Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires. Rappel historique et problématiques post crise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires. Rappel historique et problématiques post crise"

Transcription

1 Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires Rappel historique et problématiques post crise

2 1/ Rappel historique a) Étape 1 Régulation issue du Comité de Bâle Bâle 1 «ratio Cooke» % des risques pondérés -ratio de couverture du risque de crédit assez simple -grandes catégories de contreparties -nature des crédits Autres réglementations prudentielles -grands risques -coefficient de liquidité (dans certains pays) -ratio de transformation à moyen et long terme

3 Supervision basée sur la conformité et le contrôle sur place -Vérification des risques sur place (système non universel) -Vérification sur pièces (surveillance des ratios mais mise en place de dispositifs de centrale des risques bancaires et non bancaires et de centralisation des impayés) -Opérations et bilans des banques relativement simples (du type des banques de la zone UEMOA, Guinée ou Mauritanie aujourd hui) -Risques évalués dans la comptabilité : essentiellement coût historique -Bilans des banques assez peu affectés par les effets prix -Opérations d intermédiation (origine and distribute) -Gestion actif-passif des bilans par macro-couverture

4 b) Étape 2 : libéralisation financière Développement des opérations de marché Adéquation des fonds propres aux risques de marché ( ) Exigence de fonds propres sur les risques de prix (opérations de change et de marché) Défis pour les superviseurs : -Explosion du volume des opérations -Complexité croissante des opérations -Innovation financière permanente -Régulation par des systèmes de contrôle interne efficace -Gigantisme des banques Développement des opérations pour compte propre pour «booster» les résultats -Risques de confusion avec les opérations de la clientèle -Mise en place de «muraille» de Chine (efficacité?)

5 c) Étape 3 Nouvelle étape de complexification financière Laxisme de la régulation pour répondre aux besoins importants de fonds propres Acceptation de fonds propres sur-complémentaires Produits structurés et déconsolidation hors de la régulation -sortie des crédits du bilan des banques (titrisation) -développement du marché des dérivés de crédit -règles de déconsolidation censées être imperméables

6 Réponses des instances normatives et de régulation Supervision basée sur les risques Face au gigantisme et à la complexité il faut mesurer précisément les risques et cibler les contrôle (mise en place de systèmes aux USA, en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie) Bâle 2 (élargissement de la couverture des risques) -prise en compte du risque de contrepartie : couverture des pertes attendues (EL) et inattendues -prise en compte des risques de marché (portefeuille de négociation) -prise en compte du risque opérationnel Normes IFRS (amélioration de la communication financière) - mais mise en place de la juste valeur (mark to market et mark to model) -extériorisation des plus-values latentes dans les résultats (juste valeur) ou directement dans les fonds propres (AFS)

7 Critiques Dispositif comptable pro-cyclique (accentue la variabilité des bilan et des résultats) peu lisible (besoin d énormes annexes explicatives) beaucoup moins prudent (suppression des provisions générales, prises en compte généralisée des plus-values latentes y compris sur modèle) accentue fortement les effets de levier Dispositif prudentiel complexe lourd à auditer pro-cyclique favorisant les fonds propres des grandes banques (les plus risquées en terme systémique) autorégulation notamment pour les grandes banques (modèles)

8 d) Étape 4 : rappel des éléments de propagation de la crise -Montages des titrisations complexes et opaques (système de rehaussement des portefeuilles en cause : agences de notation et assurances -AIG-) -Disparition du financement des SPV et des conduits sur le marché (papier commercial) et mise en jeu des lignes de refinancement des banques -Disparition de la liquidité interbancaire à terme (refus de se prêter sur le marché monétaire -banques et gérants de fonds-), crise de liquidité -Insuffisance patente des réserves de liquidités -Rôle prépondérant de la contagion par le canal des variations de prix, des risques mesurés et du capital, valorisé en valeur de marché des institutions financières (crise de liquidité versus crise de solvabilité)

9 Défaillances constatées de la régulation et de la supervision bancaires Réglementation trop permissive - équilibre difficile entre restrictions réglementaires & besoins de soutenir l économie par le crédit -contournement par la déconsolidation -insuffisance des fonds propres du noyau dur (tier one) Absence ou insuffisance de coopération entre les autorités de surveillance (banques, marchés et assurances) Poids des secteurs non régulés (fonds d investissement/hedges funds, shadow banking) Existence de zones grises incontrôlables («paradis fiscaux») Insuffisance de coopération internationale pour la résolution des crises

10 Rôle des autres acteurs des marchés financiers dans la crise en dehors du ressort du régulateur bancaire -Les agences de notation sur les produits structurés notation des portefeuilles de créances) -Les assurances (rôle des «monolines») (rôle dans la -Les hedge funds : les fonds d'arbitrage n'ont pas provoqué la crise, mais ont joué un rôle dans l'amplification (stratégies spéculatives ou d arbitrage, niveau d'endettement, besoin de liquider rapidement leurs positions sur les marchés -objectifs).

11 2/ Évolutions prévues de la régulation et de la supervision Les orientations générales -Pas de super-régulateur -Renforcer la compétence de chacun -Supprimer les zones non régulées -Améliorer la coopération -Nécessité d une supervision bancaire et financière coordonnée et efficace -Le FMI doit renforcer son rôle (en liaison avec le CSF) -Le CSF doit favoriser la création de «collèges de superviseurs transnationaux» afin de mieux surveiller «les institutions financières internationales».

12 Évolutions institutionnelles -Pas d abandon de la souveraineté des politiques de régulation (problème de l État prêteur en dernier ressort) -Renforcement ou rapprochement des régulateurs (France ACP fusion CB/ACAM)) mais aussi avec les banques centrales (Bafin et Bundesbank) -Orientation vers des approches coordonnées et des standards internationaux renforcés Réglementation bancaire - Systèmes d alerte précoce (earling warning system) -Renforcement des fonds propres de base (Bâle 3) -Mise en place ou renforcement de réglementations sur la liquidité -Disposition de supervision macro-prudentielles Régulation des marchés -Surveillance des agences de notation -Meilleure connaissance des positions des hedge funds -Standardisation des produits dérivés

13 La prévention du risque systémique est en phase d étude Peut-on déterminer une liste de banques systémiques Trois critères : taille, interconnexion, absence de substituabilité La notion même de crise systémique doit être relativisée : une entité systémique au niveau national ne l est pas forcément au niveau international La taille doit être évaluée autant en valeur absolue qu à travers la concentration de services financiers et de risques sur une entité ou un groupe d entités L interconnexion n est pas facile à apprécier, car seules les interconnexions qui sont de nature à propager une crise sont à prendre en compte l absence de substituabilité est un critère qui n est pas non plus facile à apprécier, car il faut mesurer l impact réel des services financiers qui sont rendus et connaître la capacité du système financier à offrir des services de substitution et les délais dans lesquels peuvent être mises en place des alternatives

14 Les critères visent à permettre au superviseur d établir une liste des établissements systémiques, mais quelles dispositions à l égard de ces banques systémiques Une autre voie explorée est de donner au superviseur et aux États les moyens de résoudre plus rapidement les crises individuelles pour éviter la propagation (voir les difficultés de Lehman Brothers, Fortis ou les banques islandaises) Prévenir les crises par une approche macro prudentielle Intégrer dans la surveillance prudentielle le risque systémique et notamment résoudre les problèmes des entités transfrontières Renforcer la capacité à gérer la résolution ou la faillite ordonnée

15 La régulation et la supervision du risque systémique Pour être efficace la mise en place d une régulation et d une supervision du risque systémique doit viser les objectifs suivants : disposer d un cadre juridique solide et complet qui permette une alerte et une intervention précoces pour prévenir la crise (mesures préventives) et permette une intervention rapide des autorités qui évite les risques de contagion systémique disposer d un cadre juridique et des moyens pratiques qui permettent de gérer la restructuration d une banque d importance systémique sans interrompre ses activités et la fourniture de services financiers à l économie (possibilité de cantonner les activités générant le risque systémique ou de gérer une faillite ordonnée sans entrave) disposer d un cadre qui coordonne efficacement les actions des divers intervenants (superviseur, banque centrale, Trésor)

16 La supervision macro prudentielle peut être réalisée par le superviseur micro prudentiel ou par une entité différente, l important étant que le superviseur micro prudentiel soit averti en temps utile pour prendre les mesures adéquates à l égard des banques La supervision doit développer les outils d analyse des risques macro prudentiels, domaine qui reste en grande partie à développer La supervision doit mettre en place ou renforcer les mécanismes d alerte rapide, l objet de cette supervision étant la prévention du risque, la résolution des crises restant du rôle du superviseur micro prudentiel La supervision macro prudentielle doit permettre de réaliser chaque fois que nécessaire des exercices de simulation et des mesures sur le système bancaire existant

17 Distinction supervision micro prudentielle et macro prudentielle La supervision micro prudentielle et des marchés ne permet pas d identifier le risque systémique ; c est l accumulation des risques par l ensemble du secteur financier et les canaux d interconnexion et de diffusion qui font naître un risque systémique La supervision micro prudentielle procède en partie d une logique bottom up qui part de l examen des situations individuelle, même si une logique top down tend maintenant à se généraliser, mais il s agit toujours de mesurer les risques individuels de chaque banque (sur les marchés elle vise la protection individuelle contre les abus de marché) La supervision macro prudentielle est elle uniquement de nature top down et vise à analyser les chocs non pas sur une seule entité mais sur l ensemble du secteur bancaire en évaluant les impacts et les corrélations. Elle ne vise pas à modifier le comportement individuel de telle ou telle banque, mais doit viser à faire changer les comportements individuels en modifiant les règles du jeu dès lors qu un risque systémique est décelé. L Europe, le Royaume-Uni, les USA ou la France mettent en place des structures de supervision macro prudentielle

18 La supervision macro prudentielle doit analyser les évolutions macro économiques et macro financières susceptibles d engendrer des difficultés : les crédits, l endettement des acteurs non financiers, l évolution des prix des actifs (bulles immobilières ou financières), le niveau de transformation, les effets de levier, les risques de liquidité analyser les dynamiques d accumulation de risques : les rentabilités anormalement élevées, les nouvelles techniques pour opérer des arbitrages réglementaires, le développement d activités non régulées, la qualité et la pertinence des outils utilisés par les banques et les superviseurs micro prudentiels pour mesurer les risques analyser la qualité de la concurrence : oligopoles, rentes de situation, l asymétrie d information de nature à concentrer les risques sur certains acteurs Il faut faire des exercices de simulation à partir des risques identifiés

19 La régulation du risque systémique Des dispositions peuvent être prises pour limiter le risque systémique La régulation macro prudentielle doit conduire à : empêcher ou réduire les possibilités d arbitrages réglementaires par : un alignement des exigences en fonds propres un alignement des traitements comptables un alignement des exigences de transformation et de liquidité toutes ces dispositions devraient viser notamment les véhicules de titrisation un renforcement de la qualité des fonds propres l adoption d une norme internationale sur la liquidité

20 Des discussions ont été menées sur des mesures plus drastiques : Pénaliser les banques qui prennent des risques systémiques par des mesures complémentaires en capital et en liquidité : mais comment identifier les banques systémiques et est-il judicieux de les désigner comme telles (aléa moral)? Quid des acteurs non régulés comme les hedge funds? Instaurer une séparation permanente entre les activités de banque commerciale utilisant des dépôts et les activités risquées (revenir à une sorte de Glass Steagall Act de 1933 aux USA) Restreindre la taille des entités Débat : la concentration des risques sur des entités spécialisées réduirait-elle le risque systémique? comment calibrer la taille maximale des banque et sur quel critère?

21 Mesures plus pragmatiques Privilégier les mesures temporaires par les superviseurs micro prudentiels (Bâle 2, pilier 2) mesures de refroidissement par les prix : surcharges en fonds propres ou exigence de liquidité mesures par les volumes : restrictions d activités, restriction de taille à la discrétion des superviseurs On introduit une innovation : une inégalité de traitement des assujettis Nécessité de doter le superviseur de l arsenal des mesures discrétionnaires différentiation du reporting pour les banques risquées ratios prudentiels plus contraignants sur certains risques exigences en fonds propres relevées sur des activités jugées systémiques restrictions en volume ou interdiction sur les activités systémiques (voir le Canada avant 2008) demander des stress tests sur certaines activités demander de simplifier la structure des groupes pour une meilleure lisibilité des risques limiter le développement des produits financiers dont la mesure des risques n est pas assurée pouvoir augmenter les appels de marge sur les produits de marché à haut risque

22 La résolution des crises systémiques Élargir la panoplie des moyens efficaces des superviseurs et des États pour la résolution des crises, adapter les cadres juridiques Harmoniser les moyens d intervention au niveau international pour favoriser la coopération en cas de crise Améliorer la coopération internationale pour régler le problème des banques transfrontalières Les standards de résolution reconnus pour les superviseurs sont les suivants pouvoir modifier ou écarter la direction en recourant à un administrateur provisoire faciliter l acquisition d une banque défaillante ou de ses activités par les acteurs privés à la discrétion des autorités et sans action judiciaire, en réglant les contestations a posteriori

23 pouvoir transférer les activités de la banque dans une banque-relais temporaire afin de préserver l exploitation en attendant la reprise par le acteurs privés pouvoir réduire les droits des actionnaires dans tous les cas qui sont justifiés par l intérêt public disposer de procédures de liquidation spécifiques aux banques permettant d assurer une fermeture dans l ordre évitant tout affaiblissement de la confiance du public dans le système bancaire pour la résolution des problèmes transfrontaliers, les autorités doivent vérifier a priori qu elles disposent des moyens d agir et de se coordonner en cas de crise. Mise en place par exemple d une organisation transnationale de type «cross border stability group». Plus difficile à mettre en place des plans d urgence de résolution de crise (living wills) qui détermineraient a priori les banques visées, la répartition géographique des actifs et les modalités d intervention en cas de crise

24 Exemple anglais qui donne de nouveaux pouvoirs à la Banque de d Angleterre et au Trésor (special resolution regime) : pour transférer tout ou partie d un banque sans l accord préalable des actionnaires et sans décision de justice pour transférer tout ou partie d un banque à un gestionnaire de transition qui peut être la Banque d Angleterre (bridge bank) pour une nationalisation temporaire s il y a des aides publiques substantielles ou des menaces graves pour la stabilité financière protection des droits des actionnaires par un «code of practice» qui indique les cas dans lesquels les dispositions peuvent être prises et par une indemnisation par un fonds dédié sur la base d une expertise indépendante Dispositif similaire prévu en Allemagne avec la création d un fonds de résolution financé ex ante par le secteur bancaire pour financer les mesures d aide publique ou d apport en fonds propres Aux USA renforcement des pouvoirs du FDIC (Federal Deposit Insurance Corporation)

25 Conclusion sur le risque systémique Comment limiter les risques de faillites systémiques Problème de régulation Anciennement c était des mesures limitatives et quantitatives (séparation des activités bancaires et financières, limiter le champ d action des banques ayant des dépôts, interdiction de certaines activités, encadrement du risque de transformation ) Aujourd hui l accent est mis sur l autorégulation et la gouvernance, mais ce modèle a montré ses limites dans la crise récente Faut-il un retour en arrière ou le modèle doit-il être repensé et complété par de nouvelles mesures Comment améliorer la résolution des crises Conduite d exercices d alerte avancée (processus de simulation de crises) Mettre en place une panoplie complète de dispositifs et des adaptations juridiques pour des interventions rapides Besoin d une grande coordination entre le régulateur, la banque centrale et l État (mettre en place des structures de coordination) Besoin d une coordination internationale entre les régulateurs et les superviseurs (dispositifs harmonisés de gestion de crise, planification de gestion de crise transfrontière)

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L impact de la crise financière récente sur le secteur financier et les économies a été extrêmement

Plus en détail

La réforme bancaire de 2013 analyse et insuffisances

La réforme bancaire de 2013 analyse et insuffisances La réforme bancaire de 2013 analyse et insuffisances Jean François Goux 20 Avril 2013 I A quoi servent les banques? Intro : les différentes catégories actuelles de banques 1) les rôles fondamentaux A le

Plus en détail

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012)

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) Le système bancaire dans la crise de la zone euro par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) La crise de la zone euro a mis en évidence les liens étroits qui relient la

Plus en détail

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence?

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? CNIS, commission Système financier et financement de l'économie Jeudi 25 septembre 2014 Omar Birouk DGS-Banque de France Yamina Tadjeddine EconomiX,

Plus en détail

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt La surveillance prudentielle des institutions de dépôt Journée des carrières de PRMIA Montréal Présentée par : Gouro Sall Diagne Mardi 17 mars 2015 Autorité des marchés financiers AGENDA L AUTORITÉ DES

Plus en détail

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU)

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) 1. Le MSU est l un des piliers de l Union bancaire européenne 2. La mise en œuvre opérationnelle

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Bâle III : les impacts à anticiper

Bâle III : les impacts à anticiper FINANCIAL SERVICES Bâle III : les impacts à anticiper Mars 2011 2 Bâle III Bâle III 3 1. Contexte Bâle III a été entériné en novembre 2010 lors du sommet du G20 de Séoul. De nouvelles règles annoncées

Plus en détail

La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation

La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation Danièle NOUY, Secrétaire général de l Autorité de contrôle prudentiel

Plus en détail

Les défis du reporting macro-prudentiel

Les défis du reporting macro-prudentiel Les défis du reporting macro-prudentiel EIFR 25 mars 2014 Bruno LONGET Banque de France Direction de la Balance des paiements Réf : D14-014 Introduction : pourquoi renforcer le dispositif de surveillance

Plus en détail

Loi de séparation et de régulation des activités bancaires

Loi de séparation et de régulation des activités bancaires Loi de séparation et de régulation des activités bancaires «Remettre la finance au service de l économie réelle» Présentée par Pierre Moscovici Ministre de l Économie et des Finances 19 décembre 2012 Loi

Plus en détail

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

L influence possible de Bâle III sur les relations entreprises - banques : financements, placements, flux, instruments de couverture

L influence possible de Bâle III sur les relations entreprises - banques : financements, placements, flux, instruments de couverture Université d Orléans Laboratoire d Économie d Orléans Master 2 Finances L influence possible de Bâle III sur les relations entreprises - banques : financements, placements, flux, instruments de couverture

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II 25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de la Société Générale.

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

4- Analyse économique de la réglementation bancaire

4- Analyse économique de la réglementation bancaire 4- Analyse économique de la réglementation bancaire Réglementation financière = ensemble de règles, d'incitations et de pratiques des autorités publiques qui vise à instaurer et à maintenir la stabilité

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

La globalisation de la réglementation et de la surveillance financières

La globalisation de la réglementation et de la surveillance financières La globalisation de la réglementation et de la surveillance financières Et son impact sur la Suisse Prof. Anne Héritier Lachat, Présidente du Conseil d administration Table de matières 1. Le secteur financier

Plus en détail

CYCLE FINANCIER, POLITIQUE MONÉTAIRE, DETTE PUBLIQUE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CYCLE FINANCIER, POLITIQUE MONÉTAIRE, DETTE PUBLIQUE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CYCLE FINANCIER, POLITIQUE MONÉTAIRE, DETTE PUBLIQUE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii A partir des années 1980, la recherche de la BRI montre que la dynamique financière est radicalement

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) Informations au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012

Cornèr Banque (Luxembourg) Informations au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012 Cornèr Banque (Luxembourg) Informations au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012 Information au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012 Table des matières 1. Introduction 3 1.1.

Plus en détail

Introduction au Rapport 2005 de la Commission bancaire : la situation d ensemble du système bancaire

Introduction au Rapport 2005 de la Commission bancaire : la situation d ensemble du système bancaire Introduction au Rapport 2005 de la Commission bancaire : la situation d ensemble du système bancaire 1 LE NIVEAU ÉLEVÉ DES RÉSULTATS NETS DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT FRANÇAIS EN 2005 S EST APPUYÉ SUR

Plus en détail

AFRITAC de l OUEST. Surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales

AFRITAC de l OUEST. Surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales Surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales Abidjan 13 au 17 janvier 2014 Raymond BERNARD 07/01/2014 1 Les leçons retirées des crises récentes 2 Les raisons d un traitement particulier des

Plus en détail

Capital Requirement Regulation

Capital Requirement Regulation Capital Requirement Regulation Sommaire du règlement UE n 575/2013 Exigences prudentielles applicables aux établissements de crédit et entreprises d investissement La directive CRD IV et le règlement

Plus en détail

Les limites du ratio Bâle II

Les limites du ratio Bâle II Les limites du ratio Bâle II Table des matières I. Introduction... 3 II. De Bâle I à Bâle II... 4 A. Présentation du ratio Bâle I... 4 B. Les limites du ratio Bâle I... 5 C. Le ratio Bâle II... 5 1. Pilier

Plus en détail

FAUT-IL RÉTABLIR LA SCISSION BANCAIRE?

FAUT-IL RÉTABLIR LA SCISSION BANCAIRE? FAUT-IL RÉTABLIR LA SCISSION BANCAIRE? Par «scission bancaire», on entend les mesures de séparation complète des banques de dépôt et des banques d affaires prises dans la foulée de la crise de 1929. Alors

Plus en détail

system et la crise Le shadow banking financière Les acteurs du système bancaire parallèle

system et la crise Le shadow banking financière Les acteurs du système bancaire parallèle Le shadow banking system et la crise financière Esther Jeffers Université Paris 8, LED Dominique Plihon Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité, CEPN La crise des subprimes a révélé l existence d un système

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

Chapitre 3. Banques centrales et politique prudentielle

Chapitre 3. Banques centrales et politique prudentielle Chapitre 3 Banques centrales et politique prudentielle Une implication forte des banques centrales dans le macroprudentiel semble aujourd hui faire consensus : 86% des banquiers centraux et 89% des économistes

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

Prévention, traitement et résolution des crises bancaires

Prévention, traitement et résolution des crises bancaires 9 février 2011 Prévention, traitement et résolution des crises bancaires Christine LAGARDE, ministre de l Économie, de l Industrie et de l Emploi, a souhaité tirer les leçons de la crise bancaire en lançant

Plus en détail

B. Réglementation prudentielle

B. Réglementation prudentielle B. Réglementation prudentielle 1. Introduction Au cours de l année sous revue, les travaux sur la réforme du cadre réglementaire prudentiel se sont poursuivis. La transposition des mesures en droits belge

Plus en détail

Capital réglementaire et capital économique

Capital réglementaire et capital économique MURIEL TIESSET Secrétariat général de la Commission bancaire Direction de la Surveillance générale du système bancaire Service des Études bancaires PHILIPPE TROUSSARD Secrétariat général de la Commission

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTÉRÊT

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTÉRÊT LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTÉRÊT Avril 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Risque

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2 Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1 François Longin 2 Résumé Cet article insiste sur le changement de business model des banques qui peut constituer une explication

Plus en détail

REGLEMENTATION PRUDENTIELLE ET RISQUE BANCAIRE : INCIDENCE DE LA STRUCTURE ET DU NIVEAU DU CAPITAL REGLEMENTAIRE

REGLEMENTATION PRUDENTIELLE ET RISQUE BANCAIRE : INCIDENCE DE LA STRUCTURE ET DU NIVEAU DU CAPITAL REGLEMENTAIRE UNIVERSITE DE LIMOGES ECOLE DOCTORALE Sociétés et Organisations FACULTE de Droit et des Sciences Economiques Laboratoire d Analyse et de Prospective Economiques (LAPE) EA1088 Thèse pour obtenir le grade

Plus en détail

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE Révision des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de fortune La nouvelle version des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de

Plus en détail

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014 Présentation à l EIFR 25 mars 2014 1 Contexte BCBS 239 Les établissements font face depuis les cinq dernières années aux nombreux changements réglementaires visant à renforcer la résilience du secteur:

Plus en détail

La maîtrise du risque systémique

La maîtrise du risque systémique FINANCIAL SERVICES La maîtrise du risque systémique kpmg.fr Sommaire I Définition des SIFIs 2 A Les critères donnés par le FMI-CSF-BRI pour définir les SIFIs 2 B Les banques globales à caractère systémique

Plus en détail

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 En bref L arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne des entreprises

Plus en détail

Asset Quality Review

Asset Quality Review Asset Quality Review Eclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières En quelques mots... 3 Contexte : une confiance sur la santé des bilans des banques européennes fragile... 3 Objectifs et Enjeux...

Plus en détail

Mise en œuvre des IFRS dans la banque

Mise en œuvre des IFRS dans la banque Mise en œuvre des IFRS dans la banque Responsables financiers et comptables des institutions financières Experts Comptables Commissaires aux Comptes Comprendre les fondements des normes IFRS Savoir traiter

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

Réformes européennes et stabilité financière

Réformes européennes et stabilité financière Réformes européennes et stabilité financière 3/04/2012 Martin MERLIN Chef d'unité DG Marché intérieur et services Causes de la crise financière de 2007-2008 Déséquilibres macro-économiques Lacunes réglementaires

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière Les crises bancaires Les risques de l activité bancaire L activité principale des banques s accompagne inévitablement de risques: si un débiteur ne rembourse pas son crédit, la banque doit pouvoir absorber

Plus en détail

Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la gouvernance des établissements

Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la gouvernance des établissements Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la European Institute of Financial Regulation Paris Matinale EIFR du 17 mai 2010 Danièle NOUY Secrétaire Général de l Autorité de Contrôle Prudentiel

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2015-378 du 2 avril 2015 transposant la directive

Plus en détail

Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2

Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2 Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2 PIERRE-YVES THORAVAL Secrétariat général de la Commission bancaire Amorcées à la fi n des années quatre-vingt-dix sous l égide du Comité de

Plus en détail

Quelles réformes pour limiter l instabilité financière?

Quelles réformes pour limiter l instabilité financière? Quelles réformes pour limiter l instabilité financière? 10 propositions Aujourd hui deux évidences s entrechoquent. En premier lieu, les marchés financiers ne s auto-régulent pas. En finance globalisée

Plus en détail

À quelles lacunes en matière de données doit-il être remédié?

À quelles lacunes en matière de données doit-il être remédié? Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 5 avril 2011 Français Original: anglais ECE/CES/2011/9 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Cinquante-neuvième

Plus en détail

Le financement de l économie dans le nouvel environnement réglementaire

Le financement de l économie dans le nouvel environnement réglementaire 16 juin 2015 Séminaire Sc Po / Banque de France Le financement de l économie dans le nouvel environnement réglementaire Lorenzo Bini Smaghi Président du Conseil d Administration Régulation bancaire en

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

3. Le pilotage par le cash

3. Le pilotage par le cash Cependant, l allocation du capital engagé ne peut pas toujours être opérée à des niveaux très fins. Il est néanmoins intéressant de tenter de le répartir sur de plus grands périmètres (diverses activités

Plus en détail

Réguler la liquidité bancaire

Réguler la liquidité bancaire Réguler la liquidité bancaire En schématisant beaucoup, on peut dire que la crise financière actuelle est née de l enchaînement de deux phénomènes : elle a trouvé sa source dans les dysfonctionnements

Plus en détail

LES 100 MESURES DE LA LOI DE SÉPARATION ET DE RÉGULATION DES ACTIVITÉS BANCAIRES

LES 100 MESURES DE LA LOI DE SÉPARATION ET DE RÉGULATION DES ACTIVITÉS BANCAIRES LES 100 MESURES DE LA LOI DE SÉPARATION ET DE RÉGULATION DES ACTIVITÉS BANCAIRES Les 100 mesures de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires 3 Séparer les opérations spéculatives

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L OCTROI DE PRÊTS HYPOTHÉCAIRES RÉSIDENTIELS

PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L OCTROI DE PRÊTS HYPOTHÉCAIRES RÉSIDENTIELS PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L OCTROI DE PRÊTS HYPOTHÉCAIRES RÉSIDENTIELS Janvier 2013 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Prise d effet et processus de mise à jour...

Plus en détail

Comprendre la crise économique Les Origines de la Crise

Comprendre la crise économique Les Origines de la Crise Comprendre la crise économique Les Origines de la Crise Patrick Bolton Columbia University Un tour d horizon des crises récentes Les Années 1980 Le Crack de 1987 Les Années 1990 La crise Japonaise La crise

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

J. Stiglitz et al., Pour une vraie réforme du système monétaire et financier international

J. Stiglitz et al., Pour une vraie réforme du système monétaire et financier international J. Stiglitz et al., Pour une vraie réforme du système monétaire et financier international Sur 300 pages, le rapport pointe les graves défauts du système monétaire et financier actuel et propose toute

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

Master en Gouvernance bancaire, contrôle et audit interne

Master en Gouvernance bancaire, contrôle et audit interne Master en Gouvernance bancaire, contrôle et audit interne EVALUATION PRELEMINAIRE COURS SUR LE REGLEMENTATION PRUDENTIELLE ET SUPERVISION BANCAIRE Cours dirigé par Mme Nadia Gamha, Directrice Générale

Plus en détail

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION 1. L UNION BANCAIRE Dans la zone euro, l extension de la crise à certains marchés de dettes souveraines a illustré qu une union monétaire réclame, outre une coordination renforcée des politiques budgétaires

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Chapitre 6 Comment expliquer les crises financières et réguler le système financier?

Chapitre 6 Comment expliquer les crises financières et réguler le système financier? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 27 février 2015 à 15:38 Chapitre 6 Comment expliquer les crises financières et réguler le système financier? Introduction L objectif du chapitre est de montrer la

Plus en détail

LES NORMES de fonds propres sont les règles qui aident

LES NORMES de fonds propres sont les règles qui aident Les exigences de Jaime Caruana et Aditya Narain LES NORMES de fonds propres sont les règles qui aident les autorités de contrôle à déterminer si les banques détiennent à tout moment des fonds propres suffisants

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière Royaume du Maroc المملكة المغربية Direction du Trésor et des finances Extérieures مديرية الخزينة و المالية الخارجية Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 30 janvier 2009 8h55 Dexia met en œuvre son plan de transformation pour consolider son redressement et devrait enregistrer

Plus en détail

Les nouveaux ratios prudentiels applicables aux établissements de crédit au titre du droit communautaire

Les nouveaux ratios prudentiels applicables aux établissements de crédit au titre du droit communautaire Les nouveaux ratios prudentiels applicables aux établissements de crédit au titre du droit communautaire Frédéric Leplat Les recommandations du Comité de Bâle II ont été reprises par deux directives communautaires

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9.

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. Rapport Pilier 3 Informations au 31 décembre 2012 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. INTRODUCTION...1 adéquation DES FONDS PROPRES...7 POLITIQUE DE GESTION DES FONDS PROPRES ET DES RISQUES.... 17 RISQUE DE CRÉDIT

Plus en détail

Internationalisation du secteur bancaire Perspective de l autorité de surveillance

Internationalisation du secteur bancaire Perspective de l autorité de surveillance Internationalisation du secteur bancaire Perspective de l autorité de surveillance Dr Nina Arquint, Membre de la Direction de la FINMA Structure internationale en matière de réglementation et de surveillance

Plus en détail

PROJET PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L OCTROI DE PRÊTS HYPOTHÉCAIRES RÉSIDENTIELS

PROJET PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L OCTROI DE PRÊTS HYPOTHÉCAIRES RÉSIDENTIELS PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L OCTROI DE PRÊTS HYPOTHÉCAIRES RÉSIDENTIELS Août 2012 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à

Plus en détail

Introduction. Jean-Marc FIGUET

Introduction. Jean-Marc FIGUET Introduction Jean-Marc FIGUET Introduction Les effets dévastateurs de la crise des subprimes sur : le système financier : Assèchement de la liquidité sur le marché monétaire (manque de confiance), Forte

Plus en détail

Le partenaire des directions financières

Le partenaire des directions financières Le partenaire des directions financières IFRS due diligences transaction services direction financière fast close reporting controlling évaluation externalisation CSP business plan consolidation Notre

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications

Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications (Juillet 1989) La vitesse de l innovation technologique liée aux ordinateurs et aux télécommunications, ces dernières années, et l intégration

Plus en détail

L Europe face à la crise économique et financière

L Europe face à la crise économique et financière L Europe face à la crise économique et financière Benoît Cœuré (École polytechnique) Centre d excellence Jean Monnet Rennes, 26 janvier 2009 Plan 1. La crise financière et sa transmission à l Europe 2.

Plus en détail

SEMINAIRE INTERNATIONAL «Risques de crédit bancaire en Afrique» Ouagadougou du 23 au 26 octobre 2012 Hôtel Laïco Ouaga 2000

SEMINAIRE INTERNATIONAL «Risques de crédit bancaire en Afrique» Ouagadougou du 23 au 26 octobre 2012 Hôtel Laïco Ouaga 2000 Contexte et justification du séminaire L actualité financière et bancaire de ces dernières années nous a instruit largement sur les conséquences que peut avoir une mauvaise notation financière sur la capacité

Plus en détail

La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative

La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative Stratégie 24 Update II/2014 La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative Depuis la fin de l année 2007, le secteur des hedges funds a entamé une traversée du désert. Pourtant, le nouveau

Plus en détail

Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés MAI 2015

Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés MAI 2015 Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés MAI 2015 Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés mai 2015 Ce document est imprimé sur du papier entièrement recyclé,

Plus en détail

BÂLE III : Décryptage, impacts et limites des nouvelles exigences réglementaires

BÂLE III : Décryptage, impacts et limites des nouvelles exigences réglementaires BÂLE III : Décryptage, impacts et limites des nouvelles exigences réglementaires Juillet 2011 Conseil opérationnel en stratégie et management Etude réalisée sous la direction de Yoni Elmalem, responsable

Plus en détail

L'analyse de la structure financière

L'analyse de la structure financière 2 L'analyse de la structure financière Les différentes conceptions La structure financière d une entreprise dépend principalement des contraintes technico-économiques liées à la nature des activités développées

Plus en détail

Réforme monétaire: par où commencer?

Réforme monétaire: par où commencer? Réforme monétaire: par où commencer? Troisième université d automne de l économie autrichienne 4-6 Octobre 2013, Troyes Nikolay Gertchev Chargé de cours à l'ichec Brussels Management School Plan de l'exposé

Plus en détail

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Fonds de placement en Suisse Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Table des matières Page Avant-propos 3 Définitions 4 Fonctionnement d un fonds de placement 6 Caractéristiques des fonds

Plus en détail

Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS

Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS Agenda 1. Les gérants indépendants sous pression 2. Surveillance actuelle 3. Directive AIFM

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance Esarc - MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT ET STRATEGIE FINANCIERE - BAC+5 - MSFI Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles). La FEDE est une association

Plus en détail

Forum 2014 de Making Finance Work For Africa (MFW4A)

Forum 2014 de Making Finance Work For Africa (MFW4A) Forum 2014 de Making Finance Work For Africa (MFW4A) M. Soyibou NDAO King Fahd Palace, Dakar - Juin 2014 PLAN DE LA PRESENTATION 01 L entité Bref aperçu sur l ADEPME 02 Le contexte : problématique du Rinancement

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Principes fondamentaux pour un contrôle bancaire efficace

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Principes fondamentaux pour un contrôle bancaire efficace Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Principes fondamentaux pour un contrôle bancaire efficace Septembre 2012 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter

Plus en détail