Bâle III : les impacts à anticiper

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bâle III : les impacts à anticiper"

Transcription

1 FINANCIAL SERVICES Bâle III : les impacts à anticiper Mars 2011

2 2 Bâle III Bâle III 3 1. Contexte Bâle III a été entériné en novembre 2010 lors du sommet du G20 de Séoul. De nouvelles règles annoncées par le Comité de Bâle Malgré un manque de visibilité sur les caractéristiques définitives de certaines mesures, il est évident que ce nouveau dispositif aura des impacts significatifs sur les conditions d exercice du métier de banquier et sur le business model des établissements. Sommaire 1 Contexte 3 2 Architecture de Bâle III 3 3 Principales mesures Amélioration de la qualité des fonds propres Renforcement du niveau des fonds propres Maîtrise de l effet de levier Amélioration de la gestion de la liquidité Ratio de liquidité à court terme Ratio de liquidité à long terme Couverture des risques du portefeuille de négociation 9 4 Calendrier de mise en oeuvre des mesures 10 5 Chantiers à venir pour les établissements 11 6 Feuille de route à suivre 12 7 Textes de référence 13 8 Domaines d expertise de KPMG 14 qui doivent permettre de créer les conditions de la stabilité financière Les évolutions réglementaires en cours sont un sujet de préoccupation majeur évoqué par les banques et rendent difficile la définition de stratégies à long terme. tout en contribuant à changer en profondeur le métier de banquier Dans ce contexte, cette brochure vous présente de manière synthétique et pragmatique les éléments clés de Bâle III, leurs conséquences qualitatives et quantitatives, ainsi que les principes et dispositions à considérer en termes à la fois de plan d actions et de calendrier. 2. Architecture de Bâle III Bâle III Capital Liquidité Risque systémique Renforcer la qualité et le niveau des fonds propres de base Faire face à l'ensemble des risques Introduire un ratio de liquidité à court terme (LCR) Introduire un ratio de liquidité à long terme (NSFR) Inciter à l utilisation de chambres de compensation (CCP) pour les produits dérivés Renforcer les exigences en fonds propres pour les expositions entre institutions financières Maîtriser l effet de levier Envisager une surcharge en capital pour les institutions systémiques Intégrer des matelas de sécurité (coussin de conservation, coussin contracyclique)

3 4 Bâle III Bâle III 5 3. Principales mesures 3.1 Amélioration de la qualité des fonds propres 3.2 Renforcement du niveau des fonds propres Bâle III vise à améliorer la qualité des fonds propres des établissements bancaires pour renforcer leur capacité à absorber des pertes : Comme la crise financière l a illustré, le secteur bancaire a besoin d une quantité croissante de fonds propres. Une nouvelle définition des fonds propres Part prédominante du Tier 1 : Common equity (actions ordinaires, réserves et report à nouveau). Harmonisation et simplification du Tier 2 avec une seule catégorie de Tier 2. Déductions au niveau du Common equity (noyau dur des fonds propres de base) des intérêts minoritaires, des actifs d impôts différés au titre des différences temporaires et des participations dans les établissements financiers. Restriction des instruments financiers éligibles dans les fonds propres de base avec l exclusion progressive des produits hybrides innovants (avec clause de «step up», émissions par des SPV, etc.). Améliorer la qualité des fonds propres ne suffit pas Dans ce contexte, le Comité de Bâle a proposé le relèvement des exigences en fonds propres : Common Equity Tier 1 (noyau dur des fonds propres de base) : - Augmentation du ratio de «Core Tier One» de 2 % à 4,5 %. - Intégration d un matelas de sécurité (coussin de conservation) supplémentaire de 2,5 % à horizon Niveau des fonds propres durs porté à 7 % à horizon Mise en oeuvre progressive entre 2013 et Fonds propres totaux : Augmentation de capital et politique de distribution de dividendes restrictives tant que le ratio minimal de fonds propres de base ne sera pas respecté. Incitation à l émission d instruments convertibles en actions et conversion de ces instruments dès que le ratio de fonds propres d une banque tombe endessous d un seuil prédéfini. - Ratio de solvabilité passant de 8 % à 10,5 % (incluant le coussin de conservation). - Mise en oeuvre progressive entre 2013 et Mise en place à la discrétion du régulateur national d un coussin de sécurité contracyclique (compris entre 0 % et 2,5 %) en complément du coussin de conservation pour faire face à un risque sectoriel. Rétention des profits et limitation des distributions de dividendes pour faire face à des exigences supplémentaires en fonds propres. Ciblage d un niveau de 9% pour le ratio de «Core Tier One» pour faciliter la gestion de la politique de distribution en période de stress. Mise en place d une politique de gestion des fonds propres permettant d atteindre à moyen terme un ratio de solvabilité compris entre 13% et 15% afin d anticiper d éventuelles exigences complémentaires au titre du Pilier 2. Incitation à se séparer de certains actifs consommateurs de fonds propres, tels que les titres de participation minoritaires.

4 6 Bâle III Bâle III Maîtrise de l effet de levier 3.4 Amélioration de la gestion de la liquidité Rapport entre le capital et le total des expositions non pondérées Bâle III introduit un nouveau ratio de capital visant à maîtriser la croissance des bilans. Ce ratio ne pondère pas les actifs détenus en fonction des risques auxquels ils exposent la banque. Ratio fixé à 3% du Tier 1, soit un total des expositions (bilan et hors-bilan) qui ne pourra dépasser 33 fois le capital Tier 1 des banques. Développement de modèles de reporting en Début de la période d observation en Instauration d un ratio minimal à compter du 1 er janvier Liquidity Coverage Ratio (LCR) Actifs liquides > flux nets sortants à un mois Ratio de liquidité à court terme Le Comité de Bâle envisage l introduction d un ratio de liquidité à court terme, le Liquidity Coverage Ratio (LCR), dont l exigence minimale est de 100 % et qui a pour but de favoriser la résistance immédiate des banques à une éventuelle situation d illiquidité. Obligation pour les banques de disposer d un volant d actifs liquides de très bonne qualité, suffisant pour faire face à des sorties de trésorerie pendant 30 jours, dans un scénario de tensions aiguës à court terme. Pondération des actifs liquides en fonction de leur qualité allant de 100% pour les titres d Etat et les comptes courants à des pondérations comprises entre 0% à 50% pour la dette privée. Instauration d un ratio minimal à compter du 1 er janvier Réduction de l activité de prêt des banques. Forte incitation à se séparer des actifs à faible marge. Probabilité de devoir maintenir un niveau de ratio supérieur au seuil défini par les régulateurs sous la pression du marché et des agences de notation. Maintien en permanence d un stock d actifs de très haute qualité (et généralement moins rentables) permettant de supporter une crise de liquidité pendant 30 jours caractérisée par : - la dégradation de la notation de l établissement, - la perte d une partie des dépôts clientèle, - la fermeture de l accès aux financements sécurisés, - l arrêt du refinancement interbancaire, - les tirages des lignes de liquidité accordées. Investissement dans des titres d Etats (actifs éligibles) ou dans la dette privée très bien notée.

5 8 Bâle III Bâle III 9 Net Stable Funding Ratio (NSFR) Ressources de financement stables > besoins de financement stables Ratio de liquidité à long terme Bâle III envisage l introduction d un ratio de liquidité à long terme, le Net Stable Funding Ratio (NSFR), pour remédier aux asymétries de financement et inciter les banques à recourir à des ressources stables pour financer leurs activités. Mise en parallèle du montant des ressources stables à moins et plus d un an avec les différents profils d actifs. Evaluation des ressources et des besoins de financement grâce une pondération reflétant le caractère «stable» du financement et l échéance de l actif financé. Pondération des actifs à financer (créant un besoin de financement) : - 0% et 5 % : comptes d espèces et titres d état, - 65% et 85% : prêts hypothécaires et prêts aux particuliers, - 100% : autres actifs. Pondération des sources de financement en fonction de leur caractère «stable» : - 100% pour le Tier 1, - 80%-90% pour les dépôts de la clientèle, - 50% pour les emprunts non garantis. Instauration d une exigence minimale à compter du 1 er janvier Accroissement des exigences en fonds propres au titre des risques du portefeuille de négociation 3.5 Couverture des risques du portefeuille de négociation Le Comité envisage le renforcement des exigences en capital au titre des expositions logées dans le portefeuille de négociation y compris les expositions de titrisation, sources de pertes massives pendant la crise. Afin d accroître le capital pour couvrir ses expositions risquées, réduire la procyclicité des mesures de type Var et réduire le risque systémique, un certain nombre d initiatives ont été prises : Introduction d une charge en capital au titre de la Var stressée (calibration des facteurs de risque sur une période de stress de 12 mois). Alignement des pondérations des expositions de titrisation du portefeuille de négociation sur celles du portefeuille bancaire et renforcement des pondérations relatives aux expositions retitrisées. Application de charges de capital additionnelles au titre de pertes potentielles de valeur des expositions liées à un risque de défaut et de dégradation éventuelle de la notation de la contrepartie (CVA : «Credit Valuation Adjustment» et IRC : «Incremental Risk Charge»). Meilleure prise en compte du risque de corrélation entre les institutions financières. Incitation à l utilisation de chambres de compensation pour les instruments dérivés. Renforcement des exigences en matière de gestion du risque de contrepartie (collatéraux, stress tests). Application de ces dispositions à compter du 31 décembre Affectation aux différents éléments du bilan (actifs, passifs et hors bilan) d un pourcentage correspondant à leur degré de stabilité estimé a l horizon d un an. Diversification des sources de financement afin de réduire toute dépendance à un type particulier de ressources (ex : dépôts à vue). Détention d un montant élevé de ressources à moyen terme (d une maturité supérieure à un an). Revue des activités du portefeuille de négociation au regard des nouvelles contraintes de capital. Réduction du volume des transactions entre institutions financières du fait d une hausse de la charge de capital. Amélioration de la gestion et du contrôle du risque de contrepartie.

6 10 Bâle III Bâle III Calendrier de mise en œuvre 5. Chantiers à venir pour les établissements Ratio de levier Ratio minimal pour la composante actions ordinaires du Tier 1 (Common equity capital ratio) Coussin de conservation des fonds propres Ratio minimal composante actions ordinaires + coussin de conservation 2011* 2012* 2013* 2014* 2015* 2016* 2017* 2018* 2019* Surveillance par les autorités de contrôle Parallel run : Publication à compter du Intégration au pilier 1 3,5% 4% 4,5% 4,5% 4,5% 4,5% 4,5% 0,625% 1,25% 1,875% 2,5% 3,5% 4% 4,5% 5,125% 5,75% 6,375% 7% Gestion du Capital Définir et mettre en place une stratégie de capital efficace. Mener une réflexion sur les activités qui impactent de façon importante les ratios sous Bâle III. Inciter la direction à s impliquer dans l allocation du capital. Définir au niveau du groupe consolidé des objectifs en capital cohérents et quantifiés. Identifier les leviers à actionner, le cas échéant, pour ajuster la consommation de capital. Vérifier que l organisation est conçue de façon à pouvoir mesurer et gérer le capital et les besoins en capital sur une base régulière. Evaluer les coûts découlant des changements en besoin de capital pour certains produits. Analyser les incidences de la structure du groupe sous Bâle III (exemple : filiale vs succursale). Etablir un rétro planning de mise en oeuvre des différentes mesures. Déductions sur la composante actions ordinaires du Tier 1 (y compris les montants au- delà du seuil fixé pour les actifs d impôts différés, MSR** et participations dans les établissements financiers) 20% 40% 60% 80% 100% 100% Ratio minimal de Tier 1 4,5% 5,5% 6% 6% 6% 6% 6% Ratio minimal de solvabilité Ratio minimal de solvabilité + coussin de conservation Instruments de fonds propres n étant plus éligibles en Tier 1 ou Tier 2 Ratio de liquidité à court terme Ratio de liquidité à long terme * 1 er janvier de chaque année ** Mortgage Servicing Rights Période de transition Source : (Comité de Bâle) Début période d obs. Début période d obs. 8% 8% 8% 8% 8% 8% 8% 8% 8% 8% 8,625% 9,25% 9,875% 10,5% Elimination progressive à horizon 10 ans à compter de 2013 ratio minimal ratio minimal Pistes de réflexion pour l optimisation de la gestion des fonds propres sous Bâle III Gestion de la liquidité Revoir l allocation en capital des différents métiers et son adéquation aux exigences de capital sous Bâle III. S assurer de la prise en compte des implications de Bâle III sur les nouveaux métiers et réfléchir à l adaptation éventuelle des métiers existants. S interroger sur l éventuelle cession ou restructuration des activités hors du coeur de métier. Analyser la pertinence de l introduction de capitaux extérieurs dans les structures spécialisées pour diminuer les impacts des mesures. Examiner la performance des modèles d évaluation existants (par exemple modèles IRB). Revoir la qualité des données utilisées pour déterminer le niveau des exigences en capital (information sur les collatéraux notamment). Analyser les différents constituants de la liquidité et identifier les zones de difficultés (exemple : caractère stable ou non des dépôts de la clientèle). Inciter la direction à s impliquer dans la gestion de la liquidité. Analyser l impact des nouvelles règles en matière de liquidité sur la rentabilité notamment par métiers-clés. Vérifier que la gestion de la liquidité, la gouvernance et les modèles sont en phase avec les bonnes pratiques de place. Déterminer une série de stress tests sur la liquidité et apprécier leur évolution à travers le temps. Suivre les évolutions réglementaires relatives à la liquidité et se mettre régulièrement à jour des nouvelles dispositions aussi bien en France (arrêté du 5 mai 2009) qu au plan international (Bâle III). Définir les paramètres de gestion du risque de liquidité et identifier si les systèmes, les données et la production des reporting seront compatibles avec les nouvelles dispositions.

7 12 Bâle III Bâle III Feuille de route à suivre 7. Textes de référence Analyse d impact Analyse d impact Bâle III Prévisions en matière de gestion du capital Analyse des projections / scenarii de résultats Calculs d actifs pondérés adaptés Identification des zones-clés impactées Analyse des attentes du marché et des agences de notation Evaluation des options stratégiques Examen des stratégies de gestion de capital et de liquidité Transactions sur les marchés de capitaux Cessions d actifs / désinvestissements / arrêt d activités Préparation à la mise en œuvre Conception d un cadre avancé (enrichi) de gestion du capital et de la liquidité Prévisions en termes de diversification du financement et d amélioration du profil de liquidités Transformation de certains produits Cessions d actifs / transactions sur les marchés de capitaux Préparation à l adaptation des publications externes Mise en œuvre Liquidité et financement conformes à Bâle III Reporting Bâle III Adaptation des processus Regroupement / séparation de lignes de métier Textes de référence du Comité de Bâle relatifs à Bâle III Juillet 2009 Décembre 2009 Juillet 2010 Septembre 2010 Décembre 2010 Janvier 2011 Enhancements to the Basel II framework Revisions to the market risk framework Guidelines for computing capital for incremental risk in the trading book Source : (Comité de Bâle) Strengthening the resilience of the banking sector (capital proposals) International framework for liquidity risk measurement standards and monitoring (liquidity proposals) Capital and liquidity agreements with amendments Endorsement of the July 26th Agreement Group of Governors and Heads of Supervision announces higher global minimum capital standards Basel III: A global regulatory framework for more resilient banks and banking systems (Final document on capital) Basel III: International framework for liquidity risk measurement, standards and monitoring (Final document on liquidity) Guidance for national authorities operating the countercyclical capital buffer Minimum requirements to ensure loss absorbency at the point of non-viability Contrôle permanent des paramètres Bâle III Communication avec les parties prenantes (superviseurs, actionnaires, agences de notation)

8 14 Bâle III 8. Domaines d expertise de KPMG La réussite d un projet Bâle III repose principalement sur la qualité des équipes qui seront mises à votre disposition. Dans cette optique, nous pouvons mobiliser une équipe de professionnels expérimentés pour vous assister dans la mise en place de ces nouvelles dispositions, à savoir : Etude d impact Développement de modèles Examen des stratégies de gestion de capital Pistes de réflexion pour l optimisation de la gestion de la liquidité Définition du cadre des contrôles et des modalités de gouvernance à mettre en place Valorisations Stress tests Gestion de projet Qualité et gestion des données Revue stratégique du business model Alignement du dispositif de conformité sur les nouvelles contraintes réglementaires L étendue et la nature des services détaillés dans ce document sont soumis aux règles déontologiques de la profession, selon que nous sommes commissaires aux comptes ou non de votre entité ou de votre groupe.

9 Contact Marie-Christine Jolys Associée, Responsable Réglementation bancaire KPMG S.A. 1, Cours Valmy Paris La Défense Cedex T : E : Les informations contenues dans ce document sont d ordre général et ne sont pas destinées à traiter les particularités d une personne ou d une entité. Bien que nous fassions tout notre possible pour fournir des informations exactes et appropriées, nous ne pouvons garantir que ces informations seront toujours exactes à une date ultérieure. Elles ne peuvent ni ne doivent servir de support à des décisions sans validation par les professionnels ad hoc. KPMG Audit est un département de KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes à directoire et conseil de surveillance au capital social de euros RCS Nanterre. Siège social : Immeuble Le Palatin, 3, cours du Triangle, Paris La Défense Cedex. KPMG International est une coopérative de droit suisse. Les membres du réseau KPMG de cabinets indépendants sont adhérents de KPMG International. KPMG International ne propose pas de services aux clients. Aucun cabinet membre n a le droit d engager KPMG International ou les autres cabinets membres vis-àvis des tiers. KPMG International n a le droit d engager aucun cabinet membre KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative, une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Conception - Réalisation : Markets - Xerox Creative Services - Février 2011

Capital Requirement Regulation

Capital Requirement Regulation Capital Requirement Regulation Sommaire du règlement UE n 575/2013 Exigences prudentielles applicables aux établissements de crédit et entreprises d investissement La directive CRD IV et le règlement

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : Ratio structurel de liquidité à long terme

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : Ratio structurel de liquidité à long terme Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Bâle III : Ratio structurel de liquidité à long terme Octobre 2014 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l

Plus en détail

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU)

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) 1. Le MSU est l un des piliers de l Union bancaire européenne 2. La mise en œuvre opérationnelle

Plus en détail

L influence possible de Bâle III sur les relations entreprises - banques : financements, placements, flux, instruments de couverture

L influence possible de Bâle III sur les relations entreprises - banques : financements, placements, flux, instruments de couverture Université d Orléans Laboratoire d Économie d Orléans Master 2 Finances L influence possible de Bâle III sur les relations entreprises - banques : financements, placements, flux, instruments de couverture

Plus en détail

Exigences de communication financière sur la composition des fonds propres Texte des règles

Exigences de communication financière sur la composition des fonds propres Texte des règles Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Exigences de communication financière sur la composition des fonds propres Texte des règles Juin 2012 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute

Plus en détail

BÂLE III : Décryptage, impacts et limites des nouvelles exigences réglementaires

BÂLE III : Décryptage, impacts et limites des nouvelles exigences réglementaires BÂLE III : Décryptage, impacts et limites des nouvelles exigences réglementaires Juillet 2011 Conseil opérationnel en stratégie et management Etude réalisée sous la direction de Yoni Elmalem, responsable

Plus en détail

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la gouvernance des établissements

Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la gouvernance des établissements Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la European Institute of Financial Regulation Paris Matinale EIFR du 17 mai 2010 Danièle NOUY Secrétaire Général de l Autorité de Contrôle Prudentiel

Plus en détail

Business Emergency Solutions. kpmg.fr

Business Emergency Solutions. kpmg.fr Business Emergency Solutions kpmg.fr Des situations de plus en plus complexes et délicates dans des environnements souvent dégradés Les entreprises doivent de plus en plus souvent faire face à des situations

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Bâle III : dispositif réglementaire mondial visant à renforcer la résilience des établissements et systèmes bancaires Décembre 2010 (document révisé juin 2011) Traduction

Plus en détail

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II 25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de la Société Générale.

Plus en détail

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Juillet 2013 kpmg.fr 1 Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Sommaire Contexte et enjeux opérationnels de la réglementation FATCA... 2 Cinq grands chantiers

Plus en détail

SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF

SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF ASFFOR le 13 février 2014 1 Introduction L arrêté du 23 décembre 2013 relatif au régime prudentiel des sociétés de financement a donné à l

Plus en détail

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9.

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. Rapport Pilier 3 Informations au 31 décembre 2012 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. INTRODUCTION...1 adéquation DES FONDS PROPRES...7 POLITIQUE DE GESTION DES FONDS PROPRES ET DES RISQUES.... 17 RISQUE DE CRÉDIT

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

La maîtrise du risque systémique

La maîtrise du risque systémique FINANCIAL SERVICES La maîtrise du risque systémique kpmg.fr Sommaire I Définition des SIFIs 2 A Les critères donnés par le FMI-CSF-BRI pour définir les SIFIs 2 B Les banques globales à caractère systémique

Plus en détail

Travaux internationaux et grandes lignes du dispositif français

Travaux internationaux et grandes lignes du dispositif français Secrétariat général de la Commission bancaire Direction de la Surveillance Travaux internationaux et grandes lignes du dispositif français Paris, 24 novembre 2009 Dominique Laboureix, Directeur de la Surveillance

Plus en détail

LA REFORME DE BÂLE III

LA REFORME DE BÂLE III LA REFORME DE BÂLE III CHRISTIANE RUBEIZ Chargée d enseignement à la FGM RÉSUMÉ La crise financière qui a fortement impacté l économie mondiale ces dernières années a mis en évidence les faiblesses du

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 30 janvier 2009 8h55 Dexia met en œuvre son plan de transformation pour consolider son redressement et devrait enregistrer

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2 Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1 François Longin 2 Résumé Cet article insiste sur le changement de business model des banques qui peut constituer une explication

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle Octobre 2013 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté,

Plus en détail

B. Réglementation prudentielle

B. Réglementation prudentielle B. Réglementation prudentielle 1. Introduction Au cours de l année sous revue, les travaux sur la réforme du cadre réglementaire prudentiel se sont poursuivis. La transposition des mesures en droits belge

Plus en détail

Asset Quality Review

Asset Quality Review Asset Quality Review Eclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières En quelques mots... 3 Contexte : une confiance sur la santé des bilans des banques européennes fragile... 3 Objectifs et Enjeux...

Plus en détail

Supervision sur base consolidée

Supervision sur base consolidée SEMINAIRE ANNUEL REGIONAL Supervision et restructuration bancaires Supervision sur base consolidée Abidjan 13 au 17 janvier 2014 Bruno FLANCHEC Conseiller résident en supervision et restructuration bancaires

Plus en détail

4- Analyse économique de la réglementation bancaire

4- Analyse économique de la réglementation bancaire 4- Analyse économique de la réglementation bancaire Réglementation financière = ensemble de règles, d'incitations et de pratiques des autorités publiques qui vise à instaurer et à maintenir la stabilité

Plus en détail

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Annexe Circulaire _2009_19-1 du 8 mai 2009 Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Champ d'application: Commissaires agréés. Réglementation de base Table

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Bâle III : dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité Décembre 2010 Traduction française du document intitulé «Basel

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : Ratio de liquidité à court terme et outils de suivi du risque de liquidité

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : Ratio de liquidité à court terme et outils de suivi du risque de liquidité Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Bâle III : Ratio de liquidité à court terme et outils de suivi du risque de liquidité Janvier 2013 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute

Plus en détail

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. Rapport Pilier III Informations au 31 décembre 2011 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. INTRODUCTION...1 adéquation DES FONDS PROPRES...5 POLITIQUE DE GESTION DES FONDS PROPRES ET DES RISQUES.... 13 RISQUE DE CRÉDIT

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr Edito Marc Basset, Associé, Responsable du secteur Transport sanitaire C est avec un grand plaisir que nous vous présentons l Observatoire du Transport

Plus en détail

«NOTICE» MODALITÉS DE CALCUL DU RATIO DE SOLVABILITÉ 2013

«NOTICE» MODALITÉS DE CALCUL DU RATIO DE SOLVABILITÉ 2013 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL DIRECTION DES AFFAIRES INTERNATIONALES SERVICE DES AFFAIRES INTERNATIONALES BANQUES «NOTICE» MODALITÉS DE CALCUL DU RATIO DE SOLVABILITÉ 2013 (Version

Plus en détail

Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires. Rappel historique et problématiques post crise

Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires. Rappel historique et problématiques post crise Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires Rappel historique et problématiques post crise 1/ Rappel historique a) Étape 1 Régulation issue du Comité de Bâle Bâle 1 «ratio Cooke» 1988-8%

Plus en détail

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance Links Consulting L expertise métier au service de la transformation et de la performance Support de présentation Dans quels domaines nos experts de la transformation accompagneront votre entreprise à vos

Plus en détail

PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : INFORMATIONS CONCERNANT LES PLACEMENTS ET LA GESTION : OPCVM conforme aux normes européennes

PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : INFORMATIONS CONCERNANT LES PLACEMENTS ET LA GESTION : OPCVM conforme aux normes européennes SG MONETAIRE EURO PROSPECTUS SIMPLIFIE OPCVM conforme aux normes européennes PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : DENOMINATION : SG MONETAIRE EURO FORME JURIDIQUE : SICAV de droit français COMPARTIMENTS/NOURRICIER

Plus en détail

Site de repli et mitigation des risques opérationnels lors d'un déménagement

Site de repli et mitigation des risques opérationnels lors d'un déménagement Site de repli et mitigation des risques opérationnels lors d'un déménagement Anne Claire PAULET Responsable Risques Opérationnels GASELYS AGENDA PRÉSENTATION GASELYS LES RISQUES OPÉRATIONNELS CONTINUITÉ

Plus en détail

Défi pour la transparence

Défi pour la transparence FINANCIAL SERVICES Défi pour la transparence Communication financière des banques européennes en Une reprise durable? kpmg.fr Introduction L année a été marquée par les bonnes performances des banques

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au troisième trimestre de 2013

La Banque Nationale divulgue des résultats record au troisième trimestre de 2013 COMMUNIQUÉ TROISIÈME TRIMESTRE La Banque Nationale divulgue des résultats record au troisième trimestre de L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers

Plus en détail

L impact de la réglementation de «Bâle III» sur les métiers des salariés des banques

L impact de la réglementation de «Bâle III» sur les métiers des salariés des banques SEPTEMBRE 2012 L impact de la réglementation de «Bâle III» sur les métiers des salariés des banques 1ère partie : Bâle III, explication du dispositif Dhafer Saïdane Maître de conférences, habilité à diriger

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Ligne directrice. Objet : Normes de fonds propres (NFP) Définition des fonds propres. Date d entrée en vigueur : décembre 2014

Ligne directrice. Objet : Normes de fonds propres (NFP) Définition des fonds propres. Date d entrée en vigueur : décembre 2014 Ligne directrice Objet : Normes de fonds propres (NFP) Chapitre 2 Date d entrée en vigueur : décembre 2014 Les normes de fonds propres (NFP) à l intention des banques, des sociétés de portefeuille bancaire,

Plus en détail

Votre Conseil patrimonial

Votre Conseil patrimonial Votre Conseil patrimonial KPMG à votre écoute pour...... vous conseiller dans la gestion financière et fiscale de votre patrimoine Vos questions > Comment développer mon patrimoine privé et professionnel

Plus en détail

Le partenaire des directions financières

Le partenaire des directions financières Le partenaire des directions financières IFRS due diligences transaction services direction financière fast close reporting controlling évaluation externalisation CSP business plan consolidation Notre

Plus en détail

Capital réglementaire et capital économique

Capital réglementaire et capital économique MURIEL TIESSET Secrétariat général de la Commission bancaire Direction de la Surveillance générale du système bancaire Service des Études bancaires PHILIPPE TROUSSARD Secrétariat général de la Commission

Plus en détail

RAPPORT PILIER III. Informations au 31 décembre 2010.

RAPPORT PILIER III. Informations au 31 décembre 2010. RAPPORT PILIER III Informations au 31 décembre 2010. 1 Page INTRODUCTION 1 1 2 3 ADEQUATION DES FONDS PROPRES 5 POLITIQUE DE GESTION DES FONDS PROPRES ET DES RISQUES 13 RISQUE DE CREDIT ET DE CONTREPARTIE

Plus en détail

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE RELATIF AUX MODALITÉS DE DÉCLARATION DU RATIO DE SOLVABILITÉ (COREP) 2012

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE RELATIF AUX MODALITÉS DE DÉCLARATION DU RATIO DE SOLVABILITÉ (COREP) 2012 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE L AUTORITE DE CONTRÔLE PRUDENTIEL DIRECTION DES ÉTUDES ET DES RELATIONS INTERNATIONALES SERVICE DES AFFAIRES INTERNATIONALES BANQUES GUIDE MÉTHODOLOGIQUE RELATIF AUX MODALITÉS DE

Plus en détail

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole KPMG accompagne

Plus en détail

OPÉRATIONS DE CESSION

OPÉRATIONS DE CESSION OPÉRATIONS DE CESSION Anticipation des difficultés de mise en œuvre de la norme IFRS 5 «Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées» Paris le 23/09/2014 Sandra Dujardin Antoine

Plus en détail

V. Réforme de la réglementation financière : réalisations, risques et perspectives

V. Réforme de la réglementation financière : réalisations, risques et perspectives V. Réforme de la réglementation financière : réalisations, risques et perspectives Les banques et juridictions doivent renforcer leur capacité de résistance aux crises Dans leur rôle d intermédiation du

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé juin 2011 www.bdo.ca Certification et comptabilité Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé Guide sur les

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS EXANE 2014

ÉTATS FINANCIERS EXANE 2014 ÉTATS FINANCIERS EXANE 2014 ÉTATS FINANCIERS EXANE 2014 3 COMPTES ANNUELS CONSOLIDÉS 5 COMPTES ANNUELS EXANE SA 55 ÉTATS FINANCIERS EXANE 2014 4 ÉTATS FINANCIERS EXANE 2014 5 COMPTES ANNUELS CONSOLIDÉS

Plus en détail

COMMUNICATION FINANcière

COMMUNICATION FINANcière COMMUNICATION FINANcière Etats au 31 décembre 2014 Page 2-3 Chiffres clés au 31 décembre 2014 Page 4 Extrait des états financiers consolidés selon les normes IAS/IFRS arrêtés au 31 décembre 2014 Page 13

Plus en détail

Ordonnance sur les fonds propres et la répartition des risques des banques et des négociants en valeurs mobilières

Ordonnance sur les fonds propres et la répartition des risques des banques et des négociants en valeurs mobilières Ordonnance sur les fonds propres et la répartition des risques des banques et des négociants en valeurs mobilières (Ordonnance sur les fonds propres, OFR) du 1 er juin 2012 (Etat le 1 er janvier 2015)

Plus en détail

Finance pour non financiers

Finance pour non financiers Finance pour non financiers Managers non financiers Responsables opérationnels ayant à dialoguer avec les comptables et les financiers Savoir communiquer avec les financiers dans l entreprise : comptabilité,

Plus en détail

Les défis du reporting macro-prudentiel

Les défis du reporting macro-prudentiel Les défis du reporting macro-prudentiel EIFR 25 mars 2014 Bruno LONGET Banque de France Direction de la Balance des paiements Réf : D14-014 Introduction : pourquoi renforcer le dispositif de surveillance

Plus en détail

Solvabilité II : Vers une approche globale et cohérente de la solvabilité

Solvabilité II : Vers une approche globale et cohérente de la solvabilité FINANCIAL SERVICES Solvabilité II : Vers une approche globale et cohérente de la solvabilité Des principes à la mise en oeuvre KPMG AUDIT SOMMAIRE Contexte et enjeux du projet Solvabilité II Les objectifs

Plus en détail

Actualisation déposée auprès de l Autorité des marchés financiers le 5 août 2015

Actualisation déposée auprès de l Autorité des marchés financiers le 5 août 2015 Actualisation du Document de référence déposé auprès de l Autorité des marchés financiers le 2 mars 2015 sous le numéro D.150095 et Rapport Financier Semestriel Actualisation déposée auprès de l Autorité

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

G&R Europe Distribution 5

G&R Europe Distribution 5 G&R Europe Distribution 5 Instrument financier émis par Natixis, véhicule d émission de droit français, détenu et garanti par Natixis (Moody s : A2 ; Standard & Poor s : A au 6 mai 2014) dont l investisseur

Plus en détail

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012 Communiqué de presse RESULTATS ANNUELS 2011 Solides résultats 2011 et accroissement du patrimoine Paris, le 15 février 2012 Résultats 2011 o Progression de +14% du cash-flow courant par action à 2,14 o

Plus en détail

Bank Briefing n 2014-19 ARCHIVES

Bank Briefing n 2014-19 ARCHIVES Bank Briefing n 2014-19 ARCHIVES Vendredi 14 novembre 2014 Arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne des entreprises du secteur de la banque, des services de paiement et des services d'investissement

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) Informations au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012

Cornèr Banque (Luxembourg) Informations au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012 Cornèr Banque (Luxembourg) Informations au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012 Information au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012 Table des matières 1. Introduction 3 1.1.

Plus en détail

La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation

La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation Danièle NOUY, Secrétaire général de l Autorité de contrôle prudentiel

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Rapport annuel DEXIA CRÉDIT LOCAL. Document de référence

Rapport annuel DEXIA CRÉDIT LOCAL. Document de référence Rapport annuel DEXIA CRÉDIT LOCAL Document de référence Document de référence 2014 2 58 84 Comptes consolidés 182 Comptes sociaux 220 Le présent document de référence a été déposé auprès de l Autorité

Plus en détail

Projet du 5 octobre 2006. du [date] 2006. (Adaptation des fonds propres de base) Sommaire

Projet du 5 octobre 2006. du [date] 2006. (Adaptation des fonds propres de base) Sommaire Circ.-CFB 06/_ Adaptation des fonds propres de base Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Détermination du capital réglementaire en cas d utilisation d un standard comptable international

Plus en détail

FCPR LCL PME EXPANSION 2. Compartiment BP INVESTIR DANS DES SOCIÉTÉS NON COTÉES POUR ACCOMPAGNER LE DÉVELOPPEMENT DE PME

FCPR LCL PME EXPANSION 2. Compartiment BP INVESTIR DANS DES SOCIÉTÉS NON COTÉES POUR ACCOMPAGNER LE DÉVELOPPEMENT DE PME FCPR LCL PME EXPANSION 2 Compartiment BP INVESTIR DANS DES SOCIÉTÉS NON COTÉES POUR ACCOMPAGNER LE DÉVELOPPEMENT DE PME Placement de diversification, l investissement dans un FCPR (Fonds Commun de Placement

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE Code ISIN : FR0000983348 Dénomination : CAAM MONE ETAT Forme juridique : F.C.P. de droit français. Compartiments / nourricier : l OPCVM est

Plus en détail

Formation «Les états COREP : risques de crédit»

Formation «Les états COREP : risques de crédit» Adapté Bâle III Formation «Les états COREP : risques de crédit» REFERENCE : 409 1. Objectif général Permettre à tout participant de se familiariser avec les états COREP relatifs au risque de crédit. Comprendre

Plus en détail

L'analyse de la structure financière

L'analyse de la structure financière 2 L'analyse de la structure financière Les différentes conceptions La structure financière d une entreprise dépend principalement des contraintes technico-économiques liées à la nature des activités développées

Plus en détail

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion DSCG D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Validation des Acquis de l Expérience VAE R é f é

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III définition des fonds propres : questions fréquemment posées

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III définition des fonds propres : questions fréquemment posées Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Bâle III définition des fonds propres : questions fréquemment posées Octobre 2011 (mise à jour de la version de juillet 2011) Le présent document est traduit de

Plus en détail

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt La surveillance prudentielle des institutions de dépôt Journée des carrières de PRMIA Montréal Présentée par : Gouro Sall Diagne Mardi 17 mars 2015 Autorité des marchés financiers AGENDA L AUTORITÉ DES

Plus en détail

Crise des «subprimes»: des leçons pour l UBS

Crise des «subprimes»: des leçons pour l UBS Crise des «subprimes»: des leçons pour l UBS L UBS a mené de nombreuses enquêtes internes visant à analyser les adaptations nécessaires et à tirer des leçons de la crise. Elle a pris de vastes mesures

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTÉRÊT

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTÉRÊT LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTÉRÊT Avril 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Risque

Plus en détail

«L année 2013 a été marquée par le lancement du FALCON 5X, qui enrichit la gamme FALCON, et par la consolidation du socle France du RAFALE.

«L année 2013 a été marquée par le lancement du FALCON 5X, qui enrichit la gamme FALCON, et par la consolidation du socle France du RAFALE. Prises de commandes 64 FALCON contre 58 en 2012 Livraisons 77 FALCON et 11 RAFALE contre 66 FALCON et 11 RAFALE en 2012 Chiffre d'affaires 4 593 millions d'euros, en hausse de 17% Résultat Net ajusté(*)

Plus en détail

Mise en œuvre des IFRS dans la banque

Mise en œuvre des IFRS dans la banque Mise en œuvre des IFRS dans la banque Responsables financiers et comptables des institutions financières Experts Comptables Commissaires aux Comptes Comprendre les fondements des normes IFRS Savoir traiter

Plus en détail

31.12.2012 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. (Comptes non audités)

31.12.2012 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. (Comptes non audités) 31.12.2012 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES (Comptes non audités) Sommaire Etats financiers consolidés Bilan consolidé 1 Compte de résultat consolidé 3 Etat du résultat net et gains et pertes comptabilisés

Plus en détail

«NOTICE» MODALITÉS DE CALCUL DES RATIOS PRUDENTIELS DANS LE CADRE DE LA CRDIV

«NOTICE» MODALITÉS DE CALCUL DES RATIOS PRUDENTIELS DANS LE CADRE DE LA CRDIV SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RESOLUTION DIRECTION DES AFFAIRES INTERNATIONALES SERVICE DES AFFAIRES INTERNATIONALES BANQUES «NOTICE» MODALITÉS DE CALCUL DES RATIOS PRUDENTIELS

Plus en détail

Critères de validation des modèles internes en assurance vie :

Critères de validation des modèles internes en assurance vie : Critères de validation des modèles internes en assurance vie : Use tests, intégration des modèles dans les processus de prise de décision et approche ERM Vladislav GRIGOROV, CRO, SwissLife France David

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Normes. Exigences de communication financière au titre du troisième pilier version révisée

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Normes. Exigences de communication financière au titre du troisième pilier version révisée Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Normes Exigences de communication financière au titre du troisième pilier version révisée Janvier 2015 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute

Plus en détail

Etats financiers consolidés du Groupe BPCE. au 31 décembre 2013. Version non auditée

Etats financiers consolidés du Groupe BPCE. au 31 décembre 2013. Version non auditée Etats financiers consolidés du Groupe BPCE au 31 décembre 2013 Version non auditée GROUPE BPCE - version non auditée - 1 - 5 RAPPORT FINANCIER 5.1 Comptes consolidés IFRS du Groupe BPCE au 31 décembre

Plus en détail

Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation

Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation Conférence IMA du 05 avril 2012 Isabelle SAPET, Associée Programme 1. Introduction 2. Classification

Plus en détail

Comment répondre aux nouvelles exigences relatives aux règles destinées à assurer la protection de la clientèle?

Comment répondre aux nouvelles exigences relatives aux règles destinées à assurer la protection de la clientèle? FINANCIAL SERVICES Comment répondre aux nouvelles exigences relatives aux règles destinées à assurer la protection de la clientèle? Mai 2013 kpmg.fr TABLE DES MATIERES.CONTEXTE 2.ARCHITECTURE DU QUESTIONNAIRE

Plus en détail

l eri Communication à caractère promotionnel

l eri Communication à caractère promotionnel l eri Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance. L investisseur supporte le risque de crédit de NATIXIS (Moody s : A2 / Fitch : A / Standard & Poor s :

Plus en détail

Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2

Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2 Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2 PIERRE-YVES THORAVAL Secrétariat général de la Commission bancaire Amorcées à la fi n des années quatre-vingt-dix sous l égide du Comité de

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

FinAfrique Research. L impact des réglementations internationales BÂLE I, II & III sur le système bancaire africain

FinAfrique Research. L impact des réglementations internationales BÂLE I, II & III sur le système bancaire africain FinAfrique Research Vous présente : L impact des réglementations internationales BÂLE I, II & III sur le système bancaire africain Idrissa COULIBALY Directeur Associé en Charge de l Afrique de l Ouest

Plus en détail

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014 Tendance et développement des TPE/PME / PME sur le marché de l e-commerce Novembre 2014 Novembre 2014 Point de vue de l expert KPMG On constate une certaine frilosité des chefs d entreprise à vendre en

Plus en détail

Discours de M. Bruno SALMON, Président de l ASF, à l occasion de l Assemblée Générale du 7 juin 2011

Discours de M. Bruno SALMON, Président de l ASF, à l occasion de l Assemblée Générale du 7 juin 2011 Discours de M. Bruno SALMON, Président de l ASF, à l occasion de l Assemblée Générale du 7 juin 2011 Madame, Je vous remercie très sincèrement d avoir répondu à notre invitation et d être venue à la rencontre

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : ratio de levier et exigences de publicité

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : ratio de levier et exigences de publicité Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Bâle III : ratio de levier et exigences de publicité Janvier 2014 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original

Plus en détail

Comptes consolidés IFRS au 31 décembre 2013

Comptes consolidés IFRS au 31 décembre 2013 EXERCICE 2013 Comptes consolidés IFRS au 31 décembre 2013 ASSEMBLEE GENERALE MIXTE 14 Avril 2014 CAISSE D EPARGNE BRETAGNE-PAYS DE LOIRE GROUPE Caisse d Epargne Bretagne-Pays de Loire Comptes consolidés

Plus en détail