La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation"

Transcription

1 La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation Danièle NOUY, Secrétaire général de l Autorité de contrôle prudentiel 24 mars 2011 Banque de France - Autorité Conférence Les contrôles de l ACP de Contrôle Prudentiel co-organisée par l Autorité de contrôle prudentiel et ENSAE-ParisTech Séminaire EFE - 12 octobre 2010

2 Introduction Une conférence co-organisée par l ACP et ENSAE-ParisTech qui rassemble : - des professionnels des banques et des assurances, - des universitaires spécialistes de la stabilité financière, - des hauts fonctionnaires en charge de la régulation et de la supervision du secteur financier, qui partageront avec vous leur vision d un univers méconnu parfois, passionnant toujours. 2

3 Sommaire 1. Un cadre rénové de supervision en France 2. Pour agir au sein de la nouvelle architecture de supervision en Europe 3. En s appuyant sur des pouvoirs et des compétences renforcés. 3

4 Un cadre rénové de la supervision en France Le système français de supervision a bien fonctionné dans la crise : Le secteur des assurances n a pas connu d incident ; Avec l Italie et le Canada, la France est un des trois seuls pays où le dispositif de soutien aux banques n a pas coûté un centime aux contribuables. La crise a montré la sensibilité du secteur financier. Créer l ACP, c est dessiner le modèle de supervision le plus efficace pour demain. 4

5 Une nouvelle autorité issue de la fusion des 4 autorités de la banque et de l assurance Autorités de contrôle Commission bancaire (CB) Autorités d agrément Autorité de contrôle des assurances (ACAM) Comité des établissements de crédit et des entreprises d investissement (CECEI) Comité des entreprises d assurance (CEA) Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP) 5

6 Des missions et un périmètre de supervision élargis Missions étendues Contribuer à la préservation de la stabilité financière; Veiller à la protection des clients et des assurés. Meilleure visibilité en France et à l international Périmètre de supervision élargi En France : Une seule autorité compétente pour délivrer les agréments, les autorisations, les avis et assurer le contrôle prudentiel. A l international : L ACP dispose de la taille critique dans les négociations internationales. Établissements de crédit, entreprises d investissement : environ 900 entités. Sociétés d assurance, Institutions de Prévoyance, Mutuelles : environ organismes. Une meilleure vision d ensemble des risques portés par les groupes financiers. Organisation et moyens adaptés Environ 900 agents : apportant leur connaissance approfondie du secteur des assurances et des banques. Adossement Banque de France : coordination en cas de crise, analyses macroéconomiques et connaissance du tissu des entreprises mises à la disposition du contrôle prudentiel par la Banque de France. Pouvoirs renforcés : pouvoirs de police administrative. 6

7 Une architecture permettant d adopter une vision transversale des secteurs bancaire et assurantiel tout en tenant compte des problématiques propres à chacun COLLEGE (19 membres) Formation plénière (19 membres) Président (Gouverneur Banque de France), président de l AMF, président de l ANC, conseiller d Etat, conseiller à la Cour de cassation, conseiller maître à la Cour des Comptes, vice-président expert en assurance, deux autres experts, quatre personnalités compétentes en assurance et quatre en banque, deux membres désignés, à raison de leur compétence, par les présidents de l Assemblée nationale et du Sénat Formation restreinte (8 membres) Président (Gouverneur Banque de France), vice-président, deux des quatre membres compétents en assurance, deux des quatre membres compétents en banque, deux membres désignés parmi le président de l ANC, les conseillers d Etat, à la Cour de cassation, à la Cour des Comptes et les deux experts Sous-collège sectoriel banque (8 membres dont quatre compétents en banque.) Sous-collège sectoriel assurance (8 membres dont quatre compétents en assurance. Le vice-président de l ACP préside ce sous-collège, le Gouverneur en est membre.) COMMISSION DES SANCTIONS ( 6 membres) deux conseillers d Etat, dont le président un conseiller à la Cour de cassation trois membres compétents nommés par le ministre chargé de l Economie Commissions consultatives majoritairement des professionnels de la banque et de l assurance 24/03/2011 Danièle Nouy, Secrétaire général de l ACP 7

8 La création de l ACP répond à une exigence accrue en termes de stabilité du système financier La décision de regrouper la surveillance des risques bancaires et assurantiels au sein d une même autorité adossée à la Banque de France repose sur deux constats : Les banques et les assurances entretiennent des relations étroites et complexes et sont confrontées à des risques communs. Le modèle de supervision bancaire français, fondé sur l adossement du contrôle prudentiel à la banque centrale, a démontré sa pertinence pendant la crise. L ACP bénéficie ainsi d une vue élargie des acteurs du système financier. Ce schéma garantit un traitement optimum et coordonné des situations d urgence. 8

9 La création de l ACP répond à une exigence accrue en termes de stabilité du système financier Derrière la notion de stabilité financière, des enjeux très concrets, «d intérêt général», définis par le gouvernement comme des «intérêts vitaux» : La distribution efficace, rationnelle, du crédit aux ménages et aux entreprises ; L égalité des conditions de concurrence entre zones économiques et modèles bancaires. Le régulateur doit accompagner l industrie au moment où elle aborde des révolutions réglementaires et où des géants internationaux émergent. 9

10 L organisation de l ACP répond aux objectifs suivants : Assurer un haut niveau de «compétences sectorielles» (banques, assurance); Développement des approches «transsectorielles»; Adossement à la Banque de France; Autonomie fonctionnelle. 10

11 Les compétences sectorielles Assurances : 2 Directions du contrôle des assurances, mutuelles et institutions de prévoyance, composées de 4 «brigades», une Direction des Contrôles Spécialisés et Transversaux. Banques : 2 Directions du contrôle des établissements de crédit et entreprises d investissement, une Délégation au Contrôle sur place. 11

12 Les approches transsectorielles International Pratiques commerciales Études Agrément Juridique Et bien sûr des «fonctions support» qui développent les synergies : ressources humaines, systèmes d information, méthodologie, gestion budgétaire, moyens immobiliers 24/03/2011 Danièle Nouy, Secrétaire général de l ACP 12

13 ACP : l organigramme 13

14 Une autorité adossée à la Banque de France La présidence de l Autorité est confiée au gouverneur de la Banque de France. Le vice-président de l ACP est membre du conseil général de la Banque de France. L adossement trouve son fondement dans la complémentarité des missions de la Banque centrale en matière de stabilité financière : coopération et échange d informations avec la Banque de France pour l exercice des missions respectives, notamment en matière de stabilité financière ; missions et expertise de la Banque de France en matière de moyens de paiement, systèmes de règlement interbancaires et autres infrastructures de marché. 14

15 Une autorité administrative indépendante Une autorité dépourvue de la personnalité morale, mais dont l indépendance est garantie : Par une organisation collégiale Par le statut de ses membres, qui comprennent : des représentants des autorités publiques et des magistrats ; des personnes compétentes et d anciens professionnels. Ils se voient confier un mandat de cinq ans. Ils sont soumis à des règles déontologiques pour éviter tout conflit d intérêt. Par une autonomie fonctionnelle : autonomie financière (contribution pour frais de contrôle) ; autonomie d organisation des services. 15

16 Pour conclure sur les principes d organisation Compétences sectorielles Approche transsectorielle Autonomie fonctionnelle Adossement à la Banque de France permettent à l ACP d avoir un rôle renforcé sur ses missions prudentielles d origine, en matière de protection de la clientèle et à l international. 24/03/2011 Danièle Nouy, Secrétaire général de l ACP 16

17 Rôle renforcé de l ACP en matière de protection de la clientèle Responsabilités étendues en matière de contrôle de la commercialisation des produits financiers Dotée d une Direction du contrôle des pratiques commerciales, l ACP veille au respect : des dispositions législatives et réglementaires ; des règles de bonne pratique de chaque profession. Coopération renforcée avec l Autorité des Marchés Financiers Création d un pôle commun chargé de l élaboration des politiques de contrôle en matière de pratiques de commercialisation ; Supervision des conditions de commercialisation et respect des obligations des opérateurs envers leurs clients, emprunteurs, assurés, adhérents, bénéficiaires et ayants droit ; Veille sur l évolution des produits financiers dans le cadre d un observatoire ; Surveillance conjointe de la publicité. Mise en place d un point d entrée commun pour les demandes des clients. Travail en lien étroit avec la DGCCRF Coordination entre le Secrétaire général de l ACP et la DGCCRF sur les activités de contrôle relatives aux dispositions du code de la consommation. 17

18 L ACP pèsera davantage au niveau international Préserver les modèles français de la banque et de l assurance L ACP a pour mandat de défendre les modèles français de la banque et de l assurance, qui ont fait la preuve de leur résilience au cours de la crise. Représenter la France au sein des différentes instances européennes L ACP sera la voix de la France au sein des différentes instances européennes qui se mettent progressivement en place. Cela sera en particulier le cas dans le Système européen de surveillance financière (SESF). 18

19 Sommaire 1. Un cadre rénové de supervision en France 2. Pour agir au sein de la nouvelle architecture de supervision en Europe 3. En s appuyant sur des pouvoirs et des compétences renforcés. 19

20 Une nouvelle architecture de supervision en Europe depuis le 1 er janvier 2011 Cette mise en place le 1 er janvier 2011 du Système Européen de Supervision Financière (SESF) répond à deux problématiques : La nécessité de procéder à un suivi macro-prudentiel des risques afin d identifier les risques pesant sur le système financier dans son ensemble ; Le renforcement de la convergence des standards techniques et de la coordination des superviseurs nationaux, qui est déjà une réalité depuis plusieurs années avec l instauration des collèges de supervision des groupes transfrontaliers européens. Objectif : identifier au plus tôt les risques de déséquilibres et prendre les mesures nécessaires pour les corriger avant l émergence d une nouvelle crise. La surveillance individuelle des établissements de crédit et des entreprises d assurance reste de la responsabilité des autorités nationales, garantissant ainsi la proximité nécessaire à la bonne compréhension et au contrôle rapproché des risques. 20

21 Architecture du Système Européen de Supervision Financière (SESF) Supervision macro-prudentielle Comité Européen du Risque Systémique (CERS = ESRB) Président : Gouverneur de la BCE Conseil général (Prend les décisions) Comité exécutif (Prépare les décisions) Comité scientifique consultatif Comité technique consultatif Mécanisme d alerte précoce Information sur les risques systémiques Supervision micro-prudentielle Information sur les développements micro-prudentiels Comité conjoint des autorités de supervision européennes Autorité Bancaire Européenne (ABE = EBA) Autorité Européenne des Assurances et des Pensions Professionnelles (AEAPP = EIOPA) Superviseurs nationaux Autorité Européenne des Marchés Financiers (AEMF = ESMA) 21

22 Les nouvelles autorités chargées de la supervision des banques et des assurances sont dotées de pouvoirs renforcés Ce sont de véritables Autorités européennes ayant la personnalité juridique et les pouvoirs pour : Harmoniser la mise en œuvre des directives et normes relatives aux banques et aux assurances ; Homogénéiser les pratiques des autorités de contrôle nationales ; Parfaire la coordination de la supervision des groupes bancaires et des groupes d assurance. Les ABE et AEAPP ont de nouvelles tâches et compétences, notamment : Élaborer des projets de normes techniques qui ont un caractère obligatoire ; Émettre des orientations et recommandations à l intention des autorités nationales ou des établissements afin d aider à la cohérence de l application des règles communautaires ; Collecter des informations et analyser l évolution des marchés et la résilience des établissements. 22

23 Sommaire 1. Un cadre rénové de supervision en France 2. Pour agir au sein de la nouvelle architecture de supervision en Europe 3. En s appuyant sur des pouvoirs et des compétences renforcés. 23

24 Des pouvoirs et des compétences renforcés Agrément et autorisation : Banque et assurance sont des secteurs «réglementés», l ACP examine les créations d activité, les fusions, les changements d actionnariat Contrôle : Une surveillance permanente, pour évaluer la montée des risques, imposer des actions correctrices, si des exigences minimales de solvabilité, liquidité, division des risques sont en cause ; Des contrôles sur place. 24

25 Des pouvoirs et des compétences renforcés Une présentation très concrète lors des tables rondes de cette journée 25

26 Conclusion L Autorité de contrôle prudentiel est née de la volonté des pouvoirs publics : De tirer les conséquences de la crise financière et veiller à la stabilité financière ; D assurer une meilleure protection de la clientèle ; De renforcer la présence internationale du superviseur ; D assurer un contrôle d une plus grande efficacité. L ACP fait plus que cumuler les pouvoirs, moyens humains et financiers dont disposaient ses prédécesseurs. Elle les met désormais au service de l exercice de ses missions élargies, et ce qui nous attend, et qui attend ceux qui vont nous rejoindre, c est.. 26

27 Conclusion..ce qui nous attend, et ce qui attend ceux qui vont nous rejoindre, c est principalement : Des travaux internationaux Solvabilité II Bâle III 27

28 BANQUES ASSURANCES Un concentré de travaux internationaux Juil. 09: CEIOPS CP46 Nov. 09: CEIOPS critères d éligibilité sous Solvency II Juil. 10:QIS 5 spécifications techniques finales Août 10 Nov 10: QIS Dec. 12: Solvency II 2013 Juin 09: CEBS CP 27 (hybrides) Juil. 09: BCBS (Bâle III) (1) Fev.10: CRD 4 CP (// Bâle III) Ptps 10: QIS Bâle III-CRD4 Juil.10: GHOS communiqué de presse Juil. 10: BCBS CP sur coussin de capital contracyclique Jan. 11/ Dec.11 CRD 3 Jan 2013: Bâle III/ CRD 4 Sept. 09: CRD 2 Août 10: BCBS & FSB rapports d impact macroéconomiques Dec. 09: CEBS CP33 on Core Tier 1 Dec. 09: BCBS (Bâle III) (2) Août 10: BCBS CP sur absorption des pertes au point de non-viabilité Sept.10: GHOS 2 nd comm. de presse Sept-Dec. 10: Finalisation Bâle III Oct.10: CRD 2 transposée Dec. 10: application de CRD2 28

29 Solvabilité II Objectif de la réforme : renforcer l intégration du marché européen de l assurance, la protection des assurés et la compétitivité des assureurs et réassureurs européens. Les organismes d assurance français viennent de terminer QIS 5, cad la 5 ème et dernière étude d impact, essentielle pour assurer une meilleure calibration et la prise en compte des spécificités et du marché français. L ensemble des organismes d assurance doit se préparer activement à la mise en œuvre opérationnelle de ce nouveau cadre réglementaire. 29

30 Bâle III Objectifs de la réforme : renforcer la qualité des fonds propres, améliorer la couverture et la gestion des risques, limiter l effet de levier, réduire la procyclicité, minimiser le risque systémique Une mise en œuvre progressive 30

31 Bâle III Bâle III modifie et complète Bâle II Pilier 1 Pilier 2 Pilier 3 Ratios de liquidité Risques pondérés Définition des fonds propres Coussin contracyclique Ratio de levier titrisation Risque de crédit Risque opérationnel Risques de marché Coussin de conservation Approche standard Approche notations internes Coussin BIS? Bâle III Sera transposée via la CRD3 et la CRD4 Plein effet attendu pour 2019 Coût minimum estimé de 80 GEUR 31

32 Bâle III : une mise en œuvre progressive Calendrier des réformes -Définition du noyau dur des fonds propres de base -Structure des fonds propres - Ratio de levier -Mesures contra-cycliques -Ratio de liquidité Revue fondamentale de la surveillance des risques de marché A Durcissement des exigences prudentielles -Activités de marché -Titrisation/Retitrisation -Processus de surveillance prudentielle -Discipline de marché B -Définition du noyau dur des fonds propres de base -Structure des fonds propres -Leverage ratio -Mesures contra-cycliques -Ratio de liquidité 31/12/ /04/ /12/ /06/ /12/ /01/2013 Étude d impact Finalisation/Calibrage des propositions Propositions pour consultation A Mise en œuvre B Mise en œuvre Étude d impact de la plupart de ces nouvelles mesures au 1er semestre 2010 suivie d une finalisation et d un calibrage des propositions fin Ce calendrier vise à respecter l objectif d une mise en œuvre d ici fin 2012 fixé par le G20. 32

33 La supervision des banques et des assurances par l Autorité de Contrôle Prudentiel : défis et opportunités dans un environnement en mutation Je vous remercie de votre attention, et maintenant place aux questions et aux tables rondes 33

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL Christine LAGARDE Conférence de presse du 9 mars 2010 DOSSIER DE PRESSE

Plus en détail

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION Autorité administrative indépendante adossée à la Banque de France, l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution est en charge de l agrément

Plus en détail

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU)

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) 1. Le MSU est l un des piliers de l Union bancaire européenne 2. La mise en œuvre opérationnelle

Plus en détail

Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la gouvernance des établissements

Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la gouvernance des établissements Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la European Institute of Financial Regulation Paris Matinale EIFR du 17 mai 2010 Danièle NOUY Secrétaire Général de l Autorité de Contrôle Prudentiel

Plus en détail

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt La surveillance prudentielle des institutions de dépôt Journée des carrières de PRMIA Montréal Présentée par : Gouro Sall Diagne Mardi 17 mars 2015 Autorité des marchés financiers AGENDA L AUTORITÉ DES

Plus en détail

LES MODALITES DE MISE EN PLACE DE L AUTORITE DE CONTROLE PRUDENTIEL

LES MODALITES DE MISE EN PLACE DE L AUTORITE DE CONTROLE PRUDENTIEL COMMUNICATION A LA COMMISSION DES FINANCES, DE L ECONOMIE GENERALE ET DU CONTROLE BUDGETAIRE DE L ASSEMBLEE NATIONALE (ARTICLE 58-2 DE LA LOI ORGANIQUE RELATIVE AUX LOIS DE FINANCES DU 1ER AOUT 2001 ET

Plus en détail

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

Réformes européennes et stabilité financière

Réformes européennes et stabilité financière Réformes européennes et stabilité financière 3/04/2012 Martin MERLIN Chef d'unité DG Marché intérieur et services Causes de la crise financière de 2007-2008 Déséquilibres macro-économiques Lacunes réglementaires

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

Supervision des banques marocaines panafricaines

Supervision des banques marocaines panafricaines Supervision des banques marocaines panafricaines Mme Hiba ZAHOUI, Directeur Adjoint de la Supervision Bancaire Conférence Banque de France FERDI : Réussir l intégration financière en Afrique - 27 Mai 2014

Plus en détail

Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège. Chapitre 1 er Composition des formations

Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège. Chapitre 1 er Composition des formations Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège Article 1 er Chapitre 1 er Composition des formations Les membres composant le Collège restreint, les sous-collèges

Plus en détail

Être un acteur influent de l évolution du cadre réglementaire international, européen et français

Être un acteur influent de l évolution du cadre réglementaire international, européen et français CHAPITRE 5 Être un acteur influent de l évolution du cadre réglementaire international, européen et français Sommaire 165 L action de l ACP dans les instances européennes et internationales 178 La poursuite

Plus en détail

Guide relatif à la surveillance bancaire

Guide relatif à la surveillance bancaire Guide relatif à la surveillance bancaire Novembre 2014 Banque centrale européenne, 2014 Adresse postale 60640 Francfort-sur-le-Main, Allemagne Téléphone +49 69 1344 0 Internet http://www.ecb.europa.eu

Plus en détail

Les défis du reporting macro-prudentiel

Les défis du reporting macro-prudentiel Les défis du reporting macro-prudentiel EIFR 25 mars 2014 Bruno LONGET Banque de France Direction de la Balance des paiements Réf : D14-014 Introduction : pourquoi renforcer le dispositif de surveillance

Plus en détail

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION 1. L UNION BANCAIRE Dans la zone euro, l extension de la crise à certains marchés de dettes souveraines a illustré qu une union monétaire réclame, outre une coordination renforcée des politiques budgétaires

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

7 ème partie du rapport

7 ème partie du rapport 3 6 ème partie du rapport SOMMAIRE DU TOME II Avertissement : De très nombreuses modifications purement formelles ont été apportées au texte adopté par le Sénat, sans avoir fait l objet d amendements en

Plus en détail

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence?

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? CNIS, commission Système financier et financement de l'économie Jeudi 25 septembre 2014 Omar Birouk DGS-Banque de France Yamina Tadjeddine EconomiX,

Plus en détail

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009 IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE SOMMAIRE 1- Préambule /Contexte 2- Macro analyse d impact sur l épargne 3- Transition vers

Plus en détail

Lancement de l Association Professionnelle des Intermédiaires en Crédits (APIC)

Lancement de l Association Professionnelle des Intermédiaires en Crédits (APIC) Lancement de l Association Professionnelle des Intermédiaires en Crédits (APIC) Cafpi, leader historique en matière de courtage en crédit immobilier, Meilleurtaux.com dont le développement s est appuyé

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA SURVEILLANCE BANCAIRE

GUIDE RELATIF À LA SURVEILLANCE BANCAIRE GUIDE RELATIF À LA SURVEILLANCE BANCAIRE. Septembre 2014 Banque centrale européenne, 2014 Adresse Kaiserstrasse 29, 60311 Francfort-sur-le-Main, Allemagne Adresse postale Postfach 16 03 19, 60066 Francfort-sur-le-Main,

Plus en détail

Master en Gouvernance bancaire, contrôle et audit interne

Master en Gouvernance bancaire, contrôle et audit interne Master en Gouvernance bancaire, contrôle et audit interne EVALUATION PRELEMINAIRE COURS SUR LE REGLEMENTATION PRUDENTIELLE ET SUPERVISION BANCAIRE Cours dirigé par Mme Nadia Gamha, Directrice Générale

Plus en détail

Bâle III : les impacts à anticiper

Bâle III : les impacts à anticiper FINANCIAL SERVICES Bâle III : les impacts à anticiper Mars 2011 2 Bâle III Bâle III 3 1. Contexte Bâle III a été entériné en novembre 2010 lors du sommet du G20 de Séoul. De nouvelles règles annoncées

Plus en détail

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui De Solvabilité I àsolvabilitéii Les trois piliers Le processus «Lamfalussy» Le calendrier Le rôle de la FFSA aujourd hui Les points de vigilance La France en Europe Réavie 15 octobre 2009 2 De Solvabilité

Plus en détail

Formation «Les états COREP : risques de crédit»

Formation «Les états COREP : risques de crédit» Adapté Bâle III Formation «Les états COREP : risques de crédit» REFERENCE : 409 1. Objectif général Permettre à tout participant de se familiariser avec les états COREP relatifs au risque de crédit. Comprendre

Plus en détail

Gestion du risque de crédit et stabilité financière

Gestion du risque de crédit et stabilité financière Gestion du risque de crédit et stabilité financière LAURENT CLERC Direction des Études économiques et de la Recherche Service des Études sur les politiques monétaire et financière L Institut bancaire et

Plus en détail

B. Réglementation prudentielle

B. Réglementation prudentielle B. Réglementation prudentielle 1. Introduction Au cours de l année sous revue, les travaux sur la réforme du cadre réglementaire prudentiel se sont poursuivis. La transposition des mesures en droits belge

Plus en détail

La commercialisation des produits financiers : quelles sont les attentes des épargnants?

La commercialisation des produits financiers : quelles sont les attentes des épargnants? La commercialisation des produits financiers : quelles sont les attentes des épargnants? Natalie LEMAIRE, Directrice des relations avec les épargnants de l AMF, Coordonnatrice du pôle commun AMF/ACP Jeudi

Plus en détail

FR 2014. La surveillance bancaire européenne prend forme L ABE évolue dans un contexte mouvant. Rapport spécial COUR DES COMPTES EUROPÉENNE

FR 2014. La surveillance bancaire européenne prend forme L ABE évolue dans un contexte mouvant. Rapport spécial COUR DES COMPTES EUROPÉENNE FR 2014 n 05 Rapport spécial La surveillance bancaire européenne prend forme L ABE évolue dans un contexte mouvant COUR DES COMPTES EUROPÉENNE COUR DES COMPTES EUROPÉENNE 12, rue Alcide De Gasperi 1615

Plus en détail

AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ 1 AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ

AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ 1 AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ 1 AG2R LA MONDIALE - - VIASANTÉ AG2R LA MONDIALE - - VIASANTÉ SOMMAIRE LE RAPPROCHEMENT 5 L union fait la force 6 Les grandes étapes 7 UN NOUVEL ENSEMBLE COMPLET 9 Un Groupe équilibré en retraite complémentaire

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

COMMISSARIAT AUX ASSURANCES RAPPORT ANNUEL

COMMISSARIAT AUX ASSURANCES RAPPORT ANNUEL COMMISSARIAT AUX ASSURANCES RAPPORT ANNUEL 2014 /2015 2014 /2015 Le présent rapport et les données statistiques sont établis conformément aux dispositions de la loi modifiée du 6 décembre 1991 sur le

Plus en détail

PROJET DE LOI DE REGULATION BANCAIRE ET FINANCIERE ETUDE D IMPACT

PROJET DE LOI DE REGULATION BANCAIRE ET FINANCIERE ETUDE D IMPACT PROJET DE LOI DE REGULATION BANCAIRE ET FINANCIERE ETUDE D IMPACT Décembre 2009 1 2 I. CONTEXTE DE LA REFORME... 5 A. SUPERVISION DES ACTEURS ET DES MARCHES FINANCIERS... 5 1. Au niveau international :

Plus en détail

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014 Présentation à l EIFR 25 mars 2014 1 Contexte BCBS 239 Les établissements font face depuis les cinq dernières années aux nombreux changements réglementaires visant à renforcer la résilience du secteur:

Plus en détail

SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF

SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF ASFFOR le 13 février 2014 1 Introduction L arrêté du 23 décembre 2013 relatif au régime prudentiel des sociétés de financement a donné à l

Plus en détail

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés SOLVABILITE II Glossaire et notions clés Version septembre 2013 A Actuaire Spécialiste qui applique la statistique et le calcul des probabilités pour la conduite d opérations financières et d assurance.

Plus en détail

G20 Finances et avancées de la réforme de la régulation financière

G20 Finances et avancées de la réforme de la régulation financière G20 Finances et avancées de la réforme de la régulation financière Christine LAGARDE Ministre de l Économie, des Finances et de l Industrie Février 2011 Réguler les marchés dérivés (CDS notamment) Réguler

Plus en détail

I N V I T A T I O N Cycle de formation

I N V I T A T I O N Cycle de formation I N V I T A T I O N Cycle de formation Comprendre les conditions de financement des PME post-crise De 8h30 à 14h - CGPME 75 19 rue de l Amiral d Estaing 75116 Paris OBJECTIF DU SEMINAIRE : Les PME sont

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2015-378 du 2 avril 2015 transposant la directive

Plus en détail

Commission de Surveillance du Secteur Financier

Commission de Surveillance du Secteur Financier COMMUNIQUE DE PRESSE 13/20 PUBLICATION DU RAPPORT D ACTIVITES 2012 DE LA COMMISSION DE SURVEILLANCE DU SECTEUR FINANCIER (CSSF) Même si cela peut paraître surprenant par des temps aussi mouvementés, l

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE C 352/4 FR Journal officiel de l'union européenne 7.10.2014 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 25 juillet 2014 sur une proposition de directive

Plus en détail

LA REFORME DE BÂLE III

LA REFORME DE BÂLE III LA REFORME DE BÂLE III CHRISTIANE RUBEIZ Chargée d enseignement à la FGM RÉSUMÉ La crise financière qui a fortement impacté l économie mondiale ces dernières années a mis en évidence les faiblesses du

Plus en détail

Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2

Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2 Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2 PIERRE-YVES THORAVAL Secrétariat général de la Commission bancaire Amorcées à la fi n des années quatre-vingt-dix sous l égide du Comité de

Plus en détail

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014.

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014. Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives 2014 Contexte du BCBS 239 2 Une nouvelle exigence Les Principes aux fins de l agrégation des données sur les et de la notification des

Plus en détail

INSTITUT BANCAIRE ET FINANCIER INTERNATIONAL SÉMINAIRES

INSTITUT BANCAIRE ET FINANCIER INTERNATIONAL SÉMINAIRES INSTITUT BANCAIRE ET FINANCIER INTERNATIONAL SÉMINAIRES 2015 Sommaire Calendrier 2 à 5 Fiches descriptives des séminaires 7 à 32 Activités spécifiques de l IBFI 33 Informations pratiques 35 Organigramme

Plus en détail

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. Rapport Pilier III Informations au 31 décembre 2011 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. INTRODUCTION...1 adéquation DES FONDS PROPRES...5 POLITIQUE DE GESTION DES FONDS PROPRES ET DES RISQUES.... 13 RISQUE DE CRÉDIT

Plus en détail

C. Contrôle prudentiel

C. Contrôle prudentiel C. Contrôle prudentiel 1. Développement d un contrôle plus intensif et plus exhaustif Dans le courant de 2012 et de 2013, le FMI a procédé à une analyse complète et approfondie du secteur financier belge

Plus en détail

Réforme bancaire : ce que dit le

Réforme bancaire : ce que dit le Réforme bancaire : ce que dit le projet de loi Le Monde.fr 27.11.2012 à 19h15 Mis à jour le 28.11.2012 à 07h13 Par Anne Michel Le projet de loi vise à "remédier à certaines carences du dispositif de régulation

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LA RÉGULATION BANCAIRE À L ÉPREUVE DE LA CRISE FINANCIÈRE

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LA RÉGULATION BANCAIRE À L ÉPREUVE DE LA CRISE FINANCIÈRE LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série : Études économiques LA RÉGULATION BANCAIRE À L ÉPREUVE DE LA CRISE FINANCIÈRE L'étude présentée dans ce document est de la seule responsabilité du Service des Études

Plus en détail

L Union bancaire européenne Une réforme à la hauteur des enjeux? Dominique Plihon Attac France ESU Paris 20 août, 2014

L Union bancaire européenne Une réforme à la hauteur des enjeux? Dominique Plihon Attac France ESU Paris 20 août, 2014 L Union bancaire européenne Une réforme à la hauteur des enjeux? Dominique Plihon Attac France ESU Paris 20 août, 2014 Introduction Union bancaire européenne (UBE) : décision du conseil européen de décembre

Plus en détail

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 En bref L arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne des entreprises

Plus en détail

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE Sommaire du document 1. OBSERVATIONS GENERALES 1.1. Le SME est indispensable, les instruments juridiques actuels étant insuffisants.

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

Inspection générale des Finances N 2008-M-069-02 RAPPORT

Inspection générale des Finances N 2008-M-069-02 RAPPORT Inspection générale des Finances N 2008-M-069-02 RAPPORT DE LA MISSION DE REFLEXION ET DE PROPOSITIONS SUR L ORGANISATION ET LE FONCTIONNEMENT DE LA SUPERVISION DES ACTIVITES FINANCIERES EN FRANCE Établi

Plus en détail

BÂLE III : Décryptage, impacts et limites des nouvelles exigences réglementaires

BÂLE III : Décryptage, impacts et limites des nouvelles exigences réglementaires BÂLE III : Décryptage, impacts et limites des nouvelles exigences réglementaires Juillet 2011 Conseil opérationnel en stratégie et management Etude réalisée sous la direction de Yoni Elmalem, responsable

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle Octobre 2013 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté,

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

FinAfrique Research. L impact des réglementations internationales BÂLE I, II & III sur le système bancaire africain

FinAfrique Research. L impact des réglementations internationales BÂLE I, II & III sur le système bancaire africain FinAfrique Research Vous présente : L impact des réglementations internationales BÂLE I, II & III sur le système bancaire africain Idrissa COULIBALY Directeur Associé en Charge de l Afrique de l Ouest

Plus en détail

Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires. Rappel historique et problématiques post crise

Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires. Rappel historique et problématiques post crise Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires Rappel historique et problématiques post crise 1/ Rappel historique a) Étape 1 Régulation issue du Comité de Bâle Bâle 1 «ratio Cooke» 1988-8%

Plus en détail

Capital Requirement Regulation

Capital Requirement Regulation Capital Requirement Regulation Sommaire du règlement UE n 575/2013 Exigences prudentielles applicables aux établissements de crédit et entreprises d investissement La directive CRD IV et le règlement

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Charte

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Charte Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Charte Janvier 2013 La présente publication est disponible sur le site de la BRI (www.bis.org). Banque des Règlements Internationaux 2013. Tous droits réservés.

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs LA FRANCAISE GLOBAL INVESTMENT SOLUTIONS La Française GIS est une des 3 entités du Groupe La Française et

Plus en détail

Discours de M. Bruno SALMON, Président de l ASF, à l occasion de l Assemblée Générale du 7 juin 2011

Discours de M. Bruno SALMON, Président de l ASF, à l occasion de l Assemblée Générale du 7 juin 2011 Discours de M. Bruno SALMON, Président de l ASF, à l occasion de l Assemblée Générale du 7 juin 2011 Madame, Je vous remercie très sincèrement d avoir répondu à notre invitation et d être venue à la rencontre

Plus en détail

La lettre de. Square. # 3 Octobre 2012. Les réglementations. bancaires

La lettre de. Square. # 3 Octobre 2012. Les réglementations. bancaires La lettre de Square # 3 Octobre 2012 Les réglementations bancaires Sommaire 1 Présentation par Adrien Aubert, project manager et Aziz Kefi, consultant senior, Vertuo Conseil Pour une approche critique

Plus en détail

Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013. Paris, le 6 juin 2013

Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013. Paris, le 6 juin 2013 Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013 Paris, le Programme Évolutions quantitatives et impacts associés Enseignements à tirer des derniers travaux demandés par l EIOPA (Pilier 1)

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

L Europe bancaire et financière M2 Politiques européennes

L Europe bancaire et financière M2 Politiques européennes L Europe bancaire et financière M2 Politiques européennes Delphine Lahet Introduction 1. Définitions des concepts et de l environnement réglementaire a. Concepts : les acteurs, les évolutions des métiers

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 25 février 2014 RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE Portée par ses activités de crédits, La Banque Postale poursuit son développement et enregistre des résultats

Plus en détail

ARVIGE RAPPORT DE GESTION. Exercice 2006

ARVIGE RAPPORT DE GESTION. Exercice 2006 ARVIGE RAPPORT DE GESTION Exercice 2006 Le présent rapport a été approuvé par le conseil d administration d ARVIGE qui s est tenu le 24 avril 2007, sur convocation de son Président, Monsieur Yves CHEVILLOTTE.

Plus en détail

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L impact de la crise financière récente sur le secteur financier et les économies a été extrêmement

Plus en détail

Table des matières. Remerciements 15

Table des matières. Remerciements 15 Pratiques et techniques bancaires 5 Table des matières Remerciements 15 1 Introduction 16 11 À l origine du métier de banquier 17 12 Intermédiation financière 18 121 Ménages 19 122 Entreprises 19 123 États

Plus en détail

XBRL, Solvabilité II et l Autorité de Contrôle Prudentiel

XBRL, Solvabilité II et l Autorité de Contrôle Prudentiel XBRL, Solvabilité II et l Autorité de Contrôle Prudentiel Conférence XBRL France - XBRL Europe Mardi 23 octobre 2012 Jean-Luc MENDA, Directeur Adjoint Responsable du Système d information Autorité de contrôle

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

Les autorités de contrôle et de régulation du secteur financier

Les autorités de contrôle et de régulation du secteur financier Les autorités de contrôle et de régulation du secteur financier PRESENTATION La politique publique de régulation bancaire et financière répond à des objectifs de sécurité et de stabilité du système financier

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Forum XBRL francophone 2012

Forum XBRL francophone 2012 Forum XBRL francophone 2012 Comment garantir la conformité ACP? Pré-requis? Démarche de gouvernance? Impacts sur le SI? 23 octobre 2012 Réf.: UMANIS_FORUM_XBRL_2012 V00 Version : 1.0 Date : 23/10/2012

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION D'AFRITAC DE L'OUEST SUR LA SURVEILLANCE DES GROUPES BANCAIRES ET DE LEURS FILIALES

SEMINAIRE DE FORMATION D'AFRITAC DE L'OUEST SUR LA SURVEILLANCE DES GROUPES BANCAIRES ET DE LEURS FILIALES SEMINAIRE DE FORMATION D'AFRITAC DE L'OUEST SUR LA SURVEILLANCE DES GROUPES BANCAIRES ET DE LEURS FILIALES (Abidjan, du 13 au 17 janvier 2014) ETAT DE PREPARATION A LA RESOLUTION DES CRISES DE GROUPES

Plus en détail

LE BILAN D UNE BANQUE

LE BILAN D UNE BANQUE Il est composé de 14 chapitres : Organisation des états financiers IFRS Trésorerie et opérations interbancaires Crédits à la clientèle Dépôts de la clientèle Activités sur titres Dettes représentées par

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

SOLVENCY II: GOUVERNANCE ET NOUVELLE POLITIQUE DE EIFR 25.06.2014

SOLVENCY II: GOUVERNANCE ET NOUVELLE POLITIQUE DE EIFR 25.06.2014 SOLVENCY II: GOUVERNANCE ET NOUVELLE POLITIQUE DE RISQUE EIFR 25.06.2014 LA MUTUALITÉ FRANÇAISE La mutualité française en quelques chiffres 2 LES CHIFFRES CLÉS ET L ORGANISATION DE LA MUTUALITÉ Un acteur

Plus en détail

Asset Quality Review

Asset Quality Review Asset Quality Review Eclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières En quelques mots... 3 Contexte : une confiance sur la santé des bilans des banques européennes fragile... 3 Objectifs et Enjeux...

Plus en détail

Travaux internationaux et grandes lignes du dispositif français

Travaux internationaux et grandes lignes du dispositif français Secrétariat général de la Commission bancaire Direction de la Surveillance Travaux internationaux et grandes lignes du dispositif français Paris, 24 novembre 2009 Dominique Laboureix, Directeur de la Surveillance

Plus en détail

Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation

Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation Dominik Smoniewski Jean-Baptiste Parmentier Sommaire 1. Les principes généraux du Pilier

Plus en détail

Union économique et monétaire Résolution sur l union bancaire

Union économique et monétaire Résolution sur l union bancaire Union économique et monétaire Résolution sur l union bancaire Adoptée au Comité exécutif du 5 et 6 décembre 2012 La CES salue les conclusions du Conseil européen d octobre 2012 sur une Union bancaire européenne

Plus en détail

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II FIXAGE Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II Deauville - 21 septembre 2012 Emmanuel TASSIN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick - 75008 Paris - France Téléphone : 33 (1) 53 83 83 93 - Télécopie : 33

Plus en détail

L externalisation réglementée

L externalisation réglementée L externalisation réglementée SOMMAIRE 3 LA PLACE FINANCIÈRE LUXEMBOURGEOISE 4 L EXTERNALISATION DANS LE SECTEUR FINANCIER 5 LE STATUT DE PSF DE SUPPORT 7 L OFFRE DE SERVICES 9 POURQUOI TRAVAILLER AVEC

Plus en détail

À quelles lacunes en matière de données doit-il être remédié?

À quelles lacunes en matière de données doit-il être remédié? Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 5 avril 2011 Français Original: anglais ECE/CES/2011/9 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Cinquante-neuvième

Plus en détail

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF A l initiative du Secrétaire général parlementaire, M. Pascal Terrasse et sur proposition du, au terme d une consultation ayant associé

Plus en détail

Stratégie 2013-2016. Redonner du sens à la finance

Stratégie 2013-2016. Redonner du sens à la finance Stratégie 2013-2016 Redonner du sens à la finance Le mot du président Redonner du sens à la finance Comme annoncé lors de mes vœux à la Place en janvier dernier, l Autorité des marchés financiers a défini,

Plus en détail