage 1. Analyse par scénario de l actif 2. Modèle de congruence

Plus en détail

IST ACTIONS EMERGING MARKETS

IST ACTIONS EMERGING MARKETS IST ACTIONS EMERGING MARKETS Octobre 2012 1 Table des matières IST ACTIONS EMERGING MARKETS Investment Case & historique page 3 L expertise de Quoniam Asset Management page 7 Philosophie et processus d

Plus en détail

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015 Point de Analyse vue sur le marché du pétrole Septembre 2015 Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Les investisseurs en obligations ne seront pas étonnés de

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

Session : Coût du capital

Session : Coût du capital Session : Coût du capital 1 Objectifs Signification du coût du capital Mesure du coût du capital Exemple illustratif de calcul du coût du capital. 2 Capital fourni par les actionnaires ou les banques L

Plus en détail

Mémoire du MASTER 104 FINANCE. Master 104 Finance dirigé par Edith Ginglinger, Professeur http://www.master104finance.com

Mémoire du MASTER 104 FINANCE. Master 104 Finance dirigé par Edith Ginglinger, Professeur http://www.master104finance.com Mémoire du MASTER 104 FINANCE Master 104 Finance dirigé par Edith Ginglinger, Professeur http://www.master104finance.com Les méthodes alternatives d allocation entre matières premières Hubert Corpechot

Plus en détail

ASSET MANAGEMENT - PROFILS D INVESTISSEMENT

ASSET MANAGEMENT - PROFILS D INVESTISSEMENT ASSET MANAGEMENT - PROFILS D INVESTISSEMENT 1 Service de Gestion Discrétionnaire En vertu d'un contrat de gestion discrétionnaire, vous déléguez entièrement la gestion de votre portefeuille à votre gestionnaire

Plus en détail

Examen Gestion d Actifs

Examen Gestion d Actifs ESILV 2012 D. Herlemont Gestion d actifs Examen Gestion d Actifs 2 pt 1. On considère un portefeuille investi dans n actifs risqués, normalement distribués d espérance en excès du taux sans risque µ =

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 7. : Risque, rentabilité et diversification Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version Etudiants Mars 2012 Préambule Fig. 10.1 (p.294) : Evolution

Plus en détail

I. LES ÉTAPES DU PROCESSUS DE GESTION DE PORTEFEUILLE

I. LES ÉTAPES DU PROCESSUS DE GESTION DE PORTEFEUILLE École des Hautes Études Commerciales de Montréal 53-214-96 GESTION DE PORTEFEUILLE Professeur: Kodjovi Assoé I. LES ÉTAPES DU PROCESSUS DE GESTION DE PORTEFEUILLE A. Définition des objectifs de placement

Plus en détail

Méthodologies et Glossaire

Méthodologies et Glossaire Caractéristiques Précisions Calculs de performance 1.Performance 2.Performance relative 1.Volatilité 2.Tracking error 3.Ratio d'information 4.Bêta 5.Alpha 6.Ratio de Sharpe 7.Sensibilité Indicateurs de

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) 08.11.2013 Plan du cours Espérance de rentabilité d un portefeuille Volatilité d un portefeuille Choix du portefeuille efficient Prise en compte de l actif

Plus en détail

Think Tank 13. Pilotage de l allocation d actifs. Gabriele Farei-Campagna

Think Tank 13. Pilotage de l allocation d actifs. Gabriele Farei-Campagna Think Tank 13 Pilotage de l allocation d actifs Gabriele Farei-Campagna L histoire du Think Tank 2 211 ALM: ENVERS ET CONTRE- TOUT? " Une étude sur la pértinence de l ALM suite à la crise financière 212

Plus en détail

Investir durablement sans défauts de construction

Investir durablement sans défauts de construction Investir durablement sans défauts de construction Indexation optimisée pour des investissements durables avec IsoPro. Les bénéfices d investissements passifs durables. Mais sans désavantages. Investir

Plus en détail

Examen de Gestion des Risques Financiers

Examen de Gestion des Risques Financiers Examen de Gestion des Risques Financiers Thierry Roncalli 4 janvier 2012 Merci de rédiger entièrement vos réponses. 1 Les réglementations Bâle II et Bâle III 1. Quelles sont les principales différences

Plus en détail

Modélisation mathématique et finance des produits dérivés

Modélisation mathématique et finance des produits dérivés Modélisation mathématique et finance des produits dérivés Ecole Polytechnique Paris Académie Européenne Interdisciplinaire des Sciences Paris, 28 novembre 2011 Outline Introduction 1 Introduction 2 3 Qu

Plus en détail

Construire des portefeuilles durables dans un environnement incertain

Construire des portefeuilles durables dans un environnement incertain PORTFOLIO RESEARCH AND CONSULTING GROUP Construire des portefeuilles durables dans un environnement incertain Tirer parti de l approche Durable Portfolio Construction * Nous pensons que les investisseurs

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1. Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1. Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1 Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté.

Plus en détail

Enthousiasme? «Des indices innovants, un placement intelligent.» Helvetia Fondation de placement. Actions Suisse Smart Beta Dynamique.

Enthousiasme? «Des indices innovants, un placement intelligent.» Helvetia Fondation de placement. Actions Suisse Smart Beta Dynamique. Enthousiasme? «Des indices innovants, un placement intelligent.» Helvetia Fondation de placement. Actions Suisse Smart Beta Dynamique. Votre fondation de placement suisse. 1/6 Helvetia Fondation de placement

Plus en détail

Plan. - La VaR. - Introduction à l FRTB. - Principales révisions Frontières Banking / Trading book l Expected Shortfall Les horizons de liquidité

Plan. - La VaR. - Introduction à l FRTB. - Principales révisions Frontières Banking / Trading book l Expected Shortfall Les horizons de liquidité PAGE 1 F R T B ( F u n d a m e n t a l R e v i e w o f t h e T r a d i n g B o o k ) u n e n o u v e l l e p e r s p e c t i v e d e m e s u r e d e l a V A R. Y o u s s e f M e l l o u k i Plan PAGE 2

Plus en détail

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base M.A. Knefati 1 & A. Oulidi 2 & P.Chauvet 1 & M. Delecroix 3 1 LUNAM Université, Université Catholique de l Ouest,

Plus en détail

Gestion de Portefeuille. Mesures de Performance Ajustées du Risque

Gestion de Portefeuille. Mesures de Performance Ajustées du Risque Gestion de Portefeuille Mesures de Performance Ajustées du Risque Le Ratio de Sharpe La mesure de performance (ajustée du risque) la plus utilisée Rappel: Propriétés du ratio de Sharpe Mesure de la stratégie:

Plus en détail

Outil de Gestion des Risques

Outil de Gestion des Risques Outil de Gestion des Risques Daniel Herlemont Table des matières 1 Introduction 3 2 Gestion sous contrainte de perte maximale historique (Drawdown) et de Value at Risk 3 3 Enveloppe de trading 5 4 Approche

Plus en détail

Gestion obligataire passive

Gestion obligataire passive Finance 1 Université d Evry Séance 7 Gestion obligataire passive Philippe Priaulet L efficience des marchés Stratégies passives Qu est-ce qu un bon benchmark? Réplication simple Réplication par échantillonnage

Plus en détail

La gestion de patrimoine à la BCJ.

La gestion de patrimoine à la BCJ. La gestion de patrimoine à la BCJ. Table des matières 1. Introduction...5 2. La gestion moderne de portefeuille... 6 2.1. Les placements traditionnels...7 2.2. Les autres véhicules de placement...8 2.3.

Plus en détail

Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain

Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine Février 0 On considère un univers de titres constitué

Plus en détail

www.styleanalytics.com

www.styleanalytics.com www.styleanalytics.com Style Analytics EuroPerformance a le plaisir de vous présenter Style Analytics, outil de mesure des risques et de la performance des fonds d investissement. Style Analytics offre

Plus en détail

TP 14 DE FINANCE & RISK MANAGEMENT

TP 14 DE FINANCE & RISK MANAGEMENT Roger HUEBER TP 14 DE FINANCE & RISK MANAGEMENT - 1 - VALUE-AT-RISK 1. ANALYSE DU RISK MANAGEMENT DE ABN AMRO BANK BASÉE SUR LE RAPPORT ANNUEL 2004 http://www.abnamro.com/com/about/ar2004en.pdf Le risque

Plus en détail

Prise en compte de la liquidité dans les algorithmes de trading

Prise en compte de la liquidité dans les algorithmes de trading Prise en compte de la liquidité dans les algorithmes de trading clehalle@cheuvreux.com Resp. de la Recherche Quant., Atelier Trading & Micro Structure 10 décembre 2008 Contenu La liquidité en Europe Les

Plus en détail

Exercice : covariance et gestion du risque. Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine

Exercice : covariance et gestion du risque. Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine Exercice : covariance et gestion du risque Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine Mars 2006 On considère deux actifs dont les rendements et les volatilités sont :

Plus en détail

DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5

DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5 DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5 29.06.2011 Groupe de placement Prisma Risk Budgeting Line 5 (RBL 5) Caractéristiques du groupe de placement 1. Le RBL 5 est un fonds composé d actifs susceptibles

Plus en détail

Présentation du modèle MRW (Multifractal Random Walk) et des faits stylisés empiriques

Présentation du modèle MRW (Multifractal Random Walk) et des faits stylisés empiriques Présentation du modèle MRW (Multifractal Random Walk) et des faits stylisés empiriques Vincent Vargas 1 28 novembre 2010 1. Remerciements: Capital Fund Management (J.P. Bouchaud, Marc Potters et équipe

Plus en détail

Mesure et gestion des risques d assurance

Mesure et gestion des risques d assurance Mesure et gestion des risques d assurance Analyse critique des futurs référentiels prudentiel et d information financière Congrès annuel de l Institut des Actuaires 26 juin 2008 Pierre THEROND ptherond@winter-associes.fr

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE PRIX SUR LES METAUX NON FERREUX

LA GESTION DU RISQUE DE PRIX SUR LES METAUX NON FERREUX LA GESTION DU RISQUE DE PRIX SUR LES METAUX NON FERREUX LES ACTEURS Les matières premières à la Société Générale La Société Générale SG Corporate & Investment Banking (SG CIB) est depuis 1987 un des intervenants

Plus en détail

Gestion de Portefeuille ENSAE 6 janvier 2006 Axel Cabrol

Gestion de Portefeuille ENSAE 6 janvier 2006 Axel Cabrol Gestion de Portefeuille ENSAE 6 janvier 2006 Axel Cabrol 1. Présentation du processus d investissement 2. L optimisation de portefeuille 3. Au-delà de l approche de Markowitz Processus de gestion de portefeuille

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

Investissements des banques suisses en matières premières agricoles

Investissements des banques suisses en matières premières agricoles Investissements des banques suisses en matières premières agricoles Document de recherche de Pain pour le prochain, Action de Carême et Alliance Sud septembre 2013 Introduction Dans le sillage de la crise

Plus en détail

Problématiques dans trading à haute fréquence

Problématiques dans trading à haute fréquence Extrait de la présentation de Charles-Albert Lehalle, Atelier Trading & Micro-structure, Collège de France, 10 Décembre 2008. mdang@cheuvreux.com Recherche Quantitative, Séminaire de la finance, VNFinance

Plus en détail

LES PRÉVISIONS SONT-ELLES UTILES/ NÉCESSAIRES À LA GESTION?

LES PRÉVISIONS SONT-ELLES UTILES/ NÉCESSAIRES À LA GESTION? www.cfamontreal.org LES PRÉVISIONS SONT-ELLES UTILES/ NÉCESSAIRES À LA GESTION? Jacques Lussier, M.Sc., Ph.D., CFA President and Chef des investissements, Chef de, Ph.D., CFA Mai 2015 QUATRE SOURCES DE

Plus en détail

Séminaire Wegelin. Quelle gestion tactique de l'allocation d'actifs? PPCmetrics SA Pascal Frei, CFA, Associé. Lausanne, le 11 octobre 2011

Séminaire Wegelin. Quelle gestion tactique de l'allocation d'actifs? PPCmetrics SA Pascal Frei, CFA, Associé. Lausanne, le 11 octobre 2011 Séminaire Wegelin Quelle gestion tactique de l'allocation d'actifs? PPCmetrics SA Pascal Frei, CFA, Associé Lausanne, le 11 octobre 2011 Agenda Introduction Gestion de l allocation et exemple d approches

Plus en détail

Méthodes avancées en décision

Méthodes avancées en décision Méthodes avancées en décision Support vector machines - Chapitre 2 - Principes MRE et MRS Principe MRE. Il s agit de minimiser la fonctionnelle de risque 1 P e (d) = y d(x;w, b) p(x, y) dxdy. 2 La densité

Plus en détail

Hedging delta et gamma neutre d un option digitale

Hedging delta et gamma neutre d un option digitale Hedging delta et gamma neutre d un option digitale Daniel Herlemont 1 Introduction L objectif de ce projet est d examiner la couverture delta-gamma neutre d un portefeuille d options digitales Asset-Or-Nothing

Plus en détail

L allocation d actifs dans un environnement de taux bas

L allocation d actifs dans un environnement de taux bas L allocation d actifs dans un environnement de taux bas Novembre 2015 Christophe Belhomme, Head of Investment Office Sandra Craignou, Head of Investments (France) Aberdeen Asset Management Réservé aux

Plus en détail

1875 FINANCE GESTION INSTITUTIONNELLE ENSEMBLE, INVESTISSONS SUR DES BASES DIFFÉRENTES

1875 FINANCE GESTION INSTITUTIONNELLE ENSEMBLE, INVESTISSONS SUR DES BASES DIFFÉRENTES 1875 FINANCE GESTION INSTITUTIONNELLE ENSEMBLE, INVESTISSONS SUR DES BASES DIFFÉRENTES Nous proposons aux investisseurs institutionnels d aborder différemment la gestion de leurs actifs, pour mieux répondre

Plus en détail

Cours Gestion de patrimoine. Les produits structurés

Cours Gestion de patrimoine. Les produits structurés Cours Gestion de patrimoine Les produits structurés Plan Introduction Importance de la garantie pour les épargnants Utilité des fonds garantis Méthodes de gestion des fonds garantis Méthode du coussin

Plus en détail

Joël FOLENS et Fabrice RIVA. Date limite de remise : 07 janvier 2015 à 17:00

Joël FOLENS et Fabrice RIVA. Date limite de remise : 07 janvier 2015 à 17:00 M2 MATHÉMATIQUES ET FINANCE UNIVERSITÉ LILLE 1 GESTION DE PORTEFEUILLE ET MESURE DU RISQUE Joël FOLENS et Fabrice RIVA Date limite de remise : 07 janvier 2015 à 17:00 1. Présentation du projet L objectif

Plus en détail

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF LE 20 NOVEMBRE 2014 Sébastien Naud, CFA, M.Sc. Conseiller principal L investissement guidé par le passif Conférenciers

Plus en détail

LES ÉTAPES DE L ALGORITHME DU SIMPLEXE

LES ÉTAPES DE L ALGORITHME DU SIMPLEXE LES ÉTAPES DE L ALGORITHME DU SIMPLEXE Sommaire 1. Introduction... 1 2. Variables d écart et d excédent... 2 3. Variables de base et variables hors base... 2 4. Solutions admissibles... 3 5. Résolution

Plus en détail

La tentation du risque Nécessité stratégique de la couverture du risque de change Résumé* J. Benetti, Th. Häfliger, Ph. Valta

La tentation du risque Nécessité stratégique de la couverture du risque de change Résumé* J. Benetti, Th. Häfliger, Ph. Valta La tentation du risque Nécessité stratégique de la couverture du risque de change Résumé* J. Benetti, Th. Häfliger, Ph. Valta PICTET STRATEGIC ADVISORY GROUP JUIN 2004 Une prise de risques à calculer En

Plus en détail

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque,

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque, Devant des valeurs à risque, quel mode d emploi? Dans les sciences exactes, la précision est reine. Pas en économie où il est difficile de quantifier certaines variables. Notamment le risque qui n est

Plus en détail

THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen

THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen N.B. : Il faut toujours justifier sa réponse. 1. Qu'est-ce que l'axiomatique de Von Neumann et Morgenstern? La représentation des préférences des investisseurs

Plus en détail

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance ESSEC Cours FIN 260 Gestion de portefeuille Séance 8 Mesures de performance François Longin Plan Introduction Mesures de performance des fonds: développements académiques Premier niveau: la rentabilité

Plus en détail

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Sommaire Le sens de l Histoire Le Groupe UFG-LFP La déclinaison de la stratégie

Plus en détail

Le Modèle de Black-Scholes. DeriveXperts. 27 octobre 2010

Le Modèle de Black-Scholes. DeriveXperts. 27 octobre 2010 27 octobre 2010 Outline 1 Définitions Le modèle de diffusion de Black-Scholes Portefeuille auto-finançant Objectif de BS 2 Portefeuille auto-finançant et formule de Black-Scholes Formulation mathématique

Plus en détail

Mesures de performance

Mesures de performance Mesures de performance Présenter les mesures de performance d'un portefeuille. Analyser la performance implique de : indiquer la rentabilité réalisée (performance «absolue») tenir compte des objectifs

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1)

Cours de gestion financière (M1) Cours de gestion financière (M1) Séance du 2 octobre 2015 Beta et risque de marché, MEDAF S&P500 vs high beta stocks 1 Séance du 2 octobre 2015 Beta et risque de marché, MEDAF 2 Partie 2 : Médaf, relation

Plus en détail

Sélection du portefeuille de projets d exploration production en utilisant la méthode de Markowitz

Sélection du portefeuille de projets d exploration production en utilisant la méthode de Markowitz Sélection du portefeuille de projets d exploration production en utilisant la méthode de Markowitz Fateh BELAID and Daniel DE WOLF Instiut des Mers du Nord, Université du Littoral, 21 quai de la citadelle,

Plus en détail

Master en Droit et Economie / Automne 2013 / Prof. F. Alessandrini. Allocation d actifs. Sébastien Maucci, Stratégiste (BCV) 06.12.

Master en Droit et Economie / Automne 2013 / Prof. F. Alessandrini. Allocation d actifs. Sébastien Maucci, Stratégiste (BCV) 06.12. Allocation d actifs Sébastien Maucci, Stratégiste (BCV) 06.12.2013 Contenu Et si on était riche, on ferait quoi? Gestion de fortune 1. Définition des besoins 2. Définition d une stratégie d investissement

Plus en détail

Arbitrage et théorie factorielle Une introduction. Philippe Bernard Ingénierie Economique et Financière Université Paris-Dauphine

Arbitrage et théorie factorielle Une introduction. Philippe Bernard Ingénierie Economique et Financière Université Paris-Dauphine Arbitrage et théorie factorielle Une introduction Philippe Bernard Ingénierie Economique et Financière Université Paris-Dauphine Septembre 2013 Table des matières 1 Du CAPM à la théorie factorielle 2 2

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail

GESTION DES RISQUES FINANCIERS 4 ème année ESCE Exercices / Chapitre 3

GESTION DES RISQUES FINANCIERS 4 ème année ESCE Exercices / Chapitre 3 GESTION DES RISQUES FINANCIERS 4 ème année ESCE Exercices / Chapitre 3 1) Couvertures parfaites A) Le 14 octobre de l année N une entreprise sait qu elle devra acheter 1000 onces d or en avril de l année

Plus en détail

Production de données et échelles temporelles de l évaluation du risque en finance. Deuxième partie (séance 2)

Production de données et échelles temporelles de l évaluation du risque en finance. Deuxième partie (séance 2) Séminaire d enseignement M2 Production de données et échelles temporelles de l évaluation du risque en finance Deuxième partie (séance 2) Séminaire M2 2015-2016 page 1 Plan 1. Les échelles de temps 2.

Plus en détail

DynAmiser vos investissements

DynAmiser vos investissements DynAmiser vos investissements Aequam en quelques mots Jeune entreprise indépendante et innovante Agréée AMF n GP-10000038 Incubée par le Pôle Sponsorisée par Fondatrice de Savoir-faire / Innovation 5 associés

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Examen Mesures de Risque de Marché

Examen Mesures de Risque de Marché ESILV 2012 D. Herlemont Mesures de Risque de Marché I Examen Mesures de Risque de Marché Durée: 2 heures. Documents non autorisés et calculatrices simples autorisées. 2 pt 1. On se propose d effectuer

Plus en détail

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance 10 juillet 2012 Intervention à l Université d Eté de l Institut des Actuaires Gildas Robert Actuaire Senior Manager Frédérique

Plus en détail

INFORM GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE)

INFORM GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE) 2 2004 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE) Dans la gestion de portefeuilles en actions, Swissca mise

Plus en détail

L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ

L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ INTRODUCTION Données : n individus observés sur p variables quantitatives. L A.C.P. permet d eplorer les liaisons entre variables et

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation d obligations

Question 1: Analyse et évaluation d obligations Question 1: Analyse et évaluation d obligations (43 points) Vous êtes responsable des émissions obligataires pour une banque européenne. Il y a 10 ans cette banque a émis l obligation perpétuelle subordonnée

Plus en détail

Normes de sécurité sanitaire et filières agroalimentaires

Normes de sécurité sanitaire et filières agroalimentaires Workshop «Socio économie des risques sanitaires» Quelles approches pour quels usages? 29 Novembre 2011 Normes de sécurité sanitaire et filières agroalimentaires L.G. Soler INRA Aliss INTRODUCTION Comment

Plus en détail

INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS. worldview DYNAMISEZ VOS PORTEFEUILLES VERS DE NOUVEAUX SOMMETS AVEC UN LEADER RECONNU EN INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS

INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS. worldview DYNAMISEZ VOS PORTEFEUILLES VERS DE NOUVEAUX SOMMETS AVEC UN LEADER RECONNU EN INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS worldview DYNAMISEZ VOS PORTEFEUILLES VERS DE NOUVEAUX SOMMETS AVEC UN LEADER RECONNU EN INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS NOTRE ATOUT UN LEADER RECONNU EN INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS

Plus en détail

Contribution à l allocation stratégique de portefeuille basée sur le suivi de tendances. Erwan Marrec Quentin Giai Gianetto

Contribution à l allocation stratégique de portefeuille basée sur le suivi de tendances. Erwan Marrec Quentin Giai Gianetto Contribution à l allocation stratégique de portefeuille basée sur le suivi de tendances Erwan Marrec Quentin Giai Gianetto PLAN! Federal Finance! Gestion d actifs par le Momentum Constat de la gestion

Plus en détail

MERCER INVESTIR. La gestion actions en beta-test SEPTEMBRE 2013

MERCER INVESTIR. La gestion actions en beta-test SEPTEMBRE 2013 MERCER INVESTIR SEPTEMBRE 2013 La gestion actions en beta-test Avertissement : Cette publication est un état des lieux sur la gestion smart beta qui n engage que son auteur, elle s adresse aux professionnels

Plus en détail

Koris International. Historique

Koris International. Historique Koris International Historique Koris International est une société de conseil en investissements financiers spécialisée dans la conception et le développement de modèles d allocation d actifs. La société

Plus en détail

A7 Picking : 1 fonds, 7 expertises... L'interview gérant de P. Maupas

A7 Picking : 1 fonds, 7 expertises... L'interview gérant de P. Maupas A7 Picking : 1 fonds, 7 expertises... L'interview gérant de P. Maupas Joseph Alfonsi, vous êtes Directeur Général Délégué et Directeur de la gestion de LGA Investissement Associé, dont vous êtes également

Plus en détail

Sélection de variables groupées avec les forêts aléatoires. Application à l analyse des données fonctionnelles multivariées.

Sélection de variables groupées avec les forêts aléatoires. Application à l analyse des données fonctionnelles multivariées. Sélection de variables groupées avec les forêts aléatoires. Application à l analyse des données fonctionnelles multivariées. Baptiste Gregorutti 12, Bertrand Michel 2 & Philippe Saint Pierre 2 1 Safety

Plus en détail

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Joseph GAWER NATIXIS Asset Management Université Paris Dauphine joseph.gawer@am.natixis.com Association Française

Plus en détail

2009, Une nouvelle étape pour la gestion alternative?

2009, Une nouvelle étape pour la gestion alternative? 2009, Une nouvelle étape pour la gestion alternative? Fabrice CUCHET, Global Head of Alternative Investments La rentrée de la gestion alternative 2009 Money does not perform. People do. Agenda I. La fin

Plus en détail

Valorisation dans le secteur de l assurance

Valorisation dans le secteur de l assurance DRAFT Valorisation dans le secteur de l assurance Philippe TRAINAR Chief Risk Officer, SCOR Group Colloque de l Association de Comptabilité Nationale 2-4 juin 2010, Paris INTRODUCTION La question de la

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

Optimisation du mix de production sous incertitude l importance des arrangements contractuels

Optimisation du mix de production sous incertitude l importance des arrangements contractuels EdF Le Printemps de la Recherche 2008 Optimisation du mix de production sous incertitude l importance des arrangements contractuels Fabien Roques Agence Internationale de l Energie* EPRG, University of

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

Avec Skandia Euro Guaranteed Fund 2012 Maîtrisez les yo-yo des marchés financiers

Avec Skandia Euro Guaranteed Fund 2012 Maîtrisez les yo-yo des marchés financiers Avec Skandia Euro Guaranteed Fund 2012 Maîtrisez les yo-yo des marchés financiers Skandia 1, 1, rue de la la Pépinière 75008 PARIS Tél : 01 58 22 27 00 Fax : 01 58 22 27 09 E-mail : servicepartenaires@skandia.fr

Plus en détail

3- VALUE at RISK. ex : VaR ou valeur-en-risque ou valeur-à-risque synthétiser en un seul nombre le risque total d'un portefeuille d'actifs financiers

3- VALUE at RISK. ex : VaR ou valeur-en-risque ou valeur-à-risque synthétiser en un seul nombre le risque total d'un portefeuille d'actifs financiers 3- VALUE at RISK Objectif : présenter/discuter des «mesures de risques» nécessaires pour allocation optimale des fonds propres suivi efficace des risques et leur gestion mesure des performances conformité

Plus en détail

Numéro 2 Achevée de rédiger le 22 10 2015. La pertinence d une couverture sur l exposition en actions dans une allocation globale d actifs

Numéro 2 Achevée de rédiger le 22 10 2015. La pertinence d une couverture sur l exposition en actions dans une allocation globale d actifs ASSET ET ALLOCATIONS LA LETTRE DE LA FRANÇAISE ALLOCATION GLOBALE D'ACTIFS Numéro 2 Achevée de rédiger le 22 10 2015 La pertinence d une couverture sur l exposition en actions dans une allocation globale

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. par Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. par Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques par Gilles Bernier 1 Dans le but d écrire cette chronique trimestrielle, j ai pris connaissance de la plus récente analyse de la performance financière de l

Plus en détail

Gestion Actif-Passif De Arrow à Enron : 50 ans de produits dérivés.

Gestion Actif-Passif De Arrow à Enron : 50 ans de produits dérivés. Gestion Actif-Passif De Arrow à Enron : 50 ans de produits dérivés. Jean-Paul Laurent Professeur à l ISFA, Université Lyon 1 Consultant scientifique, BNP PARIBAS! «Imaginons que nous puissions introduire

Plus en détail

Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios»

Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios» Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios» Anne LARPIN, CFO SL France Stéphane CAMON, CRO SL France 1 Executive summary Le bouleversement de la réglementation financière

Plus en détail

Risk Adjusted Return On Capital

Risk Adjusted Return On Capital Master gestion des risques Abdelkader Bousabaa 19 Novembre 2008 Historique Définition Historique Charles S. Sanford (Bankers Trust) Développement tardif en France État des lieux Historique Définition Définition

Plus en détail

VISEZ PLUS HAUT FORTUNEO PORTFOLIO MANAGEMENT : GESTION SOUS MANDAT. C onfiez votre epargne a un professionnel. www.fortuneo.be

VISEZ PLUS HAUT FORTUNEO PORTFOLIO MANAGEMENT : GESTION SOUS MANDAT. C onfiez votre epargne a un professionnel. www.fortuneo.be VISEZ PLUS HAUT FORTUNEO PORTFOLIO MANAGEMENT : GESTION SOUS MANDAT C onfiez votre epargne a un professionnel www.fortuneo.be POURQUOI CHOISIR LA GESTION SOUS MANDAT? Vous souhaitez INVESTIR mais vous

Plus en détail